AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 4 sur 12
Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
Astrid N. Reckless
Gryffondor
Gryffondor

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Astrid N. Reckless, Mer 29 Oct 2014 - 11:18


Quelques jours plus tôt, j'avais reçue une lettre de Merit Sullivan. Ce qui m'avait étonnée, c'était une amie de longue date et je ne l'avais pas vu depuis un moment. Dans sa lettre, elle me proposait de venir avec elle pour une visite guidée dans une chocolaterie, non loin de Londres. Sans hésiter, j'avais acceptée, de quitter le château le temps de quelques heures. Cette sortie avait un petit goût de vacance. J'avais enfilé une jupe noir et un top blanc ainsi que des bottines et, à l'aide du magicobus, je m'étais rendue à l'endroit convenu pour se rejoindre. J'aperçu l'ancienne Lionne, on marcha, c'était pas très loin, de plus on bavardait donc le moment passé plutôt vite. L'enseigne de la chocolaterie apparut soudain. C'était joli et coloré, dans la vitrine quelques chocolat étaient posé sur des présentoirs et ça donnait l'eau à la bouche... Je poussais la porte et en fut accueillit par le son d'une clochette, déclarant ainsi notre présence.

Il n'y avait que des adultes d'âges mûrs, pas de gosses, ni de bébés et l'endroit était d'autant plus calme. Mais, d'après moi, ça manquait de fun.

- Et Astrid, tu t'égares pas et t'évites de t'attirer des ennuies. J'ai pas envie qu'il nous arrive encore quelque chose.

Un grand sourire se dessina sur mon visage. Ouais, fallait mieux éviter les ennuis et se tenir à carreau... Bien que ça serait difficile. Mon sourire s'étira lorsque je songeais à cette aventure dans le bateau... Ca avait été chouette, mais ouais, une sortie pépère nous ferait pas de mal, pas envie de courir en serviette dans tous Londres... Je commençais clairement à m'ennuyée lorsqu'un zigoto, vêtu de rouge et de noir apparut sous nos yeux. Son haut de forme glissa, le rendant extrêmement ridicule et sa moustache bien fourni n'arrangeait pas les choses. Il tenait entre les mains un plateau de chocolat, et il semblait lui même dégager une grande odeur de cacao. Curieux personnage, constatais-je, le chocolat a dû le rendre fou. En deux, trois enjambées, il se retrouva en face de moi et Merit. Il avait une drôle de démarche... une démarche de pingouin. Il leva le menton de Merit du bout des doigts, sembla l'examiner. J'éclatais de rire et il me fusilla du regard. Euh...? Il reprit rapidement son grand sourire et nous tendit son plateau, le regard plein d'étoiles.

- Goûtez moi ça !

Je saisis un chocolat et le lança dans ma bouche. C'était délicieux.

- Nan, nan, pas comme ça ! Prenez un chocolat, allez-y.

Parce que il y a une manière de manger du chocolat, peut-être ? Dubitative, je saisis un chocolat.

- Maintenant, mettez le dans votre bouche. Laissez le fondre sur votre langue, mordez en son milieu... Vous sentez l'arôme du chocolat ? N'est ce pas formidable ? N'est pas une explosion de saveur ? Votre langue se heurtent à la noisette que vous croquez... Sublime, n'est ce pas ? C'est moi qui l'ait fait.

C'est vrai c'était encore meilleur et c'était de loin, le meilleur chocolat que j'avais goûtée de ma vie. Je tendis la main pour en reprendre un, mais le pingouin s'en alla aussitôt, voir d'autres personnes. Zut. Je le regardais zigzaguait entre les clients.

- Il est spécial, hein ? Dis-je avec un sourire à Merit.

On semblait avoir atterrit au pays des bisounours, tout était colorés et tous le personnels était joyeux. La visitée s'annonçait intéressante. Le pingouin, monta alors sur une chaise, son haut de forme s'écrasant définitivement sur le sol au passage. Un employé s'empressa de le lui remettre sur la tête, ce qui me fit sourire moqueusement. Il frappa dans ses mains pour attirer l'attention.

- Bonjooour, chers amis chocovores ! Je suis Mr Delicious, propriétaire de cette chocolaterie et celui qui va se charger de vous faire visitez ! Restez groupez, n'hésitez pas à posez des questions, mes petits sucres d'orges ! Suivez moooi !

Mes petits sucres d'orges ? Okay, sans commentaire. Je jetais un regard à Merit et je dis à son intention un ''let's go !'' enthousiaste. Le pingouin ouvrit une grande porte et on l'y suivit tous, dans la pièce suivante...
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Merry K. Harper, Ven 31 Oct 2014 - 10:05


Une belle journée s'annonçait pour les deux lionnes qui étaient parties assez tôt depuis le Chaudron Baveur pour être sûre de ne pas être en retard pour le début de la visite. Malgré le fait que ça soit le week end, et l'un des seuls jours de repos pour Astrid qui venait d'enchainer une semaine de classe, la jeune fille n'avait pas hésité à rejoindre son amie pour une petite visite. Même si la dernière expédition qu'elles avaient eu avait failli tourner au cauchemar.

Heureusement plus de peur que de mal. Mais ça n'empêcha pas Merit de prévenir Astrid dès leur arrivée dans la bâtisse. Aucune bêtise ! Et surtout, pas d'égarement. L'australienne ne tenait pas à s'apporter de problèmes. Elle n'était plus une gamine. Et puis, il valait mieux être sage. Le hall d'entrée n'était rempli que par des adultes. Enfin pour la plupart. Mais aucun enfant à l'horizon. Ce qui faisait d'Astrid la plus jeune. A garder à l'oeil.

Après plusieurs minutes d'attentes à ne rien faire, Merit commença à trouver le temps long. Mais comme par magie, alors qu'elle s'apprêtait à ronchonner contre le temps d'attente, un homme, tout en rouge et noir entra dans la pièce, la laissant bouche bée. La lionne se retint de rire en voyant son chapeau, particulièrement encombrant, glisser de sa tête. Ce n'est que là qu'elle vit le visage de l'homme. Un vrai papi gâteau. Enfin là, c'était plus papi chocolat.

Entre ses mains, un plateau rempli de chocolats. L'eau à la bouche, la belle brune suivit les friandises chocolatées des yeux tandis que l'homme se déplaçait. Avec une drôle de démarche. Bientôt, ce dernier arriva vers les deux lionnes. Là, il attrapa le menton de la Sullivan qui fit une moue désespérée. Qu'est ce qu'il avait à la regarder comme ça ? Ca faisait bien rire Astrid qui se fit fusiller du regard une fois que l'homme eu lâché le menton de la jolie brune.

- Goûtez moi ça !

Astrid se jeta sur les chocolats. Depuis le temps qu'elle attendait ça. Sans perdre de temps, elle le fourra dans sa bouche. Elle l'avait complètement gobé. Et ça n'avait pas l'air de plaire à l'homme moustachu qui la reprit. Imitant son amie, Merit prit un chocolat entre deux doigts et le porta à sa bouche avec lenteur, écoutant les instructions de ce monsieur qu'elle trouvait vraiment très bizarre.

- Maintenant, mettez le dans votre bouche. Laissez le fondre sur votre langue, mordez en son milieu... Vous sentez l'arôme du chocolat ? N'est ce pas formidable ? N'est pas une explosion de saveur ? Votre langue se heurtent à la noisette que vous croquez... Sublime, n'est ce pas ? C'est moi qui l'ait fait.

Et béh, il aimait se vanter de sa création lui. Contente de le voir repartir vers d'autres visiteurs, Merit jeta un oeil à Astrid qui semblait hypnotisée par le goût des chocolats. Elle aurait bien été capable de prendre tout le plateau pour elle, gourmande comme elle l'était. Elle sourit néanmoins à la Sullivan qui la fixa.

- Il est spécial, hein ?

- Ah ça oui pour être spécial, il l'est...

A peine avait elle fini sa phrase que Merit entendit quelque chose tomber. Se tournant légèrement, elle pu apercevoir un employé ramasser le chapeau du moustachu qui était monté sur une chaise. Il attira l'attention de tout le monde en tapant bruyamment dans ses mains et commença un discours particulièrement barbant pour la jeune femme.

- Bonjooour, chers amis chocovores ! Je suis Mr Delicious, propriétaire de cette chocolaterie et celui qui va se charger de vous faire visitez ! Restez groupez, n'hésitez pas à posez des questions, mes petits sucres d'orges ! Suivez moooi !

Amis chocovores, sucres d'orges. Monsieur Delicious. Si elle avait su, elle aurait donné ses billets à des personnes dans la rue et ne serait pas venue. La visite s'annonçait particulièrement étrange et enfantine. Mais ça avait l'air d'amuser les personnes âgées qui suivirent avec entrain leur guide, entrant à l'intérieur de la fabrique par la porte qui venait de s'ouvrir. Les deux lionnes restèrent à la fin du groupe, préférant s'éloigner de cet étrange personnage. Monsieur Delicious.

A l'intérieur de la pièce, la Sullivan huma l'odeur qui se dégageait de certains endroits. Du chocolat. Partout. En fait, peut être que c'était une bonne idée de venir ici. Tant pis pour les kilos qu'elle aurait pris à la fin de la visite ! Ca ne pouvait pas lui faire grand mal de toute façon. Elle pourrait toujours garder sa petite taille de guêpe sans faire trop d'efforts.

Plus loin devant, le monsieur Delicious discutait et répondait aux questions des personnes qui étaient proches de lui. Complètement indifférente à ce qu'il se passait, Merit s'approcha des vitres derrière lesquelles se trouvaient tout un tas de machines où était produit les petits chocolats. Miam. Si elle pouvait avoir ça chez elle. En jetant un regard derrière elle, elle pu voir Astrid qui faisait de même. Un sourire aux lèvres, elle se rapprocha alors d'elle.

- Cette visite promet d'être étrange... mais délicieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Crystal M. Ertz, Dim 14 Déc 2014 - 15:26


HRPG: Pas de réponse depuis un mois, je me permets de poster, de plus, ceci n'est qu'un post unique -jenefaisquepasser-

Crystal avait les yeux grands ouverts. L'obscurité, si soudaine et terrifiante qui venait de lui tomber dessus la mettait dans un état d'angoisse passagère. L'hiver approchant, elle savait que la nuit s'installait plus rapidement mais chaque fois qu'elle se retrouvait seule loin de chez elle, la jeune alchimiste ne pouvait s'empêcher de penser au pire. Peut être avait elle trop d'imagination et qu'elle réfléchissait trop. Après tout, elle était adulte et capable de se défendre à présent, il n'y avait aucune raison d'avoir peur ou du moins, elle essayait de s'en convaincre. Elle avait mit plusieurs heures à trouver la foutue boutique d'herbes que son maître alchimiste lui avait demandé de visiter. Le petit village était si peu connu qu'il ne figurait même pas sur toutes les cartes de la région, ou peut être était ce elle qui avait mal regardé?

Après plusieurs heures de marches tantôt à travers les bois, tantôt à travers quelques habitations, la jeune femme avait enfin trouvé  le panneau aux indications presque effacées qui indiquait le nom de l'endroit. Il ne lui resterait plus que quelques minutes avant de pouvoir rentrer à Londres! En avançant dans la rue principale, la sorcière avait vu pointer la prochaine difficulté. De la rue principale partait une multitudes de petites ruelles quasi identiques et sombres, et bien sûr, il aurait été beaucoup trop facile de trouver une pancarte avec la direction du magasin. Faisant abstraction de l'obscurité et des autres choses qui hantait son esprit en ce moment, elle serra sa baguette dans sa poche et choisi la première rue qui s'offrait devant elle.

L'endroit était imprégné d'une puanteur indescriptible. Crystal se demanda comment des gens pouvait vivre dans un endroit comme celui-ci. Les rares magasins qu'elle croisa étaient soit fermés pour une rénovation qui semblait improbable, soit ouverts mais très peu accueillant. Mais à vrai dire, son job d'apprentie alchimiste l'emmenait rarement dans des salons de thé et des palais brillants. N'ayant toujours rien trouvé, elle prit la prochaine rue et failli mourir de peur en renversant quelque chose par terre qui bougeait, mais ce n'était finalement qu'un pauvre chat qui n'avait que la peau sur les os. Finalement, c'est dans la troisième rue qu'elle trouva son "bonheur". Les vitres de la boutiques étaient recouverts d'une impressionnante couche de poussière et de champignons. La porte en bois, à moitié cassée, devait être une invitation pour venir cambrioler l'endroit, si bien sûr il y avait vraiment quelque chose là dedans qui valait le coup.

