AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 4 sur 46
Le comptoir
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 25 ... 46  Suivant
Oswin T. Hooper
Gryffondor
Gryffondor

Re: Le comptoir

Message par : Oswin T. Hooper, Mar 9 Avr - 3:11



Commande Zoey ♥



Cette fille était géniale, un peu traînée sur les bords mais j'allais franchement pas mentir, en tant que mec ça m'allait grave. Du coup elle voulait un truc alcoolisé, assez fort visiblement. J’hésitais un peu, fallait pas qu'elle soit trop déchirée dès le petit matin non plus. Après elle allait plus marcher droit pour retourner ... Je savais pas où. Elle avait l'air aussi paumée que moi niveau logement et même si j'aurais voulu l'inviter chez moi, j'aurais pas pu. J'avais pas d'chez moi. C'était con hein ? On aurait pu faire deux-trois trucs sympa en plus, vachement sympa même. Au pire y'avait toujours la réserve ... Ou la cuisine ou même les toilettes. Mais bon, c'était crade quand même. Nananan. Bon j'allais lui servir quoi moi ? J'avais bien envie d'un café avec une pointe de Whisky perso', histoire de bien commencer. Alors que je faisais mon café je l'écoutais me répondre, une partie de mon cerveau cherchant ce qui lui irait le mieux. En fait je pouvais lui faire un Hooper-Alniott, mais ça craignait un peu. Surtout si elle avait pas encore bouffé.

Alors elle restait ici pour l'week-end ? Ma foi, c'tait plutôt cool ça. Dommage que j'étais coincé ici jusqu'au moins 3 heures du mat'. " Au pire s'tu trouves rien, tu peux toujours rester ici. Y'aura bien un mec qui t’intéressera. Et au pire du pire, j'suis là. " Ouais vraiment AU PIRE, quoi. Parce que hein, c'était que je m'éclatais moi ici tout au long de cette longue, longue, loooongue journée de taf. Ermh. Bref. Fallait que je lui serve un truc dans tout ça ! Elle avait pas l'air d'avoir mangé quelque chose avant de venir, si je lui servais le H-A de suite, elle allait rouler au sol direct. Nan, nan, ça le faisait pas. Imaginez un peu : 9h30, des clients qui viennent boire un petit café et ils voient quoi ? Une bonasse en robe moulante en train de se rouler au sol dans son vomi. Ouais. Non merci.

" Dis t'as mangé ? Nan parce que je te servirais bien un truc mais sans bouffer ça risque de pas l'faire. Du coup je te propose un café avec une larme de whisky et un truc à manger, pis après la spécialité de la maison qui te retournes la tête en deux secondes. Ça t'vas ? " Bon après elle voulait peut-être pas tout payer ... Mais je pouvais bien lui offrir un truc en retour. Pis surtout, elle avait pas besoin de m'offrir un truc en fait, j'étais le gérant, je gérais donc comme je le voulais. Si je voulais boire un truc - Et c'était souvent, je me gênais pas pour le faire donc j'avais vraiment pas besoin de profiter de sa proposition. " Pis laisse pour le café, pas besoin de me l'offrir, c'moi le gérant ici. "
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Higgs
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le comptoir

Message par : Zoey Higgs, Mar 9 Avr - 11:58


J'le voyais qui réfléchissais pendant que j'lui racontais mon histoire du pourquoi du comment j'm'étais r'trouvée pommée dans un bar si loin de Poudlard de si bon matin... Il devait me prendre pour une traînée, ou au mieux une sa**pe, une garce... Bref vous m'avez comprise ? J'm'en foutais royalement de ce que les gens pensais en fait. Moi j'profitais de ma vie avant qu'elle n'soit emportée par les anges de la mort. T'façon ça allait arriver bien assez tôt. P'is fallait que j'profite que mon corps soit encore c'lui d'une bonasse jeune et sexy. Après j'allais vieillir, comme tout le monde hein ! Bref, j'faisais bien ce que je voulais hein !

J'le vis se servir un café et y rajouter une pointe - enfin une pointe... c'est Oswin quand même hein ! - de whisky. Aaaah, l'ami Jack était toujours le bienvenue, j'étais bien d'accord. Mais après, il ne fit pas d'autre verre, ni de tasse, bref : rien pour moi. Mon cas devait le faire hésiter. Il voulait sûrement pas me voir me rouler par terre de si bon matin. Bon, il avait pas tord, j'f'rais mieux de commencer molo... J't'irais une bouffée de ce qui était devenu ma clope tout en l'écoutant.


    " Au pire s'tu trouves rien, tu peux toujours rester ici. Y'aura bien un mec qui t’intéressera. Et au pire du pire, j'suis là. "


Je riais intérieurement. Ce mec me re-voulait. P'is comme il avait été bon, moi ça m'dérangeais pas vraiment. Fallais que j'décide si j'restais ici pour la soirée ou pas en fait. J'avais l'temps de réfléchir hein ! Il n'était que 9H30 et mes soirées ne commençaient généralement pas avant 22H00.

    " Dis t'as mangé ? Nan parce que je te servirais bien un truc mais sans bouffer ça risque de pas l'faire. Du coup je te propose un café avec une larme de whisky et un truc à manger, pis après la spécialité de la maison qui te retournes la tête en deux secondes. Ça t'vas ? Pis laisse pour le café, pas besoin de me l'offrir, c'moi le gérant ici. "


Franchement, si j'avais eu un quelconque liquide dans la bouche, j'aurais tout recraché sur lui ! Lui !? Gérant ! Eh bah ! C'était presque aussi crédible que Hugh en directeur de maison. Et pourtant, les deux étaient arrivés. Le monde magique était décidément tombé bien bas. Manquait plus que j'deviennes Mère Supérieure d'un couvent et tout irait bien ! Cette pensée me fit rire et à la fois grimacer. Plus jamais de s*x, ni d'alcool !? Hell no ! Je n'y survivrais pas ! Je chassais donc cette image de mes pensées et revient à l'hydratation de mon gosier. Mais il n'avait pas tord, fallait que j'mange avant. Et comme il faut, pour que tout l'alcool que j'absorberais plus tard ne ressorte pas direct.

    " Ouais, non. J'ai rien avaler d'puis hier midi ! T'as raison, faut que j'me remplisse. Mais j'accepte le café ! "


J'attrapais donc la carte afin d'voir ce qu'ils proposaient à bouffer.

    " T'as qu'à me mettre : deux boules de Sorbet surprise, une Chocogrenouille sur son lit de caramel et un Gâteau entier à la fraise surplombée de son eau de vie à la framboise. "


Quand j'mangeais, c'était pas à moitié. Et pourtant je gardais mon corps de rêve. C'était cool ça ! Surtout que j'adorais tous les mets sucrés. P'is j'étais riche en ce moment ! Autant en profiter. Et là, j'avais le temps pour tout avaler. J'resterais dans ce bar un bon moment je pense... Et p'is le gâteau à la fraise me préparerais à mon ingurgitation d'alcool ! Parfait. Mais fallait vraiment que j'revienne sur le fait qu'il soit gérant... Ca me perturbait. Tout en continuant à fumer, j'lui d'mandais.

    " Sinon. Toi !? Gérant ? Félicitations ! Mais dis-moi, t'as fait ingurgiter une quantité importante d'alcool à la proprio pour qu'elle te file le job hein !? "


Non décidément... C'tait trop étrange. Ma remarque n'était pas méchante hein. P'is j'pouvais bien le charrier. Il n'se gênerait pas pour m'faire subir le même sort !
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Le comptoir

Message par : Oswin T. Hooper, Jeu 11 Avr - 2:18



Commande Zoey ♥


Bah c'était quoi c'te tête quand j'avais dit que j'étais gérant ? C'était trop ouf pour être vrai c'est ça ? J'étais un employé exemplaire moi madame, la crème de la crème. J'étais juste une crème alcoolique et asociale et violente et ... Ouais bon. F*ck. Mais n'empêche que c'était pas si étonnant que ça, fallait pas exagérer ! J'étais juste un très bon pote avec Noah ... Herm. Bref. Donc. Manger ouais. Elle avait pas mangé j'avais raison ! Donc le café okay ... " T'as qu'à me mettre : deux boules de Sorbet surprise, une Chocogrenouille sur son lit de caramel et un Gâteau entier à la fraise surplombée de son eau de vie à la framboise. " J'ouvrais grand les yeux. Woh. Bah elle avait de l’appétit elle ! On aurait pas dit avec son corps parfait, sacrée gonzesse tiens. Elle devait en faire rager plus d'une. Bon du coup je commençais par faire le café, ça allait vite. 40 secondes plus tard c'était servit et j'avais p'tet un peu trop mis de Whisky. J'haussais les épaules, tant pis.

