AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 7 sur 11
En pleine nuit
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: En pleine nuit

Message par : Evan, Jeu 25 Juin 2015 - 18:18


Rp with Summer Stone et November Hauswald.

~ Par une nuit noire et fraîche, à la teinture de l'été, sous un léger voile nuageux aussi fin qu'un drap de soie recouvrant un lit, une silhouette sombre se mouvait rapidement. Vêtu d'une longue cape dont le capuchon lui recouvrait le visage, Evan avait passé une salle soirée. Une insomnie la veille, tourmente habituelle, s'était retrouvée accompagner le lendemain par des souvenirs de blessures lointaines, concoctant un mélange peu recommandable pour le mage. La folie, une fois de plus, bien aidée par quelques verres de whisky, avait agi tranquillement sur son esprit jusqu'à le convaincre qu'il devait sortir, qu'il devait agir...

~ Le Chemin de Traverse, panthéon de nombreuses boutiques célèbres du monde sorcier, était devenu sa scène de théâtre le temps d'une nuit. L'heure exacte lui échappait, comme s'enfuirait un rayon de soleil sous un nuage menaçant qui annonçait un changement radical. D'un pas rapide il esquivait les devantures des boutiques, changeant de côté de la rue à chaque fois que les lumières étaient trop présentes. La soif qui le guidait ne tarda pas à trouver un breuvage adéquat.

~ Dans un petit renfoncement, ou aucune lumière ne semblait avoir posé ses bagages, un bruit de bouteille qui roulait sur le sol l'avertit. Il s'arrêta et s'immisça dans la petite allée qui semblait être un derrière d'appartements spécialement conçus pour des poubelles à déchets. Entre deux containers, un sorcier, visiblement pauvre et soul, s'était endormi sur le côté, et le reste de sa copine d'un soir, bouteille de rhum, avait essayé de se faire la malle pour fuir son destin.

~ Le mage observa l'homme. S'il avait été conscient, il aurait été une cible de choix, par sa faiblesse évidente de concentration. Il n'avait pas pris sa baguette, aussi il était parti dans l'idée de trouver une proie à déchiqueter, mais attaquer un morceau de viande soule ne l'enchantait guère. Même dans un état de folie, il gardait ses principes.

~ Regrettant de ne pas avoir trouvé son cadeau du soir, il décida tout de même qu'il pouvait en tirer quelque chose de cet ivrogne. Il s'accroupit et de sa main droite, tâta les poches du pantalon du sorcier, qui semblait ne pas avoir été lavé depuis fort longtemps. Rien. Alors, il entreprit de fouiller les poches intérieures de la veste de l'homme. Un petit entrechoquement de métal vînt l'avertir qu'il avait trouvé quelques piécettes. Imaginant un instant récupéré quelques gallions, il sortit une petite poignée de pièces en oubliant à qui il avait affaire. Que des noises, rien de plus... Frustré, il jeta la monnaie au sol. Il n'avait rien de bon à récupérer sur l'homme.

~ Passablement énervé, il continuait de fixer le rebut de la société. Un instant, l'envie de le tuer dans son sommeil le traversa. Peut-être serait-ce un bien pour la communauté ? C'est alors qu'un bruit venant du chemin de Traverse le sortit de ses pensées. Quelqu'un se tenait derrière lui...
Revenir en haut Aller en bas
Summer Stone
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En pleine nuit

Message par : Summer Stone, Sam 27 Juin 2015 - 12:39


Pourquoi ?

Pourquoi Summer s'était-elle retrouvée ici, en pleine nuit, au cœur du Chemin de Traverse ? Y'avait-il une raison valable pour qu'elle ait décidé de quitter Poudlard, bravant ainsi le couvre-feu ? Non pas qu'elle s'intéressait, ne serait-ce qu'un tant soit peu, au nouveau règlement de l'école, ce n'était pas son genre. Mais quand même ! Qu'est ce qui avait bien pu la motiver, cette nuit là, à sortir de son lit douillet où elle était si bien, dans le seul but d'aller errer comme une âme en peine quelque part où elle n'avait rien à faire ?

L'habitude, sans doute... Il faut dire qu'en ce moment, elle passait peu de nuits au château, préférant la vadrouille à droite à gauche au confort douillet du dortoir. Forêt Interdite ou rues de Londres, elle allait bien souvent braver les règles en solitaire, en quête de la bien connue dose d'adrénaline provoquée par le non-respect de ces mêmes règles, et la recherche du danger. Depuis qu'elle était toute petite, la jeune fille carburait à cela, et le fait d'entrer dans la si célèbre école de magie de Poudlard n'avait en rien freiné ces pulsions...disons étranges..!

Cette nuit-là, donc, la rouge et or marchait seule dans les rues plus ou moins bien éclairées du Chemin de Traverse. Longeant les devantures des boutiques, elle frissonnait, les bras croisé sur sa poitrine. En effet, en bonne petite tête de linotte qu'elle était, elle n'avait pas pensé à se couvrir suffisamment, et n'était vêtue que d'un simple T-shirt uni noir au décolleté plutôt plongeant, ainsi que d'un jean slim foncé. A ses pieds, elle avait enfilé la première paire de ballerine lui étant tombée sous la main, des noires avec une semelle très fine. En bref: pas l'idéal pour marcher sur les pavés espacés du chemin, seulement fréquenté par quelques rares badauds et ivrognes en cette soirée fraîche...

Au moment précis où l'australienne prit la décision de rentrer au château (le peu d'animation de la nuit d'été ne l'enchantant guère), un bruit aigu attira son attention. Il venait d'un recoin sombre, à quelques mètres seulement de là où elle se trouvait. C'était un bruit bizarre, entre le grognement et le rire, avec un soupçon de son métallique. Un seul fait était certain, quelque chose se passait par là-bas. Et, en bonne Stone qu'elle était, Summer se devait impérativement d'aller y jeter un coup d’œil..!

Vraiment, elle n'aurait pas dû...

Un homme, sans doute un sorcier, visiblement aussi ivre que pauvre, était allongé à terre. Il paraissait endormi, ou peut-être était il plongé dans une sorte de coma éthylique, ce n'était pas impossible. Le renfoncement, mal éclairé et aux relents d'alcool fort, semblait être initialement destiné à contenir des poubelles.
Jusque là, somme toute rien d'anormal. Le plus inquiétant résidait en fait en la présence d'un autre homme. Massif, vêtu d'une longue cape noire qui le dissimulait entièrement à la vue, néanmoins perçante, de la Griffy, il était occupé à faire les poches du vieil alcoolique. Ce qu'il y trouva ne parut d'ailleurs pas le satisfaire, puisque qu'il jeta violemment les quelques pièces sur le sol avec un grognement mécontent.

