AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 3
À l'hôtel
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


À l'hôtel

Message par : Axelle Higgs, Mer 1 Mai 2013 - 23:19


[Autorisation d'E. Benson pour l'ouverture du sujet]

{PV F. Zichentra}


Peu de temps après l'arrivée du capitaine de quidditch au Chaudron Baveur, le couple avait décidé de changer leur plan. Le cocktail qu'avait donné la sorcière au Serpentard avait eut l'effet escompté. Le Nikki la sauvage, une conception de Sullivan, faisait en sorte qu'on devenait tout à coup plus sociale et qu'on avait un grand besoin d'affection. Ça n'avait pris que quelques gorgées avant que Zichentra propose à sa copine de prendre un hôtel pour la nuit. À Poudlard, c'était difficile de se retrouver seuls. Du coup, Axelle avait trouvé l'idée excellent et vu la tension qui régnait dans le bars, Zichentra en profita rapidement pour se sauver, entraînant sa copine avec lui, qui lévitait toujours.

Au passage, la sorcière attrapa trois cocktails (c'était le maximum qu'elle pouvait tenir sans tout faire casser) et, une fois à l'extérieur, elle en donna un à Flavius et cala le deuxième. Pour le garçon, elle avait choisi son cocktail "La grosse bavure" et pour elle le "Red hot Chili Shooters", car ça lui faisait penser à un ancien groupe de musique alternatif. C'était fort au début, puis ça s'adoucit par la suite. Sans doute que la magie avait un lien à voir. Le petit couple était resté près de la porte d'entrée, le temps d'engloutir tout ce liquide alcoolisé.

Bref, il restait un troisième cocktail et Axelle avait encore une fois choisi un Nikki la Sauvage. Fallait pas se le cacher, le cocktail préparée par Nikki était très bon ! La sorcière en prit près de la moitié et elle tendit ensuite le verre à Flavius. Au même moment, la sorcière retomba sur ses deux pieds dans un bruit sourd et la douleur résonna dans ses jambes. Oh, il n'y avait plus cet effet de lévitation, tant pis.

Ou, tant mieux. Il fallait dire qu'au contraire de son petit ami, Axelle avait beaucoup carburé et qu'il était fort probable qu'elle vomisse ou un truc pas classe du genre. Tout tournait et elle s'accrocha à a main de son capitaine. Elle lui faisait beaucoup plus confiance à lui qu'à elle pour trouver un endroit où dormir.

- Allez, vaasss-y, je te suiiis !

Et c'est ainsi que le couple déambula dans les rues de Londres, à la recherche d'un lieu accueillant, si possible avec un lit immense et d'épaisses couettes !
Revenir en haut Aller en bas
Flavius Zichentra
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'hôtel

Message par : Flavius Zichentra, Jeu 16 Mai 2013 - 16:08


Encore quelques cocktails bus à la sortie du bar et le couple partit en quête d'un hôtel pour la nuit. L'alcool avait fait ses premiers effets sur Flavius mais l'effet qui se faisait le plus ressentir était celui conféré par le mélange de Nikki qui provoquait en Flavius un désir fulgurant envers sa petite amie. Quant à Axelle, les cocktails ingurgités semblaient avoir produits leurs effets depuis longtemps puisqu'elle s'était attrapé au capitaine de quidditch, certainement pour ne pas tomber et marcher le plus droit possible.
C'est dans cette ambiance que les deux partirent à travers l'ombre des rues de Londres chercher un hôtel. En fait, il semblait qu'Axelle s'était contentée de suivre Zichentra en lui confiant la tâche de choisir un hôtel convenable, pas trop cher mais pas trop piteux non plus. Il était plus de 22 heures et peut-être était-il trop tard ?
Arrivés à un carrefour où se croisaient deux étroites ruelles, se trouvait dans un coin un petit hôtel qui ne devait pas avoir plus de deux étages, les lumières en bas étaient encore allumées ce qui présumait la présence de quelqu'un à l'accueil.


On va tenter celui-là, annonça Flavius

Axelle ne s'opposa guère à la proposition de Zichentra et les deux entrèrent dans l'hôtel. Tout était silencieux, l'intérieur, une salle relativement petite était plutôt ancien mais pas trop riche. Les murs étaient d'une couleur jaune sable alors que le plafond était recouvert de planches et sur lesquelles pendaient deux petits lustres sur lesquels des bougies étaient allumées.
Flavius s'avança vers le comptoir car il y avait repéré une sonnette mais il sursauté lorsqu'il vit que derrière le comptoir se tenait un nain qui leva les yeux vers le serpentard et dit d'une voix tout à fait naturelle :


C'est pour une chambre ?


Et bien oui, nous aimerions une chambre pour deux s'il vous reste de la place, avec un lit double cela va sans dire, répondit Flavius

Le nain monta sur son tabouret et regarda Axelle de la tête au pied qui se trouvait juste derrière Flavius, il marmonna :

Cela va sans dire, oui...

Puis le nain glissa ses jambes vers l'avant et se rassit sur son tabouret et tout en sortant un cahier remplit de tableaux et en écrivant quelque chose il dit :

Nous avons toujours de la place ici jeunes gens.

Puis il fixa Flavius à nouveau et dit :

Ne faut-il pas se fier aux apparences ?

Flavius haussa les épaules, ne comprennant pas trop ce que disait le nain. Il fallait dire que l'alcool avait doublé ses effets depuis le temps que les deux étaient partis au bar. Zichentra sourit à Axelle et l'attrapa par la main. Le nain lui demanda encore son nom puis les invita à le suivre, il sauta de son tabouret et ouvrit une porte en bois. A l'étonnement des deux jeunes élèves, la porte donnait sur un couloir de près de 200 mètres et le nain les regarda et sourit à leurs réactions puis continua à marcher à travers le couloir en disant :

Ne jamais se fier aux apparences M. Zichentra... Et vous avez de la chance car nous ne sommes pas en période de pointe, car il m'aurait fallu vous loger dans un chambre se trouvant dans les quelques dizaines d'étages dont nous possédons, et oui, le bâtiment n'est peut-être pas très haut mais il descend dans de grandes profondeurs.

Le nain s'arrêta près de la porte avec le numéro 138 qui se trouvait à une centaine de mètres de la salle d'accueil puis il ouvrit la porte et remis les clefs à Axelle et dit avec un sourire :

Je vous souhaite une agréable nuitée.

Puis il partit en direction de l'accueil et glissa :

En bonne compagnie qui plus est.

Zichentra sourit en regardant le nain repartir alors qu'Axelle était déjà entrée dans la chambre d'un pas léger. Les effets du cocktail de Nikki ne s'étaient pas du tout estompés, bien au contraire, ce qui conduisit le jeune capitaine de quidditch à entrer dans la chambre. C'était une salle relativement spacieuse et drôlement meublée. Toute la chambre était éclairées à l'aide de bougies accrochées le long du mur. Le lit était plus grand que ce à quoi Flavius s'attendait, on aurait pu y faire dormir largement trois personnes. Flavius enleva ses chaussures et marcha sur un grand tapis bien épais et s'étala sur le lit en attendant miss Higgs puis il lui dit :

C'est vraiment un bon plan cet hôtel, même si le nain a l'air bizarre.

Jeta un regard sur la seule fenêtre qui donnait sur une ruelle déserte où seul un chat noir s'amusait à sauter sur une pile de tables rangées d'un restaurant.
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: À l'hôtel

Message par : Axelle Higgs, Ven 17 Mai 2013 - 5:59


Quelques temps passa, mais impossible de déterminer s'il s'agissait de minutes ou d'heures. À vrai dire, l'alcool venait de monter dangereusement à la tête de la préfète et conscience et bon sens quittaient bientôt le fort, alors qu'insouciance et ivresse sonnaient déjà à la porte. Bref, toute la concentration d'Axelle était axé sur sa démarche : droite et pas trop tangente. Se tenant fermement à son copain, elle déambulait dans Londres, sans trop savoir où elle était, exactement.

- On va tenter celui-là, fit le capitaine de quidditch.
- Hm-hmm, comm' t'veux

Ils entrèrent à l'intérieur du bâtiment qu'avait préalablement désigné Flavius, et ce dernier s'avança vers le comptoir. Un peu à l'écart, Axelle laissa le garçon régler le tout et remarque que le préposé était un nain, ou peut-être un gobelin. Trop saoule pour faire la différence, anyway. Discutant avec le sorcier, le préposé monta à un moment sur son tabouret afin de mieux voir la jeune femme.

- Cela va sans dire, oui...

Hein, what the f*ck ? Bof, à vrai dire, la sorcière suivait pas du tout la conversation. Une chambre, et vite. Finalement, ils suivirent le préposé à travers un long corridor. Étonnant, cet hôtel. C'est à la porte numéro 138 que le nain s'arrêta et fit volte-face au couple. Par galanterie, il ouvrit la porte et tendit les clefs à Higgs la brune, leur souhaitant une bonne nuit, avec un sourire goguenard et pervers qui voulait tout dire. «Sûrement une meilleur que la tienne, hein» pensa la jeune femme, ne montrant ses pensées que par un sourire en coin, s'engouffrant dans la suite 138, ou chambre, mais c'moins classe.

Zichentra suivit la sorcière, tout en enlevant ses chaussures. Après avoir souligné que l'hôtel c'était vraiment une bonne idée, malgré l'étrange attitude du nain -alors, c'était bien un nain!-, le jeune homme s'étendit sur le lit. Son regard voulait tout dire et Higgs la Brune fit négligemment tomber ses talons hauts de ses pieds. La moquette blanche et épaisse était confortable : on se sentait comme sur un nuage.

Elle rejoignit le lit en manquant de tomber et, ricanant, miss Higgs trouva dommage de ne plus avoir d'alcool sous la main... Ohhhh, mais attendez et si ? Axelle tourna rapidement la tête et tout le décor devint flou. Une fois le tout revenu à la normale, son regard se porta sur le mini-bar de a chambre : oh yeah ! Se dirigeant rapidement ver le petit réfrigérateur, elle ouvrit la porte et sortie une belle bouteille de Jack Daniel's. Oh mama, thank you.

Un grand sourire vainqueur aux lèvres, elle se dirigea vers le lit où se trouvait le chanceux Zichentra. C'est vrai, il allait passer la nuit avec une Higgs, ce n'était pas n'importe quoi. Sans aucune douceur elle bondit sur le matelas et s'installa sur le lit, ouvrant ensuite la bouteille. Sans aucun classe, don't give a f*ck, Axelle bu a même le goulot, renversa la tête ver l'arrière.


- Tiens ! fit-elle simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Flavius Zichentra
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'hôtel

Message par : Flavius Zichentra, Mer 22 Mai 2013 - 16:02


Flavius sourit lorsqu'il vit sa petite amie enlever ses talons hauts de ses pieds pour venir le rejoindre. Mais à peine Flavius s'était-il approché d'Axelle pour l'embrasser que celle-ci se releva pour quitter le lit et s'approcher du frigo qu'elle avait repéré duquel elle sortit une bouteille de Jack Daniels. Ce qui était drôle, c'était de voir comment ces quelques mètres pouvaient s'avérer difficiles pour Miss Higgs qui marchait de gauche à droite pour rejoindre le lit, la bouteille à la main. Elle se jeta sur le lit et après avoir bu une gorgée qui semblait assez grosse, elle tendit la bouteille envers Flavius qui en profita pour en boire quelques gorgées aussi puis il reposa ensuite la bouteille sur un meuble à côté.
L'hôtel avait été une bonne idée pour le couple qui n'avait en vérité jamais eu l'occasion de passer une nuit entière ensemble puisque les dortoirs des verts et argents ne le permettaient pas. Flavius en avait oublié l'étrange dispute avec Charli et il ne pensait plus qu'à l'instant présent. Même si le cocktail de Nikki commençait à perdre effet, c'était des sentiments réels qui avaient pris le relais. Zichentra se jeta sur Axelle et vint coller ses lèvres à celles de la Higgs. Leurs coeurs battaient forts à mesure que l'ambiance devenait de plus en plus ardente. Tout se passait pour le mieux et passionnément, les deux en avaient été conduits à commencer à enlever leurs habits, en commençant par le haut. Mais soudainement, un grand éclat jaune éclaira la suite et se fit suivre d'un bruit sourd. De stupeur, Flavius, qui se trouvait sur Axelle, était retombé sur le côté et tous deux regardèrent par la fenêtre. Le chat noir s'était enfuit rapidement, laissant place à la venue de trois individus étrangement vêtus identiquement et d'un homme qui semblait retenu captif.
Les trois personnes portaient de grandes robes mauves et leurs visages étaient cachés par des capuches. Ils tenaient tous les trois leurs baguettes à la main et les tendaient vers l'homme qui restait immobile, sans doute avait-il était pétrifié.
Flavius remit rapidement sa chemise, reboutonna son pantalon et s'approcha doucement de la fenêtre et dit :


Il s'passe quoi ici purée ?

