AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Cachots
Page 33 sur 34
Couloir du sous-sol
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34  Suivant
Osvald Osborne
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle

Re: Couloir du sous-sol

Message par : Osvald Osborne, Dim 7 Jan 2018 - 11:29


La réaction de Guéthenoc ne fit qu'agrandir le sourire déjà présent sur mon visage. D'habitude les gens haussent un sourcil et se comportent comme s'ils étaient un parent disant à son enfant que son collier de nouilles est très joli. Les runes sont si peu connues... et les miennes étant du pur artisanat d'enfant, avec ses ronds de bois irréguliers et ses gravures aux traits peu assurés, elles impressionnent forcément moins que les autres oracles. Tout le monde connaît le principe des feuilles de thé, regardent fascinés les boules de cristal et trépignent d'impatience devant un jeu de tarot qu'on déploie sous leurs yeux. Des rondelles de bois aux dessins anguleux et inconnus suscitent plus souvent le rire que l'admiration.
Pourtant c'est bien de l'admiration qui transpire des paroles de ce petit aiglon !
Encore une fois avec des mots compliqués et un certain empressement qui fait que je ne comprends pas tout mais j'en saisis le principal.

De bienveillantes entités qui auraient planifié notre rencontre ? Eh bien ce n'est pas impossible ! Les fils du destin s'entremêlent sans que nous, simples humains, puissions en saisir toute la nature mais les dieux y voient parfois un peu plus clair que nous ici-bas. Même s'ils ne sont pas protégés de l'échec et de l'erreur - mes dieux à moi en étant le parfait exemple - il leur est possible d'avoir une meilleure vue d'ensemble dans certaines situations. Plus que leurs conseils ce sont leurs enseignements et protection qui sont si précieuses. Pour découvrir une partie de son destin, mieux vaut directement demander au concerné !
Je fais glisser hors du sac en tissu encore deux ou trois de mes oracles « Tu veux essayer de les lancer pour voi - ???? »

L'allégresse du moment s'évapore quand Castielle et son caractère de mer agitée déboule dans notre direction. Trop surpris pour réagir je me retrouve avec un chaudron dans les mains. Sensation des plus horribles car dans la brutalité du mouvement mes runes s'envolent sans que je puisse rien y faire !
Une vague féroce se jetant contre les récifs et bousculant, emportant et déracinant tout sur son passage. L'eau n'a vraiment aucune considération pour la terre et Castielle en cet instant se contre-fiche de savoir si elle me blesse au passage.

La dernière fois qu'elles et moi avons été séparés de la sorte je me suis senti vide et froid pendant des semaines. Pire période de ma vie, sans le moindre doute. Période révolue puisque maintenant je fais tout pour ne plus jamais revivre ça.
J'entends la voix de mon aiglon sans vraiment l'écouter, un peu comme si sa voix parvenait à mes oreilles mais de très loin. Puis la voix de Castielle. Moi je reste planté là, un chaudron dans les bras et les yeux rivés au sol. Il n'y a plus qu'elles qui comptent et...

Lentement, sans quitter mes runes des yeux, je me tourne mes bras vers le côté et laisse retomber le chaudron sans regret. Tant pis pour le bruit, Castielle en avait déjà fait tellement que ça ne fera pas vraiment de différence. De toute façon dans mon état je serais bien incapable de quoi que ce soit : un troupeau d'éruptifs pourraient passer à deux centimètres de moi que je ne les remarquerais même pas !
Les voix continuent de me parvenir de loin, mais de moins en moins, alors que je m'accroupis tout aussi lentement.
Qui ?
C'était la question.
Qui ??

Éparpillées au sol, la plupart des runes sont face cachée. Mais celles face visible sont...
« Tu les as touché ? »
Est-ce que je viens de crier ? Non ? Si ? Je ne saurais pas dire.
Toujours sans relever la tête je redemande, la voix un peu tremblante de je-ne-sais-quelle-émotion : « Tu les as touché, ou pas ? Ou juste un peu ? Elles sont pour ... qui ? »

Vu la disposition de mes runes, je ne sais pas quelle réponse je préfèrerais recevoir.
Cette petite séance improvisée ne me dit rien qui vaille...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Guéthenoc Ursion
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Guéthenoc Ursion, Jeu 11 Jan 2018 - 23:00


Mais quelle était donc cette outrecuidance éhontée ? Comment osait-elle ainsi se gausser de sa personne ? Un « ridicule cure-dents » ? Par là, c'était également la virilité de son Génial Manitou qu'elle visait. Bon, peut-être pas, mais Guéthenoc avait, aurait-on dit, la fâcheuse habitude de se poser moults questionnements en situation de stress. Celui-ci particulièrement stimulé par l'attitude pleine de bravade de la nouvelle venue au allure de catapulte à chaudron. Une mauvaise fée, voilà ce qui se dressait devant eux. Et pourquoi qualifiait-elle Maître Osvald de princesse ? Ses lunettes étaient-elles inadaptées à sa pathologie ? Souffrait-elle d'un strabisme ? Ou bien était-elle... QUOI ? « Petit Servant » ? Ah la manante ! Oh la bougresse ! Il n'en fallut pas plus à Guéthenoc pour sentir le piment d'Espelette lui monter aux naseaux. Il changea sa baguette de main, affermit sa prise, sans se rendre compte qu'il emprisonnait une rune volage dans le creux de sa paume, esquissa un court ballet aérien, énonçant clairement #Alohomora !, en visant le bouton de pantalon de la jouvencelle.

FILS ! Comment osez-vous ?


Le jeune aiglon se posait simultanément la même question. Le rouge lui mordillait déjà les oreilles. Quel chevalier digne de ce nom bravait l'interdit de heurter de cette manière maléfique la pudeur d'une jeune femme ? En plein confusion, il baissa la tête vers l’Élu qui était accroupis, absorbé par la contemplation des petits objets étalés au sol. Il méritait bien le supplice de la roue. Mais pour l'heure, il ne cherchait qu'une diversion pour ne pas assister au résultat de son sortilège. Aussi, s'accroupit-il à son tour, en quête d'une protection toute relative au regard des circonstances. Son Héros semblait agité, et en le pensant, Guéthenoc jugea immédiatement que cela révélait d'un pur et simple euphémisme.

La main encore tremblante de sa bévue avec Castielle, il aurait bien été incapable d'affirmer s'il avait touché les fameuses runes, objets de sa curiosité. C'est pourtant à cet instant que l'objet fugueur qui s'était logé dans sa main sans y être invité se manifesta à lui. Il desserra les doigts laissant apparaître le manche de sa baguette et une rune, dont le dessin qui l'ornait échappait à sa connaissance. Se mettant au diapason de l'apprenti devin, il cria :

- « AAAH MAESTRO !!! Je... Arh... Euh... Quoi ? Mais qui êtes-vous, monsieur ?  Glirp...».

Il ne savait pas pourquoi, mais il était en train de perdre sa morgue habituelle, tant le comportement de son Modèle le troublait. Ce n'était pas si grave que ça hein ? Il avait juste une rune dans la main, ce n'était pas cela qui allait décider de son destin hein ? Osvald n'allait pas se saisir d'un couteau rouillé, lui ouvrir les entrailles pour farfouiller dans ses intestins, histoire de voir quelle sera la météo des jours prochains ? Cette vision viscéralement écœurante le ramena vers la réalité.

N'osant toujours pas constater l'étendu de sa bêtise quant à jeter des sorts n'importe où, sur une inconnue de surcroît, sans compter son flirt inapproprié avec les outils divinatoires d'Oz, il se força au calme. Il ferma les yeux et prit de longues inspirations. Son rythme cardiaque s'allégeait. Il rouvrit les yeux et posa sa main libre sur l'épaule de son confrère, hypnotisé par la disposition des runes posées à terre.

- «  Sire Osvald ? Vous commencez à faire poindre la crainte en mon âme ! ».


Grignoté par l’intrigant mystère des runes, soucieux de l'épée de Damoclès, nommée Castielle, qu'il s'était mis sur la tête, tout seul, comme un grand, il était prêt à se raccrocher à n'importe quelle nouvelle, pourvu qu'elle soit bonne...







