AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Volière
Page 34 sur 34
La Volière
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34
Time Alyster
Serpentard
Serpentard

Re: La Volière

Message par : Time Alyster, Jeu 1 Mar 2018 - 12:08


Le vent, le frai, la solitude, tout était parfait !
Soudainement, Time entendit des bruits de pas.
Cela n'étais pas étonnant, beaucoup d'élèves écrivaient à leurs famille. Time entendit au son des bruits de pas que l'élève derrière lui        
était un peu plus vieux.

- Salut.


Time ne répondit pas, de toute façon, l'élève allait partir et le laisser d'ici .... 5 minutes grand maximum ?

- Linnaeus. Vient mon beau. J'ai quelque chose pour toi.

Il se concentra sur les bruits de l'oiseaux. Il aimerais tant pouvoir voler. Et sans balais si possible...
Time trouvait cette ode au Quiditch tout bonnement ridicule. C'était dangereux et barbare au possible ! En même temps, sa seul tentative de vol sur balais ne fut pas très.... fructueuse.

- Est-ce que tout va bien ?


L'élève insistait. Quel gros lourd celui-là ! Qu'est ce que cela pouvais bien lui faire ? Il se retourna pour répliquer méchamment lorsqu'il reconnu le préfet de Gryffondor.

Oups, la boulette. C'était un préfet, normal qu'il s'assure de son état.
Time répondit machinalement gêné par son erreur de jugement:

"-Heum... Oui oui, ça va"

Pour un peu, il allait se mettre un préfet sur le dos, celui de Gryffondor qui plus est. Déjà que les deux maisons n'étaient pas en bon terme, il n'était pas utile d'envenimer le tout...  
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Volière

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 1 Mar 2018 - 17:19






Débattons...

Time Alyster
  Daemon Stebbins

“Face à l'intolérance et à la haine, il n'y a pas de transaction possible, pas de compromission possible, pas de débat possible. ”


Visiblement je l'importunais au vu du temps qu'il mettait à répondre. Tenter de bien faire votre travail et voilà comment vous en serez remercier.

* Pourquoi j'ai accepté de devenir préfet. Rappelez-moi les raisons ? Ah oui parce que je suis un élève studieux qui a le sens de ce satané mot : devoir. *

- Tu ne devrais pas trop tarder pour aller en cours. Sinon tu vas être en retard et tu feras perdre des points à ta maison.

* Même si cela ne me dérange pas vue que tu es à Serpentard. *

Pourquoi était-il tout ainsi dans cette fichue maison. Ne pouvait-il pas tomber sur des élèves avec un minimum de jugeote.

- Enfin ça te regarde. Pour ma part, ce n'est pas mon problème.

Et malgré moi, je lâchais entre mes dents.

- Vous êtes tellement tous têtus dans cette maison.

Oui tous les verts que j'avais pu rencontrés été des être plus bornés les uns que les autres. Et pourtant la maison des lions étaient connus pour leur manque de jugement et de changement d'opinion. J'observais donc mon grand duc reprendre sa place et se rendormir parmi ses congénères. Tandis que le vert et argent ne faisait toujours rien


Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Time Alyster
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Volière

Message par : Time Alyster, Jeu 1 Mar 2018 - 18:26


Time regardait son interlocuteur.
Un grand métisse asiatique aux couleurs rouges et dorés.
Il faisait bel et bien face au Préfet des Gryffondors. Et celui-ci parut fort fort fort désappointé.
Pourquoi diable Time citait il Gary Oldman dans sa tête alors que le préfet de Gryffondor était face à lui !?
Le préfet ajouta

- Tu ne devrais pas trop tarder pour aller en cours. Sinon tu vas être en retard et tu feras perdre des points à ta maison.

Time eu l'impression d'un regard assez ... froid derrière ces paroles..... son silence aurait-il été mal vu ? De toute façon, il fallait essayer de rester en bon terme avec lui, quitte à revenir 2 minutes plus tard. Time s'apprêta à approuver lorsque que le Gryffond le coupa

- Enfin ça te regarde. Pour ma part, ce n'est pas mon problème.


Trop de temps pour répondre.
Time tenta désespérément de répondre lorsque arriva la phrase de trop.

- Vous êtes tellement tous têtus dans cette maison.


