AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 10 sur 13
Une salle vide
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivant
Meskalyn Korval
Serpentard
Serpentard

Re: Une salle vide

Message par : Meskalyn Korval, Mer 9 Mar - 23:39


RP Unique.


Meskalyn se déplaçait furtivement dans les couloirs. Il se retournait sans arrêt pour être sur qu'aucun vivant ou aucun fantôme ne le suivait. Il ne voulait pas que qui que ce soit le voie. Il avait pris une habitude depuis le début de l'année. Il connaissait la théorie de presque tout ce qui se trouvaient dans les livres jusqu'en septième année. Il les avait lu des centaines de fois. Mais la pratique était tout aussi importante. Il savait que s'il ne ramenait pas des notes excellentes à son père, il serait considéré comme la honte de la famille. Aussi il avait décidé de s'entraîner en cachette. Chaque semaine, il trouvait une salle ce classe, une salle d'étude, une salle perdue vide et passait quelques heures de son temps libre à s'entraîner. Il ouvrit la porte. Une salle quelconque, mais vide, c'est tout ce qui comptait. Il referma la porte derrière lui. D'abord, s'assurer qu'il était vraiment seul. Il dégaina sa baguette.

- Hominum Revelio

Rien. Il était vraiment seul. Parfait. Il dégrafa sa cape et la posa dans un coin de la pièce avec son sac. Il faisait noir ici, il n'y voyait presque rien. Les fenêtres étaient fermées et de lourds rideaux de laine empêchaient toute lumière de rentrer. Il ferma la porte de la pièce et se retrouva dans l'obscurité totale. Il agita légèrement sa baguette.

- Lumos.

Bon, c'était mieux que rien, mais il lui fallait plus que ça. Il sortit de sa poche un morceau de bougie. Il n'en avait plus qu'un seul. Insuffisant. Vu qu'il était là pour s'exercer aux sortilèges, autant en lancer un tout de suite. Et pas un facile qui plus est. Il pointa sa baguette sur la bougie.

- Gemino.

Il se retrouvait avec une dizaine de chandelles. Beaucoup mieux. Il les disposa aux endroits stratégiques et les alluma avec un briquet moldu qu'il avait l'habitude d'emporter toujours avec lui. Bien, a présent il faisait claire. Il était temps de commencer les exercices. Il fouilla dans son sac et en sortit son livre de sortilèges. Commençons par quelques révisions. Un sortilège facile, histoire de chauffer la baguette et le sorcier. Il sortit de son sac une gourde et visa dedans avec sa baguette.

- Aguamenti.

Un filet d'eau fraîche s'écoula du bout de sa baguette et remplit à moitié la gourde. Il but entièrement l'eau qu'il venait de créer. Quand il pensait à tous ces moldus qui mouraient de soif dans les déserts, les forêts, alors que créer de l'eau était l'un des actes magiques les plus simples qui soit. Il reposa sa gourde dans son sac. Bon, passons aux choses sérieuses. Il feuilleta un peu le livre et n'y trouva que des sortilèges basiques. Il n'avait aucun problème pour ces sorts là, il le savait. Il sortit un autre grimoire. Un peu plus vieux. Un peu plus... Inhabituel. C'était un de ses livres perso qu'il avait emmené de chez lui. L'un des livres que son père avait et qui lui servait pour certaines de ses chasses. Il pointa sa baguette sur un vieux bout de chaise qui trainait dans un coin.

- Electrocorpus!

Un éclaire bleu jaillit de sa baguette et frappa de plein fouet le bout de bois et le carbonisa instantanément. S'il avait visé quelqu'un, il ne serait plus de ce monde. Il comprenait pourquoi son père utilisait ce genre de sort dans son travail. C'était drôlement efficace, mais aussi redoutablement dangereux. Cela attisa sa curiosité sur le reste des sortilèges présent dans le grimoire. Il tourna quelques pages et en trouva un intéressante. Il pointa sa baguette sur le bout de bois carbonisé.

- Metalo scencio

Et il enchaîna.

- Incarcerem

Un lourd filet d'acier fit son apparition au bout de sa baguette et se refermé sur le morceau de chaise suivi de très près par une série de corde qui vint achever le ligotage de ce pauvre bout de chaise. Parfait. C'était un sans faute. Il sentait la baguette résonner avec son corps tout entier. Il avait l'impression qu'il pourrait lancer n'importe quel sort s'il le voulait. Mais il ne voulait pas d'ennuis. Il resta dans ce qui se trouvait dans ses manuels et son grimoire personnel. Pour la suite il lui aurait fallu une cible humaine. Mais vu qu'il faisait ça en secret, il ne pouvait demander a personne de l'aide. Il réfléchit un moment et chercha dans le livre. Il finit par trouver. Puisqu'il n'avait pas de partenaire, il allait en créer un.

- Illusionis.

Un double parfait de lui se matérialisa à l'autre bout de la pièce. Il portait même une baguette identique. Il consulta sa montre. Il ne lui restait plus beaucoup de temps avant son prochain cours. Il décida de se débarrasser de son clone rapidement. Il voulu savoir s'il avait assez de puissance pour enchainer les sortilèges comme dans un vrai duel. Il se positionna en posture de combat. Son clone prit la même posture. En avant.

- Expelliarmus!

Il se pencha un peu et pointa rapidement sa baguette de nouveau.

- Stupefix!

Deux éclairs jaillirent d'affilé. La baguette du clone vola de ses mains et il s'effondra au sol avant de disparaitre. Il esquissa un grand sourire. A ce rythme là il passerait tous ses examens haut la main. Mais il fallait se dépêcher. Son prochain cours allait bientôt commencer. Il rangea sa baguette à sa ceinture et rangea ses livres dans son sac. Il passa sa cape et mis sa besace en bandoulière avant de souffler toutes les bougies. Il en pris une et la fourra dans sa poche. C'était toujours bien utile. Avant d'ouvrir la porte il écouta attentivement pour être sur que le couloir était désert. Il sortit rapidement et referma la porte derrière lui avant de se diriger comme si de rien était vers les escaliers les plus proches.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une salle vide

Message par : Asclépius Underlinden, Dim 20 Mar - 21:05


RP avec Erundil Trismegiste


Une course, un courant d’air, un balbutiement, un fracas, et une porte qui se ferme. Les mains serrées sur un parchemin, le Serpentard respirait difficilement, tandis que son corps laissait faire peu à peu l’attraction terrestre.
Son cousin, Alberich Sertorius Underlinden, dit Albert, avait de nouveau eu une crise. Apparemment, ce n’était pas aussi grave qu’il le pensait, puisqu’il lui avait écrit une lettre, mais ça l’était suffisamment pour qu’Asclépius ait de nouveau le cœur serré par l’inquiétude.

Respirer, calmement… Allez, on se relève…
Le travail, c’est la santé.