Paralysée par l'angoisse, Summer était incapable d'esquisser le moindre geste. Son esprit lui hurlait de rebrousser chemin au plus vite, mais ses jambes ankylosées ne suivaient pas le mouvement.
D'un côté, son courage de Gryffone lui conseillait de porter secours au vieil homme. Après tout, il n'avait sans aucun doute rien fait pour se retrouver ainsi dépouillé de ses maigres possessions par un individu visiblement aussi marginalisé qu’éméché, et puis elle savait se battre, elle aurait pu passer à l'action.
Mais de l'autre côté (sans conteste le plus important des deux), l'homme à la cape lui inspirait une frayeur glaciale, empêchant littéralement chacun de ses mouvements. Ainsi affairé à faire le mal, il ressemblait à... Oui, il ressemblait à un mage noir...

Trouvant enfin la force de bouger un pied, la rouge amorça un mouvement de recul. Infime, mais silencieux, c'était déjà ça. Une fois qu'elle serait sortie du renfoncement sombre, elle se mettrait à courir, aussi vite qu'elle le pourrait. Et puis elle rentrerait à Poudlard, et oublierait à jamais cette soirée.
Un pas, un autre, et encore un autre. Elle n'avait pas beaucoup avancé, mais était resté silencieuse, ce qui, selon elle, était le principal. Encore un, encore un autre...

Et puis, un pavé mal placé produisit un tintement sourd sous la semelle de la jeune femme, qui s'arrêta net. Au bord de la crise de nerf, et encore une fois totalement paralysée, elle observa l'homme à la cape stopper son mouvement. Il l'avait entendue, c'était certain. Et ça n'allait pas lui plaire.

Ça n'allait pas lui plaire du tout...
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: En pleine nuit

Message par : Evan, Lun 29 Juin 2015 - 18:30


~ Alerté par un bruit, le mage se redressa, laissant ses pensées vagabonder d'un état à l'autre. D'une part il avait envie de tuer, d'une autre, peut-être que derrière lui était arrivée  un Auror.  Ce qui ne l'inquiéterait pas plus que cela même s'il n'avait pas sa baguette avec lui. Il ferma les yeux, silencieux, comme s'attendant à ce qu'une voix s'élève, ou un quelconque signe de protestation envers ce qu'il faisait, mais rien ne vînt, comme-ci c'était seulement le vent qui avait renversé quelque chose avec son insouciance.

~ La tête légèrement baissée afin que son visage ne se découvre pas, il se retourna lentement pour voir ce qui avait produit le bruit suspect. Se sachant en grande partie dans la pénombre, il dévisagea le sol pavé comme s'il en scrutait le moindre détail, puis remonta tranquillement. Une personne se tenait bien devant lui. Une sorcière, à la vue de la finesse de ses jambes et de son pantalon serré dans lequel il ne serait certainement par rentré lui-même.

~ Un petit haut noir aguicheur habillait la demoiselle, qui aurait certainement eu son effet sur lui en d'autres circonstances. Une cascade de cheveux blonds semblait descendre derrière elle et, l'inconnue, de ce qu'il voyait était bien plus jeune que lui. Peu probable qu'elle soit une Auror donc. Il esquissa un bref sourire qui s'évapora rapidement et son souffle s'accéléra. Des pulsions meurtrières commencèrent à le gagner, il le sentait jusqu'au fond de lui. Il en avait besoin, il devait s'apaiser.

~ Alors que pour ses premières transformations, il lui avait fallu de longues minutes bien douloureuses qui demeureront à jamais gravées dans ses souvenirs; avec ses années d'expériences, il était capable de se transformer en loup-garou avec une facilité déconcertante, faisant presque abstraction de toute douleur. Un rugissement modéré s'évadant dans la nuit, fut le seul avertissement du danger mortel pour la belle, danger auquel elle venait de s'exposer inconsciemment.

~ Sa cape, spécialement conçue pour s'adapter à ses changements morphologiques encaissa sans rechigner sa transformation. Sa gueule bien plus imposante avait repoussé son capuchon en arrière, dévoilant à la belle son museau et ses crocs avides de goûter sa chair et son sang. Alors qu'elle semblait littéralement paralysée de peur, il lui bondit dessus.

~ En un bond il avait avalé la distance éphémère qui séparait son monde tranquille à celui sauvage du lycan. Se redressant sur ses pattes arrières, il attrapa la blondinette de sa patte avant droite, enserrant son cou de ses griffes et la plaqua violemment contre le mur le plus proche. Il huma un instant l'odeur de l'inconnue comme pour s'en imprégner. Comme pour se souvenir d'elle une fois qu'il aurait terminé. Tout en reniflant son visage, il resserra davantage son étreinte sur son cou, jusqu'à ce que ses griffes laissent apparaître quelques filets de sang.

~ La haine comme seule lueur dans son regard, il n'exprimait qu'une envie, la tuer. Mais à sa manière, elle devait souffrir. Alors qu'il la maintenait toujours plaquer contre le mur de sa patte droite, il fit un mouvement rapide avec le revers de sa patte gauche, balayant avec ses griffes le visage de la belle. Sa joue droite, son bras droit furent entaillés, et le lycan termina son action en enfonçant toutes les griffes de sa patte gauche dans la cuisse de la blondinette.

~ Il se délecta des émotions qu'il vit sur son visage, comme des quelques cris de douleurs étouffés sous la pression qu'il exerçait sur son cou. Sadique, il tourna sa patte gauche afin que ses griffes lacèrent la chair et les muscles de la belle, avant de retirer violemment ses griffes de sa cuisse, sortant avec la même occasion une giclée de sang qui vola sur toute la largeur de la ruelle.

~ Il s'arrêta un instant, vivant ce moment en respirant son sang, sa douleur, sa vulnérabilité. Il gardait son étreinte autour de son cou, il ne pouvait la laisser partir, l'issue était inéluctable. Il la dévisageait. Si belle, si jeune, et elle s'était retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Après tout, la justice ne vit que dans le camp des gagnants...
Revenir en haut Aller en bas
November Hauswald
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: En pleine nuit

Message par : November Hauswald, Lun 29 Juin 2015 - 22:20


Ivre de joie, November humait avec délice le doux parfum qui s'échappait de bouteille de Whisky pur feu qu'elle tenait entre ses doigts. Elle venait d'en faire l'acquisition chez son caviste sorcier favori, rien ne pouvait la rendre plus heureuse que l'achat de bouteilles. D'ailleurs ses mains serrées autour en faisant ressortir les jointures, le visage penché au-dessus, courbant son dos, en témoignaient et lui donnaient l'air d'une ivrogne en manque du délicieux nectar. Dans un état de concentration extrême, elle progressait dans la rue en marchant de manière tellement irrégulière qu'elle se retrouvait parfois hors de la route. L'anorexique aurait été incapable d'estimer la distance qu'elle avait parcourue, mais elle pouvait deviner d'après les passants qui se faisaient de plus en plus rares et la fraîcheur soudaine que la nuit venait. Elle accéléra le pas : il lui fallait utiliser les transports en commun moldus pour revenir à Pré-au-lard et ce serait sûrement un très long périple, elle pensa qu'il valait mieux s'y mettre tout de suite.

