AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 1 sur 5
Souterrain du Saule Cogneur
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Jackson Storm
Jackson Storm
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Souterrain du Saule Cogneur
Jackson Storm, le  Sam 27 Avr - 15:31

[HRP: J'ai l'autorisation express de SuperAilinn pour ouvrir le sujet! amour ]

[PV Ailinn]

"Pile, j'y vais. Face, j'y vais pas." murmura-t-il pour lui même.

Le Gallion fit quelques tours dans les airs avant de retomber au creux de la paume du jeune homme qui le retourna d'un coup sec, l'aplatissant sur le dos de sa main gauche. Il écarta la droite lentement, révélant le visage charismatique de Petrus Sudworth. Mais peu lui importait les exploits de Monsieur le ministre. C'était face. She*t.
Avec un soupir, Jackson se laissa retomber sur son oreiller moelleux. Impossible de dormir, hanté par l'image de la langue d'Oswin fourrée entre les lèvres d'Ailinn. Ailinn...Il avait passé la moitié de la nuit à se demander s'il prononcerait son nom devant le miroir. Ce dernier était posé au bout de son lit, le plus loin possible de lui et le Gryffondord le fixait sans ciller. Il l'observait sous toutes ses coutures depuis déjà un moment avec un air de méfiance, comme s'il avait pu lui exploser au visage.

L'un des deux miroirs à double sens... Se dire qu'Ailinn possédait le second suffisait à parcourir son échine de légers frissons. Est ce qu'elle avait su ce que représentait ce présent pour lui, à l'époque? Aux bords du wagon du Poudlard Express, leurs deux coeurs d'adolescents perdus se cherchant à tâtons dans le noir, s'accrochant l'un à l'autre pour ne pas tomber sous les cahots de la vie qui les trimbalait de droite à gauche depuis si longtemps. Ils s'étaient embrassés comme si tout ce qu'ils avaient vécu n'avait jamais existé que pour ce moment fragile, suspendu dans le temps comme un funambule sur son fil, qu'un seul soupire aurait pu détruire. Ce miroir était une promesse d'avenir, un espoir, le voeu de ne jamais la perdre, le désir de la garder près de lui. Le monde est une m*rde finie, mais ensemble, ça n'aurait plus été pareil... Enfin, le pensait-il avant d'affronter le regard inquisiteur et gêné de celle qu'il considérait autrefois comme sa petite soeur.

Storm avait brisé son miroir, rompant le charme. Tout était redevenu comme avant, en pire car ils avaient grandi. Finies les taquineries innocentes, bonjour les attaques sadiques et à la limite de la perversion. Lorsqu'il la cherchait, elle disparaissait, quand elle le suivait, il fuyait. Lorsqu'elle le regardait, il baissait les yeux, quand il l'embrassait, elle lui tournait la tête. Ils étaient tous les deux allés voir ailleurs, feignant de se foutre royalement de leurs sentiments, faisant souffrir l'autre à tour de rôle, tombant toujours plus bas. Se réconciliant dans un baiser enflammé qui l'instant d'après redevenait cendres. Elle n'arrivait pas à le suivre... Il n'avait jamais réussi à se suivre lui même. Storm ne s'était jamais fixé, c'était plus fort que lui, il avait toujours erré, toujours été persuadé que le ciel était plus bleu ailleurs...ou plutôt moins sombre.

Les éclats de verre épars avaient été ramassés et soigneusement ressoudés les uns avec les autres grâce à un bon coup de magicglue... La surface de la glace était désormais parcourue de nombreuses fissures, cependant il fonctionnait toujours. Ailinn ignorait la réparation de ce lien mais quelque part, Jackson ne pouvait s'empêcher d'espérer qu'elle l'ait gardé sur elle, attendant un appel qui ne viendrait jamais...

Ou peut être un jour. Storm lui avait donné rendez vous dans les passages secrets, ce soir... Tout pouvait changé ce soir, ils pourraient peut être recommencer de zéro. La moitié de lui même désirait plus que tout au monde la retrouver en bas, tandis que l'autre lui recommandait de rester sous sa couette, de se défiler, de laisser tomber toute ces m*rdes, de l'oublier et de vivre paisiblement sa vie d'apprenti c*nnard. Et même s'il descendait, rien ne serait moins simple, il faudrait encore choisir. D'une part, céder au désir qui l'obsédait et passer aux choses sérieuses avec la jolie rousse, en sachant pertinemment qu'il lui faisait du mal, qu'il l'entraînait vers le bas...en agissant ainsi, il lui donnerait l'illusion d'être heureuse avant de la refrapper au visage. S'il avait été généreux, Storm aurait accepté de la laisser partir, lui aurait conseiller de sortir avec Danham, Flitwick ou un autre, peu importait. Mais, Jackson n'avait jamais été généreux.
*'Pis m*rde, m'en fous, j'y vais...* capitula-t-il en se saisissant brusquement du miroir, histoire de ne pas se laisser le temps de changer d'avis: "Ailinn..." murmura-t-il, la bouche à 2 centimètres de la glace, son souffle anxieux embuant le verre. A peine un instant plus tard, deux grands yeux verts le scrutaient de l'autre côté du miroir. Un grand sourire railleur et heureux fendit le visage balafré et buriné du jeune garçon qui s'exclama de son habituelle voie traînante: "Alors Kafka, avoue que t'as passé les 5 dernières heures à te laver les dents pour éradiquer l'haleine fétide d'Hooper! Rendez vous dans 30 minutes sous le Saule Cogneur ma vieille! Et prévois des pansements, simple conseil d'ami...". Et il laissa retomber le miroir avant qu'elle ne parle, pour ne pas lui laisser la moindre possibilité de refuser.

***

Une ombre adossée à un chêne tirait une bouffée de fumée sur sa cigarette...Storm. A quelques pas, le gigantesque saule semblait somnoler calmement, mais le jeune homme savait parfaitement qu'il ne fallait pas se laisser leurrer et qu'au moindre mouvement, l'arbre leur prouverait qu'il avait été un boxeur pro dans une autre vie... S'il avait eu une montre, Jackson aurait pu voir qu'Ailinn avait 10 minutes de retard, mais il avait toujours préféré laisser couler le temps. Et puis, paraissait que les filles aimaient bien se faire attendre...



Ailinn Kafka
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Ailinn Kafka, le  Sam 27 Avr - 16:04

N’y va pas, Ailinn, ne sois pas stupide. Tu sais très bien pourquoi il t’a donné rendez-vous, et c’est hors de question. Pas encore une fois. Storm se fiche de toi, pauvre idiote !
Et pourtant la jeune femme ne parvenait pas à s’endormir, et se retournait inlassablement dans ses draps sans trouver le sommeil. Son dortoir était toujours désert, et pourtant elle avait plus chaud que si vingt personnes y dormaient.

Abandonnant définitivement l’idée de s’endormir, Ailinn se leva sans bruit et alla entrouvrir la fenêtre teintée qui donnait sur la forêt. Le parc était désert… Ainsi, elle n’avait pas eu tort de ne pas s’y rendre, elle se serait rendue ridicule, une fois de plus. Pourquoi voulait-il la faire souffrir à tout prix, lui qui avait toujours été son ami, son frère ? Il ne cessait de retourner le couteau dans ses plaies, la blessant intentionnellement pour l’éloigner encore plus, mais ne pouvait se retenir de la ramener chaque fois qu’elle voulait partir.

Une voix la fit soudain sursauter, et la rouquine se retourna vivement, sa baguette à la main, prête à attaquer.

« Ailinn... »

Lui ? Mais comment était-ce possible ? Sa chambre était plongée dans une obscurité insondable, mais elle savait que personne n’était rentré. La porte grinçait trop pour pouvoir être discret, et elle aurait perçu des mouvements au lieu de ce calme immuable. Soudain, elle comprit. Le miroir. Y plongeant prudemment son regard d’émeraude, elle aperçut à la place de son reflet le visage tanné de son ami, qui se fendit d’un sourire moqueur.

« Alors Kafka, avoue que t'as passé les 5 dernières heures à te laver les dents pour éradiquer l'haleine fétide d'Hooper! Rendez-vous dans 30 minutes sous le Saule Cogneur ma vieille! Et prévois des pansements, simple conseil d'ami... »


Jamais elle n’admettrait que c’était effectivement le cas, mais la jeune femme avait dû vider un tube entier de dentifrice pour se débarrasser de l’ignoble goût d’alcool. Cependant, lorsque la petite sorcière voulut rétorquer une quelconque remarque cinglante, le Gryffondor avait déjà disparu.

Ailinn se laissa tomber sur son lit, indécise. Si elle y allait, elle renonçait à tout ce qu’elle s’était promis, mais si elle n’y allait pas, elle le perdrait définitivement.
Elle tenta de le rappeler dans le miroir, mais il avait déjà disparu. Ainsi donc, il l’avait réparé… Tout n’était peut-être pas perdu, en fin de comtpe.

Il lui fallut dix bonnes minutes pour dompter sa crinière rousse et paraître présentable, mais la jeune femme ne tarda pas à descendre les escaliers menant à sa salle commune.

« Qu’est-ce que tu fais ? » s’exclama une fillette de première année.

Etais-je vraiment si horripilante, à cet âge ? La minuscule pimbêche aux boucles blondes se tenait bras croisés devant la statue de l’aigle, et la toisait d’un air méprisant. Si Ailinn avait su à quel point elle l’ennuierait ce jour-là, elle n’aurait probablement pas autant applaudi quand celle-ci avait été répartie à Serdaigle…

« Pousse-toi de là. J’ai des choses à faire, et crois-moi, je maîtrise les maléfices de Chauve-Furie ! » grogna-t-elle en pointant sa baguette sur l’enfant.

