AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 14 sur 16
Une salle vide
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
Invité
Invité

Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Invité, le  Lun 15 Jan - 17:10

rp avec la vipère

langues de vipère


Ding dong ! Midi. Libération de ce cours de malheur, potion encore et encore pour changer. Nouvelle échec en observant la texture gluante de ma mixture qui devait être fluide. Je n’y arriverai jamais, peut-être distraite par la délicate odeur de l’huile de rose ? Mouais, ne pas se chercher d’excuses, j’étais nulle dans cette matière et il n’y avait rien à ajouter. Plus qu’à tout jeter, récupérer mon Désolant et filer manger. Je maitrisais l’art du repas et obtenais Optimal à chaque fois tellement j’avais l’appétit de quatre malgré ma silhouette affinée et ma petitesse.

D’abord aller ranger mes affaires dans mon dortoir. Se débarrasser de mon chaudron et me laver les mains. A ma descente, j’avais évité le coup de feu, les couloirs étaient déserts, bien plus facile pour y circuler. Je me délectais d’avance des mets qui m’attendaient dans la Grande Salle. Le château possédait ses failles mais je n’avais strictement rien à dire sur la bouffe, on y mangeait comme des rois. J’avais envie de poulet aux champignons. Miam ! Oh pourquoi cette porte tenta-t-elle de m’agresser en s’ouvrant de la sorte ? Megan était-elle en train de s’entrainer ? La vérification s’imposait.

Elle ! Ici ! Je me frottais les yeux pour être certaine de ne pas baigner en plein cauchemar. Non, triste réalité de la revoir à Poudlard. Celle qui s’était payée ma poire face à ma détresse ; celle qui m’avait entrainé dans un jeu dangereux ; celle que j’avais tant aimé puis qui m’avait trahie ; celle qui représentait l’élite du monde magique à présent, Nyx Spero en personne ! Je fus grandement surprise de la retrouver dans une salle de classe. Elle n’était pas coutumière des lieux élève, tentative de rachat ? Peu de chance. La raison m’ordonnait de partir illico et de l’ignorer, le cœur de régler mes comptes face à la vipère. Désolée raison, trop de rancœur a évacué. Je m’approchai de cette fille.

« C’est donc à ça que consiste le métier d’Auror, glander dans le château en fumant et observant le parc ? T’as pas mieux à faire ? Comme traquer les Mangemorts par exemple ? A mais yen a peut-être un planquer dans l’armoire. », je me dirigeai vers le meuble et l’ouvris avant de revenir vers elle. « Ah ben non. Tu vois on est sécurité Agent Spero, tu sers à rien. Rentre chez toi ! »

Pas de salutations. Juste un début de déversement d’une haine accumulée depuis tant d’années. La revoir lors de la soirée avec les soutiens avait grandement réveillé le passé. L'arroseur arrosé vipère ! Viens jouer avec le Petit Aigle. Découvre qui je suis devenue. Tu serais mon menu du jour. J'allais la manger toute crue. Je repasserai sur le raffinement des plats, le serpent c'était dégueulasse.

hrpg:
 
Andrew Cobredy
Andrew Cobredy
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Andrew Cobredy, le  Mar 6 Fév - 16:49

Leçon de danse - 3ème Sexe

RP Précédent (en cours)
Ce RP est un RP Musical
PV avec Cara de Lanxorre

Repris avec l’autorisation de Mered


Les sentiments d’Andrew se bousculaient. D’un côté, il avait été humilié, il ne comprenait pas, il était triste. De l’autre, il était surtout terriblement en colère. Il avait un besoin irrépressible d’évacuer toute cette colère. Déjà il réfléchissait, il fomentait des plans et des complots. La vengeance est un plat qui se mange froid, n’est-ce-pas ? Andrew aimait plutôt les vengeances brûlantes. Mais son jeune âge jouait en sa défaveur. Il était trop tôt, Andrew était trop inexpérimenté, il devrait patienter. Soit, il patienterait. En attendant, il se préparerait. Ca lui laisserait le temps d’apprendre à connaître son ennemi, de l’analyser, de trouver ses faiblesses.

La tante d’Andrew insistait depuis un certain temps, presque depuis leur rencontre, pour qu’il suive des cours de danse de salon. Autant dire que ça n’emballait pas beaucoup le jeune garçon. Pourtant, il voulait faire partie de ce monde. Dans les bals, dans la rue, des tenues charmantes, des personnes distinguées. Il cherchait le plus possible à plaire à sa tante, mais il faut avouer qu’il avait repoussé de son mieux le moment où il devrait commencer à apprendre. Les récents événements survenus dans la Salle Commune des Serpentards ne faisaient qu’accentuer un peu plus son aversion pour la danse. C’était cependant le moment parfait pour commencer, pour s’immiscer légèrement dans la vie de celui qui avait voulu l’humilier.

Andrew commença par lire des livres, regarder des vidéos. Il ne voulait pas directement mettre en pratique, même s’il le faudrait. Il était concentré, mais se perdait parfois dans ses réflexions et ses rêves.

*Regarde-le celui-ci, maquillé comme mon fiancé… Euh… What ? Tu divagues Andrew. Un, t’as personne dans ta vie, deux, encore moins un garçon.*

Andrew était un peu troublé. Garçon, fille, l’allure stupéfiante, toutes ces danseuses et tous ses danseurs lui faisaient tourner la tête. Il était confus, à la fois fasciné par ces personnages, et dégoûté par le souvenir de l’humiliation passée. Page après page, séquence après séquence, il commençait à comprendre les bases théoriques de la valse, du tango, du cha-cha-cha.

