AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Cachots
Page 15 sur 15
La cachette idéale
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
Peter McKinnon
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: La cachette idéale

Message par : Peter McKinnon, Mer 21 Juin 2017 - 15:53


LA de Nyx


Le préfet s'était intégralement concentré sur ses deux camarades de Maison. L'usage de ces sortilèges médicaux n'était pas très complexe en lui-même, mais il était nécessaire de bien avoir à l'esprit ce que l'on faisait lorsque l'on refermait des plaies, fussent-elles superficielles. Si ce genre de pratiques magiques était si simple, il n'y aura pas toute une cohorte de sorciers qui, une fois sortis de Poudlard meilleure école pour sorciers du monde, devaient se lancer dans une spécialisation en médicomagie. En plus Peter n'avait pas l'habitude de réparer des plaies, il fallait bien l'avouer. Et puis, son objectif était que personne ne remarque cette double tentative de meurtre ou de suicide alors il ne fallait laisser aucune trace ! Le vert et argent s'appliquait donc sans porter attention aux médisances de l'une ou aux tentatives pour se tenir droite de l'autre.

- Il faut vraiment que je me barre … j’vais aller prendre l’air … enfin quelque chose de bien … oui de bien … une douche bien sûr …

Peter, qui venait de refermer les dernières plaies d'Ellana, fit alors volte-face vers la jeune fille qui titubait. Il plissa alors se petits yeux sur la demoiselles qui ramassait sa baguette. Il n'était pas question qu'elle sorte de là ! En réalité, toutes deux allaient rester là jusqu'à ce que Peter soit sur qu'elles garderaient le silence sur toute cette affaire. Il refusait délibérément de les punir pour sauver la chance de Serpentard de remporter la Coupe, elles devaient donc la fermer sur ce laxisme patent de leur préfet.

- Expelliarmus !

Le vert s'était redressé d'un coup et avait pointé sa propre baguette sur la jeune sorcière avec une rapidité qui l'avait lui-même épaté. La baguette de la jeune fille vola dans les airs et Peter la rattrapa d'un coup. Puis il pointa la porte du cachot à l'aide de sa baguette, encore une fois :

- Collaporta !

Dans un étrange bruit de succion, la porte du cachot se verrouilla à la suite du Sortilège de Réclusion lancé par Peter. Elles étaient toutes deux enfermée avec lui et il était le seul à disposer d'un moyen de canaliser son énergie magique. Il n'avait donc plus qu'à faire en sorte que toute cette histoire ne s'ébruite pas !

- Vous deux, si vous voulez sortir d'ici, et accessoirement récupérer vos baguettes, vous allez me promettre de ne pas ébruiter ce qui s'est passé dans ce cachot ... A personne !
Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La cachette idéale

Message par : Nyx Spero, Sam 24 Juin 2017 - 15:34


Douces paroles arrivant jusqu’à elle.
Celle de son Ange.
L’Ange perdu.
L’Ange qui l’avait mis dans cet état.
Etait-elle vraiment l’Ange dans l’histoire ?

Beaucoup de doute.
Beaucoup de réticence.


Lui demandant de rester.
Mais à quoi donc ?
Ne voyait-elle pas qu’elles se détestaient ?
Ne voyait-elle pas qu’il fallait qu’elles mettent de la distance entre leurs deux corps ?
Etait-ce trop compliqué à comprendre ?

Son regard vers l’Ange.
Sans rien dire.
Se contentant seulement de la regarder.

Mais,
Avant même qu’elle est pu dire ou faire quelque chose
Voilà que le préfet la désarma.
Génial. Super.
Un #Collaporta après quoi.
Décidément…

Les paroles fusèrent.
Une promesse.
Une promesse qui n’avait pas besoin d’être faite.
Dans tous les cas, elle ne comptait pas divulguer ce qui c’était passé.
Elle regarda le préfet, et acquiesça.

- Je le promets. Toute façon, je ne comptais pas en parler. Ça reste entre nous si Ellana est d’accord.

Un regard vers la Princesse.
Un regard sans plus.
Un regard vide.


Elle voulait juste partir.
Partir loin de tout.
Et souffrir seule,
Loin de tout le monde…

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La cachette idéale

Message par : Ellana Lyan, Dim 25 Juin 2017 - 17:42


Le préfet ne me répond pas.
Je n'en suis pas très étonnée.
Guérie déjà plus part de mes blessures
Je commence a en avoir assez de ce petit jeu.
Je n'ai plus qu'une envie, celle de fuir le plus vite possible et ça c'est fort compromis vu l'attitude de monsieur le préfet parfait.

Je soupire tant dis qu'il désarme Nyx et nous enferme.
Comme si elle allait réussir à faire plus de deux pas en dehors des cahots celle la...
Qu'a t-il donc derrière la tête ?
Décidément nous ne semblons pas encore tirées d'affaire.
Quelle sotte ais-je pu être de penser qu'il nous laisserait tranquille, non c'est bien trop de demandé...

Je le demande ce qu'il cherche.
À parement jouer les médecins ne lui suffit plus.
Je suis légèrement dégoutée que se soit lui qui soit intervenu.
À partir de maintenant je risque de me sentir coupable.
D'avoir l'impression de lui devoir quelque chose,
Mais il n'en est pas question, je ne le permettrais pas
Pourtant ce n'est pas vraiment comme si on me demandait mon avis.
À vrai dire on ne me le demande pas souvent.

