AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -39%
Huawei P30 Smartphone à 399€ seulement
Voir le deal
399 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 5 sur 27
Dans le jardin, sur la belle pelouse
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 16 ... 27  Suivant
Andrew Collins
Poufsouffle
Poufsouffle

Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Andrew Collins, le  Mer 21 Nov - 19:01

    Dans un semblant de sérieux, Ailyne fit tout comme si elle n'acceptait pas les excuses du jeune homme en le surnommant "poulet" ce qui fit rire l'adolescent. Mais fut bien obligée de le pardonner lorsqu'il embrassa sa joue.
    Puis, ils regardèrent le couché de soleil et Andrew lui murmura de belles paroles. Ils étaient si bien là, tout les deux. L'adolescente murmura quelque chose dans une langue étrangère, cela ressemblait à du Français et bien que le Pouffy avait quelques notions dans cette langue, il ne parvint pas à décrypter la phrase. Mais la France étant la pays natale de la belle brune, elle avait parlé dans sa langue pour ne pas qu'il puisse comprendre mais quoi qu'elle ai pu dire, ça n'avait pas l'air méchant.


    Lorsqu'ils jouait au jeu de celui qui regarde l'autre le plus longtemps, Andrew gagna évidemment, mais il perçu dans le regard de la brunette autre chose que de l'amitié. Ressentait-elle les mêmes sentiments que lui ? Mais pourquoi les cacher, pourquoi ne pas le lui dire ? Bien sur, pour le Poufsouffle il était évident que Lyne devait lui dire ce qu'elle ressentait réellement si ce que pensait Andrew était vrai, mais lui aussi devrait le faire dans ce cas.
    Une pensée folle traversa l'esprit du jeune sorcier,
    * Si je l'embrassais, quelle serais ça réaction ? Comment les choses se déroulerait ensuite ?*

    Cependant, le jeune homme essaya de de ressaisir, mais il n'arrivait plus à contrôler ses sentiments, c'était la première fois qu'il perdait le contrôle. Il plongea dans les yeux de la brunette et lui demanda si elle avait besoin de son aide pour un devoir. Certes, cela était complètement stupide vu les circonstances actuelles mais il ne voulait pas lui dire qu'il l'aimait, même s'il voyait très bien que son amie ressentait les mêmes sentiments que lui à son égard. Mais c'était le seul moyen pour lui de plus ou moins reprendre le contrôle de ses pensées, de ses sentiments : changer de sujet.

    - "Je ne veux pas que tu m'aides... Je veux t'embrasser." Dit-alors brusquement Ailyne. Ces paroles étonnèrent et déstabilisèrent le Poufsouffle. Et avant même qu'il ne puisse dire quoi que ça soit, Lyne s'approcha et l'embrassa.

    Andrew se laissa faire, bien évidemment, le baiser était tendre, magique, fabuleux ! Jamais encore l'ado n'avait embrassé une fille. Qu'est-ce que cela pouvait être agréable. Les frissons, les sensations que ressentait Andrew durant ce baiser était totalement indescriptible hors mis qu'ils étaient agréables et magiques. Il posa l'une des ses mains sur la joue de la belle brune et l'autre main s'enlaça dans celle de la jeune sorcière.
    Ce baiser dura un long moment et lorsqu'enfin, il fut terminé, Andrew regarda Lyne avec un énorme sourire et ce mit à rire. Il riait parce qu'il était content et même plus encore ! En cet instant, le sorcier aurait pu se décrire en tant qu'homme le plus heureux de toute la planète. Il était heureux parce qu'elle aussi l'aimait, il avait donc raison lorsqu'il pensait qu'elle aussi était amoureuse de lui.

    Jusqu’à maintenant, les sentiments qu'il ressentait pour elle étaient "inconnus" mais après ce baiser, tout était beaucoup plus clair. Cela faisait un moment qu'il rêvait d'eux deux sortant ensemble mais il avait toujours pensé qu'ils ne formeraient pas un bon couple, qu'ils n'étaient pas compatibles, que le coeur avait ses raisons que la raison ignore mais qui mieux que Lyne pourrait convenir à Andrew ? C'est vrai, en tant normal ils étaient très complice, autant qu'entre frères et soeurs, ils partageaient beaucoup de point commun, se confiait tout tel des meilleurs amies : ce qu'ils étaient. Tout leurs entourages les trouvaient mignons et Andrew était certain que tout le monde savait comment ils allaient finir, sauf eux qui préférait faire comme s'ils n'étaient que de simple amis.

    Le jeune brun colla son front contre le siens , et lui demanda :


    -"Depuis combien de temps ... ?" Bien sur, cette question faisait allusion à ces sentiments pour lui. Il ne lui laissa pas le temps de répondre et l'embrassa en retour. C'était si bon de l'embrasser. Il lui dit ensuite : " Je crois que depuis le début je t'..." Il n'arrivait pas encore à dire le mot. Même lorsqu'on est sincère, ces deux mots composés de 3 syllabes et de 7 lettres était difficile à prononcer.

    Cette fois, il faisait nuit, les étoiles brillaient, une brise fraîche s'installa avec eux. Jamais ils n'auraient cru qu'a partir d'aujourd'hui, ils n'étaient plus de simple amis.
    L'alchimie qui unissait nos deux amoureux était si puissante, que rien n'aurait pu les séparer, rien ! Les yeux du jeune homme pétillaient encore plus, il ne cessait de sourire et de caresser les doigts de la plus belle fille à ses yeux.

    En revanche, Andrew ne voulait surtout pas que leur relation change, il aimerait rester dans une relation complice, bien sur que certaines choses allaient changer maintenant qu'ils étaient ensemble.





Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Ailyne Lawson, le  Sam 24 Nov - 19:13

Ce baiser fut tendre, romantique, et bien plus magique que ce qu'avait connu Ailyne auparavant. La jeune fille se sentait tout autre, parcourue de tous ses frissons, elle se sentait comme différente. Il lui semblait qu'elle redevenait un instant elle-même, malgré qu'elle sache que ça sera à tout jamais impossible.

Ronger par le poids de la tristesse et la culpabilité, Lyne savait pertinemment qu'elle ne serait jamais tout à fait elle-même, mais elle oublia un instant ses problèmes, et laissa loin la tristesse, se laissant bercer par le doux son de ce premier baiser. Aily se sentait à part, dans un autre univers, seul avec Andrew, où tous ses démons disparaissent peu à peu, remplacés par le bonheur de cet instant.

Andrew posa une main sur la joue de la jeune fille et c'est tout naturellement que son autre main vient enlacé doucement celle de la brunette. Ailyne posa la main qui ne tenait pas Andrew sur le torse du jeune homme.

Lorsqu'ils s'écartèrent l'un de l'autre, la poufsouffle regarda amoureusement le garçon qui rit. Tout deux était bien, heureux. Il s'aimait l'un et l'autre. Ce moment avait écarté les démons de chacun, même si c'était passager, et il ne voyait qu'un avenir sans nuage se dresser devant eux.

Ailyne était si amoureuse... Elle aurait voulu l'hurler au monde entier, mais peu importait du moment qu'Andrew le savait. La jeune Lawson se demanda comment elle avait pu se voiler autant la face... Ses sentiments étaient si claires. Mais au fond, elle savait que ses émotions lui faisaient plus peurs qu'elle n'osait l'avouer. La plupart du temps, elle les cachait aux autres, mais comment mieux cacher quelques choses quand se le cachant à soi-même ?

Peu importait, maintenant elle savait, et elle était heureuse dans les bras d'Andrew. Quand le jeune homme lui demanda depuis combien de temps elle l'aimait, elle lui sourit et réfléchit un instant.

Il est vrai qu'elle s'était rendu compte l'aimer aujourd’hui, mais n'était-elle pas tomber amoureuse dès le premier regard. Il était certain qu'un lien indescriptible s'était créé entre eux. Au fond quelle importance à partir de quand ses sentiments avaient changé puisqu'elle l'aimait aujourd'hui.

Le garçon lui avoua qu'il l'aimait depuis le début, mais il ne put se résoudre à lui avouer. Ailyne fronça ses sourcils, mais finalement lui sourit et lui dit :

"- Je t'aime" et elle prononça bien distinctement ses mots car elle était parfaitement sûr de ses sentiments pour la première fois de sa vie" depuis le premier instant, le premier regard."

Elle se releva, et avant qu'il puisse faire quoi que ce soit, elle partit vers un grand arbre, et y grimpa sans aucun problème. Elle avait l'habitude avec la grande forêt juste derrière sa maison. Elle s'installa en hauteur et cria à Andrew qu'elle voyait éberlué par son attitude, depuis le temps, il devrait savoir que la jeune fille adorait rire et paraissait imprévisible. Elle rit, et malgré la nuit, on pouvait voir ses yeux brillées bien plus que les étoiles.
Andrew Collins
Andrew Collins
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Andrew Collins, le  Dim 25 Nov - 12:37

    Ailyne fronça les sourcils lorsqu'elle remarqua que le jeune brun ne put se résoudre à lui dire qu'il l'aimait. Andrew Collins était réellement le droit de la gaffe, même dans les moments romantiques comme ceux-là, il arrivait à décevoir sa copine, du moins c'est ce qu'il pensait. Le Poufsouffle se remémora leur baiser si tendre, si magique, il voulait revivre ce moment là, encore et encore et encore ! Jusqu’à qu'il n'ai plus un souffle de vie mais toutes les bonnes choses ont un fin. Un rêve, comme ce baiser, doit savoir s'arrêter sinon ça vire au cauchemar. Revenant à lui même, le Pouffy commençait à regretter. Non, il était content d'enfin être avec Ailyne, c'est qu'il voulait depuis des mois mais il regrettait car il savait maintenant qu'il ne serait plus jamais lui-même, que Lyne faisait partie de lui maintenant. Mais peu importe, ce n'était qu'un petit détail dans le bonheur dans lequel vivait le beau brun en ce moment, Andrew était si amoureux qu'il voulait le crier et que tout Poudlard soit au courant.

    Comment avait-il pu cacher ses sentiments ... Sachant qu'ils étaient clair et que le Poufsouffle savait parfaitement qu'il l'aimait. Mais au fond, il n'avait jamais ressenti ça auparavant et ces sentiments qui étaient alors inconnu au départ lui faisait peur, c'est sans doute pour cela qu'il n'avait rien dit. Mais peu importait, ce qui était fait est fait et c'était le plus important. Andrew était si heureux dans les bras de Lyne, éclairés par la lune, dans un ciel dégagé remplis d'étoiles.
    Attendant que Lyne lui dévoile à son tour depuis combien de temps était-elle amoureuse de lui, celle-ci, comme si elle lisait dans ses pensées, lui offrit un beau sourire et prit la parole :


    "- Je t'aime" et elle prononça bien distinctement ses mots car elle était parfaitement sûr de ses sentiments pour la première fois de sa vie" depuis le premier instant, le premier regard." Ces mots firent chaud au coeur à Andrew, et pour lui prouver que cela le rendait encore plus heureux, il s'approcha doucement d'elle et lui déposa un baiser sur le front.

