AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol
Page 2 sur 2
Cours n°7 - le Sisymbre
Aller à la page : Précédent  1, 2
Emma Lowna
Serdaigle
Serdaigle

Re: Cours n°7 - le Sisymbre

Message par : Emma Lowna, Sam 23 Mar - 7:43


Emma n'espérait pas être trop en retard dans ce cours. Elle entra discrètement dans la serre et s'assit à une table de libre, sortit ses affaires et son livre de botanique et écouta avec attention les paroles des autres, pour essayer de bien comprendre et combler ses quelques minutes de retard...
Elle entendit alors la voix de la jeune professeur.

- James, je suis désolée, ce n’est pas ça. L’ortie n’a pas de vertus réellement magiques pour nous, néanmoins, tu as cherché, donc je donne cinq points à Gryffondor ! En revanche… Allessia, bonne réponse ! Il s’agit, en effet, du sisymbre, comme je l’ai inscrit ici. Je donne donc dix points à Poufsouffle. Comment as-tu fait pour trouver le nom de la plante ?

Emma comprit que le cours tournait autour du sisymbre. Elle cherchait dans ses pensées les informations qu'elle connaissait sur le sisymbre lorsque la voix de Mme Matthews s'éleva à nouveau et la ramena sur terre.

- Par contre, Allessia, j’imagine que tu as attribué le « peu de temps » à la durée de l’effet du Polynectar ? Ce n’est pas tout à fait ça… Je parlais du Sisymbre et de sa floraison. Quelqu’un peut-il peut-être y apporter quelques précisions à présent que vous connaissez le sujet du cours ? Ou, plus largement, l’un de vous pourrait-il dire quelque chose à propos de cette plante ?

Une jeune fille Serdaigle qu'Emma connaissait bien, leva la main.

- Le Sisymbre ne peut être cueilli qu'une nuit de pleine lune !

Cette fois-ci, un Gryffondor prit la parole.

- Cette plante serait aussi connue pour ses propriétés curatives... ? Les feuilles de sisymbre sont comestibles, et leur saveur ressemble à celle du chou avec lequel elle est apparenté il me semble.

Emma essaya en vain de trouver d'autres informations... Elle feuilleta le livre... Elle était à cours d'idées. Elle décida de poser une question pour en apprendre un peu plus sur cette plante dont elle ne connaissait pas grand chose.


- Excusez-moi Madame... Je ne sais pas grand chose sur cette plante mais j'aimerai en apprendre un peu plus sur sa localisation. Pousse-t-elle dans des endroits précis ou peux-t-on la trouver partout ? Plutôt des endroits secs ou humides ?

Elle se tut et attendit la réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Nathalie Matthews
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) :
Occlumens
Legilimens


Re: Cours n°7 - le Sisymbre

Message par : Nathalie Matthews, Dim 31 Mar - 10:16


Allessia – J’ai trouvé le nom de la plante grâce au livre de botanique ; je connaissais les effets du Polynectar et quand j’ai vu qu’elle entrait dans sa composition, j’ai pensé que ça devait être ça. Et comme le Polynectar ne fait effet que durant une heure, j’ai effectivement pensée que c’était dû à la plante elle-même qui donnait ce peu de temps à la transformation.

C’était une bonne méthode. Et de la chance, aussi. Mais Allessia avait, au moins, trouvé la plante en se basant sur les indices donnés par l’énigme de Nathalie. Preuve qu’elle n’était pas si compliquée que cela, en fin de compte ! Elle hocha la tête pour montrer à Allessia que c’était parfait, que cette réponse pourrait peut-être aider les autres pour les prochaines recherches. Mais, avant d’en dire plus, Nathalie laissa aux élèves le temps d’écrire ce que venait de dire leur condisciple. Tout élément, pris en classe, peut être une information en plus qui peut faire la différence lors du devoir. Le dernier devoir que la jeune femme avait donné n’avait pas été à la hauteur de ses espérances, comme si aucun des élèves n’avait réellement suivi le cours. Lorsque l’on remarque une telle chose… C’est quand même désespérant, voire déprimant. Elle trouvait dommage que les élèves de Poudlard ne profitent pas de cette chance, ils n’étudiaient pas des cours basiques comme les Moldus, eux, au moins ! Mais passons. C’était leur choix, après tout. Nathalie balaya la classe du regard puis, voyant qu’ils avaient tous noté, elle ajouta – pour expliquer la réponse d’Allessia :