Elle entra et fit face à une jeune femme d'un peu près son âge, plutôt jolie avec des lunettes noires sur le nez et ses cheveux ordonnés par un chignon grossier. Elle mâchouillait un crayon derrière le comptoir et avait vraiment l'air de s'ennuyer fermement. Crystal resta quelques instants à la fixer: la fille semblait en parfait décalage avec tout ce qu'elle avait vu pour le moment. Elle s'était apprêtée à faire face à un vieil homme sage ou une vieille femme à l'allure un peu folle, or cette fille était tout le contraire. Ayant remarqué son regard, la femme à lunettes leva les yeux et fit éclater une bulle de chewing-gum en soutenant son regard. L'apprentie alchimiste reprit ses esprits et lui montra rapidement la liste des choses qui lui fallait. La vendeuse haussa un sourcils, puis deux en voyant l'étrangeté de ses demandes et lui demanda plutôt sèchement si elle avait de quoi payer. Crystal sortit son argent moldu et le tandis à la fille qui devint tout de suite beaucoup plus aimable.

Quelques minutes plus tard, Crystal se retrouva à nouveau devant le village, un sachet en main remplis de ces plantes et herbes exotiques qu'on ne pouvait aujourd'hui trouver que dans quelques excellant magasins moldus, qui la plupart du temps ignorait ce qu'on pouvait faire avec de tels trésors. Elle disparut ensuite loin des regards et réapparut à quelques mètres de son domicile. En marchant vers celui-ci, elle aperçut le hibou qui la fixait intensément à sa fenêtre. Crystal faillit lâcher son sac et se sentit à nouveau très mal. Voila quelques semaines qui s'étaient maintenant écoulées depuis qu'elle avait fait sa crise dans la forêt. Elle avait eu le temps de rassembler le peu de courage qui lui restait pour cacher ses émotions, mais celles-ci bouillonnaient toujours à l'intérieur. Le rapport avait été difficile à écrire pour la jeune femme mais elle y était finalement parvenue et était plus que soulagée de l'avoir terminé. Elle sortit le parchemin de sa poche où il était resté ces derniers jours et l'attacha à la patte du mystérieux hibou qui allait l'emporter sans qu'elle ne sache même où. En regardant le hibou disparaître au loin, la jeune alchimiste repensa au contenu de la lettre, en espérant que celle-ci arrive bien à destination. Elle y avait tout expliqué. Elle ferma les yeux, respira un grand coup en essayant de mettre cette histoire de côté pour le moment, et poussa la porte de sa maison. Ce soir, elle allait se noyer dans le travail pour cacher ses émotions, cela ferait le bonheur de son maître et c'était, après tout, toujours ça de gagné.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Invité, Dim 25 Jan 2015 - 1:51


[Vu que ça fait un bail qu'il n'y a pas eu de réponse, je lance un RP avec Lilith Bee]



Aujourd'hui, c'était sortie pédagogique pour son élève particulière. Le médecin ne portait pas de blouse blanche, ni le moindre uniforme. Étrangement, il arborait un grand sourire malfaisant : les choses commençaient bien, très bien. Le rendez-vous avait été changé presque au dernier moment, de quoi faire pâlir jusqu'au plus dangereux et efficace des criminels. Pas lui... il ne visait pas à être efficace ou dangereux... Il voulait juste faire les choses, se faire plaisir, et découvrir ce qui se cachait au fond de Lilith.

Le russe était bien évidemment (et comme d'habitude, en fait...) habillé en moldu, ayant choisi un haut en cuir plutôt simple, sans fioritures, le moins encombrant possible. Idéalement, il aurait préféré ne rien se mettre sur le dos, appréciant le fait de ne pas être entravé dans ses mouvements, mais il fallait éviter de trop se faire remarquer dans les rues, déjà que ce n'était jamais très évident pour lui...

CRAC ! La solution était simple. L'imposant criminel apparut alors face à celle à qui il avait donné rendez-vous, portant un énorme sac sur l'épaule, qu'il n'avait absolument aucun souci à transporter.


« Ah bah t'es là... Désolé du léger retard, Arngrim a eu la très bonne idée de vouloir mâchouiller... Non en fait c'est pas le moment. »

Deux minutes de retard, ce n'était pas beaucoup, mais il savait qu'au vu de ce qu'ils devaient faire, il fallait essayer de minimiser les inquiétudes de la jeune fille. Le lieu dans lequel ils se trouvaient n'était pas banal pour un rassemblement... Des toilettes publiques d'une aire d'autoroute. Le sortilège Repousse-Moldu lancé la veille fonctionnait toujours et permettait aux deux sorciers de pouvoir se préparer.

« Je sais ce que tu vas me demander : "pourquoi cet endroit ?". J'sais pas, c'est pas loin du lieu fixé par Wurv... Et puis...  Quoi de mieux que les toilettes des hommes pour se mettre dans la peau du personnage que tu vas jouer ? »

L'ironie était palpable, Rurik prenait néanmoins son pied : l'on sentait parfaitement son excitation, ses muscles frétillant d'impatience à l'idée de faucher des vies dans un carnage plus ou moins sanglant... Plus que moins, il espérait ! Extirpant d'un geste brusque et adroit à la fois sa fiole de Polynectar, il la plaça sans attendre dans la main de Lilith.

« Ne perdons pas de temps... Et j'ai aussi ramené ça pour toi. »

Décrochant une arme à feu de l'arrière de sa ceinture, il la posa sans ménagement sur la surface glaciale face au miroir. Le modèle était d'origine inconnue, aux rebords bruts et grossiers.

« L'arme de Dorian... Tu n'es pas obligée de t'en servir si tu ne veux pas, mais ils s'attendent à trouver ce genre de choses sur lui. Bien qu'il s'agissait d'un idiot, il n'était pas imprudent... du moins pas trop. Pas assez, mais bon, c'est un peu trop tard pour lui donner des conseils... »

Roulant des épaules d'un air assez effrayant, l'imposant sorcier ne tenait plus en place.

« Aller, dépêche, je t'expliquerais en chemin, on se rapprochera à pieds pour que tu t'habitues à la transformation, et ensuite je te laisserais pour prendre une position plus... stratégique. »

Sachant pertinemment qu'il devait se calmer, il écrasa son poing sur le mécanisme du robinet le plus proche, déclenchant l'écoulement de l'eau et s'arrosa copieusement le visage, fixant ensuite son reflet dans le miroir : il faisait peur à voir, son aura de violence l'entourait, l'effrayant presque. Heureusement qu'il était un adulte sachant se maîtriser un minimum, sinon ses pouvoirs auraient probablement provoqué la destruction de tous ces beaux miroirs en un rien de temps. Refrénant l'envie de coller une droite à sa propre image, il grogna et tourna le regard vers la jeune Gryffondor.

« Tout va bien se passer... Pas l'habitude de faire ça avec une débutante... Du moins, pas une que je peux abandonner derrière moi. »

Son apparence, son excitation... Est-ce que ses paroles arriveraient à rassurer la jeune fille ? Au point où ils en étaient, pas question de faire demi-tour. Rurik ne comptait pas abandonner cette chance de prendre une bonne revanche sur cette raclure qui avait ordonné son assassinat. Rajustant le gros sac de facture militaire posé en équilibre sur son épaule, il parvint à calmer ses idées les plus sanguinaires pour l'instant : il valait mieux attendre que la petite ait un peu trempé ses doigts dans la sauce barbecue avant de lui verser l'équivalent d'une citerne pourpre sur le crâne.

Il fallait espérer qu'elle soit meilleure élève dans le crime qu'en médicomagie.


Revenir en haut Aller en bas
Lilith Bee
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Lilith Bee, Ven 13 Fév 2015 - 11:26


HRPG:
 

Lilith sétait habillée en vitesse ce matin là. Elle avait de la route à faire pour arriver au point de rendez-vous que lui avait donné Rurik pour leur petite... "escapade" punitive!
Alors qu'elle sortait du métro Londonien après avoir pris un train et divers bus, réfléchit quelques minutes au chemin qu'il lui fallait prendre. L'adresse elle l'avait: des toilettes publiques d'autoroute, coté hommes... Super... Son "mentor" d'un autre genre semblait avoir oublié que la Gryffondor n'avait pas son permis de transplannage! * Encore heureux que je m'y connaisse un minimum en moyens de transports moldus...* ragea-t-elle intérieurement.
Après avoir jeté un oeil à la vieille carte de la banlieue qu'elle avait glissé dans son sac entre son laguiole et sa fiole de potion bien protégée dans du papier journal, elle avança et trouva l'aire de service plus vite qu'elle ne le pensait.
Tellement vite que la jeune fille se retrouva seule dans l'ambiance glauque des toilettes. La lumière des néons lui donnait le teint verdâtre dans les miroirs à la propreté douteuse. Elle se sourit timidement, ses yeux verts reflétaient le doute et l'excitation à la fois. Encore et toujours ce paradoxe.
Des milliers de questions se bousculaient dans sa tête: "Etait-elle réellement une tueuse? Allait-elle retirer autant de plaisir à participer à cette action qu'elle l'attendait?" Mais surtout, est-ce qu'elle allait s'en sortir vivante?
Cette dernière question la fit rire, mais le CRAC significatif d'un transplanage la sortit de son observation.

« Ah bah t'es là... Désolé du léger retard, Arngrim a eu la très bonne idée de vouloir mâchouiller... Non en fait c'est pas le moment. »

Cette manie de ne pas finir ses phrases l'agaçait au plus au point, mais elle se garda de faire la moindre remarque.

« Je sais ce que tu vas me demander : "pourquoi cet endroit ?". J'sais pas, c'est pas loin du lieu fixé par Wurv... Et puis... Quoi de mieux que les toilettes des hommes pour se mettre dans la peau du personnage que tu vas jouer ? »

Elle se contenta de le regarder avec un air blasé. A ce moment précis, elle n'avait pas beaucoup d'humour, encore moins lorsqu'elle regardait la crasse qui ornait le sol de la pièce exiguë où ils se trouvaient. Les hommes sont des porcs
En un mot elle lui mit le polynectar entre les mains. Cette mixture, mise à part la couleur peu ragoutante, n'était pas très appétissante... Pourtant elle allait devoir gouter.
De plus les effets sur le corps étaient, parait-il très désagréable. Un mauvais moment en perspective!
Puis il sortit une arme à feu. Lilith la regarda un moment avec un mélange de crainte et d'admiration... Elle n'avait jamais tenue ce genre d'arme dans les mains, et avec le peu d'expérience qu'elle avait, elle pouvait dire qu'elle était plus rassurée avec une arme blanche entre les mains. Au moins, le coup ne part pas "malencontreusement".

« L'arme de Dorian... Tu n'es pas obligée de t'en servir si tu ne veux pas, mais ils s'attendent à trouver ce genre de choses sur lui. Bien qu'il s'agissait d'un idiot, il n'était pas imprudent... du moins pas trop. Pas assez, mais bon, c'est un peu trop tard pour lui donner des conseils... »

Donc le Dorian devait être ... mort.
Puis il l'intima de se dépêcher. Lilith regardait la potion avec dégout, et ses yeux faisaient l'aller retour entre la fiole et le Russe. Comprenant son hésitation, il tenta de la rassurer. Situation comique si possible c'était possible.

« Tout va bien se passer... Pas l'habitude de faire ça avec une débutante... Du moins, pas une que je peux abandonner derrière moi. »

- Hum... tu serais presque mignon quand tu tentes d'être rassurant. Te fatigue pas, je ne vais pas tourner de l'oeil.

