AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 5 sur 14
Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant
Invité
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Dim 10 Mai 2015 - 15:37

La jeune fille était à sa merci, il allait pouvoir en fait ce qu'il voulait : la fatigue, la douleur, le choc, la retombée d'adrénaline, il connaissait tout ceci, il savait s'en servir sur des hommes et des femmes cent fois plus robustes sans même avoir besoin d'utiliser la légilimancie. Bon, bien évidemment, il n'allait pas passer à la phase "torture" avec Lilith, il n'aurait pas besoin d'en arriver jusque là pour la faire parler.

- Oui, tu m'apprends bien des choses, même si je ne suis pas sur que se soit le rôle d'un professeur à ce niveau là !

Il haussa les épaules : depuis quand il devait coller parfaitement à l'image d'un professeur ? Cela avait été raté dès sa première seconde passée à Poudlard, voire même avant, n'ayant guère l'apparence rassurante d'un médicomage. D'ailleurs, à l'hôpital, un accord indirect semblait s'être propagé parmi tout le personnel : il valait mieux présenter les nouveaux arrivants à n'importe qui en premier, afin de lui parler du médicomage Mkrovsk s'il devait être affecté à ce patient, et les rassurer sur leur état... Chose que lui ne faisait pas : il faisait du mieux qu'il pouvait pour les soigner, c'était évident, pourquoi s'embêter à le préciser ?

Du coup, elle n'avait pas tort, ce n'était pas son rôle... Mais la situation était sans doute plus complexe qu'un professeur de médicomagie et une élève de Poudlard. En effet, en général il n'y avait pas autant de cadavres.

- A ce propos, j'aimerai te parler d'un truc... Mais si ça te gène pas, on peu se barrer d'ici en même temps. Si je m'arrête, je sens que je vais m'écrouler et je tiens pas à m'éterniser.

Acquiesçant silencieusement, il étira un léger sourire lorsqu'il lui passa devant en direction de la sortie : bon, en fait c'était trop simple, c'en était décevant, mais si agréable de ne pas faire d'efforts après ce combat mouvementé.

« On va pas s'éterniser ici, allons-y... »

Il la laissa néanmoins passer devant lui juste après : il devait la surveiller, et c'était plus simple en étant derrière elle, pour la protéger au cas où.

- Ce que je vais te dire là, ça doit rester secret. Mais je pense que vu ce que l'on sait déjà l'un de l'autre, tu n'as aucun intérêt à me trahir. Je ne te ferai donc pas tout le discours sur le fait que je t'administrerai le sortilège d'amnésie si tu refuses ma proposition et tout le baratin.

Un grognement amusé s'échappa de la gorge du loup-garou : si elle osait essayer, c'était elle qui risquait de perdre des souvenirs, et sans le moindre sortilège. Il ne répliqua pas, elle semblait presque sérieuse, et ce changement était synonyme d'importance.

Le groupe bizarre... Il s'agit de l'Ordre du Phénix. Et ils m'ont chargée de te demander de joindre nos rangs. Tu sais qui on est j'imagine ?

Grognant, il laissa ensuite échapper une exclamation de déception impossible à rater. Il s'attendait à un truc plus... plus... comment dire, intéressant ?

« Bien sûr que je sais qui vous êtes, j'ai vécu à Londres quelques années, je suis pas un ignorant non plus. Puis j'ai eu vent de bon nombre de rumeurs et événements. Je me demande bien ce que vous me voulez, j'imagine que tu ne leur a rien dit à mon propos, cela pourrait te retomber dessus. Vous avez besoin d'une autre personne à Poudlard ? D'un médicomage ? D'un truc large pour encaisser les sorts à votre place ? »

Il s'était arrêté, forçant du coup l'élève à en faire de même. Le visage du russe était figé dans une expression inexplicable : cette proposition était une occasion unique.

« Lilith... Je suis un criminel, tu crois vraiment que j'ai ma place dans un groupe de combattants de la justice et toutes ces conneries dans le genre ? »

Ces conneries, il y songeait souvent, tout de même : les Mangemorts, ces êtres abjects qui appréciaient tuer autant que lui, mais ayant des idéaux bien assez différents. Rurik ne savait pas si cela était suffisant pour aspirer à faire un "bon Phénix", mais après tout, si Lilith prenait le risque de lui en parler, c'est qu'elle croyait en lui...

« Je pense pas qu'on a les mêmes façons de faire, t'es la mieux placée pour le savoir, mais je pense que l'on peut essayer, au pire de toute façon, je n'ai aucune raison de vous causer du tort, et j'aimerais bien te voir essayer de me jeter un sortilège d'Amnésie, tiens... »

Pointant brusquement sa baguette derrière lui, il fronça les sourcils et lança un sortilège explosif, causant une puissante détonation qui fit s'effondrer une partie de l'entrepôt dont ils étaient sortis, un incendie se formant rapidement et s'occupant d'achever peu à peu le bâtiment.

« Et j'avoue être curieux... J'ai mes raisons de détester les mangemorts et de vouloir combattre certaines injustices. Je pourrais t'expliquer un jour, si tu veux... Tu pourras m'en dire plus sur ton Ordre tout à l'heure, là faut filer et faire en sorte que tu tombes pas dans les pommes, j'ai pas envie de te porter... »

Il pouvait la porter, certes, mais elle devait apprendre à faire davantage attention à ce genre de choses : le jour où elle se retrouverait toute seule, il fallait qu'elle soit prête. Alors en plus avec cette histoire d'Ordre du Phénix, il songea au fait qu'il pouvait la préparer encore plus, l'entraîner et la rendre vraiment efficace.

Il n'était pas totalement conquis par l'idée de rejoindre ce groupe, mais la présence de la jeune fille et la curiosité le forçaient à accepter pour voir ce que ça donnait. De plus, un léger espoir venait de se développer dans un coin de sa tête : peut-être pouvait-il apprendre à faire autrement qu'en tuant nécessairement tous ceux qui se mettaient en travers de sa route, peut-être que ces gens avaient de quoi lui apprendre... Il était certes expérimenté du haut de ses trente-cinq ans, ses expériences avec la mafia moldue et la mafia magique, mais il savait pertinemment que l'on pouvait toujours découvrir des choses. Au pire, il pouvait toujours jouer un rôle pour se faire accepter.

L'image d'Alekseï apparut un bref instant dans ses pensées : ah bah voui, il pouvait aussi tuer le chef de l'Ordre du Phénix et s'en approprier le contrôle, mais cela ne l'attirait pas plus que ça, il avait besoin de s'y faire avec le fonctionnement des choses, et obéir aux ordres lui permettrait de ne pas avoir à trop s'en faire... Cela le changerait même un peu de son statut de chef de mafia et de commandant de police en Russie.

Lilith Bee
Lilith Bee
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Lilith Bee, le  Lun 13 Juil 2015 - 17:57

HRP:
 

La réponse de Rurik ne se fit pas attendre. Après le sourire amusé, un air impossible à décrypter orna son visage marqué.

Je me demande bien ce que vous me voulez, j'imagine que tu ne leur a rien dit à mon propos, cela pourrait te retomber dessus. Vous avez besoin d'une autre personne à Poudlard ? D'un médicomage ? D'un truc large pour encaisser les sorts à votre place ? »

Lilith ne pu retenir un sourire. Il ne perdait pas le nord, et ne ratait aucune occasion de rappeler qu'il n'était pas un sorcier commun.
Néanmoins, elle ne lui coupa pas la parole mais s'arrêta face à lui. Rester immobile ne lui plaisait pas, elle avait peur de sentir ses jambes se dérober. Pourtant elle rassembla toutes ses forces pour tenir le coup.
Le russe continua.

