AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 66 sur 69
La salle principale
Aller à la page : Précédent  1 ... 34 ... 65, 66, 67, 68, 69  Suivant
Elias Baxter
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard

Re: La salle principale

Message par : Elias Baxter, Dim 5 Mar - 0:22


Le rire de l'Elensar était profond, ses mouvements titanesques. La potion du chaudron semblait épicer chaque geste, les rendre épiques et bien burlesques. Elias s'agita sur le cuir de son fauteuil tandis que le géant semblait gagner encore quelques bons centimètres. Il y avait fort à parier que la puissance de ses poings décupleraient démesurément, tant que s'écoulerait dans ses veines le sang de dragon de son cocktail.

« J'ai toujours aimé les animaux magiques. Il y a tellement à apprendre d'eux. Tellement de choses fascinantes. Nous avons la chance de pouvoir observer des créatures fantastiques, à tous points de vue. J'ai commencé par les dragons, grâce à mes parents, puis mon intérêt s'est développé au fur et à mesure de mon apprentissage à Poudlard et après avoir voyagé et rencontré plusieurs personnes, je suis rentré à Londres et il y avait une place dans cette boutique mythique. J'ai postulé et me voilà propriétaire à présent. Cela fait quelques années déjà que je suis fidèle au poste. Je crois bien que cela fait quatre ans. » Elias haussa un sourcil admiratif et trinqua dans les airs pour féliciter le bonhomme. Quatre ans c'était pas rien. Finrod était donc sans aucun doute quelqu'un de plus stable que lui. « Je ne me souviens pas si vous je vous ai déjà demandé, avez-vous d'autres créatures que celles que vous avez achetées tout à l'heure ? »

Blanche-neige et les sept nains, dont il avait fait l'acquisition dans la journée, devaient en ce moment se faire à leurs nouveaux appartements. Et Elias espérait que l'oiselle, qu'il avait libéré dans son salon avant de la quitter, n'allait pas inonder son canapé de fientes ou autre imposture. Il tenait à ce qu'elle soit bien élevé. « Vous ne me l'avez pas demandé, ou je n'm'en souviens pas. Quoi qu'il en soit la réponse est non. J'aime les animaux, ne vous méprenez pas, mais je voyage tellement que je n'ai jamais vu l'utilité d'en acheter. Dernièrement cependant j'ai fais l'achat d'un superbe appartement à Londres, alors je me suis dis qu'une chouette pourrait y être heureuse ! Un dragon comprenez, prendrait trop de place... » Il adressa un clin d'oeil à son interlocuteur avant de poursuivre. « Mais dîtes moi, et vous alors ? Vous gérer la boutique depuis quatre ans, vous avez bien du ramener quelques unes de ces créatures chez vous non ? »

Pour une raison qu'il ignorait, Elias s'imaginait le grand Finrod Elensar vivant dans une demeure immense, entouré de champs en friches dans lesquels habitaient moult bêtes fantastiques, pour la plupart plus haute encore que lui. A moins qu'il ne se trompe du tout au tout, et qu'en somme et pour tout l'Elensar n'avait qu'un vieux rat qu'il nourrissait une fois le mois dans un minuscule appartement de banlieue. Auquel cas une tonne d'images immensément burlesques jaillirent dans l'esprit d'Elias, qui s'imagina le grand gaillard au prise avec la piètre boule de poils au coeur d'un funeste deux-pièces. Il se rendit alors compte que le pauvre Elensar était atrocement à l'étroit dans son fauteuil, et Elias lui montra un plus large fauteuil, d'aspect bien plus moelleux que celui occupé par le géant. « On peut se déplacer l'ami ! J'vois bien que la grandeur ne fait pas le confort. Venez donc ! J'voudrais pas vous donner une scoliose, au bout de quatre ans de travail acharné il serait bête de prendre congé pour un problème de dos ! »

Sirotant une gorgée de son mystérieux breuvage, Elias constata une ondée du plancher. C'était les hautes marées, et assurément la houle le ferait flancher s'il faisait mine de se lever... Il resta à fixer son chaudron un moment, peu assuré, avant de se lever. « Allez matelot ! » Encouragement d'un bras qui resta ballant malgré la commande du cerveau de le faire balancer en haut.
Revenir en haut Aller en bas
Senara MacLean
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La salle principale

Message par : Senara MacLean, Dim 5 Mar - 17:44


Réponse (tardive, désolée!) à Liskuvo

- De rien, c'est normal. Tu as un plan pour aller à Sainte Mangouste sans qu'on nous ramène fissa à Poudlard ?

Voilà, on y était. Il n’était plus question de reculer, ou de trouver des raisons pour repousser la visite à Sainte-Mangouste.
Liskuvo était prêt à l’aider. Mais peut-être pas prêt à faire n’importe quoi pour ça. Et il posait une question très pertinente mais aussi très… problématique ?

Un plan ? Avait-elle un plan ? A vrai dire, pas vraiment.
Elle s’était jusqu’alors surtout concentrée sur « comment arriver à Londres sans encombres ».
Elle était même assez surprise d’avoir réussi aussi bien.
Pour la suite… Ma foi… Elle avait si souvent rendu visite à son père à Sainte-Mangouste qu’elle y connaissait presque tout le personnel. Elle était persuadée que personne ne s’étonnerait de la voir.
Enfin, personne sauf sa mère évidemment.

Elle regardait sa tasse de chocolat, embarrassée. Elle jeta un regard au préfet assis en face d’elle. Si elle n’avait pas de « plan », est-ce qu’il allait la laisser tomber ? Ou pire, l’obliger à rentrer à Poudlard ? C’était son travail, après tout, en tant que préfet.
Préfet… ça lui donnait une idée.