" Sinon. Toi !? Gérant ? Félicitations ! Mais dis-moi, t'as fait ingurgiter une quantité importante d'alcool à la proprio pour qu'elle te file le job hein !? " J'rigolais, elle s'en remettait pas hein ! Bah ouais bien sûr que j'avais fait boire Noah, mais d'un autre côté elle avait pas besoin de moi pour picoler. Fin ça restait entre nous ça.
" C'vrai qu'on picole pas mal Noah et moi, on est de bons potes. Mais j'garde secret la raison de mon changement d'grade " J'lui glissais un clin d'oeil avant de filer vers les cuisines. C'était qu'elle avait une pile de bouffe à manger et elle allait pas se servir toute seule la bouffe en question. Donc alors, le gâteau à la fraise .. Okay. On arrose le tout d'eau de vie framboisée ... Ça c'était bon. Maintenant la chocogrenouille sur son lit de caramel ... Oh p*tain ça me donnait faim moi tout ça ! Allez y'en avait bien une autre pour moi, rien à foutre. Ouais et c'était quoi qu'elle voulait après ? Ah ouais ! Deux boules de sorbet. Bon je mettais au pif, de toute façon je bouffais pas ça, ça m'faisait trop flipper. Surtout depuis que j'étais tombé sur cire d'oreille. Alors je savais pas quelle couleur était à quoi.

Je revenais une dizaine de minutes plus tard, un plateau chargé dans les mains et zieutant les grenouilles d'un oeil histoire de voir qu'elles étaient toujours là. " Bon, tiens, v'là ta montagne de bouffe. " J'posais tout devant elle avant de prendre ma chocogrenouille à moi. J'aimais bien ces trucs, parce que c'était au chocolat. Sweet Satan. J'adorais le chocolat, c'était la meilleure chose du monde avec les chimichangas. Oh bordel de qu**es ! Fallait que j'instaure les chimichangas au Chaudron Baveur ! Même si personne en voudrait moi je me ferait un plaisir de tous me les enquiller, c'était pas un problème. Enfin bref.
Mais moi j'étais quand même fasciné de tout ce que la belle blonde pouvait ingérer sans prendre un gramme de graisse. Genre, elle était née bonasse et pas moyen de changer, un truc de ouf. " Tain mais tu la fous où toute la bouffe en fait ? "

Revenir en haut Aller en bas
Jendy O'Hara
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Jendy O'Hara, Jeu 11 Avr - 23:32


Chiant le job, mais les rencontres à faire sont toujours bonnes à prendre. Non, ce poste ne me plaisait plus, vraiment. Le soir même, j'avais donné ma démission. Aller hop ! Je payerai la maison autrement mais voir les regards fatigués de Victor manquaient de me forcer à lui cracher dessus. Il ne m'avait pas supplié. Rien qu'un simple "OK" comme s'il savait déjà tout, comme s'il s'y attendait. Pas si con peut être ? Un peu moins que je l'avais si souvent pensé surement. J'étais de plus en plus surprise par les gens ces temps ci. Des changements chez certains... Des modifications dans leur tête je sais plus, je suis plus. Je suis paumée en réalité. terriblement paumée ...

Rentrer chez sois après avoir foutu en l'air le job qu'on gardait depuis 5 ou 6 ans. Fait.
Rentrer chez sois avec un rendez vous en compagnie d'un mec pas croisé depuis 7 ou 8 ans. Fait.
Que de bonnes pensées ce soir en rentrant à la maison.

Que mettre ? Que mettre ? ET oui, c'était ça pourtant mon problème. On m'avait dit une fois, de profiter des soirées des mauvaises journées, les pleurs et les regrets reviendraient au lendemain matin oui. Au final, après quelques recherches dans mon armoire, après avoir retournée mon coffre à chaussure trois fois, j'optais pour de la douceur et de la simplicité. La journée avait été dure, et je ne perdais pas ce gout acre du fond de ma gorge. Une simple robe pâle montant aux trois quarts de mes cuisses, une veste coupée perfecto dont chaque partie était d'une teinte différente, un vernis noir ébène, des chaussures épaisses et hautes noir ébène également, laissant mes cheveux bruns tomber sur mes épaules pèle mêles dans des ondulations qui me satisfirent en fin de compte.
Spoiler:
 

Il fallait penser à autre chose. Et aller au chaudron baveur prendre un verre avec un bel homme, en profiter peut être pour croiser Noah... Cela faisait pas mal de temps que je n'avais pas vu la belle brune, mais nous entretenions une relation très complice ensemble. Complice oui, c'était le mot.

Arrivée au chaudron, je regardais l'heure. En retard de dix bonnes minutes... Parfait, vraiment parfait. Se faire désirer mais pas trop non plus. Faisant un pas, puis un autre, je cherchais timidement mon prince charmant du soir de mes yeux bleus.
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Le comptoir

Message par : Phoebe Monroe, Sam 13 Avr - 0:27


Une âme controversée et meurtrie qui se laissait aller et voguer depuis trop longtemps aux douces brises du zéphyr, étincelait désormais d'une lueur peu commune, elle projetait sa douce lumière d'espoir aux yeux d'un peuple qui en était dépourvu. Cet espoir était fait d'imprévus, il évoquait une sorte d'amour du risque. Il était, maintenant plus que jamais, symbole de culot, car il en fallait pour aboutir à ses fins, pour pouvoir ne serait-ce qu'effleurer nos désirs les plus profonds. Cet âme commençait à peine à ouvrir les yeux sur le monde qui l'entoure et ceci malgré elle, elle était bien mieux à se préoccuper de son propre monde mais un beau jour on se doit de s'intéresser un minimum des autres et c'est du haut de ses vingt-trois ans que Phoebe venait de comprendre ceci. Il n'était plus question pour lui de continuer à vivre une vie monotone et solitaire, le moment était venu pour lui de s'ouvrir aux autres, de montrer qu'il peut être au plus profond de lui-même, de démontrer qu'il est bien plus qu'une simple image aussi dédaigneuse qu'elle puisse être. Depuis son plus jeune âge, Phoebe a souffert du mal qu'il avait à s'ouvrir aux autres, des difficultés qu'il ressentait à montrer d'autres traits de sa personnalité, des traits plus complexes que l'on peut aimer comme on peut les détester mais ces traits formaient bien plus qu'un simple visage noir ou blanc. Phoebe était prêt à éclairer, à son tour, la population de son espoir.

Poussé par un culot non-dissimulé, l'écossais venait d'obtenir un rendez-vous avec la ravissante vendeuse d'une droguerie ténébreuse de l'Allée des Embrumes. Il y avait, d'ailleurs, fait l'acquisition d'un cadenas mordant et d'un magnifique rosier vampire. Le transport de la plante à travers la capitale anglaise s'était déroulé sans encombres, il fut assez fier de pouvoir la poser sur une étagère de son appartement. Toutefois, c'était essentiellement le rendez-vous de ce soir qui lui taraudait l'esprit, il ne prit d'ailleurs pas la peine de vérifier son courrier, en particulier une lettre assez importante qui dégageait des effluves d'une odeur assez bien connue : le poil à gratter. Ignorant l'information de taille qui se présentait à lui, il se préoccupa d'abord de la soirée qui s'annonçait divertissante. Ce qui l'intriguait le plus était le fait qu'il ne connaisse pratiquement pas, voir pas du tout la vendeuse, cet aspect l'attirait beaucoup : il y a beaucoup plus à en tirer d'une personne dont on ignore tout que d'une personne que l'on connait parfaitement. Belle occasion, en perspective, pour que les deux jeunes gens fassent de plus amples connaissances.

