AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 9 sur 12
Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
Mered Adand
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Mered Adand, Dim 8 Oct 2017 - 20:08


LA de Max et d'Aysha accordés

Qu’est-ce que je faisais là ? Dans cette forêt anglaise, bien loin de mon confort de rat des villes, emmitouflée dans ma cape d’invisibilité et scrutant la porte entrouverte de cette cabane. En vrai je connaissais parfaitement la raison de ma présence ici. Une lettre anonyme, des mots qui me firent sourire puis douter. J’avais d’abord cru à une blague de mauvais goût de la part d’un de mes admirateurs secrets pour attirer mon attention. Puis j’avais pris conscience du contenu après lecture et relectures. Cette missive parlait de famille renouée, elle parlait de maman ! Guidée par la crainte que quelqu’un lui fasse du mal en cas de ma non venue et par l‘envie de faire comprendre à l’émetteur qu’on ne jouait pas avec Anna, j’avançais pour entrer.

L’entrebâillement de la porte fut suffisant pour me glisser à l’intérieur sans y toucher. Camouflée, je venais de pénétrer dans l’arène incognito. Des bruits orientèrent mes mouvements qui se firent aussi calmes que possible. Ce n’était pas le moment de me faire repérer ! Silencieuse dans mes déplacements, je ne pouvais en dire autant de mon cœur… Il battait si fort que c’était comme si j’avais un réveil matin en position alarme dans le corps. Bonjour la discrétion. Par chance j’entendis des paroles sans en discerner le sens qui couvrirent mon ramdam. Une voix féminine questionna une autre personne. Étrange, n’étais-je pas la seule attendue ici ?

Je continuais de me faufiler dans ce couloir jusqu’à une intersection et un petit salon sur ma droite, pièce où se tenait l’émettrice des sons précédents. Elle était de dos, baguette en main et tenais en joue une autre femme. Je me hissais sur la pointe des pieds pour essayer de l’identifier. Une frimousse connue, larmes aux yeux, sang à la main… Mais qu’est-ce qui se passait ici ? Était-ce à cause d’une attaque de la brune aux longs cheveux ? Était-ce la responsable de cette mascarade ? Quel était ce jeu auquel je participais à mon insu ? En tout cas je faisais clairement davantage confiance en l’être reconnu.

Je ne laissai pas le temps à l’inconnue d’envisager un quelconque sortilège. Je brandis ma baguette de sous ma cape et balançai un #Expelliarmus dans son dos. L’effet de surprise fut total et sa baguette virevolta dans les airs. Poussant la fille contre le mur de la pièce pour pouvoir y entrer, j’accourus en direction de ma connaissance qui baissa son arme en me voyant.

« Max tu vas bien ? », ça n’avait pas l’air à la vue de sa blessure. « Tu ne crains plus rien désormais », lui dis-je en essayant les perles sur sa joue du revers de ma manche. « Que fais-tu ici ? »,la questionnais-je même si j’avais une petite idée de la réponse.

Je n’avais pas oublié celle que je prenais pour l’assaillante et la responsable de tout cela. Je la fixai d’un regard noir, ustensile en main, prête à dégainer au moindre mouvement suspect.

« Et toi t’es qui ? Ça t’amuse d’envoyer des lettres anonymes aux gens et de les attaquer dans une cabane ? Pourquoi t’as fait ça ? T’as intérêt à avoir de bons arguments sinon… », la menaçais-je.

Je lui conseillais de rien faire ou dire de stupide. L’electrocurpus me titillait et fallait pas qu’elle me cherche ! Que diable se passait-il ici ? J’y étais venue trouver des réponses et je n’y avais gagné que de nouvelles interrogations pour le moment…


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Ebenezer Lestrange, Mer 25 Oct 2017 - 11:06


Tout le monde recevait des hiboux sans queue ni tête, des publicités pour des commerces inconnus et qui ne mériteraient pas de l'être et des déclames pour agrandir la taille de sa baguette. D'ordinaire, les lettres incongrues finissaient dans la cheminée ou étaient réutilisées comme brouillon. Pas cette fois. Parce que le papier reçu était bizarre. Il causait famille et magie noire, rendez-vous en lieu inconnu. Il puait le traquenard alors Ebenezer y alla. Il ne fallait pas chercher à comprendre sa logique, c'était suffisamment embrouillé dans sa tête pour que quelqu'un se permette de remettre en doute la pertinence de ses choix. Qu'on le laisse tomber dans un piège bêtement s'il le souhaitait.

Il y alla mais pas désarmé, il n'était pas si débile, il se considérait même comme pas débile du tout mais c'était une question de point de vue. Deux baguettes, son poignard de sacrifice, son amulette d'Asklépios qu'il ne quittait jamais. Cape grise habituelle avec ses poches à l'intérieur, son étui à poignard y était plaqué. Sa baguette actuelle était dans sa manche gauche, elle y était toujours d'ailleurs. Cela faisait beaucoup d'objets avec lesquels il était inséparable, il se disait que c'était normal. Sa baguette de quand il était plus petit était glissée dans une de ses bottes en cuir de dragon. Paré ? Paré. Il aurait bien utilisé le transplanage pour s'y rendre mais il ne connaissait pas le lieu alors il était à pied.

Autour de lui, tout était vert-feuille et marron-tronc, un minimum de perspicacité permettait de conclure qu'il était dans une forêt. Pas loin de Londres qui plus est. Au moins, il n'avait pas du partir en expédition de plusieurs jours. La cabane mentionnée dans la lettre se rapprochait et le mauvais pressentiment d'Ebenezer amplifiait. Il trouva ça un peu logique dans le fond alors il continua d'avancer. Peut-être qu'il y aurait Eléane là-bas, le message mentionnait la famille aimée et il n'aimait pas grand monde, en particulier dans les gens avec qui il partageait un bout de son patrimoine génétique. Sa sœur avait disparu depuis plusieurs années déjà, alors peut-être... Peut-être qu'il était bête d'espérer, il valait mieux ne s'attendre à rien et ne pas s'encombrer d'émotions superflues.

La cabane était là, juste devant lui. Il poussa la porte en essayant de ne pas la faire grincer. Rester discret surtout. Il y avait des paroles qui retentissaient un peu plus loin. Il se dirigea vers la source du bruit à pas de loup, traversa un couloir, pénétra dans un salon déjà occupé. Trois personnes, trois sorcières, une inconnue rousse. Bon, c'était quoi le plan ? N'était-il pas censé être seul ? L'ambiance était tendue, les éclats de voix entendus précédemment devaient être ceux de la rousse menaçant une des remplaçantes de l'équipe de Quidditch. Ebenezer ne se souvenait plus de son nom. L'avait-il su un jour ? Pas bien important. Et à côté de l'énervée, il y avait Max avec une main écarlate et les yeux mouillés. Il soupira. Il avait horreur des pleurs et des états d'âmes même lorsque ça concernait la cousine d'un cousin au xième degré.