Il fini tout de même par nous informer de ce qu'il attend
Il veut donc que nous nous taisons ?
J'entends la diablesse qui promet de ne rien dire.
Pour ma part comme la sienne je ne comptais pas révéler ce qu'il s'était passé.
Comme moi elle a quelqu'un dans sa vie et il vaut mieux pour nous deux que nous étouffions ce petit dérapage.
Je me lève et avance de deux pas
Sourire provoquateur accroché aux lèvres.
Mains sur les hanches.
Peter... Tu ne crois pas sincèrement que je vais aller répété ça à qui que se soit ?... Tu te sou viens de se qui s'est passé la dernière fois ? Je n'en doute pas...

Je tends la main vers lui.
Regard impatient, lueur défis.
Bon allez maintenant t'es gentil,
Tu me rends ma baguette et t'arrête de nous Emmerd*r.

Quelques peu ingrate envers lui
Alors qu'il vient sans doute de nous sauver la vie.
Mais je ne lui ai rien demandé
Il n'avait rien a faire là
Non. Ce n'est pas ma faute.
Ou du moins c'est ce que je voudrais croire.
Je serre les dents et force un sourire carnassier.
Il n'a pas intérêt à insister celui là.
Sinon ça risque ma se passer...
Très mal... Pour lui en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La cachette idéale

Message par : Peter McKinnon, Mar 25 Juil 2017 - 3:30


Vu les deux phénomènes avec lesquels il s'était enfermé, Peter n'aurait su dire à l'avance laquelle des deux risquait le plus de coincer à l'idée de garder ce genre d'évènement pour elle. Et, bizarrement, Nyx fut assez coopérative, ce qui n'était pas du tout dans ses habitudes. Ellana aussi semblait se faire à l'idée qu'elle allait devoir la boucler, mais Peter n'appréciait pas du tout le ton qu'elle employait. C'était comme si, quoiqu'il se passerait, elle garderait la liberté de dire et de faire ce qu'elle souhaitait en rapport avec cet évènement. Pour Peter, c'était inacceptable comme situation !

- Tu me rends ma baguette et t'arrête de nous Emmerd*r.

Le préfet la regarda avec un air de défi, il fallait les calmer une bonne fois pour toute ces deux-là, histoire que la remise de la Coupe se fasse dans de bonnes conditions. Il pointa donc sa baguette vers elle :

- Silencio ! Pas de gros mots ...

Il se tourna alors vers Nyx, qui n'avait nullement besoin d'être soumise à un sortilège de mutisme. Et ajouta avec une lueur maligne dans les yeux :

- Puisque, bizarrement, j'ai du mal à vous faire confiance, on va faire un serment inviolable ! Et comme ta copine a déjà la main tendue, attrapa-là, qu'on puisse commencer !

Bien évidemment, du haut de ses dix-sept ans, Peter n'avait jamais pratiqué ce sortilège et ne pensait même pas être capable de le lancer. Mais, il avait assez de talent d'improvisation pour faire semblant, ce qui comptait c'était que les deux là se retiennent encore deux semaines de faire une incroyable bêtise !
Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La cachette idéale

Message par : Nyx Spero, Mar 1 Aoû 2017 - 8:10


Je ne disais rien,
Je ne faisais rien,
Je me contentais de regarder une fois de plus.

L'Ange semblait être de mauvais humeur,
De voir le préfet débarquer ainsi.
Pourquoi ?
J'en avais aucune idée et cela m'importait peu.

Peter ne se fit pas prier pour calmer le jeu.
Un Silencio en direction de la blondinette,
La prenant ainsi pour une gamine,
M'adressant ensuite la parole.

Sourcils froncés.
Avais-je bien entendu ce qu'il venait de dire ?
Un Serment Inviolable ?
Regard interrogateur en sa direction,
Je ne savais pas vraiment comment réagir.
Il fallait être trois, et nous étions trois.

- Un Serment Inviolable ? Sérieusement ? Tu ne penses pas que c'est un peu excessif comme decision ?

Je m'approcha de lui,
Sac toujours sur l'épaule,
Pour le regarder dans les yeux.
Il avait l'air sérieux.
Sans à regard pour l'Ange,
J'attrapa sa main à la peau toujours aussi douce,
La serrant pour éviter que celle-ci ne la lâche.
Sans un regard vers elle,
Je regardais toujours le préfet.

- Que ce soit rapide. Je n'ai pas que ça à faire.

Je n'étais pas inquiète.
Je voulais juste me débarrasser de ces deux-là.
J'en avais marre de tout cela.
J'évitais le regard de la Princesse,
Je ne voulais pas voir la lueur qui éclatait dans ses yeux.
Que cela se finisse...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La cachette idéale

Message par : Ellana Lyan, Ven 11 Aoû 2017 - 7:24


Je pensais que ça allait être fini oui, assez rapidement, une petite menace et c'est bon nous étions calmée et jamais l'envie ne nous aurait prise de divulguer à qui que ce soit ce qu'il s'était passé dans cet endroit
comme si ça aurait pu m'amuser de me balader en cirant partout que j'avais faillit tuer une élève et me vider de mon sang dans les cachots alors que c'est précisément le genre de chose qui aurait pu arriver la dernière fois si Vacuitas n'était pas arrivé
mais il fallait croire que mal ou heureusement il y avait toujours un préfet par ici pour nous casser les pieds
ou en l'occurrence sauver des vies
le préfet vert en tout cas n'avais pas eu l'air d’apprécier être dérangé dans merlin savait ce qu'il comptait faire par ici et semblait d'assez mauvaise humeur que pour ne pas laisser passé mes paroles et me fermant la bouche d'une sortilège de mutisme que j'aurais pu me dire avoir bien mérité si une telle haine ne vibrait pas en moi en cet instant précis

