AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 16 sur 16
Dans la Pénombre.
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
Mangemort 91
Mangemort
Mangemort

Re: Dans la Pénombre.

Message par : Mangemort 91, Mar 25 Avr 2017 - 0:34


Froid noctambule des allées taciturnes. Avril. Te découvre pas d'un fil. À croire que cette année, ils l'avaient pris au mot. Plus de temps sous le masque, que l'air sur le visage. L'identité pinnochiarde qui se fondait au visage par le nez allongé, tendu dans les étoiles, compagnes noctambules idéales. Loin des chiards qui pissait sur les murs, qui se mouchaient le long des berges mortes. Laisser leur tanière a des mains certes enfantines, mais promises à un avenir. Prendre l'air, en tant qu'un autre. Prendre l'air et vivre un peu.Se laisser porter par le vent qui faisait claquer parfois la cape le long des mollets aux plaies dissimulées.
Sentiment de liberté.

Une odeur pralinée de tabac au coin de la ruelle, un sentiment d'allégresse qui n'est pas partagé par l'esprit troublé qui semble se tenir là. Comme un mirage, enfant volage. Trois pas qui racle le pavé, avant de se tenir non loin. D'observer. Sans rien dire. Attendre toujours d'être remarqué de l'enfant perdu. Il a du perdre son chemin le mioche. Peut-être pourraient-ils l'aider si ils le voulaient.
Retrouver la city of light de tout gamin un peu paumé.
Lui expliquer que Godot ne viendra pas l'aider mais qu'en suivant le bon chemin on peut finalement s'aider soi-même.
Alors d'une voix sage, comme si la sphère de la connaissance brûlait au fond de leur gorge

Eh Gamin, tu veux qu'on t'aide à retrouver Neverland ? T'as l'air un peu paumé.

Double peau qui a bon dos.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la Pénombre.

Message par : Alhena Peverell, Dim 2 Juil 2017 - 22:17


RP Rachel  
Se déroule juste après la rupture Ayalhena

Musique

Pain


Le ciel s'est effacé ce soir. Les étoiles sont éteintes. Un voile pourpre a envahi le chemin. Les frissons dévorent ta chair nue. Assise là, dos contre un mur. Les vêtements trempés par l'averse qui ne s'est pas terminée.

Tu l'attends

T'attends

Qu'elle court les rues,
Qu'elle crie ton nom,
Qu'elle te trouve,
Qu'elle t'attrape,
Qu'elle t'aime encore jusqu'à l'excès,
Qu'elle t'explique que c'est un cauchemar,
Que vous allez vous en sortir,
Qu'elle n'a pas fait ça.

Tu as l'impression que tes sens sont embrouillés.
Que tu es juste perdue au milieu de nulle part.
Que tes veines bouillent et brûlent l'intérieur de ton corps.
Que ton monde s'est effondré.

Il ne lui a fallu qu'une seconde pour réduire à néant tout ce que vous aviez construit.
La fumée a alors englouti votre pièce.
Le poison s'est répandue dans votre maison.
Les murs ont explosé.
Les meubles ne sont plus que des cendres.
Les fenêtres se sont brisées.

_Et Elle est sortie de ta vie

Elle t'a laissé seule au milieu de ce bordel.
De cet immeuble en feu.
À crier en silence.
À entendre ses voix qui ne s'arrêtent plus.
À pleurer sans jamais pouvoir s'arrêter.

_Elle vous a oublié


___________________________J'ai l'impression d'être à nouveau morte



Il y a un vide en toi,
Tu sais que tu ne te souviens pas de quelque chose,
D'une histoire bien amère au goût de sang.


C'est comme si l'Étoile avait arrêté de briller.
...



Tu sais Némésis,
On dit que la haine c'est surfait. Que pour haïr il faut encore aimer.
Peut-être que c'est vrai.
Peut-être qu'il est aussi probable que je te haïsse toute ma vie.
Pourquoi ?
Je ne sais pas. C'est juste comme ça.
Je n'arrive pas à trouver une explication. Mettre des mots dessus.
Sur cette haine, cette colère qui transperce l'oesophage.
Ça ronge, ça bouffe juste.
Chaque jour. Chaque minute.
Parce que le temps avec toi c'est long.
Et pour s'en remettre, il en faudra au moins le double.
Parce que avoir confiance à nouveau, c'est dur.
Parce que se lancer dans un truc alors qu'on est tombée,  
C'est horrible.
Parce que t'as pointé un foutu revolver sur mon front.
Qu'avec tes yeux, tu m'as demandé de t'aimer.
Que j'ai dit oui.
Et que t'as quand même tiré.