« Lilith... Je suis un criminel, tu crois vraiment que j'ai ma place dans un groupe de combattants de la justice et toutes ces conneries dans le genre ? »

" Aussi étrange que cela puisse paraitre, oui je le crois... Je ne te connais pas depuis longtemps Rurik, mais j'ai vu assez de toi pour savoir que tu n'es pas quelqu'un de mauvais. Si cela avait été le cas, je ne serai plus là pour en parler. "

Pour la première fois, elle lui exposait ce qu'elle pensait réellement de lui. Les images de leur première rencontre lui revint en mémoire. Il ne s'était pas comporté comme un enfant de coeur, c'est certain. Il avait même était vicieux avec elle. Mais à aucun moment il ne l'avait laissée tomber. Il aurait pu la tuer ce soir là, et à bien d'autres occasions. Elle était toujours là, et ce qu'elle était devenu avait clairement besoin de lui pour grandir.
Les réponses qui suivirent ressemblaient fortement à un oui. Un oui voilé certes, mais un oui quand même. L'explosion qui finit d'achever le bâtiment qu'ils avaient laissé derrière eux ne fit même pas sursauter la jeune sorcière.
La joie l'envahit. Bizarrement, elle espérait que Rurik les rejoigne. Cette homme, même si elle ne pouvait pas dire qu'elle l'aimait, elle commençait à vraiment l'apprécier. Il était là, et tout était plus simple dans sa tête. Tuer ou se faire tuer, ça simplifiait nettement les choses en règle générale!
Pendant que les flammes embrasaient l'entrepôt, Rurik continua comme si de rien n'était

« Et j'avoue être curieux... J'ai mes raisons de détester les mangemorts et de vouloir combattre certaines injustices. Je pourrais t'expliquer un jour, si tu veux... Tu pourras m'en dire plus sur ton Ordre tout à l'heure, là faut filer et faire en sorte que tu tombes pas dans les pommes, j'ai pas envie de te porter... »

*Ca tombe bien, je n'ai pas envie de tomber dans les pommes non plus... Surtout pas ici.*

Lilith se remit en marche, l'effort faisant passer un léger voile noir devant ses yeux. D'un hochement de tête rapide elle le fit disparaitre et se concentra sur sa discussion avec le colosse.

" On avance, mais pas trop vite non plus. Je n'ai pas la force de courir un marathon! Qu'est ce que tu veux savoir sur l'Ordre? Je n'y suis pas depuis très longtemps mais je vais essayer de te répondre du mieux que je peux. "

Elle respira un grand coup, posa une main sur son épaule blessée et grimaça légèrement. Elle avait l'impression qu'un cognard lui avait explosé le bras.

" Je vais être sincère, j'aimerais vraiment que tu me suives là bas. C'est idiot de ma part, je n'ai jamais autant risqué ma vie que depuis que je te connais, mais je me sens mieux avec ta rudesse et des mauvaises manières qu'avec les courbettes habituelles des gens... "

Lilith avait terminé sa phrase en chuchotant. Il était rare qu'elle soit sincère quand il s'agissait de dire à quelqu'un qu'elle l'appréciait, alors s'il fallait le dire à Rurik, c'était encore pire!

Je ne me suis pas relue, je revient demain pour éditer, comme d'habitude.  :kiss:
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Lun 3 Aoû 2015 - 18:46


Lui... Quelqu'un de bon ? Lilith délirait probablement. Elle avait perdu trop de sang, elle était sur le point de s'évanouir, elle venait de tuer de sang-froid, de frôler la mort. Tout ceci ne pouvait absolument pas être ses véritables pensées. Elle lui demanda alors ce qu'il voulait savoir de l'Ordre... Et étrangement, il n'eut aucune question intéressante à poser : l'Ordre était quand même  connu, il n'était pas difficile de savoir ce qu'ils combattaient, et comment ils agissaient.

En fait... Toutes les éventuelles questions qu'il pouvait avoir... seul le fait d'adhérer à ce groupe pourrait lui permettre d'avoir les réponses correspondantes. Et tout ceci n'était pas évident à aborder, bien qu'il fasse davantage confiance à la jeune sorcière qu'à quiconque d'autre.

- Je vais être sincère, j'aimerais vraiment que tu me suives là bas. C'est idiot de ma part, je n'ai jamais autant risqué ma vie que depuis que je te connais, mais je me sens mieux avec ta rudesse et des mauvaises manières qu'avec les courbettes habituelles des gens...

Continuant à marcher, il détourna le regard, réfléchissant : déjà, elle venait de lui dire, bien que difficilement, qu'elle l'appréciait d'une certaine manière. Était-ce réciproque ? Il la tolérait, ce qui, au vu de son échelle de relations, était quand même un niveau assez privilégié.

Lilith aimait le danger, elle était rebelle et parfois impulsive. Néanmoins, elle faisait preuve d'un très grand courage et semblait s'endurcir de plus en plus : cet Ordre avait une sorte de bonne influence sur elle... Est-ce que cela marcherait sur lui ? La curiosité était une chose, mais l'envie de se battre pour certaines choses était d'autant plus forte.

« Si j'accepte, il va falloir garder pour nous tout ce qu'on a fait et tout ce que tu sais sur moi. Je ne pense pas que mes activités fassent sauter de joie tes alliés. »

Se grattant la barbe, l'air vraiment confus et en proie à une hésitation encore plus monstrueuse que lui-même, il finit par soupirer, vaincu :

« Je vais pas te mentir, ça m'intéresse malgré le danger supplémentaire que cela représente... Qui sait, je pourrais peut-être en apprendre un peu plus grâce à l'Ordre du Phénix. Comme par exemple "comment régler des trucs sans forcément faire un bain de sang suivi d'une explosion"... »

Il regarda par dessus son épaule : des bruits de sirène et quelques gyrophares filtraient à travers les feuillages des arbres : ils étaient arrivés à leur point de départ, les toilettes de l'aire d'autoroute... Sauf que le sortilège Repousse-Moldu s'était dissipé et au vu de l'heure, il y avait un petit peuple qui allait et venait. Rien de très discret, surtout lorsque l'on était recouvert de sang. Rangeant son arme dans le sac qu'il avait récupéré sur le chemin, il fit signe à Lilith de le suivre. Il n'avait bien évidemment pas laissé son fusil d'assaut dans l'entrepôt, cette arme devait probablement coûter plus cher que la vie de toutes les raclures qu'il venait de tuer avec... il y avait aussi le fait qu'il l'appréciait bien.

S'approchant d'une voiture garée un peu à l'écart, il fit signe à la jeune fille de monter côté passager. Le sorcier s'appuya à la fenêtre du conducteur et fit face à un moldu d'une trentaine d'année, plutôt surpris de voir un colosse plein de sang se pencher vers lui (ah, ces moldus, trop facilement impressionnables...).

« Qui... »

Soupirant, le russe lui posa sa baguette sur le nez et grommela un "Stupefix". L'arrachant de sa place pour l'allonger plus ou moins délicatement à l'arrière (voire pas du tout délicatement), lui lançant également un "Oubliettes Minima" pour lui faire oublier ces quelques secondes.

Grognant de satisfaction en s'installant sur le siège du conducteur, le médicomage souffla longuement. Finalement, faire quoi que ce soit avec un allié pas très expérimenté, c'était crevant... Il aurait dû emmener quelques sbires avec lui plutôt que la jeunette... Et pour l'endurcir, eh bien... Pourquoi ne pas l'enfermer dans une cave et lui mettre des coups à longueur de journée ? Ça pouvait fonctionner.

« Je pense qu'on a droit à un petit instant de repos, non ? T'as le droit de t'évanouir maintenant... »

Il grogna d'un air amusé, actionnant un levier du siège de l'automobile pour le faire reculer au maximum: le problème avec ces voitures moldues, c'était que les places étaient conçues pour les gens de taille et de carrure normale, ce qui faisait qu'il se sentait affreusement à l'étroit. Mais bon, se poser un peu faisait du bien.

« Je te mènerais bien à Sainte-Mangouste, mais ils risquent de poser trop de questions qui risquent de me mettre en situation délicate... Il y a un hôpital moldu pas loin d'ici, on pourra y entrer facilement. L'Ordre du Phénix attendra, j'ai emprunté leur Lilith, la moindre des choses est de leur rendre en bon état, qu'en penses-tu ? »

Tournant la tête vers la gamine, il plissa les yeux d'un air blasé : elle avait les yeux fermés et semblait dormir. Après vérification de son pouls, le médicomage eut la confirmation qu'elle dormait bel et bien. Bon, évidemment, s'il la laissait se vider de son sang, elle finirait par y passer, mais ils avaient encore le temps.

Dans le coffre de la voiture, il trouva une couverture et s'en servit pour cacher le moldu stupéfixé sur la banquette arrière ainsi que son sac contenant son fusil d'assaut. Par précaution, il lança un Incarcerem sur l'innocent, au cas où le sortilège de stupéfixion ne se dissipe.

