AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 9 sur 11
En pleine nuit
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: En pleine nuit

Message par : Elenna Benson, Mar 14 Juin 2016 - 2:49



M
ême si tous les sens d’Elenna avaient été endormi quelques heures auparavant à coup d’alcool et de niaiseries pleines d’amour, c’était maintenant l’adrénaline qui prenait le dessus. Oubliez les pas incertains, les rires trop franches, la tête qui tourne ou l’envie de vomir. Certains moldus s’amusaient à dire : l’alcool c’est de l’eau, mais là c’était plutôt du courage en barre vitaminée. Il bouillait dans les veines de la jeune femme, lui criant de se jeter dans le tas, d’oublier tous les risques et d’anesthésier totalement la peur qui s’insinuait dans son oxygène lorsqu’elle se retrouvait face à des mages noirs. Car il fallait bien le dire, ils n’étaient pas des fanas de mode vu leur tenue flippante, ils savaient que ce costume n’était là que pour insuffler la crainte à leurs adversaires ou victimes. Seuls les plus insouciants ou les plus débiles ne pouvaient avoir peur de la mort et les Mangemorts, c’était exactement ce qu’ils représentaient.

L’action commençait et le combat avec. La belle jeta un coup d’œil à son fiancé avant de se lancer dans la bataille, se battre à ses côtés c’était toujours un plus pour elle, elle se sentait à la fois plus forte mais aussi plus en sécurité. Baguette en main, elle était prête à déplacer des montagnes, à éradiquer de la planète toutes ces ordures, à… à… à faire pleins de trucs de ouf là tout de suite. Par Merlin, comme l’alcool était cool bien qu’il fasse faire des folies. Son bouclier bien en place, elle était passée à l’attaque, jetant de la morve de dragon sur l’ennemi juré qui à son tour lançait un sortilège. Les racines se mirent à pousser un peu partout autour de la jeune femme qui fit quelques bonds de droite à gauche, dans l’espoir de les esquiver et de ne pas se retrouver emprisonnée. C’est là que le mage noir fit une chose très bizarre, n’esquivant pas la morve, il se jeta carrément dedans, glissant à plat ventre comme l’aurait fait une otarie sur la banquise. Très glamour, très sportif, très…bizarre.

Sautillant toujours pour ne pas se faire toucher par les racines, Elenna manqua de s’étaler par terre, une branche lui faisant un joli croche-patte. Heureusement pour elle, elle réussit de justesse à se rattraper après avoir vu le sol de plus près que prévu. Elle visa l'otarie et lança un Incendio qui ne servit à rien. Oui la stratégie semblait rudement bien construite dans les pensées de la Phénix mais certainement trop prévisible quand on n’avait pas d’alcool dans le sang. Elle se mit à ronchonner, le sortilège suivant venant de percuter le bouclier qu’elle avait dressé un peu plus tôt. C’est alors qu’une épaisse fumée noire vint l’envelopper elle et les autres participants au combat, troublant la vue de tous les êtres humains ainsi que tous leurs sens. Elenna, elle, était dans son élément et peu à peu, sa nature lupine prit le dessus, lui permettant de sentir la présence des vilains devant elle et d’anticiper leurs mouvements. Elle fit un autre sourire en songeant que son compagnon était vraiment parfait.

Sa vue lupine prit place et devant elle, la louve apercevait déjà son adversaire. Les yeux de la demoiselle prirent une teinte bleue, abandonnant son gris naturel et elle se retint presque d’hurler. Ce n’était pas le moment de laisser sortir la bête, quoique, elle serait sûrement ravie d’arracher des têtes. Mais elle fut bien trop vite surprise. Un premier sort fut lancé vers elle comme si le brouillard n’existait pas ou du moins plus. Elle bondit rapidement vers Alexander, le percutant de plein fouet avant de se redresser et faire un pas à reculons, prêt de lui, ils étaient une seule cible plus facile à atteindre. Heureusement, côte à côte, ils pouvaient tout-de-même se distinguer mais trop concentrée à regarder son fiancé, l’Auror fut touché. Par un réflexe anormal, Elenna leva la main de sa baguette comme pour lancer un autre sort mais c’était déjà trop tard, le filet de métal venait de s’enrouler autour de son buste, fixant solidement son autre bras sur son flanc.

" Boréas ! "

Les bruits de pas accouraient déjà vers elle et si elle avait une totale confiance en son cher et tendre, la belle avait peur pour lui, qu’il meurt en essayant de la sauver. Ses yeux devinrent ronds et son cœur se mit à battre la chamade, il fallait qu’elle protège son identité quoiqu’il arrive. Elle avait déjà vécu le kidnapping, la torture, mais avait toujours réussi à protéger ce qui restait cachée. Les mages noirs venaient vers elle, c’était sûr et certain. De sa baguette magique, elle visa devant elle et lança un Aresto Momentum avant de crier à son allié.

" Mon visage ! Brûle-le ! Ils ne doivent pas savoir. "

Il suffisait à Alexander de brûler son masque et le reste de son visage partirait en fumée. C’était un sacrifice qu’elle était prête à faire pour protéger ceux qu’elle aimait et elle espérait de tout cœur que son fiancé ne baisserait pas les bras, qu’il aurait le courage de jeter un sortilège droit sur le visage de celle qu’il aimait plus que tout. La douleur serait atroce mais elle avait confiance, elle savait qu’un jour son visage redeviendrait comme avant, il fallait maintenant que le beau blond lui fasse confiance à son tour. Lançant un Eolo Procella, la silhouette complète du russe lui faisait face, son sort dissipant la fumée noire, elle fouilla dans sa poche de sa main libre son gallion d'urgence, l'activant. Son regard gris se planta dans celui de son amant et elle lui fit un mince sourire pour l’encourager. Elle ferma les yeux comme pour se préparer à la douleur et priant pour qu’il ait la force de le faire…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alexander Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Re: En pleine nuit

Message par : Alexander Scott, Sam 18 Juin 2016 - 22:14


Bien souvent les choses ne tiennent qu'à un fil lors des affrontements magiques, qu'est ce qui décide du gagnant et du perdant ? Pourquoi le destin bascule en faveur de l'un ou en faveur de l'autre ? Certains pensent que la différence n'est due qu'à la chance.  D'autres prétendent qu'elle est due à la préparation.  On murmure même qu'à niveaux égale les affrontements sont dictés par les baguettes et que l'ascendant est décidé par les composants de ces dernières. Alexander n'était pas du genre à s'encombrer de ce genre de détails, pour lui la victoire ne se jouait qu'à quelques détails insignifiants. Aujourd'hui le sorcier de l'est était conscient que sa dulcinée et lui n'étaient pas dans une position de force, non seulement ils avaient été surpris par leurs adversaires mais en plus ils étaient loin d'être préparés pour un combat... Oh évidemment Elenna et lui étaient des Aurors aguerris ayant participé à des dizaines et des dizaines d'affrontement magique mais cette nuit là leur esprit n'était pas sur un champ de bataille. La préparation avant un affrontement était quelque chose de primordiale pour le chasseur de mage noir, aujourd'hui en se ruant au combat il n'avait rien calculé, il ne connaissait rien de ses adversaires et surtout il était alcoolisé. C'était sans doute ce dernier point qui allait déterminer le résultat final de l'affrontement du jour. La boisson avait insufflé une incroyable confiance en Alexander qui était littéralement galvanisé par la présence de sa chef, à ses côtés le russe était persuadé d'être invincible, qui diable sur cette planète aurait pu prétendre les battre ? La brume était le stratagème parfait et le couple d'Auror l'avait travaillé à de nombreuses reprises lors des entraînements, l'ancien Serdaigle installait la fumée et la lupine n'avait plus qu'à s'occuper de leurs adversaires en les faisant périr dans d'atroces souffrance. Pour éviter d'être en danger Scott n'avait qu'à prendre sa forme animale, il décuplait ainsi ses sens et avait toujours un coup d'avance sur leurs adversaires. Le stratagème était redoutable, le stratagème était parfait, le stratagème était mortel.