Elle rangea la bouteille dans son cabas en toile, ramassa ses cheveux en une queue de cheval haute et lissa son tee-shirt troué avant de se mettre en marche vers le chaudron baveur. Peut-être arriverait-elle à temps chez Margaret pour déguster ce délicieux Whisky. Elle l'espérait fortement. Cette pensée lui fit accélérer le pas, et, tandis qu'elle marchait la voix s'immisça dans sa tête. "Allez Novie, juste une petite goutte" Elle cligna trois fois des yeux, geste qui servait habituellement à contrôler ses pulsions alcooliques. "Tu en meurs d'envie". Elle secoua la tête. Son front brûlant la faisait souffrir, et d'avoir trop marché, elle ne sentait plus ses jambes "Une gorgée et tout ira mieux". Elle avait toujours considéré l'alcool comme un remède, jusqu'au jour où elle se rendit compte que ce n'était pas l'affaire de chaque citoyen. Malgré toutes les campagnes de prévention, la jeune femme continuait dans ce chemin car elle n'avait pas encore eu de déclic, et puis... "Ce genre de choses ne peut arriver qu'aux autres, reprit la voix, tu n'es pas une ivrogne, tu as juste envie de ce Whisky, la dépendance n'a rien à voir là-dedans...". Au contraire, l'ex rouge et or pensait qu'elle avait tout à voir. C'était pour cela qu'elle avait décidé d'arrêter l'alcool.

Sa lutte mentale contre la voix emmena la jeune sorcière au mauvais endroit. Elle dépassa le chaudron baveur et continua tout droit sa marche vive vers une artère assez peu fréquentée du chemin de traverse. Elle était loin d'imaginer le drame qui s'y déroulait lorsque, obéissant à un "BOIS" déchirant de la voix, elle sortit la bouteille de son cabas et la décapuchonna. La bouche sur le goulot, elle eut à peine le temps de sentir la chaleur du liquide sur sa langue. Un horrible spectacle l'avait détournée de son but premier. Dans la ruelle, adossée à un mur, une jeune fille semblait agonisante, ou en tout cas grièvement blessée. Il y avait du sang partout, Novie put deviner dans la pénombre une blessure au niveau de sa cuisse gauche. Elle aperçut également sa gorge lacérée et eut un haut-le-coeur.

Elle examina la scène, essayant de savoir ce qu'il s'était passé lorsqu'elle eut la vision la plus horrible de sa vie. Un loup, avec des caractéristiques physiques humaines. Il se tenait debout en face de la jeune fille et l'observait, dans un état de jubilation non feinte et malsaine. Comme s'il prenait plaisir à faire l'état de ses blessures "ou à les infliger" pensa t-elle. L'anorexique n'avait jamais vu un loup-garou de sa vie et pourtant, elle sut tout de suite que cette créature en était un. Il était impossible pour un animal de tuer pour le plaisir, cette horrible manie était purement humaine. Elle resta immobile quelques secondes, songea à s'enfuir... Elle ne pouvait pas laisser cette pauvre fille se faire assassiner par ce loup-garou, cependant elle était paralysée à l'idée de se battre avec lui. Baguette ou pas, un loup-garou restait un loup-garou. Elle n'avait pas beaucoup de temps pour réfléchir car d'un moment à l'autre le lycan pouvait frapper à nouveau sa proie.

Dans un élan de courage, la jeune brune sortit sa baguette, visa le loup en criant #Stupéfix. Elle savait que son sortilège serait loin de  pouvoir neutraliser son adversaire, mais il pourrait le détourner de son but ou l'assommer assez longtemps pour qu'elle puisse trouver de l'aide. S'attendant cependant à ce qu'il se remette vite du choc procuré par le sort, elle serra courageusement sa bouteille de Whisky, pensant qu'une attaque physique sans baguette le déstabiliserait encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
Summer Stone
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En pleine nuit

Message par : Summer Stone, Jeu 16 Juil 2015 - 17:55


Désormais debout, dominant de toute sa hauteur le renfoncement obscur, c'est lentement que l'homme se retourna, dans un mouvement presque imperceptible, mais néanmoins bien plus qu'effrayant. Son visage restait dissimulé par les pans de son capuchon, si bien que Summer ne parvint pas à l’identifier. De toute façon, quand bien même elle aurait pu discerner ses traits, elle ne l'aurait sans doute pas reconnu. Il était clairement beaucoup plus âgé qu'elle, et elle était loin d'étouffer sous les contacts adultes...

Tout aussi lentement, il entreprit de la détailler, commençant par ses jambes fines, et remontant petit à petit vers son visage. Pétrifiée de terreur, ses jambes minces tremblant à peine, la jeune fille ne put que rester immobile, et assister en silence à cet examen aussi gênant qu'inapproprié.
Le regard de l'inconnu s'arrêta quelques secondes sur le décolleté plongeant de la rouge, qui regretta instantanément de n'avoir pas pensé à mettre un pull à col roulé. Elle tenta de lever le bras, dans le but de dissimuler la partie (trop) visible de sa poitrine à ce regard avide, mais rien à faire : elle était littéralement paralysée.

L'homme continua donc son examen, et esquissa un bref sourire une fois celui-ci terminé. L'éclat de ses dents blanches, contrastant avec le noir de sa capuche, eut un effet des plus glaçant sur Summer, qui réalisa en un quart de seconde ce qui l'attendait.
Elle se trouvait actuellement dans un coin sombre et éloigné, seule avec un homme aux mœurs visiblement peu appréciables.
Elle n'était que très légèrement vêtue.
Elle n'avait pas sa baguette.
Cette fois, l'histoire ne pouvait pas bien se terminer...

Alors que l'étranger s'approchait indubitablement, un grognement animal s'éleva dans la nuit. Peut-être un chien. Ou un chat. Ou n'importe quel autre animal. Peu importait : il aurait fallu un lion pour stopper l'homme, et, aux dernières nouvelles, il n'y avait pas de lions au Chemin de Traverse...
Un sursaut d'adrénaline réveilla soudainement l'australienne, qui serra ses points menus. Elle n'allait pas se laisser malmener par cet inconnu, visiblement bien décidé à lui faire passer la pire nuit de sa vie. Non. Après tout, c'était un homme comme un autre. Le moment venu, quand il serait assez proche, elle frapperait là-où-ça-fait-mal, et, après un coup de pied bien placé, elle pourrait s'enfuir. Le plus vite possible. Oui, voilà. Le tout était d'attendre le bon moment. De le laisser s'approcher. De ne pas le laisser soupçonner qu'elle préparait quelque chose...