Elle se boucha les narines et avala "cul sec" le liquide au gout affreux.
Elle ne voulait même pas savoir quel morceaux de Dorian Rurik avait ajouté pour lui conférer le pouvoir de transformation...
La dernière gorgée avalée, elle commença à sentir des picotements dans tous les corps. Puis une douleur atroce se répandit dans ses membres qui semblaient vouloir se désolidariser les uns des autres.
Lilith se retint de crier, et tenta tant bien que mal de cacher sa douleur. Son visage était crispé, mais heureusement elle avait prévu des habits trop grands pour elle et bien que trop série, elle n'offrit pas la spectacle de sa nudité à Rurik. Ou plutôt le spectacle de la nudité de Dorian.

la transformation se termina et une nausée violente secoua la jeune fille lorsque l'elle aperçut le visage hargneux qui répondait maintenant à son regard dans le miroir... Elle souffla un grand coup, bomba le torse et se tourna vers Rurik. Le sourire taquin qu'elle esquissa ne prit pas du tout la forme habituelle sur le visage de l'homme dont elle avait pris l'apparence.

- Alors, comment tu me trouves? puis elle ajouta tout en rangeant l'arme dans sa ceinture et le reste de l'attirail dans une poche. Bon, on y va?

C'était fou ce que les jean d'homme pouvait être pratiques!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Invité, Sam 14 Fév 2015 - 18:49



Bien content d'avoir vu arriver la jeunette avec des vêtements neutres et plutôt amples, il n'eut pas besoin de faire apparaître le nécessaire pour ne pas se retrouver avec un Dorian tout nu. Cette raclure n'était absolument pas dans ses critères de préférences... Et en plus il était mort, donc bon ! Le problème était surtout que Lilith risquait probablement d'avoir une attaque en découvrant (sur elle, de surcroît) des attributs plutôt moches. Tout plein de questions concernant la jeune fille pouvait éventuellement faire surface, mais le russe préféra les oublier en vitesse : en plus d'être malsain, ce n'était pas du tout le moment.

Lorsqu'il tenta (probablement en vain) de rassurer l'élève, celle ci répondit d'un ton amusé :


- Hum... tu serais presque mignon quand tu tentes d'être rassurant. Te fatigue pas, je ne vais pas tourner de l’œil.

Grognant légèrement alors qu'elle se dépêcha de boire la potion, l'imposant sorcier fut tenté de lui arracher la fiole des mains et d'aller lui foutre directement le conteneur en travers de la gorge. Cela aurait été assez contre-productif, il n'avait pas prévu d'autre potion, et il n'y avait plus de "morceaux" de Dorian disponibles.

La transformation fut assez amusante à regarder : les traits tirés par la douleur et la magie de la potion étaient assez comiques et agréables à l'œil. Cela ne dura pas assez à son goût. Devant lui se trouvait l'homme qu'il avait abattu quelques semaines auparavant.


- Alors, comment tu me trouves?

« Moche, insupportable et me donnant envie de t'étrangler. T'es sûre que la potion a fonctionné ? »

Grognant d'un air amusé, il la laissa prendre le revolver et se préparer en vitesse.

« Plus sérieusement, ça fait bizarre de voir quelqu'un que j'ai buté et fait disparaître définitivement... Mais au moins ça veut dire  que la potion est de qualité, j'avais peur que ce rat ne me vende un truc pourri... J'ai pas le temps d'égorger tous les nuisibles, moi. »

Sortant en compagnie de Lilith-Dorian, le russe pointa une direction au loin, désignant une forme dépassant à peine d'un bosquet d'arbres mourants.

« On s'rapproche un peu et ensuite je te laisse continuer toute seule. Ton objectif est d'entrer à l'intérieur, ton arrivée concentrera leur attention sur toi vu que Dorian était une sale raclure que tout le monde souhaitait buter, mais ne pouvait pas à cause de ses informations. Ça me permettra d'entrer aussi, du coup ... Et une fois à l'intérieur, on verra bien, je lancerais les hostilités si une bonne occasion se présente, donc fait moi gagner un peu de temps avec Wurv. J'ai changé d'avis, d'ailleurs, je le veux vivant... »

Il ne rajouta pas un mot, mais son ton laissait bien deviner que cela ne présageait rien de mieux pour sa cible. En marchant, il ouvrit son sac, en extrayant un impressionnant fusil de combat, une sorte de merveille technologique mélangeant les attributs du fusil d'assaut et du fusil de précision : pour Rurik, il n'y avait rien à redire, la technologie des moldus du 22ème siècle avait de très bonnes choses à offrir !

Empoignant l'arme avec un professionnalisme frappant, révélant sur le coup une autre de ses facettes à Lilith, il grogna d'un air satisfait :


« On va bien s'amuser... »

Revenir en haut Aller en bas
Lilith Bee
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Lilith Bee, Mer 25 Fév 2015 - 16:34


Bien qu'essayant de faire de l'humour, et déployant tous les efforts dont elle était capable pour paraitre détachée, Lilith n'en était pas moins anxieuse.
La "blague" de Rurik la détendit un peu: il la trouvait "Moche, insupportable et lui donnant envie de l'étrangler". Rien de différent par rapport à d'habitude en fait.
Son grognement qui aurait pu s'apparenter à un rire rassura la jeune fille. C'était étrange comme le tueur en puissance était devenu un repère pour l'adolescente. Ses mimiques effrayantes et ses manières rustres lui donnaient l'impression de ne pas avoir à jouer un rôle en sa présence. Elle était insupportable aux yeux du Russe, il ne s'en cachait pas, et pourtant ils avaient besoin l'un de l'autre pour une raison tout aussi saugrenue qu'elle était mystérieuse.
Elle suivit donc Rurik à l'extérieur. Une grimace naquit sur son visage: par la barbe de Merlin, qu'il était compliqué de marcher avec un corps d'homme! Etaient-ils tous si peu souples, ou était-ce seulement Dorian qui aurait eu besoin de quelques cours de Yoga? Une gène un peu plus "imposante" se fit sentir alors que la jeune fille tentait de marcher normalement. Elle attendit patiemment que Rurik finit son monologue. Hors de question de manquer une information importante...

« On s'rapproche un peu et ensuite je te laisse continuer toute seule. Ton objectif est d'entrer à l'intérieur, ton arrivée concentrera leur attention sur toi vu que Dorian était une sale raclure que tout le monde souhaitait buter, mais ne pouvait pas à cause de ses informations. Ça me permettra d'entrer aussi, du coup ... Et une fois à l'intérieur, on verra bien, je lancerais les hostilités si une bonne occasion se présente, donc fait moi gagner un peu de temps avec Wurv. J'ai changé d'avis, d'ailleurs, je le veux vivant... »

Notant intérieurement toutes les informations, elle prit soin de garder en tête la dernière phrase de Rurik: Wurv doit rester vivant. Dans un premier temps en tout cas.
Avant de continuer vers le bosquet, elle fit néanmoins signe à Rurik de patienter.

- Désolée,mais je dois régler un ... "Truc" avant de continuer... J'avais pas prévu que ce que Dorian avait entre les jambes soient si... elle se retint de rougir, chercha ses mots puis sortit d'une traite avant de courir vers les sanitaires Je ne pensais pas que votre "service trois pièces" étaient si encombrant quoi!

Elle ne tenait pas à discuter de ça avec Rurik, mais si elle voulait faire illusion face aux mafieux, il fallait qu'elle remette tout en place! Une culotte de jeune fille n'est pas faite pour ça!
Elle revint donc aussi vite qu'elle était partie, le visage un peu livide. Si on lui avait dit que son premier contact avec un corps d'homme serait son propre corps, elle aurait surement éclaté de rire! Mais ce n'était pas le moment de partir dans des considérations biologiques... Et Rurik risquait surement de s'agacer!

- Ca va mieux. Nous disions donc que je devais me débrouiller, et te fournir Wurv vivant.  

Entre temps, le Russe avait sorti un tout autre attirail. Du genre qui le faisait ressembler à un méchant de film d'action moldu. Impressionnée par la dextérité avec laquelle il maniait l'engin, Lilith (ou plutôt Dorian) ouvrit de grands yeux.

« On va bien s'amuser... »

- Si tu le dis... La Lionne ne concevait pas "l'amusement" comme ça, mais après tout, elle semblait prête à y prendre gout. Heureuse que tu me fasses partager un peu ta passion Rurik. Tu verras, un jour nous deviendrons de grands amis toi et moi!

Le ton de sa phrase était bien évidement ironique, mais elle ne pouvait s'empêcher de trouver des parallèles avec les conventions sociales: faire partager un peu de ce qui nous fait vibrer, n'est ça pas la base d'une relation d'entente cordiale entre deux individus? Bon, dans ce cas, il s'agissait de meurtre et de Vendetta, mais après tout, Lilith se disait que c'était un passe-temps comme un autre. Un peu plus dangereux , voilà tout.

Sans attendre une éventuelle réponse - ou représaille - de la part du colosse, la jeune sorcière au corps d'homme continua d'avancer vers l'objectif. A chaque pas, elle prenait un peu plus d'assurance, et arrivait à marcher avec autant de naturel que possible. Elle tentait de gommer tout ce qu'il pouvait y avoir de féminin dans sa démarche afin de coller le plus possible à la description que Rurik avait fait de Dorian.
Arriva le moment où le Russe s'arrêta. Lilith-Dorian devrait maintenant continuer seule. Elle lui jeta un dernier regard, espérant que le Russe y verrait un peu de ce qui restait d'elle, et que surtout il ne déciderait pas de la laisser agoniser seule.
Après quelques pas qu'elle voulut assuré, elle arriva devant un garde. Habillé en noir et armé jusqu'aux dents, il jaugea "l'homme " qui se tenait devant lui.

- Tiens tiens tiens, Dorian... Tu as du culot de te présenter à nous comme ça. Tu sais que le chef est vraiment en colère contre toi depuis la dernière fois.

Il fallait donner le change. A tout prix. Heureusement, rien n'indiquait que Dorian était d'origine Russe ou autre, pas besoin de prendre un quelconque accent.
Tentant de paraitre détaché et hautain (insupportable quoi), Lilith s'entendit répondre avec dédain:

- Libre à lui de l'être. J'ai des informations qui pourraient bien lui faire oublier notre petit "malentendu". Tu ferais mieux de me faire entrer ou c'est toi qui risque de mettre Wurv en colère....

Avec un regard qui voulait tout dire sur ce que l'homme de main pensait de Dorian, il lui ouvrit la porte d'un entrepôt désaffecté moins vide qu'il n'en avait l'air.
A l'intérieur, un bureau était appuyé contre un mur de taule, et celui que Lilith reconnut comme le chef y était assit. Non pas sur une chaise, mais ses fesses à moitié posées sur un coin, à la manière du professeur de potion lorsqu'il donnait les consignes. * Pas le moment de penser à Poudlard, concentre toi bon sang! * se fustigea-t-elle alors que deux hommes patibulaires s'approchaient dangereusement d'elle.
Avant qu'elle puisse faire quoique se soit, l'un des deux, le plus grand, l'attrapa par le col de sa chemise et fit valdinguer le corps pourtant lourd de Dorian à travers la pièce. Le revolver tomba de la poche du jean, mais par chance, la fiole et le laguiole restèrent intacts, bien cachés dans les sous-vêtements de Lilith. La visite aux toilettes n'avait pas était qu'une pause de confort...

Celui qui devait être Wurv avait suivi la scène avec un regard amusé et cynique. Après avoir fait signe aux deux molosses de ne pas insister (pour le moment) il prit la parole. Sa voix était désagréable, mais son accent de l'Est rappela à Lilith qu'elle devait gagner du temps et faire diversion tandis que son autre connaissance Russe agissait.

- Et bien, voilà un revenant! Sa voix tonitruante aurait pu faire trembler Lilith d'en d'autres circonstances. Mais à ce moment même, elle ne fit qu'attiser la haine qu'elle sentait poindre petit à petit en elle. Il continua: J'éspère que tu as de bonnes raison de montrer le bout de ton nez, sinon on se fera un plaisir de débarrasser l'Angleterre d'un parasite de plus... Je t'écoute.