- Je sais pas si on peut appeler ça un plan, mais… Mon père se retrouve souvent à Sainte-Mangouste, et en général, j’ai le droit d’aller le voir. C’est d’ailleurs pour ça que je m’inquiète, parce que ma mère refuse que j’y aille cette fois.
Enfin… Tout ça pour dire que je connais bien l’hôpital, et pas mal de gens qui y travaillent. Ils ont l’habitude de me voir.
Au départ, je pensais juste y aller et demander à voir mon père.
Maintenant… On peut même dire que tu as été chargé de m’accompagner en tant que préfet, les gens ne se poseront pas de question.
Souvent, plus c'est simple, mieux ça marche!

Un sourire avait accompagné ces derniers mots. Elle marqua une pause, une idée traversa son esprit qui fit disparaître le sourire, et elle reprit:
- Après… si ça ne te va pas, j’y vais toute seule, c’est pas grave.

Les derniers mots avaient été lancés comme un défi, un peu du genre : «  j’y vais toute seule, et essaie pas de m’en empêcher. »

Liskuvo s’était montré amical et conciliant pour l’instant. Elle espérait que ça continue, mais s’il changeait d’avis, elle ne se laisserait pas intimider et ramener à l’école.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: La salle principale

Message par : Asclépius Underlinden, Dim 5 Mar - 20:22






Le Chaudron Baveur


pour Leo Keats Gold






L.A. de Femme

Parce qu’il est resté, il attend, assit, face à l’autre. Face aux interrogations du bois qui crisse sous les ongles. Face à cette l’anxiété qui te pourrit les viscères, en te faisant remonter tout un tas de trucs dans la gorge, que tu ne peux tout simplement pas dégueuler. Alors, t’essaye, petit à petit, mais tu sens toujours comme un frein. Comme si tu pouvais juste pas ouvrir les vannes et tout laisser couler : rendre libre le barrage en lui pétant les dents de béton à coup de massues.
Parce qu’il est resté, il entend les interrogations. L’enfant face à l’autre, on ne sait plus trop bien qui est l’enfant, qui est l’autre. Qui voit qui, qui demande, qui questionne, et qui réceptionne à la lecture, à l’entente. Il n’y avait pas, de certitudes : seulement celle du cul vissé sur la chaise de bois, et que c’était inconfortable, que de rester assis, parce que ça faisait mal aux genoux : il fallait étendre les jambes.

Je ris,
Et j’oublie.

Pas de souvenirs précis : seulement des flous-dansants. Des espèces de spectres dont on ne se préoccupe pas, parce que c’est bien plus rassurant de les laisser dans un coin.


« - Que sais-je ? »

Avoir le regard fuyant, quand on sent les picotis, et froncer les sourcils, pour se donner l’air sévère de la remontrance. Parce qu’il n’y en a qu’un, en droit de poster les questions ici. Y a qu’une personne, face au miroir, et face au double.


« - Je préfère la fuite, Leo.
Pourquoi devrions-nous rester sobres ? Ne pourrions-nous pas être saouls en permanence ?
Je veux fuir, tu sais ?
Ne pourrions-nous boire, jusqu’à être sobre ?
Sommes-nous sobres là ?

Penses-tu au fond, Leo ? Celui de la bouteille ? Leo, je veux boire jusqu’à toucher le fond.
Je vais vomir, de toute façon.
»


Tapotements contre la grisaille en bois : ce sont ses ongles à lui, qui font les coups. En martèlement, en chœur avec l’organe homonyme.
Et en cœur, tous deux, sont comme des insomniaques dans un rêve qui n’a pas de fin : parce que tout est flou partout, parce qu’on ne veut pas toucher les ombres qui dansent dans les coins, au risque de trouver des réponses.
Parce que c’est tellement mieux de poser des questions pour croire que l’on sait ce qu’il y a à dire de soi, alors qu’on n’en sait rien. Rien.

« - J’en sais rien, Leo. Je ne sais rien. Et tu ne sais rien non plus. »

Humecter les lèvres, avant la parole. Petit rituel, comme ça, habituel, pseudo-organique. On se dit qu’on en a besoin, alors qu’en fait, on se rassure avec du rien : « - Parce qu’il n’y a rien de tangible, dans nos mains. Et il n’y a rien de tangible, non plus, chez les gens. Qu’est-ce que tu aimes chez les gens ? Qu’est-ce que tu aimes voir chez eux ?

Moi j’aime voir leur sourire, en tourne-loin-du-sol.
»


Des fragments qui s’échappent, et n’avoir le contrôle sur rien. Se dire que son discours n’a pas de sens, alors qu’on est même pas hystérique, dans la tristesse. Qu’on est triste, qu’on est malheureux, qu’on est en colère, qu’on a peur, qu’on sait pourquoi, mais qu’il reste de la place sous le tapis, entre les deux volutes de poussières qui vont éternuer. De toute façon, dans les narines, il n’y a que la cigarette qui se consume, parce que c’est la preuve d’une sociabilité qui finit bien. Mais, ça, pue.
Avoir tout qui flotte, et trouver ça insupportable, cette position assise : se lever, être brutal en faisant tomber la chaise : parce que c’était des sons, parce que c’était des sensations, parce que c’était être autre chose qu’une vielle loque vidée de toutes sensations : « - Parce qu’on aimerait vivre ! Parce qu’on ne veut pas rester là, parce que voir les autres ne sert à rien si on ne se voit pas nous-même !

Et toi, tu fermes les yeux : toi tu fuis, toi t’as peur.
Tu poses les questions, mais tu ne veux pas de réponses ! Pourquoi tu poses des questions qui resteront sans réponses ?
Pourquoi, t’es trouble, en eau de miroir ?
Pourquoi tu
Pourquoi
»

Laisser la voix mourir par l’impossibilité de dire quoique ce soit : se sentir face à un mur, face à soi-même.
Et quand on n’a plus les mots : ne restent plus que la violence. En auto-destruction, contre soi-même, contre l’autre-soi.
Se jeter sur lui, à mains d’araignées ouvertes, et lui serrer la gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: La salle principale

Message par : Finrod Elensar, Lun 6 Mar - 15:14


Réponse à Elias


À l'évocation de l'appartement, Finrod sourit. Sans réellement savoir pourquoi. Satisfait de savoir que cet homme semblait s'installer en ville, qu'il avait évoqué qu'il aimait les animaux ou était-ce la petite allusion aux dragons ? Sûrement un mélange du tout. En ce moment, c'était un presque géant apaisé loin des soucis de ce monde que rencontrait Elias. Sans réellement savoir pourquoi, ni comment, cette rencontre avait réussi à faire oublier, le temps d'un verre (ou plus selon), les tracas de la vie quotidienne et des questions sur la société. Cela faisait longtemps qu'une personne ne s'était pas intéressé à lui, à sa passion pour les créatures. La boisson devait aider dans ce laissé-allé peu commun de la part de l'ex-Serpentard.

