AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -36%
Pack 1 mois – PAMPERS New Baby Taille 1 (2- 5Kg) ...
Voir le deal
29 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 20 sur 21
Dans les compartiments du Poudlard Express
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
Elizabeth Goodlynch
Serdaigle
Serdaigle

Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Elizabeth Goodlynch, le  Ven 31 Mar 2017, 15:05

Le temps passe, le ciel se noircit à toute vitesse. Elizabeth regarde attentivement la bestiole. Mary lui explique que c'est un moke et qu'il s'appelle Loir. Drôle de nom pour un animal qui n'est pas un loir justement. Mais c'est mignon. Et cet animal lui va bien. Il semble calme, moins torturé que la jeune fille. Elle est gentille d'ailleurs, même si Elizabeth la trouve un peu spéciale. Sans s'en rendre compte, elle la dévisage, la regarde haut en bas. Elle est étrange, un peu distante, mais gentille. Elizabeth aurait pu se retrouver seul ou alors dans un compartiment avec des idiots. Soudain, le train s'arrête, doucement. Il fait noir dehors et seulement les lampe éclaire le quai.
Mary s'adresse une dernière fois à Elizabeth, c'est là qu'elles vont se séparer, du moins pour le moment. Car l'année est longue et il y aura surement des moments où elles se recroiseront à Poudlard.

Elizabeth hoche la tête et remercie la jeune élève de sa gentillesse. Elle lui fait signe au moment où elle descend du train et rejoint les autres élèves de première année. Prête pour sa première année à l'école de sorcellerie Poudlard!


Fin du RP - Merci à toi!
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Anastasia Johnson
Anastasia Johnson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Anastasia Johnson, le  Dim 09 Avr 2017, 13:27

Encore une année pourrie..
PV avec Mered

Aux côtés de sa mère et de son père, Anastasia avance rapidement sur le quai, presque en courant pour rejoindre le train à temps. Ses parents la suivent de près, étant encore une petite fille pour eux.Quinze ans, et pas le droit de lâcher leur fille avant un départ qui n'est même pas un adieu !
Anastasia n'a pas l'habitude d'être vue en public - voire pas du tout - avec ses parents.En réalité, en dehors de Poudlard, elle ne sort jamais de chez elle, seulement pour aller faire les courses avec sa mère ou aller se promener avec son père dans un petit parc non loin de chez elle.
Ana' se dépêche de monter le train après avoir embrassé sa mère ainsi que son père.Elle traîne avec hâte sa valise jusqu'à un compartiment qu'elle a la chance de trouver vide.Ce compartiment, elle le prend depuis  sa première venue à Poudlard. Exactement la même place, à chaque fois. Seulement en troisième année, il y avait des gens dans le compartiment, il était donc impossible pour elle de rester avec eux, ces personnes qui posaient trop de questions sur elle, qui es-tu ? Pourquoi nous ne te connaissons pas ?
Elle en avait assez de répondre aux questions qu'ils lui posaient.Alors elle est partie dans un compartiment où tout le monde se foutait d'elle.Ils étaient tous amis, elle, elle n'avait pas d'amis et aujourd'hui, elle connaît seulement deux ou trois personnes.
Lorsqu'elle a un binôme en cours, elle se montre comme étant la jeune fille la plus gentille, avec un grand sourire, ainsi que des paroles qu'elle pense accueillante.

Ana secoue la tête en repensant à ça.Encore une année de crotte, pense-t-elle.
Elle observe, par la fenêtre du compartiment, la foule.Des gens se précipitent pour entrer dans le train, certains tombent au sol mais se relèvent le plus vite possible.Ana rigole mais se souvient très bien qu'elle avait fait la même chose étant plus jeune.Quelqu'un l'avait poussé mais il s'était excusé et reprit sa route.
Aujourd'hui, Ana fait beaucoup plus attention, elle ne parle pas avec des gens qu'elle pense être des personnes méchantes et demande quelque chose aux gens seulement en cas de gros besoin.Elle aime aider les gens qui ont besoin d'aide, malgré ça, elle ne trouve pas de vrais amis.

Anastasia pose sa valise à côté d'elle sur la banquette puis secoue la tête une énième fois. Chaque fois qu'elle rentre dans le train, des souvenirs lui viennent, parfois ils sont très bien, parfois non.. Mais ça ne l'empêche pas de se souvenir d'une année entière en même pas une heure.
Elle espère toujours voir une personne entrer dans le compartiment et lui dire "Hey, salut, je peux m'installer ici ? Les compartiments sont tous pleins et tu es toute seule.. Pourquoi pas faire connaissance ?"
Ana sourit puis le train émet un bruit sourd et très bruyant.
C'est le départ, au revoir maman et au revoir papa.
Anastasia sort rapidement de sa valise, un petit livre moldus, au titre très connu "Orgueils et Préjugés".Puis elle reprend le livre où le marque-page est disposé.Elle commence alors sa lecture en soupirant.Encore un long voyage pour Ana, au programme:
-lecture
-sieste
-et manger lorsque la dame du train passera.