QUOI? Mais, Lilith n'avait pas préparé de plan dans cette optique... Vite, il fallait trouver quelques chose. Parler de Rurik? Non, si l'un d'entre eux s'en sortait, cela les mettrait en danger tous les deux.
C'est à ce moment là que la jeune sorcière sentit la fiole de potion commencer à déborder contre sa cuisse. Mais bien sur! La chaleur de son corps avait réchauffé la mixture qui ne se déclenchait qu'en atteignant une certaine température! Si elle arrivait à gagner encore quelques secondes et à faire glisser la fiole dans sa main, elle pourrait lancer l'explosion.
Il ne manquait plus qu'à espérer que Rurik était prêt pour l'offensive....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Invité, Mar 3 Mar 2015 - 11:53


Concentré sur ses explications, Rurik n'avait pas vraiment fait attention à ce que pouvait ressentir la jeune fille, forcée à subir la sensation d'être un homme peu ragoutant comme Dorian. Ou peut-être qu'il s'en foutait, en fait... Non, c'était trop comique pour ne pas s'en préoccuper... Le russe avait plutôt préféré l'approche professionnelle, afin de mettre toutes les chances de leur côté : magie ou pas, l'infériorité numérique, couplé au fait que les armes moldues étaient aussi foudroyantes qu'un Avada Kedavra, ce n'était pas toujours quelque chose d'agréable.

- Désolée,mais je dois régler un ... "Truc" avant de continuer... J'avais pas prévu que ce que Dorian avait entre les jambes soient si... Je ne pensais pas que votre "service trois pièces" étaient si encombrant quoi !

L'observant s'enfuir en direction des toilettes, le criminel resta dubitatif... Encombrant ? Et les femmes avec leurs airbags disgracieux, peu pratiques pour l'équilibre et vulnérables ? Non mais vraiment. Elle devait probablement se "remettre le paquet en place", notion inconnue aux femmes, qui ne comprenaient pas cette nécessité parfois vitale ! La jeune fille n'avait probablement jamais eu affaire à un service trois pièces, comme elle disait...

...Rurik mourrait d'envie de voir ça, son éventuel dégoût, ses mouvements gauches... Mais du coup, le fait qu'elle avait l'apparence de Dorian lui coupait toute envie de profiter de ce spectacle. Dommage : les innocences brisées, il adorait ça. Lorsqu'elle revint, il ne fit aucune remarque, considérant qu'elle devait sans doute avoir suffisamment souffert.


- Ca va mieux. Nous disions donc que je devais me débrouiller, et te fournir Wurv vivant.

Il acquiesça d'un mouvement de tête. Son arme en main, il se languissait de tuer... La baguette accrochée à sa ceinture ne valait plus rien à ses yeux pour l'instant : ils étaient dans le monde des moldus, et cela ne faisait que l'exciter davantage. Un bon massacre à l'ancienne, quoi.

- ...Heureuse que tu me fasses partager un peu ta passion Rurik. Tu verras, un jour nous deviendrons de grands amis toi et moi !

Lui lançant un regard intrigué, il répondit :

« Tout ceci n'est que le début, je ne pense pas te faire tout découvrir... Mais si c'est le cas, pourquoi pas, ça fera un individu bizarre de plus à mon panel de connaissances. »

L'amitié ne signifiait rien pour lui, il laissait les gens qualifier leurs relations de cette manière ou non. Tout ce qui comptait pour le russe, c'était les actions et le degré e confiance qu'il pouvait avoir envers quelqu'un.

Ils arrivèrent enfin au point où il devenait trop dangereux pour Rurik de continuer avec elle, risquant d'être repéré : les assauts frontaux étaient amusants, mais à deux contre un groupe entier... Même l'imposant sorcier préférait prendre des précautions. Il fit donc signe à la jeune fille transformée de continuer toute seule, ne faisant rien pour la rassurer : à ce point là, la peur était un moteur.


** Bon... Si je ne me trompe pas...**

Contournant la zone pour approcher le bâtiment sur le côté, il repéra une fenêtre, facile d'accès, et gardée uniquement par un seul homme. Sonner l'alerte signifiait perdre Lilith : il n'était pas seul aujourd'hui. A contre-cœur, il tira sa baguette...

« Impero... »

L'homme visé se détendit, l'air béat, attendant que les ordres soient insufflées dans son esprit. Sortant de son couvert, le criminel se rapprocha, tout prêt du garde, lui redressant le menton pour mieux l'observer.

« Du gâchis... Mais tant pis... C'est moi ton chef désormais. »

La victime de l'Imperium hocha lentement la tête, attendant les nouveaux ordres. Pendant un bref instant, et grâce à la sensation enivrante de contrôle total sur cet individu Rurik fut traversé par une idée saugrenue, qui n'avait absolument pas sa place à cet instant...

« Ce sortilège est trop malsain... Ou alors c'est moi... Monte la garde et préviens moi en cas de problèmes. Fait semblant d'obéir encore à Wurv, bien évidemment. »

Ayant récupéré le communicateur du garde, une sorte de machine s'apparentant aux talkies-walkies, mais en beaucoup plus avancé, le sorcier ajouta la fréquence de son oreillette à la liste des appareils synchronisés. Son esclave savait se servir des canaux privés, nul besoin de lui expliquer.

Se hissant à la fenêtre, Rurik jeta un œil à l'intérieur : vide. C'était pour cela qu'il fallait bien surveiller cette possible entrée. Wurv devait se trouver dans une autre salle, et il devait rapidement la trouver, avant que Lilith ne soit trop en danger.

Sortant discrètement de la salle et ajustant son oreillette de communication, le russe se rapprocha des voix qu'il entendait au loin, optant pour les hauteurs : ce lieu était une sorte d'ancien hangar, et les poutres métalliques en hauteur servaient autrefois de rails aux robots de stockage. En dessous de lui, la zone avait été aménagée en une sorte de bureau... Wurv était là, accompagné de ses sbires. La porte s'ouvrit violemment et Lilith-Dorian entra, rapidement malmenée par la bande de mafieux.


- Et bien, voilà un revenant ! J'espère que tu as de bonnes raison de montrer le bout de ton nez, sinon on se fera un plaisir de débarrasser l'Angleterre d'un parasite de plus... Je t'écoute.

Immédiatement, l'imposant sorcier compris que quelque chose n'allait pas : elle pouvait très bien parler de lui, des affaires en cours, des projets... Mais la jeune fille devait avoir oublié tout ce qu'elle avait lu dans les documents que lui avait fourni son professeur. En y réfléchissant bien, il ne pouvait pas trop lui en vouloir : apprendre et s'adapter au monde des affaires du crime n'était pas quelque chose d'évident, les détails importants et les informations en tout genre n'étaient jamais bien évidents à déceler...

Il fallait donc agir. Tuer quelqu'un était sans doute un bon signal pour dire à l'élève de commencer les hostilités. S'ils ne jouaient pas sur l'élément de surprise, ils risquaient d'avoir de gros problèmes.

S'installant comme il fallait pour viser à son aise, il empoigna son arme et jeta son dévolu sur le sbire posté derrière Wurv, de manière à ce que Lilith soit la première à réaliser ce qu'il se passait, car son arme était à la fois mortelle et silencieuse. Pressant la détente avec délectation, Rurik se délecta de ce qu'il provoqua.

En contrebas, l'homme derrière Wurv fut terrassé en une fraction de seconde, une balle lui traversant le crâne. La suite des événements était plus intéressante : avant que l'on ne réalise où il se trouvait, la jeune femme restait vulnérable, il se devait donc de l'assister du mieux qu'il pouvait.

Le loup-garou ne vit pas trop ce qu'elle faisait, mais une chose était sûre : elle n'avait pas cédé à la paralysie de la peur... brave petite. D'un second tir, il envoya dans l'au-delà un autre sbire de Wurv, celui qui était le plus apte à s'emparer de son alliée, afin de lui éviter toute mort par coup de poignard ou autres dommages faciles à infliger par proximité.


** Courage Lilith... Ne reste pas en plein milieu... ** songea-t-il en grognant légèrement.

Un coup de feu passa tout près de lui, lui faisant rater le tir qu'il réservait à un autre garde du corps de sa cible du jour. Parfait, s'il attirait les tirs, un poids énorme se libérait des épaules de Lilith. Par contre, c'était à lui de faire attention, désormais. Ses années de massacres et combats au sein de la mafia lui assuraient très probablement un meilleur taux de survie que pour la gamine sous Polynectar.

Peut-être état-il temps de descendre d'ici pour s'occuper des hommes de main qu'il restait ? En plus, Lilith était hors de vue... Il lui avait dit que cela se passerait bien, et il comptait faire en sorte que ce soit le cas.


Revenir en haut Aller en bas
Lilith Bee
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Lilith Bee, Dim 8 Mar 2015 - 15:21


- Attention, violence légère dans ce RP -

Sans que Lilith n'ait le temps de comprendre ce qu'il se passait,  bruit sourd se fit entendre, caractéristique d'un corp qui s'écroule sur le sol. En moins d'une demi seconde, une des deux hommes de mains était au sol, mort. Une tache rougeâtre commençait déjà à s'étaler sous ce qui lui servait de visage.
*Rurik. Il ne m'a pas laissé tomber.* D'un coup, tous les doutes qui avaient pu lui traverser l'esprit sur le Russe s'envolèrent, et elle sentit le shoot d'adrénaline monter dans ses veines. Quelle sensation exquise!
Sans attendre, et sans faire attention au second coup de feu, elle attrapa la fiole qui chauffait de plus en plus contre sa cuisse -velue- et s'empara de son couteau. Wurv et sa clique s'était retournés, réalisant un peu trop tard qu'ils étaient la cible d'un tireur bien plus intelligent qu'eux. L'arme à feu ne lui aurait de toute manière servie à rien dans le bazar ambiant. La jeune fille n'avait pas appris à viser sur une cible fixe, les cibles mobiles étaient donc hors de sa portée.

Alors qu'elle pensait que l'attention n'était plus sur elle, elle voulu faire exploser sa fiole quand une douleur aigu lui transperça l'épaule droite. Dans un cri rauque qu'elle ne reconnut pas, elle s'écroula sur le coté. La potion lui échappa des mains, et vint exploser à quelques mètres d'elle, faisant moins de dégats que prévu.
Ne prenant pas le temps de vérifier l'état de sa blessure elle se retourna du coté d'où semblait venir la balle qui l'avait touchée. Personne ne faisait plus attention à "Dorian", par conséquent il n'avait du être la cible de personne... Blessée par une balle perdue? Quelle classe pour une première intervention!
Malgré la douleur, la jeune fille garda tout ses esprits et ne relâcha pas sa garde. L'adrénaline faisait décidément bien son job! Dans un effort qui semblait tout à fait impossible en temps normal, elle se releva, le couteau bien calé dans sa main et trouva un coin à l'écart pour observer ce qu'il se passait et décider d'une stratégie.
Rurik avait décidé d'intervenir, et elle lui faisait confiance pour la suite des évènements. Mais si elle pouvait lui permettre d'arriver sans encombres inutiles, elle comptait bien ne pas rester spectatrice!
Les coups de feu se calmèrent. Aussitôt Lilith pu compter les personnes restant dans l'entrepôt. Un des gardes qu'elle avait croisé à l'extérieur était posté à coté de Wurv, prêt à défendre son chef. Précaution inutile, Rurik le tuerait de toute façon.
Deux corps sans vie gisaient au sol. Ou plutôt un seul. Le deuxième, moins chanceux que son collègue, était agonisant, la balle l'ayant gravement blessé mais pas achevé.

Les visages, tournés vers la fenêtre d'où était arrivé l'attaque, contemplaient maintenant le vide. Rurik allait arriver d'une minute à l'autre. Semblant se rappeler de la présence de Lilith-Dorian dans l'entrepôt, Wurv se retourna vers l'endroit où il (elle) était restée couchée au début de la fusillade. Personne. Profitant de ce moment de battement, elle se jeta sur le garde restant, plantant la pointe de son laguiole au niveau des cotes. pas sur l'os, en dessous, remontant vers le haut. Une technique lu dans ses livres d'histoire. Technique qu'elle appliquait pour la première fois.
La force dans le bras de Dorian - son bras-  la désarçonna quelque peu, mais avant de comprendre, le dernier garde était à terre.
Rurik devait arriver, maintenant . Wurv, comprenant le stratagème, se retourna vers celui qu'il pensait être Dorian. Pourquoi cet air serein sur son visage?

