AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 27 sur 28
La terrasse
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28  Suivant
Anthony Adams
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: La terrasse

Message par : Anthony Adams, Mar 6 Sep 2016 - 1:10


HRP : Désolé, c'pas top...
___________________________________________________________
Apparemment, il avait convaincu Antho avec ce discours à la con. P*tain, qu'est-ce qui lui avait pris ? Pourquoi il était partit dans ce genre de discours insupportablement humaniste et... Rien. J'ai rien à rajouter. C'est con ça. D'habitude, ça fait cool de mettre deux adjectifs pour qualifier un mot. Mais alors là... Pas moyen. Le syndrome de la page blanche. Pour un mot. Mais quand même. Le rythme n'y était plus, il était cassé et... ARG M*rde. Bon, reprenons.

Oui donc ce discours était insupportablement humaniste e... Juste insupportablement humaniste. Mais bon, apparemment, ça avait eu l'effet escompté. Rédemption de la part de Leo. Rédemption de la part d'un drogué, ça valait ce que ça valait. C'est là que Leo se dit que faire un aveu, en plein milieu d'une terrasse d'un bar, était une bonne idée. Le genre d'aveu qu'on ne fait généralement qu'à couvert. Qu'à demi mot, ou même pas du tout.

- J'vends mon corps, tu vois l'bail ?

Anthony allait répondre à son ancien employé, quand d'un coup, il y eu un énorme BAM. Impossible à louper. D'ailleurs, la serveuse les quatre ferres en l'air, c'était pas facile à louper non plus. Le jeune homme se leva rapidement pour aller relever la serveuse. C'était une bonne distraction. Ça lui évitait de répondre tout de suite à Leo. Toujours plus pratique de fuir. En plus, l'attrapeur était certain qu'il n'avait pas tout dit. Il y avait quelque chose d'autre. Bizarrement, cette phrase le ramena encore à Lyne. Non pas qu'elle vendait son corps (remarquez, ça faisait plusieurs mois qu'il ne l'avait pas vu. Les gens changeaient vite), mais elle avait cette même manière de lâcher des bombes comme ça. Il avait pris l'habitude avec elle. Moins avec Leo.

Le jeune homme tendit une main à Jana pour l'aider à se relever. Il se retrouva face à Jana. Les yeux dans les yeux. Presque du moins. En tout cas, il vit pour la première fois ses yeux. Vraiment. Des yeux bleus gris absolument magnifique. Les yeux des filles. Toujours le truc qui le faisait craquer. Finalement, elle se retrouva debout. Elle était un peu moins grande qu'Antho, avec environ une tête de différence.

- Tout va bien ? Comment tu t'es arrangée ?

Il regarda un peu la disposition des tables et surtout la distance qu'il y avait entre la table renversée et eux. Pour confirmer ses soupçons, le gérant d'Olly remit la table debout en jetant un petit regard à la jolie serveuse. Il y avait pas une distance de sécurité/confidentialité à garder avec ses clients en pleine discussion ? La politesse, ou un truc comme ça ? Non ? Le jeune homme lança un regard interrogatif à Jana. Il était sûr qu'elle les avait entendu. Depuis quand, là était la question, il n'avait pas trop fait attention à elle. Et Leo était sans doute trop drogué pour voir à plus de 2 mètres de lui.

- Tu devrais faire attention à où tu mets tes pieds... fit remarquer Anthony.

Il ne se rassit pas tout de suite à la table. Il s'appuya simplement sur le dossier de sa chaise. Faisant face à Leo et Jana. Les deux là lui devaient une explication. Mais pour avoir les explications de Leo, il fallait d'abord avoir les explications de Jana. Et éventuellement qu'elle s'écarte un peu aussi. Mais bon, ça c'était pour plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Jana Winslaw
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Jana Winslaw, Dim 2 Oct 2016 - 0:19




Le Chaudron Baveur


pour Anthony Adams et Leo Keats



LA de Leo

Tu t'es retrouvée là, un peu étalée comme une crêpe. Tu vois une main devant toi. Tu lèves le regard et tu comprends que c'est celle de Baguette-en-chef (faudrait peut-être que tu lui demandes son prénom, un jour...). Tu la saisis et il te remis sur tes pieds. Sans t'en rendre compte, vos regards se croisent. La bienséance te commande évidemment de détourner le regard, mais tu y arrives pas. Tu cherches à distinguer une trace de colère. Rien. Ta main est toujours dans la sienne. Bouge, par Merlin, bouge ! Pour un instant, tu te prends à être déçue. Déçue de décevoir. Il est pas débile. Il se rend bien compte que tu les écoutais.

Il te demande comment tu vas. La question a le mérite de te faire réagir. Tu retires ta main rapidement et tu tournes la tête. Faisant mine de t'examiner, tu lui adresse un sourire rassurant. Mal nulle part, sûrement juste un bleu sur une partie de ton anatomie que tu ne tiens pas à montrer. Tu survivras. Finalement, il rompt le contact et part s'adosser à sa chaise. Tu suis la scène des yeux. Bordel, mais secoue toi. Trouves un truc à raconter quand il te demandera ce que tu fiches ici. Allez...

-Tu devrais faire attention à où tu mets tes pieds...

Oui bon...Le ton était tellement plein de sous-entendu du style "je sais que tu nous écoutais mais j'vais te laisser te noyer dans des explications foireuses". Si seulement t'en avais une satisfaisante à fournir. Tu jettes un oeil vers l'autre. Il a l'air si stone qu'il ne te sera sûrement pas d'un grand secours. T'es coincée. Tu te racle la gorge, en essayant de gagner quelques secondes. Toujours pas. Si la patronne pouvait te rappeler dans le Bar...Une excuse pour filer, c'est tout ce que tu demandes. T'en serai presque à prier le Grand Manitou Moldu. Mais quand l'Univers semble contre toi...Tu regardes à nouveau le patron d'Ollivander's et tu commences :

-Je...euh...J'astiquais les tables et je fais toujours ça en marche arrière et...Euh.

T'es juste pitoyable là. Qui croira honnêtement que tu fais ça en marche arrière ? C'est tellement nul. Finalement, tu serai plus crédible à ne rien dire. Sauf que tu peux pas. Tu veux pas que Baguette-en-chef te trouve nulle.

