AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 8 sur 11
Devant la salle commune
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Devant la salle commune

Message par : Lizzie Bennet, Ven 12 Juin - 23:30


RP avec Ebenezer Lestrange

Ces temps-ci, Bennet avait pris pour habitude d'éviter la salle commune des aigles. Sérieux, une Mary en larmes, c’était un Inferius, en moins drôle. Non mais c’est vrai, au moins les cadavres magiques ça obéit. Tu peux en faire tout plein de choses. Une soeur en pleurs, bah tu sais pas comment la gérer. C’est pas comme un élève que tu colles pour perturbation de l’ordre public, t’sais, c’est ta soeur, t’es censé faire preuve de sympathie. Alors que c’est Mary quoi, la sympathie avec elle n’a rien de naturel. Fin bref. Finalement, t’en, enfin Liz, en avait plus rien à secouer de Mary. Feu, chaleur ou lumière ne la détruiraient jamais autant qu’un Piètre en Métamorphoses de toute façon. D’ailleurs, en toucher un mot à Quinn serait une idée, mais jamais elle accepterait... Ou alors elle pouvait se contenter de la droguer ? Le kiwicot rendait moins efficace en cours, ça, la préfète l’avait appris à ses dépens.

Mais après tout, quelle importance ? Non, ce qui comptait, c’était de retrouver son crétin d’ami. Pas besoin de dire meilleur, c’était le seul, mais elle s’ennuyait et avait envie de foutre un peu de bazar dans Poudlard en ce début de soirée trop chaud. Elle n’avait plus de whisky, rien de rien. Pis bon, le club de Kholov, c’était bien sympa dans l’idée, mais les privilèges sans prise de risque, ça servait à quoi ? Bref. Il lui fallait ce crétin fini pour s’amuser un coup.
- EBENEZER LESTRANGE, MS BOCCINI M’ENVOIE VOUS DIRE QUE VOUS ÊTES COLLÉ JUSQU’À NOUVEL ORDRE.
Non, avec cette annonce il n’y avait aucun moyen de faire angoisser le bleu et bronze, mais à minima, les plus abrutis des jeunots comprendraient que c’était important et iraient le chercher. Potentiellement en s'agitant et piaillant, ce qui le mettrait de mauvais poil, activité qui détendait toujours la septième année.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Devant la salle commune

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 12 Juin - 23:57


Assis sur son lit, l'ex-préfet jouait aux fléchettes. Dix points s'il touchait le masque d'un mangemort, cent points s'il avait l’œil du phénix, mille point pour l'emblème toute moche des aurors... Chouraver une des affiches du ministère collées dans tous les lieux publics avait été une chouette idée. Il avait une cible du tonnerre maintenant et tous ses camarades pro-ministère ne pouvaient pas la rater. De la provocation? Où ça? La salle commune des bleus était nulle, surtout si c'était pour voir Bennet number 3 chouiner pour une raison inconnue ou se prendre (encore) la tête avec Shake. Le dehors était interdit sous peine de réprimande kholovienne. La vie devenait franchement pénible .

Il ferma un œil, prit une nouvelle fléchette, pointa le M majuscule et... L'envoya en direction d'un gamin qui n'avait rien à faire dans le dortoir des sixièmes années. Bim! Entre les deux yeux! Le mioche était tout sanglotant maintenant. D'un côté, c'était pas la faute du brun si les petits s'amusaient à entrer en douce dans les chambres des autres.

- Qu'est-ce tu veux? questionna-t-il, absolument pas agressif.

Ebenezer écouta le récit du morveux. Une préfète devant la salle commune avait hurlé qu'il était collé avec la prof de DCFM. C'était plutôt cool. Une retenue avec une belle blonde moins pénible qu'une préfète et qui lui apprenait tout plein de trucs. Il s'extirpa donc de son dortoir pour voir de quoi il en retournait, sortit de la salle commune en douce et tomba nez-à-nez avec Lizzie. Pffff, ça puait l'arnaque à trois kilomètres.

- T'es vraiment devenue le pigeon voyageur de Boccini ou alors tu pouvais plus te priver de ma présence une seconde de plus ?

