AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Dates stocks PS5 : stocks imminents chez Amazon et Carrefour
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 5 sur 6
Salle d'examen
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Esteban R. Lefebvre
Serdaigle
Serdaigle

Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Esteban R. Lefebvre, le  Dim 22 Oct - 17:52

Les limbes
-irrespirables. Toujours.
Impossible de lutter
-Se résigner ?
Non. Résister à l'image de Sisyphe


On peut le voir de dos. Installé sur un tabouret. Figé dans une posture lasse. Une nuit éreintante où ses multiples combats intérieurs ont fini par l'épuiser. Hier, il n'a pas dormi dans ses appartements. Non, le sommeil l'a surpris comme une vague menaçante dans la salle d'examen où il a l'habitude de se rendre. Remarque, il se faisait tard, il était fatigué à cause de Silwen, de Rory, d'Hywel et de toutes les voix dans sa tête.

Un bâillement sonore résonne dans la salle auparavant silencieuse comme une église. Ses yeux sont encore bouffis de sommeil. Le jeune professeur est toujours vêtu de sa robe de sorcier grise, ce qui le répugne fortement. Plus de huit heures sans prendre une douche... Merlin quel désastre. Il s'affère quelques minutes à ranger les copies de ses élèves qu'il devaient corriger hier. Encore un travail à faire plus tard !

Des coups à la porte le surprennent. Incertain, le Français encourage néanmoins la personne à renter. Il affiche un air de pure incompréhension en détaillant Artemis qui vient se poster devant le bureau. Que fait-il là ? Il se concentre et se remémore les événements de la veille et la sanction qu'il avait donnée au jeune Poufsouffle. M*rde. Il avait complètement oublié.

Franchement, Esteban est insulté dans sa dignité. Voir O'Toole propre sur lui l'agace au plus haut point alors que lui est... sale ! Esteban rougit brusquement d'embarras puis lance d'une voix piteuse : - Euh ? Bienvenue ? . Argh. Il serre fortement ses mâchoires. Il n'aurait pas dû le convoquer aussi tôt ! Il se lève et tente un sourire ravageur. - Bien ! Monsieur O'Toole, j’imagine que mes collègues vous ont déjà puni hum ? Du moins je l'espère ! Je n'ai pas l'intention de m’ennuyer aujourd'hui. J'ai quelque chose à vous proposer. Mais avant, avez-vous quelque chose à suggérer ou une restriction quelconque dont vous voulez me faire part ? Sourcil arqué, lèvres rehaussées. Espiègle.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Artemis Wildsmith, le  Mer 25 Oct - 9:12

Il ne s’attendait pas tellement à ça. Il a du mal à retenir un éclat de rire. Alors il se contente de sourire devant le professeur d’étude des moldus. Il n’avait pas prévu l’autre, n’avait pas anticipé, ça se voyait, il était perdu, comme si ce n’avait pas été dit, cette heure de retenue. Comme s’il avait passé la nuit dans cette salle de classe morne. Ça commençait bien d’ailleurs, c’est-à-dire qu’il lui souhaite même la bienvenue. Le Poufsouffle hausse un sourcil, étrange quand même. Enfin, ça en disait long sur la nature exacte de l’heure de colle, c’est ce que ça n’allait pas être un moment tyrannique. Le Blaireautin le laisse terminer, il évoque les bêtises de la veille et les éventuelles sanctions. Cette fois, le gamin hausse les épaules, Evans n’avait pas été si méchante que ça en réalité, elle n’avait pas pu faire grand-chose. On se laisse vite déborder par un gamin capricieux, c’est comme ça, elle devrait peut-être s’entraîner, pour son futur gosse, anticiper.

Mais l’adulte avait repris contenance, son sourire, son regard, et le fait qu’il glisse l’idée selon laquelle aujourd’hui n’allait pas être ennuyeux.
Il n’en fallait pas plus pour Arty qui se redresse légèrement. Il réfléchit sérieusement à la question, la première suggestion qui lui venait à l’esprit était de retourner dans son dortoir et envoyer le professeur sous une douche mais il se contient de dire pareilles inepties. Quoi que, s’il s’agissait vraiment de s’amuser, pourquoi pas. D’un autre côté, il avait eu sa dose de provocation envers le corps professoral pour au moins 72 heures, alors il serra les lèvres pour éviter que les mots ne dépassent l’ouverture, les enfermer là, ils sont très bien. Quant aux restrictions. Bof. Il hausse les épaules, une fois, brièvement. Ce gamin n’avait aucune limite, c’était ainsi, alors le mot restriction, c’est qu’il ne connaissait pas trop. Il était plutôt du genre à l’éviter absolument, parce que ça n’avait rien de drôle.

Alors il hésite, forcément. « Heu non. » Il secoue la tête. Ses mains se mettent à virevolter. « Non, aucune restriction, enfin j’veux dire c’est comme vous voulez quoi. C'est vous le prof. » C’est qu’il n’était pas contraignant en réalité. Pour une fois qu’il se tenait relativement correctement, on aurait pu l’applaudir. Parce que ça se saurait s'il écoutait ses professeurs, ce qui n'était pas le cas. Ainsi, jusqu’à ce qu’il le devienne vraiment, contraignant, qu’il refuse et qu’il se mette à taper une crise pour un futile caprice. « Tant qu’on s’amuse ». C’est vrai qu’il fallait rajouter cet élément essentiel aussi. Il aurait peut-être dû redoubler la chose en précisant qu’il ne ferait rien qu’il n’ait pas envie de faire. Car s’il ne s’amusait pas, il allait sûrement trainer la patte et ronchonner, et ça brûlerait sa réputation d’enthousiaste, ce serait dommage.