Ah !!! Pris entre feu !!
En un sens, Time détestait sa propre maison, dans un autre, il n'allait pas se laisser faire un insulter comme ça !
De toute façon, c'était un bon entraînement, contredire ce que l'on ne pense pas.
Il se retourna complètement et jeta un regard rieur au préfet. Il avait l'air assez énervé, et pris de court. De plus, ils ne se connaissaient pas. Le préfet de se douteras pas de la répartie de Time. Il avait surement une chance de s'en sortir !

"De la part d'un Gryffondor ? Drôle d'hypocrisie que vous me faites là.
Le Gryffond tenta de répondre mais Time le coupa aussitôt
Mais, une question me survint, qui êtes vous pour reprendre un jeune Serpent sur son silence lorsque l'on a 3 ans de plus et que l'on ne lui laisse pas l'occasion de répondre ?"

Bingo, il avait touché juste, le préfet ne pouvait répondre à cela.
Mais la tentation fut trop grande et Time poursuivit.

"-Mmh, mais j'ai crû entendre une once de rancoeur dans votre ton, tant de haine qu'est la votre envers nous pour un simple silence provoqué par votre personne ?
Je ne pense pas."


Time fixait à présent le préfet dans les yeux

"L'un de nous vous aurait-t'il causé un quelconque tord ? Une injustice vous aurait t'elle été causé ?
Non.
Ce ne dois pas être ça, pas avec ce ton si ... rancunier. Cela cache autre chose de plus.... horripilant à vos yeux si énervé."


Oups. Boulette. Il était allé beaucoup beaucoup trop loin. Si il avait été seul, il se serait surement cogné la tête une bonne dizaine de fois sur le rebord de la fenêtre.
Pourquoi avait-il provoqué un Préfet !? Time priait au plus profond de lui même que celui-ci avait beaucoup d'humour et de répartie....
Time se sentit glisser lentement dans un monde ..... il jugea bon de ne pas définir ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Volière

Message par : Daemon Stebbins, Ven 2 Mar 2018 - 12:01






Débattons...

Time Alyster
Daemon Stebbins

“Face à l'intolérance et à la haine, il n'y a pas de transaction possible, pas de compromission possible, pas de débat possible. ”


Je regardais l'élève qui me dévisageait. Si peu à l'aise en face de moi, chose qui n'était pas inhabituel du fait de ma grande taille. Même avant d'être préfet, il en était déjà ainsi avec les autres. Il faut dire que je n'étais le plus sociable de tous les élèves. Me lier avec les autres avaient toujours été un peu compliqué. Après six ans à Poudlard, il était facile de compter mes relations relations sur les doigts de mes deux mains. Il me vouvoyait. Celle-là, je ne l'avais jamais vu.

- L'hypocrisie est l'art des verts et argent. Nous les rouges et or avons plus tendance à foncer sans réfléchir. Mais est-ce que c'est vraiment le moment d'échanger nos points de vue sur nos maisons.

Il continuait dans le vouvoiement.

- Tu sais nous sommes deux étudiants pas la peine de me traiter comme si j'étais un prof. Je doute par ailleurs que tu parles de la sorte à tes préfets.

Je me demandais à cette seconde où il voulait en venir. Dans quel univers, il coexistait. J'avais trouvé des élèves bizarres mais lui en quelques instants m'en avait montré un bel aperçu. Je l'écoutais un peu abasourdi.

- Aurais-tu mal dormi cette nuit ? Je ne faisais qu'émettre un fait qui a été avéré depuis des années. Ce n'est pas la peine de prendre la mouche.

* Tellement susceptible. Tellement sur d'eux *

Mais qu'est-ce que j'avais fait à Merlin, ce matin, pour me coltiner un spécimen de ce genre...


Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Time Alyster
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Volière

Message par : Time Alyster, Mar 6 Mar 2018 - 14:22


LA accordée à Daemon


[size=34] Bah oui ! Il fallait s'y attendre.
Forcément qu'il se fiche à moitié de lui avec ses conclusions bien trop hâtives..... Bon, il fallait analyser ses paroles...

- L'hypocrisie est l'art des verts et argent. Nous les rouges et or avons plus tendance à foncer sans réfléchir. Mais est-ce que c'est vraiment le moment d'échanger nos points de vue sur nos maisons.