    Ailyne avait eu le courage de lui dire ces deux mots, composées de sept lettres et de deux syllabes qui était pourtant difficile à dire pour la première fois, du moins pour l'adolescent. Avant que le jeune sorcier ne puisse faire quoi que ça soit, la brunette se releva et partit vers un grand arbre. Andrew, lui, ne bougeait pas et regarda faire sa copine qui grimpait sur cet arbre. La Poufsouffle s'installa en hauteur et cria quelque chose à Andrew mais celui-ci eu du mal à comprendre les mots de la jeune femme. Elle devait être habituée à grimper aux arbres vu la facilité dont elle avait fait preuvre pour grimper dans celui-ci. Depuis le temps qu'il connaissait Lyne, il savait parfaitement qu'elle pouvait être imprévisible et qu'elle adorait rire. Justement, en parlant de rire, c'est ce que faisait la jeune sorcière en ce moment. Les yeux de sa prétendante brillaient encore plus que les étoiles, tel les yeux d'un chat brillant dans le noir.

    L'adolescent se releva à son tour, et grimpa également l'arbre sur lequel était installée sa chérie. Lui aussi avait eu l'habitude de monter aux arbres, aux murs ... durant son enfance lorsqu'il avait appris à vivre seul. Une fois la haut, il s'installa tout près de la Poufsouffle,posant sa tête contre son épaule et décida cette fois de lui dire ce mot si compliqué. Si elle avait pu le faire, lui aussi le pouvait.


    -"Je t'ai..." Andrew soupira, il se donna un petite claque au front, prit une énorme inspiration et reprit, "Je t'aime Lyne, je t'aime comme un fou ..." Dit-il, fier de lui d'avoir enfin put sortir ce mot de sa bouche. "Il ne faut pas m'en vouloir, c'est juste que c'est un mot pas comme les autres, difficile à dire et ... Voilà, je t'aime mon coeur." Reprit-il d'une voix douce et posée.

    La nuit était si belle, la température était agréable et c'était tout naturellement que les mains des deux amoureux s'enlacèrent. Un silence apaisant s'installa et ils admirèrent la lune qui était sublime. Ce moment qu'il vivait au côté de Lyne se grava dans la mémoire du Poufsouffle, comme tout les moments vécu avec elle.
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Ailyne Lawson, le  Mar 27 Nov - 18:29

"- Je t'ai..." Il se tut un instant
" Je t'aime Lyne, je t'aime comme un fou... Il ne faut pas m'en vouloir, c'est juste que c'est un mot pas comme les autres, difficile à dire et ... Voilà, je t'aime mon coeur."

La jeune fille lui adressa l'un de ses plus beau sourire et l'embrassa. Elle était certaine de ne jamais se lasser de toucher ses lèvres, sa peau. Jamais. Elle se blottit dans les bras d'Andrew et s'y sentie si bien, qu'elle se demanda si elle n'y avait pas toujours eu sa place...

Elle regarda la lune montée, et sut que cette rencontre n'était pas un simple hasard. Il était évident que le jeune homme faisait partie de son destin. Elle l'aimait plus qu'elle ne croyait. En vérité, elle doutait d'aimer encore, si passionnément...

Perdue dans ses pensées, dans les bras de celui qu'elle aimait, Aily se demanda si quelqu'un pouvait être plus heureuse qu'elle. C'était difficilement probable. Un long moment s'étira à l'infini, et la jeune fille interrogea du regard Andrew. Un sourire malicieux se dessina sur son visage. Elle se détacha du sixième année, descendit quelques branches de l'arbre, sauta quand elle fut à une hauteur correcte, attendit que celui qu'elle aimait se décide à la suivre et attrapa la main d'Andrew. Elle lui dit en lui déposant un baiser sur sa joue :

"- Et si on allait manger !"


Elle enlaça ses doigts contre ceux d'Andrew et la même électricité parcourut tout son corps. Cette chaleur... Tout cet amour lui faisait tourner la tête, et l'emmenait dans une valse lointaine, perdue dans des horizons meilleurs, des lacs plus profond que la terre, des océans plus bleus que le ciel. Elle volait plus haut que les oiseaux, rien n'était impossible. Elle n'était plus toute seule, Andrew était près d'elle. Elle le regarda amoureusement.

Elle murmura au vent, pour qu'il le transporte au monde entiers, vers des contrées lointaine. Elle lui murmura sept petites lettres, non pas destiné à lui mais à Andrew. Elle lui murmura car le dire rendait tout ce qui venait de se passer tellement plus réel, tellement si peu hors de portée. Elle lui murmura car rien ne pourrait jamais le changer.

"- Je t'aime..."


Et le vent l'emporta. Ailyne sourit.



[Je te laisse terminer si tu veux ajouter quelque chose, pour ma part c'est terminé Razz ]
Andrew Collins
Andrew Collins
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Andrew Collins, le  Mar 27 Nov - 19:12

    Les deux amoureux étaient allongés sur l'une des branches de l'arbre. Bien entendu ce n'était pas aussi confortable qu'être allongé dans l'herbe, dans un canapé ou encore dans un lit mais peu importe, du moment qu'ils étaient ensemble tout étaient confortable. Ils observaient le clair de lune, perdu dans ses pensées il sut alors que leur rencontre n'était pas un simple hasard, qu'ils étaient liés par quelque chose d'encore plus fort que le destin. Blottit dans les bras de Lyne où une place l'attendait depuis le premier regard, il se demandait si un jour, il serait encore plus heureux qu'avec Lyne, peu probable et puis, pourquoi s'imaginer être heureux sans elle, comment s'imaginer être heureux sans elle ?

    L'adolescent revint à lui lorsque la brunette s'écarta de lui pour descendre de l'arbre et enfin, atterrir au sol. Le jeune Poufsouffle s'empressa de la rejoindre et saute directement de la branche jusqu'au sol. En arrivant à terre, Andrew réussit à atterrir sur ses deux jambes (ce qui ne lui était jamais arrivé) mais c'était causé une petite douleur aux chevilles mais rien de méchant.
    La jolie brune attrapa alors la main du beau brun, lui déposa un baiser sur la joue et lui dit :


    "- Et si on allait manger !" Dit-elle en enlaçant ces doigts dans ceux d'Andrew. Un même frisson parcourut alors le corps des deux tourtereaux, comme s'ils avaient été électrocuté, oui, c'était le mot : une électrocution d'amour.

