AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 3 sur 49
Le comptoir
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 26 ... 49  Suivant
Kimberly L. O'Toole
Serpentard
Serpentard

Re: Le comptoir

Message par : Kimberly L. O'Toole, Dim 17 Mar - 14:23


La brunette se retourna, et se rendit compte que ce n’était pas à elle qu’on s’adressait, finalement. Sa voisine de droite, une jolie blondinette aux cheveux courts et plutôt débraillés, venait de lui payer son verre. Kimberly s’apprêtait à la remercier, mais avant même d’avoir pu articuler un simple « Merci ! », l’inconnue s’était déjà levée en direction d’une table pour deux qui se trouvait tout au fond de la salle. A priori, elle voulait être tranquille et, à en juger par le regard qu’elle avait lancé à plusieurs reprises au serveur, il y avait anguille sous roche. Enfin, dans un sens, en tout cas. Celui-ci ne semblait pas vraiment intéressé. Il affichait bien évidemment un magnifique sourire en toute circonstance, son métier l’y obligeant, mais il se contenta de jeter un bref coup d’œil à la table que la jeune femme venait de lui désigner, et d’acquiescer d’un bref hochement de tête, avant de reprendre son boulot comme si de rien n’était.

Amusée par la situation, Kimberly se demanda ce qui serait le plus judicieux : la laisser seule à se morfondre, ou la rejoindre. L’inconnue n’avait pas l’air de l’apprécier des masses, au vu de sa fuite des plus précoces. Elle avait dû la prendre pour une alcoolique chronique. Ce qui n’était pas loin d’être le cas d’ailleurs mais, pour une fois, elle n’était là que pour se réchauffer, parce qu’elle avait passé trop de temps à l’extérieur par -5°, et qu’un peu de chaleur ne serait pas de refus. Enfin, de toute façon, elle n'avait pas à se justifier, se fichant royalement d'être jugée trop rapidement, comportement qu'elle jugeait superficiel, et donc inintéressant. Elle avala une gorgée de Bierraubeurre qui, pour le coup, était aussi glacée que la neige qu’elle venait de quitter. Elle fut parcourue d’un léger frisson, et décida malgré tout de suivre celle qui lui avait offert son verre. Elle n’allait tout de même pas laisser une si jolie fille seule, délaissée par son cher barman qui n’en avait rien à faire de sa vie.


Kimberly – Cette place est libre ? demanda-t-elle en désignant la deuxième chaise.

Question rhétorique, comme d’habitude. Kim’ connaissait parfaitement la réponse. En théorie non, cette place n’était pas libre, mais si personne ne se sacrifiait pour prendre place aux côtés de la jeune femme, elle resterait vide jusqu’à son départ. Dans le fond, la vert et argent ne faisait que lui rendre la pareille pour sa Bierraubeurre. Ahem, ou pas. Elle n’attendit donc même pas de savoir ce que son interlocutrice avait à lui dire, tira la chaise et s’y assit. L’idée que l’inconnue prenne à nouveau ses jambes à son cou lui traversa l’esprit, mais K. se ressaisit et remercia finalement son porte-monnaie sur pattes.

Kimberly – Merci pour la Bierraubeurre. Moi c’est Kimberly.

Voilà, elle s’était présentée. Maintenant, à l’inconnue de décider de ce qu’elle en ferait. Kimberly avala une nouvelle gorgée, ramassa les trois Mornilles qui trainaient miraculeusement dans sa veste, qu’elle se décida au passage à retirer et à déposer sur le dos de sa chaise, et les lui tendit.

Kimberly – Je te rembourserai ce qu’il manque la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Lucille Levinsky
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Lucille Levinsky, Dim 17 Mar - 16:09



Lucille préféra ne pas se retourner bien qu’elle se doutait de la provenance des pas qu’elle entendait raisonner derrière elle malgré le brouhaha ambiant du bar. Faisant comme si de rien n’était la serpentarde s’installa confortablement sur la première chaise qui permettait entre autre d’avoir une vue d’ensemble sur toute la salle principale de l’établissement. A loisir elle pouvait de là observer tout ce qui se passait d’étrange ou non, de drôle ou de carrément hilarant.
C’était aussi un volte-face qui lui permit de constater qu’effectivement l’inconnue venait de la suivre jusque-là. Soupirant d’agacement Lucille réfléchissait à toute vitesse afin de trouver une parade, une excuse, quelque chose qui lui permettrait de s’échapper discrètement de ce piège qu’elle sentait se refermer petit à petit sur elle. Quelle idée stupide aussi que de payer un verre « gratuitement » à cette petite empotée d’alcoolique qui plus est ! Stupide oui la jeune femme l’était et s’en mordait les doigts à présent. Comment allait-elle faire pour se débarrasser de sa nouvelle sangsue ?


Kimberly – Cette place est libre ?

Absolument pas petite idiote !

La jeune femme faisait tout pour éviter le regard de l’alcoolique qui se faisait très certainement très insistant. D’un autre point de vue il était évident que cette inconnue voulait la remercier pour sa généreuse donation, Lucille ne pouvait pas vraiment la blâmer d’être respectueuse un tant soit peu. Comment aurait-elle réagi après tout si elle ne s’était même pas donné la peine de la remercier ? La blonde l’aurait encore plus mal jugé que maintenant.

Légèrement apaisée, la serpentarde se dit qu’il ne suffirait que d’écouter quelques remerciements avant que cet oiseau de malheur s’éclipse aussi vite qu’il était venu.
Lucille décida de lever les yeux sur son interlocutrice et ne manqua pas de remarquer sa très belle chevelure qui devait faire beaucoup d’envieuses. Très longue elle lui cascadait jusqu’au creux des reins lui conférant une superbe allure.
N’ouvrant pas la bouche, étant trop occupée à regarder cette magnifique chevelure, elle ne fit rien pour interdire la place vacante. La chaise crissa légèrement sur le parquet lorsqu’on la repoussa.


Kimberly - Merci pour la Bierraubeurre. Moi c’est Kimberly.

Recouvrant un peu ses esprits, se demandant encore comment elle pouvait rester éberluée devant cette cascade de cheveux, Lucille entendit les remerciements de … Kimberly. Nom peu commun la serpentarde risquait de ne pas l’oublier de sitôt. Mentalement néanmoins ce qu’elle retiendrait le plus de cette fille ne serait pas son prénom …
Hochant légèrement la tête pour signifier qu’elle avait entendu la remarque, Lucille releva les yeux en voyant approcher son deuxième verre d’alcool qui était cette fois plus soft, une bierraubeurre. Il faut dire qu’elle en avait eu envie suite à sa « rencontre » avec la jeune brune.
Attrapant sa chope la sorcière bu une petite gorgée avant de se décider à ouvrir la bouche.


- De rien, c’était par bonté.

Ou pas !

Lucille observa Kimberly farfouiller dans sa poche pour en sortir quelques pièces. Qu’est-ce qu’elle voulait faire avec ça ? S’offrir un deuxième verre qu’elle ne pouvait pas payer ? La blonde ne voulait pas payer les frais une seconde fois, elle n’était pas un porte-monnaie non plus ! « Secourir » les âmes perdues n’était pas son job loin de là.
Remarquant que la brune lui tendait les pièces, Lucille écarquilla les yeux.


Kimberly - Je te rembourserai ce qu’il manque la prochaine fois.

La prochaine fois ? Mais de quoi voulait-elle parler ?


- Merci mais garde ta monnaie je n’en ai pas besoin. Elle peut te servir si tu veux t’acheter quelque chose d’autre.