-Bon ok, j'vous écoutais. Mais c'était pas de l'indiscrétion. C'est juste que j'ai pour ordres de surveiller les conversations un peu tendues pour mettre les gens dehors si ça dégénère. Et faut être idiot pour pas remarquer que votre conversation est tendue.

Une demie-vérité. T'étais bien passionnée par leur conversation, sinon t'aurai jamais renversé la table. Mais bon, il vaut mieux un pieu mensonge qu'une vérité désagréable. T'observes le gigolo défoncé à côté et tu ne peux t'empêcher d'ajouter à son intention :

-Faut que vous fassiez gaffe quand vous lâchez des bombes comme ça, vous.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: La terrasse

Message par : Anthony Adams, Lun 10 Oct 2016 - 23:17


- Je...euh...J'astiquais les tables et je fais toujours ça en marche arrière et...Euh.

Hm. Technique étonnante quand même. Puis bon, il n'y avait personne sur la terrasse, donc pas de clients, donc pas de table sale, donc pas de table à astiquée. Pas crédible tout ça. Le jeune homme leva un sourcil en regardant la serveuse. Finalement, celle-ci avoua sans qu'il n'ai rien à rajouter. Trop facile.


- Bon ok, j'vous écoutais. Mais c'était pas de l'indiscrétion. C'est juste que j'ai pour ordres de surveiller les conversations un peu tendues pour mettre les gens dehors si ça dégénère. Et faut être idiot pour pas remarquer que votre conversation est tendue.

Autrement dit. "J'étais indiscrète mais c'est pour votre bien. Ou pour mon boulot. Mais c'était pas de indiscrétion. Promis." Ou pas. Pas qu'Anthony mettait particulièrement en doute les paroles de la serveuse. Après tout, ça faisait aussi parti du job. Néanmoins, il avait quelques doutes en ses capacités à faire bouger un type comme Leo. Elle n'était certes pas frêle. M'enfin, elle était pas non plus baraqué quoi. La normale. Elle avait en face d'elle deux joueurs de Quidditch aguerri. Deux types à la carrure de sportif en soit. Dont un qu'était peut-être pas très frais mais bon passons. Tout ça pour dire que Jana n'était sans doute pas en capacité de forcer des types comme Leo à partir du bar. Puis bon, y'avait pas un truc qui s'appelait le respect quand même ? T'sais le truc qui t'empêche de dire des trucs du genre :

-Faut que vous fassiez gaffe quand vous lâchez des bombes comme ça, vous.

Ok, ça aurait put être pire. Mais quand même. Elle pouvait pas juste finir par un "Désolé, j'ai la plonge à faire" ? Ou même "Oh j'entends ma patronne qui m'appelle, ohlalala je dois y aller". Nan ? Le jeune homme émit un léger rire dans un soupir entre exaspération et réel rire de surprise. Elle avait du culot cette fille. Antho trouvait toujours assez admirable les personnes qui avaient du culot. Peut-être parce que ça lui rappelait Lyne. Encore. Même si le "culot" de Lyne était tout simplement une forme d'innocence et d'incompréhension des personnes l'entourant. Encore un truc qui le ramenait perpétuellement à cette fille qui lui manquait beaucoup trop. Le gérant d'Olly se rassit tout en restant face à Jana. C'est la deuxième fois qu'il la voyait et deux fois qu'elle provoquait une catastrophe. A croire que c'était le genre de fille à s'attirer les m*rdes.

- Je pense qu'il ne s'attendait pas à ce que quelqu'un d'autre l'écoute... dit-il simplement.

En même temps, il n'y avait pas trop bon endroit pour le dire. Il tourna sa tête un instant vers Leo, faillit parler puis se dit qu'il serait bon que la serveuse s'éclipse peut-être un peu histoire de pouvoir continuer la conversation tranquillement. Anthony se tourna donc vers la serveuse une nouvelle fois. A vrai dire, c'était aussi que la vue était plus agréable. M'enfin ça c'était une autre histoire.

- Tu veux rester ici pour continuer la conversation ? On est plus à ça près après tout...

C'était de l'ironie. Mais de l'ironie un poil trop bien dissimulée à tel point qu'on pouvait douter. On pouvait même croire que c'était une proposition tout à fait sérieuse. Du coup, restait plus qu'à espérer que Jana comprenne l'ironie. Sinon bah... Ils étaient pas dans la m*rde.
Revenir en haut Aller en bas
Nathert Brosor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Nathert Brosor, Sam 15 Oct 2016 - 15:23


Pv Célya (<3)

Rencontre avec une ex-préfète


Une bien belle journée, alors pourquoi ne pas en profiter un peu ? C'est exactement ce que tu te disais. Prenant le peu de temps libre que tu avais à disposition, tu décidas d'aller faire un petit tour au chaudron baveur, un pub agréable où tu avais eu l’occasion de venir plusieurs fois. En compagnie de personnes - ce qui était extrêmement rare - ou tout seul, ce qui était déjà plus commun.  Avant de t'y rendre, tu en avais profité pour faire un peu de lèche vitrine. Que ce soit dans des magasins de sorcier ou de moldu, la plupart vendaient des choses qui savaient attirer ton attention. Notamment les "téléphones". Des choses fascinantes en un sens. Pouvoir communiquer avec d'autres personnes avec si petit objet. Intrigant. Tout simplement intrigant. Un jour, tu devrais penser en t'en procurer un. Le problème, c'est que  tu avais en ta possession des galions, et seulement des galions. Chose très inutile pour acheter des objets moldus.   

Quoi qu'il en soit, tu décidais enfin de détacher tes yeux de ces vitrines pour reporter ton attention sur la raison de ta venue à Londres. Voulant avoir le temps de prendre une bierreaubeurre avant de repartir à l'école, tu accélérais le pas, bousculant quelques personnes sur les trottoirs. Ils devraient s'en remettre, pour l'heure, tu avais d'autres choses à faire que de leur arracher un "pardon" de la bouche. Dommage que tu ne puisses pas transplaner, ça aurait été bien plus utile que de t'essouffler. Tu avais besoin de ton énergie, sans quoi, ton attention serait au plus bas. Et Merlin sait que tu as besoin de ça pour suivre en cours.   

