AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Cachots
Page 35 sur 35
Couloir du sous-sol
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 33, 34, 35
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard

Re: Couloir du sous-sol

Message par : Elhiya Ellis, Mer 28 Nov 2018 - 18:42


Suite de
LA partagés

C’était à se demander comment il ne mourrait pas de soif à parler autant. Déjà tu comprenais pas la moitié de ce qu’il te racontait avec ces complots d’arbre. Ce n’était carrément pas logique car les platanes ils y pouvaient rien à ses gamelles, nan, c’était les écureuils, mais t’avais pas voulu lui dire car il avait trop bu pour les voir en haut des branches balancer des noisettes sous ses pieds pour qu’il casse les coquilles. Toi, tu les avais vu faire, en même temps tu t’étais prise une de ces noisettes dans la tête, t’en étais persuadée. T’avais juste gardé le silence vu qu’il t’avait fait bouffer de l’herbe, et avais surtout pris soin de te concentrer sur le sol qui dansait tout seul pour essayer de suivre les pas de danse. Petit bout de langue dehors, concentration extrême, alors qu’il te filait le tournis à lever le doigt partout t’avais juste soupiré. « Nan tu rages pas, tu rumines ». C’était pareil au final et surtout sur le même thème herbe/vache/brouter et le tout sans blague pourrie possible sur le verbe.

Tu l’avais du coup laissé parler seul, toujours autant impressionnée par l’amour qu’il portait à sa propre voix, encore et toujours, sans jamais se lasser et ne te retournait qu’au niveau des grilles sans saisir à quoi il faisait allusion. Sourcil redressé, tu gonflais les joues et soupirais fortement. « Mais nan ! c’est des écureuil j’vous ai dit dans les arbres ! ». Nope t’avais pas dit du tout à part à toi-même et ta conscience embrumée, mais vu qu’il était en train de chercher un chat, à la limite ca ne changeait pas grand-chose que la télépathie d’alcoolique n’ait pas fonctionné. « Mais nooooon j’ai pas de chat mooaaa ! ». Justification soudainement vachement importante à tes yeux, alors que le bouts des doigts caressait quelque chose de duveteux dans la poche, tu extirpais, triomphante le fruit de tes heures de boulot à Waddiwasi. « Mais j’ai ca ! C’mieux encore ! Parce que … » Et les mains qui trifouillaient dans les méches blondes tout en haut de la tête pour clipser encore plus fièrement les oreilles de chat de manière bancale sur la tête. « Tada ! et toi t’as pas ! ». Bout de nez relevé en provocation inutile avant de tourner les talons, et le cerveau par la même occasion pour repartir vers les sous-sol.

Par contre si de Minette désormais t’avais des attributs, perdus dans les cheveux et glissant allégrement car tu n’avais pu les accrocher à des mèches suffisamment épaisses, tu n’avais gagné ni en grâce, ni en agilité et encore moins en sens de l’orientation. Car arriver à repérer le château c’était facile, reconnaitre un escalier d’un autre escalier, ça c’était autre chose. Les mirettes plissées, tu t’étais arrêté, scrutant le carrelage trouvant qu il était partout pareil
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Evan, Ven 30 Nov 2018 - 10:19







V'là que soudainement elle me parlait d'écureuils qui s'baladaient dans les z'arbres! Fallait savoir, un coup elle voit des matous, et l'autres des z'écureuils, encore quelques minutes qu'elle me dirait qu'elle y a vu des pandas ou des zèbres ! Après j'pouvais pas dire qu'elle avait tord, vu que j'avais vu ni l'un ni l'autre, mais à quoi bon me parler de matou si c'était pour dire que c'était des z'écureuils au final ? Ou elle essayait ptet de m'embrouiller encore une fois, comme les œufs !

Et v'là qu'elle me dit que finalement elle a pas de chat, et je pigeais plus rien du tout. Cette histoire d'animaux vivant non vivant, visibles invisibles, me tapait sur le système. « C'est ptet des Chacureuil  du coup t'crois pas ? Genre une espèce hybride comme, comme... Le dragon Noir des hybrides ! Je sais pas avec quoi c'est croisé d'ailleurs tiens, mais bref, c'est surement une double espèce ! » Et v'là qu'elle me sort un truc de sa poche et que j'écarquille de grands z'yeux pour voir ce que c'est.