Le jeune sorcier soupira, et contempla le mur un moment, avant de poser ses affaires sur une table quelconque, délaissant ainsi ses frêles épaules du poids de ses études, et de son matériel du parfait petit potionniste. Bien qu’agité, il ne perdait pas le Nord : les BUSE approchaient, et il lui fallait pratiquer.
Ou étaient-ce encore de viles excuses ? Pour quoi ? Masquer son anxiété, ou son plaisir ? Qu’importe : il se trouvait devant le fait accompli.

Avec grands soins, et presque tendresse, il sortit ses instruments : balance, chaudron, mortier, grimoire et possibles ingrédients. Bien qu’il ne se soit pas complètement décidé sur la potion du jour, il savait qu’il ne souhaitait pas faire un philtre de paix pour le moment : s’il ne s’exerçait pas à autre chose, cela ne servait à rien. Mais il avait du mal à choisir, après tant de temps passé à pratiquer une seule et unique recette...

Il prit place sur une chaise, et étudia son manuel de potions, pensif. Que faire, que choisir ? Solution de force, philtre d’embrouille, philtre de confusion, philtre d’euphorie… Tant de choix, tant de possibilité, tant de mélanges qui ne demandaient qu’à se réaliser… Et si peu de motivations. Etait-il donc incapable de créer autre chose qu’une potion qu’il avait choisie pour drogue de prédilection ? Il était bien pathétique… Il n’arriverait à rien s’il s’enfermait dans une voie unique… Et quelle voie… Celle d’un dépendant au réconfort. En voilà un bel exemple du troisième du nom !

Le jeune homme soupira et commençait à comparer mollement les différentes potions quand il aperçut, du coin de la rétine, la porte de son sanctuaire temporaire s’ouvrir. Qui donc osait ainsi le déranger ? Cet inconscient le payerait par sa verve sifflante de serpent, s’il n’avait pas une bonne excuse à lui offrir !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Une salle vide

Message par : Erundil Trismegiste, Lun 21 Mar - 12:58


RP avec Asclépius

Pourquoi je cours ? Je ne m'en souviens pas. Mais je dois continuer de courir, il le faut, je sens que c'est une question de vie. Un danger se rapproche de moi, de plus en plus, comme un œil qui ne cesserait de me regarder, à chaque seconde de ma vie. Ma course frénétique me mène dans la Forêt Interdite. J'y entends des bruits, de la vie, mais de la vie inquiétante à glacer les sangs jusqu'à la pointe des cheveux. Mais rien d'aussi dangereux qui ce qui me pourchasse depuis tout à l'heure.

Zut! Une racine ! Je ne l'i pas vu, mais comment j'ai pu la louper. Le danger se rapproche, il va arriver face à moi, d'une seconde à l'autre, je n'ai plus nulle part où me cacher. Je suis fini ? Non ! Je dois me protéger, je dois me battre, jamais je ne baisse les bras ! Le danger est à présent devant moi, je lui fais face. Ce danger, c'est lui ? Je ne comprends pas, que fait-il ici ? Pourquoi mon frère est là, face à moi, pourquoi me traque-t-il ? Il s'apprête à me parler. Je ne comprends pas vraiment.

- Rappelle toi ! Il faut que tu t'en rappelles !
C'est ça, c'est le danger, je suis tétaniser, je dois le fuir.

- Rappelle-toi !

- NOOON !!!





Un doux rayon du soleil vient embrasser mon visage en nage. Le réveil est brutal, j'ai du mal à m'en remettre.  J'entends encore mon frère, et je crois avoir vraiment crié non. Je ne sais pas vraiment pourquoi je fais ce rêve, mais ce n'est pas la première fois. Je perds peut-être la boule, ou du moins ce qui me reste de santé mentale. Ce rêve était très réel. Je me suis assoupi simplement sur ce banc, vouloir récupérer un peu, me remettre de ces nuits toujours plus courtes et toujours plus blanches.
Je ne sais pas vraiment si j'ai plus envie de me souvenir, s'il y a vraiment un truc dont je dois me rappeler, ou plutôt m'assommer pour être sûr que je dormirais quelques heures de suite. Il faudrait un gros coup pour ne pas rater mon coup.  Le soleil se fait moins timide, et sa lumière frétille à travers les branchages. Bon, je ferais mieux de bouger, de me changer les idées. Je vais me trouver un coin tranquille dans le château, ça ne doit pas manquer. Mes yeux fatigués arrivent enfin à paraître éveillés.

Ces escaliers m'exaspèrent un peu. C'est amusant de temps en temps, se perdre dans ces lieux, ça permet de faire des découvertes, des rencontres hasardeuses. Mais quand tu as juste envie de te poser, ils pourraient nous laisser tranquille. Mais ils ne sont contrôlés que par des pulsions anarchiques. Enfin, d'apparence, peut-être est-ce plus complexe ?
Les couloirs se ressemblent parfois, les salles aussi. J'ai juste envie de me poser, de penser à autre chose, de travailler même, ce serait une bonne chose. J'ai mon sac fourre-tout, je n'ai besoin que d'une table, d'un peu de tranquillité, et c'est parti.
Tentons cette porte, ça semble calme en tout cas. J'ouvre délicatement, j'y pose un pied, puis deux, et j'observe la salle. Bon, pas besoin d'une vue exceptionnelle pour se rendre compte de la présence qui réside dans ce lieu.

- Ah, bonjour.

Je reconnais ce visage, ces traits, ce regard qui semble avoir tant vécu, qui sait te regarder aussi bien avec  indifférence, violence, qu'avec douceur et bienveillance. Là, je crois que je peux m'assoir sur le côté bienveillant… Si je me souviens bien, c'est Asclépius, avec un nom à la connotation plus ou moins allemande.

- Hmm, je te prie de m'excuser, je cherchais simplement un coin tranquille, pour me poser, me changer les idées, travailler un peu.

Je reste à la porte, c'est son coin, je ne souhaite pas souiller son territoire, et y entrer sans y être invité. Enfin, encore faut-il qu'il m'autorise à y entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une salle vide

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 23 Mar - 18:33


Immédiatement, il reconnut dans l’entrebâillement de la porte, un de ses camarades de classe, aperçu, vu, voire observé en classe de Métamorphose : Erundil Tris-… Trismachin. Il avait oublié. Mais connaissait au moins son prénom, ce qui était tout de même l’essentiel. Serdaigle. Voilà, un autre studieux en quête de tranquillité. Mouais. Conflit d’intérêt ? Ça n’y ressemblait pas, son camarade semblait hésitant, s’était même excusé… Son cœur de tyran appréciait cette considération polie pour sa personne, et n’irait certainement pas le nier. C’était si rare de tomber sur des gens cordiaux de nos jours…
Que faire alors ? L’envoyer salement se chercher une place de travail au fin fond des cachots, ou concéder à lui accorder le bénéfice du doute d’étude (qui consistait, d’après l’éminent professeur Underlinden, en un principe très simple : deux camarades qui travaillent dans une même pièce, chacun concentré sur son ouvrage, n’ira pas déranger l’autre puisqu’il n’en aura même pas l’idée).