Tes jambes te menèrent donc à l'entrée du fameux bar, restaurant, pub ou tous ce que tu voudras. Tu t'assurais que ta bourse était toujours en place et tu rentrais à l'intérieur de l'établissement en poussant la porte. Tu débouchais comme d'habitude sur le comptoir, suivi de la salle où plusieurs tables étaient dispersées afin d’accueillir les clients qui voudrait se saouler à l'intérieur sans avoir à se geler le c*l dehors. Quant à toi, c'était tout le contraire. Tu voulais profiter de l'air frais en plus siroter une petite pinte sans pour autant te bourrer la gueule. Ce n'était pas ton genre. Toi, tu prônais la modération. Une chose très importe qu'il ne fallait jamais négliger.

Tu te dirigeais donc vers la terrasse. Une fois arrivé, tu pris une table au hasard sans t'attarder sur les clients qui étaient déjà là, en train de discuter ou de choisir leur boisson. Tu déposais tes affaires sur la chaise qui te faisait face et tu t'assis, heureux de pouvoir enfin te reposer après un semaine d'études et de devoirs. Il ne restait plus que la commande et tu serais définitivement au ange.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: La terrasse

Message par : Invité, Sam 15 Oct 2016 - 18:52




Le Chaudron Baveur


pour Nathert Brosor et Célya



- (En français) Dans le port d'Amsterdam ! Il y a des marins qui boivent !...

Être traducteur en Gobelbabil était un second travail clarifiant *c'était même un de mes rêves !* mais connaitre une autre langue "humaine", juste pour le plaisir, c'était justement un de mes petits plaisirs et cet artiste *Jacques Brel je crois...* un artiste de génie !

Ou j'en étais déjà.... Ah oui mes clients !

Journée fraiche, souvenir d'une pluie torrentielle passée, le Chaudron ne désemplissait quasiment jamais avec des gens cherchant un peu de chaleur du feu de bois, d'une bièraubeurre ou tout simplement la chaleur des vivants... C'est ainsi que je chantonnais avec un groupe de Français, attroupé à une table loin de la foule, mais il fallait que je fasse mon boulot sinon la patronne va me disputer !

Justement un nouveau client, l'air béat et la bourse bien pleine *Bon dieu je deviens un gobelin ma parole...*, avait franchi la porte pour se diriger directement vers la terrasse *il a du courage !*.

Le suivant de loin, papotant à droite à gauche avec les clients et clientes qui riaient de bon cœur *C'est l'avantage du Chaudron Baveur: un lieu qui ne manque pas de style !*. Les pas craquelant sur un parquet ayant connu les pas des plus grands sorciers comme du plus simple je me dirigeais donc vers la terrasse.

Le client déjà installé à une table je me dirigeais donc vers lui...

Pause
Sourire

- Bonjour et bienvenue au Chaudron Baveur ! Puis-je prendre votre commande ?
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: La terrasse

Message par : Leo Keats Gold, Mar 8 Nov 2016 - 10:59


BimbadaBOUM.
C'est tout ce que tu obtiens comme réponse.
Autant, si tu avais été en état de penser, t'aurais pu te dire que ton annonce allait de toute façon provoquer un choc,
Et que pour le coup, ça n'avait pas loupé.
Mais non, tu n'eu pas assez de jugeote pour ironiser. Tournant la tête en direction du fracas incongru et fort malvenu,
Et une crinière rousse à terre.
Un petit rire sarcastique que tu laisses échapper, elle n'avait qu'à pas son oreille laisser traîner.
Et le chevalier servant qui se jette à sa suite, relever la jeune femme,
Vu et revu comme technique d'approche ça. C'est bien, tu ris aujourd'hui, alors que rien ne l'avait laissé prévoir.
Puis, tu te doutais tout de même que cette échappatoire avait dû faire de l’œil à ton ancien patron.
On ne balançait pas des bombes comme celle-ci sans que l'interlocuteur ne soit par la suite gêné..
Tu crois en tout cas.  

Alors des ricanements sarcastiques devant le manège des deux lascars que je ne peux retenir,
Trop cliché, trop poussé.
Qu'elle m'ait entendu ne me dérange pas,
Il suffit d'être élève à Poudlard pour se douter de mes activités nocturnes peu recommandables,
Des rumeurs encore,
Des potins,
D'anciennes conquête qui racontent
Et une préfète qui attaque droit au cœur.
Et la petite serveuse qui tentait de justifier son action avant que ton ancien patron ne vole à son secours en bon chevalier servant.
Véritable sketch qui se déroulait là.
En tout cas ça t'arrange, l'attention s'est détournée de toi,
À croire que l'os donné à mordiller à fait son effet,
Que tu n'auras rien de plus à ajouter pour que l'interrogatoire de Anthony ne cesse.
Enfin, ça, c'est ce que t'espérais.

- Faut que vous fassiez gaffe quand vous lâchez des bombes comme ça, vous.

Je souris, légèrement, c'est pas comme si j'étais totalement en état de réfléchir d'abord,
Et puis je ne pensais pas qu'une petit fouine rousse s'amuserait à écouter.
Quelque part, peu m'importe,
Je ne suis plus à ça près,
Je pense porter assez sur mon teint pale, mes cernes, mes yeux lointains que j'ai raté pas mal de choses non ?
Au moins toi aussi, tu as ton os à mordiller.

- Je pense qu'il ne s'attendait pas à ce que quelqu'un d'autre l'écoute...

Non, en effet, mais trop tard maintenant,
Elle le sait, c'est pas grave.
Voilà que tu l'invites même à nous rejoindre Antho,
Et ça m'arrangerait bien
Pas de possibilité de subir encore l'interrogatoire.
Reprendre le masque de l'hypocrisie.
Alors qu'est-ce qu'on attend ?


