AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 17 sur 17
Rendez-vous au fond de la forêt
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Evan, Mer 23 Aoû 2017 - 14:24







Le vent tournait. Les feuilles de la vie pouvaient s'échouer en quelques secondes. Un acquis pouvait voler en éclats. Un principe en lambeaux. Je voyais celle qui était mon élève souffrir sous mon sortilège, et j'étais passé de réticent à cette idée, à ne pas esquisser le moindre remords de la voir ainsi, livrée à la douleur.

Elle était faiblesse, une vulgaire plume laissée à un tourbillon qu'elle ne pouvait que subir. Je voyais ses spasmes, entendais l'écho de ses larmes, qui avait suivi celui plus tôt de ses cris, mais j'étais devenu le bourreau qu'elle avait voulu que je sois. Pas même les empreintes de sang qu'elle laissait ne m'alertèrent.

Quand je stoppais mon sort, je restais un observateur muet de ce spectacle que j'avais créé. Je l'avais brisée pour tenter de la rendre plus forte. Je la voyais, là, à essayer de se redresser, à tomber, mais je ne bougeais pas. C'était pour son bien. La souffrance par la souffrance. Elle l'avait voulue.

Après un instant où je l'avais regardé peiner à essayer de retrouver ses esprits, sous les lambeaux de douleurs qu'elle était, je lui tendais une main pour l'aider à se relever, qu'elle s'empara de la sienne ensanglantée. Voyant cela, elle se recula, comme si elle ne voulait pas me souiller de son sang. Que j'avais fait naître à ma volonté.

Elle s'excuse puis me dit qu'elle doit le faire seule. Je la voyais tremblante, marquée par la souffrance qu'elle avait endurée, peiner, à se relever. De pas chancelants, elle se rattrapa à un arbre proche qui accueillit son sang en plus de sa fragilité.

J'observais celle qui avait été mon élève, affaiblie, meurtrie, à tel point que je me demandais si ce qui venait de se passer n'avais pas tout changé. Si elle n'était pas devenue une victime et moi pour elle un danger, voir un inconnu.

Je lui avais offert la douleur, sans aucune garantie que je serais en sécurité si elle venait à être interrogée. Et mon regard se perdait sur sa silhouette, sur son sang, sans qu'aucun mot ne me vienne. Qu'y avait-il à dire ? J'étais un mage noir, elle savait à quoi s'en tenir en me demandant cela. C'est la raison que j'avais maintenant.  

- La douleur forge la vie...

J'allais ramasser sa baguette qui trainait toujours au sol où je l'avais laissée. Je ne pouvais la laisser regagner le château dans cet état. Ce qui venait de se passer devait rester entre elle et moi. Et son état ne devait alerter personne. Alors je lui envoyais deux sortilèges curatifs, un #Curo As Velnus suivi d'un #Episkey, pour stopper le sang et la remettre à peu près dans un état convenable qui ne trahirait pas forcément ce qu'elle avait subi.

Je la regardais reprendre son souffle, un regard indifférent sur le visage. Elle m'en voudrait certainement, mais elle l'avait dit, c'était une nécessité. Je lui tendais sa baguette, sans un sourire pour celle que j'avais entrainé vers la magie noire.

- Tu dois retourner au château... Tu dois te reposer de tout ça...

Je n'étais pas désolé. Je n'avais pas mal pour elle. Le fond de mon âme ancrée à une colère étrange, à cette envie que de protéger mon Ordre serait toujours plus important que quiconque. Et que peu importait que j'aie été son mentor, cette vérité prévaudrait toujours.

- La vérité forge la douleur... murmurais-je pour moi-même, convaincu maintenant que j'avais fait le bon choix. Et j'ouvrais la marche pour repartir vers le château dans les ombres de la forêt, la laissant se débrouiller, et tant pis si ses jambes ne pouvaient la porter. Elle était seule.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jake G. Kenway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Loup-Garou


RP

Message par : Jake G. Kenway, Jeu 5 Oct 2017 - 18:02





Dialectique férale
ft. Ciarán A. Merrow



Les notes du piano me parviennent  comme une esquisse de flamand rose dans les oreilles d'un orang-outan.