S'installant à nouveau côté conducteur, il fit démarrer le moteur de la voiture. Bon, maintenant, il n'y avait plus qu'à se rappeler comment conduire...

Brook Pierce
Brook Pierce
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Brook Pierce, le  Jeu 12 Nov 2015 - 9:25

Il n'y a pas de réponse depuis le mois d'Août, je me permet donc de poster

Rp avec Damien J. Eales

~ Balade imprévue ~


Il était 14h00 lorsqu'elle avait quitter Manchester. Brook était censée rester plus longtemps chez sa mère mais elle ne la supportait plus. Elle avait préféré repartir avant que cela tourne mal. La serdaigle regretta tout de même de s'être enfui sans même lui dire au revoir. Elle aurait bien passé une nuit la bas après avoir fait le trajet d'Australie jusqu'en Angleterre, elle était épuisée. En plus de la fatigue, il pleuvait des cordes, la jeune femme détestait conduire sous la pluie. Mais elle avait tout de même opté pour les transports moldus cette fois.

La pluie commençait à s'atténuer, cependant, avec autant de brouillard, Brook n’apercevait pas les panneau et ne savait pas du tout où elle allait. Elle devait être en ville. La belle brune remarqua une dizaine d'immeubles allumés et quelques magasins. Elle avait toujours vécu dans des grandes villes et adorait le paysage. C'est alors qu'un klaxon la fit redescendre sur terre. La bleu et bronze sursauta puis donna un grand coup de volant qui faillit projeter le véhicule dans le bas côté. Heureusement, elle avait réussi à redresser la voiture de justesse. Ses membres se mirent à trembler et son cœur s'emballa. Elle préféra ralentir puis entrer sur le parking d'un petit bar.

Brook sortit de la voiture plutôt luxueuse puis alluma une cigarette. Elle en aspira une bouffé puis leva la tête en observant le ciel. Elle se demanda un instant pourquoi tout cela lui était arrivé à elle. Pourquoi son frère faisait comme si rien ne se passait ? Elle n'avait que 17 ans et c'était à elle de s'occuper de ses parents et de son frère aîné. Pourquoi cela n'était pas simple ? Elle ne pouvait pas avoir une vie normale ? Elle baissa la tête, aspira une dernière bouffée puis recracha la fumée avant de pousser la porte du bar. Elle ne savait même pas où elle se trouvait. Elle n'était pas encore arrivée à Londres en tout cas !

La pièce était assez spacieuse et n'avait rien à voir avec les petits bars sorciers de Londres. Cela n'était pas non plus très luxueux comme ceux dans lesquelles la jeune femme allait régulièrement, mais il ferait l'affaire le temps qu'elle se repose quelques minutes.
Brook s'avança vers le comptoir puis commanda un café avant d'aller s'asseoir à une table au fond de la salle. Elle observa le bar puis remarqua qu'il était rempli moldus. Elle réfléchit quelques instants puis se demanda si cela pourrait lui faire du bien: s'éloigner de la magie pendant quelques jours. Bien qu'elle soit passionnée et fière de ses pouvoirs, elle pourrait peut être partir une semaine dans un petit village moldu ?

Quelques secondes plus tard, un serveur vint interrompre ses pensée. Elle le remercia puis pris une gorgée de café avant de froncer les sourcils. Un homme qui était assis à quelques mètres semblait lui être familier. L'avait-elle déjà vu ? Elle pencha la tête comme pour voir de plus près puis se rendit compte qu'elle le connaissait même très bien. C'était Damien. Elle ne l'avait pas revu depuis qu'il avait quitté Poudlard alors qu'ils étaient pourtant très proche lors que ses dernières années. Elle hésita pourtant à se lever pour aller le saluer. Au temps où il était encore à l'école, elle lui aurait sauté dans les bras. Il avait était comme un frère pour elle, toujours là à la protéger et à l'aider quoi qu'il se passe. Cependant quelque chose l'en empêcher. Pourquoi ne lui avait-il pas écrit pendant tout ce temps ? Peut-être ne voulait-il plus de nouvelles ! Si c'était le cas, elle n'allait pas le déranger.

*Et voilà, encore une fois tu réfléchis trop !* Gronda la petite voix dans sa tête en se frappant le front tel un elfe de maison qui venait de faire une grosse bêtise.
Andrew Eales
Andrew Eales
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Andrew Eales, le  Jeu 7 Jan 2016 - 13:47

--------Balade Imprévue  - [PV avec Brook Pierce.]



Voici que je me retrouvais ici, moi, Damien Jones Eales, installé dans un bar relativement spacieux et peu fréquenté dans un coin totalement paumé, alors que je détestait les bars à quelques exceptions prêt - et ces quelques exceptions étaient ceux qui me rattachaient au monde auquel j'appartenais - me fondant dans une masse de Moldus étant à milles lieux de savoir ce qui se trame ici... bien évidement, comment pouvaient-ils être au courant des enjeux qui allaient se jouer, puisque cela concernait une communauté dont ils n'avaient jamais entendu l'existence ? Pourtant, l'un de mes contacts allait me donner de précieuses informations, du genre qui m'aideraient à établir un peu plus mon organisation, m'octroyant un petit peu plus de pouvoir, le petit plus qui fera peut-être toute la différence sur le terrain. Car bien que j'étais devenu un sorcier bien plus redoutable que je ne l'étais lors de ma dernière mission en tant qu'Auror, il ne fallait pas négliger certains points qui pouvaient me donner un avantage tactique envers ceux que je traquaient : les Mages Noir. Pas simplement les Mangemorts d'ailleurs, non, eux n'étaient qu'une partie du problème, car je savais pertinemment que des cas isolés agissaient par leurs propres volontés, des personnes bien trop souvent ignorer par les autorités, mais pas par moi... ni par le châtiment que je leurs désignaient et qui frapperaient ceux croisant mon chemin : la mort.

Sirotant ma boisson non alcoolisée - il fallait tout de même garder un certain contrôle de ma personne après tout, vu que j'étais ici dans un cadre "professionnel" - mon regard scruta cet endroit dans lequel je ne désirais absolument pas être, à la recherche de l'homme qui devait me rejoindre en ces lieux. Mais malheureusement, du haut de mon tabouret de comptoir, je ne voyais pas la moindre trace de mon contact... que faisait-il ? Il devrait pourtant être présent depuis un moment... les personnes allaient et venaient tandis que moi, je devais rester patient, ne sachant pas combien de temps supplémentaire je devrais attendre... mais plus le temps passait, plus je déduisait des intérêts concernant ce qu'il allait empocher pour m'avoir donner les renseignements, histoire de montrer que je ne plaisante pas à ce sujet.

Mais alors que je lançait un autre coup d’œil autour de moi, mon cœur eut un raté lorsque mon regard se posa sur une jeune fille qui ne m'était pas inconnue... que faisait-elle ici ? Pourquoi elle ? Bien qu'elle avait changée depuis toutes ces années, j'aurais pu reconnaitre Brook entre milles, elle dont j'avais été si proche lorsque j'étais encore à Poudlard, m'étant rapidement prit d'affection envers celle qui était à l'époque encore une "petite fille" à mes yeux. J'étais extrêmement heureux de la revoir, cela ne faisait aucuns doutes, mais... pourquoi... pourquoi dans ces circonstances ? Si mon contact venait à arriver maintenant... et ce n'était pas tout, il y avait aussi le fait que j'avais rompu tout contact avec elle, que j'avais rompu contact avec tout le monde depuis la fin de ma scolarité pour me mettre à la recherche de ma famille et commencer cet entrainement si particulier qui avait fait de moi le sorcier que j'étais à présent... allait-elle comprendre cela ?

Je ne savais plus quoi faire... absolument pas... c'était assez drôle lorsqu'on y pensait, lorsque j'étais en présence d'un être cher, j'avais l'impression de retrouver une petite partie de mon ancienne personne, contrastant très fortement avec celui que j'étais à présent, mais ce n'était pas pour me déplaire, au contraire, cela me permettait de rester humain et de ne pas sombrer totalement, de me rattacher à quelques choses qui serait mon moteur dans la quête que je m'étais fixé. C'est alors que la seule personne qui nous séparait Brook et moi s'en alla, tout ce qui nous séparait à présent n'était qu'un tabouret vide... prenant une profonde inspiration, je m'installa donc sur ce tabouret sans pour autant me lever, tournant lentement la tête en direction de la Serdaigle, affichant un léger sourire à son encontre, montrant à la fois que j'étais heureux de ces retrouvailles, mais qu'il y avait une certaine gêne due au fait que je n'avais plus donner de nouvelles.