Il aurait peut-être pu commencer par un bonsoir sauf que les dingos qui enfermaient les gens dans des salles après les avoir ligotés ne méritaient pas qu'on gaspille sa salive en politesse. Il n'aurait pas du sortir, il faisait trop chaud et on allait lui piquer ses fléchettes. D'ailleurs, il lui en restait une dans la main. Il la glissa dans sa poche, ça pouvait toujours servir.

- Qu'est-ce que tu veux? demanda-t-il pour la deuxième fois de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Devant la salle commune

Message par : Lizzie Bennet, Sam 13 Juin - 0:27


Après un départ agité de mioches tellement en folie à l’idée qu’un ex-préfet ait des ennuis -quoi ça voulait dire que même l’insigne que papa et maman leur conseillaient de viser ne rendait pas intouchable !- qu’ils s’y prirent à six pour faire céder l’aigle, Bennet savoura le silence. C’est vrai qu’ici, les chieurs taffaient, mais au moins, l’idée ne leur venait pas de faire suer leurs ainés avec des histoires à dormir debout. Puis la porte s’ouvrit. Ebenezer avait l’air content en sortant, sans doute avait-il capté que... Ah non. Son regard se durcit, ses sourcils se froncèrent, il attendait p’t-être Lilith, une bleue, Aapussy, ou Shela ? Pas fût-fût ce type, vraiment.

- T'es vraiment devenue le pigeon voyageur de Boccini ou alors tu pouvais plus te priver de ma présence une seconde de plus ?
- Tu couches vraiment avec Windernewb ou tu verses dans la molduphilie ? répliqua la Poufsouffle, disant la seconde part de sa phrase un peu plus discrètement. C’est vrai quoi, fallait être un peu toqué pour pour préférer à un hibou fiable un pigeon incapable de trouver la destination dans 99% des cas. Et encore, elle était mauvaise en maths, ou plutôt elle ignorait l’existence de cette matière, les probabilités pouvaient être pires que ça ne l’aurait pas surprise.

Puisque nulle réponse ne pouvait être nécessaire, elle roula les yeux, sentant une joute verbale faite pour durer.
- Qu'est-ce que tu veux?
Ah non, peut-être ne serait-ce si long que ça. Il devait savoir que son mauvais caractère triomphait toujours, depuis le temps, songea la septième année. A quoi bon perdre du temps à mentir, alors ?
Être distraite. Et non, j’ai pas de boursouflet sous la main, j’ai fait cramer le dernier que j’ai vu. T’as pas des ragots pour moi ? Si ça permet de virer Fudge, je te le revaudrais, et pas en pâquerette, compte sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Devant la salle commune

Message par : Ebenezer Lestrange, Sam 13 Juin - 1:00


Coucher avec Winderfelt... Coucher avec Winderfelt le prof des trucs moldus... Coucher avec Winderfelt le client pénible de la TS... Coucher avec THEODORE Winderfelt... Beurk ! Ça n'allait pas du tout. Prof c'était mal-payé, il donnait pas de pourboire, il n'était pas blonde et, pire, c'était un mec. Alors non merci, il avait pas trop envie de tester pour le moment. Puis l'accuser de molduphilie, c'était tellement pas plausible que ça lui passait par-dessus la tête. Les pigeons voyageurs, c'était juste méga-connu et Lizzie ressemblait plus à un pigeon qu'à une chouette d'abord. Passant l'éponge parce que le silence était le meilleur des mépris et surtout parce qu'il était au-dessus de tout ça, il enchaîna. Il voulait retourner à ses fléchettes lui.

- Être distraite. Et non, j’ai pas de boursouflet sous la main, j’ai fait cramer le dernier que j’ai vu. T’as pas des ragots pour moi ? Si ça permet de virer Fudge, je te le revaudrais, et pas en pâquerette, compte sur moi.

- Et Delaube, hein? Tu pouvais pas aller faire emmerder Delaube plutôt ?