- Vous avez bien fait de ne pas en prendre auparavant. Peu de gens ont conscience qu'un animal demande de l'attention, du temps et de l'investissement. J'essaie toujours de savoir dans quel type de foyer les créatures que je vends vont se retrouver, ce n'est pas évident d'avoir des réponses précises mais je n'ai pas dû reprendre d'animaux pour l'instant, je suis très content.

Petite pause qui permit à Elias de proposer de se déplacer. Difficile de rester en place quand on est pas confortable. Et il est assez rare aussi que cela ne se remarque pas, se dandiner inlassablement sur une chaise passait rarement inaperçu. Suivant le mouvement, Finrod se leva à son tour. Un léger tournis se fit sentir. Les douceurs de l'alcool. Cela passa rapidement et prenant son verre dans la main, le Fourchelang se dirigea vers le sofa désigné. S'y installa, cela n'avait rien à voir. Pas de bois dur mais moelleux confort qui était le bienvenu.

- C'est bien attentionné de votre part d'avoir remarqué la difficulté que j'avais pour trouver une place. Merci à vous. Pour revenir à votre question. Pour l'instant je vis dans un appartement avec un hibou grand-duc, un serpent ainsi qu'une elfe de maison. Je songe à acquérir une plus grande demeure à présent. La boutique fonctionne bien, je me permets parfois de moins y travailler et ayant mis assez d'argent de côté, ce petit plaisir trotte dans ma tête et un jardin serait appréciable, d'autres créatures pourraient peut-être y trouver du plaisir. Je ne vous cache pas qu'en acquérir quelques unes en plus est dans mes projets.

C'était principalement pour que les oeufs d'acromentules reçus pour Noël éclosent sans risquer leur vie ainsi que la sienne. Il avait en tête d'essayer de les apprivoiser, mais cela n'allait pas être une partie de plaisir, du moins pas tous les jours. Ces créatures n'étaient pas du genre docile et les évoquer à présent, alors que c'était illégal, n'était pas la meilleure chose à faire. Elias l'apprendrait plus tard, si cela devait se faire.

- Votre appartement se situe dans quel coin de la ville ? Vous vous y plaisez ?
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: La salle principale

Message par : Elias Baxter, Mar 7 Mar - 10:59


Le regard dans le vague, le vague à l'âme, et l'âme à la dérive, Elias s'imaginait le géant dans un autre élément, au coeur de son appartement. Ainsi dont l'Elensar n'était pas entouré de hautes bêtes à fortes statures ou de créatures mystérieuses à fière allure. Mais tantôt peut-être, s'il se trouvait un jardin avait-il dit. Que peuplerait donc les hautes herbes chez le bonhomme, Elias était fébrile de le savoir. Il voyait le gaillard cerné de groupement de bêtes, de fortes tailles, de fortes têtes. « J'comprend bien que vous en vouliez d'autres l'ami. Les animaux c'est la vie. Mais comme vous dites, il faut de l'espace, pis faut le temps de s'en occuper. Enfin c'est bien si personne vous a jamais ramené de bestiaux. C'est que vous êtes un bon gérant dans l'fond ! »

Buvant quelques gorgées de son chaudron, qu'était déjà aux trois-quarts vides, Elias entendit Finrod le questionner plus avant quant à son appartement. Ah le fameux. Il était fort content de son acquisition le sorcier, aussi il s'exprima tout en gestes, enthousiasmé. « Je me suis trouvé un petit bijoux à vrai dire, pas très loin d'ici à vrai dire, donc je peux même aller à pied jusqu'au Chemin de Traverse. Temple vous connaissez ? C'est juste au bord de la Tamise. Wicked Avenue qu'elle s'appelle ma rue. Et j'vous dis pas, la façade sud est couverte de baie vitrée, je suis nimbée de soleil tous les matins. C'est absolument fantastique ! Je suis vraiment content de l'avoir trouvé. Mine de rien avoir un pied à terre c'est important. » Surtout s'il était aussi parfait que le sien à vrai dire. Il en avait connu avant des pieds à terre, mais il aurait bien voulu s'en envoler rapidement. « Et vous alors, vous dites vivre en appartement... c'est à Londres ? »

Elias se tortilla sur son fauteuil, une question sur le bord des lèvres. « Dîtes si vous aviez la propriété dont vous rêver, un grand jardin, un bout de forêt, après tout pourquoi pas... ? Vous prendriez quelles créatures ? Votre rêve de gamin, j'voudrais savoir dîtes ! » Il s'installa en tailleur sur le coussin, comme un enfant, termina son chaudron d'une lampée.
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: La salle principale

Message par : Finrod Elensar, Jeu 9 Mar - 9:52


Le temps d'un instant, ou d'un peu plus ou un peu moins, Finrod s'imaginait avec quelques créatures magiques dont il aurait acquis la propriété. Voilà un rêve bien innocent, le jeune homme avait d'autres projets à réaliser encore avant de penser à une retraite tranquille entouré d'animaux. Le projet de Hugh Dey lui avait permis de se rappeler combien il aimait les animaux et qu'il était plaisant de pouvoir les observer de plus près. Bien que les deux hommes n'étaient qu'au commencement de ce vaste chantier, voir le résultat démangeait déjà le propriétaire de la BAM.

