AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 12 sur 14
Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Kohane W. Underlinden, le  Sam 14 Juil 2018 - 13:01


   
 Ce post a été écrit à l'envers. D'abord la fin puis le début. Okay, c'est pas intéressant. Mais j'avais envie de le dire, alors je le dis :mm:

 

Agacement partagé, tension dans l’air. Je n’étais pas venue pour ça. J’étais venue pour pas grand chose, à dire vrai. Juste marcher, me perdre, j’aime me perdre, réfléchir, me perdre encore.
J’étais venue pour tout. Sauf pour ça.
Soupir contenu d’un côté comme de l’autre.
Arrêter un instant la marche pour se retourner vivement aux premiers mots ; l’heure n’est plus au dialogue ambulant. Préférer faire face, complètement, statique. Air pincé. Ne pas aimer le jugement des autres, n’avoir jamais aimé le regard des autres, à fortiori lorsque les autres ne nous connaissent pas ou si peu. Je pourrais faire de l’ironie mordante, traitant le vis-à-vis de jaloux de ne pas avoir été gâté par son histoire, par la vie, par sa famille ou je-ne-sais-quoi. Mais en vérité, je n’en sais rien. Ce que je sais, c’est que, oui, j’ai été aimée, oui, j’ai été élevée en fille unique, choyée par des parents au cœur trop grand, trop gros, trop généreux, qu’il m’ont donné tout l’amour que des parents pouvaient donner à leur enfant et que je n’ai jamais su le leur rendre ; j’ai voulu m’extirper de leurs griffes sans jamais avoir regardé en face tout ce qu’ils avaient fait pour moi. Et quand j’ai voulu me retourner, c’était trop tard, leur belle image s’était déjà fissurée. Est-ce ça, qu’on appelle gâtée ? Si c’est le cas, alors soit. Qu’est-ce que j’y peux ?
De toutes façons, la vie s’est bien chargée de tout me reprendre pas après pas. Quelques blessures et y jeter un peu de gros sel pour bien les faire passer.
Et là encore, qu’est-ce que j’y peux ?
Les seules choses que j’ai pu faire, ont été de me relever, panser les plaies, avancer.
Mais on ne change pas le passé, on ne change pas les coups reçus ou l’éducation dans laquelle on a été bercé.e. Alors, peut-être que j’ai été élevée en enfant gâtée -sans doute- j’étais le plus précieux trésor de mes parents, encore plus après avoir perdu un fils. Et, d’un côté, je ne peux pas leur en vouloir.
Tels sont les faits. Et je n’ai rien à y répondre.
L’autre en vient à parler de mon frère étoilé. Et un léger rire ironique s’échappe de mes lèvres alors que mon visage se crispe légèrement.

-Si t’en viens à penser ça, c’est que tu n’as pas bien saisi qui était mon frère. Il n’est pas assez faible ou influençable pour que j’exerce un quelconque poids sur lui. Il est qui il est, je suis qui je suis. Lorsque nous sommes ensemble, nous sommes un tout, et séparés, nous sommes des particules distinctes. Mais la particularité du tout, c’est de ne pas être deux corps mais un seul ; nous fonctionnons ensemble lorsque nous sommes réunis et en tant qu’un seul et même corps, il est impossible de parler d’influence de l’un sur l’autre puisqu’il faudrait pour cela deux êtres. C’est simplement que, sortis de ce tout, nous n’avons pas la même histoire, les mêmes envies ni la même personnalité.

Hausser les épaules, presque sur le ton de l’évidence. J’ignore qui est mon frère sorti de notre amour astral, tout comme il ignore qui je suis en dehors de nos rencontres. Et lorsque nous nous voyons, il y a toujours quelque chose de différent qui se met en place chez nous, nous permettant de se retrouver de le vaste puzzle qu’on s’est nous-même construit et duquel l’un et l’autre est la pièce manquante. C’est uniquement par ce moyen qu’on peut se sentir pleinement heureux, ensemble. C’est grâce à ce changement qu’il est mon souvenir de pur bonheur auquel je m’accroche à chaque patronus. C’est ce tout que nous formons qui nous permet de vivre de folles aventures, volant parmi les étoiles et se sentir, pour une fois, pleins. Mais cette relation est, en soi, indescriptible par des mots ou devient en deçà de la vérité ; il faut la vivre, pour savoir. Et ne pas se contenter du bien plat et trivial vocabulaire d’influence ou de tirer vers le bas. Que les gens le veuillent ou non, un amour cosmique est bien au-delà de tout ce dont on a l’habitude.
Laisser couler le reste des mots, comme l’eau sur les rochers ; ça finirait par les éroder, pas si on en sort les rochers avant, et je compte bien me sortir moi-même de l’eau avant de finir creusée à leur image.
Laisser parler, sur la responsabilité des actes ; je pourrais m’agacer mais je me dis que, finalement, le jeu n’en vaut pas la chandelle et que l’autre ne connaît rien de moi. Je revois Alice, qui me disait que la première chose à faire était d’assumer mes choix, mes décisions, mes acceptations et mes refus. Je lui ai dit que je le ferais -j’essaierais. Et, depuis, c’est ce que je m’emploie à faire. Pas à pas, assumer les cailloux que j’ai laissés. Cesser de me plaindre de mes propres choix et courir moi-même après ma Liberté. Ca n’a pas toujours été facile, de se faire face dans le miroir ; mais j’ai tout assumé et je continuerai d’assumer.
Les poings se crispent sur les dernières paroles, entre colère contenue et forte vexation. Qui est-il pour juger de la sorte ceux qu’il ne connaît pas ?
Respirer, pour rester calme ; rappel en flash des exercices d’occlumancie qui ont forcé à la tranquillité du corps et au calme de l’esprit. Entre inspiration et expiration.
Lancer un regard froid, ne pas chercher à répondre à de l’acide par de l’acide parce que je suis lasse. Pourtant, j’aurais aimé dire que je ne suis pas qu’une représentation. Je ne suis pas un simple fantôme qui se contente de refléter ce qui est. Je ne fais pas doublon, je ne re-présente pas. Je suis. Même si j’ignore encore qui, précisément. Je suis. Et je suis vivante, ça, j’en ai la certitude. Je vis et mon cœur bat.
Néanmoins, je ne raconte rien de tout ça, me contente de déglutir légèrement, puis :

