AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 6 sur 13
Les bois hurlants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant
Ashling O'Reilly
Gryffondor
Gryffondor

Re: Les bois hurlants

Message par : Ashling O'Reilly, Ven 16 Mai 2014 - 6:31


Les mois passant pour la jeune fille, elle n'en pouvait plus, ça en été trop, elle ne supporter plus d'être enfermée dans ce château, certes elle le trouvait très beau, et elle avait pas mal d'amis maintenant, mais il lui manquait quelque chose d'essentiel, elle avait vraiment envie de s'isoler dans la nature, elle guetta donc impatiemment la première occasion de s'échapper ne serait se qu'un instant de poudlard pour se retrouver enfin dans la nature.

Elle voulait s'y retrouver seule afin de pleinement profité de ce moment, tel un plaisir égoïste elle aimait se prendre des moments justes à elle, où elle prenait soin d'elle et faisait attention à ce qu'elle ressentait. Pour Ashling ces ressourcements n'étaient pas seulement utiles elle en avait fondamentalement besoin, peut être cela passerait il avec le temps... Elle ne savait pas trop, mais quelle importance cela pouvait il avoir.

Quand la date arriva enfin, la jeune fille vit cela comme le plus beau de cadeau, elle ne savait pas qui le lui avait donné, mais cela importait peu, la rouquine décida donc de partir pour Pré-au-lard, car elle voulait se retrouver seule, elle prit donc quelque affaire qu'elle mit dans un sac, et se mit en route de bonne heure avec le convoi d'élèves qui avaient décidé, eux aussi de s'évader un peu du château l'espace d'un moment.

Le voyage lui parut interminable, la pauvre fille se demanda alors :

Pourquoi est-ce si long ? J'ai déjà fait se trajet quelques fois, mais il ne m'a jamais paru aussi long, pourtant il n'y a aucune raison apparentent pour que le voyage soit si long...

Puis elle sembla comprendre quelque chose après une courte réflexion elle poursuivi donc :

En fait si cette fois si le voyage me parait si long c'est parce que cette fois si j'ai vraiment besoin de me ressourcer, j'ai réellement besoin de me retrouver seule dans la nature... Les dernières fous ou je suis allé à pré-au-lard j'étais avec mes amies donc le voyage me parraissait plus court.


La jeune fille se mit à sourire, elle semblait, satisfaite de sa réflexion personnelle, et elle se dit qu'elle avait assez réfléchi pour aujourd'hui et continua son trajet végétativement. Finalement Ashling arriva enfin au dit village. Contrairement aux autres élèves, elle n'alla pas aux différentes boutiques ou commerces de pré-au-lard, et se dirigea instantanément vers la forêt, comme si même cette dernière l'attirait à elle... Dans ce bois qui n'avait pas vraiment bonne réputation elle se dit qu'elle serait non seulement dans la nature, mais qu'elle ne serait pas embêtée ce qui la rempli de joie, ce bonheur intérieur était aussi provoqué par le fait qu'elle pouvait enfin apercevoir les arbres de la forêt et que la lisière de cette dernière était belle et bien déserte comme la fille l'avait espérée.

Elle remit ses beaux cheveux roux en place, car un petit vent les avait fait partir dans le milieu de son visage, ceci était en réalité un indice de changement climatique... Mais elle était tellement absorbée par son objectif qu'elle n'avait pas vue que le ciel était en train de se couvrir et que je vent qui avait poussé ces cheveux était en réalité aussi responsable de l'avancé de nuage plus que menaçant. Ces deniers avancés telle une armée inarrêtable, devançant les troupes adverses encore absentes du champ de bataille qui semblait se trouver au-dessus de pré-au-lard ce jour-là.

La forêt sans être aussi belle que celle où elle avait l'habitude de faire ce qu'elle avait elle-même appelé ces retraites naturelles lui était amplement suffisante. L'appellation qu'elle avait donnée à ces balades ressoursantes n'était connue de personne elle préfèrerait garder ça secret un peu comme si informé une quelconque autre personne de tout cela en aurait altérer le plaisir d'une certaine manière ... Elle s'avança un peu dans les bois de sorte que l'on ne puisse pas la voir de l'extérieur, se promena un petit peu, puis s'assaillit un court instant et sortit de son sac une couverture qu'elle avait pris soin de prendre afin de l'étendre sur le sol dans le but de pouvoir s'allonger sans se salir et convoiter les arbres.

Elle commençait à se sentir mieux et par la même occasion elle s'arrêta de penser, ce qui la fit s'endormir... Encore une fois Ashling avait réussi à se mettre dans une situation qui allait finir par devenir délicate, par chance il commença à pleuvoir... Ce qui au final n'était une surprise que pour Ashling, qui fût reveillée par la pluie. Elle aimait bien la pluie, donc cela ne la dérangea pas plus que ça, au contraire elle resta en dessous, rangea juste la couverture, et continua à se promener dans la forêt.

Elle finit toute fois par en sortir quand elle jugea qu'elle pouvait enfin retourner dans la civilisation. Elle se retrouva donc seule le soir dans les ruelles de pré-au-lard... Ashling était restée trop de temps dans la forêt, bien sur le ciel s’était couvert, mais elle pensait naïvement que son assombrissement était simplement dû au fait qu'il pleuve... Sauf qu'en réalité elle avait dormi bien plus de temps qu'elle ne l'avait imaginée et n'ayant aucun moyen qui lui aurait permis de savoir le temps qui avait bien pu passer, elle avait extrapolé, mais comme à son habitude selon ce qui l'avait arrangé le plus...

N'ayant d'autre choix, elle commença donc à rentrer au château à pied quand elle aperçu la silhouette d'une femme. Elle était encore à bonne distance, mais la rouquine pouvait distinguer que c'était plus une femme qu'une fille de son âge, ce qui lui paru normale au vue de l'heure qu'il devait être. Consciente que la situation n'était pas à son avantage, elle se dit que bien que cela ne soit que peu probable elle ne l'avait peut-être pas encore vue. Elle eut donc encore une brillante idée... Celle de se cacher...

Si la femme venait à son niveau elle verrait Ashling accroupi, le long d'un mur, elle était toujours complètement mouillée, son jean étant donc maintenant bleu foncée, son pull de laine était lourds, mais son vert plus foncé se marier à merveille avec l'orange de ces cheveux trempés .... Elle qui avait en temps normal les cheveux lisses les avaient à présent frisé... Même mouillé la jeune fille était belle, mais elle allait incontestablement tomber malade. Mais cela n'était absolument pas important pour elle, car Ashling avait profité de sa journée à fond... La jeune fille entendit du bruit, elle se dit alors qu'elle avait été vue ... Mais ne bougea pas pour autant... Elle attendit... Elle n'avait pas peur mais voulait éviter pour une fois, seulement pour cette fois les ennuis...
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Les bois hurlants

Message par : Elenna Benson, Sam 21 Juin 2014 - 19:19




Quand on tombe dans l’eau, la pluie ne fait plus peur.

Ploc. Plic. Ploc. Plic. Ploc.