Reprenant sa chope à deux main, Lucille vida de moitié le contenu.
Elle sentait que la soirée ne faisait que commencer malheureusement, se saouler un peu devrait l’aider à supporter ce qui se préparait à arriver … Tenir compagnie à cette brune ne risquait pas d’être de tout repos. Au moins son image n’était pas entachée puisqu’elle n’était pas moche bien au contraire et c’était toujours ça de gagné.




Dernière édition par Lucille Levinsky le Lun 29 Avr - 20:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kimberly L. O'Toole
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :



Re: Le comptoir

Message par : Kimberly L. O'Toole, Dim 17 Mar - 17:34


La belle inconnue faisait tout son possible pour ne pas croiser le regard de Kimberly qui, bien qu’exaspérée et légèrement vexée par ce comportement, n’avait aucune envie d’abandonner maintenant, pour la simple et bonne raison qu’elle aurait certainement agit de la même façon si les rôles avaient été inversés. Elle n’avait pas grand-chose d’autre à faire, de toute façon. Elle ne se formalisa donc pas de l’attitude antipathique au possible de son interlocutrice, et prit ses aises, puisqu’elle n’avait même pas daigné lui répondre. Il était facile de juger quelqu’un d’un regard, beaucoup plus compliqué d’apprendre à réellement le connaître. Après avoir obtenu sa Bierraubeurre, la blondinette se décida à prendre la parole. Bien que l’ironie de ces quelques mots soit perceptible à des kilomètres à la ronde, la vert et argent ne put s’empêcher de penser que la voix de son interlocutrice était des plus agréables à écouter. Elle ne put s’empêcher de retenir un petit rire amusé.

Kimberly – Je ne suis pas idiote, tu voulais juste que je me la ferme.

Elle marqua une courte pause, le temps de rassembler les idées et de trouver un moyen de s’excuser sans trop en faire, elle qui n’avait absolument pas l’habitude de se rabaisser de la sorte. Elle jeta un bref coup d’œil dehors, et constata qu’elle était arrivée au bar juste à temps : il s’était mis à neiger, ce qui l’aurait encore plus énervée. Portant à nouveau son regard sur la belle inconnue, qui n’avait d’ailleurs pas pris la peine de se présenter à son tour, la Serpentarde entreprit un semblant d’explication. Sa camarade n’en aurait probablement absolument rien à faire, mais au moins elle aurait tenté de se justifier.

Kimberly – Désolée pour le dérangement, et encore merci. C’est juste que je commençais à avoir un peu froid, à errer dehors, et.. J’ai oublié mon sac.

Pitoyable vérité. Tant pis pour sa dignité. Kimberly venait sans aucun doute d’empirer l’image pourtant déjà désastreuse qu’avait d’elle la jolie blonde, mais peu lui importait.
Visiblement, l’inconnue n’avait pas de problème d’argent, puisqu’elle refusa sa monnaie. Sans dire un mot, la brunette rangea alors ses pièces là où elle les avait trouvées, et s’imprégna de la chaleur de l’établissement, dont elle avait vraiment besoin, encore à moitié frigorifiée.

C’est à ce moment-là qu’un détail la frappa : son interlocutrice ne l’avait pas une seule fois regardée dans les yeux. Cependant, son regard était rivé sur ses cheveux depuis l’instant précis où elle s’était retournée. Kim’ y passa donc la main, intriguée.


Kimberly – Est-ce que.. Est-ce que j’ai quelque chose dans les cheveux ?

A part de la neige, la jeune femme ne voyait pas trop ce qui pourrait être venu se loger sur sa tête.. Elle n’avait rien trouvé d’anormal en y passant sa main, si ce n’est qu’ils étaient encore un peu humides de-ci de-là. Elle regarda alors l’inconnue droit dans les yeux, l’air interrogatif.
Et quels yeux ! D’un bleu magnifique, ils brillaient légèrement et reflétaient légèrement le reste de la pièce. Le serveur n’avait pas l’air de se rendre compte de la chance qu’il perdait. Et voilà. Kimberly se surprenait encore une fois à s’intéresser plus qu’il ne le faudrait à une fille, qu’elle ne connaissait même pas pour couronner le tout. A vrai dire, il lui semblait l’avoir déjà croisée quelque part.. A Poudlard, il n’y avait pas de doute, mais où exactement ? D’après ses souvenirs, qu’il valait peut-être mieux ne pas croire, elle l’avait déjà aperçut dans la salle commune des serpentards, quelques mois auparavant. Poussée par sa curiosité, la brunette ne put s’empêcher de le lui demander.


Kimberly – Tu ne serais pas à Serpentard par hasard ?

Si elle n’y était plus, c’est qu’elle avait réussi ses ASPICs, contrairement à Kim’, mais cette dernière était pourtant sure et certaine de l’avoir déjà croisée dans les sous-sols de l’école.
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Le comptoir

Message par : Oswin T. Hooper, Mar 19 Mar - 21:42



Don't touch her ! She's mine !



(( PV with Naoki Ryosuke ))

Bon. J'avais bu comme un trou. Et encore qu'un trou ça avait un fond, là j'étais pas sûr que ce soit mon cas. Fallait plus rien me demander du coup, parce que j'étais clairement plus capable de servir quoique ce soit. Du moins c'était ce que cette espèce de folle hystérique proche de la ménopause m'avait fait comprendre, puisque que visiblement foutre du gin dans une grenadine pour un gamin, ça avait pas l'air de lui avoir beaucoup plus à la mère du gosse en question. J'voyais pas pourquoi moi, au moins il aurait arrêté de faire chier le gnome, parce que bordel, ce qu'il gueulait. Enfin du coup, elle m'avait dit de dégager et de plus les approcher, c'que j'allais pas me prier de faire pour tout avouer. Moi les clients relou ça allait bien deux minutes mais après c'était tout quoi. Franchement c'était juste un peu de gin, pas de quoi en faire une affaire d'état ..

M'enfin bon, au moins j'étais de nouveau tranquille dans mon coin et je m'enfilais donc un autre verre bien rempli de ... Euh. "Mélange Rhum-Whisky-Grenadine". C'était pas terrible franchement, mais je sentais de toute façon plus grand chose dans ma bouche pour m'en rendre compte. Fallait dire que j'y étais pas allé doucement aujourd'hui, mais c'était pour me récompenser de rien avoir bu hier ! Quand même, ça devait se fêter non ?! Moi qui avait pris la bonne résolution d'y aller doucement sur l'alcool, avait tenu une journée complète sans un gramme dans le sang. Alors ça devait se fêter, c'était OBLIGÉ. Mais comme j'avais pas d'amis parce que personne m'aimait- Satan soit loué, je voulais pas de tous ces ploucs en amis, bah je faisais la fête tout seul. Et personne autour de moi comprenait ce que je fêtais, ni-même que je fêtais quelque chose. Bande d’ignares, allez tous en enfer. J'vous aimais pas moi t'façon, je voulais pas de vous dans ma fête.

Ah mais je voulais bien de la jolie blonde là-bas par contre. Avec ses seins carrément bandant là, j'avais bien envie de l'emmener dans la réserve discrètement. Enfin remarquez, j'avais peut-être un peu trop bu pour ça. Pas parce que mon sexe viril et puissant fonctionnerait plus mais parce que j'allais surement avoir du mal à trouver l'trou. Elle avait pas une tête à kiffer le passage à l'arrière ma foi. Enfin qui sait après tout. Faudrait que je test pour être sûr ... Ouais ! J'avais qu'à me lancer, mais par où on sortait de ce comptoir ? Elle était où la sortie bordel ?! P*tain je la trouvais plus, ma tête tournait carrément trop. Et là le désastre, je relève la tête vers la blonde et qu'est-ce que je vois ? Quelqu'un avec elle ! Je savais même pas ce que c'était, on aurait dit autant un mec qu'une fille.
P*tain mais ça devait dégager !