-Oh, parfait -ironie- dans ce cas, je crois que nous n’avons plus rien à nous dire. Mais saches que d’autres croient en moi. Des gens que j’admire.

Elle croit en moi, elle me fait confiance.
Elle m’a toujours poussée à aller au-delà de moi, construire ensemble notre monde qui, à cet instant-là, me manque terriblement, un monde grand et chaotique, un monde où nous nous sentons en vie, l’une avec l’autre.
Elle m’a beaucoup appris -m’a tout appris. Et, à chaque fois qu’elle pose le regard sur moi, je sais, je sens qu’elle croit en moi. Cela me suffit.
Pour ce qu’on a apporté l’une à l’autre,
Pour ce monde que nous aimons construire à chacune de nos rencontres,
Pour cet être délicieux qui me fascine et m’a toujours aidée à avancer

-Je leur donnerai raison.

Un ton sans hésitation. Je sais que pour elle, je serais prête à tout. Parce qu’elle a tant fait pour moi. Touchée par son intérêt, par sa confiance -autant que je lui fais confiance- je ne ferai jamais rien pour lui donner tort. J’aimerais qu’elle puisse se reposer sur moi autant que je repose sur elle. Et donner corps à ce monde dont nous rêvons.
Un regard tendu et faire volte-face, tourner le dos, ruminer un peu, recommencer à marcher, sans trop se préoccuper de savoir ce que fais l’autre.
Ne pas vouloir répondre davantage aux blessures provoquées parce que




Dans la vie, tu rencontreras beaucoup de c*ns.
S’ils te blessent, dis-toi que c’est la bêtise qui les pousse à te faire du mal.
Ca t’éviteras de répondre à leur méchanceté. Car il n’y a rien de pire au monde que l’amertume et la vengeance.
Reste toujours digne et intègre à toi-même.

(Persepolis)


Alors, se contenter de s’éloigner, tranquillement.
Sortir le rocher de l’eau avant qu’ils ne s’érode complètement.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Dim 15 Juil 2018 - 15:54


Elle n’est pas digne.
Et dans la réalisation, les mots se perdent, s’érodent, se distancent. Quelque chose comme un éloignement pincé, non pas meurtri. Davantage énervé. Est-ce de la colère dans le corps de l’Ombre ? L’on n’écoute pas sa réponse concernant ses amours astrales, il n’y a pas de pertinence. La construction idéologique ne se fait pas sur l’amour, mais sur la détermination. Et en la contemplant, en discutant avec elle par le biais d’un masque, il y a quelque chose qui se fissure. Un arrière-goût intransigeant d’amertume, alors que l’Enfant, s’éloigne, et que l’on ne retient pas des mots. Un caquètement sardonique, en réponse au sien. Provocation pour provocation, l’on n’allait pas refuser l’honnêteté, surtout dans cet état d’agacement. Quitte à lui imposer la face dans le purin du monde : « - On croit en moi parce que je suis quelqu’un d’exceptionnel. C’est vrai, j’ai une vision tellement juste du monde qui m’entoure ! D’ailleurs, j’ai rencontré pleins de personnes qui m’ont confirmées ma vision. Certaines d’entre elles avaient un masque et c’est à leur masque seul que je me donnerais toute entière, les autres sont que des méchants qui ne comprennent rien. »

Imitation du ton, de la voix, de la posture. Demeurer à portée d’oreille mais non de vue : nulle besoin, elle s’est détournée. Enfant capricieuse, elle ne voudra pas en entendre davantage.
Alors que l’on a encore à dire, quelque chose qui presse, qui gronde. Que l’on sent dans les yeux des picotements, tandis que les mots se forment :

« - Je ne peux pas te faire confiance. Et le verdict est comme un coup de poing tranchant dans les tripes. Tu ne comprends pas, ne cherche pas à comprendre. Qu’importe les mots, tu es si entêtée sur ta petite personne que tu ne peux que mener notre Cause à sa perte. Remets-toi en question. »

Tu n’es pas digne.
Et dans une crispation des sentiments, transplaner.