La vérité c'est que j'en avais juste zéro idée, un bonbec ptet, mais l'idée se barra rapidement en la voyant le foutre dans ses ch'veux, du coup ma théorie prenait un peu l'eau. D'ailleurs je prendrais bien un peu d'eau moi aussi, ça ferait grave du bien là. Devant son enthousiasme, je lâchais un « HAAAAAAAAAAAAAAAAAN ! » sans vraiment être sûr pour autant de qu'est-ce que je voyais, du coup je m'approchais d'elle, mais vl'à qu'elle fait demi tour et se casse la bougresse.

« Et Simone ! T'arriveras pas à me semer hein ! J'suis pas une graine ! On m'plante pas comme ça ! »

Alors je me presse pour la rattraper non loin des escaliers, et l'arrêtais en lui attrapant le bras, les yeux rivés sur ce qui ornait ses cheveux. « WHOAAAAAAAAAAAH ! Mais j'avais raison ! C'est toi l'matou en fait ! Manque plus qu'une corne et ça ferait un chat licorne ! Bah pourquoi qu'tu bugs sur le carrelage ? »

J'avais vu qu'elle zyeutais le sol, et je pigeais rapidos, en fait il faisait tout mal aux yeux ! Genre tout se ressemblait et du coup je savais pas si je marchais à gauche de la droite ou à la droite de la gauche, le truc vachement dangereux quoi ! « Mais qui a créé une horreur pareil ! Un coup des elfes de maisons j'suis sûr ! Ou c'est ptet les z'arbres qui s'allient jusqu'ici contre nous ! Ça doit être horrible de le regarder en marchant ! Attends j'essaye ! »

Je faisais demi tour tout en regardant le sol et en essayant de mettre un pied devant l'autre comme un gosse qui essaierait de suivre une ligne blanche. Sauf que là j'arrivais pas à rester droit et le sol immonde me filait un mal de crâne, couplé au cerveau qui nageait sur un océan venu du Nord pas franchement agréable. « Oh pu*ain... ». Le regard se projette de nouveau devant, trouvant le Saint Graal alors que l'estomac remontait à une vitesse fulgurante. "La statue, banco !"

Je me précipitais près d'une immense statue nichée dans une cavité, arrivant tant bien que mal à me glisser derrière et dans un « BWAAAH... » d'une élégance rare, je dégobillais une bonne partie de ce que j'avais bouffé et certainement de la vodka avec. Les yeux papillonnaient un instant, scrutant tout ce qui était sorti comme pour y dénicher un trésor.

« EEEEEEEEEEEEEEEEEET ! SI TU VEUX JE CROIS QUE J'AI RETROUVE TON CHOCOLAT ! » criais-je joyeusement.

Sans attendre de réponse, parce que j'imaginais qu'au fond elle ne serait pas intéressée, pis fallait pas qu'elle croit que j'avais vomi surtout, je récupérais ma baguette pour m'envoyer un aguamenti histoire de me rincer la bouche. Après trois essais infructueux dus à une prononciation bancale, et un jet un peu trop puissant qui m'éclaboussa en grande partie, je me sentais un peu mieux et retrouvais le couloir au carrelage méga chelou, la blonde m'attendant plus loin.

« T'vas pas m'croire ! Y avait euuuuuh... Une énoooooooooooorme araignée derrière la statue ! Du coup, bah vu que je suis grand Seigneur j'ai été défendre la statue ! Mais je suis re là tadaaaaaa !!! »

Grand sourire aux lèvres, juste ma chemise en partie trempée me trahissait, et ptet qu'elle m'avait vu ou entendu aussi, mais je m'efforçais de rester sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Elhiya Ellis, Dim 2 Déc 2018 - 12:53



Dédale de carrelage


Suite de
LA partagés
Elhiya a 17ans

Des hybrides ? Comme pomme-banane dans la compote ou les petites barquettes de Lu ? Pas bête, même si pour le coup un Chacureuil ca donnait juste l’impression d’un choconours mal revisité qui ne donnerait même pas envie de le décapiter à coup de dents. Bah ouai ça donnerai quoi ? Un écureuil avec un minois de matou ? un matou avec le panache du rongeur ? bof niveaux mix y’avait mieux, comme vodka-chocolat, sauf que l’autre qui voulait s’essayer aux créatures mélangées bancalement avait bouffé ton chocolat. On en revenait toujours à ça au final, le crime de lèse-majesté qui resterait à jamais gravé dans l’esprit alcoolisé de tes mèches blondes dès que tu recroiserais ton enseignant. Plus qu’une chose à faire : ne plus le croiser et partir vers ton dortoir. L’idée n’avait déjà pas mal trotté dans la caboche depuis le début de soirée… enfin journée… picoler à midi avait fait perdre quelques notions basiques du temps : s’il faisait jour, forcément c’était pas la soirée… T’étais bonne pour t’inscrire aux alcooliques non anonymes si tu te laissais glisser sur des rasades de spiritueux sous les rayons du soleil…