- Bonjour.

"Coucou, je suis là"... Il n'avait rien trouvé de mieux à dire,les questions pertinentes avaient déjà du fuser. Il était sur ses gardes, ne tenant pas à ce que la rousse se crut permise de le menacer lui. Il s'avança un peu, regard appuyé sur la main de Max puis sur son visage, air un peu interrogateur. Elle parlerait bien si elle le souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Max Valdrak, Lun 13 Nov 2017 - 21:03


Une nouvelle tête. Jeune. Innocente. Attention aux apparences. Baguette baissée. Esprit toujours aux aguets. Elle me menaçait. J’avais envie de rire. Les nerfs craqués. Le masque brisé. Je ne maitrisais plus grand-chose. Je me retenais un peu. Main et moral brisés. Elle semblait avoir la gâchette facile. Prendre des gants. Y aller doucement.

Haut les cœurs. Bras levés. Signe. Code. Formulation convenue pour esquiver un combat. Montrer son innocence. Mais avais-je vraiment l’air de l’innocent? Baguette en main. Arme sur le sol. Habit légèrement abimés. Tâches de sang. Os cassés. Victime ou agresseur. Une parole contre une autre. Les apparences trompaient. Pouvaient aller contre mon intérêt.

Il faudrait une voix supplémentaire. Mes arguments même s’ils étaient formulés ils ne serviraient que peu. Soudain comme dans un rêve. Une nouvelle présence. Connue. Une voix. Un souvenir. Un nom sur le bout de la langue. Poudlard. Seul le lieu me revenait. Serdaigle. Une maison. Je me rapprochais.

Elle menaçait. Chacun en garde contre l’autre. Une tension qui grandissait. Emplissait la pièce. Je me sentis rapidement à l’étroit. J’allais bouger quand l’ombre serveur arriva. Le cousin du cousin. Un mage gris foncé. Une feuille égarée. Un regard entendu. Un « ce n’est rien » informulé à la question non prononcée.

Question. La plus grande me brulait les lèvres. Que faisaient-ils tous ici?

Je me sentais comme prise au piège. Comme un animal en cage. De l’air. J’avais besoin d’air. Mot de l’ombre à peine prononcé. Je l’avais déjà contournée. Suivant le chemin tracé. Porte à portée. Un pas puis l’autre. L’inconnue allait-elle me laisser passer? Signe à la rousse de baisser son arme. Je pouvais me débrouiller. J’avais juste besoin de respirer.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Anna Schomann, Jeu 16 Nov 2017 - 21:52


Mes mains tremblaient, elles agrippaient férocement le parchemin devant mes yeux car ce dernier éveillait plus que jamais ma curiosité. Dans un premier temps, j'avais songé à une lettre de mon ordre, mais l'entête comme la signature ne ressemblaient pas à celles que j'avais déjà reçues. L'impatience me prenait et cette personne inconnue qui m'écrivait semblait avoir du mal à aligner ses mots. En effet, les phrases se suivaient mais le sens global de la missive avait du mal à faire comprendre. Être attirée dans les ténèbres, appât du gain, une consigne, un membre de ma famille à son origine, une menace, une dernière consigne.
Tout était vague, presque crypté, pourquoi se donner tant de mal à faire des phrases aussi bizarrement formulées pour un message qui pourrait être bien plus clair et bien plus dur si son but était de faire peur. Ainsi après avoir essayé un #Revelio j'avais logé dans un coin de ma tête que le parchemin pouvait encore renfermer un secret, mais je n'étais pas en mesure de le comprendre tout de suite. Peut-être manquais-je d'indices, peut-être que ce rendez-vous me donnera la réponse.


~

La semaine était ainsi passée lentement, le temps s'écoulant à une telle vitesse était une torture. Ce besoin de satisfaire une question sans réponse et cette nécessite d'attendre constamment, pourquoi fallait-il toujours attendre. Enfin, la journée se présentait, j'étais prête. Ma cape, un petit sac contenant un peu de nourriture, une fine couverture, de l'eau et, cachée sous ma jupe comme à mon habitude, ma baguette ainsi que mes deux petites fioles. Je partais en direction de la forêt anglaise inconnue.

Il m'avait fallu plusieurs heures pour trouver le chemin à travers les bois, aucun chemin précis, pas de plan, le mystère n'avait toujours pas commencé et déjà que trouver le lieu de rendez-vous sonnait comme une épreuve. Ce rituel de passage s'acheva après que j’eus vidé la moitié de mes réserves d'eau ainsi que quelques biscuits. Espérons qu'il m'en reste assez pour le retour.

Quelques voix lointaines m'indiquèrent le chemin à prendre. J'avais songé à un moment sur la consigne de venir seule, mais en relisant la lettre rapidement, elle n'avait jamais dit que je serais seule une fois arrivée. Hum... je ne connaissais pas les visages présents, certains me disaient quelque chose et à l'estimation de leur âge,  ils devaient être à Poudlard. Me faufilant vers la porte d'entrée après avoir retiré ma baguette de son étui pour la mettre dans ma main,  je me posai sur l'un des murs non loin du seul garçon présent et qui était le moins bavard.

« Bonjour »

Effectivement, il n'y avait rien de bien plus constructif à dire. Je ne les connaissais pas, il était facile de penser que chacun d'eux était dans le même mystère que moi, à avoir reçu une lettre incompréhensible. Mon regard se porta vers la personne au genre ambigu au sol, elle semblait être blessée mais ne connaissant ni le pourquoi ou le comment, j'avais préféré conserver une distance de sécurité mais en conservant la baguette dans le creux de ma main, prête à bouger ni nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aysha Brayd
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Aysha Brayd, Ven 17 Nov 2017 - 19:31


Je n'eus pas vraiment le temps de réfléchir. Quelques pas derrière moi, un bruit de porte dans mon dos, et le troisième arrivant n'eut pas de répit. Je fus surprise par un sortilège à peine prononcé mais bien envoyé, et ma baguette m'échappa des mains. Incapable de me défendre, désormais. Si tant était que j'en avais été capable déjà, baguette en main. L'inconnue au sortilège me poussa brusquement et je tombai au sol, grimaçant de douleur et ne pouvant prononcer un mot, la gorge serrée par la peur. D'abord, une bleue en sang, puis une autre bleu, puisqu'il s'avérait que je la connaissais, violente. Je connaissais seulement leur nom. De loin, je les avais aperçues, souvent. J'étais préfète, après tout. Je me devais de connaître les autres élèves. Pour eux deux j'étais une inconnue, préfète depuis peu, discrète. Mered, puisque c'était le nom de la nouvelle venue qui avait la baguette facile, se précipita vers Max. Elles semblaient se connaître. Elle avait visiblement tout compris de travers, et réconfortait la jeune femme qui avait la main en sang. L'injustice montait en moi mais la peur la surpassait alors je me taisais, au sol, n'osant pas faire un geste. Mered semblait prête à m'attaquer avec un nouveau sort et je n'étais pas en état émotionnel de répliquer. Elle se tourna vers moi, dure :

« Et toi t’es qui ? Ça t’amuse d’envoyer des lettres anonymes aux gens et de les attaquer dans une cabane ? Pourquoi t’as fait ça ? T’as intérêt à avoir de bons arguments sinon… »

Je secouai la tête, les larmes aux yeux. Je n'étais pas un courageuse, mon poignet était douloureux, et je ne voulais pas d'ennui. Mon égo était d'autant plus blessé par cette attaque que je me voyais incapable de me justifier et que la jeune femme semblait toujours persuadée de la menace que je représentais. Cette lettre m'avait emmenée dans un endroit des plus hostiles et je ne comprenais pas pourquoi les deux autres étaient là aussi. Pourquoi eux ? Quel lien nous unissait, tous les trois, hostiles les uns aux autres et méfiants comme jamais ?