    Le Pouffy se tourna vers elle, lui attrapa la seconde main, se positionna face à elle et l'embrassa à nouveau. Jamais Andrew ne se lasserait d'être au contact de ses lèvres, de toucher sa peau, d'entendre sa voix, de plonger son regard dans le siens, de lui parler et de lui murmurer des mots doux, non, jamais Andrew ne se lasserait d'Ayline qui fut sa plus belle rencontre. Le jeune brun ferma les yeux, il était alors un oiseau volant bien plus haut que les nuages, il les rouvrit puis les referma, cette fois il était un poisson nageant bien plus loin que les profondeurs de la mer. Andrew était bien plus heureux qu'un défunt au paradis ... Ce bisou prit fin et toutes ces sensations disparurent en même temps que ce magnifique baiser, sauf celui de l'homme plus heureux qu'au paradis.
    Tout cet amour lui donnait mal à la tête, c'était beaucoup trop en un si petit laps de temps. Se remémorant de la suggestion de la Poufsouffle, c'est donc avec joie qu'Andrew y répondit favorablement :


    -"Quel excellente idée mon coeur" Dit-il en enlaçant encore plus fort les doigts de sa bien aimée. En disant ces mots, une nouvelle forme d’électricité parcourut son corps.
    Avant qu'ils ne quittent le Parc, la brunett murmura au vent sept petites lettres qui étaient bien entendu destiné à son amant. "Moi aussi, moi aussi Lyne ..." Murmura à son tour le jeune sorcier à l'adresse de sa petite amie.

    Puis, heureux comme tout, les deux Pouffys avançaient, se tenant la main comme un couple (puisqu'ils en étaient un), vers les portes du château. Sans prévenir, Andrew se tourna brusquement vers Lyne, passa une main sous ces jambes et une autre derrière sa nuque et la porta tel une princesse en détresse. Après tout, ils formaient peut-être un couple désormais, mais leur relation qu'ils entretenaient n'allait pas changer pour autant. L'adolescent à toujours été prévisible et comique et Lyne le savait. Leur complicité avait toujours existé et celle-ci allait maintenant évoluer.

Kyara Blanchet
Kyara Blanchet
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Kyara Blanchet, le  Mar 18 Déc - 21:23

[Pv : Calinette, Flavius et Anthéa]

C'était une belle journée de week end qui commençait, plus précisément il était 10 heures du matin et il neigeait dehors. En se réveillant Guilli avait constaté cela avec joie. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour rejoindre dans son dortoir son amie et collègue, Calinette. Cette dernière dormait encore du sommeil du juste, mais ça n'était pas grave. Un grand sourire aux lèvres et encore en pyjama, elle avait sauté sans hésiter sur le lit de son amie. Bondissant dessus elle s'en donnait à coeur joie quand elle reçut un cousin en pleine tête, ne s'y attendant pas du tout, elle tomba sur le sol à cause de l'impact. Cela ne l'empêcha pas à moitié sonnée de glousser à en avoir les larmes aux yeux.

Après avoir émergé, Calinette aida Guilli à se relever et toutes deux décidèrent de se rendre dans le parc afin de profiter de la neige ! Retournant dans son dortoir, Guilli s'habilla en deux temps trois mouvements, mettant sa cape verte ainsi que son bonnet assortit et prenant son panier fraîchement remplit de nouvelles paillettes. Un grand sourire aux lèvres, elle rejoignit alors sa pote et bras dessus bras dessous, elles sortirent du château.

Pas mal d'élèves furent aspergés de paillettes sur leurs passages. Certains en furent ravit, d'autres moins. C'était noël pourtant, il fallait savoir rire. Enfin il y avait toujours des résistants, le jour j Guilli savait qu'ils baisseraient tous la garde pendant au moins l'espace d'un instant. Souriant à cette idée, la brune s’émerveilla devant la neige, elle ne s'habituait toujours pas d'en voir. C'est trop la classe ! Rigolant, elle se dirigea alors au parc accompagnée de Calinette. Cette dernière semblait être tout aussi heureuse que Guilli. Sautillant et rigolant, elles se mirent alors à faire des bonhommes de neige, profitant pleinement et simplement de l'instant.
Flavius Zichentra
Flavius Zichentra
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Flavius Zichentra, le  Mer 19 Déc - 11:41

Noël approchait à grand pas et d'ailleurs l'amiance festive se fit ressentir dans toute l'école. Les élèves semblaient plus joyeux, plus décontracté. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Flavius aimait plutôt bien cette fête même s'il avait l'habitude de la passer seul à Poudlard depuis son entrée à cette école.
Ce matin-là, alors que personne n'avait cours car c'était un week end, la neige tombait en grosse quantités sur les toitures des tours de l'école et sur le parc qui l'entourait. C'est ainsi que comme beaucoup, Zichentra sortit dehors pour profiter un peu de l'air frais et marcher un peu dans la neige qui atteignait une hauteur assez importante.
Flavius sortit alors dans le jardin et il n'eut pas le temps d'ouvrir la porte qu'il vit plein d'élèves brillants, rentrant à l'intérieur, certains avec la mine maussade et d'autres plutôt joyeux. Zichentra ne pu s'empêcher de s'exclafer à leur vue mais il fut rapidement surpris lorsque lui-même, en sortant dehors, se fit arroser non de neige mais de paillettes.
Lorsqu'il comprit ce qui lui était arrivé il remarqua deux élèves dont le visage était familier, déguisées en lutin qui balançaient des paillettes à gauche à droite.
Les lutins partirent en courant vers la neige se mettant à faire des bonhommes de neige.
Après avoir remarqué que les paillettes ne partaient pas si facilement s'imaginant être brillant comme les élèves à l'entrée du jardin, Flavius s'approcha des deux lutins et leur lança une boule de neige chacune pour commencer et dit :