Bon, fallait réagir là, arrêter d’hésiter pour rien, et agir pour peu… Qu’y avait-il comme risque ? Celui de supporter une compagnie ? Honnêtement, il aurait bu tomber sur bien pire : un aiglon, c’est studieux, c’est relativement calme (il préférait supputer, dans le cas présent, que leur préfet aux cheveux colorés soit une remarquable exception), et surtout, c’est bien trop prétentieux pour s’occuper des affaires d’autrui. Les siennes, dans le cas présent.
Alors, il lui fallait rendre son jugement, juste, impartial, et mesuré :

« - Mmh… Tu as poussé la bonne porte en ce cas : vu l’état de cette pièce, il faut croire que personne ne vient jamais ici. Mais encore faudrait-il que personne, soit quelqu’un… »

Et le Serpentard osa même pousser le vice jusqu’à offrir à son camarade, un sourire poli, voire aimable, mais surtout amusé. Non pas tant par sa propre blague, un peu piteuse, un brin désuète, mais davantage quant au ridicule de la situation dans lequel il semblait adorer se complaire.
Franchement, il aurait vraiment fallu qu’il soit davantage épuisé pour réagir avec méchanceté. C’est qu’un serpent a tendance à mordre quand il est dérangé, ou qu’on l’attaque.

Il observa un instant son interlocuteur : pas très grand, voire trapu, le visage carré aux traits, bien que juvéniles, marqués par il ne savait trop quoi. Un petit rien qui lui manquait, une clef de lecture insaisissable… Et qui l’intriguait… Il était, face au Bleu-et-Bronze, à la fois curieux et réfractaire. C’était assez ambigu, comme beaucoup de choses, en somme…

« - Assieds-toi, je t’en prie. Finit-il par lâcher, avant de retourner dans la contemplation du sommaire de son grimoire de potions. »

Ce qu’il pouvait se montrer bon prince par moment, c’en était peu croyable.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Une salle vide

Message par : Erundil Trismegiste, Jeu 24 Mar - 21:59


Il dégage clairement une grande assurance. Est-ce pour cacher quelque chose ?
Son amabilité me laisse franchir la porte et prendre place. Je lui souris, ça vaudra un remerciement des plus sincères.
Bien vite je vois tout son matériel. De quoi concocter quelques potions. La salle est assez grande pour ses expériences, et pour que je me vide la tête pour la remplir de savoir.

- Il faut croire que personne n'habite plus dans le coin, surement à voguer sur des mers délicates, et à enfantes des océans gracieux….

Oui, la fatigue m'inspire. Je le regarde, espérant qu'il saura pardonner ma frivole folie passagère. Bon, je ferais mieux de m'asseoir. La première chaise fera l'affaire. Je pose mon sac sur une autre chaise. Mon fourre-tout sur la table. Je regarde ce qu'il y a dedans… Un livre d'enchantement, un livre de métamorphose, un livre de cuisine, un livre d'heroïc fantasy moldu, un balai, mon déjeuner … C'est un bazar sans nom, il y a des cours que je croyais avoir perdu aussi …

J'observe celui qui m'a accepté dans son domaine, face à sa table, il ressemble à un alchimiste.

- Si tu as de quoi faire une potion pour le sommeil, je suis preneur.

Enconre une fois, les pensées s'échappent pour devenir des paroles. J'espère qu'il acceptera mes paroles, qu'il ne les verra pas comme un affront, ou une gêne. Mais ce n'est pas une mauvaise idée, en fait. Je sors mon calepin du sac sur la chaise, J'écris l'idée :

*- Une potion pour dormir sans rêver.*

… Je ne sais pas. Et si je devais me souvenir. Et si c'était un avertissement de mon frère qu'il m'envoie d'une façon ou d'une autre. J'ajoute aussi :

*- Une potion pour se souvenir de la mémoire oubliée.*

Je reste là, observant mon calepin, avec plusieurs runes gribouillées un peu partout, des idées et des noms de sorts sur la page d'à côté. J'y écris tout ce qui me passe par la tête. C'est mieux que de le dire de vives voix. On pourrait presque appeler ça un journal intime.

Le ciel dehors se fait beau pour l'arrivée de sa maîtresse aux rondeurs argentées. J'aime la lune moi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une salle vide

Message par : Asclépius Underlinden, Sam 26 Mar - 15:54


Le troisième du nom ne prêta qu’une attention distraite au remerciement et à l’installation de son camarade de labeur, concentré qu’il était à déterminer sa concoction du jour. Tout ceci allait se finir en soupe d’ennui, de morosité et de dépression, si la recette du philtre de paix continuait à le séduire. Non, il ferait autre chose aujourd’hui : tout simplement parce qu’il en avait envie, et qu’il aimait faire ce dont il avait envie.
Et il n’y avait rien qu’il n’appréciait moins que le conformisme dogmatique, ce bouillon de démagogie, qu’il buvait tous les jours depuis sa plus tendre enfance. Quoique davantage depuis son entrée à Poudlard il y a quelques années, mais dans un autre style. A choisir, il préférait le conformisme réfractaire des Sang-Purs, plutôt que le conformisme bien-pensant de la plupart de ses camarades – voire du personnel.

Décidemment, Asclépius avait un problème avec l’autorité. Et non des moindres : un problème épidermique, qui lui filait de l’eczéma à chaque fois qu’il y pensait. Devrait-il préparer une potion contre les irritations cutanées ?
Peut-être même pourrait-il la vendre à Ste-Mangouste, lors de sa prochaine visite. Idée à creuser, mais sans plus.

Enfin, son camarade parvint à le distraire, et à lui faire lever les yeux, afin qu’il lui prête une attention toute particulière – particulière au point qu’il chausse ses lunettes, c’était pour dire !
Mais il ne répondit pas tout de suite, préférant observer le manège d’Erundil, et appréciait de retrouver un être qui affectionnait, comme lui, l’usage des carnets de notes divers et variés. Le Serdaigle devait probablement songer à quelque chose… Avait-il envie de faire joujou avec les mixtures, lui aussi ?

« - Par « potion pour le sommeil », tu entends « somnifère » ? Si c’est le cas, j’ai de quoi en faire. »

Il ne lui posa aucune question sur le pourquoi du comment du désir d’une telle potion : à chacun ses chaudrons. Les siens-mêmes n’étaient pas bien reluisants, alors ceux des autres… Non merci, il avait autre chose à faire que de jouer au Psychomage pour adolescents sorciers perturbés.
Le Serpentard attendait la réponse de son interlocuteur, à la fois curieux et vaguement morose. La perspective de co-préparer une potion ne l’excitait que bien peu, et il se préparait mentalement à cette éventualité, tout poli et aimable qu’il était.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Une salle vide

Message par : Erundil Trismegiste, Mer 30 Mar - 15:26


A chaque chose sa place,
Et se replace seulement
Les souvenirs qui fracassent
Nos amours, tendrement.
N'est-ce pas d'aimer que de vivre dans la tristesse
Autant que la joie ou encore l'ivresse ?
Je parchemine mes pensées qui vont galopantes.
Et la nuit, tout s'emmêle et s'oublie puis me hante.



