AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac
Page 19 sur 20
Escapade nocturne
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant
Elhiya Ellis
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Lun 9 Oct 2017 - 11:54



Look up and get lost



[Pas de réponse depuis un mois et demi, on squatte :kiss:]
Pv Galway
Et désolée d'avoir été aussi longue à poster ^^'


♫♫♫

Quelques bruits de pas empressés, quelques claquements de talons au sol en amont, faisaient mourir l’effleurement de lèvres de deux adolescents logés dans la pénombre et la discrétion. Les faibles lueurs vacillantes des flammes trop courtes les rappelaient vaguement à l’ordre. Perdue dans leur propre monde, le couvre-feu avait toujours des allures de mesquines punitions. Une cruelle injustice pour des cœurs d’enfants qui se séparaient douloureusement. Se mêlant aux ombres, cape de sorciers frôlant le sol en un léger bruissement, une élève laissait son regard se perdre sur les quelques vitraux filtrant le manteau de velours qui enveloppait l’école.

La nuit noire, exhausteur de pensées diverses et variées, alliée de toujours empreinte d’une quiétude délectable. Période salutaire ou les cris devenaient murmures, ou les paroles devenaient chuchotis, ou les gestes s’exprimaient sans fioritures des palabres agaçantes. Une lueur blafarde filtrait péniblement, suivant ses pas dans les cachots, la lune s’était postée, haute, ronde, orgueilleuse au-dessus du château. Appel silencieux à le rejoindre, à se perdre dans ses nuances nacrées, à laisser son esprit divaguer devant sa beauté froide et sa présence silencieuse. Une écharpe enroulée à triple tour, des moufles de laines, un baiser sur le front de sa douce Eurydice, et la blondinette avait visé sa capuche sur sa tête, quittant les appartements de Serpentard tout juste regagné.

Quelques mèches dorées s’échappaient sous la brise d’automne, virevoltant doucement devant ses yeux. La danse des reflets argentés permettait à l’air glacé de s’engouffrer sous l’étoffe, lui arrachant un léger frisson. Forçant ses mains à s’enfoncer plus profondément dans sa cape de sorcier, lui prodiguant qu’un faible réconfort. Mais ses pas, décidés, foulaient l’herbe humide, discrets, muets, glissant à l’insu des âmes nocturnes du château. Ombre d’enfant désirant être oubliée, silhouette noire perdue dans les vestiges d’une nuit sombre. Tout ce qu’elle voulait, était se recentrer, fuir les pollutions sonores de ses comparses, oublier les idées contraires qui prenaient possession de son être en compagnie de ces âmes précieuses. Être seule en tête à tête avec les astres de nuit, comme avant, quand son égoïsme du jeune âge avait su créer une belle carapace de verre au tour d’elle, lui octroyant mépris, dénigrement et dédain pour la vie d’autrui. Juste se complaire dans ces moments de vide, esseulée, ou plus rien n’existait. Juste oublier le semblant de tourbillon qui s’emparait d’elle. Vicieuse adolescence, troublante, perturbante…. Exaspérante.

Grandir… laisser ses travers de petite fille, ne plus se soucier que de soit même, frémir à la vue de goutte de sang déversé par un être chèr, trembler pendant l’absence d’un autre, restreindre ses élans protectionnistes quand une autre chutait, continuer à tendre la main, les bras, l’épaules à chacun de leurs pleurs. Tout, absolument tout ce qu’elle avait toujours cherché à éviter lui était renvoyé subitement dessus, détruisant sa belle assurance et son semblant de force de caractère d’un revers de sourire. Inconcevable idée de s’être autant laissée atteindre. Désagréable réalité à laquelle faire face devenait compliqué. Le costume de petit serpent s’était décomposé peu à peu, la laissant nue, fragile, voguant au grès des tumultes, impuissante….

Au loin, mille scintillements se dévoilèrent à ses opales ternies, ourlant ses lèvres en un léger sourire Bien sûr, encore une fois, ses pas, l’avaient guidée au bord du lac. Où aurait-elle pu trouver refuge ailleurs ?  Sur la rambarde de la tour d’astronomie ? En jouant les équilibristes pour qu’un intrus n’en vienne à lui rappeler la dangerosité de la chose, la toisant avec mépris ou inquiétude ? Non…  Il n’y avait qu’un seul endroit ou le silence faisait loi. Imposant sa présence à chacun, sermonnant durement chaque réfractaire par une brise glaciale… Le lac, complice de la voute stellaire qu’il renvoyait en une image ondulante et apaisante. La voute stellaire semblait infinie en ce reflet sans fin.  Doux miroir calme, aux clapotis apaisants, havre de paix, refuge délectable auprès duquel elle s’installa une fois de plus.

Le gazon frais sous ses mains, confortait son désir d’exil. Par ce temps, peu étaient les courageux qui viendraient profiter de la vue. Et, allongée, les bras derrière la tête, ses prunelles azures se fondirent dans les nuances le nuit. Scrutant chacune des étoiles qui s’offraient à elle, généreuses et froides. Spectacle sinistres de millions de bout de cailloux en train de se consumer à des milliers de kilomètre. Ironie amère poussant les rêveurs à se délecter de la fusion d’une matière qui avait peut-être autre fois porté la vie. Douce hypocrisie qui érigeait ce monde depuis des siècles... un soupire douloureux s’était échappé de ses lèvres, formant un léger nuage brumeux alors que son esprit divaguait doucement vers la mort d’une étoile, magnifiant sa chute dans le creux de sa main levée vers le ciel.

Sa manche de veste glissant légèrement, dénudant son poignet, l’offrait à la fraicheur de la soirée, libérant son pendentif en argent. La petite lune et son diamant pendouillaient dans le vide, répondant à la lumière blafarde du réel astre de nuit, attirant le regard galvaudé de la jeune fille. Ce bijou, cette relique familiale symbole d’un lien trop présent avec son cousin, avait su trouver naturellement sa place au près d’elle. Incapable de le retirer, malgré ce qu’il représentait, malgré les horreurs qu’il avait dû voir. Il faisait partie d’elle, comme ce bagage familial qu’elle commençait à ne plus dénigrer.

Il brillait auprès de sa main, portant en lui, une vielle promesse qu’elle n’avait commencé à comprendre que récemment, la troublant d’autant plus. Le monde ne tournait pas au tour d’eux, pauvres êtres humains... Eux, ils ne faisaient que se l’accaparer temporairement, tachant de le modeler selon leur vision étriquée, oubliant qu’ils n’étaient rien que de minuscule poussières d’étoiles tombées sur terre….

*Forever and always*

Les mots, découlant de cette petite lune argentée, raisonnaient dans son esprit inlassablement. Terrifiants et apaisants à la fois. Risible incohérence… Encore… Rien n’était blanc ou noir… Il fallait toujours composer avec des sentiments contraires, les laisser s’entretuer lentement, laissant un plus fort que l’autre prendre le dessus. Comme ces 3 petits mots…   Ils avaient tellement de sens possibles, ils portaient en eux, l’infinie dévotion et la constante chute des étoiles éphémères, l’image d’un effondrement sans fin, comme d’une chaine aux maillons imbrisables… dérives de l’esprit et d’un cœur douloureux qui ignorait à quoi s’attendre, aveuglé par trop de bêtises enfantines...

Ses doigts écartés vers le ciel dansaient doucement au milieu des étoiles, faisant danser sa petite lune argentée au milieu de ce tableau qui la berçait d’un semblant de quiétude. Sourde au reste de son environnement...
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade nocturne

Message par : Galway Lynch, Jeu 12 Oct 2017 - 18:10


1811 : Après une première tentative échouée quelques siècles auparavant, les sorciers parvinrent à réunir l’ensemble des représentants des créatures magiques autours d’une même table pour établir une classification. A cette occasion, alors qu’ils étaient prêt à accorder le statut d’être aux centaures, ces derniers le refusèrent, ne voulant pas le partager avec les vampires et les harpies, entre autres. Il obtinrent finalement le statut d’animaux.

1921 : Après plusieurs années de recherches, une jeune sorcière du nom de Perpetua Fancourt inventa le lunascope. Cet objet permettant de scruter les mouvements de la lune sans avoir à les cartographier fut à l’origine de nombreuses avancées en astronomie tout au long du 20ème siècle. D’autres objets plus performant, permettant d’observer le mouvement d’autres astres, lui succédèrent.