Je suis désolé... J'ai pas de paillettes à balancer je fais avec les moyens du bord...
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Sloan Wentz
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Sloan Wentz, le  Mer 19 Déc - 14:23

[HRPG : Je ne suis pas une élève, mais un prof, hein.. :Cagoulé: Ce qui me donne l'air encore plus ridicule, je l'avoue.. MDR ]

Calinette ouvrit un petit oeil paresseux..Avant de le refermer presque immédiatement. Oh, non, Guilli en faisait encore des siennes ! Si le comportement de son amie l’agaçait quelques fois, sa mauvaise humeur laissait en général très rapidement place à une joie sans bornes. En tant que lutin, son être tout entier semblait chanter des hymnes joyeuses, et chaque jour un peu plus, elle n'en pouvait plus tellement elle avait envie de satisfaire cette envie de s'amuser. D'ailleurs, comment aurait-elle pu en vouloir à l'une de ses meilleures amies, puisque intérieurement elle adorait ce genre de réveil spécial dont sa collègue avait le secret ?

Par ailleurs, la blonde sauta sur l'occasion lorsque la jolie brune l'entraîna au dehors. Il n'y avait rien de tel qu'une nuée de paillettes et des lutins fous pour enthousiasmer les élèves les plus récalcitrants à l'idée de fêter Noël ! Jetant des paillettes à tout va, Calinette ne pouvait s'empêcher de rire devant les airs ahuris et contrariés de certains adolescents. Son sourire se transforma en une mine boudeuse lorsqu'un garçon qui lui était inconnu lui balança une boule de neige, accompagnée d'un commentaire qui paraissait sarcastique.

Elle jeta un coup d'oeil à Guilli. Que devaient-elles faire ? Riposter avec des paillettes et de la neige fraîche ou bien continuer à construire leur bonhomme de neige qui promettait d'être absolument magnifique ? Le choix était difficile, mais dans tous les cas leur vengeance serait mordante, parole de lutin. Ses intenses réflexions furent interrompues par l'arrivée d'une jeune femme, qui prêta immédiatement main forte à son ami. Un deuxième boule de neige soigneusement modelée et agrémentée d'un sortilège efficace percuta les deux lutins. Un grand sourire éclaira le visage de Calinette lorsqu'une idée; farfelue comme à son habitude; lui vînt.

Les paniers en osier qui étaient disposés autour de leur chef d'oeuvre étaient nombreux, et leurs provisions de paillettes l'étaient beaucoup plus. Saupoudrer quelques-uns des récipients ne serait probablement pas bien grave, mais cela leur permettrait de se "battre" avec encore plus d'efficacité ! Presque certaine que son amie comprendrait ses pensées mesquines, elle se dirigeait avec la vitesse de l'éclair vers les paniers. Rapidement, elle envoya deux, trois, puis quatre poignées dans l'un de ceux-ci, puis riant de joie, en aspergea les deux élèves, les entourant d'un cercle répétitif, froid, et..Pailleté.
Kyara Blanchet
Kyara Blanchet
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Kyara Blanchet, le  Mer 19 Déc - 16:12

Guilli passait un super moment, les gens devaient avoir du mal à croire que les deux folles n'avaient pas le même âge. Encore pour Guilli ça pouvait passer, mais tout juste, pour Calinette par contre ... Gloussant à cette idée, elle se baissa alors pour prendre de la neige. Remplissant ses mains de neige, elle la tassa faisant une jolie boule, au bout d'un moment elle fut obligée de poser sa boule sur le sol car elle devenait trop grosse. Cela ferait une belle tête pour son bonhomme de neige ! D'ailleurs il lui faudrait aussi une cape et un chapeau et une carotte !

Rigolant, elle allait prendre à nouveau de la neige quand elle s'en reçut en pleine tête. Surprise, elle se tourna vers Calinette pensant que c'était elle qui l'avait attaqué quand elle constata que non. Fronçant les sourcils, elle pencha alors la tête et vit que c'était un élève qui l'avait attaqué sans raison. Guilli le connaissait de vu, si elle ne se trompait pas il se nommait Flavius et faisait parti de la maison des Serpentard.

- Je suis désolé... J'ai pas de paillettes à balancer je fais avec les moyens du bord...

Se tournant vers sa camarade, les deux lutins lancèrent un regard de connivence, le mode combat était enclenchée, elles allaient lui rendre la monnaie de sa pièce. Toute contente à cette idée, elle attendit que Calinette ait une idée de génie. Normalement c'était elle qui gérait dans le rayon : tu m'as cherché ? tu vas me trouver mon enfant. Du fait qu'elle était en train d'observer son amie, Guilli ne vit pas du tout le coup venir. Elle fut ainsi deux fois plus surprise quand une nouvelle boule de neige la percuta plus rapidement et une nouvelle fois en pleine poire. Sur le coup, elle tomba par terre, oui elle avait un mauvais équilibre, gloussant de rire, elle se releva péniblement quand elle remarqua que Calinette se précipitait vers les paniers qu'elle remplit de neige.

Comprenant qu'elle allait mélanger la neige aux paillettes, Guilli s'épousseta avant d'attraper un panier et d'en faire de même. Alors que Calinette s'était mise à asperger les deux élèves les encerclant en suivant le sens des aiguilles d'une montre, Guilli elle fit le sens inverse en sautillant tout en lançant des joyeux noel ! et des à l'abordage !
Flavius Zichentra
Flavius Zichentra
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Flavius Zichentra, le  Ven 21 Déc - 13:03

Flavius, qui au début ne voulait pas s'attaquer à l'aide de sa baguette aux deux lutins sans arme magique, sourit voyant faire la serdaigle en améliorant la vitesse de frappe des boules de neiges.
Zichentra lui fit un signe de tête et dit :


Flavius, enchanté de se battre pour la même cause

Cependant la serdaigle ne semblait pas autant aspergée que Flavius se paillettes. Mais il ne fallut pas attendre longtemps avant que les deux lutins eurent la brillante idée de balancer leurs provisions sur les deux élèves. La pluie des paillettes était accompagnée égalment de neige ce qui obstrua le champ de vision des deux élèves qui étaient à présent bien recouverts de paillettes. Flavius ne réfléchit pas longtemps avant de sortir lui-même sa baguette et de s'écrier :

Protego Totallum !