Ailinn n’était pas sûre de vouloir blesser une si petite fille, mais en serait capable si celle-ci ne daignait pas s’écarter de son chemin. La gamine se poussa finalement en grommelant qu’elle irait la dénoncer aux préfets, mais la Serdaigle aux yeux d’émeraude se contenta de lui claquer la porte au nez. Elle se fichait éperdument de faire perdre des points à sa Maison, en cet instant.
Ailinn était en retard, mais ne se pressait pas. Elle apercevait la silhouette sombre de Jackson, au loin, et cela lui suffisait.

La jeune femme ne s’arrêta qu’à deux bons mètres de lui, indécise. La première de ses préoccupations était la proximité alarmante du Saule Cogneur, la deuxième son cœur qui battait bien trop vite pour qu’elle ne l’ignore.
La lune diaphane projetait des ombres fantomatiques autour d’eux, et le vent glacial qui venait de se lever faisait voleter les cheveux de la rouquine, qui devait sans arrêt les remettre en place.

« Storm ? » murmura-t-elle.
Jackson Storm
Jackson Storm
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Jackson Storm, le  Sam 27 Avr - 19:12

"Storm?" chuchota derrière lui une voix hésitante.

Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'il n'esquisse le moindre mouvement. Enfin, il se décida à tourner légèrement la tête vers la mince petite silhouette de son amie qui se découpait sur le ciel bleu nuit entre la cime des arbres. Ailinn aussi restait immobile, ses cheveux roux voletant autour d'elle sous les bourrasques. Elle était toujours décoiffée, comme une petite fille...Jackson fut alors saisit d'un élan d'affection pour son amie. Ou sa petite amie. On s'en foutait.

"Non, chuis la maîtresse de Merlin qui va le tromper avec le Calmard Géant, ça te va?" la rabroua-t-il.

C'était plus fort que lui, balancer con*erie sur conn*rie, c'était vital. Un petit sourire moqueur suffisait à dédramatiser la situation, à éviter un scénario pathétique, à paraître continuellement désabusé et inatteignable, même lorsque ce n'est pas le cas... Quand on a pas grand chose à soi, un éclat de rire reste la meilleure des protection. Et ce soir, c'était vraiment indispensable, parce qu'Ailinn avait le don de rendre toute chose simple compliquée. Ou peut être était ce sa faute.

Mais elle était venue... Elle était là, encore. Brusquement, Jackson comprit ce que ça représentait. C'était sa dernière chance, son ultime espoir de la garder auprès de lui. Aucune faute ne serait tolérée... Elle en avait assez de lui courir après, assez de revenir quand il avait besoin d'elle et de souffrir lorsqu'il ne la jugeait plus indispensable. Au fond, Storm avait toujours su qu'elle l'aimait, comme un grand frère d'abord puis, tout avait changé au cours de leurs longues escapades nocturnes... Evidemment, il l'avait rembarrée, cette situation lui convenait parfaitement, lire l'admiration dans les yeux émeraudes plaisaient à son ego. La jeune fille avait parfois tenté d'échapper à son emprise, mais d'un sourire railleur, d'un baiser sensuel, il l'attirait de nouveau. Cependant, Ailinn avait désormais compris qu'elle était belle et séduisante, elle voulait vivre et il y avait un tas de mecs mieux que Storm qui l'attendaient...Sauf que cette idée n'avait rien pour plaire à ce dernier qui en oublia sur le champ toutes ses bonnes résolutions de réconciliation amicale. Comme chaque défi, celui ci lui donnait des ailes et l'ardue conquête de la jolie rousse recommençait...

"Alors, miss... Paraît que vous êtes volontaire pour un p'tit tour dans les lugubres sous sols de l'école. Z'avez de la chance, le mec le plus sexy du coin vous offre une visite guidée! " lança-t-il en la rejoignant.

Obéissant à son sans-gène habituel, il posa une main sur la taille de la jeune fille avant de l'enlacer tendrement. C'était reparti... L'infernal engrenage s'activait à nouveau, le jeu du chat et la souris recommençait. C'était plus fort que lui, il éprouvait la nécessité de séduire toutes les filles à sa portée, et hors de portée aussi, à peu près potables... Un jour, un psy moldu chez qui on l'avait envoyé lui avait balancé qu'il était à la recherche d'affection. Genre. Perso, Storm était plutôt convaincu d'être un fucking allumeur aussi accro aux nanas qu'à ses clopes... Et l'excitation envahissait son corps lui procurant l'audace dont il avait besoin tandis que le Gryffondor serrait Ailinn contre lui, comme il l'avait fait avec d'autres filles.

"J'précise que j'attends un pourboire pour mes loyaux services..." lui glissa-t-il à l'oreille.

Il la lâcha avec un soupçon de regret, avant de prendre sa main dans la sienne et d'un petit signe de tête en direction du Saule endormie, il lui signifia qu'il était temps d'y aller. L'herbe sous leurs pieds était encore humide de la dernière pluie et des gouttelettes tombaient des longues branches de l'arbre qui n'avait jamais semblé aussi calme, donnant l'illusion d'une tranquillité trompeuse qu'il ne tarderait pas à briser par un vigoureux coup de branche. Déjà, l'écorce était parcouru par un imperceptible frisson, comme s'il sentait l'approche de deux nouvelles proies...

"Mate un peu ça Kafka, tu vas assister au premier ring, Storm VS l'arbuste. Dans 2 secondes, ce tas de brindilles est K.O!"

Ouais, il allait lui en mettre pleins les yeux...Lui montrer qu'il était le même, toujours aussi téméraire, indomptable, audacieux, qu'après avoir détruit un troll, un Saule géant serait un jeu d'enfant, lui prouver qu'il valait mieux que toutes les loques qui la draguaient, qu'il était à la hauteur, qu'il était digne de son admiration, qu'il était un Super Héro. Ca allait rocker! Les 5 mètres qui le séparaient du monstre végétale furent rapidement franchis. *Allez, défends toi vieille branche!* le défia-t-il du regard. La réaction du Saule ne se fit pas attendre...immédiatement, une branche recouvertes de bourgeons printaniers se dressa au dessus de sa tête et fendit l'air en sa direction. Obéissant à ses bons réflexes, Jackson esquiva le coup de justesse en se baissant brusquement. Oh yeah! Dans son c*l! Il était mieux qu'un super héro, un Prince Charmant... Un grand sourire provoquant sur le visage, le jeune garçon adressa un bras d'honneur revanchard au tronc, sentant le regard émeraude d'Ailinn dans son dos. C'est bon, c'était dans la poche! Désireux de porter le coup fatal au Saule et au coeur de la rouquine, le Gryffondor balança le plus gros coup de pied de sa vie dans la souche...avant de se prendre une beigne dans la tronche, de déraper sur une flaque et de s'écraser comme par terre comme une m*rde. F*ck. Il y voyait plus très bien du coup, à part les petits balais de Quidditch qui tournaient autour de sa tête... Re-f*ck.
Ailinn Kafka
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Ailinn Kafka, le  Sam 27 Avr - 22:02

« Non, chuis la maîtresse de Merlin qui va le tromper avec le Calmar Géant, ça te va? »

Ailinn se mordit rageusement la lèvre inférieure, regrettant déjà d’être venue à ce rendez-vous improbable. Elle n’aurait pas dû, elle le savait.
Résistant toutefois à l’envie d’envoyer Storm se faire foutre par un hippogriffe, la jeune femme le regarda s’approcher d’elle avec un sourire moqueur. Toujours ce même sourire, qu’il avait depuis qu’elle le connaissait. À l’époque, il l’appelait encore le Doxy et ils combattaient les trolls dans la forêt interdite… Tout était si simple, avant.
Mais à présent, Ailinn était pétrifiée par son regard d’acier, partagée entre l’amour qu’elle éprouvait et la haine que ses trahisons lui inspiraient. Pourquoi ne pouvait-il jamais rien prendre au sérieux ?

Pour la première fois de sa vie, Ailinn se sentait fatiguée de suivre le Gryffondor dans les détours interminables de ses décisions sentimentales. Elle voulait seulement lui parler, lui dire que c’était fini, que le peu de choses qui s’étaient passées entre eux étaient terminées à jamais, mais il ne lui en laissait pas l’occasion.

Tout en déblatérant ses vantardises habituelles, Storm lui passa doucement une main autour de la taille, la sortant de l’insoutenable torpeur qui engourdissait son esprit. La sorcière n’avait pas l’habitude de se laisser mener par quelqu’un, et cela lui était extrêmement désagréable. Elle voulait toujours tout décider, mais avec Jackson, c’était impossible, et cela la rendait hystérique. Le prix à payer pour l’élan de tendresse qu’il venait de lui accorder ne se fit cependant pas attendre.

« J'précise que j'attends un pourboire pour mes loyaux services... » lui murmura-t-il d’une voix lourde de sous-entendus.

La Serdaigle se dégagea brusquement de son étreinte, le visage fermé, avec la furieuse envie de le gifler. Non mais qu’est-ce qu’il croyait ? Elle n’était pas aussi stupide que ces pimbêches de Poufsouffle avec lesquelles le Gryffondor était déjà sorti. Encore un mot, et elle partait. Ce soir, elle n’avait pas envie de rire.