Mais à la réflexion noyée de ces restes de vodka dans le sang, t’avais surtout estimé que tirer la langue fièrement au « haaaaaan » de l’Autre était d’une intelligence rare sur ce genre de discussion, et surtout bien plus utile dans la suite de ton raisonnement. Lequel, avait de toute façon tendance à fuir aussi bien que celui de ton interlocuteur qui voulait désormais voir apparaitre une corne pour dessiner les contours d’un unicat à qui il ne manquerait plus qu’une queue touffue multicolore. T’avais plissé des yeux, réfléchissant au mélange avant de le valider d’un signe de tête qui rendait le carrelage encore plus envoutant. Hypnotisant, même, vu que vous étiez deux à le scruter désormais, complot d’elfe de maison appartenant à des arbres pour Monsieur Autre, et…. Rien pour toi dont la vivacité d’esprit s’était barrée aussi vite et loin que l’enseignant après une réflexion des plus littéraire en l’encontre du sol.

Tu te demandais depuis quand il pouvait y avoir des péripatéticiennes gravées sur le par terre du château avant de comprendre que si tu ne voyais rien, toi, ce n’était pas car ton amour pour les courbes féminines était trop exigent, mais bien car Lival en fait avait usé d’une simple interjection envers tu te savais quoi. Et pouff disparition encore. Ce type devait être doué à cache-cache quand c’était un gosse, normal qu’il ait décidé de jouer les Ombres une fois adulte, prolongement d’un cache-cache en quelque sorte. Ombre dans l’ombre forcément, ça demandait d’être doué pour trouver des cachettes… surement… A moins qu’en fait ce soit juste toi qui ne soit pas douée pour ce jeu, car v’la qu’il hurlait que même ton chocolat s’était caché.

Le sourcil rehaussé, t’avais levé la tête, abandonné l’emprise du carrelage sur tes mirettes pour les poser tu ne savais trop où, en direction des cris trop enthousiaste du voleur de sucrerie. A ne rien voir –ni lui, ni ta bouffe kidnappée- t’avais haussé les épaules et tenté, lentement d’avancer vers ce qui semblait un mur. Les murs c’était bien, tu les aimais bien, ils savaient stopper les courses dans les escaliers, mais surtout, en amis précieux, ils permettaient de te maintenir généralement debout sans que tu ne finisses –encore- a quatre pattes pour te déplacer. A la limite dans les escaliers et couloirs des 3B ça passait, mais au château tu préférais éviter. Pour peu que tu croisais un de ceux capables de te passer un savon, tu entendrais parler toute ta vie, donc…. Le mur de pierre, même si lui aussi parfois jouait à devenir une fenêtre traitresse pour laisser passer les rayons du soleil agressif. Restait plus qu’à trouver ce qui était le bon mur entre les deux qui semblait valser ensemble.

Sourcils foncés, concentration au maximum, t’avais à peine écouté ce que racontait Lival revenu comme par magie de ton coté. « Araignée ? » Avais-tu fini par répéter avant de glisser des opales dubitatives sur lui et son sourire trop détrempé pour ressembler à un combat avec un invertébré arthropode. « Tu lui as fait prendre un bain ? s’une bonne idée ça, un bain…. Ou juste.. T’sais faire une patinoire ? #Aguamenti maxima ». Mieux qu’un mur ou fallait faire l’effort de s’appuyer et marcher quand même… glisser était plus simple, et puis, ça demandait pas beaucoup d’effort à faire, même si là t’avais quand même envoyé une cascade d’eau autant dans la tronche du prof que sur le sol, souci de contrôle dira-t-on.. « Allééééé, glaciation jusqu’au cachot ! pis suffit de se laisser porter ! » Les oreilles félines sautillaient sur le haut de la tête menaçant de se décrocher toute seule au moindre mouvement trop enthousiaste de ta part.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Evan, Mar 4 Déc 2018 - 18:00







J'étais sûr que j'étais vachement impressionnant en revenant vers elle de la sorte, après avoir vaincu une araignée de douze mètres de haut armée de plusieurs canons lasers. Et fallait dire ce qui était, d'avoir pu gerber tranquillou, je me sentais carrément mieux ! Genre prêt à attaquer une autre teille sans soucis maintenant qu'une venait de repeindre une partie du sol de l'école. Alors à son mot interrogatif appuyée contre un mur, je partais dans de grands gestes théâtraux.

