AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 15 sur 16
Balcon sous les étoiles
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
Elhiya Ellis
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Elhiya Ellis, Sam 29 Juil 2017 - 17:32


Quelques mots, rien de plus, juste quelques mots abandonné vaguement au gré du vent alors qu’Elhiya ne quittait plus le ciel des yeux. Cependant, elle haussa un sourcil dubitatif avant de regarder son interlocuteur. Elle dodelina de la tête, trouvant soudainement la métaphore utilisée par l’aiglon bien terne et vide, comme s’il avait abdiqué, acceptant de ne pouvoir être ce qu’il aurait dû par le passé, fermant les yeux sur les multiples possibilités qui lui étaient offerte, préférant se noyer dans la masse. C’était encore plus triste que d’être un oiseau dépourvu d’ailes au final. Un soupire lui échappa alors qu’elle abandonnait lentement son perchoir temporaire.

« Rien ne t’oblige à faire comme les autres, personne ne t’en voudras de vouloir créer ton propre monde. Au contraire même »

D’un léger sourire, la blonde lui tourna le dos, s’appuyant sur le rebord du muret avec ses coudes, posant sa tête entre ses mains. Cette soirée avait pris un tournant étonnant. Elle qui était venue pour être se retrouvait en compagnie d’un Serdaigle dont la compagnie s’avérait agréable. Et pourtant, tous deux ne faisaient pas grand-chose, se noyant uniquement dans les merveilles de la nature, laissant les caprices du vent jouer avec eux, et échangeant quelques brides de paroles aux significations qu’eux seuls comprenaient.

C’était agréable, pas de conflit, pas de rivalité, rien, hormis les doutes et craintes personnels que chacun avait apporté avec eux. Nouveau silence tacite alors que la blonde regardait une étoile filante mourir sous ses yeux. La tradition moldu voulait qu’on fasse un vœu lorsque notre regard arrivait à en capter une. C’était une croyance mignonne mais bien naïve au final. Dans un battement de cil, elle reprit la parole doucement, ne voulant troubler le calme qui les caressait.


« Les étoiles peuvent mourir sous les yeux indifférents de quelques mortels, tâche de briller plus qu’elles petit colibri, que quelqu’un puisse toujours te ramasser si tu tombes. »

Conseil que le jeune homme ne comprendrai très certainement pas, mais l’écailleuse se moquait de savoir qu’il arriverait à saisir ce qu’elle lui disait, elle se perdait vers le ciel de velours, vers les étoiles qu’il avait réussi à capturer, les conservant jalousement que pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Sirlan Svarkfor, Lun 31 Juil 2017 - 11:33


Ses yeux restaient prisonniers de l'écrin céleste. Cependant elle marqua une certaine surprise à l'entente de mes mots, en haussant un sourcil. Ses yeux s'arrachèrent à la contemplation nocturne pour me fixer de ses iris bleu délavé. Elle fit un mouvement de tête dont je ne saisis pas bien le sens,, et un soupir résigné s'échappa de ses lèvres. J'avais l'impression d'être un enfant turbulent.

« Rien ne t’oblige à faire comme les autres, personne ne t’en voudra de vouloir créer ton propre monde. Au contraire même »

La plume de l'ange se reposa à nouveau sur le visage de la fée dorée, qui se détourna un peu de moi.

"Je ne me suis pas bien exprimé. Je voulais dire qu'ainsi je pourrais... Peut-être... Pour une fois... Être avec les autres... Les comprendre... Tout en me laissant un espace à moi, une part d'imaginaire..."


Un léger souffle de vent vint soulever mes délicates mèches de cheveux ainsi que celles de mon interlocutrice. Le silence reprit ss droits en lourd chapelet de plomb, qui semblait de plumes tellement il était doux... Cette soirée était une merveille, un miracle, et l'échange était permanent entre la nymphe de nuit et moi, en oisillon blessé-étoile filante.

« Les étoiles peuvent mourir sous les yeux indifférents de quelques mortels, tâche de briller plus qu’elles petit colibri, que quelqu'un puisse toujours te ramasser si tu tombes. »


M'abreuvant et me nourrissant de ses paroles régénératrices, elle s'immergea à nouveau dans la route des astres.

"Oui, mais si le petit colibri tome, à présent, il pourra peut-être compter sur une fée aux cheveux d'or rencontrée durant une soirée étoilée..."
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Elhiya Ellis, Lun 31 Juil 2017 - 16:55


Nouvelle nuée de mots, hésitant, tâtonnant, à la recherche d’une nouvelle formation plus correcte. Ses mêler aux autres, les comprendre, faire part d’un grand tout unique, c’était très louable comme intension, mais à mille lieux de l’état de pensée de la blonde. Elle n’avait rien dit, juste concédée à hocher la tête affirmativement. Après tout, elle ne voulait pas lui faire perdre espoir directement. A ses yeux le monde était vide, creux, hypocrite et mesquin, il fallait généralement faire tomber les autres en premier avant que ce ne soit eux qui vous poussent dans le vide. C’était pour ça qu’elle était montée dans la tour d’astronomie ce soir, pour les oublier, tous autant qu’ils étaient, pour ne plus voir cette ridicule comédie qui se jouait dans chaque dortoirs de l’école.

Les rayons blafards et sombres de la lune eux, étaient honnêtes, on pouvait les voir, on les devinait froids, distants et glacé, et quand on passait la main sous leur lueur, aucun doute n’était possible : ils n’étaient capable d’aucune chaleur. Au moins c’était simple. Comme pour ces étoiles, moqueuses et silencieuses qui les narguait sur leur tapis de velours. Personne ne leur demandait rien, car on ne pouvait leur offrir aucune requête, et ce n’était pas plus mal. C’était comme ça qu’Elhiya concevait le monde qui les entourait : sourd à n’importe quel appel.

Pourtant de temps à autre, la route qu’elle avait choisie la menait vers un oisillon perdu, et alors qu’elle craignait qu’il voit en ses belles écailles luisantes un semblant de lumière, il lui assénait ses espoir sans aucune prérogative. La jeune femme se tourna pour faire face au petit colibri. Elle lui sourit avec douceur et soupira lentement. Une fée... Il avait vu pendant une brève seconde, le halo argenté de la lune se refléter sur le rideau soyeux de sa chevelure d’or, et pourtant c’était là la seule source et unique de lumière qu’elle était capable de diffuser. Plongeant ses yeux clairs dans les sien, elle se demanda pendant un instant comme il avait pu la comparer à un être du genre.


« Les fées avec leur vaniteuses beautés ne pourrait guère te seoir mon petit oiseau, elles sont trop illusoire. Cependant si tu tiens réellement à de la compagnie, je ne peux te proposer éventuellement que l’attention discrète d’un chaton à la robe de jais. Bien moins superficiel, bien plus mesquin. Je n’aurais que ça à te proposer mon cher colibri. »

L’échange était appréciable, différent, onirique et fantasque. C’était peu courant pour la blonde de se complaire en un échange verbal si léger, c’était très certainement ce qui l’avait poussée à ne pas l’envoyer paitre suit à sa dernière supposition.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Sirlan Svarkfor, Sam 5 Aoû 2017 - 20:42


Elle hocha la tête, signe d'une connivence approximative. Politesse ou véritable accord ? Difficile de le dire. Peut-être qu'en fait depuis le début elle disait faux. Peut-être qu'elle se jouait de moi. Peut-être que la lueur d'espoir qu'elle me faisait entrevoir n'était qu'hypocrisie et manipulation. Pourquoi était-elle vraiment montée jusqu'aux étoiles ce soir-là ?
En fait, toutes ces questions et tous ces doutes, je m'en moquais. J'avais envie d'y croire. J'y croyais.

