AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 3 sur 10
Activités forestières
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Evangeline Flynn
Serdaigle
Serdaigle

re: activités forestières

Message par : Evangeline Flynn, Dim 07 Juil 2013, 10:55


« Je crois que c’était un Filet du Diable… il est parti à cause de la lumière… », répondit Jessy, encore sous le choc. Puis sa voix se fit plus aiguë:  « Tu saignes, Éva ? »
"Non, non, répondit-elle, évasive, tout en passant sa manche sur son menton pour essuyer le fluide rouge, ce n'est rien, t'inquiète pas..."

Ce n'était rien , certes, mais sa bouche conservait encore le goût pâteux du sang, et elle avait bien conscience que sa bouche aux lèvres pourtant étroitement serrées laissait encore passer un filet de chaud liquide gluant. Elle ne savait pas pourquoi, ni comment, mais le fait était là. Elle n'avait pourtant mal nul part, ou du moins, si c'était le cas elle n'en avait pas encore conscience, car elle était toujours un peu sonnée de ce qui venait de leur arriver.

Éva s'accorda encore un instant de répit à terre, laissant l'odeur riche de la terre et de l'humus remplir ses narines frémissante, et l'air vif de la nuit caresser son visage. Au-dessus d'elles les étoiles brillaient doucement, étrangères à tout ce qui se passait sous leur lumière, complices passives de toutes les créatures nocturnes (Éva classait "créatures nocturnes" tout ce qui sortait la nuit, depuis les hiboux jusqu'aux loups-garous, en passant par les chauves-souris, les somnambules ou les amoureux romantiques que l'on croise parfois à minuit au bord d'un lac d'argent sous la lumière lunaire). Elle l'avait vraiment échappé belle! Heureusement que Jessy se souvenait de ses cours de botanique... Elle avait déjà entendu parler des fameux Filets du Diable, mais jusqu'alors n'en avait jamais vu. Et elle n'avait pas particulièrement envie d'en recroiser un jour. Elle se redressa sur ses coudes, encore toute tremblante, puis se releva, s'appuyant au bras tendu de son amie.

"On continue?" demanda t'elle avec un pâle sourire, destiné à rassurer son aînée  sur l'état de son moral. Elles n'avaient pas fait tout ça pour rentrer au dortoir, honteuses et mortes de peur! Et puis, elles avaient une chance sur deux d'être prises en flagrant délit de vagabondage nocturne en remontant dans leur dortoir, et tant qu'à être punies, Evangeline tenait à profiter au maximum de leur expédition. Et puis, cette rencontre avec le Filet du Diable rendait l'aventure encore un peu plus piquante, un peu plus exaltante: qui sait ce qu'elles pourraient encore croiser? (avec un peu de chance, la réponse serait: rien, dans le cas contraire le jeune fille espérait simplement être un peu plus réactive face à la situation... On avait beau leur répéter que les Cours de Défense contre les forces du Mal les préparaient à ce type d'affrontements, Evangeline trouvait qu'affronter une créature sous le regard attentif d'un professeur prêt à vous aider si besoin est, dans une salle de classe de Poudlard, et se trouver face à une créature inconnue dans une forêt au beau milieu de la nuit avec pour seule issue la victoire ou une mort éventuellement lente et douloureuse, ce n'était tout de même pas tout à fait pareil...)

En tout cas, elle était sûre d'une chose: cette soirée leur laisseraient des souvenirs inoubliables jusqu'à la toute fin de leur vie...
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Activités forestières

Message par : Jessy Brown, Dim 07 Juil 2013, 23:25


« Non, non », assura l’intéressée en s’épongeant le menton du bout de la manche mais sans être très convaincante, « ce n'est rien, t'inquiète pas... »

Allongée de tout son long, Eva semblait lentement récupérer ses forces. Elle avait beau dire que ce qui avait l’air d’être du sang n’était pas important, qu’il ne fallait pas s’en inquiéter, Jessy pressentait que le mince filet pourpre quittant sa bouche n’annonçait pas de bons présages. Mais soit, elle n’irait pas plus loin. Elle était surtout heureuse de remarquer que son amie pouvait bouger, pouvait vivre. Le reste n’avait pas tellement d’importance, cela était vrai. La brunette passa donc un petit moment à côté d’elle, la tenant par la main, puis elle parut vouloir se relever et elle l’y aida. La peau pâle, la cadette étira les commissures de ses lèvres et s’enquit :

« On continue ? »

Encore une fois stupéfaite, Jessy ne répondit pas tout de suite. Était-elle sérieuse ? Elle avait frôlé la mort, avait été férocement attirée par celle-ci, et voulait poursuivre son chemin en ces lieux ? L’aînée ne put qu’éprouver un sentiment de fierté devant le courage de sa congénère. C’était pour elle une joie de savoir qu’elle partageait la Maison d’une petite sorcière au courage des Lions et à l’intelligence des Aigles. Toutefois… Elle savait pertinemment que rester dans la Forêt Interdite les mènerait à d’autres problèmes, qui seraient peut-être pires que ceux qu’elles avaient rencontrés jusqu’alors. Hésitante, elle observa les alentours. De hauts pins aux aiguilles pointues, d’épais chênes aux racines voyageuses, des feuilles bruissant dans le silence de la nuit. Quelques secondes s’écoulèrent ainsi, dans le vide, dans l’interminable attente d’une réponse, quelle qu’elle fût. Jessy hocha finalement la tête. Nous ne sommes pas venues pour ne rester que quelques minutes !

« D’accord, on continue. »

À la tête du duo, après avoir rallumé sa baguette, la boucle brune chemina d’un pas feutré apparemment tranquille. À la tête du duo, elle imaginait pouvoir jouer l’éclaireur et la protectrice. Si d’autres créatures ou végétaux inquiétant voulaient s’approcher d’Eva elles devraient lui passer sur le corps ! Brève pensée qui avait surpassé ses capacités. Si un danger arrivait soudainement, elle n’aurait le temps de réagir et regretterait tout de suite sa décision – bien que ce fût peu honorable. Ainsi, les deux bleues et bronze  poursuivirent sur leur chemin de terre battue sans se presser, observant presque chaque recoin des fougères et autres buissons environnants. Puis au bout d’une dizaine de minutes elles relâchèrent leurs sens, profitèrent mieux de ce qui les entourait.

La lune brillait haut dans le ciel et projetait son ombre lumineuse sur la cime des innombrables arbres mouchetant les bois. Disposée régulièrement sur le ciel de velours noir, de multiples astres brillaient de tout leur saoul et apportaient un peu de vie à l’inquiétante sortie des demoiselles. La clarté était un remède contre la peur. L’obscurité en était un facteur déclencheur. Perdues au milieu de la Forêt Interdite, remises à elles-mêmes, les deux disciples de Rowena semblaient recouvrir l’espoir de croiser la beauté sombre des lieux et le désir d’ici s’y s’enrichir l’esprit.