– Off Screen –
Voix française, accent anglais. Ton formel. Le calme dans la souffrance.


La nuit est installée depuis très longtemps déjà, je n'ai pas d'idée d'où je suis. Je sais simplement que je me trouve au beau milieu de la forêt, perdu entre les cimes et les lucioles, le cœur vulnérable au vent et à la folie d'une bête déchaînée. Oui, la lune se tient haute ce soir et elle m'observe. Elle m'observe avec un grand sourire car elle sait que j'ai souffert le pris de mon éveil. Awakening. Pourquoi ne suis-je pas chez moi ? Pourquoi ne suis-je pas dans ma forteresse ? Pourquoi ne suis-je pas sur mon trône dans mon enclos royal fait de marbre  et de deuil ? Je ne sais pas. Ce n'est pas la vraie vie. Ce n'est qu'un rêve. Je sais juste que ce qu'il se passe en ce moment c’est ce que j'ai de plus honnête et pur à nous offrir.


– Close up –

Mes pattes frottent le sol; j'accours. Je me trouve loin de chez moi et j'ai la gueule ensanglantée. Frustration. Mon cœur bat à tout rompre et pas même la main glacée de ma maîtresse céleste agrippée à lui, est capable de l’apaiser. Cours. Fuis. Pourchasse. A sens inverse, je poursuis une ombre que je ne saurai rattraper. La gamine qui vient de se faire mordre ne devait pas être là, et je m’étais déjà nourri. Mais la lycanthropie vient avec le luxe d'un regret qui ne prend effet après plusieurs heures. Comme un soir de beuverie, comme une futilité qui a pu nous faire peur.
Ca ne veut rien dire. Continue.
Je constate que mes muscles me permettent de bondir bien plus loin, d'avancer bien plus vite. Je me sens plus présent et plus vivant. Je stoppe. Un arbre, les traces d'une créature que je ne connais pas. Un nouveau diner ? Un compagnon inné ? Cours, poursuis.

Mes babines sont retroussées, ma langue se balance à l'air et je laisse mon odorat me guider. Si mes yeux distinguent plus facilement les ombres et les contrastes mon odorat est poussé et me permet de voir à trois cent soixante degré. Mais ça n'est rien comparé à ce que je goûte et déguste. Mon odorat a rendu mes yeux curieux ; la vue de ce monstre entre deux arbres et cinq racines font saliver mes babines. Mes dents brûlent d'un besoin de voir. Elles veulent voir de quoi sa chair est faite, si elle est douce et chaude, froide et sèche, fade et insipide, mes dents ont faim de savoir. Et bien, apprenez mes chères dents et goûtez car voilà venu l'heure de souper.


– Slow motion –


Les pupilles brillent d'un éclat de fureur. Les pattes avant du lycanthrope sont bien trop humaines comparées à celle de n'importe quel autre loup-garou. L'appuie qu'il a pris sur ses jambes lui permettent de bondir haut et loin. Ballet morbide.
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán A. Merrow
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Ciarán A. Merrow, Dim 8 Oct 2017 - 16:55


J'ai toujours préféré vivre le soir. Au moment où le ciel perd son bleu naturel. Où les rues se vident, et les coeurs aussi. Quand la nuit se fait profonde, douce et sombre à la fois. Être éveillée quand tous les autres corps alentours sont endormis me donne toujours le sentiment d'être plus vivante que jamais. Et parfois même, la lune se joint à moi et caresse les rideaux de ma chambre au rythme lent des notes de piano que j’imagine. L'astre éclaire les visages paisibles, veille au grain sur ces organes internes, les observe silencieusement se libérer de toute douleur. Les notes de piano s'intensifient. L’espace d’une nuit, on se sentirait presque invincible.

If I told you what I was,
Would you turn your back on me?

