AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 16 sur 19
Balcon sous les etoiles
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18, 19  Suivant
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle

Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Gaëlle Panyella, le  Mar 17 Oct 2017 - 20:36

Pwet
Le rp semble clôturé, si problème, mp
Libre à vous de réagir si l'envie vous prend (c'est bien les réactions)
Post unique suite de


Après le parc, je sais pas où fuir, je rentre dans l'école. Marchant, errant, je continue ma routine. Une étincelle en plus dans le regard. Toujours envie de m'affaler sur le sol. Mais avec ce truc. Un brin qui veut continuer à avancer. On ne se doutait pas que ça allait arriver. Fin moi je ne pensais pas. Maintenant que c'est là, j'y vois un certain espoir. Les couloirs défilent, je ne sais pas où aller. Décisions difficiles à prendre. Surtout ne pas se faire repérer. Le plus important. Et bien faire défiler le message. Seules choses qui importent pour le moment. Je débarque en sueur, j'ai fini par courir pour je ne sais quelle obscure raison. Envie. C'est tout. Puis vu que je suis seule, je me laisse aller à la contemplation du ciel, si joli, si beau, si étoilés. Elles n'ont vraiment pas changées. Toujours aussi suffisantes, à me surplomber avec splendeur. Je sais que je peux pas venir, pas besoin de me le rappeler ! Mais ce n'est sans doutes pas l'instant à choisir pour se lamenter. J'ai pas que ça à faire.

Horriblement frustrant
Mais ce n'est pas grave
Je laisse traîner
Puis le temps qu'il soit déposé
J'ai déjà filé
Aussi rapide qu'un fantôme pressé





L'Impardonnable


Le monde change. Dans les arbres le vent souffle plus intensément, comme sur les villes magiques qui murmurent l'air de la Liberté. Il est un Secret qui perdure depuis bien trop longtemps. Qui occulte tout ce que notre monde pourrait avoir sans se restreindre derrière de banales formalités. Il est temps d'ouvrir les yeux, de regarder en face les incohérences de la Justice, pour les rayer jusque dans les fondements des inepties qui la compose. Une nouvelle aube se profile, sans les chaines de la Restriction, et ce jour-là la seule question qui se posera est, quel est votre choix ?


Appel des Ténèbres



       

Murmures de l'Ombre

         Il y a des mots qui se déforment dans le creux d'une oreille, courant d'une bouche à l'autre et forcés parfois d'épouser la forme des pensées étriquées de ceux qui ne les comprennent pas. Nos idées ne sont plus celles de nos prédécesseurs, nous les avons modelées, pour les faire correspondre au besoin de notre temps. Ce qui était vrai hier ne l'est plus aujourd'hui. Nous nous sommes adaptés, devenant une voix qui se bat pour la communauté magique et non forcément contre elle.

Le temps est venu que les mauvaises langues se taisent, que la vérité soit de nouveau établie, celle dont le ministère nous prive pour mieux s'enraciner dans sa bêtise. Nos idées ne sont pas le Chaos mais bien l'Ordre pour tous, une liberté absolue, sans chaînes nous privant de nos droits les plus fondamentaux.

À  commencer par le Secret Magique. Nous en voulons l'abolition. Réfléchissez, pourquoi aurions-nous à nous terrer dans l'ombre comme des indésirables alors que les moldus ne représentent désormais aucune menace pour nous ? Alors qu'il serait possible de cohabiter sans que l'on ait à se cacher d'eux ? Cette entrave à notre liberté ne peut plus durer, nous n'avons plus à nous soumettre à des idéaux d'un temps passé,  ancrés dans les peurs d'un ministère n'ayant plus lieu d'être.

Le ministère justement, qui n'a de cesse de nous prouver son incompétence au travers de nombreuses erreurs et approximations. Que dire de l'inefficacité des Aurors quand l'école a été attaquée aussi librement qu'un moulin au milieu d'un champ ? Ou encore au travers de ses lois les plus absurdes et de sa hiérarchie trop verticale, dominés par un ministre incompétent que peu de vous apprécient ?

Il est venu le temps de s'unir, de se défaire de ce système que l'on nous impose. Et ce par tous les moyens possible. Le pacifisme ayant depuis longtemps prouvé qu'il ne mènerait nul part, se perdant en discours ennuyeux ou en promesses illusoires. Il est grand temps d'agir, et non plus du subir.

Parce que notre liberté ne doit pas être un choix, mais un acquis.



       

La déchirure du monde

1/ La vie moldue a-t-elle la même valeur que la vie sorcière ? Accordes-tu de l'importance au statut sanguin de tes proches ?
La seule chose qui puisse différencier l’importance que nous accordons à un être humain est liée à ses actions, sa personnalité, bien plus que des notions comme le sang ou les pouvoirs magiques. En vérité, nous jugeons que les moldus et sorciers, tous sangs confondus, sont égaux. Technologie et magie ne sont que des bifurcations dans l’espèce humaine ; aucune n’est supérieure à l’autre. C’est précisément pourquoi le contraste entre le cocon dont jouissent les moldus, et l’asservissement auquel le Secret nous soumet, est intolérable.


2/ Que penses-tu de la séparation des mondes magique et moldu ? Est-ce l'option que tu juges la plus viable sur le long-terme pour les deux communautés ?
La séparation mise en place entre les mondes magique et moldu est, au mieux inefficace, au pire dangereuse. Nous pensons que la méconnaissance mutuelle développe des deux côtés haine, mépris, et peur. Une véritable aberration, on est pas du bétail à séparer chacun dans son enclos ! Pour cohabiter, il faut dialoguer, et non se laisser enraciner dans une ségrégation pluriséculaire. « Les mariages "mixtes" (sorcier/moldu) prouvent que cette acceptation et ce vivre-ensemble sont possibles. » Oui, mettre fin à cette séparation risque d’avoir un coût humain, mais c’est le coût de la liberté.


3/ Quel est l'équivalent moldu de la lutte contre le secret magique ?
Nous connaissons trop peu l’univers moldu pour tirer des conclusions hâtives. Cependant, nous trouvons des parallèles possibles entre les idéaux de l’Ordre noire et des mouvements comme la lutte pour la mixité sociale ou la transparence politique.


4/ Qui détient le monopole de la violence légitime ? Es-tu satisfait de cette répartition des pouvoirs ?
Nous ne sommes pas totalement d’accord sur la question, principalement parce que cela dépend du référentiel. Dans la communauté sorcière britannique, le Ministère détient la violence légitime. En effet, il est le seul à pouvoir user de violence (directement ou par délégation aux Aurors) sans avoir à subir de préjudice. Nous trouvons qu’il lui arrive d’abuser de cette impunité, de faillir à sa mission de protection.
Si l’on prend pour repère les communautés moldues et sorcières, certains d’entre nous sont tentés de songer que ce monopole est détenu par les moldus. Ce sentiment est surtout lié à l’asymétrie des jugements en cas de conflit entre moldus et sorciers.
De manière générale, cette répartition des pouvoirs ne nous satisfait pas vraiment. Le gouvernement devrait avoir moins de pouvoir, se fier à son peuple. « Ne sommes-nous pas prêts à nous assumer en tant qu’Etat-nation ? »


5/ Si le Ministère était un objet, lequel serait-il ? Le bureau des Aurors serait-il fait de la même matière ? (Si non, laquelle ? Si oui, d'autres différences seraient-elles à noter ?)
Clairement, ici on n’est pas deux à voir les choses de la même façon. Mais c’est normal hein, chaque cerveau fonctionne différemment, c’est ce qui fait la beauté de l’être humain. Soyons synthétiques, ne choisissons que deux métaphores ! Si le Ministère était un bateau en train de sombrer, ses Aurors en seraient la bouée défectueuse. Une autre image serait celle du Ministère comme une porte, une entrave, un non-lien, derrière laquelle le secret peut disparaître et les communautés se rejoindre. A une ouverture près…


6/ Si les deux principaux groupuscules (Ordre du Phénix et Ordre Noir) étaient des animaux, que seraient-il ? Pourquoi ?
Nous avons des avis mitigés sur la question.
Pour la plupart, nous voyons l’Ordre du Phénix comme un chien. Ils sont pour nous, un mélange de bons petits toutous qui peuvent montrer les crocs sans logique. Un animal donc en apparence de confiance, fiable et domestiqué mais qui peut très bien révéler un côté violent et dangereux. Cependant, d’autres voient cet Ordre comme un beau Paon, qui agite ses plumes pour paraître grand, mais qui n'a pas plus d'utilité que cela au fond, hormis faire mal quand on se fait pincer. Mais nous pouvons aussi voir l’Ordre du Phénix comme un moustique, un animal en voie d’extinction ou même un cheval qui se laisse dompter facilement. En somme, un animal qui ne serait pas exceptionnellement dangereux.
L’Ordre Noir, pour nous, s’apparente plus à une meute de loup ou à un serpent. Pour les premiers, ils chassent en meute et ont un Alpha pour pouvoir diriger cette vraie communauté. Pour les seconds, c’est un Serpent, patient et qui attend toujours le bon moment pour agir et qui instinctivement suscite la crainte. Dans l’ensemble, L’Ordre Noir ressemble à un prédateur tel que le dragon, l’ours ou même le crocodile.