Oui mais voilà : alors que le moment de la riposte n'était plus qu'une affaire de quelques secondes, l'homme sembla grandir et s'élargir, ce qui déconcerta assez Summer pour lui faire oublier ses belles motivations. Son capuchon tomba, dévoilant ni plus ni moins qu'un museau allongé, deux yeux vitreux, et une rangée de crocs meurtriers.
Le grognement n'avait pas été celui d'un chien, d'un chat ou d'un rat.
Ni d'un lion d'ailleurs.
C'était lui qui avait grogné.
C'était un loup-garou.

Un nouveau pic d'adrénaline poussa Summer à s'enfuir dans un effort désespéré pour s'en sortir, mais elle n'en eut pas l'occasion. En un bon, la créature fut sur elle, et l’attrapa par la gorge, enfonçant ses griffes dans sa peau aussi facilement que dans du beurre. Ses yeux bleus grands ouverts, fixés sur ceux, abominables, du loup, Summer poussa un cri de douleur, qui ne passa cependant pas ses lèvres. Un choc sourd à l'arrière de son crâne lui brouilla momentanément la vue, et elle devina qu'on venait de la plaquer au mur. Respirant avec difficulté, elle regarda avec horreur la créature la renifler bestialement, comme on respire l'odeur d'un bon vin. Ou d'un quelconque futur repas particulièrement alléchant.
Elle s’agrippa à la patte de la bête comme à une bouée de sauvetage, tout en sachant pertinemment qu'elle vivait ses derniers instants. La lueur meurtrière dans le regard de son agresseur lui expliquait plus clairement que des mots qu'elle n'en réchapperait pas.
Mais l'instinct de survie la poussait à espérer, à tenter quelque chose...

Sa jambe droite étant pour l'instant libre de mouvement, elle s'apprêta à mettre en pratique le coup de pied auquel elle avait initialement pensé. Peut-être cela distrairait-il suffisamment la bête pour lui permettre de s'enfuir, de retrouver un endroit éclairé dans lequel le loup n'oserait pas aller...
Mais elle n'eut pas l'occasion de vérifier sa théorie. La créature leva son autre patte, et, à l'aide de ses griffes aiguisées, lui lacéra littéralement le visage et le bras. Encore une fois, la douleur obscurcit le champ de vision de la jolie blonde, qui sentit le sang perler sur sa peau claire. Des larmes roulèrent sur sa joue, et un nouveau hurlement de douleur étouffé monta de sa gorge meurtrie.

Mais cette douleur ne fut rien en comparaison de ce qui suivit. Non content de la voir déjà agoniser de la sorte, le lycan enfonça avec délectation ses griffes dans sa cuisse fine, et retourna sans ménagement tout ce qui s'y trouvait. Les muscles, les os, la chair, rien ne semblait résister à ces lames, et la souffrance aiguë, conséquence de ce carnage, fit momentanément perdre connaissance à Summer. Les yeux révulsés, c'est à travers un brouillard épais qu'elle vit le sang gicler, aspergeant les pavés du renfoncement.
Son sang...

Malgré tout cela, elle ne se sentait pas mourir. Au contraire, la douleur atroce des blessures lui étant infligées semblaient la maintenir en vie, comme des millions de petits électrochocs. Et la pression autour de son cou, si elle l'empêchait de respirer convenablement, n'était pas assez forte pour la faire étouffer. Elle allait se vider de son sang. Par le cou, par la cuisse, par partout. Ça allait prendre du temps. Beaucoup de temps. Et elle allait souffrir. Énormément.
Au moins, sa mort représenterait un spectacle pour quelqu'un, même si ce quelqu'un en question n'était même pas totalement humain...

Alors qu'elle fermait les yeux pour ne pas voir une nouvelle patte se lever, ou une gueule s'ouvrir, un cri déchira une nouvelle fois la nuit. Une seule certitude : ce n'était pas le sien, pour la simple et bonne raison que, dans les circonstances actuelles, elle aurait été incapable de crier aussi fort.
A travers son état semi-comateux, elle ne put percevoir précisément ce qui avait été crié, ni même l'auteur de ce cri, mais toujours est-il que la pression sur sa gorge se relâcha, et qu'elle se sentit glisser le long du mur. Sa cuisse à vif la faisait atrocement souffrir, bien plus que tout le reste. Mais elle pouvait presque respirer, ce qui était une bonne chose. Enfin, en théorie, parce que là, ça faisait vraiment mal. Partout.

Elle ne savait pas si elle était toujours debout, ou si ce qu'elle sentait sous sa tête était le sol pavé. Elle ne savait pas qui était le génie qui avait eu le pouvoir d'écarter le loup de sa gorge pour qu'elle puisse respirer de nouveau.
Mais elle savait que, même si elle y mettait toute sa volonté, l'histoire ne pouvait pas finir aussi bien...

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: En pleine nuit

Message par : Evan, Dim 19 Juil 2015 - 18:12


~ La nuit noire, sombre, fraîche, voilée de nuages qui semblaient être une représentation de ses desseins, était le juge de paix, observateur muet, de cette scène de violence où la Mort devait être l'issue. C'est ainsi que s'était programmé. C'est ainsi qu'il l'avait programmé. Mais, aléa du destin ou simple concours de circonstance, il arrive parfois que tout ne se passe pas selon le plan, qu'un grain de sable vînt enrouer une machine au point qu'un plan, si diabolique fut-il, se retrouve réduit à l'état de poussière en quelques secondes. Si bien que l'on en vient à se demander s'il avait ne serait-ce qu'un instant existé.

~ Le mage, lycan libéré sous une pulsion meurtrière, gardait la belle sous son étreinte et jouissait intérieurement de la souffrance qu'il lui donnait. Elle était un jouet, une distraction, mais pas de celles sans saveurs. Non, elle, était de celles qui resteraient dans les analogies du plaisir. L'odeur du sang, mélangé à celui de son corps était un savoureux cocktail pour le lycan. Un cocktail qui surpassait de loin n'importe quelle liqueur qui apportait l'ivresse sur la route de l'abus. Celle-ci était une apothéose, un summum, un nirvana de puissance que seul un loup-garou pouvait comprendre.

~ Alors que la fin de sa représentation semblait proche, il fut interrompu. Une autre odeur venait à ses narines, une personne étrangère au scénario qu'il avait dessiné de ses griffes. Un éclair de lucidité passa dans son esprit jusqu'alors obnubilé uniquement par l'envie de tuer. Il était dans un lieu public, ce qui voulait dire qu'il n'était pas à l'abri. Se pouvait-il qu'une personne l'ait vue et que cette dernière ait démarchée les Aurors ?

~ Une brunette fit son apparition, comme un nuage viendrait troubler un ciel immaculé de bleu. Une brunette, fine d'apparence, aux vêtements défraîchis, une bouteille de whisky à la main. De ses yeux perçants, il scrutait l'inconnue, une nouvelle alcoolique perdue entre son passé et son présent ? C'est ce qu'il pensa au premier abord. Puis vînt le moment où elle extirpa sa baguette et là, le loup tourna la gueule sur le côté. La donne avait changée. Il n'avait plus les cartes en mains. Le bain de sang qu'il avait prévu à l'abri des regards tournait à une mise en danger de lui-même s'il s'exposait trop. Il le savait.