Galway avait la tête pleine de dates et d’événements en tout genre. Il avait toujours eu des facilités en Histoire de la Magie depuis sa première année. En effet à cette époque il avait beaucoup de mal dans la pratique de la magie, dû à différents blocages qu’il avait résolu depuis. Et l’histoire de la magie, une matière exclusivement théorique, était l’une des seules ou il pouvait s’illustrer, avec l’astronomie quand il ne s’agissait pas de dessiner des cartes. Malgré tout le programme des BUSE était plutôt impressionnant, et il ne fallait pas négliger les révisions dans cette matière.

La nuit était plutôt froide et n’incitait pas les élèves à braver le couvre-feu pour sortir dehors, ses rondes dans le parc étaient donc plutôt tranquilles ces derniers temps. Il avait parcouru la lisière de la forêt interdite, fait plusieurs fois le tour du terrain de Quidditch, exploré la volière et salué le garde-chasse dans sa cabane, puis il avait entreprit le tour du lac et s’apprêtait à rejoindre la relative chaleur de sa salle commune par un passage secret qui menait directement aux cachots.

Aucune perturbation n’était venue interrompre ses révisions d’histoire de la magie et il s’en félicitait. Jusqu’à ce qu’il aperçoivent une ombre étendue au sol. Une branche d’arbre arraché ? Non, c’était une silhouette humaine. Blessée ? Il pressa le pas. La silhouette avait les mains sous la tête, c’était moins la posture d’une personne blessée que d’une personne qui se reposait, et en s’approchant encore un peu il reconnut Elhiya, une élève de sa maison qu’il ne connaissait pas très bien en dehors de quelques cours partagés, comme le dernier cours d’histoire de la magie.

Il ne savait pas trop quoi penser d’elle, elle avait fait partie de ceux qui avaient perturbé ce dernier cours, faisant perdre quelques points à leur maison, mais dans une moindre mesure qu’Azaël, Ulysse ou Artemis. Elle avait semblait simplement s’ennuyer, et était un peu frustrée d’avoir été dans un groupe de travail pas très actif. Et puis ce soir elle avait bravé le couvre-feu.

Mais elle ne semblait pas avoir de mauvaises intentions, elle était simplement à la recherche de calme et de tranquillité. Galway ne comprenait que trop bien le genre de refuge que pouvait apporter le lac de Poudlard, même si lui préférait se perdre dans les profondeurs, tandis qu’elle scrutait le ciel. Et puis elle avait 17 ans, le couvre-feu devait paraître ridicule à cet âge, et elle n’était sans doute pas disposée à écouter les remontrances d’un élève plus jeune qu’elle.

Il décida donc de ne rien dire pour cette fois et se contenta de l’observer. Elle semblait paisible mais s’il l’interrompait son humeur risquait de changer rapidement. Il attendit donc sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Lun 16 Oct 2017 - 16:29



Look up and get lost




Pv Galway
'

♫♫♫

Un bruissement sur le côté, ignoré, nul besoin de compagnie nocturne, aussi douce aurait-elle pu être. Quelques feuilles virevoltantes de plus, plus un bruit, plus un son hormis le chant du vent dans les arbres. L’intrus devait être un animal sauvage en pleine chasse, ou balade. Ça n’avait que peu d’importance. Tout était calme et paisible, loin des bruits des couloirs, des chahuts des dortoirs, enfin la quiétude tant espérée. Enfin un instant volé à l’incessant tourbillon de la société. Un léger sourire avait fleuri sur ses lèvres rosées, se délectant du moment alors qu’une ombre ternissait l’éclat de l’astre de nuit qu’elle observait pensivement.

Bien plus grand qu’un félin ou qu’un rongeur en train de se divertir, son attention en fut attiré. Les opales croisèrent celle d’un visage connu, reconnu comme le préfet de sa maison. Couvre-feu, interdit, obligation de rester dans les locaux… Tout autant de mots qu’il aurait pu lui asséner en la trouvant étendue avec désinvolture dans l’herbe fraiche, pourtant, les prunelles du rouquin se contenait de l’observer silencieusement.

Bien que surprise, les réflexes demeuraient toujours les mêmes la nuit : sourire doux et timbre de voix des plus calmes. La blondinette l’avait salué d’un signe de tête en se redressant sur ses coudes.


« Dois-je rentrer dans notre prison sous l’eau, où veux-tu bien profiter de la vue de cette nuit avec moi, petit préfet ? »

La tranquillité et la solitude étaient de ces amies si rares qu’elles perdaient toute saveur si l’irritation ou l’agacement venaient se mêler à elles. Alors, autant partager l’immensité du ciel avec un presque inconnu de sa maison tant qu’il ne l’obligeait pas à se cloitrer dans leurs cachots aux couleurs nauséeuses. D’ici, les murmures du lac étaient plus agréables, plus réels, rien ne les étouffait ou les stoppait. Ses reflets se paraient de milles nuances argentées flamboyantes, bien loin de la pale couleur maladive qu’ils apercevaient depuis leur triste nid de Serpents. Ne pas les quitter de suite aurait été préférable. D’autant plus que la punition d’un retrait de points ne la dissuaderait pas à réitéré la sortie, l’adaptant pour être plus discrète, plus isolée.

D’un dernier regard à son responsable de maison, Elhiya avait soupiré doucement, levant le nez vers le ciel. Des milliers de petites étoiles avaient commencé à se dévoiler, les plus timides attendant le moment opportun pour s’offrir au regard des penseurs nocturnes. Sous peu, elles seraient toutes là, baignant l’enceinte de l’école de leur douce lueur apaisante, inspirante. Elles prenaient la forme qu’on leur confiait, suivant l’œil qu’on leur prêtait. Elles fourniraient quelques jolis mots bien pensés à un écrivain grâce à leur danse éternelle. Ou se retrouveraient couchées sous le frottement d’un fusain sur un support de papier dans les mains tachées d’un artiste, couveraient avec une infime discrétion les pleurs d’un chagrin étouffé au coin d’une fenêtre, nourriraient la passion dévorante d’un couple perdu dans leur beauté, partenaires de toutes les nuits de monde…

Il était trop tôt pour rentrer, trop tôt pour se coucher, trop tôt pour ne pas profiter… D’un geste lent, sa main avait extirpé sa baguette de sa poche. La brindille fixait le ciel à son tour, la propriétaire, glissait le regard sur le jeune homme croisé que quelque fois en cours et lui sourit avant de l’inviter d’un signe de tête à venir


« Laisse ton insigne un instant Galway, il y’a bien mieux en ce moment. #Interstellas »

Le regard azur avait fondu dans la voie lactée, émerveillé, regardant les filaments blancs lier lentement les astres de nuits entre eux. Dessinant les constellations disponibles, se frayant un chemin derrière les quelques nuages, offrant la profondeur complète de leur espace de vie.  Proposer de transgresser les règles à un préfet ne se faisait peut-être pas. Mais Elhiya s’en moquait, elle serait limite aller le tirer par la main pour le forcer à s’assoir et lever le nez pour profiter du spectacle nocturne si elle le connaissait un peu plus. Elle s’abstint, attendant simplement qu’il choisisse qui de la beauté de la nature ou d’un règlement stupide devait prendre le dessus


Dernière édition par Elhiya Ellis le Lun 20 Nov 2017 - 11:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade nocturne

Message par : Galway Lynch, Lun 13 Nov 2017 - 11:53


L’élève de dernière année s’adressa finalement à lui, et il trouvait l’expression « petit préfet » légèrement condescendante, certes elle était plus âgée que lui, mais ce n’était pas nécessaire de le lui rappeler de cette manière. Malgré tout, son comportement n’était pas hostile, elle semblait même lui lancer une invitation. Elle avait sans doute l’intention d’observer les étoiles, Galway ne lui connaissait pas ce coté rêveur, perdu dans l’immensité de la voûte céleste. Ce n’étais pas un trait de caractère très commun chez les membres de leur maison, pourtant elle semblait le partager avec lui.