7/ Quelle émotion t'inspirent les Mangemorts et pourquoi ?
Nous éprouvons principalement de la crainte mais surtout beaucoup d’admiration, de fascination envers cet Ordre. Pour certains, nous y voyons une source d’inspiration, de justice, de savoir, de modèle qui nous pousse à nous surpasser. Leur force d’oser se lever face au pouvoir en place afin de défendre la liberté et lutter contre le Secret Magique, accroît notre détermination.


8/ Si tu portais un masque, que ferais-tu de différent par rapport aux Mangemorts actuels ? Au Seigneur des Ténèbres ?
Pour la plupart, nous n’agirons pas forcément différemment. Mais si nous devions réellement innover, nous pensons qu’attaquer de grandes personnalités moldues ou accentuer le côté discutions afin de faire mieux comprendre l’idéologie serait un plus. De plus, ce serait un bon point de contrôler les écoles de Magie afin de créer une nouvelle génération plus impliquée dans les débats politiques et soutenant notre cause.


9/ Que représente la technologie moldue pour toi ? Penses-tu qu'elle soit l'équivalent de la Magie ?
Pour nous, la technologie moldue est l’évolution même de leur communauté. Cependant, elle n’est absolument pas l’équivalent de la magie. Pour certains, nous la voyons comme une faiblesse, comme un substitut à notre magie en beaucoup moins bien. D’autres, pensent qu’elle pourrait être utile, que c’est avantage dont on pourrait tirer profit malgré le fait que la magie a un peu de mal à se mélanger avec les objets technologiques moldus. Cependant, nous y voyons aussi une certaine complémentarité puisque souvent la magie permet de faire des actions que la technologie ne permet pas et inversement.


10/ Si tu pouvais choisir le ministre de la magie, qui voudrais-tu ?
Nous voulons du changement, tout simplement. Quelqu'un qui soit là pour briser les codes malsains établis et ne pas plier sous le poids de ses responsabilités. Nous voulons voir cette barrière entre les moldus et les sorciers abolis, que le secret de notre existance soit enrayé pour toujours. Un seul sorcier au pouvoir pourrait-il vraiment y parvenir seul ? Nous voulons que la communauté soit justement représentée. Luttant fièrement contre le despotisme actuel, nous voulons voir monter au pouvoir un gouvernement apte à prendre les décisions qui s'imposent.

11/ Penses-tu qu'il faudrait réformer l'éducation magique ? Si oui comment et si non, pourquoi ?
Nous savons tous que l'éducation est un tremplin commun : c'est à ce moment que nous acquérons nos bases et apprenons à nous considérer comme de véritables citoyens magiques. Poudlard devrait être indépendant du Ministère - et pour cause, on nous enferme. Nous suivons des cours d'Histoire et de théorie sans jamais avoir le droit à des bribes d'informations concrètes et d'actualités. La faute aux professeurs ? Nous pensons que non. Mais nous contraindre à ignorer ne fait que renforcer notre colère. Les jeunes aussi ont le droit de savoir et de comprendre ce qui se passe réellement autour de nous.


12/ Que dirais-tu pour convaincre la communauté magique que la cause Mangemoresque est juste ?
Nous voudrions leur offrir la liberté dont ils ont été trop longtemps privés. Braves gens, voyez comme nous sommes prisonniers de leurs décrets néfastes ne visant qu'à les protéger, eux ! Cela fait des siècles que nos dirigeants se protègent par peur de se mouiller. Nous voulons simplement vous offrir un monde où vous pourrez sortir de chez vous et exercer la magie sans crainte de vous voir sanctionné ou pire, rejeté. Vous êtes des sorciers. Cela fait partis de votre identité - nous voulons simplement que cela soit reconnu de tous. A tous ceux qui critiquent nos méthodes parfois extrêmes : sachez que nous n'avons pas eu le choix. Il a fallut que nous nous défendions, que nous vous défendions, pour que nos voix soient entendues.


13/ En tant que partisan de l’Ordre des Ténèbres/des Mangemorts, as-tu un message à faire passer à la communauté magique ?
Vivez. Apprenons ensemble des erreurs du passé. Battons nous ensemble pour ce que nous jugeons juste. Parce que tout ce que nous voulons offrir à notre société, c'est la liberté de vivre en étant soi-même.




       

Éclats d'Ombre

Les messagers de la nuit,
Filent dans les ombres,
Ils sont le phare qui luit,
Et éclaire la pénombre.

Sonnent sonnent les heures,
Est venue celle de la délivrance
Chantent chantent les pleurs,
Entend les cris dans les silences.

Ils veulent abolir le Secret,
Pour le monde magique,
Un plus grand bien à créer,
Une communauté unique.

Sonnent sonnent les minutes,
Est venue celle du partage,
Volent volent les volutes,
Des sorciers sans esclavage.

Le Crépuscule porte sa lame,
Et se dresse comme l'Ordre,
Dans l'Obscurité il est flamme,
Ou se blesse le Désordre.

Sonnent sonnent les secondes,
Est venue celle du Temps,
Danse danse donc ce monde,
A ce parfum de dément.

L'Ombre étend son emprise,
A son souffle frissonnant,
Rejoignez cette douce brise,
Devenez leurs partisans.
         




Les journaux de propagande et celui de la Vérité.

Parler au nom du peuple est donné à tout le monde, mais connaître réellement ses attentes, ce n'est pas le cas. Nos ennemis ont cru bon de publier des ramassis de propagandes pour vous rassurer, alors que leur but premier était de veiller à ce que les chaînes attachant votre liberté soient encore bien en place ! Il est grand temps que votre esprit s'ouvre sur un monde meilleur où nous n'avons plus besoin de nous cacher. Laissons la Magie s'exprimer.



©MM87
         
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Daemon Stebbins, le  Ven 20 Oct 2017 - 22:33





Petite Lune

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins
L.A mutuelle

“ Seul mérite l’amour et la vie celui qui quotidiennement doit les conquérir. ”

• ♫♫♫ Choix de Dey









Cela avait été une longue journée, rempli d'occupations ennuyeuses qui avait essayé d'assombrir ce lundi alors que j'avais encore la tête et le cœur remplis des images de mes vingt-quatre heures que j'avais passé en compagnie de la sublime créature qui existait sur terre : Elhiya. Que dire, c'était magique. Mon cadeau et ses mots m'avaient rassuré et c'était avec un élan nouveau que je décidais d'oublier, le côté trop réfléchi et introspectif de ma personnalité. J'avais donc quasi couru dans les couloirs pour aller récupérer ma belle à la sortie de ses cours. Nous avions convenu de passer du temps ensemble et j'en étais plus qu'heureux. Je slalomais entre les élèves évitant d'en bousculer un sur mon chemin.

Un étage... Deux..., trois... Hop escaliers... Hop élèves... Re escalier.

* Dépêche toi, tu vas la faire attendre *

Couloir... Gauche... Couloir... dix mètres... Droite... Escaliers

* Je la vois *

Mon cœur s'emballait toujours autant quand ma blonde apparaissait devant mes yeux. Le soleil est enfin rentré dans mon champ de vision. Elle me faisait sourire et illuminait ma vie. Je savais combien j'avais de la chance d'avoir rencontrer quelqu'un comme elle et qu'elle soit devenu ma personne comme disait mon père. Je m'avançais vers elle, me penche pour capturer, quelques instants, ces lèvres et ajoutais :

- Pardon ma sublime déesse si je t'ai fait attendre. Mais ma descente a été épique vu le monde dans les couloirs.

Je glissais ma main dans son dos afin de capturer sa taille et la serrer un peu plus contre moi. Je tentais de mettre mes bonnes résolutions en pratique.

- Allons-y. J'ai tout préparé dans mon sac.

Je l'entrainais à travers le couloir direction le balcon. Quoi ? Comment cela, je suis dingue de l'emmener sur le balcon alors qu'on était au mois de Novembre et que le froid était déjà là en Ecosse. Pas d'inquiétude tout était prévu. Une manière de prolonger les instants merveilleux du week-end. On grimpait encore et encore. Je me tournais vers elle et lui lançait avec un ton heureux:

- On est presque arrivé. J'espère que cela te plaira .

Enfin nous sommes devant le couloir où se trouve le balcon où on peut profiter de la meilleure vue de Poudlard. J'ouvrais la porte-fenêtre et d'un geste théâtrale en m'inclinant, je lui disait :

- Si mademoiselle veut bien avancer.

J'étais passé plus tôt pour lancer un sort qui faisait un dôme qui gardait l'air ambiant à bonne température. Ainsi il avait eu le temps de faire effet. J'avais déposé un plaid sur le sol afin que nous soyons parfaitement installés. Je l'avais laissée se positionner pour qu'elle soit à son aise. Je sortis alors de mon sac plusieurs douceurs que j'avais acheté quelques temps avant à Pré-au-lard. Il y avait des gâteaux, des bonbons ainsi que des fruits, du chocolat. Pour ce qui était des boissons, j'en avais pris diverses tel que de la biereaubeurre, de la despé, du jus de fruit et du soda.

- Je me suis dis que ce serait agréable de faire un goûter improvisé et que cela pourrait te plaire un peu de fantaisie en semaine. j'avais envie de e surprendre.

Je pose mon regard sur ma verte et argent attendant son verdict. avais-je taper juste ou non ? Trouverait-elle cela agréable ou complétement gamin. Je redoutais son jugement quelque peu. Je prenais sa main et lui souriait.