Un léger soupire s’échappa des lèvres de la jeune femme. Assise derrière le comptoir d’Ollivander’s, Elenna regardait les gouttes de pluie qui glissaient sur la vitrine de la boutique comme absorbée par ce spectacle pourtant si banal. Les petites perles mouvantes allaient droites, pour d’un coup changer de trajectoire avant de rejoindre le chemin déjà tracé par une de leurs collègues qui les avaient précédées. C’était un balai digne des plus grands, une chorégraphie qui semblait être orchestrée à chaque instant, une danse minutée à la seconde près comme si le premier faux pas aurait pu tout gâcher. Il n’y avait aucun client au magasin car la journée se terminait doucement et que le temps mauvais temps avait décidé de venir gâcher les derniers achats du jour. Alors la demoiselle bullait, admirant des choses insignifiantes mais qui prenaient tout leur sens lorsque l’on n’avait tout simplement plus rien à faire…

La réserve était rangée, l’arrière-boutique ne méritait pas qu’on y passe un coup de balai et toutes les commandes avaient été réalisées et les bois et composants n’avaient pas encore été livrés pour que la propriétaire puisse s’asseoir à l’atelier, faisant bouger ses mains d’experte sur les baguettes qu’elles pouvaient créer. De plus, la petite aux cheveux blancs était seule aujourd’hui et avait congédié tous ses vendeurs pour leur permettre de rentrer plutôt. Elle aurait dû faire preuve d’égoïsme, elle aurait dû garder en otage l’un de ses sbires. Au moins, elle ne se serait pas ennuyée et aurait pu parler à quelqu’un. Là, elle était seule et même Eden, son chiot, n’avait pas souhaité l’accompagné ce matin. Quel petit c*n. A croire que ce temps orageux faisait fuir toute personne qui avait l’occasion de filer à l’anglaise. Il n’y avait pas un chat, pas un chien, personne. Jetant un coup d’œil sur sa montre, la demoiselle laissa un sourire en coin se dessiner sur son visage. Il était l’heure de rentrer à la maison, de rejoindre son copain… Quoique ? Non… Il travaillait ce soir, elle serait donc seulement en compagnie de son bébé poilu.

Rangeant les derniers papiers qui trainaient sur le comptoir, Elenna éteignit les lumières d’un coup de baguette avant d’enfiler sa petite veste à capuche et de fermer le magasin. La journée recommencerait demain, une routine agréable mais pas du tout lassante. *Crac* Depuis qu’elle avait eu son permis de transplanage, la vie du petit bout de femme était bien plus agréable. Elle pouvait aller où elle voulait, quand elle voulait, avec qui elle voulait et tout cela plus rapidement. Pourtant, elle n’avait pas abandonné l’idée de voyager à dos de balai magique, c’était même son moyen de transport préféré. Elle ne faisait pas partie de l’équipe de Quidditch pour rien. Dès son premier cours de vol à Poudlard, cette passion l’avait pris aux tripes et elle n’avait pas vu l’utilité de se déplacer avec un autre moyen de transport. Bref. Pré-au-Lard venait d’apparaître devant la jeune femme. Elle n’avait pas décidé de rejoindre de suite l’appartement, l’envie de marcher un peu la prenant d’un coup. Personne ne l’attendait à la maison de toute façon.

Les rues du village étaient désertes et seul le bruit des gouttes d’eau sur les pavés résonnaient. La silhouette féline d’Elen se confondait avec l’obscurité alors que ses pas semblaient ne pas toucher le sol étant donné l’absence de son qui s’en échappait. Marchant, les mains dans les poches de son jean, perdue dans ses pensées, elle ne regardait pas où elle allait, comme si le chemin qu’elle empruntait était une habitude. Elle n’avait pas besoin de faire attention où elle mettait ses pieds, il faisait nuit et elle était seu… Les sourcils de la demoiselle se froncèrent. Il se passait quelque chose d’anormal. Ralentissent son allure, la louve huma doucement l’atmosphère pour déceler cette présence qu’elle avait ressenti. Finalement, elle n’était pas si seule que cela. Elle fit preuve de prudence mais s’avança tout-de-même. Le parfum d’une jeune fille chargeait les airs et d’après l’odeur, elle était trempée. Sans plus attendre, Elenna fit quelques pas en plus et se pencha doucement. Surprise.

En effet, il y avait bien une demoiselle, accroupie là contre un muret et trempée comme si elle était tombée dans une piscine moldue. Ses yeux fixaient la propriétaire d’Ollivander’s comme si elle était un monstre tout droit sorti des enfers. Les gouttes tombaient encore, ignorant les deux jeunes femmes qui se trouvaient sous les assauts de la pluie. Doucement, Elen fit glisser sa capuche sur sa nuque, les faux poils qui lui encadraient le visage disparaissant avec et laissant ses cheveux blancs comme la neige apparaître aux yeux de la rousse. La belle ressemblait à une élève à cause de sa petite taille mais son visage aux traits de poupée montrer la sagesse qu’elle acquiesçait avec les années. Elle fit un sourire et ouvrit enfin sa bouche, sa douce voix sortie de ses lèvres.

" Est-ce bien prudent de se promener hors de Poudlard à cette heure si tardive ? Surtout sous cette pluie battante, jeune fille. Je ne suis pas certaine que les professeurs et la directrice aient accepté de te laisser sortir une fois la nuit tombée… De quelle maison es-tu ? "

Gardant son visage bienveillant, Elenna tendit la main à la rousse, l’invitant à se relever. Les perles de pluie glissaient toujours sur les deux visages…
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Crystal M. Ertz, Dim 5 Oct 2014 - 20:37




Sinistre. C'était un mot que Crystal avait mit du temps à comprendre, elle qui avait toujours vécu confortablement et dans une ambiance toujours chaleureuse. Depuis le drame de la mort de ses parents, la jeune sorcière n'avait plus rien vécu de traumatisant, rien n'avait jamais perturbé sa vie presque trop tranquille. Sa vie d'enfant avait toujours été un cocon, confortable et réconfortante si bien qu'elle n'avait jamais pensé à aller voir au delà. Mais aujourd'hui qu'elle était adulte, elle voyait les choses bien autrement. Les ombres et les noirceurs s'étaient petit à petit emparé de sa bulle de bonheur sans qu'elle ne s'en rende compte et qu'elle s'y prépare. Crystal se sentait bien idiote aujourd'hui d'avoir regardé la vie d'une façon si romantique parce que même si le bien existait, il était constamment entouré du mal, plus discret et plus ravageur. L'apprentie alchimiste fixait l'étagère de son laboratoire depuis presque 5 minutes maintenant, figée et incapable de dire le moindre mot. La raison? Un simple morceau de verre de moins d'une centimètre de diamètre posé sur le vieux bois. Les connections logiques s'étaient soudainement enclenchées devant ce simple éclat. Les flash back heurtèrent la jeune femme aussi violemment qu'un cognard reçu en pleine face: Elle dissimulée sous un capuchon, un badge posé en évidence sur son pardessus. Elle entrant d'une manière violente dans sa propre boutique pour la saccager. La culpabilité et la peur l'avait envahie plus vite qu'elle ne l'aurait cru. Ce cauchemar était en fait sa sinistre réalité et tout avait commencé par l'obtention d'un simple badge.

Lorsqu'elle sortit enfin de sa transe, Crystal se sentait pire que jamais. Elle voulait pleurer, crier et se défouler pour expulsion tout ce qu'elle avait sur le cœur. Elle se sentait nauséeuse et affreusement coupable surtout qu'une auror était venue par après pour lui demander des détails sur l'attaque. Dehors, un vent glacial et froid régnait en maître sur les rues londoniennes et semblait se moquer d'elle. Suivant ses instincts, elle prit une veste et sortit de la vieille maison au cœur de Londres. Elle marcha d'un pas rapide dans les rues en changeant de trottoir dès qu'elle apercevait la moindre silhouette en face d'elle. Mais plus elle marchait et plus son malaise se renforçait. Se retenant d'hurler, elle se mordit furieusement la lèvre jusqu'à faire perler quelques gouttes de sang. Il lui était impossible de continuer à errer ici, les quelques personnes qui croisaient sa route l'enfonçaient un peu plus vers le fond et les lampadaires l'obligeait à faire face à son ombre et par conséquent à sa conscience. Il fallait qu'elle trouve rapidement un endroit isolé et sombre ou personne ne pourrait la déranger. Elle aurait pu partir n'importe où à l'étranger, comme à Prague où elle était déjà allée, mais se savait trop faible pour accomplir un tel trajet seule. Elle s'orienta alors rapidement vers l'endroit le plus proche et le plus calme à proximité: Les bois hurlants de Pré-au-Lard. L'apprentie rassembla ce qu'il lui restait de force et de concentration avant de disparaître avec un léger "Pop". Quelques secondes plus tard, elle atterrit au milieu des bois sombres et effrayants. L'endroit était parfait pour soulager ses maux.