Après plusieurs heures qui semblèrent passer à une vitesse ahurissante, Phoebe décida de se revêtir d'une manière plus adéquate compte tenu de la situation à venir. Son choix se porta sur une chemise d'un vert bouteille évoquant en lui des souvenirs de longues nuits d'été sur la plage à boire avec des amis devant un feu de bois. Celle-ci fut complétée par un jean assez foncé et de sa montre discrète. Il était fin prêt pour se rendre au Chaudron Baveur, malheureusement, ne possédant pas le permis de transplanage il dut s'y rendre à pied, il ne cessait de se répéter qu'un jour il va devoir le passer mais le temps coulait entre ses pâles doigts et il ne lui laissait guère le temps de s'entraîner à cette épreuve.

Le bar était assez plein, le sentiment de convivialité et d'hospitalité se mélangeait à l'impression d'être épié de tous les côtés que Phoebe ressentait. Il n'appréciait pas vraiment se mélanger à la foule de cette manière, il préfère se démarquer de cette population si simplette mais cette fois-ci cela ne se prêtait pas à la situation. Cette soirée était destinée à une femme, cette dernière ne devrait normalement plus tarder. Phoebe était arrivé aux alentours de neuf heure, voir en avance, elle n'allait pas tarder. Il choisit de s'asseoir sur une chaise posée en face d'une table ronde d'une taille parfaite. Les minutes défilèrent et pour le moment aucun signe de ses doux cheveux bruns. Le jeune homme se raccrochait à un espoir illimité, il resterai assis là toute la nuit s'il le faut. Il ne se posait pas de questions, il en était sûr : elle allait venir ... Il se remit à respirer quand il la vit débarquer dans la brasserie, de ses yeux azurs elle semblait chercher quelqu'un, rectification, elle le cherchait. Phoebe se leva doucement, non sans un sourire, pour montrer sa position. Cette dernière semblait l'avoir vu, elle se dirigea alors à ses côtés. Une fois installée, le jeune homme prit la parole :

Bonsoir, vous êtes vraiment... ravissante !

Ceci venait de lui échappait, pourtant ces mots étaient bien trop faibles. Sa robe éclatante mettait parfaitement ses formes en valeur et son perfecto en cuir démontrait son bon goût. C'était assez déplacé de commencer une conversation de cette manière et Phoebe se rendit compte peu après de son erreur.

Je pense que le vouvoiement n'est pas vraiment d'utilité.

Une barrière venait de se briser, le vouvoiement met de la distance entre deux interlocuteurs ce qui empêche un quelconque rapprochement. D'autant plus que le tutoiement met les deux personnes dans un pied d'égalité, d'une certaine manière se vouvoyer dénonce la différence hiérarchique entre deux personnes.

Je me présente, Phoebe Monroe !

Ce n'était qu'une formalité mais ce n'est qu'après que la véritable discussion peut démarrer. Evidemment, il connaissait bien le nom ainsi que le prénom de la jeune femme mais il était bien plus convenable de la laisser se présenter.
Revenir en haut Aller en bas
Neala MacLochlainn
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Manx rumpy



Re: Le comptoir

Message par : Neala MacLochlainn, Sam 13 Avr - 15:30


[Commande Jendy et Phoebe]

Neala était d'une nature mélancolique ce soir-là. Tous ces couples qui venaient passer une soirée au Chaudron... Lui rappelaient qu'elle n'avait personne qui l'attendait chez elle - enfin, il y avait Angel mais ce n'était pas pareil. Elle se sentait seule. Elle aussi voulait une personne spéciale, quelqu'un qui la chérirait et qu'elle chérirait en retour. Mais c'était à croire qu'aucun homme ne voulait d'elle. Il y avait bien eu ce qu'il s'était passé avec Nathanaël dans la Salle sur Demande sauf que ça avait été vide de sentiments. Depuis cet après-midi et après que les évènements qui avaient suivis se soient calmés, elle avait été plus consciente de tous les couples qu'elles croisaient, de toutes ces personnes amoureuses.

La jeune femme laissa échapper un petit soupir. Ce n'était pas le moment de s'apitoyer sur son sort, elle avait bien d'autres choses à faire. Avisant un jeune homme qui venait de s'installer, elle termina de prendre la commande à la table où elle était avant de se diriger vers le comptoir où il s'était assis. C'est en s'approchant qu'elle reconnut le professeur d'Enchantements de Poudlard et le temps qu'elle arrive, une jeune femme était à ses côtés. Jeune femme qu'elle identifia comme la vendeuse de la BAMN avec qui elle avait eu une altercation un an et demi auparavant.

J'espère qu'elle ne va pas me reconnaître... Au pire, c'est pas grave. Je suis là pour la servir, c'est tout...

Une fois près d'eux, elle attendit qu'ils remarquent sa présence, ne voulant s'immiscer dans leur conversation. Quand ils la virent, elle leur sourit gentiment tout en essayant de ne pas trop croiser le regard de la cliente. Elle ne voulait pas gâcher leur soirée après tout.

- Bonsoir et bienvenue au Chaudron Baveur, c'est moi qui m'occuperait de vous pour la soirée. Vous avez fait votre choix ?
Revenir en haut Aller en bas
Jendy O'Hara
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Jendy O'Hara, Sam 20 Avr - 13:34


Rien qu'une nuit, oui promet moi une nuit. Rien qu'une dis le moi. Promet le moi mon ange... Dis moi que tu m'aimes, que nous nous marierons, que nous aurons des enfants... Je veux une nuit pitié, aime moi le temps d'une soirée...
Pourquoi dire tant de choses ? Quémander quand on obtenait aussi facilement que j'avais obtenu mon rendez vous de ce soir ? Aujourd'hui comme tous les jours précédents, les histoires venaient à moi. Elles venaient à moi et je n'avais qu'à faire le tri. Ce soir, Monroe, le but de cette soirée ? Passer du bon temps, mais également le détromper sur une potentielle suspectation. Je n'étais qu'une frêle jeune femme au sourire délicat et coquin. Rien de plus vraiment. Et ce jeu de théatre pour la soirée la rendrait d'autant plus drôle...

Cherchant des yeux la silhouette de mon cavalier de la soirée tout comme celle de mon.... amie Noah, je trouvais le visage du gryffondor le premier. En quelques pas j'étais devant lui, le but était de le séduire tout en restant bon enfant. Le séduire, en me déhanchant comme à mon habitude, cette démarche était peu à peu devenue automatique, rouler du cul comme disent beaucoup, oui surement, mais dieu sait comme ça avait de l'effet sur les conquêtes...
Assis à une table, Monroe semblait être prévu arrivé à l'heure et avoir attendu mon arrivée. Il se leva en me voyant et je vis avec une étincelle de plaisir son regard s'allumer.

Bonsoir, vous êtes vraiment... ravissante !


Je lui adressais un petit sourire gêné et baissant la tête pour regarder quelques fractions de secondes le bout de mes chaussures je relevais mon regard et le plantais dans celui de mon compagnon de la soirée :

Merci...
Je pense que le vouvoiement n'est pas vraiment d'utilité.

Quelque chose qui me fit encore une fois bien sourire. Après m'avoir tutoyé à la BAMN ce matin même, après m'avoir vouvoyé quelques secondes plus tôt, le jeune homme m'ordonnait presque la familiarité. J'aimais le vouvoiement. C'était une marque de respect à laquelle je tenais beaucoup et je ne tutoyais que lorsque j'en ressentais l'extrême besoin. En l’occurrence, ses mots sonnèrent à mes oreilles presque comme un ordre et celui ci me déplut... Un mauvais point chéri.

Je me présente, Phoebe Monroe !


Phoebe, voilà. Phoebe ! Enfin les souvenirs se reconstituaient peu à peu, les uns après les autres comme les pièces d'un puzzle dans ma tête. Les soirées passées à Poudlard et les bagarres avec les petits gryffonds. J'avais une de ces réputations à cette époque ! Le rôle de la bonasse sulfureuse au rire et au sourire facile, bonne amie mais vicieuse avec les plus faibles... Des mots qui font sourire et une réputation que j'arborais avec plaisir avant. Désormais, la vie m'obligeait à être plus sage. Les mots étaient toujours les mêmes mais je gardais un certain recul et l'ont m'avait appris à être plus sage. Pourtant, cette part sauvage en moi menaçait de sortir. A chaque instant... Cette enfant sauvage que je savais renfermer ne demandait qu'à sortir. Suffisait d'attendre le bon moment.