Storm coupa court à ses pensées, en se jetant sous l’immense saule cogneur, bien décidé à atteindre le souterrain dissimulé sous les racines. Les branches ne tardèrent pas à réagir, et une pluie de coups s’abattit sur le rouge et or. Celui-ci, habitué à ce genre de déluges, parvint à en éviter quelques-uns, mais une branche robuste l’atteint en plein visage, et il s’écroula.
Paniquée, la jeune femme lança un maléfice d’entrave sur l’arbre aux poings de fer, et se faufila entre les branches devenues lentes et gourdes pour traîner le Gryffondor à l’intérieur du souterrain.

Ils étaient saufs à présent, mais Storm avait dû prendre un sacré coup sur la tête…

« Alors, Merlin, t’as oublié que t’étais aussi un sorcier, en plus d’un aventurier sans peur ? » se moqua-t-elle gentiment après lui avoir lancé un #Enervatum pour le sortir de sa torpeur.

Elle ne tarda cependant pas à s’éloigner de lui, et s’adossa contre l’un des murs poussiéreux du vieux souterrain menant à la Cabane Hurlante. Elle ne voulait pas se laisser avoir comme elle l’avait fait quelques heures plus tôt, elle culpabilisait déjà suffisamment pour ce moment de faiblesse. Elle avait envie de parler, mais ne savait pas quoi dire. L’envie de l’embrasser commençait à reprendre le dessus, mais elle n’y céda pas.

Un coup de baguette, et une musique résonna dans le minuscule habitacle. Cela faisait des lustres qu’elle ne l’avait pas écoutée, cette vieille mélodie qui passait en boucle sur les vieux transistors de sa mère. Elle dansait sur cette musique, autrefois, et dans un élan inattendu, la jeune femme attrapa doucement la main calleuse de son ami. Elle jeta sa cape d'hiver dans un coin un peu moins crasseux que le reste du souterrain, et demanda timidement :

« Tu danses ? »

Elle savait qu’elle ne faisait que perpétrer leur éternel jeu de fugitifs, mais n’avait pas envie de briser la glace, et savait que Storm ne serait probablement pas facile à convaincre.

La Serdaigle passa ses deux bras autour du cou du rouge et or et cala sa tête rousse contre son épaule calleuse. Une odeur familière de cuir et de cigarette envahit ses poumons, rassurante. L’heure était mal venue pour un slow, mais après tout, qu’est-ce qui n’était pas mal venu dans sa vie ? Elle se saoulait dans des cafés miteux, séchait les cours et rêvait qu’un vantard infidèle finisse par devenir son petit-ami. On a déjà vu mieux, comme ambitions.
Tandis qu’elle l’entraînait dans une danse lente, Ailinn se pencha pour lui murmurer à l’oreille :

« Tu sais déjà que c’est perdu d’avance pour nous deux. Alors pourquoi tu m’as fait venir ici ? »

Quelques mesures passèrent avant qu’elle ne reprenne, heureuse qu’il ne puisse voir son visage mélancolique et ses yeux vagues. Tout ce qu'elle voulait, c'était comprendre pourquoi il se comportait ainsi avec elle, pourquoi il la rejetait sans cesse avant de l'attirer de nouveau dans ses filets. Pour Ailinn, c'était noir ou blanc, amour ou haine, sans nuances.

Un court instant, la Serdaigle se demanda si elle ne devrait pas rappeler ce loser aux cheveux blonds qu'elle avait embrassé au Chaudron Baveur. Avec lui, ce serait tellement plus simple. Il était loin d'être parfait, et sa drague était carrément lourde, mais lui, au moins, il ne la blesserait jamais comme ça. Et puis, elle se ravisa. Parce que le seul qu'elle aimait était devant elle, et que jamais elle ne se pardonnerait de l'ignorer sans lui laisser une dernière chance.

« Tu pouvais avoir toutes les filles que tu voulais, Jack, alors pourquoi moi ? On s’était juré de ne pas se laisser tomber, mais ces derniers temps… J'ai l'impression que tu fais tout pour me blesser. »

Jackson Storm
Jackson Storm
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Jackson Storm, le  Dim 28 Avr - 12:37


Jackson cligna des paupières plusieurs fois avant de distinguer le visage pâle et anxieux d'Ailinn penché au dessus de lui. Qu'est ce qu'elle foutait là? Pourquoi son matelas douillé était-il devenu dur et poussiéreux, le genre à choper un torticoli et à marcher comme Quasimodo le reste du mois... Pourquoi tous les lutins de cornouaille du coin étaient venu faire leur soirée salsa dans son crâne? What is the fuck?

« Alors, Merlin, t’as oublié que t’étais aussi un sorcier, en plus d’un aventurier sans peur ? »

Tout revint brusquement... le rendez vous nocturne, la reconquête d'Ailinn façon mission impossible qui finit toujours par se révéler possible, l'idée du siècle consistant à entraîner la jeune fille dans le souterrain à l'abris des regards indiscrets, le match de catch avec le Saule Cogneur... et, le pain dans la gue*le. Jackson referma immédiatement les yeux. Valait mieux se rendormir tout de suite plutôt que d'affronter le regard moqueur de la jeune sorcière. Il venait de griller toutes ses chances en passant pour le dernier des c*ns. Tourner de l'oeil devant la fille qu'on essaie de draguer, c'est carrément pathétique, le genre de scène qui n'arrive même pas dans les comédies romantiques kitsch... Surtout qu'il existait un sort pour immobiliser l'arbre, un truc comme immobidule... P'tain, il aurait pas du sécher le cours de sortilège!

Quelques notes résonnèrent sous le plafond bas du souterrain... Storm reconnut les premières mesures d'un vieux morceau datant d'une autre vie parallèle, de l'époque où il vivait sur le pavé ... Un soir qu' il traînait son ennui sur le trottoir, le regard du gamin avait été attiré par une fenêtre éclairée. De l'autre côté de la vitre, un couple dansait un slow sur les Guns N' Roses sous un lustre étincelant. Ce petit salon douillet, ces fauteuils tapissés de tissus à fleurs, les chaussures à talons rouges de la blonde, le verre de vin, tout là bas sentait le bonheur et Jackson y était retourné chaque nuit. Un beau soir, à travers le rideau azur, le duo valsait toujours mais la femme n'était plus la même. Le petit garçon n'avait plus jamais mis les pieds là bas.

"Tu danses?"

La main de la jeune femme effleura la sienne délicatement dans une caresse timide et Storm leva ses yeux clairs vers son visage en haussant les sourcils. Elle faisait la tronche depuis tout à l'heure et les premiers mots qu'elle daignait lui adresser était une invitation à danser. C'était du Ailinn tout craché ça... Un slow dans un passage secret obscure sur une vieille chanson. Romantique, sensible, fragile, elle avait encore son âme de gamine, râlant lorsqu'il posait une main sur ses hanches un peu trop sensuellement, et mourrant d'envie de valser au bal du Prince... Storm sourit gentiment, en grand frère qui cède aux caprices d'une petite fille boudeuse, avant de la prendre doucement par la taille et de l'attirer vers lui tandis qu'elle passait les bras autour de ses épaules musclées, blotissant son visage contre la veste en cuir du jeune homme.
La soirée prenait un tour avantageux...Ailinn semblait enfin bien vouloir lui pardonner, oublier ces dernières semaines désastreuses. Tout se jouait ce soir, Jackson savait très bien comment il voulait que ça se termine et à force de baisers passionnés il finirait par réussir à la convaincre. Cependant, au fond de lui, une question le taraudait: est ce qu'une brune prendrait la place de la jolie serdaigle entre ses bras.?

"Tu sais déjà que c’est perdu d’avance pour nous deux. Alors pourquoi tu m’as fait venir ici?"

La phrase murmurée lui fit l'effet d'une gifle et un muscle sur le visage du Gryffondor tressauta dangereusement. Ses yeux azur avaient viré au sombre et Ailinn aurait été effrayée si elle avait pu apercevoir la lueur inquiétante qui dansait dans ses iris. Sans un mot, Jackson continua de pivoter lentement tandis que résonnait un accord de guitare. Ainsi, c'était fini. Ailinn n'était pas venu pour réparer le lien qui les unissait mais pour le trancher définitivement. Il aurait beau se démener, c'était trop tard, elle avait pris sa décision... Storm aurait aimé lui crier qu'il voulait la retrouver ici parce qu'il ne pouvait faire autrement, qu'elle l'attirait et l'obsédait, qu'elle était la seule qui compte vraiment et qu'elle n'avait pas le droit de le laisser. D'un seul "je t'aime", le premier qu'il lui aurait vraiment dit, il aurait pu la retenir. Il le savait. Mais Jackson se contenta de répliquer d'un ton acide et tranchant:

"Parce que j'ai toujours détesté perdre."


"Tu pouvais avoir toutes les filles que tu voulais, Jack, alors pourquoi moi ? On s’était juré de ne pas se laisser tomber, mais ces derniers temps… J'ai l'impression que tu fais tout pour me blesser."

La promesse dans la forêt interdite après avoir vaincu le Troll, le filet de sang autour de leurs poignets, la nuit dans la clairière sous les étoiles...C'était si loin. Il lui avait juré qu'ils resteraient ensemble pour toujours, quoi qu'il arrive. Mais, une histoire de coeur n'était pas encore prévue à cette époque... Jackson était incapable de dire s'il était tout de suite tombé amoureux d'elle ou si c'était arrivé cet été... A vrai dire, il ne savait même pas s'il était amoureux d'elle à présent.

"Tu m'as pas vraiment laissé le choix...Tu t'souviens pas? J't'ai dit dès le départ que j'aurais préférer sauver une blonde canon d'une chute dans les escaliers plutôt qu'une mini larve de gnome. C'est toi qui était fan de moi et qui m'a collé au c*l..."