La situation était d'autant plus dangereuse que la fenêtre ne se trouvait qu'à une quinzaine de mètres du conflit et que les deux élèves se trouvaient au rez-de-chaussé.
C'est avec la même difficulté qu'avait connu Axelle quelques minutes auparavant que Flavius marcha jusqu'à la fenêtre et se mit derrière le mur de façon à ne pas être aperçu par le "gang". Il ne fallu même pas un signe pour qu'Axelle envoi la baguette à son petit ami.
Flavius entrouvrit légèrement la fenêtre pour comprendre de quoi il s'agissait. Les trois individus pointaient toujours leurs baguettes envers le pauvre homme de taille moyenne, qui portait des lunettes. L'un d'entre eux, qui semblait être une femme à l'entente de sa voix, dit :


Si tes amis ne viennent pas avec la rune, tu finiras comme le reste de tes camarades, allongé sur un tas de cadavres...

La soirée qui avait si bien commencé semblait se corser un peu, Flavius se retourna vers Axelle et chuchota :

C'est eux les mangemorts ?

Après quelques instants, une voix plus lointaine dit :

Laissez-le, je vous ai apporté ce qu'il vous faut !

Un homme en costume s'approcha avec un paquet dans la main qu'il tendait envers les trois hommes en robes. Il s'agissait d'un homme âgé d'au moins 50 ans qui portait une moustache bien épaisse. Il avait un gros cigare allumé coincé entre ses dents.
Les trois se retournèrent vers lui et l'un d'entre eux s'exprima :


Je ne pensais pas que tu viendrais seul, Grobdjick, sans aucune tentative de négociation.

Le moustachu, sourit, et recracha la fumée du cigare puis, le coupant, il le rangea dans une boite et d'un ton serein, tout en acquiesçant ce que disait l'homme cagoulé, il dit :

Non, et tu avais bien raison.

Il sortit soudainement sa baguette alors que cinq chats arrivèrent, le chat noir qui était présent sur les lieux auparavant les devançant, en courant vers le lieu de l'action et se transformèrent rapidement en hommes, il s'agissait donc d'animagus. Ils sortirent tous leurs baguettes en direction des trois individus. Des faisceaux lumineux commencèrent à jaillir dans tous les sens dès lors que les trois individus en robe mauve dont le visage était toujours caché par leurs grosses capuches avaient sortis leurs baguettes.
La situation semblait plus avantageuse pour Grobdjik et les cinq animagus mais cela cessa dès lors que vint une dizaine d'autres individus dans les mêmes robes mauves en venant du ciel, comme s'ils avaient sautés des toits des différents immeubles des ruelles...
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: À l'hôtel

Message par : Axelle Higgs, Sam 1 Juin 2013 - 7:55


Alors que pour une fois, une fois où les deux adolescents avaient une intimité de qualité, un éclair zébra la fenêtre. Enfin c'est ce qu'avait aperçu la sorcière de son point de vue. Soupirant presque, car n'était pas assez lucide pour comprendre que la situation pouvait être dangereuse, la jeune femme releva le haut de sa robe et son regard azuré se dirigea vers la fenêtre. Là, son regard s'étonna et, tout à coup plus attentive, elle s'abaissa afin de ne pas être vue et observa la scène qui se déroulait sous ses yeux. Définitivement, ce n'était pas très catholique. Vêtus de robes mauves, seul l'un deux se démarquait par ses habits normaux, mais également sa position soumise.

- Il s'passe quoi ici purée ? fit la voix de Zichentra.

Pour toute réponse, elle lui envoya sa baguette alors qu'il s'approchai de la fenêtre. L'adolescente, elle, préférait rester sur le lit. Le taux d'alcoolémie dans son sang était bien trop élevé pour que la sorcière soit réactive. Le Serpentard avait ouvert la fenêtre et des bribes de conversation parvenait à eux.

- Si tes amis ne viennent pas avec la rune, tu finiras comme le reste de tes camarades, allongé sur un tas de cadavres...

Sympa, songea la jeune sorcière, tandis que Flavius s'était retourné vers sa copine, un regard intrigué :

- C'est eux les mangemorts ?
- Non, trancha-t-elle d'une vois assurée, trop même.

Après quelques instants, avant que le pauvre homme puisse périr, il y eu une nouvelle intervention :

- Laissez-le, je vous ai apporté ce qu'il vous faut !
- Je ne pensais pas que tu viendrais seul, Grobdjick, sans aucune tentative de négociation.

Après avoir recraché la bouffé de son énorme cigare, il répondit :

- Non, et tu avais bien raison.

Tout se passa très vite et le nouvel arrivant sorti sa baguette, prêt à attaquer. Des sorciers, des animagus en fait, arrivèrent ensuite mais Axelle zappa se détail, l'alcool était trop présent dans ses veines, sa concentration était une vraie montagne russe. Chose certaine, ce petit groupuscule était fort intriguant. Il y eut bataille et les faisceaux lumineux, éclairs, rayons et tout autre effet magique aveuglèrent Higgs la brune qui avait déjà assez le tournis comme ça.

Puis, après quelques instants, les renforts du camps des mauves arrivèrent. What de fuck ? Immobile comme un félin, la sorcière observait la scène avec un certain intérêt car elle ne comprenait pas du tout d'où provenait tout ses hommes et encore moins leur but. L'alcool était-elle en jeu et elle hallucinait des choses impossibles ?

Mais, tout à coup, quelque chose d'inattendu se produit. L'alcool était monté rapidement et, contre toute attente, la sorcière dû s'enfermer dans la salle de bain adjacente à la chambre, laissant Zichentra, les mauves, Grodb' et cie en plan. Bien entendu, aucun des deux camps ne remarqua la disparition de la sorcière, peut-être même que le capitaine de qudditch n'avait rien remarqué ? Bref, une fois dans la salle de bain, elle vida ses tripes dans la cuvette, l'alcool créant une désagréable sensation lorsqu'il passa à sens inverse dans l'oesophage.


Revenir en haut Aller en bas
Flavius Zichentra
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'hôtel

Message par : Flavius Zichentra, Lun 3 Juin 2013 - 19:42


La réponse de miss Higgs quant aux mangemorts avait interpellé Flavius qui jeta un regard intrigué rapide à sa petite amie ; Elle avait coupé court à la question, donnant l'air d'être bien trop sûre d'elle. D'où venait cette sûreté ? Mais le bruit des sortilèges qui frappaient les hommes ou qui rebondissaient également contre les murs attirèrent à nouveau l'attention du vert et argent.
L'action était allée croissante et Flavius ne pouvait que regarder discrètement la scène, tentant de rester caché derrière les rideaux de la fenêtre. A vrai dire, Zichentra n'avait jamais été confronté à un combat d'une telle ampleur et le sorcier craignait que sa petite amie ainsi que lui ne soient impliqués malgré eux dans une telle dangerosité. Néanmoins, il n'allait pas les laisser attaquer la chambre ni toucher à Axelle, qui, s'étant rhabillé, semblait planer sur le lit, regardant le combat mais sans vraiment chercher à comprendre ce qui se passait, autant dire que quoi qu'il allait arriver, elle n'allait pas être d'une grande utilité vraisemblablement.
Les hommes des deux camps commencèrent à tomber sous le poids des différents sortilèges de stupéfaction et autre malédictions, mais ceux vêtus de mauve étaient plus nombreux et il semblait qu'ils dominaient le combat. Soudain, parmi les sortilèges prononcés se distingua très clairement le sort que Zichentra redoutait le plus :


Avada Kedavra !

Un frisson parcouru le jeune sorcier et tout lui sembla aller au ralentit. Un jet de lumière vert sortit de la baguette de l'un des hommes en mauve et alla frapper droit un des animagus qui fut projeté violemment contre le mur et, retombant en position assise, resta inerte.

Oh Mer** ! s'écria dans un chuchotis Flavius en se retournant vers Axelle qui s'était relevée et marchait précipitamment mais très difficilement en direction de la salle de bain.

Flavius fronça les sourcils en voyant que miss Higgs était préoccupée par d'autres affaires et ne semblait se soucier du réel danger qui se trouvait de l'autre côté de la fenêtre. Dans toute cette panique, une idée traversa l'esprit de Flavius, celle que quel que soit le danger que présentait la situation actuelle, elle lui avait visiblement fait éviter de se retrouver avec sa petite amie malade dans le lit et que quoi qu'il en était, l'intimité qu'ils avaient eu quelques instants auparavant était, semblait-il, inévitablement compromise.
Mais il était à présent question de choses plus importantes dès lors que Flavius tourna la tête à nouveau vers le combat. Il était choqué car c'était la première fois qu'il avait vu le sortilège de la mort lancé, celui dont ils avaient tant parlé à Poudlard mais dont l'interdiction était formelle à ce point que jamais Flavius n'avait pensé, ni espéré, voir ce sort jeté. Et puis c'était la première fois que Flavius voyait un homme mort, un corps inerte aux yeux ouverts mais au regard vide, la bouche encore entrouverte. Zichentra avait à présent peur, plus que jamais. Sa main tremblante s'était resserrée sur sa baguette. Il pensait qu'il allait devoir combattre pour sa vie et celle de Axelle et tentait à présent de se rappeler des sortilèges qu'il avait appris pendant sa scolarité, mais le stress ne lui permis de se rappeler que d'un petit nombre de sorts.
Après que le premier avada kedavra fut lancé, le combat connut une pause ; tous les hommes se retournèrent vers l'homme mort puis, les hommes qui n'étaient pas vêtus de robes mauves se retournèrent vers le tueur qui avait encore sa baguette pointée vers le cadavre. Soudain, tous les hommes reprirent le combat avec une violence encore plus accrue et les sorciers en mauve s'étaient tous mis à présent à jeter des jets lumineux verts tandis que les autres tentaient de les éviter et jetaient des sortilèges de stupéfaction, de désarmement ou autres.
Grobdjick, qui s'était déplacé très près de la fenêtre de l'hôtel, avait réussi à paralyser trois sorciers mais cela ne suffisait pas, car à présent, les ruelles connaissaient plusieurs cadavres de son camp et les hommes sans uniformes s'étaient retrouvés très peu nombreux.
Deux sorciers en mauve, dont celui à la voix féminine, lancèrent un avada kedavra sur Grobdjick qui évita les deux sorts de justesse et l'un des deux faisceaux frappa la fenêtre qui éclata en morceaux. Flavius fermant les yeux, les bras sur la tête, se jeta au sol, émettant un léger cri de stupeur. Grobdjick, apercevant le jeune serpentard apeuré, et voyant qu'il n'y avait plus aucun espoir de victoire, lança le coli qu'il tenait par la main par la fenêtre et ajoutant discrètement :


Prends-ça et surtout ne te fais pas prendre.

Puis le sorcier ajouta, en criant à ses trois camarades :

On se replie !