Ce dernier écouta les détails de l'appartement. Semblait-il qu'Elias ait les moyens pour se payer un joli chez-lui. Il se trouvait dans la partie moldue, endroit très peu apprécié et fréquenté de Finrod. Se mélanger avec des Sans-Magies n'était pas envisageable pour lui, mais cela ne l'avait jamais empêché de s'y rendre pour des livraisons.

- Vous en avez de la chance. La Tamise je connais pour y être allé quelques fois mais je ne situe pas très bien. Si un jour je dois livrer chez vous, je me renseignerai avant, comme je le fais à chaque fois que je dois amener un animal chez un client. Pour ma part, je vis dans l'Allée des Embrumes, je connais sa réputation mais c'était ce qui m'arrangeait le mieux, au niveau financier. Mais à présent que j'ai pu mettre de côté, je vais pouvoir m'en aller et prendre quelque chose de plus grand.

C'était surtout qu'il ne pensait pas rester à la tête de la Boutique d'Animaux Magiques aussi longtemps et avoir un appartement, pensait-il avant de s'y installer, lui aurait permis de faire quelques rencontres. Mais à présent que les liens étaient faits. C'était lui qui menait la danse alors autant s'éloigner de cette ruelle à la sombre réputation. Venir au travail en transplanant pouvait être difficile après le réveil, mais il s'y habituerait rapidement, espérait-il.

- Je ne sais pas trop. Certaines créatures ne sont pas faites pour être apprivoisées tandis que d'autres semblent ne pas se plaindre. Les Sombrals, par exemple, sont des créatures peu connues et pourtant si fascinantes, mais en posséder ? Je ne sais pas trop. Les Abraxans sont magnifiques mais qui suis-je pour me permettre de les posséder ? Voilà deux créatures qui me plairait de voir traîner dans mon jardin lorsque j'en aurai un. Les dragons sont des créatures magnifiques aussi. En revanche, en avoir ne me semble pas raisonnable.

Buvant, on pourrait même dire, finissant son verre, Finrod lécha, plus ou moins discrètement, ses lèvres pour profiter des quelques dernières saveurs de sa boisson.

- Vous avez donc un appartement ce qui voudrait dire que vous restez dans le coin. Vous cherchez une place dans les potions ?

Finrod pensa à sa cousine qui, elle aussi, se trouvait être adepte de ce matière-ci. Peut-être que les mettre en contact serait une bonne idée. Mais Elias avait éventuellement d'autres projets.
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: La salle principale

Message par : Elias Baxter, Jeu 9 Mar - 10:11


L'Allée des Embrumes. Le dernier endroit où Elias aurait voulu vivre. Non pas à cause de sa réputation, mais plutôt à cause de l'atmosphère qui y régnait de manière générale. Il avait besoin de lumière, de vie, de sourires pour de bout en bout d'une journée. Il ne se rendait dans les ruelles sombres de l'Allée que lorsqu'il partait en quête de certains composants rares, contraint et forcé. Y vivre tenait presque du cauchemar. Mais si le géant s'y était fait, tant mieux pour lui. Sans doute qu'il aimait plus l'obscurité qu'Elias. Couvert de son capuchon, n'était-il pas de toutes manières constamment dans l'ombre ? Finrod évoqua Sombrals et Abraxans, et le sinople l'approuva dans ses dires d'un vif signe de tête. Quant au dragon, on pouvait facilement comprendre pourquoi il ne trouvait pas raisonnable d'en garder un chez soi, aussi Elias afficha un sourire sarcastique à l'entente de ses paroles. « Vous avez donc un appartement ce qui voudrait dire que vous restez dans le coin. Vous cherchez une place dans les potions ? »

Elias tritura son chaudron vide un instant avant de répondre d'une voix neutre. « J'ai déjà une place, d'une certaine manière. Je tiens à mon statut d'itinérant dans ce domaine. Être à mon propre compte. Les boutiques de potions ne m'attirent pas tant que ça, je préfère rester un consultant et voyager sans arrêt. Ça me permet de voir pleins de clients différents ! Et puis qui dis boutique dit comptes à rendre, et ça me botte pas d'avoir des comptes à rendre voyez ? » Il pianota sur la table avant de reprendre. « Y a bien un truc qui m'intéresse par contre dans le coin, où je me faufilerais bien. Ollivander's, vos voisins de paliers presque. La confection de baguettes me fascine vous savez... et beaucoup des composants que j'utilise dans mes potions s'y retrouvent... je me dis parfois que mêler les deux pourraient être intéressant. Il se peut que je recherche par là bientôt, que je me fasse une double casquette... » Puis pointant du doigt l'échoppe vide du grand gaillard il demanda l'évidence. « Je sais bien que vous êtes en service mais si vous en voulez un autre n'hésitez pas hein ! Enfin sauf si vous devez retourner à vos occupations, je comprendrais. Le business c'est le business ! »
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: La salle principale

Message par : Keira Sanders, Dim 12 Mar - 17:24



Asclépius


Son interlocuteur avait l'air de s'épanouir ici : c'était d'une belle rareté qui rendait la scène agréable à voir. Le sinople apportait musicalité et sourire à la petite auberge. Pouvait-on en dire autant d'elle, au milieu des baguettes ? Sans doute au début avait-elle apporté cette douceur magique aux enfants, mais ce fut vite dissipé lorsqu'elle réalisa que sa vie au travail se résumait à de la vermine, des onze-ans tout frais, et des manques de politesse. Elle appréciait surtout les moments seules dans l'atelier ou dans les rayonnages. C'était donc ainsi, qu'au fur et à mesure des mois qui passaient, elle s'était rendue compte que le social n'était peut-être pas son domaine de prédilection. Cette simple constatation lui suffisait pour admirer son collègue bavboulien : il avait trouvé ce qui lui faisait plaisir.