« Ouais, énorme de malade, elle devait venir de la forêt interdite si tu veux mon avis ! » fis-je avec le signe de tête allant avec pour étayer mes propos.

Et v'là qu'elle part sur genre je lui ai donné un bain, ce qui était complètement débile car j'avais pas bougé du couloir, comment elle voulait que je lui ai donné un bain ?! Elle disait vraiment des trucs bizarroïdes Pocahontas, et pis elle se met à parler de patinoire et...

PAF

Un méga jet d'eau en plein dans la gueule, en plein dans les yeux, et me voilà à pester en balançant quelques jurons d'une philosophie rare à en faire frémir les heures de retenues du duo Azarty. Je passais rapidement mes paumes de mains sur mes yeux, surpris par cette bassesse intellectuelle dont elle venait une nouvelle fois faire preuve.

« NAN MAIS SERIEUSEMENT BERNADERTTE ?! J'AVAIS DÉJÀ PRIS UNE DOUCHE !!! »

Mais non !! Elle s'en cire les nichons total ! Genre elle veut juste qu'on fasse du patin à glace dans l'école et genre c'est de la pluie que j'ai pris sur la tronche !? Si elle croit que je vais laisser passer ça elle peut rêver !

« Ouais ouais... Attends, juste une chose avant... »

Me voyant complètement détrempé, je jetais un regard au sol imbibé d'eau, avant de montrer du doigt le mur derrière la blonde avec un geste d'yeux machinal.

« Regarde celle qui est sur le mur ! »

Hop, sitôt elle tourna la tête, que je me vengeais en la visant très clairement, ce qui, je devais dire, était plus aisé avec une partie de l'estomac vide et en étant à moins d'un mètre d'elle. Le risque d'échec s'amenuisait grandement.

« AGUAMENTI MAXIMA !!! DANS TES DENTS POLYDENT ! »

J'exultais, sautant sur moi-même en agitant les bras et rigolant comme... bah comme un con en fait, à savourer ma vengeance bien exécutée. « Maintenant on est quitte ! Mais pas en kit sinon il manquerait des bouts de toi et de moi ! Alors, je te glace la route et c'est partit sur la piste chérie ! » Je visais le sol, après qu'on se soit écartés de la flotte tout de même, manquerait plus qu'on se gèle aussi qu'on aurait bien l'air d'abrutis, 'fin plus encore que dans le cas présent.

« Glacio Multiplicare !! »

Je me félicitais pour mon deuxième sort réussi de suite, ce qui était une prouesse, même si j'aurais été élu Quiche préférée du jury si j'avais réussi à pas viser une surface aussi large qu'un éléphant dans un couloir. Le sol s'était recouvert d'une fine pellicule de glace solide, qui nous permettrait notre expédition glissante. « T'as vu qui c'est le patron de la Métamophose un peu !? » Après ma vantardise, je reportais mon regard sur la belle qui semblait pas forcément avoir super bien pris ma revanche.

« Bah quoi ? J'avais vu une autre araignée sur le mur... Tu devrais me remercier, je l'ai fait fuir même si je t'ai un peu arrosé ! Vu comment elle était elle aurait pu te mordre !! Et elle avait bien douze tentacules celle-là ! On se tente une glissade ? » finis-je avec une sourire amusé, comme pour faire la paix. « J'y vais en preum's ! »

Gardant ma baguette car à vrai dire je doutais fortement de la réussite de l'expérience, j'en menais pas large. Mais j'essayais pour autant de faire comme si tout allait bien, histoire de porter mes boules et qu'elle se foute pas de moi. Aventurant mon pied gauche pas très rassuré, je testais la glissitude de la glace et fallait pas que je me foire. Je mettait le deuxième dessus, les bras gigotant de gauche à droite, de droite à gauche pour trouver mon équilibre. Un petit rire nerveux en voyant que j'y arrivais plutôt bien, et je glissais de quelques pas dans le couloir, prenant la peine de tourner ma tête pour me vanter auprès de la blonde.