En écrivant ceci, je remarque que le Serpentard prend son temps pour répondre. Ce n'était pas vraiment une question après tout, je ne m'attends pas à ce qu'il réagisse forcément. Peut-être que je peux relire quelques cours sur la Divination ? Peut-être qu'une interprétation du rêve m'aiderait à y voir plus clair. Je sors le livre, il me répond.
Un somnifère ? Ça ne changerait rien à la situation.

- Je pense plutôt à une potion sans sommeil. Le somnifère n'empêche pas les images sournoises que Morphée lâche sur nos âmes, pour s'amuser à nos dépends, et voir se dessiner sur nos vies sages, les plus beaux tourments.

Décidément, cette bouche ne fait que jacasser par moment, mes pensées se libèrent.

- Désolé, je m'emporte parfois.

Je remarque la longueur de son corps, qui tient sur des jambes plutôt fines. Elles doivent être musclées. Est-ce qu'il fait du sport ?
Ses lunettes lui changent son visage, c'est amusant, ça lui donne un aspect plus … approchable. Est-ce juste un objet décoratif
pour lui ? Je n'arrête vraiment à me poser des questions. J'en suis dépité. Le temps est changeant dehors.

- Je ne suis pas doué en potion. Je disais juste ça comme ça, car tu semblais t'interroger sur ta future création.

J'essaie de sourire aimablement pour essayer de faire comprendre que je ne cherche pas à utiliser ses dons pour mon besoin personnel. Il faudrait que j'apprenne à faire des potions plus complexes, quand même. Je garde une partie de mon attention pour le camarade, si l'envie de discutailler le démange. Je reprends en même temps mon calepin et le livre de divination, passé de la taille d'une boite d'allumettes à sa taille normale, le temps de lancer le sort adéquat.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une salle vide

Message par : Asclépius Underlinden, Ven 1 Avr - 21:43


« - Mmh mmh… »

En voilà une réponse concise et efficace. S’il l’avait voulu, il n’aurait probablement pas pu faire mieux : rien de tel qu’un tantinet de spontanéité pour poursuivre une conversation et l’entraîner sur des terrains un peu plus… Glissants…

« - Une potion sans sommeil dis-tu ? Intéressante tournure pour signifier que tu ne souhaites guère être sous l'emprise du-dit Morphée, du marchand de sables, ou de rêves... »

D’un geste presque automatique, il remonta ses lunettes sur son nez, bien qu’elles n’aient pas tant glissées depuis sa dernière remontée. C’était un geste, une habitude prise quand il était concentré… Et intéressé. Tiens, tiens… Ce Serdaigle le mettrait-il au défi de lui pondre une potion de sommeil sans rêves ? Navré jeune homme, mais il ne connaissait nullement la recette… Mais peut-être pouvait-il adapter la recette de potions qu’il connaissait… ?
Intéressant. Passionnant. Presque addictif. Ça y est, il allait l’avoir, sa dose d’adrénaline.

Esquissant un sourire amusé, il sortit plusieurs manuel de son sac de cuir, tous plus larges et volumineux les uns que les autres, avant de se mettre à tourner les pages, avec une frénésie savamment contrôlée. Voyons voir… Où avait-il vu une potion pareille… Il n’avait pas pu oublier si rapidement la page recherchée, puisque lui-même s’y intéressait… Rapport à ses insomnies chroniques dues à ses angoisses diverses et variées, pour faire basique et laconique…

Et enfin, après une recherche minutieuse, il s’arrêta sur une potion présente dans un de ses manuels, ou outils de travail. Ce n’était certes pas celle escomptée… Mais elle semblait faire parfaitement l’affaire…
Par contre, il ne disposait pas des ingrédients nécessaires… Ni du temps. La recette de cette potion était plutôt complexe, nécessitait une grande attention, et pouvait s’avérer plutôt dangereuse, si un élève quelconque s’y essayait…
Pourtant, le Serpentard ne semblait pas voir les difficultés comme un obstacle, mais plutôt comme quelque chose à surmonter, grâce à une puissance qu’il possédait, ou non : de la détermination, du travail, du talent… Il ne savait s’il possédait le dernier point, mais les deux autres, sans aucun doute.

D’un ton détaché, il jugea bon d’informer son camarade de ses découvertes… Ou alors se parlait-il tout simplement à lui-même : comme pour rendre ce fait, cette recette inscrite sous ses pupilles glacées, plus réel…
Et de fait, il fixa son camarade de ses yeux clairs – car il agissait toujours avec politesse – avant de reprendre la parole :

« - Je pense avoir trouvé une potion qui puisse te satisfaire… Une potion de sommeil présente dans mon grimoire… Par contre, elle est plutôt complexe, et nécessite entre 14, et 15h de préparation. Souhaites-tu vraiment une telle potion ? »

De toute façon, il réfléchissait déjà à la façon de se procurer les ingrédients nécessaires… Alors peu lui importait la réponse de son camarade : satisfaire sa demande était le dernier de ses soucis… Mais il mettrait toute sa dextérité à l’épreuve afin de réussir cette potion. Pour le plaisir de potionner, tout simplement… Se confronter à une difficulté extraordinaire, et en ressortir vainqueur…
L’ambition ne caractérisait-elle pas sa Maison ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Une salle vide

Message par : Erundil Trismegiste, Sam 2 Avr - 17:41


Le camarade parle avec des mots bien prononcés, et aux apparences réfléchies, et une pointe de courtoisie que j'accueille agréablement. Il a cette manie de remonter ses lunettes. Ca me rappelle ma mère. Quand elle portait des lunettes, elle avait une manie similaire, mais elle n'a jamais aimé utilisé ses doigts, je n'ai jamais trop su pourquoi, toujours est-il qu'elle relevait ses lunette avec le bord de la paume de sa main droite. Je trouvais que ça lui donnait une élégance raffinée. Elegance qu'on peut retrouver chez lui aussi, surement.

Moults pensées traversent à présent mon esprit. Je repars dans ce rêve qui m'effraie, poursuivi par mon propre frère, l'air glace mes veines et je ne respire presque plus. Je me perds, je frissonne, j'oublie les où et les quand, je ne sais plus.

*Ca n'a aucun sens !*


Je reprends mes esprits. Je suis toujours dans la classe.

- Morphée a un sens de l'humour bien à lui. Sur certains points nos avis divergent. Je préfère n'être sous l'emprise de qui que ce soit.

Je me rends compte qu'entre temps, il avait sorti un amas de livres. Il était très concentré.