non content de m'avoir privé de parole, le voilà qui se tourne vers la diablesse tant dis que je le foudroie inutilement d'un regard noir qu'il n'est de toute façon pas capable de voir mais bon... c'était l'intention qui comptait de toute façon !
la phrase qu'il prononça ensuite eu quand a elle le don de rendre utile le sortilège de Peter sans lequel j'aurais surement lâché la série de jurons la plus violente de toute l'histoire de l'humanité, comme quoi il venait probablement de sauver ses oreilles
Nyx quand à elle, si elle sembla avoir envie de protester, se plia quand même à la volonté du préfet et vint me prendre la main dans, je pouvais presque en être sûre, le but de rentrer le plus vite possible dans la salle commune pour se reposer un peu ou encore aller se fumer un de ces machins étrange qu'elle affectionnait particulièrement.

Résignée à mon tour, je me laissais prendre la main pas mécontente de retrouver son contact en réalité mais en me demandant tout de même comment j'allais bien pouvoir prononcé la moindre parole en étant bloquée par ce sortilège
je jetais un regard interrogateur à Peter qui pouvais signifier un comment je fais pour parler ? comme un simple t'es vraiment un cr*tin fini, libère moi de ce sort tout de suite !
étant donné que je pensais les deux je ne trouvais pas la chose trop grave
du moment qu'il comprenait qu'il fallait me libérer, à moins qu'il ne trouve encore un fichu stratagème pour me pourrir l'existence
parce qu'à ce niveau là, ce passe temps dépassait le simple loisir jusqu'à atteindre le stade de la compétition
du moins de mon point de vue

néanmoins j'étais plutôt mal embarquée pour le moment et j'étais en train de me dire qu'il vaudrait sans doute mieux faire profil bas pendant au moins les trente prochaines minutes, ça allait réellement être très compliqué...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La cachette idéale

Message par : Peter McKinnon, Jeu 17 Aoû 2017 - 13:38


LA des deux miss accordé


Et voilà, les deux demoiselles, malgré quelques protestations de la part de la plus vieille des deux, avaient fini par tomber toutes entières dans le piège du préfet ! Les voilà qui se tenaient par la main. C'était d'ailleurs la seule étape du serment inviolable que Peter connaissait. Pour la suite, il allait falloir complètement improviser. Mais, comme il ne comptait pas en réaliser un vrai, il n'y avait pas de mal. Il pointa alors Phaesporia sur les deux mains jointes et commença à faire des mouvements avec sa baguette pendant qu'il marmonnait entre ses dents. Il alla jusqu'à froncer les sourcils dans un élan d'extrême concentration, il fallait que ça ait l'air réaliste !

Dans les faits, il ne s'était strictement rien produit. Même pas une petite lueur ou un petit semblant de magie pour feindre une opération réussie. Mais, après tout, la magie ne se réalisait pas toujours par des éclairs ou des flammes de toutes les couleurs. Aussi, il rangea sa baguette, après avoir déverrouillée la porte et reprit la parole à destination des deux jeunes filles :

- Bon, voilà qui est fait. Dites vous bien qu'il vaut mieux pour nos chances de remporter la coupe que l'une de vous deux décède plutôt que l'on entende partout le récit de votre ... euh ... partie de plaisir.

*Plaisir malsain !*

Là-dessus, le vert et argent fit volte-face en envoyant bouler les baguettes en direction de leurs propriétaires. Arrivé à la porte du cachot crasseux, il s'arrêta. En réalité, il hésitait déjà à faire demi-tour pour s'excuser et se montrer un tantinet moins froid. Après tout, il s'y était probablement mal pris avec ce problème ... Mais, il ne fit rien de ces considération morale et s'en alla en desserrant sa cravate de Serpentard. Ces deux là devaient avoir des choses à se dire ...


Fin du RP pour moi
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La cachette idéale

Message par : Ellana Lyan, Dim 20 Aoû 2017 - 10:24


obligation autorisation de Nyx pour poster avant elle

Toujours incapable de parler, le préfet ne semble pas avoir envie de me rendre la voix d'un sortilège ce qui est assez contrariant en vérité, je pensais que je devrais prononcer quelque phrase pour promettre de ne pas divulguer ce qui s'est passé dans les cachots au monde entier, ce que je ne comptais de toute façon pas faire mais qu'importe
quoi que je pense il en m'écoutera sans doute pas alors autant se résigner et attendre en espérant que ça passe le plus vite possible, il marmonne dans sa barbe et fait bouger sa baguette dans une concentration intense
il est vrai que cela ne doit pas être aisé de réalisé un sortilège de ce niveau mais le septième année avait l'air de s'en sortir plutôt bien ce qui ne m'étonne pas vraiment sans que je ne sache pourquoi

une fois son petit manège terminé le voilà qui d'une tirade un brin théâtrale sort de la pièce sans se retourner
dès qu'il est partis je lâche la main de ma diablesse et lui jette un regard coupable qui veut demander pardon
ouvrant la bouche pour une parole je me rends compte que je suis toujours incapable de prononcer le moindre mot
maudissant Peter de toute mes forces j'avance vers la belle et d'un geste emprunt d'une douceur oubliée jusqu'alors, pose une main sur sa taille avant de l'attirer contre moi, mes lèvres brûlantes se mêlent aux siennes et je ferme les yeux
mes doigts tremblent mais je n'y prête pas attention, trop occupée à faire passer d'un baiser mes excuses à la jeune fille

je fini par reculer, caressant délicatement sa joue de mes doigts, mes yeux se perdent dans les siens
me mordant la lèvre je fini par baisser le regard, incapable de contenir les remords qui me montent à la tête
j'ai failli la tuer, la voir mourir entre mes mains, stupide fille ! instable, instable encore et toujours
aurais-je donc pu me le pardonner ? j'ai peur de voire cette question trouver réponse dans l'affirmative
lui attrapant la main, je sorts de la pièce, la diablesse sur mes talons, une fois dehors elle n'aurait qu'à suivre le chemin qu'elle voudrait, je n'allais pas la retenir, je n'aurais pas osé...