« Et t'as vu comment je gère ! Finger in the noises ! Euh nose ! Douze ans de patinage au plus haut niv... »

PAF

« AIE ! »

Non seulement je m'étais tapé le mur sur ma gauche, mais je me retrouvais sur le cul. A dire des conneries, la réalité oubliait rarement de rappeler sa présence.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Elhiya Ellis, Mer 5 Déc 2018 - 8:16



Dédale de carrelage


Suite de
LA partagés
Elhiya a 17ans


Le sourcil rehaussé à l’idée d’une araignée pistolet à eau qui puisse venir de la foret interdite, t’avais gardé sur le visage une moue contrite, partagée entre l’envie de lui dire que sa bestiole devait pas être bien grande pour l’avoir laissé partir sans lui avoir bouffé une jambe et .. et tu ne savais plus trop quoi. Les idées avaient tendance à se heurter les unes aux autres, à s’empiler les unes sur les autres pour que seules les plus « brillantes » n’arrivent à dépasser le stade d’arabesque de songes pour prendre forme au bout des doigts. L’explication du pourquoi du comment l’aguamenti mal dirigé sur l’enseignant, qui, de mauvaise foi, n’était même pas capable de soulever le travail et l’effort nécessaire pour balancer des sortilèges en étant aussi imbibée que la cascade sortant de ta baguette.

‘Fin c’était pas bien grave, tu commencais à prendre l’habitude. Il parlait maintenant avec une Bernadette, que tu cherchais en remuant vigoureusement la tête, de gauche à droite, plissant les yeux vers le couloir piscine pour essayer de voir une silhouette quelconque, mais tout ce que tu voyais c’était de l’eau. « Qui ? ». Nan, mais, il s’en fichait pas mal de ce que tu disais, car omnibulé  par le retour d’une arachnide invisble, v’la que fallait que tu regardes le mur derrière toi. Comme si ce genre de chose pouvait fonctionner !?! Ah…. Bah, à filer ton LA comme ça à tout le monde et n’importe qui, maintenant tu te faisais avoir par ces bassesses enfantines et regardais en direction des magnifiques pierres du château, comme si tu ne les voyais pas assez depuis 6ans. Du coup, « Hoooo un mur » Bah oui, pas grand-chose de plus à observer, autant l’avouer.

Tu te demandais quand même si Lival n’était pas un de ces espèces de médium moldus, qui voyaient des choses inexistantes, juste pour réclamer deux gallions. Par contre niveau portemonnaie, fallait pas pousser, tu passais ton tour. Et prête à t’offusquer t’aller te retrouner pour râler quand une douche glaciale collait aux cheveux, aux vêtements sous un air de déjà-vu. « pu*ain ! T’es relou » Ouai, soft sur les insultes, parce que les murs –enfin les tableaux- avaient des oreilles dans ce château, alors avant d’utiliser un florilège de petits noms d’oiseaux  tu fronçais les sourcils, plantais un regard noir –bien que vitreux- sur Lival, l’envie de lui demander s’il avait un souci avec les prénoms ou même tes propres vêtements. Car d’un short et un d’un top d’origine blanc t’étais bonne pour finir en bikini , vu que vous aviez à vos pieds le complément de ta piscine, c’était peut etre un message caché, par contre, pour que tu le comprennes il aurait fallu qu’il t’appelle autrement que Polydent.