Un petit bruit comme un "boum" se fit entendre à la porte du compartiment où Ana se trouve.Celle-ci se retourne puis aperçoit une jeune fille entrant dans son compartiment, avec un air timide.Son teint pâle et sa peau de bébé firent sourire Ana, ses cheveux roux - Ana rêve d'avoir des cheveux roux ! - sont magnifiques.Son petit corps fit comprendre à Ana que c'était sûrement sa première année à Poudlard.

-Bon-Bonjour. Excuse-moi de te déranger, je peux m'asseoir ici, j'ai pas trouvé de place libre ailleurs...
-Pas de problème !  Dit-elle à la hâte.

Puis Anastasia se lève rapidement en souriant à la jeune fille.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Anastasia Johnson
Anastasia Johnson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Anastasia Johnson, le  Mar 11 Avr 2017, 16:15

J'observe la jeune fille entrer dans mon compartiment.Celle-ci retint sa respiration en attendant que je lui donne l'accord de venir dans le compartiment où je suis installée depuis.. Le départ ?
La jeune fille part s'installer en face de moi puis elle pose son bagage en face d'elle.Je l'observe, toujours en souriant.Mais ce qui m'importe le plus, ce n'est pas de faire la conversation à cette jeune fille, qui m'a l'air d'un ange, mais de finir de lire mon livre avant la fin du voyage.J'offre un dernier sourire à la jeune rousse en face de moi, puis j'attrape mon bouquin et recommence ma lecture où je l'avais arrêté.
De façon à ne pas parler avec la jeune fille, j'essaie, tant bien que mal, de remonter mon livre de façon à cacher son visage du mien.Ce n'est pas très gentil, mais faire la conversation va me rappeler à quel point, la fille que je suis est timide et réservée et qu'elle déteste parler, surtout lorsque c'est pour parler de moi.
Je me concentre sur mon livre, celui-ci vraiment levé de façon à cacher le visage de la seule personne présente avec moi. Je lis... Silencieusement, je ne jette pas de regards à la fille rousse car sinon, elle va penser que je veux engager une discussion. Je l'entends bouger sur son siège et ouvrir sa valise. Curieuse comme je suis, je regarde légèrement par-dessus mon livre et l'observe fouiller dans sa valise. Je souris lorsque je vois qu'elle sort un livre de sa valise. Je me cache une énième fois derrière mon livre en reniflant.
En réalité, j'aimerais bien lui parler, lui poser des questions.
Qui es-tu ?  
Dans quelle maison veux-tu aller .
Il y a tellement de questions que je veux lui poser, mais ces deux-là m'importent le plus.
"Oh ! Mr. Bennet, parler ainsi de ses propres filles !... Mais vous prenez toujours plaisir à me vexer ; vous n'avez aucune pitié pour mes pauvres nerfs !" Je lis ce passage tout en étant préoccupée de la jeune fille avec moi.Le silence.. Je déteste lorsque personne ne parle.
Aller Ana, vas-y, tu peux lui parler..

-Je vois que toi aussi tu aimes lire

Je reporte mon attention sur elle, baisse mon livre et voit qu'elle pointe mon bouquin du doigt.Je n'ai pas le temps de lui répondre qu'elle enchaîne avec une autre question:

-Il parle de quoi? Je ne le connais pas...
-C'est un livre du XIXème siècle, écrit par Jane Austen.C'est un livre de moldus, c'est sûrement pour ça que tu ne le connais pas.Tu veux peut-être lire le résumé ?

Je lui tends le livre en souriant légèrement pour paraître plus sympathique et moins coincée.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Anastasia Johnson
Anastasia Johnson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Anastasia Johnson, le  Mer 12 Avr 2017, 14:05

J'attends.. J'attends, le bras tendu vers la jeune rousse pour lui faire lire le résumé de mon bouquin.Elle risque de ne pas aimer, de la romance, à son âge ? M'enfin, j'ai commencé à lire la romance à.. Dix ans ? Wow, maintenant que j'y pense, j'étais quand même très jeune pour lire ce genre de choses.. Mais, je n'ai pas commencé les bouquins à dix ans, non ! Juste avant, j'avais toujours le droit aux Les Contes de Beedle le Barde avant de me coucher.Ensuite, comme j'étais une petite chipie, j'allais discrètement, la nuit, dans la bibliothèque privée de ma maman pour lui emprunter des livres de Poudlard, pour en apprendre un peu plus sur cette école..
C'est comme ça que j'ai fait mon choix de partir à Poudlard.Normalement, je devais aller à Beauxbâtons, comme ma maman ! Mais j'en ai décidé autrement, j'avais très envie de partir à Poudlard.Chose faite, je regrette aujourd'hui.Pas vraiment d'amis, des cours où je ne participe pas vraiment et une famille qui me manque pendant toute une année.Disons que les avantages chez moi.. Ce n'est pas encore ça, mais mon sourire suffit à ce que je puisse cacher le fait d'être mal à l'aise en présence des autres.
Je reviens à la réalité lorsqu'elle décline mon invitation à lire le résumé de mon magnifique livre:

-Non merci, je préférerai le lire en entier pour en avoir une réelle opinion.