Elle le regarda et l'écouta taquiner avec ces yeux qui pétillaient la bonne humeur. Elle était simplement contente d'avoir croisé aujourd'hui son chemin, bien qu'elle n'en fut pas nécessairement consciente. Rares étaient ceux qui produisaient un tel effet sur la métamorphomage. Il y avait eu Le Dragon, avant qu'il ne s'envole pour d'autre cieux, de par son coup de pinceau. Jamais Keira n'avait rencontré quelqu'un d'autre comme lui. Dans le monde sorcier, personne ne semblait avoir le même loisir que ces deux-là. Cela faisait désormais trois ans, mais la nostalgie revenait toujours frapper lorsqu'elle y songeait. Il y avait aussi son inconnu du clair de Lune, désormais qu'elle avait à contre-coeur accepté qu'il se nomme Shela et que le il était elle. Son visage doux, sa mâchoire, ses yeux, son sourire, et sa cascade blonde la mettaient toujours de bonne humeur... même si elle devenait niaise comme un boursouflet dès qu'elle montrait le bout de sa truffe.

Et donc, il y avait lui. Elle l'écouta parler de ce groupe de musique, dont elle ne soupçonnait pas l'existence. Elle ne savait d'ailleurs mettre un mot sur ce qui la traversait ; surprise ? pas surprise ? étonnement ? était-ce la même chose ? se sentait-elle plutôt prise au dépourvue, ou frappée de stupeur ? Non, non ; c'était quelque chose comme une agréable et amusante découverte. Elle porta son chocolat liégeois à la bouche, s'interrogeant sur le genre exact de musiques qu'ils pouvaient faire. Connaissant les énergumènes, ils ne devaient pas marcher dans les pas de Mozart. Elle imagina alors quatre personnes déguisées en boursouflets, en train de livrer à leur public un spectacle grotesque. « Je viendrai ! », lui assura-t-elle. Rien que pour casser le mystère et satisfaire cette soif de curiosité qui naissait en elle ; vous savez, ces gouffres, ces trous-noirs qui s'ouvrent parfois lorsque vous rencontrez une personne, et qui semblent ne pas vouloir ce refermer ?

« Les arts, tu dis ? », bondit-elle avec possiblement trop d'enthousiasme. Elle avait l'espoir que celui-ci partage le loisir auquel elle s’accoutumait depuis qu'elle était en âge de compter. Elle ne voulait pas paraître effrayante, et ravala cet excès de motivation, pour continuer d'une voix plus posée. « Euhm... oui, je touche un peu à tout, parce que je suis un peu... perdue au milieu de tout ça, et que ça me donne des expériences aussi variées qu'intéressantes. Ça m'ouvre des portes et me fait voir du monde. » L'ambition avait toujours été reine de ce petit corps. Elle la faisait tourner dans tous les sens, pendant que la sorcière tentait de s'accrocher à ce qu'elle pouvait attraper. Le Quidditch, c'était seulement pour la gloire et le regard de la foule. Les baguettes, pour le prestige. Les bavboules, pour... « En fait, j'aime aussi les potions. Et les enchantements, » et heureusement, à la vue de la baguette qui l'accompagnait. « Disons que pour le moment, je n'en fais rien. »
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La salle principale

Message par : Liskuvo Kalsi, Dim 12 Mar - 17:34


Réponse à Senara

Pour un plan il faut dire qu'elle avait un bon plan. Je pense que c'est une bonne idée, clairement une très bonne idée même.  Y'a plus qu'à espérer qu'elle soit vraiment connue des services de Sainte-Mangouste. Je lui fais confiance pour ça, si elle me le dit c'est que c'est vrai. Elle n'est pas quelqu'un qui ment souvent, on a peu de menteurs chez nous d'ailleurs, c'est pas notre genre.

On va le faire alors, y'a pas de soucis pour moi. Elle est inquiète, c'est plus embêtant. J'espère que c'est vraiment pas grave, pas envie de passer l'après-midi à la consoler tout compte fait. Je m'assure que tout se passe bien, puis je la ramène à Poudlard sans que personne n'en sache rien. C'est un plan d'enfer même.

- Bon bah moi ça me va, on peut y aller quand tu es prête. Je te suivrais pour m'assurer que tu ailles bien à l'hôpital et pas que tu sois venue pour rencontrer des gens mal intentionnés. Ça me parait un deal équitable, si tu dis la vérité t'as pas grand chose à craindre, je peux même rester dehors si tu veux pendant que tu es dans Sainte-Mangouste

Voilà j'ai posé les bases. J'ai conscience que je m'incruste carrément dans son monde personnel mais je lui laisse pas vraiment le choix. Je suis en grande partie responsable d'elle et je compte bien être vraiment sûr qu'elle me raconte pas des bobards. Les monstres et autres personnes malveillantes sont à tous les coins de rue. Je ne la connais pas mais y'a des choses pour que, jeune comme elle est, elle soit assez influençable. Obligé une petite rouquine de Poufsouffle à se balader dans Londres pour faire les "courses" de quelqu'un d'autre ça doit pas être bien difficile. Je ne sais pas pourquoi tout d'un coup je me crispe, me persuadant tout seul qu'elle me ment depuis le début. Ça me réussit pas vraiment les bars je crois. Trop de monde, de bruits, de...tout.

Je pense qu'il est grand temps de partir, j'ai fait ce que j'avais à faire ici. Je me lève, puis m'adresse à elle une nouvelle fois.

- Fait trop chaud par ici, je t'attends dehors, tarde pas trop, ce serait cool de rentrer avant la nuit quoi...

Puis je pars vers la sortie, en quelques enjambées je suis dehors. Respirant l'air frais de l'extérieur. C'est encore une journée qui devait être classique mais qui au final se transforme en excentricité maladive. Faudrait se calmer un peu, la prochaine fois j'envoi un autre préfet et je retourne dormir, j'ai bien envie de retrouver mon lit là.

Air frais, air limpide, air sympathique. Je m'adosse au mur, bien décidé à attendre. Elle viendra, j'en suis sûr. Elle ne ment pas, j'en suis presque sûr. On va y aller !