L'hypocrite ! C'est lui qui a commencé ! Non mais quel toupet celui là !

- Tu sais nous sommes deux étudiants pas la peine de me traiter comme si j'étais un prof. Je doute par ailleurs que tu parles de la sorte à tes préfets.


Maintenant qu'il y pensait, Time n'avait jamais parlé à ses Préfets..... comme ça, c'était réglé...

- Aurais-tu mal dormi cette nuit ? Je ne faisais qu'émettre un fait qui a été avéré depuis des années. Ce n'est pas la peine de prendre la mouche.


avéré... avéré par qui exactement !?
Time avait assez d'éléments pour répondre, il fallait être clair et précis, ce Préfet ne se laissera pas faire embobiner et encore moins devant des arguments basiques...
Il fallait lui montrer son hypocrisie (que Time avait, légèrement, avouons-le, forcé)  et poser une question sur la fin car franchement, le "avéré depuis longtemps" l'intriguait tout de même

-L'hypocrisie ? Art des verts argents ? Alors que VOUS ou TU, si cela te conviens mieux, ose me dire ensuite que ce n'est pas le moment d'échanger sur les qualités de notre maison ?
Mais ce n'est pas moi qui ai dit que vous étiez "tous aussi têtu", j'ai simplement dit bonjour.

-De plus, avéré par qui ? Des adeptes de cette gue-guerre inter-maison futile et digne de gueux de l'esprits ? Pas très fiable comme source.......
[/size]


Dernière édition par Time Alyster le Dim 11 Mar 2018 - 13:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Volière

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 8 Mar 2018 - 10:47






Débattons...

Time Alyster
  Daemon Stebbins

“Face à l'intolérance et à la haine, il n'y a pas de transaction possible, pas de compromission possible, pas de débat possible. ”


Je remarquais bien que le serpentard me fixait d'une manière étrange. J'avais la sensation que ce que je lui disais ne l'enchanter absolument pas. Mai que voulez-vous les membres de cette maison son prêt à sauter la gorge de ne n'importe qui pour n'importe quoi.

- Alors cher monsieur, cela fait des siècles que les traits de caractères des serpentards ont été exposé et jusque dans la chanson du choixpeau magique. Avant de monter sur ses hippogriffes, il faut connaître son histoire. Même le fondateur de ta maison était ainsi. Si prétentieux, arrogant et hypocrite qu'il en a abandonné ses trois autres compagnons. Parce qu'il se refusait d'enseigner aux sang-mêlés et aux nés-moldus. Il y a eu bon nombre de sorcier maléfique qui sont sortis de cette maison.

Je faisais une pause pour reprendre ma respiration et ajoutais :

- Mais attention, certains sont également sortis des autres maisons. Tous les serpentards ne sont pas adepte de magie noire ou de vouloir dominer le monde ou éliminer ce qui n'est pas de sang-pur heureusement. Toutefois je te rappellerais que celui qui a fait les plus grands génocides était Lors Voldemort et qu'il venait de ta maison et avait toutes les caractéristiques vu qu'il était u descendant de Serpentard lui-même.

Je le fixais donc dans les yeux et lançais en plus :

- Donc si tu ne veux pas avoir de remarque la prochaine fois, évite de mettre trois plombs à répondre à quelqu'un. En ce qui concerne le cours, tu fais ce que tu veux. Pour ma part, je ne chercherais pas à me prendre la tête car je ne raterais pas les mieux à cause d'un serpent.

Je commençais donc à reprendre ma route et je me suis retourné pour lui jeter un coup d’œil ...


Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Time Alyster
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Volière

Message par : Time Alyster, Dim 11 Mar 2018 - 12:06


Ce n'était pas possible, autant de mauvaises fois ! Et d'être aussi borné !
Ah, si. Un Gryffondor peut le faire merveilleusement bien, et ce Préfet le prouvait.
Il avait tout simplifié, et en plus, pris un bout de ce que Time pouvait répondre l'empêchant donc de répondre lui même...
Il fallait le reprendre point par point cette argumentation fallacieuse et empli d'une mauvaise fois visible de si loin...