*Regarde-la celle-là, habillée comme ma fiancée…*

A nouveau perdu dans ses pensées. Quand il décida soudainement qu’il était resté assez inactif. Il était temps de passer à l’action. C’était acté. Andrew se mit en marche, à la recherche d’un endroit où s’entraîner. Après plusieurs couloirs, il finit par trouver une salle à l’écart, complètement vide. Il aurait assez d’espace, et ne serait sans doute pas dérangé.

Et un, deux, trois.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Cara De Lanxorre, le  Mar 6 Fév - 23:12

Avec le LA d'Andrew.


    Déambulant dans les couloirs, emmitouflée dans sa cape émeraude, Cara frissonnait. L’air froid d’un courant d’air lointain lui fouettait doucement le visage, brise glaciale. Ce Château n’était qu’un gigantesque courant d’air. Maudissant l’architecte d’une bâtisse si imparfaite, elle remontait sans véritable but un large corridor percé de vitraux. Cara ne se donnait même pas la peine de lancer un regard méprisant aux groupes d’élèves indisciplinés qu’elle croisait, à peine un coup d’œil agacé sur ces enfants dissipés aux cheveux longs, cheveux blonds colorés.
    Ses yeux furent attirés par le paysage qui se découpait derrière une des fenêtres. Bleutées par le vitrail teinté, les grilles du parc se dressaient, au loin. Habituée à une vie aventureuse, Cara peinait à se faire à cette vie de confort sédentaire à Poudlard. En vérité, elle se sentait comme prisonnière. Toute nue dans une boîte en fer. En fer et en pierres. Retourner au Château avait été pour la professeure un moyen de se créer un nom, mais aujourd’hui, elle aurait donné beaucoup pour ne plus être personne. Et s’évader. Ailleurs.

    Soupirant, Cara jeta un dernier regard vers le parc et s’apprêtait à revenir sur ses pas, quand un mouvement plus loin dans le couloir attira son attention. Par une porte entrouverte, l’ombre d’une étoffe qui ondule. Les pas de la professeure se firent plus légers, discrets tapotements des talons sur les dalles de pierre, à peine perceptibles. En quelques enjambées silencieuses, Cara s’était glissée dans l’embrasure de la porte. S’adossant contre le cadran, elle observa sans un mot la scène qui s’offrait à elle. Un jeune homme à peine entré dans l’adolescence, corps peinant à quitter l’enfance qui voltige en silence. Pas mal assurés, dignes d’une jeune fille coincée. Il est belle pour une danseuse, avec cette maladresse touchante.

    Voix tranchante, un peu moqueuse, qui brise le calme de la pièce, « je crois que votre pas de danse est perfectible ». Un rire qui s’échappe devant la mine surprise de l’élève de Serpentard, du moins si la cravate est la sienne. Il est beau décrié, cet uniforme vert et argent, difficile de rester indifférent à la grandeur de cette Maison. Refermant la porte du plat de sa main, la professeure s’avance d’une démarche assurée, hanches dans un balancier mesuré. « Je vais vous montrer ». Regard stupéfait, un brin indigné, peut-être. L'outragé, mais j'en ai rien à faire. Déjà, ma main se tend, dans une invitation muette.
Andrew Cobredy
Andrew Cobredy
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Andrew Cobredy, le  Ven 9 Fév - 20:56

Avec le LA de la tenue de Cara.


Pas de bruit. Andrew dansait en silence. Pour plus de concentration, il avait gardé les yeux fermés, et comptait mentalement les temps. Il se sentait bien mal à l’aise, et imaginait bien la scène. Il ne devait pas paraître bien dégourdi, tout rigide, pas du tout décontracté. Il sentait d’ailleurs que ses épaules étaient beaucoup plus proches de son cou que de raison, et se força mentalement à relâcher au moins cette partie de son corps. La musique l’aiderait probablement à se détendre, mais il voulait procéder dans l’ordre. D’abord sans musique, pour imprimer les pas. Puis avec de la musique. Et plus tard avec une partenaire. Ou pas, on verrait bien pour cette dernière étape. A droite, à gauche, au centre. Cette salle était parfaite de vacuité. Enfin, jusqu’à ce qu’Andrew soit dérangé. Par une professeure, en plus.

- Je crois que votre pas de danse est perfectible.

*Non mais… c’est le pompom ! La semaine de l’angoisse. D’abord la Salle Commune, maintenant une prof qui me voit virevolter. Autant afficher ma photo dans le hall, mention bouffon du trimestre.*

La professeure, Andrew ne la connaissait pas bien. Bien sûr, il l’avait déjà vue en cours, mais jamais il ne lui avait adressé la parole en dehors de ces moments relativement formels. Passées la surprise et la pointe de honte, Andrew fut surtout étonné par le charme de Mme de Lanxorre. En classe il n’y avait jamais réellement prêté attention, mais ce soir, c’est différent. Cheveux aux épaules, robe ajustée et moulante qui permet de deviner des formes, surmontée d’une cape que la pudeur nécessite.

