AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 17 sur 20
Etre tranquille
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19, 20  Suivant
Leo Keats Gold
Gryffondor
Gryffondor

Re: Etre tranquille

Message par : Leo Keats Gold, Mar 17 Mai 2016 - 23:16


Inspiration proche de zéro
Vraiment désolée


Les mots ont franchis tes lèvres. Tu n'as pas franchement pu les rattraper, même si tu sais que tu risques d’amèrement les regretter. Globules Blancs, Globules rouges. C'est un lien, un début, une esquisse. Suffisant pour se confier ? Peut-être. En général. Mais pas pour toi. Tu ne t'ouvres pas comme ça. Tu ne t'ouvres pas du tout même. Tu t'abandonnes, de temps en temps. Mais pas souvent. Tu sais que ta déclaration amène une question. Tu attends de voir si ta cousine a pu entendre parler de la faire. Tu en as tout de même parlé avec un intérêt certain. Voir si elle peut te révéler quelque chose. Elle est de la famille de ta mère.    Sang de son sang.

Tu bois une gorgée. Une petite. Doucement, ne pas te laisser dépasser. Trop habitué à l'alcool. Depuis cinq ans déjà. Ton ami, ton allié, qui t'accompagne dans tes soirées. Mais tu ne souhaites pas le montrer. Alors tu bois. Ta boisson, modérément, petit à petit. En attendant une réaction, n'importe quoi.

Et celle-ci vient, d'une petite voix qui te tire un sourire. Elle compatit, mais tu n'as pas besoin de compassion. Tu as toujours fait sans. Alors ça ne va pas changer.

- [i]Qu'est ce qu'il sait passé ? Je t'avoue que mes parents ne me parlent pas beaucoup de la famille, si pas pas du tout en fait. Enfin, si tu ne veux rien dire je comprend, c'est même normal. Mais je suis là pour toi si besoin.[/i

Tu souris, et laisse échapper un petit rire. Pas besoin d'en faire tout un drame. Les histoires de famille c'est courant. Et la tienne n'est rien à côté de ce que ta narratrice a pu voir des Peverell.

- Ne t'inquiète pas, c'est pas bien grave. Juste un peu pénible  à traverser. Mais je me fais petit à petit à l'idée. Je ne sais aps si tu te souviens de ma mère ? Enfin, peu importe. J'ai récemment appris qu'elle n'était pas celle que j'imaginais. Un autre homme que James dans sa vie. Mon père biologique. Qui a déjà une fille. Kathleen Gold. Je l'ai rencontrée il y a peu.

Tu la rassures dans un sourire, lui prouvant que le sujet n'est plus si sensible, qu'elle n'a pas à t'offrir sa compassion, parce que tu n'en veux pas. Tu ne fais que la tenir au courant des actualités familiales. Rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Etre tranquille

Message par : Amy Shields, Ven 20 Mai 2016 - 18:01


Réponse à Leo
Je sais pas ce que je fais, je suis tout le temps en retard '-'
Désolée >< J'espère que ça te va du coup .-.


Tromperie, tromperie et encore tromperie. Ah qu'elle ne connaissant trop bien cet acte irréparable dans la vie d'un couple. Cette chose, qu'un des deux fait à l'autre sans même se rendre compte du mal que ça va causer. Aller voir ailleurs, aller embrasser ailleurs, aller coucher ailleurs, aller aimer ailleurs,.. Que de choses loin de son compagnon ou de sa compagne n'est ce pas ? Que de choses qui peuvent briser en mille morceaux la confiance de son âme soeur, ou même briser totalement sa confiance en soi. Oh douce amertume suite à un échec, à une blessure, tu m'avais manqué.


Amy ressentit comme si on lui avait balancer un poing dans l'estomac. L'adultère, pour dire ça dans en un joli mot, voilà bien quelque chose qui lui faisait horreur. La jeune femme regarda Leo, guettant le moindre signe de tristesse ou de faiblesse. Mais rien ne vint, juste un sourire apaisant, lui disant que ça allait, que ça irait toujours. La brunette le lui rendit, son sourire. Bah quoi ? C'était sa marque sa fabrique non ? Enfin bref, alors comme ça elle avait il avait une demi soeur et par conséquent, elle même avait une demi-cousine ? Ca se disait ça, demi-cousine ? Pas tellement en fait. Pas grave, nouveau mot inventé par Amy Shields. Du coup, quel age avait-elle cette.. demi cousine ? Elle ne devait pas être beaucoup plus agée ou même beaucoup plus jeune qu'eux. Normalement. Et à quoi pouvait-elle bien ressembler ? Car si elle avait hérité d'une partie de la beauté de Leo, bonjour la bombe que ça devait être ! Enfin, si ça se trouvait, c'était une naine.. Oulà ! Stop stop, Amy, recommençait à partir en sucette. C'était mieux qu'elle reprenne la parole pour éviter de continuer à penser des bêtises pareilles.


- Oh.. Je suis désolée Leo. Ca doit être un peu dur. A vrai dire je ne me souviens pas beaucoup de ma tante. Des flash, simplement et encore.


Et c'était vrai. De simples arrêts sur image flous, voilà tout ce qui restait à Amy de sa tante. Ah, être enfant ça ne servait pas pour ce qui était de se rappeler de certains détails comme les visages par exemple.. Enfin, elle ne pouvait rien se reprocher en un sens. C'était plutôt normal.


- Kathleen ? Jamais entendu parler non plus. Enfin, comme je l'ai dit, mes parents parlent très peu de la famille en général, c'est donc normal que son prénom ne me dise rien. Elle a quel âge ? Comment est-elle ? Je suis curieuse d'un coup. Dis donc, Tu rencontres énormément de gens de ta famille ces derniers temps. Je ne saurais pas dire si c'est une bonne ou une mauvaise chose.


Petit sourire dans sa direction. Bah c'est vrai quoi, si ça se trouvait, Kathleen allait être infernale, et il n'allait peut-être pas du tout supporter le tempérament extraverti d'Amy. Donc comment savoir si leur rencontre était une bonne chose. Question sans réponse. Après quelques secondes de pose qui servirent à l'animagus pour su'elle reprenne une gorgée d'alcool, elle enchaina en passant une main dans ses cheveux, ramenant ceux de devant vers l'arrière.


- Enfin, jusqu'à présent je n'ai pas de frère ou de soeur cachés. Mais bon, on est jamais à l'abris de rien, je le sais mieux que quiconque.


Légère allusion à sa vie de Phénix. Mais comment pouvait-il savoir ? Personne ne savait. Sauf les autres membres de l'Ordre. Jusqu'ici elle avait réussi à garder le secret, chose assez incroyable vu le genre de la jeune femme qui était de ne pas toujours réfléchir avant de parler. Mais bon, on ne pouvait qu'applaudir du coup, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Etre tranquille

Message par : Leo Keats Gold, Mer 25 Mai 2016 - 15:01


Tu souris toujours, sincèrement, parce que tu t'en moques de tout ça. Tu t'en fous royalement même. Ça te passe au dessus depuis quelques temps, parce que tu as compris que ta vie n'était pas normale. Tu prends désormais les choses comme elles viennent, sans te poser de questions. Et si une autre cousine devait tomber du ciel, et bien soit. Tu as tout de même pris la décision de renouer avec la famille de ta mère, avant de découvrir celle de ton père. Alors tu es là, face à la Shields, qui te rappelle ta mère, agréablement. Echo d'un passé dans lequel tu ne t'es pas encore replongé, il te ramène à lui, à elle. Tu sais que tu prendras le temps, quand tu te sentiras prêt, de repenser à tout cela, de faire ce foutu point. De décider si tu en veux réellement à James, à ta mère... Et à ton père Gold aussi. Mais pour l'instant tu n'as pas la motivation nécessaire, alors tu contemples ta vie. Et ton globule blanc globule rouge aussi. Tu lui souris, l'air de dire "Tout va bien", parce que oui, tant que tu n'y feras pas face, tout ira bien. "Coward". Tu chasses cette foutue voix rapidement, alors que Amy reprend la parole, doucement:

- Oh.. Je suis désolée Leo. Ca doit être un peu dur. A vrai dire je ne me souviens pas beaucoup de ma tante. Des flash, simplement et encore.