Nathalie –
Merci, Allessia. Je pense que ça aidera bien les autres à trouver les indices, à présent. Mais je vais apporter une petite nuance à ta réponse : ce n’est pas la plante qui attribue les effets temporaires au Polynectar, mais je laisse votre professeur de Potions vous l’expliquer. Je n’ai cité ce détail que pour vous aider à éliminer les plantes « parasites ». Mais comment expliques-tu la mention de la beauté dans l’énigme ? Toi ou l’ensemble de la classe, je ne m’adresse pas qu’à Allessia.

Laissant les élèves réfléchir, Nathalie écrivit sa question au tableau pour qu’ils puissent la noter à leur tour, au cas où certains suivaient effectivement. Mais voilà que d’autres réagissaient à la question qu’elle leur avait posée concernant leurs connaissances à propos du Sisymbre. Elle avait des réponses « plic ploc », comme on dit, mais ils se réveillaient au moins un peu à présent qu’ils avaient le nom de la plante. Soit. Elle leur donna la réponse à chacun, l’un après l’autre :

Maëlys –
Le Sisymbre ne peut être cueilli qu'une nuit de pleine lune !

Presque. Mais c’était au moins un élément de réponse.

Garett –
Cette plante serait aussi connue pour ses propriétés curatives... ?

James – Les feuilles de sisymbre sont comestibles, et leur saveur ressemble à celle du chou avec lequel elle est apparenté il me semble.

Eh bien, en voilà, des réponses ! Elles n’étaient pas très longues, ni très fouillées, mais ils allaient pouvoir approfondir tout cela et… Au moins, Nathalie allait pouvoir débuter réellement son cours. Ils avaient quelques notions sur le sisymbre d’après ce qu’elle pouvait entendre mais n’avaient lu avec attention les informations qu’ils avaient trouvées, ce qui expliquait la légère confusion concernant la cueillette du Sisymbre pour le Polynectar. Elle s’apprêtait à leur répondre lorsqu’une élève leva la main, lui posant une question :

Emma –
Excusez-moi Madame... Je ne sais pas grand chose sur cette plante mais j'aimerai en apprendre un peu plus sur sa localisation. Pousse-t-elle dans des endroits précis ou peux-t-on la trouver partout ? Plutôt des endroits secs ou humides ?

Question intéressante, que Nathalie pensait poser aux autres, mais vu qu’Emma venait de mettre les pieds en plein dans le plat… Autant en profiter.

Nathalie –
Le Sisymbre ne pousse pas dans des endroits précis mais… Si tu veux des noms scientifiques, elle pousse dans des friches annuelles, des prairies subnitrophiles et des endroits méditerranéens. Pour traduire… Cette plante pousse plutôt dans des endroits secs et est difficile à trouver. Mais, si tu veux vraiment des réponses précises, je peux t’en apporter pour la prochaine fois parce que je ne compte pas vous demander de « traduire » réellement ces mots.

Nathalie avait essayé de répondre à Emma sans être ennuyante. Mais, pour une telle question, elle ne pouvait pas éviter les termes scientifiques. Autant leur épargner la mémorisation de ces mots qui ne leur serviraient pas énormément, en compensation. Néanmoins, elle devait admettre que la question valait le coup d’être posée et cela montrait qu’elle écoutait, au moins, et qu’elle s’intéressait au sujet. Mais revenons-en aux réponses aux questions qu’elle avait posées :

Nathalie –
Maëlys, tu as presque bien répondu. Mais, attention, je pense que tu as lu un peu trop vite. La cueillette du Sisymbre un jour de pleine Lune n’est nécessaire que si l’on veut faire du Polynectar. Autrement, vous pouvez la cueillir n’importe quand, une fois que sa floraison est terminée. Mais, 10 points tout de même ! Vous avez peut-être une idée de cette période, justement ?