La lune nous scrutait toujours de son œil pâle et froid, morbide. Elle semblait toujours nous jauger de toute sa hauteur de satellite. En fait elle était comme moi. Si haute, si froide, mais juste un satellite comme les autres. Et les étoiles, ses sœurs piquées dans le ciel comme des diamants tissés dans l'obscurité n'étaient que des cailloux. Mais par leur splendeur, elles dominaient. C'était aussi simple que ça. Pour les voir briller, il faut qu'elles soient loin. De près, elles répugnent. Elles ne sont qu'illusion et tromperie...
C'est pour ça que je ne voulais pas comparer ma fée de la nuit à ces roches stellaires. Non, elle, elle était plutôt... Un soleil. Voilà. Lui, il était pur. Vrai. Autant la lune et les étoiles étaient menteuses, autant lui, il était chaleureux et honnête.

C'était une nuit bien étrange que cette nuit là. Moi, en oisillon blessé, confiait tout mon malheur et le fardeau de cette aile perdue à une apparition nocturne miraculeuse. La nuit semblait être tissée dans la soie tant elle nous enveloppait bien. Tant elle était douce... Même constellée de mensonges et d'hypocrisies, on ne pouvait lui ôter sa beauté. Peut-être qu'en fait c'était ça le monde, la vie. Plein de vices, mais beau...
Elle se tourna vers moi. Elle sourit, puis soupira. Mais son sourire semblait différent des autres qu'elle avait pu m'offrir. Il ressemblait à celui qu'un adulte faisait à un enfant pour lui annoncer que le Père Noël n'existait pas. C'était le sourire gêné de la mauvaise nouvelle et de la désillusion. Elle voulait démentir la superbe vérité. Non... Pas besoin... Un nuage passa devant le globe lunaire argenté, ôtant toute la faible lumière qu'elle nous procurait, pour nous plonger dans la nuit la plus complète. Elle posa ses yeux sur les miens.

« Les fées avec leur vaniteuse beauté ne pourraient guère te seoir mon petit oiseau, elles sont trop illusoires. Cependant si tu tiens réellement à de la compagnie, je ne peux te proposer éventuellement que l’attention discrète d’un chaton à la robe de jais. Bien moins superficiel, bien plus mesquin. Je n’aurais que ça à te proposer mon cher colibri. »

Je plongeais mon regard dans la blancheur livide de la lune.

"C'est vrai. Les fées sont sable, coulant entre nos doigts, insatiables, trop belles pour être attrapées. Elles sont telles les étoiles. Sublimes de loin, mais vues de près, simples cailloux, ingrats et mauvais. Mais... Oui. Je tiens réellement à de la compagnie. A ta compagnie. Celle d'un petit chaton d'ébène me convient parfaitement. Mais il est tout sauf mesquin, je peux le jurer. Il est plus doux que le monde qui l'entoure..."
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Elhiya Ellis, Dim 6 Aoû 2017 - 15:34


Il avait glissé ses yeux sur l’astre de nuit, hypnotisé, songeur, absent, et pourtant plein d’espoir et de douceur. Innocence d’une nuit étoilée, ou songe fantasque baigné sous la douce lumière de la lune, Elhiya n’aurait su dire ce qui animait réellement ce garçon aux ailes brisés, pas plus qu’elle n’aurait su dire pourquoi elle avait toléré sa présence dans son besoin viscéral de solitude et tranquillité. L’oisillon blessé, voyait en elle ce que peu prenait le temps de discerner. Soupçon imperceptible de délicatesse, effluve de quiétude cachée et préservée bien à l’abri de son être. Il était dur de croire qu’un aigle déchu arrive à déchiffrer tout ceci en si peu de temps. Pourtant, la blonde, chaton méfiant et chevêche, concédait d’un ronronnement à accéder à la doléance d’un volatil désœuvré, proie facile, si faible, si proche.

Devait il remercier la brise d’hiver qui engourdissait son humeur acariâtre, ou juste les plumes froissées qu’il avait laissé glisser lentement sur elle, c’était dur à savoir ce qu’il en était réellement. Mais, s’abandonnant également aux étoiles, le félin récalcitrant voulait bien de cette mission étrange qui consistait bizarrement à feuler sur tous ceux qui voulait porter la main sur le frêle oiseau qu’on lui confiait, ou tout du moins à minimiser les dommages qu’ils pouvaient lui causer en stellitant tout autour de lui. Petite étoile perdue.


« La douceur de ce monde n’est visible qu’aux yeux de ceux qui acceptent l’amer réalité. Trop de choses illusoires en ce monde petit colibri, pourtant, il ne tient qu’à toi de les faire briller de la lueur que tu désires. Un chat ronronne tout autant qu’il feule, il suffit de savoir danser correctement avec lui »

Un doux sourire ourlait ses lèvres alors que son regard azur enveloppait le jeune Serdaigle d’une lueur ternie. La lumière de ce monde était tout aussi illusoire que la douceur ou la tendresse doucereuse. L’hypocrisie, bien trop présente ne laissait que peu de place aux plus sensible d’entre eux, les laissant mourir à la vue de tous comme ces dizaine d’étoiles filantes, silencieuses, meurtries, abandonnées. Tout le monde les voyait, mais personne ne pouvait tendre suffisamment la main pour les rattraper. Elle non plus, elle n’était pas un filet de secours, ni la seule étoile qui luit dans le ciel d’ébène, mais libre à cet oisillon de le croire s’il le désirait. Après tout, la vie n’était faite que de souhait et rêves dans lesquels on plongeait aveuglement, espérant juste que la chute serait la plus douce possible.

Oui, c’était ca, le but de tout ce cinéma avait toujours été d’essayer de se casser la figure avec le moins de dégât possible. Et si un poussin esseulé voyait en son prédateur félin son sauveur, c’était que les chutes précédentes ne devaient même plus être avouable. Elhiya soupira doucement, ne lâchant pas des yeux la lueur blafarde de la lune d’argent.


« Pour en venir à danser avec un chaton, je suppose que tu as perdu plus que tes ailes et tes racines, non ? »

La curiosité était à l’humain ce que le vrombissement des moustaches était au chat, Elhiya ne s’en cachait pas, la requête du Serdaigle l’intriguait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Sirlan Svarkfor, Dim 6 Aoû 2017 - 16:37


Le chaton soudain se fit impénétrable et impassible, ses yeux plus profonds qu'un puits sans fin. Seules ses paroles vinrent éclairer le trouble qu'elle avait créé en moi.

« La douceur de ce monde n’est visible qu’aux yeux de ceux qui acceptent l’amère réalité. Trop de choses illusoires en ce monde petit colibri, pourtant, il ne tient qu’à toi de les faire briller de la lueur que tu désires. Un chat ronronne tout autant qu’il feule, il suffit de savoir danser correctement avec lui »


Son regard m'enveloppa et me recouvrit d'une douce chaleur tandis que ce vrai sourire qui m'avait tant manqué pendant ces dernières secondes ressuscita aux coin de ses douces lèvres fraîches.