Tu hausses les épaules, l'air de dire "Et alors ? Je ne m'en souviens plus bien non plus...". Tu es trop fier pour l'avouer, con comme tu es, mais la compassion de ta cousine te touche. Un peu, tout de même. Alors tu te mens à toi même, et dans un sourire de remerciement tout sauf sincère, tu retiens ton venin, que tu serais tenté de lui cracher au visage. Elle ne t'a rien fait. Globle blanc, globules rouges.C'est peut-être ce qui te retient au final.

- Kathleen ? Jamais entendu parler non plus. Enfin, comme je l'ai dit, mes parents parlent très peu de la famille en général, c'est donc normal que son prénom ne me dise rien. Elle a quel âge ? Comment est-elle ? Je suis curieuse d'un coup. Dis donc, Tu rencontres énormément de gens de ta famille ces derniers temps. Je ne saurais pas dire si c'est une bonne ou une mauvaise chose.


Tu souris, c'est vrai, tu découvres ton sang, ton arbres, vielles comme jolies branche. C'est un joli rameau ta cousine d'ailleurs, pétillante, souriante, elle semble être dotée d'une personnalité qui n'est pas pour te déplaire.

- Je ne la connais que pour lui avoir parlé quelques fois, mais elle m'a l'air sympathique, bien que sacrément écorchée. Elle m'a tout l'air d'avoir un léger grain de folie, mais je pense que c'est plus de famille qu'autre chose.''Ouais, enfin toi c'est pas un grain, mais un baobab mon pauvre" Ta gueule la voix, laisse le tranquille, pour une fois. Mais oui, je découvre pas mal de monde, entre la branche Shields, et la branche Gold, ça me fait du monde à découvrir.

Tu lâches un soupir d'aise, et reprends une gorgée. C'est qu'elle te met à l'aise la petite Amy, avec son franc parler.

- Enfin, jusqu'à présent je n'ai pas de frère ou de soeur cachés. Mais bon, on est jamais à l'abris de rien, je le sais mieux que quiconque.

Tu hausses les sourcils, mais ne demande rien, chacun ses secrets, tu en as d'ailleurs ton propre lot. Entre le grand Père de Miss Lin,  et ton attrait pour l'ordre noir, tu sais bien que tu ne pourras jamais complètement parler, être entier. Alors tu laisses passer un temps, puis tu enchaînes, sur autre chose:

- Et toi alors ? PArle moi de toi un peu, ça fait si longtemps... Tu étais à Poudlard j'imagine ? Dans quelle maison si ce n'est pas indiscret.  
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Etre tranquille

Message par : Amy Shields, Lun 13 Juin 2016 - 17:07


Et toi alors ? Parle moi de toi un peu, ça fait si longtemps... Tu étais à Poudlard j'imagine ? Dans quelle maison si ce n'est pas indiscret.  


Ouch, la question. Non pas qu'Amy avait honte de sa maison, mais elle avait remarqué que lorsqu'elle disait qu'elle avait été à Poufsouffle, les gens avaient tendance soit à sourire, soit à carrément lui faire comprendre qu'elle n'était pas crédible. La jeune femme n'avait jamais compris en quoi cette maison était niée par tous. Ceux qui y étaient étaient pourtant des gens vraiment formidable, pour la plupart. Alors en quoi la maison Poufsouffle était elle une maison plus faible. Aucune idée. Bref, la jeune femme n'allait pas commencer à déferler sa haine envers les gens qui pensaient ça ici. Il fallait en revenir à son cousin. Tu le dis calmement, et tu espères qu'il n'aura pas une réaction trop poussée.


- Oui, j'ai effectivement été à Poudlard. Etrange qu'on ne se soit pas beaucoup croisé au final. J'ai été à Poufsouffle. Toi je ne te pose pas la question, je le sais. 


Nouveau sourire vers celui qui est de sa famille. Quelle étrange sensation. Famille. Mouais, un mot se raccordant à " Parents " dans la tête de la brunette étant donné qu'elle n'avait jamais que connu ça. Le fait que ça change aussi rapidement lui faisait bizarre et, il fallait le dire, un peu peur. Si elle avait un cousin caché, qu'est ce qu'elle pouvait avoir encore ? Lui avait bien découvert une soeur. Alors pourquoi pas elle. Cette pensée fit frissonner la gérante qui, par réflexe, baissa ses yeux bleus vers son verre d'alcool. Il fallait vraiment qu'elle arrête de s'imaginer des choses pareilles sérieusement. Ca en devenait flippant. Bon, relancer le sujet de discussion avec quelque chose. Réfléchis tête de citrouille.


- Sinon, rien de spécial de mon côté, tu sais déjà tout. Je suis devenue gérante il y a peu. Rien de plus. Maintenant si tu as une question spécifique n'hésite pas ! Je comprend que tu ai envie d'en savoir plus sur moi.


Petit clin d'oeil avant de boire une gorgée. Ca faisait du bien. Heureusement qu'elle avait appris au fil du temps à mieux tenir l'alcool parce qu'avant, c'était désastreux. Puis, il fallait le dire, maintenant, ça lui servait pas mal le fait de pouvoir boire un peu pour oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Etre tranquille

Message par : Leo Keats Gold, Mar 14 Juin 2016 - 14:26


Curiosité Familiale,
Voir de qui d'autres tu tiens,
Une mère sur un piédestal,
Une père inconnu au bataillon.
Alors Amy, dis lui un peu.
Qui es-tu ?
Que veux-tu ?
D'où viens-tu ?


Tant de questions qui s'agitent encore sous ton crâne Keats, à l’intérieur brûlé, acide. Seul entre deux eaux, courants. Tu ne peux t'epêcher à ressonger à tes années d'enfance alors que tu vois ta cousine se refermer suite à ta questions. Tu repenses à toi, dix-sept ans en arrière. Avant les Gold, avant l'accident, avant tout cela. Quand tu étais enfant Keats. Un enfant normal, parce que oui, tu as été normal un jour, c'est cela dont je veux que tu te souviennes. Quand tu jouais avec tes cousins, semant la nièce de James dans les bois pour t'en décoller. Tu te souviens moins de Amy, tu la voyais probablement moins souvent. Mais le peu de flashs qu'il te reste n'ont jamais contenu autre chose que de bons souvenirs.

T'as jamais vraiment cherché à savoir ce qu'elle était devenue, non par manque d’intérêt, mais tu avais bien d'autre soucis à gérer. Tu n'as jamais cherché à savoir ce qu'elle était devenue avant aujourd'hui, même à Poudlard, tu aurais pu te douter qu'elle s'y trouvait.Mais non. Il n'est jamais trop tard, qu'ils disent. Et bien te voilà, renouant contact, des années plus tard. Buvant allègrement en compagnie de la belle. Bien que tu souhaiterai bien quelque chose d'un peu plus fort... Mais non, tu soignes les apparences. Le paraître Leo, le paraître.

- Oui, j'ai effectivement été à Poudlard. Étrange qu'on ne se soit pas beaucoup croisé au final. J'ai été à Poufsouffle. Toi je ne te pose pas la question, je le sais.

Sourire de ta cousine, auquel tu réponds sincèrement. Tu n'as rien contre les Poufsouffles et général, si tu savais d'ailleurs que d'ici deux ans tu tomberais fou amoureux de l'une d'entre elle... Il est vrai que tu n'as, pour l'instant, jamais eu d'affinité particulière avec un Jaune. Tu sais pourtant vaguement que du côté de ton père, les cousines à Poufsouffle ne sont pas rares. Donc tu rassures Amy, ce n'est pas de toi qu'elle doit craindre une quelconque remarque négative.Un haussement d'épaule indifférent.

- Sinon, rien de spécial de mon côté, tu sais déjà tout. Je suis devenue gérante il y a peu. Rien de plus. Maintenant si tu as une question spécifique n'hésite pas ! Je comprend que tu ai envie d'en savoir plus sur moi.


T'as pas de questions en particulier, parce que tu n'as pas envie d'être indiscret. De brusquer. Tu n'es pas toujours à l'aise à l'oral, c'est pourquoi tu préfères les envoyer voir ailleurs plutôt que de leur parler. Mais là, c'est différent, il s''agit de ta cousine. Et crois-moi, il vaut mieux que ce soit toi qui pose les questions que le contraire. Alors tu brodes, maladroitement, tu improvises.