Crystal leva sa baguette et lança plusieurs #Bombarda contre des pierres et des racines. Lorsqu'elle se calma enfin, elle n'avait plus de souffle et elle se sentait toujours aussi mal. Elle hurla de rage et s'appuya sur un tronc d'arbre avant de s'y laisser glisser.

- Mais qu'est ce qui m'a prit d'accepter ce foutu badge et de me faire manipuler comme une enfant? Comment j'ai pu être aussi stupide? Elle s'arrêta et réprima un sanglot avant d'émettre un petit rire nerveux. Dire qu'ils ont réussis à me faire saccager ma propre boutique... Dites moi Bon Dieu comment je pourrais me pardonner ça?

Revenir en haut Aller en bas
Emma-Lee Swan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les bois hurlants

Message par : Emma-Lee Swan, Sam 13 Déc 2014 - 20:53


[HRPG: le dernier message datant d'il y a plus d'un mois, je me permets de m'y inviter.
RP avec Severus Storm.]


Les deux jeunes gens venaient de s'enfuir de la Cabane Hurlante après y avoir été attaqués par deux mangemorts. Emma-Lee comme Severus en ressortaient avec des blessures douloureuses mais aucun ne s'en plaignait. Et c'était au milieu des bois entourant ce lieu funeste qu'ils avaient trouvé refuge.

Toujours furieuse contre le Serpentard, la jeune fille marchait rapidement devant lui, ne sachant trop quoi dire. Elle se repassait cet épisode qui n'avait pas été des plus joyeux de sa vie tout en essayant de comprendre sa colère. Elle savait que Severus était arrivé pour la secourir, mais elle ne voyait pas pourquoi il l'avait fait. Elle n'avait pas de grande valeur, il n'était donc pas normal qu'il se précipite au devant d'un tel danger.
Sur un accès de rage et essouflée, Emma-Lee se retourna vers son compagnon et lui demanda d'une voix forte:

- Peux-tu m'expliquer ce qui t'as pris de te jeter dans la gueule du loup comme ça?
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Severus Storm, Sam 13 Déc 2014 - 21:41


Les douleurs à sa poitrine lui arrachèrent une grimace. Sa respiration était haletante. Un filet de sang coulait sur son visage. Le jeune homme s'arrêta un court instant pour cracher un peu de sang. Le sortilège du Souffle de l'Ennemi n'avait pas été des plus faciles à encaisser. * Ça aurait pu être pire... * pensa-t-il. Soupirant, Severus se redressa et reprit sa route au milieu des bois.

Emma-Lee marchait d'un pas décidé et rapide devant lui. Tout deux avaient abandonné leurs amis derrière eux. Ils avaient des choses à se dire apparemment. Depuis quelques minutes, ils marchèrent en silence. Tout deux étaient amochés par la douloureuse rencontre dans la Cabane Hurlante, mais aucun ne faisait le moindre commentaire sur leur état.

Jetant un regard à la Serdaigle, Severus sut qu'elle n'avait pas décoléré. Il ne voulait pas s'engager sur la discussion qui allait suivre. Il ne devait pas perdre son sang-froid, même s'il sentait ses mains trembler de colère. Serrant les poings, il les fourra dans son manteau et essaya de se contrôler.

Ce fut sans compter sur la réaction de sa copine. Le Serpentard dut s'arrêter brusquement alors qu'Emma-Lee se retourna vivement vers lui et se mit à extérioriser sa rage.


- Peux-tu m'expliquer ce qui t'as pris de te jeter dans la gueule du loup comme ça?

Soupirant violemment, Severus se rua sur elle, saisit son bras avec force, si bien qu'il savait qu'elle ne pourrait s'échapper de son emprise, souleva sa manche et pointa sa baguette sur la blessure de la jeune Serdaigle. Elle voulait une conversation, elle l'aurait. Mais, avant il devait la soigner. Plus de quinze minutes s'étaient écoulées depuis qu'il avait quitté la Cabane Hurlante. L'usage de la magie lui était revenu.

Pointant sa baguette sur le bras d'Emma-Lee, le jeune homme murmura trois fois le #Vulnera Sanentur. La plaie était profonde, mais le sort fonctionnerait. L'hémorragie s'arrêta. Severus lança ensuite un #Ferula afin de faire apparaître une bande sur son bras. La dévisageant un instant, il la relâcha et fut satisfait de voir qu'il avait guéri la blessure la plus douloureuse.

Severus s'écarta d'elle et se laissa tomber sur un tronc non loin, la tête entre les mains. Il n'arriverait pas à se maîtriser. Il le sentait au plus profond de lui. La colère, la peur et le doute s'emparaient de lui. Il leva les yeux sur sa copine et dit d'une voix tremblante:


- Regarde-moi, Emma-Lee... La peur. J'ai peur. J'ai toujours su maîtriser mes émotions. J'ai toujours su les tenir à distance et là... Mon corps me trahit. Et toi... Tu... Tu me demandes ce qui m'a pris?!

Tout en parlant, le jeune homme avait un comportement proche de la crise d'angoisse. Ses gestes étaient brusques, sa respiration haletante et sa voix tremblait sous le joug des émotions. Severus allait craquer. Pris d'un accès émotif, il eut un rire nerveux avant de poursuivre d'une voix ferme et très rapide.

- Je suis arrivé à la Cabane Hurlante. Mercor m'a transmis ton message. J'en ai déduis qu'il se passait quelque chose d'inquiétant car ce n'est pas CLAIREMENT pas ton genre de faire ce genre de chose. Je t'ai vu TE battre avec DEUX MANGEMORTS! Tu étais blessée. Je t'ai entendu me supplier de t'achever. J'ai tenu à te venir en aide car tu es ma copine! Ma copine, Emma-Lee!! N'est-ce pas ce qu'un homme doit faire pour sa femme? Apparemment non. Je commence à me demander pourquoi j'ai risqué ma vie pour sauver la tienne. A par ça, tout va bien. Je vais très bien Emma-Lee! Merci de t'en intéresser. Tu as raison, je ne veux pas de ta compassion. J'ai juste envie de me prendre la tête à t'expliquer par un raisonnement logique ce qui m'a pris. C'est vraiment la seule chose dont j'ai envie maintenant! Au cas où tu ne l'aurais pas saisi: ce que je viens de dire est ironique! Donc, laisse-moi tranquille!!
Revenir en haut Aller en bas
Emma-Lee Swan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les bois hurlants

Message par : Emma-Lee Swan, Sam 13 Déc 2014 - 22:17


Emma-Lee voulait des explications au geste inconsidéré qu'avait pris Severus. Il n'était pas du genre à se mettre en danger, et pourtant il l'avait fait. Pour elle.

Avant de répondre à sa question, Severus la saisit violemment par le bras et souleva sa manche. La jeune fille lâcha un petit gémissement car son bras saignait toujours et la brûlure était douloureuse. Sa plaie s'étendait de son épaule à son coude, de longues et profondes traces avaient fait leur nid dans sa chair à cause du fouet enflammé du premier mangemort. Severus pointa alors sa baguette et stoppa le flux de sang, puis fit apparaitre une bande autour de la blessure. Grâce à ces soins, Emma-Lee poussa un soupir de soulagement. Elle savait qu'elle ne pourrait pas utiliser son bras correctement avant un certain temps, mais cela lui était égal pour le moment.

Tout en essayant de contenir sa colère, Emma-Lee faisait les cents pas face à Severus. Elle gardait les yeux rivés au sol et réfléchissait à toute vitesse quand elle entendit Severus prendre la parole d'une voix tremblante:

- Regarde-moi, Emma-Lee... La peur. J'ai peur. J'ai toujours su maîtriser mes émotions. J'ai toujours su les tenir à distance et là... Mon corps me trahit. Et toi... Tu... Tu me demandes ce qui m'a pris?!