*Ces seins mon gars… Mais j’ai pas envie de la voir nue quand même…*

Comme une manière de se rassurer. Les hormones d’Andrew lui jouait des tours depuis quelques mois. Mais avec une professeure, c’était inédit. L’espace d’un instant, des images s’imposèrent à son esprit, issues de sa mémoire ou de son imagination. Des images de filles, de femmes, de corps, et enfin l’image du Serpentard de la Salle Commune, ce qui fit sortir Andrew de ses pensées à la façon d’un électrochoc.

*Lui non plus j’ai pas envie de le voir nu.*

Comme une manière de se rassurer, aussi. La professeure s’avançait vers lui, qui dorénavant ne bougeait plus. Andrew attendait, et se demandait ce qu’il pouvait lui arriver. Il avait le droit d’être là. Enfin, sans doute. Avait-il le droit d’être là ? Oui, aucune règle ne l’en empêchait, c’est un peu comme si il révisait seul.

- Je vais vous montrer.

*Ah… oui ? Euh… ok. Pourquoi pas, on brûle un peu les étapes, mais bon, quelqu’une de plus âgée a plus de chances de savoir ce qu’elle fait, hein… Et j’aime cette fille aux cheveux longs, elle n’a pas l’air de vouloir me frapper, c’est un bon début.*

« - Comme vous voudrez Madame, merci. »

Surprise et étonnement quand même, la proposition était assez improbable. Mais c’était parti, Andrew était de nouveau concentré. Concentré sur les pas, et concentré sur ses plans. Et ce garçon qui pourrait dire non, qui dira non, qui dira excuse-moi et qui implorera, Andrew l’imaginait déjà.


Dernière édition par Andrew Cobredy le Lun 12 Mar - 22:25, édité 1 fois
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Cara De Lanxorre, le  Ven 16 Fév - 0:20


    Plantée devant l’enfant décontenancé, Cara l’invite à s’approcher. D'abord il n’ose pas, intimidé, puis leurs doigts s'enchainent, joints, et on se prend la main. « Je vais vous apprendre à valser. Tout est basé sur la marche, vous savez marcher au moins ? » Voix sèche, un peu condescendante, pas un soupçon de bienveillance. A se demander si elle voulait vraiment l’aider. Les deux sont immobiles, une main accrochée à celle de l’autre, avant que Cara ne rompe le contact, fait un pas en arrière. « Il manque... » dit-elle en sortant la baguette de la poche de sa cape. Un petit mouvement sec, dans les airs, le visage levé, aux aguets, sourcils froncés. C’est quand les premières notes résonnent dans la salle que Cara daigne baisser le bras avec un sourire satisfait. La musique emplit la pièce, semblant sortir des murs, des pierres. Se séparant d’un mouvement des attaches de sa cape sur son épaule, elle jette l’étoffe émeraude dans un coin de la pièce, avant de se retourner vers le Serpentard. « Allons-y ». Bras gauche délicatement posé sur l’épaule droite de son partenaire de danse, elle lui intime : « votre main droite, dans mon dos ». Levant son autre bras dans les airs « et on se prend la main ». Elle sent leurs paumes s'embrasser, redresse la tête, regard inquiet vers un Andrew qui n’avait pas l’air rassuré sur ses capacités à danser une valse viennoise. « Je vais mener, c’est normalement le rôle de l’homme, mais vu les circonstances... », Telle un cavalier féminisé, une fille au masculin, elle conduit les premiers pas, un en avant, puis un en arrière. En face d’elle, un garçon au féminin, cavalière passive, s’adapte aux mouvements.

    Ces pas incertains, cette musique classique, Cara avait l’impression de revivre les heures de danse de salon imposées par ses parents à sa sortie de Poudlard. Elle avait appris les chorégraphies sans passion, sans chaleur, répétant inlassablement jusqu’à ce que ses professeurs soient satisfaits. Et eux ne valaient rien, ces pas de danse dépourvus d’ivresse ou de tendresse. Elle le savait, l’ardeur de ses parents à faire d’elle une danseuse n’avait qu’un but : briller lors des assemblées qui réunissaient les grandes familles de sorciers. Les Sang-Purs de Grande-Bretagne chérissaient ces moments où les liens se resserraient et où leur progénitures respectives pouvaient se rencontrer sur quelques notes de musique classique. Cara détestait ces figures imposées, valser avec des hommes qui l’enserraient, trop prêts. Et eux ne valaient rien en danse, incapables de s’extraire de leur rigidité guindée. Ils étaient fades, passés. Et on en a plus besoin. Cara, tout du moins, elle qui préférait bien plus mener la danse.

    Retour dans la pièce froide de Poudlard, loin des salons capitonnés des réceptions. Coup d’œil à son partenaire qui semblait faire preuve d’une détermination à toute épreuve. Et on en a beaucoup, chez Serpentard, de personnes déterminées, c’est dire le compliment. « Vous avez compris les pas de base. Plus besoin de vous concentrer de la sorte. Laissez-vous aller, nous allons tourner. Prêt ? » Corps resserrés, un pas de côté, entrechats maitrisés.

Andrew Cobredy
Andrew Cobredy
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Andrew Cobredy, le  Dim 18 Fév - 19:23

LA de Cara.


- Je vais vous apprendre à valser. Tout est basé sur la marche, vous savez marcher au moins ?

