AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 15 sur 16
Une salle vide
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)

Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Haiko Kanakis, le  Dim 24 Juin - 16:17

Plus d'un mois, MP si sushis !

La plus grande peur (II)
Pv Mered

J'ai fait ce que j'ai pu pour me préparer au mieux alors que ça ne servirait sans doute à rien
des nuits blanche à ressasser les images que l'immonde créature m'avait laissé du cadavre de Sayuki mises à profit pour lire et relire des dizaine d'ouvrage sur le sujet
sur le plan théorique, j'étais fin prêt
restait simplement à voir la façon dont j'allais parvenir à me débrouiller une fois la créature en face de moi
ce n'était certainement pas gagné d'avance et je me demandais sincèrement si je parviendrais ne serait-ce qu'à ouvrir les lèvres pour prononcer le sortilège
vais-je donc parvenir à briser le serment fait à moi même et mon silence pour détruire cette créature qui ose me briser de l'intérieur ainsi

j'ai même été jusqu'à sécher mon premier cours et aussi le dernier de la journée avant de m'enfermer dans mon dortoir pour tenter de prononcer à voix haute la formule magique adéquate
mais l'aiglonne rousse malgré son acte héroïque méritait-elle donc réellement d'entendre le son de ma voix ?
je paniquais assis en tailleurs sur mon lit en me demandant si j'avais bien fait de lui envoyer cette missive au final
mais il était trop tard pour se débiner, bien trop tard
et malgré le fait que je ne me sente absolument pas prêt à revoir le cadavre de la personne la plus chère à mes yeux, je n'avais plus le choix
à 18 heure tapante, j'attendais à l'entrée de la salle commune à la belle vue l'arrivée de la fille enflammée qui devait m'apprendre à lutter contre ce qui me paralysait
je tournai machinalement ma baguette entre mes doigts fins, persuadé de vouloir m'enfuir mais paralyser par ma promesse et l'envie d'aller de l'avant
seul petit bémol, je n'avais pas réussit à prononcer un mot même seul

je resserrai contre mon dos les lanières de mon sac contenant un livre, mon carnet de parole, deux origamis et un stylo parfaitement moldu. Il n'y avait plus qu'à attendre l'arrivée de la sauveuse...
Invité
Anonymous
Invité

Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Invité, le  Lun 2 Juil - 13:52

pv avec Haïko
Mered a encore 17 ans dans ce rp, suite d'ici
LA mutuel pour tout le rp

C’était une journée de celles que l’on aimerait oubliée. La fin de l’année de scolaire approchant, la pression de l’examen montrait le bout son nez. Les professeurs prirent un malin plaisir à nous le rappeler en continu, intensifiant leurs leçons et leurs attentes à nos égards sous prétexte d’être pour notre bien. Je n’en avais pas besoin, j’étais prête à en découdre avec les épreuves, le travail régulier payerait à coup sûr. La seule chose nécessaire était du repos pour recharger mes batteries et éviter la surchauffe. Nos enseignants le comprenaient pas, préférant le bourrage de crâne inutile. Après avoir des heures à lancer des sorts et faire des révisions, un moment de détente paraissait légitime. Sauf qu’un petit être fragile en avait décidé autrement.

Haïko m’attendait devant l’entrée de notre salle commune. L’oisillon était ponctuel, chose appréciable. L’aiglon était responsable de la continuité de ma folle journée, balayant une sieste méritée après tous les efforts réalisés. Enfin, pour être plus précise, ce n’était en rien la faute du jeune sorcier, c’était la faute d’une affreuse créature l’ayant terrorisée. Je lui avais proposé de l’aider, de lui donner les armes afin de la vaincre. Le grand jour était arrivé, celui où le bleu et bronze découvrirait la joie de pouvoir explorer le château sans avoir à se soucier de la présence ou non de cette bestiole. L’idée de le libérer de ce poids me motiva énormément. Ce fut souriante et heureuse que je m’approchai de lui avant de le saluer d’un signe de tête et de l’inviter à me suivre.

Le silence régnait entre nous, aucun mot ne fut prononcé sur le trajet. Je me permis seulement de lui prendre sa main en espérant lui transférer un peu de mon énergie restante. Elle ne serait pas de trop pour le soutenir dans son combat à venir. Nous marchâmes calmement en direction de la fameuse salle. Plus nous avancions, plus je stressais. Je me demandais si livrer un premier année à un épouvantard était une bonne idée. Il était peut-être préférable de laisser le professeur de Défense Contre les Forces du Mal se charger de son apprentissage en temps et en heure. Probablement que je doutais aussi de ma capacité à lui transmettre mon savoir. Lequel des deux avait le plus peur ? Le benjamin néophyte ou l’ainée expérimentée ?

Arrivés devant la porte, je toquai bruyamment. Pas de réponse, tant mieux, les lieux étaient vides. Mes doigts posés sur la poignée, je m’apprêtais à pénétrer dans l’arène quand ma réflexion m’ordonna de laisser ce choix au concerné. Ils se rétractèrent et mes émeraudes se posèrent sur l’enfant.

« C’est à toi de décider si tu te sens prêt. T’as le droit de dire non, je t’en voudrai pas. Si tu entres ici, je ferai mon possible pour te voir réussir. Tu sais à quel point l’adversaire est puissant mais on est deux contre un. »

Je désirais rien lui imposer. Mon cœur s’emballait même si l’épouvantard n’était plus un problème depuis le passage de mes BUSEs. Je craignais l’échec. Le mien, pas le sien. Se faire battre par cette bête à onze ans était logique mais je lui avais promis de gagner. Et une Adand n’avait qu’une parole.
Jean-Baptiste Flitwick
Jean-Baptiste Flitwick
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jean-Baptiste Flitwick, le  Mar 30 Oct - 0:42

PV Jackson Hartman (avec son LA)


Quelle arnaque ces cours de potions. JB se demandait pour la centième fois pourquoi il avait pris cette matière pour ses ASPICs. Il n'arrivait jamais à s'en sortir convenablement. Parfois, ses potions sortaient d'elles-même du chaudron, d'autre fois, elles se transformaient au contraire en une matière semblable à du ciment et il se retrouvait avec une charge de devoirs en plus dont il aurait pu se passer.