- Ça n'me dérangerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: La terrasse

Message par : Célya L. Shake, Dim 13 Nov 2016 - 18:09


Réponse à Nathert




Malgré le soleil qui brillait encore dans le ciel bleu, un petit vent frais d'automne balayait les rues de la capitale anglaise. Rentrant son menton dans le col de son manteau, Célya s'arrêta devant le passage pour piéton dont le feu était au rouge. Avec ses vêtements et son allure, elle se fondait dans la foule moldue comme si de rien n'était. En même temps, elle avait été élevée dans une famille mi-sorcière, mi-moldue, malgré le fait que son sang était "pur". La blondinette avait donc l'habitude de se mêler de ce côté-ci de la population et ne pouvait d'ailleurs pas vivre sans ce côté qui faisait partie d'elle. Néanmoins, si Célya paraissait tout à fait normale, les non-magiciens pouvaient se demander ce qu'elle cachait dans sa manche droite, s'ils venaient à découvrir son fourreau d'avant-bras. Là où elle rangeait sa fidèle alliée, sa précieuse baguette magique.

Que faisait la jeune sorcière en plein Londres moldu ? La raison était très simple. En tant que gérante de l'Occamy Doré, salon de thé luxueux la journée, cabaret la nuit, elle se chargeait également de faire quelques courses pour l'établissement. Elle tenait dans chaque main un sac en toile rempli de victuailles et autres produits. En vérité, l'ancienne Serdaigle avait utilisé deux petits sortilèges pour pouvoir transporter de nombreuses courses en une fois : l'un pour agrandir l'espace dans les sacs, l'autre pour alléger le poids. En restant discrète, elle était parvenue à faire ses emplettes tranquillement. A présent, la voilà qui retournait vers le Chemin de Traverse pour déposer les provisions. Après cela, elle avait son après-midi et sa soirée libres.

Finalement, deux heures plus tard, la blondinette put enfin se permettre de prendre congé de son établissement. Célya avait dû régler deux-trois petites choses après son arrivée avec les courses, et cela avait pris un peu plus de temps que prévu. Néanmoins, la jeune femme ne rechignait pas à la tâche, elle était totalement dévouée à l'Occamy Doré. Ce fut donc le sourire aux lèvres qu'elle sortit sur le Chemin de Traverse. L'air frais de cette journée rosit rapidement ses joues, bien qu'elle ne comptait pas rester dehors au vent tr!s longtemps. En effet, cela faisait un moment qu'elle souhaitait retourner au Chaudron Baveur, et l'occasion se présentait enfin. Une après-midi tranquille, sans fatigue de son travail.

Lorsque la sorcière poussa la porte de l'établissement, elle fut envahie par une salve de souvenirs. Souvent, elle venait ici étant petite, quand ses parents tenaient encore Ollivander's. Un peu nostalgique, elle se dirigea d'emblée vers la terrasse car c'était là qu'ils allaient s'asseoir tous les quatre, avec Aaron. La tête pleine de souvenirs, Célya avançait entre les tables mais elle s'aperçut que la table habituelle était déjà prise par trois personnes. Dommage... Elle fit alors demi-tour, résignée à trouver une place au bar quant elle fit la douloureuse rencontre avec le sol. Surprise, elle eut tout juste le temps de se rattraper sur ses mains.

« Aaah ! glapit-elle en se réceptionnant. Qu'est-ce que... ? »

Elle s'était juste pris les pieds dans une sangle de sac qui traînait là. Près d'une chaise. La propriétaire marmonna une excuse derrière un rire difficilement retenu et bougea le sac pour qu'il ne soit plus dans le chemin. Exaspérée et les joues en feu par la honte de cette cascade impromptue, Célya se remit sur pieds, tentant d'être le plus digne possible. Elle remarqua alors que dans sa chute, elle avait entraîné la chute d'autres choses : des affaires appartenant à un autre client, assis seul à la table juste à côté.

« Oups, désolée... fit-elle en haussant les épaules.

Mais elle se dépêcha de ramasser les affaires tombées. Elle espérait que le jeune homme ne soit pas trop mécontent, mais bon, ce n'était pas de sa faute si elle avait trébuché !
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Erundil Trismegiste, Dim 13 Nov 2016 - 20:02






Le Chaudron Baveur


pour Nathert Brosor et Celya L. Shake (?)


HRPG:
 

Premier jour de service. Enfin. La journée se fait lumineuse, pour un automne. Une brise légère vient fredonner aux cheveux des passants. Les clients à l’intérieur semblent ravis d’être bien au chaud. Je suis personnellement très content d’être ici, à apporter les commandes, faire le service du mieux que je peux. C’est le premier jour, j’ai voulu faire bien. Un pantalon de ville, couleur … pantalon de ville … Une chemise couleur Chaudron Baveur, avec une légère tâche de café de ce matin, mais qui ne se voit presque plus. Et des bretelles, car je trouvais ça plutôt cool, en me voyant partir ce matin. L’objet donne un style particulier, il est vrai. Je ne le regrette pas, mais j’ai remarqué quelques regards, au début de la journée, assez amusés. Puis ils m’ont vu les servir correctement, le sourire un peu désagréable s’est transformé en un sourire simple et sincère. Les clients étaient plutôt contents de moi, dans l’ensemble. Plutôt pas mal pour une première fois. Même si la fatigue pouvait commencer à se faire ressentir. Cérébrale surtout, à devoir apprendre et se rappeler de tellement d’informations. Je ne me rendais pas compte, ne pensais pas qu’il allait être aussi difficile, ce stage au Chaudron Baveur. Mais l’endroit me plait, et je souhaite faire un bon travail. Alors je reste souriant. Ce personnage n’est pas moi, en cette fraiche journée, mais c’est un moi bien pour le travail. Alors je continue avec ce visage.

Un client. Tout nouveau tout beau. Il rentre puis ressort. Apparemment attiré par la fraicheur du dehors. Son visage me dit quelque chose. Étrange. Mais trop lent, un collègue prend les devants. Déçu, je ne me suis pas encore occupé de la terrasse. Mais tandis qu’il sortait voir le client, il rentre précipitamment. Il m’explique la situation, en secret dans un coin, me dit qu’il a rendez-vous ailleurs et qu’il devait être parti depuis déjà 10 minutes. Je lui dis que je prends la suite et qu’il n’a pas à s’inquiéter. Il me sourit, et s’en va, comme un vieil ami il me tapote l’épaule. Et s’en va. Je lui souris une dernière fois.

