AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 12 sur 14
Les bois hurlants
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard

Re: Les bois hurlants

Message par : Azaël Peverell, Sam 22 Juil 2017, 06:20


Elle est d’accord avec toi. Alors tu te dis que vous pouvez toujours essayer. Tu ne sais pas trop comment vous allez faire ça, mais t’as envie d’y croire. Apprendre à respirer. Apprendre à vivre. L’un avec l’autre. Parce qu’après tout, vous êtes une famille à ce qu’il paraît. C’est que ça doit vouloir dire quelque chose. Prouver quelque chose. Sa question te fait baisser les yeux instant. Lui pardonner… Est-ce que vraiment, tu peux ? Ce n’est pas comme si tu n’avais jamais vécu cette situation. Un membre de ta famille qui te fait du mal, c’est un peu comme un running-gag. Mais il est loin d’être drôle. T’as jamais pardonné à ton père pour ce qu’il t’a fait. Parce que c’était fréquent. Habituel. Presque quotidien lorsque tu n’étais pas à Durmstrang. Et parce qu’il n’a jamais regretté. Pas une seule fois il ne s’est excusé. Pas une seule fois il s’est dit qu’il allait trop loin. Qu’il pouvait te perdre. Parce que cela ne lui importait pas.

T’avais beau essayé, faire de ton mieux pour le rendre fier. Ou au moins pour ne pas le mettre en colère. Mais rien n’y faisait. T’espères qu’Alhena est différente. T’as l’impression qu’elle l’est. Qu’elle tient vraiment à toi. Des fois. Clairement pas ce soir chez Evans. Mais t’es bien placé pour savoir que des fois, on se perd en chemin. Que les actes peuvent dépasser l’entendement. Si elle veut savoir si tu peux lui pardonner, c’est probablement que tu peux. Parce que tu ne veux pas la perdre alors que tu viens de la trouver. Et parce que toi aussi, tu as fait des choses pour lesquelles tu voudrais qu’on te pardonne. Alors tu hoches légèrement la tête en lâchant quelques mots.

- Je pense, oui…

Tes yeux se lèvent à nouveau vers elle. Comme pour lui prouver que t’es réellement prêt à passer à autre chose. Que tu ne vas pas lui en tenir rigueur pour ce qu’il s’est passé. Parce que toi aussi tu aurais préféré que ça n’arrive jamais. Mais vous allez devoir vivre avec, tous les deux. Et ce sera sans doute plus facile de le faire ensemble que chacun de son côté. Elle s’approche de toi. T’as envie de reculer, comme pour garder une distance de sécurité. Mais t’as peur qu’elle le prenne mal. Alors tu restes totalement figé. De toute façon, t’es complètement vidé de ton énergie, et t’as pas vraiment la force de t’éloigner d’elle.

T’as presque envie d’éclater de rire à sa question. La douleur physique, t’en as rien à faire. T’as l’habitude, t’encaisses en silence. Mais les sorts d’Evans ont joué avec tes sens. Avec tes nerfs. Avec tes peurs. Tu as été faible. D’une faiblesse pitoyable. T’as pas lutté, t’as juste supplié. Tu t’es laissé faire, encore une fois. Parce qu’au fond, t’as l’impression que c’est mérité. Un genre de punition parce que t’as l’audace d’exister. Donc oui, t’as mal. A ton ego, à ton amour propre, et à ta confiance en toi. Et il y a toujours cette peur viscérale au fond de toi. De ne pas être assez bien pour qu’elle reste. Tu secoues la tête de gauche à droite.

- Non, ça va. Dis… J’suis désolé de t’avoir suivie…

Parce que t’as l’impression que tout ça c’est de ta faute du coup. Si tu ne l’avais pas suivie, il ne se serait rien passé. Peut être même que l’autre abruti de Pouffy ne serait pas rentré non plus, qui sait ? En tous cas, ni elle, ni toi ne seriez dans cette situation. Et ce serait probablement mieux ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Alhena Peverell, Sam 22 Juil 2017, 17:43


Soupire.

Il y a des choses qui remontent à la surface. Elles ne devraient pas. Elles devraient rester enfouies dans ton inconscient. Tu ne veux rien affronter, pas ce soir. Tu ne veux pas revoir ces mares de sang. Ces sourires effrayants et cette folie qui dévorent les yeux. Cela te donne envie de crier, de vomir. Briser cette glace.
Éclater les morceaux par terre, se couper jusqu'à l'hémorragie. Puis se dire que c'est enfin fini.

Ne deviens jamais comme moi. Ne deviens jamais comme nos parents.

À fouetter la mort jusqu'au sang. Croire que la maladie c'est une excuse. Qu'on peut tout pardonner parce que les liens du sang, sont les seuls qu'on a connu. La haine ça dévore, l'amour ça meurt, la rancoeur ça nous mange. Ainsi est née la vengeance.

Tueuse allumée, lance le paquet en sa direction.

Tu restes un peu en retrait désormais. Les idées sont plus claires même si ça reste gris. Tu es fatiguée. Être comme ça, aller contre sa propre nature. Tu ne te comprends pas. Cela te dégoûte et en même temps, quand t'es sur le fait accompli, peut-être qu'au fond de toi, ça te fait juste plaisir. Femme étrange a la morale saccagée. Immorale ou amorale ? T'arrives pas à savoir quelle est la bonne vérité.
Peut-être parce que, justement, c'est plus facile d'éviter la réalité.

T'as pas besoin de t'excuser. T'as rien fait. T'étais juste pas là au bon moment. Tu peux juste te pardonner de pas avoir de chance. C'est tout. C'est pas ta faute si je suis instable, si je suis malade.