"Mais qui accepte cette réalité, au fond ? Personne et tout le monde à la fois. Personne ne peut accepter de vivre dans un monde de bourreaux, mais tout le monde est bien obligé de vivre avec. Tous les chatons doivent miauler, et tous les oiseaux blessés doivent voler. En fait le monde n'est qu'illusion... Mais au final, quelle importance ? Le principal, c'est de vivre cette illusion comme si elle était la limpide vérité... Avec les griffes et le pelage, le sang et les rires, les larmes et la douceur. Il faut savoir danser avec l'insatiable chaton qui nous charme et nous attend toute notre vie."

Je relevais la tête vers la voûte céleste qui me sembla un instant moins imposante, quand on connaissait son secret. C'était à mon tour de la toiser, de mépriser l'immensité de ce monde et de son hypocrisie toute mielleuse. Mais c'était aussi à moi de l'accepter, et de faire avec. De vivre, pour une fois. Vivre vraiment. De ne pas se laisser étouffer et écraser par l'obscurité du ciel d'encre, et de briller quand même, de résister. De ne pas devenir comme ces étoiles assassinées par la nuit sans bruit et sans cris, demeurant inconnues pour l'éternité aux yeux impuissants des lointains hommes. De faire confiance et de devenir fou le temps d'une nuit, avec une jeune fille qui devint tour à tour fée, soleil et chaton. De croire pendant un soir.

La lune jetait toujours ses milles éclats d'argent sur les toits du monde. Et cette nuit, elle avait réuni aigle déchu et obscur chaton le temps d'une danse philosophique et onirique, un rêve oublié. Ma féline compagne se laissa aller d'un nouvel et énième soupir.


« Pour en venir à danser avec un chaton, je suppose que tu as perdu plus que tes ailes et tes racines, non ? »


Savoir. Elle en avait le droit, non ?

Mais... Est-ce que ce ne serait pas mieux de laisser une ombre de mystère sur cette nuit de douce folie ? Si. Mais tant pis. Je laissais aller mes yeux à vagabonder sur la plaine infinie du ciel sombre et d'ébène, et comme une prière céleste, murmurais à la lune ces quelques mots :

"Oui. Beaucoup d'espoir, en fait. Et... Une famille, surtout. Abandonné. Encore nourrisson, je l'étais. Voilà tout. Je les ai perdus de vue. Comment un arbre peut-il s'étendre sans racines ? Avec un petit coup de pouce de la lune..."
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 10 Aoû 2017 - 11:30


    Qui acceptait la réalité ? Effectivement la question était judicieuse, chacun ne voyait que la réalité qu’il désirait voir. Chacun se laisser sombrer dans les ténèbres qu’il souhaitait, et chacun effleurait des doigts la lueur des étoiles que s’il le décidait. C’était un fait. Inéluctable vérité ou indicible chimère ? Au même titre que ses astres de nuit éphémère, la vérité ne se présentait que lorsqu’on voulait bien glisser les yeux dessus, et elle pouvait s’avérer fourbe, vicieux et fausse, comme ces millions d’étoiles qui brulaient sur un manteau de velours gelé. L’aiglon brisé avait raison, au final quelle importance ? Chacun s’adaptait d’une façon étrangement très malléable à tout ce qui pouvait se passer. Alors qu’un chaton et un oisillon en viennent à mener quelques pas de danse ensemble n’avait, au final rien de bien surprenant.

    Le jeune oiseau fragile avait plongé ses yeux dans le ciel étoilé. Disparaissant une nouvelle fois au milieu de la voute céleste. Cherchant peut-être un peu de chaleur au milieu de cette nuit dénuée de sens ou tout simplement le courage d’avancer sur un nouveau sentier qu’il devait se construire. Sans ses ailes, sans ses racines, sans l’espoir et les doutes qui l’avaient mené sur ce balcon ce soir. La blonde ne posa pas plus de question, elle s’était déjà faite assez curieuse pour un chaton supposé rester tapis dans l’ombre à observer sagement la chute infinie des étoiles en perdition. Son regard se perdait encore plus dans les lueurs blafardes et argentée de la lune moqueuse. Tant de nuances de lumière et d’ombre s’entrelaçant voluptueusement qu’elle aurait voulu capturer sous les noirs de son fusain. Mais l’humeur n’était plus à l’emplissage de feuille blanche, elle s’était laissée capturer, sous l’effleurement d’une plume brulée, dans les réflexions oniriques d’un oiseau déchu.  

    Impossible de savoir si cet échange emprunt à la poésie perdurerai lorsque les astres de nuit laisseraient place à la lumière vibrante du soleil. Cependant, pour cette nuit coupée de la fausse réalité, Elhiya concédait à être l’oreille attentive d’un compagnon de la nuit. Mais encore, l’absence de racine refait surface, la crainte de ne pouvoir avancer sans elle, et la peur de ne savoir quelle route prendre. Pourtant, à ses yeux, il était plus simple de progresser sans trainer de lourds bagages derrière soi. Elle tourna la tête vers le brun, lui adressa un doux sourire et reposa les yeux sur les étoiles mourantes.


    « La lune et les autres qui l’entourent crée des racines parfois bien plus solides que celle d’origine. Sans quoi tout le monde suivrait stupidement les même rêves non ? »

    Ces mots, hors contexte n’avait aucun sens. Ces mêmes mots, sortis en plein jour de la bouche de la verte et argent n’auraient trouvé aucun auditoire. Aussi, c’était avec un certain contentement que la blonde accueillait cet instant fugace entre deux êtres qui ne se serait jamais adresser ne serait-ce qu’un seul regard en temps normal. Les chats se jouaient des oiseaux et les blessaient en temps normal non ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Sirlan Svarkfor, Mar 29 Aoû 2017 - 13:08


Elle ne répondit que par un silence approbateur. Lucide, voilà le mot qui la qualifiait le mieux. Elle voyait d'autres choses, d'autres mondes, d'autres dimensions, d'autres réalités. Avec elle, on avait l'impression que ses yeux possédaient autre chose. Un filtre qui lui faisait voir le monde différemment. Un monde inversé et fou. Où les ténèbres étaient blanches et la lumière noire. Un monde magnifique dans sa douce folie.
Où était réellement la réalité ? Etait-elle dans ce filtre onirique qu'elle seule possédait, ou dans la vérité brute des choses ? Ou bien était-elle ailleurs, impregnée en chacun ? Ou... Ou en fait n'existait-elle pas... Peut-être que la réalité n'était qu'une quête illusoire, un mirage que l'homme se tuait à rechercher tout au long de sa vie, et qui en fait n'était rien d'autre qu'un trompe-l'oeil. Ou encore peut-être que la réamité était une valeur variable. A plusieurs sens et directions, que chacun était libre de choisir. Oui, c'était cela, la réamité. L'ensemble des sens que chaque personne y donnait, qui formait un bouquet de définitions différentes et variées.

Mais cette nuit, la vérité nous avit laissé de côté. A moins que ce ne soit l'inverse. Mais nous étions coupés de tout, dans une dimension propre à nous, à cette nuit et cette lune qui nous fixait de son unique et énorme oeil laiteux. Nous n'étions que deux points de plus dans l'immensité humaine, deux étoiles de plus dans la constellation, mais deux étoiles qui brillaient un peu plus fort ce soir-là. Et si on s'en approchait bien, les minuscules points stellaires blancs étaient de véritables soleils enflammés.

La jeune fille se tourna vers moi, un sourire divaguant à ses lèvres pleines. Un sourire qui voulait dire mille choses, mais qui ne se contentait que d'en dire une seule.