- Je n'ai pas de questions en particulier, je ne pars pas du principe qu'on apprend à connaître les gens en les interrogeant. C'est mieux de découvrir petit à petit qui ils sont tu ne crois pas ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Amnesius Croupton
Exclu(e) du jeu !
Exclu(e) du jeu !
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Etre tranquille

Message par : Amnesius Croupton, Jeu 14 Juil 2016 - 23:19


La nuit tombait comme tous les soirs sur le vieux Londres qui se couche à l'heure ou les hommes d'un autre monde sortent en toute liberté. Un smog inhabituel se dégageait des bouches d'égout souillées par le passage des roues des voitures Moldues. A des centaines de mètres sous la terre, bien plus loin que le égouts et le métro, un petit bonhomme dans sa cape de velours se dandinait dans un décor de briques noires. Et sous son ciel de faïence, Amnesius, jeune Auror qui venait de finir sa journée de travail acharnée jusqu'à en ramasser ses rétines sur les dépôts de plaintes ne rêvait plus que d'une bouteille de lait. Il était de notoriété publique que le sorcier ne buvait pas d'alcool. Il se rua donc le plus rapidement possible en direction d'une cheminée juste après avoir quitté les ascenseurs du bureau des Aurors. Il ne restait plus que quelques mètres et il pourrait se rendre immédiatement dans la salle principale du Chaudron Baveur, laquelle était naturellement reliée au réseau de cheminées. Il ne restait plus que quelques mètres, donc. Plus qu'un mètres. Mais le sol lustré lui fit perdre l'équilibre dans un râle qui faisait ressortir tout le timbre de sa voix dans l'atrium acoustique. Son pied droit partit en avant, perdant toute friction avec le sol avant de perdre tout contact avec ce dernier. Il se retrouva alors en l'air avant de retomber sur le carrelage. Maudits soient les elfes de maison et leur efficacité légendaire. Un jour ces misérables créatures fripées domineraient le monde. Le chasseur de mages noirs se leva alors en prenant appuis sur l'antre de son moyen de transport bien que le regard tout aussi appuyé des personnes qui s'étaient retournées sur sa chute auraient facilement pu le soutenir de la même façon.



Amnesius tourna alors dans les flammes vertes émeraudes en prononçant le nom de l'endroit dans lequel il voulait se rendre. « Chemin de traverse » dit il alors que la très célèbre allée devait contenir au moins deux cent cheminées différentes. Presque aussitôt, le damoiseau se retrouva dans une salle poussiéreuse. De la suie tomba sur ses cheveux depuis le conduit. Il se dépêcha d'en sortir. Une ambiance chaleureuse régnait dans cet endroit étrange. Il n'avait pas particulièrement de bon souvenir dans les bars, la première fois qu'il avait été boire un verre, Amnesius avait fini par tuer quelqu'un. Il ne savait pas tellement comment se comporter dans un tel endroit. Peut-être fallait il qui se tourne en direction du barman ou bien fallait il qu'il se pose à une table, tout seul. Ou bien enc... Son regard se posa heureux sur un visage connu. Le jeune demoiselle qui se trouvait là dans cet espace au fond de la petite salle. Que faisait elle là dans cet endroit célèbre sans accompagnement ? Elenna Benson était une de ses collègues au Ministère de la Magie. Sa chevelure blonde éclairait bien assez les alentours pour ne pas laisser de doute possible, personne ne l'accompagnait. Croupton se présenta donc devant la seule femme qu'il devait connaître à des hectomètres à la ronde.



Bonsoir, dit il alors qu'il avait passé la journée avec elle au bureau et que le soirée avait été bien entamée. Puis je m'asseoir avec toi ?



A peine venait il de le prononcer, cette question semblait particulièrement stupide. Pourquoi lui demander son avis ? Soit elle acceptait et il pouvait prendre position sans mot dire, soit elle refusait et il avait l'air particulièrement idiot. Dans les deux cas, il gaspillait de la salive dans des palabres sociales auxquelles il ne comprenait rien. D'ailleurs, s'il s'asseyait avec elle, de quoi pourraient ils bien parler ? La première chose qui lui venait à l'esprit quand il la voyait était le Ministère et il n'était pas du tout certain qu'elle veuille parler de son travail alors qu'elle se rendait toute seule dans un bar.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Etre tranquille

Message par : Elenna Benson, Ven 15 Juil 2016 - 0:19



Rp privé avec Amnesius Croupton.
LA accordé


Rien n'est plus vivant qu'un souvenir.


C’était une journée étonnante, surprenante. Elle était emplie de souvenirs sans aucune raison apparente. Depuis son réveil, chaque endroit qu’Elenna visitait lui rappelait une vague d’émotions et de moments qu’elle avait vécu un peu partout dans la capitale. Chaque coin et recoin la faisait vibrer comme à l’époque, comme si toute sa vie ne s’était déroulée qu’hier. Le temps passait à une vitesse affolante et s’il était le meilleur remède à plusieurs maux, il était aussi le premier à vous rappeler que votre durée d’existence s’amenuisait. Plus l’on vivait de choses, plus cela voudrait dire que bientôt nous ne vivrions plus du tout. C’était une façon assez déprimante de voir la vie, alors la jeune femme préférait vivre au jour le jour sans pour autant oublier les rencontres qu’elle avait pu faire, les choses qu’elle avait vues, les sentiments qu’elle avait éprouvés. Après tout, c’était tout cela qui avait fait d’elle la femme qu’elle était et lorsqu’elle se regardait dans un miroir, elle ne regrettait aucun de ses choix.

La belle se leva de son lit d’un bond. Alexander n’était pas là. Où était-il encore passé ? Tant pis pour lui, la journée excursion se ferait sans lui. Elle avait envie de bouger, de se remuer, de se dandiner, de danser, de… Bref. Après un coup de brosse dans ses cheveux et un peu de maquillage sur ses yeux, elle enfila une petite robe blanche légère qui lui donnait l’impression d’être un ange, assortie à sa chevelure et neige et son air de poupée de porcelaine. Glissant son sac en bandoulière sur son épaule, elle y mit rapidement sa baguette magique, un mouchoir, quelques galions dont celui qui lui servait à appeler ses amis en cas d’urgence, deux trois bricoles et elle fut enfin prête. Eden releva la tête depuis son petit lit rouge, la queue fouettant déjà l’air. Promenade ? Quelqu’un a dit promenade ? Le beau Golden Retriever bondit de sa niche devant le sourire de sa maîtresse. Cette fois-ci, elle l’emmenait, oui oui oui. La louve attacha rapidement son beau collier en cuir autour de son cou et saisit sa laisse alors qu’il se secouait, lâchant un nuage de poils autour d’eux. Il n’avait plus rien à voir avec la petite boule de poils qu’il était lorsqu’Elenna avait rencontré son fiancé, mais il restait tout aussi adorable. Son chef se mit accroupie, l’invitant dans ses bras en sifflant et ils transplanèrent.

Le premier endroit de la journée fut la Russie. Etonnante destination de voyage me direz-vous mais c’était là que l’Auror avait rencontré Alexander et le chat qui lui servait d’animagus. C’était ça le début d’une longue histoire d’amour : la neige, le froid, le nez qui coule et les doigts congelés. Du romantisme à l’état pur. La jeune femme passa plusieurs minutes assise sur un tronc d’arbre, observant le paysage, profitant du silence, respirant l’air frais. De son côté, Eden sautillait comme un fou dans la taïga, cherchant un semblant de neige que le soleil avait déjà fait fondre. Il se prit même à l’idée de courir après un élan qui le sema rapidement, envoyant un joli coup de sabot dans sa direction. S’il parvint à l’esquiver de justesse, il ne fait aucun doute que le toutou eut la peur de sa vie. Elenna embrassa son poil chaud et transplana de nouveau, son adorable peluche dans les bras. Tout au long de la matinée, ils visitèrent de nombreux endroits : les rues de Londres, la campagne du nouvel an, le Quartier Général de l’Ordre du Phénix, les alentours de Poudlard. Ce soir, ils iraient au Chemin de Traverse et son Chaudron Baveur.