*Ah ouais, elle commence fort quand même..*

« - Oui, je sais marcher. »

Le second degré et Andrew, ça faisait généralement deux. Comme ses actions, ses paroles étaient presque toujours millimétrées, et surtout calculées. Tourner sept fois sa langue dans sa bouche, ce n’était pas qu’une expression pour Andrew. mais au son de la musique qui s’élevait maintenant dans les airs, Andrew commença un peu à se détendre. Sans s’en rendre compte, il se reprenait de nouveau à rêver, à imaginer ces bals somptueux, ces dorures qu’on voyait parfois dans les anciens films, des visages dans des cheveux d’or ou d’ébène qui virevoltaient dans de somptueuses robes ou d’élégants costumes.

- Allons-y.

« - Allons-y. »

- Votre main droite, dans mon dos.

*Eh ben… il y en a qui oublient leur vertu rapidement ici… Mais si c’est nécessaire.*

« - Ma main droite dans votre dos. »

- Je vais mener, c’est normalement le rôle de l’homme, mais vu les circonstances…

*Quitte à être une victime…*

« - Entendu, j’essaierai de mener plus tard, c’est effectivement plus raisonnable. »

Oui, c’était vraiment plus raisonnable, vue l’aisance avec laquelle Andrew bougeait son corps et ses membres. Un savant mélange entre un balai et une tarentule. Andrew n’osait même pas imaginer de quoi il avait l’air. Il redoubla d’efforts, et petit à petit ses pieds se mirent à suivre la cadence, son buste à se redresser, ses épaules à retomber et sa mâchoire à se desserrer. Mais c’est pas vrai qu’ils ont l’air d’un conquistador, hein. En tous cas, pas encore, et pas Andrew. Il lui manque encore de l’assurance, ça finira par venir, avec la pratique et avec le temps. Le temps d’ailleurs, Andrew ne le voyait plus vraiment passer. Il n’aurait pas su dire si la musique envahissait la pièce depuis 2 ou 10 minutes. En tous cas, le pas de base s’assimilait de plus en plus à un mécanisme, et c’est ça qui comptait.

- Vous avez compris les pas de base. Plus besoin de vous concentrer de la sorte. Laissez-vous aller, nous allons tourner. Prêt ?

« - Prêt. »

Prêt à tourner, mais aussi plus prêt et plus déterminé que jamais à se venger. En même temps que la Professeure le faisait tourner, Andrew se détendait et se laissait porter par la musique, et par ses pensées. Il se demandait ce qui constituerait le meilleur moyen d’assouvir son besoin. Déjà, il voyait des pleurs, des corps asexués une fois dévêtus, des corps prostrés. Andrew souriait, sans raison réellement identifiable pour quelqu’un n’étant pas dans sa tête, c’est à dire pour tout le monde. La musique commença à faiblir, puis s’arrêta. Andrew continuait cependant à tourner, jusqu’à enfin réaliser le silence dans la pièce.

« - Excusez-moi, j’étais ailleurs. J’imagine que c’est une bonne chose… que je puisse bouger sans musique je veux dire. »

Andrew avait vraiment la tête ailleurs ces derniers temps. Il lui fallait se ressaisir. Il se perdait souvent dans ses observations et ses calculs, c’est vrai, mais ça en devenait maintenant presque handicapant.

« - J’ai oublié ma baguette. Je vous laisse remettre la musique ? Enfin… Si vous voulez bien m’accorder une seconde danse. »

C’était reparti pour un tour.


Dernière édition par Andrew Cobredy le Lun 12 Mar - 22:25, édité 1 fois
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Cara De Lanxorre, le  Lun 5 Mar - 0:17


    Pause. Arrêtons-nous un instant et regardons ces deux êtres qui dansent. Prenons de la hauteur. Observons-les depuis le plafond. Leurs têtes droites, leurs corps proches. Lui, enserrant la main de sa professeure. Elle, la main posée sur le bras de son élève, doigts courbés sur son épaule. Certains n’y verraient qu’une leçon de danse improvisée. D’autres, les circonstances d’un rapprochement interdit. Qui croire, quand on les voit comme ça ? La danse n’est jamais exempte de promiscuité, de sensualité. Et de ce qui se murmurait dans les couloirs, Madame de Lanxorre avait une étonnante façon de conclure ses cours particuliers. Connue pour être celle enflammant les ardeurs des garçons, excitant toutes les petites filles. Vous pensez que ça va se finir comme ça ? Vous vous fourvoyez. De Lanxorre peut vivre pour autre chose que la séduction.

    Elle l’avait laissé continuer à tournoyer malgré le silence qui avait doucement retrouvé ses droits dans la pièce. Elle l’avait dévisagé, surpris son sourire carnassier. Il regardait sa professeure sans la voir, d’une passion qui n’était pas destinée à sa partenaire de danse. Sans s’en rendre compte, ses pas avaient gagné en assurance, habités d’une fureur nouvelle. C’est pour cela que quand il marmonna que ses pensées avaient dérivées, Cara ne fut pas surprise. Ailleurs, avec quelqu’un d’autre, probablement. Sans savoir qui, la professeure avait vu les signes, ceux qui ne trompent pas ; fougue et velléité de vengeance. Ah, pourquoi on n’y croit plus comme ça, à l’amour revanchard ?  