Pause habituelle, pour leur laisser le temps d’écrire le complément d’informations, ou la correction de la réponse. Mais également pour chercher la réponse à la question qu’elle venait de leur poser. Pour cela, ils avaient encore le temps de la réponse que Nathalie s’apprêtait à corriger :

Nathalie –
Ensuite, Garett et James, vos réponses se rejoignent. Garett, en effet, le Sisymbre a des vertus curatives. Et, James, l’assimilation au chou pour le Sisymbre a un lien avec les effets curatifs évoqués par ton condisciple. Peut-être pourriez-vous vous compléter ?
Revenir en haut Aller en bas
Maëlys O'Angus
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°7 - le Sisymbre

Message par : Maëlys O'Angus, Dim 31 Mar - 18:36


Allessia – J’ai trouvé le nom de la plante grâce au livre de botanique ; je connaissais les effets du Polynectar et quand j’ai vu qu’elle entrait dans sa composition, j’ai pensé que ça devait être ça. Et comme le Polynectar ne fait effet que durant une heure, j’ai effectivement pensée que c’était dû à la plante elle-même qui donnait ce peu de temps à la transformation.

Mme. Matthews avait l'air d'attendre quelque chose... Maëlys décida donc d'écrire les éléments de la réponse d'Allessia.

Mme. Matthews - Merci, Allessia. Je pense que ça aidera bien les autres à trouver les indices, à présent. Mais je vais apporter une petite nuance à ta réponse : ce n’est pas la plante qui attribue les effets temporaires au Polynectar, mais je laisse votre professeur de Potions vous l’expliquer. Je n’ai cité ce détail que pour vous aider à éliminer les plantes « parasites ». Mais comment expliques-tu la mention de la beauté dans l’énigme ? Toi ou l’ensemble de la classe, je ne m’adresse pas qu’à Allessia.


Tour à tour tout les élèves donnèrent leurs réponses et Maëlys espéra de tout coeur que sa réponse soit juste. Tout à coup son amie, Emma, prit la parole pour poser une question. Maëlys ne put s'empêcher de sourire à la vu de la curiosité de sa chère amie.

Emma – Excusez-moi Madame... Je ne sais pas grand chose sur cette plante mais j'aimerai en apprendre un peu plus sur sa localisation. Pousse-t-elle dans des endroits précis ou peux-t-on la trouver partout ? Plutôt des endroits secs ou humides ?

Mme. Matthews - Le Sisymbre ne pousse pas dans des endroits précis mais… Si tu veux des noms scientifiques, elle pousse dans des friches annuelles, des prairies subnitrophiles et des endroits méditerranéens. Pour traduire… Cette plante pousse plutôt dans des endroits secs et est difficile à trouver. Mais, si tu veux vraiment des réponses précises, je peux t’en apporter pour la prochaine fois parce que je ne compte pas vous demander de « traduire » réellement ces mots.

La prof avait répondue avec précision et cela plaisait à Maëlys. Elle se dépêcha de noter le complément d'information. Puis la prof poursuivit :

Mme. Matthews - Maëlys, tu as presque bien répondu. Mais, attention, je pense que tu as lu un peu trop vite. La cueillette du Sisymbre un jour de pleine Lune n’est nécessaire que si l’on veut faire du Polynectar. Autrement, vous pouvez la cueillir n’importe quand, une fois que sa floraison est terminée. Mais, 10 points tout de même ! Vous avez peut-être une idée de cette période, justement ?

Maëlys sourit jusqu'aux oreilles. Elle était tellement contente de faire gagner des points à sa maison ! Bien qu'elle n'est pas donnée la réponse juste, Mme. Matthews lui avait accordé 10 points. Elle était généreuse et cela la rendait tout de suite très sympathique. Par contre Maëlys n'avait aucune idée de la période. Elle laissa donc les autres répondre.

Mme. Matthews - Ensuite, Garett et James, vos réponses se rejoignent. Garett, en effet, le Sisymbre a des vertus curatives. Et, James, l’assimilation au chou pour le Sisymbre a un lien avec les effets curatifs évoqués par ton condisciple. Peut-être pourriez-vous vous compléter ?