« La lune et les autres qui l’entourent créent des racines parfois bien plus solides que celles d’origine. Sans quoi tout le monde suivrait stupidement les mêmes rêves, non ? »


Je laissais mes yeux se replonger dans le ciel voluptueux. Mon regard glissa sur le chamin formé par la Voie Lactée, un chemin que des ùilliards d'étoiles suivaient sans piper mot. Tandis que d'autres, étoiles solitaires vagabondes, avaient décidé de suivre leur propre chemin. Subitement, je trouvai celu plus honorable.
Pourquoi la plupart des gens se pâmaient-ils devant la beauté de la Voie Lactée, dédaignant les autres étoiles, luttant courageusement pour vivre seules ?

"Seules les étoiles solitaires ont vraiment des rêves, celles qui suivent le chemin tout tracé de la Voie Lactée n'en ont que des factices, des tous préparés..."
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Elhiya Ellis, Sam 2 Sep 2017 - 11:07


Les rêves. Ils étaient propres à chacun, jalousement conservés et choyés, attendant de les voir un jour éclore. Les rêves accessibles à tout un chacun ne conversaient pas uniquement avec les étoiles délaissées ou les oiseaux déchus. Cet oisillon se trompait lourdement, surement que la perte de es ailes, de ses racines lui avait obscurcit la vision. Peut être était-ce pour cela qu'il se noyait dans l'immensité stellaire qui s'offrait à eux, cherchant une place au milieu d'un monde si vaste, espérant s'y raccrocher, juste pour suivre les autres. Cette mélancolie poétique arrachait une moue peinée à la blondinette.

Les mots du jeune homme raisonnaient dans son esprit, chantant une triste litanie assommante, comme si malgré elle, elle savait qu'il avait bien raison. Pourtant, parfois suivre un chemin tracé par les autres permettait de se laisser emporter par le mouvement, de ne pas se poser de question, mais rien n’empêcher de courir après ses propres désirs et souhaits.

*Seules les étoiles solitaires ont vraiment des rêves, celles qui suivent le chemin tout tracé de la Voie Lactée n'en ont que des factices, des tous préparés...*

Le ternissement de ses yeux clairs s'étaient reposés sur l'ébène de la cheveux du petit oiseau, le couvrant d'un regard désolée. rêver d'être seul pour apprendre à se perdre dans un songe n'était absolument pas quelque chose d'enviable. Et, sa peau de vipère abandonnée au profit de la douce toison d'un chaton, la jeune fille s'était approché de l'être blessé, posant sur sa joue un baiser empli de chaleur et sourit avec douceur.


"C'est bien là que tu te trompes, même noyé dans la foule d'un millions d'étoiles, chacune peuvent poursuivre leurs rêves indépendamment des autres, pour cela il leur suffit de ne pas se perdre elle même."

Dernier regard au ciel étoilée, dernier regard au jeune homme, ses paroles allaient finir par se répéter a force, cependant, il ne tenait qu'à lui d'avancer sur le chemin qu'il désirait tracer pour lui-même. Une brise fraiche s'insinua doucement sous sa cape verte et argent, lui arrachant un frisson. Il se faisait tard, et comme toujours la réalité de leur état d'étudiant savait se faire présente en n'importe quelle occasion. S'enroulant dans ses propres bras, Elhiya offrit un dernier sourire à son interlocuteur avant de prendre congés de son agréable présence

"Il est temps pour moi de te quitter, la lune moqueuse ne nous réchauffe que peu ce soir. Cependant, tu sais où me trouver si une nouvelle danse t'appelles"

Récupérant ses affaires de dessin, Elhiya, à pas feutré, s'extirpa du balcon, laissant derrière elle, un étonnant colibris qu'elle n'avait pas eu la force de mordre...

[Départ d'Elhi' - Merci Sirlan pour ce rp tout doux :kiss: ]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jace Becker
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Jace Becker, Jeu 5 Oct 2017 - 10:45


Pour toujours et a jamais.
En compagnie de Elhiya.
LA mutuelle pour tout le RP.

En lisant le grimoire familiale, j'ai découvert, qu'aujourd'hui c'était l'anniversaire de ma blondinette de cousine. Pour l'occasion, je me souviens être parti en compagnie de mon père en Écosse dans le charmant petit village où ma grand-mère habite. Ce même jours, elle m'offrit une boîte, d'un bleu lapis, elle m'expliqua toute l'histoire de ce collier, m'expliquant qu'il à appartenait à la famille Ellis, et qu'ils en ont fait cadeau a un Becker comme cadeau de mariage il y'a plus d un siècle. Mais qu'il avait préféré annuler son mariage pour partir avec une moldue.

Lorsque j'avais ouvert la boîte, j'ai fût énormément surpris par la beauté de ce collier d'argent, et le croissants de Lune typique des Ellis. Elle voulait que je le donne à Elhi pour son anniversaire, ainsi soit-il.

Revenons à Poudlard, il était assez tard, j'ai demander à l'une des filles de Poudlard de transmettre à Elhi un message de ma part pour qu'elle me rejoigne sur un balcon. Je ne voulais pas transmettre mon cadeau devant tout le monde. Honte? Non. Mais si elle est comme moi, elle n'aime pas fêter son anniversaire.
Alors que je faisais les cents pas, je l'entends arrivée.

-Joyeux anniversaire cousine.

En posant un petit baiser sur l'une de ses joues, je lui tend la boîte contenant le collier d'argent.

(Le collier):
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 5 Oct 2017 - 11:41



Pour toujours et à jamais


J'étais rentrée relativement tard de ma soirée avec Daemon, trainant un peu plus avec lui, flânant dans Londres, profitant de chacun de ces moments où mon esprit ne divaguait pas. Étouffant certaines de mes pensées qui reviendraient à la nuit tombée, me parant sans difficulté du costume que mon Chaton m'avait octroyé. Les peurs, les craintes et les doutes qui l'envahissaient discrètement quand il pensait que je ne le voyait pas m'observer n'avaient fait que renforcer mes décisions récentes. Ce qu'il ignorait ne pouvait le blesser, ce que je laissais paraitre devait tout simplement être ce qui le rassurait le plus.

Pour le moment, ce n'était pas compliqué, il me suffisait de me laisser bercer par sa douceur et sa tendresse tellement touchante. Il savait faire taire cette part de moi qui grandissait la nuit, la bâillonnant fermement, l'enfermant dans un coin de mon esprit, l'oubliant jusqu'à ce quelque chose d'autre arrive à l’éveiller. Et les yeux perdus dans le crépitement du feu dansant dans l'âtre de la cheminée de la salle commune, je me laissais aller à revivre quelques souvenirs de ces dernières 36H. J'aurai tant voulu que ces délices doucereux n'arrivent à m'envelopper encore un peu plus longtemps, me berçant encore un peu plus dans ce nuage voluptueux d'innocence, mais une fille était venue m'adresser la parole.

Une inconnue, visiblement de mon âge avec qui je n'avais jamais échangé un mot me tendait un bout de parchemin, précisant qu'il provenait de mon cousin. Une flopée de questions m'envahissait instantanément. La lecture des mots couchées à l'encre noire me laissa dubitative une seconde. Rien n'était précisé, juste une requête des plus simple: le rejoindre sur les balcons.. Étrange.

Enfilant ma veste sur ma tenue d'étudiante je m'étais contentée de m'exécuter sans tarder. Les couloirs commençaient à se vider, quelques élèves pressaient le pas pour respecter le couvre feu, d'autres semblaient chercher un coin discret pour accomplir leurs diverses occupations nocturne. Ce n'était pas plus mal, les balcons seraient très certainement un lieu des plus tranquille, peu importait ce que Jace avait à lui dire.