Il ne lui dit pas mai lui aussi avait besoin de distraction autre que trouer des affiches de propagandes. Il fit signe à Lizzie de le suivre et il s'éloigna de l'entrée de la salle commune, loin du poseur de questions débiles. Bon, le problème c'était que Bennet voulait papoter et que c'était pas vraiment son fort. Des ragots, hein... Pas sur Fudge en tout cas, Ebenezer n'était pas le genre d'élève qui allait en cour d'histoire de la magie. Pas le genre d'élève qui n'avait ne serait-ce que l'idée d'y aller. L'histoire n'avait pas changé depuis trois mille ans, il se passait toujours les mêmes trucs en 1453 alors il allait pas s'embêter à venir dormir en cours alors que lire un seul bouquin sur le sujet de toute a vie lui avait suffit.

- J'connais pas Fudge... Par contre j'ai un truc sur Izsa. Elle est venue à la TS l'autre soir et accompagnée...

Il n'acheva pas sa phrase, juste pour faire durer le suspens.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Devant la salle commune

Message par : Lizzie Bennet, Sam 13 Juin - 1:24


- Et Delaube, hein? Tu pouvais pas aller faire emmerder Delaube plutôt ?
Delab ? Mais genre elle avait une gueule à emm*rder Delab. Non, ça, ça la divertissait presque plus. Il avait plus son badge, c’était super facile pourtant, mais justement, y avait aucun challenge. Il était juste pénible . Non, une fois par mois à peu près, il était intéressant. Et non, c’était pas les règles qui lui donnaient du caractère, mais presque : c’était un lycan. Si si ! Le pitit Delab avec des crocs. Elle avait hâte de le voir. Mais elle se doutait qu’il serait plus près du chien que du loup. Elle était quasi-certaine qu’aucune malédiction ne saurait aller contre la puissance du conventionnalisme de l’extrême, de la docilité d’un néo-réac en puissance. Fin bref, n’ayant pas l’envie de gaspiller des gallions sur une potion vive-loup pourtant probablement aussi efficace que les autres articles de la BAMN, elle réservait la recherche de la présence de son ex-chieur-de-collègue à 12 ou 13 occurrences par mois, au gré des convulsions lunaires. Le reste du temps, il lui fallait l’empêcheur de tourner en rond n’agissant pas contre les fauteurs de trouble mais contre l’ordre.

Pis attendez, depuis quand accorder son hors norme présence relevait d’un emmerdement pour qui que ce soit ? Avec quelques siècles de retard, la blairelle tiqua silencieusement. Il allait lui payer. Si elle trouvait quoique soit permettant de lui crever les yeux...

- J'connais pas Fudge... Par contre j'ai un truc sur Izsa. Elle est venue à la TS l'autre soir et accompagnée...
Ah, non, oubliez ce que je disais, fin ce qu’elle pensait, fin c’est la même chose, soyons honnête quant à la schizophrénie latente de tout RPGiste, de tout auteur. Bref, oubliez, car là, la préfète ne cherchait plus d’objet pointu et/ou chaud. Non, tout ce qu’elle voulait, c’était lui tirer les vers du nez, ou plus précisément le nom des amygdales. Que ouais, la Serpy, elle était assez mystérieuse, pour Bennet. Pour dire, elle peinait encore à saisir les différences fondamentales -dans le caractère s’entend- la distinguant de Lil. Quelles fréquentations pourraient être si intéressantes que son ami lui en parle ? Oh, yeah, un prof viré à l’horizon !
- Rurik-Dey-West- atta non, c’est une femme ? Non mais je sais, j'parie qu'elle a bons goûts, mais ça m'arrangerait pas de virer Bocci, c'est la seule prof cool entre ces murs...
Pensée n°1 : J'viens de dire que coucher avec Bocci c'est avoir bon goût où je rêve ?
Pensée n°2 : Attendez, Zsa, elle est open aux femmes ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Devant la salle commune

Message par : Ebenezer Lestrange, Sam 13 Juin - 1:42


Et voilà, maintenant il pouvait contempler le spectacle de la jaune qui se creusait la cervelle. Il pouvait pratiquement entendre les synapses s'échanger des messages et tout... Sauf que Bennet n'avait pas de neurone, il ne fallait pas l'oublier. Peut-être qu'il devrait pas le dire pour Izsa et Ashton parce qu'Izsa était quand même super cool alors que Lizzie virait très rapidement au  super-pénible ...