Le jeune garçon accompagna ses paroles d'un triste sourire sincère, comme s'il regrettait le temps où les manches du chemisier d'Ailinn était encore trop grand pour ses bras frêles et lorsqu'elle tapait du pied en le traitant de gnome cornu. Lui, avait toujours été le même, railleur et un peu lointain derrière le voile de fumée opaque. C'était elle qui avait changé cet été là, elle qui était devenu jolie, c'était à cause d'elle qu'ils se retrouvaient là.

"Et c'est c*n mais ces reproches dans la bouche d'une fille qui m'a snobé comme la dernière des m*rdes dans le train après l'arrivée d'une vieille peau, qui a roulé une pelle à Hooper devant toute l'école, puis à moi comme si sa vie en dépendait, pour le même soir me jeter...ça m'fait ni chaud ni froid"

La colère montait lentement mais sûrement, une rage froide et dure, impitoyable. Le venin de la culpabilité s'insinuait en lui en même temps que cette fureur contre la jeune fille rousse. Il lui en voulait d'être venu, d'avoir accepté, de danser là contre lui tout en lui faisant comprendre qu'il n'y aurait pas de lendemain. Storm ne lui avait jamais fait ce sale coup. F*cking night!

"Mais vas-y, dis le, t'en meurs d'envie. Comme ça, tu pourras aller voir Sullivan, Mctruc et toutes les autres pour qu'elles te félicitent d'avoir enfin largué l'ordure qui te pourissait la vie. Allez, sors moi le traditionel "on reste amis"..."

Puisque c'était terminé, autant en profiter pour faire sortir tout ce qu'il retenait depuis le mois dernier. En temps normal il aurait explosé, mais Storm gardait une voix égale et trainante, vibrante de rancoeur contenue. Elle devait ignorer sa souffrance, c'était vital. Ailinn se comportait comme une sal*pe, parfait. Il avait toujours excellé dans ce petit jeu.

"Remarque, j'vois même pas comment tu pourrais casser, puisqu'y a jamais rien eu. On s'est à peine embrassé deux fois et encore..."

Storm étendit le bras pour la faire virevolter, lui servant au passage un de ses sourire goguenard qui contrastait avec son expression sinistre.
Ailinn Kafka
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Ailinn Kafka, le  Dim 28 Avr - 18:43

« C'est c*n mais ces reproches dans la bouche d'une fille qui m'a snobé comme la dernière des m*rdes dans le train après l'arrivée d'une vieille peau, qui a roulé une pelle à Hooper devant toute l'école, puis à moi comme si sa vie en dépendait, pour le même soir me jeter...ça m'fait ni chaud ni froid. »

Ailinn ne le regarda pas, la tête toujours calée contre ses larges épaules. Il était beaucoup plus grand qu’elle, mais grâce à ses boucles rousses, il ne risquait pas d’apercevoir la peine qui figeait son visage de porcelaine.

Ainsi donc, il pensait qu’elle avait eu honte de lui après ce qui c’était passé dans le train… Jamais la rouquine n’aurait pu soupçonner une chose pareille, et elle commençait à mieux comprendre ce qui se passait dans la tête du rouge et or. Si elle s’était sentie gênée de se trouver ainsi enlacée avec lui, c’était parce qu’elle n’avait pas l’habitude d’ouvrir son cœur, et non pas parce qu’il lui faisait honte !
Mais elle se tut. Qu’avait-elle à répondre ? Quoi qu’elle dise, il ne changerait pas d’avis, la Serdaigle le savait. Et Storm ne semblait pas prêt à la laisser parler. Par Merlin, pourquoi fallait-il toujours qu’il comprenne de travers tout ce qu’elle disait ?

« Mais vas-y, dis-le, t'en meurs d'envie. Comme ça, tu pourras aller voir Sullivan, Mctruc et toutes les autres pour qu'elles te félicitent d'avoir enfin largué l'ordure qui te pourissait la vie. Allez, sors moi le traditionnel « on reste amis »… Remarque, j'vois même pas comment tu pourrais casser, puisqu'y a jamais rien eu. On s'est à peine embrassé deux fois et encore... »

Comment pouvait-il croire qu’elle écouterait les conseils de Nikki et Neala le concernant ? Certes, il s’était comporté comme le pire des salauds, mais la rouquine ne se pardonnerait jamais de le laisser tomber, lui, son premier ami au Château, celui à qui elle devait tant. Elle l’aimait plus que tout, et pourtant il persistait à croire qu’elle ne voulait pas de lui, qu’elle le rejetait sans même lui accorder un regard.

« Tu ne comprends pas, je ne veux pas qu’on reste amis ! » s’exclama-t-elle, sa voix brisant le calme paisible du souterrain « Je veux plus que ça, beaucoup plus. Mais je pensais que toi… tu ne voulais pas qu’on dépasse l’amitié. »

Il la faisait tournoyer sur elle-même, entraîné dans leur danse triste et mélancolique. Dans ses iris bleus clair qu’elle apercevait à chaque fois qu’elle revenait vers lui, Ailinn ne lisait que de la peine, mêlée à une rancœur amère qu’elle n’aurait pas voulu entrevoir. Elle revint doucement vers lui, ses yeux prudents scrutant le visage du Gryffondor.

« Je... Tout ce que j’ai fait, c’était pour que tu reviennes vers moi mais… Je n’ai fait qu’empirer les choses, je suis désolée. »

Ailinn se rapprocha encore, ne s’arrêtant qu’à quelques centimètres de son visage tanné par le soleil et couvert des cicatrices occasionnées par ses innombrables bagarres. La jeune femme voulait savoir ce qu’il pensait, comprendre ce qui n’allait pas pour tout arranger d’un coup de baguette magique. Mais les yeux de Storm étaient plus sombres qu’une nuit d’orage, et la Serdaigle n’y lisait qu’une haine qui la blessait encore plus.

« I don’t have hopes and dreams… don’t have anything, since I don’t have you. » chantonna-t-elle à voix basse, les larmes aux yeux.

Ne pouvant s’empêcher de tenter un dernier recours, la jeune femme se pencha vers celui qu’elle aimait et l’embrassa silencieusement, cessant de danser pour l’enlacer de ses bras frêles tout se maudissant de dévoiler ainsi son cœur à vif. Elle était sûre que Storm n’attendait que cela pour la meurtrir une fois de plus. L’amour, c’est que tu me sois le couteau avec lequel je fouille en moi, disait un certain Franz, et en cet instant, Ailinn ne pouvait le contredire. Jackson était son couteau, et il poignardait impitoyablement son âme chaque fois qu’il la fuyait.

La proximité du Gryffondor la rendait folle, et le cœur d’Ailinn, plaqué contre le sien, battait plus vite qu’un concerto d’ailes d’oiseau. Ses lèvres roses glissaient sur celles meurtries par les coups de Storm, dans un baiser plus doux et plus douloureux que le dernier qu’ils avaient partagé.

La rouquine se détacha lentement du rouge et or sans pour autant briser leur étreinte, et captura ses yeux bleus dans les siens, d’un vert émeraude profond, avant de lui demander d’une voix sincère et tremblante :

« Qu’est-ce que je dois te dire pour que tu comprennes à quel point je tiens à toi, Storm ? »




Yuze Perceval Jedusor
Yuze Perceval Jedusor
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Souterrain du Saule Cogneur.
Yuze Perceval Jedusor, le  Ven 7 Juin - 18:57

[Pas de réponse depuis plus d'un mois, je me permets de poster, si problème, me mp]
[Rp Avec Liberty Owen]


Un endroit que je n'avais jamais visité et qui était connu pour y être un souterrain qui menait à la cabane hurlante, c'était sous le saule cogneur. Un endroit presque inaccessible. Le seul moyen d'y pénétrer sans se faire attaquer, était de marcher sur une branche ou une racine de l'énorme arbre, mais je ne savais pas c'était laquelle à vrai dire et j'avais vraiment envie d'y faire un tour. J'allais devoir y passer pendant que l'arbre n'arrêterait pas d'essayer de me fracasser le crâne, mais bon, peut-être cela valait-il la peine en fin de compte. Beaucoup de personnes disent y avoir pénétré en l'immobilisant, mais je ne m'étais pas renseigné sur l'endroit qu'il fallait appuyer. Tant pis. Je tentais le tout pour le tout, de toute façon, je n'avais plus rien à perdre, alors, un bras ou une jambe en moins.

J'avais revêtu une chemise blanche moulante à manches courtes à laquelle je tenais beaucoup, donc j'espérais ne pas me faire attraper de peur qu'elle soit déchirée. Elle laissait apparaître mes abdominaux et de plus, elle était un petit peu transparente, puis, elle m'allait bien je trouvais. Fin bref, j'avais aussi revêtu un short noir, car aujourd'hui, il faisait une chaleur à ne plus en tenir dehors. J'avais observé les lieux il y a quelques jours pour voir s'il y avait un endroit où le saule cogneur ne frappait pas, mais je n'avais rien trouvé qui pourrait m'aider plus que ça. J'allais devoir y aller à l'instinct en préméditant où il frapperait. Je savais que si je ne me prenais qu'un seul coup, je serais couché sur le saule et je ne pourrais plus faire grand-chose donc il fallait que je fasse attention.