Sa demande l’avait surpris, il avait donc mis un peu de temps à réagir, mais lorsqu’elle renouvela son invitation, lui proposant de mettre de coté ses activités de préfet, il se décida à la rejoindre et s’installa à coté d’elle. Elle avait lancé un sortilège qu’il ne connaissait pas, mais lorsqu’il s’allongea de tout son long, il vit. Et un immense sentiment de nostalgie l’envahit.

Son rapport particulier aux étoiles remontait à sa plus tendre enfance, quand ses parents l’emmenaient sa sœur et lui sur une colline lors de nuits étoilées comme celle-ci. Ils leur apprenaient les étoiles en leur contant les différents mythes de la mythologie grecque, dans une version édulcorée, pas de malédiction des Atrides pour eux, plutôt l’histoire d’Andromède et de Persée, de Mérope et d’Orion, parmi d’autres.

Puis, à sept ans, alors que tous les enfants de son âge commençaient à développer un esprit critique suffisamment élevé pour mettre en doute ce genre d’histoire, le surnaturel l’avait frappé en pleine face, causant des dégâts considérables dans sa vie et celle de sa famille. Il s’était réfugié dans la littérature de l’imaginaire pour essayer de comprendre, avant de recevoir sa lettre pour Poudlard. Là-bas, il avait finalement découvert entre autres choses que les centaures existaient réellement, il se souviendrait probablement toute sa vie de sa rencontre avec Aldian, lors du cours de soin aux créatures magiques en première année.

Tout ce qui pouvait lui rappeler cette période insouciante de sa vie, celle d'avant l’incident, le rendait très nostalgique. La colline aux étoiles, les histoires fantastiques, le chocolat chaud en rentrant, et plus globalement les relations qu’il avait avec sa famille, qui n’ont plus jamais été les mêmes depuis, malgré d'importantes améliorations ces derniers temps, notamment depuis les gros progrès effectués par sa sœur dans sa quête pour remarcher normalement.

-Merci pour ça, je ne connaissait pas ce sortilège, ça pourrait être utile pour le cours d’astronomie.

Après avoir maintenu le sortilège qui permettait de former les constellations et d’afficher le nom des étoiles visibles dans le ciel pendant plusieurs minutes, Elhiya avait abaissé sa baguette. Galway avait continué à regarder le ciel pendant quelques dizaines de secondes avant de briser le silence avec une phrase un peu bateau, sa voix était légèrement brisée.

Il avait l’impression qu’elle avait partagé un moment personnel avec lui, une partie de son jardin secret, et il ressentait le besoin d’en faire autant. Mais sans trop se dévoiler, déjà parce qu’il était probable que sa vie n’intéressait pas vraiment sa camarade, mais aussi parce qu’il était d’une nature prudente, peu enclin à se dévoiler aux personnes qui ne faisaient pas partie de son cercle d’amis le plus proche.

-Mes parents sont des moldus, et ils ne sont pas très fan de magie. En revanche ils adorent les étoiles, ils avaient une brillante carrière dans l’ingénierie spatiale avant de… changer de voie. Et si je devais utiliser un sortilège pour leur montrer qu’une baguette magique n’est pas qu’un instrument dangereux, ce serait sans doute celui-là. Et toi ? Qu'est-ce qui te fascine dans les étoiles ?
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Lun 20 Nov 2017 - 11:11



Look up and get lost




Pv Galway
Dsl pour le retard'

♫♫♫


Sous le regard de la lune blafarde et de la chute lente des étoiles, le petit roux avait jugé que le spectacle valait la peine de faire une entorse au règlement, nourrissant un léger sourire aux creux des lèvres de la propriétaire de la baguette levée. D’un simple mouvement de tête, les mèches blondes avait accueilli silencieusement sa présence devenue désormais acceptable. Pas de punition, pas de palabre, juste la perdition onirique des pensées personnelles face à l’immensité d’un ciel qui s’offrait à eux une nuit de plus. Sans nuage, sans rien pour perturber le tableau qui se dessinait sous leurs yeux, les constellations prenaient forme délicatement, dévoilant leurs noms et leur histoires chimériques.

Quelques mots échappés sur l’utilité du sortilège utilité, un petit sourire amusé pour seule réponse. Ce garçon était bien trop sérieux même s’il avait raison. Les cours prendraient une autre dimension sous ces filaments d’argent, ils pourraient même intéresser les récalcitrants à cette matière, pour peu qu’ils apprenaient à lever le nez. Mais avoir fui le château pour se perdre dans l’humidité de l’herbe aurait dû rappeler au jeune homme, que la salle de classe avait été oubliée volontairement au profit d’une nature généreuse et patiente. Loin des chahuts et bavardages des autres étudiants. Alors, il ne restait qu’une chose à faire : se taire quelques instants, lui laisser le temps de profiter du moment, qu’il laisse ses pensées se fondre dans ce tableau aux milles lucioles stellaires.

Un simple coup d’œil dans la prunelle de leur vie suffisait à rappeler à tout un chacun qu’ils n’étaient rien d’important, rien d’éternel. De simples vagabonds éphémères, hypnotisés par la féérie se jouant au-dessus de leur tête inlassablement. De simples enfants aux tourments illusoires. Quelqu’un prenait il la peine de pleurer sur la mort d’un astre de nuit, ou cette disparition se faisait-elle en toute discrétion, loin des tumultes stupides se déroulant sur la terre, loin de toute cette mascarade ? Les êtres humains devraient s’en inspirer un peu plus, oublier les lois stupides et les combats idiots qu’ils érigeaient pour apprendre à regarder au-delà de leur petite personne, au-delà de leur caprice, au-delà de leur capacité à détruire tout ce qu’ils possédaient. Utopie dérisoire. Rêve de gamine qui ne verrait jamais le jour…

Conclusion trop triste, et douloureuse, coupable de vague à l’âme régulier et persistant. Pourtant, l’esprit de la blonde appréciait ces instants de pause où plus rien n’existait. Le silence autour d’elle, ne faisait que confirmer que son préfet en était capable également. Agréable surprise.

Brindille abaissée, noms des astres fanés, ne restait plus que le manteau de nuit habituel baignant le château de ses lueurs timides, captivant toujours autant les âmes des rêveurs. Ramenant les genoux contre sa poitrine, Elhiya posait son menton dessus et s’abandonnait à quelques perditions supplémentaires. C’était si calme et si reposant, malgré le froid engourdissant progressivement le bout de ses doigts, elle ne connaissait pas meilleur apaisement. Même la voix du jeune homme à côté d’elle, zébrant la quiétude du moment de quelques mots lui semblait appropriée. Il s’ouvrait, se dévoilait alors qu’elle n’était qu’une inconnue, un simple nom sur son listing d’élève à surveiller et pourtant…

Dévoiler ses origines. Celles qui n’avaient aucune importance sous les astres de nuit, celles qui lui arrachèrent un sourire attendrit, celle qui devaient faire de lui la cible de quelques brimades non justifiées. Puis des liens de familles compliqués dévoilés, des badges douloureux trainés derrière lui. Peut-être avait il grimassé, ou son regard s’était peut-être terni, mais la blonde ne vérifia pas, le regard noyé sur une étoile mourant sous leur œil. Fin silencieuse, parant d’une trainée lumineuse une dernière fois le ciel   comme s’il fallait accompagner le semblant d’espoir du rouquin . Construire sous une idée magique et féérique une nouvelle vision du monde, plus enchanteresse, plus douce. L’éventualité était agréable à entendre, l’expectative également.