Un point lumineux, là-bas, elles y arrivaient ! Était-ce une sortie ? Avaient-elles traversé l’entièreté de la Forêt Interdite ? L’éclat de la charmante bourgade de Pré-au-Lard scintillait-il ainsi ? Curieuse, Jessy accéléra le pas. Plus aucun doute, plus aucune crainte, elle avançait vers sa destinée. Eva, quant à elle, se demanderait sans doute ce qui poussait sa camarade à agir de la sorte, à moins qu’elle aussi eût remarqué une embouchure entre deux hêtres aux feuilles agitées qu’elle se fût mise à trottiner à ses côtés. Quoi qu’il en fût, il fallait qu’elle sût de quoi il s’agissait. Il le fallait.

Les deux arbres furent rapidement dépassés et dévoilèrent derrière eux une vaste et magnifique clairière, baignée du voile argenté qu’avaient déversé les astres nocturnes. Un souffle réconfortant les frôla tout à coup, comme s’il avait lieu d’être simplement pour leur dire de s’y arrêter, d’écouler là une minime partie de leur nuit blanche. Il n’en fallut pas plus à Jessy pour qu’elle fût convaincue. L’endroit était accueillant : de larges rocs ronds et plats bordaient la clairière tandis qu’un gazon composé de hautes herbes et de fleurs aux douces couleurs froides ; de plus, elle s’y sentait déjà chez elle, sans qu’il n’y eût de raison valable, quelque chose l’attirait ici. Elle éprouva soudain l’envie de s’asseoir sur un rocher et de contempler les étoiles, de les compter, de profiter de la beauté certaine qui résidait dans cette forêt malgré les racontars et les préjugés de tous.

Excitée comme une puce, Jessy demanda à sa camarade de chambre :

« Est-ce qu’on peut rester un peu ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Evangeline Flynn
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Activités forestières

Message par : Evangeline Flynn, Lun 08 Juil 2013, 12:58


« D’accord, on continue. »

Jessy prononça un rapide "Lumos" et se remit en marche, suivie de sa cadette, à la lumière tremblottante de sa baguette. Les bois continuaient de défiler, à leur gauche, à leur droite, toujours aussi denses, menaçants, avec leurs branches décharnées qui se tendaient vers elles sans les atteindre heureusement. La forêt demeurait inquiétante mais les deux jeunes filles n'avaient plus peur, maintenant. La promenade devenait plus agréable, le danger d'une mauvaise rencontre leur semblait défiitivement écarté, et elles marchaient désormais d'un pas plus souple, plus calme, détendues et bien décidées à profiter de leur moment d'évasion et de complicité.

Eva leva la tête vers le ciel et offrit son plus beau sourire aux étoiles qui les contemplaient, complices bienveillantes et silencieuses de leur escapade. Haut dans la voûte céleste, dissimulée en partie par des lambeaux de nuages pâles et effilochés, la Lune brillait, ses multiples cratères dessinant sur sa face blafarde un visage difforme et souriant. La brunette aimait la Lune, bien plus que le Soleil, qui agressait les rétines et brûlait la peau. Et puis, elle avait vécu toute son enfance au rythme de ses promenades dans la nuit irlandaise, et avait partagé toutes ses joies et ses peines avec la Lune de son pays, assise le soir près des cours d'eau qui bouillonaient dans le noir ou au pied des arbres dont les branches bruissaient tout doucement dans l'air frais et vif de la nuit, comme pour la bercer d'un chant apaisant, doux et enveloppant. La Lune était pour elle comme une amie proche, une confidente à qui l'on peut tout avouer, car elle ne répétera rien, jamais...

En tournant son regard vers la terre et son esprit vers sa camarade, Eva la vit s'arrêter, rien qu'une fraction de seconde, pour observer quelque chose devant elle, puis reprendre sa marche à une allure bien plus soutenue. Eva suivit, d'abord inconsciemment, puis, dirigeant ses yeux vers la direction fixée par son aînée, elle aperçut une lumière qui scintillait entre les arbres, lumière d'argent pâle et pur, entrecoupée par les branches frémissantes des deux hêtres, gardiens bienveillants de ce qui lui paraissait un havre de paix au milieu des ombres de la nuit.

Suivant toujours son aînée, elle déboucha dans une clairière nimbée de lumière pâle qui mettait en relief les racines aux formes alambiquées, les rocs aux arêtes douces et pentues, entourant un gazon délicieux, d'herbe verte et grasse, piquetée de violettes et mouchetée de bleuets minuscules qui s'agitaient doucement dans l'air frais. Un vrai petit coin de paradis... Evangeline retrouvait ici avec délices les lieux qui avaient fait le délice de ses lectures enfantines, et si à cet instant précis une fée chevauchant une licorne avait surgi face à elle entre les deux chênes sombres et massifs qui étaient l'autre "porte" de la clairière, la demoiselle ne s'en serait pas étonnée tante elle aurait paru à sa place. Cet endroit était merveilleux, à tous les Sens du terme.

« Est-ce qu’on peut rester un peu ici ? »

La voix de Jessy était emplie d'émotion. Apparemment la clairière lui faisait grand effet... Même sans cela, Eva se serait pliée au voeu de son amie: la clairière lumineuse l'attirait, elle avait envie de s'allonger sur l'herbe tendre et de rester là, longtemps, en paix, en harmonie parfaite avec ce qui l'entourait...

"Bien sûr qu'on peut rester ici! C'est fantastique... On a bien fait de continuer, n'est-ce pas? Je me demande si beaucoup d'autres élèves connaissent cet endroit? On le dirait éphémère, comme s'il n'avait été créé que pour nous ce soir, et que bientôt il retournera au néant d'où il a été tiré... C'est ça que j'aime ici, cette fragilité de la beauté et de la paix..."

Qu'est-ce qui lui prenait de parler comme cela? Bientôt, cette question cessa de l'inquiéter. Allongée dans l'herbe à côté de Jessy, ses longs cheveux étalés autour de son visage comme un voile autour de celui d'une mariée, les yeux fixés sur le firmament et les astres, elle vivait un moment unique et privilégié, et elle était heureuse que Jessy soit avec elle pour le partager.
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Activités forestières

Message par : Jessy Brown, Lun 08 Juil 2013, 17:21


Evangeline semblait tout aussi surprise qu’elle de surprendre un coin de paradis au milieu de l’enfer. Elle parcourait le décor d’un regard rêveur, grâce auquel on pouvait facilement imaginer ses pensées. Des pensées que les deux jeunes filles partageaient d’ailleurs. Un espoir de beauté, un désir de profiter, une euphorie soudaine et surtout la sensation que le Destin, tel un fil conducteur dont personne ne pourrait jamais se défaire, les guidait inlassablement vers une apogée de bonheur, après qu’elles eussent surpassé moult épreuves tortueuses. La cadette prit la parole, et ne dissimula en aucun cas sa sensibilité face à tout cela :

« Bien sûr qu'on peut rester ici ! C'est fantastique... On a bien fait de continuer, n'est-ce pas ? Je me demande si beaucoup d'autres élèves connaissent cet endroit ? On le dirait éphémère, comme s'il n'avait été créé que pour nous ce soir, et que bientôt il retournera au néant d'où il a été tiré... C'est ça que j'aime ici, cette fragilité de la beauté et de la paix... »