Puis la jeune fille comprit. Le revolver que Rurik lui avait confié était entre les mains du Mafieux, et il la visait avec assurance. Elle était seule cette fois. Le Russe n'aurait pas le temps d'arriver. Sa derrière chance? Sa baguette... Mais cette dernière risquait de dévoiler bien trop de choses sur eux.
Le couteau entre ses doigts dégoulinait du sang de sa deuxième -et dernière- victime. Elle souffla. C'était maintenant que tout se terminait? Lilith n'avait pas peur. Peu à peu, les sensations revenaient dans son corps. Son coeur semblait s'être déplacé dans son épaule et il battait sacrément fort. Trop fort.
Les battements remontèrent petit à petit, jusqu'à arriver devant ses yeux. Le canon du revolver qui la visait semblait se rapprocher imperceptiblement. Elle ne bougeait plus. Elle pouvait essayer de s'enfuir, mais cela ne ferait que retarder les choses. Rurik allait arriver. Non plus pour la sauver, cela elle n'y comptait pas. Mais au moins, sa cible serait trop occupée à tuer un homme pourtant déjà mort. Mourir avec un service trois pièces entre les jambes, quelle ironie! A moins que le polynectar ne s'arrête lorsque le corps fatigue? Tiens, il lui semblait commencer à sentir un début de poitrine re pousser.
Finalement, elle se sentait bien hormis la douleur lancinante dans son épaule. L'Adrénaline était une drogue formidable, n'empêche que la sensation que plus rien ne comptait était des plus agréables elle aussi.
Ses pensées virevoltaient à une vitesse impressionnante: L'Ordre, sa mère, Izsa, Poudlard, Rurik, Son frère... Et son père aussi.
Sans même qu'elle ait le temps de comprendre, elle tomba devant elle. Trop de sang. Elle avait perdue trop de sang.
Son corps voulait reprendre sa forme initiale, et cela demandait bien trop de force.

Alors qu'elle lâchait peu à peu prise et qu'elle attendait avec serennité le dernier coup de feu qui ne tarderait pas à arriver, Lilith murmura avec une voix qui était de nouveau la sienne:

- A toi Rurik. Amuse toi bien!

Puis dans un sourire elle perdit connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Invité, Mar 17 Mar 2015 - 0:29


Les tirs se faisaient de moins en moins précis... quelque chose n'allait pas... La possibilité que Lilith soit en train d'exterminer les sbires de Wurv un par un relevait probablement du miracle, le russe ne préférait pas se leurrer. Elle devait sûrement être en difficulté... ou déjà morte...

** Bordel, un peu moins de pessimiste, Rurik, ça te changerait la vie... ** songea-t-il.

Se redressant vivement, il tira une salve de balles, abattant un des hommes qui tentait de le déloger de sa couverture : ce gredin avait réussi, mais il était mort, dommage pour lui ! Analysant vite fait la situation en contrebas, il ouvrit de grands yeux : Lilith-Dorian était à moitié à terre, du sang partout, et Wurv face à elle, pointant une arme sur la jeune fille.

« WURV ! » rugit-il.

Sans réfléchir, il s'élança : le sol était assez loin, mais tant pis, il savait comment amortir sa chute. Dans un grand fracas, il s'écrasa sur le bureau sur lequel s'était installé Wurv plus tôt, la surface s’effondrant d'un seul coup, projetant sur les côtés les planches latérales du meuble. Immédiatement, ne se permettant pas de perdre l'équilibre, Rurik se jeta sur le côté en voyant une arme pointée vers lui, esquivant le tir et offrant à son assaillant des représailles mortelles : savoir dans quelle direction se déplacer en une fraction de seconde pour éviter de se faire tirer dessus, c'était tout un art ! C'était très souvent hasardeux et difficile, mais apparemment ça marchait !

« Mkrovsk... »

Agissant avec autant de brutalité que lorsqu'il était tombé du plafond, Rurik envoya un de ses couteaux de lancer en direction de sa cible, bien décidé à l'attraper vivant. L'homme fut touché à la main et l'arme à feu de Dorian lui sauta des mains. Il n'eut que le temps de la ramasser à nouveau, car lorsqu'il se redressa, un poing rageur s'écrasa sur sa tempe, l'envoyant valser contre un mur, inconscient.

« Ferme la... grogna-t-il. Oh Mer**, Lilith... »

La jeune fille avait récupéré son apparence normale et gisait au sol dans une tâche de sang. Le russe se précipita pour la redresser le plus délicatement possible. Un tir l'avait atteint à l'épaule, et elle avait perdu beaucoup de sang... aucune autre blessure ne semblait mettre sa vie en danger. Lui, la première fois qu'il s'était reçu une balle, cela l'avait mis dans une rage folle.

« Lilith, debout... Enervatum »

Il avait brièvement pointé sa baguette sur elle avant de ranger à nouveau son arme magique : bien qu'il préférait faire tout ceci à la façon des moldus, il préférait éviter de laisser la jeune fille mourir dans ses bras. En général, quand ce genre de chose arrivait, c'était parce que c'était lui qui tuait la personne dans ses bras ! Il ne permettrait donc pas à la jeunette de crever comme ça.

La laissant papillonner des yeux quelques secondes, il attendit qu'elle puisse comprendre quoi que ce soit avant de reprendre la parole.


« Ça va aller, tu t'es juste fait tirer dessus... Je vais m'occuper de ça, mais surtout ne bouge pas... »

Posant son arme juste à côté d'elle, il la souleva légèrement pour avoir une meilleure vue sur la blessure : un petit coup de baguette magique pour retirer la balle, puis un sortilège pour favoriser la guérison, et elle n'aurait même pas à se trouver une excuse pour ne pas venir en cours !

Sauf peut être si...


BAM !

Le coup de feu traversa la salle à toute vitesse, le son déchirant le silence qui était tombé... Rurik n'eut qu'à peine le temps de se retourner après avoir entendu un faible bruit sur sa droite qu'il fut frappé de plein fouet par le tir, la force de l'impact le faisant violemment reculer pour s'écraser dos à la même surface contre laquelle il avait déposé Lilith.

Wurv se redressa complètement, un rictus de satisfaction sur le visage. L'arme qu'il tenait était celle de l'un de ses sbires, le coup du médicomage l'avait rapproché d'un des nombreux cadavres, sans l'assommer complètement.


« Enfin je t'ai eu, Mkrovsk, tu m'échapperas pas cette fois. Tu croyais pouvoir m'éliminer et tout récupérer comme tu as fait avec Aleksei ? Hein ? Réponds ! »

Un autre tir assourdissant... Rurik fut touché au même endroit, un simple grognement de douleur s'échappa de ses lèvres, sa tête tomba en avant jusqu'à ce que son menton ne vienne bloquer le tout contre son torse. Face à l'inertie de l'imposant sorcier, l'autre malfrat laissa échapper une exclamation de joie un brin hystérique.

« Pas si robuste que ça, au final ! Pathétique ! »

La jeune fille en sang semblait toute petite à côté du colosse abattu, petite, et invisible... Combien de temps faudrait-il au moldu pour se rendre compte que Dorian avait disparu "comme par magie" ?
Revenir en haut Aller en bas
Lilith Bee
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Lilith Bee, Dim 5 Avr 2015 - 17:00


HRP : Je suis vraiment désolée pour le retard... le concours m'a demandé beaucoup de temps et d'énergie.. Mais voilà enfin ma réponse. J'éspère que ça te va, sinon MP Wink

La jeune fille n'était pas morte. le coup de feu n'était jamais parti. Autour d'elle, du mouvement. A moitié consciente, elle n'avait pas la force d'ouvrir les yeux mais entendait les bruits qui l'entouraient comme s'ils étaient étrangement loins d'elle...
Des bras la soulevèrent sans que la jeune fille, qui avait depuis retrouvé son apparence, ne puisse réagir. Elle était un poids mort pour l'homme qui la portait si délicatement. Une chose était sur, ce ne pouvait pas être Rurik. Le Russe n'aurait jamais risqué de faire capoter son plan pour l'agaçante sorcière. Quoique...

« Lilith, debout... #Enervatum »

La voix rocailleuse et l'accent de l'est... Le colosse ne l'avait pas laissé tombé.
Le sort lancé sur Lilith eut l'effet escompté et elle tenta d'ouvrir les yeux avec difficulté. La douleur de son épaule, disparue jusqu'à maintenant, refit surface. Il la déposa contre un mur et elle se laissa faire sans broncher. Elle serrait les dents pour ne pas montrer qu'elle luttait contre les bras si accueillant de Morphée. Elle, insomniaque ne rêvait plus que d'un lit. Ou non, même le sol aurait fait l'affaire! Un lassitude énorme l'envahissait et elle se fichait éperdument du reste. Elle n'avait pas peur, elle n'était pas en colère, mais elle aurait voulu que Rurik la laisse dans son état d'inconscience si cotonneux.

- Ça va aller, tu t'es juste fait tirer dessus... Je vais m'occuper de ça, mais surtout ne bouge pas...

Bouger? Ah non, elle n'en avait pas envie. Il la souleva légèrement, et Lilith tourna la tête pour jeter un coup d'oeil à sa blessure. Ce n'était pas très beau à voir, mais son sang était bien rouge. "Signe de bonne santé" disait sa grand mère. Elle esquissa un rictus et hocha la tête pour assurer sa confiance à Rurik.
Qu'il était étrange de donner sa confiance à ce meurtrier sanguinaire. Ils étaient coincés ici, et le comportement du Russe ne correspondait plus en rien avec les mots durs qu'il avait pu avoir lorsqu'il préparaient leur intervention.

Alors qu'il allait attraper sa baguette pour se lancer dans les soins, une détonation rappela brutalement à Lilith qu'ils étaient présentement entourés d'ennemis et que vraisemblablement, tous n'étaient pas mort ni même agonisants.
Elle ne comprit pas ce qui se passa, mais Rurik fut projeté contre le mur à coté d'elle.

C'était Wurv, un peu abimé mais sur ses deux jambes qui se tenait droit devant eux. Il n'avait d'yeux que pour Rurik, omettant totalement la présence de Lilith. Son regard trahissait une folie meurtrière et sa voix était remplie d'une joie malsaine.

- Enfin je t'ai eu, Mkrovsk, tu m'échapperas pas cette fois. Tu croyais pouvoir m'éliminer et tout récupérer comme tu as fait avec Aleksei ? Hein ? Réponds !

Lilith aurait aimé qu'il réponde. Même faiblement. Un signe pour vérifier qu'il n'était pas mort.
Le sort de Rurik commencait à faire de plus en plus effet sur la sorcière qui sentait l'énergie revenir dans son corps. La douleur aussi, toujours plus forte, mais cela ne faisait qu'ajouter à la haine qu'elle ressentait pour celui qui avait peut être tué Rurik.
Un deuxième coup de feu accompagna les mots de Wurv, et le professeur de médicomagie ne poussa qu'un faible grognement. Sa tête était maintenant tombée sur sa poitrine.

- Pas si robuste que ça, au final ! Pathétique !

Mais il allait se taire l'autre tache? Aucun moyen de savoir si Rurik était mort ou vivant, elle était trop loin pour l'entendre respirer... Une rage sans nom s'empara de Lilith.
Si elle attendait trop longtemps, Wurv allait se rendre compte qu'une jeune adolescente avait remplacé Dorian. Et là, s'en était fini pour elle. Tous les hommes de main -hormis le chef- étaient en trop mauvais état pour voir quoique se soit... Et de toute manière le dernier survivant ne le serait pas longtemps. Ca, elle s'en faisait la promesse!
Elle attrapa donc sa baguette en faisant le moins de mouvements possible.
Alors qu'elle relevait la tête, le mafieux sortit de sa transe et sembla comprendre que quelque chose clochait. Qui était donc cette frêle jeune fille à coté de Rurik? Ou était Dorian?

- C'est quoi cette connerie? T'es qui toi?