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La cachette idéale

Message par : Artemis O'Toole, Dim 22 Oct 2017 - 9:00


Cachot-eries
Avec Zack

Journée de cours épuisante pour pas changer. L’estomac d’Arty s’est retourné toute la journée, pas moyen de ne pas y penser. La lettre envoyée mais aussi la première rencontre, tumultueuse. Il ne regrette pas vraiment, c’est juste que c’est particulier. Il avait profité de chaque seconde passée avec le Serpentard et avait décidé d’éloigner la culpabilité à coup de mains venteuses, il y penserait plus tard. Ça avait été difficile, pour Mary, il savait bien qu’il ne pouvait pas lui faire ce genre de choses, il n’avait rien dit, n’en avait pas été capable. Un jour peut-être, il serait confronté à cette éventualité, cette obligation de tout révéler. Mais c’est-à-dire que pour lui, rien n’avait changé. Il aimait la Serdaigle, c’était comme ça, et parce qu’il l’aimait tellement, il ne lui avait pas dit la vérité. Elle ne méritait pas de souffrir ainsi, c’était à lui, de faire avec ses erreurs.

C’est pourquoi il avait passé sa journée avec l’air un peu renfrogné, il n’avait pas l’habitude, c’en était peut-être même devenu inquiétant. Mais il se disait qu’il aurait davantage de réponses en cette soirée, qu’il saurait ce qu’il voudrait exactement, ce qu’il allait faire pour se sortir de cette situation abracadabrante.
Il avait même laissé son dîner de côté, vraiment, il avait trop à faire de se remémorer les gestes, le toucher, le contact avec le Vert & Argent, ça lui abîmait même les rétines, un peu. Des flashs qui défilaient. L’air complètement rêveur, il n’avait pas fait attention aux événements qui se déroulaient autour de lui. Comme si le monde s’était mis à s’accélérer brutalement. Des silhouettes qui tournaient autour de lui sans qu’il y jette un seul regard.
Finalement il évite le monde et se dirige vers les cachots, comme prévu, comme il lui avait dit. Il ne sait pas si l’autre sera là, d’un côté il se dit que ce serait tellement plus simple, mais en réalité, il ne l’accepterait pas. Il fallait qu’il l’avoue, il crevait d’envie de le revoir, et c’était cette déchirure étincelante qui lui faisait plus de mal qu’autre chose. S’il s’en fichait du Serpentard c’eût été beaucoup plus simple. Mais c’était loin d’être le cas.

Alors c’est d’un air détaché qu’il traverse les couloirs de pierres sombres, mains dans les poches, l’uniforme aux couleurs de sa maison de travers, la cravate à peine nouée et les cheveux mis n’importe comment. Du grand Arty en réalité. Il a appris à apprécier un peu, ou du moins de faire semblant, les ergastules. C’était ça de traîner avec un Azaël trop dark, on s’habitue à l’obscurité et aux murs poisseux. Il ne prête pas attention aux regards surpris de voir un préfet Jaune dans cet endroit, mais sa démarche nonchalante fait comprendre qu’il sait très bien ce qu’il fait ici.
Dans un recoin des cachots, il se pose contre un mur, les mains toujours dans les poches, pied calé derrière lui, jambe en angle. Il attend, tente de maîtriser son cœur qui commence à s’emballer tout doucement. Il guette aussi, les ombres qui passent pas très loin.

Finalement il soupire, un peu soulagé comme ça de ne pas avoir à faire le premier pas. De ne pas être celui qui arrive. Il rive son regard sur le sol, les pierres froides et humides.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La cachette idéale

Message par : Alec Z. Dmitriev, Dim 22 Oct 2017 - 19:47


FICHE PAR SWAN -  bazzart & Azryel ( Pv Arty ).
Délicieuse ironie...
qu'est le désir et les mots inavoués dans une même pièce..Oui.
Un instant et une lettre plus tard, j'avais une certaine hâte à esquiver le repas du soir, n'ayant pas faim, vu la journée riche en émotion que je venais de vivre aujourd'hui. J'avais besoin de parler ou du moins, de me détendre avec une compagnie qui ne me donnerait pas mal à la tête ou qui ne me rappelait pas de mauvais souvenirs. Il faut dire qu'Arty en matière de douceur et délicatesse, il était vraiment bien placé, compte rendu de notre précédente rencontre.

Ainsi, ayant le ventre vide, je me déplaçais dans les couloirs comme si j'allais rejoindre ma salle commune, sauf qu'au détour d'un coin sombre, j'entrepris de rejoindre une personne qui m'avait donné rendez-vous par hibou. Le voilà, le bel... Réflexion fait, le préfet des Poudsouffle. Autant dire que de le voir dans cette tenue, j'arquais un sourcil, je n'étais pas habitué à le voir de cette manière, comme s'il avait survécu à une tornade ou un ouragan vu l'étrange air qui se dessinait sur son visage. Alors, lentement, je me mettais à sourire en m'approchant doucement de lui, loin d'être mécontent de le revoir.  