Là non plus, rien ne venait à Maëlys. Du chou ?!






Revenir en haut Aller en bas
James Colins
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°7 - le Sisymbre

Message par : James Colins, Ven 26 Avr - 9:26


Le Sisymbre ne pousse pas dans des endroits précis mais… Si tu veux des noms scientifiques, elle pousse dans des friches annuelles, des prairies subnitrophiles et des endroits méditerranéens. Pour traduire… Cette plante pousse plutôt dans des endroits secs et est difficile à trouver. Mais, si tu veux vraiment des réponses précises, je peux t’en apporter pour la prochaine fois parce que je ne compte pas vous demander de « traduire » réellement ces mots.

Maëlys, tu as presque bien répondu. Mais, attention, je pense que tu as lu un peu trop vite. La cueillette du Sisymbre un jour de pleine Lune n’est nécessaire que si l’on veut faire du Polynectar. Autrement, vous pouvez la cueillir n’importe quand, une fois que sa floraison est terminée. Mais, 10 points tout de même ! Vous avez peut-être une idée de cette période, justement ?

Ensuite, Garett et James, vos réponses se rejoignent. Garett, en effet, le Sisymbre a des vertus curatives. Et, James, l’assimilation au chou pour le Sisymbre a un lien avec les effets curatifs évoqués par ton condisciple. Peut-être pourriez-vous vous compléter ?


Notant consciencieusement chaque information apportée par leur professeur, James continua de réfléchir à ce qu’il savait sur le Sisymbre. Tandis que la plume grattait le parchemin avec acharnement, il jeta un coup d’œil à son manuel. L’image d’une plante haute d’une bonne trentaine de centimètres lui mit soudainement la puce à l’oreille. Ce qu’il pouvait être idiot ! Sa mère avait étudié cette plante. Il était petit, mais ça ne l’avait pas empêché de lire par-dessus son épaule, animé par la curiosité qu’ont les enfants à cet âge. Il leva la main, voyant que personne ne réagissait à la demande d’informations de leur professeur.

La période de floraison du sisymbre va de juillet à septembre. On la trouve généralement dans des zones habitées car elle préfère les sols ayant un niveau d’azote élevé. En plus d’être utilisée comme plante médicinale pour soigner enrouements et extinctions de voix, les jeunes feuilles de sisymbre sont utilisées en salade, et ses graines servent à faire de moutarde.

James se tut, ne sachant pas vraiment quoi ajouter. Il ne se souvenait pas de toutes les recherches de sa mère, et elles concernaient souvent plus le monde moldu que le monde sorcier, sa mère éprouvant une grande fascination pour celui-ci.

Il me semble aussi qu’étant un stimulant antiscorbutique, le sisymbre apporte de la vitamine C, qui permet de résister à la fatigue et aux infections, mais surtout de garder un certain équilibre chimique dans le corps.

Ne voulant pas partir trop loin, James décida de s’arrêter là et attendit que d’autres élèves parlent où que la professeur réponde. Il n’était pas certain de ses informations, mais au moins avait-il fait une tentative de participation.
Revenir en haut Aller en bas
Nathalie Matthews
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) :
Occlumens
Legilimens


Re: Cours n°7 - le Sisymbre

Message par : Nathalie Matthews, Mer 1 Mai - 21:49


James – La période de floraison du sisymbre va de juillet à septembre. On la trouve généralement dans des zones habitées car elle préfère les sols ayant un niveau d’azote élevé. En plus d’être utilisée comme plante médicinale pour soigner enrouements et extinctions de voix, les jeunes feuilles de sisymbre sont utilisées en salade, et ses graines servent à faire de moutarde.