Grobdjick partit en courant dans la ruelle qui longeait l'hôtel, ses autres camarades firent de même mais dans d'autres directions. Les sorciers mauves les suivirent mais deux d'entre eux restèrent, notamment la femme.
Flavius était resté par terre, s'agrippant au coli et espérant ne pas avoir été repéré. La femme encapuchonnée dit à l'autre sorcier en mauve :


Il a filé avec la rune le salaud. Bon, on nettoie tout et on ne laisse aucune trace.

A l'aide de sortilèges reparo, ils réparèrent ce qui avait pu être brisé et ils téléportèrent les corps autre part. Il semblait que tout était fini et que'Axelle ainsi que Flavius avaient survécu à cette attaque.
Cependant, la femme s'approcha de la fenêtre brisée dont les morceaux se trouvaient par terre, juste à côté de Zichentra. Celui-ci, entendant les pas qui approchaient, se mit à marcher à quatre pattes en direction du lit puis s'y cacha derrière.
Alors que la sorcière mauve allait réparer la fenêtre, la porte de la salle de bain s'entrouvrit, laissant apparaitre la lumière qu'Axelle avait allumé puis la sorcière se retourna vers son collègue en s'écriant :


Il y a quelqu'un ici ! Aucune trace j'ai dis...

Oh non...
Se dit doucement Flavius.

Les ennuis reprenaient.
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: À l'hôtel

Message par : Axelle Higgs, Sam 8 Juin 2013 - 0:41


Bim. Plus rien n'allait plus. En sortant de la pièce, Axelle laissa la lumière ouverte -petites distractions dû à l'alcool- et une voix rugit immédiatement. Les termes "plus aucune trace" devait sans doute s'adresser à Axelle qui, dans sa mignonne robe jaune, tranchait énormément avec le reste de la scène.

Oh, f*ck.

L'esprit toujours embrumé, la jeune sorcière avait sa baguette en main, mais n'aurait pas cru un à un tel revirement de situation. De plus, il n'y avait plus aucune trace de Zichentra. Par Merlin, que s'était-il passé ? Avait-elle était si longtemps dans à la salle de bain ? Elle s'en voudrait pour le reste de sa vie si quelque chose lui était arrivé alors qu'elle avait eu un moment de faiblesse, disons.

À présent en mode survie, la seule solution pour échapper à cette issue, la jolie Serpentard mit son cerveau à off et pointa avec une rapidité surprenante sa baguette vers le petit groupuscule qui s'était rapproché à la fenêtre, histoire d'envahir la chambre. Avec un drôle de sourire aux lèvres, quelque chose de mauvais, de mesquin, elle leva les yeux directement vers la femme qui avait prit la parole.


- Ouais bonne idée, j'vais effacers les traces, son regard azurés plutôt sombre, contrairement à l'habitude

Sens de la répartie finement aiguisée, même dans des circonstances du genre, la sorcière enchaîna rapidement, lança deux sorts qui seuls étaient plus ou moins dangereux mais, combinés, provoqueraient un effet choc.

- Asthum Draconis ! Incendio !

La morve de dragon atterrit sur le rebord de la fenêtre, mais également à l'extérieur et sur le mystérieux groupe en violet et la ruelle. La visqueuse matière était d'un vert fluo et très glissante. Cependant, lorsque l'incendio se propagea vers la fenêtre, les flammes naquirent instantanément devant rapidement un charmant brasier. Cette diversion allait sans doute suffire, mais la jeune préfète devait agir vite.

Son regard vogua ensuite à travers la pièce à la recherche de Zichentra. Elle l'aurait entendu fuir et, même s'ils l'avaient tués, elles aurait pu repérer son corps, quelque chose quoi. Tout à coup, ses yeux se dirigèrent vers le lit, c'est là qu'elle vit le Serpentard qui émergeait tranquillement de sous le lit, son index replié indiquant discrètement sa position. Poussant un soupir de soulagement, la sinople et argent en profita pour lancer un dernier sortilège.


- Ragnarok !

Un mur invisibile se dressa devant la fenêtre, bloquant ainsi sortilège et intrus pendant les prochaines minutes. Plongeant presque sous le lit, elle attrapa la main de son copain et l'attira rapidement hors de la chambre, détalant à toute vitesse malgré la tête qui tournait et ces fulgurantes nausées qui revenaient au galop. La jeune sorcière était sous l'adrénaline et plus rien ne comptait. Le couple fit irruption à toute vitesse dans le hall d'entrée. Le nain étant toujours à son poste, la Serpentard prit la parole :

- Ne me demandez pas des explications, mais y'a un groupe de sorciers noirs, s'apparantant aux Mangemorts qui ont essayé d'entrer dans notre chambre ! Nous, on se sauve !

Et sans plus e cérémonie, ils quittèrent les lieux, Axelle ne remarquant qu'à ce moment le présent que tenait Flavius Zichentra dans ses mains. Okay, d'où ça sortait ça ? Ce n'était certainement pas la bouteille d'alcool qu'ils avait entamé. Est-ce que le sorcier s'était retrouvé impliqué dans l'incident pendant l'absence de la Higgs ? Aucun des deux ne pouvant transplaner, ils détalèrent donc ainsi pendant plusieurs minutes, le Serpent ayant prit les devants et tirant sa copine par la main. Axelle avait de la difficulté à suivre, vu son état avancé, commençait à souffler, devenant un poid lourd pour le capitaine de quidditch.

Ce dernier bifurqua vers une ruelle et, après s'être assurée qu'elle était déserte, Flavius s'y engouffra et ils se dissimulèrent dans le fond, près des poubelles, où, dans une certaine discrétion, Axelle vida une deuxième fois le contenu de son estomac, aussi petit était-il, n'ayant pas supporté les émotions et la course effrénée.

Revenir en haut Aller en bas
Flavius Zichentra
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'hôtel

Message par : Flavius Zichentra, Sam 8 Juin 2013 - 19:00


Axelle, ayant entendu la voix de la femme au visage caché, avait vite repris conscience de la situation et elle s'était ressaisit en séparant le jeune couple des deux tueurs à l'aide d'une habile combinaison de sorts qui avaient permis de séparer la chambre des étranges individus pour quelques instants, d'abord par le feu et ensuite en invoquant un mur à la place de la fenêtre.
Flavius avait eu à peine le temps de lever la tête de dessous le lit que sa petite amie l'attrapa par la main et le sortit de sa cachette, l'entrainant dans les couloirs de l'hôtel. Passant par la salle d'accueil en courant, les deux croisèrent le nain qui était encore là, assis sur son tabouret. L'étrange homme regarda les deux élèves essoufflés et paniqués avec un air d'incompréhension et Axelle s'exlama de suite :


Ne me demandez pas des explications, mais y'a un groupe de sorciers noirs, s'apparantant aux Mangemorts qui ont essayé d'entrer dans notre chambre ! Nous, on se sauve !

Flavius ne rajouta rien et le nain n'eut pas le temps de répondre car le serpentard se laissa à nouveau entrainer par miss Higgs qui prit les devants de la course, s'engouffrant dans l'ombre des ruelles de Londres.
Cependant, Axelle semblait perdre de l'allure au fur et à mesure et Zichentra remarqua qu'elle ne se sentait toujours pas bien. Les deux tournèrent dans une étroite ruelle et se cachèrent derrière un tas de poubelles déposées sur le côté.
Ils se posèrent un instant, reprenant leur souffle. Axelle s'était mise à l'écart pour vomir discrètement une nouvelle fois. Flavius, la voyant affaiblie et repensant à ce qu'elle avait fait pour qu'ils puissent se sauver tous les deux, décida de prendre le relai. Il tenait dans sa main toujours cet étrange paquet, qui semblait être à l'origine de la mystique querelle. A l'entrée de la ruelle, il sortit sa baguette et lança le sortilège Cave Inimicum, permettant ainsi de signaler toute personne qui s'approcherait de la zone et de la repousser un instant grâce au cri strident du signal. Flavius s'approcha à nouveau vers Axelle qui s'était assise contre le mur et qui reprenait son souffle et ajouta, en regardant les murs de brique qui les cantonnaient des deux côtés :


Tu parles d'une soirée...

Il s'assit ensuite à côté d'Axelle, faisant glisser son dos le long du mur, et la saisissant par l'épaule, lui demanda :

Tu vas mieux ?

Puis, regardant le bout de la ruelle sombre par où ils étaient passés, il dit :

Il vaut mieux ne pas rester ici trop longtemps, à mon avis d'autres devraient venir et nous retrouver, et j'aimerais pas qu'ils s'entêtent à nous suivre jusqu'à Poudlard en apercevant que j'ai ça...

Ses yeux se tournèrent alors vers le paquet fermé, pas plus grand qu'une boite de chaussures mais ayant tout de même son poids, sans doute contenait-il la rune dont il était question précédemment.
Des questions se posèrent, même celle de savoir s'il fallait abandonner ce paquet quelque part dans la ruelle afin de se libérer du danger qu'il présentait. Mais l'image du sorcier Grobdjick revint à Flavius : l'air sérieux du personnage qui accordait confiance à un élève qui lui était peut-être inconnu. D'ailleurs, il était probable que Grobdjick et ses compagnons viennent rapidement retrouver ce paquet, mais quand ? Même si ni Axelle ni Flavius ne comprenaient ce qui s'était passé ni ne connaissaient l'identité d'aucun des deux groupes de sorciers, ils s'étaient tous les deux rangés en faveur de Grobdjick et ses compagnons, car eux ne voulaient pas leur mort et semblaient moins "noirs". Flavius décida donc de garder le paquet et de l'emmener à Poudlard le plus vite possible, car là-bas, ils étaient en sécurité. C'était d'ailleurs la première fois que Flavius pensa à la sécurité de l'école des sorciers, lui qui avait tendance à critiquer le personnel de l'école, il venait de prendre conscience que les enseignants étaient bons, et qu'ils protègeraient le château en cas de danger, du moins, pour la majeure partie d'entre eux, car le concierge n'aurait sans doute pas été préoccupé par quelconques dangers par exemple.
Flavius regarda Axelle dans les yeux et aperçu ses pupilles dilatées. Zichentra avait bu moins d'alcool indubitablement et tous les effets que les quelques cocktails lui avaient procurés s'étaient estompés au regard de toute la scène à laquelle il avait assisté et pendant sa course. Il s'adressa alors à Axelle :


Je pense qu'il nous faut rentrer discrètement à Poudlard, le premier Poudlard express ne devrait pas tarder... De toute façon, la gare me semble plus sûre que cette rue.

Il savait que Miss Higgs aurait préféré ne pas bouger, rester dans cette étroite ruelle, voire y dormir.
Soudain, un bruit aigu se fit entendre, attirant le regard de l'un et de l'autre vers le bout de la rue, là d'où provenait le son. C'était le dispositif que Flavius avait installé qui s'était déclenché et deux ombres vêtues de robes avaient dépassé la ligne de protection et se tenaient les oreilles, assourdies par le bruit strident du sortilège.
Aussitôt, Flavius se releva et attrapa Miss Higgs par la main et la releva brusquement en s'écriant :


On y va !
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: À l'hôtel

Message par : Axelle Higgs, Lun 10 Juin 2013 - 22:24


Après un moment qui semblait interminable aux yeux de la jeune sorcière, celle-ci s'affala sur le sol, massant légèrement ses chevilles. Pendant un moment, elle avait cru se tordre l'une d'elles, puisque la course à talon haut n'était pas toujours recommandé. Surtout en état d'ébriété. À présent, la sobriété était revenu au galop, compte tenu des derniers événements, mais la Serpentard avait de la difficulté à rester éveillée, étant vider de toute énergie vitale.

- Tu parles d'une soirée... laissa échapper le capitaine de quidditch, encore sous le choc des derniers événements.

Zichentrs glissa et, une fois au sol, il saisit Higgs la brune par l'épaule et la rapprocha de lui.


- Tu vas mieux ?