D A M I E N ---E A L E S
Heureux de te revoir Brook, tu m'as manqué. Mais je ne vais pas tourner autour du pot, j'imagine qu'il y a un tas de questions que tu souhaiterais me poser, n'est-ce pas ?


DAMIEN J. EALES.--------

Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Devon Starck, le  Mer 6 Avr 2016 - 18:42

RP unique.

L'Ombre.


¤ ¤ T ¤ ¤Il était une ombre, perchée au dessus des têtes, invisible, indivisible, qui se mouvait dans les vies de chacun, tel un rassemblement de moments témoins, un assemblage de doutes autour d’un puzzle mosaïqué de potentialité. Mais elle n’était pas que cela, la représentation immatérielle d’une vie, de son départ et de sa course inexorable vers la fin ; elle était également une présence que l’on ressentait au fond de soi, un souffle qui nous précédait, un murmure que l’on entendait avant nos actions, nos grands choix, les mauvais et les bons, les réfléchis et les idiots.


L’ombre est omniprésente, dans le moldu, dans le sorcier, elle est à la fois Lumière et Ténèbres, Clarté et Obscurité, toujours entre les deux, sur la brèche, prête à basculer de la même façon qu’au crépuscule succède la nuit. Certains la nomment le Destin. D’autres le hasard, trop crédules pour même penser qu’il puisse y avoir quelque chose de plus grand au dessus de leur tête, l’éventualité qu’ils soient en mesure de choisir ou ne pas choisir une infime partie de leur vie, pour pouvoir sortir de leur normalité.  

Azphel l’appelait l’Ombre, témoin de sa naissance, de son parcours, fauteuse de troubles qui était venue prendre sa soeur sur son chemin. Cette ombre, à ses quinze ans, avait choisi à sa place le côté qu’il allait arpenter. Le plus grand, le plus difficile, le plus dangereux. Celui dont nul ne ressortait indemne, celui dont l’adepte, ne pouvait revenir réellement…



La mort était venue le chercher quelques années plus tard, mais dans une ironie du sort tout juste chanceuse, le sorcier l’avait défiée et avait clamé que, maintenant qu’il était là bien mort au fond de son âme, il allait rester à fouler cette terre, à se corrompre de la magie la plus sombre, à tourmenter son âme dans la mort des incompris.

En attendant sa renaissance, l’ombre lui avait accordé une lumière. L’Ourse en protectrice avait observé le Corbeau en devinant sa fragilité et le Lion avait rejoint la banquise éloignée. Métaphoriquement, selon toute vraisemblance.



La Coline étoilée n‘était plus qu’un vestige, celui où 50 avait craché sa haine pour tuer celle qui avait alors vu l’Ombre et la Lumière. Londres entier se dépérissait. Repère des sorciers les plus traditionalistes, la ville n’était plus que l’écrin d’un Ministère qui s’effritait, aussi inutile que ses concitoyens arriérés qui se complaisaient dans le refrain utopique de la paix.  
La douceur de l’Italie se desséchait comme un souvenir daté, comme une escapade destructrice sur la place Saint Marc de Rome, comme un pacte de loups et de coeurs Mangemorts.


¤ ¤ A ¤ ¤En définitive, excepté le corbeau et la pléiade étrange d'animaux, il ne restait dans l’ombre au dessus de la tête d’Azphel que des souvenirs fragilisés, détruits en partie par sa conscience et sa volonté, son envie d’être quelqu’un, pas un simple souvenir, pas un éventuel peut-être, mais Être, tout simplement ; ce que la plupart des personnes oubliaient au profit de la banalité de leur quotidien si bien formaté qu’ils ne souhaitaient en sortir pour rien au monde. Tout roulait bien dans le monde sorcier, beaucoup trop bien dans le monde moldu.



Pensées marginales, voilà le nom exact que la plupart des gens donneraient aux pensées d’Azphel. Des pensées qui ne peuvent que se murmurer, pas s’oser, parce que contraires aux schémas de formatage imposés. Le mage noir était un terroriste, dangereux pour la bienséance, pour le paraître, le contrôle, mais en fait, seulement pour lui-même, encore que les Gardiens veillaient sur lui, de l’Ombre à la Lumière.

Un sourire grand et un rire amusé éclatèrent sur le visage d’Azphel qui se tenait là, sur le rebord d'une falaise. Un ciel noir d'encre le dominait, pourfendu d'étoiles par milliers.



Il était sauvé, il le savait. Depuis longtemps en vérité son ombre le suivait, et dans les moments les plus horribles n’avait fait que lui montrer la voie. Tapie dans l’obscurité, elle avait toujours été inscrite, quelque part dans les étoiles, entre le meilleur et puis le pire. Sa trajectoire avait toujours été incertaine, aujourd’hui elle était écrite grâce à la magie. La magie, s’était écrite. Elle conservait la fragilité de la vie, mais Azphel savait que dans son Ombre des choses immuables vivaient. Il n’aurait pas à vendre son âme, parce que les certitudes, qu’importe Lumière et Ombre, Ordre et Chaos, perdurent.


Le loup veillerait, le corbeau aussi. L’Ours veillait et avait toujours eu raison. L’Ourse veillerait elle aussi, qu’importe les fauves, elle serait là, la lumière protectrice et incertaine, celle qui, délitée dans les ténèbres de l’Ombre qui accompagnait Azphel, avait compris que même une lumière noire reste une lumière.
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Mangemort 39, le  Dim 22 Mai 2016 - 21:56

[RP avec Amnesius Croupton et Arcturus Madverier]

Le transplanage s’effectua sans problème. Tout du moins sans problème apparent. Par réflexe vous regardiez votre main droite. Et vous couriez juste après, même si vous n’étiez pas dans votre assiette. Dix secondes. Il avait dix secondes pour vous rejoindre. Vous le saviez. Un sort permettait de le faire.

Vous veniez d’atterrir dans la campagne anglaise, un endroit verdoyant bordé d’arbres alentours. Vos pas vous menèrent naturellement derrière l’un d’eux, et vous vous colliez contre son tronc, soufflant, souffrant, ayant envie de rendre vos tripes. Pour la première fois depuis que vous aviez vêtu le masque, vous aviez peur. Vous comptiez. Trois secondes.

La baguette en main vous attendiez. Vous n’osiez pas jeter un œil. Vous saviez qu’un crac sonore retentirait si on vous avait suivi. Vous releviez votre manche, regardant la marque, hésitant à appeler. Si on se pointait à votre suite il vous était possible d’appeler du renfort. Mais… mais vous ne vouliez pas passer pour un lâche.

Crac.

Trop tard pour réfléchir. Il vous fallait trouver une solution. Ou prier pour qu’on ne vous trouve pas. Non… On vous trouverait. Vous étiez derrière l’arbre le plus proche. Vous vous décolliez du tronc, avanciez d’un pas, et informuliez un Diffindo sur le tronc. Vous vîtes une entaille apparaître, mais rien d’assez méchant pour le faire tomber. M*rde. Etait-il encore possible de parlementer ?
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Lun 23 Mai 2016 - 0:21

Tu vas le poursuivre ?

S'enquit Arcturus qui venait de rejoindre les deux adversaires. Amnesius, pour toute réponse, tendit son bras qui fut immédiatement saisi par son collègue. Était ce l'excitation qui lui faisait cet effet ou bien autre chose, un sentiment plus diffus et impossible à définir ? Laissant là cette Moldue seule devant la Tamise, les deux Aurors s'envolèrent aussitôt dans un tourbillon d'encre noir. La nuit était tombée depuis quelques instants et l'air était chargé d’électricité. Le mage noir ne fuyait pas seulement deux sorciers ce soir là, mais aussi un orage qui allait faire rage et sans doute un carnage. Puis soudain, après un craquement toujours aussi sinistre, après plusieurs minutes de polémique et de faux semblants pour éviter le combat, un silence de mort s'installa près des dock. La nuit était tombée et l'on ne voyait plus ni les vers ni les mots, le silence s'installait dans ce décor si beau et d'un coup lumineux par le ciel rayé. Quelques secondes... Un silence qui fut brisé par le bruit du tonnerre.