Si Eden se baladait sans laisse, bien aux pieds de sa maîtresse, Elenna fut bien obligée de lui mettre avant de rentrer dans le Chaudron Baveur.  L’après-midi de boulot avait été déprimante, et la demoiselle avait préféré sa matinée d’aventures. Elle poussa doucement la porte et fut heurtée de plein fouet par la chaleur qui régnait dans le bar. Beaucoup d’habitués étaient déjà assis à leur table, commandant verre sur verre, buvant alcool sur alcool. Sans se faire remarquer, la jeune femme fila vers une table dans le fond de la salle pour s’y asseoir seule, Eden s’allongeant entre ses jambes comme le gentil compagnon qu’il était. Alors qu’elle se penchait pour lui caressait le haut du crâne, une voix l’interpella.

" Bonsoir, Puis je m'asseoir avec toi ? "

La louve se redressa rapidement, le haut de son crâne heurtant violemment le bois de la table. Plaquant ses deux mains sur ses cheveux blancs en jurant comme un camionneur moldu, elle surprit le regard étonné de son chien. Après une flopée d’insultes que la table aurait certainement mal prise si elle était un être vivant, Elenna écarta ses bras pour apercevoir la personne qui lui avait fait peur et fit un sourire éblouissant en reconnaissant son collègue. Elle se releva enfin, arrangeant sa tignasse avant de lui répondre d’une voix froide.

" Non. Elle laissa passer quelques secondes avant de retrouver son sourire. Okey c’est bon, je rigole, panique pas et assieds-toi ! "

Amnesius sembla enfin se détendre avant de prendre une chaise et de s’asseoir face à elle. La jeune femme continua de lui sourire, s’asseyant un peu mieux sa chaise. Elle le connaissait depuis peu mais il avait l’air d’un gars bien. Après tout, c’était un Auror, quoi de mieux. Bon c’est vrai qu’il y avait des pourris mais lui n’avait pas la tête de l’emploi, il semblait sincère. Elle pointa le bout de son doigt vers dessous la table où Eden reniflait déjà les pieds de l’autre Auror.

" Amnesius, je te présente Eden. Eden, je te présente un collègue de papa et maman ! "

Elle accompagna sa fin de phrase d’un petit rire avant de reporter son attention sur le jeune homme.

" Que fais-tu ici dans un endroit si malfamé à une heure où seuls les alcooliques sont encore présents ? Tu permets, j’te tutoie hein, même si c’est déjà fait au boulot. "

Revenir en haut Aller en bas
Amnesius Croupton
Exclu(e) du jeu !
Exclu(e) du jeu !
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Etre tranquille

Message par : Amnesius Croupton, Ven 15 Juil 2016 - 8:49


Puis-je m'asseoir avec toi ?



La jeune fille se redressa de dessous la table et se cogna la tête sur le tablier du meuble. Etait-ce parce qu'Amnesius avait laissé échappé un gloussement que la belle prit plaisir à lui dire « Non » ? Il la considéra encore un moment sans rien dire, l'air un peu hagard et hébété. Il ouvrit la bouche comme pour signifier quelque chose mais ce fut un soupir qui en sorti sans agrément. Ok, c'est bon, je rigole, Panique pas et assieds toi. Semblant sourire de sa petite blague, elle dût lire le soulagement dans le regard du jeune homme gêné qui ne lui reprochait pas d'avoir accepté qu'il s'assît tant il ét ait engourdi par cette journée de travail où Benson n'avait, du reste, pas été très présente. Quelque chose semblait bouger sur ses pieds sans qu'il ne pu montrer son dérangement. C'était humide, ça grouillait, ça semblait même si gros que ça respirait bruyamment.



Amnesius, dit le demoiselle sur un ton solennel, je te présente Eden. Eden, je te présente un collègue de Papa et Maman !



Un sourire infini se dessina sur le visage du sorcier à la vue du Golden Retriever qui sortait le museau de dessous la table. Toujours aussi hagard, Amnesius plaça ses mains sous le coup de l'animal pour le caresser de friction en le grattant de sous la gorge jusqu'aux oreilles. Le chien semblait d'ailleurs beaucoup apprécier.



Ho qu'il est mignon ! Ho qu'il est beau ! Ne cessait il de répéter autant à l'adresse du chien que de sa collègue. Ho qu'il est beau, le bon chien chien. Amnesius resta un long moment sans rien dire de réel à profiter de cet instant avec un animal. Les Croupton n'en avaient jamais voulu, ils avaient toujours tant et si bien refusé la moindre bestiole chez eux qu'Amnesius s'était pris d'affection pour tout ce qui n'était pas humain. Holà le beau Golden, qu'il est mignon ! Il ne revint à la réalité qu'au moment où Elenna lui posa une question : « Que fais tu, ici, dans un endroit si mal famé à l'heure où seuls les alcooliques sont encore présent ? » Son attention ne se dissipait pas de l'animal, mais Elenna Benson semblait revenir dans son champ de vision avec netteté.



Je pourrais te poser la même question, répondit il sans répondre. Nous sommes des Aurors, il faut bien que nous allions voir ce qu'il se passe dans les endroit peu fréquentable tels que la plus fameuse auberge de Grande Bretagne. Un sourire se dessina sur son visage. Mais je m'étonne de l'absence de certains de nos collègues, je dois reconnaître que je me serais attendu à en trouver plus à cette heure de la nuit.



En réalité il n'était pas si tard que ça et Amnesius ne s'attendait à rien du tout mais rencontrer une autre Auror dans ces conditions était une aubaine : une occasion de se lancer dans une micro-enquête interne. Il n'était d'ailleurs pas Auror depuis très longtemps et de ce fait, ne connaissait pas tout le monde au Ministère de la Magie. Du reste, les personnes qu'il avait eu le temps de côtoyer, il ne les connaissait pas tellement. Continuant de caresser le duveteux quadrupède, il songeait à son Patronus qui prenait la forme d'un petit mustélidé sauvage, martre regorgeant de vitalité. Il se demandait ce que ça pouvait dire sur lui. Il se demandait si le Patronus de sa collègue était un Golden Retriever. Ce pouvait être encombrant mais toujours moins qu'un hippopotame. Cela dit, il n'osait pas le lui demander sans même trop savoir ce qui était à l'origine de cette gêne.



En réalité, reprit il, je me pose beaucoup de questions sur nos collègues... Je suppose que c'est normal puisque je viens d'arriver ici. Mais si tu pouvais me dire ce que tu en penses...



Amnesius détourna un instant son regard en direction du bar, se demandant si quelqu'un, un jour mais dans un futur relativement proche cela dit, allait daigner se lever pour venir les servir. Il ne connaissait personnes dans cette auberge, à cet instant précis, il aurait voulu rencontrer les serveurs.



Beau chien chien, ça...
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Etre tranquille

Message par : Elenna Benson, Ven 15 Juil 2016 - 14:35



Le Chaudron Baveur, c’était là où tout avait commencé. Si un lieu regorgeait des souvenirs c’était celui-ci. Chaque coin et recoin faisait penser à Noah, du moins dans l’esprit de la belle. Noah Alniott, c’était l’ancienne propriétaire du bar mais c’était bien plus, c’était celle qui avait fait en sorte que tout cela soit vrai, celle qui avait transformé la légende en réalité. L’Ordre du Phénix existait bel et bien et elle en avait été à sa tête avant Elenna. Il y avait de cela plus d’un an, l’ancienne Directrice de Poufsouffle avait organisé dans les cuisines de son établissement une réunion secrète, rassemblant tous les alliés des oiseaux de feu et la louve y avait été convié. C’était à ce moment précis qu’elle s’était rendue compte de l’ampleur de l’Ordre des Mangemorts, lorsque face à elle se trouvait des gens qui les avaient combattu, qui avaient vu les horreurs dont ils étaient capables, le chaos qu’ils semaient derrière eux. Peu de temps après, la belle avait été contacté pour ne plus être alliée mais bien membre à part entière des Phénix.