Il se sentait vraiment mal par ailleurs. Non pas parce que cette "dispute" était de sa faute en partie, ni parce que les paroles du Préfet  étaient dur ou qu'il ne pouvait pas réellement répondre...
Il se sentait mal, car au fond de lui, ce genre de discutions l'étouffait.
Il sentit une sorte de colère en lui. Elle n'avait rien à voir avec la discussion en elle même. Plus ... contre tout.
Les autres, et surtout lui même.
Il inspira. Il fallait répondre en conséquence et l'étonner. De simples paroles ne suffiront pas...
Il interrompis le jeune Griffon dans sa fuite, et attaqua avec force et maîtrise:

-Bien, bien, facile de s'en prendre à Salazar, mais dois-je rappeler que l'époque le voulait ?
Salazar n'a point inventé cela, non, il était comme bon nombre de sorciers de cette époque.
Certe, cela n'excuse en rien sa vision fausse et si horrible, mais cela explique.
Je te retourne ta propre remarque, avant de monter sur ses hippogriffes, il faut connaître son histoire, ou du moins s'en rappeler.
De plus, comme c'est touchant, l'argument de Lord Voldemort, si facile et peu original, mais malheureusement vrai.
Ôte moi d'un doute, ne viens tu pas de dire que des mages noirs sont sortis de Serpentard mais aussi des autres maisons et que les Serpentard étaient loin d'être tous des mages noirs ?


Chacun de ses mots étaient calculé, maîtrisé et  millimétré.

Alors pourquoi ces remarques ? Tu dis toi même qu'elles sont inutiles. Tu viens tout juste de me dire que tout ce que tu avances depuis 10 minutes est faux, et je le confirme sans aucuns doutes
Alors, réfléchis à tes paroles avant de monter sur tes "grand hippogriffes"

Il était temps de partir, ses dernières phrases étaient fallacieuses, et il ne fallait pas traîner au risque d'être repris sur ces dernières...
Il se leva et dépassa le Gryfondor, pour le contredire une ultime fois:

-C'est l'heure des cours non ? Tu devrais te dépêcher au risque d'être en retard.


Sur ces paroles, Time se retira une bonne fois pour toute, fier de lui.









Fin du RP pour moi :D
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Daemon Stebbins
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Volière

Message par : Daemon Stebbins, Dim 11 Mar 2018 - 16:55






Débattons...

Time Alyster
Daemon Stebbins

“Face à l'intolérance et à la haine, il n'y a pas de transaction possible, pas de compromission possible, pas de débat possible. ”


Il était pitoyable à cette seconde. Je n'avais jamais vu un serpent aussi mal s'en sortir en contre attaque. Il ne faisait que reprendre mes paroles et tenter de se les approprier pour les retourner contre ma personne. Mais est-ce qu'il s'entendait parler. Non. Certainement pas au vu de sa réaction. On aurait dit un perroquet qui ne faisait que redire mes mots.

- C'est ça. Grandi un peu et trouve tes propres arguments au lieu de détourner ceux des autres. Toujours autant si inintéressant, comme le sont la plus part des êtres de ta maison. Quand tu auras de la personnalité, tu me feras signe. Ce jour là, nous aurons peut-être un vrai échange d'adulte. En attendant si tu es en retard, je me ferai une joie de surveiller ta colle.

Je ne trainais pas plus ici. Tout ce que je voulais, c'était de dégager d'ici. Je n'avais pas envie, moi, de faire perdre des points à Gryffondor surtout en ayant le rôle de préfet. Ce serait un très mauvais exemple. Je m'éloignais don à grandes jambées de la volière afin de regagner le château. Je n'étais plus qu'à quelques mètres des grandes portes. Je grimpais les marches et passais l'entrée. Je descendais les escaliers afin de gagner la salle des potions...


(Fin du rp, Merci)



Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Alexeï Dragoslav
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: La Volière