Revenir en haut Aller en bas
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Castielle Colt, Sam 20 Jan 2018 - 12:27


N'importe qui d'autre aurait essayé une approche clairement offensive. Frapper, repousser, intimider, faire peur, ... tant de possibilités pour lesquelles cette petite tête brune n'avait pas opté. La panique lui avait-elle fait oublier tous ses cours de sortilèges ? Ou était-il réellement du genre à répondre à la violence par l'absurde ?
Bonne journée, en tout cas, pour avoir troqué la jupe plissée par un pantalon noir classique. Si Osvald avait vu ça, il aurait dit que le destin fait bien les choses.

Tels des vases communicants, le rouge des lunettes Castielle s'amenuise pendant que les oreilles du petit chevalier rosissent violemment. Le voyant fuir son regard et s'agenouiller auprès de son aîné, la sorcière finit par se dire qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il faisait. La colère et le stress l'avaient poussé à l'action et c'est "tout" ce qui en était ressorti. Certainement pas ce à quoi il s'attendait d'ailleurs. On est pas dans un cartoon, le pantalon de la Poufsouffle n'allait pas lui tomber théâtralement sur les genoux dévoilant ainsi de magnifiques sous-vêtements blancs parsemés de cœurs rouges. Quelque part c'est dommage, ça aurait été drôle. Enfin vu de l'extérieur, pas sûre que la sorcière, elle, aurait réussi à en rire au lieu de vouloir écraser la tête du petit contre un mur.
Le bouton s'ouvre, rien de plus. Castielle jette un regard dubitatif à l'attaque qu'elle venait d'encaisser avant de pouffer de rire.

Le rouge laisse place au turquoise
Couleur pétillante et rieuse

L'américaine reboutonne son pantalon puis ébouriffe les boucles du protégé d'Osvald en pouffant toujours. Il est marrant, le petit. Comment se fait-il qu'Oz ne lui ait jamais parlé de lui ? Surtout quand de son côté elle lui racontait les excentricités d'Azura !
« Tu les as touché ? »

Le cri de son ami la fige sur place comme ne l'aurait pas mieux fait un regard glaçant de gorgone. Osvald ne crie jamais. Il ne hausse même jamais la voix, ou alors pour se faire entendre au milieu d'une foule bruyante, et encore c'est à vérifier. Même en ayant mué la voix du garçon restait calme et affectueuse, les cris ne font pas partie de son vocabulaire. Du moins c'est ce que Castielle croyait jusqu’à présent.
- «  Sire Osvald ? Vous commencez à faire poindre la crainte en mon âme ! ».
De la crainte ? Oui, c'est ça qui lui enserrait le ventre d'un coup. Ce grand naïf, stupidement optimiste, toujours le sourire aux lèvres pour tout et n'importe quoi avait le front barré d'un pli de réflexion intense.

La jaune s'agenouille à son tour, fermant ainsi le petit cercle qu'ils formaient tous les trois autour des morceaux de bois éparpillés. La première fois qu'elle les avait vus, Castielle n'avait eu qu'un rictus condescendant envers les oracles. Elle n'y croit pas un seul instant, à la divination. Mais elle avait appris à reconnaître qu'elles étaient précieuses pour son ami si étrange. Plus précieuses que n'importe quoi dans ce monde. Quand il les avait perdu, on aurait dit qu'il lui manquait une partie de son âme.

« Je ne les ai pas touché »
Le ton se voulait rassurant
Même sans réellement savoir
Si il y avait matière à être rassuré

Les symboles déjà tous alignés
Sur les dalles froides du couloir
Sous leurs yeux inquiets, offrant
Une toute petite part
De prétendue destinée

Castielle lâcha du regard les runes pour se concentrer sur le visage de son ami. Elles sont pour lui ?
Ses pupilles glissent alors vers le petit chevalier. Ou pour lui ?
Une idée lui traverse la tête et sans prendre le temps de la laisser mûrir dans son crâne elle lance fièrement « Ou peut-être bien que si, en fait. Et ton petit servant aussi, de toute évidence. Tout comme toi. »
Impossible d'y voir quelque chose de clair quand trois personnes étaient impliquées dans le processus, pas vrai ? Du coup le tirage est caduc et on peut tous recommencer à s'amuser en se lançant des sorts et laisser tomber les têtes d'enterrement !

Problème résolu, mission accomplie, retour à la base soldat.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Osvald Osborne, Sam 20 Jan 2018 - 19:20


Doué comme je suis, j'ai réussi à faire paniquer tout le monde. Détachant enfin les yeux de mes oracles je me rends compte de la lueur d'inquiétude brillant dans les pupilles des deux autres. Dans les prunelles brunes de Castielle je vois même de l'embarras, elle se rend enfin compte que c'est son comportement brutal qui a provoqué la situation. Et quelle situation ! Mais dans l'immédiat, ma première préoccupation est de faire en sorte que l'aiglon ne parte pas en courant en criant qu'il est tombé sur des fous. Entre moi qui réagis dramatiquement à des runes tombées par terre et Castielle déchargeant sa colère sur un chaudron, il doit se dire qu'il n'a vraiment pas de chance et que cette école accueille des gens bien étranges.

La fille de l'eau fait remarquer que d'un point de vue purement technique toutes les personnes présentes dans ce couloir étaient entrées en contact avec les oracles. À la mention de "mon petit servant" je mets une seconde avant de me rendre compte qu'elle fait allusion à Guéthenoc. Il en a une dans la main. « Oh... » est tout ce qui sort alors de ma bouche. Le nez à nouveau baissé au sol, « d'accord... ». Donc tout le monde les avait lancé, touché ou pioché, d'une manière ou d'une autre, et elles étaient toutes tombées au moment même où on était rassemblés et proches.

C'est la première fois que ça arrive.
D'habitude je m'arrange toujours pour être seul à seul avec une personne qui elle tire ou lance les runes.
J'ai déjà lu quelque part que c'était possible de faire ce genre de lecture mais... ça me paraît tellement improbable !
Mais en même temps quand est-ce que ça risque de se reproduire ? Je n'ai pas la moindre idée de comment on a fait, ni même si on a fait quelque chose de spécial ! L'ordre ? La manière ? Est-ce que ça a seulement son importance ? Ou bien je me prends trop la tête sur un tirage qui n'a pas le moindre sens, juste des pièces à deux faces tombées au hasard sur le sol, sans raison ni lien.

Retour sur l'aiglon et la rune dans sa paume, près de sa baguette. « Quand tu as ouvert la main, elle était face visible vers toi ou tu as dû la retourner ? Le dessin était dans ce sens-là, que tu montres, ou tu l'as faite tourner ? »
Détails à l'importance capitale mais dit comme ça, ça n'a rien de rassurant du tout. Je me force à me détendre un peu « Désolé, je ne voulais pas te stresser mais disons que les circonstances font que... euhm... la situation est un peu spéciale. » puis je rajoute précipitamment « Mais rien de grave ! Vraiment ! C'est juste... nouveau et... particulier, voilà. »
Pas sûr d'être bien convaincant.

En attendant sa réponse je me tourne vers Castielle qui semble se demander ce qu'on fait encore accroupis par terre alors qu'on pourrait s'amuser à balancer des chaudrons dans le couloir. Le regard que je lui fais est censé vouloir dire « t'es un tiers responsable de ce bazar alors tu restes ! » mais en vrai je ne compte pas vraiment là-dessus. La Poufsouffle est peut-être colérique, imprévisible, impatiente et tout ce qu'on voudra mais ce n'est absolument pas une lâcheuse. « Aide-moi avec toutes celles qui sont face cachée » Une à une je m'applique à les remettre dans leur sac en tissu ; si elles n'ont rien à nous dire autant qu'elles retournent au chaud plutôt que de rester sur le sol.

Cinq. Cinq runes face visible, rassemblées entre nous. Deux proches, en haut - enfin en haut pour moi, donc vers Cassie - une plus au centre, une à ma droite et une en bas à gauche, plus éloignée mais proche de Guéthenoc.
Je m'assois en tailleur et pose mon menton dans le creux d'une de mes mains, réfléchissant à la logique dans tout ça. Et puis pour bien faire je le fais à voix haute. C'est une séance après tout, autant faire ça dans les règles.