D’ailleurs, les minutes commençaient doucement à s’écouler. Arty débute un jeu avec la pointe de son pied et les quelques poussières qui se reposaient là sur le sol. C’est qu’il allait falloir qu’ils ne tardent pas trop à s’activer parce que rester là, debout à attendre, c’était déjà trop long pour lui et les picotements d’impatience qui commençaient à le parcourir un peu partout. Le Jaune & Noir ne saurait pas tellement les retenir longtemps, surtout, l’envie manquait, toujours. Il estimait déjà faire un effort titanesque en restant planté là, il ne fallait pas trop pousser non plus.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Élius Askin, le  Mer 20 Déc - 16:02

Soif d'apprendre
Avec Cara
Leçon particulière, 15 ans.
Autorisation d'Arty pour reprendre le sujet




Il y a des jours où la volonté transmise par la pratique quotidienne de la danse est un vrai fardeau. Vingt minutes déjà que je m'acharne à réussir l'exercice, et maintenant un tremblement dans mon bras gauche témoigne de la fatigue accumulée pendant cette leçon - Rââââh ! - Les joues gonflées de frustration, je fais passer ma baguette d'une main à l'autre, avant de la claquer sur une table de la pièce déserte. Dans un soupir de contrariété, j'attrape la mandarine qu'il s'agissait de téléporter plus loin, et amorce un lancer en direction de la poubelle, quand votre regard m'interpelle, Cara. En suivant vos yeux foncés jusqu'à la fenêtre, je découvre que la neige a tapissé Poudlard pendant qu'on augmentait progressivement la distance du #dispersio. Sans réfléchir, je fais quelques pas jusqu'à la vitre embuée. Le ballet des flocons, dans l'éclairage nocturne des remparts, associé à l'odeur envoutante de l'agrume, apaise un peu ma déconvenue. Et tandis que je laisse machinalement mon index libre tracer des arabesques sur la paroi humide, mon corps retrouve doucement sa contenance. Mes lèvres pressées contre l'écorce caressent le fruit avant que deux incisives avides ne viennent s'y planter. En me retournant vers vous, Cara, je continue de déshabiller la mandarine, le visage désormais détendu.


Ce soir, je réalise que depuis tout ce temps, une proximité ambiguë s'est installée entre nous. Et même la surface froide dans mon dos n'adoucit pas le trouble provoqué par la perspective d'un rapprochement imminent. Sans pouvoir retenir un petit sourire à votre attention, j'avance nonchalamment en direction du bureau pour jeter les épluchures dans la corbeille avant de m'y asseoir. Toujours silencieux, je me surprends à détailler vos formes élégantes, un quartier de pulpe entre les dents. Debout sur l'estrade non loin de moi, vous semblez aussi porter le poids de cette fin de journée d'hiver sous vos yeux bienveillants. Alors que d'une main tendue, je vous en propose un morceau, ma langue rattrape sur mon autre poignet le jus échappé du fruit.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Cara De Lanxorre, le  Ven 22 Déc - 15:18

    Il neigeait.

    Cara s’était perdue dans la contemplation des gros flocons qui tombaient sur le parc, recouvrant peu à peu l’herbe, les arbres, et même les serres de botanique que l’on apercevait au loin. Sa déconcentration était peut-être aussi liée à la fatigue provoquée par ce long cours particulier. Ce n’était, évidemment, pas la première fois qu’elle et Elius se retrouvaient en dehors des classes d’enchantements. Mais Cara avait remarqué qu’il n’était plus le même qu’à leur rencontre. L’élève de première année, enfant presque apeuré par la puissance de sa magie, avait laissé place à un jeune homme sûr de lui, avide d’apprendre, toujours davantage, terriblement exigeant avec lui-même. C’était une grande source de satisfaction pour la professeure, que de façonner son élève, de l’aider à s’épanouir et à prendre conscience de son talent. Mais c’était également éprouvant. Elius n’arrêtait le cours que lorsqu’il était satisfait de lui-même. Rarement, donc. C’était toujours une épreuve délicate pour Cara que de freiner ses velléités de perfection.  A l’image de ce cours. Il n’avait que quinze ans, mais il s’était mis en tête de maitriser le sortilège de relocalisation. Cara avait accepté, bien sûr. Elle savait qu’il était capable de bien plus qu’un élève de quatrième année.  Il avait réussi les premières étapes : téléporter la mandarine d’un bureau à l’autre, puis du dernier au premier rang. Mais cette pratique éprouvante avait épuisé toutes les réserves de concentration d’Elius. Et c’était un de ses travers : il s’acharnait, s’énervait, et, empli de frustration, il ne parvenait plus à se focaliser sur l’exercice. Un cri rageur et un bruit sec firent sursauter la professeure, la tirant de son observation silencieuse. Elle tourna la tête en direction d’Elius, s’assurant qu’il n’avait pas cassé sa baguette dans un excès de rage. Et tandis qu’il s’isolait près de la fenêtre afin de discipliner ses émotions, comme il le faisait toujours lorsqu’il sentait qu’il était au bord de l’implosion, Cara détailla le garçon qui se tenait non loin d’elle.