Nathalie n’avait eu qu’une réponse. Les autres élèves semblaient s’être endormis et, pour le coup, cela ne l’aidait pas du tout. Heureusement, le sisymbre n’était pas une plante compliquée et il n’y avait pas beaucoup de théorie à donner là-dessus… Mais ici, c’était devenu presque désespérant. Elle n’allait pas faire cours seule, non plus. Mais soit, ne pas désespérer. Elle en parlerait avec les autres professeurs et, ensemble, ils trouveraient comment régler cette histoire et motiver les élèves. C’était le plus important, après tout. Si les élèves n’étaient pas motivés, ou intéressés, comment faire cours ? Mais voilà que James complétait sa réponse. Tant mieux, au moins un élève qui participait :

James –
Il me semble aussi qu’étant un stimulant antiscorbutique, le sisymbre apporte de la vitamine C, qui permet de résister à la fatigue et aux infections, mais surtout de garder un certain équilibre chimique dans le corps.

Au moins, il connaissait ! Nathalie ignorait comment il avait pu trouver tout cela ou si quelqu’un, dans sa famille, était fort en Botanique, mais… Le fait était là : James en connaissait beaucoup sur le Sisymbre et semblait se réveiller. C’était motivant, au moins. Même si elle-même ne comptait pas tout leur dire, encore moins faire cours toute seule et donner toute la matière aussi simplement. Par conséquent, tant pis, le cours serait quelque peu écourté et ils auraient le reste en devoir. Cependant, Nathalie ne comptait pas les laisser sans information ni confirmation par rapport à ce que venait de dire James à ses condisciples. Souriant au Gryffondor et s’adressant au reste de la classe – pour ceux qui ne dormaient pas –, la jeune femme répondit à ce qu’il venait de dire :

Nathalie –
Tu as tout à fait raison, bravo ! 20 points pour toi, tu sembles en connaitre un peu sur le Sisymbre et tu participes.

Laissant quelques minutes aux autres élèves pour noter ce que leur condisciple venait de dire, Nathalie écrivit quelques consignes sur le tableau, qu’elle dissimula pour l’instant, et reprit :

Nathalie –
Je n’ai rien à ajouter concernant la floraison du Sisymbre ou ses propriétés médicinales. Principalement, c’est bel et bien pour cela qu’on le connait. Il est d’ailleurs appelé herbe aux chantres parce qu’elle permet de lutter contre l’enrouement. Chez nous, nous pensons aussi que cette plante a permis à certains… Heum… Chanteurs de percer, dirons-nous. Mais je ne vais pas m’étaler là-dessus, même si je crois à cette rumeur et que vous voyez sûrement de qui je parle, je ne vais pas en parler trois heures. Donc, revenons à nos moutons.

Nathalie détestait littéralement les personnes qui trichaient pour chanter, ou pour s’attirer un quelconque mérite qu’elles ne devaient qu’à certaines plantes. De plus, abuser du Sisymbre et de ses effets contre l’enrouement risquait de gravement endommager les cordes vocales, d’après ce qu’elle avait pu voir d’elle-même auprès de certains « patients ». Alors, le jour où ils ne pourront plus chanter... Mais penser comme cela était agir comme une gamine. Alors, mieux vaut ne rien dire et donner les consignes pour le devoir à rendre. Cette fois, pas d’expérience en cours, elle serait directement dans le devoir : ce cours s’était déjà beaucoup trop étalé en longueur. Les élèves étaient paresseux, aujourd’hui, et comme depuis un moment. Pourtant, elle ne les obligeait pas à venir… Mais soit, puisqu’elle devait sévir, Nathalie le ferait. Montrant le Sisymbre aux élèves, elle dit :

Nathalie –
Je ne vais rien ajouter de plus. Le reste fera partie de votre devoir. Une première partie de votre devoir va se faire maintenant, d’ailleurs. Vous avez, ici, la plante que nous venons d’étudier comme je l’ai dit et vous allez devoir en reproduire un croquis en détaillant ce qui la compose, ce que l’on peut voir, etc. Ca ne doit pas être du grand art, mais suffisamment clair pour que je puisse vous comprendre. Ensuite, le cours sera terminé !

Regardant les élèves commencer à se bouger – ce n’était pas trop tard –, Nathalie s’installa dans la Serre pour rester disponible à la moindre question. C’était une expérience un peu moins « amusante » que celles qu’elle avait l’habitude de faire faire, mais… Tant pis.