La Serpent hocha la tête, même si le résultat n'était pas très convaincant. Toujours aux aguets, Zichentra porta son regard vers le bout de la ruelle. Vallait mieux pas ne traîner trop longtemps dans les environs. Ils ne semblaient pas du genre commodes. D'autant plus que Zichentra dévoila une seconde raison pour laquelle les sorciers ne lâcheraient pas si facilement prise :

- Il vaut mieux ne pas rester ici trop longtemps, à mon avis d'autres devraient venir et nous retrouver, et j'aimerais pas qu'ils s'entêtent à nous suivre jusqu'à Poudlard en apercevant que j'ai ça...

Il mit le paquet en évidence en levant quelque peu les mains et la préfète lui lançant un regard surpris, attendant qu'il explique enfin ce qu'il s'était passé pendant qu'elle n'était pas là.

- Je pense qu'il nous faut rentrer discrètement à Poudlard, le premier Poudlard express ne devrait pas tarder... De toute façon, la gare me semble plus sûre que cette rue.[/b]

Axelle hocha la tête, bien que dormir dans la ruelle lui semblait une meilleure opportunité. Crever, par l'alcool et par l'adrénaline, les pupilles dilatées de miss Higgs témoignaient bien son état. Pourtant, elle ne put y songer davantage car un son strident brusqua les choses. L'alarme ! Flavius se leva :

- On y va !

Prenant sa baguette, Axelle eut le temps de lancer deux sortilèges pendant que le sorcier l'entraînait : un sort de confusion et une nouvelle fois ce célèbre Ragnarok qui permettait de gagner de précieux instants. Zichentra semblait connaître le chemin menant au Poudlard Express. Tant mieux, parce que la sinople et argent, elle, était perdue. Totalement. Combien de temps ils zigzaguèrent ainsi ? Une quinzaine de minutes peut-être lorsque, au loin, le magicobus se dessina. Tirant par la manche Flavius, Axelle prit la parole :

- Prenons-le ! Il pourra nous conduire à la gare, en sécurité.

Le chauffeur ne posa aucune question lorsque les deux sorciers, cet air troublé peint sur le visage, s'engouffrèrent dans son autobus. Ils s'installèrent à deux bancs derrière le siège du conducteur t d'y calèrent afin de passer inaperçu. Dans le magicobus, il y avait environ une demi-douzaine personnes, mais personne ne semblait dangereux, la plupart étant endormi. Posant sa tête sur l'épaule de l'étudiant, Axelle se détendit enfin. Elle se demandait presque si être restée au Chaudron Baveur n'aurait pas été une meilleure idée compte tenu du dénouement de la soirée. En retour, ils n'avaient gagné que ce paquet qui comportait sans doute son lot d'ennuie. Fort à parier.
Revenir en haut Aller en bas
Flavius Zichentra
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'hôtel

Message par : Flavius Zichentra, Jeu 13 Juin 2013 - 21:35


Ils coururent pendant plusieurs minutes, tentant d'éviter les sorciers qui étaient sans doute plus qu'au nombre de deux. Fort heureusement, un magicobus passa devant leurs yeux et Axelle, indiquant au bus à l'aide de sa baguette de s'arrêter, s'exprima :

Prenons-le ! Il pourra nous conduire à la gare, en sécurité.


Tu as raison, répondit Flavius

Ils entrèrent tous deux dans le magicobus et virent quelques dizaines de personnes, l'air endormies, parfois allongées sur les lits qui étaient installés pour la nuit. Flavius indiqua d'un air rapide la destination de la gare de Poudlard au chauffeur qui acquiessa d'un signe de tête puis les deux élèves s'engouffrèrent dans le bus, restant au premier étage mais allant jusqu'au bout, là où il y avait des sièges.
Le magicobus reprit sa course et même s'il était d'habitude assez inconfortable, Flavius était rassuré car les sorciers en mauve ne pouvaient  plus les rejoindre.
Les deux serpentards se détendirent un peu, Axelle posa sa tête contre l'épaule de Flavius qui posa sa tête sur celle de sa petite amie et lui pris les mains. Il la regarda pour s'apercevoir qu'elle avait un visage fatigué, d'ailleurs lui aussi devait l'avoir. Il lui donna un baiser discret sur la joue et regarda à travers la vitre les rues de Londres qui défilaient.  Il repensa à ce qui s'était passé depuis le début se dit que c'était tout de même une aventure bien dangereuse dans laquelle le couple s'était trouvé impliqué malgré lui et dont la fin n'était pas arrivée car il restait cet étrange paquet que Flavius tenait toujours contre lui et qu'il voyait comme un explosif, un objet à tenir le plus loin possible de soi, mais il n'osait pas le redonner car Grobdjick pouvait revenir à n'importe quel moment et peut-être n'allait-il pas le pardonner...
Le bus s'arrêta violemment, il étaient arrivés à la gare. Les deux élèves se levèrent et, Flavius prenant la main d'Axelle, ils se dirigèrent vers la gare. Evidemment, les rues tout comme l'intérieur de la gare étaient quasiment vide. Zichentra ne s'empêcha pas de jeter des regards à droite et à gauche pour voir si aucun danger ne venait à se présenter. Heureusement, ils arrivèrent sans problèmes au quai 9 3/4, passant par le mur grâce à un petit élan. Par chance, le Poudlard express était déjà sur le quai, la locomotive crachait son épaisse fumée blanche. Cela devait être le premier train de la journée qui partait, il était aux alentours de 4 heures du matin. Flavius s'engouffra le premier dans le wagon du milieu et fut suivit de sa petite amie. Ils traversèrent le couloir qui donnait sur les différents compartiments. Evidemment, il y avait peu de monde et les sorciers semblaient aussi endormis et calmes que ceux du magicobus. Les élèves choisirent le premier compartiment vide et fermèrent derrière eux la porte vitrée. Flavius accueilli près de lui Axelle en la prenant dans ses bras.
Un bruit de sifflet se fit entendre et le train démarra. Maintenant que le danger semblait éloigné pour la nuit, Flavius sourit à Axelle et dit :

Et bien on aura vécu quelque chose cette nuit...

Puis, ses yeux se tournant vers le paquet, il continua :

Chose qui ne semble pas être finie...

Puis le train prenant son élan vers l'école des sorciers, les deux s'assoupirent l'un contre l'autre sans difficulté.
Revenir en haut Aller en bas
Satine E. Loyer
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'hôtel

Message par : Satine E. Loyer, Mar 21 Jan 2014 - 14:17


[RP avec Alan]


Un bon mois et demi s'était écoulé depuis sa dernière entrevue avec Alan. La jeune femme avait voulu lui donner son pendentif mais il l'avait refusé. Leur relation était très étrange, la louve l'aimait autant qu'elle le haïssait. Elle lui avait délivré ce pendentif qu'il lui avait aussi tôt remis, ce pendentif qui était signe de sa très grande affection pour lui. Satine ne s'avouait pas qu'elle avait de très fort sentiments pour lui, c'était d'autant plus dur.


Puis cette rencontre avec Nathanaël, toutes ces révélations. Sa relation avec Alan était basée sur le mensonge depuis le début. Il l'avait manipulé, mais pour quelles raisons ? La jeune louve n'en savait rien, était-ce pour ces pouvoirs. Savait-il que les pouvoirs de la jeune pouvait mener la perte du Nate. Quoi qu'il arrive, se soir, elle mettrait un terme à toute collaboration avec lui, et elle prendrait le soin de libéré la meute. Elle couperait tout contacte avec eux, elle ne serait plus leur chef. Puis après se soir, elle s'en irait loin, très loin avec Nate et sa meute à elle. D'un certaine façon, elle avait décidé de quitter les lieux pour éviter d'autre meurtre, et qu'Ivan puisse être heureux avec sa Olga. Sa pouvait être vu comme un sacrifice. Elle appréciait beaucoup Nate, et bien entendu, elle avait succombé à ces avances. Il était loin de lui déplaire mais elle n'était pas amoureuse.


Se soir là, la jeune femme s'était vêtue d'une simple robe noire, moulante, lui arrivant au dessus des genoux. Ces cheveux bruns et bouclés tombés en cascades jusque le milieu de son dos. Elle s'était maquillée légèrement et simplement, rien à voir avec la tenue qu'elle avait abordé lors de ses retrouvailles avec Nathanaël. Le matin même, la jeune femme avait envoyé un hibou à Ivan, pour lui dire qu'elle voulait le voir seul à seul. Sa lettre avait été sèche et dure. Jamais elle n'avait été comme ça avec le jeune homme, jamais.


Jonathan s'inquiétait fort de la situation, lorsqu'elle était revenue de son tête à tête avec Nate, elle s'était effondrée dans ces bras. Elle avait mit quelques jours avant d'expliquer à Jonathan  de tout ce qu'il avait pu lui dire. Bien entendu, ce dernier avait défendu son chef malgré une certaine rancoeur qu'il avait contre lui. Les deux amis c'étaient violemment disputés.


D'ailleurs, la louve n'avait jamais compris pourquoi il y avait cette colère. Ils étaient très proches et avaient un lien très fort. Satine le suspectait, d'ailleurs, d'être l'un des quatre gardien. Le premier étant Luke, Jonathan rassemblait tous les éléments pour l'être, tout comme Nate. Sauf qu'il serait beaucoup plus difficile à convaincre que les autres. Il ne se laisserait pas faire quant au rituel de retour vers son rôle originel.


Elle était seule dans la chambre d'hôtel, un peu étrange comme choix, mais elle était sûre qu'ils seraient tranquilles et que personne ne ferait irruption de nulle part. La jeune femme avait mit ces liens en stand by pour ne pas être dérangée. C'était l'inconvénient quand on était chef et qu'on ne maîtrisait pas son pouvoir. Il fallait qu'elle pense à apprendre l'occlumancie.


La jeune femme était assise sur le lit, pensive. Elle repensa à son entrevue avec Nathanaël, ces paroles, le coeur de la jeune femme se souleva, était-ce honnête de partir avec un homme dont elle n'était pas amoureuse... surement pas, mais au moins elle serait aimée et elle arriverait à épargner Alan.


Un autre je t'aime retentissait dans l'esprit de la louve blanche. Mais impossible de savoir qui. Il s'était passé des choses lors de sa dernière rencontre avec le loup noire. Mais elle ne savait pas quoi, Olga était encore plus haineuse envers elle, et pourtant elle n'avait jamais été aussi fidèle et loyale. Ils avaient tous des blessures, des cicatrices, mais personne ne lui avait donné les raisons de ces plaies.


Pour avoir des réponses à ces questions, c'est Ivan qu'elle devait voir, et d'ailleurs elle l'attendait de pied ferme !



 
Edit Ailyne : Bonsoir Satine, j'attire votre attention sur le fait qu'une fonction brouillon est à la disposition des membres du Forum pour enregistrer leur RP. Je vous prierai à l'avenir de l'utiliser et de poster donc un RP complet et terminé, de plus de 600 caractères. Merci d'éditer et de faire plus attention à l'avenir. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Alan Ivanovich Wolf
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: À l'hôtel

Message par : Alan Ivanovich Wolf, Ven 24 Jan 2014 - 22:32


Alan soupira. Il était triste. Il savait ce qui allait se passer ce soir et pourtant il était là. Il avait répondu à l'appel de Satine. Peut être pour la dernière fois de leur histoire.

Il était à Londres, devant l'entrée de l'hôtel que lui avait indiqué la jeune femme. Se dire au revoir de cette manière sera finalement aussi dur que celle qu'il avait utilisé avec ses amis, quelques heures plus tôt.

[flashback]

Dans une pièce au dernier étage d'une tour de Poudlard.

Il avait demandé à déménager afin de préparer son voyage dans l'autre monde sans que personne ne vienne le déranger. Il prévint que la porte de la pièce serait scellé jusqu'à son retour.

Ses préparatifs achevés, il avait fait venir ses amis, de moins en moins nombreux, pour une ultime réunion. La tristesse se lisait sur leur visage. Tous avaient un vague souvenir de ce qui c'était passé il y a plus d'un mois. Mais il devait le taire à leur nouveau chef. Ivan avait, pour la dernière fois, décidé de leur dire la vérité et répondre à leur question.