    Elle avait entendu des bruits de couloir concernant son protégé, saisis alors que les derniers élèves quittaient son cours d’enchantements, ou lorsqu’elle remontait entre les tables de la Grande Salle pour s’asseoir à celle des professeurs. Poudlard était un lieu privilégié pour les commérages de toute sorte. Et Elius, avec son extravagance et son charme, attirait forcément la lumière sur lui – et les critiques qui allaient avec. Elle savait qu’il ne laissait personne indifférent, et elle avait aperçu plus d’une élève le regarder avec cette envie à peine cachée d’être remarquée par lui. La professeure s'était également rendue compte que la relation privilégiée qu’elle entretenait avec le Serpentard n’était pas passée inaperçue. Elle avait entendu des médisances sur un prétendu favoritisme, mais également d’autres rumeurs, plus discrètes, soufflées entre élèves d’un air surexcité. Oh évidemment, la fameuse romance entre un élève et son professeur était un classique dont on ne se lassait pas. Cara n’y avait guère prêté attention mais, malgré elle, elle avait remarqué des changements dans le comportement d’Elius. Alors qu’il tournait le dos à la fenêtre et qu’il s’approchait vers elle, la professeure perçu qu’il la regardait d’une manière nouvelle. Elle était toujours sa professeure, et pourtant elle su instantanément qu’elle n’était plus que cela à ses yeux. Qu’elle était plus que cela.

    Elius s’assit nonchalamment sur le bureau, alors qu’elle se tenait à un mètre de lui, les bras croisés. Il lui tendit un quartier de la malheureuse mandarine qui n’avait pas survécu à ses humeurs, sans quitter sa professeure du regard. Cara décroisa les bras, s’avança vers lui. Elle tendit la main, s’empara du quartier de fruit, en effleurant sans vraiment le vouloir la main de son élève. Juste une caresse involontaire sur le dos se sa main, du bout de doigts, qui n’aurait eu aucun sens à un quelconque autre moment que celui-ci, chargé de tension. La professeure détourna le regard après avoir murmuré un « merci » à l’intention de son élève, consciente qu’il ne la quittait pas des yeux, détaillant ses moindres gestes. Elle s’adossa contre le bureau, près de lui, porta le quartier de mandarine à ses lèvres, l’avala en quelques secondes sans même s’en rendre compte. L’atmosphère était lourde, elle le sentait. Cara tourna alors la tête vers Elius, probablement pour lui dire une chose quelconque, mais les mots ne passèrent pas ses lèvres.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Élius Askin, le  Mar 26 Déc - 12:11

L.A. de Cara




Mes baskets battent le vide, agitées par le trouble que je saisis chez vous, Cara. Ce soir, vous semblez délaisser votre attitude prévenante, celle qui maintient habituellement l'aspect maternel de notre relation. Sous mes yeux insistants, l'enseignante devient une femme peinant à dissimuler sa gêne. Je regarde vos lèvres se mouvoir autour du quartier de mandarine tout en essuyant les miennes d'un revers de poignet. À votre bouche entrouverte tournée vers moi, j'offre un sourire joueur, avant de finalement laisser mes pieds se poser au sol. Ma main toujours posée sur le bureau glisse vers votre hanche. Des filles, je connais les corps offerts entre deux gloussements, à peine dissimulés au fond des coulisses du cabaret familial. Je n'ai que quinze ans, mais déjà un mètre soixante-quatorze d'une fougue impossible à contenir. Alors forcément oui, ça m'amuse de briser les distances, et murmurer, en baissant mon visage tout proche, trop proche... Merci pour la leçon. Pourtant, mes doigts abandonnent déjà leur course, viennent rabattre mes cheveux en arrière, tandis que je décroche mon regard du vôtre pour le porter plus loin dans la salle.


Le pas à nouveau léger, je fais serpenter ma mine espiègle entre les tables, récupérant ma baguette au passage. Du dos d'une chaise, j'élance ma cape sur le mien en un geste habile, pendant que vous plongez la salle dans la pénombre. Enfin, j'attrape rapidement mon sac avant de lever les yeux vers le filet de lumière de la porte ouverte. Découpée dans le contre-jour, votre silhouette sculpturale m'attend sur le seuil. Sans réfléchir, je me cramponne à la dernière occasion de cette soirée et à votre tour de taille. Conforté par la tiédeur agréable de votre corps, je colle doucement mes lèvres contre les vôtres.


Dernière édition par Élius Askin le Lun 26 Mar - 19:50, édité 2 fois
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Mar 26 Déc - 12:47

Je n'aurai pas dû voir ça.
Autorisation de Cara et de Élius pour venir.

Par Merlin, obligé de retourner voir la prof d'enchantement avec ses retenues plus que particulières. Il y a un truc que je n'ai rien compris dans son cours et mettre les choses au clair.
M'approchant d'une salle je constate que la porte de celle-ci est entre ouverte regardant alors je vois à ma grande surprise Cara qui est présente. Tans mieux pour moi du coup, prenant une grande inspiration j'ouvre la porte en grand et vois la distance qui est sensée séparer un professeur de son élève envolé, mais genre, y a même plus de distance vu que leurs lèvres se touchent...
Cara embrassant Élius, Élius embrassant Cara et moi qui observe les deux s'embrassaient...

-Heu... Je... Heu... Ouaip...

Je suis abasourdi, j'en perds mon latin... Les relations prof-élève sont autorisées maintenant ? Pas à ma connaissance, cela veut dire que j'ai un moyen de pression contre vous Professeur de Lanxorre.
Je continue à les observer, j'ose pas bouger... Peut-être que je suis invisible ? Je sais pas trop quoi faire à vrai dire.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Cara De Lanxorre, le  Mer 27 Déc - 7:32

Avec le LA de Jace

    Ce fut Elius qui brisa le silence. Elle senti que sa main effleurait son corps, frissonna à son contact, espérant qu’il ne le remarquerait pas. La professeure baissa la tête lorsqu’il vint lui murmurer quelques mots à l’oreille, incapable de soutenir son regard, trop consciente de ce que son élève souhaitait provoquer en elle. Elle ne releva les yeux que lorsqu’elle entendit les pas d’Elius s’éloigner, le regarda se mouvoir entre les tables vides avec cette élégance qui lui était propre et qu’il avait gagné avec l’âge.