Message par : Alexeï Dragoslav, Ven 13 Avr 2018 - 17:13


Et ce n'était plus qu'un souvenir - Osvald Osborne, Hillarius Ludwig

Les oiseaux chantent aujourd’hui. On peut les entendre à travers les fenêtres de la Grande Salle où les élèves prennent leur petit déjeuner. Il est déjà dix heures du matin en ce super samedi de printemps. Pour une fois qu’il avait pu profiter de son lit, le jeune Dragoslav était particulièrement excité quant au reste de sa journée et ce, même s’il n’avait rien prévu. Ou presque. Une petite chose était inscrite sur sa to-do liste, c’était d’envoyer un courrier à ses parents qui quémandaient des nouvelles depuis un bon petit moment déjà. Bien évidemment, ils ne devaient pas compter sur les talents de communication de leur fils … Talent quasiment inexistant par ailleurs. Armé d’un parchemin presque neuf et d’une jolie plume le slave se préparait entre deux bouchées de pain à écrire les quelques mots qu’attendaient ses géniteurs avec impatience.
Le jus d’orange coulait à flot dans la gorge du suédois tandis qu’il s’activait de son autre main pour griffonner des mots sur le parchemin. Utilisant sa langue natale, pour un autre élève de Poudlard c’était complètement illisible. C’est ça la beauté de venir d’ailleurs, à moins d’être vraiment doué en langues, personne ne peut venir vous espionner.
Une fois le message écrit et le verre vide, Alexeï prenait maintenant la direction de la volière pour envoyer sa missive, tout en réceptionnant son journal préféré, La Gazette du Sorcier. Bien qu’on puise y lire beaucoup d’étranges informations, certaines rubriques valaient vraiment la peine d’être lue.
L’air frais lui faisait énormément de bien. Le temps de quelques inhalations et après quelques rayons de soleil absorbés par sa peau, Alexeï grimpait les marches qui menaient à la volière deux par deux jusqu’à atteindre le perchoir où son hibou l’attendait avec impatience à chaque fois qu’il avait du courrier. Aujourd’hui, rien d’autre que la gazette. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! Quelques coups de doigts et la ficelle qui était fixé à la patte de l’hiboux cédait pour laisser choir le magazine au sol. Rangé dans la poche arrière de son pantalon, le sorcier casa maintenant la lettre destinée à ses parents et laissa son ami s’envoler rejoindre les contrées suédoises.

Le hibou envolé, le jeune blond allait vaquer à une nouvelle occupation, celle de lire le quotidien du monde des sorciers. En page principale rien d’intéressant si ce n’est que le Ministre avait prévu ou avait donné une conférence de presse suite à son élection. Pour le moment c’était secondaire. Ayant été évincé récemment du groupe de soutiens des Aurors, le jaune s’en fichait complètement. Les pages se tournaient petit à petit, au fur et à mesure que les pieds du garçon avançaient pour rejoindre le château.

En page trois indiquait un suicide. Puis la fonctionne de cette personne. Une Auror. Alexeï pensait déjà au pire. Même s’il n’avait pas rencontré tous les membres du bureau, il avait eu l’occasion de discuter plusieurs fois avec Elly et Kalén. Avant de continuer sa lecture il priait intérieurement pour que ça ne soit pas une des deux femmes qu’il connaissait. Puis un visage. Ce visage. Son visage. C’est Kalén. Le garçon se sentait défaillir, les larmes montant au creux de ses yeux. Pourquoi avait-elle fait ça ? Qu’est-ce qui l’avait poussée à quitter ce monde ? Le garçon était dévasté et ses genoux l’avait trahi, le laissant tomber au sol.
Ses mains également lui faisaient défaut, lâchant le journal pour les porter à ses yeux baignés de larmes. Son mentor l’avait quitté. Son amie l’avait quitté. Celle qui l’avait accompagné lors d’un roadtrip au Congo ne faisait plus partie de ce monde. Le suédois ne savait que faire, comment réagir ou comment se comporter à présent. Tout ce qu’il arrivait à faire c’était s’éponger les yeux au fur et à mesure que les larmes coulaient. C'était pourtant une si belle journée.
Revenir en haut Aller en bas
Hillarius Ludwig
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Volière

Message par : Hillarius Ludwig, Lun 16 Avr 2018 - 23:13


Un matin tranquille. Juste un petit vent. Respirer un bon coup. Presque s'envoler... Seul.

J'étais dans un courant, qui me porterait bientôt jusqu'à cette tour de hiboux. Dans ma main je regardai l'étui foncé de mon instrument à cordes. Le petit violon était rangé, enveloppé, encore endormi. Un demi-sourire.
Aujourd'hui pas d'artifice. Pas de public ou d'éclat. Pas de supercherie. je ne pouvais pas me mentir, tout seul, sans personne en face. A cette heure personne autour. Même sur le trajet, étonnamment personne ne me croise.
Ce n'est pas pour autant que je tolère le silence. Je sifflote un air, tranquillement, les yeux vagues. Je me laisse emmener jusque sur la volière par la musique en trottinant.