Le Asclépius, comme la plupart des Serpentard que je rencontre en ce moment, a fait preuve d'un intellect prononcé en trouvant une potion. La préparation a sa complexité bien à elle, est-ce qu'on sera capable de la concocter ? Je sais qu'il a une affinité pour la potion. Au point de prendre la gestion de ce travail ?

Bon, j'ai fait un choix. Je souhaite pouvoir dormir un, de temps en temps du moins, sans refaire ce même rêve. Je suis déterminé à réagir face à cela. Et puis, je vois son regard, fidèle miroir de son esprit aiguisé. Je le vois déjà prêt, peut-être est-il même en train de mettre en place les différents moyens pour y arriver. Je suis content d'être tombé sur lui. Le destin, la coïncidence, le karma. Appelons cela comme on veut, quelque soit l'expérience qui en écoulera, ce sera bon à prendre.

*… Enfin, tant que je ne meurs pas...*


- J'ai lancé l'idée, je ne me vois pas regarder en arrière et perdre ce qui m'est la plus cher. Je prends le risque d'aller de l'avant. Alors amusons-nous un peu. Dis-moi ce que je peux faire, je te suis dans cette divertissante aventure.

A son sourire satisfait, je réponds par le mien. La situation prend des tournures qui risquent d'être amusantes. Enfin, si on réussit la potion… Il me faudra rester concentré. Je range mon bazar. Calepin en poche. Le soleil s'incline. Je n'ai aucune idée du temps passé depuis que je suis entré dans cette pièce. Parfois, certains endroits nous jouent des tours. Peut-être est-ce déjà la nuit ? Peut-être y sommes-nous rentrées seulement 10 minutes. Qu'importe, je vais suivre le Serpentard.

- Show Time.

Cette phrase est venue toute seule. Ce n'est même pas vraiment ma voix ... Je ne sais plus où je l'ai entendu, mais elle sonne plutôt bien dans la situation..
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une salle vide

Message par : Asclépius Underlinden, Sam 2 Avr - 19:32


Oh mais lui, commençait à trouver cela bien amusant d’être sous l’emprise de choses… Aussi diverses que variées, qu’il n’avait encore jamais eu l’occasion d’expérimenter… Dans le désordre : sentiments, substances, angoisses, adrénaline, passion, dévotion, plaisir… Alors évidemment, toucher ainsi la corde sensible en venant titiller ses compétences en Potions… Comment pourrait-il résister ?
Son arrogance et son orgueil allaient toujours de pair avec ses passions… Dans lesquelles il se jetait sans regarder en arrière. Cette nouvelle potion, ce défi… Il le réussirait, car il s’en sentait capable. Et ce sentiment… Si grisant, qui emportait son cœur et son corps au niveau de son esprit... Ce sentiment… Il s’y perdait avec volupté…

Et s’il échouait ?
Eh bien il recommencerait, encore, et encore, et encore, jusqu’à parvenir à un résultat qui soit plus que satisfaisant ; il ne se contentait pas de l’acceptable : il souhaitait les hauteurs sublimes plus que tout… Tout ceci lui faisait délicieusement tourner la tête et le stimulait bien plus que n’importe quelle substance plaisamment illicite…

« - Comme tu dis. Répondit-il posément à son camarade, inscrivant fiévreusement sur un parchemin les ingrédients qu’il lui fallait. Je t’enverrais un hibou, pour te tenir au courant de ce… Projet. Avec le lieu où je me serais établi pour la concocter… Sois discret. »

Et sur ces mots, il rangea avec une certaine précipitation contrôlée ses affaires, avant de filer dans un claquement de cape implacable, sans un regard en arrière : tout son esprit étant entièrement accaparé par ce nouveau projet, le camarade de Serdaigle déjà oublié…
Les mains tremblantes, et un sourire au coin des lèvres, il s’empressa d’établir un planning strict, une fois de retour dans son dortoir. Il se sentait plus Serpentard que jamais : rien ne pourrait le détourner de son projet, et qu’importent les moyens auxquels il devrait recourir pour y parvenir…

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une salle vide

Message par : Lydie Nouël, Lun 11 Avr - 15:36


PV avec Lïnvé

Lydie repositionna correctement sur son épaule la bandoulière de son sac avant d'accélérer la cadence. Elle venait d'entamer un de ses vagabondages habituels au sein du château. Elle en avait besoin. Elle essayait de se concentrer sur sa démarche afin d'éloigner les pensées négatives de son esprit.

La présence de son Directeur de Maison au cours de Défense contre les Forces du Mal l'avait, il fallait l'avouer, chamboulée. Sans parler du fait que Lïnwe Felagüng s'était montré d'une arrogance inouie durant tout ce laps de temps. Le blond platine avait le malheur d'être le centre des ressentiments de la rouquine. Elle préférait se concentrer sur ses querrelles avec le garçon, puisque jamais elle ne pourrait rivaliser avec Léo Keats. Elle pestait donc contre le lionceau, un ennemi à sa hauteur.

La méditation ne semblait plus lui suffir. Condenser ses pensées sur sa propre présence dans l'espace, sur son environnement ou bien sur un simple objet ne la calmait plus. La réflexion et la contemplation ne l'apaisait plus. Ainsi, laissant son corps couler dans le dédale des couloirs, elle s'abandonna à une idée moins louable que celles auxquelles elle avait eu recours pour soulager ses maux quotidien. Car ce dont Lydie Nouël avait besoin, c'était de se défouler. Se défouler sur quelqu'un. La principale victime semblait pour l'instant être le sol du château, sur lequel elle faisait marteller ses talons, mais la fillette ne pouvait s'empêcher de guetter une cible prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une salle vide

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 11 Avr - 19:00


[RP avec Lidouille]
Un duel de fauves ~

                           

Le Cours de Défense Contre les Forces du Mal. Une torture. Et non une tortue. Ou peut-être l'équivalent d'une tortue noyée dans un bouillon chaud. Leister McKinley, ce prof tyrannique qui martyrisait ses élèves. Les humiliait, les bouffait petit à petit. Comme un virus qui se propage. Un poison. La bête noire. L'pire, c'était qu'il ne dérangeait pas tellement Lïnwe. Il s'en foutait, il était là pour apprendre pas pour faire causette. Le soucis dans ce cours, c'était Lydie Nouël. Une deuxième année, de son âge, à Gryffondor. Sa meilleure ennemie. Comme si cela ne pouvait pas être plus ironique encore. Une lionne avec une langue fourchue dit-on. Arrogante, provocatrice, désagréable, désintéressée et qu'importe les adjectifs. Do I wanna know ? Le garçon ne l'aimait pas, et c'était bien réciproque. Tant mieux. Limite, il la voyait plus que sa sœur qui était aussi à Gryffondor. Rien à voir, une merveille. Petite douceur à la crème. Moelleuse et pleine de sucre. La rouquine à côté, c'était un chou romanesco, une odeur qui laissait à désirer. Artefact artificiel dont l'arôme mortifie nos pupilles au toucher.