Pris de panique, je grimpais carrément sur le comptoir et gueulais d'une voix forte vers l'enfoiré qui voulait me voler ma proie : " Hey toi l'chinois là-bas ! Dégage d'elle, c'moi qui veut la b**ser pas toi !! " Oh j'aurais pas dû dire ça, la meuf avait pas l'air d'apprécier. Non mais c'tait quoi ça, on avait une poitrine siliconée de ouf et on faisait la prude ? Mais où allait l'monde ?! " Et c'pas un bar lesbien ici, alors vire ! " Mouais ... Finalement en le regardant bien c'était peut-être plutôt un mec. Bah m*rde, il avait qu'à pas avoir les traits aussi fins aussi !
J'pouvais pas tout deviner moi ...


Dernière édition par Oswin T. Hooper le Sam 23 Mar - 23:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Naoki Ryosuke
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Jaseur du Japon


Re: Le comptoir

Message par : Naoki Ryosuke, Mer 20 Mar - 21:06


Accoudé au bar du Chaudron Baveur, Naoki en était déjà à son 6ème shooter de Whisky Pur Feu. " Allez hop ! Cul sec ! " fit-il d'un air enjoué pour lui-même. Son haleine commençait à empester l'alcool, si bien qu'à ce stade il était tout à fait capable de cracher des flammes tel un dragon, à l'aide d'un "Incendio" bien placé s'il le voulait. ça faisait à peine quelques heures qu'il venait de se faire larguer comme une mer** par sa dernière petite-amie en date, qu'il en était déjà à vouloir l'oublier. Faut dire qu'elle lui avait bien cassé les couilles quand même. La jeune femme était si jalouse que le japonais ne pouvait plus parler à qui que ce soit en sa présence. Signer des autographes à ses fans qui le reconnaissaient dans la rue ? Impossible, sauf si les fans voulaient mourir dans d'atroces souffrances. Il ne pouvait même plus regarder les hommes ! Fallait pas abuser quand même ! Après une énième crise de jalousie, la belle brune avait fini par claquer la porte, sans un mot. Bon, ça faisait pas très longtemps qu'ils étaient ensemble, à peine deux mois, mais le Serdaigle regretterait leurs parties de jambes en l'air, oh oui ! C'était quelque chose, mais bon, lui-même se considérait comme un dieu du sexe - en toute modestie. Comme un dieu tout court en fait. Alors il finirait bien par attraper une créature innocente (ou pas) dans ses filets tôt ou tard. Peut-être même ce soir qui sait !

A ce propos, ça faisait bien quelques minutes qu'une blonde superbe aux courbes plantureuses lui avait tapé dans l'oeil, et réciproquement on dirait. Naoki ignorait toujours si c'était parce qu'on le reconnaissait ou si c'était tout simplement l'effet de son magnétisme animal. Enfin peu importait, il avait repéré sa proie, et il n'allait pas la lâcher. Après s'être approché d'elle, le nippon s'était direct lancé à l'assaut et lui avait proposé un verre - non sans oublier de complimenter sa plastique au passage. Le serial dragueur était dans la place ! Évidemment, l'alcool le rendait plus téméraire que d'habitude, et lui faisait perdre toute inhibition. En tant normal, il aurait pris son temps, aurait fait preuve de tact et de charme. Là, tout ce qu'il voulait s'était assouvir un désir puissant et immédiat. Peut-être que si elle mordait tout de suite à l'hameçon y'avait moyen de faire ça vite fait dans l'arrière-cours, adossé au mur de brique menant sur le Chemin de Traverse ! L'asiatique devait faire vite, tant qu'il pouvait encore tenir le coup, car au bout du 10ème shooter, il n'était pas sûr de pouvoir assurer !

Alors que Naoki venait de glisser sa main sur la hanche de la belle blonde pour passer directement à l'étape inférieure, un connard monta sur le comptoir et se mit à gueuler :

- Hey toi l'chinois là-bas ! Dégage d'elle, c'moi qui veut la b**ser pas toi !! Et c'pas un bar lesbien ici, alors vire !

Comprenant que ces mots s'adressaient directement à lui, Naoki lui répondit avec la même poésie :

- Vas t'faire foutre sale con ! J'l'ai vu avant toi ! Et puis tu t'es vu la rouquine ? T'as même pas encore l'âge de compter tes poils de b*te alors qu'est ce-que tu viens causer ? Laisse faire les professionnels !

Sans demander son reste, le nippon se retourna immédiatement puis agrippa la blonde à forte poitrine sans lui laisser le temps de se dérober et lui roula un patin du tonnerre afin de montrer qui c'était le patron ici. Non mais ! C'était pas un ptit merdeux qui allait le faire chier !

Revenir en haut Aller en bas
Lucille Levinsky
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Lucille Levinsky, Jeu 21 Mar - 17:33



Kimberly – Je ne suis pas idiote, tu voulais juste que je me la ferme.

Dans le mile !

Étouffant un rire qui lui montait aux lèvres, Lucille trouvait le caractère de Kim plutôt amusant au final. Elle captait drôlement vite ce que certaines personnes mettaient des mois voir des années à remarquer ! Peut-être avait-elle jugé trop vite cette fille après tout. Quoi que peut-être pas au final. Lucille avait un certain « feeling » avec les gens, elle pressentait instinctivement quel type de personne ils étaient et cette fille ne faisait certainement pas exception à la « règle ».

Tournant un peu son verre, seule distraction vraiment intéressante dans les environs, la serpentarde observait le liquide couleur ambre faire des « flops » contre les parois du verre, éclaboussant légèrement l'intérieur de la chope. De la mousse commençait à se former en surface, à l'image de l'écume qui se forme lorsque les vagues percutent le rivage. Diantre, voilà que la jeune blonde se laissait aller à la poésie.


Kimberly – Désolée pour le dérangement, et encore merci. C’est juste que je commençais à avoir un peu froid, à errer dehors, et.. J’ai oublié mon sac.

Oublié son sac? En plus de tous ses défauts il faut lui rajouter tête en l'air sur la liste? C'est une catastrophe ambulante cette fille !

- Oui je comprends, ça arrive à tout le monde …

Enfin certainement pas à Lucille !

Qu'elle empotée … décidément Lucille rencontrait toujours des gens pas communs lors de ses sorties et changer de bar n'avait absolument pas inversé la donne ! Après son histoire avec l'auror la serpentarde pensait en avoir fini avec les abrutis. Apparemment ça se reproduisait vite ces petites bêtes là, au point qu'ils pullulaient partout. Triste monde.
Soupirant (pour la … bref elle avait perdu le compte), la jeune femme reporta involontairement son attention sur les cheveux de sa voisine qui attiraient l’œil sans le vouloir. Ils n'étaient pas impeccablement peignés mais cela ne se voyait pas réellement, donnant du volume et une sorte de nonchalance. Oui nonchalance, ça collait parfaitement à Kimberly. Finalement cette fille collait à son caractère même physiquement. Peu de gens avaient l'audace d'assumer extérieurement leur personnalité, préférant se donner « un style » qui se trouvait être quelque chose de creux destiné à plaire aux autres sans correspondre à l'individu.