La nuit avait fini par tomber complètement et les premiers étoiles apparaissaient rendant la beauté de ma petite amie presque surnaturelle à cause du halo lumineux que cela créait autour de sa chevelure. Je n'avais pas de mots pour décrire la vision que j'avais sous les yeux.  Plus j'étais prêt d'elle, plus je tombais amoureux de sa personne et me noyait dans l'océan bleuté de ses prunelles si expressive et ne put m'empêcher de lui avouer une fois de plus:

- je t'aime plus que je ne saurai te le dire.





by Daemon



Dernière édition par Daemon Stebbins le Dim 26 Nov 2017 - 22:17, édité 1 fois
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Elhiya Ellis, le  Sam 21 Oct 2017 - 15:30

Fin de cours, fin de cravate, fin de sieste sur le bureau au dernier rang, et oubli complet de noter ce qu’il y’avait à faire pour la prochaine fois. Tant pis. Un programme plus réjouissant m’attendais en fait. Mon brun avait convenu de venir me récupérer après la classe sans raison précise et j’avais nécessairement accepté malgré la fatigue qui m’étreignait. En baillant, je m’étais extirpée de la salle et apercevais sans mal mon rouge & or qui s’inquiétait d’être en retard.

D’un baiser et un sourire j’avais secoué énergiquement la tête de gauche à droite, lui assurant que je venais tout juste de sortir. Son exagération lui valut une tape sur le bras. Qu’il surjouait pour mon anniversaire pourquoi pas, mais maintenant ça n’avait plus trop de sens. La flatterie et la surprotection n’avaient jamais été des attentions que je supportais bien longtemps, il me semblait le lui avoir déjà dit, mais je n’étais plus très sûr.e Le manque de sommeil pouvant parfois embrouiller mon esprit de temps à autre.

En une douce étreinte, en plein milieu du couloir, qui me faisait rougir faiblement, il avait fait allusion à un sac. En pleine semaine ? Une sortie ? Bien entendu je n’avais rien contre mais j’aurai aimé être mise au courant à l’avance, je risquais fort de vouloir rester pelotonnée sous ma couette ce soir et ne voir personne. Très certainement un début de rhume qui partirait très vite.

Mais au lieu de partir vers les grilles du château pour aller transplaner, on avait grimpé escaliers pour alors rejoindre les balcons extérieurs. Lieu connu, pour m’avoir accueilli tant de fois pour que je dessine au calme, ou pour que je joue les équilibristes sur un rebord. Un doux sourire pour simple réponse aux manières théâtrales de mon Chaton et je prenais place sans plus de procédure sur le plaid en levant le nez sur le manteau de velours qui avait déjà pris possession de l'école.

J’aimais l’hiver, il faisait jour tard et le soleil mourrait tôt, tellement plus de temps pour se perdre dans les étoiles lors d’escapades nocturnes, tellement plus agréable… Dey extirpait les affaires de son sac, disposant un peu de tout de notre côté. Un gouter comme des gosses, c’était mignon, mais j’avais envie d’un maxi café là. L’attention restait adorable, comme toujours. Mes opales attendries l’observaient faire un instant alors qu’il cessait enfin de gigoter. Des mains liées, il avait souri, enserrant mon cœur instantanément, j’aimais tellement ce sourire… je redoutais de ne pouvoir le conserver aussi longtemps que je le désirais... crainte infondée, doute qui ne trouvait de sens...

Quelques mots encore échappés me firent détourner le regard pour le glisser sur sa main tenant la mienne. Beaucoup de déclaration en ce moment, beaucoup d’étalage de sentiment, comme s’il avait peur de quelque chose dont il osait réellement parler. J’avais esquissé un sourire des plus lumineux, me rapprochant de lui pour poser un tendre baiser sur ses lèvres, étouffant la douleur qui me vrillait le cœur incompréhensiblement


« Je t’aime aussi »

Les autres pouvaient bien dire ce qu’ils voulaient car je passais le reste de mon temps avec mon cousin, moi seule savait ce que mon cœur portait… Me détachant, je lui avais adressé un regard malicieux et attrapait une chocolat grenouille

« Pourquoi cette envie de gourmandise soudaine Chaton ? »
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Daemon Stebbins, le  Dim 29 Oct 2017 - 23:52





Petite Lune

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins

“ Seul mérite l’amour et la vie celui qui quotidiennement doit les conquérir. ”

• ♫♫♫ Choix de Dey











- Tout simplement parce que je veux profiter de toi un peu plus chaque jour. J'avais envie qu'on soit seul sans que personne ne puisse nous trouver facilement. Est-ce si mal de vouloir que tu ne sois qu'à moi pendant quelques heures ?

Je m'étais mis à battre de paupière avec un air innocent pour la faire rire.

- Puis, je ne veux pas que les choses soient plus profondes entre nous. Malheureusement quand je me retrouve dans une pièce avec toi, je n'ai qu'une envie te dévorer toute entière et je ne veux pas que notre relation se limite uniquement à cela. Je te l'ai déjà dis avec toi, je veux plus. Je désire que l'on construise quelque chose de solide, basé sur la confiance et pour cela, il faut que nous passions du temps à deux.

J'espérais aussi que l'idée de cette dinette improvisée lui plairait. Chose qui me semblait acquise car j'eus droit à un je t'aime et un tendre baiser. J'étais heureux parce que je voyais le collier que je lui avait offert autour de son cou. Je voulais tellement approfondir nos liens en passant plus de temps avec elle. Je désirais découvrir ce qu'il lui tenait à cœur ces derniers temps et savoir pourquoi, par moment, j'avais l'impression que quelque chose la préoccupait. Je pouvais le voir pendant une seconde parfois dans l'azur des yeux de ma blonde. C'était à l'instant où elle prit une chocogrenouille que je remarquais à son poignet, un nouveau bijou. Je me demandais d'où il sortait. Alors je lui posais la question tandis que je pris un morceau assez important de brownies afin de me caler un peu l'estomac.

- Ma douce, elle est vraiment jolie cette lune qui orne ton poignet ? Je ne l'avais jamais vu au par avant. D'où la tiens-tu ?

Je commençais à dévorer à belle dent le gâteau que j'avais entre mes mains. Il faut dire que j'avais un creux depuis le milieu de l'après-midi vu que je voulais parfaitement réussir mes préparatif. J'avais mis un sort pour repousser les autres personnes afin que la place soit toujours disponible après les cours. Il m'avait aussi fallu ruser pour ne pas attirer l'attention de mes camarades de chambre. Je n'avais pas envie qu'ils viennent troubler ces instants que ma verte et argent partagions ensemble. Cependant, je m'étais retenu pour pouvoir profiter de cet intermède amoureux. Je l'admirais pendant qu'elle me répondait. Je l'écoutais tandis que je m'ouvrais une bouteille de Despérados. Il s'agissait une boisson moldue que j'affectionnais beaucoup depuis que je l'avais découverte lors d'une de mes expéditions dans le monde moldu avec mon futur beau-frère Jaimie quand nous nous étions rendus à une rencontre avec un de ses cousins pour parler des préparatifs du mariage.

Je demandais alors à ma divine petite amie :

- Excuse-moi de t'interrompre un instant ma douce. Je voudrais savoir ce que tu désires que je te serve à boire ?

Une fois que je l'eus fait en m'improvisant barman, je me calais pour découvrir la suite de son récit. L'objet m'intriguait réellement. Il y a quelque chose qui le rendait fascinant alors que je n'avais jamais éprouvé de passion particulière pour ce genre de chose. tout ce que je portais, c'était mon collier de cuir. Evidemment à la fin de Poudlard, j'avais aussi promis de m'habituer à porter ma chevalière familiale, objet don je n'étais pas fan. Elle était belle et faite avec goût, toutefois, je trouvais cela ridicule. Seulement, je ne voulais pas vexer ma mère qui l'avait faite fabriquer pour ma majorité. c'était mon père qui avait négocié ce compromis entre nous...  





by Daemon

Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Elhiya Ellis, le  Jeu 2 Nov 2017 - 15:56

Battre des cils comme une demoiselle effarouchée avait au moins le mérite de me faire éclater de rire, même si c’était franchement ridicule. Un peu comme cette idée de vouloir me dévorer, soit j’étais trop obnubilée par les chocogrenouille, soit je n’étais absolument sur la même longueur d’onde que mon chéri à l’instant présent. L’avantage d’être blonde, c’était qu’on me pardonnait les quelques moments d’absence qui pouvaient me parcourir avec assez de facilité. En même temps, mon brun m’avais complètement perdue avec son début de phrase « je ne veux pas que les choses soient plus profondes », pour le coup, je me demandais s’il avait fait attention à ses propos quand il avait glissé sur du « je veux construire quelque chose », car en fait, pour le coup, il se contredisait un peu… Beaucoup…

Sa langue avait dû fourcher, sur un mot ou deux, pour le coup, je ne lui ai pas demandé, c’était déjà assez perturbant de s’entendre dire qu’il voulait construire quelque chose avec moi, pour arriver à demander des précisions. Et lui proposer de construire un château fort de draps n’était franchement pas une option envisageable à mon avis. Alors j’avais dodeliné de la tête, comme si ça pouvait suffire pour répondre à ses dires, et attrapais une grenouille.

Cette saleté avait fait un bond relativement haut quand j’avais ouvert l’emballage, faisant presque passer à la trappe la question de mon Chaton sur le pendentif accroché à mon poignet. Tachant, tant bien que mal d’attraper le chocolat vivant sans l’écrabouillé entre mes doigts, j’avais du lacher un « hein ? » interrogatif pour seule réponse. L’animal sucré enfin capturé et aplati par la même occasion entre mes mains, je le picorais tout en jetant un coup d’œil rapide à ma petite lune d’argent. L’intérêt soudain de Dey était étonnant, mais je mettais ca sur le fait que jusqu’alors je ne portais pas de bijoux sur moi, ou très rarement, et que d’un coup, en plus de son collier, j’avais ce pendentif sur moi. D’un haussement d’épaule, je mâchouillais le chocolat tout en répondant.