Je laisse couler un sourire vers celle-ci, repose sagement mon livre sur mes cuisses, puis je croise mes mains sur mon bouquin avant d'écouter celle-ci me parler:

-Un livre moldu, j'en connais tellement! Je suis née moldue tu sais, ça aide. Toi aussi non ?

J'aimerais lui répondre mais elle enchaîne sans s'arrêter:

-Dit comment est la bibliothèque à Poudlard? Tu pourrais me la montrer s'il te plait?!
Oh! Excuse-moi! Je te bombarde de questions et je me suis même pas présentée... Je m'appelle Mered, c'est ma première rentrée. Et toi, comment se prénomme ce joli minois?


Je la regarde, je suis stupéfiée par tant d'audace, comment fait-elle pour poser des questions sans arrêter ni même prendre un peu de sa respiration, cette fille m'a l'air très bavarde.. En fait elle l'est.Je relève la tête pour la regarder mon sourire, elle a l'air gênée de me poser autant de questions, mais ça me fait plaisir de voir qu'elle s'intéresse un peu à qui je suis.

-J'imagine que lorsque nous sommes né moldus, c'est beaucoup plus simple de connaître les choses venant de chez eux.Non je ne suis pas née moldus, ma mère est une sorcière, lui il est moldus.Pendant toute mon enfance j'étais chez eux, pas de magie, pas de balais volants ni rien du tout, dis-je en rigolant.Pas de problème pour te faire une visite de Poudlard, en commençant par la bibliothèque, bien-sûr ! La bibliothèque est géante et regorge de bouquins aussi stupéfiants, les uns que les autres.Et pour me présenter, je m'appelle Anastasia, ou Ana et je vais faire ma cinquième année ici.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Anonymous
Invité

Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Invité, le  Jeu 24 Aoû 2017, 20:12

ただいま • Tadaima
PV avec Aysha Brayd, Asteria Rosier, Elhiya Ellis, Leo Keats Gold & Artemis O'Toole

Encore une journée radieuse, ensoleillée, chaude, une journée qu’on aurait préféré passer dans le parc de Poudlard plutôt que dans un wagon. Les jeunes sorciers se pressaient sur les quais de la gare de Pré-au-Lard, impatient de rentrer chez eux. Ils étaient ravis que les vacances commencent enfin, ils discutaient de ce qu’ils allaient faire de leurs congés, criant à qui voulait l’entendre qu’ils allaient aller dans un élevage d’hippogriffes ou s’entraîner au Quidditch avec des balais de compétition. Aoi laissait quant à elle le château avec regret, mêlé de joie cependant à l’idée de retrouver sa famille. Heureusement, elle y reviendrait dans deux mois, mais la grande bâtisse allait tout de même lui manquer, notamment la bibliothèque, dont elle connaissait chaque recoin, chaque rayonnage, si ce n’était la réserve, et sa salle commune, véritable cocon où elle se sentait chez elle. A la simple idée du voyage qui l’attendait, elle n‘avait qu’une envie, retourner se glisser dans les draps de son lit aux tentures bleues. Car après les longues heures de trajet en train, il lui faudrait prendre un avion, puis encore un train, pour enfin arriver chez elle, à Kushima, le lendemain. Elle regarda jalousement ses camarades qui seraient chez eux le soir même. Quelle bande de chanceux.

Elle monta dans la rame assez rapidement, et trouva un compartiment encore vide, vers le milieu du train. Sans attendre, elle coinça sa valise et la cage vide de Tsubasa dans le filet à bagages et prit place sur l’un des sièges rouge molletonné près de la fenêtre. Bientôt, elle savait que toutes les banquettes seraient prises, et mieux valait à ce moment là qu’elle puisse s’évader un peu en regardant par la vitre. Même après toutes ces années, elle aimait toujours autant admirer le paysage écossais, surtout lorsque cela lui permettait d’éviter les discussions inintéressantes de ses condisciples. En attendant, elle écoutait les bavardages des élèves de l’autre côté de la porte, essayant de déterminer si jamais quelqu’un se décidait à venir envahir son petit coin tranquille.  Elle espérait que ses comparses de compartiment seraient des Serdaigle, ou des dernières années, peut-être que comme cela, elle aurait droit à un peu de calme pour cette première partie du voyage.