Et c'est étrange comment ça te déchire les tripes de l'avouer. Cela fait si mal d'être là, de se dire ces mots. Parce que c'était un secret, parce que presque personne ne le savait que t'étais bouffée comme ça. Folie démesurée
Y avait bien Alicia, Malicia, qui étaient au courant qu'un truc tournait pas rond. Mais personne n'avait compris. Peut-être que lui non plus n'est pas prêt à comprendre. Les traumatismes, t'as jamais su en sortir, t'as jamais su guérir.

La seule chose qui te console, c'est que t'es pas la pire dans ta famille. Suffit de voir ton frère ainé, suffit de regarder ta soeur. Parce qu'il faut que t'apprennes à te maitriser, à cesser de laisser tes pulsions de survie malsaine prendre le dessus. Les autres, c'est une autre histoire. Il faudrait qu'il change d'un point A à B. C'est pas juste une phase, c'est une vie.

La fumée s'évapore, ton regard se perd dans le sien. Tu lèves la tête vers le ciel. Y a des étoiles, un jour t'aimerais lui raconter ce qui te relie à elle. Pourquoi tu les aimes tant, pourquoi, c'est elles qui te sauvent si souvent.

Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Azaël Peverell, Ven 28 Juil 2017, 08:40


Tu ne sais pas pourquoi elle te dit ça. De ne pas devenir comme elle. Parce que de ton point de vue, il vaut mieux être elle que toi. Sans doute parce que tu ne la connais pas. Mais tu ne connais pas davantage vos parents. Tu ne sais rien d'eux. Tu ne lui as jamais posé la moindre question à ce sujet. Ni même à propos d'elle. En fait, tu ne poses jamais aucune question. Parce que t'as pris l'habitude d'être ignoré lorsque tu le faisais. Alors t'as perdu l'habitude. T'as rangé ta curiosité naturelle. Et tu ne poses plus aucune question. Si vraiment t'as envie de savoir quelque chose, t'essaies de trouver par toi-même. Mais tu ne demandes pas aux autres. T'en as marre d'être mal reçu. D'avoir l'impression de déranger. Mais c'est tout de même ta famille que ça concerne. Il est peut être temps que t'en saches un peu plus, non ?

Tu hausses légèrement les épaules lorsqu'elle te dit que t'as pas à t'excuser. Toi, tu trouves que si, sinon tu ne l'aurais pas fait. Parler de malchance pour ce qu'il s'est passé ce soir est un bel euphémisme. Mais de toute manière, vu tout ce qu'il te tombe toujours dessus, tu finis par t'y faire. Elle a raison. T'as la poisse en fait. Mais à un niveau largement supérieur que celui de la majorité des gens. Parce que toi quand t'as pas de chance, ça finit souvent en une quelconque séance de torture, de préférence par un membre du personnel de l'école. Tes yeux se perdent à nouveau dans les siens. La même couleur. C'est un peu perturbant. Elle dit qu'elle est instable. Qu'elle est malade. Toi, tu t'en fous. Ça ne change rien. Elle pourrait tout aussi bien être la pire psychopathe du monde qu'elle resterait la seule personne à qui tu peux te raccrocher.

Tu récupères le paquet de cigarette pour en prendre une. Tu l'allumes avant de mettre le paquet dans ta poche. T'as bien mérité ça, non ? De toute façon, il n'en reste pas tant que ça. On va dire que c'est son cadeau pour que tu lui pardonnes plus vite. Quelques clopes et on parle plus de tout ce qu'il vient de se passer. Tu prends une profonde bouffée. Et tu gardes la fumée de longues secondes dans tes poumons avant de la recracher. Comme pour être sûr d'y installer le mal. Nouvel haussement d'épaules à la question d'Alhena. Qu'est ce que t'en sais, toi, de ce que vous faites maintenant ? T'as une tronche à organiser une soirée ? T'es même pas sûr de tenir sur tes jambes. Léger soupir. Et une question qui revient. Tu peux peut-être la poser. Histoire de te tenir un peu au courant. Savoir à quoi ressemble la famille. Ta famille.

- Ils sont comment tes... nos parents ?

Utilisation du présent. Parce que tu ne connais pas l'histoire de ta famille biologique. Tu ne sais pas qu'elle est tout aussi détruite, si ce n'est plus, que celle qui t'a adopté. Vu celui qui t'a servi de père et ce qu'il t'a fait subir, tu te dis qu'avoir une vraie famille, ça doit être sympa. Avoir des gens qui veillent sur toi. Avoir des parents qui pensent à ton bonheur avant l'image que t'es sensé renvoyer en société. Des personnes qui sont là pour toi. A qui tu peux parler peut être. Qui sait. T'as envie d'espérer. Parce que t'en as assez de toute cette solitude qui te bouffe mais dont tu ne parviens pas à te dépêtrer.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Alhena Peverell, Mer 02 Aoû 2017, 00:43


C'est comme s'il venait de littéralement, te bouffer le coeur. Tu déglutis, tes muscles se contractent. Tu cherches à fuir du regard. Tu ne peux pas l'affronter. Tu n'arrives pas à le regarder dans les yeux, à lui faire comprendre qu'il n'a rien raté. Qu'il aurait peut-être même été pire que ce qu'il est maintenant. Il aurait tout simplement pu, être toi.

Pour commencer, ils sont décédés. Mais je crois que tu le sais.