Tout d'un coup le sorcier de l'est sentit une présence familière à ses côtés, le premier choc passé le duelliste compris qu'Elenna avait décidé de combattre dos à dos. Pourquoi cette soudaine décision alors qu'elle pouvait se transformer à loisir ? Alexander ne comprenait pas mais savait pertinemment que sa dulcinée devait avoir une excellente raison. Combattre dans cette position était également un grand avantage pour eux, évidemment ils représentaient une plus grande cible pour leurs adversaires mais l'Anglaise pouvait assurer les arrières du Russe qui était totalement aveugle dans la brume lorsqu'il n'était pas transformer en chat polaire. La simple présence de son aventurière des neiges à ses côtés procurait un puissant sentiment de confiance au Phenix, maintenant qu'elle était près de lui il n'avait plus à s'inquiéter de la garder à l'oeil et pouvait pleinement se concentrer sur l'attaque tandis qu'elle s'occupait de leur défense grâce à ses super sens lupins. La seule chance des mages noirs lors d'une telle configuration était d'avoir un lupin dans leur rang ! Vraiment ? Alors qu'est ce qui pouvait expliquer la suite ? Sans qu'Alexander ne puisse comprendre ce qui se déroula, sans qu'il puisse réagir d'ailleurs  Elenna se retrouva enrouler dans un filet de métal inviolable. Comment une telle chose avait-elle pu se produire ? Comment Elenna avait-elle pu être surprise avec ses sens surdéveloppés ? Peut-être était-elle trop concentrée à protéger Alexander? Peut-être avait-elle bu trop d'alcool ce soir là. Peut-être son esprit n'était-il pas préparé pour cet affrontement. Peu importait, le couperet était tombé et le couple avait perdu l'affrontement.  


-Mon visage ! Brûle-le ! Ils ne doivent pas savoir.

Les paroles de la cheftaine de l'Ordre eurent l'effet d'un uppercut sur Alexander, lui demandait-elle réellement de l'abandonner ? De la laisser aux mains des mages noirs et de lui brûler le visage en prime ? Pourquoi ? La main du sorcier de l'est se crispa sur sa baguette tandis que la brume s'évanouissait. Pourquoi lui demandait-elle de battre en retrait ? Elle savait bien que c'était bien au dessus de ses forces. Pourquoi n'avait-il pas le droit de rester à ses côtés ? Il pouvait bien s'occuper de ces deux clowns seuls... Il avait déjà affronté des duos de mages noirs seul par le passé et ne s'en était pas si mal tiré. Mais qu'adviendrait-il de l’Ordre si ils se faisaient prendre tout les deux ? Le chasseur de mage noir fixa les mailles du filet qui retenait sa dulcinée, aucune chance de les entamer avec le moindre sortilège. Transplaner ? Les mages noirs allaient soit les bloquer, soit les suivre... Le seul échappatoire était de prendre sa forme animagus. Lentement le sorcier de l'est leva sa baguette en direction de la bave de dragon. Elenna en avait sur le masque, la mage noir en était recouverte et la rue était bavouillé de toute part, il fallait déchaîner les enfers peu importait le prix.

- Je suis désolé Bianca... Incendio Maxima !

Aussitôt les flammes s'élevèrent dans toute la rue brûlant absolument tout ce qui avait été touché par la bave de dragon. Alexander effectua quelques pas en arrière et pointa sa baguette sur sa dulcinée lançant un Curo As Velnus pour atténuer sa douleur.   Désormais il n'était plus temps de traîner, de toute façon Scott n'avait pas la force de regarder sa fiancée, il avait honte, il avait terriblement honte, comment aurait-il pu en être autrement ? Il avait laissé ce qu'il avait de plus précieux se faire attraper simplement parce qu'il avait eu trop confiance en lui... Le russe activa son gallion d'urgence et obéit aussitôt après au plus profond des instincts qui habitait son être. En un instant le Phenix n'était plus et un chat poilu à l'allure débonnaire l'avait remplacé. Une seule chose comptait, fuir. Partir le plus loin possible de ces flammes. Partir le plus loin possible de ces êtres menaçants. En quelques instants le félin avait disparu en quelques bonds graciles que sa silhouette ne pouvait laisser imaginer.  
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: En pleine nuit

Message par : Mangemort 67, Dim 19 Juin 2016 - 10:22


Mon adversaire prouvait qu'il avait une certaine expérience des duels, bien plus que moi. Mais cela ne me découragea pour autant, bien au contraire. Je voulais tester mes capacités face à un ennemi qui semblait en valoir la peine. Mais la suite du combat semblait vouloir prendre une toute autre tournure. 39 avait saisi sa chance et bien comme il faut, son adversaire avait fini capturée. Et si j'essayais de faire la même chose avec le mien ? Mais l'homme du bien ne semblait pas l'entendre de cette oreille, car avant que je n'ai pu faire quoique ce soit la rue brûlait tel un gigantesque brasier ! Puis mon adversaire disparu.

Ils l'avaient finement joué. Cramée comme elle allait être, si je ne faisais rien, elle allait mourir et nous n'en obtiendrons plus rien du tout. J'avançais vers la forme sur le sol qui subissait les flammes et lançai un Pyrpuits, car tenter d'éteindre les flammes pouvaient prendre du temps et en plus la noyer... Sauver des flammes mais tuée par les eaux... Non, il fallait adoucir l'appétit du feu.

- Aguamenti.

Je faisais attention de ne pas viser la tête de notre victime mais je m'assurais que l'accès jusqu'à elle se fasse sans risque pour nos habits et le reste de notre corps. Les flammes, j'avais déjà donné.

- Tu veux poursuivre l'autre ? Et je la ramène pour qu'on commence à s'amuser ?

Je n'avais aucune idée d'où l'autre était partie, mais la jeune demoiselle prisonnière n'était pas censé le savoir. Peut-être que mon coéquipier excentrique avait envie de partir à la recherche d'une ombre disparue dans le nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: En pleine nuit

Message par : Mangemort 39, Dim 19 Juin 2016 - 11:24


Bingo. C’est la seule chose qui vous vint à l’esprit en voyant mon filet de métal s’enrouler autour d’elle. Tain vous aviez été efficace quoi ! C’était trop rigolo ! Vous sautilliez sur place, brandissant votre baguette dans les airs, fier de vous comme jamais, totalement vulnérable à n’importe quel autre sortilège. Mais vous vous autorisiez cet écart car vous vous attendiez à ce qu’ils soient démoralisés dans le camp adverse.

Ils étaient combattifs cela dit. La morve de dragon prit feu et vous fûtes content que le sort ne vous ait pas touché plus tôt. Ainsi le Pyrpuits préalable que vous vous étiez assigné avait-il eu le temps de faire effet. Mais, n’étant pas certain de sa réussite – était-ce le feu qui vous brûlait ou cela démangeait juste ? – vous en faisiez un nouveau sur votre personne. Ainsi deveniez-vous, non pour la première fois et sans doute pas pour la dernière non plus, une jolie torche humaine, illuminant la nuit et le brouillard alentour comme un feu de joie. Car feu follet vous étiez après votre réussite, votre chance diriez-vous, et vous aviez tendance à vous relâcher.

Heureusement pour vous, 67 était là pour rattraper les choses. Bientôt il s’était retrouvé près de votre victime, tandis qu’après vous être relevé vous peiniez à ne pas glisser. La glace fondait mais adhérait encore, la morve brûlait mais glissait toujours et vous étiez un petit être maladroit tentant d’évoluer dans ce parcours du combattant.