Parfois, même la douceur de la nuit échoue à calmer. Ce soir-là était donc l’un de ces soirs où rien n’allait. Un de ces soirs où l'inconscient sait pertinemment que seul le sommeil pourrait calmer, portant dans ses bras l’aube d’un jour nouveau. L’un de ces soirs où, pourtant, il refusait de se montrer. Mes membres humains ne cessaient de se mouvoir dans un linceul pâle, et mes yeux refusaient de se fermer, bien trop troublés par le bruit de mon coeur d’humeur tapageur. Je me sentais opprimée. Esseulée. Désordonnée.

Ever since I could remember,
Everything inside of me,
Just wanted to fit in.

En moi, la symphonie de mes sentiments se faisait grave, incessante. Il fallait que je fasse quelque chose pour m’épuiser, pour éreinter le concerto de mon existence. Il fallait que je sorte, là où même la lune ne pourrait me retrouver. Dans la forêt interdite, même son courage n’osait pas s’aventurer. Les arbres étaient trop réticents à laisser ses rayons passer, préférant garder pour eux les secrets qu’ils observaient, prohibés. L’obscurité régnait en maître dans la sylve. Et justement, j’étais d’humeur sinistre ce soir. À l’intérieur, comme à l’extérieur, un grand voile noir flottait dans le souffle de la faible brise des ténèbres. J’avais failli tuer une élève, aujourd’hui. J’avais contenu de toutes mes forces le monstre qui sommeillait en moi.

A monster. A monster, I've turned into a monster. And it keeps getting stronger.

Alors, ce soir dans ce perchis dense, je laissais mes ailes fragiles et abimées chanter sous ma peau, aux abords de ma colonne vertébrale, dans le haut de mon dos. Un hurlement terrifiant s’échappa de ma gorge, tant la douleur était grande. Tant le soulagement d’enfin laisser parler celle que j’étais vraiment était immense. Ma peau pourrissait à mesure que les secondes passaient. Chacune des parcelles de mon enveloppe se couvrait d’écailles visqueuses, faisant disparaître cette mascarade sans aucun défaut que je portais quotidiennement comme un fardeau. Entre mes doigts, un supplément de peau apparaissait, reliant chacune de mes phalanges un peu plus près de sa voisine. Et ma bouche, d’habitude si pulpeuse et rose, s’affaça pour laisser place à un bec crochu, verdâtre et pointu, dans une mélodie taciturne. Sous la paume de mes mains, douloureusement recourbées, aux ongles longs et épais, je sentais un feu puissant s’embraser. Je ne me sentais plus humaine. Je pouvais finalement laisser parler ce que je réprimais au quotidien. La souffrance n’était plus. J’étais enfin moi.

And if I seem dangerous,
Would you be scared?

Mon ouïe est plus sensible. Autour de moi, des centaines de créatures de tous horizons se mettent à crier leur détresse. Il y a aussi ce rythme singulier qui se rapproche. Boum, boum. Des pas sur le sol dur et terreux de la forêt, que les arbres se donnent tant de mal à cacher. Cet humus qui ne voit jamais le soleil, humide et puant. Boum, boum. Les feuilles volent à son passage. Les notes de piano deviennent sourdes et muettes. Boum, boum. Les violons prennent le relai, dans un effort grave et sonore. Boum, boum. Ce ne sont pas des pas qui se rapprochent.

Boum, boum.
I'm taking a stand to escape what's inside me.

Je me retourne. Je ne vois plus que des canines ensanglantées qui crèvent d’envie de trancher mon visage déformé par la haine et la colère. Des pattes humaines et salies qui voudraient décapiter ma tête, tout ce qui me permet d’encore penser.

Do I have to run and hide?