__________________
HRPG

Fin du RP
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Jeu 20 Sep 2018 - 19:18

RP avec 84


Je marche lentement le regard dans le vide, ma main tremble de rage, mais je l'ai dissimulée soigneusement dans ma manche, ainsi j'avais donc échoué à accomplir ce à quoi j'avais tant œuvré durant toutes ces années. La nuit était belle en plus, la pleine lune brillait de son éclat, cela aurait été le décor parfait, ça doit être mon petit coté théâtrale qui s'exprime. J'avais tout prévu depuis mon entrée à Poudlard, absolument tout, le crime aurait été parfait. J'avais endossé avec presque sans aucune fissure le rôle de la gentille fille sociable, souriante et bonne élève, sans trop d’exagération non plus. Puis je m'étais renseignée un maximum sur les sortilèges interdits, bien évidemment j'avais concocter du poison en roue de secours, au cas où j'échouerais à le lancer le moment fatidique.

Pour au final de ne rien faire.


Poussant un cri de rage je saisis les potions que j'avais soigneusement préparées, avant de les lancer avec force contre le mur d'une maison. Les verres se brisèrent à l'impact, je reste les contempler un moment. J'en avais assez. C'était quasiment la seule chose qui me donnait cette rage de devenir plus puissante, pour ne pas dire ma seule raison d’être. Je ne pouvais pas rentrer maintenant, il fallait que je le fasse, je le devais. Je sors lentement ma baguette, et fermant les yeux je murmure l'incantation du  sortilège en répétant le mouvement. Je le connaissais par cœur, mais c'était certainement une manière de me rassurer.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Dim 23 Sep 2018 - 0:43

Une nuit à l’éclat singulier : la lune rayonne de ses multiples halo, le ciel n’est pas noir d’encre, mais bleu. Un bleu profond, particulier. Une couleur que tu aimes particulièrement, sans vraiment te l’expliquer pour autant. Tu es là, dans ce coin perdu de l’Angleterre, insomniaque. Mais l’insomnie avait de bons côtés : il te permettait de repérer les noctambules, comme toi. D’installer dans leurs esprits les idées de l’Ordre Noir, de faire voir la Cause autrement. Différemment de ce que les Autorités pouvaient dire sur vous.

Dans tes insomnies au cœur de la nuit, tu rencontrais toutes sortes de gens, toutes sortes d’âmes en peine qui avaient besoin d’être guidées. Et quand elles refusaient d’être guidées, c’est parce que leurs yeux étaient fermés depuis trop longtemps. Libre à toi, aux tiens, de les ouvrir. Ou de les fermer définitivement.

Dans cette liberté de la nuit, tu restes souvent tranquille, libre de l’observation des étoiles. Ou d’autres silhouettes. D’ailleurs, tandis que tu laissais tes pensées voguaient librement, un bruit attire ton attention. Un cri pourfend la nuit, le bruit du verre qui s’écrase contre la pierre, contre les murs. Sous le masque Cicatriciel, un sourcil s’arque. Les prunelles interrogatrices scrutent l’obscurité et les pas se font, doucement, en silence, pour rejoindre le lieu d’où provient le bruit.

Tu ne mets guère longtemps à trouver la silhouette à l’origine de ce cri de rage, de ce bouleversement des tympans au cœur de la nuit. Et lorsque tu arrives, lorsque tu croises cette silhouette, tu la surprends sur un mouvement, sur un murmure, et sans une gêne aucune, tu lances un « Que vaut une telle hargne au milieu de la nuit ? ». Et le sourire carnassier s’agrandit sous le masque, attendant la réponse, le bois non loin des doigts gantés. Sait-on jamais que la discussion ne tourne pas dans le sens que tu veux, alors il faudrait sans doute user de quelques sortilèges.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Mer 26 Sep 2018 - 12:33

Où suis-je ? Les mots semblent sortirent d'eux-mêmes de mes lèvres, d'ailleurs, sont-ils vraiment les miens ? Je semble peiner à reconnaître ma voix. Je me sens comme dans une autre réalité...après tout ce n'est peut-être qu'un cauchemar, oui c'est ça, c'est exactement la même sensation.

Une voix vient soudainement briser ce silence, me réveillant soudainement de ma torpeur. Pour autant je ne bouge pas, ma main toujours crispée sur ma baguette à répéter inlassablement ce même mouvement, je n'ai pas la force ou l'envie de faire un autre mouvement. Pourtant, j'ai l'impression que progressivement je commence à me réveiller et à récupérer mes facultés cognitives.

J'ai échoué. Dis-je simplement d'une voix calme.

Ces simples mots eurent l'effet d'un électrochoc, m'avancant vers les potions brisées  j'entrepris de nettoyer le liquide d'un coup de baguette, il ne faudrait pas qu'un moldu tombe dessus. Réparant les fioles d'un autre coup de baguette, j'ouvre machinalement mon sac pour les glisser d'un geste sec à l'intérieur, ainsi que ma baguette.


Oui, vois-tu continuais-je en fermant mon sac deux personnes auraient dû mourir ce soir, or elles ne le sont pas.

Sourire crispée, je me rends compte que je viens de dire ça  en présence d'une personne, car la voix ayant rompu ce silence devait bien appartenir à quelqu'un. Sorcier ou moldu ? Je me retourne brutalement.