La dernière fois déjà, elle lui avait fait un croche-pied pour l'empêcher de réaliser correctement son exercice. D'où la nécessité de lui fracasser la tête contre une pierre. Autrement, on pouvait ajouter immaturité à la liste. Il lui devait une revanche et il n'était pas prêt d'oublier. L'irlandais avant tenté de la suivre à la fin du cours avant de se perdre tout seul dans l'aile ouest. Là encore, ce n'était pas passé loin. Il était sorti sûrement le premier, si ce n'est le deuxième ou le troisième de la salle de classe. Ce qui importait, c'était qu'il avait pris de l'avance sur la hyène. Il avait anticipé le déplacement de son ennemie numéro un. Il était là, dans un renfoncement ombragé du couloir, méditant sur sa prochaine victime. Une première pour le sang-mêlé, mais il y avait un début à tout. Il disait pas non en plus, ça l'excitait. Quelque part dans ses capillaires sanguins : une pulsion pleine de pulsations enivrantes. Une précipitation séduisante. Comme celle de ces pas.

Un bruissement de cape à quelques mètres, signe qu'elle venait par là. Tournant à droite avant de disparaître dans l'autre couloir. Il reconnut la silhouette satanique de son ennemie. Sans plus attendre, il la fila telle une araignée avec sa toile.


Dernière édition par Lïnwe Felagünd le Mar 9 Aoû - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Une salle vide

Message par : Elenna Benson, Ven 17 Juin - 0:43


Rp privé avec Jade Wilder


Un seul témoin oculaire en vaut dix qui ont entendu.


A
chaque fois qu’elle remettait les pieds ici, Elenna était prise une bouffée de nostalgie qui la prenait aux tripes et qui occupait toutes ses pensées. Chaque coin, chaque recoin, chaque escalier ou même chaque marche, c’était un souvenir, plus ou moins agréable qui venait envahir ses pensées. Poudlard, c’était comme sa seconde maison. A vrai dire, cela avait été sa seule maison durant son enfance. Passant d’orphelinat en orphelinat, voyant ses amis partir avec des familles aimantes, la jeune femme était restée seule toutes ces années. Si elle était entourée d’autres enfants dans son cas et de personnes qui s’occupaient d’eux, elle n’avait rien senti d’autre que de la solitude. C’était comme un brouhaha constant qui résonnait dans sa tête mais qui n’avait pas réellement de sens. Elle entendait les gens mais ne les écoutait pas, elle les voyait mais ne les regardait pas. Cette foule de monde ne pouvait remplir le trou béant qui semblait être dans sa poitrine depuis toujours.

Cette école, c’était ce qui l’avait fait revivre, espérer que son destin n’était pas réduit à être merdique. Elle y avait trouvé un foyer, une raison à son existence et même une famille. Parce que oui, les Poufsouffles, c’était cela : une famille. Plus le temps passait, plus Elenna se rendait compte qu’elle n’aurait pas pu rêver mieux comme maison. Elle y avait fait des rencontres merveilleuses et ne regrettait rien de ses années d’études, c’était elles qui l’avaient forgé. De la petite fille bizarre des orphelinats, elle était passée à une amie fidèle qui savait se faire respecter et défendait sa maison plus que sa propre vie. Mais la belle n’était pas là pour ressasser de bons souvenirs.

Les Aurors étaient sur une enquête. Une attaque avait eu lieu au sein d’un cours de divination à Poudlard. Le professeur s’en était pris aux élèves dès le début de la leçon pour ensuite disparaitre et revenir les aider. Oui, cette histoire méritait une enquête. Soit le mec était hyper futé, soit hyper rapide, soit ce n’était tout simplement pas lui. Chaque Auror menait des interrogatoires dans le château et au Ministère de la Magie pour essayer d’en savoir plus. La jeune louve avait déjà eu le témoignage de Laurae et aujourd’hui, elle était là pour une autre Poufsouffle. Une certaine Jade Wilder, préfète. Elle l’avait déjà croisé, une fois, lors de cette soirée spéciale affiche que les Mangemorts avait décidé de lancer, une nouvelle mode parait-il.

Avec l’autorisation de Sergeï Kholov, la chef de l’Ordre du Phénix avait réservé une salle pour rencontrer la fameuse Jade. Après le hibou envoyé et celui reçu, Elenna savait qu’elle pouvait rencontrer la préfète tous les jours après 17h00. Le rendez-vous était donc fixé une demi-heure plus tard. Pénétrant dans la salle en question, l’Auror s’avança sur le plancher pour aller s’appuyer sur le bureau destiné à un professeur. Elle posa le bout de ses fesses sur la tranche en bois, les mains de chaque côté de ses cuisses et attendit patiemment que son témoin arrive…
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une salle vide

Message par : Jade Wilder, Jeu 23 Juin - 9:29


Fin d'après-midi. Un moment de la journée tout particulier à Poudlard car soudain, le rythme frénétique des journées de cours s'atténuait pour laisser place à une ambiance plus sereine. Le temps aidait sans doute, la chaleur de l'été semblait rendre bien des élèves plus joyeux et ouverts au monde. Sans doute n'était-ce qu'une illusion de l'esprit, un univers embellit par un soleil bienveillant.. mais Jade voulait encore croire que ce monde étranger était capable de beauté, malgré tout.

Cela faisait un moment que l'Italienne avait intégré l'école de Magie, des mois c'est certain, mais de là à resituer correctement.. la tâche s'avérait assez difficile en fin de compte. Tant de choses avaient changé durant ces quelques mois, beaucoup d'épreuves, d'obstacles à franchir. Beaucoup de nouvelles têtes aussi, que l'adolescente apprenait à apprécier un peu plus chaque jour ce qui la terrifiait bien plus qu'elle n'aurait pu le dire. Ils ne pouvaient comprendre, elle ne pouvait rien dire. Voilà bien un cercle vicieux qui ne trouverait jamais d'entente cordiale. La vie est faite ainsi, la blondinette l'avait apprit bien assez tôt.

Malheureusement, les écarts entre son coeur et son esprit amenaient Jade à devenir quelque peu.. lunatique. Ses changements d'humeur rythmaient ses journées, devenant difficiles à maitriser. Un seul petit couac pouvait totalement transformer sa vision d'une quelconque moment, passant des rires aux larmes et des larmes à la colère en un rien de temps. Pour quelqu'un qui n'aimait pas la routine, elle aurait dû être ravie non ? Pas exactement. Un coup renfermée, un coup ouverte au monde, la blondinette devenait totalement imprévisible et incontrôlable, même pour elle. Bon, ça n'allait jamais bien loin fort heureusement, mais force d'avouer que ses attitudes divergentes l'épuisaient un peu. Le rythme des cours était devenu plutôt soutenu, celui de ses nuits était loin de s'arranger, alors qu'arrive t-il quand on mélange tout ça ? Rien de très très bon, en vérité.