Décontenancé, il regarda autour de lui. Grossière erreur lorsque l'on se retrouve face à une sorcière, de Gryffondor qui plus est, et enragée.
Elle se releva en s'appuyant que son bras gauche, laissant le droit replié contre sa poitrine pour ne pas qu'il la gène.  Bien que moins agile du coté gauche, la baguette que lui avait conseillée Izsa était très réactive en combat. Elle savait qu'il ne pourrait pas résister, même avec un fusil d'assault.

Elle la pointa donc sur l'homme et lanca un #Expellliarmus. Désarmer Wurv était une priorité. L'arme qu'il avait en main vola loin derrière lui. La peur commençait à se lire sur son visage peu harmonieux.
Lilith quant à elle avait les traits tirés, le teint verdâtre à cause de sa blessure mais une determination effrayante lui donnait un air presque impressionnant. L'homme qui lui faisait face ne comprenait manifestement pas ce qui venait de se passer. Et comme toutes les personnes confrontées à un évènement qui dépasse l'entendement, il prit le partie de ne pas y croire.

- Un prestidigitateur avec un morceau de bois, voilà tout ce que Rurik a trouvé pour se défendre? Bravo ma belle, mais tu rigoleras moins quand je me serai occupé de ton cas... Je suis sur que tu es Vierge en plu...

Elle ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase.

- #Electrocorpus !!

Le pervers se contorsionna. Le sort n'était pas des plus puissants et ne lui ferait pas grand mal. Mais elle voulait lui faire peur. Le faire souffrir. Lilith n'était plus elle-même mais juste une boule de colère.

- #Accio Arme à feu. dit-elle en suivant pour s'armer correctement en attendant que sa victime arrête ses gesticulations ridicules. C'est bon, je peux parler? Sache que tu ne me toucheras jamais. Tu es bien plus pathétique que Mkrovsk. Se faire maitriser par une gamine, quelle honte.

Dans sa main gauche, l'arme trouvait maintenant sa place mais la baguette la gênait pour pouvoir s'en servir correctement. Il était compliqué pour la jeune fille de choisir entre l'une ou l'autre...
Comment allait-elle s'amuser avec lui avant de l'achever?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Invité, Dim 12 Avr 2015 - 17:47



« Ne le laisse pas jouer avec ton arme, je ne veux pas qu'il y prenne goût !
- Elle n'est pas chargée, ne t'inquiète pas. Et puis si tu ne veux pas qu'il me ressemble, pourquoi lui avoir donné mon prénom ?
- Je vais te frapper, je vais te frapper très fort Rurik... »

Rurik ouvrit lentement les yeux : c'était un rêve ou bien un délire de la part de son cerveau ? Une douleur lancinante derrière le crâne lui fit opter pour la seconde proposition. Il se rappelait bien du coup de feu... C'était le second qui l'avait mis K.O. : plaqué contre la surface, le choc du tir lui avait fait perdre connaissance... Quel merdier...

Maintenant que son cerveau fonctionnait plus ou moins bien, malgré son incapacité à bouger, il distingua une voix, qui ne venait pas de son imagination...


- ...Bravo ma belle, mais tu rigoleras moins quand je me serai occupé de ton cas... Je suis sur que tu es Vierge en plu...

Le russe voulut se redresser, mais tout ce qu'il parvint à faire résultat en une absente totale de mouvement, et une sensation désagréable, comme s'il était sur le point de sombrer à nouveau dans l'inconscience... Il fut rassuré d'entendre un "Electrocorpus"... Ah, elle savait se battre la petite... Un instant... Elle savait vraiment jeter ce sort là ? Sur le coup, il n'allait pas s'en plaindre.

- Accio Arme à feu. C'est bon, je peux parler? Sache que tu ne me toucheras jamais. Tu es bien plus pathétique que Mkrovsk. Se faire maitriser par une gamine, quelle honte.

Ouais bon, la gamine avait quand même bénéficié d'une espérance de vie positive grâce à lui, il ne fallait pas l'oublier... Mais il n'allait pas l'interrompre, c'était intéressant à entendre (et aussi, il n'était toujours pas en état de bouger, mais ce n'était qu'un détail !). Le temps s'écoula au ralenti : plus aucun bruit, les respirations saccadées de la jeune fille, du malfrat qu'elle pointait de son arme, tout ceci rendait ce silence insupportable ! Bordel, mais que l'un des deux tue l'autre ! Rurik rassembla toutes ses forces et sa volonté pour redresser lentement la tête... le vertige s'empara de lui comme un maléfice du saucisson, mais ce mouvement lui permit de respirer un peu mieux, ce qui lui donna comme un boost d'énergie. La douleur à son torse était supportable, bien que carrément ankylosante...

« Li... »

Quel choc, il arrivait à parler...

« Ne t'avise pas de le quitter des yeux... erreur...basique... »

Oui, elle était en position de force, il suffisait d'un rien pour qu'elle perde l'avantage, ce qui signifiait leur mort à tous les deux. Il fallait en finir rapidement, et il ne savait pas si elle en était toujours capable : qu'attendait-elle ? Grognant et grommelant, il se redressa, déjà en sueur à cause de l'effort demandé pour ne pas laisser la douleur le mettre au tapis un seconde fois.

« J'étais venu ici dans... dans l'optique de me venger... lentement... Mais là je commence à avoir un gros doute. »

Parler était moins difficile que prévu. Jetant un œil à Lilith, puis à Wurv, il ajouta.

« Je vais juste prendre un peu de temps pour apprécier... A bas la méthode moldue, pour une fois. »

Grimaçant, il ouvrit sa veste, l'arrachant sur la fin, jugeant que de toute façon, avec les deux gros trous qu'elle présentait, il ne pouvait plus la garder. Dessous, il portait un gilet pare-balles, qui avait absorbé l'impact des deux tirs, malgré la puissance de l'arme à feu.

« Tu croyais que j'allais venir sans précautions, Wurv ? Tu vois, ça a ses avantages de bosser pour la police ... »

Grognant, encore et toujours il retira l'équipement de protection... En dessous, son torse ne présentait aucune trace de sang, mais deux gros bleus violacés, qui faisaient contraste avec la couleur de sa peau et pouvaient presque faire oublier toutes ses cicatrices, s'il n'en avait pas autant. Tirant sa baguette de l'encoche spéciale à l'arrière de sa ceinture, il la pointa sur les deux marques, sans quitter l'homme des yeux, s'assurant que celui-ci l'observait bien. Le sortilège informulé qu'il avait lancé eut un effet immédiat, calmant sa douleur et faisant disparaître progressivement les bleus. Le médicomage n'avait pas besoin d'être au meilleur de sa forme pour guérir des coups dans le genre... Il avait d'ailleurs autre chose en tête avec sa baguette...

« Endoloris »

Le moldu tomba à terre, hurlant de douleur, agité de convulsions.

« Tu mérite que je te fasse subir ça jusqu'à ce que tu en crèves... T'as voulu m'éliminer, alors je ne vais pas perdre mon temps, tu vas tout simplement le payer de ta vie. »

Stoppant le sortilège de souffrance, il tourna son regard glacial vers Lilith.

« Tu le bute ou je le fais ? »

Il n'attendit pas vraiment la réponse de la gamine, s'avançant vers elle pour la dépasser. Un coup de feu retentit de l'autre bout de la salle, mais armé de sa baguette, le sorcier dévia la balle.

« Je t'avais presque oublié toi... »

L'homme au loin n'osa pas tirer une seconde fois, apparemment terrifié. Il s'agissait de celui qui avait subi le sortilège de l'Imperium, libéré de son emprise lorsque Rurik avait été mis KO.

« Lui par contre il est pour moi...Sectusempra » grogna-t-il.

Le sortilège atteint l'homme de plein fouet, le loup-garou avait visé la gorge, afin d'être bien sûr qu'il ne survive pas. Le cri étouffé et le flot de sang qui suivirent en fut une preuve suffisante pour que le russe baisse sa baguette.

« On en revient au personnage principal, donc... »

S'agenouillant à côté de Lilith, il posa une de ses grosses paluches sur le bras de la gamine, l'aidant à tenir bien droit l'arme à feu, lui enlevant délicatement sa baguette des doigts : il savait désormais de quoi elle était capable avec ça, et il avait tout plein de questions à lui poser, il fallait juste qu'elle se serve de l'arme moldue pour ne plus en avoir. Une armée était une arme, il fallait savoir en utiliser le plus possible pour survivre !

« Je te rend ça après... Tiens le droit comme ça, vise la tête, ou le cœur. Si tu rates, n'hésite pas une seconde à tirer encore. Dis toi que lui le ferait de sang froid... »

Il lâcha ce bras si chétif comparé aux siens et se laissa tomber en position assise, voulant admirer le spectacle... Les coups de feu, les sortilèges, tout ceci l'avait exténué, mais il devait encore tenir pour prendre soin de la jeune fille. C'était lui qui l'avait emmené jusqu'ici, il se devait de la ramener à Poudlard...

...Ensuite, peut-être qu'il s'autoriserait un crash violent dans son lit pour dormir comme une masse.

Revenir en haut Aller en bas
Lilith Bee
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Lilith Bee, Dim 19 Avr 2015 - 23:33


Lilith était encore en train d'hésiter entre les deux armes lorsque un bruit derrière elle l'inquiéta au plus au point. Etait-ce encore un autre garde "survivor" qui avait résisté à l'attaque des deux sorciers?
Alors qu'elle allait se retourner pour éviter un coup de poignard dans le dos, ce qui ressemblait à un râle se fit plus précis.

- Ne t'avise pas de le quitter des yeux... erreur...basique...

Rurik! Il était donc vivant et apte à parler. La jeune fille dut se battre contre son envie de se retourner pour vérifier que ce n'était pas un fantôme qui lui parlait. Mais elle n'avait pas vu de sang à coté du corps du Russe... Elle avait été idiote de croire que l'ancien mafieux puisse venir sans prévoir au minimum une protection contre les balles.
Lilith n'écouta pas ce que Rurik dit après, trop concentrée à surveiller Wurv. Ce dernier semblait être partagé entre la folie et le désespoir. Quoi de plus normal, il venait de voir ce que peu de moldus auraient l'occasion de voir dans leur vie, mais malheureusement il n'aurait jamais l'occasion d'en parler à qui que se soit. Il allait mourir, il le savait. Et sa mort ne serait pas des plus douces.
Le médicomage se soigna et donna raison aux inquiétudes de Wurv. Au plus grand plaisir de Lilith. Elle n'aurait jamais pu lancer un sort impardonnable, le Russe lui n'avait aucun scrupule. Après que le sort se soit fait entendre elle se délecta du spectacle de douleur qui s'offrait à elle. C'était malsain, et la jeune sorcière le savait. Mais vu ce qu'elle avait vécut jusque là, la balle toujours logée dans son épaule, et son envie meurtrière qui ne cessait de monter en elle, elle n'était plus à ça prêt!

- Tu mérites que je te fasse subir ça jusqu'à ce que tu en crèves... T'as voulu m'éliminer, alors je ne vais pas perdre mon temps, tu vas tout simplement le payer de ta vie. Rurik cessa alors le sort et se tourna vers Lilith Tu le butes ou je le fais ?

Elle ne détourna pas le visage vers lui - son regard était toujours fixe sur l'homme à terre qui se remettait tant bien que mal de la torture qu'il venait d'endurer - néanmoins elle hocha la tête et répondit un "Laisse le moi" froid et sans intonation.
Le Russe s'approcha d'elle, quand un coup de feu retentit de nouveau, faisant sursauter l'adolescente. Cette fois, la balle n'atteint pas sa cible et le coupable fut neutralisé avant qu'il ait pu comprendre ce qui se passait. Aux gargouillis caractéristiques que Lilith entendit, elle en déduit que son coéquipier avait visé le cou. Simple et efficace.
Puis, sa besogne terminée, Rurik vint s'agenouiller prêt d'elle. La douceur toute relative dont il faisait preuve avec elle était surprenante. Quand il s'agissait d'enseigner comment tuer, la montagne de muscle faisait preuve d'une patience et d'une pédagogie qui auraient fait pâlir de jalousie la plupart des professeurs de Poudlard.
Le contact de sa main bourrue sur son bras permit à Lilith de se détendre un peu. Il ôta la baguette des mains de la jeune fille, lui ôtant par la même occasion la possibilité d'un choix, et l'aida à se placer correctement avec l'arme à feu.
En face, Wurv savait qu'il vivait ses derniers instants, la seule chose qu'il ne savait c'est si le bourreau allait bien viser pour abréger ses souffrances. Dans ses yeux, Lilith vit passer une lueur animale qu'elle assimila à un instinct de survie primitif. Est ce que toutes les personnes attendant la mort avaient cette même étincelle dans les yeux? Elle n'avait pas été au chevet de son père lors de ses derniers instants, et le meurtre qu'elle avait commis lors de sa rencontre avec Rurik était si flou dans son esprit qu'elle ne pouvait pas se souvenir de la moitié de ce qui s'était passé.