Une quatrième silhouette se détacha dans l'encadrement de la porte. Une nouvelle menace derrière cette ombre dont le visage devint plus distinct après quelques pas de l'inconnu. Je le connaissais aussi. Ebenezer. Capitaine de Quidditch, notre relation s'arrêtait là. Que faisait-il là ? Il s'adossa nonchalamment au mur comme je l'avais toujours vu faire.

« Bonjour. »

Quelle étrange entrée en la matière, face à une scène des plus incongru qui aurait éveillé la menace de quiconque. Mais lui semblait détendu, alors que mes muscles étaient crispés, toujours au sol dans la poussière de la cabane. Chacun était silencieux, se dévisageait. Une atmosphère mortelle régnait, et les interrogations semblaient flotter dans l'air, presque palpables. Max fit quelques pas, vers la porte. Il fit signe à Mered de baisser son arme. Pourquoi me prenaient-t-ils tous pour l'agresseur ? Je n'avais  rien fait du tout, à vrai dire. Ma lâcheté pour une fois me plaçait dans la position de l'innocente alors même que tout le monde me prenait pour la coupable.

Une deuxième silhouette et un deuxième bonjour. Décidément. Anna Schomann. Je la connaissais aussi, de nom. je l'avais croisée souvent, rien de plus. Combien encore étaient-ils à se frayer un chemin dans les bois jusqu'à ce lieu ? Les questions se bousculaient dans ma tête et le parchemin me brûlait la cuisse, plié dans ma poche. L'objet de toutes mes craintes.

Enfin je me redressai, ayant repris mon souffle. Un regard aux nouveaux arrivants, puis à Mered.

« En fait je n'ai rien fait du tout. Je n'ai agressé personne et ce n'est sûrement pas moi qui ait envoyé ces lettres anonymes ! D'ailleurs je suis complètement perdue... Qu'est-ce que vous faites ici ? »

Ton féroce et regard inquisiteur qui n'étaient pas dans mes habitudes. La peur échauffait mon esprit et m'empêchait de parler calmement. Qu'ils répondent, vite. Avaient-ils eu une lettre, eux aussi ? Il fallait qu'ils parlent, que tout soit résolu, vite, et que je puisse fuir et quitter cette cabane qui me donnait des sueurs froides. Besoin de sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Mered Adand, Dim 19 Nov 2017 - 20:30


Mes yeux scrutèrent Max qui semblait avoir subi la foudre d’une personne, de cette brune sans aucun doute possible. Alors explique-toi et vite ! Sinon tu allais recevoir la lave du volcan enfoui en moi ! Tu avais gagné du répit avec l’arrivée d’un nouveau protagoniste. Un simple bonjour et c’était tout ?! La situation n’était pas aux salutations distinguées ! Cependant Max décida de baisser mon arme. Avait-elle des informations à me donner ? Je ne comprenais plus rien… Et le bal continuait, voici que débarqua une énième tête dans cette cabane.

Je t’écoutais, go t’exprimer Miss Corbeau. Elle s’effondra en larmes. Drôle d’attitude pour celle qui avait envoyé de si vilaines lettres. La sensibilité ne me paraissait pas être un trait de son caractère. Et si j’avais tout faux à son sujet ? Max pourrait m’aider. Elle l’avait déjà fait en me demandant de ranger ma baguette, comme si cette fille n’était pas une menace… S’il y avait bien une personne qui possédait un peu de ma confiance c’était bien elle. Très bien obéissons alors… Pourquoi et comment le sang gisait de son corps ? Il me restait encore de nombreuses interrogations.

« Je crois bien qu’il y a eu incompréhension. » annonçais-je ne rangeant ma baguette. « Je suis sincèrement désolée, cette lettre m’a quelques peu… irritée. », tentais-je de calmer ma camarade qui commençait à s’énerver (je me demande bien pourquoi).

J’allai chercher son ustensile gisant au sol et m’approchai de ma victime.

« Ceci t’appartient. J’espère ne pas t’avoir blessée ? Je suis autant perdue que toi… », regard balayant la pièce, « …que nous. Unis, on s’en sortira. La personne responsable de notre venue dans les lieux aimerait bien qu’on se divise mais ça n’arrivera pas ! Excuse-moi d’avoir agi précipitamment… Je le ferai plus. », terminais-je mon discours avec un sourire amical.

Je cherchais un quelconque point commun avec mes comparses. Le seul que je repérai c’est que je les avais déjà croisés au château. Plus précisément dans ma salle commune. Oui j’étais entourée d’Aigles. Cette info était-elle utile ? Aucune idée.



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Max Valdrak
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Max Valdrak, Mer 22 Nov 2017 - 15:44


Porte passée. J'étais partie. Sans un regard. Sans un signe. Sans un mot. Pas un avertissement. Je me perdais. Dans les pensées. Je n'arrivais plus à refléchir correctement. J'avais vraiment besoin d'air. Et rapidement. Ces gens. Ces lettres. Trop de coïncidences. Pourquoi ce mot? Qu'avais je fait? Je n'avais rien demandé. J'essayais simplement d'avancer. Mais une force semblait vouloir me tirer encore et encore en arrière. Me pousser. Il fallait que je sorte.

Couloirs terminé. Sur le seuil de l'entrée. Un dernier élément à franchir. Une barrière me séparant de la liberté. Une main décidée. Blessée peut-être mais déterminée. Posée sur la poignet. Une brulure. Vive. Trop vive. Mauvais souvenir remontant. Baguette de sortie. Main valide en action. Sort formulé mais rien. Porte encore verouillée.

Soudain la panique monta. Rapidement. Trop rapidement. Je formulais un nouveau sort. Destruction au programme. Dans les pensées. Dans la réalité rien. Magie ne servant point. Un message gravé dans le bois.

Tous présents, porte fermé, à vous de trouver la clé. Une nouvelle porte s'ouvre à vous. Attention à ne pas vous laissez dominer par les émotions. Panique inutile. Énigme sous vos yeux. Un pas après l'autre.