En réalité, tu n'es pas certaine de comprendre pourquoi il s'intéresse à eux. Peut-être même, que tu n'as pas envie qu'il y prête attention. Ces gens l'ont quand même abandonné, vendu. Tu avais été à la place de ton frère, tu leur aurais craché à la tronche, quitte à le faire sur leur tombe.
Tu pourrais encore le faire d'ailleurs. Mais tu en es bien incapable. Parce que tu te souviens. Parce qu'ils t'ont forgé comme ça. Tu as appris à les respecter, les haïr et même les aimer. Ils sont les seules personnes à qui tu n'aurais jamais pu faire du mal, même si tu l'avais voulu de toutes tes forces. C'est comme si, dès que tu les voyais, en un regard, ils décimaient tous tes espoirs.
Tes rêves étaient morts avec eux.

Je ne sais pas comment t'expliquer tout cela...

Il y a tant de chose que tu aimerais lui raconter sur eux. Ils prônaient l'excellence, ils étaient des monstres souvent. Mais ils étaient aussi, tellement complexe. Eux aussi avaient des blessures. Des cicatrices qui ne guérissaient jamais. Et peut-être que ça n'excusait rien à leur comportement, mais ça t'avait permis de les comprendre. Peut-être même, de leur pardonner ce passé trop sombre.  

Ton rythme cardiaque avait accéléré. Penser au passé, ça ne te réussissait pas. Parce que ce flux de pensées te laissait perplexe. Tu ne cessais jamais de revoir, encore et encore cette pièce. Ce sourire, ces cris, ces pleurs. Tu te rappelles d'avoir couru dans cette forêt, pour survire. Tu te souviens de cette déchirure quand tu avais compris que rien n'était normal. Et de ce jour, de cette mort. De ce soulagement, cette rage que tu avais éprouvée contre ta soeur. Tu te demandes encore comment tu es capable de haïr quelqu'un autant que tu l'aimes.

Nos parents espéraient de nous l'excellence. Ils étaient violents verbalement, physiquement, tu déglutis. Ils prônaient la supériorité du sang. Ils voulaient toujours plus que ce qu'ils avaient. Il fallait être docile, il fallait hocher de la tête et prendre les coups pour la benjamine. Mais... J'ai tellement appris avec eux. Il y a eu de bons moments aussi. Je m'accroche à ça, sinon la haine risque de me bouffer. Je sombre déjà assez comme ça.

Parce que oui, il y a eu des bons moments. Ceux où ils partaient. Ceux où en société ils acceptaient certains compromis. Il y avait eu des Noël et même des anniversaires. Cela avait été très rare, mais ça avait existé et tu ne pouvais pas outrepasser cela.

En réalité, je n'ai pas spécialement envie d'en parler.

En parler, c'était comme revivre ces moments. Cela te brûlait la bouche. Cela réveille tes cicatrices. Tu avais mal à l'intérieur de ta poitrine, tu voulais crier. Tu voulais tuer le monde entier. Une rage, une haine immense et une passion profonde pour l'être humain se réveillaient. Parce que ça te dégoutait. Parce que ça te rappelait que tu n'avais pas été seule, qu'il y avait eu d'autres victimes. Quand tu vois ta famille, tu fuis. Tu as toujours fui les membres de ta famille au début. Tu ne pouvais pas voir la réalité, la vérité en face. C'était trop dur d'admettre que...

Les démons ne façonnent que d'autres démons
.

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Azaël Peverell, Jeu 03 Aoû 2017, 09:02


Première révélation. Au moins, tu ne risques pas d'être à nouveau en conflit avec tes parents s'ils sont décédés. C'est peut être un bon point au final. Mais t'aurais tout de même aimer les rencontrer. Pour comprendre exactement pourquoi ils ont fait ça. Pourquoi ils t'ont juste refilé à d'autre, comme un cadeau empoisonné. Une histoire de dettes... Mais quel genre de parents filent leur fils pour régler une dette ? Tu pousses un léger soupir. Tu n'auras jamais de réponse de leur part. TU devras te contenter d'apprendre ce qu'Alhena veut bien te dire à leur sujet. Alors tu la regardes pour qu'elle continue l'explication, en l'incitant des yeux à continuer. T'es curieux, tu veux en savoir plus. Savoir ce que t'as raté en quelques sortes. Essayer de comparer, peut être, aussi.

Tu te rends bien compte qu'elle a du mal à lâcher les infos. Que c'est pas le truc le plus naturel qui soit pour elle. Comme si elle ne voulait rien dire. Que c'était trop douloureux. C'est le genre de trucs que tu connais bien. C'est pas forcément facile d'avouer que ses parents sont de véritables conn*rds, d'autant plus lorsque tu en subis les conséquences directement. Suffit de voir sa façon de déglutir, de se crisper, et de fuir à moitié ton regard pour comprendre que t'as peut être pas raté grand chose finalement. Vous allez peut être pouvoir comparer vos malheurs et vos cicatrices d'ici peu. T'y crois pas une seule seconde. C'est pas ton truc de parler. Et ça n'a pas l'air d'être trop le sien non plus. Vous allez probablement devoir vous contenter de bribes d'informations pour reconstruire ensuite l'histoire de l'autre aussi bien que possible. Pas besoin de savoir les détails dans ce genre de situation Il suffit de savoir la globalité. Après, rien ne sert d'imaginer.

Alors t'écoutes ce qu'elle accepte de te dire sans un mot. Tu te contentes de hocher légèrement la tête tandis que tes mâchoires se crispent légèrement au fur et à mesure que les mots s'échappent de ses lèvres. A croire que vous avez eu un combat semblable durant votre jeunesse. Sauf que toi tu n'avais pas à prendre les coups pour d'autres. Tu étais toujours l'unique fautif. Peut être que tu as évité le pire. Peut être qu'une fratrie t'aurais aidé. Tu ne sauras jamais. Violence et obéissance. On peut dire que t'as connu ça. Un formatage pour faire de toi ce que tu n'es pas. Etre brisé pour pouvoir être mieux remodelé. Elle refuse d'en parler davantage. Ce n'est pas toi qui vas la forcer. T'aimerais pas non plus qu'on te pose des questions sur ta famille adoptive. Tu te contentes d'esquisser un léger sourire. Pour lâcher quelques mots.