- Je te rend ça après... Tiens le droit comme ça, vise la tête, ou le cœur. Si tu rates, n'hésite pas une seconde à tirer encore. Dis toi que lui le ferait de sang froid...

La dernière partie de la phrase de Rurik était là pour lui donner du courage. Mais elle n'en avait plus besoin. Elle n'était plus la jeune fille pleine de peurs et de colère de leur première rencontre. Aujourd'hui elle était froide et déterminée. Elle le tuerait. Même si elle devait s'y reprendre à plusieurs fois.
La folie meurtrière qui s'emparait de Lilith l'empêchait de penser réellement. La douleur de son épaule était inexistante à ce moment précis.
Elle respira un grand coup, visa le buste, et appuya sur la détente. Elle ne toucherai peut-être pas le coeur, mais au moins, il serait neutralisé.
Le bruit résonna dans l'entrepôt, et Wurv s'écroula de nouveau au sol dans un grognement sinistre. Pourtant, il continuait de bouger comme un verre de terre. Dégageant son bras de l'emprise de Rurik, elle se rapprocha de lui, se posta au dessus du mourant et visa entre les deux yeux.
Il remuait, tentait de ramper et de fuir cet ange de la mort pourtant inévitable. Vu le sang qu'il perdait, Lilith ne ferait qu'accélérer le travail.

- Pitié, tu ne connais pas Rurik comme je le connais. Tu lui fais confiance, mais un jour il te réservera le même so...

- Ta g*¨le! Lilith ne lui laissa pas finir sa phrase Ne t'inquiète pas pour moi. Merci Rurik, c'est un plaisir de l'abattre.

Elle le regarda droit dans les yeux et appuya une dernière fois sur la détente. Boum.

Cette fois, l'homme à terre ne bougeait plus. Le crâne défoncé, il était presque impossible de le reconnaitre.
La jeune sorcière lâcha le bras qui tenait l'arme à feu et le laissa ballant le long de son corps. Elle  se sentit vide pendant au moins une minute. Les secondes s'égrenaient au ralenti, et tout lui semblait lointain. Seul Rurik et elle était encore debout au milieu de ce charnier de corps et de sang. Sur elle, son propre sang se mélangeait avec celui de Wurv et du garde qu'elle avait tué quelques minutes auparavant .
Rurik, il était torse nu? Que faisait-il à dépenaillé comme ça?
Elle fit quelques pas dans sa direction, ses jambes flageolantes pouvaient lui faire défaut à tout moment.

- Pas d'autres survivants à achever? Parce que si c'est le cas, je veux bien m'en charger avant de tourner de l'oeil.

Elle essayait de faire de l'humour, mais elle sentait bien qu'elle n'était plus tellement portée par l'adrénaline. Tout risquait de lâcher, et elle ne voulait pas de nouveau être un boulet pour le Rurik.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Invité, Jeu 23 Avr 2015 - 14:30


Ajustant ce bras chétif mais visiblement déterminé, attendant qu'elle tire, Rurik se surprit à ressentir une sorte de fierté : certes, la jeune fille ne tirait pas immédiatement, elle avait le temps de réfléchir, ce qui n'arrivait pas souvent lors des affrontements avec armes à feu... mais elle allait tirer, elle ne semblait pas effrayée. C'était devenu une femme... Une tueuse.

Le tir retentit et Wurv s'écroula... Lilith avait légèrement fait bouger l'arme en pressant la détente, une erreur classique des débutants qui ne savent pas tenir leurs armes à la perfection. Mais ce n'était qu'un petit défaut, peut-être bien le seul : elle s'améliorerait avec le temps.

S'extirpant de l'emprise bienveillante de l'imposant sorcier, la jeune fille s'approcha de sa victime, elle allait terminer le boulot, de plus près pour être sûre de l'achever. Peut-être souhaitait-elle également se faire asperger par le sang de sa victime... Non... Rurik ne pouvait quand même pas la transformer autant comme lui en si peu de temps.


- Pitié, tu ne connais pas Rurik comme je le connais. Tu lui fais confiance, mais un jour il te réservera le même so...
- Ta g**ule! Ne t'inquiète pas pour moi. Merci Rurik, c'est un plaisir de l'abattre.

Mais avec plaisir... Le bruit de l'impact du second tir résonna de manière différente cette fois-ci... Elle avait touché un point fatal. Elle venait de faire sa première victime volontaire : le russe ne l'avait pas obligée à le faire, personne ne la menaçait... L'adrénaline devait sans doute l'empêcher de s'en rendre compte.

- Pas d'autres survivants à achever? Parce que si c'est le cas, je veux bien m'en charger avant de tourner de l'oeil.

Non, malheureusement il n'y avait plus personne à tuer... C'était passé trop vite. Rurik resta silencieux, le regard vide, la respiration saccadée. Bien qu'il s'était soigné, la fatigue demeurait, mais il se sentait bien, très bien même, voir Wurv se faire exploser le crâne par Lilith avait été jouissif, un genre d'orgasme bien différent que celui associé à l'acte sexuel. Tuer permettait de se sentir encore plus vivant.

« Non désolé, plus personne à buter... »

Oui, c'était une tragédie... Mais les deux tueurs devaient partir, s'attarder ici ne leur causerait que des ennuis. Tirant à nouveau sa baguette, le sorcier resta dubitatif un moment : il ne saignait pas... C'était rare !

« Pas contre faut effacer les preuves qui pourraient être utilisées contre nous... »

Informulant un sortilège qu'il avait très souvent utilisé dans le passé, il pointa Lilith, qui sentit alors un drôle de fourmillement, indolore mais passablement désagréable, se répandre rapidement dans tout son corps avant de disparaître. Il visa ensuite le sang qu'elle avait laissé par terre.

« J'ai l'habitude des méthodes employées par la police, je sais pas si les anglais sont aussi efficaces que nous pour remonter les pistes, mais mieux vaut faire en sorte de ne laisser aucun indice... C'est juste un sort qui permet de dénaturer tout ce qui est sang, empreintes, même le moindre petit cheveu laissé derrière toi. Lancé sur toi en premier lieu, ça a permis de faire en sorte qu'il ne vise que ce qui te concerne. Ça ne peut pas te faire du mal à un organisme entier, les cellules se régénèrent à un rythme trop rapide... »

Il s'arrêta brusquement...

« ... Et je ne suis pas en cours, bordel... T'as vu ce que Poudlard me fait ? Viens là que je m'occupe de te soigner. »

Comme elle s'était approchée, il n'eut qu'à faire quelques pas pour l'atteindre. Une balle, une simple balle, il ne comptait plus combien il en avait retiré... La plupart avec les doigts, sans se soucier de la douleur, vu qu'il s'agissait de lui-même. En tant que médecin et médicomage, il connaissait toutes les méthodes pour y parvenir, et dans un élan de sympathie, il décida d'utiliser la méthode magique, moins douloureuse, pour Lilith, ce serait une manière de lui dire qu'elle avait fait du bon boulot, même s'il était peu probable qu'elle le comprenne de cette manière.

« ... Bouge pas, ça va peut être faire un peu plus mal que ce que tu ressens là, mais au moins ça sera fini. »

D'un coup de baguette, il fit sauter la balle de la chair dans laquelle elle s'était logée, avec une certaine efficacité. Il appliqua ensuite un sortilège de guérison progressive et fit apparaître un bandage qu'il n'attacha pas par magie, se servant plutôt ses mains pour en faire un bien serré. L'on sentait l'habitude et le professionnalisme dans ses mouvements... Entre sa vie de mafieux et de médicomage, les bandages n'avaient plus de secrets pour lui.

« Voilà, tu passeras demain dans mon bureau, que je te le change, on va éviter de montrer ça à l'infirmière. Fais aussi en sorte que ça ne se remarque pas, porte un pull ou je-sais-pas-quoi... »

Machinalement, il s'essuya sur son torse, se rappelant un peu trop tard qu'il était torse-nu après avoir retiré son gilet pare-balles. Ça ne le dérangeait pas de se retrouver tout plein de sang, bien au contraire, mais il fallait rentrer en évitant de trop se faire remarquer... Il alla donc ramasser sa veste trouée par les deux balles, lançant au passage son sortilège de neutralisation des preuves sur son gilet, qu'il ne comptait pas emporter : on ne réutilisait pas ce genre de choses ! N'ayant pas été blessé, il préférait s'assurer qu'il n'y ait aucun souci : le moindre petit bout de peau morte, le moindre poil pouvait mettre leur innocence en péril.

« ... Tu sais... Je t'ai entendu t'en prendre à lui avec tes sorts... Comme quoi ils t'apprennent quand même quelques trucs dans ton groupe bizarre... »

Il ramassa son arme, l'accrochant dans son dos (son sac était dehors, caché sur le chemin), celle de Dorian, et celle de Wurv, un modèle particulier qui lui plaisait assez bien.

« ...J'espère t'avoir appris deux-trois trucs, tout de même... Même si je ne suis visiblement pas du même niveau ! »

Évidemment empli d'ironie, il grogna d'un air amusé. Peut-être qu'il était temps d'arrêter de la faire surveiller... Elle n'avait rien à cacher qui le mettait en danger. Malgré sa curiosité envers l'étrange groupe que la jeune fille avait rejoint, il ne préférait pas trop y impliquer ses sbires : il avait déjà été obligé d'effacer leurs souvenirs une demi-douzaine de fois à cause d'événements magiques, il ne voulait pas qu'ils se fassent tuer. C'était leur limite, pour la magie, il n'y avait que lui qui pouvait s'y frotter sans risquer obligatoirement la mort.

Revenir en haut Aller en bas
Lilith Bee
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Lilith Bee, Sam 9 Mai 2015 - 0:42


Recrutement de Rurik

HRP:
 

Le Molosse aux accents de l'est confirma ce que Lilith savait déjà: il n'y avait plus personne à massacrer ici. Elle ne savait pas si elle ressentait un soulagement ou de la deception à l'annonce de ce constat.
Elle devenait une tueuse nom d'un chien! Entre l'euphorie et l'abattement, la jeune sorcière préférait ne pas y penser. Surtout ne plus regarder tout ce sang autour d'elle. Un peu du sien, mais aussi, et surtout, celui de Wurv qui avait giclé sur elle.
Rurik partit dans un laïus interminable sur les recherches ADN et les méthodes d'investigation moldu. Elle ne s'y connaissait pas autant que lui, mais certains mots lui rappelaient les séries télé que sa mère regardait avec délectation lorsqu'elle était enfant. Pourtant elle n'écoutait pas, se contentant de regarder les lèvres de son mentor bouger pendant qu'il lançait ses sorts. Elle sentit un picotement désagréable mais non douloureux lui traverser le corps. A coté de la balle qu'elle avait encore dans l'épaule et des effets du polynectar, rien de bien méchant.
Son compagnon finit par se taire. Un silence qui dura à peine quelques secondes, mais que la rouge et or apprécia. Pourtant ce moment d'accalmie fut bientôt rompu par Rurik.