Kimberly – Est-ce que.. Est-ce que j’ai quelque chose dans les cheveux ?



Kimberly – Tu ne serais pas à Serpentard par hasard ?


Regardant pour la première fois dans les yeux son interlocutrice Lucille ne savait pas trop quoi répondre étant prise sur le fait. D'autant plus qu'elle n'avait aucune idée du pourquoi ses cheveux la fascinaient tant. Oui ils étaient beaux soyeux et tout ça tout ça. Cette réponse lui suffit, il n'y avait aucune autre hypothèse à étudier. Néanmoins la serpentarde ne pouvait pas sortir ce genre de réponse à une … « presque » inconnue. Du coup il fallait improviser ce que Lucille n'avait jamais eu beaucoup de mal à faire. Adepte des « petits mensonges » qui facilitent grandement la vie, la blonde était parfaitement rodée. Et puis pour ce genre de situation il n'était pas nécessaire d'inventer une histoire rocambolesque.

La serpentarde se pencha en avant, non pas pour lui planter ses crochets afin de l'empoisonner mais pour lui retirer quelque chose d'imaginaire.


- Oui attends ne bouge pas …
… Voila c'est bon, une petite araignée rien de méchant. Sinon oui je suis à serpentard en effet, nous nous sommes déjà croisées ?

Sa dernière phrase faisait une parfaite diversion. Cette "araignée", étant tout ce qu'il y a de plus imaginaire, n'allait pas se graver dans l'esprit de Kimberly puisque son attention allait se reporter (normalement) sur sa dernière réponse.
Attendant la suite de la discussion qui devenait intéressante, la blonde finie sa chope de bierraubeurre mais n'appela pas le serveur.




Dernière édition par Lucille Levinsky le Lun 29 Avr - 20:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Le comptoir

Message par : Oswin T. Hooper, Ven 22 Mar - 2:13



Don't touch her ! She's mine !



Ouais bon non c'était pas une meuf finalement mais j'en avais rien à foutre. C'était moi qui voulait me taper cette fille et donc moi qui avait mis le grappin dessus. Même si j'étais le seul au courant dans l'histoire. J'étais presque passé au dessus du comptoir quand la voix du bridé heurta mes douces oreilles. " Vas t'faire foutre sale con ! J'l'ai vu avant toi ! Et puis tu t'es vu la rouquine ? T'as même pas encore l'âge de compter tes poils de b*te alors qu'est ce-que tu viens causer ? Laisse faire les professionnels ! " Alors là, j'étais carrément sur le cul, encore plus lorsqu'il commença à rouler un patin à la blonde. Sur le coup je réagissais même pas, bloquant la bouche ouverte sur cette scène franchement dégueulasse. Ah beurk, j'en voulais plus en fait de la nana, elle était toute souillée de chinois. Pis pourquoi elle le dégageait pas de là d'ailleurs hein ? Il embrassait si bien qu'ça l'asiatique ? J'y croyais pas un mot moi, il allait voir ce que la rouquine valait, ce trou du cul.

J'arrivais enfin à passer au dessus de ce foutu comptoir de mes deux, pétant trois verres vides au passage qui s'explosèrent au sol en plusieurs morceaux coupant. Mais comme j'étais bourré comme un coing, y'avait forcement fallu que je m'explose un genou dans les bouts de verres et que je m'en plante un dans le mollet. J'étais une brêle, je pissais le sang, j'avais mal, mais je m'en foutais. J'avais l'asiat' dans ma ligne de mire et si c'était pas la blonde qui le virait de là, ce serait moi. Le chopant par les épaules, je l’éjectais d'un coup sec du corps de la blondasse, gueulant comme un porc : " Fripon ! Saligaud ! Bandit ! Enc*lé ! " Je le secouais dans tous les sens, enfin à peu près. Je profitais surtout du fait qu'il soit surprit et torché pour lui secouer le feuillage comme un taré. " T'avais pas l'droit ! En plus tu pues de la gueule ! " Ou alors c'était moi ça, en tout cas ça puait l'alcool à 10 km.

Pis j'arrêtais finalement de l'agiter comme une ... Ouais nan je tairais ma comparaison là. Mais toujours était-il que j'arrêtais et que je plantais mon regard vitreux dans le sien tout aussi peu net. Sa gueule, elle m'disait un truc mais je savais plus quoi. De toute façon j'en avais pas grand chose à taper, tout ce que je voulais c'était me venger. Mais je savais pas trop quoi faire alors j'lui choppais juste les co*illes d'une main, appuyant bien fort. " Ouais bah la légende disait vrai, les asiat' ont des petites b*tes. " Je lançais un sourire railleur à la blonde, remarquant au passage qu'elle s'était tirée. Ah la sal*pe ! Elle s'était barrée et elle avait même pas payé ! Ah ouais mais en même temps je l'avais pas encore servie en fait, donc tout allait bien. J'avais presque zapé le chinois du coup, mais la réalité me heurta de nouveau de plein fouet ... Il avait peut-être pas grand chose dans le pantalon mais il avait une grande gueule celui-là en tout cas.

Pfuuuh journée pourrie.
Revenir en haut Aller en bas
Kimberly L. O'Toole
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :



Re: Le comptoir

Message par : Kimberly L. O'Toole, Dim 24 Mar - 17:12


La blondinette n’avait vraiment pas l’air d’apprécier Kimberly. En effet, elle ne la regardait que très rarement, et s’occupait bien plus de sa boisson que d’elle. La vert et argent, bien qu’elle comprenne relativement bien ce comportement hautain, commençait à se demander si leur discussion allait finir par mener à quelque chose, ou si elles n’allaient faire que tourner en rond. Quoi qu’il en soit, il était trop tard pour faire marche arrière. Elle ne connaissait personne dans le bar, et n’allait pas s’éclipser maintenant pour se retrouver à nouveau seule à une autre table. Assoiffée, Kim’ termina ce qu’il restait de sa Bierraubeurre d’une traite, puis porta à nouveau son attention sur sa camarade.
Les paroles de cette dernière sonnaient on ne peut plus faux, et la Serpentarde préféra ne même pas y prêter attention. Peu importe ce qu’elle pensait d’elle, elle n’avait qu’une infime partie des éléments, de toute façon. L’inconnue avait l’air plutôt douée pour juger les personnes d’un simple regard, sans chercher à aller plus loin. Ouais, ce caractère dédaigneux et superficiel correspondait très bien aux Serpentards. Du moins, à la majorité d’entre eux.

La jeune femme fut sortie de ses pensées par la blondinette, qui se pencha en avant et fit mine de retirer l’araignée qu’elle avait dans les cheveux. Kimberly ne put retenir un petit rire nerveux. Non, elle n’avait pas peur de ces sales bêtes, pas plus qu’elle ne croyait à son histoire d’ailleurs. Par un temps pareil, il était difficile d’imaginer que quoi que ce soit ait réussit à venir se loger dans sa longue chevelure brune. Non, ce n’était pas ça. Elle était juste de plus en plus tendue en présence de jolies filles, et cette gêne commençait sérieusement à l’handicaper. Elle sentit son cœur s’accélérer, et une légère bouffée de chaleur la traverser. En une demi-seconde, tout était redevenu à la normale, mais elle devait encore avoir les joues quelque peu rosies.. Pourvu que son interlocutrice n’ait rien remarqué. Kimberly fut ravie de ce rapide changement de sujet, et fit de son mieux pour se concentrer sur cette nouvelle question.