Le voir posé de cette manière, m'avait arraché un fin frisson, c'était plutôt surtout lorsqu'on sait que je n'avais aucun sentiment d'amour pour lui, en revanche, je lui trouvais un je-ne-sais-quoi de mignon. Puis, m'approchant encore de lui, je tendais lentement ma main sur ce visage baissé pour le lui relever en douceur, plongeant ensuite mon regard vert émeraude dans le sien....

Et finalement, je me mordais la lèvre, si fortement pour ne pas avoir à craquer. Cette proximité me rendait bizarre, mais son attitude plutôt froide et à la fois, attendrissante était plutôt perturbante. Il était comme le chaud et le froid, le parfait équilibre qui dirigeait ma vie depuis si longtemps. Je comprenais enfin ce que je lui trouvais... À le voir ainsi, j'avais l'impression de me voir, même s'il restait lui. Ce côté mystérieux et étrange avait un côté des plus fascinants aussi...

-  Arty ... ?

Murmurais - je presque silencieusement, mais avec une voix qui se voulait douce, cette fois.


Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La cachette idéale

Message par : Artemis O'Toole, Lun 23 Oct 2017 - 5:25


LA accordés pour toute la durée du RP.


C’est qu’il l’avait senti avant de le voir. Aucun sursaut de surprise lorsqu’il sent la main du Serpentard contre sa joue. Même si tout à l’intérieur se met brutalement à fonctionner, cette proximité l’inquiète, parce qu’elle lui apparaît si ordinaire, si normale, si logique. C’était ce qu’il y avait à faire. S’il n’avait pas fait ce geste, Arty l’aurait certainement mal pris. Pointe de caprice qui se serait élevée. Il aimait bien, en réalité, prétendre être inaccessible, dans cette posture. Cette caresse dépose une chaleur qui commence doucement à l’envahir, et qu’il ne peut retenir, la contenir à la limite, faire semblant de ne pas la sentir et tenter de ne pas y céder. Mais elle était bien là, il ne pouvait le nier. Il savait pourtant, qu’il n’y avait pas d’amour. Mais c’était un tout, son corps, ses mains, ses yeux. Et puis c’était la perspective de la douceur et de l’amusement, du sans prise de tête, de la joie et de l’enthousiasme. Tout ça à la fois faisait qu’il le voulait, terriblement.

Puis c’est lorsqu’il plonge son regard dans celui de Zack qu’il assimile vraiment la présence de l’autre. Ils étaient là, à deux, cachés par l’obscurité que procuraient les cachots. C’est que c’était tentant, vraiment. Il parvient in extremis à chasser cette idée de sa tête, ou du moins à la placer ailleurs, un recoin de son cerveau, pour plus tard, peut-être.

Puis son prénom qui résonne, chuchoté. C’est là que ça devient particulièrement compliqué. Il serre les points dans ses poches, parce que s’il lâche, il sait qu’il se jette à son cou. Sans retenue. Et il ne faut pas, il sait que c’est une mauvaise idée. Alors il apparaît détaché, ou du moins il essaie, c’est mieux. Même s’il doit en trembler.
Il se demande alors, soudainement, ce qui retenait l’autre aussi. Ce qui l’empêchait, lui, de tout lâcher. C’est là qu’il se dit qu’il avait envoyé la première lettre, histoire de faire connaissance. Apprendre à se connaître, parce qu’il est vrai qu’il ne savait rien de lui. Encore le Blaireautin était quelqu’un d’assez transparent, qui ne cachait rien, mais l’autre, qu’en savait-il.

Alors il déglutit. Se reprend, ne pas vexer ni froisser l’autre, ce n’était pas le moment. Ses lèvres esquissent même un mince sourire, bienveillant, parce qu’il ne pouvait pas faire autrement. Finalement, une main quitte sa poche pour rencontrer celle du Vert & Argent. Il l’éloigne doucement de son visage. Et c’est qu’il lui faut faire tous les efforts du monde pour ne pas emmêler ses doigts aux siens et l’embrasser, mais il y parvient. De son autre main, il se saisit d’un petit paquet qui se trouvait là, au fond de sa poche. Il le montre au Serpentard qui devait le reconnaître, puisque c’était lui qui l’avait offert. Le sourire du Poufsouffle s’agrandit.

« Tu veux un bonbon ? » 

Il les avait gardés, n’y avait pas touché, trop tétanisé par la culpabilité. Mais maintenant, il comptait les partager avec lui, après tout. Il y voyait comme une incarnation du plaisir sucré qu’ils avaient déjà expérimenté, la première fois. Comme quoi, il avait quand même un petit côté romantique, ou pas. Il rive alors ses yeux qui se remettent à pétiller de malice dans ceux de son partenaire d’un moment. Finalement, l’espièglerie reprend vite sa place.
Il ouvre le sachet et glisse un des bonbons dans sa bouche, ne lâchant du regard le Serpentard et ponctue sa dégustation d’un « Mmmm, délicieux ! » Sûrement qu’il insinue une pointe de provocation à fourrer une sucrerie entre ses lèvres.