Elle savait manier les mots pour en tirer le meilleur. De fait, elle avait rapidement décrit ce qu’elle ressentait, ce qu’elle pensait. Si elles avaient bien fait de continuer ? Jessy n’aurait su le dire quelques minutes auparavant. Mais désormais elle était capable d’affirmer cela sans l’ombre d’un doute. Si beaucoup d’élèves connaissaient cet endroit ? La réponse à cette question dépendait de tant de chose – quand avait jailli cet espace en marge du temps, où il se situait précisément – mais une chose était certaine : les élèves, quelle que fût leur époque, ne manquaient jamais de faillir aux règlements et de s’aventurer plus loin que nécessaire. Il était très probable que d’autres personnes eussent parcouru le même chemin qu’elle pour en ressortir au même endroit. Mais nul ne le savait réellement, et la brunette ne pouvait qu’imaginer le visage de jeunes sorciers émerveillés devant cette clairière féerique.

Et si Eva avait raison, si cet endroit n’était qu’éphémère, qu’il n’était apparu que pour les rassurer et qu’il disparaîtrait lorsqu’elles n’en auraient plus besoin pour laisser place à des ronces épineuses, des fleurs aux pétales sombres et flétris et à une végétation abondante voire oppressante… était-ce une sorte de Salle sur Demande à l’extérieur ? Si cela était le cas, ce devait être l’esprit de Rowena Serdaigle qui le leur avait envoyé, cette mère dévouée et accueillante qui ne souhaitait qu’assagir ses disciples au mieux. Lorsque cette pensée l’effleura, Jessy ne put s’empêcher de sourire. Malgré l’aire du temps qui séparait les innombrables personnalités qui avaient marché dans leurs pas, tous étaient là et veillaient sur ceux qui les suivraient et hériterait de leur obsédante curiosité. Ainsi était le but et la continuité de Poudlard. Certains partaient, d’autres arrivaient, mais l’esprit des anciens persistait et était transmis, toujours, au fur et à mesure.

« Oui, on a bien fait de continuer. Tu as tout à fait raison, cette clairière est un exemple de parfaite harmonie au cœur de la Forêt ! »

Eh bien, elle continuait ainsi sur leur lancée sentimentale ! Suite à cette phrase, elle émit un léger rire cristallin puis suivit son amie pour déposer son corps sur le sol. Bien que ce-dernier fût dur, l’herbe fine l’assouplissait et elle n’eut pas mal au dos à faire cela. Elle mit sa tête sur une pierre plate des environs aux couleurs grises rayonnantes et leva ses yeux chocolat vers le ciel. Se découpant entre la cime et le feuillage des arbres qui entouraient la clairière, l’espace infini coloré d’encre s’étendait jusqu’à une distance inimaginable. Sur son chemin perçaient de belles étoiles blanches chatoyantes, parfois dissimulées par un fin nuage grisâtre. Et puis la lune, cet immense astre immanquable, qui éclairait la nuit et en chassait l’obscurité. Tout était plus beau, tout était moins inquiétant.

Un petit oiseau bleu battit des ailes et passa au-dessus des deux bleues et bronze. Cet animal qui avait fait sursauter la brunette apportait de la vie à leur agréable moment de relaxation. Mais qu’est-ce que c’était ? Il ne s’agissait pas d’une chouette ni d’un hibou ni de tout autre être plumé que les élèves croisaient quotidiennement. Il était tellement différent. Intéressée, elle le suivit des yeux et le vit se poser à une haute branche, plus loin derrière elle. Il ne chantait pas, restait cloîtré dans une bulle silencieuse, à l’écart de la vie dans les bois. Jessy découvrit cela et l’interpréta comme un mauvais augure, mais elle réalisa rapidement que c’était dans la nature de cet oiseau, qu’il ne sifflait qu’au moment de sa mort. C’était en effet un Jobarbille, une très belle et fascinante créature. L’aînée ne souhaita pourtant pas s’en approcher. Elle aurait apprécié l’observer plus longtemps, mais l’idée de le voir chanter et en déduire que la vie le quittait la repoussait.

Elle laissa son esprit vagabonder loin, derrière les nuages, loin, rejoindre la lune puis la quitter, s’en aller loin, derrière les étoiles et s’y réfugier pour toujours. Cela serait merveilleux. Prendre le temps d’imaginer l’impossible lui plaisait, cela signifiait qu’elle n’était pas entravée par l’école et que malgré les interdictions elle faisait ce qu’elle voulait. Elle était libre. Tel un être ailé elle s’envolait, virevoltait, profitait de l’air frais de la nuit. Puis tout s’évapora et elle remit brutalement les pieds sur terre. Que se passait-il ? Baissant ses yeux écarquillés, elle fixa le point d’où provenait le bruissement de buissons qu’elle avait entendu. Elle ne put rien apercevoir, rien à part un doux pelage argenté qui contrastait par rapport aux alentours. Intriguée, Jessy lança un regard à son amie. Elle se leva ensuite lentement, sûrement, se dressa, s’accroupit, regarda craintivement et curieusement.

C’était une licorne adulte, elle étincelait au loin et broutait l’herbe calmement. Il faut qu’on aille la voir. Elle est magnifique. Il faut qu’on y aille, en espérant qu’elle ne prenne pas peur, qu’on la touche du bout des doigts. C’est tout ce que je veux, la caresser, sentir sa pureté m’effleurer et m’imprégner. Eva serait certainement d’accord avec elle. Elles étaient toutes deux venues à la recherche de la paix, et elles l’avaient désormais trouvée. Elle ne devrait pas s’enfuir, si elles l’approchaient, non, elle ne le devrait pas. Comme l’avait estimé la brunette, la clairière était certainement une Salle sur Demande isolée. Elles avaient voulu la fragilité de la beauté et de la paix, elles l’avaient trouvée. Si elles ne voulaient pas qu’elle s’en aille, elle ne s’en irait pas n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Evangeline Flynn
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Activités forestières

Message par : Evangeline Flynn, Lun 08 Juil 2013, 20:43


« Oui, on a bien fait de continuer. Tu as tout à fait raison, cette clairière est un exemple de parfaite harmonie au cœur de la Forêt ! »

Au sol, Éva sourit. Tout était calme, elle était bien, elle aurait tant voulu que ce moment dure toujours... Pourtant elle savait que le bonheur est éphémère, comme les libellules à la vie si courte. Alors, elle prit la décision de profiter de ce moment, et pour cela elle commença par inspirer... puis expirer... plusieurs fois afin de se calmer et de s'imprégner de l'ambiance féerique qui régnait en ce lieu. Oublier le temps qui passait, oublier le dortoir et la punition qui les menaçaient, oublier le lendemain, les cours, ne plus penser qu'à être heureuse, tout simplement.