Sur la petite tablette devant elle, Tsubasa attendait le départ du train pour prendre son envol. Elle n’aimait pas voyager en transports humains, préférant voler, mais sa gourmandise la poussait à rester près de sa maîtresse tant qu’elle le pouvait. Distraitement, Aoi caressait les plumes rousses de la chouette docile en attente de friandises. Alors qu’elle lui donnait le dernier miamhibou du paquet, des bruits de pas derrière la porte résonnèrent plus près, des voix se firent plus fortes. La brune fixa ses iris gris sur la porte tandis qu’elle s’ouvrait, laissant entrer une silhouette.

Le compartiment:
 


Dernière édition par Aoi Baskerville le Ven 25 Aoû 2017, 12:01, édité 1 fois
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Aysha Brayd, le  Jeu 24 Aoû 2017, 21:07

Aysha attrapa sa valise, posée sur les pavés du quai de la gare. Autour d'elle, les élèves de Poudlard se bousculaient en riant dans un joyeux brouhaha. L'ambiance était à la fête, les plus vieux savourant la fin des examens, les plus jeunes attendant simplement les vacances avec impatience. La queue se faisait presque a l'entrée des portes du train, et on ne voyait même plus où l'on mettait les pieds. Aysha adressa un dernier regard au château de Poudlard qui se dessinait au loin, derrière les rues de Pré-au-Lard. L'école allait lui manquer terriblement pendant les vacances mais elle était tout de même pressée de retrouver sa mère, Jane et Flinny, dans leur maison écossaise, à la campagne. Elle ne doutait pas que les deux intrépides lui réserveraient un accueil mémorable, comme chaque fois.

Pensant à ses vacances en famille, Aysha esquissa un sourire et s'engouffra dans l'un des wagons, traînant sa valise. Elle aurait aussi bien pu transplaner, elle avait son permis, mais l'école tenait à prendre tous les élèves dans le Poudlard Express. Et elle aimait beaucoup ce train. il était chaque fois synonyme de quelque chose de super, que ce soit le retour à l'école ou la perspective des vacances. Elle joua des coudes pour se faufiler entre les élèves, et aperçut enfin un compartiment qui ne semblait pas près à craquer. Elle ouvrit avec effort la porte et jeta un oeil à l'intérieur, laissant Warhol, son fléreur glisser entre ses chevilles.

Au bout du compartiment se tenait assise une élève de Serdaigle qu'elle connaissait bien. Non seulement, Aoi appartenait à sa maison, mais elle était également remplaçante dans l'équipe de Quidditch, tout comme elle. Enjouée, elle lui adressa un sourire et fila s'asseoir à côté d'elle. Elle glissa sa valise sur le porte-bagage et attrapa Warhol par la queue avant qu'il ne s'enfuie du compartiment. Sur le siège à côté d'elle, Inaya hululait joyeusement. L'oiseau d'Aoi battait des ailes lui aussi.

" Alors, pressée de rentrer ? "

Se souvenant soudain que la jeune fille n'habitait pas tout près, Aysha s'exclama :

" Au fait, je pensais que c'était un inconvénient d'habiter en Écosse à cause du surplus de transport, mais tu dois mettre encore plus de temps pour rentrer chez toi ! Ce n'est pas trop pénible ? "

Elle était d'humeur particulièrement enjouée et appréciait d'ordinaire la compagnie d'Aoi. Avant que celle-ci n'ait pu lui répondre, porte du compartiment s'ouvrit encore alors que le train vrombissait en dégageant des panaches de fumées sur le quai.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Artemis Wildsmith, le  Sam 26 Aoû 2017, 11:13

Mazette que c’était lourd. Jamais il n’allait pouvoir arriver jusque chez lui avec cette maudite valise. Le truc c’est qu’il était un petit peu obligé de la rembarquer avec lui, il ne pouvait pas la laisser là, toute seule. Ces habits étaient dedans, ses livres, ses parchemins. Mais le pire c’était Newt. Newt qui évidemment refuser absolument de marcher à côté d’Arty ou d’être pris dans ses bras, non, il s’était calé au-dessus de la valise et se laissait glisser tranquillement. Quel chat fainéant tout de même. Mais il était mignon alors forcément on lui laissait tout passer, comme au jeune Blaireau en fait. Deux énergumènes. Le gamin se hissa donc difficilement dans le train, sans aucun regard derrière lui. Évidemment, Poudlard allait lui manquer, mais il préférait ne pas y penser. Ce n’était que deux petits mois de vacances, et un break, ça ne pourrait lui faire que du bien. Surtout qu’il avait décidé de ne pas retourner en Irlande tout de suite, il resterait à Londres chez Grand-Ma quelque temps. Le temps que son père arrive pour porter sa valise jusqu’à leur village paumé en fait. No way qu’il allait faire le voyage seul jusqu’en Irlande. Surtout avec Newt et cette fichue valise, il n’était pas suffisamment dégourdi.