[HJ : Je clôture le cours ici. Vous pouvez poster avec le croquis en question, que vous pouvez faire sur Paint ou n’importe quoi du style, mais je ne donnerai plus d’informations supplémentaires au niveau théorique. Je posterai le devoir bientôt.]
Revenir en haut Aller en bas
Allessia Leather
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°7 - le Sisymbre

Message par : Allessia Leather, Mar 7 Mai - 21:26


Après avoir suivit et noté les explications du professeur sur la plante qu’ils étudiaient, Allessia prit sa plume et un nouveau parchemin pour faire un croquis de ladite plante. L’expérience promettait d’être catastrophique. N’ayant jamais été très doué en dessin, elle espérait que le professeur n’en tiendrait pas rigueur. Elle paraissait d’ailleurs un peu énervée, surement dû au manque de participation de ses élèves. Elle regarda attentivement la plante, essayant de mémoriser chaque détails qui lui permettrait de la reproduire. Elle commença à dessiner la tige, puis les fleurs et termina par les petites feuilles que l’on voyait apparaître par-ci par-là.

Lorsqu’elle eu terminée, elle regarda son dessin et explosa de rire. C’était plus fort qu’elle, ce qu’elle avait dessiné était totalement catastrophique. Tant pis, il faudrait faire avec. Elle se calma tant bien que mal, pouffant en silence à chaque fois qu’elle jetait un regard sur son « Chef d’œuvre ». Elle nota les informations qu’elle avait entendu durant le cours sur le parchemin et lorsqu’elle eu tout remplit, elle posa la feuille à côté d’elle, veillant à ne pas la regarder pour ne pas repartir dans une crise de fou rire, et attendit la suite des instructions du professeur concernant le devoirs qu’ils auraient à rendre.

Spoiler:
 

[Hors RP : Je ne sais pas si c'était vraiment ce qui été demandé, mais j'ai fais ça.
Si ça ne va pas je le referais.
Et s'il vous plait, ne riez pas, je suis archi nulle en dessin, surtout sur paint xD]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Cours n°7 - le Sisymbre

Message par : Invité, Sam 29 Juin - 15:35


Le cours de Botanique était celui que Briséis attendait avec le plus d'impatience, tout d'abord parce que la jeune Serdaigle entretient une relation particulière avec la nature qu'elle aime parcourir et découvrir et parce que, passionnée de Grèce Antique, la nature divine est pour elle un mystère sacré à déchiffrer. Après s'être perdu à l'autre bout de l'aile du château, Briséis atteignit enfin la serre du cours de Botanique auquel elle s'était inscrite. Elle ouvrit la porte et, s'apercevant qu'elle était déjà bien en retard, elle se faufila à l'autre bout de la serre, sur un tabouret un peu bancal mais assez près du professeur pour pouvoir entendre ce qu'il se disait. Elle sortit une plume et du parchemin ainsi que ses gants et pris un tablier de travail. Briséis souhaitait à tout prix faire remarquer sa présence auprès du professeur, mais celle-ci était en pleine explication. Ne sachant quoi faire, Briséis lança des regards effrayés autour d'elle. A ses côtés se trouvaient une jeune Poufsouffle, en train de croquer la plante mis en observation ainsi qu'un garçon de Gryffondor qui semblait passionné par les paroles du professeur de Botanique. Celui-ci était d'ailleurs assez mignon. Derrière lui, par bonheur, Briséis croisa le regard d'une autre Serdaigle qui semblait tout à fait à sa place et était assise à côté d'une de ses amies, d'après ce que Briséis pouvait déduire. Mais cette dernière était vraiment stressée : elle ne savait que faire, quoi écrire, quoi dire ...
* Bon. Je fais comment maintenant ? Mince, j'ai rien suivi, je comprend plus rien là. *


C'est alors que le professeur s'arrêta de parler, et tous à présent étaient en train de faire des croquis de la plante en question. Briséis compris à ce moment qu'elle était arrivée trop en retard au cours et décida de faire profil-bas, en allant s'excuser auprès du professeur dès la fin de l'heure ... qui sonnerait d'un instant à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours n°7 - le Sisymbre

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 Cours n°7 - le Sisymbre

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.