AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac
Page 19 sur 19
Escapade nocturne
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
Elhiya Ellis
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Lun 09 Oct 2017, 06:54



Look up and get lost



[Pas de réponse depuis un mois et demi, on squatte :kiss:]
Pv Galway
Et désolée d'avoir été aussi longue à poster ^^'



Quelques bruits de pas empressés, quelques claquements de talons au sol en amont, faisaient mourir l’effleurement de lèvres de deux adolescents logés dans la pénombre et la discrétion. Les faibles lueurs vacillantes des flammes trop courtes les rappelaient vaguement à l’ordre. Perdue dans leur propre monde, le couvre-feu avait toujours des allures de mesquines punitions. Une cruelle injustice pour des cœurs d’enfants qui se séparaient douloureusement. Se mêlant aux ombres, cape de sorciers frôlant le sol en un léger bruissement, une élève laissait son regard se perdre sur les quelques vitraux filtrant le manteau de velours qui enveloppait l’école.

La nuit noire, exhausteur de pensées diverses et variées, alliée de toujours empreinte d’une quiétude délectable. Période salutaire ou les cris devenaient murmures, ou les paroles devenaient chuchotis, ou les gestes s’exprimaient sans fioritures des palabres agaçantes. Une lueur blafarde filtrait péniblement, suivant ses pas dans les cachots, la lune s’était postée, haute, ronde, orgueilleuse au-dessus du château. Appel silencieux à le rejoindre, à se perdre dans ses nuances nacrées, à laisser son esprit divaguer devant sa beauté froide et sa présence silencieuse. Une écharpe enroulée à triple tour, des moufles de laines, un baiser sur le front de sa douce Eurydice, et la blondinette avait visé sa capuche sur sa tête, quittant les appartements de Serpentard tout juste regagné.

Quelques mèches dorées s’échappaient sous la brise d’automne, virevoltant doucement devant ses yeux. La danse des reflets argentés permettait à l’air glacé de s’engouffrer sous l’étoffe, lui arrachant un léger frisson. Forçant ses mains à s’enfoncer plus profondément dans sa cape de sorcier, lui prodiguant qu’un faible réconfort. Mais ses pas, décidés, foulaient l’herbe humide, discrets, muets, glissant à l’insu des âmes nocturnes du château. Ombre d’enfant désirant être oubliée, silhouette noire perdue dans les vestiges d’une nuit sombre. Tout ce qu’elle voulait, était se recentrer, fuir les pollutions sonores de ses comparses, oublier les idées contraires qui prenaient possession de son être en compagnie de ces âmes précieuses. Être seule en tête à tête avec les astres de nuit, comme avant, quand son égoïsme du jeune âge avait su créer une belle carapace de verre au tour d’elle, lui octroyant mépris, dénigrement et dédain pour la vie d’autrui. Juste se complaire dans ces moments de vide, esseulée, ou plus rien n’existait. Juste oublier le semblant de tourbillon qui s’emparait d’elle. Vicieuse adolescence, troublante, perturbante…. Exaspérante.

Grandir… laisser ses travers de petite fille, ne plus se soucier que de soit même, frémir à la vue de goutte de sang déversé par un être chèr, trembler pendant l’absence d’un autre, restreindre ses élans protectionnistes quand une autre chutait, continuer à tendre la main, les bras, l’épaules à chacun de leurs pleurs. Tout, absolument tout ce qu’elle avait toujours cherché à éviter lui était renvoyé subitement dessus, détruisant sa belle assurance et son semblant de force de caractère d’un revers de sourire. Inconcevable idée de s’être autant laissée atteindre. Désagréable réalité à laquelle faire face devenait compliqué. Le costume de petit serpent s’était décomposé peu à peu, la laissant nue, fragile, voguant au grès des tumultes, impuissante….