Alors comment on fait après ?
Comment on se regarde dans la glace à nouveau ?
Comment on avance quand on a pas confiance ?
B.rdel, tu ne sais pas comment je te hais.
Parce que c'est comme naître à nouveau,
Quand on respire pour la première fois ,
Que ça déchire les poumons.
La vie ça fait p.tain mal.
C'est fait de rejet, de c.nneries.
Mais de choses bien aussi.
J'aurais préféré que tu fasses partie de ces choses-là.
Que quand je retiens mon souffle en entendant ton nom,
C'est parce que ça me rend incroyablement heureuse.
Et pas déstructurée.

Le jour, la nuit.
À chaque pas. À chaque détour.
J'ai peur qu'un matin. Tu sois là à m'attendre.
Me demander comment je vais.
Faire comme s'il ne c'était rien passé.
Faire comme s'il n'y avait rien eu.
Parce que ton indifférence, c'est ce qui me tue le plus.

_L'ignorance du Désir, m'écorche.

Il y a des questions que je me pose, sur toi.
Étais-tu un entier mensonge ?
Étais-tu vraiment ce que tu prétendais être ?
Ou étais tu juste, plus perdue que n'importe qui.
Perdue au milieu des ronces.
Si belles et si vénéneuses, qui égratignent la chair,
Et font perler des larmes de sang, avec lesquelles,
On écrit,


L'amour et la Mort
...

Infâme symphonie qui se délecte de tes pleurs.
Tu as l'impression que l'on t'a arraché le coeur.
Tes ongles griffent le mur de pierre.
_Juste effondrée,
___________érafle-toi les genoux sur les cailloux_

Désillusion, tu ne sais plus où te mettre.
La pluie battante et ta tête qui se bute au mensonge.
Une de tes mains racle le sol à la recherche d'irréalité.
_Les larmes se mélangent aux gouttes d'eau_
Lèvres mordues jusqu'à la douleur _ce n'est pas vrai
____________Fuite de la vérité
Je veux pas, j'aime pas, je veux tout recommencer.
______________Rêve blessé

Tu es _tuée,

_________Petite fille au milieu de la forêt,

___________________________Recroquevillée,

____________________________________Juste,

_________________________________________Abandonnée.


Étoile écrasée
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la Pénombre.

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 3 Juil 2017 - 20:51


"Les larmes sont chose étrange. Comme les tremblements de terre et les marionnettistes ambulants, elles peuvent apparaître à tout moment, sans prévenir, sans raison valable."
Lemony Snicket
Fin du service. La boutique était rangée, la caisse était à jour, la réserve pleine. Néanmoins il était tard.
Ester n'était pas certaine de ce qu'elle préférait. Commencer tard et finir tard, puisque de toute manière elle dormait difficilement. Ou commencer plus tôt et avoir des horaires normales, puisqu'elle en aurait bientôt fini avec les cours.
Eh oui, c'était la fin d'une longue période de sa vie. Était-elle triste ? Ou heureuse ? Finalement il y avait eu tellement de changements dans sa vie récemment que la dernière année se rendait compte ce soir qu'elle n'en avait plus rien à faire. Les professeurs lui maqueraient. Le lac. Mimi, à qui elle devait encore dire adieux. C'était tout.

Avançant doucement, mélancolique, la verte observait les maisons alentours. Elle prendrait surement un appart' ici dans quelques semaines. Avec Kohane peut-être ? Elle aussi travaillait dans le coin. Comme ça au moins elle pourrait l'avoir à l’œil. Comme l'Ordre le lui avait demandé. Réussirait-elle un jour à la sortir de l'eau ? La corde s'était brisée et au moins une des deux avaient coulé. Maintenant Ester craignait de ne pas pouvoir la remonter à temps. Personne ne survivait à une noyade, pas même le Phénix.