Les yeux levés vers le ciel étoilé elle vit passer un petit oiseau bleu et étrangement silencieux. C'était un Jobarbille... Éva lui sourit, se rappelant que sa baguette contenait justement une plume d'un de ses congénères. Son silence lui fit chaud au cœur -c'était étrange à dire en parlant d'un oiseau, mais le chant de celui-ci, que l'on disait magnifique, d'une douceur et d'une douleur pénétrantes, envoûtantes, annonçait la mort du délicat volatile, et c'était une joie mêlée d'une grande tristesse que d'entendre chanter un de ces oiseaux-.

Tout à coup, à côté d'elle, Jessy se releva et se mit à genoux, lui jetant un regard intrigué. Qu'avait-elle bien pu voir? A son tour Éva quitta sa confortable position pour se redresser sur ses coudes. Il n'y avait rien, ou du moins si peu de choses, à peine un fugace éclair d'argent au milieu des broussailles face aux deux jeunes élèves... Elle le suivit des yeux un instant, s'amusa à le chercher, d'abord derrière ce petit plant d’Églantine aux fleurs pourpres, puis à côté de ce tronc majestueux d'un chêne séculaire, et derrière cette haute fougère...

Enfin, elle déboucha dans la clairière. Elle était d'une beauté à couper le souffle, d'une pureté telle qu'elle intimidait presque, altière et belle comme une reine d'antan, ses grands yeux noirs, profonds, graves et doux posé sur les jeunes filles, comme pour les tester, pour les évaluer. Son pelage lisse, qui paraissait soyeux comme l'étoffe la plus parfaite, d'une blancheur immaculée de neige, qui se teintait d'argent pâle sous les clairs rayons de l'astre lunaire, était une invitation à la caresse. C'était une licorne.

Éva jeta un regard à son aînée, sans oser articuler même une seule parole, de peur que la Licorne ne s'effarouche, ne s'enfuie. Mais, après tout, si elle était là, c'est qu'elle avait jugé les demoiselles assez pures pour l'approcher, car les licornes ne se laissent pas voir par ceux qu'elles n'ont pas choisi. Dans les yeux bruns de Jessy, elle lut le désir d'approcher, et sans un mot, prit la main de l'aînée. Tout doucement, elles s'approchèrent. La licorne les regardait faire, ses grands yeux de velours fixés sur elle, comme une invitation, emplis de bienveillance tranquille et de sagesse, une sagesse immense, infinie.

C'est en tremblant d'une émotion mal contenue qu'Evangeline posa sa petite main sur l'encolure chaude et pleine de vie de la Licorne. Elles avaient une chance inouïe et formidable. En jetant un regard complice et embué d'émotion vers Jessy, elle se demanda combien d'autres élèves avaient pu vivre un pareil moment? Non, vraiment, elle ne regrettait pas leur petite escapade, et la mésaventure de tout à l'heure n'était rien comparé à l'aventure qu'elles avaient le bonheur de vivre en cet instant...
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Activités forestières

Message par : Jessy Brown, Lun 08 Juil 2013, 23:33


La magnifique bête redressa la tête et les observa de ses yeux sombres. Elle ne semblait pas avoir peur, elle paraissait neutre. De sa beauté envoûtante émanait un calme déconcertant que Jessy ignora. Elle viendrait briser cette eau stagnante, créer des vagues à sa surface, elle viendrait caresser la licorne. Malgré cette soudaine force de caractère dont faisait preuve la brunette, l’équidé restait impassible, immobile, les couvait d’un œil tranquille. Les deux bleues et bronze se prirent la main. Et tout à coup Eva fit le premier pas. Sourire aux lèvres, Jessy fit le second. Puis, ensemble, elles marchèrent. Leur avancée se déroulait au ralenti, aussi quelques minutes plus tard, toujours en parallèle de l’échange de regards, elles ne furent qu’à deux pas de l’animal.

Il semblait à l’aînée avoir lu quelques informations sur les licornes, ces animaux presque mythiques. Elle se souvenait avoir pris conscience du fait qu’il s’agissait là d’un animal extrêmement craintif et difficile à domestiquer. Elle se rappelait par ailleurs que les jeunes et jolies demoiselles accueillantes avaient plus de chance d’en approcher que les grands gaillards aux gestes brutaux. Une chance pour elle d’être née en tant que fillette ! Sinon elle n’aurait jamais vécu cela, tout aurait été différent. Elle n’aurait peut-être jamais vu cette étrange clairière, car elle n’en aurait sans doute jamais eu besoin. Quoi qu’il en soit, le Destin était irrémédiable. Tel un maître du jeu, il remuait chaque personnage tel un pion sur un ultime échiquier. Il décidait de tout et les sorciers comme les Moldus ne pouvaient que se plier à ses décisions.

Tendant la main, Jessy s’apprêta à imiter sa complice et à caresser la douce fourrure de l’animal. Cette-dernière, telle de la soie, glissait entre leurs doigts et se pliait à chaque pression. C’était merveilleux, c’était tellement doux ! La demoiselle ferma les yeux dans le but de savourer cet instant. La paume de main parcourait la fine crinière de la licorne et descendait jusqu’au niveau de son encolure puis de son dos. Jamais elle n’en aurait espéré tant, en quittant son dortoir. Son seul et unique désir, en fin de compte, avait été de découvrir la Forêt Interdite. Désormais cela était chose faite, et il ne restait qu’à approfondir le tout. Elles ne partiraient pas encore, la lune était toujours loin au-dessus d’elles.

Et elles ne partirent pas. Ce fut la licorne qui réagit la première. Dans son esprit, sans aucun doute, toute chose avait une fin. Même les meilleures. Ainsi elle leur donna une leçon de morale et s’éloigna lentement d’elles. Lorsqu’elle disparut derrière le buisson de fleurs, une boue triste se dessina sur le visage de Jessy. Non, cela ne pouvait pas être déjà terminé ! Elles n’avaient passé que quelques minutes à profiter de la pureté de la créature, ce n’était pas suffisant à son goût. Sans adresser un regard à sa camarade, elle s’élança à la suite de la créature en espérant la retrouver – cette action soudaine et sans préambule avait sûrement surpris Eva. Après avoir contourné la touffe de feuilles et de fleurs roses et mauves, elle lança derrière elle :

« Viens Eva, suivons-la ! »
Revenir en haut Aller en bas
Evangeline Flynn
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Activités forestières

Message par : Evangeline Flynn, Mar 09 Juil 2013, 22:06


Evangeline vivait un rêve, un instant suspendu dans le fil de son existence, comme une goutte d'eau qui se fige un instant avant de reprendre sa course, sa chute vers un lac profond, et perfois agité de rapides, de remous, parfois calme et lisse, sa vie, son histoire. Plus rien n'exisyait que la Licorne, et Jessy et elle qui suivaient des doigts le doux pelage argent et soie. Et puis, tout d'un coup, sans brusquerie aucune, l'équidé merveilleux se détourna d'elles, et la lumière s'évanouit, la grisaille de la nuit retomba. Eva sentit une chappe de tristesse, lourde comme du plomb, s'abattre sur elle, mais qu'atténuait cependant le souvenir qu'elle savait devoir durer éternellement de ces quelques minutes de paix et de beauté parfaites, et qui seraient uniques, gravées à tout jamais dans leurs esprits.