~

Chance, ce jour là. Malgré une nuit difficile, Jade s'était réveillée avec le sourire aux lèvres, prête à affronter la journée qui s'annonçait. Son quotidien n'était jamais classique grâce à ses fameuses humeurs changeantes, mais ce jour là l'était bien moins encore. Pas pour les cours, ni pour quelconque révision, ni même pour son humeur matinale, mais bien parce-qu'un rendez-vous spécial l'attendait après son dernier cours. La Poufsouffle avait alors rendez-vous avec Elenna Benson, une femme qu'elle avait déjà rencontré dans des conditions quelque peu.. étranges, quand même. Un simple tour de routine dans le château s'était transformé en galerie à ciel ouvert avec la complicité de l'Auror. Ça avait été une bonne soirée, oui oui. Ce n'était pas grand chose, mais pouvoir faire même la plus minime des actions pour faire chier ceux qui avaient osé lui enlever Lizzie.. bah ça lui faisait un plaisir fou. Plaisir coupable, qu'elle n'avouerait pas, mais qui s'était sans doute vu ce fameux soir. M'enfin, du moment qu'aucun autre élève n'avait été impliqué, ce n'était pas important. Car un tout autre sujet allait être abordé avec l'Auror dont Jade gardait un bon souvenir.

Le cours de Divination, quelques temps plus tôt.. Celui qui l'avait amenée à se déplacer en fauteuil bien trop longtemps. Celui qui l'avait poussée à se battre plus encore qu'avant pour espérer guérir et marcher de nouveau correctement. Et cela avait payé. Elle était debout désormais, marchait tête haute malgré ce qu'il s'était passé. Bien d'autres problèmes étaient survenus entre temps, mais jamais elle n'oublierait ce fameux jour. Ce goût de trahison l'espace de quelques instants avant que le goût du sang ne remplace le premier. Ou l'inverse, elle ne savait plus trop. Pourrait-elle aider l'enquête malgré le peu qu'elle savait ? A voir.

Accélérant légèrement le pas, la préfète passa dans un couloir désert. Normal, la plupart des élèves qui avaient quitté leur dernier cours du jour profitaient des rayons du soleil dans le parc. C'était ce qu'elle faisait normalement. Elle s'adossait à un arbre, à l'ombre et profitait de la chaleur de l'été qui pointait enfin le bout de son nez. La plupart du temps accompagnée d'un bouquin quelconque, manuel ou véritables contes qu'elle aimait toujours autant lire, la Poufsouffle pouvait se détendre et penser à autre chose. Mieux valait que personne ne soit sur son chemin, en fait, car malgré tout l'adolescente ne pouvait s'empêcher de stresser. Les trucs officiels, ça n'avait jamais été sa tasse de thé en règle générale. Pis l'inconnu la stressait. Pis de toute façon elle était bizarre. Voilà, ça c'était assez juste comme conclusion. Quoique un autre élément perturbateur, assez idiot, la déstabilisait un peu plus. La salle dans laquelle elle devait se rendre se trouvait juste à côté de celle de Défense contre les Forces du Mal. Autant dire que si elle croisait McKinley, Jade aurait du mal à garder son calme. Pas en ce jour, cette situation, cette myriade de sentiments contradictoires. Ils étaient suffisamment en froid pour qu'elle en rajoute, déjà qu'être la cible de la colère d'un professeur n'était pas DU TOUT dans ses habitudes..

Bref. Marchant plus vite pour être sûre de ne pas croiser le professeur, la blondinette arriva enfin à la salle. Plus loin, la porte du cours était visible et Jade détourna bien vite les yeux. Pas de perturbations, c'était suffisamment compliqué comme cela. Toquant trois coups à la porte, la préfète entra ensuite dans la pièce choisie pour le fameux rendez-vous. L'Auror était déjà là, toujours aussi.. baaah. Elle n'arrivait toujours pas à mettre de mot exact sur la présence qu'avait la jeune femme sous ses yeux. Elle semblait digne de confiance, gentille, juste. Mais imposait le respect également. Voilà pourquoi Jade ne pouvait mettre un mot exact pour la qualifier: c'était impossible, voilà tout.

- Bonjour.. Spero.. que je ne suis pas en retard..

Affichant un léger sourire, la blondinette avança vers le centre de la pièce. Fichue habitude que celle de ne jamais porter de montre. En même temps, elle ne supportait pas grand chose sur sa peau, y compris les bijoux. Le seul qu'elle possédait se trouvait être un collier tout particulier qu'elle portait en permanence. A priori elle avait fait vite pour quitter son dernier cours et rejoindre la dite salle, cela aurait été étonnant qu'elle soit en retard, mais principe. D'ailleurs, comment devait-elle appeler l'Auror ? Madame ? Mademoiselle ? Aucune idée. Bah voilà, elle commençait à se poser trop de questions, ça n'était pas bon signe ça. Stress qui monte.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Une salle vide

Message par : Elenna Benson, Ven 22 Juil - 2:16




A
ssise confortablement, les mains appuyées sur le bois du bureau, Elenna leva les yeux vers le plafond. Les salles de classe de Poudlard étaient semblables à ce niveau-là, elles ne ressemblaient pas à celles des cachots ou celles des tours. C’était plus que basique : un plancher en bois, des murs de pierre, des poutres apparentes, des petites tables pour étudier, un grand bureau pour le professeur et un tableau vert pour noter les choses relatives au cours. La belle ne perdait pas son sourire, n’oubliant pas les souvenirs qui étaient nés ici, qui avaient grandi avec elle, ceux qui faisaient d’elle la femme qu’elle était aujourd’hui. Chaque rire, chaque leçon, chaque dispute, tout était ancré dans ses pensées pour l’éternité, si elle arrivait jusque-là.

Trois petits coups retentirent sur le bois de la porte, annonçant qu’un nouvel arrivant se trouvait derrière celle-ci. L’Auror n’eut pas le temps de dire quoique ce soit et la planche s’ouvrit. Heureusement d’ailleurs, elle n’était pas ici chez elle, Jade avait autant, voire plus, le droit d’être là qu’elle. Bien sûr, Elenna avait l’autorisation du directeur de l’école de sorcellerie mais la préfète exerçait ses fonctions ici comme la belle le faisait au Ministère de la Magie. Chacun son domaine. La petite blonde s’avança vers le bureau. La Phénix se leva doucement, affichant un sourire sincère sur son visage pour accueillir celle qui avait accepté de témoigner quant à ce qu’elle avait vécu lors d’un cours plutôt…original !