Nager, nager encore, sombrer et revenir à la surface. Chercher la lumière dans un monde d'obscurité. Tel serait son combat pour le reste de sa vie. Rester Ester, mais retrouver un peu de celle qu'elle avait perdu. Pour la petit fille qu'elle n'était plus. Celle qui l'observait en silence, tapis dans son ombre et qui avait peur, qui avait honte. Celle qui, en voyant cette ombre accroupi au loin n'aurait même pas hésité à aller la voir, l'aider. L'étudiante pourtant s'arrêta simplement et observa, parce que la scène n'avait rien de banal.

C'était la Peverell. Grande sœur ?
Le cœur d'Ester se serra dans sa poitrine. Si vous l'avez déjà vécu, vous comprendrez aisément la colère et la peine que pouvait ressentir l'ancienne née-moldue. Si tel n'est pas le cas, vous ne pouvez même pas imaginer ce que cela fait, d'apprendre que toute sa vie, tout ce que nous étions, n'était basé que sur des mensonges, des faux souvenir. Et on ne fait pas référence ici de petits mensonges qui se révèlent finalement sans importance avec le temps, mais bien d'une famille qui vous marque au fer rouge, de parents qui torturent leurs enfants et d'un frère qui vous enlève et vous confie à une famille qui n'est pas la votre avant de vous effacer la mémoire pour y implanter de nouveaux souvenir. Alors comprenez, qu'Ester hésita un instant à faire demi-tour. Mais comment ignorer de la sorte la faiblesse d'un roc ? Parce que c'était ce que Miss Peverell -Alhena- était, un roc. Une force de la nature.

- Miss... ?

Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la Pénombre.

Message par : Alhena Peverell, Sam 22 Juil 2017 - 22:15


« J'ai peur, si peur que demain, le monde s'arrête 
_Et au pire, qu'est-ce que ça changerait ? »

Petite fille perdue au milieu de la forêt,
Elle erre sans succès.
Il y a une jolie mélodie qui l'aide à avancer.
Mais elle restes là à piétiner.

Le voile noir tombe. La chair écorchée, elle tente de se relever. C'est drôle comme le monde a changé. Le regard n'est plus le même. Les couleurs sont si différentes. Les notes de musique ne s'aventurent pas au même endroit. Les frissons s'enveniment vers un autre ailleurs. Toutes saveurs a désormais un autre goût, c'est devenu bien trop fade pour être apprécié.
_Dépression à se faire vomir

Elle lève la tête. Elle contemple l'inconnu, le flou qui se présente. Un humain ? Un animal ? Qu'est-ce que c'est ? Les larmes cachent la réalité. Elle recule. L'angoisse, la peur rongent les os et l'intérieur. P.tain de bête effrayée.

Haine crachée

Elle est à la recherche de traits. Elle veut tenter de trouver qui c'est. Beaucoup trop instable, les émotions sont ainsi à l'excès, impossible à gérer. Les sensations n'ont plus de sens. C'est brouillé, envenimé par l'anxiété.
Petit à petit, elle commence à reconnaitre. La couleur des yeux, la forme d'un visage, les courbes d'une jeune femme. Peut-être même qu'elle aurait préféré rester dans l'ignorance que comprendre ce qui est en train de se produire.

_Elle recule d'un bond, parce que la peur l'a mangé.

Que... mais qu'est-ce que tu fais là Rachel...Ester...Galatéa ?

La voix tente de camoufler ce que le corps ne peut pas. Le paradoxe s'enclenche. Redevenir forte tout en étant particulièrement faible. C'est comme un pléonasme de la vie et ça ne lui plaît guère. Elle déteste ça, être envahie par ses colères. Elle a l'impression que ses pensées lui échappent.
Pulsions animales

Respiration saccadée, elle ne la regarde pas dans les yeux. Bien trop lâche pour le vouloir. Elle tente de se calmer, de refaire surface. La bouffée d'air ne parvient pas à arriver. Y a le coeur qu'est encore bien trop déchiré. La trahison, ça ne pardonne personne. Lèvres pincées, elle se recroqueville encore un peu. Des larmes s'échappent dans un silence. Elle attend juste le départ de l'intrus.

C'est un univers où les autres ne sont pas accueillis avec sympathie. On ne les chassera pas, mais on ne les serra pas dans nos bras. Parce que personne ne veut voir ça. Alhena ne veut pas que les gens la rencontre de cette manière-là. Elle préfère enfiler son masque, essuyer les critiques et les haines que dévoiler ce côté de sa personnalité.

Si fragile, si légère qu'un seul regard pourrait la tuer.

_Humanité.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la Pénombre.