Arrivé devant l'énorme arbre, je le regardais de toute sa splendeur. C'était vrai qu'il était imposant et qu'il était le plus grand et plus gros de tout Poudlard. Je ne savais pas quel âge il avait, mais il devait être bien plus vieux que tous mes ascendants qui sont venus au château passer leurs études. Bon allait, c'était le moment ou jamais. Mon premier pas sur l'une de ses racines commença à l'énerver à ce que je voyais. Il s'excitait déjà dans tous les sens. Ou là ! Mais c'est qu'il était vénère celui-là. J'avançais de plus en plus, mais malheureusement, le saule cogneur s'excita lui aussi de plus en plus et j'avais plus en plus de mal à suivre ses grosses branches des yeux. Il fallait que je me dépêche si je ne voulais pas me prendre un coup.

Aller, encore quelques mètres et j'étais arrivé, mais comme bien évidemment, cela ne se déroula pas aussi bien jusqu'à la fin. Lorsque je me trouva devant l'entrée, un bruit sonore derrière me fit comprendre que j'allais me prendre un coup sévère. Je ne sais pas pourquoi, mais sur le coup, je me suis retourné et un violent coup me frappa dans l'abdomen et j'eus le souffle coupé. Je ne sais pas ce qui s'était passé en suite, mais lorsque je me réveillais, j'étais allongé par terre, dans la terre. Ma chemise était déchirée ... Eh Mer** ! Ce coup là, je l'ai pas venu venir, mais en tout cas, je l'ai senti. Je m'asseyais et m'adosser au mur pour reprendre mon souffle pour pouvoir continuer sur mon chemin. J'étais sûrement dans le souterrain du Saule cogneur, mais bon, j'y avais laissé ma chemise et de plus, mes abdominaux me brûlait.
Liberty Owen
Liberty Owen
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Liberty Owen, le  Ven 7 Juin - 22:21

C’était une très belle journée. Le soleil brillait au-dessus de l’école de sorcellerie. On ne voyait pas un nuage. C’était étrange d’ailleurs, car un orage était prévu en fin d’après-midi. Il faisait une chaleur qui était limite soutenable. Liberty avait passé une majeure partie de son après-midi assise contre un arbre à fixer le Saule Cogneur. Elle s’était déjà glisser à plusieurs reprises à l’intérieur du souterrain. La bleu et bronze connaissait très bien l’histoire de cet arbre. Elle qui adorait l’histoire de la magie, voir un arbre immense bouger devait avoir son histoire. C’est pourquoi, à son arrivée à Poudlard, la jeune fille avait lu énormément d’ouvrages sur l’histoire de Poudlard. Ce livre parlait évidemment du Saule Cogneur. Liberty lu qu’à une époque, un jeu avait été instauré entre les élèves de l’école de magie. Ce jeu consistait à toucher le tronc du Saule Cogneur. Cette pratique fut interdite suite à un accident. De plus, cet arbre magique protège l’entrée d’un passage secret vers la cabane hurlante, située à Pré-au-Lard.

Liberty a attendu sa quatrième année à Poudlard avant de tenter d’intégrer le passage souterrain. Elle ne savait pas s’il existait vraiment. Durant ces quatre années à Poudlard, la jeune blonde n’avait cessé de se poser la question. Elle se souvenait, qu’à l’époque, son frère en parlait déjà. Il n’avait jamais essayé d’y entrer. Il respectait beaucoup trop les règles, pensa Liberty. Ainsi, la bleu et bronze s’y est aventurée, seule. Elle avait entendu les septièmes années dirent que le Saule Cogneur symbolisait si l’on appuyait sur une de ces racines situées à la base du tronc. Morte de peur, elle s’était ruée vers le tronc de l’arbre très capricieux. Avant d’avoir atteint son objectif, l’arbre magique l’avait envoyé dans les airs. Elle se souvint qu’un élève de la maison des Gryffondor s’était précipité vers elle pour savoir s’il ne fallait pas l’emmener à l’infirmerie. Déçue et un peu sonnée, Liberty resta silencieuse en regardant le saule balancer ses longues branches dans tous les sens. Avec un sourire, le sorcier lui a confié que si elle souhaitait arriver à la racine en question sans trop de dégâts, elle devait utiliser le sortilège de blocage : Immobulus.

Cela faisait bientôt un an que Liberty maitrisait ce sortilège. Elle s’était entrainée durant sa quatrième et cinquième année mais sans succès. La bleu et bronze avait réussi à pénétrer deux fois dans le souterrain cette année. Elle fixa une nouvelle fois le saule cogneur et se leva en jetant un regard autour d’elle. Pas un élève à l’horizon. Si elle voulait trouver un endroit frais, elle pouvait peut-être se réfugier dans le souterrain.

Voyant que le Saule Cogneur ne s’agitait que très peu, la sorcière osa avancer un peu plus que d’habitude. Mauvaise idée, une branche vint lui gifler le visage, lui marquant une entaille sur sa jolie figure. Liberty sortit rapidement sa baguette et prononça d'une voix forte :


- Immobulus !

Elle n’attendit pas de voir si son tour de magie fonctionné. Liberty s’était déjà ruée vers le passage secret. Elle continua sa course afin d’être certaine d’être à l’abri. Elle avait pris cette habitude les deux dernières fois où elle avait pénétré dans le souterrain. Aller le plus loin possible afin d’éviter les dégâts. Malheureusement, la pénombre ne lui fit pas apercevoir le jeune homme adossé sur le mur. Liberty se prit les pieds dans les jambes de ce dernier et s’étala de tout long. Elle poussa un cri, le sol lui éraflant une partie de son bras. Sa tête cogna également le sol. Si elle voulait faire passer inaperçu l’entaille sur son visage s’était raté. Liberty resta quelques secondes allongée face contre terre. Elle roula sur le côté pour voir ce qu’elle avait heurté. Si c’était un animal féroce, ou un mage noir, la jeune sorcière était en mauvaise posture vu l’état de son bras droit. Elle poussa un soupir de soulagement en voyant le visage du jeune sorcier qui semblait également dans un mauvais état. Liberty se traina jusque la paroi pour se mettre en position assise.

- Je ne t’avais pas vu …. souffla la jeune blonde.

Elle ramena son bras amoché vers sa poitrine et regarda l’étendue des dégâts. Sa robe blanche, mise en jour de grand soleil, était recouverte de sang et de saleté. Son bras était bien éraflé, mais c’était son visage qui en avait pris un coup. Elle porta sa main sur sa joue endolorie pour essayer de calmer la douleur. Ses yeux s’étant habitué à la pénombre, Liberty leva les yeux vers le coupable de sa chute. La jeune fille remarqua qu’il était également dans un triste état. La chemise déchirée, il devait avoir subi les foudres du Saule Cogneur. Sa joue lui lançant de plus en plus, la douleur était prenante. Elle leva les yeux vers l’inconnu et lui demanda :


- Rien de cassé ?

Liberty ne voulait pas lui poser cette question futile « Ça va ? » Vu leur état, cela aurait été de mauvais gout.
Yuze Perceval Jedusor
Yuze Perceval Jedusor
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Souterrain du Saule Cogneur.
Yuze Perceval Jedusor, le  Ven 7 Juin - 23:07

La douleur s'amplifiait chaque seconde. J'avais de plus en plus mal. Normalement, je devais être résistant, mais là, l'arbre était beaucoup plus puissant que je ne le pensais. Sa force dépassait tout ce que j'aurais pu imaginer. Je ne pensais pas non plus qu'un arbre d'une si grande existence et encore autant de réserves en lui. En pensant à cela, je me disais que j'étais un abruti ... Il avait sûrement subit des dizaines de sortilèges pour le protéger et pour qu'il protège cet endroit qui menait à la cabane hurlante. Alors que j'essayais de me reposer tranquillement, une personne fit irruption dans l'endroit où j'étais et pas de la meilleure façon.

Elle se prie dans mes jambes en me marchant à moitié dessus et tomba à la renverse. Aïe, elle devait s'être fait mal aussi et elle devait être bien amoché. Elle était vêtue d'une robe blanche, quelle idée ? Elle voulait passer par le passage secret du saule cogneur dans un tel accoutrement ? Elle n'avait pas peur en tout cas, mais bon, elle avait raté son coup aussi. Elle avait sûrement subit des coups venant du saule cogneur. Elle avait une éraflure sur la joue, son bras était éraflée et sa robe était imbibée de sang. Et bah, je crois bien qu'elle ait raté sa journée aussi. Elle perdait une robe, moi une chemise blanche que j'adorais.

- Ce n'est pas grave t'inquiète pas et pour ce qui est de cassé rien du tout, mais je ne sais pas si j'ai une hémorragie interne avec ce que j'ai pris comme coup dans l'abdomen par le saule cogneur. Je ne pensais pas qu'il frappait avec un tel force. J'eus eu le souffle coupé sous le choc ... Et toi, tu n'as pas l'air en bonne état non plus, tu vas bien ?

Je lui posais un petit peu une question idiote, mais bon, elle s'était préoccupée de moi et c'était à mon tour de savoir si elle n'était pas plus blessée que moi. Cela m'étonnerait, mais elle avait l'air d'avoir subi un gros coup à la mâchoire vu l'état de cette dernière. Je ne sais pas si c'était elle dont j'avais entendu le cri dehors, mais si c'était le cas, c'était sûr qu'elle était abimée aussi. Enfin bref, il fallait que je m'occupe de moi un petit peu, la douleur au ventre commença à s'estomper, mais il fallait quand même que je fasse attention. Un tel coup pouvait provoquer une hémorragie interne, que l'on ne peut pas apercevoir à l'oeil nu et qui agit très vite et qui peut causer de très graves séquelles à la personne. Bref, je voulais savoir au plus vite à qui je m'adressais. Je ne l'avais jamais vu dans la salle commune de Serpentard et nulle part ailleurs.