Sans reflechir. Un poing s'écrasant contre le mur. Main valide unique ne l'étant plus. Mouvement difficile. Grimace à chaque mécanique. Une brisée d'un côté et brulée de l'autre. La seconde encore sous le choc de l'impact. Esprit lui en vrac. Voulant de l'air. De la liberté. Pris au piège. Comme un animal en cage. Envie de courir sauter partout. Ceder à la panique. Peu raisonnable. Max il faut que tu restes concentrée.

Retour sur les pas. Retour vers les inconnus et les connus. Tête passée. Pieds sur le seuil. Tête relevé. Une personne au sol.

-On est enfermé. Clé à chercher. Une porte s'est ouverte. Une énigme à résoudre. Laissons nos différents et retrouvons notre liberté. Je ne pense pas qu'être enfermé comme un animal soit de votre goût à tous. N'essayez pas d'ouvrir la porte,
je m'en suis brûlée les doigts au sens propre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aysha Brayd
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Aysha Brayd, Mer 22 Nov 2017 - 19:02


Max était partie. Elle avait franchi la porte, sans doute pour sortir, ce qui était la meilleure décision. Ces lettres étaient idiotes et nous tous avions été idiots de rentrer dans le jeu du corbeau. Je ne savais pas ce que je faisais là, et je savais que je n'avais rien à y faire, d'ailleurs. Comme Max, j'allais prendre la poudre d'escampette. Mered avait abaissé son arme. Elle me jeta un regard, visiblement désolée. Elle avait rangé sa baguette est s'était baissée pour ramasser la mienne, qu'elle me tendit. Quelques excuses. Elle se disait perdue, elle aussi. Les deux autres étaient étrangement détendus. En même temps, il n'y avait pas à paniquer. Nous étions venus, il n'y avait personne. Sans doute la blague d'un Aigle qui s'ennuyait. Désormais chacun allait rentrer chez soi, sans s'affoler. Et moi la première. Je fis un sourire à Mered. Ce n'était rien. Après tout, il fallait relativiser, j'étais seulement tombée par terre et il fallait la comprendre. Les esprits s'échauffaient vite dans de telles conditions. Je me relevai pour sortir moi aussi. Mais avant de pouvoir faire un pas, Max était revenue dans la cabane. Deuxième main en sang et regard qui ne disait rien de bon.

- On est enfermés. Clé à chercher. Une porte s'est ouverte. Une énigme à résoudre. Laissons nos différents et retrouvons notre liberté. Je ne pense pas qu'être enfermé comme un animal soit de votre goût à tous. N'essayez pas d'ouvrir la porte, je m'en suis brûlée les doigts au sens propre.

Quoi ? Donc, nous étions coincés là. Sans moyen de sortir. Cette histoire d'énigme était idiote, complètement. Je n'avais pas envie de m'amuser dans une pseudo chasse au trésor. J'avais peur et la panique montait en moi, je voulais sortir de cette cabane, de cette forêt, et retrouver la civilisation rassurante. La main tremblante, je fixais Max sans pouvoir rien dire. De quelle porte parlait-elle ? Il n'y avait qu'une porte et elle était visiblement verrouillée. Nous étions tous pris au piège.

- Je ne peux pas rester enfermée là, je vous préviens. Je suis claustrophobe. Et puis je panique vite. Alors on va vite trouver cette porte et résoudre cette énigme idiote pour sortir. Il doit bien y avoir un moyen ! On ne va pas se laisser dominer par un corbeau et une cabane !

Les larmes me montaient aux yeux tandis que je sommais les deux autres de réagir. Ils n'allaient pas continuer de les fixer comme des chiens de faïence tout de même ! Fallait se secouer ! Je me mis en quête d'une porte mais j'étais incapable de faire autre chose que de tourner en rond en scrutant fébrilement les murs, sans perdre de vue ce qui faisaient que je n'étais pas seule. Ce qui aurait été encore pire. La panique me gagnait.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Ebenezer Lestrange, Sam 2 Déc 2017 - 17:01


Max voulait pas dire ce qu'elle avait et, honnêtement, cela l'arrangeait bien. Moins il en savait, moins on pourrait lui reprocher. A côté de lui, une nouvelle personne était apparue. Encore une sorcière, il était en minorité. Une sorcière qu'il connaissait rapidement cette fois-ci. Élève, aux ordre du grand Pius, quelqu'un un minimum fiable. La seule a ne pas être plongé en plein drama. La remplaçante de Quidditch semblait secouée parce qu'on l'avait accusée injustement d'être responsable de la sauterie, la rousse était un rottweiler en puissance et Max... Max était clairement out. Il se rendit compte qu'en plus d'être le seul homme, il était le plus âgé. Glauque. Si les aurors débarquaient, la situation pouvait être très mal-interprétée.

Après le petit speech "oskour je suis déboussolée et victime" d'Aysha, la furie s'excusa. Elle parla d'irritation, d'incompréhension, de solidarité, Ebenezer leva les yeux au ciel. Ce la promettait d'être long cette histoire. Et où était passée Max la déjà blessée ? Partie se blesser d'avantage. Vingt points pour Serdaigle. Elle revint avec une histoire d'énigme et de porte close. Ils s'étaient faits avoir comme des bleus, bien sûr qu'ils étaient enfermés maintenant. Et Aysha paniqua d'avantage. Elle allait se dessécher à force de goutter des larmes celle-là.

- Bon, première chose, tout le monde va se calmer. Comme la très bien dit... coup d’œil à la rousse inconnue cette fille, on est tous dans le même bateau et on a tous eu une lettre des plus sympathiques. On s'est aussi tous fait avoir mais c'est un autre problème. Alors maintenant, on respire un grand coup. Être claustrophobe dans une cabane entière ne rime à pas grand chose mais si tu veux, je peux t'assommer Aysha et comme ça tu cesseras de gesticuler dans tous les sens comme une mouche avec une aile en moins. Max, tu vas arrêter de faire n'importe quoi avant de te blesser encore d'avantage. J'te soignerai quand je serai sûr que tu feras plus de c*nneries. Maintenant, l'une de vous a-t-elle quelque chose de constructif à dire ?

Il ressortit sa lettre de sa poche et la relut. Blabla sur des lumières qui guident et sur une pièce secrète. Hmm... Il entreprit de faire le tour de la pièce, tapotant sur chaque mur pour voir s'il n'y avait pas une autre salle derrière l'une des cloisons.
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Max Valdrak, Mar 2 Jan 2018 - 21:49


J'écoutais. Je tournais. Vrillais. Tel un lion en cage. Me retenant de lancer un "Bienvenue au club" à la préfète. Je devais rester calme. Mais comment l'être quand tout s'écroule. Quand le piège se refermait. Non je ne voulais pas être la proie. Pas ce petit animal sans défense qui ne sait pas s'imposer. Le masque était à terre mais j'étais toujours debout. Là, à faire les cent pas. A chercher une issue. Une aide. Un détail n'importe quoi qui pourrait être utile.