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 12 Aoû 2017 - 19:53


Ça l'énervait. La Peverell l'énervait. Il en avait toujours été ainsi, mais la verte ne comprenait que maintenant pourquoi. Au fond, peut-être qu'elle l'avait toujours su, toujours senti. Cette odeur nauséabonde qui la suivait partout depuis son enfance, acre et métallique. Maudis sang-pur. Maudis famille. Maudis Vie.

- Galatéa ?

Ester souffla, piétina d'agacement. Elle tourna ensuite les talons, bien décidé à rester loin, très loin de tout ce qui concernait les Peverell. Elle n'avait certainement pas besoin de problèmes supplémentaires. Ni de nouvelles révélations sur son enfance.

La sorcière marcha jusqu'à l’orée de la forêt, se stoppa, regarda en arrière. La Peverell était toujours là, prostrée, recroquevillée. Tout ceci était très peu naturel. Comme d'entendre des voix. Ester secoua alors la tête avec une grimace résolue. Purée ! Elle fit demi-tour.

- Debout Peverell !

La verte se planta devant sa professeur, un brin condescendante. Comme dit, cette situation n'avait rien de normale. Elle n'avait jamais été aussi faible. Petite fille. Enfant brisée au fond de son placard. Voilà qui expliquait bien des choses. Voilà qui réconfortait la fausse née-moldue sur son sort.

- Reprends-toi, tu fais peur, reprit-elle avec une voix un peu plus douce.

"Qu'est-ce qui a bien put te mettre dans cet état ?"
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la Pénombre.

Message par : Alhena Peverell, Ven 8 Sep 2017 - 2:15


Un son, une lumière.
Il y a une voix qui envahit sa pièce. Pendant un instant, elle n'est plus seule. Il y a une main tendue et elle court loin de cette forêt. C'est cette soeur, qui est partie. Celle pour qui elle aurait été prête à mourir.
Mais peut-être, n'est-ce qu'une simple excuse à l'époque pour se dire que justement, il est plus facile de s'en aller que de rester accroché.

Et ça, ça lui fait mal.

Cela lui déchire les tripes, elle s'étouffe avec son propre masque. Son propre mensonge. Regarder devant soi, c'est trop dur pour elle. Elle n'arrive pas à avancer, autant pour son enfance qu'avec les souvenirs qui lui bouffent le coeur.

Et puis, elle la voit partir. Elle est seule à nouveau. Seule et perdue, elle a l'impression de faire une course à l'envers. Comme si les aiguilles du temps remontaient. Elle tente de courir après une chose, mais reste sur place.
Cette soeur que tu as cherchée pendant des années, elle s'en va.
Encore

Et alors que le ciel s'émiette à nouveau, elle revient. L'émeraude fait alors face à l'inattendue. Elle reste là, inerte aux paroles. L'incompréhension orne son visage. Elle tente de comprendre. Elle ne l'a pas remarqué, mais son coeur s'est remis à battre. Comme si, elle avait perdu une âme au profit d'une soeur.
Comme si, les choses pouvaient s'arranger.

Pourquoi n'ai-je pas le droit d'être un être faible parfois ?

Son coeur rate un battement. Elle ne sait même pas pourquoi elle pose cette question. Peut-être que c'est implicite, peut-être que derrière, elle voulait savoir ce que sa soeur faisait encore là. Pourquoi elle voulait la voir se remettre sur pied, ne la détestait-elle pas ?
Alhena était certaine que Rachel ne la portait pas dans son coeur. Et pourtant, elle lui faisait encore face.

Mais pourquoi ?



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la Pénombre.

Message par : Rachel Ester Pasca, Jeu 21 Sep 2017 - 1:25


Il était effrayant de constater qu'à chaque période de sa vie, on se devait d'associer un lot de douleur et de blessures. Certaines profondes, d'autres moins, mais toutes avec le même point commun : à chaque fois on restait résolument convaincue qu'il n'y aurait pas dire, qu'on y survivrait pas. Et la vie se faisait à chaque fois un plaisir vache à nous prouver le contraire. Le mal s'accumulait avec l'âge et la mort n'était que rarement au rendez-vous. Il n'avait jamais été là pour Rachel. Jamais pour la Peverell. La preuve étant qu'elles étaient encore là, combattantes malgré tout. Survivantes malgré elles.