    Cara peina a se soustraire de l’état étrange dans lequel ces dernières minutes l’avaient plongée, et rejoint la porte d’entrée en quelques enjambées. Les bras croisés, dans l’embrasure de la porte, elle attendait qu’Elius daigne quitter la pièce. Avec un léger pincement au cœur cependant, comme si elle regrettait déjà ce moment hors du temps. Qui ne se reproduirait plus. Elle y veillerait. Mais en était-elle si certaine ?

    La Serpentarde su ce qui allait arriver bien avant qu’Elius ne parvienne à sa hauteur. Elle le devina à sa démarche déterminée, certain de son charme, sûr que rien ni personne ne pouvait lui résister, tenté de le vérifier sur cette figure d’ordinaire inaccessible, fantasmée, qu’était un professeur. Pourquoi ne fit-elle pas un pas de côté, n’évita pas l’impact à la fois attendu et redouté ? Les quelques secondes de débat intérieur causèrent sa perte. En un instant, son élève était arrivé à sa hauteur. Il la dominait de quelques centimètres désormais, métaphore de l’ascendance qu’il avait prise sur elle. Elle qui le voyait désormais comme un égal, davantage que comme un élève.

    Une nouvelle fois, elle senti ses mains la saisir, l’enserrant contre lui. Le visage d’Elius à quelques centimètres du siens, elle n’eu qu’un instant pour fermer les yeux, comme un réflexe de son corps au choc imminent.

    L’impact fut d’une étonnante douceur. Les bras toujours croisés, ultimes barrières désormais inutiles, collés contre le cœur du jeune homme, elle perdit pied durant de délicieuses secondes.

    - Heu... Je... Heu... Ouaip...

    Retour brutal au Château. Cara s’écarte soudainement d’Elius, ouvrit les yeux et croisa ceux d’un autre élève, un Serpentard qui assistait également à ses cours.

    - Becker, qu’est-ce que vous... ?

    Qu’est-ce qu’il pouvait bien faire là, lui ? Il n’était pas occupé à lancer des sorts à ses camarades ? Tu vois bien que je suis occupée là, vas lancer des Terorim ailleurs, promis cette fois-ci je ne te dirais rien. Mais il semblait cloué sur place, et Cara, les joues pourpres, le fusillait du regard. Il grommela quelques mots sur le dernier cours d’enchantements tandis que, inspirant longuement, relevant la tête dans sa posture droite et stricte habituelle, Cara se recomposait une contenance. Elle ne su où elle trouva la force de parler de cette voix forte et sévère.

    - Vous vouliez me voir ? Hé bien ça attendra. Retournez dans votre salle commune au lieu de m’importuner avec vos questions et patientez jusqu’au prochain cours, comme tout le monde.

    Enfin, comme tout le monde. Un coup d’œil à Elius, qui semblait tout à fait à l’aise dans cette situation, comme s’il prenait un certain plaisir à s’être fait surprendre dans cette posture.

    - Pareil pour vous, monsieur Askin – il semblait étrange de le vouvoyer et de l’appeler par son nom, ultime tentative de sauver les apparences. Allez, je ne veux plus vous voir vous deux. Finit-elle en leur faisant signe de déguerpir.

    Cara tourna le dos à ses deux élèves et entra de nouveau dans la pièce qu’elle venait de quitter, claquant la porte derrière elle. Seule dans la salle, le dos collé contre le battant fermé, elle inspira longuement, longtemps, jusqu’à ce que son cœur reprenne un rythme normal.

Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Élius Askin, le  Jeu 28 Déc - 15:15

L.A. de Cara et Jace




À mesure de notre baiser, ma bouche se couvre du parfum fleuri de votre rouge à lèvres. Violette et rose mêlées viennent remplir les sillons de ma chair affamée. Après quelques longues secondes, le bout de ma langue ramasse même le sel d'une fièvre naissante. Dans votre dos, ma main resserre un peu son étreinte, colle davantage votre corps contre le mien. Et tandis que mes narines inspirent plus fort votre peau à l'odeur poudrée, un mouvement de porte brise soudain cette agréable liaison. Entrée fracassante, bien joué Jace !


J'arrive même pas à t'en vouloir pour l’interruption, ton visage hébété est trop mémorable ! Sac maintenu à l'épaule et ma main désormais bien rangée dans la poche de mon pantalon, j'affiche un sourire amusé. Encore acteur il y a peu, me voici devenu spectateur d'un hasardeux spectacle d'improvisation... Tranquillement appuyé le long du montant en bois, Cara d'un côté, Jace de l'autre ; je me délecte de l'embarras qui perturbe votre conversation. Et pendant que mon menton fait de légers allers-retours en cadence avec vos tentatives de rattrapage, je mordille, sur ma lèvre inférieure étirée, les arômes de rose interdite. Bien sûr, ça n'est pas sans une pincée de provocation que je quitte la scène ; prenant le temps de plonger à nouveau mes yeux dans les vôtres Cara. Enfoncer doucement la pulpe de mon index et de mon pouce dans chacune de mes commissures, et ressuyer le contour de mes babines humides avant de finalement vous dire bonsoir dans un dernier sourire espiègle. Jace, c'est en t'embarquant d'un signe de tête que je m'enfonce vers notre salle commune.


Dernière édition par Élius Askin le Lun 26 Mar - 19:50, édité 1 fois
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Sam 30 Déc - 18:52

LA de Brotruc.