- Bon, autant me présenter tout de suite, pour savoir à qui tu parles, je m'appelle Yuze Perceval Jedusor, ravi de faire ta connaissance, même si ce n'est pas le meilleur endroit pour, dis-je en souriant.

Bon, je ne sais pas si elle avait envie de bouger de là où se reposait un petit peu, mais personnellement, si j'ai subi tant de dégâts, c'est pour aller visiter la cabane hurlante. Je voulais vraiment voir si elle faisait aussi peur qu'elle le disait. Bon cela m'étonnerait fortement, mais bon, il fallait que je le vois de mes propres yeux pour être sûr. De toute façon, je ne croyais pas au truc hanté où quelque chose de ce genre. Je ne croyais que ce que je voyais. Les fantômes, certes exister, mais cela n'était pas vraiment un truc qui était " Effrayant " et qui pouvait " Hanter " un endroit, sauf pour les moldus bien évidemment qui y croyait.
Liberty Owen
Liberty Owen
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Liberty Owen, le  Sam 8 Juin - 11:24

Liberty relaissa tomber son bras éraflé. Ce n’était qu’un détail contrairement à l’état de sa joue. Son sang coulait doucement le long de son cou. À l’aide de sa main, elle regarda l’étendue de sa blessure. La bleu et bronze grimaça à ce contact. La plaie n’était pas profonde. L’infirmerie lui arrangera ça avec une petite potion. Ses genoux avaient quelques égratignures, mais ce n’était rien. Le seul problème c’est qu’elle n’était vraiment pas à son avantage. Elle qui adorait être sous son plus beau jour s’était raté. La jeune fille regroupa ses cheveux pour les positionner du côté de son épaule et joue entière. Ses longs cheveux blonds avaient été épargnés par le sang de Liberty.

Le seul point positif, c’est que la jeune sorcière avait réussi à échapper à la chaleur du parc. Il faisait plus frais là où elle se situait actuellement. Liberty posa délicatement sa tête contre le mur pour réfléchir. Elle allait devoir sortir de cet endroit vers la tombée de la nuit pour ne pas affoler les personnes qui se situeraient près du Saule Cogneur. Les élèves rentrent dans le château vers 18h. Mais à cette heure-là, l’orage prévu aura surement éclaté…

Liberty ferma quelques secondes les yeux. Le jeune homme en face d’elle lui répondait à sa question. Elle ouvrit les yeux et afficha un large sourire à sa remarque.
« Je ne sais pas si j'ai une hémorragie interne avec ce que j'ai pris comme coup dans l'abdomen par le Saule Cogneur. » Alala, les hommes, tous les mêmes. À l’agonie au moindre petit bobo ! Bon, il est vrai que l’arbre magique était vraiment puissant. Elle se remémora sa première chute quand elle était en quatrième année. Liberty était vraiment sonné ce jour-là. Au moins, son interlocuteur avait réussi à atteindre le souterrain du premier coup. Pas besoin d’apprendre pendant deux ans un sortilège de blocage. Toujours avec un sourire, la bleu et bronze se redressa.

- Tu veux que je regarde si tu n’es pas en train de mourir ? Montre-moi où l’arbre a frappé.

Liberty se mit en face du jeune homme et eut un petit rire à sa question « Tu vas bien ? ». S’étant rapprochée du jeune homme, il devait voir désormais nettement son visage abimé. Elle leva les yeux vers son visage. Elle venait tout juste de remarquer que la moitié de sa partie gauche de son visage était recouvert d’un bandage. Elle ne s’attarda pas dessus. La jeune sorcière n’aimait pas la vue du sang et de plaie autre part que sur elle. Et dire que ses parents souhaitaient qu’elle devienne guérisseuse. Ils la connaissaient vraiment très mal. Pour détendre l’atmosphère, Liberty lui répondit en souriant :

- Je pète la forme tu vois bien !

La jeune sorcière n’avait pas pour habitude de se plaindre. Elle gardait toutes ses souffrances en elle. C’est pour cela qu’elle arborait toujours un sourire : pour ne rien laisser paraître. Elle dirigea sa main vers le torse du jeune homme pour voir l’étendue des dégâts mais stoppa net son geste lorsque celui-ci se présenta. « Jedusor ». Pas besoin de lui faire un dessin sur le personnage qui se situe en face d’elle. Elle connaissait très bien l’histoire du mage noir qui avait tué tant de personnes. Liberty posa ses mains sur ses genoux doucement, pour ne pas faire de gestes brusques. La bleu et bronze n’était pas effrayée, elle savait que Yuze étudiait à Poudlard. Elle avait déjà remarqué le jeune homme dans les couloirs. Il était assez repérable, avec ses bandages. Le fait de savoir que ce sorcier était un descendant de Voldemort ne la rassura pas. Ils n’étaient pas dans un couloir bondé de monde, ni en salle de classe. Les deux étudiants étaient dans un souterrain, tous les deux certes dans un mauvais état, mais seuls. Liberty jeta rapidement un regard sur le côté. Sa baguette était juste à côté d’elle, ce qui la rassura.

La sorcière adressa un sourire au sorcier. Elle espérait qu’il n’avait pas vu son mouvement de recul après avoir entendu son nom.


- Moi c’est Liberty. Je suis chez les Serdaigles.

La sorcière n’avait pas dit son nom. Prise de paranoïa, elle ne voulait pas que le sorcier sache son identité entière. Liberty avait jugé judicieux de préciser qu’elle était chez les Serdaigles. Cette maison était réputée pour avoir des élèves très studieux et rigoureux. Cela sous-entendait chez elle, que la bleue et bronze maitrisait de nombreux sortilèges.
Yuze Perceval Jedusor
Yuze Perceval Jedusor
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Souterrain du Saule Cogneur.
Yuze Perceval Jedusor, le  Sam 8 Juin - 12:16

Je voyais bien qu'elle n'allait pas si bien qu'elle le disait, mais bon, je n'évoquais pas plus le sujet que ça. Si elle ne voulait pas d'aide, tant pis ... Au moins, j'aurais pu venir à son aide, mais on dirait que c'était elle qui voulait m'aider. Bon certes, j'exagérais peut-être un petit peu en disant que j'avais une hémorragie interne juste à cause d'un coup dans l'abdomen, mais cela pouvait être possible. Cela ne se voyait pas et ne se sentait pas au début, mais lorsque les premières douleurs arrivaient, il fallait vite aller se faire soigner sinon, on risquait la mort. Enfin bref, elle s'était rapprochée de moi pour s'occuper de mon abdomen et j'en profitais pour la regarder de plus près. Enfin, dans le noir, j'avais eu du mal à l'apercevoir et maintenant, elle se trouvait devant moi.

Elle avait un charmant visage avec une belle chevelure blonde et des yeux verts. Tout l'ensemble faisait une belle fille et elle avait une silhouette fine. Tandis qu'elle posait sa main sur mes abdominaux, je me présentais en même temps et elle eut un mouvement de recul en retirant sa main. Comme bien évidemment, c'était une personne qui n'aimait pas la grande famille de mages noirs et qui la craignait. Cela ne m'étonnait pas, elle était plus jeune que moi en voyant son visage et un petit peu plus petite. Elle jeta un coup d'oeil à sa baguette qui se trouvait à quelques mètres d'elle. De toute façon, une chose est sûre, c'est qu'elle n'avait rien à craindre de moi. Je n'avais jamais frappé une fille de ma vie te ça n'allait pas être aujourd'hui que çela allait commencer. Elle avait sûrement peur, d'une à cause de mon nom et de deux, qu'elle se trouvait dans un endroit où personne ne viendrait et qu'on était tous les deux.

- Ah làlà ... Tu sais, même si je suis un Jedusor, dis-toi, que je n'ai jamais frappé où attaquer une fille et ça ne va pas être aujourd'hui que cela va commencer, donc tu n'as rien à craindre de moi ... Liberty ? C'est un jolie prénom ... C'est la première fois que j'entends une personne avec un tel nom.

Après lui avait dit qu'elle n'avait rien à craindre, je lui fis un sourire pour lui faire comprendre que ce que je disais était sincère. Serdaigle ? Hum ... Au moins, elle ne faisait pas partie des poufsouffles, la seule maison que je ne pouvais pas encadrer. Tous des lâches sans aucun but dans leur vie qui fuyait à la moindre occasion. Et de plus, la maison des aigles était la première après Serpentard que j'appréciais. Les lions eux se croyaient trop puissants, car ils croyaient faire partie de la meilleure maison de Poudlard, mais ce n'en était pas ... Vu les cas qui s'y trouvait, la meilleure maison devait sans nul doute être les Serpents.

- Serdaigle, au moins, tu fais partie de la première maison que je préfère après Serpentard. Loyal et Fier de leur maison les aigles ... C'est une qualité que j'approuve énormément. Mais bon, même si tu aurais fait partie d'une autre maison, comme je te l'ai dis, je n'ai jamais frappé une fille, donc voilà ...

Bon, une autre question me trottait en tête, pourquoi était-elle venue ici ? C'était pas normale qu'une fille en robe blanche décide de se rendre dans le souterrain du Saule Cogneur. Bon, elle allait se poser la même question pour moi, mais bon, pour éviter qu'elle me pose la question, j'allais lui dire en même temps.

- Sans indiscrétion, pourquoi une si charmante fille en robe blanche veut aller dans le souterrain du Saule Cogneur ? Moi, j'étais venu pour aller à la Cabane Hurlante, mais je crois qu'après ce coup, je n'irais pas. Puis, pour l'endroit où m'a frapper l'arbre, c'est dans mes abdominaux. Moi qui croyait ne pas avoir mal et bah je me suis trompé.