Pourquoi. Ce n'était pourtant pas bien compliqué comme question, depuis toujours on se posait tous la même question. Pourquoi. Et Ester, comme la Peverell, se l'était posé plus que de raison. De nombreuses fois elle avait trouvé des réponses, mais aucune ne l'avait jamais satisfaite. Alors, à chaque douleur supplémentaire elle recommençait à chercher.

L'étudiante ferma les yeux pour remettre un peu d'ordre dans ses pensés. Elle n'aimait décidément pas toutes ces émotions contraires qui venait la tourmenter. La haine, l'amour. L'envie, le refus. Haïr les Peverell, haïr sa professeur, Ester aurait tellement souhaité y parvenir. Faire preuve d'égoïsme pour une fois, ne pas tendre une main. Mais ce serait comme d'accepter le retour de Galatéa. Cette petite peste dont la fausse née-moldue n'avait aucun souvenir, mais qui semblait avoir toujours été là pour la pousser à prendre les mauvais choix.

- Parce qu'il y a des personnes qui comptent sur toi,
répondit-elle comme si elle se parlait à elle-même.

L'étudiante n'était réellement capable de se montrer forte que lorsque quelqu'un comptait sur elle. Il en avait toujours été ainsi. Pour avancer Ester s'oubliait, oubliait ses peines et se consacrait à celles des autres. Ainsi elle avançait, petit à petit, parce qu'il devait être moins effrayant de regarder ses pieds en poussant le rocher d'un autre en haut de la montagne, que de regarder le sommet lui-même. Et au final, les deux arrivaient en-haut. Le rocher comme le pousseur. Était-ce si grave d'être de ceux qui ne savaient pas admirer la vu ?

- Parce que tu n'es pas faible... Moi oui.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la Pénombre.

Message par : Alhena Peverell, Mer 4 Oct 2017 - 21:20


Elle a la gorge sèche. Elle attend une réponse, qui la détruira peut-être. Les scénarios valdinguent dans tous les sens. Il n'y a aucune logique dans son esprit. Seule la peur gouverne ses sens, sa raison. Portée par l'amertume humaine, elle se recroqueville. Enfant perdue au milieu de la forêt ne laissera pas les monstres s'approchaient d'elle.

_Mais si les monstres étaient déjà présents ? Et si, elle en faisait partie ?

Une pensée qu'elle avait toujours eue, qu'elle avait toujours cru. C'était même quelque chose d'évident chez elle, de se dire que ce qui n'allait pas c'était sa propre nature. Comment elle avait été élevée, sa manière de pensée. C'était certainement un fait erroné et pourtant... Elle ne souhaitait pas changer. Elle continuait de croire qu'elle faisait partie des coeurs de pierre, de ces gens de glace qui n'avaient pas peur de l'avenir, du monde. Mais elle était simplement terrifiée par l'être humain.
Dans le fond, peut-être qu'elle ne le méprisait pas tant que ça. C'est seulement que parfois, l'inconnu était un préjudice à la bonne entente entre chaque âme. Entre chaque être différent.

Nous sommes humains... Nous sommes donc tous des êtres faibles.

Chacun à ses faiblesses, ses peurs, ses doutes. Les remords rongent les coeurs, les pensées. Personne n'échappe à ses propres souffrances, ses propres démons. Les défauts nous le rappellent chaque jour. Elle le sait, elle tente même de l'ignorer. Mais dans son miroir, parfois, elle prend un temps pour réfléchir. Pour se remettre en question, comprendre sa personne et ce qu'elle a pu faire de mal dans sa vie.

_Parfois, les autres le méritent

Et la roue tourne. Coeur en lambeau et être devenu fragile, que la terre en tremble. Que le vent tente de s'envoler avec elle, il la porte dans ses bras et elle s'effondre au sol. Les joues criant de larmes.
Elle observe la soeur en face d'elle, ce mirage, cette illusion impossible.

Pourquoi tu pars alors que moi je t'aime ?

La question n'était peut-être pas destinée à l'être devant elle. Peut-être que c'était une phrase murmurée alors que les murs d'un couple explosaient. Que la tempête ravageait les méandres d'une histoire qui devait prendre forcément fin.
Alhena le savait, elle lui avait caché tant de chose. Mais Vénus en avait fait de même.

Sauf que l'amertume de leurs lèvres, était encore un résidu de poussière qui ne voulait pas s'envoler.
Elle n'arrivera pas à oublier.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la Pénombre.