Poussant la porte menant à l'extérieur, je passais la tête et aperçois mon cousin tourner comme un loin dans sa cage. Ce n'était pas vraiment une vision des plus courantes, il devait attendre depuis un petit moment... Refermant derrière moi, je lui adressais un sourire des plus chaleureux


"Bonsoir Choups, désolée si je t'ai fait attendre, je suis revenue il n'y à pas longtemps"

Mais l'impatience qui avait gagné le brun semblait être afférant à mon anniversaire. Surprise, je lui avais adressé une moue dubitative pendant quelques secondes. Je ne lui avais jamais donné ma date de naissance, et nous n'avions jamais eu l'occasion, plus jeune, de le fêter ensemble. J'ignorai qui avait pu lâcher l'information entre Eury et Ade, je voyais mal Dey avoir fait fuiter ce genre de chose. Mais d'un baiser sur la joue et d'un écrin gris fourré dans les mains, mon cousin m'avait bien convoqué pour mes 17ans.

La commissures de mes lèvres s'étaient doucement ourlées en une esquisse rose un peu génée


"Ho... merci.."

Ouvrant précautionneusement la petite boite, je découvrais une petite lune en argent abritant en son sein une toute petite pierre scintillante, armoirie des Ellis au bout d'une délicate chainette. Les mots m'avaient quittée, le bijoux ressemblait trait pour trait à un pendentif ancien que j'avais déjà vu sur des anciennes photos de mes arrières-arrières-arrières grand mère. La main portée sur le cœur, le souffle coupé un instant, mes prunelles clairs zébrées d'une lueur troublée avaient agrippé celles de mon cousin

"C'est magnifique, mais.. où l'as-tu trouvé... il ressemble en tout point en une relique des Ellis qui a disparu il y'a bientôt deux siècles?"

Des copies devaient très certainement exister et être disponible un peu partout mais les coïncidences n'existaient pas en ce monde. Sous le regard moqueur de la lune blafarde accompagnées de sa cours d'étoiles, j'attendais, fébrilement une réponse

LA Mutuel <3



Dernière édition par Elhiya Ellis le Lun 13 Nov 2017 - 18:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jace Becker
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Jace Becker, Jeu 5 Oct 2017 - 16:45


Le petit sourire gêné de ma cousine m'arrache un grand sourire, elle devait sans aucun se demander comment je savais que s'était son anniversaire. Je l'observe ouvrir son petit cadeau, une grande surprise se lit sur son visage alors qu'elle porte le collier a son cœur, elle me fixe des yeux, me demandant comment je l'ai obtenue.
Rigolant légèrement, je pris le collier, me plaça derrière elle et plaça le dis collier autour de son cou.

-J'aimerais te raconter une histoire des plus héroïques affrontant des dragons, mais non. Il ne ressemble pas à la relique disparues. C'est, la relique. Si tu veux tout savoir, la dernière personne à avoir eu ce collier, c'est l'homme sur la photo dans ton grimoire. C'était un cadeau de mariage, sauf que l'homme était amoureux d'une moldu. Et depuis ce jours, ce sont les Becker qui l'avait en leurs possession. C'est notre grand-mère qui a décidé qu'il devait te revenir.

Me plaçant de nouveau face à elle avec un grand sourire, je la regarde dans les yeux, et je me dis que j'ai une chance inestimable de l'avoir pour cousine. Et dans un élan d'affection, je décide de lui faire un câlin. Me reculant légèrement, je plante mon regard dans le siens.

-C'est pas mon seul cadeau de la soirée, j'ai décidé de te faire une promesse, tu va probablement trouvais ça niais, mais vu le monde de fou dans lequel on vie c'est la meilleure raison de le faire... Tu est ma famille, je suis ta famille, où tu iras, j'irais, pour toujours et à jamais.

Accompagné d'un petit clin d'oeil et d'un sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 5 Oct 2017 - 21:29



Pour toujours et à jamais


Essayant de comprendre d'où pouvait prévenir une copie de relique familiale, j'avais laissé Jace me prendre la chainette des mains et la déposer sur une zone de mon corps déjà occupé par un autre collier. Manque de réactivité prolongé par les propos explicatifs des origines du bijoux. C'était bien les armoiries originelles des Ellis qui m'étaient retournées. Ce qui me perturbait le plus était de réaliser qu'une fois de plus, nos deux familles étaient intimement liées...

Mes doigts s'étaient attachés à la petite lune d'argent, la triturant machinalement, me répétant les mots de Jace. L'idée ne me plaisait pas, j'aurai cru qu'avec le temps j'aurai su me faire aux bêtises de nos ancêtres, mais cet astre de nuit pendouillant me prouvait le contraire. Un très léger tintement m'aida enfin à rassembler mes idées. Le pendentif d'argent avait cogné un autre cadeau d'anniversaire, que je ne pouvais laisser se mêler à cette nouvelle chaîne. D'un léger sourire en coin, j'avais détaché mon héritage familial supposement offert lors d'une union avec un Becker.

Il lui fallait une autre place, plus appropriée, plus... discrète. Mais ma demande mourut dans l'etreinte surprise de mon cousin. Chose peu commune. Généralement j'étais celle de nous deux qui était la plus affectueuse, ce revirement était assez troublant. Qu'avait-il fait chez la vieille pour devenir soudainement aussi doux? Milles hypothèses auraient pu se bousculer en moi, mais au lieu de ça, je lui avais rendu sa demonstration d'affection,  l'enlacant avec douceur sans questionnnement. Un léger courant d'air frais me fit lever les yeux pour tomber dans le regard lapis-lazuli de Jace. Le même que moi...

3 mois déjà que ce détail aurait du cesser de me perturber, pourtant, ce n'était que ce soir que je comprenais ce que la vieille disait en nous exortant de voir plus loin que nos simples noms. Noms différents en apparence, même sang... pratiquement... cette petite lune brillant entre mes doigts en était la preuve.. même les propos de mon cousin en revenait à ce lien qu'on  nous avait, à la base, caché.

Un sourire amusé avait prit place sur mon visage alors que je dodelinais de la tête en regardant Jace


"Forever and always.."

Dans son manteau de velours l'astre de nuit avait posé sur nous son éternel regard gelé et distant. Spectateur muet aux allures oniriques, dont les lueurs fasaient luire même la plus petite des pierres

"...comme la lune et les étoiles où les arbres et leurs racines.. Au final ca ne m'etonne pas. Ca fait des siècles que ça fonctionne comme ca dans nos familles n'est ce pas?"

Mes prunelles clairs avaient été capturer leur reflet chez le brun alors que je lui tendais l'artefact retrouvé.

"..Je crois que je l'avais compris le jour de l'enterrement. Ce sera forcément toujours toi et moi, peut importe combien on essaye de construire notre propre chemin, n'est ce pas?... Tiens, tu veux bien l'attacher ici?"

Le bijoux aabandonné dans sa main, je lui tendais mon poigner  gauche, celui qui me servait pour manier ma baguette. Je le regardais faire avant de reprendre tout aussi calmement

"Ça a été évident l'autre soir dans les cachots.. j'ai juste mis un peu de temps à le comprendre..."

Cette lueur que j'avais perçue dans ses prunelles azures ne m'avaient pas faite peur. Elle m'avait juste renvoyée à la faible part d'ombre qui s'etait exprimée cette nuit ci. Me rappellant combien elle était gourmande, et combien, au final, je ne désirais pas la contrer entièrement. Nous étions du même sang, de la même essence de vie qui finirai, quoi que nous fassions, par vouloir se nourir... alors...