Au vu de la l'ironie de la situation, un léger sourire amusée prit place sur mon visage pendant quelques secondes, mais fut rapidement effacée par un regard méfiant. Non, toi tu n'es certainement pas un moldu. D'ailleurs je crois savoir ce que tu es, je n'ai que trop entendu parler de vous au château, mais je ne pensais jamais tomber sur l'un d'entre vous. Dans tous les cas je n'aurais pas dû ranger ma baguette aussi tôt, et quand bien même il ne m'attaquait pas, il y avait de gros risques pour que la personne derrière ce masque finisse par balancer ce qu'elle a entendu ou même aperçu.

- Et m*rde... Lâchais-je spontanément.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Mar 2 Oct 2018 - 22:30

Ta voix a brisé le silence et la sienne te répond sans pour autant que la silhouette faire volte-face. Un simple aveu d’échec que tu accueilles par un silence. Il est trop tôt encore pour demander des comptes, pour comprendre l’échec ainsi évoqué. Il viendrait bien assez vite le temps où tu  poserais les questions, et où tu obtiendrais les réponses. Tu regardes simplement la silhouette qui répare les fioles et nettoie le contenu ainsi éparpillé. Tu aurais presque envie de tenter une pointe d’ironie sur le gâchis des potions, mais tu ne dis rien.

Et les propos continuent de se déverser, t’indiquant que deux personnes auraient du mourir, et cela attire ta soif de sang, titille ta curiosité, tu te rapproches, de quelques pas seulement. Et la jeune fille se retourne brusquement, comme prenant subitement conscience de ta présence. Il y a un sourire sur son visage, sourire que tu perçois crispé, les traits de son visage sont tirés tu t’en rends compte grâce aux faibles lueurs des lampadaires qui éclaire la scène. Comme une mauvaise salle de cinéma, tout juste éclairée par les issues de secours. Glauque à souhait.

Un simple « Et m*rde » qui tombe de ses lèvres, comme si, au-delà de ta présence, elle prenait conscience de ce que tu étais, de ce que cela signifiait que de te rencontrer. « Alors Miss, que disiez-vous déjà ? Que deux personnes auraient dû mourir ce soir ? ». La langue qui claque sur le palais, alors que tes pas se rapprochent, doucement, langoureusement. Qui jauge et juge la silhouette de l’Enfant, de l’Insouciance ainsi bafouée. « Dites-moi, Miss, quels sont vos cauchemars qui vous maintiennent ? ».

Et attendre la réponse, symbole de toute une vérité. De sa vérité, à elle, de sa vie, peut-être. De cette rancœur qui la gouverne. Peut-être pourrais-tu lui être utile ? Peut-être pouvait-elle devenir, elle-même, utile pour la Cause ? Pour l’Ordre Noir ? Tu n’en savais rien, tu attendais tranquillement la suite de ses réponses, qui offrirait sans doute de quoi discuter un peu plus longuement.  
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Sam 6 Oct 2018 - 18:38

Avais-je peur ? Probablement. Je crois ne mettre jamais retrouvée dans une situation aussi délicate, si je survis, et là encore ça semble assez compromis, je n'aurais plus aucune raison de craindre quoi que ce soit. L'angoisse monte, mais je ne veux pas qu'il la ressente, cela ne lui ferait que trop plaisir, je veux être comme à mon habitude, droite et fière. Alors poussant une grande inspiration, je plonge mes yeux verts, en direction de  ce masque d'une beauté glaciale, à l'endroit où je devine être les yeux. Je reste le fixer ainsi, sans bouger d'un millimètre, à mesure que la silhouette masquée s'avance vers moi tel un serpent vers sa proie, en m’interrogeant, questions qui d'ailleurs me surprennent l'espace d'un instant.
Mais je connaissais déjà les réponses au fond de moi.

- Oui, c'est ce qui aurait dû se passer. Commence ma voix étrangement calme J'avais prévu ce meurtre depuis des années, bien avant mon entrée à Poudlard même, je suis devenue forte pour accomplir cet acte. J'avais endossé le rôle de l'élève quasi parfaite, de l'amie sociable et aimante et de la sorcière vertueuse afin de ne jamais être soupçonnée, ce rôle me collait à la peau je n'avais presque plus besoin de le jouer. Les gens auraient répondu comme à l'habitude je pris alors une petite voix d'enfant : "Oh non ça ne peut peut pas être Héra elle est bien trop gentille." et cela aurait été parfait.

Si j'avais réussi à réussi à le faire, mais ça nul besoin de le préciser, il l'avait très bien remarqué. Je ne sais pas pourquoi j'ai fait le choix de lui déballer mon sac, car exploiter cette information pouvait être chose aisée pour lui dans le futur. Mais quelque chose m'avait poussé à le faire, l'aura que dégageait cette ombre ? Le besoin de faire savoir à une personne qui suis-je réellement ? Un peu de tout ça je pense. Mais étrangement suite à ce discours, mon angoisse naissante avait totalement disparu.

-Mes cauchemars repris-je avec l'ombre d'un sourire, m’avançant à mon tour La peur d'errer sans raison, la perpétuelle crainte de perdre qui je suis, l'engoisse que mes actes futurs me conduisent à Azkaban, vous semblent-elles des raisons suffisantes pour s'inquiéter ?
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Mer 10 Oct 2018 - 22:18

Des prunelles vertes qui te transpercent, qui cherchent à savoir, à connaitre le fond, à voir au travers du masque, peut-être ? Les interrogations trouvent rapidement réponse. La jeune fille maintient : deux personnes auraient dû s’éteindre ce soir, et cela attise ta curiosité, ta soif de sang également. Ça tambourine dans la tête. Des envies de meurtres qui s’affichent à tes yeux, effondrement des sens dans le sang qui s’écoule. Sang d’autrui, forcément.