Il arrivèrent vers dix heures. Max et Johnatan furent les premiers , suivi par Syllia et Kor. Le comte, Tania, bouledepoil et Yip arrivèrent ensuite. Olga fut la dernière à se présenter. Elle était bizarre. Lorsqu'elle murmura une vague excuse, le loup sentit que sa voix avait quelque chose d'inhabituelle. Comme si elle parlait dans un tuyau. Le jeune homme fronça les sourcils mais n'ajouta rien, pour le moment.

Il invita ses amis à prendre un verre et à s'assoir. Pour la première fois depuis quelques mois, Le comte sortie de son mannequin et vint se posé près de Tania. Il avait pris la sœur du  Loup en affection depuis un certain temps mais cette affection c'était accrue depuis la disparition du jongleur. Ivan demanda une minute de silence,tardive,mais une minute de silence quand même pour leurs compagnons disparus.

Au bout de ce temps de recueil, Ivan se leva et prit la parole.

-Mes amis, je suis content que vous soyez tous là...le chagrin le submergea, mais le jeune homme continua, je vous es tous réuni pour vous annoncer que je vais partir en voyage et que vous ne pourrez pas m'accompagner cette fois.

-Va tu mourir une autre fois ? Lui demanda Syllia.

-Pas exactement. Le loup inspira. La vérité. Il leur devait la vérité. Il existerais trois mondes. Celui des morts, pour ceux qui en connaisse, l'entrée se présente sous forme de deux portes et un vieil homme vous pose la question suivante : Quelle porte ?

-Je connais.
Lâcha Olga avec sa voix distante.

Le loup inclina la tête.

-Moi aussi. Ajouta Max

-Je crois que je suis dans le même sac,
affirma Tania

-Moi de même. Termina le comte.

-Bien, donc nous sommes en terrain connu. Le second monde est le notre, celui des vivants et des fantômes. Continua Ivan. Mais il existerais un troisième monde. Une sorte de monde où les esprits viveraient si j'ai bien compris entre les lignes.

-Un troisième monde. Répéta Kor. Mais c'est quoi cette histoire ?

-Ma mère, Katarina, vint me voir, il y a un mois lors de ma seconde mort. Elle me demandait de la rejoindre dans ce monde. Il me faudra  apprendre et découvrir des éléments sur la destiné et l'histoire de Sa...

-NON cria Olga. Tu peux parler de qui tu veux mais pas d'elle. Je t'en prie.

Le loup fut perplexe mais n'ajouta rien.

-Donc sur, qui je suis ou se que je suis. Pourquoi ma mère était une gardienne. Pourquoi Lord Emerique nous traque et pourquoi Natanaël a autant d'importance dans cette histoire.

-Tu vas nous abandonner ?
L'attaqua Johnatan qui semblait pas avoir digéré les sentiments entre la louve blanche et le loup noir.Le loup-garou aimait sa chef. Le pauvre allait encore souffrir et Ivan ne sera pas là.

Il communiqua mentalement avec Max pour qu'il prenne soin du jeune homme. Satine allait partir avec Natanaël malgré tout ce que fera Ivan pour la dissuader. Elle dissoudra la meute noire mais elle ne pourra pas se séparer de Johnatan et d'Olga. Il avait vu cela. C'est aussi pour cela qu'il était triste.

Ses amis mourront si elle ne les protège pas. Lord Emerique s'en fera une joie. Que pouvait il faire ?

Malheureusement rien. Il ne pouvait pas remettre la direction de la meute à Kor, il n'avait plus se pouvoir. D'ailleurs, il n'avait plus de pouvoir sur cette meute, ni sur aucune autre. La mort emporte tout, même çà.

Olga semblait lire dans ses pensés ou sa présence en permanence au près d'elle lui manquait car elle posa la question que tous avait au bord des lèvres:


-Pourquoi nous ne te sentons plus dans nos tête comme avant ?


Le jeune homme baissa la tête.

-Je suis mort, ce qui à brisé le lien qui nous unissait.


Il remonta sa manche de veste et leur montra son avant bras. Il ne présentait aucun trace de tatouage ou de marque magique.

-C'est bizarre, insista la jeune femme, je suis morte moi aussi.

-Oui mais...Sat...Elle t'a ramené à la vie par sa magie. Et elle est la chef de la meute. Elle a donc maintenue le lien entre vous grâce à cela. Intevint Syllia.

Olgra semblât s'effacer. Le jeune homme ayant regardé la métamorphomage lorsqu'elle parlait remarqua ce détail. Il poussa ses perceptions et sa magie plus en avant et examina son amie. Il ne laissa rien paraître malgré tout.

-Je la hais, je la hais. S'entêta Olga. Pourquoi m'avoir choisi plutôt qu'Ivan. Hein ! Pourquoi ?

-Parce que je ne peux pas mourir, enfin pour le moment.

Tous regardèrent leur ancien chef. La surprise et la perplexité se lisaient sur leur visage. Une explication était demandé mais il n'avait que des suppositions.

-Je pense que certain d'entre nous vienne du troisième monde. Je ne peux vous fournir une explication mais ce fait nous empêcherais de mourir. Là encore tout est que spéculation.

-Je comprends mieux pourquoi Emerique n'a rein pu te faire lors de vos affrontements. Il t'a certes tuer une fois, étant enfant, mais tu es revenue plus fort. Il a essayé de te contrôler par l'intermédiaire de Natanaël mais son entreprise à encore échoué, Théorisa Max. Tu a retrouvé celle qui t'était destiné. Il a voulu la tuer pour t'atteindre et tu t'es sacrifier pour elle. La magie qui vous uni maintenant est bien plus forte qu'avant...Je ne peux qu'entre voir...

Le vampire ne finit pas sa phrase, Olga vint le gifler.

-Tu va la fermer, oui. Moi, je veux savoir Pourquoi cette chienne est appelé Princesse par ta mère Ivan et par tous les esprits qui nous entours.

-Nous aussi lui, répondit simplement Le loup. Personne n'a la réponse pour le moment.

-Mais tu pars pour avoir ces réponses. Affirma Kor.

-Oui.

-Alors tu nous les donnera en revenant. Se réjouit Syllia.

Une larme solitaire coula sur la joue du jeune homme. Il ouvrit son esprit pour que chacun sache qu'il leur dirait la vérité.


-Il se peut que l'on ne se revoit jamais.

-Comment cela ? S'inquiéta Olga. Syllia et les autres avaient les yeux embués. Ils ne comprenaient pas vraiment ce qu'il disait ou ne voulais pas le comprendre.

Il prit son courage à deux mains et leur expliqua:


-Je ne sais pas comme évolue le temps dans ce monde parallèle. Il est possible que le jour où je revienne, vous soyez...vous soyez...

Il ne put terminer sa phrase. Le chagrin brisa sa voix. Il leur tandis les bras et tous vinrent. Pour la première fois, aucune barrière ne les séparait. Il vivait, peu être, leurs derniers moment ensemble. Ivan ferma les yeux. Il revit les images du tunnel et pleura de plus belle. Son chagrin partagé dura un moment. Il ne se lâchèrent pas.

-Mes amis, quoi qu'il arrive. Je vous aime. Et je ne vous oublierais pas. Je ferais tout pour revenir. Mais si il s'avère que je ne revienne pas rapidement. Je vous demande de veiller les uns sur les autres et de ne pas vous faire tuer par Lord Emerique.


-Pourquoi pars tu, Ivan. Sanglota Olga.

-Pour tuer Lord Emerique. Et pour cela, j'ai besoin d'une arme. Cette dernière est dans l'autre monde.

Ils se câlinèrent encore un instant puis il se lâchèrent et s'écartèrent en cercle. Le comte fut le dernier à s'éloigner. Il demanda en aparté à Ivan s'il pouvait l'accompagner. Le loup avait regardé sa sœur, puis le comte. La solitude avait du être bien dur et longue car il semblait bien jeune pour un fantôme. le loup accepta. Le fantôme se retira heureux.

Une petite voix vient briser le silence qui s'en suivit.


-Maître, et Yip que fait il, lui ?


-Mon amis, lui dit Le loup, Tu ne crins rien ici. Tu continuera à surveiller Satine pour moi. Elle va au devant de grave ennuie. De sombres heures s'annoncent et je ne puis rien n'y faire.    

-Mais Maitres, qui va protéger Yip si vous partez tous. Se lamenta l'elfe de maison en les regardant un à un. Yip n'est peu être pas un elfe libre comme le célèbre Dobby mais il a des amis comme ce dernier et il ne peut les abandonner.

Ivan mit un genou en terre afin de se mettre à hauteur de la créature.


-Tes paroles nous touche et...

-Et tu partira avec nous.
C'était Kor qui venait de couper la parole du jeune homme. Je sens que la meute vie ses derniers instants.

Son ancien chef fonça les sourcils mais le colosse ne s'expliqua pas.

-Syllia et moi allons partir loin afin de dissuader Emerique de nous suivre. Tu viendra avec nous, Yip.

Les yeux de la petite créature s'emplirent de larmes. Il ne dit rien mais toute sa reconnaissance passait par son regard. Ivan grava cet instant dans sa mémoire.

Ils échangèrent quelques dernières paroles puis ils sortirent par groupe. Alors qu'Olga sortait la dernière, Ivan referma la porte.


-Olga, je dois te parler.

La jeune femme ne fit aucun geste de protestation.

-Alors tu connais la projection astral ? Depuis quand ?

La projection d'Olga se figea.

-Mais comment.. ?

-J'ai deviné ? Je te connais plus que tu ne le crois et cette femme n'est pas toi. J'ai donc creusé pendant notre entrevue et j'ai percé à jour ce qui me perturbait. Donc je te repose la question depuis quand ?

-C'est un cadeau de ta chienne.

-Et où es tu en se moment ?

-Ne vient pas.

-Si

-Non.

Il lança son sort alors qu'elle ne s'y attendait pas. C'était un banal sort de localisation mais qui au lieu de chercher sur un espace de forme carré, le sort se diffusa dans la connexion entre l'avatar et la sorcière. Elle ne réagit pas assez vite pour couper le lien. Il fut dans la chambre avant même qu'elle est verrouillé la porte.

D'un coup de baguette magique, le loup ouvrit les rideaux et les fenêtre. Il fit partir la poussière et la crasse. Puis il continua à nettoyer la chambre de fond en comble. Et ceci fait il se tourna vers son amante. Elle n'était que l'ombre d'elle même. Elle ne tenait plus debout. Il pointa sa baguette vers elle et fit disparaitre ses vêtements sales.

-Que va tu me faire cette fois ? Lui demanda t elle d'une voix éteinte et emplit de chagrin.

-T'aimer pour la dernière fois .

Il l'embrassa avec tendresse. Leurs baissés les entrainèrent sur le lit. Les heures suivantes furent torrides et passionnées. Il profita de ce moment pour faire passer un peu de son énergie vitale à la jeune femme. Elle en avait bien besoin. Elle reprit des couleurs.

Ils mangèrent ensemble par la suite. Mais reprirent leur activité bien vite

Leurs ébats durèrent encore longtemps. Mais ce temps fila trop vite.


-Je dois partir. lui annonça le loup alors qu'ils se tenaient enlacé l'un à l'autre.

-M'aime tu vraiment ou est ce une simple manière de me dire adieu ?

-Un homme peut aimer plusieurs femmes, leur donner du plaisir mais il n'aura qu'une seule âme sœur.

-Satine...finit Olga avec tristesse. Elle m'a sauvé la vie, je serais prête à la sacrifier pour elle mais je ne peux m'empêcher d'être jalouse.

-Dans l'autre sens Johnatan ressens la même chose que toi.

-Je sais. Se souvient elle de tout ce que tu a fais pour elle cette nuit là, il y a un mois ?

-Non, seule la magie est restée.