".. tes chutes sont forcément les miennes.."

Mon cher Amour appellerait ca le destin s'il était apte à concéder que la lumière seule ne pouvait exister.. il n'accepterai jamais. Et vouloir le confronter à cette réalité ne le blesserait que d'autant plus.. c'etait inconcevable et mes décisions prises pour le protéger ne affaiblirait pas.. il n'y avait qu'une seule personne capable d'embrasser les prémices de cette part grandissante en moi.  Et il se tenait la devant moi.. je l'avais en fait toujours su..

Je relevais les yeux sur "lui", le laissant nouer le fermoir de la chaîne au dessus de ma peau d'albatre et lui sourit avec douceur


"Forever and always"

D'un baiser sur sa joue je scellais la promesse que tous deux  avions porté en nous silencieusement depuis le décès d'un grand-père inconnu


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jace Becker
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Jace Becker, Ven 6 Oct 2017 - 23:49


Pendant mon câlin surprise elle fût surprise, normal s'était elle qui câlinait tout le temps, j'attrape sa pouffytude, un deuxième séjour chez l'infirmière devrait me requinquer. Petit courant d'air et nous nous éloignons légèrement juste assez pour que j'ai ses yeux face à moi, de toute évidence on s'analyse mutuellement, deux orbites lapis-lazuli. Nous avons beau être cousin de façon officiels, officieusement, nous avons tous les deux des ancêtres communs, aussi bien Ellis que Becker. Un petit sourire amusé de sa part toujours les yeux dans les yeux.

Un simple Forever & always... je lui rendis son sourire amusé, cela fait trois mois que nous savons que nous sommes cousin, mais plus le temps passe et plus nous devenons proches, et à partir de ce soir, ça le sera encore davantage, ma cousine, ma meilleure amie, ma confidente, la gardienne de tous mes secrets, ma "love" quel idée elle a eu de m'appeler comme ça franchement.
Je l'écoute parler, disant que cela fait des siècles que ça fonctionne comme ça dans nos familles, je lui fais un simple petit oui de la tête. Elle me tend le collier, petite moue de surprise, mais en le prenant elle me demande de l'attacher à son poigner gauche, je m'exécute et lui dit.

-Il n'y aura toujours que toi et moi, les autres sont éphémères, une petite vague sur l'océan de notre vie. Mes chutes sont les tiennes, et les tiennes les miennes.

Elle lève de nouveau les yeux vers moi accompagné d'un sourire plein de douceur, que je lui rendais, elle s'approche de ma joue et me dit de nouveau "Forever and always". Je viens coller mon front au sien, et je murmure à mon tour.

-Forever and always.

Puis je me recule et je m’assois contre un mur, observant le clair de lune, sentir son regard froid posé sur nous. Je ne sais pas si Elhi veut rester là encore un peu, ou partir dans notre salle commune, dans le lieu le plus lugubre du château Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Elhiya Ellis, Sam 7 Oct 2017 - 12:07



Pour toujours et à jamais



L'art de répéter 20 fois la même chose avait tendance à exaspérer pas mal de monde en temps normal. Pourtant ces mots prononcés avec redondance s'encraient en nous à mesure ou nous les soufflions. Nous les connaissions, depuis quelques mois, nous ne leur avions juste jamais donné forme. Surement par crainte ou doute de les rendre trop réel, ou trop intrusifs. La seule certitude que j'avais à l’heure actuelle, était leur signification profonde. Leur naturel, leur évidence, exactement les mêmes que les quelques mots que j'avais déjà pu avouer à Dey.

Les quelques mots rajouté par Jace alors qu'il attachait la petite lune d'argent à mon poignet m’arrachèrent une légère mou. Il avait raison. C'était un fait indéniable. Mais cette idée, avait, jusqu'alors, réussi à ne pas trop grandir en moi. Trop égoïste, trop exclusive comme pensée, j'avais préféré ne pas m'attarder dessus. Pourtant, ce soir, alors même que je revenais de plusieurs heures en tête à tête avec Rouge et Or, elle s'imposait à moi. Plus agressive et réelle que jamais.

Un soupire m'échappait, la chaleur du contact de Jace me faisant fermer les yeux un instant. Son murmure, comme une litote trop explicite, forçait l'évidence des derniers évènements qui nous liaient. La soirée en Ecosse, le façon dont nous avions fait front devant les aveux des villageois, la nuit dans cette étable, coupée de tout, comme une trêve nécessaire à l'acceptation de ce que nous étions, de ce que nous portions en nous. Ces brèves escapades chez mes parents, ou chez Lucy, ses moments d'insouciances partagés loin de ce monde magique hypocrite, agréables et précieux. Comme une lumière commune à chérir. Nos chutes. Indépendantes et pourtant si proches. Dans ces cachots où l'ombre de ses prunelles avait fait écho à la mienne. Juste après où sa main apaisante n'avait lâchée la mienne jusqu'à mon réveil. A l'infirmerie, ou ses silences nourrissaient douloureusement les miens, ou nos gestes s'étaient rejoints inconsciemment . Dans les quartiers de Londres, au détour d'une pinte, d'une table de billard, de surnoms bien trop lumineux dans le but de chasser la peine que portait son cœur et son âme.

En fait, je n'avais jamais voulu réaliser que la première personne vers qui je me tournais c'était lui et non Dey. La fois où en plein milieu de la nuit je l'avais réveillé quasi en pleur, l'après Ulysse, alors même que j'avais demandé en vain à mon Rouge & Or sa présence... J'ignorais si c'était en train de me désoler où juste me rassurer. Un étrange mélange des deux sentiments contraires campaient dans mon esprit. Mes yeux, vides pendant quelques secondes le suivait alors qu'il s'abandonnait au sol, le nez vers la voute stellaire. Et je souris. Simplement.

Les millions d'étoiles avaient toujours été des compagnes de nuit des plus appréciables, je me perdais dans leur scintillement et leur cruel mode de vie assez régulièrement. Observer mon cousin faire de même ne faisait que réconforter ses propos. Lui et Moi. Bien sur, l'évidence même. Comme la Lune et les étoiles. Comme cette relique symbole criant de vérité. Pourtant au milieu de ce "nous" fraternel, il t’avait bien mon petit lionceau et cet autre "nous" que je formais avec lui... ce n'était donc pas pour rien que nos familles nous avaient tenus éloignés au final. Quel place resterait-il réellement aux autres  si nous érigions ainsi notre forteresse infranchissable? Je ne voulais pas connaitre la réponse, je ne voulais même pas l'entendre chuchoter à mon esprit..

J'avais donc posé mes opales sur l'astre de nuit, tout en dodelinant de la tête, optant pour un peu d'humour


"Pire qu'une déclaration d'amour cette promesse quand même. Surtout quand on sait à quoi servait ce collier d'argent. Tu vois au final, j'avais pas si tord en te présentant à Lucy."

Je m'étais tournée et lui avait adressé un clin d'oeil moqueur à ce souvenir.