Cara ouvre alors grand les yeux en me regardant et est totalement surprise que je sois ici. C'est moi qui devrais être surpris de vous voir en si bonne compagnie durant en pleine classe de l'école...
Je lui explique donc pourquoi je veux la voir, et voyait son teint... Si elle continue à me fusiller du regard elle va vite avoir les cheveux blancs. Bon bah ma question je peux me la mettre où je pense en plus de ça elle dit que je l'importune, sérieusement ? On verra si elle fait encore la grande madame la professeur si toutes l'école ainsi que les dirigeants apprennent qu'une professeur à une liaison avec l'un de ses élèves d'une petite quinzaine d'années.

Après nous avoir dit à Élius et moi qu'elle ne veut plus nous voir, je commence à marcher légèrement à reculons alors que le jeune Serpentard dit un "bonsoir" accompagné d'un petit signe de tête pour moi.
Nous quittons alors la pièce, sans un regard derrière moi pour regarder la prof je donne un petit coup d'épaule à Élius.

-Je pense mon pote, que tu as une sacrée histoire à me raconter et je veux tout savoir !

Je ricane légèrement en supplément, avant de me rappeler qu'Élius et Marjorie sont en couple. Je pense que je vais y mettre mon grain de sel, ça peut être amusant comme situation, en plus de Lanxorre va commencer à se faire un milliard de film. J'ai votre avenir au sein de cette école entre mes mains professeur j'espère que vous ne l'oublierez pas.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Élius Askin, le  Jeu 4 Jan - 10:50

L.A. de Jace




Au dessus de nos têtes, les pierres des couloirs qui défilent. Sous mes yeux, la dalle qui claque au rythme de notre marche pressée. Gamins excités par la promesse d'une discussion distrayante. Quelques évènements allaient devoir être détaillés, à commencer par cette soirée. Le sourire taquin lancé à Cara n'a pas quitté mes lèvres, comme son parfum qui flotte encore un peu autour de mes narines. À mesure que les torches nous rapprochent des cachots, je sens ton impatience grandir Jace, alors, naturellement je raconte :


— Cara a toujours eu un faible pour moi d'façon ! Fallait bien qu'ça arrive un jour. Puis nos leçons, là aussi, les soirs, à force... J'ai bien vu qu'elle essayait de résister au début, de m'éviter. Mais bon, j't'assure qu'elle n'a pas trop lutté quand je l'ai embrassé. Qui n'aimerait pas ça ?




Fin du RP, merci à Cara et Jace


Dernière édition par Élius Askin le Lun 26 Mar - 19:50, édité 2 fois
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Cara De Lanxorre, le  Sam 6 Jan - 23:35


Réparer un cœur en peine.


Avec Marjorie
(LA accordé sur ce post)



    C’était le premier samedi des vacances d’hiver. Dans le parc, quelques étudiants trainaient près de la cabane du garde-chasse, et un étrange cercle en bordure du lac, d’où se détachait un banc calciné, rappelait le cours d’enchantements de la veille. Dans le Château, les élèves bouclaient leurs valises, y mettant la touche finale avant d’aller rejoindre leurs parents. Enfin, pas pour tout le monde. Pour une élève de Poufsouffle, c’était d’ailleurs l’heure de se rendre à sa retenue.

    Comment Cara en était-elle venue à coller une des seules élèves sage et studieuse de son cours d’enchantements, déjà ? Ah, Élius. En y repensant, la professeure s’en voulait un peu. Il y avait dans son cours des personnes qui mériteraient bien davantage d’être à la place de Marjorie. Mais elle s’était emportée, et elle était bien trop fière pour revenir sur sa décision. C’est donc le pas alourdi par les remords que Cara se dirigeait vers le lieu de la retenue.

    La professeure emprunta quelques escaliers, qui eurent le bon goût de ne pas la contrarier en changeant brutalement de direction, réprimanda deux Poufsouffles qui avaient eu la mauvaise idée d’avoir l’air un peu trop heureux, et arriva devant la salle. Oh, elle connaissait bien cette salle, puisqu’elle se tenait à peu près à l’endroit où un de ses élèves l’avait surprise à en embrasser un autre (je vais pas vous mettre le lien, c’est juste au dessus). Un sentiment étrange naquit dans son ventre tandis qu’elle regardait l’entrée de la pièce, sans qu’elle n’arrivât à déterminer s’il s’agissait davantage d’un relent de regret ou de mélancolie.

    Cara secoua la tête, se recomposant une contenance. Chassant ce doux souvenir de son esprit, la professeure poussa la porte. Cette dernière s’ouvrit sans bruit, et elle se glissa dans l’entrebâillement. C’est alors qu’elle aperçue Marjorie, de dos, sa silhouette se découpant dans l’embrasure de la haute fenêtre. La tête appuyée contre le mur froid qui encadrait la fenêtre, elle ne laissait voir à Cara que ses cheveux bruns, détachés, et son bras qui pendait mollement contre son corps, la baguette retenue par quelques doigts qui semblaient sur le point de renoncer à tenir ce petit morceau de bois. C’était comme si la lassitude avait soudainement pris possession de la Poufsouffle. Mais après tout, elle était collée, un samedi, alors que tous ses amis rentraient chez eux pour Noël, c’était compréhensible.

    La professeure referma doucement la porte, et s’avança dans la salle. Le bruit de ses talons sur le sol en pierre fit sans doute comprendre à Marjorie qu’elle n’était plus seule, puisqu’elle leva la tête, sans se retourner cependant.

    - Mademoiselle Lunas, il va falloir que vous m’expliquiez votre comportement de la veille. Je ne vous reconnais pas, depuis quand attaquez-vous un autre élève ?

    Si elle avait su que ses mots allaient avoir un tel impact, Cara n’aurait sans doute pas tenté de comprendre les déboires de sa jeune étudiante. Elle aurait plutôt opté pour une retenue qui ne nécessitait pas de parlementer. Mais il était vrai qu’elle appréciait la petite élève de Poufsouffle. Elle avait donc été faible et avait fait un pas vers elle, au lieu d’opter pour sa stratégie habituelle : ne rien en avoir à carrer de la vie de ses élèves. Mais c’était trop tard maintenant, le corps de Marjorie était secoué de sanglots, et ses joues étaient déjà striées de larmes.