Le Chaudron Baveur, c’était une grande partie de son histoire. Lorsqu’elle regardait les tables, elle y voyait les soirées entre collègues mais surtout entre amis, les beuveries et les blagues douteuses. Lorsqu’elle voyait le comptoir, elle s’imaginait Noah derrière, son sourire sincère aux lèvres et son rire franc résonnant. Un mince sourire se dessina sur ses lèvres avant de chasser ses souvenirs de ses pensées, reportant son attention sur Amnesius. Lui, c’était le bleu, le dernier Auror à les avoir rejoints. Pourtant, il paraissait très prometteur et partageait les mêmes idées que la jeune femme, c’était du moins ce que disait les rumeurs car elle n’avait jamais eu l’occasion de lui parler réellement. Peut-être auraient-ils le temps de réparer cette erreur ce soir ? Il avait retrouvé un air normal bien que le refus de sa collègue l’ait mis sans aucun doute mal à l’aise. Il s’était assis face à elle et accueillit la bête poilue dans grand sourire. Eden ne se priva pas de fourrer son museau sur les jambes de son nouvel ami, en totale condition pour recevoir des caresses et l’Auror ne se fit pas prier.

" Ho qu'il est mignon ! Ho qu'il est beau ! Ho qu'il est beau, le bon chien chien. "

La demoiselle pouffa doucement. C’était fou comme les petits trucs à poils avaient tendance à rendre cons les gens. Un peu comme les bébés d’ailleurs. Pourquoi l’être humain se sentait obligé de s’adresser à ces braves bêtes comme s’ils étaient demeurés ? Certes, il n’était pas prouvé que les animaux fussent très intelligents mais Eden était loin d’être idiot, joueur et obéissant mais pas nœud-nœud. Elenna n’en voulait pas à son collègue, bien au contraire, elle trouvait cela amusant. Elle prit quelques secondes pour détailler ce nouveau visage. C’était un petit brun à l’allure un peu chétive malgré les muscles visibles sous sa cape noire. Un air sérieux semblait être peint en toutes circonstances sur son visage, c’était étrange de le voir sourire autant, comme s’il préférait la compagnie animale à celle des humains et de leurs horreurs. Il revient dans le monde réel pour répondre à la question d’Elenna.

" Je pourrais te poser la même question. Nous sommes des Aurors, il faut bien que nous allions voir ce qu'il se passe dans les endroit peu fréquentable tels que la plus fameuse auberge de Grande Bretagne. Mais je m'étonne de l'absence de certains de nos collègues, je dois reconnaître que je me serais attendu à en trouver plus à cette heure de la nuit. "

Elle lui rendit tout simplement son sourire, amusée par leur discussion légèrement hypocrite.

" Il est vrai que j’en suis étonnée aussi mais nous sommes sur le terrain, avec ou sans nos collègues. Mais je dois avouer que je réfléchirais mieux avec un verre posé devant moi, c’est essentiel pour une bonne surveillance… "

" En réalité, je me pose beaucoup de questions sur nos collègues... Je suppose que c'est normal puisque je viens d'arriver ici. Mais si tu pouvais me dire ce que tu en penses... "

" Je suppose que c’est normal aussi ! Les moldus se plaisent à dire que la curiosité est un vilain défaut. Moi je trouve que c’est l’une des qualités les plus formidables. Elle nous apprend à connaître notre univers, notre vie, ceux que l’on côtoie… Bref ! Que veux-tu savoir mon cher ? C’est l’heure des commérages ! "

Ne perdant pas son sourire éblouissant, l’ange s’assit contre le dossier de sa chaise en bois en scrutant les alentours. Quelqu’un allait-il s’occuper d’eux ou seraient-ils obligés d’aller se servir tout seul ? Si à l’époque de Noah la jeune femme n’aurait pas hésité, elle n’oserait pas cette fois-ci. Eden quémanda quelques caresses supplémentaires à son pote avant de revenir sous la table, le museau entre les jambes de sa maîtresse qui ronchonna de sentir sa truffe humide sur ses cuisses. Pourtant, elle enfouit sa main dans le doux poil de son compagnon, gratouillant son encolure alors qu’il fermait les yeux, bercé par les papouilles de sa maman adoptive. Un véritable bébé.

" La personne sur laquelle je pourrais te renseigner le mieux, c’est Alexander tout simplement parce que je devrais porter le même nom que lui d’ici quelques mois. Elle lui fit un clin d’œil. Nous sommes fiancés et vivons ensemble, tu le savais déjà peut-être ? Il n’est pas question de se cacher mais nous savons rester professionnels au travail ne t’en fais pas. Il est russe et a été à Serdaigle lors de sa scolarité à Poudlard. Ses valeurs sont les miennes, nous défendons la paix, la justice, ceux qui ne peuvent le faire seuls… Ça fait très discours tout ça dis donc ! Je vais t’épargner les choses cul-culs comme quoi il est l’homme de ma vie, il est beau, fort, intelligent et tout ce qui accompagne l’amour dégoulinant des couples ! "
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Etre tranquille

Message par : Valentina Boccini, Ven 15 Juil 2016 - 14:53


[quote="Valentina Boccini"]



Le Chaudron Baveur


pour Elenna Benson & Amnesius Croupton



____________________


Je pousse la porte du bar dans un état de fatigue assez terrible. J'ai enterré maman hier. Ce soir, je suis venue pour me changer les idées, pour boire un peu, me détendre si possible. Je traverse la salle en saluant les quelques habitués, enfile le tablier du CB, choppe un verre d'eau glacée pour me désaltérer puis file en cuisine prévenir Amy, qui est de garde, qu'elle peut rentrer chez elle. J'ai envie d'être seule. Certes, la solitude, dans une auberge, est très approximative, mais ici et maintenant, ce comptoir reste mon plus fidèle ami. Bien peu de monde pour le monde, mais progressivement, les tables se remplissent.

Finalement, un couple hétéroclite débarque l'un après l'autre et s'installe dans le coin le plus tranquille du Chaudron Baveur. Je les laisse s'installer, je vais pas leur sauter dessus, consulter un peu la carte, commencer leur conversation, puis, tranquillement, j'arrive à leur table avec un sourire. Je souris au chien, et le corbeau croasse méchamment à l'intérieur de moi. Calme toi, mon tout beau. C'est pas le clébard, qui me gêne. Je regarde la jeune femme. Tiens donc. Une odeur familière. Loup y es-tu ? Ou bien est-ce sa proximité avec le toutou qui lui confère cette odeur animale ? Je me questionne. Cela n'a duré qu'une fraction de secondes, pas de quoi se poser trop de questions.

« Bienvenue au Chaudron Baveur. Que puis-je vous servir ? »

D'ailleurs, ils mangent ou ils boivent, les cocos ? Parce que c'est pas tout à fait pareil, même si on est bien bas niveau tarif... Faut dire que l'argent, c'est pas le plus important à mes yeux. C'est pas pour ça que j'ai repris le Chaudron Baveur, du moins. Moins pour les sous que pour le sourire des gens, cette ambiance transcendante. Un rien d'électrique.

« Et si vous avez besoin de quoi que ce soit pour le toutou, n'hésitez pas ! » Nouveau sourire, à l'homme, à la femme.

Revenir en haut Aller en bas
Amnesius Croupton
Exclu(e) du jeu !
Exclu(e) du jeu !
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Etre tranquille

Message par : Amnesius Croupton, Ven 15 Juil 2016 - 15:54


A cet instant précis, Eden, Elenna et Amnesius étaient les seules vraies personnes que comptait le petit pub londonien. Les autres ne semblaient qu'être des éléments du décor sans la moindre importance qui donnaient toutefois sa vie et son charme à l'espace dans lequel se déroulait la scène. A toute heure du jour ou de le nuit, tant que l'enseigne était ouverte, il y avait de ces piliers de bar qui gardent le gîte mieux que leur propriétaire ; il y en avait toujours eu, il en resterait toujours. Elenna, si elle était une habituée des lieu, ce dont Amnesius doutait bien qu'il ne puisse en juger réellement, devait sans doute reconnaître ces personnes qui gardent le fût de chênes comme les gardiens d'un grand trésor qui se consume dans l'infini gosier de ces buveurs. Mais quelle importance que ces personnes perdent leur argent dans des commercent dont la moitié du chiffre d'affaire provenait justement de ces quelques personnages secondaires et sans intérêt. C'est sur l'un d'eux, un ivrogne dans un pull over gris tricoté par la magie d'un vieux fou sénile, accoudé au comptoir, une bierre-au-beurre à la main que le regard d'Amnesius se posa tandis qu'il écoutait sa collègue bavarder gaiement sur l'Auror qu'elle connaissait le plus : Alexander Scott. Jouant de figures de rhétorique, la belle Elenna le décrivait par litote : « Je vais t'épargner les choses cul-cul (ce serait génial, merci) comme qui il est […] beau, fort intelligent... » A n'en pas douter, Amnesius ne s'était pas rendu compte à quel point Alexander lui ressemblait. Et quelle modestie extérieur avec ça. A entendre parler sa compagne, le sorcier de l'est avait très certainement trouvé la femme qu'il lui fallait, Benson, en effet, n'avait de cesse de le complimenter et de rougir.