Perdu dans ses pensées, il remontait des cachots pour aller prendre le déjeuner dans la grande salle. Rien de tel qu'un bon repas préparé avec amour par des elfes plus que volontaires et fin connaisseurs de la gastronomie appréciée de la jeunesse pour oublier ses tracas et passer à autre chose. Il ferait mieux de se concentrer sur son double cours de métamorphose de l'après-midi. Transformer un chien en horloge de grand-mère serait déjà assez délicat, bien qu'extraordinairement inutile, sans avoir l'esprit accaparé par des pensées qui ne menaient nulle part.

Les pas du jeune homme le portaient comme par réflexe le long des couloirs, des escaliers et des passages plus ou moins secrets qui permettaient de gagner du temps qu'il avait découvert au fil de ses années passées à Poudlard. Il ne prêtait aucune attention aux élèves des différentes maisons, de différentes années qui croisaient son chemin jusqu'à ce qu'un éclat de lumière attire son regard. Sûrement un simple reflet sur une insigne de préfet ou une barrette. Lorsque ses yeux tombèrent sur l'objet responsable de sa distraction, son cerveau sembla geler sur place. Un de ses condisciples, en septième ou sixième année d'après sa carrure, venait de le dépasser et sur son pendentif, un symbole atrocement familier se dessinait.

Que faisait ce gars avec les reliques de la mort autour du cou? Était-ce vraiment une référence aux reliques ou à la personne à qui on associait ce symbole depuis qu'il l'avait gravé sur un mur de son école et s'en servait comme signature? Une intense curiosité le rongeait de plus en plus. Il devait savoir. S'agissait-il d'un moyen de faire rebelle? D'une ignorance pure et simple de la signification de ce qu'il arborait? Ou, bien pire, avait-il un rapport avec cette histoire?

JB décida de suivre son camarade jusqu'à trouver le bon moment pour lui poser ces questions. Il ne supporterait pas de rester dans l'ignorance, ces questions le tarauderaient pendant des jours. Autant prendre les choses en main rapidement, quitte à se passer d'un repas amplement désiré. Accélérant le pas, il resta à quelques mètres derrière lui pour pouvoir agir à temps s'ils se retrouvaient dans un lieu plus tranquille que les couloirs assez fréquentés à cette heure.

L'occasion lui fut offerte quelques minutes plus tard dans un couloir presque désert. Quelques salles de classes s'alignaient le long du mur et le poufsouffle savait, pour s'y être entraîné et y avoir fait d'autres choses moins avouables, que certaines n'étaient pas verrouillées. Se rapprochant du dos de l'élève devant lui, à un moment où personne d'autre ne se trouvait dans le couloir, il lui attrapa le bras dans une étreinte de fer pour qu'il ne puisse pas se dérober et le fit passer rapidement par la porte devant laquelle ils se trouvaient. Avant de lui laisser le temps de réagir, il sortit sa baguette pour la pointer vers la gorge du jeune homme d'un air sérieux et quelque peu menaçant afin d'avoir le loisir de poser ses questions sans se faire interrompre.


- Qui es-tu? Pourquoi as-tu ce signe autour du cou? Que représente-t-il pour toi?

Les mots avaient été prononcé sur un ton bas mais ferme, d'une voix qui semblait habituée à donner des ordres et à se faire obéir. En même temps, sous la menace d'une baguette sans avoir d'idée précise sur ce dont l'adversaire est capable, c'est mieux de répondre honnêtement, surtout quand les questions sont d'apparence si anodine.
Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jackson Emerenziana, le  Mar 30 Oct - 21:33

PV Jean-Baptiste Flitwick

Ces dernières heures n'ont été que des recherches pour moi, lire le plus d'ouvrages possibles sur les contes des trois frères, les rumeurs sur les Reliques de la Mort, la vie d'Albus Dumbledore et celle de Gellert Grindelwald. Cela fait 17 ans que j'essaie de savoir qui est mon ancêtre, est-ce le plus grand sorcier de tous les temps ? Celui qui a sauver le monde sorcier ? Celui qui a aider Harry Potter ? Ou bien le mage noir le plus connu et le plus dévastateur ? Celui qui a tuer des milliers de moldus et de sorciers ? Ma famille est-elle partisane des mages noirs ? Ou des mages blancs ?

Je n'ai toujours pas eu de réponses, et les livres que j'ai trouver dans la bibliothèque de Poudlard ne m'aident pas du tout... Tout les auteurs ont des avis personnels ou bien reprennent l'histoire telle que tous la connaissent, il n'y a pas plus d'explications, pas de documents prouvant que l'un des deux ont eu une descendance... Au bout de 2 heures de recherches, je ferme le livre qui se trouve sous mes yeux. Un long soupir s'échappe de mes lèvres, replaçant les livres à leurs places, je prend mon sac et sort calmement de la bibliothèque en direction de la salle commune des Serdaigles.

Les pensées divaguant dans les diverses informations que j'ai sur Grindelwald et Dumbledore, j'arpente les couloirs de Poudlard. Je en fait pas attention à ce qui m'entoure, et je pense que j'aurait dû quand quelque chose attrape mon bras et que trois secondes après je suis dans une salle de classe, le dos contre un mur et une baguette contre ma gorge. Je lève les mains en l'air et observe celui qui m'agresse, je n'ai jamais vu son visage, mais je dirais qu'il est en dernière année, comme moi. Ces questions sont bizarres, personne ne me l'es as jamais posés... J'aurais dû mieux cacher mon collier...