Posant ma tête sur le mur froid, je regardais la blonde qui se trouvait juste en face de moi. C'était une personne avec un air sympathique. Bon, après ce que je lui avais dit, j'espérais qu'elle reste là où qu'elle ma parle un petit peu plus et qu'elle reprenne confiance en elle. Enfin, qu'elle ait de l'assurance avec moi. Ce que je lui avais dit était sincère de toute façon. Je ne mentais jamais. Je disais ce que j'avais sur le cœur et ne me défilait pas au premier conflit avec une personne.
Liberty Owen
Liberty Owen
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Liberty Owen, le  Sam 8 Juin - 19:13

Liberty gardait une certaine distance face à son interlocuteur. Distance insuffisante, lui soufflait une petite voix. Yuze ne semblait pas désagréable, encore moins dangereux. C’est ce que les gens pensaient de lui également, pensa Liberty. Le jeune homme avait remarqué le mouvement de recul de la bleue et bronze. Il lui fit remarquer qu’il n’avait jamais attaqué une fille de sa vie. Mouais… Liberty ne savait pas trop comment elle devait prendre cette remarque. Encore un macho qui se sentait supérieur aux femmes ayant un pouvoir ? Ou était-il vraiment sincère ? Toujours est-il qu’une nouvelle fois, la jeune sorcière n’avait pas fait preuve de discrétion. Son regard en direction de sa baguette, ce mouvement de recul devait montrer qu’elle était terrorisée. Ce n’était pourtant pas le cas. Liberty n’avait pas confiance. Cette dernière n’accordait déjà que très rarement sa confiance. Le nom de l’individu en face d’elle n’allait pas jouer en sa faveur.

Jedusor … Liberty connaissait son histoire sur le bout des doigts. L’époque où Lord Voldemort était au pouvoir était révolue. Elle ne devait plus avoir peur. Et pourtant… La sorcière avait entendu des rumeurs concernant des Mangemorts à Londres. Yuze en faisait-il partie ? Liberty continuait à l’observer et à le dévisager malgré la pénombre. Il semblait incapable de faire du mal volontairement à quelqu’un. Soudain, la jeune blonde se posa de multiples questions. De qui était-il le descendant ? Un descendant direct de Salazard Serpentard ou de la famille de moldus ayant également le nom des Jedusor ?

Liberty ne répondit pas à la remarque de Yuze concernant son prénom. Il est vrai que c’est un prénom peu commun. Ses parents souhaitaient un prénom commençant par la lettre L, et elle avait écopé de ce prénom. La sorcière regrettait de ne pas avoir un prénom plus commun tel que Lyse, Laora ou autres. Liberty ne jugea pas utile de demander à quelle maison le jeune homme appartenait. Un Serpentard, sans aucun doute. Un sourire s’afficha sur le visage du sorcier. Il cherchait à nouveau à la rassurer. Qui plus est, il complimentait sa maison, ce qui est rare pour un Serpentard ! Effectivement, Liberty est très fière d’appartenir à la maison des Serdaigles. Sang pur, toute sa famille est passée par la case Serdaigle, sans exception.

- Je n’ai pas peur de toi. Entendre ton nom m’a juste surprise.

C’était en partie vrai. De plus, maintenant Liberty savait qu’elle devait se méfier encore plus de ce sorcier. Même si ce dernier clamait qu’il n’avait jamais attaqué une fille, la sorcière restait vigilante. Liberty écouta la dernière remarque de Yuze. Suite au compliment que celui-ci venait de faire, la jeune sorcière recula vers la paroi en face du jeune homme. Ils étaient toujours très proches, le souterrain étant très étroit mais elle préférait cette situation. Liberty avait laissé tomber son idée « d’examiner » l’abdomen du sorcier.

- Il n’y a rien à voir dans la Cabane Hurlante. C’est juste un endroit mystérieux et très calme. Beaucoup de sorciers croient qu’elle est hantée mais je n’ai rien vu à part de la saleté et d’horribles araignées.

Liberty se massa le cou. Son sang était désormais sec. La sorcière se sentait sale. Ce n’était pas qu’un sentiment. Après avoir entendu la remarque de Yuze concernant sa robe, elle chercha à l’examiner. Il faisait beaucoup trop sombre pour voir à quoi son vêtement ressemblait. Liberty se pencha pour attraper sa baguette, sans un regard pour le Serpentard situé en face d’elle.

- Lumos !

La sorcière dirigea sa baguette. Sa robe était maculée de crasse et de sang. Elle ne voyait pas un seul endroit qui pouvait être encore blanc.

- Tu parlais d’une robe blanche ?

Elle sourit et posa sa baguette. Le sortilège éclairé le souterrain. Liberty pouvait voir que le sorcier souffrait encore du coup porté par l’arbre magique. Elle ne savait pas quoi faire pour soulager sa douleur. Avant de lui proposer son aide, Liberty décida de répondre à la question posée précédemment pour ne pas paraître impolie. Elle fut très évasive.

- Besoin d’adrénaline, sûrement. Je peux faire quelque chose ? Tu veux que je t’accompagne jusqu’à l’infirmerie ?

Si la blonde l’emmenait à l’infirmerie, ils allaient devoir trouver une excuse pour justifier de leur état. Ce n’était pas une très bonne idée, même si dans tous les cas, ils allaient devoir traverser le château dans cet état. Liberty ne savait pas non plus si elle allait avoir la force pour aider Yuze à marcher. Elle n’était pas très grosse et elle risquait de s’écrouler sous ses muscles. La jeune fille espérait que le vert et argent propose de se reposer avant de sortir.

Yuze Perceval Jedusor
Yuze Perceval Jedusor
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Souterrain du Saule Cogneur.
Yuze Perceval Jedusor, le  Dim 9 Juin - 20:21

Pas peur de moi ? Bon, ça j'en doutais un peu vu comment elle avait réagi quand elle avait entendu mon nom. Pourquoi aurait-elle était surprise ? Elle en connaissait pas la famille Jedusor et c'était la première fois qu'elle en entendait parler ? Cela m'étonnerait fortement, mais bon, peut-être ne croyait-elle pas voir un descendant de l'une des plus grandes familles de mages noirs quand elle avait décidé de se rendre dans le souterrain du Saule Cogneur. Elle pensait peut-être se retrouvait seul, comme quoi, mais non, moi j'étais là et elle aussi était là, mais moi, j'étais venu pour aller voir la cabane hurlante, mais d'après elle, ce n'était pas le meilleur endroit à visiter. Bon, on m'en avait déjà parlé, mais bon ... J'étais du même avis elle, il ne devait rien y avoir d'impressionnant et elle me l'affirmait. Elle avait aussi peur des araignées, un peu comme toutes les filles de cette planète en faits. Je ne vois pas ce qu'elle répugnait à ces petites bêtes qui ne leur avaient rien fait. Moi je les aimais bien. J'en prenais de temps en temps dans mes mains pour m'amuser avec comme un petit enfant et je les laissais repartir. Enfin bref, passons ce sujet.

Bon c'était vrai qu'avec un petit de lumière qu'elle avait produit, on voyait mieux et pour tout dire sa robe qui était normalement blanche était maintenant plein de crasse et de saleté et ne ressemblait plus à rien. Je ne savais même pas si un moldu aurait réussi à récupérer toute cette terre avec leur produit de ménage où je ne sais trop quoi. Seul un vrai tour de magie pouvait sûrement décrasser la robe. C'était ça l'avantage d'être un sorcier et de ne pas être un moldu où cracmol. On avait des particularités que les autres n'avaient pas et cela nous donner tellement davantage qu'on ne les comptait plus. Enfin bref, je lui lançais un petit sourire compatissant pour sa robe en rigolant à moitié. Cela m'étonnait qu'elle n'ait pas criait dans tous les sens à cause de l'état de son vêtement. Beaucoup de filles auraient déjà pété un câble en chialant à moitié en disant qu'ils avaient payé une fortune, bla bla et bla bla ... Franchement, si elle aurait été comme ça, je ne sais pas si j'aurais eu la force à rester avec elle pour l'entendre piailler dans tous les sens. Franchement, je n'aurais pas tenu.

- Désolé pour ta robe, heureusement que nous sommes des sorciers, car un simple moldu, n'aurait surement pas réussi à rattraper toutes les saletés qui s'y trouvait.

Elle avait l'air de toujours vouloir m'aider même après ce que je lui ai dit mon nom, mais bon, je la remerciais intérieurement, mais je préférais rester le temps que ma douleur passe plutôt que d'aller à l'infirmerie où on me poserait déjà des tonnes de questions, d'une, pour savoir comment cela était arrivé et si on leur disait qu'on avait essayé de passer par le saule cogneur, cela allait mal tourner et de deux, des questions sur les bandages qui ornaient mon visage pour savoir ce qui m'était arrivé là aussi et franchement, je n'avais pas envie de leur répondre et si je ne donnais pas réponse à leur demande, ils allaient me garder en me demandant d'enlever les bandages et ensuite ils inventeront une histoire qui pourraient me faire renvoyer du château, enfin bref, je n'avais pas envie et j'allais lui faire comprendre. Je ne sais pas si elle avait envie d'y aller, mais si son cas pressée, je pouvais toujours l'accompagner moi ... Je m'en irais au moment où elle rentrerait dans l'infirmerie et retournerait à la salle commune de Serpentard où dans le parc pour me reposer le temps que mes douleurs passent.