Et tu l’écoute qui te conte une partie de son plan, une force de caractère à n’en pas démordre, puisqu’elle travaillait son plan depuis longtemps. La voix enfantine qui s’échappe subitement te fait ricaner : voilà le genre de tempérament que tu aimais. Effronté, réfléchi. Il y avait au-delà des mots un besoin de libération palpable, que l’on ressentait dans presque chacun des mots qu’elle déversait.

Si tu t’étais arrêté quelques instants plutôt, c’était ses pas à elle qui fendaient le silence pour rejoindre ta silhouette. Deux Ombres dans la nuit qui discutent d’éventuels futurs cadavres, le sourire sous ton masque s’agrandit, car il y a l’odeur du sang qui rôde quelque part, odeur à laquelle tu aimerais succomber, là, maintenant. Mais étonnamment ce n’est pas sur la jeune fille que ton choix se porte, non. Plutôt sur ses victimes qu’elle n’a pas réussi à faire valser de l’autre côté. Une danse macabre à laquelle tu aimerais l’inviter, saisir son poignet et la faire danser.

Des mots à nouveau s’écoulent des lèvres souriantes, qu’il est agréable de ne pas parler à une personnification de la terreur, ses yeux semblent chercher des réponses au-delà des balafres de ton masque. « Sachez que l’on ne perd jamais qui l’on est, il suffit de s’en rappeler à chaque acte, chaque action, chaque réussite et chaque échec … Quant à Azkaban … vous n’avez rien fait, il me semble … ou pas encore en tout cas … ». Proposition à demi-voix, sous-entendu perceptible et peu voilé, allait-elle se saisir de la main tendue ou allait-elle simplement balayer les choses ?
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Lun 15 Oct 2018 - 12:59

Gardant mon regard fixé sur mon interlocuteur,  je m'amuse à imaginer quelle expression pouvait actuellement se cacher derrière ce masque froid.  Un rictus amusé ? Glaciale et neutre ? Haineux et fourbe ? Les idées fusent, mais aucune ne me plait plus qu'une autre, ce genre de personne est de toute façon bien trop difficile, voire impossible à cerner si on en croit les dires. Mais je n'aime pas ce mot, impossible, il signifie à mes yeux une limite, comme un obstacle ou un défi que je me plais toujours à relever. Mais le cerner n'est pas mon objectif du jour, j'en avais un autre à accomplir, peut-etre un peu moins dangereux cela dit, il faut bien relativiser. Se rappeler de qui nous sommes hein...je reste perdue dans mes pensées quelques instants.

- J'ai parfois l'impression d’être deux personnes, l'humaine dotée de sentiments, et celle aux pensées meurtrières. Alors de laquelle dois-je me rappeler ? Les deux peuvent vivre en une personne ou l'une doit mourir pour faire primer l'autre ? Je pense que...vous êtes le mieux placé pour répondre à cette question.
Fis-je avec un demi sourire.

Car il devait bien y avoir une part d'humain derrière ce masque, à savoir si il essayait de s'en débarrasser afin de ne plus avoir ces stupides contraintes comme la pitié ou la tristesse, ou si à l'inverse il ne voulait pas perdre l'humain en lui. Car oui, à mes yeux les émotions n'étaient qu'un ennuie, une perte de temps occultant nos pensées, et surtout elles ne nous rattachent que trop au genre humain, la plus pitoyable de toutes les espèces, derrière les moldus. Si je un jour j'en deviens dépourvue, je pense n'en être que plus libre, j'en suis même intimement convaincue.

- Quand vous dites encore...vous pensez vraiment que j'en suis capable ? Que je n'ai qu'à verser la dernière potion qu'il me reste...et voilà ?

À ces mots, ma main s'avance vers mon sac, caressant à travers le tissu la dernière potion restante, comme pour me rassurer. Ça semble trop facile, presque enfantin, pour lui ça l'était certainement, mais pour moi...je n'avais jamais pris de vie humaine. Je reste encore bloquée à l'idée de le faire, la peur me dicte de ne pas accomplir cet acte qui me changerait à jamais, ainsi que ma vie toute entière. Je sais que si j'arrive à les tuer il n'y aurait plus aucun retour en arrière possible, c'était peut-etre ça que je craignais le plus...
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Sam 20 Oct 2018 - 18:10

Elle a le regard inquisiteur .Que tu partages avec elle. Comme si vous cherchiez à voir au-delà des différents masques qui étaient votre. Le tien, physique, serait difficilement perforée par ses œillades. Mais le sien, mental, n’aurait bientôt plus de secret pour toi. Quelques secondes s’échappent alors qu’elle semble perdue dans sa propre réflexion. Il est parfois difficile de mettre de l’ordre dans ses pensées, savoir ce que l’on ressent, pour le servir en réponse réfléchie à quelqu’un qui, comme toi, attend qu’elle te délivre ce qui la gouverne.