    - Mais enfin mademoiselle, qu’est-ce que... Mais qu’est-ce qui ne va pas chez vous ?

    C’est d’une voix d’ou perçait l’incompréhension, et globalement assez peu de compassion, que Cara prononça ces mots. Elle fixa sa jeune élève d’un air paniqué, se demandant quelle posture adopter. Si elle avait su que son travail de professeure impliquait de consoler des étudiants, ce n’était pas certain qu’elle ait accepté avec autant d’entrain.
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Dim 7 Jan - 16:52

HRP :
 

LA accordé pour le mot sur la porte

Réveil difficile ce matin, voir toutes ces filles excitées à l'idée d'enfin rentrer chez elle, et devoir leur expliquer que non je ne fais pas ma valise car oui j'ai un empêchement. Je les regardais faire un instant assise en tailleur sur mon lit, envoyant quelques sourire. «Oh fais gaffe, t'as fait tomber ton pull à côté de ta valise, vu le temps annoncé, il risque de te manquer !». Encore un sourire, j'ai plus que ça a faire de toute façon, sourire et les aider à faire leur valise. Mais pas trop non plus, je suis gentille mais je reste contrarier par cette punition, et loin de moi l'envi de remuer le couteau dans la plaie. Alors je finis par me rallonger sur mon lit, un bras plié derrière ma tête. A attendre que les heures passent pour sonner le glas. Et puis tout le monde sort, une par une, défilant dans l'escalier en colimaçon, envoûtée par l'idée de la délivrance des murs du château. Certaines sortent sans même un regard sur moi, trop occupée à énumérer la liste des activités prévues pour les vacances, ou les cadeaux tant espérés. D'autres quand même m'adressent un petit mot: "courage, c'est bientôt fini !" "c'est qu'un mauvais moment, pense aux vacances !" ou parfois un simple "à bientôt, bonne vacances". Ce à quoi je répondais à chaque fois dans un sourire et un petit signe de la main «Merci, bonnes vacances !»

Le dortoir était maintenant vide, je ne préférais pas penser au Poudlard Express qui s'éloignerait sans moi. Je reste encore quelques minutes là, allonger sur le lit, à repenser aux événements de la veille. D'abord ce drôle de hibou noir, made in Poudlard, qui m'apporte une lettre. Un ange gardien veille sur moi et me préviens, Élius use de ses charmes dans mon dos. Et je sais que c'est vrai, il aime séduire, être regardé. J'ai pas d'ennemis ici alors ce qui est dit est vrai. Puis je suis allée à ce cours, Élius qui câline Elhi, Élius qui s'approche de la prof, Élius qui présente son derrière à Matt, Élius qui cherche Arty. Y a pas de doute, il a séduit. Je m'emporte et ce minuscule jet d'eau l'atteint. La sentence se fait pas attendre, Maman Lanxorre gronde. "dans mon bureau, demain, 13H". Au début c'était la colère, et puis le soir, seule dans mon lit, c'est le remord. Qu'est-ce qui m'a pris bon sang ! Je tente de me justifier, il m'a tromper. Mais je sais au fond, que ce que j'ai fait est interdit. A moi maintenant d'assumer, comme une grande.

Je finis par me lever et me préparer, je révise rapidement mes cours d'enchantement, je sais pas ce qui m'attend en colle, chez les moldus c'est des exercices, alors autant être prête, pour racheter ma faute, prouver que je ne suis pas qu'une sale gamine, qu'il y a un cerveau et de la volonté la dessous. Midi sonne, je monte à la grande salle, on est pas nombreux à rester, sûrement d'autres punis, ou bien des jeunes qui ne peuvent pas rentrer. Je fais pas attention, je mange mon repas en silence et file ensuite directement au bureau, je sais pas quel heure il est mais au moins je serais pas en retard. 2-3 escaliers capricieux, je finis par arriver. Un mot sur la porte, trop aimable, rien que pour moi. La colle se déroule en salle d'examen, super c'est pas à côté, moi qui adore marcher pour rien, la prochaine fois Miss De Lanxorre, épargnez moi vos chasses au trésor. Et vu que j'ai toujours rien à faire, je m'y rend, traînant les pieds, quelques élèves croisés. Je toque à la salle, personne. Alors je tourne la poignée et entre. Première arrivée, elle pourra pas m'engueuler. Je sors ma baguette, un parchemin, ma plume et mon encrier et j'attends, assise à cette table au premier rang. Mais je m'ennuie, alors je vais voir par la fenêtre, épaule appuyée contre le cadre, la tempe posée sur la pierre froide. Je regarde les pas dans la neige des élèves partis plus tôt, qu'est-ce que j'aimerais moi aussi, entendre le crissement de mes pas fendant l'or blanc.