La blondinette était donc elle aussi à Serpentard, forcément. Kimberly avait beaucoup de mal à aligner deux pensées cohérentes, passant d’Axelle à cette inconnue toutes les dix secondes, mais elle tenta tout de même de se replonger dans ses souvenirs. Elle l’avait déjà croisée, et la preuve venait de lui être donnée, mais pourquoi s’était-elle souvenue d’elle ? Elle croisait des centaines de personnes tous les jours, et la plupart ne retenaient pas son attention pour autant. D’autant plus qu’elle avait une mémoire des visages relativement limitées. Après quelques secondes d’intense réflexion, la brunette eut un éclair de lucidité. Mais oui ! Elle était rentrée un peu tard, quelques semaines auparavant, et avait été surprise de trouver deux jeunes femmes encore réveillées dans la salle commune des Serpentards. D’ailleurs.. L’une d’elle s’appelait Lucie, ou quelque chose dans le genre..


Kimberly – Hhm.. Croisées est le bon mot, oui. Lucie, c’est ça ?

La jeune femme essayait tant bien que mal de recouvrer ses esprits, et s’apprêtait à reprendre une gorgée de Bierraubeurre, lorsqu’elle se rappela qu’elle l’avait déjà terminée. Zut. Un peu d’alcool ne lui aurait pas fait de mal, là tout de suite. Et quelque chose d’un peu plus fort que ce qu’elle venait de boire aurait été le bienvenu. Tant pis. Elle n’arrivait pas à décrocher son regard des yeux de son interlocutrice, comme si elle cherchait à y déceler quelque chose, mais elle n’aurait pas su dire quoi. Bon, et maintenant ? Elle prit tout de même son verre et tenta d’avaler une dernière gorgée, qui s’avéra n’être que de la mousse, évidemment.

Kimberly – Je crois que nous sommes toutes les deux en dernière année, d’ailleurs.

En effet, des bribes de souvenirs revenaient peu à peu à la Serpentarde, qui croyait se souvenir l’avoir déjà vue dans plusieurs cours, sans pour autant lui avoir adressé la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Naoki Ryosuke
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Jaseur du Japon


Re: Le comptoir

Message par : Naoki Ryosuke, Mer 27 Mar - 20:46


Après cette impressionnante démonstration de French Kiss, Naoki ne comprit pas très bien la suite des évènements. Il entendit d'abord des bruits de verres brisés, suivis rapidement par une flopée de jurons. Le japonais n'eut alors même pas le temps de tourner la tête pour voir ce qu'il se passait que l'autre connard l'avait violemment poussé vers l'arrière, sa bouche se retirant subitement de la jolie blonde dans un bruit de succion à la manière d'une ventouse débouchant un évier. C'est là que l'autre ivrogne commença à le secouer dans tous les sens comme un pommier. Le Serdaigle essayait tant bien que mal de se débattre en foutant des coups un peu n'importe comment, du moment qu'il atteignait cette sale face de rat qui ne voulait pas le lâcher !

- P*tain mais barre-toi connard ! Lâche-moi ! Va t'faire cuire une bouse de dragon ! Aïe ! Casse-toi ENC*** !!! tels étaient les mots de Naoki que l'on pouvait discerner à travers tout ce bordel.

Face à cette lutte vaine - ou les deux loustics avaient probablement foutu le Chaudron Baveur sans dessus-dessous - le rouquin finit par arrêter et contre tout attente se mit à lui chopper les couilles ! Et ça faisait vraiment pas du bien...

- Ouais bah la légende disait vrai, les asiat' ont des petites b*tes.

Dans un ultime effort, entre deux gémissements douloureux, et alors que le rouquin tourna la tête pour une obscure raison, Naoki en profita pour lui coller un bel uppercut en pleine face, histoire de l'assommer pour de bon. * Et bim ! Prends-toi ça ! Tronche de cake ! * Puis saisissant l'occasion, le nippon sortit sa baguette magique planquée à l'intérieur de sa veste, se releva et lança un #Reducto en prenant bien soin de viser l'entre-jambe.

- Maintenant tu vas voir qui de nous deux à la plus petite, rétorqua-t-il avec un regard haineux.

S'essuyant le menton où coulait un filet de sang d'un revers de manche, Naoki rangea sa baguette magique et fit alors demi-tour sans demander son reste. L'abandonnant comme une Mer** avec son micro-zizi. Dans le bar le silence était total, plus personne n'osait bouger ou parler après cette violente altercation. Cherchant du regard sa conquête d'un soir, le japonais dût constater à regret qu'elle avait mis les voiles. Tant pis... Il tirerait son coup une autre fois. Sortant une cigarette d'une autre poche intérieure, le jeune homme prit le chemin de la sortie en titubant, quand une impression de malaise l'envahit tout à coup. Sur le moment il n'y avait pas pensé, mais il était bien obligé de reconnaitre que le rouquin était bien jeune, suffisamment jeune pour être encore à Poudlard... "Oh et puis m*rde, après tout, on est à Londres et non au château, alors qu'ils aillent tous se faire mettre !" pensa-t-il. Sur ce, le Serdaigle ferma la porte du Chaudron Baveur en la claquant d'un coup sec, sans savoir si le gosse avait l'intention de le suivre ou pas ...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Le comptoir

Message par : Invité, Lun 1 Avr - 2:18


Le concierge se leva, titubant légèrement. Ben mon vieux c'était mal parti son affaire. Il n'avait pas l'air de s'en rendre compte, il serrait les poings avec l'air de quelqu'un qui veut en découdre. Peut-être que ça irait. Ou bien ça ne servirait qu'à le foutre plus vite à terre. Il se tourna vers moi après quelques pas en direction de la sortie.

- Hé la bouse. T’veux v’nir ? N’a b’soin d’un arbit’.

Je n'avais guère attendu la permission pour sauter sur mes pieds et leur emboîter le pas. Sauf que quand on a assez bu pour ne plus se souvenir du nombre de verres descendus, sauter sur ses pieds est la meilleur alternative au Videntrailles. Prise de nausée, je m'étais arrêtée le temps de reprendre le contrôle de mon estomac.

- Me confond pas avec ta copine, le scato'. Je sais qu'elle te manque déjà mais vu l'odeur t'as dû la peloter il y a pas si longtemps.

Sur ces bonnes paroles, nous sortîmes dans le froid mordant. Un arbitre ? Il voulait dire quoi là ? J'avais jamais entendu parler de règles dans ce type de combats. Pourquoi y en aurait-il eu d'ailleurs ? Quand on se bat à l'arrière d'un bar, c'est parce qu'on est torché voilà tout. Il n'y a pas de but à viser, pas de gain à remporter, pas de règle. Ou alors on pouvait dire que le but était de sauver sa peau -- son honneur en prime si possible; le gain, la satisfaction d'être en vie et d'avoir vu l'autre morfler. Quant à la règle, c'était même pas la loi du plus fort puisqu'il y avait bien d'autres facteurs que la force qui rentrait en compte. Quitte à être kitch, la seule loi qui prévalait c'était le "tout est permis".

- Voilà ! Allez viens ! Qu’est-ce t’as ? T’as peur ! P*tain mais frappe ! Approche ! Ou dégage vite. J’veux pas t’voir moi !