~ Quand l'inconnue pointa sa baguette en sa direction, la survie reprit le pas sur le chaos. En une fraction de seconde, il avait stoppé son emprise autour du cou de la belle, la laissant glisser le long du mur comme un papier froissé devenu inutile. Il entendit une voix et il s'écarta rapidement  d'un petit bond sur le côté pour éviter la trajectoire du sortilège. C'était un affront. Auquel il aurait habituellement répliqué avec une frénésie peu commune. Mais il savait qu'il devait se protéger. Son excursion touchait à sa fin, il devait maintenant éviter de laisser des traces. Un autre bain de sang ne résoudrait rien.

~ Il ne regardait plus la belle qu'il avait prévu de tuer peu avant, seulement la lueur au bout de la ruelle dans laquelle il se trouvait, qui s'apposait à cet instant précis, comme seul synonyme de sa liberté. Il poussa un faible grognement, reflet d'une rage qu'il contenait difficilement après avoir été interrompu. Un jour peut-être, il se vengerait. Mais pas maintenant, l'heure était à se protéger, il ne pouvait risquer d'attirer plus l'attention.

~ L'obstacle qui lui faisait face - l'inconnue qui lui avait jeté un sort sans penser aux conséquences -, n'était pas difficile à franchir. Il était un loup-garou parmi les plus expérimentés. Son seul regret étant d'être dans un lieu public, mais il s'avoua facilement qu'il préférait rencontrer une sorcière lambda plutôt qu'un Auror qui alerterait tout le quartier à grand coup de caféine... (it's a joke... ou pas)

~ Le loup faisait face à son assaillante, aujourd'hui il ne s'opposerait pas à elle. Aujourd'hui il la laisserait gagner. Il bondit vers elle à vive allure, alors qu'elle semblait brandir sa bouteille de whisky prête à lui porter un coup étrange. Faisant mine de foncer droit sur elle les crocs bien en évidence, au dernier moment, il esquiva la brune en passant sur sa droite et continua vers les faibles lumières du chemin de Traverse, sans se soucier de ce qu'elle pouvait bien faire.

~ Une fois dans le chemin, il s'arrêta un instant. Le regard perçant la pénombre sur sa droite, puis sur sa gauche, aucune silhouette. Tant mieux. Il se retourna vers l'inconnue dans la ruelle, immortalisant son visage, se jurant qu'un jour, il lui ferait regretter ce qu'elle venait de faire. Un ultime regard, porté sur la blondinette qui agonisait au milieu de son sang, et le lycan bondit sur sa gauche pour s'engouffrer à grande vitesse dans le chemin de Traverse. Il ne calculait plus rien, il bondissait, vif comme l'éclair. Un ouragan déchirant le ciel vers son point d'orgue. Quelques bonds, sans regarder alentour, et le lycan croisa une nouvelle ruelle annexe. Il s'engouffra, puis s'arrêta à l'intérieur. Des ténèbres la recouvraient.  Il reprit sa forme humaine, le souffle haletant. Il était contrarié, énervé. Il ne l'oublierait pas. Puis il transplana loin de Londres. une fois à destination, il transplana deux autres fois, pour que personne ne le suive, jusqu'à ce qu'il atteigne un lieu sécurisé. L'inconnue et la blonde n'étaient plus qu'un souvenir. Un souvenir d'une soirée gâchée dont il saurait se souvenir...
Revenir en haut Aller en bas
November Hauswald
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: En pleine nuit

Message par : November Hauswald, Mer 22 Juil 2015 - 15:22


Elle avait lancé le stupéfix presque sans réfléchir, c'était comme une évidence ou en tout cas, ce que l'on apprenait du combat en cours de défense contre les forces du mal. Evidemment les duels contre les loups-garous pour sauver une blondinette maigrichonne ne faisaient pas partie du programme et elle ne savait même pas si le sortilège atteindrait l'animal.

Quoi qu'il en soit, il lui était impossible de faire demi tour. L'état de la jeune fille semblait trop grave pour qu'elle se permette de la laisser seule avec l'agresseur, même pour aller chercher de l'aide. Heureusement elle n'eut pas besoin d'utiliser à nouveau sa baguette pour que celui-ci prenne la fuite. Il se retourna d'un bon, lâcha la jeune femme sanguinolente qui s'écrasa sur les pavés tel un pantin désarticulé et courut. Ce n'était pas une course qu'on réservait habituellement à la fuite, ce pas décidé et cette lueur carnassière dans le regard trahissaient les intentions de son adversaire. Il allait la mordre, c'était inévitable. Elle s'apostropha mentalement, se priant de s'écarter de quelques centimètres de la trajectoire du loup mais la peur lui paralysait les jambes et la dose d'alcool qu'elle avait ingurgitée l'empêchait de réfléchir clairement. L'adrénaline, au lieu d'atténuer les effets du Whisky les aggravait et l'anorexique ne pouvait prendre conscience de la gravité de la situation, tant son sens des réalités était anesthésié.

Elle ne bougea pas non plus lorsque le lycan l'évita de quelques centimètres, la frôlant presque. Elle eut le temps de sentir l'odeur du sang  qui dégoulinait maintenant de ses pattes mais n'eut aucune réaction. Elle resta statique, glacée par la peur pendant quelques secondes puis se retourna lentement. Un regard vers le bout de la ruelle : il était là. Il s'était retourné lui aussi et la fixait maintenant avec un certain intérêt. Comme s'il la scrutait afin d'imprimer ses traits dans son esprit. Elle ne prit pas le temps d'analyser ce qu'elle venait de voir, elle en ferait l'interprétation bien plus tard dans la nuit. Pour l'instant ses pensées se concentrèrent sur la jeune fille agonisante. Elle courut vers elle et s'agenouilla à ses côtés. Elle ne montrait aucun signe de vie. Novie avait appris à chercher le signal d'un battement de cœur, même lorsque le pouls était presque inexistant mais la panique la fit oublier cette étape importante dans le sauvetage d'une personne en danger. Elle ne pensait qu'à l'emmener à Sainte-Mangouste afin qu'elle puisse bénéficier de soins qu'elle-même ne pourrait pas lui donner dans l'instant.