Une bulle de protection invisible apparu autour du serpentard et de la serdaigle mais la neige et les paillettes qui tombaient firent rapidement apparaitre les contours du bouclier en se reposant dessus. Le sortilège n'allait durer qu'un court instant avant de disparaitre.
Flavius secoua brusquement sa tête pour faire tomber ce qu'il pouvait des paillettes même si la plupart d'entre-elles restaient collées. Il regarda alors Anthéa et dit


On a une dizaine de secondes pour trouver un plan d'attaque avant de se prendre tout ce qu'on a au dessus de la tête à présent
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Ailyne Lawson
Ailyne Lawson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Ailyne Lawson, le  Dim 3 Fév - 13:32

[Ce sujet est inactif depuis un mois. De toute façon, c'est un post unique en réponse à celui de Nathanaël Monaghan ici.]

La pluie tombait depuis trop longtemps. Ailyne se sentait oppressée. Cela faisait deux semaines qu'elle n'était pas sortie dehors. Elle se sentait emprisonnée, comme un lion dans une cage. Elle en avait assez de ces conversations qu'elle entendait autour d'elle, assez de tout ces devoirs qui l'incombait, assez de ne plus savoir quoi faire. Allongée sur son lit, elle écoutait des jeunes filles glousser. Elle leva les yeux au ciel. Mais qu'est ce qui pouvait autant les amuser ?! La jeune fille descendit alors les escaliers, et observa le feu bruler. N'y tenant plus, elle remonta dans son dortoir, enfila un manteau et de grosses bottes de pluie. Elle descendit et dévala les escaliers. Il n'en faisait encore qu'à leurs têtes et elle se retrouva dans l'aile ouest du château. Elle s'énerva et emprunta un passage secret, elle en connaissait des tonnes. Elle avait pris à se mouver vite et discrètement. Très vite, elle se retrouva dehors, la pluie coulait le long de son visage. Ca faisait du bien.

La jeune fille se sentit à nouveau revivre, elle détestait rester enfermer. Elle marcha, les feuilles de novembre faisait un bruit étrange sous les bottes de la jeune fille. Elle observait les nuages se déplacer lentement. Ils étaient d'ailleurs tellement lents qu'ils ne semblaient pas bouger. Une branche craqua sous son poids. Les bottes de la Française étaient pleines de boue. Elle s'en fichait. Le vent et la pluie fouettant son visage, c'est ce qu'elle avait besoin. Car depuis quelques jours, elle se sentait mal, quelque chose allait arriver, c'était certain.

Un hululement tira la préfète de sa rêverie. Une chouette blanche et grise volait dans le ciel, non sans mal. Ailyne la regarda un instant. Elle n'arrivait pas à détacher ses yeux bleus de cette chouette. Elle s'imagina la nature de la lettre. Amour, famille, argent, règlement de compte ? A qui était-elle adressée ? Et tandis qu'elle se posait toutes ses questions, non sans un petit sourire, Lyne remarqua que la chouette se dirigeaient vers elle. Elle fronça les sourcils et son sourire disparu. Qui lui écrirait ? Ally lui avait envoyé une lettre la veille et ses parents l'avant-veille. Ça ne pouvait tout simplement pas être eux. Mais alors qui ?

La Poufsouffle tendit son bras et la chouette se déposa dessus. Elle la caressa, prit la lettre, et la laissa reprendre son envol. Elle la regarda s'enfuir jusqu'à ce qu'elle soit hors de vue, hors de portée. Elle détailla la lettre. Ailyne Lawson, Poudlard, voilà l'inscription que portait l'enveloppe. Le cœur de la demoiselle battait trop vite, elle se sentait mal, elle avait peur. Elle respira à fond, ça ne lui inspirait rien de bon... Elle s'abrita sous un arbre, alors que les mots de l'enveloppe disparait, emportés par la pluie. Elle s'y adossa pour pouvoir la lire. Quand elle tenta de l'ouvrir, elle remarqua le tremblement de sa main. La Française ferma les yeux, les rouvrit et regarda le ciel. Elle déchira ensuite l'enveloppe et reconnut avec frayeur l'écriture. C'était impossible... Pas lui... Elle commença sa lecture la main contre son cœur.


Lyne,

Ca va commencer un peu comme dans les films, mais j'me sentais obliger de commencer par un peu d'humour. Si tu lis cette lettre, c'est que je ne suis plus là. Non non, enlève cette larme au coin de ton oeil, je ne suis pas encore allé rejoindre ton frère et ma soeur. Il y a certaines choses qui me forcent à partir pour le moment. J'espère sincèrement revenir très vite.

La jeune fille ne voulait pas continuer, les larmes commençaient à couler. Elle tentait de prendre appui contre l'arbre, pour retrouver l'équilibre, mais elle vacillait, les perles qui tombaient de ses yeux lui brouillaient la vision. Elle se sentait frêle, sans accroche. Elle déchiffra les lignes suivantes et les larmes vinrent tomber sur la lettre, caressant l'encre.