Je sors donc sur la terrasse. Alors qu’une demoiselle vient embrasser le bitume de tout son corps. Se redressant, elle discute avec l’homme que j’allais voir. Un peu inquiet, j’espère qu’elle n’a rien. Je ne sais pas si elle est cliente ou juste passante. Je l’ai juste vu sortir. Tant pis, je me lance quand même. J’arrive à la table de l’homme au visage qui me parle un peu.

- Bonjour. Je suis Erundil et vient remplacer votre serveur précédent qui a dû s’en aller pour raison personnel.

Je ne souris pas assez et parle trop. Je reprends donc … Sourire, pas trop exagéré, juste ce qu’il faut. Un sourire sincère, je m’imagine revoir un vieil ami.

- Avez-vous choisi ce que vous désirez ?

Voilà, c’était impecc’ ! Je me tourne vers la demoiselle. La dame ? Owh mais … Ce visage me parle également… N’était-elle pas à Poudlard ? Oh, mais lui aussi, je crois ? C’est une coïncidence plutôt drôle. Mais je reste concentré. Professionnel. Je me tourne vers elle.

- Madame ?

Sourire à la sophisticated man, léger penchement vers l’avant, une courbette de bienvenue que j’avais pu voir dans des séries japonaises. J’ai toujours trouvé cela très distingué.

Je reste près d’eux, en l’attente de sa/leur commande. Je ne sais pas ce qu’elle souhaite faire. D’où le côté interrogatif de ma voix. Quoiqu’il en soit, je reste là, attentif, patient, prêt et à l’écoute des commandes.
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Harmony Lin, Jeu 15 Déc 2016 - 0:50


RP avec Emily Lynch

Rendez-vous.
Lettre.
Espoirs.
De retrouver le tueur.

Attente.
Montre à la main.
Bar.
20h.

J'arrive. Et je m'installe, comme prévu, sur la terrasse. Heureusement qu'il ne fait pas trop froid aujourd'hui. Mais qu'importe.

Anxiété.
Et si elle me posait un lapin ?

J'ai besoin d'elle. Elle peut m'aider à remonter. A le trouver. A faire mon enquête.

Je veux qu'elle soit ma Watson. Ou mon Sherlock. Comme elle veut. Mais j'ai tant d'espoirs en elle que c'en est presque douloureux. Douleur engendré par mon ventre réagissant à la petite voix mesquine. La petite voix qui me dit :

"Elle ne viendra pas. Pourquoi viendrait-elle ? Qu'as-tu fais pour elle ? Elle ne connait pas. Pourquoi te rendrait-elle service ?"

Voix assassine. Qui plonge dans mon cœur et qui me torture. L'esprit. Le corps. C'est cette petite voix qui existe depuis un an. Qui me hurle de ne pas reprendre espoir. De ne pas me battre. Qu'il faut juste que j'abandonne.

MAIS JE NE PEUX PAS.

Je ne peux pas laisser tomber. Pour tous ceux qui m'ont aidé à repartir. Qui m'ont redonné de l'essence. Et surtout, pour moi. Pour que ce démon disparaisse. Alors que mon esprit s'amuse à se jouer de moi, je joue avec mes cheveux. Sans même en avoir conscience. Peut-être est-ce juste pour passer le temps ?

Il est l'heure de dîner mais mon ventre est noué. A la seule pensée d'être seule. Et de devoir encore affronter mes démons pour un moment. Car toute seule, je le sais bien, je ne suis pas aussi forte qu'à deux. Si Sherlock n'est pas tout seul, c'est qu'il a besoin de Watson.

Alors je patiente. Et j'espère.
Revenir en haut Aller en bas
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Vhagar Meraxès, Mer 21 Déc 2016 - 4:19


Rencontre avec Mlle Winslow


Petite balade nocturne sur le chemin de traverse. Les passants avaient pour la plupart déserté les lieux, rendant la ruelle habituellement mouvementée plus calme que Poudlard après le couvre-feu. Quelques groupes de jeunes avec des projets de soirées alcoolisées croisaient son chemin, sans vraiment y faire attention. Aussi stoïque qu'un géant sur champ de bataille, les coups d'épaule fusaient, mais chaque fois Vhagar vainquait sans broncher. L'amusement des petits grognements que lançaient les victime du passage du Nordique grimpait au fur et à mesure que l'épaule en heurtait une autre. Jusqu'à ce que le Chaudron Baveur soit à portée de vue.

L'arrivée des premières fraîcheurs des prochains jours méritaient une dernière, ou avant dernière visite des terrasses. Une fois une bonne partie des fêtards extérieurs de mauvaise humeur, il tira une des chaises près du seuil de l'établissement et passa une main vive pour en éjecter les petite saletés. Il la tira un peu plus pour s'asseoir dessus, et se posa doucement comme après une grosse séance d'exercice. La coutume voulait qu'il viennent au Chaudron lorsque la journée l'avait éreintée. La première fois après un combat singulier bestiale qui lui avait failli coûté la vie, la deuxième moins monstrueux mais plus obscur contre celui qui semblait être le Seigneur des Ténèbres. Dans le cas d'un ours ou d'un mangemort à l'expérience confirmé, il en été réchappé avec des lourdes blessures, mais la priorité voulait qu'il se rende ici pour vaincre la douleur à l'aide d'un bon coup de pur feu. Mais aujourd'hui, rien de plus normal. Il avait simplement fait son travail de paperasse habituel, donné quelques heures d’entraînements à sa novice, et pour une fois s'était bien occupé de ses animaux. D'ailleurs le serpent n'allait pas tarder à éclore. Une question d'heures, probablement. Le temps de prendre un petit canon en solo, ou pas s'il venait à être rejoins comme à chaque fois qu'il se retrouvait dans cette chaleureuse auberge. Si on pouvait appeler ça une auberge.