Elle entreprit de la porter. À la vue de ses jambes aussi larges que des allumettes, elle se dit que la petite ne devait pas peser bien lourd. Bien évidemment elle se trompait, la petite devait avoir des os solides, et surtout, toute charge était presque impossible à porter pour une anorexique. Novie la tint quand même à bout de bras sur la distance qui séparait le lieu de l'attaque et le bout de la ruelle. Elle parcourut ensuite une dizaine de mètres et déboucha sur une artère de bars et restaurants où la foule affluait chaque soir. La jeune femme était sûre de trouver du monde et elle avait raison. Ici les gens parlaient, riaient, se bousculaient. Elle s'arrêta devant la rue, et faillit lâcher la jeune blonde de soulagement. Elle avisa le premier passant qui se retourna sur elles, surpris de les voir toutes deux tachées de sang, il réalisa tout de suite l'urgence de la situation en voyant la jeune blonde et November vit dans son regard une proposition d'aide. Il tombait bien, car elle n'avait plus la force de rien faire. Elle faillit lâcher à nouveau la jeune fille, ses forces s'épuisaient. Pourquoi n'avait elle rien avalé ce matin ! Un regard vers le père de famille qui lui faisait maintenant face, et entreprenait de la délivrer de son fardeau "Sai..nte-Man..mangouste" et s'évanouit.

[suite du rp à Sainte-Mangouste, je te laisse te réveiller Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Luia Luminos
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En pleine nuit

Message par : Luia Luminos, Mer 2 Sep 2015 - 14:32


Post unique tour de garde Aurors

Luia faisait partie des Aurors et elle en était fière. Certes, du coup, elle voyait moins sa famille et ses amis et n'avait pas de petit-ami. Mais ça faisait partie des aléas du métier. Et c'était le métier de ses rêves, elle ne quitterait donc pour rien au monde (sauf en cas de force majeure).

Aujourd'hui, c'était tour de garde. La jeune Aigle était affectée au Chemin de Traverse. Elle était allée au QG dans la journée et avait décidé d'aller sur le Chemin en rentrant le soir chez elle, vu qu'elle habitait toujours sur l'Allée des Embrumes. Elle ferait son rapport le lendemain au QG. Elle prit donc sa baguette et quitta le Ministère, direction le Chaudron Baveur puis le Chemin. Dans le noir, sa tenue de sorcière-Auror ne se verrait que peu et les Moldus ne seraient donc pas choqués.

Elle sortit, entra dans le bar puis sur le lieu préféré des sorciers Londoniens et Anglais. C'était la nuit, il y avait bien peu de monde. C'était donc parfait. La jeune Luminos fit le tour du Chemin et ses boutiques, baguette en main. Elle regarda partout, cherchant des traces de magie noire ou autre. Mais tout semblait parfaitement normal.

Une fois qu'elle eut fini, elle plaça sa baguette bien en vue devant elle et fila vers son appartement dans l'allée malfamée. Elle y arriva cependant sans encombres et entra dans l'immeuble puis dans l'appartement. Elle y passa la nuit puis retourna au QG très tôt le lendemain pour faire son rapport.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: En pleine nuit

Message par : Mangemort 67, Mer 21 Oct 2015 - 22:45


Décidément... C'était la période des blaireaux. Après la mère Lizzie, voici venue mère-grand Lightwood. Où étaient donc passés les fiers Serpents ? La maison des plus grands mages noirs. Bah non... Soit le Choipeau était bourré, soit les Poufsoufles subissaient des mutations étranges. Et quelle idée d'entrer en contact avec Face, le soir où elle décide de jouer les aventurières et sauter de toi en toi. J'avais la flemme de sauter, la flemme de la suivre. Je transplanerai une fois qu'elle se stoperai. Et ce fut le cas après quelques minutes, je mis donc mon plan à exécution. J'arriva à un ou deux mètres derrière elle, un peu de peine à estimer. Mon masque rouge sur le visage, ma baguette tendue dans la direction de cette charmante dame et je lui sorti un joli petit.

- Levicorpus. Je vis la demoiselle sure d'elle en devenir une en détresse. Que c'était drôle. Mouais, enfin pas tant que ça, mais comme entrée en scène je trouvais ça drôle. "Je me suis dit que tu avais peut-être besoin d'aide pour te lancer cette fois. Alors je t'apporte mon aide...

Après quelques secondes à avoir la tête en bas, j'informula la fin du sortilège. Trop de sang dans la tête ce n'est pas bon. Quelques veines s'étaient dessinées sur son visage.

- Lightwood, Face Lightwood. Alalala. Quel drôle de manège tu as mené ce soir. Heureusement que tu t'es arrêtée. Morte tu ne sers à rien.

Oui, je commençais gentiment à lui faire comprendre que cette rencontre n'était pas le fruit du hasard (très bon d'ailleurs, plein de vitamines). Je la regardais en inclinant la tête sur le côté droit (côté gauche pour elle, précision utile). Je m'assurais qu'elle s'était remise de ses émotions et qu'elle m'écoutais. Je n'avais aaaaauuuucune envie de répéter.

- On va commencer par le début, ça permet souvent aux gens de comprendre, si si je t'assure. Déjà, comprends-tu qui je suis ?

Je ne lui demandais pas qui j'étais, parce qu'elle ne pouvait pas vraiment le savoir, surtout avec une voix légèrement modifiée. Mais elle devait comprendre que l'Ordre Noir s'intéressait à elle et qu'elle allait bientôt sortir de sa monotonie de vie de vendeuse et mettre à profit son nouveau post à Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: En pleine nuit

Message par : Mangemort 67, Lun 9 Nov 2015 - 20:09


Oh, oh, oh. Mais la petite jouait à la maligne. Elle exigeait, au secours, elle exigeait voir ma marque. Marque que j'avais reçu du Seigneur des Ténèbres en personne. Encrée dans ma chair et qui ne partirait plus jamais. Encrée dans ma chair et qui montrait mon appartenance à l'Ordre des Mangemorts. Et elle croyait mériter de la voir. La bonne blague ! J'avais envie de lui envoyer un Endoloris dans sa tronche de fausse vierge effarouchée.

- Petite effrontée ! Crois-tu pouvoir me demander aussi impunément de te montrer ma marque ? Celle du Seigneur des Ténèbres ?! Il est évident que jamais, jamais, tu ne la verras ! Il faut faire ses preuves avant... Je laissai le silence s'installer. Un petit vent se leva et fit bouger ma cape noire. Londres la nuit était agréable et il fallait que je reconnaisse que l'idée qu'avait eu Miss Lightwood de venir se promener sur les toits était bonne. Je le faisais rarement, mais à présent, j'y penserai pour venir me changer les idées ou pour venir faire quelques mauvais coups. Et la capitale anglaise était bien jolie. D'ailleurs je mettrai bien le feu, cela égaillerait la nuit, mais la rendrait légèrement plus bruyante. Non, je voulais pas briser ce silence, bien que je venais de parler avec une voix forte et sèche. Je me ressaisi, si cela était possible, et ne parlai, à présent, que calmement et avec une confiance certaine.