Ses opales azurs avaient finies par glisser un petit instant sur son interlocuteur, le remerciant silencieusement de se livrer ainsi. L’attention était touchante, et la blonde un peu trop adepte du silence pour ne pas être apte à rendre tout à fait la pareil. Elle s’était à nouveau lancé dans l’observation des étoiles filantes, soupirant doucement avant de répondre aux questions laissées en suspens quelques secondes


« Tu devrais le montrer, ça devrait leur plaire s’ils aiment se perdre dans les constellations éternelles. Ça entre ouvriraient leur champ de vision, la magie doit faire peur à ceux qui ne la côtoyaient pas... Enfin je suppose… »

Pour Elhiya les nés-moldus avaient un avantage sur les sorcier de sang-pur, ils côtoyaient les deux mondes, étaient à l’aise des deux côtés, et pouvaient sans soucis se mêler partout ? Du moins, c’était ce qu’elle avait conclu avant que Galway glisse l’idée que ses parents étaient récalcitrant. Elle avait toujours préféré le monde non magique, loin de l’hypocrisie et des mensonges constant, loin de l’obligation de paraitre être quelqu’un d’autre. Elle avait toujours voulu dire à son amie d’enfance que les romans fantastiques qu’elle adoraient tant n’étaient pas que de l’ordre de l’imaginaire. Or, on lui interdisait. Sous sa bouille de blonde, elle avait toujours voulu un monde ou la magie pouvait cohabiter tranquillement avec tout ce qui l’entourait. Mais la nature humaine était tellement corrompue qu’elle avait bien été obligé d’avoue que cette idée relevait de la catégorie des rêves à peine touchable du doigt.

Se cacher, mentir, mystifier le monde. Tout ce qu’elle exécrait et qu’elle attendait patiemment de pouvoir abandonner en quittant les murs glacés de cette école. Alors, c’était très certainement pour se rappeler que ce genre de souci étaient vain qu’elle avait toujours aimé sortir la nuit pour observer le ciel ébène. Le regard rivé sur la lune ronde et belle, elle cherchait pour la première fois à mettre les mots sur son plaisir à laisser son esprit se perdre sur cette toile brillante.


« Je crois que j’ai toujours chéri ces petites étoiles. Je les regardais quand j’étais punie dans ma chambre pour avoir fait le mur pour aller rejoindre Lucy… Une moldue. Famille de sang-pur aux idées étriquées. Elles m’ont toujours rassurées, toujours présentes quoi qu’il advienne, toujours capable de rappeler que nous sommes insignifiants et que nous leur offrons un spectacle ridicule. Elles semblent si loin et si proches, accessibles peu importe le monde où nous nous trouvons, celui des sorciers, ou celui gardé partiellement dans l’ignorance. »

Parler de soi n’était pas chose aisée, ni chose agréable. Elhiya ne le faisait que très rarement et toujours de façon épistolaire, nourrissant l’inquiétude de sa douce Eury, celle de Lucy. C’était un tort qu’elle préférait garder plutôt que d’offrir ses doutes et ses craintes à n’importe quelles oreilles. Le rôle de l’épaule où pleurer, des bras réconfortants et des étreintes chaleureuses lui seyait plus, même si peu de monde le savait. Ce fut donc tout naturellement que ses pensées glissèrent à nouveau sur les propos du petit préfet

[b] « C’est si compliqué que ça avec ta famille ce statut de sorcier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade nocturne

Message par : Galway Lynch, Dim 3 Déc 2017 - 19:24


Galway regrettait un peu ces dernières paroles. Certes l’atmosphère l’incitait à se confier mais il n’en avait pas l’habitude et il redoutait la réaction de la verte, d’autant plus qu’il lui avait posé une question qui pouvait potentiellement être intrusive elle aussi. Elle semblait pensive par rapport à ce qu’il disait.

Finalement elle brisa à son tour le silence de la nuit. Elle semblait concernée par ses problèmes familiaux et l’incita à leur montrer ce sortilège. Il le fera sans doute quand il n’aura plus la trace sur lui, car utiliser la magie dans une zone moldue est interdit, et il ne se voyait pas emmener ses parents dans une zone sorcière, pas pour le moment en tout cas. Leur dernière expérience sur le chemin de Traverse avait été plutôt chaotique, même si elle datait d’il y a quelques années.

Elle parla ensuite de sa passion pour les étoiles, ce qu’elle aimait c’était leur coté fiable et rassurant, les étoiles ne s’éteignent jamais, leur lueur peut être voilée par la lumière du soleil bien plus proche, ou par un nuage poussé par le vent, mais elles sont toujours là.

-Je n’avais jamais vu les choses comme ça c’est vrai. Pour moi les étoiles c’est plus des mondes imaginaires à explorer pour ceux qui en ont le cran. Mais il y a un coté beaucoup plus terre à terre lié à leur éternité. Dans certaines cultures on apprends à utiliser les étoiles pour se repérer, s’orienter. Ce sont des guides. Et puis c’est vrai qu’on se sent tout petit face à l’immensité de l’espace, ça permet de relativiser bon nombre de soucis.

Elle s’était également confié sur sa famille et le fait qu’elle avait été très proche d’une moldue quand elle était petite, contre l’avis de ses parents. Mais semblait également vouloir qu’il développe sur la relation qu’il avait avec sa famille, pourquoi ils avaient du mal a accepter son statut de sorcier.

-Mes parents sont des gens plutôt ouvert en général, à toutes sortes de choses et quand j’étais plus jeune ils adoraient nous plonger dans des mondes imaginaires ma sœur et moi. Seulement voilà, le surnaturel est venue à nous… beaucoup trop brutalement. J’avais sept ans, et lors de ma première manifestation de magie j’ai fait léviter ma sœur pour qu’elle sorte d’un lac où elle était en train de se noyer. Mais ce n’était pas du tout maîtrisé comme tu t’en doute, et elle s’est fracassée la colonne vertébrale contre un rocher. Jusqu’à très récemment elle se déplaçait en fauteuil roulant.

Il avala sa salive. Ces souvenirs étaient toujours assez douloureux même si les choses allaient mieux maintenant, ce qui pouvait l’aider à se confier, même à des gens qui ne faisaient pas partie de son proche cercle d’amis.

-Tu comprends donc quel peut être le point de vue de mes parents sur la magie, quelque chose de très dangereux qu’ils ne contrôlent pas. Le plus effrayé avant de venir ici c’était moi, je me considérais comme… un monstre, une bombe à retardement, avec une sorte de maladie mentale incontrôlable qui pouvait blesser voir tuer les gens qui m’entouraient. Et le fait d’aller dans une école pour apprendre à maîtriser les pouvoirs qui m’horrifiaient plus que tout est sans doute le plus grand défi que j’ai eu à affronter de toute ma vie. Tout ça est loin derrière moi maintenant, mes préoccupations dépassent largement mon identité de sorcier. Pour mes parents qui ne côtoient pas des sorciers tous les jours ça va prendre plus de temps, mais ça viendra, je le sais.

Il n’avait pas toujours été aussi optimiste, mais quelques événements récents, notamment le fait que sa sœur puisse marcher presque normalement grâce aux prothèses que l’équipe de recherche dont leurs parents font partie ont mis au point. Galway de son coté avait évité de leur parler de l’attaque de Poudlard ou des autres événements sombres de ces derniers mois.

-Est-ce que tes parents sont anti-moldus ? Ou alors ils voulaient juste éviter que tu ne révèle l’existence du monde magique à ton amie ?
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Lun 4 Déc 2017 - 11:25



Look up and get lost




Pv Galway

♫♫♫
Des mondes imaginaires à explorer, des bouts de cailloux en fusion à des millier de kilomètres, des soutiens émotionnels illusoires, des confidents silencieux, des muses discrètes, les étoiles pouvaient être ce qu’on voulait tant elles captivaient le regard de beaucoup. Des guides, oui, peut importaient l’image qu’on leur donnait. C’était un bon résumé de leurs capacités. Qu’on se remette à elles de façon scientifique ou plus onirique, ces petites lucioles parsemant le ciel ébène montraient inlassablement un chemin libre d’interprétation. Pour seule réponse, la blondinette avait hoché la tête d’un signe de tête ne détournant pas son regard de la voie lactée, laissant le petit préfet continuer à s’ouvrir s’il le désirait.

La voix de son petit responsable de maison continuait à s’élever, dévoilant une histoire du passé aux notes ternies de douleur et souffrance. Un accident, rien de plus, un simple accident pour détruire une vie, un monde, un champ de possibilité. Un simple manque de maitrise de la part d’un enfant bienveillant, pour susciter crainte et méfiance. Lourd fardeau à trimballer, souvenir surement encore empli de quelques ressentiments désagréables. Et simple sourire en coin gêné discret à ces aveux. En même temps, qu’elle était la bonne réaction à ce genre de confidence ? Il n’y avait malheureusement rien à dire qui puisse ne pas être futile ou inutile. Alors, silencieuse, elle l’avait laissé continuer, lui offrant la seule chose qu’elle avait de disponible ce soir : son écoute et sa patience. Ils auraient été plus proches, peut-être que ses gestes se seraient fait plus tendres, plus réconfortants, mais sous le regard blafard de la lune, cela aurait été déplacé. Ils ne se connaissaient pas.