Jendy, appele moi Jendy, déclarais-je en me penchant sur lui pour lui faire la bise.

J'étais toujours très tactile avec les inconnus, ça m'était devenu un besoin que de toucher quelqu'un, sentir sa présence en réalité, ainsi je posais ma main sur son avant bras avant de caler le coin de mes lèvres teintes sur sa joue. Il sentait l'homme, le jeune homme tout propre et fraîchement rasé... Son regard bleu attirait de plus en plus le mien, il était vraiment charmant dans son genre... Mais sage. Le jeu serait de jouer la petite jeune fille sage moi aussi et de voir si j'arrivais à le dévergonder un peu...
Avec délicatesse je me posais sur une chaise en face de la sienne, il fit de même et je croisais les jambes, la soirée s'annonçait pas mal...

- Bonsoir et bienvenue au Chaudron Baveur, c'est moi qui m'occuperait de vous pour la soirée. Vous avez fait votre choix ?

Déclara une voix dans mon dos. Me retournant à demi, je tombais nez à nez avec un visage que j'avais déjà croisé par le passé... Qui ? Le mystère restait entier pourtant. Je ne me rappelais ni son nom ni en quelles circonstances j'avais pu la croiser mais je me rappelais d'une chose, ça n'avait pas été pendant une bonne journée.
Jetant un regard vers la carte posée devant moi, j'optais après quelques minutes pour l'une des boissons alcoolisées. Evasion, le titre me plaisait... Sans même regarder la composition je déclarais :

- Un évasion je te prie. Me tournant vers Phoebe en lui tendant la carte ouverte à la page des alcools je continuais, et toi ? Tu as fait ton choix ?

Phoebe choisit sa boisson et la serveuse s'en fut avec nos commandes. Pendant ce temps, attablée avec le jeune homme, je pris soin de me mettre à l'aise. Ôtant cette veste, je la posais à mes côtés et laissant mes bras à nu je pu enfin me décider à lui parler.

Alors qu'est ce que tu deviens toi ?

La question qui tue je sais, mais il fallait bien commencer par quelque chose non ? Posant un coude sur la table, j'appuyais mon menton dans la paume de ma main en écoutant e qu'il avait à me dire sans même qu'il sache que je savais déjà le gros de ce qu'il allait me raconter.

Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Le comptoir

Message par : Phoebe Monroe, Mer 1 Mai - 14:52


{Vraiment désolé pour ce retard ...}


La vendeuse se déplaçait à travers la salle avec volupté, chacun de ses mouvements semblaient enjôleurs se mouvant avec grâce et subtilité. Ce côté glamour avait l'air volontaire, elle semblait aimer être vue et semblait tout faire pour que ce soit le cas. Quand elle traversa la salle quelques hommes d'un âge plus mûr se retournèrent à son passage et quand ils virent qu'elle partait en direction du professeur ils ne purent s'empêcher de lui lancer un regard noir. Cela lui était égal, d'ailleurs il aimait bien ça, il adorait être envié, ça lui donnait un sentiment de valorisation, ça confirmait ses idées : il était assez supérieur pour qu'on l'envie. En venant dans ce bar il avait eu l'impression de faire une bonne action, il avait eu l'impression que le simple fait qu'il soit présent à la vue de ces simples clients allait égayer leur soirée, c'était un héro et pourtant personne ne le remerciait jamais, c'était un héro de l'ombre. La jeune femme brune fut à présent en face de lui et après l'avoir remercié pour ses compliments elle daigna l'informer de son prénom.

Jendy, appele moi Jendy.
Enchanté Jendy.


Ainsi donc il avait bien eu raison ce matin, il faisait bien face à Jendy O'Hara. Il ne se souvenait de pas grand chose à son sujet, mis à part qu'elle devait être un peu plus âgée que lui mais ça se voyait sans même connaître son identité. La dénommée Jendy se pencha pour lui faire la bise, Phoebe ressentit un frisson quand ses joues effleurèrent celles de la ravissante brune, il ne s'attendait pas à cette sorte de rapprochement, en tout cas pas tout de suite. Pourtant il appréciait ce côté assez décontracté chez la vendeuse, un côté qui mettez à l'aise le jeune homme de telle manière qu'il n'avait pas peur d'en faire de même. On dit souvent que c'est l'homme qui doit faire le premier pas mais détrompez-vous, c'est aussi difficile pour les hommes que pour les femmes ! Quand ils s'assirent sur leurs chaises respectives, une jeune femme s'était approché d'eux.

Bonsoir et bienvenue au Chaudron Baveur, c'est moi qui m'occuperait de vous pour la soirée. Vous avez fait votre choix ?

Prenant un air hautain, Phoebe voulait montrer sa supériorité. Rien que la venue de la serveuse l'énervait, était-il un simple client pour qu'une simple serveuse vienne prendre sa commande ? Il les détestait, il les détestait tous, ces serveurs vivant dans une vie médiocre se nourrissant de simples plaisirs de la vie quotidienne, c'étaient les pires dans leur genre. Jendy s'empara de la carte mais Phoebe se contenta d'observer la brune qui était venue les interrompre. Ses cheveux bruns allaient parfaitement avec son visage émacié mais bien qu'elle est pas mal de vertus assez intéressantes, le jeune homme resta sur sa première impression, d'autant plus qu'il n'arrivait pas à supporter son sourire postiche et le ton assez vulgaire de sa voix.

Un évasion je te prie. Et toi ? Tu as fait ton choix ?

Prenant la Carte des mains de Jendy, Phoebe se mit à parcourir la carte des yeux. Dernièrement, il avait participé à un concours organisé par le Chaudron Baveur et ce chanceux avait remporté la deuxième place ainsi qu'un bon de douze Mornilles à utiliser ici. Il était assez fier d'avoir remporté la deuxième place mais aussi d'avoir l'occasion de voir sa création commercialisée mais il ne comptait pas en prendre ce soir, il n'avait pas envie de mettre fin à ses jours. Il fut pourtant attiré par un cocktail alcoolisé assez semblable qui pourrait faire l'affaire pour un début de soirée.

Quand à moi ce sera un Chaud devant.

Un choix surement pau commun, surtout que le nom était assez évocateur ... On pouvait être aussi assez surpris par les goûts assez spéciaux du jeune homme mais pour lui le meilleur arôme c'est celui qui te fait ressentir quelque chose d'assez inexplicable, qui te fais mal tout en te faisant du bien. Non, il n'est pas mazo sur les bords ... La serveuse finit enfin par partir pour les laisser seuls à nouveau. Jendy retira sa veste, laissant apparaître le reste de sa robe ce qui était assez plaisant. Ce fut la première à briser le silence :

Alors qu'est ce que tu deviens toi ?

Une question assez bateau mais Phoebe s'en contenter très bien, ce n'est pas pour rien que l'une des ses phrases favorites est : parlons bien, parlons de moi. Puis il se mit à réfléchir quelques secondes accompagnés par un petit bruit de réflexion. Qu'est-ce qu'il devenait ? Pas grand chose ... Un professeur quoi mais il avait un avantage : Jendy ne le connaissait pas, il va donc pouvoir embellir un peu plus les choses à son sujet. Toutefois, il n'était pas assez naïf pour mentir à propos de son emploi, c'était bien trop risqué, il va donc devoir garder une part de vérité dans ses propos.

J'suis prof' à Poudlard ... Pour te dire vrai,je n'aime pas ce boulot, j'en ai rien à faire de savoir si mes élèves réussiront après ou pas, j'ai accepté ce boulot que pour les deux mois de vacances.

Lui qui se disait qu'il allait user de mensonges s'étonnait lui-même, dire autant de vérités dans une seule phrase ne lui ressemblait pas mais il l'avait fait. Il se pouvait très bien que Jendy soit du genre à considérer que tout emploi doit être exécuté sérieusement mais elle était vendeuse quoi. Il avait fait une exception pour elle mais il aurait très bien pu réagir comme il l'avait fait pour la serveuse. Gardant un air franc il reprit la parole pour poser une question qui pouvait sembler indiscrète et insultante :

Dis moi, tu comptes vraiment rester vendeuse toute ta vie ? Tu ne rêves pas de mieux ?