Quand enfin vous arriviez près de 67 et de votre proie, qui semblait si docile une fois emprisonnée, vous écoutiez ses paroles et hochiez la tête. Vous ne compreniez pas pourquoi l’autre l’avait laissée derrière lui. A moins qu’il ne soit aussi lâche que vous – après tout, lors de l’attaque de la SISM vous n’aviez pas hésité à vous casser avant les autres – il aurait au moins pu l’emporter. Car traîner un coli tel que celui-ci allait être compliqué. Pour vous tout du moins, car vous n’aviez pas de permis de transplanage, mais pour 67 aucun problème apparemment. Alors, puisqu’il vous demandait de courir après l’autre, vous le fîtes. Non sans laisser un petit :

- Tu peux la noyer ce sera pas une grande perte…

L’Aguamenti qu’il lui avait lancé vus avait bien inspiré et vous auriez aimé qu’elle finisse comme un poisson retourné dans son bocal, mort. Mais ce n’était plus à vous d’en décider. Vous, vous couriez. Courir était un bien grand mot en fait. Vous marchiez doucement, de plus en plus sûr de vous à mesure que vous sortiez de la zone de combat, et vous illuminiez les habitations alentours, croisant même la vôtre au passage. Et de votre démarche féminine – car oui, vous étiez toujours grossièrement transformé en femme – vous vous dandiniez sur les pavés de la rue, pas bien certain de la direction dans laquelle il fallait aller. Et au son d’un « Petit, petit, petit, petit, petit ! » vous essayiez de retrouver votre proie.
Revenir en haut Aller en bas
Laurae Syverell
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: En pleine nuit

Message par : Laurae Syverell, Dim 19 Juin 2016 - 12:19


Un corps chaud. La sous les draps en tissus pourpre. Pourpre, couleur de l'impérialisme romain, napoléonien. Corps royal, blanc comme le marbre d'une splendide statue grecque endormie. Vivante par le fruit de la passion. Les cheveux roux, blonds ou bruns étalé sur les oreillers comme des algues sous la mer déchaîné puis apaisée. Deuxième corps, plus froid. A l'extérieur du lit. Nu, non couvert par quelconque vêtement du pêché et du luxe. Le regard vert et doré, fixant ce corps sans le voir réellement. "Il va falloir arrêter tes conneries Lau". Vraiment. Comment? Pourquoi? "Parce que tu aimes". Chut, tais toi! J'ai pas le droit. "Le poison vient de lui même dans les veines". Ce désir que tu éprouves et que tu refoules encore. Tu penses ne pas avoir le droit, pourquoi? Parce que tu e sais meurtrière, tu te sais hors-la-loi. Tu te sais être la femme qui à laissé un mangemort pendu sur le perron de Gringott's. C'est pas une vie non. C'est la mort, la souffrance. Et puis, elle à déjà quelqu'un, tu te dis. Oui, une belle rousse aux visage tacheté. Tu te dis que c'est irrésistible, que ça ressemble à du chocolat. Visage craquant, visage charmant. De long doigts viennent se poser sur le visage anguleux. Le démon du lit, la succube endormie s'était réveillé. "Non.. pas maintenant, rendors toi. Ne brise rien... "
- Viens... 
Trop tard. Elle venait de briser le silence. Briser les pensés. Casser cette magnifique mare de pourpre qui glissait hors du lit. Par terre. Statue grecque à genoux. Elle était belle. Trop. Tentatrice. Saleté de tentatrice. Mais tu ne dis rien, et tu continue de la regarder. Ton visage se fait plus dur. Toujours plus dur. Elle ne comprend pas la diablesse. Mais tu veux qu'elle s'en aille. Tu boues de l'intérieur, comme un volcan menaçant, qui à l'air endormi. Yeux verts, bruns, bleus, gris... Avec quelques zébrures d'une autre couleur. Combien sont-elles devenues déesse d'une nuit? Combien étaient-elle passé sous les draps fins d'un tissus au couleur du sombre sang? Combien avaient-elle danser sur son corps comme des amazones cherchant l’apothéose d'un temps perdu, juste pour quelques heures? C'était la fin. La dernière. Et toi l'irlandaise, tu ne te souviendra même plus de la couleur de ses cheveux, du timbre de sa voix qui pourtant, avait transcender les mouvement de ton corps. Tu ne te souviendras de rien. Non, car il y avait qu'un visage qui te rongeait l'esprit. Un seul. Et là, tu connaissais tout de ce visage, de ce cœur. Une leur éclairé par les faibles lumières de bougies apparu au coin de son œil. Pas besoin de voir. Tu sais ce qu'il y a la bas. Les Autres étaient en danger. D'une voix calme et sèche tu romps son sacrement. Lui jette la couronne de laurier à terre. Dépose la reine. 
- Va t'en. Et ne cherche plus à me voir. 
Voilà. La mine penaude elle s'était volatilisé. Processus de quelques minutes. Seulement une dizaine. pas plus, u ne lui a pas laissé assez de temps. Oui la dernière. Pense y. Tu t'habille et revêt la Morrigàn. Tu te sens bien dans ce nouveau corps. Fraîche comme une nuit pluvieuse après une journée écrasante de chaleur. Avant d'y aller, tu remarques une douce courbe dessiné derrière la lampe de chevet. Tu t'approches, tu la porte à ta hauteur. Très belle forme. La vue te calme. Il te resterai au moins ça. Tu l'embrasses, cherchant à obtenir se liquide doré. Qui ne vient pas. "M*rde. Fait ch*er !" tant pis. Tu l'écrases contre le mur. Elle éclaté en morceaux. Tu as juste entendu le bruit avant de remarqué en changement de couleur. Tu as déjà transplané, le gallion à la main. Et là tu entends un "petit petit petit" influant dans l'air. Ni une ni deux, un Kaleidem informulé sur ta tête. Invisible tu deviens. Et tu pointes ta baguette vers le bruit. Marchant en crabe, calculant ta nouvelle stratégie. A ta droite un félin, bien reconnaissable. Petit clin d’œil que bien sûr, il ne vit pas. Il lui devait une bouteille. Tu ébouriffes les poils de sa tête pour signaler ta présence. pas de signe d'Elenna... Pas grave, tu verras ça plus tard. Dangereux d'y penser. Pointe la baguette sur lui, et informule le dernier sort de cette partie de cache cache. Illusionis. Maintenant, c'était à eux de répondre. Après tout, ils les avaient cherché.  "J'attends j'attends j'attends..."Tu as hâte. Hâte d'effacer ce visage au-dessus de tes pensées. Hâte de pouvoir te libérer de cette passion qui te torture. Hâte de réduire au silence cette soif d'ambroisie. Bordeaux.. Oui, ça irait avec la couleur de son teint, de ses yeux, de ses cheveux.. de son parfum.
Edit Emily : Bonsoir Laurae, conformément au Grimoire des sortilèges, le sortilège Kaleidem ne peut vous rendre complètement invisible. Merci de faire attention à l'avenir. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: En pleine nuit

Message par : Mangemort 67, Dim 19 Juin 2016 - 17:12


Mon acolyte avait envie de jouer apparemment et bien qu'il s'amuse seul, j'avais envie de rester mais placer notre prisonnière, si c'était vraiment une femme peut-être était-elle aussi métamorphomage... Dans tous les cas, ce n'était pas ici qu'il fallait commencer l'interrogatoire. Il fallait voir dans quel état elle était, s'assurer qu'elle était encore en vie et que je n'allais pas simplement transporter un morceau de viande morte. Bref, il fallait se barrer pour être en sûreté.

- Hey ! Fais gaffe quand même, ce n'était pas n'importe qui. Barre-toi si c'est trop tendu. On a du boulot avec notre capture.

Je n'avais pas envie de le féliciter. Aucune. Déjà parce que bien qu'il ne me dérange pas plus que ça, je ne considérai pas 39 comme un vrai combattant à l'instar de 26. Il était utile, certes, mais à sa manière. Il fallait faire avec. Mais face à un ennemi expérimenté comme ce soir, il n'avait pas de réelle chance... Enfin, peut-être que oui. Mais passons.

Près du corps de la jeune femme, je regardais son état rapidement, la pris de mes mains et la portai. Pas évident. Concentration, on oublie la fatigue suite au combat et on pense à l'endroit où on veut se rendre. CRAC. Je quittai le lieu du duel avec notre paquet du soir. Je ne pensais pas revenir avec quelque chose d'aussi important.