Et quelques mots de plus, logiques, désagréables, compréhensible avaient continué à s’échapper. La peur de l’inconnu, la peur de ne pas maitriser ses pouvoirs, la peur de ne pas être à sa place… autant de chose qui n’étaient pas supposées faire partie des tableaux chatoyants de la vie des enfants qu’ils étaient. Ils étaient censés être insouciants, naïfs, conservés dans une bulle de confort et de protection jusqu’à ce qu’ils soient prêts à éclore, suffisamment forts pour affronter le monde. Pourtant… rares étaient ceux qui se complaisaient dans ce genre d’innocence préservée. Le peu qu’elle avaient en tête avait fini par s’entacher de quelques réalités sordides et trop pénibles pour ne pas les changer.

Mais étonnement, chacun, avait la capacité de faire comme ce préfet, de penser, ne serait-ce qu’une fraction de seconde, que les choses ne peuvaient qu’aller mieux, un jour, si on laissait le temps faire. L’optimisme et l’espoir vivait toujours, même en infime quantité en chaque être, qu’ils soient capable de se perdre dans la voute stellaire ou non. Bêtise humaine, ou au contraire cadeau de la vie, la blonde ne savait que penser de cette stupide réalité. C’était bien souvent pour cette raison qu’elle se perdaient sur les branches d’un arbre, le nez levé vers le ciel attendant que ses pensées se mettent en ordre, ou se fanent et disparaissent tout simplement.

Un peu comme l’interrogation de Galway à ce moment. Les aspirations de ses parents, leurs convictions, leurs idées préconçues par une éducation archaïque. C’était le genre de chose qu’Elhiya aurait voulu pouvoir faire sortir de son esprit, arrêter de croire qu’un jour ils changeraient, qu’un jour ils comprendraient que le monde n’avait pas à être divisé en deux, que croire à un monde unique où se mêlait tout un chacun n’était pas au niveau de l’utopie enfantine. Avec les années, pourtant, ils avaient abandonné de lui faire trop de reproches sur ses fréquentations, même si ce n’était qu’une trêve. Il ne fallait pas se leurrer. Ils avaient même rien dit quand Artémis, le Poufsouffle était venu chez eux avec son regard émerveillé et sa bouille de né-moldu. Mais ça aussi, ça n’avait été que pour le lui rappeler plus tard plus invicisivement que ce n’était pas ce qu’ils attendaient d’elle. Un soupire lui échappait alors que les opales claires se glissaient sur le rouquin, lui adressant un léger sourire


« Je vois, ça n’a pas dû être facile tous les jours. Mais ils comprendront forcément un jour. La magie n’est mauvaise que si on veut qu’elle le soit après tout. Seule l’utilisation qu’on en fait détermine ce qu’elle est »

D’une courte pause et d’une longue inspiration, ses bras resserrés autour de ses jambes, les prunelles avaient glissé à nouveau sur les astres de nuits. Réconfort illusoire à des paroles amères.

« Ils estiment que les sorciers de sang-pur ne doivent pas se mêler à eux, que c’est dégradant et avilissant. Comme si les moldus n’avaient pas la même valeur car ils ne sont pas dotés de pouvoir. Du coup c’est un peu houleux à la maison, mais je m’y suis faite depuis le temps. Et Lucy aussi même si elle ne comprend pas trop pourquoi. »

Et puis…. La petite moldue l’accueillait très souvent chez elle pour qu’elles puissent passer le week end ensemble quand elle revenait sur Londres. Elle ne posait pas de questions, même si elle devait se douter de quelque chose. Elle qui avait un attrait pour le fantastique et l’occulte serait forcément ravie d’apprendre un jour ce qu’Elhiya était. Avec un peu de chance, elle lui pardonnera les années de mensonges, d’explications stupides, les excuses sans fondement quand elle apercevait quelque chose. Oui, ce jour, celui où la Verte quitterait le cursus scolaire, la maison familiale et les obligations envers ses parents, elle raconterait à Lucy ce qu’il en était. Ce secret était stupide, nombre de couples mixtes existaient, rien ne justifiait qu’elle doive cacher sa nature à son amie d’enfance.

L’espoir parlait encore, vibrant, impatient, palpable, ridicule


« Elle aussi un jour comprendra. Je ne garderai pas ce stupide secret éternellement, quoi qu’en dise mes parents... »
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade nocturne

Message par : Galway Lynch, Jeu 4 Jan 2018 - 22:43


Désolé pour le retard... encore

Elhiya commença avec des paroles rassurantes qui le confortaient dans ce qu’il pensait. Il avait besoin d’entendre ça. Il lui sourit dans l’obscurité, elle ne le verrai sans doute pas mais il lui était reconnaissant. Puis elle lui donna plus de détails sur sa relation avec ses parents. Galway était impressionné par ses agissements d’enfants.

Il avait déjà rencontré des sorciers de sang-pur qui étaient très ouverts aux nés-moldus, c’était la majorité en fait, mais tous avaient des parents qui eux-même étaient ouverts d’esprit, avaient fréquentés des nés-moldus à l’école et s’étaient parfois mariés avec eux. Il avait également rencontré des enfants anti-moldus qui avaient changé au contact des nés-moldus. Mais c’était la première fois qu’il entendait quelqu’un dire qu’il avait été élevée par une famille au sang pur anti-moldus et qui s’était rebellé contre les idées de ses parents très jeune, avant même d’intégrer Poudlard. Il la trouvait dotée d’une très grande force, et ne savait pas trop comment le lui exprimer. Il mit un certains temps avant de remettre ses idées en place.

-Tu sais, pendant toutes ces années où j’ai subi ces railleries liées à mon origine moldue, venant de membres de ma maisons entre autres, j’ai réfléchi à ce que pouvait être leur raisonnement, et plus j’y réfléchit, plus je me dis que j’aurai pu être de ceux-là. Parce qu’après tout c’est vrai, on est des super-humains. La magie nous rend capable de déplacer des objets sans les toucher, de se rendre à des milliers de kilomètres en un clin d’œil, d’être invisible, de se métamorphoser en animal, de lire dans les pensées et de prendre le contrôle d’une autre personne, de torturer, de tuer.

Bref, tout ce qu’il faut pour qu’un type un peu mégalo puisse dominer le monde. Ça faisait peur quand on pensait à toutes ces capacités.

-Et les moldus n’ont pas tout ça. Les moldus rêveraient d’avoir tout ça. Alors oui, tout ce qu’ils ont réussi à bâtir sans la magie, les découvertes, les inventions, les technologies et la manière dont ils se les sont appropriés, les rendent aussi remarquables que nous le sommes, peut-être même plus. Moi j’en suis conscient, mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est mon éducation moldue qui fait que je suis conscient de ça. Si j’avais été élevé dans une famille de sang-pur depuis des générations,  avec des parents qui m’auraient répété inlassablement à quel point j’étais exceptionnel, bien au dessus de tout ces gens sans pouvoirs et leur progéniture soit-disant magique, je me serais sans doute dit que c’est un raisonnement qui se tient, étant donné tout ce que la magie nous apporte. Ça doit être confortable de se sentir supérieur, choisi par le destin.

Il s’égarait un petit peu, il fallait qu’il en vienne au point pour ne pas perdre son interlocutrice.