Plus loin de cet orage mais dans sa direction, une prairie était recouverte d'herbe joliment peinte d'une main savante. Les fleurs du printemps prenaient vie là où la neige avait laissé place au verdures. La nuit était tombée, les arbres s'envolent. Les Oiseaux refleurissent au soleil. Et non loin de là se trouvait un bois dans lequel avait trouvé refuge l'incarnation du mal devant cette prairie. Car le mal est caché dans l'ombres des feuillages et le bien est visible au milieu des prairies, c'est là la transparence dont se réclame le ministère et qui, pourtant, ne correspondait pas du tout à Amnesisus. Ce dernier était arrivé en tombant à genoux et ne savait où chercher, dans les bois qui sont vastes et infinis, impossible de retrouver la trace du mage noir, c'était fini, il avait bien disparu. Mais pourquoi ces sortilèges ne pouvaient ils pas durer plus longtemps ? Car toute magie est provisoire et ne demeure jamais sans regret de ce qu'elle a été. Nous dev... Amnesius se tu, il avait entendu un bruit tout proche, comme le cris d'une fleur qu'on pourfend d'une hache. Mais sans le bruit du métal qui couvre ces supplice, qu'un arbre pleur ainsi fait état de magie. Instinctivement, l'enquêteur se tourna en direction de ce qu'il avait entendu. Et qui lui faisait face d'un regard malfaisant à travers une fissure dans le bois ? Ce visage enjôleur et bien mignon, ma fois se trouvait au centre d'une entaille dans le bois fraîchement découpé d'un sort élégamment lancé.

Le sorcier pensa d'abord à un Reparo pour ressouder le bois autour de son visage mais il ne savait pas, faute de perspective, si la tête du Mangemort était bien enclavé dans les deux planches d'arbre. Il fallait trouver mieux et une attaque directe serait sans doute bien suffisante. Il pointa son ennemi de son bout de bois à lui et lança un simple mais souvent efficace Petrificus Totalus. Ignorant ce qu'il se passerait ensuite, il fut pris de prompte fatigue. Il ne vit pas si son sort avait touché ou non le sorcier qui lui faisait face une dizaine de mètres plus loin car il était alors épris d'un manque d'énergie.

Je ne voulais pas en arriver là mais vous me forcez à vous stopper dans votre tentative de fuite, je ne voulais que parler et non vous attaquer. Au nom du Ministre, du Ministère et de la Loi, je vous arrête pour tentative de meurtre, violation de l'article premier du Code International du Secret Magique, usage de magie en présence d'un Moldu, utilisation présumé d'un sortilège impardonnable, violence envers un fonctionnaire Auror en service car vous m'avez menacé, entrave à la justice, et délit de fuite.

Le jeune homme n'hésitait pas à en rajouter en plus de tout ce qui pouvait réellement être retenu contre ce criminel. Je vais approcher lentement pour vous dessaisir de votre baguette et vous emmener au Ministère de la Magie ou vous pourrez être entendu et vous défendre de ces accusations ; elle vous sera confisquée le temps de votre interrogatoire et rendu à son issue. Le but de ce long discours était, bien entendu de gagner du temps. A cet instant précis il aurait bien aimé stupéfixier Arcturus pour régler ses comptes à sa manière avec le mage noir. Au lieu de cela, il se tourna vers son collègue et lui fit signe de le couvrir le temps qu'il approcherait. Espérant qu'il aurait compris avant qu'il ne soit trop tard, Amnesius se mit en route en direction de la forêt pointant toujours sa baguette en direction de là où il espérait trouver un sorcier allongé.

Un éclair foudroya le ciel et quelques pas plus tard, le tonnerre retentit. Il se mit à pleuvoir.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Lun 23 Mai 2016 - 18:41

Amnesius et Arcturus avaient suivi le Mangemort, rien de bien surprenant et Arcturus se faisait témoin de la petite vengeance de son nouveau collègue. Les deux chasseurs de mages noirs avançaient l'un à coté de l'autre, baguettes à la main. Le Mangemort s'était visiblement réfugié dans les bois situés face à eux ou du moins, c'est qu'Arcturus comprit en voyant son collègue s'y diriger. Le fils Madverier se moquait un peu de la petite guguerre entre les deux individus mais il lui fallait faire son travail un peu de temps en temps malgré tout. Amnesius semblait avoir vu ce qu'il cherchait : Un visage...Son collègue fût le premier à lancer un sort en direction du Mangemort et Arcturus, de son côté, restait en retrait, conformément à ce qu'Amnesius lui demanda de faire afin d'assurer les arrières de son collègue. Amnesius s'approchait de la cachette présumée du Mangemort quand le tonnerre résonna dans la nuit et que la pluie commença à chuter sur la plaine.

Arcturus suivait Amnesius sous la pluie battante, gardant sa baguette fixée vers l'arbre afin de garentir la sécurité de son collègue, prêt à agir au moindre petit mouvement un peu brusque.

- Fais attention, Mangemort...Après tout, le sang que tu verseras, que ce soit le tien ou le nôtre sera du gachis...

Arcturus espérait qu'il comprendrait ce qu'il voulait dire...
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Mangemort 39, le  Lun 6 Juin 2016 - 22:51

Votre cœur tambourinait dans votre poitrine. Vous vous trouviez dans de sales draps. Et à présent que votre visage était visible par le petit trou que vous aviez fait, vous vous étiez rendu visible. Vous voyiez le morceau de bois se brandir dans votre direction et, par réflexe, vous vous abaissiez en couvrant votre tête de vos mains. Le sortilège vous frôla. Mais vous ne fûtes pas touché.

Vous poussiez un soupir de soulagement tandis qu’un éclair déchirait le ciel. Même les dieux avaient décidé de vous montrer leur courroux. Mais vous ne compreniez pas pourquoi. Vous n’aviez pas fait preuve de méchanceté envers le garçon. La jeune femme si peut-être, mais elle n’était qu’une moldue de bas étage, rien de bien important. Peut-être n’aviez-vous simplement pas été assez méfiant. Peut-être ne s’agissait-il que d’une leçon qu’ils souhaitaient vous donner. La peur était le meilleur moyen de vous faire apprendre quelque chose.

Sans plus réfléchir, alors même que l’orage n’était pas loin, vous choisissiez de grimper dans l’arbre au pied duquel vous vous trouviez, grâce à un Ascencio. Cela vous donnait suffisamment d’impulsion pour passer quelques branches, vous cacher un minimum, éviter les sortilèges, et gagner du temps. Vous hésitiez toujours sur la possibilité de toucher votre marque. Et la voix d’un deuxième homme ne vous aida pas à faire votre choix.

Là où le premier avait indiqué tout ce qu’il vous reprochait – alors que vous étiez persuadé de ne pas en avoir fait la moitié – ce qui provoquait un grand sentiment de panique en vous, le deuxième avait des paroles presque rassurantes. Il indiquait qu’il ne fallait attaquer personne mais il comprenait votre manière de penser. Evidemment que vous n’attaquiez pas ces gens. Ce serait du gâchis. Voici pourquoi le seul sortilège que vous aviez lancé était réellement à l’encontre de la moldue. Elle n’avait aucune valeur à vos yeux. Mais eux…

Eux étaient des sorciers. Des sorciers qui semblaient vouloir faire le bien autour d’eux, des sorciers qui travaillaient pour le Ministère de la Magie, mais des sorciers tout de même. Peu vous importait leur origine tant qu’ils disposaient de pouvoirs magiques. Ils ne comprenaient pas votre vision des choses. Peut-être vous fallait-il encore l’expliquer. Quitte à révéler votre nouvelle position vous étiez prêt. Après avoir informulé un petit Vitro Convexo dans le but de vous cacher de vos assaillants, vous preniez la parole.

- Calme-vous un peu ! J’vous ai rien fait ! C’est vous qui m’avez attaqué, moi j’ai juste discuté avec vous ! Et… Et j’ai pas fait tout ce que vous disiez ! Vot’ collègue a raison, j’peux pas vous attaquer. Et en vrai y a pas eu de dommages ce soir. Alors vous pouvez rien me reprocher hein ? Vous pouvez me laisser filer comme ça n’est-ce pas ?

On pouvait toujours rêver… Mais vous tentiez votre chance avec le deuxième homme. Lui avait l’air moins buté. Et surtout il n’était pas là au moment des faits.