"Allé, viens, il est tard. Autant rentrer au chaud, j'ai plein de choses à te raconter"

Lui attrapant la main pour le faire se lever, nous étions reparti dans notre salle commune, devant la cheminée. Laissant derrière nous la lune blafarde et ses millions de serviteur au profit d'une lueur verdâtre devenu bien trop coutumière

[Fin du RP pour nous deux-Merci Choups :kiss:]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Mary Drake, Mar 17 Oct 2017 - 20:36


Pwet
Le rp semble clôturé, si problème, mp
Libre à vous de réagir si l'envie vous prend (c'est bien les réactions)
Post unique suite de


Après le parc, je sais pas où fuir, je rentre dans l'école. Marchant, errant, je continue ma routine. Une étincelle en plus dans le regard. Toujours envie de m'affaler sur le sol. Mais avec ce truc. Un brin qui veut continuer à avancer. On ne se doutait pas que ça allait arriver. Fin moi je ne pensais pas. Maintenant que c'est là, j'y vois un certain espoir. Les couloirs défilent, je ne sais pas où aller. Décisions difficiles à prendre. Surtout ne pas se faire repérer. Le plus important. Et bien faire défiler le message. Seules choses qui importent pour le moment. Je débarque en sueur, j'ai fini par courir pour je ne sais quelle obscure raison. Envie. C'est tout. Puis vu que je suis seule, je me laisse aller à la contemplation du ciel, si joli, si beau, si étoilés. Elles n'ont vraiment pas changées. Toujours aussi suffisantes, à me surplomber avec splendeur. Je sais que je peux pas venir, pas besoin de me le rappeler ! Mais ce n'est sans doutes pas l'instant à choisir pour se lamenter. J'ai pas que ça à faire.

Horriblement frustrant
Mais ce n'est pas grave
Je laisse traîner
Puis le temps qu'il soit déposé
J'ai déjà filé
Aussi rapide qu'un fantôme pressé





L'Impardonnable


Le monde change. Dans les arbres le vent souffle plus intensément, comme sur les villes magiques qui murmurent l'air de la Liberté. Il est un Secret qui perdure depuis bien trop longtemps. Qui occulte tout ce que notre monde pourrait avoir sans se restreindre derrière de banales formalités. Il est temps d'ouvrir les yeux, de regarder en face les incohérences de la Justice, pour les rayer jusque dans les fondements des inepties qui la compose. Une nouvelle aube se profile, sans les chaines de la Restriction, et ce jour-là la seule question qui se posera est, quel est votre choix ?


Appel des Ténèbres



       

Murmures de l'Ombre

         Il y a des mots qui se déforment dans le creux d'une oreille, courant d'une bouche à l'autre et forcés parfois d'épouser la forme des pensées étriquées de ceux qui ne les comprennent pas. Nos idées ne sont plus celles de nos prédécesseurs, nous les avons modelées, pour les faire correspondre au besoin de notre temps. Ce qui était vrai hier ne l'est plus aujourd'hui. Nous nous sommes adaptés, devenant une voix qui se bat pour la communauté magique et non forcément contre elle.

Le temps est venu que les mauvaises langues se taisent, que la vérité soit de nouveau établie, celle dont le ministère nous prive pour mieux s'enraciner dans sa bêtise. Nos idées ne sont pas le Chaos mais bien l'Ordre pour tous, une liberté absolue, sans chaînes nous privant de nos droits les plus fondamentaux.

À  commencer par le Secret Magique. Nous en voulons l'abolition. Réfléchissez, pourquoi aurions-nous à nous terrer dans l'ombre comme des indésirables alors que les moldus ne représentent désormais aucune menace pour nous ? Alors qu'il serait possible de cohabiter sans que l'on ait à se cacher d'eux ? Cette entrave à notre liberté ne peut plus durer, nous n'avons plus à nous soumettre à des idéaux d'un temps passé,  ancrés dans les peurs d'un ministère n'ayant plus lieu d'être.

Le ministère justement, qui n'a de cesse de nous prouver son incompétence au travers de nombreuses erreurs et approximations. Que dire de l'inefficacité des Aurors quand l'école a été attaquée aussi librement qu'un moulin au milieu d'un champ ? Ou encore au travers de ses lois les plus absurdes et de sa hiérarchie trop verticale, dominés par un ministre incompétent que peu de vous apprécient ?

Il est venu le temps de s'unir, de se défaire de ce système que l'on nous impose. Et ce par tous les moyens possible. Le pacifisme ayant depuis longtemps prouvé qu'il ne mènerait nul part, se perdant en discours ennuyeux ou en promesses illusoires. Il est grand temps d'agir, et non plus du subir.

Parce que notre liberté ne doit pas être un choix, mais un acquis.



       

La déchirure du monde

1/ La vie moldue a-t-elle la même valeur que la vie sorcière ? Accordes-tu de l'importance au statut sanguin de tes proches ?
La seule chose qui puisse différencier l’importance que nous accordons à un être humain est liée à ses actions, sa personnalité, bien plus que des notions comme le sang ou les pouvoirs magiques. En vérité, nous jugeons que les moldus et sorciers, tous sangs confondus, sont égaux. Technologie et magie ne sont que des bifurcations dans l’espèce humaine ; aucune n’est supérieure à l’autre. C’est précisément pourquoi le contraste entre le cocon dont jouissent les moldus, et l’asservissement auquel le Secret nous soumet, est intolérable.


2/ Que penses-tu de la séparation des mondes magique et moldu ? Est-ce l'option que tu juges la plus viable sur le long-terme pour les deux communautés ?
La séparation mise en place entre les mondes magique et moldu est, au mieux inefficace, au pire dangereuse. Nous pensons que la méconnaissance mutuelle développe des deux côtés haine, mépris, et peur. Une véritable aberration, on est pas du bétail à séparer chacun dans son enclos ! Pour cohabiter, il faut dialoguer, et non se laisser enraciner dans une ségrégation pluriséculaire. « Les mariages "mixtes" (sorcier/moldu) prouvent que cette acceptation et ce vivre-ensemble sont possibles. » Oui, mettre fin à cette séparation risque d’avoir un coût humain, mais c’est le coût de la liberté.


3/ Quel est l'équivalent moldu de la lutte contre le secret magique ?
Nous connaissons trop peu l’univers moldu pour tirer des conclusions hâtives. Cependant, nous trouvons des parallèles possibles entre les idéaux de l’Ordre noire et des mouvements comme la lutte pour la mixité sociale ou la transparence politique.


4/ Qui détient le monopole de la violence légitime ? Es-tu satisfait de cette répartition des pouvoirs ?
Nous ne sommes pas totalement d’accord sur la question, principalement parce que cela dépend du référentiel. Dans la communauté sorcière britannique, le Ministère détient la violence légitime. En effet, il est le seul à pouvoir user de violence (directement ou par délégation aux Aurors) sans avoir à subir de préjudice. Nous trouvons qu’il lui arrive d’abuser de cette impunité, de faillir à sa mission de protection.
Si l’on prend pour repère les communautés moldues et sorcières, certains d’entre nous sont tentés de songer que ce monopole est détenu par les moldus. Ce sentiment est surtout lié à l’asymétrie des jugements en cas de conflit entre moldus et sorciers.
De manière générale, cette répartition des pouvoirs ne nous satisfait pas vraiment. Le gouvernement devrait avoir moins de pouvoir, se fier à son peuple. « Ne sommes-nous pas prêts à nous assumer en tant qu’Etat-nation ? »


5/ Si le Ministère était un objet, lequel serait-il ? Le bureau des Aurors serait-il fait de la même matière ? (Si non, laquelle ? Si oui, d'autres différences seraient-elles à noter ?)
Clairement, ici on n’est pas deux à voir les choses de la même façon. Mais c’est normal hein, chaque cerveau fonctionne différemment, c’est ce qui fait la beauté de l’être humain. Soyons synthétiques, ne choisissons que deux métaphores ! Si le Ministère était un bateau en train de sombrer, ses Aurors en seraient la bouée défectueuse. Une autre image serait celle du Ministère comme une porte, une entrave, un non-lien, derrière laquelle le secret peut disparaître et les communautés se rejoindre. A une ouverture près…