-Mais toi non. Toi tu as choisi de sortir de cette zone de confort naturelle. Tu as même choisi de braver l’autorité parentale, le seul avis qui compte quand on a six ans pour la plupart d’entre nous, de remettre en cause ce qu’ils t’ont dit pour t’intéresser aux moldus qui, en apparence, sont plus faibles que nous. Je trouve que tu fais preuve d’une ouverture d’esprit exceptionnelle, s’il y avait plus de gens comme toi il y aurait beaucoup moins de conflits dans le monde, ça c’est sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Mar 16 Jan 2018 - 16:59



Look up and get lost




Pv Galway
Désolée pour le retard à mon tour ><

Les étoiles n’avaient que faire de la légère brise glacée qui faisait virevolter ses cheveux dorés. Pas plus qu’elles se préoccupaient de deux gamins assis dans l’herbe, les yeux rivés vers elle, en quête d’introspection, ou de réponse à des questions muettes. Et pourtant, il n’y avait pas de meilleur endroit où être ce soir. Les mots du jeune homme à coté résonnaient dans la nuit noire comme une parfaite justification. Ce genre de discussion, ces aveux, ne trouvaient jamais naissance au coin d’une salle commune, encore moins au pied du grand chêne. Les astres de nuits avaient un certains pouvoir, depuis toujours. Ils pouvaient délier quelques langues, accueillir secrets et espoirs, sans jamais donner l’impression de ne pas être à sa place.  Et ce ne pouvait être que grâce à la magie de l’instant que le rouquin se dévoilait encore plus.

Alors, elle écoutait, attentive, conservant les opales fixées sur le ciel pour ne pas se perdre en un sourire rassurant pour son préfet car la souffrance qu’il avait dû contenir lui était dur à entendre. Les origines n’étaient qu’une étiquette, aussi stupide et inutile que celle des maisons. Ça n’identifiait pas ce qu’on était, ni ce qu’on allait devenir. Il était triste de voir que même en pleine adolescence les gens ne savaient pas faire ce genre de distinction, c’était affligeant, et le pire, pour Elhiya, c’était que rien n’était fait pour changer…. Tout n’était que question de point de vue, de faculté à se mettre à la place des gens, à ne pas penser continuellement égoïstement… De ne pas se prendre supérieur au reste du monde…Face à l’immensité du l’univers, sorcier et simple moldus étaient insignifiants…

Un soupir lui échappait face aux comparaisons qu’effectuait Galway. Son raisonnement était valable, commun à beaucoup de personne, mais tellement loin de ce que l’humanité devrait être. C’était le genre de raisonnement qui lui avait toujours fait défaut depuis petite, elle, l’enfant chérie d’une famille de pur-sang, et avec 6 années complètes mêlée à un troupeau d’enfants supposément supérieurs, son opinion n’avait pas changé. La tête callée dans ses genoux relevés sur sa poitrine, un léger dodelinement de tête accompagnait les dernières paroles du jeune préfet, lui arrachant un petit sourire amusé qu’elle lui adressa en tournant les yeux.

-Ho, c’est gentil, mais je pense que c’est plus un esprit de contradiction  et un caractère pas facile qui m’a poussée à contrer l’avis de mes parents tu sais.

Les commissures de ses lèvres relevées, ses prunelles glissaient à nouveau sur la voute stellaire, ne pouvant occulter les premiers souvenirs entourant son amitié avec la voisine moldue. Il avait fallu simplement que son père lui interdise, sans aucune explication, de revoir la petite blonde, pour qu’Elhiya et ses couettes, décident qu’elle passerait son temps avec.  Douces images réchauffant son cœur malgré les quelques remords ternissant le sentiment doucereux qui l’envahissait

- Va essayer de dire à une môme qu’elle ne doit plus revoir sa meilleure amie car cette dernière n’a pas de pouvoir magique. Par défaut, ça ne pouvait que me faire dénigrer ces fameux dons. Pour moi, ce n’était pas une zone de confort de me sentir différente de mon amie. Ce n’est pas car on peut faire des choses différentes qu’on est meilleur. Si on l’était, on ne serait pas obligé de se cacher de ceux qu’on aime tu crois pas ? »

Nouveau sourire à son attention, plus faible. Idéaliser le monde magique ne lui avait jamais plus, pour elle, ça n’avait été que synonyme de sacrifice à faire et d’obligations ridicules à remplir. Alors, une question, toute naturelle, gardée depuis des années au font d’elle trouva un chemin derrière la barrière de ses lèvres. Timide et innocente. Offerte à quelqu’un d’autre qu’une poignée d’étoiles éternelles.

– Tu n’aurais pas préféré qu’il n’y ait pas eu de magie en ce monde toi ? Ce serait plus simple non … ?

Libération d’un souhait qui ne serait jamais réalisé. Bloqué au stade hypothétique, rien de plus, mais trimballant avec lui un lot d’espoir étouffé à sa leur premier souffle de vie..
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade nocturne

Message par : Galway Lynch, Dim 21 Jan 2018 - 22:53


Elhiya ne semblait pas partager son point de vue sur elle même. Ce qu’il avait appelé une ouverture d’esprit exceptionnelle était pour elle un simple esprit de contradiction. Elle était plutôt pessimiste sur elle-même et sur le monde dans lequel elle avait grandi, lui demandant même s’il n’était pas préférable que la magie n’ait jamais existé. Mais elle le rejoignait au moins sur le fait que ce n’était pas parce que les sorciers savaient faire des choses différentes qu’ils étaient forcément meilleurs.

-Pendant quelques années, de mes sept ans jusqu’à, disons, la fin de ma première année ici, j’ai souhaité tellement fort que la magie n’existe pas, ou du moins qu’elle ne soit jamais arrivée dans ma vie. Mais même quand j’étais en première année, avec toutes les galères que je devais affronter, j’ai su voir cette facette de la magie qui rend la vie bien plus belle, bien plus simple, qui peut changer les choses dans le bon sens. Je crois que tu ne te rend pas compte de ce qu’un moldu qui a rêvé toute son enfance de mondes merveilleux pourrait ressentir face à, par exemple, le sortilège que tu m’a montré tout à l’heure. La grande dose de bouleversement merveilleux qu’il a probablement attendu toute sa vie. Après il y a l’autre facette, celle qui terrifie, celle qui tue. Mais les moldus se débrouillent très bien sans la magie pour faire des choses terrifiantes, décimer des populations pour un bout de territoire ou pour étendre leurs idées, tu peux me croire ! C'est difficile d'avoir cette perspective quand on est confronté à toutes ces histoires de guerre entre mangemorts, ordre et ministère et à l'attaque de Poudlard qui m'a beaucoup affecté, mais essaye de penser à cette magie qui est utile au quotidien, celle qui soigne, celle qui magnifie comme ce sortilège.

Il ne savait pas si ce qu’il venait de dire allait la rassurer sur ce qu’elle était. Une vie de sorcier était bien plus palpitante qu’une vie de moldue. Elle devait l’être en tout cas, avec toutes les capacités supplémentaires qu’offrait la magie.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Lun 22 Jan 2018 - 14:34



Look up and get lost




Pv Galway

La chute d’une étoile devant ses yeux, capturait le reflet de ses prunelles alors qu’elle la regardait disparaitre lentement. Un détail insignifiant, rien de plus, comme cette discussion sur leurs origines, sur leurs visions du monde dans lequel ils évoluaient. Un simple échange qui ne changerait pas leur vie. Ce soir, couchés chacun dans leur lit, rien n’aurait changé. La blondinette aurait juste appris que son jeune préfet pouvait se défaire de temps à autre de sa cape de responsabilité pour lever le nez vers les astres nocturnes, et lui… Elle ignorait ce qu’il pouvait retirer de l’échange, elle espérait juste qu’il appréciait l’instant, où les étiquettes se décollaient pour laisser parler ce qui pouvait tout simplement les animer.

Alors, sans réfléchir à une éventuelle conséquence sur leur comportement futur, elle écoutait, attentivement chaque mot se détachant du rouquin. Ses propos étaient valables, bien sûr, la magie n’était pas mauvaise en tout point, elle était que ce qu’on voulait qu’elle soit, mais au final elle apportait plus de complication qu’autre chose si on regardait attentivement. Il était utopique de ne voir que les bons points, et terriblement dépressif de ne retenir que les mots, c’était certain. Mais la balance glissait d’elle-même plus d’un côté que de l’autre, inexorablement. Un simple joli sortilège ne couvrait pas tout le reste, toutes les peines endurées. Un simple sort de soin ne réparait pas les mensonges toujours un peu plus profonds. La magie était certes belle, mais elle ne brillait pas suffisamment, même enfermé dans cette prison dorée, la lueur était ternie par trop de secret, elle restait fade pour le moment.