« Relique de famille, Jace me l’a rendue après notre sortie au zoo. »

« Rendue » ça m’étais semblé naturel de dire que mon cousin m’avait rendue la petite lune qui m’étais destinée que devoir expliquer que c’était un collier que les Becker avaient en leur possession depuis 2 siècles. Et qu’ils ne l’avaient jamais restitué car les deux familles s’étaient au final détachées quand le dernier propriétaire avait refusé de le  confier à la fille à qui il était prédestiné. Le résumé était nettement plus simple, ca le revenait de droit légitime désormais que nos grands-parents avaient fait abolir certaines traditions et l’origine de la chose m’intéressait peu –à tort bien entendu-
Pas grand-chose à dire de plus, mais comme Deu avait utilisé le terme « interrompre » pour me proposer à boire, je supposais qu’il attendait plus d’explication. Sauf que je ne voyais pas trop quoi dire dessus en fait. Même moi, je n’avais eu droit qu’à une suite de faits cours et concis concernant cette lune. Aussi, lui adressant un sourire en coin désolée, j’avais fini mon chocogrenouille


« Apparemment c’est assez vieux comme machin, mais elle est jolie. Et puis, malgré l’histoire qu’elle traine derrière elle, je n’avais pas de raison de la refuser »

D’ailleurs, ce n’était que maintenant que je remarquais qu’ on était sur le même balcon que lorsque jace me l’avait ramener, le même balcon ou l’oisillon brisé vouait ses danse à un chat perdu dans les étoiles. Un sourire un peu bête ourlait mes lèvres, décidément ce balcon avait décrété qu’il servirait à autre chose qu’accueillir mes pas funambule ou mes taches de pastel. Ce balcon et ces pieds m’accueillait beaucoup de fois cette année, il m’avait vu m’adoucir fasse à un Bleu enveloppant nos palabres onirique, les conservant jalousement à l’abri des oreilles indiscrètes. De la même façon il assisté muet à la promesse de mon cousin, à ma prise de conscience, des liens de sang, de ce que ca impliquait, de leurs responsabilités, de leurs proximités et fatalement de leurs similitudes.

Je n’avais pas oublié, c’était toujours encré dans un coin de mon esprit. En même temps, impossible à occulter, ces mots, cette vérité, ce conflit grandissant. Lui, moi, et cet autre lui, ou du moins cet autre moi… Un soupire m’échappait douloureusement, c’était que j’avais presque oublié, je m’étais déjà faite à l’idée. Alors, sur ma langue quelques mots s’étaient échappés, prononcés monocordement, indépendamment de ma volonté


« La lune solitaire ne peux qu’éclairer les étoiles mourantes, chutant à ses pieds, juste, car c’était écrit » Je ne me rappelais même pas l’avoir lu quelque part, pourtant, ces mots me semblaient étonnement familiers « Pour toujours et à jamais elle les regardera briller sous son rayonnement blafard, a des millier de kilomètres de sa chaleur illusoire »

Et le pire dans tout ça, c’était que ça me paraissait normal. Je soupirai de nouveau avant de reposer sur mon amour un doux sourire, sans nul doute il trouverait quelque chose à en dire. Surtout après ces paroles discrètes, alors j’avais secoué doucement la tete de gauche à droite, en lui adressant un sourire lumineux. Je ne voulais pas qu’il s’inquiète, et surtout, j’étais  des plus ravies  de passer du temps avec lui et ne voulait pas parler de la famille

« Et puis y’a plus moche comme armoiries de famille non ? File-moi une patacitrouille tiens ! »
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Daemon Stebbins, le  Dim 5 Nov 2017 - 12:08





Petite Lune

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins

“ Seul mérite l’amour et la vie celui qui quotidiennement doit les conquérir. ”

• ♫♫♫ Choix de Dey










C'était Jace qui s'était fait le messager du passé pour lui restituer ce bijou. Je me rendis compte à cet instant que cela faisait un moment que je n'avais pas recroiser l'adolescent. Si je ne trompais pas cela datait de sa rupture avec Aria. L'histoire avait mal fini et je n'avait pas voulu m'en mêler ni Elhiya non plus. De mon point de vue, Aria et Jace avait des tords des deux côtés même si je savais que c'était ma petite sœur de cœur qui avait franchi la limite la première. Elle n'avait pas voulu m'expliquer les détails et m'avait juste dit que c'était fini entre eux. Mais cela était une autre histoire à laquelle je n'avais pas envie de songer à cet instant. Tout ce que je désirais était de partager des moments privilégiés avec ma petite amie sans que rien ne vient s'interposer entre nous. Alors j'ajoutais en la taquinant :

- Décidément pour quelqu'un qui n'aime pas l'histoire. Tu t’es retrouvée cerner que par des antiquités pour ce jour-ci particulier.

Je me prenais à sourire et à rire devant sa mine et ne tarda pas à recevoir la riposte. Je levais alors les mains au ciel en lui disant que je me rendais.

- Ayez pitié de moi gente dame.

Je me penchais alors pour lui voler un baiser et lui donna le bonbon qu'elle désirait.

- Certainement.

Je n'avais pas envie de me lancer dans les armoiries. Car c'était à dix mille lieux de ce que j'avais en tête. Je savais que par moment mon babillage, l'énervait même si elle m'aimait ainsi. Cependant le bijou m'intriguait. Je lui tendis son bonbon et ajouta

- Tu as piqué ma curiosité en ajoutant ta remarque sur le fait que ton bijou avait une drôle d'histoire. Ne voudrais-tu pas me la raconter. Tu sais que c'est le genre de chose qui pique mon intérêt.

Je l'observais. Passer du temps à regarder les étoiles en sa présence serait un moyen de nous rapprocher, de nous synchroniser car je savais qu'entre nous deux, c'était moi le plus maladroit de nous deux. J'avais alors posé ma tête contre la sienne écoutant le silence qui nous entourait. Mes doigts avaient capturé son autre poignet et je m'amusais à dessiner des arabesques du bout des doigts. J'aimais sentir son corps contre le mien ainsi que sa chaleur qui envahissait mon corps. J'avais l'impression d'être au paradis et j'aurai tout donner pour que tout resta ainsi jusqu'à la fin des temps. Je déposais un autre baiser sur ses cheveux et souffla.

- Tout est si parfait en cette seconde.

Je lançais alors cette phrase :

- Alors si tu me racontait ? Promis, je t'écouterais sans t'interrompre

Je ne voulais plus rien d'autre que suspendre le temps afin de découvrir le mystère qui entourait cette lune qu'elle avait reçu de la part de son cousin...





by Daemon

Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Elhiya Ellis, le  Dim 5 Nov 2017 - 17:44

Nan, ce que je n'aimais pas dans l'histoire c'etait que ca regroupait une floppee de mots couchés à l encre sur du papier. Rien de plus. Devoir apprendre bêtement les chose sans que ca n'ait d utilité ne me plaisait pas. Cependant, tout ce qui était bibelot et artefact, atisait ma curiosité. La plus part racontait quelque chose d'unique, quelque chose oublié ou connu que par quelques personnes.

J'avais dodeline de la tête. A mes yeux les deux bijoux familiaux n'étaient pas des bouts d'histoire, juste le symbole d'idees communes qui avait évolué avec les âges. Autrefois cheris, ils s étaient retrouves méprisés et dénigrés. Plus jamais ils ne retrouveraient leur éclat passé et n'etait réduit qu' a un symbole d'une promesse d'adolescent.

Quelques mots échangés dont le sens avait déjà était prouvé et tordait mon estomac quand j y repensais. Première cachoterie, le sourire en coin qui avait retroussé le coin de ma bouche avait disparu dans le baiser volé et la sucrerie prodiguee. Mon esprit n avait pas eu le temps de divaguer grâce à la question du brun qui me forcais à un haussement de sourcil rapide.

Oui c est une bonne idée de parler de l utilisation de la lune et de l arbre. Merveilleuse perspective qui retirerai a mon cheri le mot parfait de sa bouche immédiatement. J'avais sourit avec douceur face aux lignes dessinées du bout des doigts et au bisou posé dans mes cheveux. L'insouciance de l'instant aurait pume porter un peu plus longtemps si Dey ne quemendait pas une nouvelle fois de connaître ce que cachait cette lune.

D'un soupir j'avais levé le nez vers le réel astre de nuit et, terminant ma gourmandise me pincais les lèvres un instant avant de répondre.


"Elle, tout comme son écho dans la famille de Jace, était un symbole d'engagement. Ils étaient echanges lors des voeux si j'ai bien saisi le principe. Puis une fois, y a deux siècle de ça, quelqu'un a décidé de ne plus obéir à ce qui avait été dessiné pour lui. La lune se trouva abandonnée chez les Becker. Tout comme l arbre de vie fut concerver chez les Ellis. Désormais ils sont l'image d'une liberté de choix"

Et qu'au même titre que les deux cousins avaient été accidentellement réuni, les deux bijoux devaient les guider vers je ne savais quoi. Ça avait été vague cette histoire de cailloux. Du cristal blanc pour moi, une emeuraude pour Jace, les deux supposés se completer ou ou éveiller quand ils étaient ensemble. Encore un charabia de vieux.