Au loin, mille scintillements se dévoilèrent à ses opales ternies, ourlant ses lèvres en un léger sourire Bien sûr, encore une fois, ses pas, l’avaient guidée au bord du lac. Où aurait-elle pu trouver refuge ailleurs ?  Sur la rambarde de la tour d’astronomie ? En jouant les équilibristes pour qu’un intrus n’en vienne à lui rappeler la dangerosité de la chose, la toisant avec mépris ou inquiétude ? Non…  Il n’y avait qu’un seul endroit ou le silence faisait loi. Imposant sa présence à chacun, sermonnant durement chaque réfractaire par une brise glaciale… Le lac, complice de la voute stellaire qu’il renvoyait en une image ondulante et apaisante. La voute stellaire semblait infinie en ce reflet sans fin.  Doux miroir calme, aux clapotis apaisants, havre de paix, refuge délectable auprès duquel elle s’installa une fois de plus.

Le gazon frais sous ses mains, confortait son désir d’exil. Par ce temps, peu étaient les courageux qui viendraient profiter de la vue. Et, allongée, les bras derrière la tête, ses prunelles azures se fondirent dans les nuances le nuit. Scrutant chacune des étoiles qui s’offraient à elle, généreuses et froides. Spectacle sinistres de millions de bout de cailloux en train de se consumer à des milliers de kilomètre. Ironie amère poussant les rêveurs à se délecter de la fusion d’une matière qui avait peut-être autre fois porté la vie. Douce hypocrisie qui érigeait ce monde depuis des siècles... un soupire douloureux s’était échappé de ses lèvres, formant un léger nuage brumeux alors que son esprit divaguait doucement vers la mort d’une étoile, magnifiant sa chute dans le creux de sa main levée vers le ciel.

Sa manche de veste glissant légèrement, dénudant son poignet, l’offrait à la fraicheur de la soirée, libérant son pendentif en argent. La petite lune et son diamant pendouillaient dans le vide, répondant à la lumière blafarde du réel astre de nuit, attirant le regard galvaudé de la jeune fille. Ce bijou, cette relique familiale symbole d’un lien trop présent avec son cousin, avait su trouver naturellement sa place au près d’elle. Incapable de le retirer, malgré ce qu’il représentait, malgré les horreurs qu’il avait dû voir. Il faisait partie d’elle, comme ce bagage familial qu’elle commençait à ne plus dénigrer.

Il brillait auprès de sa main, portant en lui, une vielle promesse qu’elle n’avait commencé à comprendre que récemment, la troublant d’autant plus. Le monde ne tournait pas au tour d’eux, pauvres êtres humains... Eux, ils ne faisaient que se l’accaparer temporairement, tachant de le modeler selon leur vision étriquée, oubliant qu’ils n’étaient rien que de minuscule poussières d’étoiles tombées sur terre….

*Forever and always*

Les mots, découlant de cette petite lune argentée, raisonnaient dans son esprit inlassablement. Terrifiants et apaisants à la fois. Risible incohérence… Encore… Rien n’était blanc ou noir… Il fallait toujours composer avec des sentiments contraires, les laisser s’entretuer lentement, laissant un plus fort que l’autre prendre le dessus. Comme ces 3 petits mots…   Ils avaient tellement de sens possibles, ils portaient en eux, l’infinie dévotion et la constante chute des étoiles éphémères, l’image d’un effondrement sans fin, comme d’une chaine aux maillons imbrisables… dérives de l’esprit et d’un cœur douloureux qui ignorait à quoi s’attendre, aveuglé par trop de bêtises enfantines...

Ses doigts écartés vers le ciel dansaient doucement au milieu des étoiles, faisant danser sa petite lune argentée au milieu de ce tableau qui la berçait d’un semblant de quiétude. Sourde au reste de son environnement...
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade nocturne

Message par : Galway Lynch, Jeu 12 Oct 2017, 13:10


1811 : Après une première tentative échouée quelques siècles auparavant, les sorciers parvinrent à réunir l’ensemble des représentants des créatures magiques autours d’une même table pour établir une classification. A cette occasion, alors qu’ils étaient prêt à accorder le statut d’être aux centaures, ces derniers le refusèrent, ne voulant pas le partager avec les vampires et les harpies, entre autres. Il obtinrent finalement le statut d’animaux.