- Rurik-Dey-West- atta non, c’est une femme ? Non mais je sais, j'parie qu'elle a bons goûts, mais ça m'arrangerait pas de virer Bocci, c'est la seule prof cool entre ces murs...

Il haussa les sourcils. Pourquoi la verte devait se taper obligatoirement des profs ? Tout le monde n'était pas gérontophile sans compter que niveau respectabilité, c'était moyen moyen de se taper des élèves quand on était prof, voir même carrément dégueulasse. West à la limite ça passait... Mkrovsk et Dey, fallait pas déconner. Boccini était définitivement la seule prof qui mériterait une autorisation pour fréquenter des élèves et ce uniquement parce que c'était bel et bien la seule prof cool du château of course.

- Perdu... chantonna-t-il.

Arrivait son moment préféré. Celui où le mystère n'était toujours pas levé et la solution ne se pointerait pas si facilement. Il n'allait quand même pas donner des infos comme ça sans contrepartie. Surtout quand ça concernait une amie et un dealer, deux personnes plutôt essentielles pour faire tourner Poudlard à peu près correctement. Le chantage, c'était la vie et il avait lui aussi besoin d'information vu son statut d'espion.

- La suite dés que tu m'auras raconté un truc intéressant. annonça-t-il innocemment.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Devant la salle commune

Message par : Lizzie Bennet, Sam 13 Juin - 23:51


- Perdu...
Là, il y avait un truc qui lui échappait. On parlait bien de virer quelqu’un, hein ? Et plus important, quand il disait perdu, c’était pour les noms cités ou le fait que ce soit d’une femme que Zsa avait été accompagnée ? Que l’information était relativement capitale. Elle peinait à l’imaginer avec Lilith, ou sinon l’aiglon l’aurait pas annoncé comme ça, pis de toute façon Lilith était qu’une élève donc elle n’entrait pas dans les possibilités. Voyons. Quinn avait un beau petit cul, d’après les rumeurs de promotions antérieures ; certains racontaient qu’une magnifique supercherie l’avait conduite à un face à face en sous vêtements avec c’te bonne vieille cruche de Reny. Ah, pis Wells pouvait se montrer assez dévergondée et déshabiller tout ce qui passait pour un oui, pour un non. Mais si elle ne regardait pas dans le bon genre, de qui pouvait-il s’agir ? Oh, y’avait Proulx aussi qui était pas mal ! Grand, musclé, non sérieux sans costume de licorne le capitaine de Quidditch des Serpyllères pouvait avoir son charme. Ah, pis Riu, qui était un peu ralenti sur les bords, était sans doute baisable selon les goûts des uns et des autres.

Mais si elle faisait fausse route ? Si l’ex-préfète était passée à un niveau supérieur ? Un scandale avec Kholov devait suffire, s’il éclatait médiatiquement, à le virer. Non ? Que dalle, il tarderait pas à ce point sinon, il aurait déjà convoqué la Gazette, Magic’tualité, mais aussi le Chicaneur, Sorcière Hebdo voire l’Heliopathe. Quoique, les derniers pouvaient jouer contre leur crédibilité. Ou alors était-ce un moyen de toucher tous les lectorats ? Fin de toute manière, il le faisait pas, donc ça devait pas être Kholov, donc Zsa n’était pas gérontophile, et en fait, à titre personnel, ça rassurait Bennet. Bref, son unique neurone ayant carburé sans aboutir à une solution irréfutable, elle émit un sifflement de frustration.
- La suite dès que tu m'auras raconté un truc intéressant.
Truc intéressant ? Un chieur celui-là ! Mais il avait son attention. Pis vu qu'il avait l’air d’humeur à parler ragots relationnels, et qu'elle n'était pas prête à mentionner ceux qui incluaient des membres du personnel, elle répondit en haussant les épaules :
- J’aurais pu coucher avec Syverell, mais ce c*n de Delab a joué les prudes. De toute manière, mieux valait qu'il l'apprenne de sa bouche... Euh, c'était pas un plan à trois hein, on était juste dans son bar, crut-elle bon de préciser avant qu'un malentendu à gerber ne s'installe.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Devant la salle commune