-Si je comprends bien, tu n'es même pas sur de revenir pour épouser la femme qui détient ton cœur.

-Non et je vais t'avouer un secret, il se peut que quand je revienne, elle se soit marié avec Natanaël , qu'elle est embrassée la magie noire. Qu'elle soit au service de Lord Emerique et que vous soyez tous mort.

La jeune femme regarda son amant, une larme solitaire coulait sur sa joue.

-Tu ne pourra même pas te marier avec moi dans ce cas. Je suis triste. Mais je sais au fond de moi que Lord Emerique vit ces derniers instants sur cette terre.

-Je l'espère.

Il se leva et se rhabilla.

-Je ne peux te promettre de revenir vite mais je peux au moins t'ouvrir mon cœur et te demander pardon pour tout ce que je t'ai fais et pour tout ce que tu n'aura jamais.  

-Moi, je t'aime et je t'aimerais toujours Mon chef, Alan Ivanovich Wolf.

Elle sortit du lit dans le plus simple appareil et l'embrassa comme elle ne l'avait encore jamais embrassé. Il la prit dans ses bras. Et pour la dernière fois, il l'emporta au septième ciel. L'extase fut longue et complètement incontrôlé et incontrôlable. Il avait ouvert son cœur, elle avait saisit le bon moment.  L'instant serait gravé en lui à jamais. Et en elle aussi...

Le loup finit de s'habiller et s'en alla. Il ne souriait pas. Il se referma comme un fleur en plein nuit. Il amorçait la partie la plus dur de ses adieux.


[fin du flashback]

Le loup réajusta sa veste noire, qu'il portait sur un tee shirt  sombre, moulant. Son pantalon de toile, également noir, couvrait ses botte de cuir. Il avait fixé sa baguette dans sa manche grâce à un système que les moldus utilisaient pour dissimuler ce qu'ils appelaient les armes à feu. Très pratique  et rapide, il avait adapté cela à sa baguette.

Il se présenta au réceptionniste. Ce dernier le conduisit jusqu'à la chambre. Ivan entra et referma derrière lui. Satine était assise sur le lit. Elle était dos à lui. Le jeune homme prit une grande inspiration mais le ton de sa voix ne fut pas aussi chaleureux qu'il le souhaitait. Faut dire que son hibou n'était pas des plus agréable, pensa ce dernier à l'adresse de la jeune femme.

-Bonsoir Satine. Je n'ai pas vraiment aimé le ton de ton message mais me voici. Quel est le sujet de notre rencontre.

Il sentait que cette attaque ne donnerait rein de bon. Mais il savait déjà comment cela se finirait. Alors pourquoi faire semblant. Il prit les devants.

-Tu a vue Natanaël.

Ce n'était pas une question mais une affirmation. Il n'ajouta rien. La colère montait dans la pièce. Mais comment pouvait il faire autrement.  

La douleur lui martelait le cœur. Une voix s'engouffra dans sa tête. Tu va la perdre... Tu vas la perdre à jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Satine E. Loyer
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'hôtel

Message par : Satine E. Loyer, Ven 24 Jan 2014 - 23:29


La porte s'ouvrit, la jeune femme sentit l'adrénaline lui monter. Elle ne bougea pas, et resta assise sur le lit en tailleur. Entre temps, elle avait sortit la rose, maintenant séchée, que Nathanaël lui avait offert dernièrement. Elle l'observait pensive. Il fallait qu'elle envoit la meute blanche vers la meute noire pour les rassurer. Elle fit passer le message à Léon, et le pria d'attendre le signale pour la déranger de nouveau.


-Bonsoir Satine. Je n'ai pas vraiment aimé le ton de ton message mais me voici. Quel est le sujet de notre rencontre.

Satine se leva doucement, et se retourna vers Alan. Le visage marquait entre colère et tristesse. Son coeur se mit à battre la chamade. En plus des aveux de Nate, Olga s'était fait un malin plaisir à lui faire part des images de leur instants torrides. Celle qui était censée protéger la jeune princesse la mener à sa perte. 


- Et moi je n'ai pas aimé que tu te serves de moi ! Pour quelles raisons je n'en sais rien, et je ne veux pas le savoir. Pour maintenant je m'en contre fiche. 


Elle voulu le gifler, mais une voix dans son esprit la maîtrisa, se devait être Jonathan qui avait voulu contrôler un minimum les gestes de sa princesse. Elle caressait doucement la rose comme pour se calmer. Alan faisait comme ci rien ne s'était passé, c'était un horeur.


- Olga a déjà dû t'informer que je partais. Je les laisses sous les ordres de Jonathan, je pense qu'il pourra les protéger durant mon absence, il est le seul avec qui j'accepte de garder le lien et en qui j'ai confiance à 100ù. Et oui j'ai vu Nathanaël, et j'en suis bien contente, il m'a tout dit ! Et je dois m'occuper de son cas personnellement.


En effet, la louve savait qu'il était le troisième gardien, le premier étant Luke, le second Jonathan, et le troisième Nate. D'où l'amour qu'il lui portait, un amour démesurer mais peut-être pas l'amour comme il le pense. La jeune femme devait étudier la question. Elle resta à une distance respectable d'Alan, ce fût la première fois de leur vie qu'elle soit aussi distante avec lui.


- Si je t'ai demandé de venir se soir, c'était pur te demander de ne plus jamais prononcer mon nom, et ne plus jamais m'approché ! Je n'ai jamais existé pour toi, je tenterais d'en faire de même. La meute ne connaitra aucune répercussion, je les protégerais aussi longtemps que je le peux. Quand à Olga, je pense couper le lien, je ne peux garder une personne qui me haie comme elle. De plus, je ne sais même pas pourquoi elle me déteste tant! Je lui ai sauvé la vie à deux reprises. C'est une pure égoïste comme toi ! Vous allez fort bien ensemble pour finir .


Sa voix était pleine de dédains, son regard froid et noire. Elle se sentait tellement blesser dans son amour propre et trahit. Elle s'était "sacrifiée" pour sauver la jeune femme, lui laisser une deuxième et troisième chance pour ne récolter que sa haine.


- Dés demain je pars dans un autre pays, je ne sais pas lequel. Je pars avec Nathanaël, quelqu'un qui m'aime vraiment et qui ne se sert pas de moi. Quelqu'un d'honnête et sincère, qui ne m'embrasse pas pour faire diversion ou pour assouvir une pulsion... comme toi.Tu n'es plus obligé de te cachet, je suis au courant de tout et de ta dernière nuit d'amour avec elle !


De la jalousie, malgré elle. Satine était jalouse, elle tenta de s'en cacher mais le sentiment était bien trop grand. Pourtant, elle n'avait pas été blanche comme neige avec Nate. Elle se souvenait encore de l'intensité de leur baiser, et de cette nuit de retrouvailles. Elle ne culpabilisait pas, mais elle aurait sans doute préféré être dans les bras d'un autre homme cette nuit là... sans doute Ivan, mais sa elle ne se l'avouait pas.


Nate lui avait promis une vie paisible, et une demande en mariage avait été faite mais elle n'y avait pas encore répondu. Son coeur lui disait qu'elle était déjà promise à quelqu'un mais son esprit lui indiquer que c'était la meilleure solution pour obtenir des informations de nate sur le long terme. Elle devait le faire sien avait de passer au combat ultime, et de trouver le dernier gardien. Il faisait partie de sa toute puissance. C'est par là qu'elle avait décidé de commencer. Puis, elle reviendrait par ici pour laisser la meute noire lui apprendre ce qu'elle devait savoir. Durant son absence, la meute blanche se chargerait d'apprendre certaines choses à la meute blanche. Mais tout ça, elle n'en dirait rien au loup noir. Et elle avait fait jurer chaque membre de s'en taire à Ivan, même Olga, sous peine de se voir punit.


- Et surtout, ne cherche pas d'excuses pour te justifier, j'avais des doutes lors de notre dernière rencontre lorsque tu as refusé mon présent, mais avec les révélations du Nate, je n'ai plus aucune confiance en toi. Puis aucune parole, plus aucune promesse ne prendra. Je n'ai plus confiance en toi du tout. Je te laisse dans la meute, parce qu'ils ont tous beaucoup d'affection pour toi, mais sache que c'est uniquement pour eux.


La jeune femme enleva sa cape, celle-ci portait encore l'odeur de Nate. Dans son geste elle propagea son odeur sans le vouloir dans la chambre. Elle posa sa rose sur le vêtement, et ajouta :


- Qu'est qu'Olga a de plus que moi ? Pas que je sois jalouse, loin de moi cette idée, mais uniquement pour comprendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Alan Ivanovich Wolf
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: À l'hôtel

Message par : Alan Ivanovich Wolf, Mar 28 Jan 2014 - 22:38


Que je me serve d'elle  ...Natanaël avait bien travaillé, pensa le jeune homme

Elle part...Olga ne m'en a rien dit...

Johnatan...mais dès sont départ le loup-garou sera anéanti. Elle ne sait pas ce qu'elle fait...Elle ne sait plus...


Faire comme si elle n'avait jamais existé...

Faire comme si ce foutu destin n'existait pas entre nous...comme si mes sentiments pour elle n'étaient rien


Tout ce que lui crachait Satine, au visage, n'arrivait même plus à imprimer dans le cerveau du jeune homme tellement la tristesse et la colère le submergeait. Il ne devait pas se justifier alors qu'elle l'attaquait. Il ne devait plus penser à elle alors qu'il avait donné sa vie pour sauver la sienne. Il ne pouvait même pas la traiter d'ingrate, elle ne s'en souvenait plus...Et SI...

NON Ivan , lui cria sa mère dans un recoin de son cerveau...L'autre voix lui criait de faire ce pourquoi il était venu au fond...Que peut être elle ne partirait pas...

La colère montait, le loup avait les nerfs de plus en plus à vif. Un combat faisait rage en lui.

Puis d'un coup, il prit sa décision.

Dans un élan de rage comme il n'en avait encore jamais connu , il se projeta dans l'esprit de la jeune femme avec tellement de force qu'il fit sauter toute les protections des deux meutes. Il sentit l'ensemble des guerriers de la louve se heurter à son armure de colère et de rage froide. Il pénétra dans le cerveau de Satine comme une lame chauffée à blanc. Qu'elle hurle il en avait cure. Elle le prenait pour un monstre, elle ne savait pas pourquoi Olga lui en voulait. Elle le saurait.

Il arriva au point qu'il cherchait. Le barrage qu'il avait lui même introduit dans son esprit, la nuit de sa deuxième mort. Il tendit la baguette vers ce point.  Un cri, très lointain, se fit entendre. Surement sa mère qui lui ordonnait de ne rien faire.

Il frappa le barrage, ce dernier se bisa en mille morceaux. Un flot d'image incontrôlable se déversa autour de lui. Il ne ressortit pas pour autant. Il maintint intacte par des sorts l'esprit de la jeune femme,  afin qu'elle prenne conscience de tout ce qui s'était passé cette nuit là...

Les premières images...Lui en uniforme blanc, gris et noir...Il ne pourrait plus le porter...
Puis leur discussion, le baisé qu'elle lui reprochait.

L'amulette, il l'avait accepté et de bon cœur,  ce fut d'ailleurs le déclencheur de beaucoup d'évènements...

Il annonça sa mort imminente...six mois à vivre tout au plus...Satine le prenant dans les bras...de nombreuses interférences. Avec Johnatan, il était jaloux. Olga était sous le choc. La louve blanche l'embrassa avec passion. Elle l'aimait et avec cette acte, elle faisait voler ses propres doutes en éclats.

L'amulette s'embrassa...

Il y eu l'entité qui prit possession de son corps...

-Tu sais ce que le mot sacrifice veut dire. Malgré ce que tu a pu faire dans le passé, tu lui es toujours resté fidèle, comme ta maman avant toi. Il te faudra accomplir un dernier acte avant d'être libéré. Retrouve l'arme et donne lui. Enseigne lui le maniement.