Le concierge s'excitait tout seul devant le grand machin avec des muscles. Pas de doute, il avait envie de lui en faire péter une. Il était du genre petit teigneux à faire des coups vicieux alors il se pouvait que tout ne fut pas gagné d'avance. Le grand se ferait avoir comme ça, s'il se faisait avoir. Analyse à chaud, il était sûr de lui et trop conventionnel. C'était la faille à exploiter, le surprendre, lui faire un truc auquel il n'aurait jamais pensé. Là, l'excité sortit une lame de je ne savais où. Surprise, je dus prendre une seconde pour vérifier que l'éclat venait bien d'un couteau. Quel sorcier se battait avec une arme blanche ? Cela me plaisait mais il fallait se rendre à l'évidence : avec ces fourrures par milliers le type était trop handicapé, cela gênait considérablement ses mouvements. D'autant plus que le baraque ne se priverait pas de sa baguette. Couteau contre baguette ? Aucune chance.

- Regarde-toi un peu, t'es qu'un petit cinglé en fourrure ! Mets ça de côté petit, tu vas te faire bobo.

Bien sûr, il dégaina sa baguette. Une benne à ordure qui se trouvait là se prit un Piertotum Locomotor et fut ainsi conviée au combat. Le grand n'avait pas l'intention de gaspiller de l'énergie pour rien. Il ne prenait même pas la peine d'engager un duel magique avec l'autre, il embauchait ce qu'il trouvait dans la rue.



Adossée contre un vieux mur de briques gelé, à côté de poubelles, d'un mec qui sentait les poubelles et d'un autre qui ensorcelait les poubelles, je crois que je ne me posais même pas de questions. Je ne réfléchissais pas une seconde à ce qui m'avait amené ici, pour une scène où se jouait la bêtise et la cruauté. Mais à ce moment, c'était ainsi que je voyais le monde, l'humanité, la vie, avec ces grimaces ridiculement affreuses. On se battait pour que dalle au fond, sous nos airs de justiciers à la c*n. Pour que nos amis se fassent détruire, pour que des salopards mènent le monde à la baguette, pour que des pauvres gars sans pouvoirs crèvent, pour qu'il y ait des gamines qui se fassent torturer... Pour qu'à la fin on se retrouve seules à vouloir encore se battre, alors que tout le monde s'est barré. Alors, même si je m'étais rendue compte à quel point j'étais profondément débile de participer à ça, j'aurais agi comme je l'ai fait. Il n'y avait rien de vrai dans ce monde, pas de justice, pas de "Bien" qui gagne à la fin, pas de "Bien" du tout en fait... Dans le meilleur des cas y avait des gens paumés qui s'éreintaient pour des idéaux auxquels plus personne ne croyait. La violence, elle, était réelle. C'était probablement la seule certitude qui me restait. Alors je voulais la laisser s'exprimer, sans fausseté, sans tricherie. Ce n'était pas une réalité jolie à voir, plutôt une qu'on cachait comme on pouvait, qu'on ne montrait qu'en certains moments pour cadrer les gens. C'était le genre de choses sur lesquelles on fermait les yeux mais ce soir j'me fichais de tout. J'en avais marre des apparences, des faux-semblants. J'voulais voir quelque chose de vrai, d'authentique, même si c'était ignoble.

Le grand brun se tenait debout, bras croisés avec sa baguette dans une main, un sourire un peu narquois tandis qu'il regardait tranquillement son adversaire se battre sans lui. Il était distrait, je n'eus pas de mal pour lui soutirer sa baguette d'un geste vif.

- C'est moi l'arbitre. Pas de magie. Finite Incantatem, lançais-je pour arrêter la poubelle. Un vrai combat... si vous en êtes capables.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Le comptoir

Message par : Hugh Dey, Mer 3 Avr - 0:04


- Regarde-toi un peu, t'es qu'un petit cinglé en fourrure ! Met ça de côté petit, tu vas te faire bobo.

Elle se moquait de moi l’armoire à glace là ? S’était pas vu ? L’était tellement grand que rien qu’en bougeant il risquait de péter quelque chose. Demi-géant ouais. Hybride. Croisé avec une seringue de stéroïdes aussi. Pis ça avait une baguette ce machin là. Mais mettez lui un string géant il fera des combats de sumo. Aaaah ! Mais ça s’en servait de sa baguette en plus ! Juste à côté de moi une benne à ordure se mit à bouger. Et moi, j’étais pétrifié. Non pire que ça. Mon corps était pétrifié. Mais ma bouche s’ouvrait en grand et déblatérait un cri de fillette impressionnant.

Jamais je n’avais vu une benne à ordures bouger. Bah je vous le dis maintenant : ça fait peur. Déjà ça fait un bruit monstrueux. Parce que c’est pas bien pratique. Ca n’a que de toutes petites jambes. Pis c’est genre gros et cubique ce machin là. En plus ça n’a pas de bras. Par contre ça a une bouche ça oui. Pis la bouche est capable de tout bouffer. Autant dire que d’habitude elle ingurgite n’importe quoi alors là si elle peut avoir de la vraie viande…

Du coup je prenais mon élan. Moi je voulais sauter sur la poubelle. Ouais c’est ce que je faisais même. Je courrais et hop. Je le faisais que dans ma tête hein. J’avais un couteau dans la main et j’étais pas bien frais. Pensez quand même pas que j’aurais pu faire ça ?

- C'est moi l'arbitre. Pas de magie. Finite Incantatem. Un vrai combat... si vous en êtes capables.

Je regardais la fille avec des étoiles dans les yeux. Elle je l’aimais. La magie j’aimais pas. Alors comme elle avait dit pas de magie, moi je l’aimais. Je voyais la benne s’arrêter. Bon le problème c’est que maintenant elle était en plein milieu. Et comme n bon mec bourré je voyais pas qu’on pouvait passer à côté. Non, moi j’avais décidé de passer au-dessus. Je peux vous dire que j’ai bien galéré pour monter. Et une fois sur la benne je roulais. Et je faillis m’étaler par terre. Je me serais sans doute poignardé moi-même. Mais en fait j’avais sentit le vide. Et du coup j’avais mis mes pieds en avant. Voilà. Comme ça. Je m’approchais du mec. Enfin en fait je m’approchais des deux. Et je voyais pas bien qui était qui parce que je voyais un peu en double. Alors je me mettais en position de combat. Face à la fille alors que je croyais que c’était le mec. Ouais c’était le bordel dans ma tête.

« T’fais moins l’malin sans ta baguette. P’tit con. »

Et je faisais partir d’abord mon poing. Seul. En direction de… de où ? Ca aurait pu être sa tête comme son ventre. Pis mon autre main avec le couteau se baladait aussi. En fait, on aurait plutôt dit que j’essayais de balancer mes bras au hasard qu’autre chose. Mais moi j’avais vraiment l’impression de me battre.
Revenir en haut Aller en bas
Lucille Levinsky
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Lucille Levinsky, Mer 3 Avr - 17:31



Kimberly – Hhm.. Croisées est le bon mot, oui. Lucie, c’est ça ?

Qu’est-ce que je fais? Ce serait marrant de ne pas lui dire mon vrai prénom. Au pire des cas je risquerais quoi après tout ? Hein ?

- Lucie enchantée.

Cette empotée connaissait une « partie » de son prénom si on pouvait appeler ça comme ça. Ne sachant pas trop comment retourner la situation Lucille avait opté pour cette solution. Jouer avec elle en lui dissimulant sa véritable identité. Cette méthode lui permettait de garder en quelque sorte son anonymat et c’était très plaisant. Les choses risquaient de devenir intéressantes ...
La jeune femme repoussa sa chope vide sur le côté de la table afin d’avoir de l’espace pour poser ses avants bras. Néanmoins étant face à une débile vraisemblablement, Lucille ne prit pas le risque de repousser son verre le plus loin possible et préféra garder une distance de « sécurité » entre le bord de la table et l’objet.