L'ombre avait prit la parole. J'ignorais sa remarque concernant mes blessures. Il ne voulait pas me soigner soit. Je le ferais seule. Comme je l'ai toujours fait. Soigner mes plaies et mes blessures. Certains étaient plus simples que d'autres à panser. N'ayant jamais été très douée en médicomagie, je me baladais un kit de premier secours moldu. Cela n'était pas aussi efficace que les potions ou les sorts mais cela aidait. Cependant certains blessures ne pouvaient pas se soigner comme cela. D'un coup de baguette magique ou avec un pansement. Elles sont à l'intérieur. Elles sont plus difficiles à guérir. Personne pouvant aider. Je ne pouvais que les ignorer. Un jour peut-être elles disparaitront.

En attendant, tout en marchant. Allant de la porte d'entrée à la pièce et inversement. Main dans la poche. Je recuperais un bandage. Une petite pause pour le poser. Avant d'en prendre un second. Recommencer l'opération. A l'arrêt, je sentis un très léger courant d'air. Comme venant d'une aération. Je le suivis. Mains frolant les murs. S'arretant sur une poignet. Essayant de l'ouvrir. Ech...Victoire? Attendez. La porte venait de s'ouvrir. De la lumière. Une magnifique voute de verre. Un pilier au centre de cette pièce très douce dans ces couleurs. Une forme circulaire originale. Bureau. Meubles de rangement. Tableaux. Et même un balai sur des côtés et une armoire à potions.

Je ne pris pas le temps de détailler plus cette pièce avec ce pilier central assez intriguant. Je retournais voir mes camarades. Voyant l'ombre tenir sa lettre. Je posais la mienne dans ses mains.

-Tiens cadeau, elles ont peut-être un lien. On saura sûrement plus en visitant la pièce ronde. C'est la porte ouverte dans le couloir. Je viens seulement de la voir. En faisant mes bandages

Derniers mots pour le fantôme. Je connaissais son nom. Mais je me plaisais plus à le surnommer ainsi dans mes pensées. Il ne pouvait pas le deviner. Personne ne le pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aysha Brayd
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Aysha Brayd, Mer 3 Jan 2018 - 12:14


Je n'arrivais pas à comprendre comment les deux silhouettes pouvaient rester là, immobiles, alors que nous étions enfermés dans une cabane au fin fond d'un forêt. Personne ne pourrait jamais nous retrouver. Nous n'avions pas à manger. Nous allions sans doute mourir de faim, de soif, ou après s'être entretués dans cet endroit lugubre.

Ebenezer me rabattit le clapet aussi sec. La comparaison à une mouche uniailiste ( oui oui ) me fit me taire et je l'observai un instant, bouche ouverte. Bon. Il n'avait pas vraiment tort. La panique ne servait à rien du tout. Je me calmai, silencieuse, tandis que le capitaine tâtait les murs à la recherche d'une éventuelle porte de sortie. J'avais beau me dire que c'était la meilleure chose à faire, j'étais incapable de bouger. Trop de questions se bousculaient dans ma tête. Pourquoi ? Pourquoi des Serdaigle, pourquoi des membres de Poudlard ? Pourquoi ces lettres ? Ebenezer en avait une lui aussi, dans les mains. Je sortis la mienne à nouveau mais elle restait obscure. Il y était mentionné un personnage qui de toute évidence était absent. J'avais peur de ce que je pouvais trouver, et les pires scénarios me parvenaient comme une déferlante de terreurs. Soudain, Max déboula dans la pièce principale de l cabane, un bandage autour de la main. Elle déposa sa propre lettre dans les mains d'Ebenezer et parla d'une pièce ronde. Une porte ouverte dans le couloir. Elle parlait pas phrases très courtes, sans verbes parfois. Ça lui donnait l'air d'être folle. Mais dans cette situation, plus rien de paraissait normal, plus personne ne paraissait sain d'esprit. Entre folle qui cognait les murs, Mered qui avait l'air de prendre un malin plaisir à agresser les gens - moi en tout cas - et les deux autres qui restaient plus détendus que sur une plage à Miami. Et je ne devais pas être mal non plus, dans le genre.

Alors pourquoi se méfier ? C'était peut-être la seule issue.

Je suivis Max dans le couloir. Effectivement, une porte était ouverte. Une lumière se dégageait, et m'appelait comme le chant d'une sirène. De la lumière ! L'obscurité me poussait vers cette porte, et je pénétrai dans la pièce, clignant des yeux. Cela n'avait aucun sens. Je ne comprenais pas comment une telle pièce pouvait se trouver dans une cabane délabrée au fond d'un forêt. Je perdais sans doute la tête. La pièce était ronde et grande. Un pilier, qui avait l'air sorti de nul part, trônait en son milieu. Et des meubles. C'était un endroit rassurant. La voûte en verre laissait apparaître le ciel, elle était pourtant invisible de l'extérieur. Je me mis à marcher le long des murs en observant les meubles. Il devait y avoir quelque chose. Une autre porte. Un indice. Une clé. Nous devions fouiller la pièce de fond en comble.

"Il doit y avoir quelque chose. la clé pour sortir, je ne sais pas, une autre porte, un indice, quelque chose !"

Je m'attendais à chaque pas à voir débouler quelqu'un, un sorcier masqué et armé. Ou à trouver un cadavre sous un tapis, dans un tiroir. Je frissonnai. Qu'est-ce qui me reliait aux quatre autres ? A part la maison, je ne voyais pas. Nous nous connaissions à peine, voire pas du tout. Nous n'avions pas les mêmes centres d'intérêt, pas tous le même âge. Pourtant nous avions forcément un point commun, celui qui nous avait amené ici. Quelque chose qui nous liait. Quelque chose que nous allions devoir découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Mered Adand, Lun 8 Jan 2018 - 16:48


La paix fut déclarée entre ma préfète et moi-même. Pas d’autres animosités dans la pièce entre les aigles, on avait dû être victime d’une blague de mauvais goût, probablement l’œuvre d’un Serpentard pour changer. Rentrons chez nous et bravo pour la frayeur petit plaisantin, on a failli y croire et céder à la panique. Max fut la première à décamper, ce n’avait pas anticipé son retour et encore moins ses propos. Comment ça on est enfermé ?! L’histoire prenait une drôle de tournure…

La maison devenue prison, j’essayai de m’en extraire. D’abord en tentant d’en ouvrir les fenêtres manuellement, sans succès, puis à l’aide de ma baguette, nouvel échec. Très bien, la force ne me serait d’aucune utilité pour m’évader, seul mon cerveau pouvait me sortir de cette situation délicate. Nos cerveaux même, à cinq on y arriverait. Un groupe de Serdaigle fasse à une énigme, notre bourreau avait mal choisi le terrain de jeu, nous étions les experts du genre.