Avait elle dit, enfin, au travers de sa propre bouche. Il s'en souvenait aussi.

Quelle sensation étrange que procure la possession...

Puis il l'avait appelé « 'tine » comme dans leur enfance...là un autre barrage sauta, libérant une image :

Satine, Tania et lui devant un couché de soleil, sur un balcon, dans son manoir en Russie. Tania profondément endormie, la tête sur les genoux d'Ivan. Les deux filles devaient avoir pas plus de quatre ans, lui huit. Satine avait la tête sur son épaule. Leur main étaient l'une sur l'autre. Elle lui demanda s'ils se marieraient un jour, il n'avait pas répondu jusqu'à là. Il voulait se marier avec elle, fonder une famille.

Mais Leur ennemi avait frappé...Natanaël...Non...Lors Emerique, le démon.

Olga, qui comme les autres avait rejoins leurs chefs, fut la première à mourir. Elle fut frappée par cinq éclairs verts. Le démon n'était pas venu seul. Le combat était inégale. Kor et Syllia furent gravement blessé. Shannon et Auguste moururent peu de temps après.

Johnatan étant occupé, Ivan sonné par l'attaque fulgurante du vampire, Satine se retrouva sans défense et alors que le sort de la mort lui fut lancé, Le loup, retrouvant un peu ses esprits, s'interposa entre la jeune femme et le vampire. Il lui envoya une dernière image de leur mariage hypothétique.

Il mourut sur le champ...

Emerique hurla de colère. Par cette acte...d'amour, Ivan venait de protéger sa chef et âme sœur de toutes attaques contre elle de la part de l'infâme vampire.

Il fuit.

Laissant derrière lui : la désolation...

Les images affluèrent mais pas seulement, une puissante lumière vint frapper le jeune homme l'expulsant de force de l'esprit de la louve. Il fut projeté si vite dans son corps qu'il fit un vole plané  et atterrit dans la porte derrière lui. La poignée lui coupa le souffle.    

Il mit un moment à reprendre ses repaires. Une vive lumière éclairait toute la chambre.
Une voix se fit entendre...

-Qu'as tu fais Ivanovich Zyrianov fils du soleil. Tu es le dernier rempart et voilà que tu t'en prend à la lune. Que cherche tu ?


-Elle croit que je suis son ennemi. Elle se jette dans les bras de Natanaël, le jouet de Lors Emerique.

Une silence.

-Vous ne dite rien...


-Tu viens de la détruire, une fois de plus.

-Je ne sais comme lui dire que je l'aime et que je ne veux pas la perdre avec ces deux monstres.

-Alors continu et tu la perdra à jamais...

Puis la lumière s'éteignit. Satine était debout devant lui. Elle le regardait. Les larmes coulaient de ses yeux mais surement involontairement.

Il ne pu se redresser tout de suite. La douleur lui parcourait le dos et le coté droit. Il faillit perdre connaissance. Il s'accrocha malgré tout à la vision de la jeune femme. Il serra les dents et se redressa.

-Tu me dis que je peux rester dans la meute. Mais tu m'a bannis quand tu a choisi Olga...

Il souleva la manche droit de sa veste.

-Regard...


Il n'y avait plus aucune trace du loup blanc. Plus rien. Comme s'il n'avait jamais existé.

-Quand tu a choisi Olga, tu m'a bannis de la meute par conséquent tu as coupé à jamais le lien qu'elle aimait partager avec moi. Le seul lien qu'elle pouvait avoir en dehors des quelques heures que nous avons pu partager par-ci par-là. Elle te hais pas ce qu elle regrette que tu es choisi le mauvais cheval. Je t'accorde qu'elle n'aurait pas du se venger.


La douleur était telle qu'il vacillait sur place. Sa vision se brouillait, par moment. Encore une fois il agissait de la façon la plus violente. Il ne connaissait que cela.

Elle a besoin de douceur. Cette rose qu'elle garde si précieusement est le plus grand piège de Natanaël. Il avait fait la même offre à Olga pour le détruire, lui. Elle refusa l'offre. Mais Le loup comprennait que ce n'était qu'un coup d'essai. Emerique n'ayant pu tuer Satine, il accorda à son familier sa requête. Il disposerait bientôt de Satine à loisir et Emerique aussi. Que pourrait il faire face à eux même avec l'épée et son voyage dans l'autre monde.

-Tu veux partir avec Natanaël et laisser le commandement à Johnatan. Il en est capable certes mais ton départ va le briser comme la fait sa première chef de meute. Tu veux le voir mourir de chagrin car il n'aura rien pu faire pour te sortir des griffes du mal. Je connais chacun des membres de cette meute qui est tienne. Et je te conjure de ne pas te livrer à Natanaël. En faisant ainsi, tu ne protègera aucun des membres.

Le loup dut prendre une grande bouffé d'air pour finir :

-Tu ne peux rien leur promettre. Tu leur tourne le dos.

Il parvint à se redresser légèrement mais il retomba bien vite. Il ne voulait pas forcement courbé l'échine devant la louve, la souffrance l'y contraint. Il la regardait donc comme si elle allait le punir. Comme un chien battu. Après tout il était peut être cela. Leurs ennemis avaient peu être déjà gagné.

Des images tournaient dans sa tête, des futurs qu'il avait vu dans le tunnel qui le ramenait dans le monde des vivants. Ivan ne voulait pas de certain de ces futurs et pourtant le plus dramatique d'entre eux se réalisait presque image par image.

La douleur et le chagrin eurent raison de lui et les larmes se mirent à couler, il ouvrit son cœur et sa mémoire à la jeune femme. Il se revoyait à huit ans quand on lui annonça qu'il ne la reverrait plus jamais.
Puis quand il l'avait revu à Poudlard mais qu'il avait interdiction de l'approcher. La jalousie qu'il avait ressentit quand elle avait embrassé Luke pour la première fois. Il en voulait, aussi, à Natanaël de passer autant de temps avec elle alors que lui qui l'aimait comme personne ne devait être que son ombre.
Combien de fois, avait il été blessé pour elle, combien de fois avait il combattue pour elle.

Mais Elle n'en savait rien.

-Tu pars avec Natanaël  dans un autre pays et moi je pars dans un autre monde dès que notre conversation sera fini. Sache que dès que nous sortirons d'ici...


Sa mère lui apparue.

-Ivan, tu as fait assez de dégâts comme cela  dit lui adieu et viens ici. Tu devra assumer les conséquences de tes actes passés et présents. Il te faudra longtemps pour devenir celui que tu dois devenir.

Puis l'apparition se tourna vers Satine.

Elle s'inclina.

-Princesse de la lune, futur reine, votre choix est périlleux et extrêmement dangereux. Je ne peux vous dévoiler les conséquences potentielles de vos actes présents mais je peux juste vous dire que vous deviendrez reine avec du sang sur les mains...


Katarina se tourna une dernière fois vers son fils.

-Hâte toi, Ivan.

Puis elle disparu.

Le jeune homme se laissa glisser le long de la porte. Il était perdu. Il regarda son âme sœur comme s'il la voyait pour la dernière fois. Il n'aura même pas eu l'occasion de passer une nuit avec elle.

Cruelle, est la vie quand on aime. Puis un détail le frappa...l'entité l'avait appelé fils du soleil ?

Mais de quoi parlait elle. Le soleil n'est pas un élément maléfique. Tout tournait dans sa tête.

-'tine, pourrais je un jour te donner la tendresse que je garde pour toi au fond de moi depuis si longtemps. Depuis que je suis enfant, je veille sur toi comme ton ange gardien. Et je te connais plus que Luke ne te connait. Nous avons partagé enfant bien plus de pensée que de mot. Tania enrageait parfois a cause de cela. T'en souviens tu ?


Il ne mentait pas. Il avait en effet communiqué par la pensée plus d'une fois pour que sa sœur n'entende pas leur conversation. Elle, Satine n'avait que quatre ans et pourtant.

-Quand tu étais plus grande, à Poudlard, c'est moi qui venait dans tes rêves. C'est avec moi que tu parlais, pendant des heures, de tout ce qui te faisait souffrir ou te rendait heureuse. Je veillais sur toi, jour et nuit.

Là, a ce moment, il était un homme de vingt trois ans, brisé, qui se livre pour la première fois à celle qu'il a aimé depuis leur premier regard.

Ce fut chez lui, il descendait l'escalier, elle montait comme la mère du jeune homme lui avait demandé. Il s'était presque rentrée dedans. Alors qu'elle partait en arrière, il l'avait rattrapé et serré fort dans ses bras.

Comment pourraient ils un jour retrouver se simple moment...comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Satine E. Loyer
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'hôtel

Message par : Satine E. Loyer, Mer 29 Jan 2014 - 17:11


A l'usure que la jeune femme déversait sa haine, le visage de son interlocuteur changeait de couleur et se tordait de colère. Mais elle ne voyait rien, elle ne s'apercevait pas du mal qu'elle était en train de lui faire, en train de leur faire à tous. Pour une fois la jeune louve réagissait de façon égoïste, mais c'était pour le bien de tous, il fallait qu'elle parvienne à détruire les idées qu'Emerique avait pu enfouir dans l'esprit de son gardien. Il fallait qu'elle le sauve. Mais si les meutes étaient au courant, elles voudraient se joindre à elle. Sauf que pour cette fois, Satine considérait que c'était son combat.


Elle avait pu ressentir à quel point Nate l'aimait, et à quel point le démon avait joué sur les faiblesses du jeune homme. Il lui avait promis mons et merveille, que la belle lui tomberait dans les bras, et que seule la magie noire pourrait le rendre tout puissant. Elle avait tiré par mal d'informations de cette soirée, dans l'un des moments les plus faibles du jeune homme. Lorsqu'elle s'était offerte à lui. L'image de cette bagatelle la fit frissonner, elle s'était presque prostituée pour lui soutirer des informations. Bien entendu, le désir avait été présent, mais la jolie brune avait vu l'aubaine d'en savoir davantage sur le changement de son ami d'enfance.


Sans qu'elle ne s'y attende, Alan s'invita très violemment dans son esprit. La violence, elle n'aimait pas, elle détestait même. Rien ne valait de la patience et de la douceur pour expliquer les choses. Surtout avec un être aussi fragile et perdue que Satine.  La jeune princesse vacilla. Une douleur se fit sentir, elle avait mal à la tête, comme l'impression qu'elle allait exploser. Elle détestait quand il entrait dans son esprit aussi brutalement . La douleur était tellement forte que la gryffondor ne parvenait même pas à se débattre. La meute noire n'avait pas réagit ils étaient aussi bien leur chef l'un que l'autre... alors que la meute blanche alla de l'avant... mais ils ne firent pas le poids contre leur prince. Il disait souvent qu'elle devait apprendre à maîtriser ces pouvoirs, mais Ivan devait faire de même.


Lorsque la douleur fût plus supportable, la brunette observa les alentours de son esprit. Et elle se revit avec Ivan, lorsqu'elle lui avait donné son pendentif... il l'avait accepté. Soudain, elle se souvint, elle se mémo ra ce baiser qu'ils s'étaient échangés, et qu'elle avait juré de le maintenir en vie quoi qu'il advienne. Leur amour, leur déclaration, tout faisait surface... et la jalousie de Jonathan, elle comprenait son comportement... et sa délicatesse, ces mots tout doux lorsqu'ils n'étaient qu'à deux. Alan brisa une nouvelle barrière dans l'esprit de la jeune femme... des éléments qui lui étaient complètement inconnus, elle connaissait Ivan depuis sa plus tendre enfance. Et là elle compris pourquoi dans son rêve elle avait donné son pendentif à Tania, parce qu'elle voulait lui donner l'espoir de revenir parmi les siens... et de lui donner un rôle précis auprès d'elle. 


Tania était le parfait équilibre, elle était la terre. Moins puissante que la lune et le soleil, mais sa sagesse n'avait d'égal. La jeune fille se souvint à quel point elle adorait son amie, jouait avec elle des heures et des heures. Comment avait-elle pu oublié de telles choses. C'était horrible, et Tania qui avait toujours fait comme ci rien ne s'était jamais entre elles, et qu'elles n'avaient jamais été de grandes amies.