C’était tout serré dans ce train, il avait du mal à se faufiler et il n’avait plus vraiment le courage d’aller plus loin. Il était au bout de sa vie le pauvre petit. Il avait parcouru la moitié du train, n’avait pas vu certains de ses copains à lui, mais il n’en pouvait plus. Il choisit un compartiment au hasard, sans regarder vraiment quel.le.s élèves étaient à l’intérieur. En même temps, il s’en fichait un petit peu, il avait cette faculté de s’entendre avec tout le monde, ou du moins, c’est ce qu’il pensait. Il glissa donc la porte du compartiment et se trouva en compagnie de deux jeunes filles qu’il connaissait de vue. Arty avait déjà partagé quelques cours avec elles, ces demoiselles étaient à Serdaigle. Il glissa alors avec un sourire un peu gêné : « Bonjour, je me permets… »

Il s’avança et chassa Newt de sa valise pour la ranger avec difficulté. La honte, il n’était même pas capable de ranger sa valise avec classe et élégance. Après cette tâche laborieuse, il soupira et jeta un coup d’œil au compartiment. Il y avait plus d’animaux que d’êtres humains. Et surtout, il y avait des chouettes. Arty déglutit, il n’aimait pas ces maudits oiseaux. Le chartreux lui s’en fichait totalement des autres, il avait élu domicile sur la place en face d’Aoi, près de la fenêtre. Tranquille le petit pépère. Le Jaune & Noir décida alors de prendre Newt et de le mettre sur ses genoux, le félin ne tarda pas à se lover et à fermer les yeux, sur l’instant même à vrai dire. Puis le gamin se mit à lorgner sur les deux chouettes, quelle idée de les enfermer dans un compartiment tout de même, et si elles se mettaient à voler partout, il allait faire une crise d’angoisse le pauvre. C’était fou, même son propre chat n’en avait rien à faire des oiseaux, mais lui, non. Il sourit alors aux deux jeunes filles.

- J’suis désolé de m’incruster comme ça, mais j’avais pas le courage d’aller plus loin. Vous allez bien ? Oh, j’suis Arty au fait.


Il ne savait pas si son prénom était connu ou non, après tout, lui n’était pas tout à fait sûr de connaître ceux des deux Serdaigle, quoi qu’il se souvenait de la consonance japonaise de celui de celle qui était près de la fenêtre. Mais il n’eut pas le temps de réfléchir davantage à ça que la porte remua de nouveau. Pourvu qu’il n’y ait pas de nouveaux animaux, ce n’était pas une ménagerie ici, et surtout pas de chouettes. Par pitié.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Elhiya Ellis, le  Lun 28 Aoû 2017, 19:03

Vacances scolaire.. Comme tous les autres élèves, Elhiya était ravie de rentrer chez ses parents, non pas pour les voir, car il fallait bien avouer que les tensions ne s'étaient toujours pas calmer, mais car elle adorait Londres et surtout son amie d'enfance moldue était en congés également. Ca annonçait des jours entiers fourré chez elle ou en ville, oubliant baguette, cape de sorcier, et tout simplement Poudlard. Terminant sa valise à la va vite, récupérant Myrtille sur son épaule, agrippant Muffin d'un bras, la blondinette espérait ne pas être trop en retard pour attraper un compartiment de tranquille. Il n'y avait rien de pire que devoir se taper deux heures de trajets avec des gens qu'on ne voulait pas voir. Sauf qu'avoir perdu 10minutes à courir apres son fléreur ne l'avait pas mise en avance du tout, et elle avait beau se faufiler entre les élèves, porter un animal dans les bras la ralentissait.

Rapide pause sur les quais pour vérifier qui était présent, mais aucune des bouilles préférées ne semblaient être là. Elle devait franchement être en retard et trouver un wagon de libre allait etre un vrai calvaire. un soupire agacé parcourut la gamine qui grimpait dans le train en quête d'un compartiment de libre, ou avec une place de disponible, au choix. au bout de quelques vaines tentative, Elhiya fini par frapper puis passer la tête par une énième porte, sans regarder réellement si c'était occupé ou non.


"Bonjour, est-ce que..."

Muffin avait sauté de ses bras pour se jeter dans les jambes d'un élève qui était dejà installé. Surprise, sa propriétaire leva enfin les yeux sur le personne qui attirait autant son animal et tomba sur la tête brune d'Artémis, lui arrachant un sourire radieux.

"Ho.. salut Arty, ca dérange si je viens squatter avec vous? c'est rempli partout..; et j en ai marre de chercher.."

En fait le Poufsouffle n'était pas seul, mais comme c'était à lui qu'elle avait sourit en le reconnaissant, Elhiya n'avait pas vu a qui tenait compagnie. D'un rapide regard, la blonde tomba sur Aysha, la jolie Serdaigle avec qui elle partageait une connaissance brune très précieuse. Les comissures de ses lèvres s’étiraient pour lui adresser le même salut joyeux qu'au jeune homme.

"Ho Aysha!! je t'avais pas vu, excuse moi! Du coup, on peut s'installer?"