Je m'appelle Jackson Hartman. Ce collier est le seul héritage que j'ai de ma famille biologique. J'essai de savoir pourquoi me l'a t'on laisser... Sachant que ces Reliques s'identifient à Grindelwald.

Doucement, je baisse ma main vers mon cou, prenant le collier entre mes doigts pour l'enlever et le passer à mon agresseur.
Jean-Baptiste Flitwick
Jean-Baptiste Flitwick
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jean-Baptiste Flitwick, le  Dim 4 Nov - 3:25

L'action a été si soudaine qu'elle n'a pas laissé assez de temps à la victime pour se défendre ou même faire un geste vers sa baguette. C'était tant mieux. Si on considérait le dossier scolaire de JB, il n'avait pas vraiment besoin de rajouter des duels dans l'enceinte de l'école. Toutefois, s'il avait fallu en arriver à cette extrémité, il n'aurait pas eu de scrupules. C'était de sa famille, son héritage dont il était question.

Je m'appelle Jackson Hartman. Ce collier est le seul héritage que j'ai de ma famille biologique. J'essaie de savoir pourquoi on me l'a laissé... Sachant que ces Reliques s'identifient à Grindelwald.

Avec cette phrase, le jeune homme détacha son collier et le tendit devant lui. Loin du poufsouffle l'idée de s'emparer d'un objet si chargé d'histoires et de mystères mais il était tellement curieux qu'il le prit délicatement, presque révérencieusement entre deux doigts et l'approcha de son visage, à hauteur d'yeux pour ne pas pouvoir continuer à surveiller son potentiel adversaire, afin de l'examiner et de déterminer s'il s'agissait d'un bibelot ou d'une réelle pièce de l'Histoire.

Comme l'objet était de toute évidence authentique, il le rendit à son propriétaire et, les yeux froids et d'un vert sombre dans les yeux étonnés et vert clair, entreprit de lui répondre.


- Je ne veux pas te le prendre, je veux juste savoir ce qu'il signifie. Les reliques ne se rapportent pas qu'à Grindelwald, peu le savent mais Albus Dumbledore utilisait aussi ce symbole en signature. Mon père a déjà pas mal creusé sur cette histoire, tu sais quoi sur ta famille?

Peut-être pourraient-ils croiser leurs résultats de recherches. Ce jeune homme pourrait-il vraiment faire partie de sa famille? Était-il une des pièces manquantes de ce puzzle qui obsédait les Flitwick depuis deux générations? Une chose était sûre. L'apparition de ce nouvel élément apportait plus de questions que de réponses.
Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jackson Emerenziana, le  Dim 4 Nov - 3:39

Mon agresseur prend délicatement le collier entre ses doigts, sans me lâcher du regard, et commence à l'examiner. Je garde les mains en l'air, comme me l'a appris mon père, même si en face de moi se trouve un sorcier et non un moldu possédant une arme à feu. Au bout de quelques secondes, le jeune homme me rend mon héritage, je le remet autour de mon cou avant que mes yeux ne soient captés par les siens. Vert sombre. Glacial et interrogateur. Je ne bouge pas, attend que l'on m'adresse une question. Un petit rictus apparaît sur mes lèvres, je hoche la tête puis la secoue négativement.

Je connais pas mal de choses sur Grindelwald et Dumbledore. Les Reliques de la Mort les reliaient. Ils voulaient que les moldus soit au courant de notre existence. Sauf qu'ils ne voulaient pas le faire de la même façon. En ce qui concerne ma famille, je ne connais absolument rien d'eux.

Poussant doucement le jeune homme, je me dégage de son emprise. Bon... Je vais pas m'enfuir. La salle est vide et la porte fermer, donc je ne pense pas que quelqu'un ne vienne nous déranger. Je prend une chaise et la tourne vers une table, m'asseyant dessus, je montre l'autre chaise de la main.

J'ai été retrouver sur le parvis d'une cathédrale vaticane. Je n'avais pas un mois. J'avais seulement 3 mois quand je fus adopté par ma famille actuelle. De ma famille biologique, je n'ai que ce collier. Je fait des recherches depuis que je connais sa signification mais je n'ai encore rien trouver. Je peux savoir qui tu est ? Afin d'être à égalité.
Jean-Baptiste Flitwick
Jean-Baptiste Flitwick
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jean-Baptiste Flitwick, le  Dim 4 Nov - 4:09

Un sourire amer étire les lèvres du dénommé Jackson. Visiblement, la question avait l'air de l'avoir touché à un point sensible. Pour le moment, JB s'en fichait bien du moment qu'il obtenait des réponses. Sa curiosité plus forte que n'importe quelle autre considération.

Je connais pas mal de choses sur Grindelwald et Dumbledore. Les Reliques de la Mort les reliaient. Ils voulaient que les moldus soit au courant de notre existence. Sauf qu'ils ne voulaient pas le faire de la même façon. En ce qui concerne ma famille, je ne connais absolument rien d'eux.

L'atmosphère se détend. Le jeune homme repousse son "agresseur" et s'assoit. Il est vrai que la rivalité n'était plus de mise. La situation se clarifiait. Ce n'était ni de la provocation, ni de la stupidité. Simplement de l'ignorance, jusqu'à un point tout au moins. Il semblait au fait de beaucoup de détails importants. JB se saisit d'une chaise, la retourna comme à son habitude et s'assit, les coudes sur le dossier, jouant à tourner sa baguette entre ses doigts. Simple toc servant à gérer son impatience.