Un soupir lui échappait, du point de vu de Galway, forcément, la magie était attractive et terrifiante, elle le comprenait parfaitement. S’étaler sur les raisons qui la poussait à ne pas trouver leurs capacités merveilleuses n’avait que peu d’intérêt. Le fait d’être dans une famille de sang-pur devait y faire beaucoup, l’éducation aussi. Si on l’avait laissé se mêler tranquillement à ses camarades de classe en primaire, si on ne lui avait jamais dit que les moldus étaient des êtres sans intérêt, s’y serait telle intéressée ? Aurait elle nourrit autant d’affection que maintenant pour un monde qui lui paraissait bien plus simple ? Dur à dire, dur à imaginer… Aussi, adressant un doux sourire à son comparse, elle s’était contenté d’un dodelinement de tête te rebondissait sur ce que le rouquin lui avait dit : il ne connaissait pas le sortilège pour les étoiles. Il y’en avait d’autres des jolis dans le même genre qui avait toujours plu à la demoiselle.

« Tu as raison, la magie peut faire des jolies choses malgré tout. C’est juste dommage que nous devions garder ça pour nous, non ? »

Elle récupéra son bloc de dessin, tournait les pages, une à une, recherchant le croquis effectuer sur les branches d’un arbre, une nuit où la lune était ronde et belle. Un chat de lumière argentée lapait l’eau d’une flaque d’eau dans laquelle l’astre de nuit se reflétait. Elle avait mis un moment à capturer les nuances d’ombre et de lumière, surtout sur la lune qui trônait sur le dessin, mais le rendu lui plaisait assez au final. Le chaton se découpait agréablement, en des lignes douces et fluides, son halo bleuté ressemblait un peu à celui des patronus, mais ce qu’elle aimait surtout c’était le voir prendre vie.

 « Mon préféré reste celui-ci.. #Encaustum Corpus »

Posant le croquis entre eux deux, la pointe de la baguette avait donné vie au félin brillant qui s’étirait paresseusement sur la feuille de papier, donnant des petits coups de pattes sur le croquis sur lequel il évoluait. Elhiya le regardait faire sourire aux lèvres. C’était une des beautés qui n’aurait pu exister sans magie. Et même si elle aimait tout particulièrement cette capacité-ci, une ombre n’avait de cesse de la poursuivre.

« Tu vois, c’est le genre de chose que j’aimerai montrer à mon amie d’enfance moldue. Mais non, il faut être égoïste et le garder pour soit. C’est triste en soit. Et à bien y réfléchir, ce n’est même plus par esprit de contraction que j’apprécie le monde non-magique. Il m’a toujours plus, car bien plus simple à mes yeux. Mais je suppose que je ne le connais pas assez pour pouvoir en parler, n’est-ce pas ? »

La référence à la remarque sur le cours d’histoire de la magie n’était même pas lancée pour être désagréable. La blondinette savait parfaitement qu’elle avait des lacunes sur ce monde dans lequel elle n’était qu’une invitée. Ses opales suivait toujours le mini félin qui venait quémander quelques caresses au rouquin, attendant qu’on s’occupe un peu plus de lui en apparence.
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade nocturne

Message par : Galway Lynch, Mar 6 Fév 2018 - 17:18


Galway semblait lui avoir légèrement fait changer son point de vue. Mais elle restait assez pessimiste et il avait du mal à en déterminer la raison. Peut-être qu’il y avait plus que cette histoire de meilleure amie moldue. Quoi qu’il en soit elle était déterminée à lui montrer un autre joli sort. Galway s’était demandé depuis son arrivée à Poudlard comment on faisait bouger les peintures dans les tableaux, et maintenant il savait. Il s’adressa à elle sur un ton admiratif.

-Et dire que les studios d’animations moldus dépensent des dizaines de millions pour réaliser un film… ils deviendraient fous s’ils te voyaient faire. Merci de m’avoir montré ça.

Ensuite il l’écouta développer ses arguments en faveur de la levée du secret magique. Une phrase le fit tiquer. Selon elle le monde moldu était simple. Galway n’était pas du tout de cet avis bien au contraire. Il trouvait sa vision du monde moldu très idéaliste, certains diraient même condescendante mais il savait que ce n’était pas son intention.

-Va voir un moldu et dit lui que son monde est simple, et il t’énumérera tous les problèmes qui rythment son quotidien. L’amour, l’argent, le travail, les enfants, la santé, la politique, la société… Et le fait d’apporter la magie dans sa vie pourrait lui faire croire que beaucoup de ses problèmes vont se résoudre, mais d’autres vont se créer avec l’arrivée de celle-ci, un peu comme avec l’arrivée des différentes révolutions industrielles et technologiques. Ce qui ne veut pas dire que la magie serait inutile, les moldus vivent bien mieux avec les technologies actuelles qu’il y a quelques siècles, c’est juste que l’homme en général est un éternel insatisfait.

Pour finir il lui fit part de sa vision des choses sur la levée du secret magique. Ils avaient déjà eu ce débat en cours d’histoire de la magie, mais sa vision avait un peu changé depuis ce cours.

-Tu sais ce devoir d’histoire de la magie, celui que tu nous as gentiment dérobé… il m’a pas mal fait réfléchir ces derniers temps. Je reste plutôt convaincu que si les sorciers débarquent de nulle part pour dévoiler leur pouvoir, cela générera beaucoup de sentiments négatifs. « Qui sont ces gens ? D’où ils sortent ? Je ne les connais pas assez pour leur faire confiance, et ils ont l’air assez puissant pour dominer le monde, est-ce qu’ils vont me priver de mes libertés et de mes droits ? Et ces pouvoirs, qu’est-ce qu’ils ont fait pour les avoir ? Pourquoi eux et pas moi ? ». Mais s’il y avait, je sais pas, un projet commun, ou une menace commune, qui puisse leur faire comprendre à quel point ils ont besoin l’un de l’autre pour survivre alors ça pourrait marcher, peut-être qu’on arriverait à vivre en harmonie.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 15 Fév 2018 - 21:19



Look up and get lost




Pv Galway

Le félin d'encre pouvait capturer l'attention des deux enfants, chacun l'observant d'un oeil différent. Néanmoins, malgré la beauté du sortilège, il était bien capable de réunir les deux esprits conçu differemenh sur un mot, un seul, dont la définition appartenait à  chacun.

Pour Elhiya, la simplicité résidait dans la capacité de pouvoir vivre pleinement, sans se cacher, sans limite donner l'impression de devoir s'excuser d'exister. Le monde moldu avait bien entendu un rouage bien complexe pour réussir à tenir debout. Le système politique était très certainement aussi tordu que chez les sorciers et la nature humaine etait telle que tous les désagréments classiques devaient prendre forme également dans la vie des moldus.

Mais pour Galway, qui prenait le mot simplicité dans sa définition première, un tel avis ne pouvait être entretenu que par une parfaite inconsciente. Comment le lui reprocher après tout? Chacun avait grandit dans un univers différents, sans réellement savoir parfaitement  ce qui se passait de l'autre côté. En même temps, de par leurs jeunes âges, ils ne pouvaient entièrement realiser l'ampleur d'une société aux multiples facette. Alors, la blonde qui ne voulait pas imposer son point de vue, avait avec douceur  "Ce n'est pas ce que j'ai dot". Néanmoins la conclusion du rouquin était assez bonne: les êtres humains n'etaient jamais satisfaits.

Et comme s'il fallait à tout peu revenir à un débat commun, le sujet du secret magique revenait sur le tapis. Stoppant son sortilège, la blondinette dodelinait de la tête en regardant quelques scintillement étoilés. Un enemis commun rapprocherait les gens, mais faire accepter les différence par la peur n'était jamais une réel bonne idée. Certains esprit tourmentés trouveraient forcément le moyen de profiter de ce sentiment de perdition. La peur n'etait jamais un bon moteur.

Un soupir lui échappait. Ses bras s'enroulerent au tour de ses jambes pour servir de repose tête.

- Tu sais, cette histoire de secret, c est un peu comme demander aux gens ce qu' ils voient dans une étoile filante. Certains vont juste voir des pailettes fumantes, d'autres un cailloux en fusion en chute libre, d'autres encore parleraient de la mort d'un être magnifique, quand d'autres encore evoqueraient une symbolique onirique. L'interprétation est libre à chacun. C'est très certainement à cause de ca qu'a aucun moment, personne ne sera jamais entièrement d'accord.  