Emma-Lee leva les yeux vers le Serpent et remarqua son état. Il paraissait épuisé, il se tenait la tête entre les mains et ses respiration paraissait difficile. La vérité lui sauta alors au visage: il était sous le choc.
Jamais elle n'aurait imaginé ce qui se passait dans la tête du beau jeune homme. Elle était persuadée que sa vie n'avait pas de valeur, qu'il ne servait donc à rien de se sacrifier pour elle.
Alors qu'elle encaissait ces aveux, le 7e année fut prit d'un rire nerveux et enchaîna d'une traite:

- Je suis arrivé à la Cabane Hurlante. Mercor m'a transmis ton message. J'en ai déduis qu'il se passait quelque chose d'inquiétant car ce n'est pas CLAIREMENT pas ton genre de faire ce genre de chose. Je t'ai vu TE battre avec DEUX MANGEMORTS! Tu étais blessée. Je t'ai entendu me supplier de t'achever. J'ai tenu à te venir en aide car tu es ma copine! Ma copine, Emma-Lee!! N'est-ce pas ce qu'un homme doit faire pour sa femme? Apparemment non. Je commence à me demander pourquoi j'ai risqué ma vie pour sauver la tienne. A par ça, tout va bien. Je vais très bien Emma-Lee! Merci de t'en intéresser. Tu as raison, je ne veux pas de ta compassion. J'ai juste envie de me prendre la tête à t'expliquer par un raisonnement logique ce qui m'a pris. C'est vraiment la seule chose dont j'ai envie maintenant! Au cas où tu ne l'aurais pas saisi: ce que je viens de dire est ironique! Donc, laisse-moi tranquille!!

En se plaçant face à Severus, Emma-Lee lui répondit:

- Quand je suis arrivée à la cabane, j'ai entendu des bruits de pas mais je savais que ce n'était pas toi, ni Dorian ou Spencer. Et ma première pensée, figure toi, a été : "Épargne la vie de Severus et des autres car elles valent mieux que la tienne!". Donc oui, j'ai combattu ces mangemorts, oui je t'ai demandé de ne pas venir, pour que tu ne sois pas blessé, ou pire, tué!

Les larmes aux yeux, la jeune fille enchaîna:

- Et quand je t'ai vu dans cette salle, mon cœur s'est arrêté. Tu as risqué ta vie pour ma pauvre existence alors que si tu t'étais éloigné comme je te l'avais demandé, tu serais en parfaite santé, tout comme Spencer et Dorian, et vous n'auriez jamais vécu cette attaque! Vous seriez en sécurité!

Emma-Lee ne pouvait plus respirer. Elle revoyait les scènes dans sa tête, encore et encore. Et à chaque fois, elle était térrifiée à l'idée que Severus perde la vie.
Marchant de long en large à la recherche de son souffle, d'un peu d'air, la jeune fille porta ses mains à sa tête pour faire taire sa peur, sa peur qui la rendait folle et hystérique en ce moment.
Dans un élan de terreur, Emma-Lee réussit à reprendre assez d'air pour hurler:

- J'AI CRU QUE J'ALLAIS TE PERDRE DANS CETTE FOUTUE CABANE!

Ne pouvant plus se retenir, Emma-Lee se laissa tomber par terre et se mit à pleurer. Sa tête toujours entre ses mains, elle se pencha jusqu'à toucher le sol de son front pour tenter d'effacer sa frayeur et ses angoisses. Elle sentait poindre quelque chose qu'elle ne connaissait pas au creux de son ventre, la peur viscérale d'un monde sans Severus. Et cela la rendait malade, aussi bien physiquement que mentalement.
Pendant tout ce temps, elle n'avait pensé qu'à Severus, qu'à sa sécurité et avait complètement occulté leurs amis. Elle l'avait vu encaisser les attaques les unes après les autres sans faiblir. A chaque instant il était resté et avait donné la réplique à ses attaquants cagoulés.
Mais à chaque seconde, Emma-Lee avait subi mille mort en pensant à ce qui aurait pu arriver de pire: la mort de Severus.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Severus Storm, Lun 15 Déc 2014 - 12:06


Severus avait du mal à contenir son envie de fumer. Les émotions le submergeaient. Cela le déstabilisait tellement qu'il n'avait que ça en tête: une cigarette. Le jeune homme ne fumait pas à Poudlard. Il avait d'ailleurs pris la décision d'arrêter, mais dans des moments comme celui-là, sa dépendance au tabac s'affirmait plus que jamais. C'était une des rares choses qui calmait son esprit et son corps. Inspirant profondément, l'étudiant essaya de se contrôler.

Emma-Lee reprit la parole.

- Quand je suis arrivée à la cabane, j'ai entendu des bruits de pas mais je savais que ce n'était pas toi, ni Dorian ou Spencer. Et ma première pensée, figure toi, a été : "Épargne la vie de Severus et des autres car elles valent mieux que la tienne!". Donc oui, j'ai combattu ces mangemorts, oui je t'ai demandé de ne pas venir, pour que tu ne sois pas blessé, ou pire, tué! Et quand je t'ai vu dans cette salle, mon cœur s'est arrêté. Tu as risqué ta vie pour ma pauvre existence alors que si tu t'étais éloigné comme je te l'avais demandé, tu serais en parfaite santé, tout comme Spencer et Dorian, et vous n'auriez jamais vécu cette attaque! Vous seriez en sécurité!

Severus ne jeta pas un regard à la jeune femme face à lui. Il savait très bien ce qu'il y verrait: des larmes et un flot incontrôlable de sentiments contradictoires. En effet, Emma-Lee semblait se battre en sa rage et son amour pour le jeune homme. Deux sentiments si distincts et si proches... Une dualité humaine difficile à contrôler. C'était à la fois touchant et irritant. Soudain, elle commença à s'agiter en arpentant le sentier de long en large. Le silence s'installa lorsque un hurlement déchira l'atmosphère:

- J'AI CRU QUE J'ALLAIS TE PERDRE DANS CETTE FOUTUE CABANE!

Emma-Lee flancha et s'effondra littéralement par terre. L'amour était le résultat d'une alchimie incroyablement simple et très destructrice. Severus laissa passer cinq minutes, puis dix, peut-être quinze. S'isolant dans son esprit, il arrivait à rationaliser la situation et à reprendre le contrôle de son être.

Avec calme et assurance, le jeune homme se redressa, se plaça face à la jeune fille. Il la dominait de toute sa hauteur. Il n'éprouvait pas de pitié pour elle. La pitié n'était pas un sentiment correct dans une relation telle que la leur. Bien qu'il se fut renfermer dans son esprit, il pouvait sentir une profonde mélancolie. Sa voix calme rompit le silence.


- Mourir... C'est le propre des êtres vivants. C'est un but en soi. Il faut que tu acceptes ce simple fait. Cela ne m'effraie pas. Par contre, que quelqu'un d'autre mette sa vie en jeu pour la mienne, je ne peux l'accepter. Même si je considère qu'un être humain est fait pour vivre et mourir, que tout le reste n'est que vanité ou hypocrisie, ce ne doit pas être ton cas. Tu ne dois jamais penser comme moi. Continue à éprouver ce genre de composants humains. Continue à ... aimer. Car c'est ce qui fera ta force. Ta vie a autant de valeur que celle d'un autre. Même plus à mes yeux. Donc, ne la mets pas en jeu pour sauver autrui. Quand bien même autrui est l'homme de ta vie. Je t'ai déçu, n'est-ce pas? Oh, oui, c'est ça. Écoute, Emma-Lee, les héros n'existent pas. Et quand bien même ils existeraient, je ne voudrais pas être l'un d'entre eux.

Severus marqua un bref silence avant de poursuivre.