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 19 Juil - 0:02


Beurk, mais beurk ! D'abord, depuis quand Lizzie déballait des trucs aussi facilement ? Puis Laurae, Mer**, a.k.a l'allumeuse de blondasse serveuse. C'était à cause d'elle qu'il avait eu le droit à une galoche de la part de Greyss. C'était pire que du manque de goût à ce stade. Et heureusement qu'elle s'était pas envoyée, ni même pensé à s'envoyer avec Delaube et Syverell. Partouze jaune pisse, pas d'image mentale, pitié le cerveau ! Il s'en foutait que Lizzie veuille se taper des filles, il s'en foutait même que la sorcière veuille se taper autre chose que des barres de rire avec son poto préféré, mais quand même, qu'elle vise un peu plus haut que la meuf qui draguait tout ce qui bougeait et avait une paire de seins.

- J'espère sincèrement que t'étais bourré, déclara-t-il, écœuré.

Syverell quoi... Limite Delaube était moins dégueu. En fait nan, les deux se valaient. Il secoua la tête carrément dégoûté. Lizzie devait avoir fini la bouteille de whisky pour arriver à ce stade. Laurae c'était quand même la fille increvable de DCFM qui continuait à se la péter avec un bout d'arbre dans le torse... Le côté positif c'est qu'il avait un sale dossier sur la pouffy maintenant. Son ragot à lui faisait clairement pas le poids.

- Bon, je finis... Za, la dernière fois, elle était dans mon bar avec le dealeur de kiwicot. Ils ont même pris une chambre et tout ! Mais je t'avais demandé un truc intéressant par contre, pas un truc dégoûtant.

Il jeta un coup d'oeil à sa montre. Il était plus que temps de rentrer dans leur salle commune respective ou de partir en vadrouille. Rester sans bouger était risqué désormais.

- Juste, qu'est-ce t'as fait à ta bleue de sœur pour qu'elle n'arrête plus de chialer ?

Ça faisait quelques jours déjà que Bennet n°3 alimentait la pollution sonore de la salle commune à 90% et dire que ça commençait un peu à agacer le brun était un euphémisme. Il avait réglé le problème une ou deux fois par un silencio mais quand même...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Devant la salle commune

Message par : Lizzie Bennet, Sam 8 Aoû - 16:32


Les différentes mimiques qui se succédèrent sur le visage de Lestrange valaient toutes le coup d’oeil. Du dégout, du dégout, et re du dégout. Sous toutes ses coutures. Elle avait jamais fait gaffe, mais c’est clair qu’il avait un visage vachement expressif ! Quand il ouvrit la bouche, il ne fit que confirmer ce qu’elle devinait :
J'espère sincèrement que t'étais bourrée.
Il était le seul à ne pas être au courant. Pourtant, après que Delab l’ait balancée on-sait-pas-trop-où (j’dirais chez Blanchet mais la flemme de vérifier), elle en avait eue, des remarques, venant parfois de purs inconnus. C’est dingue ce que le piaf n’avait pas un oeil d’aigle. Ceci dit, elle comprenait assez sa réaction. Bécoter de l’élève n’était vraiment pas son genre, et Laurae, elle s’en tapait un peu avant la soirée. Elle était passablement bonne pour son âge, s’était trouvée là quand Bennet avait les hormones en pagaille, et avait montré qu’il fallait parfois moins d’un Cupidelfe pour qu’elle ait envie d’embrasser une fille.