Fin du rp pour moi
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: En pleine nuit

Message par : Altaïr Debrooks, Mer 22 Juin 2016 - 23:56


Il ne suffisait que d'une brûlure pour éveiller le Phénix qui sommeillait derrière l'enveloppe charnelle de jeune adulte qu'Altaïr exhibait au quotidien. Une brûlure qui en animait une autre, au creux de son estomac, celle de l'inquiétude et de l'appréhension. Une brûlure qu'il aimerait parfois éteindre définitivement, car elle était généralement porteuse de mauvaise nouvelle. Une brûlure qui dégageait une décharge d'adrénaline dans l'ensemble de ses veines, qui interpellait ses sens et son esprit. Une brûlure synonyme de danger ou de sang. Mais surtout une brûlure qu'il portait maintenant en lui, qui faisait partie de lui, qu'il avait choisie. Indissociable de son essence, de son identité, ce feu consumait celle du jeune homme lambda, et de ces cendres renaissait le Phénix jusqu'alors contraint au silence par un gouvernement aveugle. Aussitôt les informations visuelle et tactile assimilées, l'ancien Serdaigle se dégagea des bras de Morphée et se rua en direction de la mallette qu'il gardait précieusement dans un coin de sa chambre puis en extirpa la longue cape sombre qu'il réservait pour de telles interventions. Altaïr devenait alors Jem, l'homme que seuls ses alliés connaissaient, et que la communauté considérait comme une menace. Tout cela, sans hésiter un seul instant. Ce bouleversement dans sa vie et dans son comportement l'étonnerait toujours, lui qui s'enfonçait dans la gueule du loup sans prendre de précautions préalables, sa raison se laissant gouvernée par sa haine des masques et par son amour pour sa nouvelle famille. Se laissant alors envahir par le chaos, il abandonna derrière lui le calme macabre de l'appartement de son cousin qu'il se fit un plaisir malsain de rompre par un CRAC assourdissant.

Comme toujours, l’atterrissage fut laborieux, mais au moins il limitait à chaque fois les dégâts en évitant la désartibulation. Se relevant, baguette en main, le Phénix jeta des regards sceptiques dans toutes les directions, soudain inquiet quant à la possibilité d'avoir atterri au mauvais endroit. Derrière lui un mur de brique indiquait un cul-de-sac et l'étroitesse du passage qui s'ouvrait devant lui signalait une ruelle périphérique à l'allée principale. Qui plus-est, il ne tarda pas à constater que les pavés qu'il foulait demeuraient bien ceux du Chemin de Traverse, et c'est donc avec un certain soulagement qu'il rabattit la capuche épaisse de sa cape sur sa tête. Même si son visage demeurait imperceptible derrière le tissu, il ne préféra pas prendre de risque et s'infligea un #Nigrum Larva, afin de dissimuler au maximum son identité. Il se promit de remercier ses camarades pour leurs précieux conseils lorsqu'ils lui avaient appris une telle astuce qui lui permettait désormais d'agir en parfait anonyme le temps de quelques minutes. Affublé de la sorte, il avait tout l'air de faire partie de cette bande de fanatiques masqués, mais il espérait que les Phénix qui se trouvaient déjà sur place reconnaîtraient les reflets bleutés si reconnaissables de sa cape. Au moins, il avait le mérite de se fondre dans la masse. Maintenant, il était temps de passer à l'action.

Ses pas le menèrent dans une allée couronnée par un chapeau de fumée en dessous duquel s'élevaient quelques flammes rebelles, ayant survécu à une purification par l'eau. Ses yeux eurent le temps d'assister à la disparition d'une silhouette colossale qui semblait soulever un corps, apparemment...inerte. Aussitôt, un frisson parcourut le corps de Jem, qui, aussi impuissant qu'inutile, eut l'impression de se retrouver seul dans la zone de combat. Était-il arrivé trop tard ? Il avait pourtant...fait en sorte de se montrer réactif, son Gallion d'Urgence demeurant encore chaud contre sa cuisse. Avait-il échoué ? N'osant songer aux conséquences d'une telle éventualité, son attention ne fut pas moins attirée par par une nouvelle silhouette qui, de dos, progressait hasardeusement sur les pavés du chemin. Loin d'être assurée, sa démarche n'avait pourtant rien de suspecte, mais alors que faisait-elle dans un milieu si dévasté ? S'agissait-il d'une alliée ? Puis, il se souvint de la couleur qu'avait pris son Gallion d'Urgence lorsqu'il avait brûlé. Vert. De ce vert cristallin qu'il connaissait si bien. Alexander devait se trouver quelque part, et n'aurait jamais pris l'apparence d'une femme, du moins, ce n'était pas l'impression qu'il donnait. Et puis, des souvenirs qu'il gardait de l'apparence Phénix de ses alliés, aucun n'interviendrait de manière aussi dévergondée. Ce qui signifiait que, par élimination, dans la situation actuelle, cette femme était une ennemie, ou plus largement une menace potentielle.  Avec une apparente discrétion, Jem s'avança à pas de loup, baguette brandie, prêt à freiner l'inconnue le temps que la situation s'éclaircisse. C'est alors que dans son champ de vision se dessina un corps félin en mouvement qui ne pouvait être banal si l'on en croyait son attitude sage dans un milieu si hostile ; et il n'y en avait pas deux comme celui-ci. Un « Petit, petit, petit, petit, petit ! » résonna alors à ses tympans, et le puzzle prit enfin forme dans son esprit. Elle le cherchait, et se rapprochait irrémédiablement. Il ne pouvait le laisser se faire repérer, et il ne pouvait prendre le risque de laisser filer une potentielle alliée de l'armée de masques. Sans réfléchir, excité par le désir d'accorder quelques secondes supplémentaires à son ami, il murmura un « Anthemius Vocania » volontairement audible afin de détourner son attention. Avait-il fait le bon choix ? Probablement pas, mais il était encore trop éloigné pour risquer de louper une autre attaque, qui impliquerait des représailles inenvisageables. Reculant expressément, le Phénix ne manqua pas de trébucher et se rattrapa de justesse à la façade d'un bâtiment, complètement à découvert. Il ne lui restait plus qu'à faire confiance à Alexander. Confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: En pleine nuit

Message par : Mangemort 39, Jeu 30 Juin 2016 - 18:23


Cri de rechercher résonnant dans la nuit, se répercutant sur les murs du chemin de Traverse. Silhouette noire dans une ruelle éclairée et défoncée, vous étiez sacrément repérable. D’autant plus que vous faisiez du bruit. Et vous n’aviez pas vu dans quelle direction l’homme était parti. Vous cherchiez sa haute silhouette mais vos cris ne permettaient que d’effrayer un petit être à quatre pattes. A moins qu’il ne vous nargue, balançant sa queue devant vos yeux, comme pour vous indiquer que c’était bel et bien lui qui avait la plus longue.

Au moins un CRAC sonore retentit. Un transplanage. Départ ou arrivée ? Aucune idée. Il ne s’agissait pas de celui de 67. 67 était déjà parti. Vous étiez seul dans cette rue, et si vous aviez pour vous l’avantage du camouflage, votre discrétion était bien moyenne. Vous fermiez les yeux, tentiez de vous concentrer pour transplaner à votre tour. Mais vous ne parveniez qu’à exécuter une piètre pirouette sans parvenir à trouver le néant dans lequel vous souhaitiez vous enfoncer. Transplanage impossible. Pas de fuite. Danger.

La chasse vous mettait en danger. Peut-être que quelque habitant se rallierait à lui s’il le demandait. S’il les réveillait. Vous n’aimiez pas le fait de ne pas avoir de soutien. Certes, vous pouviez presser la marque. Vous pouviez demander du renfort mais vous n’aimiez pas. Vous préfériez vous sortir d’une situation délicate tout seul.

Alors vous vous réfugiiez dans ce que vous préfériez : la planque. Trente-Neuf, cela commençait bien comme Tremblement, mais on ne savait décidément pas qui devait trembler : vos adversaires ou vous. Car c’était bien pantelant que vous trouviez un coin d’ombre, très peu éclairé, pour empêcher quiconque de vous voir. Et plus encore en vous balançant un Kaleidem dessus. Vous sentiez une chose semblable à de l’œuf vous dégouliner dessus. Le sortilège prenait effet. Et si vous saviez que vous ne le maîtrisiez pas parfaitement, que vous ne disparaissiez pas totalement loin de là, vous souriez en pensant à la suite.