Papillonnement de cils mouillés sans comprendre la référence au dentier que l’enseignant proche de la retraite devait très certainement porter et coller grâce à cette pâte à dent (pate à gencive ?), tu t’exclamais juste « Kit de quoi ? Nan mais nan ! C’n’importe quoi ! » Oui, depuis le début de toute façon, depuis le principe d’une entrevue dans un pub hein… Mais soit ! S’il n’y avait que ça qui te perturbait, ca lui laissait le temps de geler le sol, de faire une belle patinoire et se la péter allégrement, alors que vu l’expérience en sortilèges au bout de ses doigts, tu aurais plutôt pleuré de rire s’il s’était loupé. Donc pour les confettis, les paillettes, les pompomgirls, faudrait qu’il repasse plus tard. Au roulement d’yeux exaspéré tu haussais les épaules, laissais une moue boudeuse prendre place à tes lèvres et croisais les bras « C’pas la matière que t’enseignes normalement ? a moins que ce soit l’art de la poterie ? » Après tout… Heureux comme un pape à sa transformation, il était peut-être prof d’arts plastiques en fait.. Air bougon aux joues, tu relevais les yeux sur sa trop grande fierté et ses explications bancales.
Vla que maintenant il partait dans l’hybridation d’animaux. Encore une fois. Un poulpe araignée… T’avais grimacé en t’imaginant le bestiau assez dégoutant, concédant que tu voulais pas te faire mordre par ce genre de chose. Par rien du tout en fait, même pas par Lysse, Muffin te mordillait déjà assez régulièrement comme ça… Fuite de réflexions assez étranges, fuites de pensées qui revenait sur votre sol à la disparition de l’autre sur le nouveau terrain de jeu. Trop de vantardise, dans la voix, dans les doigts, ca pouvait pas duré d’autant qu’il semblait aussi doué que toi lors de ton premier cours de patin a glace. « Ouai, ouai, tu géres… r’gardes devant toi plutôt… » Et bah non, hein écouter les conseils s’trop demandé de toute facon… Un éclat de rire t’échappait en le voyant s’étaler de tout son long, au moins il irait plus vite comme ca.

Sans un mot de plus, du mettait prudemment un pied sur la glace… a non, au diable la prudence, avec 4ans de cours privé de patinage avec Eurydice, tu t’estimais capable de gérer même bourrée. Un pas sur la glace, puis un seconde, puis tu poussais un peu et te laissais glisser, seul soucis : pas de patins = pas de frein alors pour t’arrêter au niveau de l’enseignant sans lui utiliser un mur pour ralentir ta course c’était compliqué. Résultat, tu passais devant en tirant la langue, faute de mieux. « Vla suffit de s’laisser porter ! » et regarder devant avions nous dit..
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Evan, Ven 7 Déc 2018 - 9:29







J'avais pas écouté ses quolibets qui avaient fusé avant que je n'ose aventurer un pied sur la matière glissante. Et si que j'avais pensé que c'était une super idée de me retourner pour zieuter derrière moi en même temps que je glissais, à la seconde où j'ai senti que je déviais j'ai regretté. Et que dire du choc, le côté gauche de la face dans le mur, et tomber sur le cul dans la foulée, encore une fois j'arrivais à me parer de ridicule et il fallait que je trouve un moyen de m'en sortir.

« Taaaaiiiiiin ! Y avait un trou dans la glace et mon pied s'est coincé dedans ! Sinon j's'rais déjà arrivé au bout ! »

La vérité c'est que ça m'avait sonné, et le choc avait même fait réagir quelques relents de vodka qui vinrent me donner une vieille image trouble de la réalité, genre la glace elle penche de droite à gauche et de gauche à droite suivant comment je bouge mes zoeils !

« Supeeeeeeeeeer même la glace elle bouge de ouuuuuuuuuuuuuuf ! »

Les yeux qui jouaient toujours des maracas, je voyais la blonde qui passait près de moi en faisant genre c'est easy et en se permettant de me tirer la langue !

« Ouais ouais, fais donc gaffe Ginette y a surement d'autres nids de poule sur la route ! »

C'était mort, je devais me ressaisir, même pas moyen que j'arrive au bout une heure après elle. Mais voilà, se relever, avec la tête qui tourne, c'était pas le plus évident non plus. Résultat, j'adoptais d'abord une position peu académique. 'fin, j'essayais de prendre appui sur mes mains pour me hisser debout, mais un pied ripa et je me retrouvais de nouveau étalé au sol, mais cette fois sur le ventre, des fois que j'avais envie de bouffer de la glace.

Espérant qu'elle m'ait pas vu, j'essayais de me stabiliser cette fois en me mettant d'abord à genoux, une main contre le mur qui lui aussi semblait se mouvoir en une danse ondulée genre c'est la méga teuf à Poudlard je me prends pour une danseuse brésilienne. Bref, au mur pas droit, à la glace pas droite, au cerveau certainement pas droit, la mission était bien périlleuse. Mais c'est là que j'eus la joie intérieure en entendant Patricia qui lâcha un petit cri en se viandant plus loin. Bon, j'avais pas vu sa chute, trop occupé à trouver un semblant d'équilibre, mais me foutre de sa gueule sa par contre, carrément que je pouvais.