« Quand les runes sont proches c'est qu'elles sont liées. Cause à effet, influence, une seule signification pour deux, ... »
Basique.
« Il doit y avoir un moyen de les différencier pour savoir lesquelles sont pour qui. La seule dont on est sûr est celle-là (mouvement vers la main de l'aiglon) qui est donc à Guéthenoc. »
Simple.
« Sans support on ne peut pas savoir s'il s'agit de passé, d'avenir ou de futur. Ou alors si ? En fonction de la position qu'on a ? Ou bien de celle des runes ? Du centre vers l'extérieur au lieu du bas vers le haut ? »
C'est possible mais ça reste une simple hypothèse. Pour le confirmer il faudrait faire plusieurs séances et voir si le schéma se répète ou pas. « Nan oubliez ça, je ne peux pas être sûr sur ce point, on fera sans. »
Je penche la tête un peu sur le côté, une idée me chatouille le cerveau. À situation particulière, façon de procéder particulière : « Je vais vous les expliquer, toutes, mais d'abord dites-moi si il y en a une, ou plusieurs qui vous parlent. Est-ce que vous vous sentez attiré ou repoussé par l'une d'elles, une que vous trouvez jolie ou pas, ... n'importe quoi dans ce style-là ! »

16 ans d'existence je n'ai jamais rien vu qui soit totalement dû au seul hasard, sans raison ni lien, alors allons-y !

HRP :
 


Dernière édition par Osvald Osborne le Sam 27 Jan 2018 - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Guéthenoc Ursion
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Guéthenoc Ursion, Sam 27 Jan 2018 - 0:37


Or donc, la jeune femme, néanmoins son aînée, n'eut pas l'air rebutée par son attaque éhontée. Une ribaude ou une gourgandine, ou tout simplement ébahie par son manque de panache et de sagacité. En tout cas, sans doute aimait-elle ce genre d'introduction musclée car il n'eut pas la peine de se présenter que déjà elle se précipitait pour faire rencontre avec sa tignasse bouclée. Quel engouement ! Et surtout, quel changement de comportement ! Il était fortement dubitatif sur la santé mentale de Castielle mais il oublia vite cette question quand elle s'accroupit à ses côtés et qu'il huma son parfum. Ne l'interrogez pas sur ce sujet, c'est comme les émanations du philtre d'Amortentia, c'est personnel...

Voilà qu'ils étaient tout trois accroupis, tel un concile de garnements complotant pour une mauvaise blague, sauf que la situation ne prêtait guère à la rigolade. Son Mentor et Guide paraissait réellement bouleversé et c'était comme si le temps avait cessé de filer, comme si le monde avait changé d'axe et tournait à l'envers. Une angoisse innommable comme de rêver de se rendre en cours sans pantalon. Bien qu'il ne croyait pas vraiment aux valeurs prophétiques des rêves... Peut-être devrait-il entretenir Osvald sur ce sujet d'ailleurs.

Bon, elle était manifestement certaine de ne pas avoir eu de contact avec les runes. Il apprécia le ton apaisant qu'elle avait employé. Peut-être était-ce une diversion pour mieux les amadouer et leurs arracher les yeux à coup d'Accio... Mmh, sans doute pas. Du moins l'espérait-il. Il la surveillerait. Néanmoins, il apprécia cet égard envers son Gourou, lui-même n'ayant poussé que des cris d'orfraie. Cette première bonne impression s'écroula quand elle émit un doute quant à la possibilité qu'elle ait eu un contact ou pas avec les objets sacrés d'Oz. Il fulmina et la qualifia de nombreux quolibets et noms d'oiseaux exotiques. En son for intérieur. Il tenait à ses yeux et :

- « Cesse de m'appeler Petit Servant ! Donne moi du Messire ou du Guéthenoc, ça suffira pour toi... ».

C'était sorti et ça faisait un bien fou. Au mois, cela avait eu le bénéfice de faire baisser sa tension et il pouvait bien perdre un œil. Il se voyait - à demi du coup - déjà comme Odin, super classe !

Amusez-vous à ça, Fils, et je vous arrache le second !

Préférant ne pas s'attarder sur sa santé oculaire, il préféra écouter la question de son Élu et il réfléchit intensément, pour ne pas qu'il y ait d’équivoques.

- « Mmh... Maître, j'ai du la retourner. Oui, je me souviens, je sentais le relief de la rune appuyer sur ma peau. Donc, non, je n'ai pas vu le dessin avant de la retouner. Et... Euh... Oui, elle était dans le sens que je te montre». Et tenant à le rassurer : « Oh, je ne suis pas stressé, mais véritablement fasciné, j'ai l'impression que je vais assister à la révélation d'un mystère ! Je suis tout excité à vrai dire ! ».

Pendant le petit manège, le regard de Guéthenoc va des gestes de son Héros, vers Castielle, pour aller vers les runes posées au sol. Plusieurs fois. Il ne pipe mots, s'attendant à la suite et prêt à répondre à toutes questions ou suggestions d'Osvald. Il écoute ses explications mystiques et est médusé par son savoir. Il eut parfois l'impression qu'il parlait à son seul bénéfice, cherchant une interprétation à ce qu'il venait de se passer. Était-ce réellement le fuit du hasard que tout les trois se retrouvent dans ce couloir et que les runes exécutent un ballet aérien. L'Aiglon n'était pas vraiment de ceux qui croit aux coïncidences. Toutes choses arrivaient pour une raison. « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place », disait-on.

Répondant à la sollicitation de son Seigneur Féodal, il eut envie de rejeter la rune qui était arriver dans sa main. Mais il estimait maintenant que si elle s'était logée ainsi, c'est sans doute que le Destin tirait quelques ficelles. Il la posa donc devant lui, comme il l'avait découverte, face cachée et retournée. En la posant au sol, le bout de ses doigts fourmillèrent. Comme soulagé d'un poids, il passa son autre main au dessus des runes réunies au centre de leur cercle conspirateur. Il ne ressentit rien de particulier, sauf quand des frissons se manifestèrent au dessus d'une rune proche de Castielle. Il la désigna au Devin :

- « Celle-ci m'attire, ô mon Maître ! ».

Son corps avait donc décidé pour lui. Les dés étaient jetés et qui sait ce que Dame Fortuna lui réservait...

HRP a écrit:

J'opte donc pour la rune N°6 qui était dans ma main. Plus la N°2.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Castielle Colt, Sam 27 Jan 2018 - 18:10


Échec total de l'opération "ce tirage est caduc"
Échec parce que ça n'a définitivement pas fonctionné et total parce que ça a même eu l'effet inverse à celui désiré : Osvald, en dessous de la couche apparente d'inquiétude, semblait... excité ?

Castielle leva les yeux au ciel, sans se cacher, quand il pose une question au gamin. *Qu'est-ce que ça change ? On s'en fiche !* Mais le ton du bleu quand il dit « C'est juste... nouveau et... particulier, voilà. » lui fit ravaler ses réflexions de sceptique. Il avait dans la voix cette sorte de petite intonation, si reconnaissable maintenant à ses oreilles (en même temps elle a eu une bonne professeure), cette petite pointe de curiosité viscérale. Celle qui t'empêche de dormir le soir à cause de toutes ses questions. Une curiosité qui a tout d'un besoin de savoir.

Sentiment encore inconnu
en son âme
Pourtant des dizaines
de fois déjà
témoin de ses ravages

Soupir de résignation tandis que les mains de la jaune se mettent à ramasser les bouts de bois inutiles au devin, comme demandé si gentiment de sa part. Est-ce qu'il avait essayé de lui faire un regard grave ou c'est son imagination qui lui joue des tours ?
C'est au beau milieu de la naissance d'un sourire que le protégé revient à la charge.
Haussement de sourcils condescendant alors que de sa petite voix fluette le bouclé tente de se défendre.
Alors qu'elle tend une petite poignée de ronds de bois à son ami, Castielle enfonce un doigt réprobateur dans le torse de son ancien adversaire de duel.