Ce n’était pas le moment de payer les pots cassés, son porte-monnaie avait tout de même un fond même si elle avait un peu de marge.
Reportant son attention sur sa « voisine de table » elle regarda sa pitoyable tentative de boire une dernière gorgée de bierraubeurre. Une pure alcoolique comme il en existait des centaines malheureusement et cette dernière était loin d'être unique. Un brin vexée d'être finalement avec une personne de ce genre Lucille réfléchissait déjà à toute allure, échafaudant n'importe quel plan plus ou moins plausible qui pourrait la sortir de ces sales draps.
Et ce plan allait devoir être vachement costaud vu la bête !

Non pas que Kim était grosse mais une empotée pareille c'est pire que de la colle, du scotch double face au minimum. Un truc gluant qui tâche partout, le truc bien dégueulasse qu'on arrive pas à enlever correctement.
Du chewing-gum dans les cheveux ! Voila exactement. Et que faisait-on pour s'en débarrasser ? On coupe tout … pas d'autre solution.

Malheureusement ...


Kimberly – Je crois que nous sommes toutes les deux en dernière année, d’ailleurs.

Ca c'est le truc qui fou toute une stratégie en l'air. Le cheveu sur la soupe (pour rester dans le champ lexical du capilaire …). Les deux filles allaient certainement être amenées à se revoir et ça, ça ne plaisait pas du tout à la jeune fille.
S'afficher dans un bar où pratiquement personne la connaissait, ok ça c'était faisable. Mais se faire aborder par Kimberly à Poudlard lorsque Lucille serait entourrée de ses amis … c'était vraiment pas possible non sérieusement pas moyen.

- Peut-être, honnêtement ta tête ne me dit rien du tout. Ne sois pas vexée mais je ne suis pas physionomiste. Mais oui je suis bien en dernière année.

Le meilleur moyen était de répondre brièvement et de ne surtout pas relancer la conversation. Au bout du compte Kimberly allait très certainement se lasser de cet échange à sens unique et finirait pas elle même se décider à la lâcher.
Maigre espoir mais c'était tout ce qui restait à la serpentarde. Jouant avec une mèche de cheveux blonds elle jeta son regard sur la foule qui s'accumulait au bar, seule distraction intéressante ... Les sorciers, plus ou moins jeunes, se pressaient comme des sardines histoire d'avoir "la meilleur place pour héler le tenant du bar". Bien sur il y avait quelques fracas, des petites rixes mais jamais rien de bien méchant.
L'envie de lancer sa chope afin de déclencher une bagarre générale lui titilla l'esprit. Elle pourrait ainsi sortir du bar et échapper à Kimberly ... qui risquait probablement de la suivre.

Aucun moyen de s'échapper visiblement ... Lucille était dos au mur sans échappatoire, aussi bien au sens propre comme au figuré.




Dernière édition par Lucille Levinsky le Lun 29 Avr - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Higgs
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le comptoir

Message par : Zoey Higgs, Dim 7 Avr - 16:42


Samedi, 8H30. Voila que j'étais d'jà d'bout. Ouais, en fait j'dormais pas beaucoup. J'étais vraiment un être exceptionnel... Vous trouvez pas vous ? Non sans déconner, j'suis sexy, j'ai un c*l du tonnerre, un corps de rêve, les mecs ne me résistent pas. Bref une vraie bombe ! Et j'n'ai même pas la grosse tête avec ça. Comble du bonheur : les filles me détestent car elles sont jalouses de me succès. J'adore ! J'aime faire ma garce et me déhancher jusqu'au bout de la nuit sur le comptoir de mon bar fétiche puis dans le lit de ma conquête de la nuit. Hier n'avait pas fait exception. J'étais venue, j'avais bu et j'avais offert mon c*l. Ouais ouais, j'étais trop une bonasse, tout le monde me voulait, allez soyez pas jalouses !

Bref, comme je disais, j'venais de me lever. Enfin... J'étais toujours chez mon inconnu de la veille. J'sais même pas où il m'avait ramené, j'avais trop bu, j'l'avais juste suivis et on avait passé une nuit de folie. Enfin j'imagine. En tout cas, j'me sentais bien. Un peu barbouillée à cause de l'alcool mais j'avais tellement l'habitude d'en boire que je savais que dans à peine un quart d'heure ça s'rait d'jà passé. J'attrapais mes fringues de la veille : une robe ultra-courte blanche super moulante et sexy. L'enfilais après avoir remis mes sous-vêtements et remis mes compensées roses bonbons avant de m'échapper sans bruit par la porte d'entrée. J'me retrouvais alors dans les rues de Londres. On avait dû transplanner depuis Pré-au-Lard. Comment j'allais rentrer à Poudlard moi maintenant ? Remarque, on était samedi, j'étais pas obligée de rentrer maintenant. J'avais qu'à rester en ville pour le week-end. J'trouverais bien un hébergement pour ce soir hein. Comme d'hab' ! Du coup, j'me dirigeais vers le seul bar sorcier que j'connaissais dans Londres. Fallait que je tue le temps.

En entrant dans le Chaudron Baveur, l'ambiance un peu sombre m’enivra. J'allais m'plaire ici, je l'sentais. Je repérais le bar et me dirigeais directement vers un tabouret pour m'installer. Y'avait pas grand monde encore. J'pense que l'bar v'nait d'ouvrir. P'is en regardant mieux, j'vis que la serveuse blonde était d'jà occupée à prendre la commande à une table. Elle avait une drôle de dégaine dis donc. P'is elle me disait quelque chose de dos. Et quand elle s'retourna, la serveuse se révéla ne pas être une serveuse mais un serveur. Et ce serveur n'étais autre qu'Oswin T. Hooper. J'savais même pas qu'il travaillait ici ! Il était un peu plus vieux que moi et ex-élève de ma maison. On avait passer une nuit de folie un soir avec l'autre là, ouais Dey. Il était trop étrange et pas spécialement canon mais dieu qu'il b**sait bien ! Les deux en fait. J'aurais dû reconnaître son c*l quand même.. Bref, j'attendais qu'il passe à côté de moi et lui donna une claque sur les fesses.


    " Hello sexy ass ! Tu m'sers un truc ! "


Ouais, en fait j'lui montrais pas vraiment, mais j'l'aimais bien lui. Et j'avais b'soin qu'il me serve un truc qui m'permette de t'nir toute la journée et toute la nuit ! R'marque, il pourrait p'tet me laisser dormir dans leur réserve !?
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Le comptoir

Message par : Oswin T. Hooper, Dim 7 Avr - 18:53



Commande Zoey ♥



HAHAHA. Cette punaise d'ancien gérant avait enfin dégagé et devinez qui avait prit sa place ? Et bah c'était moiiiii ! Ah je te faisais un déhanché de ouf là, j'en revenais pas. Noah était vraiment pas saine d'esprit, pour m'engager déjà, et surtout pour augmenter ma place ici. P*tain et encore plus b**dant, j'étais mieux payé. Enfin pas encore super bien hein, mais c'était mieux. Bref, j'étais content même si j'avais encore rien bu. Le matin ça allait fallait dire, y'avait pas trop d'monde. C'était à partir de 11 heures que c'était bien de se verser un premier verre, parce que le monde se ramenait en masse. Là c'était plutôt le moment de la clope. J'terminais de servir deux vieilles peaux qui discutaient du dernier sorcière hebdo et roulait des yeux quand l'une d'elle me lança un regard salace en disant que j'avais un beau cul. Ouais mémé mon cul était du tonnerre mais t'étais trop vielle pour moi. Elle avait qu'à aller dans un cimetière, elle trouverait des mecs de son état.