« Viens Eva, suivons-la ! »

Jessy s'élança, sans attendre la réponse d'Eva. D'ailleurs ce n'était pas une question, mais une injonction -oh! qui ne se voulait pas un ordre, loin de là! mais le résultat était le même- et la cadette n'eût d'autre choix que de la sivre, bien que tout son être s'y refusa. La licorne leur avait offert ce moment. Mais on ne réclame pas à une créature telle sa présence. Elle vous l'accorde. Jessy ne voyait apparemment pas les choses ainsi. Eva aurait été bien incapable de dire qui d'elle ou de son amie était en tort, c'est pourquoi elle la suivit. Et aussi parce qu'elle ne voulait pas rester seule, de peur de ne pouvoir retrouver sa camarade. Elle n'avait pas envie de disperser leur groupe. Tout à l'heure, Jessy l'avait suivie, c'était son tour, maintenant...

Elles dépassèrent le buisson de fleurs, quittèrent le sentier, Eva courant derrière son aînée sans parvenir à la rattraper. Elles sautèrent par dessus des racines, faillirent se tordre la cheville dans les ornières, contournèrent des buissons de genêts, des troncs de chênes, de hêtres, de sorbiers, courant toujours après la licorne, qui leur semblait aussi inaccessible qu'un rêve, une chimère...

Et puis tout à coup, plus rien. Elle avait disparu, tout simplement. L'obscurité régnait, seule maîtresse autour d'elles, les enveloppait, les noyait, les étouffait. La licorne était partie. Et elles étaient perdues.
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Activités forestières

Message par : Jessy Brown, Ven 12 Juil 2013, 19:10


Poussée par le désir de rattraper son rêve, Jessy quitta la beauté de la clairière féerique pour retrouver la laideur de la Forêt Interdite sous les étoiles. Suivait-elle réellement la licorne, ou était-elle simplement guidée par le vestige d’une illusion désormais perdue. Devant elle ne se trouvait qu’une futile trace argentée, peut-être due à son imagination débordante en cette nuit éprouvante. Après avoir habilement esquivé branches traitresses et racines ennemies, après avoir rapidement contourné chênes attentifs et buissons épineux, la demoiselle dut se rendre à l’évidence : l’équidé avait disparu telle une volute de fumée, n’était resté en leur compagnie qu’un instant et il était maintenant impossible de le revoir.

« Partie… »

La brunette se tourna vers son amie et lui murmura ce mot d’une voix brisée comme s’il s’agissait de la conclusion d’une prophétie. Partie… La licorne est partie. Il fallut qu’elle se le répétât plusieurs fois qu’elle en comprît le sens. Ce n’était pas seulement un animal qui l’avait fuie, c’était la Pureté par excellence qui lui avait filé entre les doigts. Elle réalisa à cet instant que sa réaction n’avait pas été des plus sages, mais qu’elle avait agi sous le coup du désir, d’un désir incontrôlable. Elle se calmait. Elle recouvrait ses esprits et revenait sur Terre, se disant qu’elle avait souillé ce qui serait sans doute son seul souvenir de licorne et de merveille en ces lieux. Déçue de tout, d’elle autant que du cheval argenté, elle rajouta à l’attention de sa camarade :

« Désolée… »

De t’avoir amenée jusque-là pour rien. De ne pas avoir retrouvé cette magnifique créature. De tant de choses. Jessy remarqua soudain qu’à cause d’elle elles avaient quitté le sentier ainsi que la clairière. À cause d’elle, elles étaient perdues au milieu de nulle part. Et la demoiselle n’en était de toute évidence pas très fière. Toujours plus déçue d’elle-même, elle baissa les yeux et fixa la pointe de ses souliers sans réellement réfléchir, seulement pour passer le temps. Au bout d’un moment, duquel personne n’aurait pu décrire la longueur car toute notion du temps avait disparu dans les profondeurs de la forêt, Jessy leva sa baguette magique dans le but de leur ramener la lumière pour qu’elles pussent voir où elles mettaient les pieds. Toutefois, quelque chose attira son attention et elle se tut subitement.

À quelques pas des petits oisillons brillait quelque chose. Non pas le soyeux pelage blanc d’une des plus belles créatures du monde, mais le regard jaunâtre d’un être qui ne donnait aucunement envie d’approcher. Deux yeux aux idées vraisemblablement perfides étincelaient au loin. Cela n’annonçait rien de bon pour les jeunes disciples de Rowena… mais qui savait ce qui pouvait se passer dans les tréfonds de ces bois ? Tant de choses plus inimaginables les unes que les autres se déroulaient en ces lieux ; personne ne pouvait être sûr de rien. Seul le Destin déciderait de leur sort.
Revenir en haut Aller en bas
Evangeline Flynn
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


re: avtivités forestières

Message par : Evangeline Flynn, Ven 12 Juil 2013, 21:19


"Partie..."

Evangeline sentit son cœur se serrer. Oui, bien sûr, la licorne était partie... Pauvre Jessy, comme elle semblait malheureuse! Sa voix était brisée, comme si elle allait pleurer... Éva avait envie de prendre son amie dans ses bras pour la réconforter, si elle le pouvait. Elle aussi se sentait triste, mais ça n'était pas la même chose. Sans savoir pourquoi ni comment, la jeune fille était sûre depuis le début de la poursuite qu'elles ne parviendraient pas à rattraper la licorne, par conséquent elle n'était ni surprise ni vraiment déçue. Non, sa peine, c'était celle de Jessy qui l'alimentait.

"Désolée..."


La cadette sourit à son aînée. Elle ne comprenait pas pourquoi elle s'excusait. Certes, elles étaient perdues. Et alors? Elles sauraient bien se retrouver. Enfin, elle l'espérait. Et puis, ce n'était pas totalement sa faute. Les licornes sont des créatures étranges, et sans aucun doute celle-ci avait produit un tel effet sur son amie qu'elle avait dû suivre son instinct, son désir insatiable de la retrouver, même si cela s'opposait à la raison, au bon sens. Non, Evangeline n'en voulait pas à Jessy.

Tout à coup, Jessy se figea. Elle fixait un point, droit devant elle, comme hypnotisée, et sur son visage se lisait l'effroi. Inquiète, Éva tourna son regard dans ce sens. Et elle comprit.

Là, entre les fougères, deux immenses yeux jaunes et brillants, menaçants, les observaient. Impossible de distinguer quoi que ce soit du corps qui les accompagnait, mais facile en revanche d'imaginer tout un attirail de crocs, de griffes et autres. Et une autre certitude se présenta tout de suite à son esprit: cet être-là, quel qu'il fut, n'était pas animé de bonnes intentions. Au mieux, il les considérerait comme un bon dîner. Au pire, comme une proie avec laquelle on s'amuse un temps avant de finalement se résigner à mettre fin à ses souffrances, à moins qu'on ne laisse la nature achever ce que les griffes ont si bien commencé...