« Faire plus ample connaissance hein ? Oh, et tu sais, la dernière fois, j’ai eu tout sauf mal après t’être tombé dessus. »

Il adresse à Zack un parfait clin d’œil. C’est qu’il était taquin tout de même. Peut-être que c’était les friandises, ou le fait qu’il ne pouvait rester patraque trop longtemps, ou juste la présence de l'autre, mais on sentait qu’il avait repris une certaine contenance, sa liesse habituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La cachette idéale

Message par : Alec Z. Dmitriev, Mar 24 Oct 2017 - 17:54


FICHE PAR SWAN -  bazzart & Azryel ( Pv Arty ).
Délicieuse ironie...
qu'est le désir et les mots inavoués dans une même pièce..Oui.
Autant torturé que moi, mais pour diverses raisons, je regardais le jeune garçon avec des questions pleins la tête, des réflexions toutes aussi étranges, les unes que les autres. Alors que mon rythme respiratoire tout comme cardiaque, jouait avec des montagnes russes, rien qu'à poser mon regard sur ce corps qui semblait être en désaccord avec sa propre tête. Laissant ainsi mon esprit tige-versé vers un monde que je fréquentais que depuis peu en sa présence, trop peu souvent aussi à mon goût.

Je ne pouvais restreindre un frisson qui démarrait de mes pieds pour s'arrêter au bord de ma nuque, passant volontairement par ma colonne vertébrale. À le voir ainsi, que je penchais ma tête silencieusement sur le côté, tandis qu'il repoussait doucement ma main pour l'éloigner de son visage. Sentant ma raison me dire qu'il avait tord de me faire ça, je ne pouvais pas nier que sur mon visage, on me voyait être surpris et un peu déçu du fait qu'il me reprochait d'être trop tactile sans même avoir à prononcer de simples mots.

Pourtant, je ne savais comment l'expliquer, j'adorais cette proximité, cette interdit et cette tentation qui me taquinait à chacune de nos entrevues. Je ne pouvais pas nier le fait qu'il me mettait trop facilement dans tout mes états. Juste parce que nos corps s’appelaient réciproquement et qu'on vivait "dangereusement" malgré nos bonnes intentions.

Ainsi, je découvrais enfin son regard et là, mon cerveau cessait de fonctionner durant un instant. Pour couper court à nos idées farfelues, voilà qu'il me proposait un bonbon, jusqu'à même me tenter davantage en faisant un bruit que je ne pouvais que bien connaître puisque j'avais déjà profiter de sa présence auprès de la mienne.

Finalement, je me disais clairement que ma raison devait aller au diable, laissant mes pulsions les plus humaines prendre le dessus. Qu'importe qu'il me repousse, j'avais beau essayer de vouloir tenir des engagements, mais au final, ce garçon était la raison même de mon désir le plus enfuit, celui de m'ôter tout problèmes hors de ma tête.

Alors, dans un soupire, je lui écartais le sachet de devant moi, posant délicatement ma main sur son avant-bras, le guidant pour qu'il m'enlace doucement avant de venir soudainement l'embrasser d'un simple baiser, chaste au début ... avant que ma langue ne se glisse sur sa lèvre inférieure, quémandant simplement, un accès à la sienne... Alors que je gardais mon regard plongé dans le sien, souriant progressivement... Sans même avoir à parler encore. ..Que pouvais - je bien dire, de toute manière ?


Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La cachette idéale

Message par : Artemis O'Toole, Ven 27 Oct 2017 - 11:50


Aucune réponse. Il l’embrasse tout de suite comme ça, sans prendre ne serait-ce qu’un bonbon au préalable. C’est qu’il avait joué avec le feu aussi, il le savait bien, cette tentation qu’il avait offerte au Serpentard. Et ce dernier avait répondu, sûrement même de la façon exacte qu’attendait le Blaireautin, même s’il ne l’avouerait jamais. C’est-à-dire que c’était lui qui s’était fourré dans cette situation seul, comme un grand, il aurait dû assumer, dire quelque chose, faire autre chose, mais pas moyen, impossible. Alors sous la surprise feinte il lâche le paquet de friandises, sourde répercussion sur les dalles du sol des cachots. Mais c’est pour mieux serrer le corps de l’autre contre lui, laisser vagabonder ses doigts dans ses cheveux, sur sa nuque. Et l’embrasser en retour.

Peut-être qu’il avait refusé de faire le premier pas, qu’il ne voulait pas être celui qui allait initier le mouvement, être dans l’attente, ça avait quelque chose d’haletant, se faire désirer ainsi. Puis il y avait toujours cette pointe de doute qui n’arrive jamais au bon moment. Parce qu’il lui avait suffi de sentir la langue de l’autre contre sa lèvre et d’offrir la sienne pour chasser ses idées nourries de culpabilité. Après tout, il n’était plus à ça près. L’irréparable s’était déjà produit, peut-être qu’il pouvait juste profiter cette fois. Puis ce n’était pas lui qui avait commencé, alors c’est comme si ça comptait pas vraiment, non ? Alors tandis qu’il répond au baiser du Vert & Argent complètement dirigé par la fureur de sentir l’autre, il laisse ses mains tracer des carresses sous la chemise du partenaire. Aucune retenue, plus maintenant, il n’hésite pas vraiment, juste se demande, brusquement. Si à chaque fois qu’il verrait Zack ça se passerait ainsi, s’il n’arriverait vraiment jamais à se contenir, parce qu’il ne comprenait pas, ne se comprenait pas. Après tout il était déjà très heureux avec la Serdaigle alors pourquoi s’engouffrer dans une telle situation. Ou peut-être qu’il faudrait faire un transfert, l’esprit de Mary dans le corps du Serpentard. Mais en réalité, ça n’avait rien à voir avec les deux jeunes gens, c’était tout simplement lui le problème, il ne pouvait refuser de foncer tête baissée, jamais il ne saurait être fidèle. Il fallait qu’il batifole, qu’il s’amuse, et c’était tout.