- J'peux comprendre.

Et tu restes assis au sol, sans bouger, sans même faire le moindre geste pour te rapprocher d'elle. C'est pas ton genre. Et vu tout ce qu'il s'est passé avant, ce serait un peu trop te demander. Tu lèves la tête vers le ciel. Les étoiles. Tu te demandes vaguement ce qu'elles en pensent, de cette famille que vous essayez de reformer alors même qu'elle est si clairement détruite de toutes parts. T'es même pas sûr que vous ayez réellement une chance de construire quelque chose qui tienne sur des bases qui ne sont que des ruines. Mais le seul moyen de le savoir, c'est sans doute d'essayer. Au pire, tout se cassera la gueule. Vous êtes plus à ça près.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Alhena Peverell, Sam 26 Aoû 2017, 14:31


Il n'y a rien à dire de plus. Les mots sont invisibles et l'air irrespirable. Les regards se croisent, la tension est écarlate. Un goût de sang en bouche. Un coeur qui bat à cent à l'heure et des questions qui sont impossibles à prononcer. Cela brûle vos langues, votre curiosité est mise à rude épreuve. Mais dans le fond, vous comprenez ce silence. Vous comprenez parce que aucun de vous n'a envie de parler de son passé. Du vécu qui vous bouffe, parce que vous êtes incapables de vous en sortir. Te relever, tu as déjà essayé, des tas de fois. Il y avait toujours quelqu'un pour te faire tomber aussi tôt.
Des gens méprisants. Des hypocrites à la langue de feu. Des possessifs du monde avec qui tu n'as pas envie de livrer combat. Des êtres humains qui salissent la réputation de l'homme. Des individus qui ne méritent pas de respirer parce qu'ils aiment seulement détruire. Parce qu'eux, eux aussi sont vides. D'une autre manière, et qu'ils cherchent à se sentir aussi importants que tu peux en donner l'impression.

On devrait rentrer

C'est amusant cette situation dans laquelle tu te trouves. Pas celle de l'instant présent, mais celle dans laquelle tu t'enfonces. Cette incertitude, ce point de non-retour. Tu danses sur un pied, puis sur l'autre. Tu toques à toutes les portes pour voir où tu en es. Tu cherches la sortie alors qu'elle est en face de toi. Il est tellement plus facile de faire comme si tout allait mal, plutôt que comme si tout allait bien. Parce qu'une fois heureux, qu'est-ce qu'on fait ?
C'est une question qui te fait peur. Elle te terrorise parce que tu ne trouves toujours pas la réponse. Tu restes figée, dans le déni, à attendre la mort. Tu ne veux pas aller dans le compliqué, mais tu fonces droit dedans. Tu es le paradoxe de toi-même sans t'en rendre compte.  
Et pourtant, tu tentes d'avancer quand même.

Debout, tu tends une main à ton frère. Pour l'aider à se relever, pour l'aider tout court au final. Fais-moi confiance, on peut s'entraider. Il la saisit difficilement. Et ça se comprend, même toi tu as du mal à faire confiance ou à accepter de l'aide. Mais le désir de ne plus être seul, prendra le dessus. L'instinct de survie ne sera jamais assez peur sur cette peur qu'est l'abandon.
Lèvres pincées, goût amer. Tu l'observes. Tes émeraudes le transpercent. Son langage corporel est parlant. Et tu sais. Tu sais depuis un moment, que tu finiras par découvrir ce qu'il cache. Il finira par trouver les mots, le courage de ne plus se taire. Tu ne forceras jamais la porte, tu le laisseras venir. Parce qu'il faut du temps...

Tellement de temps pour comprendre à quel point, la vie, a le mérite d'être vécue.

Peut-être même, que tu n'es pas spécialement prête à l'écouter maintenant. Il te faudra te faire à l'idée d'abord, qu'il a un passé trop similaire au tien, alors qu'il a vécu loin. Que tu ne connaissais pas son existence. Alors tu attendras. Parce que, enfoncer une porte de manière brutale, c'est le meilleur moyen de détruire encore plus la personne qui se trouve derrière. Tu toqueras simplement jusqu'à ce qu'il cède, et finisse par te dire les mots que tu veux entendre.

Parce que tu espères le meilleur pour lui.
Parce que tu espères que ses faiblesses se transformeront un jour,
En force.



Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Déplacement

Message par : Elhiya Ellis, Lun 11 Sep 2017, 03:59



Entre la lumière et les ténebres, la légende crée un Crépuscule
Pv  Elly Wildsmith • La accordé à Elly si elle en abesoin  •


[bonjour, quasi 2 mois depuis le dernier message, je me perds de prendre le sujet, en cas de soucis Aza tu sais où me trouver :kiss:]



Pv Elly Wildsmith
Mon La accordé si besoin



    Crumble, la petite chouette chevêche familiale, un message soigneusement nouée à la patte, attendait une récompense pour transmettre la missive que sa jeune maitresse avait mis un long moment à écrire. La réponse de l'Auror avait éveillé un soupçon d'impatience chez l'étudiante. La curiosité simple du premier jour d'école s'était mué en un désir tangible de voir au delà de ce qu'on leur enseignait bêtement en cours. Ce petit parchemin offrait une possibilité d'échange plus concret, forçant le choix de de ses mots à ne pas paraitre trop empressés. D'un petit morceau de noix confié à l'oiseau, la proposition de rendez-vous s'envolait rapidement vers le ciel nuageux, plus de retour en arrière, plus que l'attente du jour choisi, plus que le supplice de l'écoulement du temps bien trop lent.