***


Personne. Je respire un bon coup, écarte les bras, puis sors mon violon. L'archet est tendu au dessus du sol. Je le ramène doucement contre moi je laisse glisser son crin contre mes cordes, doucement. Une caresse. Un son fin et doux me chatouille les oreilles. Je souris.

Un peu de vent légèrement. Ma grande chemise pourpre, ma cravate, s'envolent derrière moi.  Une distance de sécurité ; trois mètres derrière la balustrade mais je sens le vide m’appeler. Je fais.... face. Durcissant mon visage, défiant cette peur irrationnelle. Mes dents claquent.
Cette peur de bambin... Les escaliers sont loin. Je suis une frontière. Je suis fort... Pourtant, c'est difficile.
Oui, je ne sais pas si j'y arriverai. Je me rapproche pas à pas de la balustrade, les notes me donnant du courage, chaque élan porté par un accord. Mes yeux se plissent, se ferment presque. Ce vertige né il y a deux ans, ce vide, qu'il me faut combler. Je repense à Kàlen, à ces forces du passé, à ces films si forts, ces cris sur pellicule, ces rires. Tant de trous à combler, tant de vide... A CHASSER !
Je ne veux plus être consolé, être rassuré. Je veux faire face. En pleurant en hurlant peut être. En dansant. Mon rire éternel reprends le dessus. Je rouvre les yeux.

Je suis en face de tout le domaine de Poudlard. Il est immense. Trop...
Soudain j'arrête de jouer.  Les notes se perdent dans ma tête et se délient dans le vent. Ce trou immense face à moi. A combler. Pourtant rien ne me vient. Je tremble... Combien de temps s'écoule pendant que mon corps manque de tomber en avant, en arrière....? J'ai envie de rire. D'exploser, de faire éclater ce silence, ce vide froid qui me tends des bras immenses.

Mais ce n'est même pas la peine. je voulais rire et j'entends.... des pleurs? Mon vide est comblé d'un seul coup.
je me retourne. De l'autre côté de la volière quelqu'un sanglote.

Je m'avance. Un pas léger. Je range mon instrument. Il ne m'a pas vu. Un Poufsouffle à l'atmosphère nordique. Un journal à la main, il essuie ses larmes, les chassent péniblement. J'ai du mal à voir son visage. Sans un bruit je m'agenouille en face de lui sans savoir quoi faire. Je ne suis d'habitude pas très doué pour effacer les peines. Déjà les miennes. Mais celles des autres. pourtant je me sens.... "redevable"? Ses larmes m'ont sorti du vide. Alors je peux bien essayer de faire quelque chose.

"Tu... Je peux faire quelque chose? Excuse moi, tu... ça va?"

C'était nul. Désespéré. J'avais beau être quelqu'un de sociable, gérer les situations de crises, ce n'était pas mon fort. Mais ça ne payait rien d'essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Volière

Message par : Osvald Osborne, Mar 24 Avr 2018 - 19:05


La nymphe envolée
avec Alexeï et Hillarius


Lundi matin : contrôle de potion. Toutes les potions vues au cours de ces dernières semaines sont susceptibles de se retrouver dans les questions ! Autant dire que j'ai intérêt à me mettre aux révisions tout de suite si je ne veux pas me retrouver tout penaud devant mon parchemin d'ici deux jours. En même temps est-ce vraiment de ma faute si le beau temps revient en force et que ça provoque en moi d'urgent besoin de sortir profiter du soleil ? C'est criminel d'exiger de nous de rester bien sagement assis derrière les murs de pierre du château, comme si la vie n'était pas plus intéressante au-dehors ! Et je ne parle même pas des cours de potions ! Non seulement on nous enferme à l'intérieur mais en plus en sous-sol... sans la moindre petite fenêtre ! Vous pensez bien que depuis que le printemps montre le bout de son nez taquin, je n'ai pas beaucoup mis les pieds dans la salle de classe dédiée aux chaudrons.

Voilà pourquoi aujourd'hui, en ce samedi matin radieux, je dois me faire une raison. L'étude avant tout.
Mais au soleil ! Oui parce qu'il ne faut pas trop exagérer dans l'auto-punition non plus !