Les propos se déversent enfin, indiquant toute la complexité de ce qu’elle était. Complexité que tu reliais aisément à tout individu se posant un minimum de question. Le sourire sous ton masque s’agrandit alors que tu lui offres une réponse teintée de nuance « Aucune de vos deux personnalités ne doit mourir. Vous pouvez être dotée de sentiment, tout en ressentant ses pensées que vous décrivez comme meurtrière. Rien n’est tout blanc, ou tout noir ». Regard vers le ciel, avant de retomber sur elle « C’est un ensemble de nuance, simplement. Et de choix, forcément ».

« Tout le monde est capable de réaliser son vœu le plus cher ». Tu te rapproches, ta baguette en main dont le bout vise le cœur « Ce n’est pas vos sentiments qui vous empêche d’agir, mais plutôt … », la baguette suit son visage, se pose sur une tempe  « … votre raison ». Quelques pas autour d’elle. Comme pour juger ce qu’elle était, savoir si elle valait la peine que tu continues la discussion ou non. « Il faut vous débarrasser de vos faux semblants Miss, pour pouvoir réussir ce que vous voulez faire. Tuer n’est jamais facile. Il faut être convaincu, animé par quelque chose de plus juste encore ». Mots pesés qui ne doivent pas être évités.

Tes pas s’arrêtent un instant, alors que ton regard ne la quitte pas. « Racontez-moi. Partagez. Votre envie. Ce qui vous motive à cela ». Car il y avait toujours des motivations supérieures dans ce genre de cas. Quelque chose qui empêchait oui, mais quelque chose qui poussait à accomplir l’acte. Comme un but qu’on pensait inatteignable et qui, finalement l’était aisément une fois débarrassée des peurs et des angoisses.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Ven 16 Nov 2018 - 17:26

Sorry pour le retard


Attentive, j'écoute sa réponse, quelque chose au fond de moi, me chuchote que je dois quelque peu l'amuser. Mais je le comprends, à ses yeux je devais passer pour une jeune écervelée incapable d'aller jusqu'au bout de ses choix, si c'est le cas j'allais bien vite lui prouver qu'il se trompe. Je reste droite, la tête et haute et le regard ferme lorsque cette créature masquée commence à tourner autour de moi dans une danse macabre, que cherchait-il au juste ? Me faire peur ? M'analyser ? Ou tout simplement faire baisser ma garde pour m'attaquer ? Je ne me laisse pas déconcentrer ni impressionner, j'avais besoin de toute façon besoin de savoir.

Une nuance..je crois avoir compris à présent comment parvenir à cet idéal, je devais trouver le dosage parfait. Ses paroles m’hypnotisaient, me faisant presque oublier comment j'en étais arrivée là. Fascinante personne que voilà, s'étant frayée un chemin en des méandres obscures, et sachant porter son masque à la perfection. Ma fougue semble revenir lorsque j'entends son interrogation sur mes motivations.

- Oh oui, je suis partagée par quelque chose de plus juste qu'une simple soif de sang, certains appelleront ça une vengeance, d'autres une justice, moi je ne me cache derrière aucun de ces deux termes. Voyez-vous ces deux personnes que devais...Je prends une profonde inspiration Que je vais tuer, sont mes parents, ces derniers ont assassiné mon frère qui n'avait pas de pouvoirs, et ont depuis ce jour fait aussi naitre en moi une haine envers les familles de sorciers.


Pour ne pas dire l'humanité...mais ça je préférais le garder pour moi, c'est quelque chose que même envers ma propre personne j'avais beaucoup de mal à admettre. Et pourtant je crois bien être profondément misanthrope, car oui, à mes yeux sorciers et moldus confondus sont les mêmes tas de cellules gouvernés par l'orgueil, la lâcheté et la cruauté. Je regarde de nouveau le mangemort, il était le premier à tout savoir, même sur l’existence de mon défunt frère que j'avais dissimulé. Ouvrant la main dans mon sac, je sors la dernière fiole de poison restante, que je sers fort.

- Voilà tu sais tout à présent. J'espère que ces secrets resteront aussi bien dissimulés que les tiens.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Jeu 22 Nov 2018 - 22:46

Elle indique les mots qui la gouvernent, ceux qui la façonnent. Elle dévoile le pourquoi de sa présence ici, de sa colère. Tu souris sous ton masque face à cette propre reprise de ses mots. Elle bute, puis se reprend machinalement. Dévoilant alors l’étendue de son amertume face à des ascendants qui ont volontairement prit la vie d’un individu. D’un frère. Un frisson parcourt ton échine mais tu n’en reste pas moins de marbre face à elle. Celle qui avoue avoir une haine pour les familles de sorciers. Bien que tu ne comprennes pas vraiment ce qui relie les deux faits entre eux.

Une pause se fait un chemin dans ses mots, avant qu’elle ne se dévoile à nouveau, arguant que tu sais dorénavant tout ce qui la gouverne. Même si à tes yeux elle est sans doute bien plus que cela. Quelque chose de plus étayé, en quelque sorte. Ses yeux te regardent et les prunelles restent figées. Elle a fait tomber le vouvoiement au profit du tutoiement. Tu ne peux que remarquer le changement alors qu’elle te demande te garder son secret. Ricanement qui s’extirpe du masque.