    Choisir un soir de semaine n'aurait pas été de plus stratégique, avec le couvre-feu, il n'était pas forcément aisé de disparaitre plusieurs heures sans éveiller les soupçons ou l'inquiétude d'un élève. Les week-ends offraient bien plus de liberté, malgré leur capacité à rappeler aux enfants qu'ils ne possédaient que d'une simple trêve écourtée. Un laps de temps à mettre à profit ou à gaspiller comme bon leur semblait tant qu'ils revenaient sagement au bercail. Une grimace avait étiré les commissures de ses lèvres en y repensant, peut importait le temps que cette entrevue prendrait, il lui fallait respecter un tant soit peu son retour obligatoire.

    Cape de sorcier visé sur le dos, laissant les grilles de Poudlard et un Crac sonore caractéristique derrière elle, l'étudiante avait apparue derrière la cabane hurlante, un relent de nausée toujours en bouche. Pénible. La blonde espérait que son interlocutrice ne serait pas en avance et lui laisserait le temps de se remettre de sa réapparition. rapide coup d'oeil à sa montre, il restait encore 5minutes avant que l'animagus ne doive faire son apparition dans le coin. Machinalement, tout en reprenant son souffle, Elhiya laissait son regard parcourir circulairement les environnements, à la recherche d'une blonde ou une renarde qui patienterait dans un coin. Rien pour le moment, autant se rendre rapidement à l'orée des bois Hurlants.

    Ne sachant pas trop comment s'imager correctement cette foret, la blonde avait préféré jouer la securité et avoir à marcher un peu.Rapidement les silhouettes peu encourageant de plusieurs ranges d'arbre lui firent face. Grands, magestueux, capable d'étouffer les bruits et les conversations des oreilles indiscrètes, cela devait faire l'affaire. Plus qu'à attendre l'arrivée de l'Auror


lettre retour à Elly:
 


Dernière édition par Elhiya Ellis le Lun 25 Sep 2017, 03:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Les bois hurlants

Message par : Elly Wildsmith, Dim 24 Sep 2017, 19:10


Une lettre, comme pour sceller un engagement à venir, une promesse d’apprentissage pour la jeune fille. Lors de leur première rencontre, Elly avait clairement sous-entendu qu’il n’existait ni magie noire, ni magie blanche. Que c’était l’utilisation qu’on en faisait qui rendait la magie malsaine, instable. L’auror avait sentie dans les propos de la jeune fille qu’elle avait ce besoin de découverte, cette envie de toucher du doigt les interdits, de braver les règlements.

Étonnamment, l’auror avait proposé son aide à la jeune fille. Pour lui montrer qu’on faisait ce qu’on voulait de la magie, pour l’initier, peut-être, si elle s’en révélait digne, quelques bribes de la magie noire. Forcément, l’auror préférait que ce soit avec elle qu’elle fasse ce genre de découverte, plutôt qu’avec des élèves pensant tout savoir et finalement ignorant tout. Ou encore avec des êtes malintentionnés, qui vous retournent un système comme on retourne un balai.

Toujours est-il qu’à l’heure dite, Elly était au point de rendez-vous, la cape noire bien enfoncée sur ses yeux. Il était hors de question que quiconque dans Pré-au-Lard la reconnaisse. Elly était d’ailleurs ravie du lieu choisi, on ne pouvait pas faire plus discret qu’un bois sombre et lugubre pour ce genre d’apprentissage. Et le fait que la rencontre tombe un samedi permettait aux deux jeunes femmes de se laisser un temps nécessaire. Se rapprochant de la silhouette aux cheveux d’or, la jeune femme s’exprima « Elhiya … ravie de te revoir ».
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Elhiya Ellis, Lun 25 Sep 2017, 04:09


Ombre découpée à l'orée d'un bois sombre, quoi de mieux pour être invisible à l’œil agar qui ne s'attardait pas?
Un doute,
un frisson,
Et si l'Auror ne la trouvait pas?
Et si l'attente la conduisait vers autre chose?
Vers cet inconnu que les ombres mouvantes qui se cachait derrière les arbre?

Légères question qui fanèrent aussi rapidement qu'elles avaient pu éclore. Raisonnement abandonné face à son nom prononcé. Quelqu'un avait sù la voir au milieu de ces arbres longiformes. Une femme. Celle qu'elle qu'elle avait convié en ces lieux à en juger par la voix.

Tournant les talons, affichant un léger sourire poli, ses opales clairs avaient glissé sur son interlocutrice encapuchonné. Prôner la discrétion semblait être de mise, le choix des bois était le bon, premier soulagement. La blonde du Ministère était bien venu, second soulagement. Quelque part, caché au fin fond de son esprit, Elhiya avait redouté de devoir faire face à un changement de pensées de la part de la jeune femme. Que l'Auror se décide au final de revêtir son revêtement reflétant la lumière, abandonnant ce semblant de promesse d'apprentissage. Il n'en était rien.


"Melle Wildsmith.. Contente également"

Elle avait hoché d'un signe de tête, peu coutumière aux conventions effectives dans ce genre de situation, et, les mains fourrées dans ses poches, avait reprit tout naturellement.

"Je suis navrée d'avoir mis autant de temps avant de vous contacter. Je suppose que je n'éprouvais pas le besoin de m'en remettre à vous avant aujourd'hui. Cependant, vous aviez raison sur un point indéniable, mieux vaut avoir quelqu'un vers qui se tourner au lieu de s'essayer seule à de nouvelles expériences."