J'ai été retrouver sur le parvis d'une cathédrale vaticane. Je n'avais pas un mois. J'avais seulement 3 mois quand je fus adopté par ma famille actuelle. De ma famille biologique, je n'ai que ce collier. Je fait des recherches depuis que je connais sa signification mais je n'ai encore rien trouver. Je peux savoir qui tu est ? Afin d'être à égalité.

Quelle histoire. Ce n'était pas pire que certaines qu'il avait déjà entendu mais ce n'était pas la plus joyeuse non plus. Qui abandonnait son enfant comme ça à la merci des intempéries? Qui plus est avec un tel mystère accroché autour de son cou. La décision était facile à prendre. JB aiderait le jeune homme, pas seulement pour découvrir le lien entre lui et ce symbole mais aussi pour l'aider à avancer.

- Moi c'est JB. Jean-Baptiste Flitwick. Mon père a fait des recherches toute sa jeunesse sur nos ascendances et a payé cher sa découverte. Nous descendons de Gellert Gindelwald. Si tu pouvais éviter d'ébruiter le fait, je n'aimerais pas que les regards des autres changent. C'est la raison de ma réaction un peu virulente de tout à l'heure.

Après cette déclaration, qu'il n'avait fait qu'à une poignée de personnes, le poufsouffle s'enfonça quelques secondes dans un silence pensif. Il se demandait s'il avait raison de se livrer comme ça à un inconnu. Mais après tout, il connaissait l'histoire derrière son enfance et la raison pour laquelle il portait ce collier, il pouvait bien laisser filtrer quelques informations. L'aventure complète et les détails attendraient qu'ils se connaissent mieux.

- Je peux te filer un coup de main si tu veux. J'ai encore les dossiers que mon père a rassemblés. On pourrait jeter un coup d’œil dans les généalogies qu'il a trouvé, voir si quelque chose concorde en cherchant du côté des familles de sorciers en Italie. On aura peut-être de la chance.

Il était rare qu'il propose son aide comme ça mais Jackson semblait bloqué dans ses recherches et c'était un domaine ou le jeune homme excellait. De plus, ça lui permettrait peut-être d'étoffer le dossier qu'il possédait et d'en apprendre plus sur sa propre famille et s'il avait d'autres personnalités connues dans sa lignée.
Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jackson Emerenziana, le  Dim 4 Nov - 4:25

Le jeune élève semble se décider à me rejoindre, prenant une chaise et s'installant en face de moi. Tout en m'écoutant, il fait tourner sa baguette entre ses doigts, malgré le fait que cela m'agace, je reste impassible et laisse mon regard planté dans ceux de mon interlocuteur. Maintenant écoutons le. Jean Baptiste Flitwick. Je ne connais pas ce nom, je n'ai jamais vu non plus ce visa.. QUOI ? Mes mains se crispent automatiquement, tenant fermement le bois de ma chaise, je déglutis. Un descendant de Grindelwald ? Gellert Grindelwald ? Là ! Devant moi ! B*rdel ! J'avais raison ! J'avais raison ! Un des deux grands mages a eu une descendance ! Oh bon sang... On se calme Jackson, écoute la suite.

Ton secret ne quittera jamais mes lèvres. C'est une promesse.

M'ai...m'ai...m'aider ? Baissant la tête j'aperçois mes mains, les jointures sont blanches, je lâche aussitôt la chaise et secoue mes doigts pour faire remonter le sang. Regarder ses dossiers ? Je pourrais en savoir plus sur Grindelwald ! J'ai énormément de chance ! Et en plus de ça... Je pourrais, peut-être, enfin découvrir qui est ma véritable famille...

Je te remercie Jean Baptiste. J'espère que nous trouverons quelque chose dans les dossiers de ton père. J'apprécie ta proposition de m'aider. Alors il se peut que nous soyons de la même famille. Sait-tu si Grindelwald ou des membres de sa famille ont eu certains de leurs descendants d'origines italiennes ?

Autant commencer par là, si il n'y a aucun descendant italien, cela veut dire que je ne viens pas de ce pays mais d'autre part. Alors dans ce cas-là les recherches vont se compliquer. J'ai été trouver en Italie. Avec comme seul héritage un collier sorcier venant d'Angleterre. Alors pour savoir de quel pays je viens... Plongeant ma tête dans mes mains je me rend compte que la tâche se complique encore plus...
Jean-Baptiste Flitwick
Jean-Baptiste Flitwick
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jean-Baptiste Flitwick, le  Lun 5 Nov - 7:56

Impressionnant. Même pas besoin de legilimancie pour se rendre compte de l'agitation du garçon. À peine JB avait-il mentionné ses origines qu'on pouvait voir les rouages tourner à toute vitesse sur le visage de son interlocuteur et une tension encore plus palpable que lorsqu'il avait une baguette sous le menton. Il faudrait espérer que sa promesse ne serait pas rompue à cause du manque de contrôle de son langage non verbal.

Je te remercie Jean Baptiste. J'espère que nous trouverons quelque chose dans les dossiers de ton père. J'apprécie ta proposition de m'aider. Alors il se peut que nous soyons de la même famille. Sait-tu si Grindelwald ou des membres de sa famille ont eu certains de leurs descendants d'origines italiennes ?

Rien ne venait contredire l'hypothèse selon laquelle ils auraient un lien de parenté. Toutefois, si une branche de la famille existait toujours et qu'un descendant se trouvait à Poudlard, ce serait une sacrée coïncidence. Il faudrait consulter des registres encore inconnus de la famille Flitwick pour le découvrir. Son père ne lui ayant jamais sous-entendu qu'il pourrait y en avoir d'autres. En même temps avec sa tendance au secret, qui pouvait savoir ce qu'il cachait. Ses révélations n'étaient jamais plus que la face visible d'un iceberg...

- C'est possible oui, si d'autres branches ont survécu. Ma famille est d'origine française jusqu'à la génération précédente. Il y en a peut-être en Italie. On ne sera sûrs de rien avant d'avoir vérifié.