- Toi, celui qui me comprend, je l’ai pas attaqué le mec là. Il me poursuit alors que je lui ai rien fait. Mais il m’a menacé de sa baguette. Il abuse de son pouvoir et il t’appelle en renfort. Il veut tuer la population magique. Son unique but c’est d’filer le pouvoir aux Moldus, ces c*nnards qui nous empêchent de vivre autrement que comme des rats. Tu l’crois ça ?

Y avait plus qu’à espérer que ça fonctionne. Et surtout que la foudre ne tombe pas sur vous. Car un deuxième éclair zébra le ciel et le tonnerre suivit aussitôt. Vous étiez sacrément dans la panade.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Mar 7 Juin 2016 - 11:36

Un ciel tigré de nuage électriques, le plafond d'une cage au dessus d'une prairie et un opaque bois au contour bien précis dans lequel une petite rivière coulait non loin de là, voilà où se jouait, dans l'Angleterre profonde un triangle diabolique loin de toute convention. Maître corbeau dans son arbre perché s'y retrouvait là d'aventure. Maître renard par l'odeur alléché, tentait de cirer ses chaussures. Quand à la fourmi toujours intransigeante, la surprise fut de taille lorsqu'elle entendit le goupil : Fais attention, Mangemort...Après tout, le sang que tu verseras, que ce soit le tien ou le nôtre sera du gâchis...

Dans quel camp était il ? Son discours aurait pu soutenir celui de son collègue lequel se coltinait l'autre personnage depuis des kilomètres. Au lieu de ça il étalait son parlé ré-unificateur et pacifiste. Certes, éviter un combat ne serait pas du luxe ; sans compter que tout ce qu'Amnesius avait entrepris jusqu'alors avait totalement échoué. Mais le but était quand même de le ramener au Ministère pour le mettre dans une chambre froide et le faire parler en l'empêchant de dormir. Rien qui n'aurait pu verser son sang. Arcturus voulait peut-être mettre le Mangmemort en confiance ce qu'Amnesius avait bien tenté de faire et qui s'était finalement soldé par l'envol du mage noir. Et puis une idée germa dans l'esprit de l'Auror lorsqu'il entendit la voix de son ennemi en haut d'un arbre. Comment avait il fait pour se retrouver à cet endroit, nul ne le savait, il devait avoir des compétence de ninja inégalables où alors avait il fait usage de magie et s'était envolé au risque de se manger toutes les branches une par une.

Calmez vous un peu, je attaqué, pas moi, j'ai juste discuté avec vous ! Et... Et j'ai pas fait tout ce que vous disiez ! Votre collègue a raison ,je peux pas vous attaquer. En vrai, il y pas eu de dommage ce soir. Alors vous pouvez rien me reprocher hein ? Vous pouvez me laisser filer comme ça n'est ce pas ne vous ai rien fait ! C'est vous qui m'avez ?

Le mage noir feignait il la peur ou bien pensait il réellement qu'il pouvait tenter de tuer des Moldus sans que les conséquence ne lui soient effectivement désagréable ? Mais on ne pouvait pas reprocher à la population de ne pas connaître par cœur tous les textes de lois qu'il avait dut apprendre pour devenir Auror, Arcturus en revanche devait bien savoir que la tentative de meurtre est interdite au Royaume-Uni. Le jeune homme se mit en marche en direction de l'arbre parlant. Il baissa sa baguette en prenant bien soin de le mentionner dans son discours.

Très bien ! Dit il, je vais venir vers vous. J'ai rangé ma baguette dans ma manche. Vous voulez discuter, nous allons discuter, vous me semblez être une personne honnête qui veut simplement faire changer les choses, mais vous devez comprendre qu'il est interdit de tuer qui que ce soit. Il se stoppa net. Allons, vous avez raison, je vais sans doute vous laisser partir, mais parlons un peu voulez vous ? Je suis curieux, pourquoi vouloir briser le code du secret magique alors que justement celui ci existe pour nous protéger ? Et surtout... Pourquoi vouloir le faire en tuant les seuls Moldus qui vous ont vu faire de la magie, ça n'a pas de sens.

Amnesius jeta un coup d’œil dans la direction de son collègue, espérant que celui ci daigne le couvrir si les choses dégénéraient. Mais le suspect était aussi buté que celui qui voulait l'arrêter.

"Toi, celui qui me comprend, je l'ai pas attaqué le mec là, il me poursuit alors que je lui ai rien fait !
- Je n'ai fais que mon travail !
- Mais il m'a menacé de sa baguette, il abuse de son pouvoir et il t'appelle en renfort.
- Arcturus, cet homme a tenté de tuer une femme, peu importe qui elle était, c'est mal !
- Il veut tuer la population magique, son unique but c'est de filer le pouvoir au Moldus !
- Non mais je rêve ! S'indigna Amnesius ! Je suis un sorcier !
- Ces connards qui nous empêchent de vivre autrement que comme des ras, tu le crois ça ?

Amnesius aurait donné cher pour voir dans quel glorieux trou à rat vivait le Mangemort mais il connaissait son collègue et savait parfaitement qu'il vivait dans un manoir qu'il ne pourrait jamais se payer même avec l'un des meilleurs salaire du monde magique.

Épuisé par la volonté de ne pas voir mourir quelqu'un, le jeune homme tenta donc une autre approche.

Je ne veux pas donner le monde en pâture au Moldu, au contraire, je veux conserver leur ignorance de notre monde. Je ne les connaît pas mais laissons les vivre comme ils le veulent, ils en ont le droit. Même quelqu'un qui considère les Moldu comme des moins que rien devrait comprendre qu'ils ont le droit de vivre. Toi le Mangemort, comme tu me semble un peu limité, pour cette fois je vais faire preuve de clémence, je vais te laisser partir. Mais attention, cela ne fonctionnera pas toujours ainsi, la prochaine fois que tu fais quelque chose d'illégale, je te coffre, c'est compris ?

Et toujours en espérant que son collègue le couvrirait si les choses s'envenimaient, Amnesius tourna les talons et revint sur ses pas à côté d'Arcturus.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Mer 8 Juin 2016 - 23:52

Cette rencontre était l’occasion pour Arcturus de découvrir plus d'informations sur son nouveau frère d'armes, du moins, c'est ce qu'il estima intéressant à comprendre au vu de la tournure de la conversation entre Amnésius et le Mangemort...Le Sang-Pur, lui, n'était qu'un silencieux témoin qui se contentait d'admirer cet échange de mots doux et de tendresse entre le chasseur de mages noirs et le défenseur des valeurs idéologiques dans lesquelles baignait Arcturus et l'ensemble de la Famille Madverier depuis plus d'un millénaire. L'Auror restait toujours derrière son collègue, attentif au moindre mot à la moindre parole de cette discussion entre les deux individus.

Tout d'abord, le Mangemort qui parlait de pouvoir partir sans causer de problèmes aux deux Aurors, le message s'adressait à son collègue étant donné qu'il parlait d'Arcturus comme de la personne extérieure à leur conflit antérieur. Puis ce fût à Amnésius de rétorquer à ses propos avec une, selon Arcturus et sans aucune forme de méchanceté, cinglante couardise qui semblait ressembler, à s'y méprendre aux méthodes de contact avec les suspects qu'on pourrait trouver dans des manuels réservés aux Aurors...La sorte de charmante petite crétinerie dont la plupart des Aurors se passaient aisément mais cela permit à Arcturus de comprendre très clairement qu'Amnésius était quelqu'un qui privilégiait la négociation au fait de foncer la tête baissée dans le ventre de l'adversaire, une qualité de base chez les Aurors...mais quelque chose chez lui attirait l'oeil du fils Madverier, son sens de la négoce était mêlé de curiosité et son intelligence vint à lui poser les bonnes questions. Pas de doutes pour Arcturus : Amnésius était taillé pour ce job bien que ses méthodes étaient dangereuses...car si ce Mangemort était disposé à discuter dans le contexte actuel...Il en serait d'autres façons face à d'autres adversaires...