[Je voudrais savoir si je pouvais payer avec le prix que j'ai gagné ?]
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Higgs
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le comptoir

Message par : Zoey Higgs, Jeu 2 Mai - 2:34


[Sorry Swinou pour le retard <3]

Ouais, 'voulait pas m'dire comment il avait eu le job ! I d'vait avoir couché avec la dîtes Noah, c'tait pas possible autrement. Enfin.. Moi ça m'allait très bien hein ! Au moins quand j'viendrais ici, j'étais sûre d'avoir quelque chose à regarder. Ouais ouais, mater son sexy ass toute la journée m'allait très bien ! Quoi que jouer avec c'était mieux hein ! Mais ça... c'tait encore occasionnel avec lui ! D'jà c'était plus souvent que toutes mes autres conquêtes alors bon, c'était pas mal ! Il m'avait servi mon café avant d'partir en cuisine. J'en bût une gorgée pour voir s'il était pas trop chaud. Parfait. Pas mal de whisky en plus ! Au top ! Au moins un barman qui savait doser les verres. J'avais toujours l'impression de d'voir prendre au minimum cinq verres pour être bien ! Avec lui, j'suis sûre qu'au troisième c'était bon. Bref, du coup, j'm'enfilais la tasse en quelques secondes pour que l'alcool et la chaleur du café me brûle la gorge. Gosh que c'était bon !

Une fois finit, j'me tournais vers les vieilles peaux qui m'regardaient d'un air désapprobateur. Elles devaient m'prendre pour une traînée. Rien à br**ler ! J'assumais. J'remontais même un peu plus ma robe pour être plus à l'aise. On pouvait sûrement voir mon string de devant. M'en foutait ! Y'avait personne à part elles et Oswin qui avait d'jà vu bien plus que mes sous-vêtement alors bon ! Les vieilles, elles, avaient fait une tête choquée puis détourné le regard. Fière de mon effet, j'souriais méchamment et me retournais vers le comptoir.

Tiens, v'là le beau c*l qui r'venait avec un plateau bien rempli ! Yummy ! Ca avait l'air grave bon ! Je salivais déjà. P'is ça sentait trop bon aussi. Il m'posa tout d'vant moi et prit sa chocogrenouille.


    " Tain mais tu la fous où toute la bouffe en fait ? "


Ahah ! Ca c'était mon secret ! J'faisais rien en fait ! J'avais un métabolisme de bonasse et du coup, j'restais sexy quoi qu'il advienne...

    " T'sais... Le sport ça aide bien ! "


Le sport de chambre ouais ! Non parce que j'pratiquais que ce sport là hein ! Très peu pour moi de courir à l'aube tous les jours hein ! Ils sont fous ces moldus de faire ça ! J'vous jure ! J'avais fait un clin d'oeil coquin au gérant pour qu'il comprenne bien le sens dans lequel j'avais employé ces mots...

J'savais pas trop par quoi commencer. Du coup, j'pris les boules. Ouais ça m'connaissait ça.. mais là j'avais pas trop l'habitude de celles-ci. J'en avait même jamais goûté des Sorbets Surprise. J'prennait un gros morceau d'la première avant d'le mettre dans ma bouche. Mer** ! Morve de Troll ! C'tait dégeux. J'recrachais tout sur l'comptoir avant d'croquer dans la chocogrenouille. Aaaah ! Ca c'tait meilleur ! Bon, j'mettais cette boule de côté. Et l'autre alors ? Et bah pas mieux hein ! Oeuf pourri... 'tain ! Décidément j'avais pas d'chance !


    " Dis-moi ! T'as fait exprès d'me foutre des parfums d'Mer** hein !? "


P'is, j'enchainais sur que'qu'chose de mieux : le gâteau à la fraise à l'eau de vie framboisée ! Ouais. Ca c'tait bon ! Vas-y, j'le bouffais en trois cuillerées ! La bouche pleine j'lui dis.

    " Bon s'non, les affaires ça marche bien où t'as l'temps de t't*uch*r derrière le bar !? "
Revenir en haut Aller en bas
Neala MacLochlainn
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Manx rumpy



Re: Le comptoir

Message par : Neala MacLochlainn, Jeu 2 Mai - 12:41


[Commande Jendy et Phoebe]

Tandis que la femme parcourait la carte pour choisir ce qu'elle voudrait consommer, l'autre client se mit à observer la jeune femme d'un air hautain. Qu'est ce qu'il lui arrivait ? Il trouvait le fauteuil trop dur ? Ironie, bien entendu. Non, il devait plutôt faire partie des ces personnes qui se sentaient supérieures aux serveurs. Avec le temps, la brunette avait appris à ne plus y faire attention - elle ne s'en sortirait jamais sinon. Son sourire s'agrandit donc un peu, devenant légèrement railleur. Si tu penses que ça me fait quelque chose mon coco... Prof n'est pas beaucoup mieux que serveur...

Un évasion je te prie. Et toi ? Tu as fait ton choix ?

Un évasion, c'était noté. Plus que sa commande à lui...

Quand à moi ce sera un Chaud devant.

- Je reviens de suite avec vos commandes.

Sur ces mots, elle partit derrière le comptoir. Quand elle repensait à ses débuts où elle galérait à faire un simple Croustiki... A présent, elle pouvait faire tous les plats et les cocktails de la carte les yeux fermés - ou presque. Elle ne s'était plus attiré les foudres d'Oswin depuis son premier jour, mais ils n'avaient pas pour autant eu d'interactions spéciales... Il faudrait y remédier un de ces jours.

Les boissons terminées, elle les posa sur son plateau - le même que depuis ses débuts, c'était son fétiche - et retourna auprès du couple. Posant les verres devant eux, elle leur adressa un autre sourire - Qu'il aille se faire... s'il me trouve superficielle ou je ne sais quoi ! - avant de se redresser et de leur adresser les recommandations habituelles.

- Et voilà. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à m'appeler et je viendrai vous voir. Jetant un coup d’œil autour d'elle, elle remarqua que la pièce s'était considérablement remplie. Elle ne risquait peut-être pas de les voir dans cette marée humaine. Appelez Neala, et j'arriverai. Bonne soirée !

Sur ce, elle partit s'occuper d'une autre tablée, secrètement soulagée que la cliente ne l'ait toujours pas reconnue.


Commande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Le comptoir

Message par : Invité, Sam 4 Mai - 1:51


[Jadis se rencontrèrent en ces lieux les sieurs Dey et Dawson ainsi que la demoiselle Thompson... Après avoir longuement attendu un post de la part de Monseigneur Dawson, je suis venue pour clôre définitivement ce RP commencé il y a fort fort, mais fort longtemps. Que les rpgistes que j'interromps daignent accepter mes excuses pour le dérangement, de même que Monseigneur Dey qui aura dû endurer maints désagréments avant que le RP ne se termine enfin.]

L'armoire à glace avec sa perruque brune, elle avait pas l'air d'apprécier que je me mêle de son règlement de compte. Oh la méchante madame elle a confisqué le joujou! Ben ouais gamin, c'est le jeu et tu t'y plies. Finalement j'aimais bien ça moi, faire l'arbitre. C'était fun de décider des règles, ça pouvait changer du tout au tout l'issu d'un combat. Et en l'occurrence, j'avais certainement le sentiment d'avoir fait penché la balance... Autant le grand-gros-machin était deg que j'avais exclu la magie du combat, autant le petit-minus-bidule était en joie. Quand j'avais annoncé la couleur d'un autoritaire "pas de magie" il m'avait regardé de la même manière que si j'étais la sainte déesse du whisky qui lui offrait une vasque inépuisable.