- Mais je vais te donner l'occasion de le faire. Oui, tu as bien entendu. Mes camarades et moi-même t'avons suivi pendant quelques temps et nous savons tout de toi. J'avança lentement vers elle, ma baguette pointée dans la direction de mon interlocutrice. Je la déposa sur la clavicule gauche, là où se trouvait un petit objet caché. Hé oui, nous savions et je venais de le lui faire comprendre.

- Je te propose de rejoindre les rangs de nos partisans. C'est aussi simple que ça. Il faudra obéir à nos ordres, accomplir des missions qui te mettront en danger ainsi que tes amis. Et ton poste à Poudlard pourrait nous être utile. Tu devras utiliser tous les moyens à ta disposition pour faire ce qu'on exige et trahir tes amis les plus proche en fait partie. C'était dit. Il fallait être clair, comme la lune en cette nuit d'hiver. D'ailleurs, il commençait un peu à faire froid. Elle devait se bouger pour me donner une réponse que je puisse me rentrer.Alors ? Oui, non ? Coche la bonne case.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: En pleine nuit

Message par : Mangemort 67, Jeu 26 Nov 2015 - 20:17


Oh la pauvre... Si déçue... Elle avait compris. Son patron n'avait pas tenu sa langue. En même temps, il était à notre service. Et toutes les informations étaient importantes afin de connaître les points forts et faibles de nos potentiels opposants. Grâce à cette réalité, elle n'insista pas pour voir ma marque. En même temps, je n'allais pas lui faire une exposé d'Histoire de l'Art. "Ici, le créateur de cette somptueuse oeuvre a voulu exprimer sa terrible enfant. Par ce serpent, il ne faut pas voir que l'animal qui lui était cher mais aussi une représentation phallique... Ou pas ! Que des c*onneries !

La jeune Directrice de Poufsouffle m'écoutait attentivement, c'est bien. Brave petite. Sans poser plus de questions ou demander quoique ce soit, elle accepta mon offre. Tant mieux. C'était du bon travail. Rapide et efficace. Il ne fallait pas trop que ça traîne. Il fallait éviter l'arrivée impromptue d'un Auror en ronde qui avait envie de jouer de la baguette... Surtout que je n'avais pas envie, moi 67 le rouge, de faire du bruit ce soir. Je ne voulais pas que le plan de mes camarades et moi-même soit découvert.

- Tu as tout compris ma petite ! Tu ne seras pas seule pour ta mission... C'est tout ce que je peux te dire. Bonne soirée et regarde où tu mets les pieds. À bientôt.

Sur ces mots, je lui fis un joli petit signe de la main pour lui dire au revoir et obliqua la tête sur la droite. Adios amigos. Et CRAAAAC. Plus de Mangemort, plus de bla bla sur les plans anti-Ministère. Plus que la nuit et le crâne vide de la Lightwood. Mais peut-être pas si vide que ça finalement. Enfin bref, je le verrai bien au moment venu.

J'avais transplané dans l'Allée des Embrumes... J'enleva mon masque pour sentir le léger vent sur mon visage....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: En pleine nuit

Message par : Invité, Lun 8 Fév 2016 - 20:47


(sujet libre depuis plus d'un mois) Suite du Pv avec Mathéo Angur, commencé au CB

Il faisait nuit noir, quand elle était sortie du bar à la suite de l'autre gueulard, elle avait passer plus de temps qu'elle ne le pensait à l'intérieur. En parlant de ce gars..Sa phrase avait un sacré effet, un simple tu es en vie et voila qu'il partait au quart de tour. Pourtant elle l'avait dit de façon tellement neutre qu'il aurait pu avoir l'intelligence de s'en moquer.. Mais non, cela l'amusait peut être de se tourner en ridicule en ce donnant ainsi en spectacle.  Quand elle l'avait vue se lever, le cerveau de Lyria s'était quasiment déconnecté, afin de ne pas l'écouter, tout en faisant mine de rien et en levant un sourcil septique sur son visage creusé.  quand il était sortit en trombe du Chaudron Baveur, un étrange sourire, presque carnassier avait fait son apparition chez cette étrange fille.

* Il a les nerfs à vif celui la.. Ca pourrait être drôle de le pousser encore un peu plus dans ses retranchements.. Quoi qu'il va me donner mal au crâne ce con à hurler.. Boarf, j'irais guérir le mal par le mal..*

Avalant son deuxième verre, elle prit tout son temps pour sortir et le suivre. Malgré l'avance qu'il avait, et la nuit d'encre, la demoiselle n'eut pas trop de mal à le retrouver. Il continuait de pester, sa voix résonnant dans l'artère inanimée. Rares étaient les gens qui restaient dans cette rue, une fois la nuit tombé.  Tout en marchant, la Snow se remémora qu'elle avait eut affaire à une autre pouffy il y a peu dans cette rue. Dans l'autre sens, en direction du brouillard, la brune avait du supporter Emily Lynch, la gentille fille serviable a souhait.. Décidément, ils se donnaient le mot pour tomber sur elle en ce moment, bon certes.. Cela n'était pas compliqué, vue qu'elle traînait toujours au niveau des pubs. Mais tout de même!! ! C'est alors qu'elle le vit , Angur.. Ce gars qu'elle pouvait amener à la déraison en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, ou au contraire calmer rapidement, enfin avant elle le pouvait. Il était la contre un mur, à essayer de ce calmer peut être.. Mais ça Lyria ne le voulait pas, elle voulait qu'il s'énerve, qu'il perde les pédales peut être que là enfin, elle pourrait être délivrée de tout..   Mais avant, elle devait lui rappelez deux ou trois petites choses. Se pointant comme sortie de l'ombre, elle se campa résolument devant lui, dans ses vêtements devenus trop grand, ou plutôt avec son corps devenue trop mince, trop fatiguée. Malgré tout elle le fixa dans les yeux. Les siens, d'un bleu d'encre comme un ciel se chargeant de lourds nuages à la tombé de la nuit, aurait tout aussi bien pu lancés des éclairs tant elles laissaient sa colère transparaître par eux. Comme si son coeur, son âme tout étaient plus que la dans ses yeux. De ses lèvres sortit une voix, qui à coup sûr allait être différente de celle dont il se souviendrait.

Tu as finis ton petit spectacle? Car franchement Mathéo, dire son nom la blessa et sa voix s'en durcit pour continuer à laisser sortir ses mots retenues depuis quelques temps, tu n'avais aucunement le droit de faire cette scène! Tu veux me faire croire que tu t'inquiétais? Lequel de nous deux veux tu convaincre avec ces mots vident de sens? Tu ne vaux pas mieux que tout les autres.. Non tu es même pire que tout ceux qui ont un jour croisé ne serais que mon regard. Car toi?? Toi j'ai cru que tu étais plus qu'un foutu camarade de maison!! Mais il y a plusieurs mois que je me suis rendu compte que c'était faux.. Et ce n'est pas tes deux lettres et ta foutu crises de nerfs de ce soir qui prouve le contraire! Alors cesse de dire des conneries, cesse de te mettre en pauvre chose!!! Toi avec ton cerveau malade, tu m'as bien vite mise au fin fond de ta mémoire... Alors ta crise au Chaudron Baveur, était aussi déplacée que ridicule.