Le Mangemort s'adressa alors à Arcturus par des propos fort agréables à commencer par un " Toi, celui qui me comprend. ". Il enchaîna sur un véritable plaidoyer en sa faveur, essayant de le convaincre que ce n'était pas lui le méchant. Si il savait...Il n'avait pas besoin de lui faire part de tout cela pour l'en convaincre. Il connaissait certains de ses camarades et avait déjà tissé des liens fort  intéressants avec eux. Entre les mots du mage noir, ceux d'Amnésius qui essayait également de convaincre Arcturus qu'il était le bon côté...On aurait presque dit deux politiciens en plein débat qui tentait de convaincre le peuple du bien fondé de leurs pensées...Auror et Mangemorts...Les deux faces d'une même pièce...Si proches et pourtant si différents...

Amnésius se contenta de conclure par un " On te laisse tranquille ". Il était raisonnable, un atout des plus convenables...Arcturus ne s'opposa pas à cette décision mais il savait que si le Mangemort voulait s'en prendre à son collègue...et bien...Arcturus aurait un choix difficile à faire : abandonner ou préserver ses liens avec le Ministère...

- L'offre de mon camarade est plus que raisonnable, Mangemort...Reste là, Amnésius...

Il s'approcha un peu de l'arbre où il se cachait avant de murmurer assez fort pour son occupant.

- " Magic is Might...", mon ami...
avant de revenir rapidement auprès d'Amnésius.

- Je crois qu'il a filé sans demander son reste...
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Mangemort 39, le  Dim 19 Juin 2016 - 11:49

Du haut de votre arbre perché, vous regardiez le ciel, maudissiez la pluie et priiez les dieux. Pas d’éclair sur mon arbre, pas d’éclair sur mon arbre... Les paroles devaient être prononcées plus distinctement, vos tympans commençaient à ne plus distinguer pluie, pas ou sortilège. Une seule pensée vous trottait dans la tête tandis que l’Auror continuait la discussion. Pas d’éclair sur mon arbre, pas d’éclair sur mon arbre…

L’Auror posait des questions. Encore des questions, toujours des questions. Comme s’il voulait comprendre votre point de vue. Ce qu’il disait pour se justifier n’avait aucun sens. Mais… Pas d’éclair sur mon arbre, pas d’éclair sur mon arbre… Mais… Etait-ce pour gagner du temps ? Vous faisait-il simplement croire qu’il voulait connaître le fond de votre pensée pour s’approcher de vous et voir où vous étiez caché ?

Comprendrait-il un jour que là où il souhaitait laisser les moldus vivre comme ils l’entendaient, vous aviez le désir égoïste de laisser les sorciers vivre comme ils l’entendaient également ? Que la liberté d’un peuple ne signifiait pas le contrôle entier des faits et gestes d’un autre ? Si vous aviez eu le droit de révéler à votre mère les pouvoirs que vous aviez, vous n’auriez jamais eu à souffrir de vos années à Poudlard. Auriez-vous pour autant usé de vos pouvoirs à son encontre ? Certainement pas.

Parmi tous les mangemorts, vous étiez sans doute le moins agressif. Au final, briser le verrou du Secret Magique était simplement votre envie, votre ambition, et si quelques moldus devaient périr dans cette bataille ce n’était pas bien gênant étant donné le nombre qu’ils étaient. Il vous importait surtout de préserver le sang sorcier et de ne plus être considéré comme une sous-espèce. Car c’était bien ce que vous étiez, depuis que le Code International du Secret Magique avait été mis en place.

Vos réflexions vous avaient presque fait oublier cette idée qui clignotait sans cesse en vous depuis que vous aviez grimpé dans l’arbre. Pas d’éclair sur mon arbre, pas d’éclair sur mon arbre… Et vous n’aviez plus écouté le blabla de l’autre. Vous reveniez à la réalité quand le nouvel Auror, celui qui semblait étrangement compréhensif, s’approchait de l’arbre pour glisser un murmure. Murmure qui ne fut pas tout à fait audible pour vous. Mais vous croyiez l’avoir compris. Et votre cœur fit un bond. Surtout lorsqu’il indiqua que vous aviez filé.

Vous restiez tapi sur votre branche, priant de toutes vos forces. Pas d’éclair sur mon arbre, pas d’éclair sur mon arbre… Ils allaient partir. Oui. Le deuxième avait très bien joué son rôle, vous ne deviez plus faire de bruit. Pas d’affrontement, pas de blessure, pas de convocation au Ministère, pas de prison. Vous preniez conscience que vos idées étaient dangereuses à présent. Pas d’éclair sur mon arbre, pas d’éclair sur mon arbre… Dangereuses pour votre liberté. Mais cela vous confortait dans l’idée qu’il vous fallait lutter pour l’obtenir justement. Que l’on vous enferme un peu plus n’avait aucune importance à vos yeux. La vie était déjà une prison de laquelle vous tentiez de vous évader.

Regardant de nouveau le ciel vous attendiez le prochain éclair. Pas d’éclair sur mon arbre, pas d’éclair sur mon arbre… Non pas sur votre arbre, mais vous aviez espoir que le grondement su tonnerre cacherait le bruit de votre transplanage. Le deuxième. Alors que vous n’aviez pas votre permis. Même si cela faisait plus de douze ans que vous vous entraîniez à la passer. C’était risqué. Vous aviez peur à la désartibulation. Pour cette raison vous passiez votre temps à vous concentrer et surtout, vous choisissiez une destination pas très lointaine. Un endroit que vous pouviez voir delà où vous vous trouviez. Un endroit dénué d’arbres. Pas d’éclair sur mon arbre, pas d’éclair sur mon arbre…

Et dès qu’il arriva cet éclair, vous vous lanciez dans le néant. CRAC. Et vous apparaissiez à une centaine de mètres de là, dans la campagne perdue. Vous couriez. Et vous espériez ne pas avoir été vu.
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Dim 19 Juin 2016 - 13:59

Certes, la nuit ne rendait pas la visibilité aisée. Certes, gérer un Mangemort et Arcturus n'était pas chose facile. Certes, la pluie battante sur la cape d'Amnesius lui donnait l'envie de rentrer le plus rapidement possible chez lui. Certes les éclairs se faisaient de plus en plus proches et seraient bientôt là. Certes, le décor était plus propice à peindre un tableau qu'a combattre des ennemis mais jamais au grand jamais Amnesius n'aurait volontairement laisser s'enfuir un Mangemort sous aucun prétexte, encore moins celui de la folie. Bien au contraire, les propos incohérents et la simplicité d'esprit de ce mage noir allaient sans doute de paire avec son allégeance pour l'Ordre Noir. L'Auror n'avait donc jamais eu l'intention de le laisser partir mais seulement de lui faire croire à une issue favorable. Jamais il n'aurait pensé qu'il se montrerait assez convaincant pour que son collègue aide le monstre qui leur faisait face. Dans quel camp jouait donc Arcturus ? La confiance dans un groupe est une des choses les plus importantes et en ce qui concernait les Aurors, peut-être encore plus. Comment lui faire confiance une fois que le mage se serait enfuit grâce à lui ? Car la foudre tombait sur l'arbre calciné sans que le second Auror n'intervienne. Leur but était d'arrêter les ennemis du bien pas de les aider à s'enfuir. L'arbre fut calciné et le tonnerre ne se fit pas attendre. Un bruit assourdissant se fit entendre si fort qu'Amnesius dût plaquer ses mains contre ses oreilles pour ne pas en pâtir ? De cette violente nature, il 'en ressortait rien. Le jeune homme s'attendait à retrouver un cadavre au pied de l'arbre mais s'approchant pour constater par lui même qu'un nouvel être n'était plus, force était de constater qu'il avait seulement disparu. Non, il n'était pas mort, il avait pris la fuite. Aidé par un complice malgré lui, un valet du mal, Sganarel du côté du fuyard et le pauvre Amnesius s'était laissé abusé par le jeu machiavélique des deux amis. C'était lui le dindon de la farce, nul doute n'était permis. Il avait laissé s'enfuir un Mangemort ! Et comme si cela ne suffisait pas, Arcturus n'aurait qu'à dire qu'il n'avait pas compris les intention de son collègue pour se couvrir. Après tout, n'était ce pas lui-même qui avait dit à son adversaire qu'il allait le laisser partir ? Il suffirait ensuite de jouer les andouilles devant le Ministre de la Magie pour que ce soit Amnesius qui en subisse les conséquences, il n'était pas Auror depuis deux semaines, il n'était donc pas indispensable.