Aussi confortablement sur son trône bien fragile, le Nordique tira une cigarette. Le bon plan de la terrasse. Il pouvait faire ce que bon lui semblait de sa santé en toute liberté, tant qu'il le faisait à l'extérieur. Il posa lourdement ses pieds sur la chaise d'en face, jusqu'alors vide, et pencha la tête en arrière, appréciant les instants comme celui-là, où, en pleine forme, on rigolait des souvenirs douloureux apportés par l'endroit. Ah. Les souvenirs douloureux... Le sourire s'en alla.
Revenir en haut Aller en bas
Jana Winslaw
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Jana Winslaw, Mer 21 Déc 2016 - 19:14




Le Chaudron Baveur


PV Vhagar



Winter is coming, comme diraient certains. Pas toi. Les soirées londoniennes sont encore douces, assez pour que tu te promènes en short et en t-shirt sur la Terrasse. Voulant profiter des dernières soirées agréables, t'as laissé l'intérieur aux nouveaux. Evidemment, les verres se sont enchaînés pendant la soirée. C'est parfois à se demander si t'es serveuse ou juste la videuse officielle du Whisky Pur-Feu. Mais bon, ce serait impoli de refuser les verres qu'on t'offre. Surtout quand tu te les offres toi-même, en fait. Faut bien pimenter un peu les soirées chiantes. Entre les groupes d'étudiants venus s'alcooliser pas cher et les habitués qui tiennent le bar comme si leur vie en dépendait, c'est pas très palpitant.

Dans la douceur du soir, tu décides de ranger un peu. Un coup de baguette et une pile de verre s'élève sagement. Hop, un coup de poignet à droite, tu ouvres la porte avec tes verres. Tu rentres dans le Bar et tu vas poser tout ça dans la cuisine. Allez, un trajet qui est fait. S'en suit un deuxième. Parfois, c'est un peu répétitif comme boulot mais t'aimes bien. Tu ressors une dernière fois. Plus rien de sale à l'horizon, tu peux t'accorder ta pause. T'allais poser tes fesses sur une chaise libre quand tu le remarques. Ah oui, tu connais ce gars qui est élégamment affalé sur deux chaises. Tu l'as déjà servi, une fois où il est venu avec Benbow. C'était y a peut-être  pas si longtemps ? Tu sais plus trop. Le temps, c'est subjectif. Toi, t'es là, tu sers, tu bois des verres. C'est un soir sur deux ou une journée sur deux. Faudrait que tu tiennes un carnet pour savoir.

Le gars, là, il était mignon dans tes souvenirs. Peut-être un peu amoché. Tu sais plus trop. Faut vraiment que tu tiennes ce foutu carnet. Impossible de se souvenir de son nom. Tant pis. Il va falloir refaire connaissance. Tu rajustes ton haut. Vert émeraude, couleur de ta maison, contraste de tes cheveux. Parfaite. Tu tentes un sourire et tu l'abordes.

-Bonsoir, qu'est-ce que je peux vous servir ?
Revenir en haut Aller en bas
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Vhagar Meraxès, Jeu 22 Déc 2016 - 18:43


Entre les quelques bruits typiquement ménagers de l'intérieur du Chaudron et les onomatopées dégoulinante de ses bords, la tranquillité était loin d'être à son comble. La terrasse n'était peut-être pas une bonne idée. On aurait pu se croire dans une calme ruelle de l'allée des embrumes. Calme certes, mais de l'allée des embrumes, ce pourquoi la comparaison n'était pas tellement relative. Surtout qu'on parlait de deux types d'accalmies bien différentes. Et au moment ou il songea que ce n'était pas si grave, que les groupes allaient s'éparpiller, que calme allait revenir au galop, un pauvre homme à moitié vautré dans ses propres tripes, puant la liqueur à plusieurs dizaines de mètre criant une phrase incompréhensible dans un langage inexistant. S'il y a bien un type de personne que Vhagar ne pouvait pas se voir, c'était ceux qui ne savaient pas se contrôler, et qui sans connaître leur limite, comptait sur les autres pour réparer leur erreurs. Il n'était pas du genre à se priver d'une bonne beuverie, mais jamais il ne s'était retrouvé dans un état pareil, probablement parce-qu'on avait l'habitude de lui mettre un stop, croyant véritablement qu'il avait trop bu, alors qu'il était à peine à la moitié de son réservoir maximum. Son héritage de résistant à tout volume ou pourcentage était parfois un handicap. Lorsqu'il aurait aimé s'enfoncer dans l'oubli de soi-même que procure l'alcool, il vomissait non pas d’éthylisme mais d'un estomac trop rempli. Le coin de sa lèvre dessinait alors une courbure vers le sol, alors qu'il cessait de penser. Il reprit une nouvelle bouffée de tabac, et son visage marbreur revint à la dure normale, le bras retombant à la verticale.

Il était quasiment sur le point de s'en aller, ou de rentrer à l'intérieur, tant l'endroit devenait désagréable. Et puis, fatigué par sa journée et par la situation qui semblait empirer, il sortit l'espace d'un moment sa baguette, et lança un Bombarda au milieu de la rue pour en faire fuit les moins téméraires. Objectif quasiment atteint, une bonne partie s'étaient barré en criant, alors que ceux qui restaient restaient ceux qui ne tenait pas debout. Il les fit taire chacun d'un simple Stupéfix gentiment dosé, avant de ranger sa baguette dans son fourreau. Le calme était revenu. Pas aussi simplement qu'une action altruiste, mais il n'avait pas bougé de sa chaise, et c'est tout ce qui lui comptait.

La soirée s'annonça un moment douce et confortable, et s'annonça d'autant plus agréable lorsqu'une belle jeune femme passa le passage vers l'intérieur. Il la regarda un moment, discrètement sous toutes ses formes, et lui lança un sourire racoleur. Puis il se figeât un moment. Son visage lui disait carrément quelque chose. Oui, cela lui revenait. Le soir ou l'ours l'avait battu à plate couture. Il avait rencontré Benbow, et cette jeune demoiselle. Mais c'était il y a quoi, 3 ans? Elle ne se souvenait probablement pas de lui. Elle avait bien changé, et en bien. Une vraie femme. Qui ne semblait pas le reconnaître. Qui parla la première.

-Bonsoir, qu'est-ce que je peux vous servir ?