1921 : Après plusieurs années de recherches, une jeune sorcière du nom de Perpetua Fancourt inventa le lunascope. Cet objet permettant de scruter les mouvements de la lune sans avoir à les cartographier fut à l’origine de nombreuses avancées en astronomie tout au long du 20ème siècle. D’autres objets plus performant, permettant d’observer le mouvement d’autres astres, lui succédèrent.


Galway avait la tête pleine de dates et d’événements en tout genre. Il avait toujours eu des facilités en Histoire de la Magie depuis sa première année. En effet à cette époque il avait beaucoup de mal dans la pratique de la magie, dû à différents blocages qu’il avait résolu depuis. Et l’histoire de la magie, une matière exclusivement théorique, était l’une des seules ou il pouvait s’illustrer, avec l’astronomie quand il ne s’agissait pas de dessiner des cartes. Malgré tout le programme des BUSE était plutôt impressionnant, et il ne fallait pas négliger les révisions dans cette matière.

La nuit était plutôt froide et n’incitait pas les élèves à braver le couvre-feu pour sortir dehors, ses rondes dans le parc étaient donc plutôt tranquilles ces derniers temps. Il avait parcouru la lisière de la forêt interdite, fait plusieurs fois le tour du terrain de Quidditch, exploré la volière et salué le garde-chasse dans sa cabane, puis il avait entreprit le tour du lac et s’apprêtait à rejoindre la relative chaleur de sa salle commune par un passage secret qui menait directement aux cachots.

Aucune perturbation n’était venue interrompre ses révisions d’histoire de la magie et il s’en félicitait. Jusqu’à ce qu’il aperçoivent une ombre étendue au sol. Une branche d’arbre arraché ? Non, c’était une silhouette humaine. Blessée ? Il pressa le pas. La silhouette avait les mains sous la tête, c’était moins la posture d’une personne blessée que d’une personne qui se reposait, et en s’approchant encore un peu il reconnut Elhiya, une élève de sa maison qu’il ne connaissait pas très bien en dehors de quelques cours partagés, comme le dernier cours d’histoire de la magie.

Il ne savait pas trop quoi penser d’elle, elle avait fait partie de ceux qui avaient perturbé ce dernier cours, faisant perdre quelques points à leur maison, mais dans une moindre mesure qu’Azaël, Ulysse ou Artemis. Elle avait semblait simplement s’ennuyer, et était un peu frustrée d’avoir été dans un groupe de travail pas très actif. Et puis ce soir elle avait bravé le couvre-feu.

Mais elle ne semblait pas avoir de mauvaises intentions, elle était simplement à la recherche de calme et de tranquillité. Galway ne comprenait que trop bien le genre de refuge que pouvait apporter le lac de Poudlard, même si lui préférait se perdre dans les profondeurs, tandis qu’elle scrutait le ciel. Et puis elle avait 17 ans, le couvre-feu devait paraître ridicule à cet âge, et elle n’était sans doute pas disposée à écouter les remontrances d’un élève plus jeune qu’elle.

Il décida donc de ne rien dire pour cette fois et se contenta de l’observer. Elle semblait paisible mais s’il l’interrompait son humeur risquait de changer rapidement. Il attendit donc sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Lun 16 Oct 2017, 11:29


Un bruissement sur le côté, ignoré, nul besoin de compagnie nocturne, aussi douce aurait-elle pu être. Quelques feuilles virevoltantes de plus, plus un bruit, plus un son hormis le chant du vent dans les arbres. L’intrus devait être un animal sauvage en pleine chasse, ou balade. Ça n’avait que peu d’importance. Tout était calme et paisible, loin des bruits des couloirs, des chahuts des dortoirs, enfin la quiétude tant espérée. Enfin un instant volé à l’incessant tourbillon de la société. Un léger sourire avait fleuri sur ses lèvres rosées, se délectant du moment alors qu’une ombre ternissait l’éclat de l’astre de nuit qu’elle observait pensivement.