Le monstre en moi ne peut pas s’en empêcher. Je ne suis pas sur la défensive. Je n’ai pas peur. Que pourrait-il m’arriver? Je suis moi-même. Dans mon état le plus brut. Je n’ai pas à me défendre. Je dois l’attaquer, à l’image de ces Hommes qui me tuent un peu plus jour après jour, me croyant joyau quand je ne suis que pierre. Me pensant femme quand je ne suis que gardienne d’épave. M’imaginant belle quand je ne suis que laideur.

Hurlement dans la nuit.

I never said that I want this
This burden came to me
And it's made its home inside



D’un geste gracieux et rapide, les serres brulantes et épaisses de Ciarán se libèrent du brasier qui les consume.
La boule de feu jaillissant d'elle éblouit les troncs alentours et crépite dans le silence de plomb.
Danse putride.
Revenir en haut Aller en bas
Madilyn Nebulo
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Madilyn Nebulo, Dim 28 Jan 2018 - 19:07


pv jace

Une petite balade nocturne. Ce soir tu t'es évadé de ton dortoir. Ouais. Encore. Mais cette nuit c'est plus les cauchemars, pour une fois. Une sensation d'étouffement, envie d'aventure, t'as fui. Et t'as choisi la forêt. Tu connais pas bien, pis y a cette espèce d'appel qu'elle te lance, fascinante, t'as besoin de cette atmosphère d'interdit qu'elle t'offre. Du danger. De la solitude. Et la nature, sinistre de nuit. Parfait.
Ce soir y a pas beaucoup de lumière, même pas du tout. Les étoiles sont floues, et la lune capricieuse se faufile derrière les nébulosités nuageuses. Elle joue avec toi, de toute façon ce soir tu vas jouer. Aventurer. Essayer. Transgresser. T'évader.
Tu devrais sûrement avoir peur, mais non, bien sûr. Toutes les créatures qui grouillent là-dedans, tu les attends ! Tu es venue les chercher !
Tu marches lentement, cherchant ton chemin dans l'obscurité totale. Les feuilles mortes craquent. Le vent murmure. Le froid te pique un peu. Mais c'est pas grave. Tu marches. Ton instinct te guide, c'est très cérémonial, cette progression dans le silence, mais l'adrénaline fait le boulot.

Et puis

Un cliquetis

Mécanique

Métallique
Perçant le doux silence nocturne

Un bruit qui ressemble

A la mort

Tu te retournes lentement. Une ombre, pattes graciles et velues, aux huit yeux brillants. Et ce cliquetis. La panique s'empare de toi. Au début, tu restes figée, incapable de bouger, d'émettre le moindre son, de réagir, de fuir. Tes pensées sont paralysées, t'es plus qu'une coquille, une coquille remplie, pleine de peur.
Et puis tu cries. Un cri primal, cri de détresse, humain, chargé de cette véritable épouvante infinie qui te saisit. C'est le cri du lion, du nouveau-né. Les larmes se déversent en torrents sur tes joues.
Et cette chose qui s'avance lentement vers toi, comme pour mieux se délecter de ta panique intense. Tu hurles et tu pleures, tu meurs et tu cries.
Tes jambes se dérobent sous toi, et tu tombes à terre, sans parvenir à te relever. Ton esprit est pétrifié. Tu n'as plus aucune autre arme que tes mains, risiblement brandies devant toi comme en une dernière supplique. Tu hoquettes, tousses et sanglotes.

Tu voulais juste un peu d'aventure...
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Jace Becker, Dim 28 Jan 2018 - 19:40


Parce que la nuit est sombre et pleine de terreur.
PV avec Maddy.
Mon LA accordé.

Petite sortie une nuit au clair de Lune comme à la mauvaise habitude que j'ai prise durant ses cinq dernières années, ce soir là j'avais fait un petit détour dans les cuisines pour récupérer une pomme avant de sortir du château et me posé contre un arbre. Malheureusement je ne pouvais profiter pleinement du ciel étoilé et de l'astre glacial dans l'infinité de la nuit, les nuages... Je soupir un instant c'est bien dommage j'avais besoin de respirer ce soir, je m'étais relevé pour commencer mon voyage retour jusque dans les cachots avant d'entendre un cri. Un long cri qui me fit frisonner l'échine, mon corps décide de bouger de lui-même sortant ma baguette de ma poche et lançant un #Lumos je cours en direction de la source du bruit, la forêt est vaste et connaître la position exacte du cri s'avère compliqué...