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 8 Oct 2017 - 21:25


L'humanité était faible oui, pourtant beaucoup s'évertuait à penser que c'était ces faiblesses qui rendaient l'Homme si fort. C'était quoi une faiblesse après tout ?
Une incapacité à cacher ses larmes et ses douleurs ?
L'impossibilité de tourner le dos et d'oublier ?
Ester observa celle qui se prétendait grande sœur. Ce soir elle se montrait plus ravagée que jamais. Faible, il était vrai. Pourtant, à bien y regarder, la sorcière n'avait jamais semblé si vrai et Ester ne s'était jamais sentie aussi proche d'elle. Le masque tombait enfin, de quoi laisser aux cœurs un peu plus d'espace.

Au fond la verte n'haïssait pas réellement, elle se sentait même capable d'aimer à regarder ainsi la Peverell. Jamais la peur ne la laissait en paix pourtant. Cette famille représentait tout ce qui lui avait toujours fait peur. A leur côté elle était certaine de redevenir cette petite fille de onze ans qui préférait la compagnie d'un fantôme plutôt que celle des sorciers.

Il y avait toujours eu une espèce de rancœur, de ressenti inexplicable entre les deux sorcières. Depuis leur rencontre à St-Mangouste jusqu'à ce soir. Il était si hypocrite de vouloir que cela change brusquement. Jamais elle plus ne serait Galatéa. Il n'y avait que Rachel et Ester.

- C'est un souvenir que tu aimes. Et il n'est même pas heureux, il fait juste moins peur que le futur.

La verte jeta un regard à la rue déserte. Les années avaient filé et pourtant elle était toujours là, à trembler dans le noir. En faisant face ainsi à son ancienne professeur, Ester avait l'impression de tourner le dos à tous les monstres qui pouvaient se trouver là. Il y en avait surement. Le vent laissa alors sur son passage un sinistre frisson que la sorcière se força à ignorer. Elle n'était plus une enfant, elle ne pouvait plus se permettre d'avoir ainsi peur du noir. Les ombres de la forêt n'étaient peut-être pas plus rassurantes que ceux de Prés-au-Lard, mais de toute manière elle était coincée ici. Elle s'en voudrait d'abandonner ainsi la Peverell. Il n'était néanmoins pas question d'y passer la nuit. Tendrement, mais fermement, elle l'attrapa donc, la souleva.

- Debout maintenant ! J'te ramène chez moi*. J'suis là.



*Vu que finalement j'ai 21
Désolé, je ferais mieux la prochaine fois
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la Pénombre.

Message par : Alhena Peverell, Mar 10 Oct 2017 - 16:03


C'était étrange. Son coeur était en train de battre, il battait anormalement fort. D'une force qu'elle n'avait jamais ressentie auparavant. Elle était envahie par des émotions, par des sensations qu'il lui était impossible à maîtriser. Il y avait la colère, la haine, l'amour, la tristesse qui s'affrontaient dans une même pensée. Elles étaient au sommet de leur puissance, explosant tous les autres ressentis de l'humaine qu'elle était. Anesthésiée par la peur et ses semblables.

Alhena se laisse soulever, être aidée. Elle n'a pas l'habitude, elle n'est pas certaine de comprendre sa partenaire de l'instant. Pourquoi cette soeur qui la hait reste là. Elle est pourtant un poison qui coule dans les veines, qui détériore tout ce qu'elle touche. Il n'y avait pas d'espoir dans sa grandeur, il n'y avait qu'elle pour se sortir de son mauvais pas. Et il était évident, que Peverell n'en avait pas envie.

_Alors pourquoi Rachel était encore là ? Comment pouvait-elle croire en sa soeur ?

D'accord

Dans le fond, elle trouvait que c'était peut-être mieux. Rester dans cette ruelle, à la merci du premier qui pouvait passer, ce n'était pas la meilleure idée. Quand les idées n'étaient pas claires, il suffisait d'un rien pour que tout bascule. Vous étiez en danger, vous mettiez les autres en danger. Qui des deux étaient le plus fort ?
Avec Alhena, on ne savait jamais à l'avance. Être faible ou être fou.

Seule la raison pouvait en décider

Suite
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Dans la Pénombre.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 16 sur 16

 Dans la Pénombre.

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.