D'un autre côté, l'aiglon savait ce qu'il avait vu, il en était le témoins. La vérité était de son côté, un Auror avait laissé partir un Mangemorts. Deux Aurors en réalité. Amnesius se tourna en direction de son collègue et leva sa baguette. Je ne peux pas croire que tu aies cru que j'allais le laisser partir. Ton inaction et tes paroles me laissent perplexe. Car c'était bien l’inaction du sang-pur seule qui lui permettait de prouver qu'il avait aidé le mage noir. Arcturus, de quel côté es tu ?

Sans attendre de réponse, le récent Auror qui ne le serait sans doute plus pour très longtemps baissa sa baguette. Sans mot dire, il s'excusa d'un regard gêné et, prenant le temps d'attendre une réponse sans rajouter un mot de plus, il sonda le sorcier en silence. Qu'allait il dire pour sa défense ? Puis sans plus de cérémonie, et sans prendre le soin d'emmener son collègue avec lui, il transplana en direction du quartier général. Le renard, honteux et confus, jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Départ de Amnesius après la réponse de Arcturus
Invité
Anonymous
Invité

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Invité, le  Dim 19 Juin 2016 - 19:48

Arcturus revenait en direction de son camarade alors qu'un éclair frappa l'arbre situé derrière, le choc fût violent et d'une rare force et Arcturus se dit que si il avait été présent près de l'arbre quelques minutes de plus...C'était terminé de lui. Il se félicita d'avoir une telle chance mais un tel coup de tonnerre n'était rien comparé à ce qui l'attendait avec Amnesius. La pluie tombait plus fort et plus drue à chaque seconde, un véritable déluge mêlé d'éclairs et tonnerre et le sorcier de sang-pur revint auprès de son frère d'armes avant d'y découvrir un Amnesius avec la baguette à la main et tournée vers lui. Les propos du bleu surprirent Arcturus et avec raison...S'était-il grillé ? Avait-il éventé ses relations avec les Mangemorts ? Non...Amnesius n'avait pu voir que la " passivité " de son collègue de travail...Oh mais c'est vrai : Arcturus n'était là qu'en renfort, cette affaire ne le concernait pas, il s'agissait d'un appel à l'aide auquel il a généreusement accepté de répondre. Il aurait très bien pu laisser Amnesius se débrouiller avec lui...mais il ne l'a pas fait, il avait besoin de savoir ce qu'il lui fallait apprendre au sujet de son nouveau compagnon. Il avait pu voir ce qu'il voulait voir et découvrir ce que l'ancien Serdaigle avait dans le ventre mais ce curieux retournement de situation le troubla. Les propos de l'auror qui lui faisait face vinrent l'atteindre de plein fouet tandis qu'un nouvel éclair zébrait le ciel comme si une violente cassure venait d'avoir eue lieue entre les deux hommes.

Arcturus disposait d'une réponse toute faite : Amnesius avait été très clair, il voulait le laisser partir avant de violemment se retourner contre lui sous les yeux ébahis de Madverier qui aurait prit part à ce combat...Bien entendu, Arcturus jouait la carte de la crédulité et de la fainéantise : Si Amnesius voulait le laisser partir, très bien ! Arcturus aurait été être ailleurs car il avait beaucoup à faire...Mais il était là, à couvrir les arrières de son " frère d'armes " alors que ce dernier, si on suit sa logique, aurait été parfaitement capable de faire face à la menace...Peut-être manquait-il de confiance en soi pour avoir fait appel à ses collègues mais dans un sens, cela se comprenait...Amnesius braquait Arcturus, le menaçant de sa baguette et ce dernier finit par prendre la parole.

- Tout d'abord...Tu vas abaisser cette baguette de ma direction car tout Auror que tu es, je te mets au défi d'attaquer un de tes propres collègues sans raison apparente. Par ailleurs, tu sais très bien ce qui t'attend si tu empreintes cette voie là... dit-il d'une voix autoritaire.

Amnesius abaissa sa baguette et sa tête comme si il avait honte de son acte, pendant que son collègue lui parlait, conscient peut-être de ce qu'il était en train de faire. Arcturus reprit.

- Je suis de ton côté, Amnesius, je t'aurai défendu, tu le sais très bien ! Tu es mon collègue de travail, mon frère d'armes...ne crois pas un seul instant que je t'aurai abandonné dans l'adversité. Mais j'étais là pour te couvrir et non mener l'assaut à ta place. Tu disais vouloir le laisser partir ? C'était une possibilité même si ça me semblait un peu particulier. Je n'ai pas fait plus que ce que j'ai fais car il n'y avait aucun danger immédiat ! Il t'a menacé ? Il t'a lancé un sort ? Non...Et toi-même, tu disais vouloir le laisser partir...alors il est parti, c'est aussi simple que ça. Tu as fait ton taf, j'ai fait le mien, c'est-à-dire te seconder et intervenir lorsqu'il le faudrait !

Amnesius transplana, probablement dégoûté, laissant Arcturus dans le froid des plaines avant que ce dernier transplane à son tour au Ministère pour retourner à son travail.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Lizzie Cojocaru, le  Ven 12 Aoû 2016 - 18:50

/Pv Finrod - Flashback -6 mois/

Aujourd’hui, Mary est morte.

Enfin pas aujourd’hui. Mais aujourd’hui on la fête.
C’est pas la première fois qu’une de mes soeurs meurt. Mais comme il m’en reste qu’une en vie, enfin, une et demi si on compte l’Autre, mais l’Autre c’est compliqué, à peine retrouvées qu’on ne se parle plus, confiance déçue, relation déchue, bref ; des funérailles, il en reste pas des mille et des cents à partager, alors cette fois, j’y vais.

J’ai pas le profil pourtant, à aller à un enterrement. D’aucuns diraient plutôt que je suis du genre à avoir le petit rire en décalé. J’suis ce genre de fille, sans doute, dés-attachée, détrompée par la vie. Ma présence risque de pas réjouir grand monde en fait. Où étais-je quand Kitty est morte ? Trop bourrée pour m’en souvenir. Où étais-je quand Jane est morte ? A Azkaban, virant totale psycho. Yep, pas la soeur qu’on rêve d’avoir. A n’en pas douter.

En fait je savais même pas où me mettre à cet enterrement. Alors j’avais voulu régler les choses, boire et me droguer, comme d’habitude. Arriver absente. Masquer mes errances. Sauf que ça marchait pas des masses, vu que le temps avait amélioré ma descente et que faute de partenaire stimulant, je restais beaucoup trop lucide.

Tant pis. C’était l’heure. J’enfilais une robe noire. Pas une combinaison, ça rappelait trop les infractions et les violences secrètes. Aujourd’hui, pour la première fois depuis longtemps, j’étais en robe. Et le contact léger du tissu était déstabilisant. Comme s’il tachait de me rattacher à l’enfance manquée. Un coup de baguette et l’extension du tissu s’adaptait à mon ventre bien garni -il était hors de question que la moindre attention soit portée au fantôme que je trainais entre les vivants.

Ouep, malgré mes tentatives pour me déshabiter, lorsque je pénétrais le cimetière, j’étais incroyablement « normale. » Et peut-être était-ce pire. Mère prétendit n’avoir croisé mon regard. Père était en retard. Dans la clairière soufflait le chant d’un piano. Désaccordé. Le nôtre. Celui sur lequel elle avait joué tous les classiques moldus les dix dernières années.

Une amertume parcourut mon regard. Le temps d’un soupir. Puis la rage contre le responsable prit le dessus. Les gens s’installèrent sur des chaises. Incapable de me mêler aux hommes, je restais en retrait. Derrière le dernier rang, raide comme une saillie. Au moins, on voyait moins les larmes fausses de tous ces gens qui ne l’avaient pas connue. A peine effleurée. Et qui pourtant le temps d’un acte paraissaient touchés, véritablement, de sa disparition.

Par disparition, je veux dire percussion par une voiture moldue de M$Rahuiefznde. Ma main trembla sur la chaise située juste devant, et un visage se retourna. Je ne le reconnus pas. Etais-je censée le connaître ? Maybe. J’étais trop ailleurs pour le remettre. Mais son pivot précipita mon mouvement ; les retirant comme brûlée, j’attendis la suite. Le piano pleurait, et j’attendais.
Contenu sponsorisé

Angleterre, coin perdu loin de Londres... - Page 5 Empty
Re: Angleterre, coin perdu loin de Londres...
Contenu sponsorisé, le  

Page 5 sur 14

 Angleterre, coin perdu loin de Londres...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.