Et pourquoi ça ?
En quel honneur ?
Et de quel droit ?

Messire, Seigneur,
de bien beaux titres,
de bien beaux rangs !

qui par l'honneur se mérite,
et non en les quémandant.

Quel dragon as-tu terrassé ?
Quel prochain as-tu sauvé ?
Quelle malédiction as-tu levée ?

"Messire", tu dis ?
Quel aplomb !
Pour ce que j'en ai vu,
"Chatouilleur de bouton"
serait mieux pourvu.


La prunelle des yeux d'Osvald n'est plus qu'au nombre de cinq. Six en prenant en compte celle dans la main du Chatouilleur. Puis les voilà partis tous les deux dans des explications à rallonge de ci ou de ça. À leur manière ils sont tous les deux passionnés parce qu'il est en train de se produire. Pas la jeune fille. Alors que l'aspirant chevalier Guéthenoc se prête au jeu en survolant les runes de sa petite main, l'aspirante mage de combat Castielle fait la moue.

Une attirance ? Non, rien du tout.
En trouver une jolie ? Bah ce sont des traits droits, y a rien de particulièrement joli là-dedans.
À la limite l'une de celles qui est proche d'elle la fait un peu rire, en même temps on dirait un "bec de canard" ou "bouche de crocodile" qu'elle avait tant utilisé à l'école primaire pour classer des chiffres par ordre de grandeur. Est-ce que ça compte ça comme une réponse à la question d'Osvald ?
Puis le I aussi. Un trait, simple, droit, direct. C'est presque reposant à regarder comme symbole comparé aux autres ! La croix aussi mais plus parce que dans l'imaginaire de la Poufsouffle une croix comme celle-ci peut signifier trois choses : un trésor, une cible à abattre ou une mission achevée. Que des bonnes choses en somme !

- « Celle-ci m'attire, ô mon Maître ! ».
Maître, Maestro, Sire,... comment fait Osvald pour gérer tant d'affection et d'admiration concentrées en une seule personne ? En faisant la sourde oreille apparemment car jusqu'à présent il n'a encore jamais relevé ces appellations. Est-ce que le garçon le plus lisse de la terre a finalement quelques défauts, dont une pointe d'ego ? Tout le monde aime la flatterie cependant, il n'y a pas à avoir honte, c'est juste que la jaune a l'impression de découvrir ici une facette de son ami dont elle ignorait l’existence jusqu'à présent.

Mouais, le bec de canard est sympa (la n°2). Puis celle-là (n°3) et l'autre là aussi (n°5)
5 points pour Poufsouffle pour sa participation au travail de groupe.
"Celle-là par contre elle me revient pas, j'aime pas quand on me tire la langue"
La vision de cette rune l'agace vraiment, sans trop savoir pourquoi. Quant aux deux autres, elles lui sont tellement indifférentes que Castielle ne prend même pas la peine de les mentionner. En revanche pour que cette histoire avance plus vite en enclenchant la deuxième vitesse elle demanda : "Bon et maintenant ? Y se passe quoi, Sire Osvald ? On doit poser une question au petit Jésus Thor ?"

Quelle rune
pour quel humain ?
Quelle rune
et avec quelle foi ?
Quelle rune
te parle à toi,
monsieur le Devin ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Osvald Osborne, Dim 28 Jan 2018 - 18:48


Si j'étais redescendu ne serait-ce qu'un tout petit peu sur terre j'aurais sans doute remarqué cette légère tension qui flottait dans l'air. Surtout dans l'air qui séparait la fille de l'eau et le petit aiglon. Si je n'étais pas aussi perdu dans mes réflexions sur les multiples interprétations possibles de cette lecture j'aurais sans doute tiqué en les entendant s'empêtrer dans une sorte de joute verbale étrange. Mais non, mes yeux et mes pensées s'envolant d'une rune à l'autre, tissant des liens entre elles comme des Nornes le feraient avec les fils du destin. Amusant, quand on sait que ce sont les Nornes les premières à avoir découvert l'art des runes.

Pourtant je suis loin de pouvoir ne serait-ce que me comparer à elles. Ce que j'ai sous les yeux n'a aucun sens. Ou plutôt : il en a trop. Et Isaz qui se trouve en plein milieu...
Je hoche la tête quand Guéthenoc me dis que la rune qu'il a en main était face cachée. D'accord, on est donc trois personnes pour cinq runes, ça peut le faire. Pendant un instant je me dis que notre position et les leurs ne sont peut-être pas anodines. Procéder en cercle ? Non, ça ne colle pas. Je souris car au moins un de nous trois prend beaucoup de plaisir à ce petit jeu. Castielle a l'air de vouloir en finir au plus vite et quand l'aiglon laisse parler son instinct pour se connecter aux runes, elle utilise sa tête plus que son cœur. Les gens de l'eau sont vraiment spéciaux...

Kain faire ressentir quelque chose à Guéthenoc. Une rune de construction, de mouvement, de création. Pas étonnant vu son jeune âge et son enthousiasme ! *La rune doit sentir son potentiel* je pense en un sourire. Puis la réflexion de Cassie sur la rune qui lui tire la langue me fait franchement rire. En vrai, ma question s'adressait plus au petit bleu qu'à la petite - en taille - jaune. La rune de Castielle je la connais depuis le jour où je l'ai rencontrée.

Et maintenant qu'est-ce qu'on fait ?
On essaie de comprendre, voilà ce qu'on fait ! Enfin surtout moi, mais un coup de main ne serait pas de refus.
« Bon, je crois qu'une présentation s'impose, comme on dit » oui cette formule me plaît plutôt bien. Je sors ma baguette de l'intérieur de ma robe de sorcier et l'utilise pour désigner les runes que je m'apprête à expliquer. Cette façon de faire me rappelle le soir que j'ai passé avec Yume dans la tour d'astronomie ; cette lecture-là aussi avait été une surprise, mais dans un autre style...
« Alors, celle que tu as montré c'est Kain » pointe de baguette tapotant sur le bois « C'est une rune très positive. Elle représente la création, l'inspiration, ... aussi la magie et sa maîtrise ! En réalité ce n'est pas un bec mais deux rayons de lumière, maîtrisés et dirigés dans une direction pour l'éclairer. Elle est pleine de possibilités. On l'associe aussi au feu (la lumière domestiquée, tout ça) et donc par extension à la passion et au désir. »

Pour ne pas les perdre en sautant de rune en rune aléatoirement je reste dans le coin de Castielle et pointe alors celle qui « tire la langue » à la Poufsouffle.
« Thorn  ! Qui en fait est de travers, elle représente l'épine. Normalement elle n'est pas forcément négative, dans le sens où elle est symbole d'épreuve, de confrontation, mais qui peuvent être bénéfiques. » Sauf que ça, c'est quand elle est droite... j'avale difficilement ma salive. Oh la sorcière est largement capable de surmonter n'importe quel obstacle mais retournée c'est une autre histoire... Enfin il reste le bénéfice du doute, peut-être qu'elle n'est pas pour elle !,  alors je continue : « Là comme elle est à l'envers pour toi, Cassie, mais que du coup du point de vue de Guéthenoc elle est dans le bon sens. Et pour moi elle est à l'envers aussi donc... » une seconde de pause pour reprendre mon souffle « Retournée elle peut représenter... eh bien le danger, la cruauté, le mal... mais toujours dans cette idée de choc, de confrontation. »

Trop d'informations d'un coup peut-être ? Je lève les yeux vers les deux autres. Ça ne doit pas être facile à digérer surtout que sur deux runes on en a déjà une qui ne donne pas trop envie de savoir le reste. Quand j'ai lu le passé de Yume, c'était tellement triste que je lui ai demandé si elle préférait qu'on s'en tienne là. Ici je ne leur ai même pas vraiment demandé leur avis pour entamer la lecture tout court et je me rends compte maintenant que c'était assez égoïste de ma part.