Toujours émettre des hypothèses et vérifier les faits. C'était devenu son quotidien depuis longtemps. Entre le rôle qu'il avait hérité de son père, ses publications et ses recherches, c'était même devenu un réflexe. Au moins cette fois-ci, ils seraient deux. Ça devrait simplifier les choses et rendre la quête plus agréable et plus rapide.
Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jackson Emerenziana, le  Mar 6 Nov - 21:42

La tête dans les mains, j'ouvre grand les oreilles pour écouter mon probable membre de famille. Vérifier... Cela vas être long, très long. Mais plus rapide que si j'était tout seul. Jean-Baptiste est une aubaine pour moi ! Pouvoir me pencher sur des dossiers que jamais je n'aurais pu me toucher m'approche un peu plus du but que je me suis fixé depuis si longtemps... Relevant mon visage, je lâche un sourire à mon interlocuteur.

Voudrait-tu m'accompagner au Vatican ? On irez rendre visite aux sœurs qui se sont occupés de moi. Peut-être qu'elles savent des choses. Je trouverais bien un moyen de les faire parler, elles m'adorent. Mais sans magie, l'orphelinat est moldu et personne n'a connaissance du monde magique.

Me levant de ma chaise, je tend la main à Jean-Baptiste puis me résigne décidant de le prendre dans mes bras. Merci... Tu sais pas à quel point ça fait du bien d'avoir de l'aide... Je recule tout en gardant mes mains sur les épaules du garçon. S'il est de ma famille, si nous sommes des descendants de Grindelwald, qui peut-être t'il pour moi ? Un cousin ? Un neveu ? Un frère ? On a sûrement le même âge, on pourrait être frère ! Mais lui a connu son père... Alors pourquoi m'aurait-il abandonner ?
Jean-Baptiste vas répondre dans la semaine, veuillez laisser le sujet libre s'il vous plaît amour
Jean-Baptiste Flitwick
Jean-Baptiste Flitwick
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jean-Baptiste Flitwick, le  Jeu 13 Déc - 2:53

La tête dans les mains révélait un grand bouleversement. JB ne s'attendait pas à produire un tel effet mais au final quand on retrouve des membres inconnus de sa famille, même si rien n'est sûr, on a le droit à quelques extravagances. Surtout quand on parle d'une telle famille. Elle portait ses bons et mauvais côtés et chacun était d'envergure.

Voudrait-tu m'accompagner au Vatican ? On irez rendre visite aux sœurs qui se sont occupés de moi. Peut-être qu'elles savent des choses. Je trouverais bien un moyen de les faire parler, elles m'adorent. Mais sans magie, l'orphelinat est moldu et personne n'a connaissance du monde magique.
Aller faire un tour au Vatican? Ça pourrait se révéler intéressant. Non seulement pourrait-il découvrir une branche totalement inconnue de sa généalogie mais aussi certains artefacts. Quel meilleur endroit que l'un des plus grands lieux de cultes des moldus pour trouver des objets miraculeux et mystérieux?

Merci... Tu sais pas à quel point ça fait du bien d'avoir de l'aide...
- Il n'y a pas de quoi. Et évidemment qu'on va y aller sans magie. Ce n'est pas parce qu'on descend de Lui qu'on doit avoir le même comportement. J'aurai sûrement quelques courses personnelles à faire quand on y sera. Si tu veux, tu pourras m'accompagner mais ne pose pas trop de questions. Ça te va comme deal?

Il ne savait pas si ce serait une bonne idée de l'associer à ses recherches. Il n'avait aucune idée de qui il était, d'où se situait sa loyauté, de ses domaines de prédilection. Toutefois, c'était mieux que de lui fausser compagnie, ce qui aurait généré plus de questions embarrassantes et de gêne qu'autre chose.
Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jackson Emerenziana, le  Lun 17 Déc - 10:47

Je hoche la tête à la remarque de Jean-Baptiste, peut-être que je suis le descendant de Gellet Grindelwald, mais en aucune façon je fus éduqué de la même manière que lui, en aucune façon je dois faire du mal aux personnes qui m'entourent dans le seul but d'être Maître du Monde. De toute façon, cela n'est pas mon but dans la vie, pour l'instant j'en ais qu'un seul, sauver ma mère, la guérir de ce fichu cancer ! Le Poufsouffle rajoute qu'il aura des courses à faire lorsque nous serons à Florence et qu'il faudra que j'évite de poser des questions. Haussant un sourcil, je laisse mes lèvres scellés. Lâchant les épaules de JB, je prend ma besace et lui lâche un sourire.

Je suis content de cette rencontre. J'espère que je trouverais des informations sur ma famille. Merci de m'aider Jean-Baptiste. Je vais organisé ce voyage à Florence. Je t'envoie une lettre dès que tout sera prêt. A bientôt.

Ouvrant la porte de la salle, je vérifie que personne ne se trouve aux alentours avant de sortir en direction de la Salle Commune des Serdaigles. Mes pensées se dirigent de nouveau vers ce jeune homme et son histoire, peut-être mélangé à la mienne, une chance sur des milliards et pourtant... J'espère tellement que Grindelwald soit mon ancêtre et en même-temps je prie pour que ce ne soit le cas. Être le descendant d'un Mage Noir... Ce n'est pas très beau... Je risquerais d'être catégorisé et de vivre à jamais avec une étiquette sur le front... Ce qui serait bien désobligeant...

Départ de Jack's - Merci pour ce RP amour
Jade Wilder
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jade Wilder, le  Dim 23 Déc - 16:12

Brave
avec Lizzie Bennet et Elly Wildsmith
Suite de ce RP.