Car dans la nuit et dans l’ombre, vous vous concentriez. Vous souffliez. Vous vous déplaciez un petit peu, histoire de ne pas offrir une cible trop facile, et vous commenciez par rétrécir doucement vos jambes. Rétracter vos cheveux. Les faire devenir sombres. Votre peau également. Plus sombre. Plus bronzée. Vous deveniez petit. Un mètre soixante à tout casser. Et si vos vêtements demeuraient les mêmes, le simple changement de taille et de couleur, pour vos cheveux et pour vous-même, était sacrément trompeur.

Alors maintenant que vous vous sentiez protégé, caché, vous décidiez d’abandonner la chasse. Car vous aviez peur que la traque se retourne contre vous. Par conséquent vous décidiez de longer le mur sur lequel vous vous étiez adossé. De vous engager dans une ruelle adjacente au Chemin de Traverse. L’Allée des Embrumes. Et avec un peu de chance, vous pourriez disparaître dans la demeure mangemoresque avant que l’on ne vous mette la main dessus. Peut-être étiez-vous parano, mais depuis votre mésaventure avec l’Auror, vous préfériez jouer la prudence.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Re: En pleine nuit

Message par : Alexander Scott, Jeu 30 Juin 2016 - 19:25


L'instinct animale, ce comportement innée qui permettait aux bêtes de pouvoir survivre dans la nature. Au fil des siècles et avec l'arrivée de la technologie, l'homme avait perdu cette capacité étrange et vitale mais chez les sorciers une certaines catégorie de personne pouvait le retrouver sous certaines conditions. Les animagus pouvaient à tout moment ne faire qu'un avec leur alter-égo animal allant jusqu'à prendre la forme de celui-ci. C'est sans doute ce fameux instinct qui avait permis quelques instants plus tôt à Alexander d'échapper à ses sanguinaires adversaires. Le félin n'avait qu'une seule envie et c'était de partir loin, très loin de ces deux individus, très loin du morceau de viande brûlé, très loin de ces flammes vengeresses qui menaçaient de lui brûler les poils. Tout les sens du prédateurs étaient à l'affût et lui confirmaient que la situation étaient dramatique, mortelle , rien ne le retenait ici, rien à part cette voix au plus profond de son être. L'autre refusait de fuir, l'autre ordonnait de rester, de ne pas bouger malgré les gémissements, malgré l'odeur âcre qui imprégnait son museau et malgré la vive lueur qui l'éblouissait. Le chat poussa un miaulement plaintif s'éloignant lentement du feu, l'autre était imprudent comme d'habitudes, tôt ou tard ils se feraient tuer. Sans raison apparente l'animal se détendit, une odeur familière venait d'emplir son museau, ils arrivaient. Une caresse invisible vint confirmer l'instinct du félin, il n'était plus seul, sa famille arrivait. Une deuxième odeur familière ne tarda pas à apprendre au prédateur que la chasse pouvait commencer, désormais les deux individus devenaient les proies et il devenait les chasseurs. L'autre hurlait vengeance au plus profond de son être, prêt à faire couler le sang des fous qui avaient fait couler le sang de la femelle, la nuit promettait d'être sanglante.

Prêt à la chasse, le félin leva le museau et huma l'air, la femme avait disparu mais son odeur persistait dans la rue. Visiblement elle semblait avoir pris conscience que le rapport de force s'était inversé car elle s'éloignait de plus en plus, son odeur se faisait plus ténu et ses bruits de pas étaient moins audibles. Le prédateur poussa un miaulement pour attirer l'attention de ses individus puis entreprit de suivre la piste fraîche que lui offrait sa proie. Les flammes s'étaient éteintes et l'autre être malfaisant avait embarqué la femelle mais le deuxième individu ne s'échapperait pas. L'énorme boule de poil accéléra l'allure et la piste se fit de plus en plus nette pourtant rien n'apparaissait à ses pupilles comme si il poursuivait une ombre, un fantôme... Où se situait sa proie ? Il fallut quelques instants au chat pour comprendre qu'il avait rattrapé sa proie. Accélérant l'allure le félin effectua un bond se transformant durant ce dernier, combien de temps lui fallut-il pour devenir l'autre ? En une poignée de seconde il avait gagné en volume, perdu ses poils, récupéré ses vêtements et sa baguette, ce n'était plus un chat pallas poilu qui se tenait dans la rue mais bien un sorcier décidé à en découdre. Alexander esquissa une grimace visant de sa baguette l'endroit où il avait senti le mage noire. Le mangemort semblait avoir voulu prendre la fuite en se rendant invisible mais il n'avait pas conscience que l'homme qu'il affrontait quelques instants plus tôt était en réalité un animagus.

Au plus profond de son être le sorcier de l'est ressentait une rage, il n'avait jamais rien connu de tel. Quel était le mage noir qui avait décidé de rester ? Peu importait en vérité quel qu'il soit il avait fait la plus grande erreur de sa courte carrière. Quelques semaines plus tôt Scott avait capturé le Seigneur des Ténèbres mais ce soir là il n'était pas question de capturer de type là... Il allait le torturer, il allait le saigner jusqu'à qu'il lui dise où il avait emmené Elenna et seulement à ce moment là le russe accepterait de le tuer. Le Serdaigne informula un Finite incantatem dans le but de faire tomber la piètre couverture qu'avait dresser son adversaire pour se cacher dans l'obscurité. C'était bien là une technique de mangemort... Incapable de se battre face à face, ils cherchaient à s'enfuir dés que la situation tournait à leur désavantage. L'obscurité baignait la ruelle tant et si bien qu'Alexander n'était pas persuadé que son sortilège ait fonctionné mais peu lui importait, il savait approximativement où cet idiot se situait.


-Montre toi, je n'ai pas besoin de mes camarades pour te saigner... Réglons ça à l'amiable.  

L'alcool et la colère empêchait Alexander de raisonner avec lucidité, peu lui importait les victimes qu'il ferait ce soir, il devait retrouver celle-ci avant qu'un malheur ne lui arrive... Si toutefois on considérait qu'avoir le visage brûler par son fiancée n'était pas déjà un malheur. A cette simple pensée le sorcier de l'est fut pris d'une nausée. Quelques semaines plus tôt Izsa avait été capturée alors qu'elle se battait à ses côtés et aujourd'hui c'était au tour de celle qui comptait le plus à ses yeux. Peu importait les dommages collatéraux, seul Elenna comptait aux yeux du chasseur de mage noir. Pour sauver sa dulcinée Scott se savait prêt à mettre l'Angleterre à feu et à sang, à sacrifier n'importe qui... La colère déforma les traits du russe tandis qu'il visait approximativement le mur où se trouvait le mage noir.

- Bombarda Multiplicare !
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: En pleine nuit

Message par : Altaïr Debrooks, Jeu 7 Juil 2016 - 17:56


En tant que Phénix, il se sentait tout autre. Il n'était plus le jeune adulte irresponsable, incapable de trouver un travail et de quitter l'appartement insalubre qu'il partageait avec son cousin. Il n'était plus ce jeune homme égocentrique qui passait son temps à ironiser et décevoir ni le grand gamin trop effronté pour daigner se soucier de son avenir. Il n'était plus que Jem, l'étincelle qui s'était embrasée un an auparavant, et qui répandait ses cendres sur un monde de plus en plus plongé dans l'obscurité. Il avait accepté d'être le flambeau qui annihilerait les ombres, même si cette mission était aussi utopique qu'intraitable, dans l'espoir de pouvoir être un jour fier de ce qu'il était devenu. Un jour. En attendant, il devait se donner une raison de parvenir à ses fins, et ce soir-là seules sa baguette et sa raison guideraient ses pas. Heureusement, il pouvait compter sur ses alliés qui, toujours sur le qui-vive, assuraient ses arrières et sa sécurité. Pour le moment, seule la forme animale de Boreas lui était parvenue, mais à en juger par les teintes vertes et rosées qu'avait pris son Gallion, l'urgence de la situation en alarmerait plus d'un. Quoiqu'il en soit, il lui semblait qu'ils possédaient l'avantage du nombre ce qui n'était certainement qu'une question de temps si l'inconnue décidait de faire appel à ses sombres camarades.