Et tout de suite après il s'était retourné vers son adversaire, toujours aussi remonté contre lui. Alors il avait foncé droit dessus mais il y avait la poubelle au milieu. Ah ben mince alors aurait-on pu se dire, pourtant lui cela ne lui posait aucun problème. Il fonçait sur la poubelle, il montait dessus. Normal quoi, il avait la panoplie complète de l'alpinisme avec toutes ses fourrures, fallait bien qu'il trouve une montagne à gravir. Evidemment le mont MacBenne ne tint pas longtemps avant de chuter à terre tout doucement et le type qui en faisait l’ascension tomba avec. Je crus qu'il allait se prendre le parterre, il avait vraiment pas l'air doué ce type. Et puis non, un miracle arriva tandis qu'il se rapprochait du sol et il pensa à mettre ses pieds devant, pour que ce soit eux qui touchent le sol et pas sa face. Ça y est, il était debout, incroyable! Et il avançait, menaçant... Enfin dans l'idée, il essayait d'être menaçant mais il avait surtout l'air d'un mec bourré. Comme moi je savais que j'allais pas tarder à faire pareil, marcher en voulant impressionner mon adversaire et seulement arriver à être ridicule, j'étais très indulgente avec le brun crado. Je me disais que c'était pas grave qu'il ressemble à rien en essayant de foutre les jetons à l'autre, après tout c'était l'intention qui comptait. Il se posta en position de combat, son couteau à la main :

- T’fais moins l’malin sans ta baguette. P’tit con.

Ouais ouais ça envoyait comme réplique de film d'action mais P*TAIN C’ÉTAIT MOI LÀ QU'IL VISAIT!!! Mais m*rde quoi, d'où je ressemblais à un gorille moi ?! Je voulais bien croire que l'alcool et la bouffe m'avait fait prendre quelques kilos mais pas à ce point là! J'étais encore féminine enfin, il ne pouvait pas me confondre avec un mec puant de testostérone!!! En plus je devais bien faire une tête de moins! Cependant c'était pas le genre de considérations qui venait à l'esprit d'un type torché et benêt à la base. J'étais abasourdie et vexée, de quel droit il se permettait de me confondre avec l'autre gars là?! C'est ainsi que je me pris le premier poing, le coup d'envoi de la bagarre. Et pourtant, je peux vous dire qu'il était pas rapide ni précis, j'aurais dû l'éviter, j'en aurais eu six fois le temps.

Bang en plein dans ma poitrine. Raaah le sale c*n! Le souffle coupé, je maudissais le pauvre alcoolo en face de moi en protégeant mon torse. Par la graisse moisie du Moine Gras, je douillais! Il allait me le payer, même s'il n'avait pas voulu me viser, rien à faire! Oui, je l'admets, à cet instant j'avais oublié mes belles paroles sur la valeur suprême de l'intention et ne me souciais que de la marche à suivre pour lui faire ravaler ses bijoux de famille. J'esquivais son coup suivant, la main qui tenait son couteau, en me penchant sur la gauche. Je me tournais alors vers lui pour choper le bras armé et mordre à pleines dents dedans. S'ensuivit un long cri et un coup de pied vengeur et la bataille continuait.

Pieds, poings, morsures, pincements, griffures, tout était permis. Au torse, aux bras, aux visages, aux jambes, rien n'était épargné. Le moindre truc qui nous passait sur la main on frappait dedans. On se loupait dans plus de la moitié des cas, on voyait de plus en plus flou. Mais la frustration de ne pas parvenir à toucher la cible ne faisait qu'augmenter notre haine et notre rage dans la bataille. Quand j'arrivais à attraper quelque chose qui lui appartenait je cognais aussi dur que je pouvais puis j'essayais tout ce qui me passait par la tête pour lui arracher le plus fort cri de douleur. Pourquoi ? J'en savais rien. C'était un s*lopard, il m'avait démonté le coude et la cheville et peut être une côte et je saignais de l'arcade sourcilière par sa faute! J'allais me venger, je laissais personne me toucher impunément. J'allais le détruire cette face de veracrasse! Il était pas encore détruit mais il était sacrément amoché cet imbécile, je l'avais pas raté. Il croyait pas qu'il pouvait s'en tirer comme ça, il croyait pas que j'allais le laisser faire ?!

On se donnait à fond mais de l'extérieur le combat était tellement ridicule que les chouettes qui nous regardaient devaient se demander par quel miracle on arrivait à se faire mal. Entre autres, fallait souligner que les pavés de la ruelle étaient sacrément durs, on les sentait bien passés quand on s'y étalait. Pis, même sous le joug de l'alcool, j'en faisais des dégâts. J'avais pas peur, je n'm'arrêtais pas, j'étais pas une trouillarde moi. Je me battais sans réfléchir, de toute façon il ne fallait pas, suffisait juste de laisser les réflexes jouer, l'instinct aussi. Les réflexes ils étaient sacrément rouillés, c'était pas à l'alcool que je devais les huiler. L'excrément de scrout-à-pétard avait de la force, ça oui, je le sentais bien sous ses coups. J'avais pour moi l'agilité (quoique fortement entamée par l'alcool, mes capacités en ce domaine étaient largement supérieures à celles de mon adversaire), ce qui rééquilibrait le tout.

Au bout d'un moment, on en savait rien quand, on ne voyait pas le temps passé, ce qui comptait c'était que l'autre déguste, tout s'arrêta.
- Bah, il est où l'autre ?
- Comment ça ?
- N'était pas que deux, n'était trois ! Trois que j'te dis !
- Trois, ah ben m*rde! C'l'aut'là! Le p'tit con l'a eu les chocottes, s'est barré!
- Ah c'rej'ton hybride d'goule et d'troll!
On a repris notre souffle comme ça, entre deux insultes. Et ça filait : mamelon de merrow, pisse de ronflack cornu, attributs desséchés de Voldemort, ... On en a débité toute une liste sur l'autre imbécile qui avait filé sans demander son reste. Jusqu'à que notre respiration soit de nouveau régulière, c'est dire si on avait eu de la suite dans les idées! Je me sentais vidée mais absolument et fabuleusement bien. J'avais mal de partout et c'était rien de me dire, un troupeau d'hippogriffes me serait passé dessus que cela m'aurait fait moins d'effet que la tannée que je venais de me prendre. Mais je m'étais défoulée à n'en plus pouvoir et au fond de moi je me sentais quasi... sereine quoi. L'alcool sûrement.

On se taisait depuis une poignée de seconde quand il reprit la parole pour qu'on se fit une promesse : celle de montrer à l'autre dégonflé ce qu'il avait loupé de notre super fête et de bien bien lui faire sentir le prix de sa couardise. Tous les deux on jura, on ne se connaissait même pas mais qu'importe ! On n'avait pas nos noms pourtant on avait goûter à la poigne de l'autre et à sa violence, c'était une forme de présentation qui en disait plus long que quelques lettres rattachées. On voulait retourner se bourrer mais dans l'état où on était, pas possible de rentrer à nouveau dans le Chaudron Baveur. Ils voulaient pas de nous à l'intérieur. Ou alors c'était trop tard, le bar était fermé, j'avais pas tout compris. Toujours est-il qu'on partit chacun de notre côté cette nuit-là, après s'être souhaité une bonne fin de vie.


[Hey hey, devinez quoi ?!
FIN!
:D ]
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Le comptoir

Message par : Oswin T. Hooper, Mar 7 Mai - 2:47



Commande Zoey ♥



La bombe sexuelle qui me faisait face commençait déjà à s'jeter sur la bouffe alors que j'avais à peine prit ma chocogrenouille dans les mains. Moi elle me sciait c'te gonzesse, c'était pas possible d'être aussi bonne en avalant autant de bouffe ! Du coup je lui demandais où elle le mettait, parce que y'avait bien un truc quoi. C'était pas possible autrement, elle avait même pas un petit bourrelet ! Et pour l'avoir vu plus d'une fois à poil, j'étais bien placé pour l'affirmer. " T'sais... Le sport ça aide bien ! " Ouais ... Je voyais parfaitement où elle voulait en venir. D'ailleurs ce serait avec plaisir que je l'aiderai à brûler les calories qu'elle s'apprêtait à ingérer. Là, dans la réserve ou même la cuisine. N'importe où, moi ça m'allait. Mais avant que j'puisse dire quoique ce soit de lubrique et rentre-dedans - C'était le cas de le dire, une des deux vieille peau de tout à l'heure cria dans la salle : " Hey beau petit cul, vient par là nous apporter deux cafés ! " Je roulais des yeux, irrité et feintant de pas voir le sourire sur les lèvres de la blonde. Préparant les deux cafés en vitesse ultime, je passais près de la belle et lui glissait à l'oreille : " Pour le sport, c'est quand tu veux "