-Oh, un peu de détente pour commencer? Je parle d'hydromel, bien sûr. Et il lui sourit de nouveau, l'accompagnant d'un bref silence, après quoi il reprit, brisant la bien fine glace. Winslaw, je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Jana Winslaw
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Jana Winslaw, Ven 23 Déc 2016 - 0:39




Le Chaudron Baveur


PV Vhagar




La tranquillité du lieu t'interpelle. C'est rare que la terrasse soit aussi calme quand la soirée est avancée. Pourtant, t'as pas le temps d'élucider ce mystère. Le blond plutôt pas mal dans son genre te répond. Oh, ça semble bien parti : il se souvient de ton nom de famille. Tu acquiesces et tu rajoutes, enjôleuse :

-C'est ça. Jana Winslaw. Tu marques une pause. Je vais vous chercher ça tout de suite.

Tu te retournes doucement et repars d'une démarche qui tu espères relativement gracieuse. C'est pas trop ton genre d'allumer le client mais ta soirée manque follement d'amusement. Alors bon, comme il a l'air plutôt sympa et que t'es déjà un peu éméchée, pourquoi ne pas jouer un peu ? Tu sers rapidement un verre d'hydromel. Et tu attrapes un Pur-Feu pour toi. Parce que le Whisky, c'est ton ami. Repartant vers la terrasse immédiatement, tu ne remarques pas la cohue à l'intérieur et crie vers les cuisines que tu prends ta pause. Bon, c'est au moins ta troisième pause de la soirée mais hé...Privilège de la gérante, deal with it. Tâchant de ne rien renverser, tu retournes vers la table. Slalomant entre clients dans un état de sobriété relative et  tables, tu parviens à déposer les deux verres sur la table.

-C'est pour moi, les verres. Avec un sourire, tu attrapes une chaise à la table d'à côté et t'installes, non sans préciser : C'est ma pause, ça ne vous ennuie pas si je m'installe avec vous ?

Sans attendre de réponse, tu attrapes ton whisky. Tu fais tourner le liquide une fois ou deux dans son contenant et tu en bois une gorgée. Tu adores cette sensation qui racle la gorge, la chaleur dans l'œsophage. Cet alcool qui te rend parfois un peu trop sûre de toi. Il n'a peut-être pas envie d'être dérangé...Tant pis, tu es installée trop tard. Reposant ton verre peut-être un peu trop fort, à entendre le "clac" sec qu'il fait en rencontrant la table, tu regardes attentivement ton interlocuteur. Ah ouais. Pas mal du tout. Les yeux bleus, les cheveux blonds courts, il ressemble à ton souvenir embrumé de cette soirée avec ton prof.

-Désolée, je me souviens plus de votre nom, c'est assez lointain. Très lointain, en fait. Il s'en est passé des choses, depuis.

Tu sors le paquet de cigarettes de ta poche et t'en allumes une. Une bien mauvaise  habitude, comme ta grand-mère te le répète depuis des années. Tant pis. Première bouffée. Les arômes de goudron se mélangent au goût du whisky sur ta langue. C'est la saveur que tu préfères. Celle des pauses, celle des verres, celle de ce moment où t'es pas gérante. T'es une fille qui boit un verre. C'est tout.

Consommations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Vhagar Meraxès, Dim 25 Déc 2016 - 20:11


Vhagar haussa un sourcil en posant sa question, le rabaissa contre un sourire satisfait au moment ou elle lui concédait la bonne réponse. Il n'avait à vrai dire aucun doute, car sa mémoire était l'un de ses meilleurs atouts. Il avait même évité de paraître sûr de lui, elle aurait de toute évidence trouvé ça très étrange. Pas de rapport d'espionnage, juste une excellente faculté à se souvenir. Elle alla chercher ce quoi sustenter la soif du Nordique, semblant prendre soin de sa démarche et mettant sa silhouette en valeur, ce qui ne fût pas pour déplaire au Nordique, qui ne compris pas bien néanmoins à quoi elle jouait. Il appréhenda mieux lorsqu'elle revient avec non pas un mais deux verres remplis, à la grande satisfaction de Vhagar qui néanmoins ne trahissait rien de ses traits. La tête droite, le corps en parfait L incliné, les pieds toujours sur leur piédestal, les yeux dans ceux de la jeune femme qui s'asseyait à côté de lui, en lui demandant si elle le pouvait. Vhagar, voyant qu'elle n'attendait visiblement pas de réponse, n'ajouta rien et se contenta de lui lancer un sourire charmeur. Sourire qui s'effaça vite lorsqu'il réalisa la blague du siècle. Winslaw était entrain de siroter un Whisky. Par définition, il avait l'air du faiblard entrain de boire un hydromel en face d'une femme forte. C'est la comparaison qui lui vint en tête et elle lui était insupportable. Un silence s'installa pendant qu'il cherchait une manière de contrer le problème, regardant le vide. Elle posa lourdement son alcool, ce qui convint le Nordique qu'il n'avait pas à faire à une petite joueuse, et ce qui brisa le son bref des mouches volant.

- Désolée, je me souviens plus de votre nom, c'est assez lointain. Très lointain, en fait. Il s'en est passé des choses, depuis.

Décidé à renverser l'issu d'un duel probablement inexistant, Vhagar prit son verre à une main, le porta à ses lèvres, et ne le reposa qu'au moment ou l'intérieur fût entièrement sec. La sensation de froid lui procura un plaisir plus intense que la boisson en elle-même, et il poussa le verre vers le centre de la table, relâchant un agréable souffle frais témoin de la chute du mercure dans son œsophage. Il venait d'enfiler un demi-litre de dérivé de bière au miel, et pourtant aucun retour ne vint. Comme s'il avait bu un litre d'eau.

- Oh que oui, il s'en est passé. Ces mots sortirent alors que le Nordique observait la rousse de long en large. Il la dévorait clairement du regard. Ses yeux rejoignirent ceux de cette dernière, et il réalisa à quel point il n'avait pas été discret. Un rire gêné forcé s'échappa, et il continua, revenant au sujet moins intéressant.