« Oh Miss ». Ton condescendant voulu. Méprisable à souhait. Vous étiez des tombes, bien entendu, mais il n’empêche que vous n’aviez guère à faire des états d’âme des adolescents. Sauf s’ils pouvaient servir la Cause, bien entendu. Là, à ce moment-là, vous preniez de votre temps pour vous montrer un tant soit peu patient. Tu as le regard posé sur cette fiole qu’elle semble serrée si fort que tu pourrais presque avoir peur que le verre éclate dans sa main, qu’elle s’ouvre et se taillade les mains avec. Mais tu ne prends pas la peine de cette mise en garde, tu continues sur ce que tu voulais lui dire initialement. « Il est triste d’avoir une haine envers les sorciers. Tous ne sont pas comme vos parents ». Une pause, avant de poursuivre d’un ton égal « Si vous tuez vos parents là, ce soir. Si vous réussissez à passer le pas. Que ferez-vous ensuite ? Vers quel but allez-vous courir ? Qu’est-ce qui vous maintiendra en vie ? ». Sourire carnassier sous le masque, il était temps de voir ce qu’elle avait dans le ventre, cette petite.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Dim 25 Nov 2018 - 12:56

Il semble rire, moi un peu moins. Peut-être qu'un jour je rigolerais de cette soirée, en me souvenant de comment j'avais failli échouer à accomplir mon objectif, et de la curieuse rencontre que j'avais faite ce soir là, du moins c'est ce que j'essaie de me convaincre. Je ne relève ni son ton méprisant, ni sa remarque sur les sorciers, je me contente de sourire poliment. Je ne voulais pas rentrer dans ce genre de débats, pas maintenant en tout cas. Voilà qu'on en arrive à la question que je commence moi aussi à me poser depuis que ma scolarité à Poudlard touche à sa fin. Qu'allais-je devenir ensuite ? C'est cocasse quand on y pense, c'est comme si après avoir accomplie ce meurtre, il n'y avait plus rien derrière. Mais il avait bien fallut que je commence à y penser, alors j'avais quelques idées en vrac, mais rien de bien concret encore.

- Avant je voulais faire Auror commençais-je Mon côté soif de justice sans doute, mais maintenant je sais que c'est trop risqué, bien trop de Légilimens là-bas. Maintenant je ne sais pas trop, mais après mes études j'aimerais essayer de m'intégrer à ce monde sorciers, voire même moldus, pour essayer de le rendre un peu meilleur et que mon existence ne se définisse pas seulement par un meurtre.

Je commence à jouer nerveusement avec la fiole entre mes mains, sans trop savoir pourquoi. Malgré ma haine et mon mépris des humains je reste persuadée qu'il y a du bon en tout le monde, chez certains c'est certes, bien plus visible que chez d'autres, mais rien n'est encore perdu, et pour ceux pour qui ça l'était et bien...je jette furtivement un regard à ma fiole.  Hum, en tout cas il y avait des moldus se détruisant eux même, des sorciers privés de liberté, de solitude, de la souffrance...il était grand temps que ça cesse.

- Je sais bien que ça semble utopique, voire même naïve, mais je pense qu'il y a beaucoup à faire, je ne sais pas encore comment, mais je trouverai. Fis-je en haussant les épaules. Cependant repris-je avec un ton plus ferme on ne dirait peut-etre pas, mais vous m'avez bien aidé ce soir à aller au delà de mes appréhensions, comment pourrais-je vous aider à mon tour ?
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Lun 26 Nov 2018 - 19:12

Elle se délivre sans avoir besoin d’une baguette qui la vise. C’est un bon point pour elle. Tu en avais cure des adolescents que tu devais menacer pour obtenir des réponses. N’avaient-ils donc pas conscience que vous étiez des dangers menaçants ? Qu’un seul sortilège vous permettait de les mettre à genoux, sans libre-arbitre, sans conscience inquisitrice ? Juste vous et vos ordres, sans rien d’autres autour. Mais elle n’était pas comme ça. Non il y avait autre chose dans les prunelles de la jeune fille. Quelque chose de plus puissant, de plus insaisissable également. Difficile à dire. Tu en saisirais probablement les contours au fur et à mesure que la discussion se ferait.

Et d’ailleurs, la discussion s’élance, se lance, dans la voie de l’avenir que la jeune femme se voyait emprunter. De multiples chemins étaient possibles, lequel serait le sien ? Sourire sous le masque lorsqu’elle évoque avoir voulu être auror, même si tu ne comprends pas le rapport aux légilimens. Ca t’interroge, ça t’intrigue. Tu veux revenir là-dessus, appuyer un peu plus là où ça fait mal, comprendre les tenants et les aboutissants de la situation de la sorcière. « La magie des legilimens vous fait peur Miss ? ». L’ironie est perceptible sous chacun des mots que tu lui envoies. Et tu continues « Votre existence ne se définira jamais à un meurtre ». Plutôt à plusieurs. Et aux conséquences de ces derniers, bien entendu.

La conversation se poursuit. Elle a une vision utopique du monde, tu ne peux pas lui reprocher. Mais tu sais qu’il faut réaliser quelques sacrifices qu’ils soient personnels ou un peu plus … universel ? Tu ne prends cependant pas la peine de lui répondre, elle doit découvrir par elle-même que l’utopie n’est qu’une idée inaccessible. Tu en avais toi-même fait les frais, et désormais, tu agissais pour que le monde se transforme, que la communauté magique s’accepte comme elle était.