Malheureusement, à peine Jem eut-il détourné le regard que son adversaire semblait s'être volatilisée dans la nuit. Un tel phénomène n'était pas curieux à partir du moment où l'on savait que les mages noirs aimaient particulièrement l'obscurité ; les ténèbres appelaient les ténèbres. Le point positif était que s'il avait correctement effectué son sortilège -ce qui était probablement le cas puisqu'il avait veillé à le prononcer distinctement- l'ennemie était toujours à portée de main, et donc à leur merci. Alors qu'il demeurait figé, les rouages de son cerveau fonctionnant promptement, la silhouette féline de son allié se mit en marche, comme happée par une vision qu'elle seule pouvait capter. Une confiance aveugle en celui qui l'avait recruté poussa Jem à le suivre, sans hésiter une seule seconde aux conséquences potentielles d'un tel risque. Sous sa forme animale, Boreas pouvait esquiver facilement les attaques ennemies, ce qui pourrait porter préjudice au jeune homme qui lui devait se contenter d'une enveloppe humaine. Le chat ne tarda néanmoins pas à retrouver sa forme originelle, et le Phénix qui s'élevait désormais de toute sa stature semblait animé par une rage féroce. Jem n'eut pas l'ouïe assez fine pour entendre ce que son ami débitait dans le noir, mais lorsqu'il le vit brandir sa baguette en direction d'un mur d'apparence vide, il se détourna instinctivement en faisant le dos rond. BOUM. BOUM. BOUM.

Des débris rebelles voltigèrent jusqu'à lui et heurtèrent de plein fouet son épaule, sans pour autant s'avérer dangereux. Quelques décombres volants écorchèrent sa cape mais celle-ci protégea suffisamment sa peau de la pluie de pierre pour l'empêcher de subir une blessure trop profonde. Lorsqu'il osa un nouveau regard en direction de la scène explosive, un opaque nuage de fumée noire s'éleva dans les airs et se mit à stagner momentanément, avant de rejoindre le toit des bâtiments. De toute évidence, que l'ennemie soit touchée ou non, le sortilège lancé par Boreas avait porté ses fruits, même s'il n'avait pas été suffisamment proche pour en évaluer la puissance. Jem restait en arrière, incapable de s'aventurer dans la scène de destruction qui s'épanouissait devant ses yeux, de peur de devenir à son tour victime des flammes. Afin de percevoir les silhouettes des deux sorciers qui se faisaient face dans la ruelle sombre, le Phénix murmura un #Meteorribilis recanto, ce qui lui permit d'invoquer une petite brise qui emporta les derniers vestiges de fumée noire provoquée par l'explosion. La visibilité était encore médiocre et il ne pouvait prendre le risque d'attaquer aveuglément sachant que le sorcier de l'est se trouvait englouti par la nuit. Aussi conclut-il à l'aide d'un #Illusionis qui permettrait à Boreas de ne pas être l'unique cible des représailles du mage noir. Le double du jeune homme qui était apparu semblait plutôt bien exécuté dans la pénombre, mais Jem savait qu'il devait compter plusieurs défauts qui n'attireraient probablement pas l’œil de l'inconnue. Son allié découvrirait peut-être la supercherie, mais le principal était qu'il sache que ses frères d'armes surveillaient ses arrières. Restant en retrait, le Phénix observa son clone progresser hasardeusement en plein cœur du combat, la baguette brandie afin de passer à l'action dès que la situation se serait éclaircie.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: En pleine nuit

Message par : Mangemort 39, Mar 19 Juil 2016 - 22:24


La fuite était pour vous une seconde nature. Comme un apaisement. Une dose d’adrénaline suffisante pour vous permettre de le faire avec le sourire. Car si vous ne portiez pas votre masque, vous auriez trouvé cela louche de fuir ainsi. Lâche même. Or avec votre masque, vous pensiez seulement qu’il s’agissait du bon moment. Qu’il y en avait un pour chaque chose. Un bon moment pour l’attaque, un bon moment pour la fuite. Et cela éviterait de tomber trop facilement dans les pièges que l’on pouvait éventuellement vous tendre. Car en revêtant le masque, vous étiez devenu quelqu’un d’important. Un individu dangereux dont on voulait la tête. Vous aviez ainsi d’autant plus de légitimité à fuir.

Seulement voilà. Vous vous étiez caché. Et vous étiez persuadé d’être invisible. Mais vous sentiez pourtant un changement. Cette substance semblable à de l’œuf que vous vous étiez coulé dessus avait la fâcheuse tendance à remonter vers le sommet de votre crâne. Alors que vous cherchiez un moyen de vous casser d’ici sans avoir à transplaner vous-même, que l’idée vous effleurait l’esprit, vous entendiez sa voix. Vous vous arrêtiez. Vous vous retourniez.

Il était là. Comme sorti de nulle part. Mais vous n’aviez plus aucun soutien et votre cœur tambourinait dans votre poitrine. Vous ne pouviez compter sur personne, chose que vous n’appréciez guère. Il vous fallait partir, maintenant, avant de recevoir des blessures aussi importantes que lors de votre entraînement. Vous aviez même dû être soigné par un elfe de maison… beurk.

Et soudain, l’idée vous traversa l’esprit. Vous tentiez de vous souvenir de son nom pour l’appeler. Cette peau verte qui vous avait tant dégoûté mais qui à présent deviendrait votre meilleur allié. Il le serait oui, si vous arriviez à dire son nom avant que quelque chose ne vous arrive.

Or c’était un peu tard à présent. Car le sorcier face à vous venait de brandir sa baguette et de viser les murs. BOUM BOUM BOUM. Le fracas fut assourdissant et vous n’entendiez plus qu’un long biiiiiiiiiiiiiiiip dans vos oreilles. Les gravats retombèrent de toutes parts, vous vous couvriez le visage de vos mains. Vous eûtes même le réflexe de plonger au sol, ce qui ne vous épargna pas. Un gros bloc tomba sur votre pied et votre cri fut fort féminin sans même vous forcer. Cette brute épaisse vous avait démoli et les larmes roulaient déjà sur vos joues. Attendez… Brute épaisse… Ca faisait tilt dans votre tête.

- BRUTUS !

Vous ne vous entendiez pas parler. Vous toussiez même en respirant la poussière. Vous n’entendiez pas le pop. Vous ne sentiez qu’une main s’affairant à trouver votre bras, votre tête. Comme s’il s’agissait de nouveaux gravats vous tombant dessus, mais de manière délicate. Vous tourniez la tête, la vue brouillée par le nuage de poussière, par vos larmes, par la douleur tout simplement. Vous le reconnaissiez tout de même. Cette petite silhouette frêle vous ayant prodigué de nombreux soin. Vous ne disiez pas grand-chose.

- PARTIR AILLEURS !

Vous ne vous entendiez toujours pas. Mais vous sentiez sa petite main s’accrocher fort à votre bras. Et il vous entraîna. Car la magie des elfes était fort différente et que rien ne pouvait les empêcher de transplaner. Il vous emmena ailleurs. Loin du bruit. Loin du vacarme. Et enfin arrivé dans le lieu inconnu, vous vomissiez.

[RP terminé pour ma part]
Revenir en haut Aller en bas
Laurae Syverell
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: En pleine nuit

Message par : Laurae Syverell, Mer 20 Juil 2016 - 1:18


Avancer doucement. Très doucement. Suivre une piste qu'importe, un morceau de vêtement arraché, une goutte de sang, des traces de pas... C'était dur en pleine ville. La jeune femme préférait sans nul doute la nature et la forêt. C'était son allié, branche cassé, toiles d'araignées fraîchement brisé... Elle connaissait tout type de pistage. Mais la, en pleine ville, elle devait se fier qu'à son instinct de tueuse, de chasseuse Phénix. La douce mélodie macabre tintait à ses oreilles comme une belle berceuse chanté à un enfant sans âme. Une poupée de porcelaine au sourire effrayant, figé. Les yeux vides. Étrangement, tout cela ne lui faisait pas peur. Elle avait peur des vivants. Peur de cette société, de ce ministère. Mais elle gardait l'espoir. Si elle le perdait, qui deviendrait la lumière dans les ténèbres? Son cœur battait à tout rompre. Boum Boum.. Boum Boum... Comme un rythme à suivre. Une basse dans un concerto classique. Ce concerto prenait des tournures vampiriques d'orgues et de noirceur. Là... il ne devait plus être loin maintenant. Surement camouflé dans les ténèbres. Le Kaleidem ne fit plus effet. L’apparence de Morrigàn apparu peu à peu aux côtés de ses deux alliés. Juste en face de ce qui semblait être l'endroit flairé par Boréas. La forme féline se matérialisa en humain, et un puissant bombarda vint exploser un mur qui semblait vide. Ni une ni deux, la brune plongea sur le côté, évitant par la même occasion de se faire trancher en deux par une tôle en fer. Rien de bien grave à leur distance. Cependant, ses yeux de glaces ne quittèrent pas l'endroit des yeux, recherchant parmi les décombres et la poussière un morceau de mangemort à se farcir. Tout à coup,  une voix hurla le nom d'un personnage historique... elle semblait comme sortie des ténèbres.