Révélation pour le moins avantageuse pour la suite des événements, puisqu’elle lui avait permis de se jeter jambes ouvertes sur Lawson, Bocci ou Dowell. Pour ce qui était de l’alcool en revanche... Elle se rappelait vraiment pas de ce qui était passé dans sa gorge ce soir là, mais pour se mettre une mine, elle préférait le faire à moindre coup au Chaudron, donc elle devait pas être si ailleurs que ça. Boh. T’façon, ce qui importait, c’est qu’elle lui avait filé une info qu’il aurait pu avoir depuis trois mois et allait, en échange, en savoir plus sur Zsa. Trop easy.
- Bon, je finis... Za, la dernière fois, elle était dans mon bar avec le dealeur de kiwicot. Ils ont même pris une chambre et tout ! Mais je t'avais demandé un truc intéressant par contre, pas un truc dégoûtant.
Oh. Non. Pas une meuf, pas de quoi virer du staff. Que franchement, Parker était utile au bien-être de la populace de Poudlard, avec du matos utile et un esprit relativement intéressant. Elle avait pas de raison de le faire dégager. Une moue déçue, elle rétorqua « Rah parce que ça c’est intéressant, hein. Tu vires qui avec ce type d’info ? » Question purement rhétorique, bien sûr. Elle avait le sentiment qu’il ne comptait pas beaucoup l’aider dans son effort de nettoyage.

- Juste, qu'est-ce t'as fait à ta bleue de sœur pour qu'elle n'arrête plus de chialer ? Moi ? Pourquoi c'est toujours MA faute ? Namého. Pis les mecs tournaient toujours autour du pot ; c’était tellement plus facile d’aller droit au but.
- Ah, c’était ça que tu voulais savoir ? Fallait juste demander, hein. Tout va très bien, tout va très bien, on déplore un tout petit rien, un incident, une bêtise : la mort d’un des boursouflets, pis la maison qui a flambé, et une d’mes soeurs incinérée. Euh, tu te rappelles, quand t’étais venu chez moi avec ta sale gueule de chien errant foutu à la rue par des parents stupides, t’avais pu rencontrer mes soeurs ? Bien. Les deux plus jeunes là, t’pouvais pas trop les saquer, bah y en a une qui est morte. La plus... jeune. Vieille pardon. Roh je sais plus, j'crois que c'est ça, Kitty quoi, j'crois pas que tu fasses la différence. Elles ont fait les connes avec du feu, j’avais laissé du matos expérimental trainer, et ça a pris des proportions pas très raisonnables. Pis Mary, peu douée pour relativiser, a inversé l’équation, après  les flammes, les larmes. Une pause. C'est vrai que sur le coup, la préfète en avait voulu à la terre entière. Elle avait même viré dingo et eut un rêve bizarre où elle incendiait un moldu-zombie avant de coucher avec un loup-garou. Fin c'était loin derrière, presque un mois maintenant. Maintenant, quand elle en parlait, elle cillait pas. L'être humain est bizarre. J'ai chaud, on bouge ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Devant la salle commune

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 23 Aoû - 16:59


Lizzie trouvait son information n'était pas intéressante... Qu'elle aille se faire voir ! Parce que son potin à elle n'était pas super intéressant non plus, il était juste crade. Alors que savoir qu'Izsa avait des relations avec un dealeur de kiwicot, c'était trop pratique pour avoir droit à des promos sur la drogue. Voir même des ventes privées. Ebenezer, qui s'y croyait déjà, nota dans un coin de sa tête qu'il devait en toucher un mot à Izsa.

- Ah, c’était ça que tu voulais savoir ? Fallait juste demander, hein. Tout va très bien, tout va très bien, on déplore un tout petit rien, un incident, une bêtise : la mort d’un des boursouflets, pis la maison qui a flambé, et une d’mes soeurs incinérée. Euh, tu te rappelles, quand t’étais venu chez moi avec ta sale gueule de chien errant foutu à la rue par des parents stupides, t’avais pu rencontrer mes soeurs ? Bien. Les deux plus jeunes là, t’pouvais pas trop les saquer, bah y en a une qui est morte. La plus... jeune. Vieille pardon. Roh je sais plus, j'crois que c'est ça, Kitty quoi, j'crois pas que tu fasses la différence. Elles ont fait les connes avec du feu, j’avais laissé du matos expérimental trainer, et ça a pris des proportions pas très raisonnables. Pis Mary, peu douée pour relativiser, a inversé l’équation, après les flammes, les larmes.