    Un haussement de sourcil quand son élève balbutia quelques mots sur une baguette oubliée. Mais oui bien sûr, délaissons le seul objet important qu’il nous est donné de posséder, négligeons-le comme un vulgaire morceau de bois ! Claquement de langue contre le palais devant cette conduite indigne, avant de sortir sa baguette, soigneusement rangée dans sa cape posée plus loin. De nouveau, la musique succéda au silence, semblant sortir des murs, invitant à la valse. C’est d’ailleurs ce que le Serpentard venait de lui proposer : une nouvelle danse. Cara pris le temps de le détailler de nouveau, toujours un peu gauche, comme gêné d’être là, isolé dans un corps presqu'il, pas encore homme, plus vraiment enfant. Pourtant, il n’était déjà plus l’élève pataud de la première danse. Comme galvanisé par une ardeur nouvelle, c’est une main ferme qui attrapa celle de la professeure. Un geste assuré qui l’attrapa par la taille. Surprise, agréablement, Cara se contenta de serrer ses doigts sur ceux de son élève et presser son autre main sur l’épaule de son partenaire. « Guidez, cette fois-ci ». Mots murmurés passant ses lèvres maquillées, attendant d'être emportée.
Andrew Cobredy
Andrew Cobredy
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Andrew Cobredy, le  Lun 12 Mar - 22:23

LA de Cara.


A Andrew de mener la danse. Ca allait valser. Ou alors ça allait se casser la gueule la finir sur le sol. Mais il était important d’être confiant et optimiste. Penser réussir, c’était déjà faire la moitié du chemin.

*Je sais pas qui est le loser qui a sorti ça un jour…*

Ce n’était pas le moment de se tromper cela dit. Cela avait beau être un cours, Andrew voulait faire bonne impression. Mentalement, il se répétait les différentes étapes.

*On se prend la main, un, deux, trois, un, deux, trois. C’est alors qu’on tourne, puis que l’on fait tourner. Pour redémarrer, on se prend la main à nouveau. Ce n’est pas si compliqué…*

Andrew fit un pas en direction de la Professeure, l’air assuré, sourire en coin.

« - Et on se prend la main. »

Comme un signal de départ. Andrew saisit la main de sa Professeure, posa son autre main sur sa hanche, et commença à danser, en rythme. Quelques pas mal assurés, Andrew manqua de trébucher. Rapidement, cependant, il se ressaisit, tout aussi confiant qu’au départ. Andrew se surprit lui-même. Il avait l’impression d’être plutôt bon. Au moins aussi bon qu’un premier prime de Danse avec les stars -oui, les recherches d’Andrew pour apprendre la danse l’avait amené assez loin-. Alors, Andrew se décida à tourner, et à faire tourner sa partenaire, et personne ne finit sur le sol. A nouveau, Andrew saisit sa partenaire pour repartir de plus belle.

*En fait, on se prend la main très souvent quand on danse…*

Avec ça, Andrew se mit à réfléchir. La danse avait sur lui un étrange effet. Il menait, mais semblait pourtant s’abandonner. Et quand il imaginait des danseurs, et même cet abruti de cinquième année, il ne voyait pas vraiment des hommes. Plutôt des hybrides, comme des garçons au féminin. Oui, des garçons au féminin, c’était parfaitement ça. Et maintenant qu’il y réfléchissait, sa Professeure, au début de ce cours improvisée, elle et d’autres meneuses, elles étaient aussi à leur façon des filles au masculin.

*Sinon, on va arrêter là les considérations philosophiques, on a un peu autre chose à faire.*

Faire tourner sa partenaire par exemple. A nouveau Andrew s’élançait, de plus en plus confiant. Il se sentait bien, et s’imaginait faire virevolter d’autres filles, des filles… au masculin.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Cara De Lanxorre, le  Ven 23 Mar - 0:30


    Décidément, elle n’aimait pas être menée. Entrainée dans les pas d’Andrew, telle une poupée de chiffon dépourvue de libre-arbitre, Cara ferme un instant les yeux. Elle imagine être dans les bras de quelqu’un d’autre. Guidée seulement par le bruit des étoffes qui bougent doucement, le genre de son cavalier s’efface. A Poudlard, c’est des robes longues pour tous les garçons, et le tournoiement de celle d’Andrew se fond avec tous les uniformes portés, que l’on envoyait valser. Habillés pour mieux se dénuder. Et ça lui rappelle des souvenirs, à Cara. Comme avec cette fille, la fille, ma fiancée, si elle avait voulu. C’est étrange, comme ça peut encore faire mal, une décennie plus tard.

    Depuis qu’elle est revenue au Château, bien sûr qu’elle repense à sa vie d’étudiante. Pour des filles comme elle, c’était un bonheur difficilement mesurable. Les dortoirs exclusivement féminins, les dévoilements, sans contrefaçons, y étaient pour beaucoup. Et puis, il y avait eu Lizzie. Le mémoire était plus vive, moins patinée, depuis que Cara devait arpenter les mêmes couloirs qu’il y a dix ans, chaque jour. Les salles semblaient maquillées d’une mélancolie tenace.

    Le décor s'efface. Elle n'entend plus que la musique et le bruissement des habits. Alors, les souvenirs qui l’assaillent se confondent avec le présent. Elle n’est plus sure de qui est son partenaire. Il pourrait être un inconnu, comme mon fiancé. Un homme, une femme, cela n’importe plus. Elle sent qu’elle tourne, profite du mouvement pour poser, juste un instant, doucement, sa tête lourde de nostalgie sur l’épaule de son cavalier. Juste quelques boucles brunes qui s’écrasent en silence sur le corps de son partenaire, juste le temps de quelques respirations apaisées.