Croupton qui ne perdait pas une miette de ce qu'elle avait à dire resta suspendu à ses lèvres tout en fixant l'homme au pull de cendre pour faire croire qu'il n'écoutait qu'à demi mot, technique dont il ne se privait pas en interrogatoire. Mais lorsqu'elle eu terminé son discours à propos de son fiancé, ni l'un ni l'autre des deux sorciers n'avait eu de verre devant eux, sur la petite table de bois ronde. Eden s'était un peu calmé et tournait sous la table en faisant des vas et viens entre sa maîtresse et l'inconnu auquel elle parlait, lequel n'était pas avare de caresse. Finalement, l'animal se coucha sous les jambes de la jeune femme. Il n'y avait toujours pas de trace du serveur et pourtant, il était venu pour boire un verre. En charmante compagnie, il ne pouvait se permettre de ne pas lui en offrir un par la même occasion par simple politesse.

Voudrais que je t'offre quelque chose à boire ? Demanda -t- il enfin.

Scrutant le regard de la femme, Amnesius fut pris d'un sursaut sans savoir la motivation de sa crainte. Il lui semblait avoir vu dans le fond des yeux de celle qui lui faisait face, une flemme ardente et vivifiante. Une étrange sensation l'avait alors parcouru de la tête au pied. Feignant de n'avoir rien vu de ce qui devait sans doute venir de son imaginaire, il s'empressa de reprendre la parole.

J'ignorais que tu allais épouser Alexander, en réalité. Mais transmets lui mes sentiments les plus sincères. Tous mes vœux de bonheur. Dit il en arborant un sourire qui dévoilait des dents abîmées. Et en ce qui concerne nos autres collègues, reprit il, je ne les connais pas vraiment. Même toi je ne te connais pas tant que ça. La seule que j'ai eu l'occasion de voir en combat, ce fut Luia puisque c'est elle qui m'a fait ma formation. Le souvenir de son premier duel avec un adversaire digne de ce nom revint rapidement avec le plaisir de ressentir une fois de plus l'adrénaline comme s'il se trouvait dans la salle d'entraînement à cet instant. Mais je ne sais pas comment elle est dans la vie. Pas plus que Rosie ou que Arcturus.

Cette dernière information n'était pas tout à fait exact, Amnesius avait eu l'occasion de faire appel à Madverier à la fin de sa formation pour lui venir en aide contre un individu étrange. Il avait alors pu juger de la compétence de son collègue et s'était définitivement convaincu de ne jamais lui confier sa vie. Mais ce qui était intéressant à cet instant, c'était de savoir ce que pensait Elenna à son sujet. Priant pour qu'elle ne soit pas Legilimens, il laissa la question en suspend.

C'est à cet instant précis que la sommelière fit son apparition pour leur adresser un sourire entendu après un bref regard en direction de la pâle demoiselle.

Bienvenu au Chaudron Baveur. Que puis-je vous servir ?

Amnesius qui ne buvait pas réclama un Arnaqueur. Ainsi qu'une gamelle d'eau pour Eden comme la jeune demoiselle le proposait si gentiment.

Permets moi de t'offrir quelque chose, dit il à l'adresse de la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Etre tranquille

Message par : Elenna Benson, Ven 15 Juil 2016 - 20:22



Comme si de rien n’était, Elenna s’était lancée dans son petit monologue, racontant sa vie comme elle l’aurait fait à un meilleur ami qu’elle n’aurait pas vu depuis des années. C’était étrange pour certains mais elle n’avait pas de tabous, rien à cacher, à dissimuler. Sauf peut-être son appartenance à l’Ordre du Phénix. Heureusement, le sujet n’était celui-ci. Il lui arrivait parfois de se demander ce que serait sa vie si sa seconde identité était dévoilée au monde entier (bien que le monde entier s’en fichait probablement, mais pas les Aurors et sûrement pas les Mangemorts). D’un côté, les représentants de la loi, l’élite des sorciers, rêvaient de capturer les mages noirs mais aussi les oiseaux de feu. Après tout, ils avaient été déclarés comme criminels en fuite. Ce n’était pas totalement faux, ils avaient quand même exposé un cadavre de masqué fraîchement tué devant la plus grande banque des sorciers anglais. Il y avait de quoi les considérés comme des délinquants. Les Mangemorts eux, voulaient juste leur mort, rien de plus simple, histoire de n’avoir personne dans les pattes pour les empêcher de semer la mort et le chaos sur leur passage. Un meurtre de plus ou de moins, ce n’était rien pour eux…

" Voudrais que je t'offre quelque chose à boire ? "

Bien entendu ! Bavarder assèche la gorge et s’il y a bien quelque chose que la jeune femme n’aimait pas, c’était d’avoir l’œsophage en feu. Peu pratique pour… beaucoup de choses. Elle acquiesça d’un hochement de tête et d’un sourire sincère. C’était sûr et certain, à la fin de la soirée, elle aurait mal aux pommettes à force de dévoiler ses dents blanches comme si elle était chez le dentiste. Son vieux tic refit surface, la forçant à remuer légèrement le bout de son nez alors qu’Eden éternua doucement en même temps. L’espace d’un instant, son regard gris croisa celui de l’’autre Auror et son attitude changea. Ce n’était pas quelque chose de perceptible, du moins pas pour un sorcier « normal » mais les émotions de chaque personne ici présente embaumait l’atmosphère et les vieux loups-garous étaient sensibles à cela. Elenna avait concentré toute son attention sur son collègue, lui permettant de noter ce léger changement. Qu’avait-il vu dans les yeux si expressifs de la louve ?

" J'ignorais que tu allais épouser Alexander, en réalité. Mais transmets lui mes sentiments les plus sincères. Tous mes vœux de bonheur. Et en ce qui concerne nos autres collègues, reprit il, je ne les connais pas vraiment. Même toi je ne te connais pas tant que ça. La seule que j'ai eu l'occasion de voir en combat, ce fut Luia puisque c'est elle qui m'a fait ma formation. Mais je ne sais pas comment elle est dans la vie. Pas plus que Rosie ou que Arcturus. "

" Je lui passerais le message avec plaisir et merci… "

Avant de pouvoir continuer sa phrase, la belle fut interrompue par l’une des serveuses qui approchait. Elle n’avait rien à voir avec Noah, elle n’était pas Noah tout simplement. La Phénix s’attendait encore à la voir accoudée au coin du bar ou debout sur une table à crier ou danser. La nana là, c’était une belle blonde, une de celles qui font rêver les hommes mais qui sont finalement comme toutes les autres. Pourtant, ce n’était pas sa chevelure d’or ou sa silhouette à en faire baver plus d’un qui retint l’attention d’Elenna. Son parfum, son odeur, elle puait le loup-garou à plein nez

" Bienvenue au Chaudron Baveur. Que puis-je vous servir ? "

Amnesius commanda un verre inconnu au bataillon pour lui et une gamelle d’eau pour Eden. C’était une gentille attention qui allait droit au cœur de la demoiselle à la tignasse enneigée. Il l’invita ensuite à faire son choix.

" Je vais prendre la même chose, s’il vous plait. "

Elle fit un sourire à l’attention de la blonde, surveillant ses moindres faits et gestes comme l’aurait fait un prédateur avec sa proie. Après tout, elles jouaient dans la même cour mais avait-elle autant d’expérience qu’Elenna dans le domaine de la bêbête ? Attendant quelques secondes avant que la serveuse ne parte, la belle reporta son attention sur son collègue et sa curiosité. Où en étaient-ils déjà ? Ah oui, les ragots du Ministère de la Magie. Elle appuya ses deux coudes sur la table en bois, posant son menton au creux de ses paumes de mains avec un petit sourire.