« ... Et je ne suis pas en cours, bordel... T'as vu ce que Poudlard me fait ? Viens là que je m'occupe de te soigner. Bouge pas, ça va peut être faire un peu plus mal que ce que tu ressens là, mais au moins ça sera fini. »

Soigner? Ah oui, elle avait l'épaule en sang... La douleur était toujours présente, mais Lilith, hébétée, trop occupée à donner le change et à tenir sur ses jambes avait finit par occulter la douleur dans un coin de sa tête. Comme si son cerveau avait décidé de ne traiter qu'une seule information à la fois.
Elle se contenta de sourire avec compassion à l'ancien mafieux. Finalement, il y avait plus terrible comme évolution de carrière.
Rurik fit sauter la balle en dehors de l'épaule de sa "protégée". Et la douleur se rappela à son bon souvenir avec un intensité affolante. Lilith retint un cri en se mordant la lèvre inférieure jusqu'au sang. Le goût métallique qu'elle sentit sur le bout de sa langue la rassura presque. Elle était toujours sur le point de tourner de l'oeil, alors elle agrippa l'épaule dénudée de son sauveur pendant que celui-ci lui faisait un bandage.
Reprenant petit à petit ses esprits, elle réussit à tenir debout avec plus d'assurance. Elle lacha donc l'épaule rassurante de Rurik et sentit le sang irriguer de nouveau ces joues. La chaleur revenait peu à peu dans son corps d'adolescente, bien que le bras blessé restait inlassablement glacé.

« ... Tu sais... Je t'ai entendu t'en prendre à lui avec tes sorts... Comme quoi ils t'apprennent quand même quelques trucs dans ton groupe bizarre... »

Cette phrase détendit Lilith. Fait étrange, car les Phénix ne devaient pas être découverts. Et le fait que Rurik connaissent l'appartenance de la jeune fille à ce groupe illégal n'était pas des plus rassurant... Pourtant, elle se souvint d'un détail qui lui était complètement sortit de la tête: les membres de l'ordre avaient repéré le jeune professeur de Poudlard. Et il lui avait demandé de le recruter. Cette vendetta à ses cotés, Lilith l'avait vu comme une occasion de juger si le Russe pouvait être digne de confiance sur un champ de bataille.
Les choses seraient nettement moins faciles qu'avec Izsa, elle en était certaine. Pourtant, à ce moment précis, alors qu'ils étaient venus à bout d'un mafieux et de ses sbires, une petit voix lui disait qu'il viendrait les rejoindre.
Elle se contenta de rire doucement en regardant l'homme ramasser une arme à terre. Celle de qui? Elle n'en avait aucune idée, et peu lui importait.

" J'ai de la ressource, contraiement à ce que tu pourrais penser! "

« ...J'espère t'avoir appris deux-trois trucs, tout de même... Même si je ne suis visiblement pas du même niveau ! »

C'était le moment. La sorcière ne pouvait pas laisser passer cette occasion. Elle fit un pas hésitant pour s'assurer que cette fois elle serait capable de marcher et s'approcha prudemment de Rurik.

" Oui, tu m'apprends bien des choses, même si je ne suis pas sur que se soit le rôle d'un professeur à ce niveau là!"

Lilith sourit en pensant à ce que dirait sa mère d'un enseignant qui amenait ses élèves dans des règlements de compte de cet envergure. Mais elle se recentra vite sur son objectif. L'Ordre du Phénix.  

"A ce propos, j'aimerai te parler d'un truc... Mais si ça te gène pas, on peu se barrer d'ici en même temps. Si je m'arrête, je sens que je vais m'écrouler et je tiens pas à m'éterniser. "

Les pas de Lilith n'étaient pas aussi vifs qu'à l'aller. Elle se contentait de mettre un pied devant l'autre, doucement, mais surement. L'action, la fatigue, l'ivresse d'avoir exécuté un homme de sang froid, la douleur et le sang qu'elle avait perdu... Tout ses facteurs l'inquiétaient sur ses capacités à faire le chemin inverse à pieds. Mais au moins, il fallait qu'elle lui parle de l'Ordre avant de pouvoir lâcher la pression.
Il n'avait qu'à la suivre.

" Ce que je vais te dire là, ça doit rester secret. Mais je pense que vu ce que l'on sait déjà l'un de l'autre, tu n'as aucun intérêt à me trahir. Je ne te ferai donc pas tout le discours sur le fait que je t'administrerai le sortilège d'amnésie si tu refuses ma proposition et tout le baratin. ..." La jeune fille reprit son souffle et vérifia que le Russe la suivait bien. Puis elle continua à voix basse " Le groupe bizarre... Il s'agit de l'Ordre du Phénix. Et ils m'ont chargée de te demander de joindre nos rangs. Tu sais qui on est j'imagine?"

Voilà. Simple mais efficace. Encore une fois, la Gryffondor se passerait des recommandations de mise sur les dangers encourus et tout le tralala censé découragé les plus couards. Le Russe aimait vivre dangereusement. Et bien que Lilith ne connaisse pas tellement les milieux mafieux Russes, elle se doutait qu'ils devaient être au moins aussi vicieux et mauvais que les mages noirs.
En en disant le moins possible, elle gardait aussi quelques arguments en stock pour le convaincre. Elle ne voulait pas se l'avouer, mais elle savait qu'elle avait envie de savoir Rurik à ses cotés dans ce combat. Elle sentait une proximité avec cet homme dur, le seul qui saurait jamais tout ce qu'elle était réellement.
En attendant la réponse de son professeur, Lilith ne s'arrêta pas de marcher. Elle se contenta de ralentir le pas, si cela était encore possible, et de tendre l'oreille, guettant la moindre réaction du Russe. Le paysage tournait de façon anormale autour d'elle, hors de question de faire une pause et de se sentir tomber dans les pommes une nouvelle fois!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Invité, Dim 10 Mai 2015 - 15:37


La jeune fille était à sa merci, il allait pouvoir en fait ce qu'il voulait : la fatigue, la douleur, le choc, la retombée d'adrénaline, il connaissait tout ceci, il savait s'en servir sur des hommes et des femmes cent fois plus robustes sans même avoir besoin d'utiliser la légilimancie. Bon, bien évidemment, il n'allait pas passer à la phase "torture" avec Lilith, il n'aurait pas besoin d'en arriver jusque là pour la faire parler.

- Oui, tu m'apprends bien des choses, même si je ne suis pas sur que se soit le rôle d'un professeur à ce niveau là !

Il haussa les épaules : depuis quand il devait coller parfaitement à l'image d'un professeur ? Cela avait été raté dès sa première seconde passée à Poudlard, voire même avant, n'ayant guère l'apparence rassurante d'un médicomage. D'ailleurs, à l'hôpital, un accord indirect semblait s'être propagé parmi tout le personnel : il valait mieux présenter les nouveaux arrivants à n'importe qui en premier, afin de lui parler du médicomage Mkrovsk s'il devait être affecté à ce patient, et les rassurer sur leur état... Chose que lui ne faisait pas : il faisait du mieux qu'il pouvait pour les soigner, c'était évident, pourquoi s'embêter à le préciser ?

Du coup, elle n'avait pas tort, ce n'était pas son rôle... Mais la situation était sans doute plus complexe qu'un professeur de médicomagie et une élève de Poudlard. En effet, en général il n'y avait pas autant de cadavres.

- A ce propos, j'aimerai te parler d'un truc... Mais si ça te gène pas, on peu se barrer d'ici en même temps. Si je m'arrête, je sens que je vais m'écrouler et je tiens pas à m'éterniser.

Acquiesçant silencieusement, il étira un léger sourire lorsqu'il lui passa devant en direction de la sortie : bon, en fait c'était trop simple, c'en était décevant, mais si agréable de ne pas faire d'efforts après ce combat mouvementé.

« On va pas s'éterniser ici, allons-y... »

Il la laissa néanmoins passer devant lui juste après : il devait la surveiller, et c'était plus simple en étant derrière elle, pour la protéger au cas où.

- Ce que je vais te dire là, ça doit rester secret. Mais je pense que vu ce que l'on sait déjà l'un de l'autre, tu n'as aucun intérêt à me trahir. Je ne te ferai donc pas tout le discours sur le fait que je t'administrerai le sortilège d'amnésie si tu refuses ma proposition et tout le baratin.

Un grognement amusé s'échappa de la gorge du loup-garou : si elle osait essayer, c'était elle qui risquait de perdre des souvenirs, et sans le moindre sortilège. Il ne répliqua pas, elle semblait presque sérieuse, et ce changement était synonyme d'importance.

Le groupe bizarre... Il s'agit de l'Ordre du Phénix. Et ils m'ont chargée de te demander de joindre nos rangs. Tu sais qui on est j'imagine ?

Grognant, il laissa ensuite échapper une exclamation de déception impossible à rater. Il s'attendait à un truc plus... plus... comment dire, intéressant ?

« Bien sûr que je sais qui vous êtes, j'ai vécu à Londres quelques années, je suis pas un ignorant non plus. Puis j'ai eu vent de bon nombre de rumeurs et événements. Je me demande bien ce que vous me voulez, j'imagine que tu ne leur a rien dit à mon propos, cela pourrait te retomber dessus. Vous avez besoin d'une autre personne à Poudlard ? D'un médicomage ? D'un truc large pour encaisser les sorts à votre place ? »

Il s'était arrêté, forçant du coup l'élève à en faire de même. Le visage du russe était figé dans une expression inexplicable : cette proposition était une occasion unique.

« Lilith... Je suis un criminel, tu crois vraiment que j'ai ma place dans un groupe de combattants de la justice et toutes ces conneries dans le genre ? »

Ces conneries, il y songeait souvent, tout de même : les Mangemorts, ces êtres abjects qui appréciaient tuer autant que lui, mais ayant des idéaux bien assez différents. Rurik ne savait pas si cela était suffisant pour aspirer à faire un "bon Phénix", mais après tout, si Lilith prenait le risque de lui en parler, c'est qu'elle croyait en lui...

« Je pense pas qu'on a les mêmes façons de faire, t'es la mieux placée pour le savoir, mais je pense que l'on peut essayer, au pire de toute façon, je n'ai aucune raison de vous causer du tort, et j'aimerais bien te voir essayer de me jeter un sortilège d'Amnésie, tiens... »

Pointant brusquement sa baguette derrière lui, il fronça les sourcils et lança un sortilège explosif, causant une puissante détonation qui fit s'effondrer une partie de l'entrepôt dont ils étaient sortis, un incendie se formant rapidement et s'occupant d'achever peu à peu le bâtiment.

« Et j'avoue être curieux... J'ai mes raisons de détester les mangemorts et de vouloir combattre certaines injustices. Je pourrais t'expliquer un jour, si tu veux... Tu pourras m'en dire plus sur ton Ordre tout à l'heure, là faut filer et faire en sorte que tu tombes pas dans les pommes, j'ai pas envie de te porter... »

Il pouvait la porter, certes, mais elle devait apprendre à faire davantage attention à ce genre de choses : le jour où elle se retrouverait toute seule, il fallait qu'elle soit prête. Alors en plus avec cette histoire d'Ordre du Phénix, il songea au fait qu'il pouvait la préparer encore plus, l'entraîner et la rendre vraiment efficace.

Il n'était pas totalement conquis par l'idée de rejoindre ce groupe, mais la présence de la jeune fille et la curiosité le forçaient à accepter pour voir ce que ça donnait. De plus, un léger espoir venait de se développer dans un coin de sa tête : peut-être pouvait-il apprendre à faire autrement qu'en tuant nécessairement tous ceux qui se mettaient en travers de sa route, peut-être que ces gens avaient de quoi lui apprendre... Il était certes expérimenté du haut de ses trente-cinq ans, ses expériences avec la mafia moldue et la mafia magique, mais il savait pertinemment que l'on pouvait toujours découvrir des choses. Au pire, il pouvait toujours jouer un rôle pour se faire accepter.

L'image d'Alekseï apparut un bref instant dans ses pensées : ah bah voui, il pouvait aussi tuer le chef de l'Ordre du Phénix et s'en approprier le contrôle, mais cela ne l'attirait pas plus que ça, il avait besoin de s'y faire avec le fonctionnement des choses, et obéir aux ordres lui permettrait de ne pas avoir à trop s'en faire... Cela le changerait même un peu de son statut de chef de mafia et de commandant de police en Russie.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 12

 Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.