Il se recule, soudainement. « J’vais lui dire à elle, à Mary que. Que j’ai m*rdé. » C’était sa décision, parce qu’un grand homme, sûrement, a dit un jour qu’il fallait arrêter de mentir. Ou de faire ce qui faisait mentir. Or Arty n’avait aucune volonté d’arrêter ça, alors autant tout dévoiler, ce serait plus simple. Beaucoup plus simple qu’essayer de résister à la tension physique qu’il y avait entre les deux jeunes hommes.
Mais il se dit que le Serpentard devait s’en fiche complètement. Que ce n’était pas ses affaires, qu’il n’était pas là pour ça, clairement. Il ne connaissait d’ailleurs même pas la Serdaigle.

Alors il se replonge dans le cou de l’autre, résider là, ça ne serait pas une mauvaise idée. Il l’embrasse ponctuellement, dessiner des petits pointillés qui remontent tout doucement. Ses doigts glissent dans le dos de Zack, pour le ramener contre lui, tout proche, parce que plus rien n’existait à présent. Puis la fameuse question qu’il murmure doucement dans le creux de l’oreille, il fallait qu’il discute, c’était ainsi. « Est-ce qu’on a vraiment besoin de faire connaissance ? » A se demander s’il considérait l’autre comme un ami, ou comme autre chose, comme une présence rassurante avec qui il aimait partager des moments sulfureux. Après tout, ça pouvait être considéré comme une belle preuve d’amitié, allez savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La cachette idéale

Message par : Alec Z. Dmitriev, Ven 27 Oct 2017 - 18:34


FICHE PAR SWAN -  bazzart & Azryel ( Pv Arty ).
Délicieuse ironie...
qu'est le désir et les mots inavoués dans une même pièce..Oui.
Le temps pouvait bien s'arrêter, mon air pouvait bien se faire rare, que je n'accordais aucune importance à ce qui m'entourait. J'abandonnais tout ce que je possédais, en ce moment même, non pas par amour, ni même par amitié, mais parce qu'ainsi, j'oubliais mes cauchemars, les rangeant de côté, me sentant un minimum en vie avec sa présence auprès de la mienne.

Ce qui était encore plus étrange, c'est le pouvoir qu'il avait sur moi, pouvant me faire rugir d'envie à ses oreilles, gémir d'un plaisir sans contrainte, bestial, animal, sans être juger ni pointer du doigts pour mauvaise conduite. Avec lui, je n'avais pas non plus besoin de me "cacher" dans une bulle que je considérais comme mon monde.

En revanche, lui, je pouvais le certifier qu'il adorait flirter avec les ennuies, ne faisant qu'envoyer balader les limites qu'il s'impose de lui - même. Un bruit de sachet qui s'était effondré à terre, attirait soudainement mon attention, me ramenant ainsi, en douceur, sur la terre ferme. J'écartais ma tête au même moment que le jeune Pouffy venait de m'enlacer, m'arrachant un sursaut à peine visible, n'ayant pas prévu un tel virement de situation.

Puis, ses doigts parcouraient mes cheveux, se baladant aussi sur ma nuque alors que mon souffle aussi brûlant que le sien, se mêlaient doucement, entre eux. Incapable de se repousser l'un comme l'autre, on se regardait silencieusement avant que je ne reviennes l'embrasser bien plus sensuellement que la fois précédente.

Ses mains se mettaient d'elles - même, à vagabonder sous ma chemise, parcourant la peau de mon ventre comme si c'était un nouveau terrain de jeu. Crispant ce dernier face à cette douce torture, cette sensation particulière et cette agréable proximité, je finissais par reculer une deuxième fois, ma tête, me mordant la lèvre inférieure au même moment.

La situation s'échappait soudainement à mon contrôle et vu la tournure que les événements prenaient, j'avais clairement besoin de faire le tri dans mes idées et de lui parler. Il fallait qu'on parle et qu'on mette les choses au clair aussi. Puis, au fond, je me fichais aussi pas mal, de qui était-ce, cette Mary dont il parlait sans cesse depuis que nous avions fait des cachoteries dans les buissons jusqu'à nous faire plaisir l'un comme l'autre. Par pur désir et envie de satisfaire nos envies primaires sans même avoir besoin de savoir qui on était sous notre masque invisible que l'on portait en commun.

Récupérant ainsi mon souffle, je penchais ma tête au moment où il venait m'embrasser le cou par des baisers papillons, parsemant ma peau par des caresses du bout de ses lèvres jusqu'à me coller au même moment contre lui. Mon corps tremblait d'une douce envie et d'un violent plaisir à le prendre, là, au sens propre contre le mur. Mordre son cou, marquer sa peau était une option qui n'était pas négligeable et pourtant, je le repoussais encore... Cette fois-ci, m'éloignant en douceur de ses bras...

Alors, sans surprise, je venais prendre ses mains dans les miennes, les regardant longuement tout en reprenant encore mon souffle et reprenant aussi un peu de ma contenance pour me remettre les idées en place. Puis, lentement, je relevais la tête pour le regarder, ayant ainsi un regard neutre, mais une voix enrouée et douloureuse...