    Egarement bien vite maitrisé. La professeure se redresse, droite, ouvre soudainement les yeux. Elle est un peu perdue, met quelques secondes à se rappeler où elle est, à se situer dans la pièce. Son regard croise celui d’Andrew, mais elle a du mal à le soutenir, bouleversée. Les dernières notes de musique s’évaporent, et le couple s’immobilise. Un sourire, malgré la gêne « Vous voilà transformé en danseur étoile », mots murmurés, tandis que leurs mains cessent de se lier.
Andrew Cobredy
Andrew Cobredy
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Andrew Cobredy, le  Sam 24 Mar - 13:40

Emporté, Andrew avait valsé comme jamais. Il se laissait guider par ses pieds, qui savaient de mieux en mieux où ils devaient se diriger, d’eux-mêmes. Les mouvements de sa Professeure étaient, quant à eux, un peu plus difficiles à interpréter, mais Andrew tentait de s’y ajuster, même en menant la danse. Tantôt réticente, tantôt légère, tantôt absente. Et soudain, le grand choc pour les plus vicieux, la jeune femme déposait son front sur l’épaule de son élève dans un rapprochement presque interdit.

*Euh… Allô ? Qu’est ce qu’on fait là ?*

Plus surpris que gêné, Andrew continua néanmoins à danser, sans déranger ou brusquer sa partenaire qui se redressait de toute façon déjà, comme revenue sur Terre après l’égarement. Pourtant, elle semblait différente, n’osant plus regarder le garçon de 13 ans dans les yeux. Qu’avait-il bien se passer ? Quelles pensées, quels souvenirs, quelles envies, pour rétablir si soudainement la distance ? La musique s’interrompit à nouveau, lentement, de même que les pas de danse. L’objectif d’Andrew lui revint violemment à l’esprit, il se sentait d’attaque, prêt à poursuivre sa préparation. Ce que lui confirma sans s’en rendre compte sa Professeure.

- Vous voilà transformé en danseur étoile.

« - Merci. »

Puis, oubliant sa partenaire, à lui même et au monde.

*Tiens toi sur tes gardes… C’est bientôt la chasse aux sorcières.*

La leçon était terminée, Andrew sourit à sa partenaire d’un soir, au regard troublé. Ambigüe jusqu’au fond des yeux, il était impossible de deviner les secrets qu’elle semblait renfermer. La tête trop pleine d’idées mais tout de même intrigué, Andrew remit à plus tard le moment où il chercherait à en savoir un peu plus. Rassemblant ses affaires, il rejoignait maintenant la porte, un dernier regard à sa Professeure, qu’il croiserait sans doute rapidement en cours.

« - Encore merci Madame. A très bientôt. »

Le dos droit, Andrew se perdit à nouveau dans les couloirs, prenant la direction des cachots. Ces quelques pas de danse avait eu l’effet d’un remède sur lui. Il commençait à se relever, et arpentait les couloirs un peu plus conquérant que quelques heures auparavant.

Le retour de Jupiter.

Fin du RP pour moi, Cara clôturera.
Un grand grand merci Cara.
<3
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Cara De Lanxorre, le  Lun 2 Avr - 23:31


    Le bras de Cara retombe mollement contre son corps alors que celui d’Andrew s’écarte. Devant son regard troublé, le sourire du danseur se dessine. Et alors qu’il s’apprête à prendre congés, quelques mots jetés. Retour furtif à la réalité, aux cours dispensés, à son statut de professeure : « Et j’aime à penser que vous serez tout aussi assidu à mes cours d’enchantements qu’à ceux de danse », lance-t-elle tandis que son élève s’éloigne. Les pensées encore embuées par cette fille aux cheveux longs, Cara suit sans vraiment le voir le Serpentard. Et il disparaît bientôt, d’ailleurs, ce garçon, hors de vue, une fois la porte passée. Qui pourrait dire à quelles occupations il allait vaquer, de son pas conquérant ? Non, il était difficile de savoir d’où venait cette ferveur qui l’animait désormais.

    Revenons à Cara. Elle secoue la tête, chasse les derniers moments de danse de ses pensées. J’ai pas envie de les détailler, ses pensées, parce que la professeure, elle prend garde à les conserver bien à l’abris, pas accessibles, pas dévoilées. C’est rare, de la voir ainsi, nue, dépouillée de sa prestance, de son arrogance. D’ailleurs, elle s’en rend compte, qu’elle divague. Que son regard se trouble, que son cœur se submerge de souvenirs qui la fragilisent. Alors, elle tend le bras vers sa cape, l’attache autour de son cou, inspire lentement. « J’ai vraiment besoin de me taper quelqu’un. » qu’elle se murmure à elle-même dans un souffle résigné. C’était sa technique préférée pour se changer les idées, pas vraiment par envie, ou peut-être que si. Une soirée à Pré-au-Lard devrait suffire à trouver la personne qui partagera sa nuit, juste celle-ci, aventure sans conséquence. De le voir ainsi limpide, son plan d'action, ça lui donne le courage nécessaire pour sortir de la pièce. Alors, du même pas déterminé que son élève, Cara quitte la salle, avançant vers la sortie du Château, au delà des grilles, d’où elle pourrait transplaner vers le village sorcier. A la recherche d’un corps contre lequel se serrer jusqu’au matin, puis redevenir l’inconnue, pour ne plus se dévoiler davantage, pour ne plus se mettre à nu.