- BRUTUS !

Une illusion passa près d'elle. C'était Jem, joli coup. Ni une ni deux, la Phénix transforma sa baguette en poignard et s'élança dans l'amas de fumée, poussière et nouvelles ruines d'une façade explosée. Courant vers la voix qui avait appelé un homme, ou une créature. Brutus. Elle se souviendrait de ce nom. Courant toujours plus vite, elle retira plusieurs morceaux de fer afin de se diriger vers le corps du mangemort qui braillait sans demander son reste. Les sourcils de la belle froncèrent en entendant une sorte de bouchon de champagne qui sautait, comme juste avant une fête. Était-ce un objet de son imagination? Un mauvais pré-sentiment cependant força sa course, et son avancé périlleuse. La bas, juste derrière une planche brisé, la jeune femme avait cru voir une silhouette. Mais cette silhouette avait disparu aussi vite qu'elle était apparu. Dans un geste de désespoir, la belle lança sa baguette en direction de la zone ou se trouvait la silhouette et la pointe de l'arme blanche vint poignarder le mur en béton faisant ridiculement vibrer le manche. Elle avait échoué. 

Récupérant sa baguette - après avoir fulminé pendant quelques minutes- grâce à sa deuxième, elle se retourna vers ses frères d'armes pour faire son rapport. Le masque avait réussit à s'enfuir à l'aide d'un elfe certainement. Qui avait-il de plus puissant que des elfes de maison ou des Phénix pour transplaner ou bon nous semble. Le gallion chauffait toujours dans sa cuisse. Où était-elle? Si seulement elle avait pu torturer et extirpé les informations de l'ennemi, elle aurait pu empêcher tout cela. Elle avait lamentablement échoué. Un goût amer s'empara de sa gorge lorsque elle rompit le charme sur sa baguette. Elle jeta un regard à ses compère. c'était entendu. Ils avaient capturé l'une d'entre eux, et il fallait répondre le plus rapidement à cela.

Elle remonta doucement sa cagoule sur le nez, et réajusta sa capuche. Le bleu glacial de ses yeux se posa une dernière fois sur l'amas de débris, se promettant de venger Bianca. Ils avaient touché à une plume des Phénix. Ils se prendraient un bûcher dans leurs immondes masques, quitte à les faire fondre avec la chair de leurs visages. Il fallait agir au plus vite. Dans un craquement sonore, elle disparu. Direction le QG.  

[Départ de Lau']
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: En pleine nuit

Message par : Altaïr Debrooks, Sam 20 Aoû 2016 - 19:43


LA d'Alexander.

Un terrible pressentiment nouait l'estomac de Jem, qui pourtant demeurait immobile devant la ruelle inondée de décombres, un de ses alliés pris au piège par son propre sortilège. Le silence de mort qui s'ensuivit lui donnait la chair de poule, et le clone qu'il avait fait jaillir de sa baguette semblait bien peu utile dans un décor si apocalyptique. L'adrénaline qui l'avait mis en mouvement auparavant se trouvait amoindrie à un sentiment de peur, d'angoisse, comme si d'une minute à l'autre il risquait de tout perdre. En plus de cela, une toute autre appréhension ne cessait de triturer son esprit. Beaucoup trop d'éléments laissaient présager le pire pour l'un de ses frères d'armes. La Gallion qui s'échauffe de deux couleurs. La silhouette emportée dans les bras d'un masqué. La rage incontrôlable de Boreas lorsqu'il avait entrepris de tout détruire. Plus le temps passait, plus l'évidence le frappait de plein fouet, sans qu'il ne puisse l'éluder. Bianca. Elle n'était pas là. Elle aurait dû. Elle était partie.

Préférant chasser de son esprit cette hypothèse, il se tourna à nouveau vers le centre de la bataille, au moment où il sentit des bruits de pas précipités à ses côtés. Avaient-ils, Boreas et lui-même, omis la présence d'un allié ? Ou d'un ennemi ? Il fut néanmoins rassuré de découvrir la crinière brune de Morrigàn, l'alliée qu'il avait lui-même recrutée l'année passée. Cette présence acheva de lui donner une impulsion supplémentaire, et c'est sans réfléchir qu'il s'élança à ses côtés, tandis qu'un cri déchira la nuit. Jem réalisa que plus tard qu'il ne s'agissait que d'un appel et craignit l'arrivée de nouveaux masqués et d'un affrontement encore plus inquiétant. Le Phénix espérait que l'arrivée de trois nouvelles silhouettes -son clone progressant toujours dans les décombres- forcerait le Mangemort à rendre les armes et à ne pas chercher à résister. Retrouver Bianca -si ces suppositions étaient exactes- se révélerait bien plus facile avec une monnaie d'échange. Pourtant, lorsqu'ils parvinrent dans les lieux où la force du sortilège avait été la plus destructrice, Jem crut percevoir un léger pop qui n'augurait rien de bon. À ses côtés, Morrigàn s'était déjà lancée à l'aveuglette et un éclair argenté lui informa qu'elle venait de lancer un poignard en direction du bruit qui était survenu plus tôt, probablement dans une tentative désespérée. Tout cela n'avait-il donc servi à rien ? La présence de trois Phénix entraînés pour le combat n'avait-elle donc pas été suffisamment efficace face à l'art de la fuite des Mangemorts ? Un goût amer se répandait dans la bouche de Jem lorsque ses yeux s'habituèrent à l'obscurité et à la fumée, et qu'il découvrit que la silhouette de la femme avait définitivement disparu. Seules subsistaient la déception sur les visages des Phénix et la frustration de n'avoir su infliger la perte qu'ils avaient eux-même subi au clan adverse. Un peu plus loin, enseveli sous une épaisse couche de poussière, le visage maculé de sang, Boreas gardait le visage figé sur le couteau de Morrigàn, comme s'il avait vu un fantôme. Ses traits exprimaient à la fois le désarroi et la colère, et la baguette qu'il tenait à bout de bras tremblait, comme si elle attendait le moindre signe pour s'activer à nouveau. Il ne lui fallut qu'un regard à celui qui l'avait recruté dans cette périlleuse aventure pour comprendre que ses doutes s'avéraient exacts. Jem savait le lien qui unissait Boreas et Bianca, ce lien inébranlable qui avait survécu à toutes les tempêtes et échappé à multiples reprises à la Mort. Il ne s'agissait probablement pas de leur première séparation, mais elle devait faire autant souffrir que si c'était le cas. Pendant que Morrigàn transplanait, probablement jusqu'au QG, le plus jeune Phénix s'avança d'une démarche hésitante et constata que les entailles qui surgissaient sur le visage de son allié méritaient des soins qu'il ne pouvait prodiguer. S'apercevant que Boreas était encore bien trop atteint par les récents événements, le jeune homme décida de prendre les choses en main, sachant pertinemment que les prochaines heures ou les prochains jours seraient décisifs pour l'Ordre du Phénix. Ils n'avaient pas de temps à perdre.