Depuis que nous nous sommes retrouvés, j'ai pu apprécier encore plus la vie comme elle venait. J'espère que toi aussi hein ! Bref, j'ai jamais été doué pour les lettres ... Mais je vais faire un effort pour continuer celle-ci, j'y tiens. Je vais essayer de t'expliquer brièvement ce qui m'est arrivé. J'ai surpris plusieurs conversations entre certaines personnes. J'aurais mieux fait de partir lorsque j'ai entendu les premiers noms, mais têtu comme je suis, je me devais de rester jusqu'à la fin. Comme tu t'en doutes, ces-dits gens m'ont surpris. J'suis dans la mouise jusqu'au cou maintenant, ils veulent me retrouver, et je ne sais vraiment pas où je serais en sécurité.


Nate... Elle se demanda pourquoi la vie lui faisait ça. Pourquoi lui arracher tout ceux qui comptait ? Pourquoi lui enlever tout ce qui la retenait ici-bas ? Elle lut les dernières phrases avec une certitude qu'elle aurait préféré oublier. Nathanaël ne reviendrait pas, jamais. C'était des mots comme les autres pour rassurer son ami. Elle ne put s'empêcher d'échapper un sanglot mêlé à un rire. Elle se laissa glisser contre l'arbre. Elle n'avait plus de force.

Une chose est sûre. Lorsque tout sera passé, je reviendrais vers toi et je te promets de faire le plus somptueux des voyages en France que tu pourrais rêver d'avoir. Considère ça comme un gage de mon futur retour, proche, je l'espère.

Je t'embrasse très fort Lynou.

Ton ami qui t'aime fort,
Nate.

PS > Héhé, c'est pas fini. Dans l'enveloppe tu trouvera quelques photos.
Evidemment, je suis sur tous les clichés, c'est à cause de ma beauté légendaire ...
Ah, je dois acheter de nouvelles chaussures, mes chevilles enflent.
Bref, tu pourra constater sur les photos à quel point on a tous les deux changer. Tu es devenue une jeune femme magnifique qui ne pourrais pas être plus belle qu'à ce moment. J'suis sûr qu'on aurait fait un très beau couple, et de très beaux gosses ! Regarde la dernière photo. C'est la seule que j'ai trouvé où nous sommes tous les quatre, Alex, toi, Samantha et moi. Je me rappel de ce jour comme si c'était hier, tu étais tellement belle avec cette neige dans les cheveux ...


Ailyne pleurait, et ses larmes mêlés à une pluie battante effaçait petit à petit la seule trace que la jeune fille avait de son ami. Ça faisait mal, terriblement mal. Elle eut envie de crier, mais elle n'avait plus rien. Les larmes, la tristesse. A quoi tout cela rimait ? L'une des seules personnes témoins de sa vie avant le désespoir venait de disparaître. Qui partirait ensuite ? Et pourquoi la vie s'acharnait tellement sur elle ? Suivant ce que Nate lui avait dit, elle prit les photos et elle pleura. Dieu qu'elle pleura. Elle se revoyait petite, elle revoyait tous ces moments passer en compagnie de son ami. Ça faisait mal. Trop mal. Ça lui déchirait le cœur... Elle laissa les larmes couler et le vent balayer la tristesse, mais rien ne marcha. Ce garçon avait tout été pour elle. Alors pourquoi ? Elle sanglotait. Après la mort d'Alex, c'était lui, lui et lui seul qu'elle avait pris comme frère. Elle l'aimait plus que tout, elle aurait été prête à partir au bout du monde. Mais il ne lui restait rien.

On ne voyait pas la Française pleurer, la pluie effaçant toute trace, mais on sentait tout ce désespoir, tout ce mal-être. Elle n'était plus rien. Son bonheur avait disparu. Sa joie aussi. Il ne restait rien. Le néant, le vide, Ailyne ne ressentait plus rien. Elle restait assise là, à regarder ses photos, bien après le couvre-feu. Et le matin, on la trouvait encore là, à pleurer, encore et à jamais.
Gabriella Carter
Gabriella Carter
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Gabriella Carter, le  Jeu 14 Fév - 21:23

[Le précédent RP est clos, je le reprends]

Gabriella dévala les marches de Poudlard, sortant de la salle commune des Serdaigle. Il y avait beaucoup d’escaliers à Poudlard. Cet immense château comptait aussi bien des marches fixes que les escaliers mouvants qui n’en font qu’à leur tête.

« Vous êtes certaine que c’est sans danger ? »
demanda la jeune serdaigle en arquant un sourcil. Elle s’était arrêtée dans les marches pour discuter avec un tableau plus grand qu’elle qui représentait une dame dans une belle et longue robe blanche. Elle était brune et avait des yeux bleus tellement clairs. La peinture lui répliqua que s’attaquer à un Saule Cogneur était une tâche ardue, mais que le gain en était de valeur. La dame du tableau lui avait promis de lui parler de sa mère si elle arrivait à toucher le Saule Cogneur. Il y avait, dans le regard de ce portrait, une lumière significative de ruse et de malice. Mais lorsqu’il s’agissait de ses parents perdus, Gabriella perdait toute la sagesse des Serdaigle et pouvait en devenir folle. On dit que la femme du portrait était une ancienne élève de Serpentard. Peut-être n’était-ce qu’un stratagème pour envoyer une sang-mêlée directement à l’infirmerie voire pire. Mais le jeu en valait la chandelle.

Ainsi elle se retrouva dans le parc face au Saule Cogneur à le regarder, mi-craintive, mis déterminée. Ca la laissait tout de même dubitative. De loin (car on ne s’en approchait jamais vraiment de près) il fait déjà peur, mais ainsi de près… Il était complètement effrayant.