Elhiya n'avait pas tenté de faire elle même ce genre de découverte, pas totalement consciente. Et surtout relativement surveillée par son petit ami qui n’appréciait pas que sa blonde puisse avoir besoin de comprendre et connaitre ce qu'on ne leur disait pas. Il était de ceux qui se cantonnaient à ce qu'on lui disait de faire, à suivre un code, des règles, trouvant ça normal. Plus simple, plus logique, plus raisonnable... Juste étouffant aux yeux de la petite verte. Grace à Merlin (ou juste à un système de parrainage) tout le monde n'était pas comme lui, et sa route avait croisée celle de cette jeune femme, Auror à l'image différente de celle qu'on leur confère. Simple rappel à un détail que beaucoup oubliait: la clarté n'était qu'une juste répartition d'ombre et de lumière
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Les bois hurlants

Message par : Elly Wildsmith, Lun 16 Oct 2017, 17:49


Etonnamment, l’adolescente avait un aplomb qui plaisait à l’auror. Ce petit quelque chose que certains sorciers n’avaient pas, quand bien même ils étaient adultes et supposés matures. Elle, Elhiya, elle avait ce quelque chose qui disait à la blonde qu’il fallait la couver, l’aider, à atteindre ses objectifs, à faire ses découvertes. Comme un miroir de son âme, de sa jeunesse passée, de son adolescence écoulée.

D’abord, faire tomber les barrières « Cesse de me vouvoyer. J’imagine que nous allons être amenées à nous revoir, alors appelle moi Elly ». Les yeux se font furtifs, attrapant chaque mouvement, capturant chaque instant, comme si tout devait être gravé, pour ne rien oublier. Absolument rien. Pour comprendre, pour lui permettre d’apprendre. Et d’ailleurs, une question « Que veux-tu apprendre ? » Qu’es-tu venu découvrir Elhiya ? La magie noire est source de danger, de souffrance, de conflit intérieur. Il te faudra être forte pour la maitriser, pour la contrôler, pour en comprendre tous les contours. Il te faudra souffrir également. Mais cela, la sorcière l’ignore encore. Sourire malsain qui s’étire sur les lèvres blêmes de l’auror.

L’attente de la réponse, pour pouvoir débuter, lui inculquer ce qu’elle avait appris seule, au prix de nombreux sacrifices. Son année sabbatique avant sa prise de poste chez les aurors lui avait permis d’acquérir quelques compétences et la compagnie d’Evan n’avait fait que renforcer son attrait pour cette magie, si … particulière.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Elhiya Ellis, Mar 17 Oct 2017, 12:46


Première convenance abandonnée. Vouvoiement occulté, distance verbale réduite pour une approche plus naturelle. L'idée était bonne et fut accueillie d'un hochement de tête suivit par quelques mèches blondes. Un sourire radieux serait mal venu. L'étudiante n'avait pas réclamé la présence de l'Aurore pour partager le thé, autant être franche et direct.

Mais la question la devançait. Que voulait elle vraiment apprendre? "Tout" aurait été présomptueux. Autant faire les choses dans l'ordre et mettre les mots sur sa requête. Les bons mots, pas ceux qui cherchaient de façon hésitantes des chemins de traverses pour suggérer les choses.

Les mains fourrées dans les poches, une longue inspiration d'air frais pour donner un écho correcte à ses questions, et Elhiya plantait des yeux clairs dans ceux de son interlocutrice. Elle ne voulait pas lui faire perdre de temps, elle serait claire et consise


"À ne pas me laisser déborder par certains désirs alimentés par la force de sorts qu' on nous interdit. A les connaitre cas échéant pour ne pas qu'ils en viennent à me dominer si.. si je venais à me laisser tenter"

Non ca c'etait hypocrite. La blondinette savait parfaitement qu' elle était plus que tentée, qu' une rancoeur mal contenue demandait à s'exprimer et rarement à coup de câlins. On lui avait dit que plus elle se forcerait à taire ce qui la rongeait de l'intérieur plus ce serait compliquée de ne pas déborder malencontreusement en excès. Quelques signes avant coureur s'étaient manifestés, elle n'avait pas géré, le regard de son cousin lui avait fait prendre conscience qu'ils devaient apprendre pour ne pas se faire croquer.

Un soupire lui échappa alors qu' elle roula des yeux instant


"Autant être franche.. si j avais pu jeter un impero à l'occasion, je n'y aurai vu aucun inconvénient. Autant pas te mentir. L'attrait né de l'interdit et de l'ignorance à mon goût.. "

D'où sa présence ici..
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Les bois hurlants

Message par : Elly Wildsmith, Lun 23 Oct 2017, 17:51


LA Elhi

Il y avait cette horloge interne, qui tambourinait comme une folle dans ton crâne, comme pour te rappeler, te susurrer à l’oreille « Le temps presse ». Tu boues intérieurement des propos que la jeune fille te balance. Tu souris, d’une manière tordue, un peu malsaine. Mais tu souris, tu hoches la tête, rapidement. « Tu sais Elhiya … » tu laisses tes mots suspendus en vol, qu’ils imprègnent chaque parcelle de son monde, qu’elle comprenne que rien n’était tout noir ou tout blanc. Et que les propos que tu avais tenus étaient proches de la vérité. Ta vérité.

Un nouveau murmure s’étend entre vous deux « Il te faudra souffrir … pour comprendre ». Et sans lâcher son regard, ta baguette s’abat sur elle, pour un #Doloris qui ne perd pas de temps à atteindre sa cible. Tu n’exprimes aucun sentiment au travers de tes yeux, mais tes émotions se déchainent en toi. Tiraillait par la souffrance que tu distilles dans la jeune femme et par la leçon que tu veux lui apprendre.