Fin du RP pour moi
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: La salle principale

Message par : Finrod Elensar, Lun 13 Mar - 13:37


Cette volonté de ne pas vouloir rendre des comptes était tout à fait compréhensible pour Finrod. S'il était propriétaire de la BAM, ce n'était pour rien. Indépendant très jeune et peu enclins à suivre les directives, il avait rapidement fait de sa vie, une existence dont il était le maître. Subir n'était pas une chose qu'il supportait. Il ne pu acquiescer de la tête aux mots de l'homme qui lui racontait sa vision des choses. Par contre un léger sourire se dessina sur le visage du chauve lorsqu'Ollivander's fut évoqué. Il devait donc quand même remplir ses obligations auprès d'Anthony.

- Cela fait un moment que je n'ai pas vu Anthony. J'imagine que vous avez tout autant de travail que nous, si ce n'est plus. Difficile de trouver du temps pour se voir. Même si nos relations se limitent à un rapport professionnel. Vous vous y plaisez ?

Depuis que le propriétaire de la BAM avait écrit à Crystal et Adams pour cette ACGT, qui ne voulait plus dire grand chose, il fallait être honnête tant cela avait attiré des problèmes à Finrod, non de la part du Ministre mais bien de ses chiens qui avaient montré les crocs sans réelles raisons et qui s'étaient apparemment montré uniquement chez lui, logique quand tu nous tiens.

- J'ai pris mon après-midi. Je ne tenais pas à vous faire faux bond rapidement. Il est assez rare d'être invité par un client alors je comptais bien profiter. Mais pour l'instant je ne vais rien reprendre. Sauf peut-être un thé noir si un serveur passe mais ce n'est pas nécessaire. Et vous ?

De part sa taille, on pouvait imaginer Finrod résistant à l'alcool facilement. Ce qui était le cas, quoique cela pouvait dépendre de la boisson qu'il buvait, comme la vodka qui avait une sorte de pouvoir qui agissait fortement sur le presque-géant. Il ne tenait donc pas à finir trop joyeux en présence d'un client.
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: La salle principale

Message par : Elias Baxter, Mar 14 Mar - 9:59


L.A. Asclépiussien accordé

« Cela fait un moment que je n'ai pas vu Anthony. J'imagine que vous avez tout autant de travail que nous, si ce n'est plus. Difficile de trouver du temps pour se voir. Même si nos relations se limitent à un rapport professionnel. Vous vous y plaisez ? » Elias resta le regarder un instant sans comprendre. Anthony ? Il connaissait pas d'Anthony. C'était un gars qui travaillait chez Ollivander's ? Soudain le sorcier comprit et se frappa le front du plat de la main. « Ah mais vous m'avez mal compris je pense mon ami. Je n'y travaille pas encore chez Ollivander's. Mais j'y pense ! Et j'irais très bientôt y poser ma candidature, c'est certain. Au moins je saurais qu'un gars qui y bosse s'appelle Anthony hein ? J'aurais du me douter que vous connaissiez du monde là-bas, vous êtes voisins après tout ! »

Ollivander's. Oui Elias se voyait bien là-bas. Il se voyait bien imaginer, confectionner des baguettes. Étudier aussi. Étudier les composants, leurs effets les uns avec les autres. Agissaient-ils de la même façon qu'en potions ? De nombreuses interrogations taraudaient l'esprit d'Elias à ce sujet, et très bientôt il espérait pouvoir les assouvir. A l'entente des dernières paroles du géant, Elias s'exécuta. Lui-même avait bien envie d'un thé. Vert. Le garçon fut de retour à leur table à l'instant même où le sorcier claqua des doigts, et il lui offrit un large sourire. « Rapidité, efficacité ! Tu es un maître en la matière toi hein ? Mon ami et moi voudrions du thé je te pris. Un thé noir pour monsieur, un vert pour moi. A la menthe. » Le bonhomme claqua des talons tel une recrue avant de partir servir les deux tasses, qu'il ramena à leur table promptement. Elias le paya sans attendre et souffla sur sa tasse avant d'accorder un regard curieux à son interlocuteur.

« Dîtes, vous arrive t-il de faire des dons de... poils, d'écailles, de griffes ? Vous devez bien couper les ongles de vos animaux une fois de temps en temps, entretenir leur pelage, leur plumage... Vous faites quoi de ce que vous en retirez, vous les offrez ? Vous les vendez ? Pour tout vous dire je serais assez intéressé, je suis toujours à la recherche de nouveaux composants. » Il plaça ses mains en coupe autour de son récipient fumant et en lécha le dessus à la manière d'un chat pour vérifier la température avant de boire quelques gorgées du breuvage mentholé.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: La salle principale

Message par : Asclépius Underlinden, Jeu 16 Mar - 16:10






Le Chaudron Baveur


pour Elias & Finrod Elensar





Et le voilà qui repartait, abandonnant les deux clients. Dommage, ils étaient intéressants. Mais, qui pouvait-il ? Il avait le pas dansant, les tables étaient rondes, la plupart n’avaient pas de nappes, ce qui était plus efficace, pour passer un coup de torchon, ou d’éponge, ou de baguette. Mais il aimait bien le contact, contre le bois, et l’eau. Les éléments, quoi. Il avait tout d’un alchimiste, à titiller les quatre du bout des doigts, même si ce n’était qu’une dérivation de son jeune esprit bouillant, parmi tant d’autres.
Il repassa cependant dans le coin un peu plus tard, histoire de débarrasser la table, acquiescer à l’appel du chef, le compagnon du Voyageur, puis revenir avec un autre plateau : un thé noir pour le Voyageur (qui ne le décevait pas en prenant du thé, parce que visiblement, le bonhomme aimait ça), et un vert mentholé pour le grand dadais.

Et 6 mornilles dans la poche, un air de musique au bout des lèvres, le voici qui repartait, toujours dans le coin, toujours disponible, sauf quand c’était l’heure de la pause. Faudrait vraiment être un horrible personnage, pour venir déranger quelqu’un pendant son thé de l’après-midi.