- J'ai toujours considéré que l'amour était une ombre dangereuse. Merci de me l'avoir prouvé une fois de plus. Les gens et mes proches croient que l'amour est un mystère pour moi. Mais, en réalité, c'est le résultat d'une alchimie simple et très destructrice. Ce n'est pas ta rage qui parle... mais ta peur de me perdre, comme tu l'as si bien dit. Tu te caches derrière des mots, Emma-Lee. Alors que tu n'en as besoin que de trois en réalité. Ta respiration haletante, ton pouls qui s'accélère à chaque fois que je suis prêt de toi..., ajouta-t-il tout en se penchant et en s'emparant rapidement de son poignet pour confirmer ses idées. Ce qui te rend folle dans le fond... ce sont ces trois mots.

Son geste avait été vif, cinq secondes tout au plus. Toutefois, cela avait permis d'engager le contact physique. Car, Severus savait que certaines de ses paroles feraient du mal à la jeune fille. Elle était bien trop jeune pour comprendre ce fait. Un instant, l'idée de ne pas ajouter un mot lui vint en tête, mais ce n'était pas correct. C'est pourquoi, il acheva d'une voix tout aussi paisible.

- Ne t'en fais pas: je ne ferais pas de ton cœur un tas de cendre.

Emma-Lee n'en resterait pas là. Le jeune homme savait qu'elle chercherait à comprendre ses propos. Ils tournaient en rond et Severus avait décidé de mettre l'accent là où ça faisait mal. Espérant que la jeune femme se calme, ses pieds s'éloignèrent et se mirent à arpenter le chemin comme la jeune femme l'avait fait précédemment.
Revenir en haut Aller en bas
Emma-Lee Swan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les bois hurlants

Message par : Emma-Lee Swan, Lun 15 Déc 2014 - 16:44


Emma-Lee était tiraillée de l'intérieur: d'un côté elle était soulagée que Severus soit près d'elle, vivant, mais de l'autre, elle voulait qu'il soit au château, en sécurité. Elle n'arrivait pas à démêler ses pensées ni ses sentiments si contradictoires. Mais une chose était sure: elle en voulait au Serpentard d'avoir risqué sa vie pour la sienne.

La jeune fille était recroquevillée au sol, les mains de part et d'autre de sa tête comme pour contenir sa folie. Au fil des minutes qui s'écoulaient, la jeune Serdaigle retrouvait peu à peu son calme, et ses larmes commençaient à s'arrêter. Mais Severus commença à parler et ce qu'il lui dit la blessa au plus profond d'elle-même:

- Mourir... C'est le propre des êtres vivants. C'est un but en soi. Il faut que tu acceptes ce simple fait. Cela ne m'effraie pas. Par contre, que quelqu'un d'autre mette sa vie en jeu pour la mienne, je ne peux l'accepter. Même si je considère qu'un être humain est fait pour vivre et mourir, que tout le reste n'est que vanité ou hypocrisie, ce ne doit pas être ton cas. Tu ne dois jamais penser comme moi. Continue à éprouver ce genre de composants humains. Continue à ... aimer. Car c'est ce qui fera ta force. Ta vie a autant de valeur que celle d'un autre. Même plus à mes yeux. Donc, ne la mets pas en jeu pour sauver autrui. Quand bien même autrui est l'homme de ta vie. Je t'ai déçu, n'est-ce pas? Oh, oui, c'est ça. Écoute, Emma-Lee, les héros n'existent pas. Et quand bien même ils existeraient, je ne voudrais pas être l'un d'entre eux.

Vanité? Hypocrisie? Composantes humaines?
Emma-Lee n'en revenait pas. Stupéfaite par les paroles de son amoureux, la jeune fille écarquilla les yeux sans changer de position, si bien que Severus ne pouvait pas voir son état de choc.
Après quelques instants de silence durant lesquels Severus se déplaça, Emma-Lee attendit la suite. Elle voulait que Severus change de discours, car il était en train de détruire son cœur et ce qu'il lui restait de foi en l'Homme. Mais il poursuivit:

- J'ai toujours considéré que l'amour était une ombre dangereuse. Merci de me l'avoir prouvé une fois de plus. Les gens et mes proches croient que l'amour est un mystère pour moi. Mais, en réalité, c'est le résultat d'une alchimie simple et très destructrice. Ce n'est pas ta rage qui parle... mais ta peur de me perdre, comme tu l'as si bien dit. Tu te caches derrière des mots, Emma-Lee. Alors que tu n'en as besoin que de trois en réalité. Ta respiration haletante, ton pouls qui s'accélère à chaque fois que je suis prêt de toi... Ce qui te rend folle dans le fond... ce sont ces trois mots.

Joignant les mots à la parole, le 7e année attrapa son poignet quelques secondes puis le relaissa tomber. Emma-Lee n'essaya même pas d'amortir son bras tellement elle était choquée par ses mots.

- Ne t'en fais pas: je ne ferais pas de ton cœur un tas de cendre.

N'en pouvant plus, la jeune fille laissa échapper un sourire totalement froid en sentant ses larmes se remettre à couler doucement. Elle ne voulait pas se souvenir de ce moment, mais elle savait qu'il resterait gravé dans sa mémoire comme étant l'aveu de Severus concernant "l'alchimie des sentiments".
C'est donc d'une voix froide et distante que la jeune fille répondit:

- C'est donc ce que tu pense? Tu es vraiment sérieux?

Emma-Lee se redressa lentement et relâcha ses bras qui tombèrent mollement sur les côtés.

- L'amour n'est qu'une alchimie, hein? Tu ne veux pas non plus m'expliquer d'où vient ce phénomène? Je suppose que ça vient de notre cerveau qui envoie des signaux à travers un réseau composé de nos nerfs. Que suis-je bête! Ce que je ressens pour toi n'est peut être qu'une "alchimie" à tes yeux, mais pour moi ça signifie bien plus, Severus. Ça signifie vivre, avancer, construire! Mais apparemment tu ne vois pas tout cela.

Tout en parlant, la jeune fille se relevait et appuyait ses paroles de mouvements de bras secs et rapides. Et plus elle avançait dans ses pensées, plus elle prenait de la confiance mais aussi elle s'enfonçait dans la tristesse, car celui qu'elle aimait lui paraissait très loin en ce moment.

- Mes émotions ne sont peut être que des interactions et réactions chimiques dues à ta présence, mais j'accepte de les vivre, de les ressentir. Et en parlant de mots, mon cher, les trois mots qui, selon tes dires, ne devraient qu'être ceux qui comptent, ce sont ceux-là: Je t'aime. Et j'ose te les dire! Pourquoi? Parce que j'ai foi en ce que tu es, j'ai foi en ce que nous sommes et ce que cela représente. Et j'aimerai ne pas être la seule à y croire.

En reculant, la jeune fille termina sur ces simples mots:

- Et ne t'en fais pas pour mon cœur, tu viens tout juste de pulvériser.

Et la jeune fille fit volte face et avança dans la forêt. A Severus de décider s'il la suivrait ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Severus Storm, Lun 15 Déc 2014 - 18:24


C'en était trop ! Severus serra les poings et ferma les yeux afin de ne pas se laisser submerger par ce qui l'assaillait à cet instant précis. Les paroles d'Emma-Lee étaient pires que n'importe quel combat contre des Mages Noirs. Agitée comme elle l'était, la Serdaigle ne vit pas les réactions de son petit ami. Il en était soulagé car il luttait hardiment contre ses émotions. Si elle avait pris le temps, les larmes du jeune homme ne lui auraient pas échappé. C'était en vain qu'il se concentrait afin de refouler ce signe de faiblesse. Mais devant les mots d'Emma-Lee, Severus ne trouva pas quoi dire. Il resta statique pendant un long moment. Plusieurs fois, il ouvrit la bouche pour répliquer, mais il la referma aussitôt.

Severus savait au fond de lui que la patience avait ses limites. La jeune femme finit par faire demi-tour afin de s'éloigner de lui. Pour la retenir, il essaya d'apporter une lumière à ses propos.