« Allez Gabriella, pour maman… » fit-elle pour se donner du courage et se lancer à vive allure, le cœur battant en direction du tronc. Elle se dit qu’elle aurait peut-être mieux fait de prendre des témoins, la dame du tableau ne la verrait certainement pas de là où elle est. Elle se stoppa, esquiva une branche qui venait fouetter le sol et fit marche arrière en courant pour s’en éloigner et se mettre hors de portée. Le cœur battant, elle serra les dents. Elle n’était pas prête d’un arriver. Elle se laissa tomber dans la pelouse verte, perdue et triste.
Raphaëlle Elfast
Raphaëlle Elfast
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Raphaëlle Elfast, le  Jeu 14 Fév - 22:29

Le temps était ensoleillé mais ça n'égayait pas plus que ça Raphaëlle. Les rayons de soleil caressait sa peau pâle . Elle ferma la fenêtre et décida de prendre un bol d'air frais. Avec toutes les idées noires qu'elle ressassait, Raphaëlle mis un peu d'ordre dans ses cheveux qui avait perdu de leur éclat, et enfila une robe longue avant de sortir de son dortoir. Elle avait décidé de voir si des 1ère années s’essayaient à mieux connaître le Saule Cogneur, car les années précédentes, Raphaëlle s'amusait de voir ces derniers terrorisés. A cette idée, la jeune fille esquissa un sourire . Elle descendit alors les escaliers, et se retrouva face à la grande étendu d'herbe qui entourait le saule cogneur.

- Oh super! chuchota-t'elle avec éxitement en voyant une jeune fille brune près de l'arbre vengeur.

Raphaëlle se fit toute petite pour ne pas éveiller le regard de l'élève sur elle, celle-là ne l'avait pas du tout remarqué, au grand bonheur de Raphaëlle, mais elle couru sans hésiter vers l'arbre. Une branche empêcha la jeune fille d'atteindre le tronc, et celle-ci fit marche arrière à la même allure qu'elle y était venue . Raphaëlle rigola, mais son rire s'envola quand elle vit la jeune fille tomber dans la pelouse. Raphaëlle hésita quelques instants avant d'aller voir si sa camarade allait bien, mais son inquiétude la poussa.

- Excuse-moi, mais ça va ? Je... je passais par là et je t'ai vu à terre. Que s'est-il passé ?

Raphaëlle avait honte de sa curiosité mal placée quand elle vit que la fille allongée par terre était si belle et avait l'air si triste. Peut-être qu'au final ça ne regardait pas Raphaëlle, mais une voix au fond d'elle voulait savoir ce qui avait amené la jeune fille à se conduire ainsi .
Sue Glanmor
Sue Glanmor
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Fourchelang


Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Sue Glanmor, le  Jeu 14 Fév - 22:33

En ce bel après-midi, le soleil était haut dans le ciel azur et dégagé. Jessy était assise au pied d’un grand chêne noueux et feuilli et se contentait de recevoir les douces caresses du vent sur ses joues. Quoi de plus beau que de se relaxer dans le Parc lors d’une si belle journée ? Les oiseaux gazouillaient, quelques élèves bavardaient et se promenaient le long des chemins du Parc… plus un devoir à effectuer car elle les avait terminés plus tôt… Quelle belle initiative avait-elle prise ! Un instant de détente ne lui ferait jamais de mal.

Soudain, une fine silhouette possédant une longue crinière brune passa devant elle, sans vraiment l’apercevoir. L’Aigle ouvrit les yeux et déposa un regard curieux sur la demoiselle qui marchait. Quelque chose l’intrigua lorsqu’elle la vit. Était-ce le blason aux couleurs de sa belle Maison qui l’interpela ?... Ou était-ce la direction étonnante qu’elle avait empruntée ? Quoi qu’il en fût, la sixième année se releva d’un bond et se faufila derrière elle en toute discrétion, tentant de ne pas se faire distancer par la vive allure que l’oisillon avait prise.

Cette direction étonnante était celle du Saule Cogneur. Cet arbre immense qui par sa stature imposante faisait rebrousser chemin à quiconque venait l’approcher. La jeune fille devait posséder beaucoup de courage pour oser s’en approcher. En effet, l’horrible saule se dressait déjà à quelques dizaines de mètres d’elles. Jessy ralentit le pas. En six ans, jamais elle n’était venue si près. Qu’est-ce qui pouvait bien effleurer l’esprit de l’autre Aigle pour venir jusque-là ? Cette-dernière s’arrêta enfin. Jessy se dissimula derrière un fin tronc, appréhendant l’attitude de celle qu’elle suivait.

Elle s’élança enfin. Elle courut. Vers le Saule Cogneur ! Soudain, une énorme branche se secoua et ébranla le sol – quelques cris d’oiseaux proches retentirent ainsi que quelques battements d’ailes affolés. Derrière son poste d’observation, la joueuse de Quidditch se retint de partir lui venir en aide et se contenta d’afficher des yeux écarquillés. Elle souffla de soulagement lorsque la demoiselle fit demi-tour et se mit enfin à découvert. Elle courut la rejoindre tandis qu’elle s’effondrait et s’exclama :


    « Que… Qu’est-ce que tu fais ici ? C’est vraiment trop dangereux de s’aventurer si près du Saule Cogneur ! Que comptais-tu faire, aller jusqu’à le toucher alors que tu pourrais être blessée ? » Jessy prit une grande inspiration et tenta de se contrôler. Elle se mettait très rarement dans tous ses états ; aussi reprit-elle plus calmement : « J'espère que tu n’as pas mal trop mal… Comment t’appelles-tu ? Moi c’est Jessy Brown. »

Au même instant, une Serpentard d’un âge semblable au leur était apparue ; de la même façon, elle s'était enquise de la raison qui avait poussé la jeune fille à courir jusqu'au Saule et de sa santé. L’avait-elle elle aussi suivie ? Quoiqu’il en fût, la sorcière à la crinière brune avait attiré tous les regards les plus curieux.


Dernière édition par Jessy Brown le Sam 16 Fév - 18:38, édité 2 fois
Contenu sponsorisé

Dans le jardin, sur la belle pelouse - Page 5 Empty
Re: Dans le jardin, sur la belle pelouse
Contenu sponsorisé, le  

Page 5 sur 27

 Dans le jardin, sur la belle pelouse

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 16 ... 27  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.