_________________
HRPG

Petit passage furtif pour officialiser la commande !
Elias : 1 thé noir & 1 thé vert à la menthe ~ 6 mornilles
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: La salle principale

Message par : Finrod Elensar, Mar 21 Mar - 9:21


- Oh excusez-moi, en effet j'ai dû mal vous comprendre. Mais vous saurez qu'Anthony est la patron de la Boutique. Anthony Adams. Vous verrez, c'est un bon patron. Les baguettes doivent être un domaine fascinant. Même si je n'ai jamais entrepris des recherches sur ce sujet. Ma boutique me prend beaucoup de temps et je profite de mon peu de temps libre pour d'autres activités.

Pour tout dire, Finrod ne savait pas grand chose de la qualité de patron de cet homme, mais il l'avait apprécié le peu de fois où ils s'étaient rencontrés. Pour des personnes travaillant dans la même rue, leurs contacts étaient assez inexistants. Mais la seule fois où ils avaient discuté, cela avait valu une visite d'Auror et une conférence de presse de la part du Premier Ministre. Depuis, c'était le calme plat. À croire que cela avait calmé les hardeurs de chacun.

Elias s'aligna sur la boisson que Finrod désirait. Et le serveur fit à nouveau son apparition. Le Fourchelang comptait payer mais pas le temps que tout s'était enchaîné rapidement. Décidément, ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait sortir quelques pièces.

- Non, nous ne vendons rien. Je préfère prendre soins de mes animaux et ne pas pousser au commerce de leurs plumes ou que sais-je encore. En revanche, je crois bien que Barjow & Beurk vendent de quoi concocter quelques potions. C'est dans l'Allée des Embrumes...

Encore une allusion à cet endroit. Certains la fuyait comme la peste, d'autres s'y aventuraient à la recherche d'objets peu recommandés auprès de gens peu recommandables.

- Je jette le tout la plupart du temps vous l'aurez bien compris. Personne encore ne m'avait proposé d'acheter ceci. Peut-être que je peux m'y mettre. Vous auriez besoin de quelque chose en particulier ? Mais je ne vous promets rien pour autant. Et merci pour le thé.

Nouveau filon commercial ? Peut-être pourtant il n'était pas très motivé à le faire. Mais pourquoi ne pas rendre un petit service à un seul intéressé ?
Revenir en haut Aller en bas
Senara MacLean
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La salle principale

Message par : Senara MacLean, Mer 22 Mar - 18:10


Réponse à Lilisk pour clôturer ce RP

C’est fou comme certaines personnes ont l’art de s’imposer à vous dans des moments totalement inattendus. Voire des moments critiques.
Mais après tout, c’est peut-être dans ces moments-là justement qu’on découvre les gens.

Quoiqu’il en soit, Avant cette escapade en capitale, Senara n’avait pour ainsi dire jamais parlé à Liskuvo, un bonjour par-ci par-là, un renseignement ou deux peut-être. Rien de plus.
Et voilà qu’il proposait galamment (on pourrait même dire chevaleresquement, mais je ne sais pas si le mot existe), voilà donc qu’il proposait de l’accompagner et de la soutenir dans l’épreuve tragique qu’elle traversait (oui, je dramatise, et alors?).

Quel dommage dommage que ses dernières phrases soient venues tout gâcher.


« Je te suivrais pour m'assurer que tu ailles bien à l'hôpital et pas que tu sois venue pour rencontrer des gens mal intentionnés. » ; « si tu dis la vérité »

« Si » ???

Les mains de Senara se crispèrent sur sa tasse désormais vide. Un nuage noir passa dans ses yeux noisette. Elle lui avait fait confiance, lui avait exposé ses problèmes et ce qu’elle comptait faire. Et voilà qu’il mettait sa parole en doute !
Elle ne lui avait rien demandé, elle, pour commencer ! Il n’avait qu’à rester tranquillement à Poudlard au lieu de la suivre !
Mais avant qu’elle n’ait eu le temps de lui balancer ses quatre vérités en pleine poire, il s’était levé et avait annoncé qu’il l’attendait dehors, au frais.
Est-ce que c’était la chaleur qui lui était montée à la tête ? Ou le chocolat chaud ? Elle devait admettre que l’atmosphère encombrée, bruyante de la taverne n’aidait pas à la réflexion. Et qu’elle était elle-même un peu (beaucoup) à cran.
Laissons-lui le bénéfice du doute, elle allait considérer qu’il avait fait une tentative d’humour (maladroite) ou quelque chose du genre. Ou qu’il s’inquiétait vraiment qu’elle ne fasse de mauvaises rencontres. Comme un preux chevalier.
L’image lui tira un sourire alors qu’elle se levait et se dirigeait à son tour vers la porte. Avant de la franchir, elle jeta un regard vers la salle, légèrement embêtée.
On lui avait appris à toujours saluer avant de quitter un lieu, fusse-t-il un bar bondé, alors, elle cherchait des yeux le garçon qui s’était occupé d’eux. Ça lui semblait la moindre des politesses. Mais il était sans doute très occupé avec cette foule. Elle finit par l’apercevoir au loin, et, à défaut de pouvoir lui dire au revoir au milieu du bruit ambiant, lui adressa un geste de la main, sans aucune certitude qu’il l’ait vue, et avec l’impression très désagréable d’être passablement ridicule. Tant pis, elle ne connaissait personne ici et avait peu de chances de revenir dans un avenir proche (elle ne prévoyait pas d’autres fugues à Londres avant longtemps).
Senara sortit donc et rejoignit Lisk, adossé contre un mur.


-Me voilà ! Je te promets que je n’ai rencontré aucune personne louche !

Autant prendre sa remarque de tout à l’heure avec humour. Au pire, il était sérieux et ça l’agacera. Tant pis pour lui.

-Bon, alors, on y va ? Direction Sainte-mangouste !