- Ce que j'ai essayé de démontrer... C'est que je suis sans doute le plus... comment dire? Le plus déplaisant, le plus grossier, le plus ignorant et surtout le plus odieux des connards sur lequel une femme pourrait avoir la malchance de tomber. Je suis plein de dédain pour les vertueux. Je suis incapable de reconnaître la beauté humaine et dénué de toute compréhension face au vrai bonheur. Si je n'ai pas compris qu'on allait me demander un jour d'être en couple, c'est parce que jamais je n'aurais cru être L'Homme de qui que ce soit. Et certainement pas de la personne la plus sage, la plus honnête et la plus courageuse que je n'ai jamais eu le privilège de rencontrer.

Soupirant, le jeune homme continua sur sa lancée.


- Emma-Lee, je suis un homme ridicule. Uniquement racheté par la chaleur et la constance de ton amour. Tu te trouves aux côtés de l'homme qui a choisi de partager ta vie et du sorcier que tu as sauvé. En bref, la seule personne qui t'aime le plus au monde. Et je sais que je peux te parler en mon nom lorsque je te dis que je ne te laisserai jamais tomber et que j'ai toute une vie pour te le prouver.

La pure et froide raison lui permettait de ne pas céder à la panique sentimentale. Severus était résolu à essayer de démontrer ses sentiments plutôt que de les laisser se submerger. Cependant, il ne put se résoudre à envisager la réaction d'Emma-Lee.
Revenir en haut Aller en bas
Emma-Lee Swan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les bois hurlants

Message par : Emma-Lee Swan, Lun 15 Déc 2014 - 19:49


Emma-Lee avait vu les larmes de Severus pendant qu'elle parlait, mais elle était tellement blessée par son discours qu'elle n'en tint pas compte. Il avait détruit ses espoirs en l'amour grâce à un raisonnement purement scientifique et rationnel, de quoi dégouter n'importe qui de tomber amoureux.

Alors qu'elle s'enfonçait dans la forêt sans aucun but ni destination, Emma-Lee entendit Severus s'expliquer:

- Ce que j'ai essayé de démontrer... C'est que je suis sans doute le plus... comment dire? Le plus déplaisant, le plus grossier, le plus ignorant et surtout le plus odieux des connards sur lequel une femme pourrait avoir la malchance de tomber. Je suis plein de dédain pour les vertueux. Je suis incapable de reconnaître la beauté humaine et dénué de toute compréhension face au vrai bonheur. Si je n'ai pas compris qu'on allait me demander un jour d'être en couple, c'est parce que jamais je n'aurais cru être L'Homme de qui que ce soit. Et certainement pas de la personne la plus sage, la plus honnête et la plus courageuse que je n'ai jamais eu le privilège de rencontrer.

La jeune femme s'arrêta net. Severus venait de changer de registre en un laps de temps record. Il passait d'un raisonnement cartésien à la déclaration la plus touchante que la jeune fille ai eu le plaisir d'entendre. Mais elle n'eut pas le temps de répondre que le jeune homme enchaîna:

- Emma-Lee, je suis un homme ridicule. Uniquement racheté par la chaleur et la constance de ton amour. Tu te trouves aux côtés de l'homme qui a choisi de partager ta vie et du sorcier que tu as sauvé. En bref, la seule personne qui t'aime le plus au monde. Et je sais que je peux te parler en mon nom lorsque je te dis que je ne te laisserai jamais tomber et que j'ai toute une vie pour te le prouver.

Malgré tout ce qu'il venait de se passer, la froideur avec laquelle il lui avait dit que ses sentiments étaient purement chimiques, Emma-Lee aimait cet homme. Il pourrait lui dire toutes les méchancetés du monde que son cœur lui appartiendrait toujours.
La colère de la jeune fille se calma doucement et elle se retourna face à Severus. Il paraissait tellement mal... A le voir comme ça, la jeune élève se sentit mal. *C'est à cause de moi qu'il est comme ça...*
Dans un élan de peine, la Serdaigle se jeta au coup de Severus, mais elle se lança tellement fort qu'ils basculèrent tous les deux dans le mélange de bois, de mousse et de feuilles qui composait le sol. Et c'est les larmes aux yeux, le cœur gros et la voix chargée d'émotions qu'elle lui répondit:

- Tu n'es pas un connard, ni un homme déplaisant, grossier, ignorant, odieux ou ridicule. Tu es l'être le plus adorable, gentil, doux et aimant que j'ai rencontré. Tu n'es pas celui que tu crois, tu ne connais pas ta valeur et ça me désespère de savoir ce que tu pense de toi.

La voix coupée par un sanglot, Emma-Lee appuya son front sur celui de Severus et souffla:

- C'est toi qui m'a sauvé. Depuis le premier jour, tu me donne une raison de me lever le matin, de ne pas me laisser aller et de continuer à vivre. C'est toi qui me donne la force d'avancer et d'affronter la journée. Et tout ça grâce à ton amour. Tu me portes à bout de bras depuis 3 ans et tu ne te plains jamais alors que j'ai un sale caractère, que je ne suis qu'une idiote qui ne comprends pas tout ce qui peut se passer dans ta tête et que je ne t'arrive pas à la cheville. Je ne saisis pas pourquoi tu reste avec moi, surtout après ce que je viens de te dire, ce que je t'ai dis dans la Cabane et tout ce que je pourrais te dire tout au long de ma vie...

Relevant le visage, elle regarda Severus dans les yeux. Elle essayait de déchiffrer ses émotions, ses pensées par son regard mais n'y parvint pas. Alors d'une petite voix cassée par l'émotion, elle lui demanda:

- Mais s'il te plait, essaie de comprendre que je n'ai pas l'intelligence suffisante pour suivre tes raisonnements. Je ne sais pas contrôler mes émotions comme tu le fais, et je ne veux pas le faire avec toi. J'aimerai aussi que tu sois juste toi, sans contrôle ni barrière quand on est tous les deux. Et ne risque plus ta vie comme ça, je ne supporterai pas de vivre sans toi..., dit-elle en perdant sa voix dans ses larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Severus Storm, Mar 16 Déc 2014 - 13:04


Alors que Severus finissait son discours, Emma-Lee s'était détournée de sa route et lui faisait face. Elle le regarda un instant; lui lui jeta un rapide coup d'oeil avant de se détourner. Le jeune homme avait à peine amorcé un mouvement qu'il sentit quelque chose se jeter sur lui. Il bascula par terre sans avoir le temps d'amortir sa chute. Un gémissement s'échappa de sa bouche. Le sortilège qu'il avait pris un peu plus tôt accentuait la douleur de son corps. Il se dégagea et se retrouva nez-à-nez avec Emma-Lee. Au moins avait-il réussi à la faire revenir sur ses pas, c'est-à-dire auprès de lui.

Les larmes rougissaient ses yeux et sa voix était ruée. Ses mots étaient empreints d'émotions. Ils parlaient de lui, d'elle et de leur relation. Severus eut quelques ricanements en entendant les propos de la jeune fille. Emma-Lee était si naïve, si pleine d'amour et d'espoir que cela lui faisait un pincement au cœur de penser qu'elle était avec un homme comme lui. Lui qui avait du mal à ressentir des sentiments et qui était si froid d'ordinaire. Il lui faudrait de la patience pour rester avec lui. Beaucoup de patience.


- Mais s'il te plait, essaie de comprendre que je n'ai pas l'intelligence suffisante pour suivre tes raisonnements. Je ne sais pas contrôler mes émotions comme tu le fais, et je ne veux pas le faire avec toi. J'aimerai aussi que tu sois juste toi, sans contrôle ni barrière quand on est tous les deux. Et ne risque plus ta vie comme ça, je ne supporterai pas de vivre sans toi..., dit-elle en perdant sa voix dans ses larmes.

Severus était incapable de répondre. Non pas parce qu'il était ému, mais plutôt parce qu'Emma-Lee avait son coude sur sa poitrine. Le mélange entre la douleur et sa respiration coupée le firent toussoter. Avec fermeté, ses mains se refermèrent sur ses poignets et la repoussèrent doucement sur le côté.