- Non, ne te fais pas du soucis pour moi, j'ai connu bien pire et pour l'infirmerie ce n'est même pas la peine, je n'ai pas envie qu'on me pose des centaines de questions concernant ce qui m'ait arrivé à l'abdomen d'une, et de deux, ce qui m'est arrivé au visage, mais bon, si toi tu as besoin d'y aller je peux toujours t'y accompagner. Je te laisserais quand nous serons arrivés à l'infirmerie. Comme tu le souhaites !
dis-je en souriant. Drôle poussée d'adrénaline, dis-moi, mais bon, tu aurais pu revêtir une autre tenue je pense pour cela, dis-je en rigolant à moitié. Tu ne préfères pas les montagnes russes que fabriquent les moldus par exemple ? Où alors, un petit plongeon avec le calmar géant qui se trouve dans le lac du château.

J'essayais de détendre l'atmosphère en attendant une réponse de sa part. Je n'étais pas très fort pour entamer une bonne discussion avec quelqu'un et je préférais laisser le sujet à l'autre.
Liberty Owen
Liberty Owen
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Liberty Owen, le  Dim 9 Juin - 21:48

La première partie de la phrase de Yuze fit sourire Liberty. Il était désolé pour sa robe. Devait-elle être désolée pour sa chemise déchiquetée ? La sorcière se moquait de l’état de sa robe. De un, d’un coup de baguette, son vêtement serait comme neuf. De deux, elle n’était pas ce genre de fille a obnubilé par son physique. Effectivement, elle était gênée d’être dans cet état devant un élève de Poudlard. Mais de toute évidence, elle ne pouvait pas remédier à la situation. De plus, les deux sorciers étaient dans le même état. Elle, crade et lui… épuisait par le coup qu’il venait de se prendre dans l’abdomen. Liberty aurait eu le comportement typique de la jeune fille superficielle devant ses amies. La blonde ne réagit pas comme ça devant le vert et argent car cela aurait été pure comédie. Liberty n’était pas dans une si mauvaise posture après tout. Sa blessure à la joue lui brulait encore mais c’était supportable.

Liberty fronça les sourcils à la dernière partie de sa phrase. Les Serpentards avaient ce don pour dénigrer les moldus à la moindre occasion. Ce comportement agaçait Liberty au plus haut point mais elle chercha à masquer son sentiment. Elle détourna le regard et fixa la lumière que produisait sa baguette. Sa remarque était vraie, un moldu n’aurait certainement pas réussi à rattraper l’état de sa robe. La jeune fille n’aimait pas le mépris pour ces gens que sous-entendait Yuze. Bien que la bleue et bronze soit issue d’une famille de sang pur, les moldus ne la dérangeaient pas. Elle les trouvait d’ailleurs très intelligents notamment avec la création de toutes ces nouvelles technologies. Durant les vacances scolaires, la jeune fille fréquente quelques personnes sans pouvoirs magiques pour sortir et se changer les idées. Elle passait toujours pour une attardée lorsqu’elle disait ne pas avoir de téléphone portable ou d’ordinateur. C’est comme ça qu’elle étudiait les pratiques des non-sorciers. Evidemment, ces derniers ne savent rien des pouvoirs de Liberty.

Celle-ci releva les yeux vers Yuze quand celui-ci reprit la parole. Au moins, ils étaient sur la même longueur d’onde concernant l’infirmerie. « J’ai connu bien pire ». Cette remarque ne surprenait pas Liberty. Sur ces paroles, cette dernière se permit d’analyser ses bandages. Le sorcier devait certainement parler des pansements qui recouvraient son visage. Liberty se demanda alors ce qu’il avait bien pu lui arriver. Cependant, elle n’osa pas aborder ce sujet. La jeune fille n’aimait pas parler de son histoire et comprenait que son interlocuteur ne se confie pas à une inconnue, inconnue qui lui a prouvé qu’elle méprisait sa famille.

- Non c’est bon, je n’ai rien de grave. Pas la peine d’aller à l’infirmerie pour moi. Tu … personne n’a regardé ta blessure à ton visage ?

Elle lui posait cette question car si les personnels du château n’étaient pas au courant de son état, il avait dû aller à Ste Mangouste. Cela signifiait que Yuze avait une blessure très grave pour que cette dernière reste couverte. Les guérisseurs arrivent toujours à faire disparaître les plaies et les blessures. Sauf s’il s’agissait de magie noire. Ses bandages ne permettaient pas à Liberty de voir quoi que ce soit. La bleue et bronze remarqua qu’elle fixait les blessures du jeune homme. Elle cessa lorsqu’elle se rendit compte que son comportement était plus que mal polie.

- Excuse-moi, dis-je avec un sourire. Tes bandages m’intriguent.

Liberty rit à la remarque du sorcier. Décidément, il était obnubilé par sa robe blanche. À moins que celle-ci fasse trop habillée ? Liberty essaya de se regarder rapidement. Bah quoi ? Il ne s’était pas rendu compte qu’il faisait une chaleur dehors ? La blonde pourrait faire bien des remarques sur son état actuel. La chemise de Yuze ne cachait plus grand-chose.

Liberty regarda le Serpentard d’un air interrogateur. Des « montagnes russes » ? À quoi correspondait cette formulation ? La jeune fille allait devoir retravailler son vocabulaire de moldu.


- Tu parles de ces manèges qui vont dans tous les sens ? Les balais sont encore plus rapides que ces machines !

Voilà maintenant qu’elle dénigrait avec ce sorcier les outils des moldus. Elle regretta ses paroles et rebondit sur sa dernière remarque avec un grand sourire afin de changer de sujet.

- Je pense que cette robe aurait été beaucoup plus inappropriée si j’avais voulu faire un plongeon dans le lac, tu ne crois pas ?!
Yuze Perceval Jedusor
Yuze Perceval Jedusor
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Souterrain du Saule Cogneur Empty
Souterrain du Saule Cogneur.
Yuze Perceval Jedusor, le  Mar 11 Juin - 17:23

Elle fronça les sourcils quand j'eus prononcé le mot moldu et que je disais qu'une certaine manière, qu'ils étaient inutiles dans le monde en quelque sorte et qu'ils avaient beaucoup moins d'avantages que les sorciers, mais bon, je tenais mes propos et je n'allais pas dire le contraire de ce que je pensais. Je n'étais pas une personne qui mentait et encore moins qui parlait dans le dos des autres. Bon, certes, certains sorciers aimaient les personnes sans pouvoirs magiques et je les appréciais moins, mais il en existait et Liberty devait en faire partie. Certes, je ne rejetais aucune personne comme ça, au contraire, ils avaient leur point de vue et moi les miens. Ce qui était sûr, c'est que jamais de ma vie, je ne traînerais avec une personne moldu. Enfin ... Je dis ça, mais ma soeur adoptive en était une, mais il y a une exception à tout et elle l'était. Mais malheureusement, aujourd'hui je ne pouvais plus la revoir à cause d'un imbécile, mais ça c'était une autre histoire que j'allais régler beaucoup plus tard.

En effet, personne n'avait jamais regardé mon visage pour essayer de le soigner, mais je comptais bien le faire le plus tôt possible. Il fallait que j'aille à l'hôpital sainte-mangouste dans les prochains jours pour savoir s'il y avait un espoir de me soigner, mais j'en doutais fort, mais j'avais un petit peu d'espoir, car seul les blessures causaient par la magie noire ne pouvait être soigné. Et cela n'était pas de la magie noire. Je ne sais pas pourquoi je n'y avais pas été avant en fait, j'aurais pu être soigné il y a bien longtemps et vivre une vie paisible, mais je n'y avais pas pensé. En fait, je n'avais pas eu le courage, de peur qu'on me pose des tonnes de questions en me demandant pourquoi j'avais fait cela et pourquoi j'avais demandé de l'aide à des sorciers vaudous et non pas à des experts. Cela n'aurait jamais fini, mais aujourd'hui, j'étais décidé à y aller, mais je n'avais pas encore prévu de date.

- Non, personne, même pas l'hôpital sainte-mangouste, mais je compte m'y rendre bientôt pour savoir s'ils peuvent soigner ma blessure ... Il y a peut-être une chance, je verrais bien quand j'irais, dis-je en souriant.

Les balais étaient plus rapides que ça. Je n'en doutais pas bien évidemment, mais je ne pouvais pas affirmer ce qu'elle disait vu que je n'avais jamais monté un balai et que je ne pratiquais pas le quidditch. Je n'avais jamais vu un vrai match de ma vie et je ne comptais pas y aller un jour. Cela ne m'intéressait pas du tout de regarder des gens en train de voler sur des balais pour attraper des balles et les envoyer dans des anneaux. C'était un petit peu un jeu similaire au bastek ... bastik ou un truc dans ce genre que pratique les moldus. Je m'en souviens plus du nom, mais en tout cas, c'était un jeu tout aussi pourri. Enfin bref, il fallait que j'arrive à sortir de là maintenant. Regardant autour de moi je ne vis aucune autre sorite à part celle d'où l'on venait. Et bien, on était pas dans la Mer** pour sortir vivant. Je me demandais bien comment on allait faire, car je ne pense pas que la blonde veuille rester elle aussi plus longtemps ici à regarder les vers de terre.

- Sinon, tu as une idée pour sortir en vie d'ici, car je ne suis jamais venue ici et je ne sais pas s'il y a un autre endroit pour sortir en vie à part par le même par lequel nous sommes rentrés.

Bon maintenant, je réfléchissais à une solution, mais bon, j'espérais qu'elle en ait une aussi, car les miennes n'étaient pas toujours les meilleurs.
Contenu sponsorisé

Souterrain du Saule Cogneur Empty
Re: Souterrain du Saule Cogneur
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 5

 Souterrain du Saule Cogneur

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.