6/ Si les deux principaux groupuscules (Ordre du Phénix et Ordre Noir) étaient des animaux, que seraient-il ? Pourquoi ?
Nous avons des avis mitigés sur la question.
Pour la plupart, nous voyons l’Ordre du Phénix comme un chien. Ils sont pour nous, un mélange de bons petits toutous qui peuvent montrer les crocs sans logique. Un animal donc en apparence de confiance, fiable et domestiqué mais qui peut très bien révéler un côté violent et dangereux. Cependant, d’autres voient cet Ordre comme un beau Paon, qui agite ses plumes pour paraître grand, mais qui n'a pas plus d'utilité que cela au fond, hormis faire mal quand on se fait pincer. Mais nous pouvons aussi voir l’Ordre du Phénix comme un moustique, un animal en voie d’extinction ou même un cheval qui se laisse dompter facilement. En somme, un animal qui ne serait pas exceptionnellement dangereux.
L’Ordre Noir, pour nous, s’apparente plus à une meute de loup ou à un serpent. Pour les premiers, ils chassent en meute et ont un Alpha pour pouvoir diriger cette vraie communauté. Pour les seconds, c’est un Serpent, patient et qui attend toujours le bon moment pour agir et qui instinctivement suscite la crainte. Dans l’ensemble, L’Ordre Noir ressemble à un prédateur tel que le dragon, l’ours ou même le crocodile.


7/ Quelle émotion t'inspirent les Mangemorts et pourquoi ?
Nous éprouvons principalement de la crainte mais surtout beaucoup d’admiration, de fascination envers cet Ordre. Pour certains, nous y voyons une source d’inspiration, de justice, de savoir, de modèle qui nous pousse à nous surpasser. Leur force d’oser se lever face au pouvoir en place afin de défendre la liberté et lutter contre le Secret Magique, accroît notre détermination.


8/ Si tu portais un masque, que ferais-tu de différent par rapport aux Mangemorts actuels ? Au Seigneur des Ténèbres ?
Pour la plupart, nous n’agirons pas forcément différemment. Mais si nous devions réellement innover, nous pensons qu’attaquer de grandes personnalités moldues ou accentuer le côté discutions afin de faire mieux comprendre l’idéologie serait un plus. De plus, ce serait un bon point de contrôler les écoles de Magie afin de créer une nouvelle génération plus impliquée dans les débats politiques et soutenant notre cause.


9/ Que représente la technologie moldue pour toi ? Penses-tu qu'elle soit l'équivalent de la Magie ?
Pour nous, la technologie moldue est l’évolution même de leur communauté. Cependant, elle n’est absolument pas l’équivalent de la magie. Pour certains, nous la voyons comme une faiblesse, comme un substitut à notre magie en beaucoup moins bien. D’autres, pensent qu’elle pourrait être utile, que c’est avantage dont on pourrait tirer profit malgré le fait que la magie a un peu de mal à se mélanger avec les objets technologiques moldus. Cependant, nous y voyons aussi une certaine complémentarité puisque souvent la magie permet de faire des actions que la technologie ne permet pas et inversement.


10/ Si tu pouvais choisir le ministre de la magie, qui voudrais-tu ?
Nous voulons du changement, tout simplement. Quelqu'un qui soit là pour briser les codes malsains établis et ne pas plier sous le poids de ses responsabilités. Nous voulons voir cette barrière entre les moldus et les sorciers abolis, que le secret de notre existance soit enrayé pour toujours. Un seul sorcier au pouvoir pourrait-il vraiment y parvenir seul ? Nous voulons que la communauté soit justement représentée. Luttant fièrement contre le despotisme actuel, nous voulons voir monter au pouvoir un gouvernement apte à prendre les décisions qui s'imposent.

11/ Penses-tu qu'il faudrait réformer l'éducation magique ? Si oui comment et si non, pourquoi ?
Nous savons tous que l'éducation est un tremplin commun : c'est à ce moment que nous acquérons nos bases et apprenons à nous considérer comme de véritables citoyens magiques. Poudlard devrait être indépendant du Ministère - et pour cause, on nous enferme. Nous suivons des cours d'Histoire et de théorie sans jamais avoir le droit à des bribes d'informations concrètes et d'actualités. La faute aux professeurs ? Nous pensons que non. Mais nous contraindre à ignorer ne fait que renforcer notre colère. Les jeunes aussi ont le droit de savoir et de comprendre ce qui se passe réellement autour de nous.


12/ Que dirais-tu pour convaincre la communauté magique que la cause Mangemoresque est juste ?
Nous voudrions leur offrir la liberté dont ils ont été trop longtemps privés. Braves gens, voyez comme nous sommes prisonniers de leurs décrets néfastes ne visant qu'à les protéger, eux ! Cela fait des siècles que nos dirigeants se protègent par peur de se mouiller. Nous voulons simplement vous offrir un monde où vous pourrez sortir de chez vous et exercer la magie sans crainte de vous voir sanctionné ou pire, rejeté. Vous êtes des sorciers. Cela fait partis de votre identité - nous voulons simplement que cela soit reconnu de tous. A tous ceux qui critiquent nos méthodes parfois extrêmes : sachez que nous n'avons pas eu le choix. Il a fallut que nous nous défendions, que nous vous défendions, pour que nos voix soient entendues.


13/ En tant que partisan de l’Ordre des Ténèbres/des Mangemorts, as-tu un message à faire passer à la communauté magique ?
Vivez. Apprenons ensemble des erreurs du passé. Battons nous ensemble pour ce que nous jugeons juste. Parce que tout ce que nous voulons offrir à notre société, c'est la liberté de vivre en étant soi-même.




       

Éclats d'Ombre

Les messagers de la nuit,
Filent dans les ombres,
Ils sont le phare qui luit,
Et éclaire la pénombre.

Sonnent sonnent les heures,
Est venue celle de la délivrance
Chantent chantent les pleurs,
Entend les cris dans les silences.

Ils veulent abolir le Secret,
Pour le monde magique,
Un plus grand bien à créer,
Une communauté unique.

Sonnent sonnent les minutes,
Est venue celle du partage,
Volent volent les volutes,
Des sorciers sans esclavage.

Le Crépuscule porte sa lame,
Et se dresse comme l'Ordre,
Dans l'Obscurité il est flamme,
Ou se blesse le Désordre.

Sonnent sonnent les secondes,
Est venue celle du Temps,
Danse danse donc ce monde,
A ce parfum de dément.

L'Ombre étend son emprise,
A son souffle frissonnant,
Rejoignez cette douce brise,
Devenez leurs partisans.
         




Les journaux de propagande et celui de la Vérité.

Parler au nom du peuple est donné à tout le monde, mais connaître réellement ses attentes, ce n'est pas le cas. Nos ennemis ont cru bon de publier des ramassis de propagandes pour vous rassurer, alors que leur but premier était de veiller à ce que les chaînes attachant votre liberté soient encore bien en place ! Il est grand temps que votre esprit s'ouvre sur un monde meilleur où nous n'avons plus besoin de nous cacher. Laissons la Magie s'exprimer.



©MM87
         
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Balcon sous les étoiles

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 16

 Balcon sous les étoiles

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.