- Vhagar Meraxès. Et j'voudrais bien un petit Whisky, moi aussi. La regardant avec convoitise et intérêt, mais pas sans avoir l'air gêné de devoir la faire se relever alors qu'elle s'était à peine assise. Il aurait bien pu aller se servir seul, mais la propriétaire, et elle non plus, n'aurait surement pas été de cet avis, alors il ne prit pas le risque. Prenez en un pour vous, si vous le souhaitez ! C'est mon tour de tournée.
Revenir en haut Aller en bas
Emily Lynch
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Emily Lynch, Lun 26 Déc 2016 - 14:32


RP avec Harmony Lin
Désolée pour l'attente

Une lettre reçue, rien de surprenant, c’est juste une lettre, on en reçoit plein par hibou ou d’autres animaux un peu plus exotiques. Ce qui était un peu plus surprenant par contre, c’était son contenu, le message était assez étrange, non pas étrange, mais très inattendu. Le nom de la personne qui avait envoyé cette lettre ne surprenait en aucun cas la rouquine, elle s’y attendait un jour ou l’autre qu’elle lui envoie un courrier afin de discuter à nouveau de ce dont elles avaient parlé il y a de ça un certain temps à présent. Recevoir un message de la part d’Harmony était loin d’être une surprise, c’est ce qu’elle avait écrit qui fit faire de grands yeux à Emily. Qu’était-ce, une demande de service  ou un appel au secours ? Elle ne pouvait en dire plus sur sa lettre, trop risqué… Cela était plutôt inquiétant, qu’avait fait donc fait la Serdaigle ? Emily lui avait dit d’être prudente, de ne pas prendre de risques, avait-elle désobéi à ses recommandations et s’était-elle mêlée à quelque chose dont elle n’aurait pas dû ? Si la rouquine voulait le savoir, il lui faudrait se rendre au lieu de rendez-vous fixé par Harmony, elle se devait de respecter son engagement, elle l’avait dit, en cas de problème elle serait là.

Rassemblant quelques affaires, il était l’heure, elle serait probablement un peu en retard, mais les choses de la vie font qu’on n’a pas toujours le choix. Emily s’en voulu de faire attendre Harmony, mais elle se disait qu’elle comprendra, peut-être même qu’elle ne dira rien, satisfaite qu’Emily soit venue au rendez-vous… Enfin quoi qu’il en soit inutile de trainer plus longtemps, même si ça n’était pas entièrement de sa faute, il était hors de question d’arrivée plus en retard que cela. Une fois sur place, elle chercha la brune du regard, rendez-vous sur la terrasse, elle ne pouvait pas la manquer. Croisant des visages inconnus, ses yeux s’arrêtèrent net sur un visage familier, Harmony.

Sourire aux lèvres, elle s’approcha doucement afin d’être certaine de ne pas la prendre par surprise, elle qui semblait assez inquiète dans sa lettre, inutile de lui donner une raison de l’être encore plus, surtout qu’en la regardant de loin, elle ne semblait pas être tranquille. Enfin, il fallait rester calme et écouter les choses, peut-être que ça n’était rien de grave, mais Emily ne le sentait pas trop, elle craignait tellement qu’Harmony se soit mis dans la m*rde…

- Bonsoir Harmony, désolée pour mon retard… Comment vas-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Erundil Trismegiste, Lun 26 Déc 2016 - 23:46






Le Chaudron Baveur



pour Harmony Lin et Emily Lynch



Costume, prêt. Montre à gousset moldue, prête. Devoirs, terminés. Sac pour demain, prêt. Sacoche pour partir au travail dans 10 minutes, prêt ! Dernier aperçu de la bestiole dans le miroir. Le costume, ça fait trop. J'enlève la veste. Parfait, là ça fait serveur. Juste avec le gilet, le fil de la montre qui sort de sa poche. Je fais très « vieille Angleterre ». Je voulais essayer ce style depuis un moment, je trouve ça chic, et j'ai envie d'être présentable au travail. Faire honneur au Chaudron Baveur. Et faire honneur à ma chef. Et bien, je me trouverais presque beau. Enfin … Je m'habitue à ma trogne, c'est surtout ça.

Fin prêt, donc. J'abandonne les chambres de Poudlard pour le froid de saison. J'aurais bien pris mes gants, malheureusement, je les ai oublié quelque part. E ne me souviens pas où. Les doigts craquent de froid. Ce lourd manteau protège assez bien de l'hiver. Assez bien pour ne pas être frigorifié une fois arrivé au travail. A l'auberge.

Aah, l'auberge. Cette ambiance est magique. Un vrai nid douillet où tout est chouchouter avec soin, pour que les clients s'y sentent un peu comme chez soi. Sauf qu'ils n'ont qu'à mettre les pieds sous la table, et le reste, c'est mon job !

Alors j'y vais, le service démarre tranquillement, et doucement la température remonte. Ca pourrait même être agréable de se poser sur la terrasse. D'ailleurs, en voilà une qui s'y installe. Je la remarque de l'intérieur. Intérieurement, j'ai soudainement plus chaud. Ce visage est un souvenir. Un agréable souvenir. Je me souviens qu'elle n'allait pas très bien. Malheureusement, la jeune Serdaigle semble toujours tendue. Attend-elle quelqu'un ? Ah, le quelqu'un en question finit par répondre à ma question. Les demandes se calment à l'intérieur, je me lance donc durant se temps de calme pour aller voir la fraiche clientèle du dehors.

La porte s'ouvre. La porte se ferme. Un pas. Puis deux pas. Me voici, me voilà. Face aux deux demoiselles. L'autre visage. Déjà vu également. Décidément, le monde est petit.

- Bonjour. Face la Serdy. Puis me retourne vers Emily. Sourire à elle aussi.

- Je vous félicite pour votre courage d'être sur la terrasse. Puis-je vous proposer une boisson chaude ? Ou bien autre chose. N'hésitez pas à demander. Je vous laisse la carte ici.

Après ma petite présentation, je souris de nouveau à Harmony. Puis je reste non loin de leur table. Assez loin pour ne pas gêner la conversation. Puis assez proche pour qu'elles m'appellent une fois qu'elles voudront quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La terrasse

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 27 sur 28

 La terrasse

Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.