Et puis j'entend derrière moi ses talons qui claquent le sol. Ses mots aussi claquent d'ailleurs. Je m'étais redressée, un peu, mais je ne me retourne pas, laissant mon regard encore un peu sur la poudreuse si douce. Un peu de douceurs avant la claque, qui ne tarde pas à arrivée. Oh pas de mains pour faire rougir ma joue, mais des mots pour blesser mon coeur. La première idée qui me vient, au mot du professeur c'est "et dire que tes parents étaient fière de toi.". Alors je pleure. Je lâche ma baguette qui pendait mollement au bout de mes doigts, je repose ma tête sur la pierre cachant mon visage dans ma manche, et je bouge pas. Non Miss De Lanxorre, je suis déjà suffisamment faible comme ça, vous ne verrez pas mon visage. Alors elle en remet une couche, la jolie dame, pourquoi tu chiales gamine. Elle le dit pas comme ça, mais c'est pourtant ce qui résonne. J'ai envie de répondre "qu'est-ce'ça peut vous faire. Mais ça non plus j'en ai plus la force. Je me tourne et je m'assois contre le mur, je regarde mes pieds, je sais que son regard ne me réchauffera pas. Alors je lui dis simplement :

- Vous auriez fait quoi vous, si votre amour allait voir ailleurs ? Certaines veulent raviver la flamme, moi je me suis assurée qu'elle s'éteigne.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Cara De Lanxorre, le  Sam 13 Jan - 11:10


    Plus les larmes de Marjorie semblaient intarissables, moins Cara savait comment réagir. Elle voyait déjà la gamine pleurer toutes les larmes de son corps, se moucher dans sa belle cape émeraude, quel enfer. La Poufsouffle se laissa glisser le long du mur sans cesser de renifler, fixant le sol. Si c’était une astuce pour échapper à sa retenue, c’était bien tenté. Un remarquable talent d’actrice. Mais Cara compris que ce n’était pas ça, qu’il y avait davantage, lorsque la petite élève laissa échapper, d’une voix, tremblante, entre deux sanglots.

    - Vous auriez fait quoi vous, si votre amour allait voir ailleurs ? Certaines veulent raviver la flamme, moi je me suis assurée qu'elle s'éteigne.

    On se posait ce genre de questions à onze ans ? Et elle demandait ça à Cara. A Cara. Tu m’as bien regardée, tu penses vraiment qu’on me trompe ? – Avait-elle envie de lui rétorquer, avec une exclamation outrée. Mais elle ne le lui dit pas. Il ne lui semblait pas que ce genre de constatation pourrait tarir ses larmes. Alors, elle réfléchit. Que ferait-elle si la personne qu’elle aimait la trompait ? Comment réagirait-elle ? Serait-elle dévastée ? Triste ? En colère ? Elle tenta tant bien que mal de se visualiser dans cette situation...

    ...Mais non, vraiment, rien à faire, elle ne s’imaginait pas cette possibilité. Elle pouvait lui donner des conseils sur comment mener plusieurs relations de front, comment mentir éhontément, ah ça, elle savait. Ou alors, quelques idées pour se venger. Parce qu’elle avait dû en éviter, des représailles de petites amies furieuses. Les hommes étaient moins inventifs, mais si Marjorie voulait, elle pouvait aussi développer là-dessus. Pourtant, là aussi, Cara senti que cela ne semblait pas être la réponse attendue. Alors, la professeure s’agenouilla devant Marjorie, sa tête à la même auteur que celle de son élève. Et avec la voix la plus douce dont elle était capable, elle lui dit :

    - Vous voulez m’en parler ?

    Pourvu qu’elle dise non. Ses histoires de pré-ado l’intéressaient autant que l’élevage de botrucs. Et encore, elle préférait les botrucs.
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Jeu 18 Jan - 4:22

Cette question, je l'avais posée à Cara. Mais je me la posais à moi même aussi. Si c'était à refaire, qu'est-ce que je ferais ? Et sincèrement, la réponse, au fond de moi, je la connais. La même chose. En pire. J'arrive pas à me faire à l'idée qu'on puisse faire ça à quelqu'un. J'avais toujours été là pour lui. Mais je sais au fond de moi que c'est ça le problème. C'est que j'étais là. Ce qu'il aimait Élius, c'est l'inaccessible. Quand c'était acquis, c'était moins drôle. Alors il était aller voir ailleurs. Mais il aurait pu me le dire quand même ! Il aurait pu venir me le dire qu'il me quittait. J'essaie de me rassurer en me disant que c'est parce qu'il à peur, qu'il avait pas le courage. Mais je sais au fond de moi que c'est faux. Il a pas peur. Il a le courage. Il a juste la flemme et il s'en contre fiche. J'avais l'impression d'être une option essuie-glace sur un balai. Je servais à rien, mais ça faisait stylé et monter le prix de vente.

Je sens la prof s'approcher de moi et se mettre à ma hauteur. Elle reste silencieuse un moment. Avant de me demander, simplement, si je veux en parler. Oui t'as raison. Tu m'as collé mais on va aller prendre le thé en rigolant très fort de nos mésaventures passées. J'imagine la prof un instant, le bras gauche entourant ses jambes, ramenant ses genoux contre elle. Elle tiendrait une tasse dans la main droite et éclaterait de rire en disant "Ah non mais MDR t'as trop raison quoi ! Franchement c'est trop tous des abrutis les mecs quoi !" Je serais pas au bout de ma vie en train de me vider de mes larmes, j'aurais arqué un sourcil face à cette idée complètement surréaliste. Sauf que je suis au bout de ma vie. D'ailleurs je lui ai toujours pas répondu. Mais la réponse est claire, je vais pas lui déballer ma vie. J'aurais beau lui dire à quel point il me brise le cœur, c'est son chouchou et elle en a pas grand chose à faire de moi. Je pense que c'est plutôt une question polie, histoire de mettre fin à mon chagrin et qu'elle puisse enfin me coller ses affreux exos tranquille. Mais faut que je trouve un truc à lui répondre, un joli refus. "Nan ça va". Mouais non, faudrait pas qu'elle pense que je l'envoie paître, déjà que je suis colée... "C'est gentil Madame, mais ça ira". Ouais non plus, faudra pas que j'en fasse trop quand même, déjà qu'elle m'a colée le premier jour des vacances... Alors j'opte pour le détachement. Je hausse les épaules :

- Ca finira par passer je suppose. Aussi parfait que vous puissiez trouver Élius, moi c'est vraiment pas la personne qu'il me faut.