Fin du RP

Merci mille fois Andrew
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Lizzie Cojocaru, le  Ven 27 Avr - 15:25

PV Harmony & Ian / Contenu sensible

Je ne suis pas tranquille depuis que j’ai reçu les missives d’Harmony. Cette enfant a toujours été des plus positives et pures, à trouver des espoirs là où je ne devinais que les ténèbres. Aussi, quand elle mentionnais l’emprise que ses peurs avaient pris sur elle, j’en tremblais. Car il y a une chose sur laquelle les moldus ont raison : la peine mène à la colère. La colère mène à la haine. La haine mène à la souffrance. Et elle ne mérite pas tout cela.

Sitôt qu’elle m’en a autorisée, j’ai contacté Ian, pour savoir s’il n’avait pas un épouvantard dans le placard. Parce que bon, si c’était les peurs qui prenaient le dessus, il n’y avait en langue sorcière que trois moyens de les gérer. Le déni. Les substances. Et l’épouvantard. Qu’on se trompe pas, la plus efficace est de loin la dernière, et je ne laisserais pas les démons de la douce Serdaigle la ronger de l’intérieur. Personne n’a le droit de détruire ses rêves.

« Je t'avoue qu'à l'heure actuelle, je suis presque prête à tout pour que tout cela cesse. »
En était-elle à envisager le suicide aussi ? Je veux dire, je sais très bien que c’est une problématique somme toute commune à cet âge, mais c’est mieux quand on l’esquive rapidement, ou trouve la force de ne pas être tenté. Oh, la simple idée que sa douleur lui fasse imaginer cette option me sidérait. Je pressais le pas, faisant des va-et-vient dans la salle où nous avions rendez-vous.

Faites qu’on trouve une solution. J’suis pas croyante, mais s’il faut prier au soleil, à la lune ou à la pluie, j’en suis capable. Tout plutôt que la voir, elle aussi, plonger dans les entrailles de la Terre.
Invité
Anonymous
Invité

Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Invité, le  Mer 2 Mai - 15:25

Une lettre ouverte sur le bureau, je me prépare à quitter mes appartements. Cette missive contient une demande, un peu particulière, de l'une de mes collègues. Elle demande mon aide et ce dans l'optique d'aider une étudiante. Chose étrange que de voir Lizzie Bennet me réclamer un coup de main, néanmoins je ne compte pas la laisser tomber. Qui plus est lorsque la fin de la lettre me promet un retour sur investissement. Rapidement, j'ai enfilé ma cape de Professeur. Apparemment, le rendez-vous est imminent, je dois donc me dépêcher.

Je me jette dans les couloirs à toute vitesse, traversant les couloirs jusqu'à mon bureau. En effet, la lettre ne demande pas que mon aide, Lizzie souhaite aussi que j'arrive avec, en guise de cadeau, un épouvantard. Quand je vous dis que sa demande est étrange. J'ouvre la porte et me précipite dans la pièce. D'un simple coup de poignet, j'enchante l'armoire se trouvant dans le coin droit. Elle lévite a quelques centimètres du sol, prête à me suivre. Cet épouvantard est mon dernier, j'espère que ça vaudra le coup de le faire disparaître, parce que pour en retrouver, je vais devoir chercher longtemps.

Je retourne dans les couloirs, l'armoire à mes talons. À nouveau, je me précipite, direction la salle 3A, mentionnée dans la lettre de la Professeure de Vol. Légèrement essoufflé, je reprends un rythme cardiaque stable avant d'ouvrir la porte, histoire de ne pas entrer en respirant comme un gros veau. Le visage impassible, je fais maintenant face à la belle Lizzie.

- Lizzie, je suis venu le plus vite possible.. Je m'approche de la collègue avec l'idée de lui faire la bise, en guise de bonjour. Toujours derrière moi, l'armoire à épouvantard me suit. Je t'ai apporté l'épouvantard. Que se passe t-il ? Maintenant à son niveau, je tends la joue.
Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Harmony Lin, le  Jeu 3 Mai - 17:25

Musique

Qu'ais-je fais ? Pourquoi avoir envoyé ces lettres ? Pourquoi avoir accepté que cet autre professeur nous rejoigne ? Déjà beaucoup trop de personnes sont au courant. Et s'ils se rendaient compte de ce qui me ronge ? Quelle est donc cette méthode que Lizzie aurait pour m'aider ? Un trop plein d'émotions, mélange d'extrême peur, de douleurs, de souvenirs qui me hantent, me fait perdre la tête. Dans un moment de pur peur, je déchire en petits morceaux les lettres que je viens de recevoir de ma professeure de Vol.

Dois-je y aller ?
Ne serais-ce pas dangereux ?


Perdue dans mes tourments, je ne me vois pas brusquement commencer à avancer dans le couloir d'un pas lent, presque tel un zombie. J'ai le regard vide, la sensation de ne pas être moi-même. Je suis perdue dans mon cerveau, revoyant sans cesse la Bête prendre le contrôle, ressentant à chaque instant toute la douleur que j'ai ressentie lors de cette nuit-là.

Quelques minutes après être partie de ma salle commune, je me retrouve enfin devant la salle que Miss Bennet m'a indiqué. J'hésite, ayant presque envie de me retourner et de fuir le plus vite possible. De retourner me cacher dans mon lit, de fermer les yeux et d'espérer que toutes ces images disparaissent de mon cerveau.

Mais.
Elle m'a dit qu'elle pouvait peut être m'aider.
Qu'il avait peut être une méthode ?

Je dois tenter.