J'retournais vers le comptoir du coup, reprendre ma place. Le comptoir c'était ma deuxième maison - Enfin j'avais pas de maison en fait mais .. Vos gueules. C'était là que tout l'alcool se trouvait, que MON cendrier était et surtout, j'avais un bon point de vue de la salle. Et du Jack. Alors que je passais près d'une nana sans faire gaffe à sa tronche, je sentais qu'on me touchait le cul. Ça pouvait pas être les vieilles, alors c'était la fille. Elle avait intérêt à être belle. Belle et pas grosse.
J'me retournais du coup, croisant son regard. Sa tronche m'disais un truc, mais quoi ? " Hello sexy ass ! Tu m'sers un truc ! " Sexy-ass ? Elle avait grave du goût elle. Pis elle était super belle et ... AH MAIS OUI. C'était elle ! La fille de la soirée là ! La soirée où tout un tas de c*nnards voulaient nous empêcher de ba*ser avec l'autre là, Hugh.

J'lui adressais un p'tit sourire, ouais je la remettais. Elle était grave cool et super bonne. On avait passé une sacrée nuit tous les trois. J'passais donc derrière le comptoir, allumant une clope au passage. Ça faisait du bien. Alors elle voulait quoi du coup ? Pas se bourrer la gueule dès maintenant quand même ? Quoique moi ça m'arrivait mais aujourd'hui, j'étais sobre comme jamais. " T'veux boire quoi la guerrière ? Alcool ou pas ? " J'me demandais ce qu'elle foutait ici quand même, si tôt, c'était pas très fun. Mais bon j'étais content de la revoir, parce qu'elle était vraiment chouette comme fille, pis qu'elle était belle. Ça faisait du bien à mes yeux. " T'fais quoi par ici de si bonne heure ? " Je tirais une bouffé sur ma clope, un peu affalé sur le comptoir comme un déchet mais comme j'étais un déchet, tout allait bien. La journée commençait plutôt bien pour une fois, en bonne compagnie du moins.


Spoiler:
 


Dernière édition par Oswin T. Hooper le Mar 9 Avr - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Higgs
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le comptoir

Message par : Zoey Higgs, Dim 7 Avr - 21:13


Guerrière !? Ouais c'vrai. J'me souvenais maintenant pourquoi il m'appelait comme ça. J'avais carrément joué ma Xéna à la soirée de la Tête de Sanglier ! En même temps les autres pestes l'avaient bien cherché. Et si j'avais écouté la première, j'aurais jamais eu ma folle nuit avec les deux gars. C'que j'voulais boire !? J'sais pas moi. Un bon truc bien fort qui me permette de tenir la journée et la soirée.

    " Boh, mets moi c'que tu veux ! Mais fort, et avec de l'alcool évidemment. J'ai b'soin de t'nir la journée et la soirée. J'pense que j'ai jamais rien pris sans alcool dans un bar tient. Et puis prends toi un truc, j'te l'offre. "


Et qu'est-ce que je foutais là ? Bah j'pouvais bien lui dire non ? Ouais, j'avais décidé que j'pouvais.

    " Bah j'étais tranquille à profiter d'ma soirée à la TS hier soir p'is bah j'ai croisé un mec qui m'a ramené chez lui. Du coup j'me trouve à Londres c'matin et j'sais pas comment rentrer. On a du transplanner et j'sais pas faire encore. Alors j'ai décidé d'rester ici pour le week-end. J'vais bien trouver une soirée cool ce soir, p'is j'me f'rais héberger. "


Voilà. De toutes façons, il connaissait ma réputation mieux que quiconque hein. Il avait été dans ma maison à Poudlard puis dans le même lit alors bon. J'n'avais plus rien à cacher...

Comme il fumait une clope, j'la lui piqua pour tirer une ou deux bouffé dessus. Quand la fumée emplit ma gorge puis mes poumons, je lâchait un soupir de plaisir. Dieux que s'était bon ! Ca f'sait longtemps qu'j'en avais pas grillé une. J'avais toujours la clope dans la main. Il en r'prendrait bien une hein !


    " Et toi ? Qu'est-ce tu d'viens d'puis la dernière fois ? Pas trop dur de s'tapper les clients chiants ? "


Dis-je en désignant de la tête les deux vieilles peaux qui avaient l'air extrêmement agaçantes de loin...
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Le comptoir

Message par : Oswin T. Hooper, Mar 9 Avr - 3:11



Commande Zoey ♥



Cette fille était géniale, un peu traînée sur les bords mais j'allais franchement pas mentir, en tant que mec ça m'allait grave. Du coup elle voulait un truc alcoolisé, assez fort visiblement. J’hésitais un peu, fallait pas qu'elle soit trop déchirée dès le petit matin non plus. Après elle allait plus marcher droit pour retourner ... Je savais pas où. Elle avait l'air aussi paumée que moi niveau logement et même si j'aurais voulu l'inviter chez moi, j'aurais pas pu. J'avais pas d'chez moi. C'était con hein ? On aurait pu faire deux-trois trucs sympa en plus, vachement sympa même. Au pire y'avait toujours la réserve ... Ou la cuisine ou même les toilettes. Mais bon, c'était crade quand même. Nananan. Bon j'allais lui servir quoi moi ? J'avais bien envie d'un café avec une pointe de Whisky perso', histoire de bien commencer. Alors que je faisais mon café je l'écoutais me répondre, une partie de mon cerveau cherchant ce qui lui irait le mieux. En fait je pouvais lui faire un Hooper-Alniott, mais ça craignait un peu. Surtout si elle avait pas encore bouffé.

Alors elle restait ici pour l'week-end ? Ma foi, c'tait plutôt cool ça. Dommage que j'étais coincé ici jusqu'au moins 3 heures du mat'. " Au pire s'tu trouves rien, tu peux toujours rester ici. Y'aura bien un mec qui t’intéressera. Et au pire du pire, j'suis là. " Ouais vraiment AU PIRE, quoi. Parce que hein, c'était que je m'éclatais moi ici tout au long de cette longue, longue, loooongue journée de taf. Ermh. Bref. Fallait que je lui serve un truc dans tout ça ! Elle avait pas l'air d'avoir mangé quelque chose avant de venir, si je lui servais le H-A de suite, elle allait rouler au sol direct. Nan, nan, ça le faisait pas. Imaginez un peu : 9h30, des clients qui viennent boire un petit café et ils voient quoi ? Une bonasse en robe moulante en train de se rouler au sol dans son vomi. Ouais. Non merci.

" Dis t'as mangé ? Nan parce que je te servirais bien un truc mais sans bouffer ça risque de pas l'faire. Du coup je te propose un café avec une larme de whisky et un truc à manger, pis après la spécialité de la maison qui te retournes la tête en deux secondes. Ça t'vas ? " Bon après elle voulait peut-être pas tout payer ... Mais je pouvais bien lui offrir un truc en retour. Pis surtout, elle avait pas besoin de m'offrir un truc en fait, j'étais le gérant, je gérais donc comme je le voulais. Si je voulais boire un truc - Et c'était souvent, je me gênais pas pour le faire donc j'avais vraiment pas besoin de profiter de sa proposition. " Pis laisse pour le café, pas besoin de me l'offrir, c'moi le gérant ici. "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 49

 Le comptoir

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 26 ... 49  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.