Evangeline sentit une perle de feu glacé dégouliner au creux de son dos, de sa nuque à ses reins. Que faire? Demi-tour et s’enfuir? Mais elle était une sorcière, oui ou non? Tout à l'heure, devant le Filet du Diable, elle n'avait pas su s'en souvenir. Elle avait laissé faire, passive, complètement paniquée, à un point tel qu'elle avait perdu tout réflexe. Une telle situation pouvait se produire, une fois. Pas deux. Evangeline tira sa baguette. Ses yeux lançaient des éclairs.

"Viens voir un peu par ici, toi..." murmura t'elle entre ses dents, furieuse, à l'adresse du propriétaire des yeux. "Allez, approche!"

Il y eut un grognement, long, bas, sourd, et les yeux s'éteignirent un très court instant. Et soudain, avec un rugissement terrible, la bête surgit, ramassée sur elle-même pour le saut, ses membres puissants contractés par l'effort, pelage hérissé et crocs sortis- ses derniers étant d'ailleurs d'une taille fort avantageuse. C'était un loup-garou, et de la plus belle espèce; il est vrai que ce soir-là était, comme elles avaient pu le remarquer, soir de pleine lune.

Evangeline brandit sa baguette magique et hurla, d'une voix tellement aiguë qu'elle lui sembla celle d'une autre, d'une étrangère:

"Petrificus totallus!"

La formule fit son effet. Le loup-garou s'effondra. Evangeline avait choisi ce sort parce qu'ayant reconnu le loup, elle n'avait pu s'empêcher de penser à l'homme qui était derrière. Mais ses effets n'étaient pas éternels. Aussi saisit-elle le bras de Jessy pour l'entraîner dans une fuite éperdue vers l'avant, manquant plusieurs fois trébucher, se rattrapant souvent de justesse l'une à l'autre, bifurquant parfois dans des virages en épingles à cheveux qui les faisaient chaque fois battre le cœur un peu plus vite, un peu trop vite. Les fougères, les arbres, les branches, les pierres, les bosses, les creux, tout se suivait, s'enchaînait en une valse rapide, trop rapide. Une seule idée occupait maintenant toute la place dans la tête de la jeune Serdaigle, mettre le plus de distance possible entre elles et le monstre. Elle ne savait pas où elle les entraînait, elle ne savait plus d'où elles venaient, mais elle avançait avec toute l'énergie du désespoir. Le sang, son propre sang battait à ses oreilles, dans son corps, pulsait en un rythme effréné, qu'elle n'arrivait plus à modérer, il fallait qu'elle s'arrête, qu'elle respire, non, qu'elle avance.

Au loin, une lumière, le salut, enfin! Sans réfléchir, Evangeline, agrippant toujours la main de Jessy comme si elle avait peur que la jeune fille ne s'enfuie, se précipita vers elle. Était-ce Poudlard, Pré-au-Lard ou bien un lieu qu'elle ne connaissait pas? Elle n'en savait rien, elle continuait à courir comme si tout l'Enfer et ses occupants s'étaient précipités sur ses talons, portés par le vent de la tempête et mus par la soif du sang humain et par toute la haine que pouvaient contenir leurs cœurs depuis longtemps desséchés et pourris.

Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Activités forestières

Message par : Jessy Brown, Jeu 18 Juil 2013, 17:49


Navrée du délai… T.T

« Viens voir un peu par ici, toi… » marmonna Evangeline en dégainant sa baguette. « Allez, approche ! »

Jessy fixa son amie, muette de stupeur. Quelle audace de provoquer une créature qui paraissait aussi hostile ! Était-elle soudainement prise par un courage téméraire ou par une envie de les emmener le plus rapidement possible à la souffrance ? La boucle brune aurait su le dire, elle savait pertinemment qu’Eva n’aurait pas fait cela sans réfléchir, mais son épouvante ne pouvait l’empêcher d’imaginer le pire. Cette créature, qu’était-elle réellement ? Peut-être un troll ? Non, il semblait de trop petite taille. Peut-être s’agissait-il d’un centaure malintentionné ? Ou bien encore d’une acromentule à la recherche d’un délicat festin ?

Un son à fendre l’âme donna soudainement un nom à la créature au regard d’or. Un hurlement long, atrocement terrifiant et à glacer le sang déchira le noir silence de la nuit. Jessy était pétrifiée, elle n’était pas capable de remuer ou de poser son regard horrifié sur autre chose que l’énorme bête velue qui venait de bondir devant elles. C’était un loup-garou. C’était un loup-garou. Levant rapidement les yeux au ciel, elle déduisit que ce soir la lune brillait de tout son éclat derrière de fins nuages. Comment avait-elle fait pour ne pas s’en rendre compte ? Pourquoi les deux Serdaigle étaient-elles sorties alors que le danger de croiser ces hybrides cette nuit-là était inévitable ?

« #Petrificus totalus ! »

Le cri d’Evangeline résonna dans les bois en multiples échos interminables. Son sortilège était bien choisi, par ailleurs il permit aux demoiselles de s’enfuir tandis que leur prédateur était immobilisé. Sans attendre ne serait-ce qu’une seconde, Eva attrapa la main de sa camarade de Maison et l’entraîna au fin fond de la forêt. Prise au dépourvu, Jessy faillit trébucher et s’effondrer sur le sol terreux, mais elle récupéra son équilibre et courut à côté de son amie. Elle semblait vidée de son âme, sans doute incapable d’effectuer un mouvement sans qu’on ne l’eût aidée. Elle courait, trébuchait, avait l’air d’une affolée qui ne croyait pas réellement à tout ce qui lui arrivait. Telle une poupée de chiffon ou une marionnette dont seul un unique fil persistait pour la guider en ce moment trouble, elle échappait tant bien que mal à la créature probablement la plus infâme de toute la forêt.

La demoiselle commençait à fatiguer malgré tout. Combien de temps cela faisait-il qu’elles erraient sans savoir vers où elles allaient ? Beaucoup trop longtemps à son goût. Toutefois Evangeline ne paraissait pas s’épuiser à la tâche. Au lieu de ralentir, elle accéléra. Jessy ne parvenait pas à tenir la cadence, mais fit un ultime effort pour ne pas ralentir le duo dans sa course effrénée. Puis une lueur se découpa entre les arbres, au loin. Cela semblait être la raison de la hâte de son amie : un paradis de réconfort et de sécurité. Une nouvelle clairière les hébergerait peut-être, ou bien serait-ce Poudlard, ou encore Pré-au-Lard. Revigorée à l’idée d’être à l’abri, Jessy remonta au niveau de sa camarade de chambre. Désormais, elles seraient ensemble pour retrouver la lumière de la lune.