Trêve de pensée, la jeune sorcière est en attente d’une réponse de ta part. Parait que tu l’aides à aller par-delà ses appréhensions. Tu veux bien l’y aider, lui tenir la main. Mais tu dois t’assurer des idées, des pensées qu’elle avait, par-delà les propos et les regards qu’elle pouvait bien te lancer. « Quel est ton nom ? ». Le vouvoiement s’écroule par cette simple question alors que, rapidement, une autre la rejoins « Que penses-tu de l’Ordre du Phénix ? ». Les prunelles sont figées sur la silhouette pour jauger de ses réactions.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Sam 1 Déc 2018 - 11:48

Sa question sur les Legilimens me prend légèrement au dépourvu. Il est vrai que je n'aimais pas tellement les Legilimens, le fait qu'on puisse lire en moi ne m'enchante pas, mais bien évidemment c'est un don que j'aurais adoré posséder. Et puis bon, j'imagine que ce petit talent doit être assez répandu chez les auros, ça doit être utile dans le milieu, voilà pourquoi c'est un métier dont jamais je ne m'approcherais, à moins d’être devenue une sacrément bonne Occlumente, on est jamais trop prudent après tout. Art sur lequel d'ailleurs, j'avais déjà commencé à soigneusement me renseigner.

- Je ne dirais pas peur, mais je préfère simplement...en fréquenter le moins possible. Dis-je calmement

Peut-être allait-il saisir le sous-entendu, peut-etre pas. Je reste de nouveau silencieuse lorsque qu'il me fait savoir que mon existence ne se résumera jamais à un meurtre. C'est ce que j'espère, ne pas devenir une personne inexistence et dépourvue de but après cette soirée, ou encore pire, ne pas agir pour ces derniers. Mais j'y songerai en temps voulu, pour le moment, j'avais déjà suffisamment de problèmes comme ça. Ses interrogations continuent, questions auxquelles je continue de répondre d'une voix sereine.

- Héra. Héra Véluliah. Et vous, comment on vous appelle dans le... milieu ?

Inutile de lui demander son vrai nom, mais les mangemorts doivent bien avoir un nom de code ou je ne sais quoi pour qu'on les reconnaisse, et ça pouvait être intéressant de savoir qui était en face de moi.  Sa prochaine question me surprend encore plus que celle concernant les Légilimens, je ne peux m’empêcher de laisser échapper un léger haussement de sourcils, étonnée. Voulait-il vérifier que je n'étais pas une espionne ou un truc comme ça ? A vrai dire, je n'étais jamais vraiment intéressée à eux, mais je prends quelques secondes pour rassembler les informations à leur sujet, et de mesurer ce que j'allais dire, on ne sait jamais là encore.

- Des gens courageux sans doute, qui se battent pour leurs convictions eux aussi, j'imagine. Convictions, que je trouve personnellement un peu obsolètes, pour moi ce n'est pas de cette façon qu'ils aideront le monde magique à progresser. Après je n'en ai jamais rencontré, du moins à ma connaissance...

Oui parce que bon, mangemorts comme Phénix pouvaient être n'importe qui. Et pour le reste je n'aimais pas trop me baser sur des rumeurs ou des "on dit". Je reste un moment silencieuse avant d'enchainer.

- Ces questions, c'était pour vérifier si je ne suis pas un membre de l'ordre dissimulé, ou une sorte d'entretien d'embauche camouflé ?
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Sam 1 Déc 2018 - 22:28

Elle ne veut pas fréquenter des legilimens, c’est étrange mais amusant à la fois, si seulement elle savait que tu en étais une, juste ici, face à elle. Tu ne lui révèles pas, peut-être plus tard si vous êtes amené à vous revoir. Tu te contentes d’hocher la tête, de mimer une compréhension pas forcément feinte, puisqu’au fond, vraiment, tu la comprends. Elle te dévoile ensuite son nom, son prénom, et te demande comment on t’appelle dans le milieu. Ce milieu sombre et ténébreux que tu embrasses chaque nuit. Ta main gantée se présente à elle, alors que les mots s’extirpent de ton masque balafré « Quatre-Vingt-Quatre ». Rien d’autre que ton matricule, c’est tout.

Elle continue, répond à ta question. Elle évoque les convictions des oiseaux déplumés qui peinent à s’embraser. Difficile de reconnaître un feu sans fumée, il fallait bien l’admettre. « Je vois ». Une simple réponse, tu n’as pas grand-chose d’autre à dire, tu attends qu’elle continue. Mais le silence prend place entre vos deux silhouettes. Combien de temps s’écoule ainsi ? Tu ne le sais pas, mais tu attends. Finalement, elle te pose une question qui te fait ricaner presque instinctivement. « Non, ni vérification, ni entretien d’embauche ». Tu te rapproches un peu d’elle, et murmure « J’aime juste savoir à qui je m’adresse ». Ta baguette effleure sa joue, geste presque tendre. « J’aimerais savoir ce qui vous gouverne Miss Véluliah, ce que vous aimeriez faire … ce que vous pensez être capable de faire … ». Pour l’Ordre Noir, par exemple ?

Mais tu ne termines pas ta phrase, tu attends qu’elle réponde, qu’elle te délivre ses pensées tortueuses et tumultueuses. Ou peut-être qu’elle te repousse. Qu’elle repousse cette idée d’arborer les mêmes idéologies que les tiennes ? Tu ne sais pas, tu attends, simplement.
Contenu sponsorisé

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 12 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Contenu sponsorisé, le  

Page 12 sur 14

 Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.