Le "on" englobait ses animaux et elle même, de toute facon le fléreur semblait vouloir fusionner avec le jeune homme, donc autant rester. Mais il restait une occupante que la blonde n'avait pas vu, tournant la tete, le regard clair de la blonde tomba sur celui grisé d'une personne qu'elle aurait préféré ne pas voir aujourd'hui. Mais à situation désespérée, solution désespérée, il faudrait composer avec Aoi en plus.... Comme quoi, moins elle voulait la voir, plus elle la voyait..

"Tiens... Aoi... Je te demanderai bien ton avis, mais en fait, je crois que ca bouchonne derrière moi... "

Géner était peu dire, il y'avait du mouvement dans le couloir, et a rester au milieu pour savoir s il etait possible d'entrer, ils avait finir par créer un embouteillage.Du coup, Elhiya s'installa à coté du Poufsouffle
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Shae L. Keats, le  Mar 05 Sep 2017, 14:06

Un briquet dans un bidon d'essence. Et la réalité qui tangue encore un peu. Quelques gorgées pour dire au revoir au château. Il y a quelques années j'aurais eu un pincement, en plein dans la poitrine de le laisser, parce que ça sonnait comme rentrer chez soi. Comme retrouver le paternel et tout ce qui va avec. Et ça, j'en voulais pas vraiment.
Je ne me retourne même plus, on reviendra l'an prochain, on se perdra encore, on sanctionnera toujours. Les cartes ont changées,
de données négligeables je suis devenu.e adulte.
Encore quelque chose à officialiser dès la rentrée, ne plus être un Il, pour pouvoir enfin abandonner cette forme assignée. Masculine.
Même sur le lieu de travail. Alors j'ai changé, pour le retour, j'ai laissé les traits indéterminés reprendre le dessus. Pour être un peu moi-même. Pour que personne ne me remarque.
Juste un instant.
Ne plus être le concierge cinglé.
Mais juste humain.e.

Le quai est bondé, mais je n'ai pas pris d'affaire. Je vais juste errer encore deux mois. M'éloigner de tout. Rester introuvable. J'en ai marre des visages, des sensations, des liens, des connaissances. J'en ai marre qu'on se voit, que ça finisse toujours pareil, dans un lit à deux ou seul agonisant sur un canapé.
J'en ai marre de rentrer dans le moule.
Dans la chasse aux âmes sœurs.
Laissez-moi seul.e.
Je veux m'enfuir, que tout recommence.

Alors j'ai endormi mon cerveau malade, pour ce soir encore. je lui ai donner ses médicaments. Quelques gorgées de whisky et quelques pilules au bord des lèvres. Pour espérer dormir, le temps du trajet, le temps d'un rêve. Mais les compartiments sont bondés.
J'avais pas envie de transplaner. De voler. Je veux me souvenir de comment c'est. Quand on a rien de magique. Quand on doit se débrouiller. Je crois que j'ai soif de simplicité. Loin de l'hypocrisie latente, loin des gens qui transpirent le mensonge par tous les pores.
Je crois que je veux surtout m'oublier.

Je prends un compartiment au hasard, personne ne me reconnaîtra. Personne ne m'embêtera. J'ai habitué personne encore au nouveau·à la nouvelle moi.
Alors je suis libre d'être moi même,
Juste une fois.

Il reste de la place côté couloir, je m'assoie discrètement, reconnaissant quelques visages croisés au coin d'une nuit.  Et salue tout le monde d'un signe de tête.
Je n'ai ni l'air élève.
Ni du personnel.
L'anonymat me conforte
Et me sauve.

Personne ne m'associera à quoique ce soit aujourd'hui.    


Dernière édition par Shae L. Keats le Dim 11 Nov 2018, 13:50, édité 2 fois
Asteria Rosier
Asteria Rosier
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Asteria Rosier, le  Mar 05 Sep 2017, 20:02

Ça y est, c’était les vacances. Le soleil tapait sur ses cheveux roux et lui chauffait le crâne, comme pour lui rappeler que l’été était là. Pendant que tous les autres élèves se pressaient hors de Poudlard, Asteria avait posé ses affaires à ses pieds et s’affairait à recouvrir de crème chaque partie de son corps exposée à l’air libre. Pas question de choper un coup de soleil entre ici et Pré-au-Lard, sa peau ne le lui pardonnerait jamais. Quand enfin sa tête, ses bras et ses jambes furent luisantes, elle s’attela de son sac à dos, sa malle et du panier de Bobby. C’était lourd mais elle n’avait pas le choix. Elle se retourna pour dire au revoir au château et vit l’heure. Il fallait qu’elle se dépêche. Ses pieds se mirent à courir, ralentis par ses bras et leur chargement. Dans son panier, le chat miaulait son mécontentement. Il en avait assez d’être secoué de la sorte, et aurait bien aimé que sa maîtresse soit enfin capable d’arriver à l’heure sans avoir à se précipiter.