Bien plus grand qu’un félin ou qu’un rongeur en train de se divertir, son attention en fut attiré. Les opales croisèrent celle d’un visage connu, reconnu comme le préfet de sa maison. Couvre-feu, interdit, obligation de rester dans les locaux… Tout autant de mots qu’il aurait pu lui asséner en la trouvant étendue avec désinvolture dans l’herbe fraiche, pourtant, les prunelles du rouquin se contenait de l’observer silencieusement.

Bien que surprise, les réflexes demeuraient toujours les mêmes la nuit : sourire doux et timbre de voix des plus calmes. La blondinette l’avait salué d’un signe de tête en se redressant sur ses coudes.


« Dois-je rentrer dans notre prison sous l’eau, où veux-tu bien profiter de la vue de cette nuit avec moi, petit préfet ? »

La tranquillité et la solitude étaient de ces amies si rares qu’elles perdaient toute saveur si l’irritation ou l’agacement venaient se mêler à elles. Alors, autant partager l’immensité du ciel avec un presque inconnu de sa maison tant qu’il ne l’obligeait pas à se cloitrer dans leurs cachots aux couleurs nauséeuses. D’ici, les murmures du lac étaient plus agréables, plus réels, rien ne les étouffait ou les stoppait. Ses reflets se paraient de milles nuances argentées flamboyantes, bien loin de la pale couleur maladive qu’ils apercevaient depuis leur triste nid de Serpents. Ne pas les quitter de suite aurait été préférable. D’autant plus que la punition d’un retrait de points ne la dissuaderait pas à réitéré la sortie, l’adaptant pour être plus discrète, plus isolée.

D’un dernier regard à son responsable de maison, Elhiya avait soupiré doucement, levant le nez vers le ciel. Des milliers de petites étoiles avaient commencé à se dévoiler, les plus timides attendant le moment opportun pour s’offrir au regard des penseurs nocturnes. Sous peu, elles seraient toutes là, baignant l’enceinte de l’école de leur douce lueur apaisante, inspirante. Elles prenaient la forme qu’on leur confiait, suivant l’œil qu’on leur prêtait. Elles fourniraient quelques jolis mots bien pensés à un écrivain grâce à leur danse éternelle. Ou se retrouveraient couchées sous le frottement d’un fusain sur un support de papier dans les mains tachées d’un artiste, couveraient avec une infime discrétion les pleurs d’un chagrin étouffé au coin d’une fenêtre, nourriraient la passion dévorante d’un couple perdu dans leur beauté, partenaires de toutes les nuits de monde…

Il était trop tôt pour rentrer, trop tôt pour se coucher, trop tôt pour ne pas profiter… D’un geste lent, sa main avait extirpé sa baguette de sa poche. La brindille fixait le ciel à son tour, la propriétaire, glissait le regard sur le jeune homme croisé que quelque fois en cours et lui sourit avant de l’inviter d’un signe de tête à venir


« Laisse ton insigne un instant Galway, il y’a bien mieux en ce moment. #Interstellas »

Le regard azur avait fondu dans la voie lactée, émerveillé, regardant les filaments blancs lier lentement les astres de nuits entre eux. Dessinant les constellations disponibles, se frayant un chemin derrière les quelques nuages, offrant la profondeur complète de leur espace de vie.  Proposer de transgresser les règles à un préfet ne se faisait peut-être pas. Mais Elhiya s’en moquait, elle serait limite aller le tirer par la main pour le forcer à s’assoir et lever le nez pour profiter du spectacle nocturne si elle le connaissait un peu plus. Elle s’abstint, attendant simplement qu’il choisisse qui de la beauté de la nature ou d’un règlement stupide devait prendre le dessus
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Escapade nocturne

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 19 sur 19

 Escapade nocturne

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.