- Excuse-moi, dit-il d'une voix rauque. J'ai juste... un peu mal à la poitrine.

Étendu sur le sol, le jeune homme grimaça et saisit la main de la jeune fille. Ses doigts se serrèrent très fort entre ceux d'Emma-Lee. Cela lui permettait de fixer son attention sur autre chose que sur sa douleur. Régulant sa respiration, Severus lui répondit.

- Je te l'ai dit: tu vas mûrir et puis, une relation ne se construit pas du jour au lendemain. Tu as le temps de grandir et de te forger une personnalité. Dans quelques années, je n'aurais plus aucun secret pour toi. Si je ne me plains pas de ton mauvais caractère, c'est parce que j'estime que tu es bien plus que ça. Ne me demande pas de ne pas être moi-même. Je suis comme ça avec mon côté sociopathe. Ce n'est pas que je ne veuille pas montrer mes émotions. C'est juste que ma personnalité fait que je suis comme ça. Tu es la seule à voir quelques unes de mes pensées et mon corps submergés par le joug des sentiments. Tu es différente de moi de ce côté-là. Tu montres tes émotions et je ne t'en veux pas, bien au contraire. Cela fait parti de toi et je t'ai choisi comme ça. Tu arrives de ce fait à sauver mon côté sociopathe... et à me montrer d'autre facette de l'être humain. Avec un petit rire sarcastique, il ajouta: La prochaine fois que tu seras furieuse contre moi, dis-toi quand même que ce n'est pas ça qui va nous aider...

Severus s'arrêta là, car il ne savait pas quoi ajouter. Il ne faisait pas de mouvements physiques car il était exténué dans tous les sens du terme. Le visage et les yeux fermés, dans un murmure à peine audible, le jeune homme acheva autant pour Emma-Lee que pour lui-même:

- Et puis, si je reste avec toi, c'est peut-être que je suis tombé sous ton charme.
Revenir en haut Aller en bas
Emma-Lee Swan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les bois hurlants

Message par : Emma-Lee Swan, Mar 16 Déc 2014 - 20:45


Emma-Lee ne s'était pas rendue compte qu'elle faisait mal à Severus dans cette position. Elle était complètement appuyée sur lui, son coude sur son thorax et continuait son débit de paroles sans s'arrêter.
Quand Severus la releva légèrement, elle remarqua alors sa grimace et se souvint que sur le chemin, il avait eu du mal à respirer. Il attrapa alors la main de la jeune fille, serra fort leurs doigts entrelacés et dit:

- Excuse-moi. J'ai juste... un peu mal à la poitrine.

Après avoir repris une respiration plus lente, il ajouta:

- Je te l'ai dit: tu vas mûrir et puis, une relation ne se construit pas du jour au lendemain. Tu as le temps de grandir et de te forger une personnalité. Dans quelques années, je n'aurais plus aucun secret pour toi. Si je ne me plains pas de ton mauvais caractère, c'est parce que j'estime que tu es bien plus que ça. Ne me demande pas de ne pas être moi-même. Je suis comme ça avec mon côté sociopathe. Ce n'est pas que je ne veuille pas montrer mes émotions. C'est juste que ma personnalité fait que je suis comme ça. Tu es la seule à voir quelques unes de mes pensées et mon corps submergés par le joug des sentiments. Tu es différente de moi de ce côté-là. Tu montres tes émotions et je ne t'en veux pas, bien au contraire. Cela fait parti de toi et je t'ai choisi comme ça. Tu arrives de ce fait à sauver mon côté sociopathe... et à me montrer d'autre facette de l'être humain.

Severus paraissait tellement sérieux que la jeune fille mis de côté sa blessure qui ne pouvait qu'être sérieuse. Elle l'écouta attentivement et fut touchée d'entendre que le Serpentard voyait leur relation durer dans le temps. Elle savait que le jeune homme n'était pas comme les autres mais elle ne savait pas si il se voyait toujours avec la demoiselle dans un futur proche ou s'il pensait que leur relation ne durerait pas.
Maintenant rassurée, Emma-Lee allait lui répondre quand il déclara avec un ton humoristique:

- La prochaine fois que tu seras furieuse contre moi, dis-toi quand même que ce n'est pas ça qui va nous aider...

Emma-Lee sourit à cette taquinerie de la part de son amoureux. En effet, les disputes étaient assez denses pour un jeune couple. Mais il fallait s'y attendre entre deux personnes avec de forts caractères. Ils avaient beau être discrets dans la vie en société, en réalité, ces deux élèves étaient de vraies forces de la nature qui ne comptaient sur personne en temps normal, enfin jusqu'à ce qu'ils se mettent en couple.
Plus bas, tel un murmure, Severus avoua:

- Et puis, si je reste avec toi, c'est peut-être que je suis tombé sous ton charme.

Quelque peu rassurée, la jeune fille sourit malgré ses larmes. Elle aimait profondément cet homme à terre, cet homme qui l'avait aidée dés son arrivée au château et qui maintenant partageait sa vie, ses émotions, ses aventures et ses pensées. Même si elle aurait préféré l'épargner du combat contre les Mangemorts, Emma-Lee était heureuse qu'il soit près d'elle en ce moment, car il l'apaisait et la rassurait en tout temps.

- Tu es un magicien, Severus Storm. Et pas dans le sens sorcier, j'entends. Je pense plutôt à ta capacité à me calmer, à me toucher, à m'approcher, dit la jeune fille avec un petit sourire. Tu es capable de tellement de choses, tu es en train de me changer.

Dans un élan d'amour, Emma-Lee se pencha vers Severus et l'embrassa tendrement. Dans ce baiser, elle s'excusait de son comportement, elle se rassurait de la présence de son compagnon.
Puis, revenant à l'humeur joueuse de ce cher Severus, Emma-Lee lui glissa à l'oreille:

- La prochaine fois que l'on se disputera, ce sera dans un lit où je pourrais t'attaquer avec des oreillers!

Reprenant son sérieux, la jeune fille songea à la blessure de Severus. Elle était inquiète concernant son état car sur ses lèvres, elle avait senti le goût du sang et cela n'était jamais bon signe. Il avait besoin de soins et très rapidement. La jeune fille demanda alors au Serpentard:

- Sérieusement, on ne devrait pas retrouver les autres et retourner voir les aurores, pour leur dire que tu es blessé?
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Severus Storm, Ven 19 Déc 2014 - 10:57


Après qu'il eut terminé sa tirade, Severus dirigea ses yeux gris vers le ciel. Les branches des arbres constituants les bois hurlants se balançaient sous l'effet du vent. Le jeune homme n'avait pas senti la fraicheur de l'hiver jusqu'ici. Cependant, son corps blessé et épuisé se fit plus sensible à l'atmosphère ambiante. Si bien qu'il ne put retenir un violent frisson. Le Serpentard grogna car il détestait avoir froid.

Sans faire un mouvement pour se relever, il sentit Emma-Lee se détendre à côté de lui. La jeune fille devait être rassurée par ses paroles.


- Tu es un magicien, Severus Storm. Et pas dans le sens sorcier, j'entends. Je pense plutôt à ta capacité à me calmer, à me toucher, à m'approcher. Tu es capable de tellement de choses, tu es en train de me changer.

Un petit sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme. Il était heureux de la voir s'épanouir, mais Emma-Lee devait impérativement se construire une personnalité elle-même avec les épreuves de la vie. La jeune Serdaigle comprendrait ça toute seule avec le temps.

Alors qu'il était toujours perdu dans une contemplation du paysage qui le calmait quelque peu, Severus vit apparaître le visage d'Emma-Lee au-dessus du sien. Les yeux de la jeune fille étaient plein d'amour et de bienveillance à son égard. Avec précaution, elle se pencha sur lui et l'embrassa tendrement. Le jeune homme caressa doucement la joue de sa copine alors qu'elle s'éloignait.