Un autre cri beaucoup plus proche ! Je suis dans la bonne direction je reprends alors ma course et arrive juste à temps visiblement ! Une acromentule était très proche d'une jeune fille que je ne connaissais pas, mais grâce à mon Lumos j'ai réussi à détourner l'attention de l'araignée. Vachement effrayante comme créature cependant je connais le sortilège qui peut m'en débarrasser, je m'approche alors du monstre baguette pointé en sa direction.

-#Arania Exumaï !

Un rayon de lumière bleutée se dégage de ma baguette avant de frapper de plein fouet l'acromentule qui se fait propulser quelques mètres plus loin. Le sortilège ne l'a pas tué pour autant je m'apprête alors à lancer une seconde salve avant de la voir détalée dans un bruit des plus horribles... Je reste quelques secondes toujours baguette levée tournant la tête dans tous les sens, ce serait dommage que j'en attire d'autres.
Plaçant ma baguette dans ma main gauche je m'approche de la jeune fille qui était restée au sol et lui tend ma main droite pour qu'elle la prenne et qu'elle se relève.

-Ça va tu n'es pas blessée ?

J'avais toujours mon Lumos d'activé on ne sait jamais si quelques choses d'autres arrivent on le saura assez vite, j'espère juste ne pas croiser de loup-garou ce serait sacrément bête... Je n'ai pas spécialement l'envie de devenir un lycanthrope.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Madilyn Nebulo
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Madilyn Nebulo, Dim 4 Fév 2018 - 16:54


Une lumière dans la nuit. Un éclair. Qui zèbre l'obscurité. Une silhouette floue, rapide, qui se dresse d'un seul coup devant la créature, et ces deux mots hurlés : Arania Exumaï !

Etincelles bleues, t'es éblouie, l'espace d'un instant t'y vois plus rien, tu paniques, puis ça revient doucement. Les images, les couleurs. Et cet écho si lourd qui retentit comme un compte à rebours. Ton pouls. Qui résonne en toi comme un rappel du danger, de ta peur de ta faiblesse. Tu n'es plus aveugle, maintenant, mais muette. Le brouillard s'ôte de tes pupilles et tu prends conscience de la présence d'un garçon juste là.

Et tu réalises
C'est lui
La silhouette
Le sort
Le sauvetage
C'est lui

je... je crois... mais... cette peur...

Toujours à terre, entre tes larmes, pantin de l'adrénaline, tu suffoques. Peu à peu tu t'habitues mieux à la lumière et retrouves toutes tes capacités visuelles. Tu le vois et il te voit.
Ton coeur bat de plus belle.
Il est si beau... Eclairé par sa baguette, l'air inquiet, mais rassurant. Tu n'es pas si naïve, tu sais que tu offres un misérable spectacle, toute rouge et larmoyante. Mais... lui. Ton regard s'accroche au sien et tu ne parviens plus à t'en détacher. Un magnétisme, une force obscure dans ses yeux si hypnotiques. Tu parviens à peine à balbutier.

c'est... je crois que c'est ma cheville...

La douleur t'arrache de nouveau des larmes, mais tu n'y prêtes plus attention, obnubilée par cet être, cette aura, cette chaleur. Immobile, médusée, tu restes suspendue à lui tout entier. Tu te sens sombrer... Et cet écho...

boum boum
boum boum
boum boum
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Jace Becker, Sam 10 Fév 2018 - 23:04


LA de Madilyn.
Tu as le miens si besoin.