" Donc ! Pour ce qui est de moi, je suis à ta disposition le temps d’une soirée pour répondre à tes questions, alors n’hésites pas. Ensuite, Luia. Elle est gentille, certainement trop, j’ai peur qu’un jour sa gentillesse se retourne contre elle et qu’elle se fasse avoir malgré sa capacité à savoir se défendre. Après, ce n’est que ma façon de penser, je te laisse juger par toi-même. Les deux autres, je ne les connais pas vraiment. J’ai eu l’occasion de faire quelques missions avec Rosie, elle est cool, sincèrement. Cette nana, c’est une battante elle sait appuyer sur les points sensibles et ne se laisse pas faire même si elle peut être d’un sérieux implacable. Elle m’a l’air hyper amical. Arcturus… Pour tout t’avouer, j’en sais fichtrement rien. Je l’ai croisé au boulot mais je ne sais rien de lui. J’ai juste un mauvais feeling, une mauvaise impression mais… Laisse tomber, là encore ce n’est que mon avis personnel. "

Penchant légèrement la tête sur le côté, elle fit une moue amusée, curieuse d’entendre la réponse de l’Auror.
Revenir en haut Aller en bas
Amnesius Croupton
Exclu(e) du jeu !
Exclu(e) du jeu !
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Etre tranquille

Message par : Amnesius Croupton, Ven 15 Juil 2016 - 21:34


(je te promets de relire demain mais je n'ai pas la tête à ça)

La demoiselle qui venait les servir avait elle aussi quelque chose d'étrange dans le regard. C'était presque indescriptible si ce n'était par la pâleur que les demoiselle partageaient. Mais ce n'était sans doute que le signe d'une beauté reflétée par la puissance magique qui coulaient dans leur veines. Elenna demanda la même chose que son comparse et montra son plus brillant sourire en entendant le damoiseau réclamer une gamelle pour le Golden Retriever. Cette fille avait un sourire plus que charmeur et des dents plus blanche que blanche. Amnesius devait faire pâle figure devant cette icône.

Donc ! Pour ce qui est de moi, je suis à ta disposition le temps d'une soirée pour répondre à tes questions, alors n'hésite pas. Ensuite, Luia. Elle est gentille, certainement trop, j'ai peur qu'un jour, sa gentillesse se retourne contre elle et qu'elle se fasse avoir malgré ses capacités à savoir se défendre. Amnesius la considéra un instant, se demandant comment la gentillesse pouvait être un défaut. Après, ce n'est que ma façon de penser, je te laisse juger par toi-même. Les deux autres, je ne les connais pas vraiment. J'ai eu l'occasion de faire quelques missions avec Rosie, elle est cool, sincèrement. Cette nana, c'est une battante, elle sait appuyer sur les points sensibles et ne se laisse pas faire, même si elle peut-être d'un sérieux implacable. Elle m'a l'air hyper amicale. Arcturus, continuait elle alors que son collègue se redressait en entendant son nom, pour tout t'avouer, j'en sais fichtrement rien. Je l'ai croisé au boulot mais je ne sais rien de lui. Amnesius parut alors déçu. J'ai juste un mauvais feeling, une mauvaise impression mais... Laisse tomber, là encore ce n'est que mon avis personnel.

Elle pencha la tête sur le côté, Amnesius ne feignait plus de ne pas l'écouter, il suivait chaque mouvement de ses lèvres avec une attention toute particulière. Il se posait encore bien des questions à propos de cet Arcturus Madverier. Que pouvaient ils savoir sur leurs collègues ? D'un certain côté, il ne pouvait pas réellement se confier à Elenna car, malgré toute la sympathie dont elle faisait preuve, il ne pouvait pas lui faire plus confiance qu'a ses autres collègues. Et pourtant, cette fille semblait avoir réellement quelque chose de différent dans le regard. Que risquait il à lui dire ce qu'il pensait de ce mystérieux personnages ? Après tout, ils étaient tous deux des enquêteurs dont la démarche résidait dans la spéculation. Alors le jeune homme se pencha en avant vers l'Auror qui lui faisait face et accepta de lui dire tout ce qu'il avait sur le cœur.

En vérité, commençait il, je ne suis pas certain de pouvoir faire confiance à Arcturus. Pendant ma formation, j'ai eu l'occasion de faire appel à lui pour me venir en aide face à un homme qui avait tenté de tuer une Moldue. Il ne doutais que ce fait divers soit passé ente les fins doigts de Benson sous la forme d'un dossier papier. Mais il avait une attitude bizarre, il semblait parler à cet homme de façon assez familière. Amnesius se senti mal, il avait chaud et se tournait sur sa chaise, craignant d'en dire trop à la mauvaise personne comme cela pouvait arriver à tout le monde... Il l'a appelé Mangemort.

Ce nom résonna comme trop puissant dans la salle où de nombreux badauds se retournèrent en direction du couple. L'homme en pull over gris quitta sa chaise et sorti de la pièce sans vider son verre. Un claquement de doigt du jeune garçon permis de détourner l'attention alors que le museau du chien attiré par ce bruit vint quémander des caresses à ces mains d'homme.

Pardon... Je me demande quand même si nous ne devrions pas nous intéresser de plus près à cet individu.

Reprenant appuis sur le dossier de sa chaise, il attendit de voir la réaction de sa collègue qui pouvait acquiescer ou le tuer sur le champ en fonction de son allégeance personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Etre tranquille

Message par : Valentina Boccini, Ven 15 Juil 2016 - 22:11






Le Chaudron Baveur


pour Elenna Benson & Amnesius Croupton



____________________


Les deux cocos commandaient la même chose. Le cocktail qu'on appelait l'Arnaqueur. Je jetais un dernier coup d’œil au type, un petit regard à la jeune femme. Cette odeur me rendait folle. J'en étais sure, maintenant. Elle côtoyait ou était elle même un loup.  Entre Dwayne, Azphel, Pandora, Morgan, Jake et Rurik, les garous semblaient attirés par le corbeau. C'était d'un frustrant ! Je leur glissais une petite formule de politesse, histoire de faire patienter, et gagnais le comptoir pour m'atteler à la préparation de leurs verres. De ce que j'avais compris, c'était le mec qui payait. Gentleman, par dessus le tas.

Dans le fond des verres, un peu de sirop de grenadine, de la liqueur de coco et la vodka. Puis, un bon jus d'orange frais fabriqué maison. Quelques gouttes de bave d'éruptif, dont je refermais consciencieusement le bouchon. Des glaçons, et hop là ! le tour était joué. L'avantage de ce breuvage, c'était qu'on ne sentait pas vraiment le goût de l'alcool. Par contre, au bout de deux, trois verres, ça vous cognait sérieusement sur le coin de la tête : bref, le cocktail des conversations réussies.

Je posais le tout sur un plateau, et, en un murmure, ce dernier me suivie joyeusement jusqu'à la table tranquille où les deux clients continuaient tranquillement leur discussion. Un petit regard carnivore à la demoiselle, en réponse à son œillade. Un style de, on s'est flairées. Je distribuais leurs verres et ajoutais joyeusement.

« Eh bien, ça fera 14 mornilles... pour monsieur je suppose ? » je déclarais avec un petit sourire.

Une fois qu'il aurait donné les précieuses pièces argentées, je gagnerais mon petit comptoir, et lirais tranquillement la Gazette. En bonne propriétaire. En bon agent de la SISM.

consos a écrit:
Arcturus Madverier - 2 Arnaqueur - 14 mornilles

Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Etre tranquille

Message par : Elenna Benson, Sam 16 Juil 2016 - 3:10



HRP : Excuse-moi pour la qualité, je suis crevée du voyage.