« On ferait mieux d'y aller. On doit parler. En privé et avec les autres. »

Puis, lui posant la main sur l'épaule, ils transplanèrent tous deux dans un même élan, se perdant dans l'obscurité et subissant une nouvelle fois un sentiment d'oppression qui semblait bien faible face à la terrible perte qu'ils devaient supporter.
FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: En pleine nuit

Message par : Evan, Ven 7 Oct 2016 - 11:17


Suite d'ICI

~ Les verres s'enchainaient comme s'emporteraient des notes sur un piano. L'esprit légèrement brumeux, il continuait de fixer sa nouvelle collègue, jusqu'à ce qu'elle lui propose ce qu'il attendait. NON ! Pas ça bandes de pervers ! Mais bel et bien une ronde à deux, nocturne certes, mais en tant qu'employés.

~ La belle avait saisi deux nouvelles bouteilles dans son sac, histoire qu'ils aient un peu de compagnie, puis elle l'invita à la suivre, ce qu'il fit. Ils disparurent du Chaudron Baveur, pour retrouver des ruelles pavées qu'ils connaissaient tous les deux très bien. Se faisant pour l'occasion son subordonné, il la suivait sans pour le moment ne dire mot, se demandant où est-ce qu'elle le mènerait.

~ La nuit les couvait et un sentiment d'invincibilité s'empara du mage. Il ne savait si c'était l'alcool qui lui procurait ce frisson, où simplement ce que représentait cette balade, ce badge nouveau qui pour lui sonnait de biens des façons. La belle but quelques rasades de courage et lui en proposa. Il ne se fit pas prier pour se saisir de la bouteille et la porter à ses lèvres qui accueillirent avec plaisir le nectar. Quelques pierres semblaient bouger, mais c'était encore loin d'être critique.

« Jusqu'où veux-tu aller, Evan ? »

~ Sa voix mielleuse résonna après qu'il lui ai retendu la bouteille. Si Azphel n'avait pas été dans l'équation, la réponse qu'il lui aurait sortie aurait été toute autre. Cependant, une grande part de lui avait d'abord envie de voir à quoi ressemblait ses rondes, son futur quotidien. Un pro magie noire veillant à la sécurité magique, c'était bien là une place faite pour lui.

« N'importe où ! »  répondit-il avec enthousiasme à la belle . « Fais moi découvrir les recoins que tu préfères explorer ! Que cela soit dans les ruelles ou sur les toits. Si il y a des sommets où on peut observer en étant discrets, ça m'intéresse ! Je te suis où tu veux ! »

~ La nuit promettait d'être auréolée de douces saveurs. L'air était chaud et vivant malgré l'heure, l'alcool y jouant certainement. De pas en mots peut-être en viendraient-ils à davantage se connaître. La soirée se vendait comme des plus agréables.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: En pleine nuit

Message par : Megan K. Hayajân, Sam 8 Oct 2016 - 15:25


____________________

LAaccordé

Un face-à-face. Depuis le départ, ce jeu de sous-entendus, de rires cassés par une sincérité méfiante, et l'alcool, puissant allié des rencontres fortuites. Il y avait en Evan un côté sombre qui n'allait pas sans me rappeler celui de mon loup. La nuit était tombée, félonne, sur les rues pavées, et nous étions là, deux âmes couvertes d'un badge scintillant, prêt à explorer ce coin de Londres. Ville arpentée à de très nombreuses reprises, trop sans doute, comme on le dit toujours, ouverte à notre débauche. Les lèvres fruitées d'un whisky ambré. Nous avions de très nombreuses heures pour découvrir ce monde renversé, qui laissait place, le jour, à un autre labyrinthe.

Le sorcier semblait plutôt enthousiaste à l'idée de se balader entre les pierres, et prêt, même à s'élever au dessus du Chemin de Traverse pour profiter d'une vue différente. Habituée aux ailes sombres et aux hauteurs faciles d'accès. Je pris un instant pour replacer les chemins menant aux toits. L'alcool et la fatigue ralentirent quelque peu le processus, mais je finis par m'éclater d'un sourire et à inviter joyeusement Evan à me suivre. Je ne doutais pas qu'il connaissait les dédales de ce petit bout de ville, mais j'avais été tacitement désignée comme guide nocturne de cette ronde sismique.

Le corbeau trépignait, et moi je trouvais enfin les barreaux tâchés de rouille d'une échelle, placée le long d'un commerce, et menant sur une série de toit, qui, avec un peu de concentration, se laissaient facilement traverser. L'alcool ne serait sans doute pas un très bon ami, mais je ne doutais pas que je ne risquais rien avec mes ailes à peine camouflées. Barreau après barreau, j'escaladais le mur, puis, arrivée en haut, attirait la bouteille d'Evan dans ma main, buvant une large gorgée en l'attendant.

- Personne ne peut nous entendre, d'ici. j'ai un sourire moqueur. Encore quelques mètres et nous serons face à Gringott's. C'est sympa, vu d'en haut...

Et mes pensées flottaient, elles aussi, bien au dessus du sol, dans les vagues de vents, quand je n'étais plus qu'un oiseau en habitat naturel, que rien ne m'effrayait plus, que le monde entier m'était offert. Premier écart entre deux maisons. Sans hésiter, je sautais. Un instant d'apesanteur, un brin de magie, et me voilà les pieds sur le monde.

- Tu viens ? je demande à Evan. On a encore quelques secrets à se communiquer.

Sourire joueur, et je tourne le dos, prenant de l'avance sur le ténébreux sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: En pleine nuit

Message par : Evan, Mer 2 Nov 2016 - 10:29


~ Evan suivait sa guide dans le chemin qu'elle frayait au milieu de la nuit. Le décor bougeait quelque peu, mais l'air ambiant se faisait remède et surtout rempart pour le moment, à l'ivresse. Des minutes de marches s'estompèrent, se contenant de suivre sa compère, dans un silence que la nuit semblait partager. Une échelle enfin s'offrit à eux, comme tremplin vers une scène à la vue qui se voulait être une promesse époustouflante.

~ Une fois en haut, une impression de puissance se dégageait. Dans le sens où, face à ce panorama qui se dressait bien au-dessus des pavés, il y avait un sentiment de privilège qui sonnait dans l'air. Et les étoiles qui veillaient comme des amantes délicieuses n'étaient pas étrangères à cette sensation qui le parcourut. Les mots de la belle envoyaient du rêve également. Ils n'étaient pas très loin de surplomber Gringott's, ça promettait d'être bien sympathique tout cela.

~ Le mage récupéra la bouteille des mains de la belle une fois qu'elle eut bu. Lui aussi avait besoin de se rassasier, même si son esprit commençait à le mettre en garde. Manquerait plus qu'il se casse la gueule de là haut. Un écart entre deux toits se fit second obstacle de leurs péripéties. Comme d'hab', la belle ouvrit le bal d'un pas sûr, rendant la chose élémentaire. Il l'écouta, puis s'envola à sa poursuite, franchissant à son tour lui aussi, d'un saut mesuré le trou qui les séparait.

~ Quelques toits s'enchainèrent, certains demandant une adresse pas toujours évidente, mais ils parvinrent sans tomber à avancer jusqu'où elle le voulait.  Ils se retrouvèrent au bord d'une bâtisse, qui offrait la vue promise sur l'empire des gobelins. Là, ils allèrent s'asseoir en bord de toit, les jambes dans le vide, au loin la banque qui semblait dormir paisiblement.

« En effet la vue est vraiment canon d'ici !  » dit-il enthousiaste, avant d'avaler la moitié de ce qu'il restait de la bouteille en gorgées qui montèrent directement au cerveau. Après s'être essuyé la bouche d'un revers de la main, il tendit le reste à Tina, accompagné d'un regard joueur. « Allez cul sec ! »

~ Au fond, il ne doutait pas qu'elle le ferait. Connaissant les penchants de son ami Azphel, il pensait bien qu'elle devait elle aussi être douée en lever de coude et que bien des bouteilles étaient mortes à ses pieds. Alors que le fait de s'asseoir lui tournait la tête, une question saugrenue lui vînt, qui ne resta pas longtemps silencieuse.

« Tu n'as jamais pensé à cambrioler Gringott's ? C'est peut-être délirant, mais à voir la ville ainsi, la couvant dans son lit, tu ne te sens pas pousser des ailes ? »


Dernière édition par Evan le Jeu 22 Déc 2016 - 14:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: En pleine nuit

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 9 sur 11

 En pleine nuit

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.