Parce que tu sais, ni mieux, ni moins bien que quiconque, qu’il faut connaitre l’étendu d’un sortilège pour en supporter les effets, les ravages qu’il peut causer à autrui. Tu soupires, lève le sortilège, regarde la jeune fille. Comprends-moi Elhiya. Tu aimerais murmurer à son oreille, la rassurer, mais tu sais que la vie ne lui fera pas de cadeau, qu’elle devra, en tout état de cause, être prête à assumer les conséquences de ses actes. A souffrir, parfois, d’avoir pensé être souffrance, et de n’avoir pris en retour que des douleurs infâmes qui ravagent le cœur et l’esprit.

Et tes pensées, d’ailleurs, divaguent à ce fameux soir où le prof avait failli d’éteindre à tout jamais, avant de se rendre compte de qui tu étais. Tu soupire un instant, attendant la sentence de la sorcière face à toi. Comprendra-t-elle le cheminement de tes pensées ? Ou prendra-t-elle ses jambes à son cou ? Tu avais savamment dosé le doloris, mais tu sais combien ce sortilège peut être puissant et combien son arrêt s’avérait salvateur pour le corps et l’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 26 Oct 2017, 15:51


Un mot, deux mots, son prénom prononcé après un sourire significatif. L’insolence et la curiosité devaient un jour trouver un butoir auquel se confronter. Un vrai, comme réponse attendue depuis ce début d’année, comme un souffle frissonnant enfin ressenti. Loin du retroussement chaleureux d’une paire de lèvres, ou du regard pédagogue, la blonde du Ministère n’était pas venue pour se perdre en discours rébarbatif, et ce silence, ne laissait aucun doute. Sa soif de connaissance trouverait un écho, et il n’y avait pas de possibilité de se défiler. Plus maintenant visiblement. Tant mieux, Elhiya était de ces gamines qui ne se taisaient que lorsqu’on lui montrait qu’elle avait tort, ou qu’elle voulait accéder bêtement à ce qui n’était pas à sa portée.
Un murmure comme départ de festivité,
Une baguette dans le même tempo levée
Et l’apprentissage de la compréhension s’insinuait
Fatalement
Sur l’étudiante.

Corps, esprit, la douleur glissait lascivement dans chaque pore, chaque muscle, chaque nerf la composant. Piquante tordant ses mains, insinueuse embrouillant son esprit, omniprésente comprimant sa volonté, suffocante affolant son palpitant. La foret n’avait pas eu le temps de tourner devant ses yeux, le choc de ses genoux rencontrant le sol n’avait pas eu le temps de s’exprimer, le sortilège était au-delà de ces simples détails, absorbant toute rationalité, prenant le dessus inlassablement.

Supplier la clémence était très certainement une réponse judicieuse pour ceux qui arrivaient à s’exprimer, mais Les cris de douleurs étouffés au fond de sa gorge ne se nourrissaient pas de l’espoir de la clémence illusoire de la nature humaine, juste du rappel de ses excès de colère. Puis, soudainement… le calme.. Les tressaillements de son corps prenaient lentement fin, reprenant possession lentement de sa consistance, mais les traces de souffrances dessinées au fer rouge dans son esprit subsistaient..

Le regard embué s’était relevé sur l’Auror, le souffle court tachant de se stabiliser, les mains tremblantes relevées sur les cuisses, Elhiya, mâchoire serrée rassemblait difficilement ses idées. Quelques paroles soufflées au bout d’un petit moment de silence avaient réussie à se frayer un chemin entre la barrière de ses dents.


« La douleur laisse des traces. Il faut être apte à vouloir l’infliger et supporter les conséquences? C’est l’idée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Les bois hurlants

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 26 Oct 2017, 18:03


Tu attendais, muette, qu’elle se remette de l’impardonnable que tu venais de lui infliger. Son corps avait pliés, tu ne sais pas vraiment ce que tu espérais. Si tu préfèrerais qu’elle prenne ses jambes à son cou ou bien qu’elle reste là, qu’elle affronte ton regard, ton jugement, tes conseils. Alors tu attends, la bouche sèche, que son propre jugement tombe. Que sa première phrase se fasse.

Et les minutes passent, et tu observes son corps qui se remet, ses tremblements qui ne se calment pas. Ta gorge se noue, une boule amère y a pris place, comme si tu savais que tu avais été trop loin pour un commencement. Et pourtant ? Tu ne regrettais pas. Parce que tu savais qu’il fallait connaitre tous les contours d’un sortilège pour décider de le lancer sur quelqu’un. Parce qu’il fallait savoir ce que la victime allait ressentir, le mal qu’on propageait à l’intérieur de son corps.

Finalement, elle prend la parole, et quelque part, apporte un soulagement à ta conscience. Elle a compris. Ton regard est vif, un sourire prend place à tes lèvres. Parce que tu es satisfaite qu’elle ait compris le but de l’exercice, et un peu fière, aussi, qu’elle t’ai choisie comme mentor. Pourquoi ? Parce qu’il te semble qu’elle dispose d’une force de caractère que peu de jeune fille de son âge ont. Tu acquiesces à sa question et, avant de lui répondre, lui tends une main pour l’aider.