Partant vers les deux vaches ridées, je leur déposais leurs cafés sans un mot, explosant lorsque l'une d'elle me colla une main au cul. Alors okay mémé, toi j'allais te buter. " P*tain de vieille c*nne, tu recommences je t'éviscère compris ?! " Je me retenais de pas lui balancer son café à la gueule, histoire qu'elle crame un peu et profite d'un lifting made-in Hooper. Mais j'avais mieux à faire que de perdre mon temps pour deux vieux gorets, vu qu'une superbe meuf m'attendait au comptoir et que j'avais une conversation à poursuivre.
Je repassais derrière le comptoir, déjà fatigué de cette journée qui commençait à peine. Frottant mon visage de mes deux mains, j'la voyais alors tirer une sale gueule en bouffant sa glace. Hahaha, elle avait qu'à pas m'demander à moi d'lui servir ça, j'avais jamais de chatte avec ces trucs. " Dis-moi ! T'as fait exprès d'me foutre des parfums d'Mer** hein !? " J'explosais d'rire et répondais pas. Elle avait pas besoin de savoir et j'aimais faire le c*nnard. Donc voilà.

" Bon s'non, les affaires ça marche bien où t'as l'temps de t't*uch*r derrière le bar !? " Aaah les affaires. C'était pas mal du tout franchement, j'pouvais pas dire le contraire. Mais y'avait des heures bien plus hard que les autres, des jours aussi. C'était pas rien de gérer l'bordel, ça prenait du temps. Mais j'étais pas ultra payé, alors ma condition s'améliorait pas trop. Heureusement que j'pouvais devenir un clébard à part entière, au moins je pouvais rester caché derrière le comptoir et jouer au chien de garde. " Beh écoute ouais. Mais y'a des moments creux où j'peux m'toucher ... Genre, comme maintenant. " Mon p'tit sourire pervers allait surement lui faire comprendre le sous-entendu. Enfin bon, j'allais la laisser bouffer quand même ! Elle payait, j'pouvais bien la laisser déguster ...
Revenir en haut Aller en bas
Kimberly L. O'Toole
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :



Re: Le comptoir

Message par : Kimberly L. O'Toole, Sam 11 Mai - 18:48


Contrairement à ce que son interlocutrice semblait penser, Kimberly n’était pas assez sotte pour réellement croire qu’elle était enchantée de faire sa connaissance. Elle ne cessait de lui prouver le contraire depuis le tout début, malgré les efforts de la brunette pour paraître sympathique. D’ailleurs, pourquoi est-ce qu’elle perdait son temps à tenter encore et encore alors qu’elle ne faisait que se faire rembarrer ? Ce n’était pas son genre. Dans le fond, les deux jeunes femmes se prenaient au jeu, mais toute cette discussion n’était qu’une magnifique mascarade. Et la vert et argent commençait à en avoir ras le bol de se faire rabaisser par une parfaite inconnue, même pas foutue de voir plus loin que le bout de son nez et d’apprendre à la connaître un peu mieux avant de la juger. Elle lui avait offert un verre, et c’était plutôt gentil de sa part, mais son comportement depuis était exécrable.

Au moins, la blondinette avait confirmé s’appeler Lucie alors que Kimberly ne lui avait toujours pas donné son prénom. Elle avait donc un coup d’avance sur sa camarade. Si toutefois c’était son vrai prénom. Après tout, Kim’ ne pouvait pas en être certaine. A vrai dire, elle s’en fichait un peu. A ses yeux, quelques lettres étaient loin de définir une personne, et il lui arrivait même assez souvent d’avoir des discussions bien plus intéressantes avec des personnes dont elle ignorait le prénom qu’avec d’autres qui commençaient les hostilités en se présentant, le plus formellement et le plus hypocritement possible. Cette petite parenthèse refermée, la dénommée Lucie affirma effectivement être en dernière année, mais ne jamais l’avoir vue. Evidemment, Kim’ n’était pas vraiment du genre à se fondre dans la masse des petits sorciers obsédés par leur image. La jeune femme ne jugea pas utile de lui répondre, elle se contenta d’acquiescer.

Bon, et maintenant ? La jolie blonde esquivait son regard, préférant porter son attention au reste du bar, qu’elle jugeait visiblement bien plus intéressant qu’elle. Kimberly, qui se rendait bien compte qu’elle n’était pas franchement la bienvenue à cette table et que rien de ce qu’elle pourrait dire ou faire ne ferait changer sa vis-à-vis d’avis, commençait à être à court d’idée pour faire avancer les choses. Elle se lassait de plus en plus de la compagnie de cette antipathique petite blonde, et s’apprêtait à trouver une excuse pour partir, lorsque le serveur sur lequel Lucie avait flashé passa près de leur table et, distrait par une autre cliente qu’il devait trouver bien plus attirante qu’elle et son attitude blasée, lui renversa son plateau en pleine figure, déversant le contenu d’un cocktail que Kimberly identifia rapidement être une Evasion sur ses fringues. Voilà qui allait ternir son image de marque. Et oui, grande nouvelle : l’alcool, ça tâche ! Et ça colle aussi, accessoirement… Kim’ ne put retenir un léger rire. Voilà qui coupait court à ses propres envies d’évasion. Amusée mais compatissante, elle sorti un mouchoir de sa poche et le tendit à sa camarade.

Kimberly – Tiens, éponge le plus gros avec ça. Tu devrais faire un tour aux WC si tu ne veux pas que tes fringues soient bonnes pour les poubelles.

Elle lui adressa un léger clin d’œil, à peine visible, plus par réflexe qu’autre chose. Décidément, c’était plutôt mouvementé pour une première rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Lucille Levinsky
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Lucille Levinsky, Mar 14 Mai - 17:35



Ça c’était pompon. Quelque chose de froid, liquide et franchement pas agréable se retrouva projeté sur le visage ainsi que sur le buste de la serpentard. Mais qu’est-ce qu’elle avait fait pour mériter ça au final hein ? Elle payait un verre par « gentillesse » à une inconnue, elle la tolérait à sa table et on la remerciait en lui foutant un verre d’alcool en pleine face ? C’était un gag non ?
Lentement son regard remonta jusqu’au responsable qui n’était autre que le mignon petit serveur qui au final c’était révélé être un abruti de première. Elle avait tout gagné aujourd’hui ! Lucille pouvait aller dormir sur ses deux oreilles puisqu’en peu de temps elle venait de se prendre deux catastrophes ambulantes, une troisième était dure à envisager, que pouvait-on faire de pire ?
Après … ne disait-on pas « jamais deux sans trois » ? Priant intérieurement pour cela n’arrive pas la blonde rassembla toutes ses forces pour se contenir et ne pas arracher littéralement la tête du serveur qui s’éloignait déjà à toute vitesse la queue entre les jambes.


Elle devait être pathétique … pleine d’alcool, vive le parfum top tendance ! Il devait être certainement au gout de Kim vu qu’elle semblait être une sorte de VIP aux soirées des « alcooliques anonymes » vu son comportement un peu plus tôt dans le bar.


Kimberly – Tiens, éponge le plus gros avec ça. Tu devrais faire un tour aux WC si tu ne veux pas que tes fringues soient bonnes pour les poubelles.

Ok c’était gentil ce qu’elle venait de dire, puis elle lui tendait un mouchoir. C’était peut-être pathétique vu la quantité d’alcool qu’elle venait de se prendre mais c’était toujours ça. Elle accepta le geste avec un petit « merci » discret, sinon tous ses efforts pour rester calme allaient partir en fumer. En plus de ça Kim avait été prise de fou rire en voyant son état … quoi que elle en aurait fait de même si le cas contraire était arrivé.
Regardant l’état de ses vêtements la blonde ne put que constater les dégâts. Sa voisin avait raison quant à leur … aspect. La blonde avait l’air franchement plouc dans cette tenue.
Elle intercepta le clin d’œil mais n’y répondit pas.