Le plus âgé calma les tensions et se posa comme une sorte de leader. Pour un homme, j’avais envie de l’écouter rien que pour le fait qu’il venait d’aligner plus de trois mots sans dire de la m*rde. Ce qui était sûr c’est que rester planté ne servait à rien pour faire avancer le problème. Réunir nos lettres ? Bon début Max. Je sortis la mienne et là joignis aux autres déjà présentes avant de me diriger vers la salle circulaire pour rejoindre Aysha. Marquant une pause devant la porte, je me permis de réveiller mes camarades de calvaire.

« Vous comptez rester ici et faire la sieste où on va fouiller l’autre pièce pour rentrer chez nous ? Perso, j’ai pas envie de dormir. »

La baraque était pas mal mais de là y vouloir y rester pendant des jours il y avait une marge. Je glissai le long du couloir et retrouvai Asysha en train d’inspecter murs et meubles. Je l’aurai bien aidé mais comment s’y prendre quand vous ne savez pas ce que vous cherchez ?

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Daemon Stebbins, Sam 17 Mar 2018 - 9:08






Soirée à la moldue...

Loredana Sparks
  Daemon Stebbins
“Une journée est une semence d’éternité,
et nous sommes ses jardiniers. ” ♫♫♫


Je devais rejoindre d'abord Loredana chez elle pour finir son installation dans son appartement. Nous avions attendu un peu avant de l'aménager qu'elle est reçu sa paie de la boutique d'animaux magique. Il fallait dire qu'en dehors de la cuisine était aménagée, il n'y avait rien. Et puis, je ne pouvais pas la lâcher plutôt là-bas parce qu'elle avait eu besoin de tout apprendre au sujet des habitudes moldus et de l'utilisation des divers appareils et mode de fonctionnement de leur vie. Oui merci à ses parents de l'avoir isolé jusqu'à son entrée à Poudlard et sans rien ne lui enseignait des moldus mais aussi de certaines choses pour lesquelles, sa pseudo mère adoptive n'aimait pas et n'acceptait pas. Cependant nous étions au XXII ième siècles et une telle manière de pensée n'avait pas sa place et surtout était complétement désuète à notre époque.

J'avais donc laissé ma brunette partir devant à Londres parce que j'avais encore une réunion en ce vendredi soir avec la nouvelle directrice de gryffondore Aewera Drabyssae et ce cher Ulysse. Au final, celle-ci avait duré un peu plus de deux heures pare qque forcément il fallait revoir l'organisation et la manière de fonctionner. Enfin, c'était fini. Je repassais rapide par le dortoir afin de récupérer mes affaires et une surprise que j'ai pour Lo mais que je lui donnerais qu'à la fin de cette soirée. Cette soirée est importante comme chaque moment que je passais avec ma brunette mais surtout parce que c'est la première fois que Lo va agir entièrement comme moldue et surtout diriger toute l'opération. Ainsi nous pourrions voir où elle avait encore des soucis et sur quoi. Elle avait à présent reçu ses papiers et ses moyens de paiement moldus.

Je sortais des dédales du château pour traverser le parc et me rendre devant les grilles. Là enfin je transplane dans la zone du chemin de traverse. Je pénétrais dans le chaudron baveur que je traversais en saluant les sorciers présents. Je me pressais parce que ma rouge et or me manquait trop. Je fendais la foule et allait prendre le métro pour me rendre dans son quartier  à Camden town. C'était un coin plutôt sympa où l'ambiance animée devait enchanter ma brune. Il y avait souvent de la musique à cause des divers clubs présents dans le coin. Heureusement pour moi, Lo habitait prêt d'un club de Jazz ce qui était nettement plus agréable pour ma part. J'aimais cette musique qui était toujours un plaisir pour mon cerveau. J'arrivais enfin devant l'immeuble et pénétrais dedans. Oui je connaissais le digicode, chose normal, l'appart était après tout à mes parents et surtout ma petite amie me faisait quand même confiance.

J'étais devant la porte et je sonnais. J'entendais les pas de ma gryffondore et qui se pressait de venir m'ouvrir. A il faut vous dire que pour la surprise je l'avais cachée grâce à un sort mais elle restait quand fragile à l'intérieur de mon sac. Je pénétrais  l'intérieur et avance déposant mon sac près de la petite table qui servait pour les repas. Je me retournais et attrapait Lo dans mes bras donnant l'impression que je ne l'avais pas vu depuis Mathusalem. Cette semaine a été chargé entre les colles, les rondes et la préparation des activités. Je dévorais donc sa bouche avec avidité comme toujours. Jamais je ne pourrais me lacer de nos baisers et de nos moments intimes. Sans m'en rendre réellement compte, je l'avais collé au mur. Et tandis que ma langue explorait sa bouche, une de mes mains partait se balader sous son petit haut me permettant de savourer la douceur de sa peau. Je me détachais de ses lèvres, posant mon front contre le sien tandis que mes doigts continuaient leurs diverses arabesques sue sa chair et soufflant en plongeant dans ses yeux océans :

- Tu m'as manquée. J'ai l'impression de ne pas t'avoir vu depuis des jours alors que nous nous sommes seulement quittés dan la grande salle après le repas de midi.

Je me penchais et embrassais son cou, laissant ma langue vagabondait sur le long de sa jugulaire. J'avais faim d'elle encore et toujours. Ce qui provoquait toujours des frissons chez elle. Cependant je savais qu'il fallait que je me maîtrise parce que sinon jamais nous ne ressortirions d'ici avant la fin du week-end. Et elle me tuerait car ce n'était pas le but de notre venue ici. Je me détachais à contre cœur et regardait les avancées.

- Alors tu te sens bien dedans ? Il n'y a pas de soucis ? Si c'est le cas, j'en parlerai au propriétaire, je le connais très bien et depuis longtemps.

J'observais les quelques objets présent mais c'était quand même bien vide.

- Tu avais raison, ça a besoin d'être personnalisé. Je peux déposer mon sac là-haut avant qu'on y aille ?

Je reprenais mon sac et le déposais dans la mezzanine. J'en sortais la surprise et la déposait délicatement. C'était assez grand et encombrant sauf que je savais que je tapais juste. Je vérifiais son contenu, tout allait bien. Je redescendais rapidement et demandais :

- C'est bon t'es prête ? Alors je t'annonce un truc. Certes je vais te mener dans les boutiques sympas pour faire des achats. Mais en prime ce soir, on ira manger dehors et faire un cinéma. Et le truc le plus fou, 'est que c'est toi qui prendras tout en main. Réservation des tickets avec ton portable, choix du resto et du ciné et cerise sur le gâteau, la note sera réglée par tes soins avec ta nouvelle carte. Tout cela sans mon intervention évidemment. Elle n' est pas belle la vie ?

J'éclatais de rire en voyant sa réaction..


Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Loredana Sparks, Sam 17 Mar 2018 - 10:57



Le repas du midi avait été de courte durée. Elle avait abandonné Daemon pour se rendre dans son appartement où elle passerait le week-end en compagnie de son petit-ami. Lui avait encore des obligations de préfet avant d'être enfin libéré. Elle savait ce que c'était ce genre de réunion, alors elle avait préféré partir avant, ne voulant pas rester à Poudlard sans rien faire en attendant que monsieur ait terminé. Elle était d'abord  retournée à la salle commune chercher Sydney et de quoi nourrir ses animaux. Elle ne voulait pas les laisser seules cette fois-ci. Sa chouette était déjà partie devant. Elle était assez autonome pour savoir où elle allait. Puis elle avait poussé les grandes portes de sorties afin de quitter l'école pour le week-end et s'était rendue en direction des grilles pour pouvoir transplaner jusqu'à Londres.

Daemon lui avait bien enseigné comment s'y rendre en métro, un transport en commun moldu. Ce n'était pas bien compliqué, mais elle avait toujours cette petite boule au ventre lorsqu'elle se rendait dans une station seule. La présence du rouge et or la rassurait toujours, mais lorsqu'elle était seule, c'était tout autre chose. Malgré tout, elle s'en sortait comme une chef et avait rejoint le quartier de Camden Town en quelques minutes seulement, Joy l'attendait déjà. Elle était contente de se trouver dans ce genre d'endroit. C'était animé, plein de vie, tout ce qu'elle aimait. Elle avait besoin d'un peu de gaieté. Même si elle ne se sentait pas malheureuse, elle était toujours un peu amère vis à vis de sa famille, mais elle essayait de ne plus trop y penser.

Arrivée dans l'appartement, elle avait laissé sa chouette et son chat prendre leurs marques, en espérant qu'elles soient aussi sages que dans les dortoirs des filles. Elle avait déjà amené quelques affaires dans ce logement, des vêtements notamment afin qu'elle ne manque de rien quand elle passait ses week-end ici. Elle avait d'ailleurs décidé de se changer avant l'arrivée de Daemon. Pour une fois, elle allait laisser sa jupe pour un jean afin d'être plus à l'aise puisqu'ils allaient passé la soirée dehors et elle était sûre de ne pas avoir froid comme cela. À peine avait-elle terminé que quelqu'un sonnait à la porte. C'était sûrement lui. Elle s'empressa d'aller lui ouvrir, il était enfin libéré de ses devoirs de préfets et elle allait enfin pouvoir passer son week-end seule avec lui. Il semblait être également de cet avis, puisqu'une fois la porte ouvert, il posa son sac et pris la jeune femme dans ses bras, comme s'il ne l'avait pas fait depuis des jours. Il l'embrassait de manière passionnée, poussant Lore a se retrouver entre le mur et lui tandis que sa main passait sous son t-shirt. Elle se laissait faire, voulant elle aussi profiter de ses petits moments qu'ils pouvaient rarement se permettre à Poudlard, tout cela n'étant pas vraiment autorisé.

- Tu m'as manqué aussi, c'est pour ça que je ne vais pas te lâcher du week-end, je vais être un vrai pot de colle.

Elle se mit à rire et profitait encore du contact physique qu'il lui offrait et qui étaient si agréables. Malgré tout, il n'était pas encore l'heure de s'enfermer ici, ils avaient un programme et Daemon tenait à ce qu'il soit respecté. C'était la raison pour laquelle il avait fini par se détacher d'elle avant que cela ne dégénère. C'est bien, il progressait de ce côté-là. D'habitude, elle passait son temps à l'arrêter et à lui rappeler leurs buts premiers. Aujourd'hui, elle n'avait plus besoin de le lui rappeler, il le faisait de lui-même.
Il avait remarqué que l'appartement n'était pas vraiment remplie, il manquait encore quelques petites choses afin de le remplir un petit peu et que ce soit beaucoup plus agréable.

- Tout va bien pour moi, tu pourras dire au propriétaire que tout va bien, même si une certaine présence masculine me manque bien trop souvent...

Elle le laissa poser son sac et il était temps pour eux de partir. Il lui parla du programme de la soirée en précisant bien que c'était Lore qui devait tout faire aujourd'hui. Elle l'avait regardé d'un air inquiet. C'était la première fois qu'elle allait tout faire toute seule et elle angoissait carrément...

- Oui, mais.... Tu ne me laisses pas hein ? Si tu vois que je galère trop, je ne veux pas que tu me laisses dans l’embarrât, je t'en voudrais trop !

Elle était montée chercher un sac et son téléphone dont elle ne se servait jamais. Elle avait hésité à laisser sa baguette, mais non, impossible pour elle de sortir sans elle. Elle avait pris sa nouvelle carte bleue et tous ses papiers d'identités histoire d'être une vraie moldue. Peut-être même qu'un jour elle passerait son permis moldu qui sait ?
Elle souffla un bon coup et invita Daemon a quitté l'appartement. Par chance, il faisait beau ce soir-là, ça allait être bien plus agréable pour eux-deux.

- Bien, on peut commencer. Bon, je ne connais pas le quartier, je n'ai pas encore eu l'occasion de m'y promener seule. Je pense avoir plus de chance une fois que j'aurais quitté Poudlard ! On commence par un magasin de décoration, parce que c'est ce qui manque le plus dans cet appartement. Il a besoin d'un peu de vie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Daemon Stebbins, Sam 17 Mar 2018 - 18:53






Soirée à la moldue...

Loredana Sparks
  Daemon Stebbins
“Une journée est une semence d’éternité,
et nous sommes ses jardiniers. ” ♫♫♫


Visiblement Loredana avait déclaré qu'elle serait un vrai pot de colle. Je lui avais fait un grand sourire et surtout déclaré en regardant son corps de bas en haut sans me gêner et avec une faim qui commençait à se voir au niveau de mon pantalon ce qui démontrait parfaitement mon état d'esprit face à ses mots à cette seconde. Je lui soufflais :

- Si tu agis ainsi, je te promets que je n'attendrais pas notre retour pour te faire gémir avec mon corps sans vergogne et même avec un sort insonorisation, les voisins pourraient profiter de ta douce voix. Donc ne me tente pas. Tu sais que j'ai du mal à me contenir face à tes formes qui me rendent dingue.

Ma gryffondore me laissait respirer alors. Chose qui valait mieux de mon point de vue. Enfin c'était ce que je croyais. Mais la demoiselle voulait s'amuser à me faire perdre mon self contrôle.

- Loredana, je t'en prie ne me tente pas plus que ça.

La rouge et or comprenait cinq sur cinq le message. Puis nous étions partis alors que je finissais de la préparer pour sa mission.

- Ne t'en fais pas. Tu t'en sortiras. On s'est suffisamment entraîné durant les dernières semaines. Tu te rends quand même compte que j'ai du jouer à la marchande, un jeu moldu pour fille, pour te faire comprendre les moyens de paiement et leur fonctionnement. Vois jusqu'où je suis prêt à me dévouer pour ta charmante personne. Cela mériterait une énorme récompense.