A présent l'image d'Alan qui lui promettait que s'ils s'en sortaient, ils s'uniraient pour le meilleur et le pire. Pourquoi lui avait-il effacé cette soirée ? Avec son comportement, il l'avait poussé, en quelques sortes, dans les bras de Nate en lui cachant tous ces souvenirs. Puis tous le reste s'enchaîna la bataille, la mort d'Olga, les blessures des uns et des autres, la mort d'Ivan... l'arrivée de la meute blanche... et les pouvoirs de Satine... la nouvelle place de la meilleure ennemis de la jeune femme.

Puis le loup ressortie de l'esprit de la jeune femme aussi violemment qu'il en était entré. Elle tomba à la renverse, elle était sonnée.  Elle garda les yeux fermés un instant, puis les ouvrit. Satine fixa le plafond, puis elle se releva et chercha Ivan du regard. Une lumière fit son apparition, Satine l'observa de "loin".

-Qu'as tu fais Ivanovich Zyrianov fils du soleil. Tu es le dernier rempart et voilà que tu t'en prend à la lune. Que cherche tu ?

-Elle croit que je suis son ennemi. Elle se jette dans les bras de Natanaël, le jouet de Lors Emerique.

Une silence.

-Vous ne dite rien...

-Tu viens de la détruire, une fois de plus.

-Je ne sais comme lui dire que je l'aime et que je ne veux pas la perdre avec ces deux monstres.

-Alors continu et tu la perdra à jamais...

Satine le regarda, qui était cette voix. Ce qu'elle venait de dire ne plus pas à la jeune princesse. Est ce que les deux jeunes gens n'étaient pas en train de se faire manipuler parce qu'ils pensaient être " des voix de la raisons", et si elles étaient envoyées par Emerique. A présent, elle voyait le mal partout. C'est en réagissant comme il l'a fait, qu'il lui avait ouvert les yeux, et non pas comme il l'avait fait précédemment. Pour la jeune femme, leur amour serait la toute puissance, le summum de leur pouvoir. C'est ce qui les rendrait plus fort face à l'ennemis.

Puis plus rien, Satine se retrouva face à un Ivan faible. Les larmes perlaient son visage. Elle se sentait à la fois victime et coupable de ce qui c'était produit. Elle ne bougea pas ce qui pouvait laisser croire qu'elle était indifférente à la situation malgré ces larmes. Mais ce n'était pas le cas. Il souffrait, de sa faute encore une fois...

-Tu me dis que je peux rester dans la meute. Mais tu m'a bannis quand tu a choisi Olga...

Elle, l'avoir banni, elle n'aurait jamais fait ça, du moins si elle avait su. Pourtant, elle l'avait quand même ramené à la vie. Alors pourquoi ? Il lui montra, il n'avait plus le signe... Elle posa une main sur son coeur, elle était choquée.

-Quand tu a choisi Olga, tu m'a bannis de la meute par conséquent tu as coupé à jamais le lien qu'elle aimait partager avec moi. Le seul lien qu'elle pouvait avoir en dehors des quelques heures que nous avons pu partager par-ci par-là. Elle te hais pas ce qu elle regrette que tu es choisi le mauvais cheval. Je t'accorde qu'elle n'aurait pas du se venger.

- Mais non... ce n'est pas ce que je voulais, je voulais juste vous ramener à la vie...

Au moins elle avait détruit leur lien, la jeune femme était assez satisfaite pour ça. Elle s'approcha d'Alan, et se mit à la hauteur. Elle hésita à le prendre contre elle.

- Je n'ai pas choisi le mauvais cheval,  toi tu avais mon amulette, je savais qu'elle pouvait te protéger, mais elle... c'était la seule solution, je n'aurais pas dû la faire revenir... elle n'était pas morte pour moi mais pour toi. Et pourtant, mon coeur me disait qu'il fallait la faire revenir d'entre les morts. Et je ne voulais pas que tu la pleurs... Nous ne connaissons pas exactement nos rôles Alan... mais toi, je sais que tu n'es pas qu'un membre de la meute, tu es bien plus. Si tu n'as plus la marque c'est que tu dois renaître, et que nos marques à tous changerons...

La parfaite fusion de la lune et du soleil. Satine s'était doucement éveillée du moins la princesse de la lune, maintenant c'était à Ivan de prendre conscience de son statut de prince non pas que des ténèbres mais du soleil. Dans une vie antérieur, ils étaient heureux et amoureux, et jamais personne n'avait pensé qu'un jour la lune et le soleil ne ferait qu'un. Un sursaut, ils devaient agir en une journée bien précise. Voilà l'une des clés, l’éclipse solaire. Ce jour ou la lune et le soleil sont en parfaite harmonie. Mais ils avaient un gros travail à faire, ils allaient devoir travailler en équipe... et bien avant ça, Satine devait rallier Nate à la meute.

-Tu veux partir avec Natanaël et laisser le commandement à Johnatan. Il en est capable certes mais ton départ va le briser comme la fait sa première chef de meute. Tu veux le voir mourir de chagrin car il n'aura rien pu faire pour te sortir des griffes du mal. Je connais chacun des membres de cette meute qui est tienne. Et je te conjure de ne pas te livrer à Natanaël. En faisant ainsi, tu ne protègera aucun des membres.

Satine avait expliqué à Jonathan le pourquoi du comment, certes il avait mal réagit mais avait finit par comprendre l'intérêt de ce départ. Elle ne l'aurait pas laisser dans l'ignorance totale et encore moins l'abandonné définitivement. Elle savait ce qu'il avait enduré, et elle lui avait juré d'être honnête avec lui.

- C'est du tout vu avec Jonathan, ne t'en fais pas avec ça, je te l'ai dis tout à l'heure mon départ n'est que temporaire. Nate est le troisième gardien comme Luke et Léon. Pour ça il faut que je travail en solitaire, il faut qu'il est confiance en moi... je...

Elle soupira, et regarda Ivan dans les yeux. Elle ne savait pas s'il était au courant, mais normalement non car il n'avait plus ce lien avec elle. Elle posa une main sur la sienne et ajouta :

- Emerique se sert de lui, il lui a promis mille et unes choses... il n'est omnibulé que par une chose... moi ! Comme Luke ou Leon, l'amour des gardiens pour leur princesse. Je... j'ai profité d'un moment de faiblesse de Nate pour m'insinuer dans son esprit. Et j'ai vu qu'il lui avait promis une vie paisible une fois que ma mémoire sera enlevé. Bien sur Emerique s'est tenu de lui dire qu'il voulait nous tuer. Je dois lui faire comprendre. Je dois le faire repartir dans le passé. Lui faire prendre conscience de ce qui lui arrive.

Alors qu'elle allait tenter un rapprochement avec Alan, Katarina fit son apparition.

-Ivan, tu as fait assez de dégâts comme cela  dit lui adieu et viens ici. Tu devra assumer les conséquences de tes actes passés et présents. Il te faudra longtemps pour devenir celui que tu dois devenir.

Puis l'apparition se tourna vers Satine.

Elle s'inclina.

-Princesse de la lune, futur reine, votre choix est périlleux et extrêmement dangereux. Je ne peux vous dévoiler les conséquences potentielles de vos actes présents mais je peux juste vous dire que vous deviendrez reine avec du sang sur les mains...

Katarina se tourna une dernière fois vers son fils.

-Hâte toi, Ivan.

Stop, elle en avait assez qu'on dirige sa vie. Après tout c'était elle la princesse et elle l'enjeu, la chef. Elle ferait ce que son coeur lui dirait. Avant que Katarina ne disparaisse Satine ajouta durement :

- Je n'ai d'ordre à recevoir de personne... et je deviendrais reine peut-être avec du sang... si c'est le cas sa sera celui de l'ennemie.

Elle attrapa la main d'Alan :

- Alan n'ira nul part, il reste ici avec les siens ! Il suit son coeur, il fait bonne route. Il paie assez les conséquences. Maintenant partez et que je ne vous revois plus...

La lumière disparut, Satine soupçonnait qu'elle soit de mèche avec Emerique, elle ne comprenait pas qu'on puisse conduire son fils dans le mur. Ce n'était pas normal. Elle regarda Alan dans les yeux. Ils n'avaient besoin de personne pour y arriver, juste de leur meute, mais surtout ils avaient besoin l'un de l'autre.

-'tine, pourrais je un jour te donner la tendresse que je garde pour toi au fond de moi depuis si longtemps. Depuis que je suis enfant, je veille sur toi comme ton ange gardien. Et je te connais plus que Luke ne te connait. Nous avons partagé enfant bien plus de pensée que de mot. Tania enrageait parfois a cause de cela. T'en souviens tu ?


Elle secoua la tête, elle ne se souvenait de rien du tout. Elle n'avait en souvenir de son enfance que de la tristesse et du rejet. Rien de plus, rien de moins. Doucement, la princesse se glissa vers Ivan, elle ne voulait pas qu'il parte. Pas se soir. Maintenant que tout était clair entre eux, elle voudrait être avec lui au moins une fois avant le finale. On ne sait jamais, peut-être qu'elle y laisserait sa vie pour sauver celle de sa meute.

-Quand tu étais plus grande, à Poudlard, c'est moi qui venait dans tes rêves. C'est avec moi que tu parlais, pendant des heures, de tout ce qui te faisait souffrir ou te rendait heureuse. Je veillais sur toi, jour et nuit.

Elle posa ses doigts sur les lèvres du jeune homme, puis se releva. Elle lui tendit une main pour l'aider à se relever. Jonathan lui demanda si tout allait bien, il était assez inquiet mais elle le rassura et lui demanda de disposer. La jeune femme coupa le lien avec tout le monde. 

- Viens...

Elle l'aida à s’asseoir sur le lit, et se posa juste à côté de lui.

- Ecoute, je n'ai plus de souvenirs de mon enfance... mais dis moi, pourquoi est ce que tu m'as effacé la mémoire la dernière fois ? Tu as fais pire que mieux Alan ... tu penses que c'est en me faisant croire que tu n'éprouves rien pour moi ou que c'est impossible que tu nous protégeras ? Alan... c'est absurde, ce qu'il faut que tu comprennes  que c'est justement notre amour qui va faire notre force. 

Elle posa une main sur son visage.

- Il faut que tu saches qui tu es, malgré ta violence, tu n'es pas un monstre. Tu es un prince, le prince du soleil... tu es mon prince... il y a pleins de choses que nous ignorons encore, mais à nous deux avec les deux meutes, on y arriverra.

Elle glissa une main sur le coeur de son aimé.

- C'est lui qu'il faut que tu écoutes, c'est lui qui te donneras les réponses à tes questions. J'ai des informations qui pourrais nous aider, des souvenirs qui reviennent au fur et à mesure. Mais là, je veux juste t'aider toi... que tu fasses les bons choix... mais s'il te plaît, ne m'abandonne plus.

Satine le fixa droit dans les yeux :

- Je ne le supporterais pas. C'est toi ma force... rien que toi ! Si jamais un jour j'agis de façon ambigu rappel toi à quel point je ne suis rien sans toi. Si je réagis étrangement c'est qu'il y a une bonne raison... comme la nuit dernière avec Nate.

Elle baissa les yeux, elle avait envie de se jeter dans ses bras et de s'y blottir. Mais elle en serait incapable, ce n'était pas une menteuse encore moins avec les personnes qu'elle aimait. Il fallait qu'elle le lui dise, qu'elle lui dise la vérité.


 
 
Edit Ailyne : Bonjour Satine. J'attire, une fois de plus, votre attention sur la mention [à finir] que comportait votre RP. Je vous rappelle qu'un outil "Brouillon" est à la disposition des membres et qu'il n'est pas admis de poster des RPs qui ne sont pas terminés. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: À l'hôtel

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3

 À l'hôtel

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.