Machinalement j'avais levé le poignet pour voir le petit cailloux scintiller sous la lumière agentee. Je ne voyais aucune différence avec le soir ou Jace me l'avait rendu


"Il paraît qu' elle est amenée à changer de couleur. Mais j y connais rien en pierres précieuses, je devrais peut être aller la montrer à Drago' pour savoir ce qu' il en sait"

Le jaune avait su me guider quelque temps auparavant pour mon cadeau pour Lucy, il adorait la joallerie et me semblait tout conseillé pour la tâche. Réalisant que mon brun ne le connaissait pas, je rajoutais rapidement quelques explications.

"Un poufsouffle qui adore les bijoux. Il m a bien aidé l autre jour"

De toute façon, ce détail passerait très certainement certainement a la trappe, comme les propos de tout à l heure. Ce n était pas plus mal
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Daemon Stebbins, le  Dim 12 Nov 2017 - 21:45





Petite Lune

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins

“ Seul mérite l’amour et la vie celui qui quotidiennement doit les conquérir. ”

• ♫♫♫ Choix de Dey










Ce qui venait de m'être expliqué, me plaisait beaucoup. Le fait de savoir qu'un des ancêtres d'Elhiya s'était rebellé et avait pris son destin afin de faire ses propres choix et non les dessins sombres de sa famille, montrait qu'on pouvait toujours emprunter la route que l'on voulait si on avait une très forte conviction. Je continuais de l'observer lorsqu'elle suréleva son poignet pour que les deux lunes, son bijou et l'astre, soient alignées.

- Sur ce domaine ma douce, je ne suis pas franchement calé non plus sur ce thème. Les cailloux n'ont jamais été mon truc.

Je détaillais le regard que ma serpentarde portait sur l'objet ainsi que l'éclat de la pierre dans ses prunelles azures. Cela donnait une aura de mystère à cause de l'ancienneté du pendentif. Je constatais que ma verte et argent était subjuguée par ce dernier. Si d'un côté la voir absorber de la sorte me faisait sourire, de l'autre quelque chose me gênait. Peut-être est-ce dû au fait que ma blonde portai deux bijoux anciens à la fois et que de ce fait, mon cadeau perdait de son originalité et de sa signification.

- Tant mieux si quelqu'un peut t'aider.

Certainement qu'elle avait perçu une légère crispation dans mon ton. Même si je tentais de me modérer. Ma jalousie avait tendance à montrer le bout de son nez. Cependant je devais ma reprendre. J'avais une absolue confiance en elle. Après tout elle m'avait assez démontré et dit qu'elle m'aimait.

- Pardon. Je sais je surréagis trop. En tout cas, c'est fascinant cette tradition.

Je pris mon verre et avala quelques gorgées de ma boisson et avala une ou deux friandises au passage avant d'ajouter :

- Je me demande ce qui provoque le changement de couleur de ton bijou.

Et enjoignant le geste à la parole, je m'emparais du poignet de ma dulcinée pour contempler l'objet ancien de plus prêt. Je l'examinais attentivement.

- Il est fascinant.





by Daemon

Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Elhiya Ellis, le  Lun 13 Nov 2017 - 12:05

Fascinant ? Je ne crois pas que j’aurai dit ça, d’ailleurs je savais parfaitement que j’avais haussé les sourcils et que j’avais adressé à Dey un regard des plus interloqués. Il n’y avait rien de glorieux à avoir usé de mariages organisés entre deux familles depuis des siècles sous le nom de la pureté du sang. Bien sur les moldus faisaient de même par le passé également, mais quand même, je ne voyais pas ce qui était extraordinaire là-dedans. Surtout que ce genre d’ânerie avait pris fin il n’y avait que deux cents ans auparavant. D’une moue désabusée j’avais dodelinée de la tête et avait attrapé une nouvelle sucrerie d’un coup de baguette, mordant dedans pour éviter de parler trop.

Car je me sentais bien lui dire que s’il trouvait ca si glorieux les engagement entre cousins, je pouvais toujours remédier à ca vu que j’en avais un sous la mains, et vu la promesse que ce dernier m’a faite en me rendant ma lune. Mais à coup sur le brun ne capterait pas le trait d’humour et le prendrai mal. Autant violenter une patacitrouille tiens, c’était plus simple, moins drôle mais plus simple. En plus là, il aurait vraiment pu dire qu’il sur réagissait trop. Un léger sourire avait ourlé mes lèvres à cette idée.

Cependant, mon brun avait soulevé une bonne question, je me l’étais déjà posé, et avec Jace on avait pris soin de ne pas questionner les vielles qui nous auraient répondu encore un « vous le comprendrez de vous-même quand il sera temps » ou quelque chose du même acabit qui m’horripilait. Je laissais mon Cœur agripper mon poignet pour scruter le quartz blanc, de toute évidence, ça le travaillait plus que moi cette histoire de couleur.  


« J’sais pas, visiblement, les deux pierres interagissent l’une avec l’autres quand elles sont ensemble, mais je t’avoue que j’ai pas compris le principe et l’intérêt.. »

Et surtout, je ne voulais pas connaitre l’intérêt pour le moment, je doutais fort que ce ne soit qu’une simple babiole, surtout vu que ce grand-mère nous avait dit. Que mon Quartz renforcé la force de l’émeraude, du chinois pour moi. Faudrait que je trouve le temps d’envoyer un hibou à Dragomir, réellement, qu’il me dise ce qu’il en savait.

« Intriguant à la limite. Vu qu’il m’est revenu comme si de rien n’était, comme si la boucle brisée venait de reprendre son cours. Enfin, j’sais pas. Verra bien par la suite, si je le lève à la lumière de la lune, il scintille joliment en tout cas »

Mêlant les geste à la parole, j’avais retiré avec douceur mon bras de la prise de Daemon et la levait vers le ciel, laissant la réverbération faire son office.

« Ca crée plein de petite étoiles au sol, ça ressemble pas mal à l’illustration du grimoire en fait »

Je n’y avais pas pensé avant, mais là c’était une évidence. La lune, observatrice, donnant naissance aux étoiles, les regardant mourir, sans rien faire, juste en les couvrant de sa lumière. Echo aux mots prononcés sur le ce balcon, prise de conscience faisant doucement son chemin, éveil à venir... Le sourire sur mes lèvres suivait avec douceur les petits astres lumineux dansant sur le sol de pierre du château

« Si on veut être un peu poétique, il y’a pas mal de symbole coincé dans cette petite lune d’argent en fait... »[/color]
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Daemon Stebbins, le  Sam 25 Nov 2017 - 17:40





Petite Lune

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins

“ Seul mérite l’amour et la vie celui qui quotidiennement doit les conquérir. ”

• ♫♫♫ Choix de Dey









J'avais bu les paroles de ma petite amie au sujet de son bijou. Une foule de questions m'avait traversé l'esprit. toutefois je savais que si j'en demandais trop d'un coup, ma verte et argent serait assommer par toutes mes interrogations. J'avais donc préféré m'arrêter pour le moment et puis j'avais surtout envie de profiter de sa présence et du fait que nous soyons seuls.

Elle continua ses explications alors qu'elle soulevait son pendentif me montrant ainsi la beauté que celui-ci créait quand il était mis en présence de lumière.

- Tu a raison, c'est magnifique. On pourrai presque se croire au cœur des étoiles.

Le scintillement était vraiment de toute beauté moins que la beauté de cette fille qui me faisait chavirer chaque fois, que je posais mes prunelles sur elle. J'avais le désir de rester là avec elle profitant simplement de la présence de l'autre. Je voulais lui faire plaisir et me caler à son rythme.

- En tout cas, je suis heureux que nous soyons là, juste nous deux.

Je pris délicatement son poignet et le porta à ma bouche afin d'y déposer un baiser au creux. Puis je l'avais collé contre moi et soufflais à son oreille :

- Profitons des quelques instants qu'ils nous restent. L'heure de rentrer se rapproche trop vite à mon goût.

Je calais donc ma tête au-dessus de la sienne profitant de l'odeur délicieuse de son parfum. La magie de ces moments allait bientôt faire face au retour de la réalité. Nous étions restés ainsi encore quelques minutes. Puis, le temps de ranger et de rentrer était venu. D'un coup de baguette, j'avais nettoyé le lieu. J'avais remis dans mon sac le restant des bonbons ainsi que les bouteilles. Récupéré également la couverture.

- Rentre, je te rejoints. Je dois ôter le sort.

Ma blonde s’exécuta. Une formule et quelques mouvements de baguettes, la bulle protectrice disparut. Je passais rapidement la porte pour retourner dans la chaleur du château. Je pris la main de ma serpentarde et l'avais raccompagné jusqu'à l'escalier qui menait aux appartements de serpentard. Je l'embrassais puis la regarda disparaître en descendant les marches. Il était temps pour moi de rentrer également à mon dortoir. Je pris le chemin inverse afin de remonter la tour des gryffondors...


(Fin du RP --> Merci ma douce)



by Daemon

Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Elhiya Ellis, le  Lun 15 Jan 2018 - 21:33


Et toi, si tu fermes les yeux, tu vois quoi?