Asteria arriva dans les dernières sur le quai. Elle aurait voulu rejoindre son ami Galway mais elle n’eût pas le temps de réfléchir à tout cela, elle devait monter dans le train. Le wagon était plein de monde et la rouquine joua des coudes pour se faufiler dans le couloir. Tous les compartiments étaient blindés, jamais elle n’arriverait à retrouver Galway. Elle en repéra un à sa droite, où il semblait y rester une petite place pour elle. Elle hésita longuement devant la porte. Allait-elle être capable de rester pendant tout un trajet plus ou moins entassée avec des inconnus ? Et si elle devait faire la conversation, comment ferait-elle ? La verte regarda autour d’elle, elle n’avait pas d’autres choix. Elle appela intérieurement le peu de courage qu’elle avait en elle et poussa la porte.  
Il y avait déjà 5 personnes dans le compartiment, elle ne reconnu qu’Aoi. Elle lui sourit.  

_ Excusez-moi, est-ce que je peux venir m’assoir ici ?


En disant cela, elle fit un petit pas en avant, dont le but principal était de laisser passer des gens derrière elle, dans le couloir. Mais son mouvement fut plus radical. Elle se prit les pieds dans sa malle et s’étala de tout son long, tapant au passage les genoux d’une verte assise sur la banquette et frappant les siens contre le sol. Dans la chute, son sac à dos passa par-dessus elle et la propulsa en avant, la tête directement sur le bord de la table. Elle avait lâché le panier du chat et celui-ci en sortait, les poils hérissés, mécontent. Super entrée. Elle n’aurait pu faire mieux. Honteuse et sonnée, elle se releva en regardant ses pieds, sans vraiment entendre si ses camarades riaient ou non. Elle retourna vers la porte, attrapa sa valise et la hissa dans l’emplacement prévu. Puis, elle posa son sac à dos à ses pieds, et prit Bobby sur ses genoux. Le rouge de ses joues commençait à partir, elle se sentait capable de prononcer des excuses, notamment à celle qu’elle avait bousculée.

_ Je suis désolée… ça va, je ne t’ai pas fait mal ?


Ses genoux étaient rouge vifs et sa tête lui faisait horriblement mal. Comment pouvait-elle être si maladroite ?

Se souvenant qu’elle allait devoir passer le trajet entier en compagnie de ses gens, Asteria leur sourit et se présenta, peut-être pour essayer de leur faire oublier son entrée fracassante. Puis, trop intimidée pour oser se lever et sortir son bouquin, elle attendit, caressant nerveusement Bobby.
Saturnine Berkeley
Saturnine Berkeley
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Saturnine Berkeley, le  Mar 16 Jan 2018, 10:32

comme votre rp semble abandonné depuis 4 mois, je pique le sujet, mp si souci !


Le commencement
avec Shela Diggle

Entrée dans l'un des compartiments du wagon immobile, la petite blonde lâcha un souffle. Elle crut que la journée sur le Chemin de Traverse fut éreintante, mais elle n'avait pas imaginé ce qui suivait. Quinze minutes à courir en tout sens à travers la gare de King's Cross, avec ses bagages qui la dépassaient en taille. Passage à travers le mur éprouvant, car bien qu'elle eut vu d'autres sorciers et familles le faire, cela s'apparentait à de la folie. Elle ferma les yeux, serra des dents, mais passa, à la suite d'Hector qui n'avait pu résister à foncer droit dessus pour faire comme les grands. Cette fois-ci, deux nourrices étaient de mise, comme une petite escorte : il ne fallait pas risquer de le perdre des yeux, sans quoi on le retrouverait sans doute à Poudlard lui aussi. Elle avait dit au revoir à l'escorte, tirant la langue au dernier.

Et désormais, elle pouvait respirer, aussi bien que ses poumons comprimés dans sa cage thoracique le lui permettaient. Les premières minutes, elle eut le souffle très court. Il fallut que le train se mette en route, et que d'un signe de la main elle regrette d'y être montée, pour que cela se calme. Elle songea à ses amies, qu'elle était censée suivre au collège. Elle ne leur avait même pas dit au revoir. Comment aurait-elle pu leur expliquer ? Elle en eut parlé à ses parents, qui furent formels :
« Nous dirons que nous t'avons envoyée dans un pensionnat prestigieux. »
« Mais, Père, personne ne va y croire ! »
« Si, ma petite, tout le monde y croira. Nous sommes tordus, je te le rappelle. »
« Tordus ? »
Elle avait du mal à comprendre en quoi le voisinage, aussi réduit fut-il dans ce coin là de l'Angleterre, pensait que la famille de Berkeley était tordue. Un prénom n'était qu'une étiquette, un moyen de se reconnaître ; il n'y avait pas à en faire toute une histoire. Et puis, Saturnine, c'était joli. Plus joli que les Lolas et Amelias de son école. Au moins, partout où elle allait, elle était la seule à porter cette étiquette-là. Et, par dessus tout, c'était une part d'Oscar en elle.

Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua qu'après cinq minutes qu'un autre individu se trouvait assise en face d'elle. Elle était blonde, comme elle. Elle semblait beaucoup lui ressembler, mais était plus âgée. Saturnine se surprit à la dévisager, plus longtemps que la politesse ne l'aurait souhaitée. Parfois, elle tournait le regard vers l'horizon derrière la fenêtre, mais tel un aimant, il revenait de force se coller sur son semblable. Alors, au bout d'un moment, elle ne prit plus la peine de détourner le regard. D'un air inquisiteur et d'une curiosité peut-être mal placée, elle ouvrait la bouche en petit o, alors qu'elle analysait la façon dont une sorcière se comportait.
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Shela Diggle, le  Mar 16 Jan 2018, 18:02

- Oui, maman. Ça ira. Et le sourire presque désolé, à mi chemin entre l'affection et l'amertume, cette douleur de ne pas suffire à l'ambition d'un parent aimé, apparemment c'est cela, dans ses paroles, le doute, dans mon sourire, la résignation. Dernière année à l'école et le reste semble clos, terni par l'absence de désir pour quoi que ce soit. Il n'est question ici d'aucune hésitation, d'ignorance; il y a au contraire la croyance très ferme de n'avoir envie de rien, de ne pouvoir réussir si l'on voit en réussir le sens que l'on lui donne généralement, à savoir boulot revenu droiture, éclat et talent, bonheur bonheur. Peine dans l'étreinte, un mot au sujet des hiboux, je n'écris jamais assez, c'est que, ne savoir raconter à autrui. Non loin de là reconnaître un apprécié personnage, plonger dans la foule, perdre la sœur, ne pas avoir à grimper dans le même wagon qu'elle. L'ami est alibi, le saluer à peine, un regard derrière l'épaule, maman doit avoir les yeux sur la jeune et il n'attrape pas ma trajectoire; aussitôt sauter dans le train.
Tumultes, bien du monde s'est déjà installé, jovialité dansante, la valise est trop immense et se souvenir, cette année avoir les cheveux courts, coupés sans grâce, ils commencent à tomber sur les côtés. Avoir goûté à la mer, cet été

Un grognement geignard signifie le mécontentement grandissant du fauve dans son panier, fâché du traitement qu'il reçoit, chahuté par les sauts parfois brusques que fait la valise traînée par deux bras fort peu contents de cette difficulté. Siffler un coup dans une tentative de le faire taire, trouver par miracle un compartiment encore vide - il ne le restera pas. Aucun ne le reste jamais, il semble, tant la gare vomit de monde, mais avoir ainsi quelques instants seule, afin de ne rompre la paix de personne. Il est en effet tâche ardue et entrecoupée de jurons que l'arrimage des bagages dans l'espace prévu à cet effet. Une année, avoir tenté de soulever le tout par magie : la valise, refusant de coopérer et de se glisser de façon horizontale, avait fini par s'ouvrir sur deux élèves assis en-dessous. Aussi s'y prendre à la façon moldue, deux mains, absence de force, jurons.
Batailler quelques minutes et finissant par laisser sur un siège le panier d'un chat monstrueusement énervé, s'affaler en soupirant, heureuse d'avoir pu terminer cette tâche loin de tout public. Dans le couloir des bousculades, les futurs occupants importent peu, ne pas être difficile. Par la fenêtre, des marées de parents et familles, jouer à où est maman ?, se lasser, sauter sur les chapeaux les crinières les sourires, les gares habituellement entraînent le mouvement, ici il n'y a qu'un départ et assez de monde pour neuf ou treize directions différentes. Le train part. L'au-dehors se tait bientôt, le monde défile. Une enfant entre et s'assoie, lui donner un regard, blonde, jeune, silencieuse, de bonne compagnie pour un long voyage, retourner à la fenêtre. Déjà l'on courre à grande vitesse et perdre goût au vert, glisser son regard vers la petite, croiser le sien, disparaître. Sentir, malgré tout, sa présence sur mes traits, passer une et deux fois encore, elle ne me quitte des yeux. Aucunement. Passer une ultime fois pour vérifier ce fait et apprendre que désormais sa bouche est déformée par... l'étonnement ou quelque chose de ce genre, perplexe cligner des yeux, pencher la tête, un peu. Compter un, deux, quatorze secondes c'est bien trop, personne ne fixe quelqu'un aussi longtemps sans qu'il n'y ait un motif à cela. Plisser les yeux, elle est bizarre, tu vas bien ? parce qu'elle n'en a pas franchement l'air.
Contenu sponsorisé

Dans les compartiments du Poudlard Express - Page 20 Empty
Re: Dans les compartiments du Poudlard Express
Contenu sponsorisé, le  

Page 20 sur 21

 Dans les compartiments du Poudlard Express

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.