Une fois que je me retrouve face à elle, je constate qu'elle a toujours les yeux fermer j'ai un petit sourire amusé qui s'affiche sur mon visage, espérons qu'elle fût juste éblouie avoir les yeux fermers en pleine forêt ce n'est pas une bonne idée. Après quelques secondes elle m'explique qu'elle a eu très peur je peux comprendre je n'ai pas spécialement peur des araignées mais une acromentule ce n'est jamais un plaisir à voir. Avec la lumière de mon Lumos je vois qu'elle essaye de reprendre son souffle et qu'elle a encore quelques larmes sur ses joues, visiblement elle a remarqué que je la regardais elle semble accrochée à mon regard. À me fixer comme ça je me sens légèrement mal à l'aise et je passe ma main dans mes cheveux avec un sourire gêné quel idiot...

Elle tente finalement de se relever mais reste au sol en mentionnant sa cheville, je m'agenouille alors à côté d'elle prenant délicatement son mollet et pointant ma baguette vers celui-ci, je ne suis pas medicomage mais je suppose qu'elle s'est peut-être foulée la cheville. Je tourne de nouveau la tête vers elle et constate qu'elle a fermé les yeux... M*rde ! Son état de choc la mise K. O, très mauvaise idée de la soulager ici me mettant à sa hauteur je la prends dans mes bras et l'emmène à l'extérieur de la forêt.

Une fois en sécurité je la pose assise contre un arbre et retourne à son mollet que je prends délicatement à nouveau, baguette à nouveau pointée sur celui-ci je prononce doucement un #Curo As Velnus, me permettant de lui retirer sa chaussure je lance un #Ferula pour que toute sa cheville soit prise dans un bandage pour maintenir le tout en place avant de la lui remettre délicatement. Une fois tout ça fait je me place à côté d'elle.

Puis je bascule ma tête en arrière et essaye de nouveau de voir les étoiles ainsi que la lune, quelle soirée moi qui penser que ça allez être tranquille au final je sauve une jeune fille d'une acromentule et voilà que je me mets à la soignée, j'ai l'habitude de blesser les gens par des soigners... Ça fait un drôle d'effet...

-J'espère que nous n'allons pas passer la soirée à la belle étoile... Je n'ai pas prévu de sac de couchage et encore moins de couverture.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Madilyn Nebulo
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Madilyn Nebulo, Sam 17 Fév 2018 - 18:47


LA mutuels pour tout le RP


Le timbre chaud de sa voix te réveille, Belle au bois dormant revient d'entre les morts. Et puis tu sens sa présence, son corps tout près du tien, ses mains, ses yeux. Ses yeux.
...
Le silence vous recouvre de son doux écrin, seules les étoiles vous regardent, belles indiscrètes, et le rictus de la lune se reflète à l'infini dans ta rétine. La blancheur radieuse de l'astre sélénite jette une larme sur vous deux, t'offrant une parcelle d'image de son sourire, fugace capture, instant dans ta mémoire. Tu le regardes longtemps, sans qu'il le sache, tant qu'il croit que tu es encore endormie. Il est beau quand il se croit seul...
Œillade volée, souvenirs de lui collectés, un béguin, sauveur éphémère, un amour qui mourra sûrement avec l'évanouissement de la nuit.
Tu rediriges ton regard vers les scintillantes, perles de jour dans l'ombre. Elles vous admirent silencieuses, et vous leur rendez la pareille, d'égal à égal avec l'immensité, vous surplombez le monde.

Les étoiles nous protégeront, et le ciel nous couvrira...

Cette fois vos regards se croisent. Se chassent. Se choquent. S'attirent. Et se fondent l'un dans l'autre.
Azur intense forgé dans le ciel.
Et tu veux
Tu veux être l'oiseau qui transcende l'abîme, vol suave.
Tu veux être l'arc-en-ciel qui sublime la volupté onctueuse de son firmament.
Le soleil qui illumine un peu plus la couleur de sa voûte, son monde.
Ou juste un point de lumière.
Une étoile.
Spectatrice silencieuse, belle indiscrète.