Pv Vincent
LA accordé à ce dernier
LA Alec




Quelques mots griffonnés sur un parchemin et un ruban de velours rose délicatement noué à  la patte de Crumble. La missive, trouverait, avec beaucoup de temps, son destinataire. Du moins, c’était ce qu'elle espérait. Son regard azur chercha quelques instant la silhouette disparue de l'oiseau, mais rien, hormis le bruissement du vent dans des cheveux subsistait.

*puisses-tu le retrouver*

Elhiya, la peur au centre et le cœur serré, attendait beaucoup de son petit volatil parti très certainement vers quelques contrées verglacées. Il y'avait peu, une petite enveloppe marron à son nom avait été déposée sur son oreiller. L'écriture soignée et reconnaissable lui avait fait craindre immédiatement le pire. A l’intérieur, aucun mot, aucune précision, juste une signature pour accompagner un briquet à l'ornement finement gravé et un collier rehaussé d'un pendentif. Rien d'autre. Rien qu'une montagne de questions et la découverte d'un être soudainement manquant.

Le lit d'Alec était vide et elle ne pouvait rien y faire. Alors cet hibou était un simple coup d'épée dans l'eau. Elle le savait parfaitement mais n'arrivait pas à  s'y résigner. Il aurait fallut qu'elle se vide l'esprit qu'elle cesse entièrement de penser. L'envie de sortir, d'aller boire un verre ou même de se perde dans quelques bras l'avait abandonné. Les étoiles, quant à elles, semblaient à nouveau l’appeler. Ces silencieuses observatrices avaient accueillis tellement de ses lamentations et de ses doutes qu'il était indescend de croire que les astres millénaires tendaient encore l'oreille.

Pourtant, sans aucune surprise, la blondinette avait fini par pousser le lourd ventail du balcon d'astronomie. La vie y était superbe, exceptionnelle quand la météo était clémente, et malgré le froid, rien n’égalait cette quiétude habituelle. Emmitoufflée dans son écharpe, la capuche de son sweater enfoncée sur sa tête, elle avait décidé de braver le froid et d'aller s'assoir sur le rebord de la balustrade, les pieds dans le vide.

La pierre gelée sous ses cuisses la saisissait de frisson malgré la matière de son jean. Un frisson s'invitait au spectacle, mais les opales rivées vers l'astre de nuit, Elhiya ne bougeait pas. La lune était ronde et belle cette nuit. Les millions d'étoiles dansants à ses côtés semblaient se moquer du reste du monde. La blonde les enviait. Immuables, peut importait l'époque ou la nuit, elles posaient toujours sur les êtres humains ce regard faussement bienveillant. Se perdre en elle était si facile. Il suffisait de tendre la main pour avoir l'impression de pouvoir les toucher, de faire parti d'elles...

Machinalement, sa main droite s’était levée vers le ciel de velours, la petite lune d'argent s'offrant à la lueur blafarde généreusement. Le petit diamant captura la lumière, la transformation en de 10aines de petits scintillements sur les vêtements de la demoiselle qui souriait doucement. En ce monde, rares étaient les choses capables de lui faire presque tout oublier comme astres nocturnes.
Vincent Kilarno
Vincent Kilarno
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Vincent Kilarno, le  Jeu 18 Jan 2018 - 11:40

Une araignée tissait sa toile entre deux poutres du plafond du dortoir des lions. Ses pattes, aussi fines que des cheveux, dansaient le long des fils d'argent, et s’arrêtaient de bouger, ici et là, pour combler quelques erreurs de conception ou dénouer des nœuds blancs au contenu mystérieux. Les deux grandes poutres en bois massif autour de son nid, comportaient de nombreux yeux, comme ceux des hiboux dans la nuit. Elles avaient aussi de longues fissures intrigantes, telle des cicatrices vieilles de mille ans que des représentations de divinités antiques pourraient avoir graver sur leur peau de pierre.

Ces mètres carrés opposés au parquet, Vincent les connaissaient. Ils étaient au-dessus de son lit, pile à la verticale de ses yeux, lorsque ces derniers ne souhaitaient pas se fermer. Vainement, il tuait le temps à lire dans les détails de l'architecture et de ses habitants nocturnes, en croyant trouver de quoi lui apporter le sommeil. Certains compter encore les moutons, lui aurait pu être leur berger.

À travers les carreaux de la tour des Gryffondor, une lune ronde et blanche réfléchissait des rayons solaires froids. Le ciel dégagé ne laissait pas poindre un seul nuage, et les astres devaient être d'une beauté sans nom en cette nuit sans rêve. Le jeune élève soupira en se relevant de sa couche. Ses yeux supportaient des valises aussi garnies que pour réaliser un tour du monde.

Ses pas le menèrent, avec une démarche quasi somnambule, en bas de la tour. Dans un charabia à peine compréhensible, il prononça le mot de passe du portrait, sans se rappeler qu'il était déjà à l’intérieur de sa propre maison, et sortit dans les escaliers. Un gouffre et un ciel s'ouvraient devant lui, vers lequel des deux allait-il se diriger ?

Un des escaliers répondit sûrement à sa place, et se déplaça devant ses pieds, si bien qu’il n'eut d'autre choix que de le monter et voir où il menait. Lever chaque jambe, pour chaque marche, lui demandait un effort surhumain. L’accumulation de fatigue le ruinait de courbatures, et sa magie ces derniers temps n’était pas si vivace qu'à la normale. Il espérait que son sommeil revienne, plutôt tôt que tard, sinon il serait dans l'obligation de demander une potion de sommeil à l'infirmerie. La mémoire de son goût le convint d’attendre encore quelques jours de plus.

La lourde porte en bois face à lui, close, semblait être un obstacle de plus à son trajet vers le royaume de Morphée. Un gros soupir sortit de ses lèvres et il s’appuya de tous son poids sur la poignée, les deux mains en avant. Il manqua de tomber lorsqu’elle s'ouvrit en grand.

La tour d’astronomie était un des points culminants de Poudlard. Bien connue pour son manque d'entretien, elle tenait debout malgré son grand âge, comme un vieux sage portant un regard amusé, bien qu'un peu sénile parfois, vers la voûte céleste. Vincent était déjà venu ici pour les cours de divination. La lecture des zodiaques dans les constellations était aussi un de ses passe-temps.

« Si tu as décidé de m'amener jusqu’ici, ce n’est par pour rester sous un toit hum ? »
prononça-t-il tout bas à lui-même.

Ses chaussures claquaient sur le sol au rythme de ses pas et l’écho était comme étouffé par les anciennes pierre de l’édifice. Il s’approcha du paravent du balcon et, pour une raison qui ne s'explique pas, sûrement un grain de folie qui devait l’aider à se réveiller, il le poussa d'un geste brusque en criant un :

« Ah ah ! »

Non, il n’était pas prévu que quelqu’un soit là, assis sur la rambarde du balcon. Avec un tel hurlement sorti de nulle part, et une ouverture si brutale du paravent, il s'en voulait d’être si imprévisible parfois, même si le visage qui s’était tourné vers lui était, au combien, reconnaissable parmi tant d’autres.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Elhiya Ellis, le  Jeu 18 Jan 2018 - 15:26


Et toi, si tu fermes les yeux, tu vois quoi?


Pv Vincent
LA accordé à ce dernier


Et les yeux rivés vers les scintillements argentés noués autour de son bras, le monde tournait, virait, l’abandonnait. Elle, fille de la lune comme aimait lui rappeler sa famille, elle, gamine sans sa nuée d’étoiles, elle astre lunaire déposé sur terre juste pour nourrir un dessin dont les contours se dévoilaient peu à peu, seule avant, maintenant à jamais. Peu importait le jour où la nuit, tout n’était qu’un éternel recommencement. Ses pieds foulaient un chemin construit avec soin pour elle, son regard croisait quelques étincelles, ses doigts caressaient quelques douceurs volées, mais il n’y avait qu’un endroit où elle était apaisée et rassurée. Un seul pour se sentir complète et entière, un seul où son esprit et son être s’emplissait de douceur et de candeur. Un seul….

Ici…


Ici, où les pieds dans le vide, le choix de revivre lui caressait doucement ses pensées à brise de vent s’engouffrant dans ses cheveux. Un mouvement, un geste sur le côté pour abdiquer et tout terminer. Un regard, une conviction nourrie par les étoiles pour continuer à avancer, à accepter, que tout était écris, quelque part depuis des siècles. Par qui ? par quoi ? ça n’avait plus d’importance, plus maintenant. Pour toujours et à jamais elle n’était qu’une marionnette. Pour Toujours et a jamais ce qui était lié le restait. Pour Toujours et à jamais ça avait été décidé….

Ici ou là-bas…


Alors à quoi bon tracer quelques lignes du bout des toiles ? A quoi bon tenter de bouger les étoiles pour leur offrir un nouveau parcours ? A quoi bon essayer de faire autre chose que profiter de l’instant présent, de ce ciel illuminé de million de scintillements ? Autant le laisser continuer à se jouer des pions balancés sur son échiquier de terre ou de bitume et se laisser guider par cette rivière tumultueuse qui nous berçait depuis la naissance. Juste se laisser porter….

Ailleurs….

Et juste voir ce qui arrivait, ce qui était balancé sur notre chemin, acceptant tout simplement que le choix n’était qu’illusion. Comme cette solitude, et cette quiétude… Il fallait forcément qu’une silhouette se découpe dans l’ombre, que des mains effleurent la pierre de la rambarde et qu’un éclat de voix zèbre d’une lueur différente la douce lumière blafarde de la lune. Hasard, destin, affection commune pour la voie lactée, qu’importait, toutes les poussières d’étoiles se croisaient et se recroisaient pour des raisons qu’ils ignoraient. Alors la venue de ces intrus n’était pas si surprenante, pas plus que l’arrivé d’un nuage dans la voute stellaire. Chaque choix qu’ils effectuaient était décidé depuis longtemps à ce qui était dit alors, autant jouer le jeu.