Ah ouais d'accord. Pour le coup, il se sentait tout c*n d'avoir posé la question surtout qu'il avait aucune idée de ce qu'il fallait dire dans ces cas là. Un boursouflet était mort quoi ! C'était absolument horrible... Ou pas. La maison des Bennet cramée l'embêtait déjà plus ? Où allait-il pouvoir squatter maintenant si toutes les sœurs de Lizzie viraient à la pyromanie. Quant à Kitty bah... C'était Kitty. Une morveuse grande gueule qui se croyait super belle alors qu'elle l'était pas et qui parlait shopping et garçons. Donc ouais, il pouvait pas la saquer et ça lui faisait pas trop de peine du coup qu'elle ait cramé. Mais d'un côté, c'était la sœur de son amie... Il essaya de se mettre à sa place cinq secondes avant de se dire que si Eléane crevait, il la ferait ressusciter comme ça problème réglé.

- Bah tu sais ce qu'on dit, une de perdue, dix de retrouvées...

Comment ça le proverbe ne s'appliquait pas aux sœurs décédées ?

- J'ai chaud, on bouge ?

Il hocha la tête et hésita un long moment avant de prononcer la phrase qui lui trottait dans la cervelle.

- S'tu veux, un jour, on pourra tenter un truc de nécromancie pour la faire revenir....

Et avant que Bennet n'eut le temps de répondre, il lui prit le bras et l'entraîna dans les couloirs, relançant un autre sujet de conversation.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Devant la salle commune

Message par : Elenna Benson, Mar 8 Sep - 3:03


Tour de garde.


Toute innocence triche.


P
oudlard… Cela faisait maintenant plusieurs années qu’Elenna n’avait pas mis les pieds ici. On était venu lui ouvrir le grand portail dès que le soleil s’était levé, illuminant de ses rayons le beau parc qui encerclait le château. A cette vision idyllique, un sourire vint traverser le doux visage de la jeune femme qui ne put retenir tous les souvenirs qui vinrent chatouiller sa mémoire, lui remémorant amis et ennemis, moments de détente et cours plus compliqués les uns que les autres. Mais elle n’était pas là pour étudier cette fois-ci, elle revenait en temps qu’adulte, pour son métier. Sa vie avait bien changé depuis la dernière fois qu’elle avait pénétrée dans l’enceinte de l’école de sorcellerie et ce n’était pas plus mal même si la nostalgie ne cessait de venir titiller son petit cœur.

La bâtisse l’appelait. Ce fut avec entrain que la demoiselle s’avança vers le château et y pénétra, regardant avec un certain émerveillement la vie naître petit à petit dans les couloirs. Abandonnée par son guide, l’Auror se mit en route pour le tour de garde qu’on lui avait assigné. Avant les grandes vacances, le Ministre de la Magie et le Directeur de Poudlard s’étaient mis d’accord pour intégrer les policiers magiques au quotidien des élèves. En effet, tout le monde était au courant que les mages noirs faisaient leur grand retour et s’amusaient à laisser des corps et des blessés sur leur chemin. La peur était partout, présente dans les pensées, incrustée dans les cœurs. Les tensions ne cessaient de s’insinuer dans les maisons, dans les magasins et tout le monde se demandait si les mages du mal ne faisaient pas de même. Et s’ils avaient réussi à engrainer des jeunes à l’école ? Et si le personnel lui-même était partisan de la magie noire ?

Elenna soupira avant de continuer sa lancée dans les couloirs qu’elle avait parcourus durant de longues années, arborant fièrement la couleur de la maison Poufsouffle. Les élèves sortaient peu à peu de leur salle commune, livres dans les mains et baguette prête à chauffer, les couloirs s’animant au fil des minutes qui passaient. Tout semblait parfaitement normal pour le plus grand plaisir de la louve mais elle savait qu’il ne fallait pas se fier aux apparences. Sous ses sourires enfantins, sous ses rires innocents et ses blagues de gamins, se cachaient peut-être des futurs meurtriers. Ce ne serait pas la première fois que les Mangemorts parvenaient à infiltrer Poudlard et à embrumer les cerveaux de jeunes sorciers. Sans perdre une miette de tout ce qu’il pouvait se passer, la belle parcourra de longues heures la château, passant devant son ancienne salle commune avec un brin de nostalgie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Devant la salle commune

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 11

 Devant la salle commune

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.