" Bonjour.. Spero.. que je ne suis pas en retard… "

" Non non ne t’inquiètes pas, viens assieds-toi je t’en prie. Comment vas-tu ? "

D’une voix douce, la demoiselle invita la Poufsouffle à s’asseoir à l’une des tables de cours. Pour ne pas l’oppresser, elle s’assit à une autre table à côté d’elle, seul un petit couloir les séparant. Elles ne s’étaient croisées qu’une seule fois mais Elenna sentait qu’elle pouvait faire confiance à la préfète. Après tout, c’était une Poufsouffle, comme elle avant. Comme déjà fait lors de ses précédentes écoutes de témoignage. Elle voulait mettre la blonde à l’aise, elle n’était pas là pour l’interroger ou l’envoyer à Azkaban, elle voulait juste arrêter celui qui s’attaquait à des élèves, à des jeunes gens qui n’ont rien demandé.

" Alors… Comme je te l’ai dit dans la lettre que je t’ai envoyée, j’ai appris que tu étais présente lors que le cours de divination a été attaqué et j’aimerai savoir ce que tu as vu, ce que tu as entendu et ton avis sur le déroulement de cette agression. Prends ton temps, n’hésites pas à me donner les détails les plus insignifiants, tout ce dont tu te souviens. Ce n’est pas un interrogatoire ne t’en fais pas, je voudrais juste avoir ton témoignage. "

D’un autre sourire, Elenna l’invita à discuter avec elle, sans la stresser.
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une salle vide

Message par : Jade Wilder, Mer 10 Aoû - 14:46


- Non non ne t’inquiètes pas, viens assieds-toi je t’en prie. Comment vas-tu ?

Un léger sourire apparut sur les lèvres de Jade. Ce n'était que la seconde fois qu'elle avait affaire à son interlocutrice, pourtant, exactement comme l'autre nuit, l'adolescente se sentit directement en confiance. Ce n'était pourtant pas dans ses habitudes de suivre sans rien dire et sans rien demander, bien au contraire. Mais la dernière fois, elle n'avait pas hésité à aider l'Auror avec ces affiches idiotes, au risque de s'en prendre plein la tête ensuite par le directeur des lieux. Tout le contraire de la bonne élève sage et sans histoires qu'elle avait toujours été. Néanmoins, la situation ce jour là était totalement différente. Elles allaient parler d'un sujet difficile pour la préfète, un évènement qui resterait gravé autant dans sa mémoire que dans sa chair. Autant dire que pour la mettre en confiance, il fallait vraiment être doué. Allant donc s'asseoir à l'une des places, Jade hocha la tête.

- Bien merci, enfin fatiguée, avec les examens qui veni.. arrivent mais ça va.

Comme toujours, trouver des excuses était son passe-temps favoris. Du moins, elle s'y était largement habituée à force de temps, préférant cacher ce qu'il se passait réellement dans sa tête. Les doutes à cause de McKinley, la peur qui l'habitait régulièrement alors qu'elle espérait pouvoir se sentir en sécurité dans cette école, son sommeil qui venait à manquer, son enquête à la recherche de celui qui avait brisé sa vie.. Et la trahison, subie il y a peu. Beaucoup trop de difficultés à surmonter, pourtant la blondinette faisait avec. Elle tenait bon et voilà le plus important. Quelqu'un la connaissait réellement comme Emily, Shela ou Harmony, aurait tout de suite compris qu'elle disait la vérité pour cacher une vérité bien plus difficile. Là, les choses étaient plus simples. Pour le moment, car évidemment, le sujet principal devait bien être abordé à un moment ou un autre. Après s'être installée à une table d'elle, l'Auror débuta comme prévu.

- Alors… Comme je te l’ai dit dans la lettre que je t’ai envoyée, j’ai appris que tu étais présente lors que le cours de divination a été attaqué et j’aimerai savoir ce que tu as vu, ce que tu as entendu et ton avis sur le déroulement de cette agression. Prends ton temps, n’hésites pas à me donner les détails les plus insignifiants, tout ce dont tu te souviens. Ce n’est pas un interrogatoire ne t’en fais pas, je voudrais juste avoir ton témoignage.

Mordillant sa lèvre inférieure, Jade inspira légèrement. Elle devait rassembler ses idées, c'était sérieux. Dire tout ce qu'elle pouvait sur ce cours et sur l'attaque surtout. Seulement voilà, c'était un sujet incroyablement difficile. Plus qu'elle ne l'aurait pensé en fait. Elle n'avait parlé à personne de tout ça. Beaucoup lui avaient dit certains détails, mais elle, elle n'avait jamais rien dit, parce-que c'était encore bien trop difficile. Seulement voilà, aujourd'hui, elle n'avait plus le choix. Le plus simple était sans doute de partager ses craintes à la blonde en face d'elle, histoire qu'elle sache dès le début à quel point ce n'était pas simple. Oui. Allons-y pour ça.

- Je suis désolée ce.. ce n'est pas un buon.. souvenir. Ce n'est pas vraiment.. facile d'en parler.

Baissant les yeux, la blairelle se tritura les mains avant de reprendre contenance au maximum. Elle releva alors les yeux, ne sachant trop par où commencer.. elle décida de choisir le commencement, réfléchissant précieusement à ses mots.

- Ce cours était.. désordonné. Enfin.. je crois que quelqu'un s'est amusé à faire une sche.. euh, blague à une autre élève et ça partait un peu dans tous les sens. Normalement j'étais au tableau, pour noter ce que disait le professeur Spinner, il me l'avait.. demandé. Mais tout ça m'énervait alors je suis retournée à ma place, vers l'avant. C'est ensuite que ça a completamente.. dérapé.

Et si elle n'avait pas quitté le tableau ? Si elle était restée là où elle était au lieu de s'énerver et retourner à sa place ? Est-ce qu'elle aurait pu aider quelqu'un, être plus utile, ou même.. éviter le sort reçu ensuite ? Pour faire du tri dans ses souvenirs, la blondinette ferma les yeux l'espace de quelques instants. Tout s'était passé tellement vite, il y avait de quoi s'y perdre. Et notamment, elle ne voulait pas faire un mélange entre ce qu'elle avait vu et ce qu'on lui avait dit. Pourtant, tout voulait se mélanger dans sa tête, c'était à elle de bien faire attention à chaque détail.

- Le professeur Spinner a posé de nouvelles questions, et c'est là.. qu'il est entré. Il.. enfin.. c'était le professeur de Métamorphose, Evan Lival. Et il ne s'est pas gêné pour le sotto.. hm, souligner d'ailleurs.. Il a dit clairement être notre professeur de méta et.. je ne sais plus.. je crois qu'il nous.. "souhaitait" une bonne mort.

Un son quasiment inaudible franchit ses lèvres. Ça aurait pu être un début de rire ironique si son récit ne prêtait pas si peu à la rigolade. D'ailleurs, ses prunelles s'étaient légèrement embuées sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit et à présent, elle retenait surtout ses larmes. Tournant la tête sur le côté pour les cacher, Jade soupira.

- Je suis désolée.. C'est pas.. enfin.. j'arrive pas à croire que c'est arrivé..
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Une salle vide

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 13

 Une salle vide

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.