Toujours le même refrain….

Un sourire en coin sur ses lèvres, deux opales plantées sur la tête brune, les traits reconnus du petit lion cafardeur l’avaient faite pouffer doucement. Bien sûr, qui d’autre aurait pu mettre un pied ici ? Un parfait inconnu ? Cela n’aurait pas faire rire leurs spectateurs silencieux. Alors, comme ce n’était de toute évidence pas à elle de décider quand ils devaient temporairement marcher côte à côte, elle avait dodeliné de la tête maugréant silencieusement. La tranquillité attendrait qu’un prochain astre ne voit le jour pour se parer de meilleures auspices...

Toujours la même danse...


Nulle question, nulle curiosité se détachait de sa bouche quand le spectacle de la nuit rappelait son regard. Le lionceau pouvait avoir une flopée de raison de venir chercher refuge, mais elle ne la concernait pas, pas ce soir, pas maintenant en tout cas, elle ne voulait pas. Il n’était pas le bon interlocuteur pour quelques pensées oniriques et quelques douceurs cachées. Bien trop coincé dans sa bulle de suffisance pour savoir respirer autrement qu’avec les barrières qu’il s’était forgé. Très certainement dommage au final…. Mais il ne lui faisait en rien écho, si ce n’était en cette nécessité d’offrir à la lune quelques paroles criées. Rien de suffisant pour attiser son intérêt. Rien si ce n’était sa fuite de l’autre fois.


Toujours les mêmes mots….


Précautionneusement, les jambes ramenées sur sa poitrine, la blonde avait posé sa tête sur ses genoux, ne faisant cas de son uniforme scolaire. Si la direction était moins stupide ils leur auraient fourni des pantalons, et fermé cet accès depuis fort longtemps. Mais comme rien n’avait été fait, les mirettes contemplaient toujours la chute d’une étoile en perdition, et quelques mots trouvaient naissance à la commissure de ses lèvres

–A toujours reculer petit chat, un jour tu vas tomber. T’es-tu venu chercher cette nuit ? De quoi guérir ton insomnie ? Essaye le vide si c’est le cas, il me semble que c’est la seule solution efficace….  

Aucune menace, un simple constat. Les pensées tournaient toujours en boucle dans la tête, empêchant sommeil et réflexion constructive. Elles se répétaient toujours comme un vieux disque rayé si on lais laissait faire, c’était un simple fait…. Et le ciel et ses millions d’étoiles n’y pouvaient rien, qu’importait l’ardeur des prières qui leur étaient adressée… Pas de sourire superflu, pas de regard, juste quelques mots posés à son attention sans attente de retour quelconque..

Toujours les mêmes gestes..
Vincent Kilarno
Vincent Kilarno
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Vincent Kilarno, le  Dim 21 Jan 2018 - 23:01

Lui qui pensait la faire tomber en arrière avec son entrée magistrale involontaire, que nenni. Le serpent à sornettes n'avait pas bougé d’une écaille, et ses yeux hypnotiques fixaient toujours l’horizon étoilé. Il était passé de lion à chat. Et la nuit, se dit-il, tous les chats sont gris. Serait-il d'humeur à oublier les couleurs des maisons sous cette lumière monochrome ?

L'heure lui était inconnue, il avait oublié de regarder les aiguilles de l'horlogerie des Gryffondor en sortant. Le couvre-feu devait être en application, sans nul doute, aussi était-il dans une situation d’illégalité similaire à la Serpentard. Pour une fois, il n’allait pas jouer sur ce sujet pour la faire parler. A vrai dire, il n'en avait ni la force ni l’envie.

« Si je peux reculer jusqu’à tomber dans un sommeil profond, sache que je m'en irai de ce pas à reculons. Mes jambes m'ont mené jusqu’ici sans mon autorisation, car tu sais bien que je ne viendrai pas te voir de mon plein gré. Je n'ai plus la force de jeter quelques flocons pour te refroidir, alors j’espère que tu n'es pas ici pour calmer une chaleur intérieure. Enfin… si tu as de quoi vider une probable nuit de cauchemars, je serais prêt à t’écouter siffler… mais pas trop fort, ma tête me fait mal… »

Et c’était vrai, une migraine commençait à faire résonner dans son crane une fanfare de cymbales et tambours. Cela lui arrivait lorsqu’il se réveillait en pleine nuit. Depuis son arrivée à Londres, sa mère adoptive, Elizabeth, qui l’avait recueillis, semblait lui avoir transmis son éreintante migraine. Etait-ce dû à l’humidité permanente de l’air d’Angleterre ? Peut-être bien. En Italie, et même à Paris, il ne pleuvait pas autant qu’ici. A croire que toutes les larmes des dieux étaient concentrées dans un entonnoir posé juste au-dessus de ce maudit pays.

Il soupira. Son regard songeur se perdit sur la silhouette d’Elhiya. Cette ombre féminine dans la nuit, derrière une myriade de points scintillants, lui rappelait une autre. Oh oui… Marie… Premier amour de Paris… Tant de souvenirs intimes partagés, de chaleur humaine, de sourires et de rires. Des mots qui résonnent encore au plus profond de son âme, comme des cris hurlés dans un gouffre et dont les échos remonteraient sans cesse, déformés par le temps et la mélancolie qui l’accompagnait.

Le passé ne pouvait pas être revécu, et les réminiscences produites par la pensée n’étaient que des piètres fictions dont ils manquaient la saveur de l’instant présent. Seuls les rêves lui permettaient de revivre ces romances, de revoir ce visage tant chéri, de ressentir ce sentiment oublié de plénitude qu’on ne pouvait obtenir qu’en étant aimé par celui qu’on aime. Oui… La nuit offrait les plus beaux trésors, mais ils n’étaient qu’éphémères. Au réveil, elle les reprenait, en laissant derrière elle que de nouveaux souvenirs plus envieux que les premiers. À quoi bon être transporté pour quelques heures dans un monde de douceurs pour en être extrait de force avec tant de douleurs ?

Pourquoi ne rêvait-on pas de ce que l’on souhaitait, se demandait-il. Lui, il voudrait rêver d’une femme qu’il ne connaît pas, belle et bienveillante. D’une écrivaine, à la main légère et au sourire angélique. Il l’aimerait taquine, maline, coquine et spirituelle. Une personne sur laquelle il pouvait compter et pour qui il donnerait un amour gratuit, sans attente. Quelqu’un de loyal, respectueux  et honnête, avec qui il enrichirait sa vie de passion et de culture.

Ce partenaire imaginaire n’existait pas, et n’existerait jamais. Elle n’était qu’un être de pensées, vivant dans les limbes de ses romances passées et futures.  Il ne serait jamais satisfait de ses amours.

Son regard se recentra sur Elhiya.

Et toi, à quoi penses-tu, se demanda-t-il. De quoi rêves-tu ?
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Elhiya Ellis, le  Lun 22 Jan 2018 - 16:24


Et toi, si tu fermes les yeux, tu vois quoi?


Pv Vincent
LA accordé à ce dernier
♫♫



Il y’avait eu ces mots. Ceux qui lui ont fait détourner les yeux du ciel, ceux qu’elle n’attendait pas, ceux qui se formaient en réponse simple et léger. Juste quelques mots qui arquaient au-dessus de ses prunelles claires ses deux sourcils dorés. Une formule étrange à laquelle elle ne savait renoncer. Un non-dit caché entre deux balades d’insomnie qui lui rappelait désagréable que dernière n’importe quelle image il y’avait toujours quelque chose d’autre, de confiné à l’abri des indiscrets. Même cet idiot condescendant incapable de faire une phrase simple nourrissait quelques secrets.

Amusante situation, au milieu d’un aveu réfractaire était sagement logé une demande, un besoin d’aide. Comme s’il acceptait de ne pas fuir ce soir. Juste, car toutes les cartes qu’il possédaient avaient glissée hors de ce balcon. La magie était pourtant à portée de main, un sortilège suffisait à dormir mais ne pouvait faire taire les pensées, ce n’était qu’un maigre réconfort. Alors que dans son sac, blottie au chaud, la blondinette possédait une solution de secours concocté par son père. Ce dernier s’était soudainement senti l’âme protecteur suite à la disparition de la moldue cherie de son enfant et s’était affairé à commencer à faire les potions « Faiseur de Rêve ». Avec la fournée de cookie de la semaine, le sachet de plantes pour infusion,  il avait précautionneusement glissé une petite fiole fraichement préparée.

Cela faisait deux jours que le produit était abandonné dans ses affaires, conservé dans l’éventualité d’une urgence soudaine. Sous peu, il deviendrait aussi peu efficace qu’un simple placebo, son temps de vie était si court, que l’offrir au brun caressait doucement son esprit. Pourquoi ferait-elle ça ? Ils n’étaient même pas amis, et la propension du jeune homme à aller pleurer dans les jupes de la direction l’agaçait grandement. Rien ne la forçait à faire un geste, un pas en avant, il ne le méritait pas, pas plus que les autres. Mais son soupir désabusé et son regard ternis était de ceux qui se reflétaient dans la nuit inlassablement, de sorte à ce qu’on leur tende une main et qu’on leur murmure doucement un « Ne t’en fais pas tout ira bien ».  Insupportable incapacité à les occulter…

«  Si tu tendais l’oreille plus attentivement au lieu de monter sur tes grands étrillers, tu entendrais au-delà d’un simple sifflement, mais pour cela il faut le vouloir. Et ce n’est pas dans ta nature n’est-ce pas ? A la place, te confierais-tu à ton fameux destin ?