Kain et Thorn. Toutes les deux proches de Castielle. N'importe qui en conclurait qu'elles sont pour elle et que ça ne présage pas vraiment des nuits des plus paisibles. Je m'arrête dans mes explications pour les interroger du regard et aussi pour voir comment la jaune va prendre la nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Guéthenoc Ursion
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Guéthenoc Ursion, Jeu 1 Fév 2018 - 22:30


Une constatation. Une seule. Une évidence même. Comme un pétard qui explose au visage. Castielle n'avait rien d'une aimable et serviable Poufsouffle. Elle aurait totalement et indéniablement eu sa place chez les fiers Serdaigles, mais dans le groupe des Harpies, sans aucun doute. Elle en avait déjà les serres acérées, le torse de Guéthenoc pouvait en témoigner. Bien réfléchi, peut-être aussi chez les Verts, pour avoir une telle langue de vipère. Tout de même, quelle outrecuidance éhontée ? Si ça n'était la Sainte Présence de son Auguste Patron, nul doute qu'il lui aurait déjà...

Ah ah Fils ! Qu'auriez-vous fait ? Avec vos bras maigrelets et vos cuisses de canard ? Allez, racontez-nous !

La confiance évidente de sa génitrice lui fit l'effet d'une douche froide. Quelle estime en ses capacités... Certes, il n'était pas d'une carrure athlétique comme les héros de Quidditch de sa Maison, mais il n'était pas non plus un poids plume. De toute manière, il était fort malséant de s'en prendre physiquement à une femme, aussi dodue fût-elle pour encaisser les coups. Il renonça donc à une vengeance d'ordre physique, se souvenant également de sa prouesse avec le sort d'Ouverture.

Il s'attela à revenir à un sujet plus à même de convenir à sa soif de connaissance. Le dilemme était d’importance. Il ne savait pas à qui répondre en premier. A cet instant précis, il aurait grandement apprécié être doué du talent de ventriloquie. Après tout, à quoi bon être légilimens ou animagus quand on avait la possibilité de faire parler une marionnette, le bras en son fondement.

Revoyez vos priorité, Fils...

*Tiens, sans doute a-t-elle un problème dans le-dit fondement ?*

Aussi, l'aiglon, toujours serviable, lui tint à peu près ce langage :

- « Ô Pétillance Maligne ! Oncques n'ai-je terrassé de dragon de mes mains, hormis le combat quotidien de mes faiblesses. Nul être ne m'adouba encore de ses faveurs et de ses délicatesses, humble que je suis dans mes prouesses. Mais de l'honneur, je n'en manque pas. Soit certaine que de Messire je me qualifie car je tend la main vers la promesse d'un jour emprunter ce chemin. Je tend la main pour ne pas rester les bras croisés, persuadé que mes efforts porteront leurs fruits, qui sont peut-être comme ceux qui éclosent sur mon visage, certes pas plus de poils, mais sois mon modèle ! Car tu sembles, sur ce point, bien te porter ».

Il n'avait pas compter lui répondre de ses rimes. Et pourquoi ne pas sortir une harpe et jouer telle une princesse esseulée au sommet de son donjon.

Revenant à des moutons d'ignorance fraîchement tondus par les explications de son Manitou, il se plongea dans un état de concentration, un pli se dessinant entre ses deux sourcils. Fascinant. Ni plus ni moins. Jusqu'à présent, il n'avait pas conscience que les runes recelaient tant de mystères. Il écouta tout, il n'en perdit pas un morceau et se rassasia de la moindre miette. C'était malgré tout assez ardu. Aussi, il sortit un morceau de parchemin, une plume et son encrier et prit des notes de tout ce qu'Osvald avait révélé. A l'instar de son comportement habituel en cours, il osa quelques questions :

- « Maître ? Si j'ai bien compris, la rune Kain m'est destinée ? Et Thorn pour Miss Donneuse de Leçons ? Et qu'est-ce que cela signifie pour nous ? Et puis, qu'en est-il de la seconde rune que j'ai choisi ? Et associée à Kain ?».

Il espérait ne pas s'être trompé et qu'il avait bien assimilé les explications dignes d'un grand expert de l'Art Subtile de la Divination. Il entendait déjà les rires moqueurs de sa compréhensive mère se manifester dans le lointain...


Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Osvald Osborne, Sam 17 Fév 2018 - 20:53


Après des échanges aussi vigoureux, il est assez difficile de faire comme si de rien n'était. Cassie prend de toute évidence un malin plaisir à taquiner Guéthenoc vu comment il lui répond avec ses mots à lui. Mais d'un autre côté il n'a pas l'air si perturbé que ça par les événements vu comment il réagit à mes explications. Je le vois s'installer aussi confortablement que c'était possible sur les dalles du couloir et sortir tout son attirail de classe. Le petit prend des notes ?!
D'un coup je sens mon visage chauffer avec une rare intensité. Il notait ce que moi je disais ? Je ne suis pas sûr que les confuses explications que je leur donnais méritent tant d'attention que ça. Si j'avais su j'aurais mieux formulé mes propos et -

- « Maître ? Si j'ai bien compris, la rune Kain m'est destinée ? Et Thorn pour Miss Donneuse de Leçons ? »
L'appellation Maître n'aide pas à faire redescendre la température de mes joues et le petit rire étouffé de Castielle que j'entends à ce moment-là n'arrange rien. Elle il l'appelle bien « Miss Donneuse de Leçons » ! Mais ça non, ça ne la fait ni rire ni rougir, évidemment. Après l'eau impétueuse, voilà qu'elle se la joue eau imperturbable.
« Et qu'est-ce que cela signifie pour nous ? Et puis, qu'en est-il de la seconde rune que j'ai choisie ? Et associée à Kain ? »
C'est qu'il pose de bonnes questions, ça a au moins le mérite de me ramener au sujet avec un intérêt croissant. Je partage ma réflexion à voix haute. Si l'aiglon tient tant à prendre des notes, autant qu'il ait tout le cheminement - comprenant aussi les questions restées sans réponses et erreurs de lecture.
« Mmh... Je ne sais pas si elle t'est destinée dans ce tirage. D'instinct je dirais que non, mais ce n'est qu'un pré-sentiment, ça n'a de valeur que ce que tu voudras bien lui donner. » Comment est-ce que je suis censé savoir qui est à qui ? Les Dieux ont l'air d'avoir une trop haute opinion de mes talents de devin sur ce coup-là... pourtant il doit bien y avoir un moyen, c'est presque impossible de se dire qu'elles sont toutes pour nous trois. « L'attirance que tu peux ressentir envers une rune peut signifier plein de choses. Le fait qu'elle te corresponde, dans sa personnalité. Ou alors qu'elle a quelque chose qui entre en résonance avec une part de toi. » Je vais chercher Laguz dans ma pochette en tissu et la montre à Guéthenoc. « Par exemple, ça c'est Laguz. C'est une rune de l'eau et elle est très, mais alors très attirée par Castielle. C'est que la rune et l'humaine ont énormément en commun, mais ça ne veut pas dire qu'elle sortira la voir à chaque tirage, tu vois ? » Retour au bercail pour Laguz et lever d'yeux au ciel de la part de la Poufsouffle. *Comme si je ne te voyais pas* je pense en souriant. L'eau et le concret, ça aussi c'est des éléments qui s'attirent.
J'en reviens au petit brun. « Pense à qui tu es ou ce que tu es, et avec ce que j'ai dit sur Kain plus tôt tu vas sûrement trouver de quoi t'entendre avec elle. C'est pour ça que tu ressens quelque chose de particulier avec cette rune. Et c'est très certainement pareil avec les autres, pour d'autres raisons, il n'y a que toi qui peux savoir sur ce point-là. »