Un léger sourire à son préfet, elle l'obligation de se remettre dans les rangs de la discussion, de ne pas trop imager pour ne pas le perdre en cours de route.

- Ce devoir devait pointer les deux versions extrêmes. Il y à des lésés des deux côtés. Même avec un ennemis communs, la peur n'est vraiment pas le ciment qui peut unifier. Regarde salem.. un exemple de ce que fait la peur. En soit, je ne crois pas qu'il y ai vraiment de solution. Ça fait bien trop longtemps qu'on force les sorciers à se dissimuler. C'est juste dommage voilà tout. Et puis..qui dit que le soleil n'est pas jaloux de la lune car celle ci possède des étoiles? Au final ce principe de séparation des capacités a toujours été présent

La version onirique du monde sorcier et moldu pouvait, aux yeux de la blonde s'apparenter aux astres de jour et de nuit. Ils pouvaient se côtoyer, se frôler, se chuchoter des mots d'Amour, mais une conservait jalousement ses étoiles fragile dont la lueur se ternissaient au contact du soleil. La magie était pareil en un sens, conservée cachee pour continuer à subsister car personne n'avait trouvé encore de solution pour qu' elle puisse briller au grand jour. Triste réalité, surtout sous un ciel étoilé.

Elhiya se tourna vers le roux, un sourit ourlait des lèvres un instant avant que les mots glissaient à nouveau

-Désolée pour la copie au passage. Ca aurait parlé d'étoiles ca aurait été pareil rassure toi.

Elle avait rigolé doucement, la gamine amoureuse du ciel capable de lui rappeler que sur terre ils n'étaient que de simples visiteurs. Ainsi,  rien n'avait vraiment d'importance, ni les opinions sur le secret magique, ni la douleur de devoir mentir à son amie d'enfance. Soudain, une lueur éclata dans le ciel juste une fraction de seconde

-Ho une étoile filante! Faut faire un voeu c est ca?

Enthousiasme d'enfant...
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade nocturne

Message par : Galway Lynch, Ven 23 Fév 2018 - 12:07


Il semblait avoir mal interprété les propos de son ainée lorsqu’elle parlait de simplicité, mais elle n’avait pas l’air de s’en formaliser plus que ça. Puis elle se lança dans une description de ce que les gens pouvaient voir dans une étoile filante dont il ne comprenait pas grand-chose, il avait peut-être l’esprit un peu trop terre à terre pour ça. Qu’est-ce qu’il voyait dans une étoile filante ? Quelque chose d’éphémère, un clin d’œil enchanté, sans signification particulière.

Elle donna ensuite un contre-exemple à la théorie de Galway, celui des sorcières de Salem, bien connu dans le monde magique. Cela montre bien que le rapprochement moldu-sorcier désiré par Elhiya ne se ferait probablement pas sans souffrance. Les moldus de l’époque avaient peur de la magie, alors qu’ils auraient dû avoir peur des gens qui utilisent mal la magie. Il ne parlait pas de peur mais d’adversité, il n’y a que quand l’humanité est confrontée à un grand défi qu’elle sait se mobiliser, comme lors de la crise énergétique du 21ème siècle.

Elle semblait prise de remords pour le devoir d’Histoire de la magie, il lui fit un signe de tête pour signifier que ce n’était rien avant de se rendre compte qu’elle ne pouvait pas le voir, il murmura donc qu’il n’y avait aucun soucis. Soudain une étoile filante apparue dans le ciel. C’était étrange comme coïncidence, Elhiya en parlait quelques instants plus tôt. Ou peut-être qu’elle le savait ? Il y avait des nuits propices à ce genre d’apparitions.

-Ho une étoile filante! Faut faire un vœu c’est ça?

Un vœu ? Pas facile à déterminer, il y avait tellement de choses à souhaiter, pour soi, pour ses proches, pour l’humanité… il fallait quelque chose qui les rapproche tous les deux, sur lequel ils soient d’accord, en lien avec la discussion qu’ils venaient d’avoir. Il réfléchit quelques instants et dit :

-Alors je souhaite que si notre monde devait être dévoilé au grand jour, les moldus et les sorciers soient capables de s’associer face aux grands défis qui les attendent.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Escapade nocturne

Message par : Elhiya Ellis, Mer 28 Fév 2018 - 12:09



Look up and get lost




Pv Galway

Un chuchotis pour lui assurer que son déli n’était pas grave en soit. Un léger sourire surement invisible pour simple réponse et les opales se perdaient dans les constellations millénaires. La blonde aimait  la poésie et la légèreté qu’elles apportaient, mais pas autant que la fraicheur touchante du vœu du rouquin. Elle avait pouffé très doucement, plus par la surprise et la douceur du souhait que par l’idée réele proposée.

–Moooh Galway, il faut ne pas dire ce que tu souhaites, sinon ça se réalise pas à ce qu’on dit !

Machinalement en lui avait donné un petit coup d’épaule pour le taquiner. Le regard espiègle retournait rapidement vers la voute stellaire, sourire en coin bloqué par l’amusement.

–C’est dommage, on n’est pas en été, il va falloir patienter pour en revoir une autre. Elles sont un peu plus discrètes à cette époque. C’est bien ce qui fait tout leur charme au final. Mais ton souhait est vraiment louable en tout cas. Tu sais, quelque part, ca s’est quand même un peu réalisé, sinon, il y’aurait pas de famille mixte un peu partout. Moi je trouve qu’il faudrait juste souhaiter que la bêtise humaine n’étouffe pas les bonnes intentions..

Chose peu probable, elle le savait. Rien que ce qui s’était passé en cours était un parfait exemple du manque de tolérance d’absolument tout le monde. La nature humaine faisait que chacun protégeait son propre univers, ne voulant que le meilleur pour celui-ci, quitte à ce que les répercussions soient tristes sur un autre coté. Ce genre de sujet était une impasse tout simplement. C’était ce qui donnait à des instants comme celui-ci toute leur saveur, où assise dans l’herbe, elle pouvait tout simplement profiter d’un moment de quiétude, et ce, malgré le froid.

D’ailleurs d’une mèches dorée s’envolant sous les caprices d’une brise, un frisson la parcouru rapidement. La fraicheur de la nuit ne la dérangeait pas plus que ça, généralement car elle choisissait de se balader dehors, par contre, le rouquin à coté n’avait peut etre pas l’habitude de rester figé dans le froid pendant ses rondes. La tête tournée en sa direction les mirettes se faisaient attentives à la moindre information pouvant trahir l’état du jeune homme.

-Ca va pas trop froid ? Va pas finir en glaçon à cause de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Escapade nocturne

Message par : Galway Lynch, Mer 28 Mar 2018 - 17:45


Finalement c'était Elhiya qui se mettait à devenir optimiste, après avoir déclaré que la magie était inutile à notre monde.

-Bien sûr qu'il y en a, c'est même plutôt courant, et je suis sûr que la majorité des sorciers ne seraient pas contre épouser des moldus, ça demande juste quelques ajustements, mais rien que l'amour que l'on porte à l'autre ne puisse pas dépasser. Je suppose qu'il a dû y avoir une époque où c'était beaucoup moins fréquent, sans doute même mal vu, et que certains qui ont rencontré d'autres personnes avec une culture très différente de la leur se sont intéressé à eux plutôt que de s'en protéger, éveillant quelques consciences jusqu'à ce que ça se diffuse dans l'ensemble de la société. Heureusement que ce genre de personnes existent.

Ils restèrent quelques instants silencieux puis :

-Ca va pas trop froid ? Va pas finir en glaçon à cause de moi.

-Froid? Oh non ça va, j'ai l'habitude avec les rondes nocturnes. Mais mon premier cours est à 8h demain et j'aimerai bien dormir un peu, même si ce moment était très agréable, tu as l'air d'observer fréquemment les nuits étoilées,  peut-être qu'on pourra partager un nouveau moment comme celui-là une autre fois?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Escapade nocturne

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 19 sur 20

 Escapade nocturne

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.