Pas un sourire, pas un rictus, pas de clin d’œil, rien, si ce n’était le reflet de ses cheveux dorés tourné vers le lion en mal de sommeil. Pour seul témoin la lune d’argent, les couleurs des maisons n’avaient jamais eu grand sens. Tout était si terne face à la danse éternelle des étoiles au-dessus de leur tête que même sa mise en scène et ses grands airs n’avait aucun effet. Il pouvait palabrer tant qu’il le voulait, chanter autant qu’il le souhaitait, ses spectatrices centenaires n’avait que faire de son spectacle. Et ce soir, la blonde aussi.

Abandonnant son perchoir, s’accroupissant au niveau de son sac, elle extirpa son thermos d’infusion aux plantes, la petite fiole de potion, son paquet de mouchoir et glissa les yeux sur le Lionceau en se redressant.

« Si tu es parti en quête de sommeil je peux t’aider, il te suffit d’avaler ceci. Je ne garantit ni le gout, ni que tes songes soient doux, mais au moins tu auras l’occasion de fouler quelques rêves ce soir »

Et Thermos et l’objet relevé entre ses doigts reflétaient doucement la lumière blafarde de leurs observateurs silencieux, conférant des couleurs étranges au produit. Au premier coup d’œil il était complexe de savoir ce que c’était, sans le courrier de sa mère, la blondinette aurait très certainement bazardé le contenu dans l’évier. Le liquide salvateur aurait aidé quelques rats d’égout ou autre créatures nuisible, renvoyant le petit mignon à ses tristes pensées sans aucune bouffée d’air fraiche possible. Alors pour quelqu’un qui estimait qu’il faisait partie d’un tout déjà prédéfinie, il pouvait se réjouir : sa bonne étoile semblait l’avoir entendu….

De quelques pas vers le lionceau, Elhiya lui posa la fiole dans la main. La regarda un long moment, persuadée qu’elle allait regretter sa prochaine proposition et soupira doucement.

« Ca ne te fera pas dormir dans l’immédiat, mais celui-ci aidera. Au pire on a bien un sortilège pour te faire dormir dans 30 minutes, mais ce serait dommage de gâcher le gout de cette boisson. #calda »

De quoi réchauffer le liquide sucré et parfumé dans le contenant avant de dévisser le bouchon et le tendre au brun.

« Ça vient de ma mère ne t’en fais pas, c’est assez efficace pour de simples plantes. Mais si t’as peur de ne pas te réveiller au petit matin, je t’accompagne sans problème, le sommeil me fait défaut également…. Par contre tu ne pourras plus l’ouvrir et parler de destin ou quelque chose du genre par la suite »

Un sourire en coin était venu étirer doucement ses lèvres pendant qu’elle prenait une gorgée de la boisson et la moitié du petit flacon. Cette offre n’était valable que cette nuit, et que peu de temps avant qu’elle ne change d’avis. Partager un songe, une nuit, restait quand même quelque chose d’assez privé, rien à voir avec ses soirées lovées entre quelques bras chaleureux. Là, le subconscient était roi, il parlait, chuchotait, dévoilait sans aucune procédure dessinant la moindre bride de souvenirs enfouit, la colorant de pigments plus vibrant, plus piquant. C’était une illusion qui l’avait fait se rapprocher encore plus du blond… Souvenir délectable puis la força à lever les yeux sur Vincent, le pressant.

« Maintenant, ou jamais. Décide-toi. Tu as à peine 5minutes du temps que je prépare mes affaires. »

S’assoupir sous le ciel étoilé n’était pas une découverte, mais de ses balades nocturnes, elle avait appris qu’il fallait toujours se couvrir et trouver un coin confortable. La salle sur demande aurait été plus agréable, mais c’était ici que ses pas l’avaient menée ce soir, alors elle ferait avec. Un #amplificatif jeté sur son écharpe grand froid posé au sol, son sac callé contre le mur dans l’angle di balcon, à l’abri du froid, Elhiya s’assit par terre, les yeux vers le ciel patientant que les effets se manifestent. Un nouveau calda ou une nouvelle lampée de thé bien chaud aurait été des plus agréable, mais pour cela il fallait reprendre la parole
Vincent Kilarno
Vincent Kilarno
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Vincent Kilarno, le  Lun 22 Jan 2018 - 22:19

Le reptile s’était transformé en oiseau. Une pie, jacassant, bavarde, qu’il aurait aimé changer en carpe pour la faire taire. Il ne l’avait jamais entendu parler si longtemps, elle qui semblait si renfermée habituellement, semblait faire tout le contraire de ce qu’il souhaitait. En plus des cymbales dans son crâne, maintenant qu’elle chantait comme une casserole. Ou était-ce comme une baleine ?

Étriller, sifflement, nature, destin… Pourquoi lui parlait-elle de destin déjà ? Est-ce qu’ils avaient discuté de ça à la bibliothèque ? Il ne se souvenait même plus. Et maintenant elle lui sortait une tisane et un concoction du diable ? Cela n’avait pas de sens. Il devrait se pincer pour vérifier qu’il ne rêvait pas, mais il avait la flemme.

Quête de sommeil, il était bien là pour ça. Des songes doux, il n’en avait point. Quelques rêves, ce serait déjà mieux que trop. La Serpentard lui offrait-elle une offre généreuse ? Qu’est-ce qui pouvait l’amener à partager avec lui un moment de détente ?

Un petit sort de micro-ondes, de quoi ramener un peu de chaleur à son breuvage aux parfums sucrés, et voilà qu’elle lui tendait. « Ça vient de ma mère ne t’en fais pas » Bah voyons, pensa-t-il. Sa mère, à quoi pouvait-elle ressembler ? Une tête de Méduse lui apparut, des serpents en cheveux à foison, des yeux pétrifiant et rougeoyant. Il frissonna un instant. L’image disparut lorsqu’il la vit engouffrer dans son gosier la moitié du liquide.

A moins qu’elle ne soit folle, ce qui n’était pas une hypothèse à écarter, son liquide était peut-être bien un remède à ses migraines. « Maintenant, ou jamais. Décide-toi. » disait-elle. Le flacon entre ses doigts, il observait la consistance du liquide en le faisant tourner doucement. Dans l’obscurité de la nuit, il ne voyait que des eaux troubles. Il tourna un peu la tête pour espérer voir quelque chose à travers, mais rien ne filtrer. Il soupira, l’air un peu pataud.

« Qu’ais-je bien à perdre ? »

Il n’en dit pas plus et bu d’un coup sec, tel un whisky, la potion d’Elhiya.

La Serpentard s’était assise sur son écharpe qu’elle avait métamorphosé en un fin matelas de fortune. Idée ingénieuse, se dit-il.  Dommage que cette caboche avait si mal tourné. Il s’assit à ses côtés, pas trop près non plus, et en profita pour prendre une tasse de sa tisane. Elle avait une odeur de noisette étrange. Une gorgée s’écoula en lui, et réchauffa tout son corps. Ce n’était pas si mauvais que ça, et il put presque apprécier ce moment étrange d’intimité qu’ils partageaient.

Les étoiles, au-dessus de sa tête, étaient toujours fixes. Quand soudainement, elles se mirent à tourner comme une pluie d’étoiles filantes orbitant autour de la pleine lune. Les cymbales dans sa tête se transformèrent en notes de piano. Sa tête s’affaissa en arrière, contre la dureté du mur de pierre du balcon, et sans savoir s’il perdait connaissance ou s’endormait, tout devint noir.

♫ Musique du rêve ♫

♫ So
So long
So long ago ♫

Lorsqu’il rouvrit les yeux, le décor avait changé. Le balcon de pierre était une souche d’arbre mort. Le drap de laine état une couverture de feuilles mortes et sèches. La lune avait disparu, et la nuit était sans étoile. Les branches des arbres, tels des bras griffus, s’entrecroisaient et se bataillaient au-dessus de leur tête. Une brume épaisse s’étendait autour d’eux, d’où émanait une lueur d’ambiance surnaturelle. Le vent susurrait des mots anglais, étrangement incompréhensibles, comme filtrés à travers une épaisse couche de coton.

♫ There wasn't anyone out there I thought I needed to know but no more ♫
♫ When I find the day leave my mind in the evening just as the day before ♫

Elhiya était à côté de lui, toujours assoupie. Elle semblait comme morte. Une peur soudaine l’envahit, et sans que ses lèvres bougent, des mots émanèrent dans l’air.

« Sweepy… Réveille-toi… C’est Vincent… »

Il tourna sa tête pour regarder derrière lui. Un grand lac sombre s’étendait. Il n’aurait su dire si c’était de l’eau ou autre chose qui le remplissait. Des formes étrangères flottaient dessus, comme les ombres de singes imaginaires s’agrippant de lianes en lianes dans cette forêt cauchemardesque.

« Où est Ariane… »
Contenu sponsorisé

Balcon sous les etoiles - Page 16 Empty
Re: Balcon sous les etoiles
Contenu sponsorisé, le  

Page 16 sur 19

 Balcon sous les etoiles

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18, 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.