- La prochaine fois que l'on se disputera, ce sera dans un lit où je pourrais t'attaquer avec des oreillers!

Une blague salace lui passa par la tête, mais le Serpentard se retint de la formuler. A la place, il lui envoya un petit clin d'oeil plein de signification.

- Sérieusement, on ne devrait pas retrouver les autres et retourner voir les aurores, pour leur dire que tu es blessé?

- Certes, ce serait une bonne idée. Les Aurors en ont certainement fini avec les Mangemorts, réfléchit-il à haute voix. J'aimerais bien devenir un Auror, mais perdre ma liberté et mon indépendance me pose vraiment un problème. Je pourrais me mettre à mon compte. Bref. Peux-tu me donner un coup de main pour me relever? Ça m'aiderait.

Mettant sa fierté de côté, Severus permettait à Emma-Lee de l'aider alors qu'il en avait besoin. Ce n'était clairement pas son genre. D'ordinaire, il se débrouillait toujours tout seul, mais là il avait quelque chose à construire avec la jeune Serdaigle. Il fallait faire preuve d'un peu d'humilité, même si ce n'était pas dans ses habitudes.
Revenir en haut Aller en bas
Emma-Lee Swan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les bois hurlants

Message par : Emma-Lee Swan, Mar 23 Déc 2014 - 23:05


Severus ne paraissait pas en forme depuis l'attaque des Mangemorts, il était resté au sol sans esquisser le moindre mouvement pour se lever.

- Peux-tu me donner un coup de main pour me relever? Ça m'aiderait.

Severus était mal en point pour demander l'aide d'Emma-Lee. Cela ne lui ressemblait pas et la jeune fille commença à s'inquiéter. Elle savait que le Serpentard était fier, et donc ses blessures étaient d'autant plus graves que ce qu'il laissait voir...

- C'est ton torse qui te fais mal? demanda la Serdaigle en essayant de refouler sa panique. Pourquoi tu ne me l'as pas dis plus tôt...

La 3e année fit rouler Severus sur le côté, tout en douceur pour ne pas le blesser davantage, puis elle le fit asseoir en le penchant sur le côté. Voulant savoir de quoi souffrait le jeune homme, Emma-Lee commença à déboutonner le premier bouton de la chemise de Severus en le dissuadant de l'en empêcher d'un regard.
Les 3 premiers boutons ouverts, Emma-Lee put constater les dégâts et dit au jeune homme:

- Attends d'être prêt à te lever et dis moi quand tu t'en sens capable.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les bois hurlants

Message par : Severus Storm, Mer 24 Déc 2014 - 14:02


- C'est ton torse qui te fais mal? Pourquoi tu ne me l'as pas dis plus tôt...

L'inquiétude d'Emma-Lee était presque palpable. Severus ne put s'empêcher de répliquer:

- Ne t'inquiète pas. Je suis convaincu que ce n'est pas grave. Il faut juste que je me fasse soigner.

Avec douceur, la jeune Serdaigle l'aida à se redresser tant bien que mal. Le Serpentard prit sur lui pour ne pas paraître trop faible, même si la douleur était présente. Il serrait les dents et regarda Emma-Lee s'affairer près de lui. Le jeune homme fut tenté de protester mais les yeux de la jeune fille l'en dissuadèrent. Soupirant, Severus se retrouva torse nu rapidement. Rien n'était visible car les dégâts du sortilèges qu'avait reçu l'étudiant de dernière année était avant tout internes.

- Attends d'être prêt à te lever et dis moi quand tu t'en sens capable.

S'appuyant sur sa main droite pour ne pas basculer en arrière, le Serpentard hocha la tête et rythma sa respiration de façon régulière afin de ne pas provoquer plus de douleur. Il passa sa main gauche sur son visage et effleura la coupure qu'il arpentait près de la tempe gauche. Regardant ses doigts, il ne vit pas de sang dessus. Le sang avait dû sécher. Un sourire se dessina sur ses lèvres.

- Je ne dois pas être beau à voir, dit-il à Emma-Lee avec une lueur d'amusement dans les yeux.

Severus tenait avant tout à rassurer sa copine. L'humeur lui servait dans ces cas-là. Il y aurait des séquelles autant physiques que psychologiques. C'est pourquoi, il se devait de commencer par relativiser la situation. Physiquement tout disparaîtrait, mais il y aurait toujours quelques traumatismes. Chaque combat laisserait quelques souvenirs et émotions au fond des protagonistes.

Posant sa main sur celle de sa copine, il dit d'une voix sûre tout en s'appuyant de l'autre main sur le petit corps de sa copine:


- Je suis prêt, M'zelle.

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Emma-Lee Swan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les bois hurlants

Message par : Emma-Lee Swan, Mar 30 Déc 2014 - 20:27


Avec le libre arbitre de Severus Storm



Emma-Lee était inquiète pour son amoureux. Aucune blessure n'était visible de l'extérieure mis à part celle de sa tête mais elle savait qu'il avait mal au niveau de l'abdomen, et rien n'était pire que les blessures que l'on ne voit pas...

Severus ne paraissait pas inquiet mais la jeune fille se demandait si ce calme était réel ou construit pour qu'elle se détende. Et c'est avec une pointe d'humour que le Serpentard lui dit:

- Je ne dois pas être beau à voir.

Emma-Lee, toujours angoissée, coupa un morceau de sa chemise. Puis elle lança un #Aguamenti sur le morceau de tissu et le posa sur la tempe gauche et l'arcade du jeune homme pour nettoyer sa plaie. Celle-ci était profonde et nette mais le sang avait séché. Avec douceur, Emma-Lee entreprit de passer la compresse improvisée sur l'entaille de Severus, elle voulait retirer toute trace de souillure et ainsi éviter une infection avec les moyens dont elle disposait dans cette forêt.

- Tu seras toujours beau et séduisant pour moi, même si tu avais un balafre qui te parcourait la totalité du visage, répondit sérieusement la jeune fille.

Tout en humidifiant son arcade, la jeune fille déposa un léger baiser sur cet élève si courageux qu'était son petit ami. A moins de recevoir des soins rapidement ou de jeter un sortilège d'illusion, il porterait une cicatrice suite à ce combat.
* Il sera encore plus beau comme ça, et même s'il pense que les sentiments ne sont qu'une faiblesse, je lui prouverai le contraire...*

Ne pouvant plus grand chose pour son visage, Emma-Lee reboutonna la chemise du Serpent et le regarda reprendre sa respiration. Puis, posant une main sur celle de la jeune fille, il déclara:

- Je suis prêt, M'zelle.

Ne sachant pas trop comment s'y prendre pour lui faire le moins mal possible, Emma-Lee réfléchit quelques instants.
* Si je lui demande de replier les jambes pour se relever, ça va comprimer son abdomen et ça va lui faire mal. Si je le fais léviter, j'ai peur de perdre ma concentration et de le faire tomber... Bon il me reste que la vieille méthode...*
La jeune fille, pas du tout rassurée par ce qu'elle allait entreprendre, dit à Severus:

- Tu vas passer un bras sur mes épaules, je glisserai le mien derrière ton dos. A mon signal tu t'appuiera sur ton bras droit pour te soulever et j'en ferais de même du côté gauche.

Tout en parlant, Emma-Lee se mit accroupie près de son compagnon. Elle plaça son bras dans le bas du dos de Severus tandis que sa main gauche attrapa celle de Severus sur son épaule.

- Un, deux, trois...

A la fin du décompte, Emma-Lee et Severus entreprirent de se lever. Emma-Lee poussait sur ses jambes tandis que Severus se tenait à elle. Et c'est avec difficulté que Severus se mit debout, sa respiration devint saccadée et il avait pâlit durant l'effort. Inquiète, la jeune fille lui demanda:

- Severus! Ça va?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les bois hurlants

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 13

 Les bois hurlants

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.