Elle le dévisagea un instant, plissant ses yeux avant de lâcher sa dernière phrase.

Alors la prochaine fois que tu te rend compte que c'est moi, juste ferme la et part tu m'entends.

Sentant un vertige arriver Lyria chancela loin de lui, pour s'adosser à un autre mur. Elle ferma les yeux en se laissant glisser le long du dit mur jusqu'à ce retrouver accroupie, les yeux fermés, elle mit son visage sur ses genoux et se mit à respirer le plus tranquillement possible, comme si elle allait pas si mal que ça. En réfléchissant, elle se rendit compte qu'elle n'avait pas vraiment manger aujourd'hui, d'ailleurs elle était, une fois encore, incapable de dire à quand remontait son dernier repas, autre que liquide. Afin de ne pas ce laisser submergé par le malaise, elle se mit a jouer avec l'une des innombrables, mais récente cicatrice ornant son bras. Lorsqu'elle sentit la protection de cette marque sauté, un sentiment de soulagement l'envie, en même temps que le petit filet de sang qui s'écoulait de son avant bras.
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: En pleine nuit

Message par : Mathéo Angur, Ven 19 Fév 2016 - 16:46


Sortir en trombe, frappant quelqu'un au visage alors que cette personne n'avait rien. Que ce passait-il ? Ça ne pouvait être une crise, il ne serait pas en train de marcher sur le chemin de traverse. Non, alors s'était quoi ? Une incompréhension de plusieurs choses qui vaguait dans son esprit. Elle. Tout simplement elle. Une phrase et Mathéo avait perdu les pédales. Un mot et il était partit loin. Vie. Comme si celle-ci n'avait aucun sens dans tout ce qu'il a pu subir ces derniers mois. Lettres.. Impossible d'y répondre, trop compliqué, elle n'en avait pas envie, elle s'en fout. Elle en a plus rien à faire Mathéo. Alors pourquoi tu penses encore à elle là ? Fuis là, ne reste pas là, pourquoi rester là à chercher à savoir des réponses que tu ne trouveras jamais ? Elle a disparu, elle ne reviendra pas. Fini, c'est terminé, les choses ont changés, elle a changée. Terminé. Non, pas terminé. Finalement, cette histoire ne peut pas se terminer par une fuite.

Elle était là, pendant que lui, reprenait ces esprits contre un mur, tête baissée. Il n'avait pas envie de la relever pour la voir, il était assez colérique comme ça. Il n'arrivait pas à ce calmer contre lui même, il s'en voulait pour le pauvre mec qui s'est pris son poings en pleine face. Génial, de quoi être là bienvenu au Chaudron Baveur maintenant. Tu fais fort Mathéo. Bien joué. Et maintenant que tu n'es plus dedans, il y a une mauvaise nouvelle qui l'attendait. Ça n'avait rien de réjouissant. Qu'est-ce qu'elle fiche là ? Pourquoi est-elle venu le suivre ? La réponse ne tarde pas à venir.

- Tu as finis ton petit spectacle? Car franchement Mathéo, tu n'avais aucunement le droit de faire cette scène !

Trop tard miss Snow, cette scène était faite rien à faire si ça te blessé ou non, c'est son problème, pas le tiens.

La suite n'enchante pas vraiment Mathéo. S'inquiéter. Ouaip, véritablement, ne pas faire mine, mais comment peux-tu savoir ce qu'il se passe dans sa tête miss ? Était-il vraiment nécessaire d'en faire plus que tu ne le fais déjà ? Plusieurs fois, il se mit en tête à penser à miss Lyria et ses conseils pratiques. Et qu'en est-il aujourd'hui ? Quelqu'un qui se sociabilise. Et Lyria dans tout ça ? Bah au vu de ce qu'elle est aujourd'hui, on pourrait croire l'inverse. On échange les rôles, c'est génial. Mais certes, il est peut-être maladroit dans ses mots, dans son caractère. Seulement.. Il n'est plus le Mathéo solitaire. Il a cherché à être dans de meilleurs conditions grâce à Lyria, il avait réussi à trouver une amie grâce à Lyria, il a compris ces crises grâce à Lyria et maintenant il a trouver le droit chemin grâce à Lyria. N'est-ce pas assez pour dire qu'il est là aujourd'hui parce qu'il avait réussi à se retrouver grace à elle ? Non, parce que de tout façon, il avait beau se permettre de se dire qu'elle avait tant fait pour lui. Et qu'il n'avait rien donné en retour. Sauf que maintenant qu'il a essayé de chercher à savoir où elle en est, c'est devenu une catastrophe et il est impossible de changer la situation. Alors, ouais, c'est vide de sens. Pourquoi en arriver là ? Parce qu'elle le cherche, sa rage montait en puissance pendant que ces durs mots fuyait dans le silence du chemin de traverse. Il y a du vrai, comme du faux, car si elle savait. Si elle ne serait pas en train de lui mettre les nerfs à vifs, si elle avait compris tout son désespoir. Elle ne serait pas cette personne qu'elle est.

- Me la fermer ? Tu veux que je me la ferme ? Vraiment ? C'est ça que tu veux ? Que je devienne encore plus qu'un résidu qui est passé à travers ton chemin ? J'ai cru en toi, j'ai fais tout ce que tu m'as dit ! J'ai réussi à devenir une autre personne, capable de parler à d'autres personnes, capable de me retenir dans mes crises. Sauf que ce soir, je viens de comprendre que ouais, c'est mots sont devenus vide de sens parce que tu as fini par prendre le mauvais chemin et mon bateau à finit par s'échouer dans une île vide de sens. Tu as gagné !

Mathéo était arrivé très prêt de Lyria, ses mains tenant ses bras sans pour autant trop forcé pour le moment, ça voix n'était pas la voix qu'il prenait d'habitude, il ne criait pas, il parlait doucement mais dans un ton qu'il ne prenait jamais, froid, neutre. Comme si cette personne était abjecte et qu'il fallait la jeter aux ordures.

- Mais sache-le Lyria. Tu ne peux savoir ce qu'il s'est passé à Poudlard ces derniers mois, tu ne peux savoir que je ne dormais plus du tout pendant des jours après tes foutues lettres. Elles m'ont déchirés le coeur. Tu m'as détruit aujourd'hui. Comme t'as réussi à me faire devenir un autre homme. En un battement de paupière.

Vide de sens. Perdu dans ses mots qui ne trouvait plus vraiment son compte. Lyria ou la personne qui le mettait maintenant mal à l'aise. Parce qu'elle aura toujours raison, toujours les mots pour le déstabiliser et c'est là que la partie vient tout juste de commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: En pleine nuit

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 11

 En pleine nuit

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.