Alors je passe la porte, la tête baissée, le regard loin d'être aussi pétillant que d'habitude. Il est vide, mes yeux bleus ne possèdent pas la moindre petite étincelle qui est d'habitude si caractéristique chez moi. D'un pas las, j'avance. Je lève la tête pour observer les deux professeurs qui sont déjà là ainsi qu'une grande... armoire ? Une moue dubitative s'installe sur mon visage.

- Bonsoir professeurs.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Lizzie Cojocaru, le  Dim 20 Mai - 12:34

Ian ne manqua pas à l’appel ; il savait être réceptif lorsque c’était important. Derrière ses sourires ambigus, il pouvait aussi faire preuve de sérieux et de motivation. 87 l’avait su ; aujourd’hui, la sorcière s’apercevait que les qualités du brun dépassaient la volonté de se faire bien voir par l’Ordre Noir.

Cela me rassura quelque peu. Au vu de mes dernières communications avec Harmony, je ne me serais pas sentie capable de l’aider seule. Déjà, je suis pas douée pour aider les gens. J’sais pas leur parler. J’sais pas quelle est la tonalité dans la voix qui peut apaiser, les gestes qui peuvent aider les muscles à se relâcher. J’sais pas grand chose en fait, surtout sur les humains.

Si j’avais pu, j’aurais demandé conseil à Finrod, mais on avait pas le temps pour ça. Alors à défaut d’un charmeur de serpent, je pouvais me fier à la deuxième meilleure option : le professeur de Défense Contre les Forces du Mal.

L’armoire qu’il trimbalait était énorme ; j’espérais qu’il ne s’était pas trop fatigué en chemin. Enfin, vous me direz, pour un mage de son calibre, il avait vu carrément pire. Pis c’était pas comme si la livraison était en Italie non plus. Je lui claquais deux bises sur les joues et le remerciais de sa venue.

— Tu gères Ian. Désolée de t’avoir pressé ainsi ; je ne l’aurais pas fait si ce n’était pas urgent. Tu as déjà eu Harmony Lin en cours ?

Il n’eut pas le temps de répondre que déjà, la Serdaigle débarquait à notre rencontre. Je restais stupéfaite devant sa complexion. Il me semblait ne l’avoir jamais vue aussi… Eteinte. Comme si toute énergie l’avait quittée. J’veux dire, elle marchait, elle parlait, mais c’était comme par automatisme. Rien des rêves qui la caractérisaient d’ordinaire ne transparaissait sur son visage. Et son regard… Inquiète, je tendis une main maladroite vers elle.

Une salle vide - Page 14 Tumblr_nq2ec6h0cI1uw29cvo1_500

— Merci d’être venue, Harmony. Ce n’est pas toujours évident de demander de l’aide, et moins encore de l’accepter. On fera tout notre possible pour toi, mais pense à nous dire si quelque chose est trop compliqué. Il ne s’agit pas de t’imposer quoique ce soit, tu as le droit de dire non si tu le sens pas. D’accord ?

Je laissais un temps à Ian, pour qu’il puisse saluer ou faire connaissance de l’élève, selon leur degré de proximité.
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Haiko Kanakis, le  Dim 24 Juin - 16:17

Plus d'un mois, MP si sushis !

La plus grande peur (II)
Pv Mered

J'ai fait ce que j'ai pu pour me préparer au mieux alors que ça ne servirait sans doute à rien
des nuits blanche à ressasser les images que l'immonde créature m'avait laissé du cadavre de Sayuki mises à profit pour lire et relire des dizaine d'ouvrage sur le sujet
sur le plan théorique, j'étais fin prêt
restait simplement à voir la façon dont j'allais parvenir à me débrouiller une fois la créature en face de moi
ce n'était certainement pas gagné d'avance et je me demandais sincèrement si je parviendrais ne serait-ce qu'à ouvrir les lèvres pour prononcer le sortilège
vais-je donc parvenir à briser le serment fait à moi même et mon silence pour détruire cette créature qui ose me briser de l'intérieur ainsi

j'ai même été jusqu'à sécher mon premier cours et aussi le dernier de la journée avant de m'enfermer dans mon dortoir pour tenter de prononcer à voix haute la formule magique adéquate
mais l'aiglonne rousse malgré son acte héroïque méritait-elle donc réellement d'entendre le son de ma voix ?
je paniquais assis en tailleurs sur mon lit en me demandant si j'avais bien fait de lui envoyer cette missive au final
mais il était trop tard pour se débiner, bien trop tard
et malgré le fait que je ne me sente absolument pas prêt à revoir le cadavre de la personne la plus chère à mes yeux, je n'avais plus le choix
à 18 heure tapante, j'attendais à l'entrée de la salle commune à la belle vue l'arrivée de la fille enflammée qui devait m'apprendre à lutter contre ce qui me paralysait
je tournai machinalement ma baguette entre mes doigts fins, persuadé de vouloir m'enfuir mais paralyser par ma promesse et l'envie d'aller de l'avant
seul petit bémol, je n'avais pas réussit à prononcer un mot même seul

je resserrai contre mon dos les lanières de mon sac contenant un livre, mon carnet de parole, deux origamis et un stylo parfaitement moldu. Il n'y avait plus qu'à attendre l'arrivée de la sauveuse...
Contenu sponsorisé

Une salle vide - Page 14 Empty
Re: Une salle vide
Contenu sponsorisé, le  

Page 14 sur 16

 Une salle vide

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.