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: La salle principale

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 22 Mar - 18:20






Le Chaudron Baveur


pour Keira Sanders





Généralement, il était plutôt content de venir faire son stage au Chaudron. Déjà, parce qu’il avait l’illusion de la mobilité et de la liberté, en venant régulièrement à Londres, ville qu’il affectionnait, et ensuite, parce que le cadre de travail était sympathique. Les collègues aussi, entre la gérante et la patronne, même s’il ne les connaissait absolument pas. Avait-on seulement besoin de connaître quelqu’un pour l’apprécier ? Son sentiment envers Keira semblait le démontrer, puisqu’il l’appréciait sans la connaître. Il ne savait que des informations superficielles sur sa personne : elle jouait au Quidditch, elle jouait aux bavboules, elle était préfète. Connaître quelqu’un pour ses fonctions… C’était déjà un début. Bon, ou pas, de ce n’était pas de son ressort d’en juger, et il se satisfaisait bien de cet état de fait : y avait une distance assez agréable. La proximité, c’était pas son truc, même s’il se réjouissait de chaque check de Lïnwe, ou de chaque salut d’Azaël. C’était nouveau, dans sa vie estudiantine, et pas désagréable. Ça lui donnait presque comme une petite chaleur au cœur… Et l’envie journalière d’en savoir un petit peu plus sur ses camarades cordiaux, à tendance amicaux.
Oui, il n’avait décidemment pas à se plaindre, même s’il appréciait sans connaître, parce qu’il se disait que ce genre de chose, dans la construction de l’amitié, ça devait venir petit à petit, à son rythme. Comme maintenant, où il découvrait des choses sur sa camarade. Des choses qui le faisaient sourire, parce que ça venait glisser, en archet de curiosité, sur les cordes de sa passion.

« - Oh, les potions ! Et voilà, les deux semblaient baigner dans le même état d’excitation. Tu en côtoies beaucoup, pendant ton stage, avec les baguettes, ou tes activités artistiques diverses ? Même s'il ne savait trop lesquels. Enchantements, je me doute, mais les potions… Un petit temps propice à la réflexion intérieure s’écoula. Tu te sens de poursuivre sur ce chemin-là après Poudlard ? T’engager dans la recherche ou l’artisanat, ou l’enseignement ? Je ne te vois pas trop enseigner… Lueur taquine dans le regard, et honnêteté au coin de la langue. Ou alors, faire toute autre chose ? Chez les Moldus, ou dans un autre pays ? Ou quelque chose qui n’a rien à voir avec tout ça ? »

Un « désolé, je parle trop, je suis curieux, j’aime dérailler », au coin de la bouche, qui reste inexprimé, car il ne doute pas un instant que les capacités cérébrales de Keira soient suffisantes pour comprendre cet implicite, dans la torsion de son visage maladif, aux intonations enfantines.
Un coup d’œil périphérique dans la salle, le constat qu’on n’a pas la nécessité de sa charmante personne actuellement, si ce n’est un joyeux salut d’au revoir adressé à la cliente au chocolat liégeois, qu’il lui rendit bien amicalement. En même temps, il avait l’espoir qu’il ne dérangeait pas sa camarade pendant l’heure de sa pause. Au caillou, sinon, il irait rouler sa pierre ailleurs, façon bouvier des tavernes.
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: La salle principale

Message par : Elias Baxter, Sam 25 Mar - 12:09


Merci Asclépius !


Non, nous ne vendons rien. Je préfère prendre soins de mes animaux et ne pas pousser au commerce de leurs plumes ou que sais-je encore. En revanche, je crois bien que Barjow & Beurk vendent de quoi concocter quelques potions. C'est dans l'Allée des Embrumes... Mmmh. En effet, Elias connaissait l'endroit, bien qu'il évite adroitement d'y poser le pied. Il abhorrait l'atmosphère pesante qui y régnait, et ne faisait aucunement confiance ni au maître des lieux ni aux produits qu'il vendait. Il préférait se servir à la source. Au moins il savait d'où ça venait, et il était certain que les composants n'avaient pas été ensorcelés au préalable. On n'était jamais sûr de rien de nos jours. Je jette le tout la plupart du temps vous l'aurez bien compris. Personne encore ne m'avait proposé d'acheter ceci. Peut-être que je peux m'y mettre. Vous auriez besoin de quelque chose en particulier ? Mais je ne vous promets rien pour autant. Et merci pour le thé. Ah. L'affaire n'était donc pas close avant d'être ouverte, c'était une bonne nouvelle ! Elias leva sa tasse au niveau de ses yeux.

« Mais de rien, c'est avec plaisir ! Pour tout vous dire je conçois tout à fait votre vision des choses. Ces animaux ne sont pas uniquement votre gagne-pain, vous les aimer. Mais vous le dites vous même, vous jetez tous ces composants, ces poils, ces plumes, ces ongles coupés... Tout ce que je dis c'est que c'est du gâchis ! Vous pourriez prendre soin de vos animaux tout en faisant profiter quelques personnes de tous ces entretiens. » Elias se pencha légèrement au-dessus de la table. « Vous avez raison pour Barjow & Beurk, simplement je n'ai pas tout à fait confiance en eux. Vous me semblez être un gars honnête, et je saurais utiliser ce que vous pourrez me confier à bon escient ! Pour mes potions j'ai besoin d'un peu de tout, mais très souvent il s'agit de ces fameux résidus que les animaux perdent naturellement. Si je pouvais venir à la boutique une fois le mois récupérer vos restes - je vous paierais bien entendu - ça m'ôterait une épine du pied ! » Elias s'abreuva de quelques gorgées de thé avant d'ajouter. « Vous savez je chasse tout ce que j'utilise dans mes potions. Je passe beaucoup de temps en extérieur à rechercher les composants dont j'aurais besoin pour mon travail. Ça fait beaucoup de déplacements, et parfois je reviens bredouille. C'est un métier compliqué... » La carte de la compassion ainsi jetée sur la table, le sorcier planta son regard dans celui de Finrod, espérant avoir fait mouche.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La salle principale

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 66 sur 69

 La salle principale

Aller à la page : Précédent  1 ... 34 ... 65, 66, 67, 68, 69  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.