- Oui je reviens vite, je vais aller sécher tout ça …

Se levant la sorcière s’avança en direction des toilettes pour dames. Quelques regards se posaient sur elle lorsqu’elle se fraya un chemin parmi tous les clients du bar. Lucille ne voulait même pas savoir ce qu’ils pensaient dans leur tête à propos de son accoutrement … elle pouvait très bien le deviner et c’était assez affligeant comme ça.
Arrivant devant la porte elle la poussa sans ménagement. Heureusement il n’y avait personne.
La blonde retira son chemisier pour le passer sous l’eau et éviter de puer l’alcool … à l’aide de plusieurs serviettes en papier elle s’essuya le buste qui commençait à devenir collant à cause du cocktail qui avait malencontreusement fini sa course sur le mauvais propriétaire.
Elle avait laissé Kim seule dans le bar, tant pis elle s’en fichait complètement. Jetant le mouchoir désormais inutilisable dans la poubelle des toilettes elle se concentra sur son visage …


- Je t’en foutrais moi des cocktails.

Se passant le visage sous l’eau ainsi que quelques mèches de cheveux toutes collantes elle entendit la porte des toilettes s’ouvrir. Lucille s’en fichait, elle était bien trop énervée pour se soucier encore de son apparence … de toute manière aucun homme ne pouvait entrer ici, elle ne risquait pas grand-chose.


Revenir en haut Aller en bas
Kimberly L. O'Toole
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :



Re: Le comptoir

Message par : Kimberly L. O'Toole, Mar 14 Mai - 21:31


Pour le coup, la belle inconnue n’avait vraiment pas de chance, et Kim’ en avait presque de la peine pour elle. Son beau prince charmant, qui l’avait déjà éconduite une première fois quelques minutes auparavant, terminait maintenant le travail en lui signifiant d’une manière assez peu courtoise qu’il n’était pas intéressé. D’ailleurs, sa maladresse risquait probablement de lui valoir des ennuis bien mérités. La brunette se demandait bien ce qui avait été la cause de tout ce remue-ménage. Certainement une jolie fille qui, cette fois-ci, avait tapé dans l’œil du serveur et l’avait suffisamment déconcentré pour qu’il ne fasse plus du tout attention à ce qu’il faisait. Quoi qu’il en soit, il avait bien arrosé la blondinette, qui semblait lutter intérieurement pour ne pas exploser.

Kimberly se moqua gentiment d’elle quelques secondes, puis réalisa que c’était tout à fait le genre de truc qui n’arrivait généralement qu’à elle. Habituée au ridicule et absolument imperturbable face au regard des autres, elle en rigolait aussi quand ça lui arrivait, mais elle comprenait qu’on puisse se sentir mal et en vouloir au responsable de la catastrophe.
Elle lui tendit donc un mouchoir. Non pas pour remercier sa camarade de lui avoir offert un verre, ni même pour tenter de se faire pardonner son attitude détestable au tout début de la soirée, simplement par compassion. La dénommée Lucie la remercia, puis se dirigea d’un pas rapide vers les toilettes.

Le serveur en profita pour réapparaître et, gêné, déposa deux nouvelles Bierraubeurres sur la table. « Cadeau d’la maison », qu’il a dit. Kimberly lui lança un regard noir, volontairement agressive, alors qu’elle n’en avait en réalité rien à faire. Elle avait juste envie de lui exploser de rire au visage. C’était vraiment pitoyable, mais on ne peut plus amusant. Elle l’observa ensuite s’éloigner et retourner vaquer à ses occupations. La jeune femme sirotait tranquillement la boisson que l’on venait de lui offrir, lorsqu’elle se rendit compte que son interlocutrice n’avait pas l’air décidée à reprendre sa place. Vu la joie et l’enthousiasme dont elle faisait preuve depuis tout à l’heure, Kim’ se demandait si elle n’avait pas purement et simplement décidé de se servir de l’accident comme d’une parfaite excuse pour se faire la malle. Elle décida donc d’aller jeter un œil par elle-même. Elle se leva, et rejoignit donc Lucie aux toilettes.

Kimberly – Hey, tu t’en sors ?

Question stupide, certes, mais elle n’avait rien trouvé de mieux. A en juger par son état, non, elle ne s’en sortait pas, mais Kimberly ne voyait pas trop ce qu’elle pourrait faire de plus. Ce dont la jeune femme avait besoin là, c’était d’une bonne douche. Elle était trempée, entre l’alcool et l’eau qu’elle avait rajouté par-dessus pour essayer de se décoller un peu.. La jeune femme ne pouvait décrocher son regard du décolleté de la demoiselle.. La jolie Lucie avait retiré son chemisier, mettant ainsi ses formes non-négligeables en évidence.. Celles-ci ne laissaient pas la Serpentarde indifférente.. Kimberly hocha la tête, il fallait à tout prix qu’elle sorte ces pensées de son esprit. Kim’ se rapprocha et lui sourit à travers le miroir.

Kimberly – Si t’es pas trop dégoutée de l’alcool, y’a encore deux verres qui nous attendent, ton serveur pas doué nous les a offert en compensation.

Ce n’était pas grand-chose, mais c’était toujours mieux que s’il s’était contenté de prendre ses jambes à son cou.. Ce qu’il avait commencé par faire, soit dit en passant.
Revenir en haut Aller en bas
Jendy O'Hara
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Jendy O'Hara, Sam 18 Mai - 17:34


[Moi ? En retard ? Absolument pas. Je ne vois pas ce qui vous fait dire ça.]

La serveuse s'en fut avec nos commandes, pendant que Phoebe la suivait des yeux avec un air suspicieux. Quoi ? Il avait peur qu'elle fasse quoi cette petite ? Le regardant, un demi sourire aux lèvres, je le vis se retourner correctement vers moi. Oui, s'il devait avoir peur de quelqu'un dans cette pièce, c'était peut être bien de moi. Et pourtant qui le croirait ? Personne ! Et c'était ça le jeu.

J'suis prof' à Poudlard ... Pour te dire vrai,je n'aime pas ce boulot, j'en ai rien à faire de savoir si mes élèves réussiront après ou pas, j'ai accepté ce boulot que pour les deux mois de vacances.
Prof à Poudlard, ça pouvait être une vocation. Mais si Phoebe se disait blasé par un job pareil, ses cours ne devaient pas être extra. Pour faire un taff pareil, il fallait se plaire, savoir y faire. Aimer les gosses et aimer enseigner. En attendant, il avait la tronche de l'homme qui ne se lève que pour se dire que ça sera bon de se recoucher le soir. Vie de Mer** sérieux. On menait la même, sauf que lui, il était mieux payé quoi.

Dis moi, tu comptes vraiment rester vendeuse toute ta vie ? Tu ne rêves pas de mieux ?


Si carrément. C'est pour ça que je pense que demain sera mon dernier jour derrière ce comptoir miteux. J'en peux plus je lâche tout. Et on verra où ça me mène. J'veux pouvoir être libre d'où je vais et de ce que je fais. J'ai besoin d'apprécier mon existence et c'est pas avec un job de vendeuse que je vais m’épanouir. Surtout que ça fait ... Ca fait bien 4 ans que j'y stagne.
Soufflant un coup et me rejetant dans le fond du fauteuil, je m'étonnais de mes propres paroles. J'avais débité un max de trucs par rapport à d'habitude. Mais il fallait que j'engage la conversation, et dire trois pauvres mots n'auraient pas été intelligent. Mes yeux se tournèrent soudain vers mon avant bras, celui entouré d'une bande de pansements. Précieux bras et précieux pansements... Ils cachaient mon identité au monde, je pouvais prétexter n'importe quoi, une blessure, un tatouage qui cicatrise, un style ? Les gens ne posaient jamais de questions de toutes façons.

Et t'es prof de quoi à Poudlard ? C'est pas un peu... glauque de retourner dans le bahut où t'étais toute ton adolescence ? Surtout au rang de professeur quoi.
recentrer la conversation sur lui me tentait bien. Il fallait que je continue le jeu de l'allumeuse. La serveuse apporta nos verres, je la remerciais et elle s'en fut enfin. Portant directement mon verre à mes lèvres, j'en bu deux, trois ou quatre gorgées. De quoi être plus à l'aise encore...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 46

 Le comptoir

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 25 ... 46  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.