Ouais c'était bien ça. Poli sans en faire des tonnes. Et au passage je la taclais un peu à faire du favoritisme sans pour autant dénigrer son adorable petit poussin. Quoi que non. Etre le poussin d'un serpent, c'est pas une bonne idée. Nan en fait Élius c'est un lézard. Voilà, Madame Vipère et son lézard.

Je me redresse, et essuie une dernières fois les larmes salées qui coule sur ma joue. J'expire un grand coup, comme pour me vider un peu plus de mes émotions.

- Désolée Madame.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Cara De Lanxorre, le  Mer 24 Jan - 0:50


    Un énième reniflement, un mouvement d’épaule, et elle répond. A l’évocation d’Élius, la professeure se relève d’un bond, les joues pourpres, cherchant quelque chose auquel se raccrocher, un détail insignifiant qui pourrait la distraire de ses pensées. C’est à ce moment qu’elle se rendit compte qu’elle était dans l’exacte même pièce que lors du baiser. Jetant un regard vers la porte, son visage devenant de plus en plus pourpre, elle parla d’une voix qu’elle voulait légèrement outrée :

    - Je... Je ne le trouve pas parfait...

    Une adolescente. Elle ressemblait à une adolescente prise en faute. Marjorie ne pouvait pas savoir ce qu'il s’était passé dans cette pièce, comment aurait-elle pu être au courant ? Feignant - tardivement - l’indifférence, Cara épousseta distraitement sa jupe, effaçant les plis causés par la posture propre à la confidence qu’elle avait adopté quelques secondes auparavant. Elle était tentée de remettre Marjorie à sa place, relever son comportement à la limite de l’insolence. Mais elle voulait aussi la pousser à se confier, maintenant qu’elle avait suscité la curiosité de la professeure. Elle était amoureuse de lui ? Ils étaient ensemble ? Impossible, jamais il ne s’abaisserait à côtoyer une Poufsouffle, du moins, elle osait l'espérer. Et qu’avait-il fait pour ne plus trouver soudainement grâce aux yeux de la jeune élève? Tant de questions, et des réponses à portée de main. Il suffisait juste de pousser Marjorie à parler. Ça tombait bien, Cara venait de la coller le premier jour des vacances, la Poufsouffle devait l’adorer. D’ailleurs, elle se lève à son tour. Face à face, Cara l’observe essuyer ses larmes. Pleurer pour un garçon, franchement. La professeure réprima une moue dégoutée, effort surhumain qu’elle parvint difficilement à accomplir, et, s’adossant contre la pierre froide, le visage tourné vers son élève, elle lui parla de nouveau de sa voix la plus douce :

    - Vous savez que je représente l'autorité dans cette école. S’il vous a fait quelque chose de mal, vous pouvez me le dire.

    Yeux rivés vers son élève, regard attentif, jamais Cara n’avait eu l’air autant intéressée par les états d’âme d’une élève. Sans doute parce qu’elle n’y avait jamais été impliquée. Jusqu’à maintenant.

Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Dim 28 Jan - 22:05

Elle est là, juste devant moi, appuyée contre le mur. Et je crois qu'elle m'écoute vraiment. Je comprend pas trop d'ailleurs. D'abord elle m'expose devant tout le monde parce que j'ai balancé 3 gouttes sur son chouchou, ensuite elle vient me faire comprendre que je suis qu'une chialeuse, puis elle me demande si je veux lui parler de mes histoires de coeurs, et quand j'évoque Élius, la voilà perdant ses moyens à m'écouter. Cara De Lanxorre écoute Marjorie Lunas. Svp, un arbitre pour confirmer ce qui est en train de se passer ? J'y comprend rien du tout. Depuis quand Miss Prof Sexy (parce qu'il faut avouer qu'elle est sacrément jolie) s'intéresse à Pouffy chialeuse pour une autre raison que de la coller ? Et en plus elle veut m'aider avec son autorité ! C'est la cerise sur le pudding. Ou alors c'est parce que j'accuse son petit chou de ne pas être gentil. Si je lui dis rien, elle va encore plus me détester de lui cacher des choses sur son protégé, et si je lui dit tout... Elle va me dire que je me fais des films. Alors je choisi entre 2, lui donner le seul élément que j'ai, sans lui raconter tous les films que je me suis faite dans ma tête. Je regarde la prof, faisant la moue.

- Vous permettez que j'aille chercher quelque chose dans mon sac ?

Sans plus attendre je trottine vers mes affaires laissées à l'abandon. Je fouille quelques secondes dans mon sac pour en sortir un papier que je tend vers la prof.

- C'est le papier que j'ai lancé à Élius hier en cours... Enfin une copie quoi... C'est une lettre d'Hazel. Je sais pas qui c'est exactement, je l'ai reçu via un hibou de l'école. Mais je sais que c'est vrai.

Elle avait pas intérêt à me demander comment, je suis pas sûre que cette prof sache ce qu'est d'être amoureuse, alors si je commence à lui dire que je le sens au fond de moi blablabla, on est pas sorti... Mais je la laisse lire. Ça fait bizarre, d'être là, face à ta prof que tu ne pourrais même pas voir en tableau, à lui expliquer tes histoires de petites filles. Je me dis qu'elle a bien dûe avoir mon âge un jour, mais je me dis qu'elle a jamais dûe être aussi fragile que moi. Pauvre petite fille deviendra grande un jour. En attendant elle a peur.

Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

Salle d'examen - Page 5 Empty
Re: Salle d'examen
Contenu sponsorisé, le  

Page 5 sur 6

 Salle d'examen

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.