Tout a été planifié - du moins dans ma tête ! Petit-déjeuner de champion, prendre quelques fruits dans mon sac, puis aller vérifier le courrier - le paquet que Lætitia m'a promis devrait arriver aujourd'hui normalement - au passage en profiter pour nourrir et câliner les boules de plumes de la volière, puis retrouver le chêne habituel du parc et se plonger dans mes livres et mes notes jusqu'à en avoir mal à la tête.
Les deux premières étapes ayant été complétées avec succès, me voilà en route vers la troisième. La dernière étape agréable avant la migraine aïe aïe aïe ! Je monte les marches de l'escalier quatre à quatre, bien décidé à en profiter un maximum. En grimpant je croise un garçon qui lui descend les marches, le nez dans son journal. Je fais bien attention à ne pas le bousculer même si je ne peux m'empêcher de me dire qu'il a drôlement confiance en lui pour ainsi se permettre de ne pas regarder là où il met les pieds. Moi je ne pourrais jamais faire ça, c'est le meilleur moyen de me casser quelque chose !

En grattant dans le cou d'une jolie chouette brune je sourie rêveusement. Mon esprit s'évade vers d'autres espaces et si je tends l'oreille je peux même entendre une petite musique montante. Je reviens sur terre en déposant les derniers bouts de biscuits en ma possession sur le rebord d'une fenêtre puis redescends les marches en essayant tant bien que mal de me persuader que j'ai pris la bonne décision.

En chemin vers mon lieu de révision je recroise le garçon au journal. Mais dans un autre état ! D'un coup le soleil ne semble plus vraiment aussi chaud et les oiseaux ne plus chanter aussi juste. Quand un élément d'un environnement idyllique est dissonant, c'est tout le tableau qui perd de sa splendeur.

Un autre garçon tente de savoir ce qui ne va pas. Un petit blond que je reconnais puisque c'est l'un de mes aiglons. Par contre il a un prénom spécial... j'ai peur de ne pas bien m'en souvenir - quel préfet exemplaire ! Le grand lui ne cesse de pleurer puis de s'essuyer les yeux sans parvenir à calmer ses sanglots ; « Tu t'es fait mal ? », me tournant vers mon camarade de maison mais un ton plus bas « il s'est fait mal ?? »

Attendez, la procédure dans ces cas-là ce n'est pas de tenter de le soigner moi-même, pas vrai ? Je dois juste l'emmener à l'infirmerie ? Non parce que si je devais faire confiance à quelqu'un pour lancer un Episkey, ce ne sera certainement pas moi !
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï Dragoslav
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: La Volière

Message par : Alexeï Dragoslav, Lun 30 Avr 2018 - 22:22


Le journal qui était posé à ses pieds commençait à prendre l'eau ... ou plutôt le torrent de larmes qui s'échappaient des paupières du garçon. Ses mains à elles seules n'arrivaient pas à contenir le flot salé coulant sur ses joues avant d'écraser le sol. Le monde qu'il s'était construit venait d'exploser en milles morceaux. L'idéal qu'il s'était imaginé venait d'être anéanti.

Tout était si bien parti pourtant. Accompagné par son mentor ils avaient vécu tant de choses, voyageant sur d'autres continents pour se changer les idées et booster un peu leurs adrénaline. Tout ça n'était que des souvenirs à présent, souvenirs d'un être qui avait cessé d'exister il y a peu.

Une douce mélodie au loin pouvait être perçue en tendant l'oreille, mais les gémissements et pleurs du garçon l'empêchait clairement de l'entendre, restant focalisé, les yeux larmoyant, fixés sur le papier glacé lisant une énième fois les quelques mots qu'il se refusait de croire. C'était impossible qu'elle se soit donnée la mort. Pas dans des circonstances comme celles-ci, pas après avoir autant respirer le bonheur.

Et pourtant.

S'épongeant les yeux grâce à sa manche, le suédois n'avait même pas remarqué que deux garçons venaient de se planter devant lui, semblant s'inquiéter de ce qu'il lui était arrivé. Voilà qu'en plus il y aurait des commérages. Lui, Alexeï le nordique chialait comme une mauviette dans la volière, à l'abri de tous - ou presque -, sauf qu'actuellement, il n'en avait que faire. Alors que les deux exprimaient leur gentillesse, le blondinet réussissait enfin à sortir de son état léthargique.