Pour sa dernière question je prends plus de temps pour y réfléchir avant de me lancer dans des hypothèses. « Alors, celle que tu as dans la main c'est Hagalaz. Ce n'est pas une rune très joyeuse mais elle n'est pas néfaste non plus. Si tu regardes la forme on dirait comme un abri dont le toit se serrait effondré après un violent orage. Il n'est pas complètement détruit mais il va falloir réparer. Et bien c'est l'idée de cette rune, elle signifie le besoin de restructuration après un choc violent. Une crise, un deuil, de l'agitation, ... parfois on peut la lire encore plus littéralement et alors là elle annonce vraiment du mauvais temps. » une seconde de pause « enfin je veux dire genre vraiment de la pluie ou de l'orage, mais je suis pas sûr que ce soit pertinent comme lecture dans ce cas-ci » C'est toujours un peu ça le problème, le degré de lecture des runes. Est-ce que mon travail va porter ses fruits ou mon pommier va réellement donner des pommes cette année ? Grande question... mais personne n'a jamais dit que la divination était simple ! « La lire associée à Kain... ici non, parce que Hagalaz était retournée dans ta main. Elle ne compte pas dans le tirage du coup. Tu peux donc la prendre totalement à part de ce qui se dit ici - mouvement de la main vers le sol où les sœurs de Hagalaz sont couchées - et la lire à titre personnel si tu sens quelque chose avec elle. »

Je jette un regard à Castielle. Si elle a des remarques à faire c'est le moment. L'aiglon a peut-être d'autres questions, si pas je vais continuer à expliquer les autres oracles.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Castielle Colt, Jeu 1 Mar 2018 - 11:10


Blablabla mes runes elles sont trop jolies, blablabla je vais devenir le meilleur dresseur de Pokemon chevalier, blablabla et vas-y que je te pose des questions en prime, blablablabla et vas-y que j'y réponds en une conférence de trois-quart d'heures ! Non mais ils sont sérieux là ? Comment on avait pu glisser ainsi d'une histoire de castagne en un exposé universitaire sur la signification de bouts de bois tombés au sol ? Castielle très clairement le sentiment de s'être faite arnaqué quelque part et ça lui laisse un arrière-goût amer dans la gorge. Pendant que le Titilleur de Bouton de Pantalon se met à prendre des notes - *Punaise les Bleus, j'te jure !* - notre sorcière elle lève les yeux au ciel une énième fois. Est-ce qu'on peut se froisser un muscle oculaire à force de rouler des yeux comme ça ? Ces idiots de piafs allaient la faire s'ennuyer à s'en faire mal, bravo.

Après des interminables histoires d'épines, de vent, de pluie et de magie, monsieur le devin lui lance un regard interrogateur. Quoi ? Il veut qu'elle dise quelque chose ? La belle affaire ! Tu vas attendre longtemps mon petit pote si tu penses que je vais te bombarder de questions concernant mon "destin", hein ! Castielle refrène une certaine envie de l'envoyer balader, de se lever et tourner les talons sans un regard en arrière. Si elle devait parier son héritage sur un truc c'est bien que quelque part ailleurs dans ce maudit château il doit se passer des choses un milliard de fois plus intéressante que cette ridicule séance de "divination".

Ou alors il se demande pourquoi elle n'a pas répondu au gamin ? Sa tirade, ou plutôt son monologue, sur comment il compte devenir une meilleure personne ? Qu'est-ce que tu voulais répondre à ça ? Elle n'allait pas lui rire au nez ou lui balancer une pique alors qu'il avait toute la bonne volonté du monde qui brillait dans ses prunelles quand il déclamait son texte. Peut-être qu'elle se rappelait un peu de comment elle était, toute petite, des grandes idées plein la tête et l'envie de bien faire plein le cœur. Ou alors c'est peut-être juste parce qu'il lui mettait sous le nez que quand on a un objectif, la bataille est quotidienne. Ou alors elle est juste blasée de la situation et le jeu ne l'amuse plus tant que ça. Difficile de choisir parmi toutes ces possibilités, toutes plausibles s'il en est.

Le résultat reste le même cependant ; Castielle resta muette au regard du petit amoureux des fées et des ronds de bois, espérant lui faire comprendre qu'il avait intérêt à accélérer le mouvement s'il voulait pas qu'elle retourne embêter son chaudron pour passer le temps.
D'ailleurs il est passé où celui-là ?
La jeune fille examina le sol près de son ami bizarroïde, c'était bien lui qui l'avait eu en main en dernier, pas vrai ? Pourtant elle ne voyait rien, ni à ses côtés, ni derrière lui... Les lunettes de l'Américaine sont si sales que ça ? Elle les délogea de son nez pour les nettoyer méticuleusement avec un pan de sa chemise. Ces trucs se salissent à une vitesse, c'est effrayant. C'est aussi un peu pour ça que les gens qui doivent en porter s'habituent aussi vite à voir correctement à travers des verres sales. Chose impensable pour ceux qui n'en n'ont jamais eu besoin pour profiter de la beauté du monde en qualité full HD tout le temps.
Ses capacités visuelles récupérées une fois ses verres de nouveau en place : toujours pas de chaudron.
"Mais qu'est-ce que t'en as foutus ?"
La question lui échappa, comme ça. Sans préambule ni explications ce n'était pas étonnant de voir Osvald froncer les sourcils et pencher la tête d'incompréhension.

Castielle déteste et adore à la fois quand il fait ça. On dirait un petit chiot qui ne comprend pas ce que lui dit son maître et c'est trop mignon. Mais du coup ça la ramollie et la sorcière déteste être aussi facile à s'attendrir pour si peu.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Guéthenoc Ursion
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Guéthenoc Ursion, Mar 6 Mar 2018 - 21:00


Il prenait soin de tout prendre en note. Hélas, à force de ratures, de dessins approximatifs, de flèches et d'annotations, il eut l'intuition que même son Chef Suprême ne comprendrait rien à l'embrouillamini qu'il avait couché sur son parchemin. Le résultat aurait toutefois ravi un passionné un amateur d'Alchimie tant cela relevait non plus d'un sujet exposé par un éminent devin mais d'un hermétisme obscure et flagrant. Guéthenoc ne faisait pas mine de tout comprendre, c'eut été malhonnête de sa part et sa génitrice ne le lui aurait pas permit d'adopter impunément un tel travers. Pourtant, il laissait Osvald poursuivre ses explications. Celui-ci faisait de son mieux et le petit aiglon s'efforçait d'ingurgiter le savoir transmit par son aîné.

Pour sa part, il aimait beaucoup Kain. Même si elle ne lui était pas destiné, ce qu'elle signifiait le touchait. Cela présentait un beau chemin de vie et s'accordait avec ses aspirations. Il le savait, il serait un Grand Chevalier, n'en déplaise à Mademoiselle-Je-Garde-Le-Bouton-De-Mon-Pantalon. Un peu trop long comme quolibet. Il ricana et manqua s'étouffer à l'évocation de se que pouvait impliquer Thorn. Manifestement, Castielle allait déguster. Mais elle en sera heureuse... Décidément, les runes avaient un côté pervers. Enfin, son Héros Sans Cape lui expliqua le sens de la rune qui se retrouvait dans sa main. Hagalaz... La terrible ! De bien mauvais augure... Ce que lui avait confié Oz à son propos ne lui parlait pas. Peut-être Guéthenoc était-il encore trop jeune pour avoir une réelle vision globale. Il décida d'abandonner la rune funeste et pour une bonne raison :

« Ô Manitou ! Je la resjette ! Je suis de ceux qui pensent que tout n'est pas totalement prédestiné... Nos choix comptent non ? Mais je prend en considération l'avertissement... ».

Il lança un œil scrutateur à la Grande Consommatrice de Câlins, la Pouffy en somme. Il était question de pluie ou d'orage... Elle avait, selon son Sauveur, une affinité particulière avec l'élément de l'eau. Drôle de coïncidence. Nul besoin de posséder les incommensurables talents de prophète du Messire Osborne pour deviner que Castielle lui en ferait baver dans l'avenir. Quel chance il avait... Peut-être que tout compte fait, Hagalaz tenait à le mettre en garde... Il se méfierait, peut-être n'avait-elle pas toute sa tête qui plus est. La preuve en fut faite lorsqu'elle interrompit la séance par une question sortit de nulle part. Mais de quoi voulait-elle bien parler ?

- « Dis-moi, Ô Estimable Lecteur de l'Avenir, n'y a-t'il guère une rune ici présente qui pourrait répondre à la question de notre ahem... envahissante compagne ? ».