« Bah voilà ça fait la maline ! Résultat toit aussi tu goûte la glace ! C'est parce que tu avais pas pu finir la tienne dis ? Et tu vois que je t'avais dit de faire gaffe aux nids de poule, y en a plein sur les routes moldues ! »

La vérité c'est qu'elle était pas loin du bout du couloir n'empêche ! Heureusement que j'avais pas parié comme pour les z'arbres sinon qu'elle m'aurait battu à plate couture. Quoi que j'aurais jamais eu l'idée de la défier en couture, faut pas déconner non plus. Arrivant à me remettre sur mes pieds, constatant de la toujours non droititude de la route glacée, j'en menais pas large, et je glissais prudemment en regardant cette fois devant moi. Par un miracle incroyable, j'arrivais jusqu'à elle, même si j'avais certainement mis plus de temps pour la même traversée, grand sourire aux lèvres qu'elle se soit rétamée, me permettant d'applaudir après avoir réussi à m'arrêter contre le mur un mètre plus loin.

« Tu regrettes pas d'avoir mis un short là hein ! Pas trop froid au cul ? Moi ça va à l'aise ! »

Grand seigneur, je m'approchais d'elle et de sa moue boudeuse pour lui tendre une main et l'aider à se relever, l'autre appuyée fermement sur le mur. J'étais pas sûr que c'était une bonne idée, j'étais même pas sûr d'en avoir eu une seule de la journée d'ailleurs... Mais pour une fois, j'avais pitié d'elle, après tout elle n'avait usé d'aucun sort contre moi depuis... oulà trois bonnes minutes, 'fin de toute mon cerveau s'était perdu depuis. Bref, fallait surtout éviter que je me re gamelle comme un bouffon.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Elhiya Ellis, Ven 7 Déc 2018 - 21:21



Dédale de carrelage
 

Suite de
LA partagés
Elhiya a 17ans

Tu te marrais, alors que sans patin, pour freiner t'étais mal barrée. Vague souvenir d'une patinoire parisienne, d'un arrêt d'urgence dans ton élève du soir, de devoir le réchauffer... et puis Vla que Bidule hurlait contre des poules ou leur nids. Alors adieu chocolat chaud déversé chaudement dans l'efluve brûlante d'un moment passé, tu regardais machinalement la glace qui te semblait juste vachement brillante. "Mais quelle poule? Faut consulter à force hein!" Car là c'était une idée fixe, encore plus que celle du sol qui bougeait. Ça tu validais de toute façon, car même les murs et le plafond se tortillaient désagréablement. Surtout quand tu secouais la tête pour t'adresser à ton interlocuteur.

Perte d'équilibre ou du moins paillettes qui venaient à l'attaque en vengeance des poules que tu ne voyais jamais sûrement, tu te retrouvais à faire des moulinets avec tes bras pour te stabiliser. Toute fière car tu te gamellais pas, comme le membre de secte à gallinacés, ton exclamation de joie couplée au besoin de te la péter s'arrêta net dans le virage du couloir. Minois intercepté en premier lieu par les briques du mur, puis postérieur accueilli gracieusement par le sol glacé, dans un second. T'avais couiné avec la même discrétion qu'auparavant, attirant l'attention de ce qui se devait être un adulte responsable.

Moue boudeuse, sourcils froncés, tu regardais en sa direction, l'envie de lui dire d'aller se faire ****** brulant la langue. "Pfffff si t'es pas content jte pomme d'abord". Bon si toi tu te comprenais c'était l'essentiel. Pas sûr que Bidule, lui, comprenne grand chose à  l'insulte fruitée. Mais soit, c'était pas comme s'il était possible d'utiliser le verbe "pommer"comme il fallait ici. Plus tard peut être... Enfin, au lieu d'epiloguer sur ta logique alcoolisée, autant revenir à ta tronche de gosse capricieuse et vexée pendant que Lival te rejoignait. Les bras croisés, t'avais même pas cherché à te relever et d'un regard noir et trouble tu accueillais son arrivée.

Bon seigneur il t'offrait un coup de main, qu'en bonne princesse tu refusais en détournant violement ta tête sur le côté. "Ça ira merci. Mon p'tit short et moi on peut s'démerder sans toi!". Un coup d'oeil derrière un haussement de sourcil suffisant, tu relevais le nez de manière altière, esquivais sa main et utilisais les deux tiennes pour te pousser sur la glace, glissant sur les fesses. Quitte à avoir froid au popotin autant quitter les lieux avec un minimum de dignité.. enfin... pas sure que ce soit encore possible.."J'te dis pas merci! Bon courage pour rentrer!" Sourire narquois laissé à sa vue avant de disparaître jusqu'à l'entrée  de la salle commune. Maintenant.. se relever et éviter  les remontrances de Jace..