- Je .. J'suis désolé ... Mon amie elle est ...

Et le sanglot reprenait de plus belle. Le bras tendu vers les deux Serdaigles, le journal à la main, pour qu'ils comprennent ce qu'il se passait dans la tête du jeune homme.

- Je comprends pas ...

Reniflement

- Elle respirait la joie ...

Et les larmes continuaient encore de couler, plus doucement qu'auparavant néanmoins.

- Vous deviez pas la connaître ... Mais c'était une femme en or ...

Feu Kalén Bloom. Elle avait quitté le monde des sorciers en laissant un vide dans plein de cœurs. Le monde n'était plus vraiment le même maintenant.

Le suédois voulait connaître la raison de son acte. Il allait investiguer, une fois qu'il se serait remis de la nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Volière

Message par : Osvald Osborne, Mer 30 Mai 2018 - 9:31


Le garçon n'arrive à se calmer que pour repartir en sanglots de plus belle et ma poitrine se serre de le voir dans un tel état de détresse. Qu'est-ce que je peux faire ? est la question qui ne cesse de se multiplier dans ma tête au point que ça commence à m'en faire mal au crâne. Quelques mots difficilement articulés nous donnent un indice sur ce qui broie le cœur du garçon ; quelque chose est arrivé à son amie. Complètement perdu, démuni face à la situation, je prends le journal avec toute la délicatesse dont je suis capable pour ne pas le brusquer et lis la page en crabe. Pourtant pas besoin de faire danser mon regard sur la page pour trouver l'information en question, c'est le gros titre, elle prend bien une demi-page à elle toute seule. Et sa photo.

Une jolie photo d'ailleurs. Ses boucles brunes rebondissantes encadrant parfaitement ce visage pâle aux lèvres rouges. Elle a ce petit sourire qui lui est si particulier, avec un coin de sa bouche légèrement relevé. Son petit nez, levé sans peur vers l'objectif, qui ne fait que souligner encore plus l'atmosphère imposante de la photo. Et ses yeux. Si bleus, avec cette petite lueur d'espièglerie qui fait briller ses pupilles. Tout dans ce portrait transpire la fierté et la droiture qui faisaient de Kalén ce qu'elle était.

Était.

À mon tour de me laisser glisser vers le sol, m'appuyant sur les marches de pierre sans les voir. La froideur du contact avec la matière rugueuse de la roche n'égale en rien celle qui se repend en moi telle une goutte d'encre tombée dans l'eau. Morte. Elle est morte ? Je ne peux pas détacher mes yeux de cette femme que j'ai à la fois si bien et si peu connue. Ma nymphe des bois s'est envolée ? C'est... pas possible ? Les lettres noires imprimées, bien rangées, entourant la photo qui ne cesse de rejouer en boucle cet instant fugace de la vie de son modèle deviennent de plus en plus floues. J'ai beau essayer de les comprendre, pour savoir, c'est peine perdue.

Mes larmes rejoignent celles du grand blond que je ne connais pas. Et pourtant la perte d'un être aimé nous lie bien plus fortement à cet instant que toutes les amitiés du monde. « Mais... » ça ne semble pas réel. C'est un cauchemar. Elle ne pouvait pas disparaître de la sorte ! « mais qu'est-ce qui s'est passé ? » Voix brisée et étouffée, question sans réel espoir de réponse. Parce que toutes les explications du  monde ne pourront jamais être suffisantes pour combler son absence.

Je pose ma main sur le bras de mon compagnon de deuil « moi aussi je la connaissais... ». Je la revois danser dans cette clairière et je me rappelle de ce sentiment de fascination qui m'habitait alors, avec un semblant de petit sourire, noyé dans les perles salées coulant le long de mes joues, je dis « elle était tellement incroyable que pendant un long moment j'ai cru que c'était une nymphe ». Le dire à haute voix me fait avoir un léger rire qui termine en pleurs, le tout accompagné de reniflements et de coup de manche pour tenter tant bien que mal d'essuyer mon visage. Une mélodie de cœur en peine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La Volière

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 34 sur 34

 La Volière

Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Volière-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.