L'apprenti escuyer était maintenant bien curieux de connaître la suite de l'interprétation de l’Élu...
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Osvald Osborne, Dim 11 Mar 2018 - 10:34


Je ne m'étonne pas vraiment de la réaction de Guéthenoc quant à Hagalaz. Tant qu'on reste dans des significations neutres ou positives, les gens sont toujours très patients et hochent la tête les yeux brillant d'envie d'en savoir plus. Mais dès qu'on touche une corde sensible alors là... là d'un coup la divination n'est que plus que - au mieux - un passe-temps pour jeune fille écervelée ou - au pire - charlatanisme.
Mon entreprise va prospérer ? oh très bien !
Ma famille va rencontrer des problèmes ? je n'y crois pas ! et le libre arbitre alors, hein ??


Enfin ici l'aiglon ne le pensait pas comme une attaque mais plus comme une inquiétude, un besoin d'être conforté dans l'idée que rien n'était encore joué et que tout était donc encore possible.
Oui, bien sûr que nos choix comptent ! Mais avant que je ne puisse donner mes réponses à mon cadet, Castielle ouvre enfin la bouche.

"Mais qu'est-ce que t'en as foutus ?"
Hein ? De quoi ? De qui ? Qu'est-ce que j'ai fait encore ?
Sous l'impulsion de la question, posé aussi frontalement qu'un être de l'eau pouvait le faire, je perds tous mes moyens. Le moins que l'on puisse dire c'est que mon auditoire est partagé. D'un côté j'ai un petit curieux de tout et de l'autre une petite (en taille) qui se fiche de tout. Sous l'incompréhension totale dans laquelle je me retrouve je fronce les sourcils, tenant de me remémorer ce que j'ai bien pu dire ou faire pour susciter cette réaction.

En suivant son regard je me décide à baisser le nez et à regarder autour de moi : tout ce que j'y vois sont des runes et un trou.
Un trou ?
*AH !*
Délaissant mes oracles un instant je me tourne vers l'objet de farce-et-attrape que j'avais dû laisser m'échapper sans que je m'en rende compte ! Ou alors c'était au moment où Castielle m'avait lancé le chaudron dans les bras ?
*Le chaudron !*
Les rouages de mon cerveau tournent à plein régime et ça devait se voir sur mon visage dès que je comprenais quelque chose.

Penché au-dessus du trou noir magique je me gratte la joue d'un doigt distrait. « Tu crois qu'on peut le récupérer ? Je sais pas du tout comment fonctionne ce genre de truc... » Zut, j'aurais dû être plus attentif... « C-C'était pas ton chaudron préféré au moins ? » Question étrange quand on sait que quelques minutes plus tôt la sorcière lui tapait dedans, mais avec les gens de l'eau comme Castielle on n'est jamais sûr de rien !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Castielle Colt, Jeu 15 Mar 2018 - 23:45


Le môme la qualifie d'envahissante. Franchement ? Si cette scène s'était déroulée ne serait-ce qu'un ou deux ans plus tôt, elle l'aurait frappée. Quoi ? C'est pas parce qu'il est jeune et petit qu'il ne doit pas assumer les conséquences de ses paroles ! Mais bon, depuis quelque temps la sorcière essaie de faire de gros efforts quant à ses accès de colère. Enfin, ses accès de colère sur les êtres humains. Pour tout ce qui est matériel elle s'en contrefichait comme de sa première tétine ! Puis elle risque de lui briser le crâne si elle ne fait pas attention... derrière cette tignasse bouclée il devait être aussi fragile qu'un chaton ( enfin un oisillon, pour le coup ), une bousculade un peu trop forte et le petit moineau se mettrait à piailler. Et si il y a bien une chose que Castielle déteste ce sont les piaillements, cris et autres jérémiades de "ouin ouin elle m'a frappé c'est une méchante !"

De toute façon, Oz est là. La violence sur autrui est donc inenvisageable.
Mine de rien elle l'apprécie beaucoup plus que ce qu'elle ne voudra se l'avouer à elle-même, le bleu rêveur et naïf. Elle l'aime bien.
« C-C'était pas ton chaudron préféré au moins ? »
Enfin la plupart du temps.
Genre : pas quand il fait ça.

Son chaudron préféré ?? Il est sérieux là ? Pour sa peine Castielle lui décrocha le regard le plus blasé et condescendant qu'elle réussit à trouver dans le registre de regards blasés et condescendants qu'elle maîtrisait. Comment est-ce qu'on pouvait avoir seize ans et être aussi stupide ? Et le pire ! c'est qu'en plus d'être stupide il reste adorable ! Non mais quelle injustice envers tous les idiots de cette planète et d'ailleurs ! Un peu comme ces gens qui peuvent manger ce qu'ils veulent sans prendre un gramme : tout simplement insupportable.

Voilà c'était le mot : insupportable. Insupportablement stupide. Et stupidement adorable. Ou adorablement stupide. Va savoir qu'elle nuance lui correspond le mieux à cet énergumène.

Castielle soupire. Remonte ses lunettes sur son nez, machinalement, ne répond même pas au chevalier en herbe et avance vers le trou noir aux côtés de son ami à l'air toujours perplexe. Sans un regard pour les deux autres, elle leur fait un signe de la main pour dire "allez continuer vos trucs, je m'occupe de ça, zou!" puis se penche sur ce puits de vide magique.
C'est cette chose qui a aspiré un chaudron entier ? Impossible d'y voir quoi que ce soit, même avec une bonne vue ! Tout n'est que noir opaque. Comme dans un cartoon !
Pour le coup, les montures de lunettes de la sorcière se colorèrent d'un joyeux turquoise. Couleur enfantine et enjouée, à l'image de l'humeur de notre petite Poufsouffle qui observe ce tour de magie tout en se remémorant les meilleurs passages de ses épisodes favoris de certains dessins animés qu'elle regardait enfant. Dad adore les cartoons, il en raffole même encore maintenant qu'il a la cinquantaine passée ! Tous les matins ils prennent leur petit déjeuner ensemble devant l'écran de télé, riant en cœur devant les chutes vertigineuses d'un coyote, entre autres.

Et si elle le ramenait, ce truc ? Il doit bien y avoir un moyen de le transporter, non ?
Castielle saisi a deux mains les rebords du trou et le souleva comme s'il ne s’agissait que d'une simple crêpe !
*Trop génial !!*
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Guéthenoc Ursion
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Guéthenoc Ursion, Mar 24 Avr 2018 - 16:32


La suite des événements lui apparaissait tout à coup bien ubuesque, dans le sens grotesque du terme. En effet, il avait beau s'efforcer d'agir avec une certaine empathie avec les membres de la roture, il ne voyait pas comment, ou pourquoi, l'on pouvait avoir un chaudron préféré. Certes, si l'on manquait particulièrement d'oseille, il pouvait comprendre que l'on y attache de l'importance. Sans doute qu'à l'instant, son coruscant Manitou venait de lui révéler un état de cause à effet à propos de Castielle. Il comprenait que la Grincheuse devait venir d'une mif en grand état de dèche. Cela jouait sans aucun doute sur son caractère fort peu... mh... avenant - défaut d'autre apophtegme plus approprié mais moins policé.

Il se mit en devoir d'observer plus avant la demoiselle lunettée. Son regard s'attarda sur ses courbes qui lui paraissaient maintenant bien loin des canons de beauté de la Vénus de Willendorf. C'était peu dire. Peut-être avait-elle grand faim ? Peut-être était-ce cela qui ombrageait son caractère de manière si stupéfiante ? Ou peut-être kiffait-elle tout simplement paraître face à ses prochains comme un tendron déchaîné ? Et si...

Ô Fils, déjà que je me suis tenue coite devant vos « Peut-être », épargnez moi vos « et si »...

*Mh, je gage que vous vous entendriez bien avec l'objet de mes interrogations, Mère.*

Qu'insinuez-vous ?