La colère ne s'évaporait pas, avoir crié son désaccord et quitté les lieux n'avait en rien aidé Jade. Au contraire, elle s'était transformée en rage, avec une envie furieuse de tout détruire, y compris cette timbrée qu'ils avaient osé coller en tant que directrice-adjointe. Pour le coup, la jeune fille était dans l'incompréhension totale. Si Azénor méritait son nouveau poste comme personne, désigner la Serpentard comme directrice-adjointe était la plus grosse erreur de tous les temps. Comment est-ce que ça avait pu arriver ? Comment quelqu'un de sensé pouvait penser UNE SECONDE que Cara pourrait être un guide pour les élèves, quelqu'un de juste et de sincère ? Cette sorcière - littéralement - était tout le contraire. Ça n'était pas juste, bien d'autres auraient pu remplir ce rôle à merveille et... ça. La blague était mauvaise, ne la faisait rire en rien.

La question alors, était de savoir quoi faire. Cara ne pouvait pas rester à cette place, ce n'était pas possible, elle allait semer la panique dans l'école. Sa nomination en tant que directrice était déjà alarmante mais là, elle avait des possibilités presque infinies. Son petit discours de prétentieuse égocentrique avait donné le ton, sans parler de ce clin d'oeil... RHA.

Marchant à une vitesse presque anormale, la préfète parcourait les couloirs presque déserts avec les points serrés, le regard fixé droit devant elle. Il lui fallait un défouloir, quelque chose, avant de hurler véritablement. A cet instant, elle se sentait tellement impuissante. Perdre le contrôle n'était pas dans ses habitudes et elle savait parfaitement qu'avec De Lanxorre, elle n'aurait pas une minute de paix. La Serpentard allait être sur son dos en permanence, lui gâchant plus encore la vie que lorsqu'elle était professeure. Sachant que la blondinette ne s'était toujours pas remise de ces cours humiliants, qu'adviendrait-il désormais ? Ça la rendait folle de rage. Le nombre d'élèves à subir les frasques de la verte ne feraient qu'augmenter au fil du temps, et le pire, c'est qu'elle ne pouvait rien faire. Parler à Miss Benbow ? Tu parles, elle avait l'air tellement heureuse en annonçant l'arrivée de Cara. Impossible, elles ne s'entendaient pourtant pas il y a peu, comment les choses pouvaient changer autant en si peu de temps ? Deuxième possibilité, écrire au Ministère, mais il fallait être idiote pour croire que quelqu'un la croirait. Elle n'était qu'une élève et avait gardé pour elle - ou presque - le harcèlement subit de la part de l'ancienne professeure. Non, ça ne servait à rien, elle était impuissante. Et si éviter les cours d'Enchantements autrefois était une solution possible, où se cacher face à quelqu'un qui avait entre ses mains le pouvoir d'aller n'importe où dans l'école, quitte à la retrouver jusque dans son dortoir où elle était sensée être tranquille ?

Tremblante de rage, Jade observa de droite à gauche, enfin à l'arrêt. Elle commençait à psychoter visiblement, mais ce n'était pas sans raisons. A tout moment, elle pourrait être suivie, humiliée. Et à cet instant, son corps et son esprit ne pouvaient pas supporter cette option. Secouant la tête, elle tenta d'ouvrir la première porte trouvée, dû lancer un #Alohomora pour y parvenir et claqua la porte derrière elle. D'habitude, elle aurait pu se réjouir d'avoir réussit un sort aussi simple qu'il soit, mais là elle n'en avait rien à faire. Tout ce qu'elle voulait, c'était hurler et frapper, oublier que rien ne serait plus pareil désormais. Le hurlement ne tarda pas, sans qu'elle ne le retienne. Qu'on l'entende était une notion à laquelle elle ne pensait même pas, la tête entre les mains, comme si elle n'avait plus le contrôle de ses véritables actions. Si douée pour paraitre, si douée pour cacher. Pas cette fois.

Tout était tranquille dans cette salle déserte, trop tranquille. Rien ne semblait coller à ce qu'elle avait dans la tête, ce qu'elle ressentait. Tout n'était que tempête alors et personne ne pouvait comprendre ça. Personne n'avait subit ce qu'elle avait subit de Cara, ou alors elle n'était pas au courant. Et qui croirait une élève, qui plus est aussi pathétique qu'elle ? Personne, c'était évident. Nouvelle constatation foireuse, qui fit partir ses bras un peu au hasard, envoyant valser une ou deux chaises soigneusement placées sur les tables avant son intervention. Ressentir la douleur oui, sans y accorder de l'importance. Plus rien n'avait d'importance désormais, finir ses études dans cette situation n'était pas possible. Nul doute que De Lanxorre trouverait une raison quelconque pour la faire passer pour ce qu'elle n'était pas avant de s'arranger pour la virer, histoire de l'humilier un peu plus. En pleine paranoïa, Jade ne voyait plus d'issue. Pas dans ce monde, pas avec elle. Se recroqueviller sur soi-même, rejoindre le mur de son dos et le sol de ses fesses. Et les larmes de colère plus que de désespoir vinrent enfin couler sur ses joues, loin des regards, loin de la vérité.

Tout était fichu.
Plus d'espoir.
Invité
Anonymous
Invité

Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Invité, le  Sam 5 Jan - 13:14

Interrogations confuses
Lizzie & Jade

Dans l’esprit de la brune, c’était encore très confus. Elle ne savait plus très bien pourquoi elle courait au côté de Lizzie, l’amie, l’enseignante de vol, derrière les fesses de la préfète des jaunes, Jade. Rare de voir la jeune sorcière s’énervait de la sorte. Dans la mémoire de l’ancienne auror, aucun souvenir tel n’était gravé. Toujours, la jeune fille restait souriante, agréables avec ses pairs et serviable avec l’autorité. Rien de ce qu’elle avait vu à l’instant dans la Grande Salle ne correspondait à la Wilder qu’elle supposait connaître. Et visiblement Lizzie en pensait pareil.