Je n'avais nul besoin d'être plus expliciter. Elle savait que je la désirais elle, toute entière dans ce lit qui se trouvait là-haut. Je la voulais corps et âme à ma merci et sans concession possible.

Ma brunette était partie prendre ses affaires. J’espérais qu'elle ne verrait pas mon cadeau d'installation pour elle. La fameuse pendaison de crémaillère que je voulais en comité très très restreint. C'est à dire juste elle et moi. Les amis viendrait une autre fois.

- Ne t'en fait pas. Je ne te quitte pas. Cependant interdit de te reposer sur moi. Maintenant en route où je ne répondrai plus de moi.

On quittait l'appartement. Camden Town est très pittoresque et unique en son genre suffit de voir certains magasins ici ou là Le genre d'endroit parfait pour ma merveilleuse petite amie.

Je l'entrainais donc dans le dédale des magasins et entrais dans la première boutique de déco

- Ici, tu devrais trouver ton bonheur. C'est l'un des magasins les plus populaires. Ils ont vraiment de tout et dans tous les styles. Tu recherches quoi comme genre ?

Je l'observais tandis qu'elle ne devait pas savoir où commencer...



Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Loredana Sparks, Lun 19 Mar 2018 - 13:48





Elle souriait. Parce que ce qu'elle disait le faisait réagir et c'était ce qu'elle souhaitait. Elle savait que ce n'était pas vraiment compliqué et elle en jouait beaucoup. Et encore davantage quand elle savait à quel point elle lui manquait. Elle avait décidé de ne pas écouter les mots qu'il lui disait afin de ne pas montrer que ça la déstabilisait toujours autant. Aujourd'hui, elle avait autre chose en tête : Elle allait passer une soirée entière à jouer à la moldu. Dit comme ça, c'était carrément bizarre, mais c'était la réalité. Ayant grandi loin d'eux, elle ne savait jamais comment s'y prendre, comment réagir. Tout ce qu'elle avait fait en compagnie de moldus c'était boire, boire et encore boire, tout en payant parfois avec le peu d'argent moldu qu'elle était parvenue à se procurer. Néanmoins, la plupart du temps, elle ne dépensait rien, son physique avantageux faisait qu'elle avait toujours tendance à se faire payer les verres. N'allez pas croire qu'elle le faisait exprès, elle ne jouait pas de son corps pour cela, elle se respectait trop pour ça. Malgré tout, elle se sentait seule et un peu de compagnie ne lui avait jamais fait de mal, surtout qu'elle avait toujours décidé de ce qu'elle faisait.

Elle avait ri lorsque Daemon lui avait rappelé que, pour elle, il avait dû jouer le marchand pour qu'elle s'entraîne à payer avec de l'argent moldu et surtout pour qu'elle ne passe pas pour une folle à avoir la tête d'une personne qui ne sait pas ce qu'elle fait. Non, il avait fallu qu'elle corrige ça et Daemon ne l'avait pas lâché tant qu'elle n'était pas convaincante. Il était très têtu, mais elle l'était aussi et n'avait pas pu s'empêcher de râler, de souffler à chaque fois que celui-ci la faisait recommencer. Elle serrait parfois les dents, ne cédant pas à l'envie de lui lancer un sortilège qui lui collerait la langue au palais. Mais malgré tout, elle avait continué et ça avait fini par marcher, même si c'est yeux montraient encore trop d'angoisse au goût de son petit-ami, mais disons que c'était correct selon lui.

- Tu n'auras aucune récompense tant que je n'aurais pas eu la preuve que ces efforts n'étaient pas en vain, avait-elle dit.

Elle était consciente qu'il n'allait pas tout faire à sa place, sinon elle n'apprendrait rien. Elle espérait simplement que ces simulations allaient servir à quelque chose. Elle avait confiance en Daemon, elle savait qu'il ne la laisserait pas se vautrer. Après tout, elle n'allait sûrement pas être parfaite du premier coup. Le quartier était vraiment super, elle était ravie finalement que Dey ait pu lui louer cet appartement. Au début, elle avait uniquement accepté pour lui faire plaisir et parce qu'elle savait qu'il avait été blessé de ne pas avoir été mis au courant par elle-même qu'elle n'avait pas de maison. Elle avait accepté pour qu'il ait la preuve qu'elle n'avait pas fait cela par manque de confiance en lui. Elle espérait d'ailleurs qu'il avait compris tout cela.

Elle le laissait la guider pour l'emmener dans l'une des boutiques de décorations du coin. Il semblait connaître l'endroit comme sa poche. Il pénétra dans l'une des boutiques. Il lui avait demandé ce qu'elle souhaitait comme style. À vrai dire, elle n'y avait pas du tout réfléchi, elle balayait l'intérieur du magasin du regard à la recherche de quelque chose qui pourrait attirer l’œil. Beaucoup de choses lui plaisait, d'autres un peu moins. Elle voulait surtout se sentir bien dans son appartement, qu'il soit agréable à vivre. Qu'elle se lève le matin en étant contente de son petit nid.

- Il y a beaucoup de choix. Je serais plutôt pour quelque chose de moderne, des couleurs claires, pastelles aussi, pourquoi pas, que l'appartement soit lumineux, qu'il donne la pêche, tu vois ce que je veux dire ? Le total inverse du manoir des Sparks qui donne plus froid dans le dos qu'autre chose.

Avec un peu de chance, Dey aurait quelques connaissances à décorations et n'aurait pas de mal à la conseiller.

- A défaut de ne pas t'avoir prés de moi, je souhaite quand même me réveiller de bonne humeur le matin et pour cela, il faut que l'ambiance qui régnera soit des plus accueillantes possibles.

La luminosité était très importante pour se sentir bien. Elle n'était pas inquiète pour le jour, mais le soir, elle voulait tout de même un joli éclairage et une lampe plutôt originale pour ne pas rester sur les objets trop basique, même si cela ne la dérangeait pas plus que ça. Elle prit Daemon par la main et s'arrêta devant une lampe qui semblait lui faire de l'oeil depuis tout à l'heure. On aurait dit une sorte d'arbre lumineux. Lore en appréciait le design.

- Qu'en penses-tu ? Je me demande si l'on ne va pas être obligé de faire plusieurs aller retour pour tout porter...

Eh oui, elle ne pouvait pas utiliser la magie.

- Tant qu'on est dans la déco aussi, on pourrait prendre une plante verte et des cadres sympa pour que ce soit moins tristounet et je tiens à avoir une photo de toi et de moi alors il faudra passer chez un photographe, si tu es d'accord !

Elle ne s'était pas rendue compte qu'elle avait utiliser le « on » à la place du « je ». Pour elle, c'était simplement évident que même si Daemon ne vivait pas avec elle, qu'il puisse lui aussi donner son avis, parce qu'il était évident pour elle qu'il la rejoigne une fois qu'il aura obtenu son diplôme. S'ils étaient encore ensemble, bien évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 9 sur 12

 Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.