Et ton pouls tempête, diluvien, éclairs, orage, cyclone, flaque, trombes, averses. T'es toute trempée, tu nages, et tu suffoques, l'océan bleu te domine, et la vague t'a balayée, alors... tu succombes à l'ouragan.

Et tes lèvres se posent sur les siennes, délicates, papillon sur une fleur. Tes bras se déploient pour l'entourer, et tes doigts plongent dans ses cheveux. Reste. Reste avec moi.
D'étoile, tu deviens géante rouge, la fièvre t'attaque, et tu le resserres encore contre toi, tes yeux clos, tu fais confiance à tes autres sens pour saisir le moments et les sensations. Tes lèvres le visitent, sa peau veloutée, son cou vers lequel elles dérivent, tu l'explores, tu t'explores, tu cherches, et tu trouves. Tes mouvements sont lents, délicatesse, tu le goûtes et tu tâtes.
Tu t'écartes un instant. Reprend ton souffle. Mordille ta lèvre inférieure. Puis la sienne.
Le vent s'est levé, et tu te fais plus intense, tu agrippes à lui, et ne veux plus t'en décrocher. Reste.

Tu te redresses et t'assois sur l'herbe, le tire légèrement à faire de même, à l'attirer vers toi aussi, imperceptiblement. Ton cœur résonne toujours, exulté. Un dernier regard vers les étoiles complices avent de replonger vers lui. Tu lui as montré ta lumière. Tu prends sa main et la poses sur ta joue, chaque fragment de ton épiderme est en éveil, et n'attend que lui et le retour de la vague.
A toi.

Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Jace Becker, Sam 17 Fév 2018 - 20:08


TW : Attouchement et baiser coquin

Je ne sais pas combien de temps il sait écouler avant que la douce voix de la jolie créature a la crinière de feu ne transperce le silence de la nuit, alors je la regarde avec un agréable sourire. Elle n'a pas l'air d'avoir mal c'est le principal mais répond à ma phrase que j'ai dite il y a quelques minutes. Donc elle était déjà réveillé petite espionne, je tourne alors ma tête vers elle et je croise son regard, non c'est faux... Je ne croise pas son regard mais je plonge dedans tel dans un trou noir, elle a une petite étincelle qui m'appelle sans que je ne sache pourquoi. Pourquoi ? Pourquoi me fixes-tu autant et pourquoi je te fixe autant... Je cligne des yeux avant d'ouvrir la bouche et de te dire rapidement.

-Au fait je me su...

Pas le temps de finir ma phrase que la jeune fille se jette sur moi posant ses lèvres contre les miennes d'une délicatesse que je n'ai jamais connue... Je ne réagis pas tout de suite laisse mon oeil ouvert de stupéfaction elle en revanche a l'air d'énormément apprécier alors qu'elle passe ses bras autour de moi et de plonger ses mains dans mes cheveux fermant alors mes yeux je profite de la situation, agréable, un immense brasier brûle alors au fond de mon être, me poussant à vouloir plus encore et encore comme une soif insatiable. Elle commence alors à embrasser mon cou contact qui me recouvre de frisson, je lui mordille le cou très rapidement avant de lui dire dans un léger murmure.

-C'est dangereux jeune fille.

Elle s'écarte alors légèrement, se redresse et mon instinct primaire prend le contrôle de mon être en lui attrapant la main et l'installant à califourchon contre moi, sentir son corps brûlant... Ta main gauche glisse le long de sa cuisse sous sa jupe pour remonter jusqu'à son fessier, alors que ta main droite glisse le long de son dos pour se placer à sa nuque relevant sa tête alors que tu glisses ta langue le long de son cou avant d'embrasser cette fine partie de peau.

-Tu m'as donné "faim" tu en as conscience j'espère.

Je l'embrasse langoureusement avant de la regarder avec un sourire amusé mes mains toujours à leur place.

-Les rencontres avec toi ce passe toujours comme ça ? J'ai hâte de te rencontrer à nouveau demain dans ce cas.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 17 sur 17

 Rendez-vous au fond de la forêt

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.