[Départ de Lhiya]
[Merci 🍎]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Couloir du sous-sol

Message par : Evan, Lun 10 Déc 2018 - 16:10







J'étais content de moi, j'étais pas le seul à m'être vautré lamentablement, ce qui lui aurait permis de me charrier bien longtemps avec ce souvenir. Là au moins, elle aussi goûtait à la glace par le popotin, et bien que j'étais là, main tendue vers elle pour la relever, intérieurement j'étais satisfait de savoir que je ne serais pas la risée de toute l'école, ou alors elle le serait avec moi.

J'avais haussé un sourcil surpris à sa... remarque. Qu'est-ce que ça voulait dire d'abord "jte pomme" ? Elle voulait me balancer des pommes ? J'avais une tête de golden peut-être ? Vu la phrase, ça pouvait très bien dire "je t'emm*rde", et d'ailleurs le regard qu'elle m'avait balancé et sa moue blessée dans l'orgueil me disaient que c'était certainement ça, même si je m'abstenais de lui demander. J'éclaircirais peut-être ça une autre fois, me disant que c'était certainement sous alcool que lui venait un tel mélange et délire de mots. Et qu'il fallait peut-être une association de situations pour faire éclore pareille allusion.

Et voilà qu'elle me fuyait carrément, posant un lapin à ma maint tendue généreusement pour l'aider, accompagner par quelques mots qui criaient sa vexitude puissance mille. A croire que je l'avais offensée à parler de son short, pas de ma faute si elle avait pas su freiner une fois arrivée au virage et s'était mangé le mur de plein fouet ! Les hormones peut-être, c'était peut-être pas la bonne semaine pour la blonde et du coup elle était irascible. C'était bien ma veine, mais ça expliquerait pas mal de choses...

« Ok ok... Bah écoute démerdez-vous alors tes fesses et toi ! Tu te plaindras pas genre je t'ai pas aidée, alors que tu t'es vautrée toute seule ! Ok y a peut-être eu un moment dehors où c'était un sort de moi et pas les z'arbres qui t'avaient visé, mais là j'y étais clairement pour rien ! Je pense t'as loupé des cours de tournitude en patinage, j'vois qu'ça !»

A peine j'avais fini qu'elle se faisait déjà la malle ! 'fin elle faisait pas ses valises, mais elle avait esquivé ma main, et, plutôt que de se relever, avançait sur la glace en se poussant de ses propres mains, m'envoyant un "Pas merci" et me souhaitant bon courage pour rentrer, disparaissant peu après vers l'entrée de la salle commune. J'en profitais pour lâcher quelques quolibets bien venus sur son ingratitude.

« Ouais c'est ça Raymonde ! Bah pas merci à toi non plus hein ! La prochaine fois je te laisserais payer ça te fera les ailes ! Ou tu pourras te casser une jambe que je viendrais pas t'aider na ! Et j'essaierais pas de te raccompagner pour prendre soin de toi parce que j'étais le seul sobre de nous deux d'abord ! Je suis sûr que tu pues encore la vinasse ! Et j'ai pas b'soin d'toi pour rentrer t'façon, je sais parfaitement où sont mes marches jusqu'à chez moi !! Bon vent ! »

Mauvaise foi de sortie, autant gueulé sur une porte déjà fermée, ça aidait pour l'égo et oublier que j'avais gerbé plus tôt dans le couloir et les conneries nées sur le chemin du retour. J'avais pas pensé un instant que cette entrevue durerait aussi longtemps. Certainement dû à la vodka qui avait considérablement rallongé le chemin du retour. Tout ce que je notais, c'est que si elle avait des dossiers sur moi, au moins j'en avais sur elle aussi. A ce compte là j'étais rassuré. Restait plus qu'à essayer de rentrer tranquillement à mon appart, et nettoyer un peu le bordel fait sur notre passage. Au moins, s'il m'arrivait malheur, je serais seul pour le voir...

Fin du RP
[Merci à toi 🦄]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Couloir du sous-sol

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 35 sur 35

 Couloir du sous-sol

Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 33, 34, 35

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Cachots-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.