L’orée de la forêt, c’était l’orée de la forêt, rien n’était plus certain que cela ! Soupirant tout l’air que contenaient ses poumons en signe de soulagement, Jessy ralentit. Elles étaient maintenant dehors, les hauts arbres bordant les bois étaient derrière eux. Mais qu’était-ce qui leur faisait face ? Un petit village somnolant des plus sympathiques. La plupart des commerces se reposaient en toute tranquillité, profitant de ce qu’il restait de la nuit. Cependant ils ne tarderaient pas à se réveiller, car il restait deux heures – tout au plus – avant le lever du soleil. Le cœur de la boucle brune battait toujours à un rythme honorable, mais elle se sentait à ses aises dans la petite bourgade. Un frêle sourire aux lèvres, elle fixa sa voisine et lui demanda :

« Tu veux qu’on attende un petit peu dans les rues, le temps que le soleil se lève ? On pourrait aller dans un commerce après, à la Tête de Sanglier ou bien aux Trois Balais… »

Suite ici.


Dernière édition par Jessy Brown le Dim 21 Juil 2013, 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Evangeline Flynn
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


re: avtivités forestières

Message par : Evangeline Flynn, Sam 20 Juil 2013, 18:23


Evangeline haletait, son cœur allait exploser, traverser sa poitrine, tant il battait vite et fort entre ses côtes. La lumière. Pré-au-Lard... Elle avait presque envie de se laisser tomber comme une masse, tant elle était fatiguée tout d'un coup, et soulagée. Mais bon. Ce n'était peut-être voir sans doute pas la meilleure chose à faire...

« Tu veux qu’on attende un petit peu dans les rues, le temps que le soleil se lève ? On pourrait aller dans un commerce après, à la Tête de Sanglier ou bien aux Trois Balais… »

Apparemment, Jessy ne lui en voulait pas trop suite à son coup de folie de tout à l'heure... Tant mieux! Elle lui sourit, l'offre était tentante.

"Si ça ne tenait qu'à moi, cela me dirait bien d'aller faire un petit tour aux Trois Balais... Mais, et les cours? Remarque que, au point où en est, je pense qu'on en est au moins à un mois de récurage de tous les trophées que peut contenir le château, alors, au diable les cours, non? On a bien le droit de se remettre un peu de nos émotions..."


Et elle éclata de rire, un rire frais en cascade qui lui fit du bien. Elles avaient vécu tant de choses ces dernières heures, elles avaient besoin de faire le point. La nuit n'était plus si noire autour d'elles, illuminée par quelques lampadaires ici ou là, traversée parfois par quelque ombre furtive, noctambule solitaire regagnant sa chambre. Tout était plus rassurant tout d'un coup... Oui, c'était une bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Kessy Sullivan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Activités forestières

Message par : Kessy Sullivan, Dim 11 Aoû 2013, 17:09


| RP avec Junie Shape |

Flashback

Ce soir là, Kessy se baladait dans un endroit pas très très bien... fréquenté. Mais elle avait envie de se retrouver seule, dans un endroit sombre, en fait dans un endroit qui représentait bien ce qui se trouvait dans sa tête. Dans l'allée des embrumes quoi. Elle sorti son paquet de clopes, et en sorti une. Elle l'alluma. Elle tira plusieurs lattes dessus. Elle se sentait libéré quand elle fumait une clope. Et celle là, elle la fumait à plein poumons. Rien de mieux pour oublier.

A peine sa clope finie qu'elle s'en rallumait une autre. Oui, elle fumait beaucoup, et alors? Il fallait bien mourir un jour de quelque chose. Elle s'était assise en tailleur par terre, la tête appuyé contre un mur. Elle broyait du noir. Et ça, bah fallait pas. C'était mauvais. Il fallait qu'elle arrête de penser à tout ce qui c'était passé depuis un certain temps... C'était pas bon pour elle, ça l'enfonçait encore plus.

Elle se releva, et continua à marcher, s'enfonçant de plus en plus dans la noirceur de cette allée. Soudain, elle entendit des gens crier derrière elle. Elle ne se retourna pas, n'y faisant pas attention. Puis ça recommença. Mais cette foi, elle comprit que les cris lui étaient adressés. Elle ne se retournait toujours pas, mais cette foi accéléra le pas. Sa respiration se fit de plus en plus rapide, et elle courrait à présent. Les pas et les voix derrière elle se rapprochait dangereusement.

Elle sentit soudain une main sur son épaule. Elle serrait fort la main. Ça lui faisait mal. Elle se retourna. 5 sorciers étaient après elle. Mais pourquoi? Elle avait rien fait pour une foi. Qu'est-ce qu'ils voulaient? L'homme qui lui tenait l'épaule se mit derrière elle, et l'entoura de ses gros bras. Il puait l'alcool. Et ça devait sûrement être le cas de tous les autres aussi.

Un autre mec s'approcha, et frappa Kessy en plein visage. Elle cru que sa tête allait se dévisser. Son nez lui faisait atrocement mal. Il devait surement être cassé. Avec la force du choc, Kessy tomba à terre. Ils se mirent tous à la rouer de coups. Elle essayait tant bien que mal de cacher son visage, ce qui n'empêchait pas les coups trop forts de lui amocher le visage quand même. Elle se demandait si elle allait mourir ici...
Revenir en haut Aller en bas
Junie Shape
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Legilimens


Re: Activités forestières

Message par : Junie Shape, Dim 11 Aoû 2013, 19:34


~Flash Back~

Les journées dans l'Allée des Embrumes étaient relativement calmes, mais quand il s'agissait des nuits une autre atmosphère régnait, une atmosphère qui empestait l'alcool ou la magie noire au choix. Avec le temps la jeune femme avait appris à vivre avec son Allée et ses différences. Alors que la nuit était totalement tombée sur la capitale, la jeune asiatique se trouvait toujours dans sa boutique, pour une fois elle devait ranger un peu. Elle avait reçu un arrivage d'oeuf de Serpent et elle devait les mettre en lieu sûr, dans sa réserve. Quand elle remonta à l'étage, dans sa boutique, des voix se firent entendre à travers la glace de la vitrine. Des voix d'hommes. Regardant alors aux travers de la vitre elle aperçut cinq jeunes hommes, surement ivre. Elle n'y prêta alors plus attention jusqu'à ils recommencèrent de nouveau. Mettant alors sa cape sur ses épaules, elle encapuchonna son visage comme à son habitude puis ferma sa boutique avec les sortilèges comme à l'accoutumer. Avançant alors dans l'Allée, elle se retourna alors pour regarder une dernière fois cette bande d'ignare qui ne cessaient de brailler. Et là, elle l'a vu, elle. Cette pauvre fille !

Après tout qu'est-ce qu'elle en avait à faire d'elle ? Soupirant elle repensait à sa première promenade dans cette Allée, elle avait connu la même chose qu'elle. Elle ne pouvait décemment pas la laisser comme ça. Faisant alors claquer ses talons sur le pavé de la lugubre Allée, elle s'approcha d'elle d'un pas assuré, les regards se tournèrent vers elle. Dans une voix forte et ferme elle prononça un magnifique «Fustigeaflamma », le fouet de feu jailli du petit bout de bois magique. Les cinq hommes regardèrent d'abord la jeune asiatique puis ensuite faisant claquer le fouet sur le bras d'un des agresseurs, ils partirent en courant. Quelle bande de minable ! Surement des sorciers de Poudlard, un vrai mage noir se serait battu. Soupirant alors elle rangea sa baguette dans sa jarretière le long de sa cuisse.