Cela faisait des années qu’Elenna ne s’était pas assise à une table entre copine pour raconter les derniers potins du moment. De vraies petites commères, enfin presque. Amnesius n’avait pas la chevelure rousse de July, la biatchattitude de Clio, le rire franc d’Aby, les commentaires naïfs d’April. C’était des choses qui lui manquaient souvent. Malheureusement, la vie avait fait en sorte que leurs chemins se séparent, pour le meilleur et pour le pire. Elles restaient en contact, s’envoyant des hiboux et d’autres petits mots doux. Le temps passé ici ne pouvait se compter sur les doigts d’une main, c’était des heures et des heures de bavardage, de rumeurs, d’histoires et d’aventures.

Racontant le peu de choses qu’elle savait sur ses collègues, la belle se rendit compte à quel point elle ne les connaissait pas. La plupart de son temps était occupé soit par le travail, soit par l’Ordre du Phénix. Si bien qu’elle rencontrait de moins en moins de gens, se contentant de son cercle d’amis justiciers. Elenna n’avait pas de réel manque, ses fidèles acolytes lui suffisaient amplement mais elle n’était jamais contre faire de nouvelles connaissances et ce soir, c’était certainement le cas. L’Auror buvait ses paroles comme s’il notait chaque indice qu’il pouvait tirer de la tirade de sa collègue. Un parfait petit enquêteur. Quelques secondes de silence vinrent féliciter la Phénix pour toutes ces informations avant qu’Amnesius se penche sur la table comme pour se confier.

" En vérité, je ne suis pas certain de pouvoir faire confiance à Arcturus. Pendant ma formation, j'ai eu l'occasion de faire appel à lui pour me venir en aide face à un homme qui avait tenté de tuer une Moldue. Mais il avait une attitude bizarre, il semblait parler à cet homme de façon assez familière. Il l'a appelé Mangemort. "

Son dernier mot résonna comme un coup de tonnerre, installant un silence pesant dans le Chaudron Baveur. A croire que toutes les oreilles avaient été tendues vers leur duo pour les écouter. La demoiselle écoutait attentivement le récit de l’autre Auror, haussant un sourcil surpris et curieux. Elle avait entendu parler de l’affaire ton il parlait, de cette attaque sur une moldue, des soupçons du bleu, du terme utilisé pour appeler le criminel en question.

" Pardon... Je me demande quand même si nous ne devrions pas nous intéresser de plus près à cet individu. "

" Mmh… J’ai entendu parler de tout cela oui. Voilà ce qui rajoutait à ma mauvaise impression sur cet homme. Sais-tu qui sont les Mangemorts ? Tu as l’air étonné par ce mot… Raconte-moi ce qu’il s’est passé exactement ce jour-là. Enfin, si tu le veux bien, bien entendu. Je ne suis pas là pour t’interroger mais tu peux me faire confiance si tu le souhaites… "

La serveuse revint à ce moment-là, apportant les deux verres sur un plateau et tendant l’addition au jeune homme. La belle garda le silence, faisant un sourire, ou plutôt un rictus à l’autre louve en attendant qu’elle regagne sa place derrière son comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
Amnesius Croupton
Exclu(e) du jeu !
Exclu(e) du jeu !
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Etre tranquille

Message par : Amnesius Croupton, Sam 16 Juil 2016 - 12:10


Ce qui était assez amusant, dans la scène qui se déroulait au Chaudron Baveur, c'est qu'Amnesius qui était venu de lui-même dans ce bar de façon occasionnel se retrouvait une fois de plus et par le plus grand des hasard, au cœur d'une intrigue policière. Cette fois, nul n'était question de combattre ou de se protéger, il nageait en compagnie de sa collègue dans le monde bienfaisant de la spéculation. Et c'est sans doute la raison pour laquelle il se permettait de lui faire confiance. En effet, il était agréable, en ces temps de trouble, de pouvoir se confier à quelqu'un et de réfléchir sur cette affaire avec le recul dont il n'avait pu faire preuve auparavant. Et comme Elenna semblait partager son avis en ce qui concernait le personnage d'Arcturus, Amnesius laissa rapidement tomber son flegmatique masque et son hypocrite retenue au profit d'une honnêteté particulière suivant de près la sympathie grossissante qu'il éprouvait pour sa collègue. C'est ce qui donna au jeune homme le courage de répondre à son interlocutrice lorsqu'elle demanda :

Mmh... J'ai entendu parler de tout cela, oui. Sais tu qui sont les Mangemort ?
Oui, bien sûr ! Ce sont des criminels, des hommes et des femmes qui agissent pour une raison qui leur est propre et qui sont prêt à tout pour défendre leurs principes. Voilà ce que m'avait dit l'homme que j'avais rencontré. En soit, je dois reconnaître que j'approuve plus que de raison la conviction profonde qui pousse les hommes à tout tenter pour asseoir leur volonté lorsqu'elle défend le bien. Mais le problème c'est que ces personnes semblent agir pour de mauvaises raisons, dans le seul but de la destruction et, à en croire ce qu'il me disait, l'asservissement des Moldus.
Tu as l'air étonné par ce mot... Raconte moi ce qui s'est passé, ce jour là. Enfin si tu le veux, bien entendu. Je ne suis pas là pour t'interroger mais tu peux me faire confiance si tu le souhaites.

Et en effet, Amnesius savait qu'il pouvait faire confiance à cette demoiselle. Il ouvrit la bouche comme pour commencer un long récit mais la serveuse arriva à cet instant pour leur apporter deux boissons qu'ils avaient commandées. Le garçonnet se tu.

Et bien, ça fera quatorze Mornilles... Pour Monsieur, je suppose ?

Monsieur Croupton lui adressa un sourire polie en lui faisant signe d'attendre une seconde, temps qu'il estimait nécessaire pour sortir de sa poche une petite bourse en cuir de dragon. Il en sorti alors dix-sept Mornilles (un Galion) et les donna à la jeune femme.

Gardez la monnaie, dit il dans un sourire, pour vote gentillesse.

L'Auror se tourna à nouveau en direction de son alliée d'un soir et se pencha vers elle pour s'assurer de ne pas être trop entendu.

C'était un soir nuageux, dit il, je rentrait du Ministère à pieds, je n'étais encore qu'en formation à l'époque. Sur le chemin, j'ai rencontré une femme au comportement étrange. En réalité, c'était une Moldue manipulée comme un pantin par un sorcier qui se trouvait à l'angle de la rue. Nous avons discuté et il a tenté de me convaincre que ce qu'il faisait était pour le plus grand des biens. Puis me soumettant à un test, il a fait plonger la femme dans la Tamise. Bien entendu, je ne pouvais la laisser se noyer et me dévoilant, je me faisais un nouvel ennemie. A cet instant, j'avais appelé du renfort et c'est Arcturus qui me venait en aide. Il ne semblait pas porter plus d'attention à la Moldue que l'homme que nous tentions de contrer, lequel, parce que nous étions occupés à lancer un sortilège d'oublie à la femme, venait de transplaner. Nous l'avons suivit tous les deux et nous nous sommes retrouvés devant une forêt. Après plusieurs sortilèges, je me suis retrouvé dans l'incapacité de le bloquer d'avantage et lorsqu'il aurait pu le contrer facilement, Arcturus l'a laissé filer non sans lui témoigner une certain respect. Ho Elenna, je respecte mes ennemis, mais je serais prêt à tout pour lutter contre les personnes qui répandent ainsi le mal, la mort et la désolation autour d'eux. J'ignore ce que tu comptes faire de ces informations, mais j'ai bien peur que la justice du Ministère de la Magie n'atteigne ses limites devant l'amplitude de ce que certaines personnes sont prête à faire avec pour seule motivation, le mal absolu.

Il en avait sans doute trop dit, jouant sur les deux tableaux, arborant sa haine envers les sadiques assaillants de la liberté individuelle et son manque de confiance en l'action du Ministère qu'ils représentaient tous les deux. Etait ce cet éclat dans le regard de Benson qui lui insufflait la folie dont il faisait preuve, ou bien un sortilège inconnu qui le poussait à dire ce qu'il pensait ? Amnesius se jurait que si elle ne trahissait pas sa confiance, il lui offrirait un autre verre, un autre jour. Il se jura aussi de ne plus jamais accorder sa confiance à quelqu'un de cette manière, mais en ce qui la conernait, autant aller jusqu'au fond des choses, il était trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Etre tranquille

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 17 sur 20

 Etre tranquille

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.