- « On s'aime pas, pas vrai ? ...  Puis... il vaudrait mieux ... Pour moi ... Que j'm'en aille...  »

Et sur ces mots, je m'abaissais pour ramasser les bonbons, les rangeant dans le sachet avant de les lui tendre et de commencer à lui tourner le dos pour me mettre à marcher en direction du couloir principale. Il fallait que je partes, c'était mieux ainsi que d'avoir à chercher s'il méritait mon amitié ou que je lui dises des mots que je m'interdisais depuis toujours de prononcer aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La cachette idéale

Message par : Artemis O'Toole, Ven 27 Oct 2017 - 19:58


C’est qu’il s’écarte doucement, se décolle de lui. Pointe d’agacement chez Arty, c’est qu’il ne s’y attendait pas. Il était déjà plongé dans les effluves de passion, ça ne pouvait pas s’arrêter là, comme ça, si brusquement. Il lui prend les mains. Le Poufsouffle pressent que ça ne va pas se passer comme ça devrait, comme il le voudrait. Il déglutit, un peu, s’attend au pire. Jusqu’à ce que la fatale question finisse par tomber. Il réprime un lever d’yeux au ciel, c’était pas passé loin. Parce qu’il réfléchit aussi, évidemment. Non. Il n’aimait pas Zack, il n’en était pas amoureux, certes il y avait quelque chose, indéniable, mais pas de l’amour.
Il vaudrait mieux qu’il s’en aille, pour lui-même. Qu’est-ce qu’il voulait dire par-là ? Qu’est-ce que ça voulait bien signifier ? Le Blaireautin écarquille légèrement les yeux, il n’allait pas le laisser là comme ça dans les cachots, dans cet état ?

Bonbons dans la main. C’est qu’il partait. Véritablement, il lui tournait le dos. Il voyait sa silhouette rétrécir dans l’obscurité des cachots. Arty reste figé, encore transporté par la chaleur et le désir. C’était retombé d’un coup, il en avait le vertige. Il observe les friandises dans sa main, l’autre s’en allait, ce n’était pas une blague, il ne jouait pas la comédie pour se faire désirer, il partait vraiment.
Non. Il n’allait pas le laisser faire, impossible. Il s’était donné à lui, déjà, offert, avait été infidèle envers celle qu’il croyait aimer et l’autre n’en avait que faire, semblait-il. Non. Puis il n’avait pas ce qu’il voulait, pas cette fois. Non. On ne lui tournait pas le dos de cette manière. « Non ! » C’était sorti comme ça. Il avait crié, tenter de rattraper l’autre par sa voix. Ton qu’il voulait ferme mais qui s’était plutôt étranglé dans le fond de sa gorge. Pas un sanglot, mais presque.

Ce n’est plus l’envie qui le déchire, c’est la colère. Il ne pouvait pas lui faire ça. Il regarde les friandises dans le creux de sa main. Qu’est-ce qu’il croyait, franchement ? Dans un élan furieux il balance le sachet contre le mur, ça se percute, ça se casse, puis ça retombe brutalement. Il espérait que l’autre avait pu entendre dans sa fuite. Le gamin ne savait pas comment gérer ça, cette frustration, il n’avait pas l’habitude, pire, ce n’était pratiquement jamais arrivé. On lui avait retiré son désir du moment, son jouet, il fallait que ça sorte. Il se retourne et frappe le mur, une fois, deux fois en rageant. Vagues de foudre et de ressentiment. Ce n’était pas beau à voir. Il explose, hors de lui.

Que l’autre ne revienne pas, pas après ça. On ne pouvait pas l’embrasser ainsi pour le laisser tomber. Arty se sentait joué, utilisé, jeté comme une vieille chaussette qu’on ne portait déjà plus depuis plusieurs années. Il ne pouvait plus bouger, et pourtant, il aurait aimé la retrouver là, Mary, il la voit, pensée carrément déplacée. Il n’avait pas eu Zack et voilà que la Serdaigle reprenait place dans sa tête. Il fallait qu’il soit entouré, toujours.
Alors il se penche, mains contre les genoux, reprend sa respiration. Tenter de se calmer avant de retourner dans le cocon réconfortant que constituait la salle commune des Blaireaux. Mais pas maintenant, là, retirer une à une les images du visage du Serpentard, ça n’avait plus rien à faire là.


Fin du RP. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La cachette idéale

Message par : Élius Askin, Lun 4 Déc 2017 - 6:58


Si tu me lâches, je tombe
- Éliza -
Nouveau lien, 13 ans.




D'vant moi, tu dégueules. _ .puzzle_de preuves à assembler - abreuve ma gueule d'un fleuve damné. Les photos dégorgent sur le lit du dortoir, morceaux qui regorgent - ..vomi d'notre histoire. Écœuré, j'ai la nausée, envie de gerber//d'régurgiter la vérité - FAIS CH*ER ! -  remonter l'temps, devenir ignorant/ou_bli_er_que _Ma_man_ment.que Maman m'a caché sa sœur, qu'Maman a brisé mon cœur.au.bord.des.lèvres.dévorées.par.la.fièvre. T'es où ? - J'te vois plus, t'es descendu. Balancer un - P*TAIN ! - de rage, sentir arriver le naufrage/sans ancrage, sang en cage, cent orages qui se bousculent à l'intérieur. Mon cerveau se noie, faut que j'parte de là, loin de moi, loin des images.loin_du_ravage. Enfouir ou fuir, courir dans les couloirs, changer d’hémisphère, s'barrer/tracer sur la pierre. Et c'est là - dans un coin, qu'le navire chavire, qu'je le laisse surgir_ le monstre se montre - HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! - mords ma langue, je tangue - ouvre une porte, arrache, déchire, balance, projette - exploser / EX_PLO_SER _ hurler, tout envoyer valser, le placard_les balais, seaux_ça vole, déborde sous la camisole, tape les murs, BAM//BAM/Bat dans mon cœur, une chamade folle. Battre contre mon cœur, frapper_coup de poing sur la poitrine - POURQUOI ? - pourquoi j'ai mal maman ? Pourquoi t'as fait ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La cachette idéale

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 15

 La cachette idéale

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Cachots-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.