Finalement, tu la regardes, tu la détailles à nouveau. Elle t’impressionne. Du haut de sa septième année elle a un aplomb que peu de sorciers ont. Quand bien même ils font partis du ministère ou ont de grandes obligations. « Oui Elhiya, c’est exactement ça, tu dois apprendre à connaitre les effets d’un sortilège, à savoir ce que cela signifie, comment il s’apprivoise et surtout … » Une pause alors que tes yeux rencontrent les siens avant de terminer « Et surtout, être certaine que tu veuilles lancer ce sortilège ». Notamment les impardonnables, ils ont tendance à laisser des douleurs qui ne s’estompent pas avec le temps. « Tu avais peut-être des questions particulières ? » Après tout, elle n’était pas obligée de passer son temps à souffrir non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Elhiya Ellis, Ven 27 Oct 2017, 12:15


Encore quelques sursauts incontrolables, quelques frémissement s désagréables, corps trop fragile qui n’avait jamais réellement croiser la douleur. Un sourire après les quelques mots échangés, comme si la réponse grinçant entre les dents de la blondinette était celle tant attendu.e Un sourire comme un bon point exaspérant, lui rappelant qu’aux yeux du monde elle n’était encore qu’une enfant.

Bien sûr que derrière sa bouille de gamine elle avait déjà compris qu’il fallait être capable d’assumer les actes choisis. Que pour faire souffrir quelqu’un il fallait en avoir la volonté, et que bien entendu, comprendre ces douleurs et souffrance évitait les états d’âmes ridicules qui avaient pu la guetter. Mais cela devait il la dissuader ? Etait-ce un cours moralisateur ou à l’inverse une porte qui s’entrouvrait devant un questionnement légitime ? Ne devait-elle pas plus tôt trembler psychologiquement comme une feuille au lieu se sentir un relent d’indignation ?

Une main tendue, soutien bienveillant pour lui permettre de reprendre pied. La fierté mal placée, nettement froissée se camouflait sur un besoin d’apprendre. Ses doigts, encore tremblotant avait rejoint ceux de l’Auror, s’appuyant pour se redresser avec un peu de mal. Elle y avait été un peu fort quand même. Quoi qu’elle avait eu raison, le sortilège diffusé plus doucement lui aurait valu un rictus suffisant, plus intente, la gosse aurait surement été sonnée, bien que passablement agacée. Alors l’élève s’était levée, ne quittant pas les opales claires de la blonde.

Ses paroles raisonnaient douloureusement dans sa tête, reste du doloris l’accablant d’acouphènes désagréable. Comprendre pour apprivoiser. C’était sensé, elle n’y avait pas nécessairement pensée, trop aveuglée par ses soucis insignifiant d’adolescente. Vouloir aller au bout du sortilège, ne pas défaillir face au corps de l’être qui s’en trouve accablé. C’était bien là son problème. Il y’avait toujours un moment ou sa volonté pliait, laissant son empathie cachée prendre le dessus, la forçant à arrêter. Une barrière invisible qu’elle essayait de repousser de temps à autre. Un échec pas glorieux mais au final salutaire pour un blondinet auréolé de rouge & or.

Alors cette question, cette proposition à continuer à subir des réponses qu’elle avait besoin d’entendre, était providentielle. D’un hochement de tête fébrile, Elhiya avait acquiescé. Elle se fichait pas mal de savoir si reprendre la pleine possession de son être prendrait 10seconde ou encore 10 minutes, relevé ce détail qui la chagrinait était bien plus important


« La volonté.. »

le palpitant encore un peu trop en éveil l’avait forcé à inspirer profondément pour reprendre un peu plus contenant. Trémolo de la voix inconcevable, tressaillement tout autant. Se re approprié son être avant de reprendre la parole.

« … Comment ta volonté ne vacille pas ? Face à un être connu, face, tout simplement à un être humain. Vouloir lancer le sortilège est une chose, l’apprivoiser également, mais ne jamais se détourner de son effet signifie nécessairement y prendre plaisir ? »

Il y’avait eu ce regard, celui qui avait noircit les prunelles lapis-lazulis de son cousin, celui qui l’avait interloqué une fraction de seconde. Il y’avait dans la jouissant de faire mal, quelque chose de malsain : l’éventualité de ne vouloir s’arrêter, de ne plus… se contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Les bois hurlants

Message par : Elly Wildsmith, Mer 08 Nov 2017, 17:29


Elle te pose une question, question qui fait mouche. Elle a touché un point sensible. Comment peut-on s’en prendre à quelqu’un avec un pareil sortilège ? D’autant plus lorsque c’est quelqu’un que l’on connait et l’on apprécie. Tu éludes la question, et comme première réponse, lui indique juste « En ce qui te concerne, il était nécessaire que tu connaisses les effets du sortilège … c’était davantage dans un but d’apprentissage ».

Tu tournes un instant autour d’elle, avant d’entrer dans le vif de sa question, avec une réponse incisive « Parfois, c’est ta propre survie qui est en jeu, et alors, tu n’as pas le choix que de ne pas vaciller. Si tu vacilles, tu le payes de ta vie ». Tu laisses un silence s’installait entre vous, avant de finalement reprendre « Car nous sommes bien d’accord que ce n’est pas un sortilège que tu comptes lancer sur tes camarades, à la va-vite ? ». Tu la toises de tes yeux ébènes, et tu rajoutes, le ton dur « Il faut être sérieux avec ce genre de chose, je te fais confiance Elhiya ».

Enfin, tu crois que tu lui fais confiance. Elle a montré un caractère qui jouait en sa faveur, elle avait ce quelque chose qui te rappelait ta propre adolescence. Ce besoin, cette envie de découverte qui était trop souvent limité par l’enseignement à Poudlard. Tu restes un instant rêveur, avant de lui demander « Alors, que veux-tu découvrir ou savoir maintenant ? Nous avons du temps devant nous … »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les bois hurlants

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 12 sur 14

 Les bois hurlants

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.