Les deux femmes n’échangèrent aucun mot lorsqu’elles pénètrent dans la salle de classe. Seulement un regard, tout au plus interrogatif. Car devant la fureur de l’élève, difficilement compréhensible, il était probable que les deux sorcières plus âgées ne comprennent pas les choses. Les traits de la jeune sorcière sont tirés, marqués, comme si elle était soudainement frappée par une quelconque malédiction. L’arrivée de Cara à la tête de Poudlard pouvait-il justifier pareil comportement ? La brune n’en était pas certaine, ou alors la jeune fille savait des choses que toutes et tous ignoraient au sein de Poudlard.

La sorcière s’était recroquevillée, genoux sur sa poitrine, larme sur le visage. Non, de là où elle était Elly ne voyait pas les perles salées, elle percevait juste les sanglots, les spasmes d’un corps qui refuse une réalité trop abrupte. Elly se rapproche, doucement, murmure un simple « Miss Wilder ? » qui se veut rassurant. Peut-être que la jeune fille vivait de difficiles moments dans sa vie ? Que sa colère et sa rage ainsi exposée aux yeux de tous n’étaient que le fruit de problèmes personnels. Elly n’en savait rien, mais elle voulait comprendre. En effet, ce n’était pas la Jade Wilder qu’elle avait l’habitude d’avoir en cours.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Lizzie Cojocaru, le  Ven 18 Jan - 15:47

J'ai jamais compris le problème entre Cara et Jade. Il est évident qu'elles ne s'aiment pas, mais moi j'apprécie vraiment les deux. Je vois pas ce qu'elles se reprochent l'une à l'autre, mais à chacune de leurs rencontres l'une dit, ou fait, quelque chose qui ne peut que blesser l'autre. Cara était très méprisante vis-à-vis de la préfète lors de notre cours commun ; là, la réaction de Jade semblait complètement disproportionnée et pouvait heurter l'orgueil de Cara.

Les éléments s'additionnent, peut-être même se multiplient, et leur inimitié progresse. Mais quelle en est la base, la fondation, le véritable élément responsable de ces décalages ? Suivant Jade et embarquant mon amie Elly au passage, j'espère aider à détendre l'Italienne et avoir le fin mot de cette histoire. Peut-être pourrais-je mettre fin à cette vieille dispute… Jade presse le pas, et je dois presque trottiner pour tenir le rythme. Une grande colère a besoin d'être libérée.

Quand elle s'engouffre dans une salle vide, elle se laisse rapidement tomber à terre. Les larmes prennent le dessus… Oh je ne suis pas équipée pour ce type de bagage émotionnel, j'apprends mais heureusement qu'Elly est là, je ne pourrais pas gérer seule. Elle est d'ailleurs la première à parler, sa voix coupant le bruit angoissant que provoquent les sanglots de Jade.Laissant donc Elly s'occuper de la parlote, je prends les rennes de l'action. Du corps.

Je m'agenouille face à Jade, pour qu'elle puisse me regarder dans l'oeil si cela lui apporte une certaine réassurance. La magie répond parfois aux besoins émotionnels… Et il y a mieux que le sortilège d'allégresse dont j'abusais plus jeune pour rassurer les élèves. En même temps, faut pas m'en vouloir, j'étais pas prête pour gérer les missions d'une préfète !

Agitant les doigts en quelques mouvements ronds, je lui offre un bouquet au parfum délicat.
Jade Wilder
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Jade Wilder, le  Dim 20 Jan - 13:16

Être seule, c'était le lot quotidien de Jade. Oh non ce n'était pas une manière de se faire plaindre, juste une vérité que peu arrivaient à percevoir en la voyant de prime abord. Qui aurait pu croire qu'une préfète, soi-disant bonne élève ou en tout cas, ayant toujours ce besoin de perfection, pouvait se montrer aussi solitaire ? Elle en avait besoin. Combien de fois s'était-elle réfugiée dans un coin du château ou même chez elle, chez les autres. Toujours, il y avait cette impression de surcharge, comme si la vie était trop lourde pour elle. Comme si elle n'en était tout simplement pas capable.

Mais au delà de tout ça, l'adolescente avait toujours caché ses sentiments. Son manque de confiance en elle n'avait jamais pu être masqué, mais le reste n'était que jeu d'être et de paraitre, cacher ce qui doit l'être pour ne pas avoir de faiblesses. Pas en apparence. Et il y avait ces moments où malgré tous ses efforts, les faiblesses se manifestaient, provocantes, dépassant toute possibilité de contrôle. A cet instant, elle était dans un de ces moments et si la plupart n'étaient dominés que par la tristesse ou le doute, là il s'agissait de colère. C'était dangereux, instable, mélangeant des sentiments trop forts qui pouvaient pousser à des mots bien plus brutaux qu'elle ne l'aurait voulu. D'où l'importance de s'isoler. La gentille petite préfète parfaite ne l'est pas toujours. Il aurait peut-être été plus malin d'aller dans la Salle sur Demande. Quémander de quoi frapper et expulser cette rage qui grondait, grandissait. Problème, la rage en question passerait-elle un jour ? Jade en doutait fortement, comment ça pouvait passer alors que l'autre tarée s'était installée au parfait poste d'observation - et d'intervention - pour gâcher sa vie. En tant que professeure, c'était déjà l'enfer, qu'allait-il en être désormais ? Les solutions étaient limitées et malheureusement, la blondinette en voyait une radicale. Après tout, Cara avait été la responsable de ses doutes, quelques temps plus tôt. Il serait logique qu'elle soit responsable de son départ pur et simple. Rage, que d'imaginer la laisser gagner. Mais aucune alternative ne semblait égaler celle-ci.