Elle regarda tout d’abord la jeune femme au sol, elle l’aurait bien laissé là mais sa gentillesse le lui empêchait.  Enlevant alors son capuchon elle lui dévoilait son visage sans sourire ni expression, puis elle lui tendit gentiment la main. Elle devait la soigner et s’occuper d’elle. Elle l’amena alors chez elle, la posant sur le canapé afin de lui procurer les premiers soins elle avait besoin.

~Fin du Flash Back~
Revenir en haut Aller en bas
Kessy Sullivan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Activités forestières

Message par : Kessy Sullivan, Lun 12 Aoû 2013, 14:21


HRPG: désolée de ce rp riquiqui, mais je voulais pas décrire ta réaction à ta place, donc je te laisse continuer! Wink


Ce matin, Kessy avait envie de voire Junie. Ça faisait un petit moment qu'elle n'avait pas vu son amie. Elle se leva, difficilement, mais se leva. Elle alla voir à quoi elle ressemblait dan sle miroir. Bon... C'était pa sla joie, rien n'avait changé, elle avait toujours son teint cadavérique et ses cernes sous les yeux. Elle se maquilla pour essayer de cacher tout ça.

Ensuite, elle fila jusqu'à son armoire, et essaya de trouver des vêtements qui ne lui allaient pas trop grand, ce qui était une tâche difficile. Au final, elle opta pour un collant noir et un short, avec un T-shirt ample. Choix bizarre pour ce qu'elle voulait aller faire, certes. Elle se rendit jusqu'à la maison de Junie. Elle entra. Junie lui avait donné un double des clés, pour qu'elle puisse passer quand elle voulait. Mais là, elle allait probablement regretté d'avoir fait ça. Elle s'approcha en silence, et positionna ses lèvres tout près de l'oreil de Junie.

JUNIE DEBOUUUUUUUUUUUUT! hurla-t-elle.

Avec ce cri elle avait dû réveiller la moitié du quartier, mais elle s'en fichait. De toute manière à cette heure là plus personne ne dormait presque... Elle était assise sur le bord du lit, morte de rire toute seule. Elle avait l'air d'une autiste, mais ça la faisait rire de réveiller les gens comme ça. Voilà voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Junie Shape
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Legilimens


Re: Activités forestières

Message par : Junie Shape, Lun 12 Aoû 2013, 19:14


Depuis quelques temps la jeune asiatique avait retrouvé le sommeil et elle ne souffrait plus d'insomnies. Elle pouvait enfin de se reposer, reprendre un peu de force. En ce beau matin, la jeune femme avait décidé de profiter un peu plus longtemps de son lit, mais s'était sans compter sur certain individu. Alors que la belle dormait encore profondément, un cri strident se fit entendre prêt de son oreille « JUNIE DEBOUUUUUUUUUUUUUT ». Hein ? Quoi ? Comment ? Qui ? Ouvrant alors les yeux plus vite que jamais elle aperçut assise sur le bord de son lit, sa petite chérie, sa petite protégée. Kessy Sullivan, cette dernière était fière de sa blague semblait-il. Frottant alors ses yeux, l'asiatique se mit en position assise dans son lit, puis avec un sourire et un visage pas tout à fait réveillé elle regarda la jeune demoiselle.

« Tu es fière de toi en plus hein ? »

Poussant alors le drap de son corps, elle se mit alors debout. Sans aucun complexe elle se trouvait en sous-vêtement devant la jeune Verte et Argent. Prenant alors une tenue dans son armoire, elle ébouriffa au passage les cheveux bruns de Kessy puis parti en direction de la salle de bain.

« Salle gamine va ! »

Prenant rapidement une douche, elle enfila son pantalon ultra slim noir, ainsi qu'un petit haut blanc ultra décolleté. Elle enfila aussi une pair de gant en dentelle blanche pour cacher les dernières traces laissées par son brave Azphel. Sortant alors de la salle de bain plus ravissante que jamais, elle prit Kessy par le bras, puis elles descendirent toutes deux. Junie prit passage sa baguette ainsi que deux capes de sorcières haute couture. Les deux jeunes femmes quittèrent la maison puis elles arrivèrent devant cette forêt prohibée. Affichant alors un sourire des plus malicieux l'asiatique regarda la petite Serpent

« Tu es prête petite peste ? »

Lâchant le bras de Kessy, Junie avança dans la forêt puis se retourna vers la jeune demoiselle un grand sourire aux lèvres. Elles allaient enfin profiter d’un magnifique moment à deux.


Dernière édition par Junie Shape le Lun 12 Aoû 2013, 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kessy Sullivan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Activités forestières

Message par : Kessy Sullivan, Lun 12 Aoû 2013, 19:50


Junie & Kessy





Junie ouvrit de grands yeux. Elle n'avait plus trop l'air de savoir où elle était. C'était marrant. Elle était mignonne quand elle avait son air perdu comme ça. Kessy était toujours morte de rire sur le coin du lit. Ouais, c'était encore une gamine dans ces moments là, ouais. Mais et alors? Fallait bien ça. Junie c'était l'une des seules personnes à pouvoir encore la faire rire. Donc Kessy en profitait. C'était comme sa grande soeur. Elle ne voulait pas la perdre. Surtout pas en ce moment.

Tu es fière de toi en plus hein ? Salle gamine va !

Kessy hocha la tête. Oui, elle était fière d'elle, oui. Elle affichait un grand sourire coupable. June retira son drap et se leva. Elle s'étira. Kessy ne faisait même plus attention maintenant, c'était devenu normal pour elle de voir Junie en sous-vêtements. Elle fila dans la salle de bain, et prit une douche. Kessy se laissa tomber sur le matelas, et ferma les yeux. Non. Ne pas fermer les yeux. Surtout pas. A chaque foi qu'elle fermait les yeux, elle avait une vision différente de sa soeur... en train de mourir.

Junie sortie de la salle de bain super sexy. Bon, bah elle non plus elle avait pas prévu vraiment ce qu'elles allaient faire! Tant mieux! De toute manière, Junie elle était belle. Et ça, même en jogging, pas maquillé ou avec des guenilles. Et elle resterait toujours belle. Elle entraîna Kessy par le bras, attrapant deux capes. Une pour Kessy, et une autre pour elle. Kessy enfila sa cape, et Junie fit de même. Kessy adorait porter des capes. Elle mettait la capuche, et elle courrait. Ouais, avec Junie elle revenait à l'âge de ses 5 ans.

Tu es prête petite peste ?

Plus que prête même!

Elles partirent toutes les deux dans la forêt interdite. Ça allait être vraiment génial! Kessy n'hésita pas une seule seconde à s'enfoncer dans la noirceur de la forêt. Elle tenait sa baguette à la main, parant toutes éventualités. Elle se retourna, et attendit Junie, qui était encore derrière elle.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Activités forestières

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 10

 Activités forestières

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.