Esquivant en deuspi la dispute qui allait sans doute aucun s'engager dans sa tête, il en revint à-la-dite objet, qui eut la dérangeante vanité de la chasser de son intérêt d'un signe de main peu élégant. Ressemblaient-ils, son Guide à la Cape Rouge et lui-même, à deux moucherons inopportuns ? Fort marri par ce geste, il fut stupéfait de la réapparition du gouffre béant, promesse d'une agonie perpétuelle. Avant qu'il ne puisse prononcer le moindre mot, Guéthenoc la vit se saisir du disque sans lumière avec une facilité déconcertante. Son expression était déter et il convint qu'il n'aurait rien pu dire qui n'aurait su convaincre la jeune fille de faire marche arrière. Elle lui aurait ri – sans doute de façon fort maléfique – au nez et à la beubar, inconsciente du danger et trop fière pour faire attention à ses paroles d'Apprenti escuyer.

Qu'à cela ne tienne, il ne serait pas responsable des mésaventures d'un âne baté. Une voix aux accents farpolitrols résonna en son sein. Il ne s'agissait point de sa génitrice mais d'une manifestation de sa propre conscience. Il n'était pas dans les habitudes chevaleresques d'abandonner de la sorte une jeune femme, même en proie aux affres méphistophéliques. D'autant qu'Hagalaz leurs était apparut... Il poussa un soupir et :

- « Prenez grand garde, Ô Frustrante Pie-Grièche ! Ce cercle d'obscurité peut aussi vous grailler l'âme comme il a su se repaître de votre chaudron oint de vos faveurs ! ».

Ses devoirs était ainsi remplis. Ses Vertus seraient sauves en cas de malheur...
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Osvald Osborne, Dim 29 Avr 2018 - 9:21


La perspective d'une abysse sans fond semble plus séduire la fille de l'eau que les secrets que peut réserver son avenir. Je peux la comprendre, surtout que je la connais assez pour savoir que ce n'est pas vraiment du mépris mais plus du désintéressement pur et dur. Les gens de l'eau peuvent être aussi spirituels que terre-à-terre mais force est de constater que Castielle penche plus d'un côté que de l'autre de son spectre de sens. Si les runes prédisaient quelque chose en rapport avec l'eau elle-même, est-ce que son intérêt serait ravivé ? Peut-être ! Mais un rapide coup d'œil aux oracles restant, attendant leur lecture, et je sais que ça n'arrivera pas.

Après avoir été invités à vaquer à nos occupations sans plus se soucier d'elle, je lance un regard à mon petit aiglon qui n'a pas l'air d'apprécier le geste de la Poufsouffle. Une moue partagée sur son visage me force à retenir un sourire assez maladroitement ; on dirait qu'il est vexé qu'elle le s'occupe plus de lui ! Je me dis qu'il y a des gens comme ça, après tout. Qui ne construise des relations avec leurs semblables que via des conflits ou des chamailleries constantes. Puis le petit bouclé soupir, comme s'il s'apprêtait à parler à contre-cœur, et met en garde Castielle de l'objet de farces et attrapes. Je ne peux que l'appuyer sur ce point : « Un accident est si vite arrivé ! » Mais la Poufsouffle se met à jouer avec le cercle à l'apparence lisse complètement factice comme une enfant avec un cadeau de noël. Contre ça je ne pense pas que l'on puisse faire grand-chose à vrai dire, l'eau et l'amusement aussi...

Je fais un sourire en coin compatissant accompagné d'un petit mouvement d'épaule à l'intention de Guéthenoc. J'espère un peu qu'il comprenne que ce n'est pas contre nous, personnellement, mais que la brune est simplement comme ça et qu'il faut faire avec. C'est vrai qu'il n'aura pas eu l'occasion de la voir sous son meilleur jour mais j'ai bon espoir que ces deux-là ne finissent pas par se prendre le bec à chaque fois qu'ils se croiseront dans les couloirs !

En parlant de couloirs, sur les murs du nôtre commence à se répercuter des échos de voix et de pas. Lointains, certes, mais audible à qui n'a pas l'oreille trop distraite ! « On devrait peut-être dégager le passage... » je lance à mon nouveau camarade de maison. Mine de rien cette séance improvisée nous aura pris pas mal de temps ! Et elle n'est même pas terminée... il reste deux runes. Celles proches de moi. Othala et Izaz. Izaz au centre de toutes les autres. Comment ai-je fait pour ne pas le voir plus tôt ?! Izaz est au centre de toutes les autres !
À cette réalisation je pousse un « Oh ! », mélange à la fois de compréhension et de surprise. Un peu à l'image de ces « Oh ! » qui s'envolent dans les salles de classe quand quelqu'un comprend enfin quelque chose sur lequel il était en train de bloquer depuis plusieurs minutes voir plusieurs heures.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Castielle Colt, Mer 2 Mai 2018 - 19:37


Ce truc c'était... trop cool !

Castielle s'amuse à prendre le disque en main, le manipuler d'une manière ou d'une autre, puis à la reposer au sol et passer sa main au travers. La Poufsouffle fait tournoyer le piège du bout des doigts comme un pizzaïolo le ferait avec une pâte encore fraîche puis le lance contre le mur à sa gauche. C'est au moment de se lever pour aller tester l'engin que le petit chevalier la prend pour une demoiselle en détresse. À défaut de lever les yeux au ciel si fort qu'elle pourrait s'en fracturer les nerfs optiques, la brune fit simplement un mouvement d'épaules qui se voulait neutre. C'est-à-dire qu'il n'était ni un "mêles-toi de tes affaires" , ni un "ok mon p'tit chou", juste neutre. Un peu comme un "Vu" sous un message envoyé. Honnêtement elle avait mieux à faire que de continuer de taquiner le petit bleu à bouclettes, bien que leur semblant de joute verbale l'ai assez amusé. Mais à côté de ce trou portatif aux utilisations aussi multiples que prometteuses, le protégé d'Oz ne fait tout simplement pas le poids.

Son bras est maintenant plongé jusqu'au coude dans ce non-être le plus total. Est-ce qu'il y a seulement un fond ? Des bords ? Est-ce que c'est une autre dimension ? Si elle plongeait dedans la tête la première (bien que pour y arriver il lui faudrait plus une morphologie de bâton de sucette) est-ce qu'elle flotterait dans un espace sans fin ? Ou alors est-ce qu'elle tomberait ? Est-ce que le sens dans lequel on positionnait le piège faisait que les réponses à toutes ces questions changent ?
Les interrogations de notre héroïne explosent dans son esprit comme autant de grains de popcorn dans une poêle recouverte pour une séance ciné du samedi soir en famille.

« On devrait peut-être dégager le passage... »

Catastrophe.
Quelqu'un arrive ?
Castielle n'avait rien entendu, trop occupée à planifier ses futurs tests et expériences à des fins plus que discutables. Mais si mister Osvald-jesuistropgentil-Osborne veut dégager le passage c'est bien parce qu'il s'attend à ce qu'il y ait du monde qui l'emprunte, ce passage.

Ni une ni deux notre amatrice de castagnes décolle le piège du mur et l'enroule sur lui-même. Enfin c'est ce qu'elle avait dans l'idée de faire, l'opération étant plus difficile que prévu elle passa au plan B. Ou plutôt le plan D. D comme Déguerpir en vitesse.

"Bon bah c'est pas tout ça mais j'ai à faire moi"
D'un salut rapidement exécuté elle ne prend même pas la peine de se retourner pour vérifier qu'elle n'avait rien oublié derrière elle. Pourquoi ? Et bien parce que, petit un, si jamais elle oubliait quelque chose Osvald le lui rapporterait ; petit deux, elle était arrivée les mains vides ; petit trois, enfin pas vraiment vide mais le chaudron n'était pas à elle à la base donc il ne compte pas vraiment. Suivez un peu aussi !

D'une main Castielle transporte le plus discrètement possible sa nouvelle acquisition, de l'autre elle ébouriffe vivement la tignasse brune de son ami lunatique avant de s'élancer dans les couloirs du sous-sol. Les deux zigotos n'ont qu'à s'amuser entre eux, ils n'ont pas besoin d'elle pour parler de bouts de bois.

- Départ de Castielle -
Désolée pour ce dernier post de maigre qualité, bisous sur vos joues d'emplumés :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Couloir du sous-sol

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 33 sur 34

 Couloir du sous-sol

Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Cachots-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.