A défaut de pouvoir frapper plus, la blondinette craquait. Pleurer avait toujours été une preuve de faiblesse pour elle, une façon pour les autres de voir ce qui vous atteint pour pouvoir l'exploiter ensuite. Dieu merci, De Lanxorre était bien trop occupée à jubiler à la table des professeurs, profitant des félicitations de ces derniers. Comment quiconque dans l'équipe professorale pouvait tolérer de pareilles façons de faire ? Comment même les élèves qui avaient subit les frasques de l'ancienne professeure pouvaient décemment se laisser faire à présent ? Se rendaient-ils au moins compte que désormais, ce serait bien pire ? Elle ne pouvait pas être seule dans ce cas, c'était impossible. Néanmoins l'idée d'aller voir chacun dans l'école pour lui demander "Eeeeh au fait, t'aurais pas été harcelé.e par la dirlo-adjointe ?" ne lui plaisait pas des masses. Dire qu'elle en était encore à chercher des solutions, c'pas possible ça.

Pas à cet instant, où elle avait juste envie d'abandonner, purement et simplement. Dire ça dans un moment de colère n'était pas son genre, cet orage grondait depuis si longtemps déjà, il faut croire que cette énorme goutte d'eau avait fait déborder le vase. Raison de plus pour se retrouver seule. Tenter vainement d'oublier. Ou en tout cas, de mettre de côté. Emmurée dans une rage qu'elle ne pouvait contrôler, rester dans la Grande Salle n'aurait pas été une option envisageable. Trop de monde, trop de personnes qui auraient potentiellement pu subir cette rage, qu'elles l'aient mérité ou non. Néanmoins, Jade n'avait pas envisagé une possibilité: qu'on la suive. Tout le monde était occupé dans la Grande Salle, qui donc aurait pu se préoccuper d'une gamine mécontente ? La réponse lui parvint en un éclair lorsqu'elle rouvrit les yeux et redressa la tête à l'entente d'une voix.

- Miss Wilder ?

Le coeur battant soudain plus fort, Jade pu se rendre compte qu'elle n'était plus seule. Depuis combien de temps ? Réflexe immédiat que de balayer les larmes d'un coup de main habile, fort peu utile néanmoins puisque c'était vraisemblablement un peu tard pour cacher sa détresse. Même si la raison dit quelque chose, le reste prime souvent.

Passons au principal problème, celui qui donnait un peu plus de puissance à la colère. Pourquoi est-ce que Elly et Lizzie l'avaient suivie jusqu'ici ? Et pourquoi, plutôt que d'en être rassurée, Jade se sentait plus furieuse encore ? Bon pour être honnête, elle était surtout furieuse contre Lizzie mais cette colère était si forte qu'elle accusait à peu près tous les membres de l'équipe professorale. Sourcils froncés, la blondinette cherchait un truc à dire, n'importe lequel. Quelque chose qui pourrait soulager un peu la situation qui lui paraissait... tendue. Par sa faute, bien sûr. Mais tendue tout de même. Avait-elle seulement envie que ça s'apaise ? En tout cas, rien ne lui venait. Elle n'avait rien à dire. Enfin si, mais qu'est-ce qu'elle POUVAIT dire ? Là était toute la question, là était tout le problème. Rien de ce qu'elle disait, ou avait dit, ne comptait. La preuve avec la nomination de Cara en directrice-adjointe pu*ain.

- Je vais bien. Ça va.

Même le plus idiot des idiots aurait sentit le mensonge à dix kilomètres. Personne ne va bien en allant se réfugier dans une salle pour pleurer. Surtout pas elle, qui n'avait aucunement l'habitude des coups d'éclat de ce genre. La présence des deux adultes dans la salle n'était pas une possibilité envisagée. Pas avant de les avoir vues, entendues. Lizzie se rapprochait, faisait preuve de son habituelle habilité magique pour faire apparaitre un bouquet. Décidément, la professeure la connaissait bien. Habituellement, Jade aurait sourit, c'était certain. Et puis, il y avait l'autre côté, celui qui semblait avoir décidé de se manifester tout spécialement aujourd'hui. Côté qui au lieu d'adoucir son regard, le durcit et tendit ses muscles.

- Comment peux-tu la féliciter ? Pourquoi alors que tu es la seule dans cette pu*ain d'école à savoir ce qu'elle m'a fait !?

Sans même s'en rendre compte, sa voix s'était élevée, témoin de l'orage, grondant tout autant que lui. Lizzie ne savait pas tout, mais bien plus que n'importe qui. Bien plus qu'Elly d'ailleurs, qui devait être totalement paumée. Normalement, elle s'en serait inquiétée. Pas là. Éviter le regard, le détourner même, pour se relever, plus ou moins péniblement. Trop vite en tout cas, la tête tourne et augmente un peu plus le sentiment que rien ne va. S'éloigner d'un pas ou deux sur le côté, pour pouvoir les voir toutes les deux. Plus aucune conscience des choses, des évènements ou des mots. De ce qui pourrait lui arriver si elle allait trop loin. Elle savait juste une chose, plus rien n'allait.

- Je croyais que vous vouliez le bien des élèves. Cara est dingue, prétentieuse, imbue d'elle-même et inconsciente ! Mais m*rde, elle a faillit tuer des élèves en cours ET VOUS LA FÉLICITEZ ?

Le ton s'était durcit à nouveau, avait augmenté dans une vérité dont personne ne semblait avoir conscience. Comment pouvait-elle être la seule à voir le problème ? A vouloir lutter contre celui-ci et sans aucune arme qui plus est ? Les conséquences à cet instant, n'étaient pas son problème. A quoi bon, de toute façon.
Contenu sponsorisé

Une salle vide - Page 15 Empty
Re: Une salle vide
Contenu sponsorisé, le  

Page 15 sur 16

 Une salle vide

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.