AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 2 sur 6
Les toilettes des garçons
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Kyara Blanchet
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005

Re: Les toilettes des garçons

Message par : Kyara Blanchet, Jeu 26 Déc 2013 - 0:13


Pv : Edward F. Fitzgerald


C'était une fin d'après midi comme les autres, Kyara avait terminé les cours plus tôt. En fait non, elle avait plutôt fuit le dernier cours de la journée parce qu'elle n'avait pas envie et qu'elle préférait de loin traîner dans les couloirs. Surtout ceux qu'on savait désert, eux ils étaient cool. Enfin, quelques fois il arrivait qu'un fantôme passe et se mette à parler dans l'espoir d'avoir un peu de compagnie. Aujourd'hui était un jour sans fantômes, donc c'était cool.

Marchant sans vraiment de but, Kyara était perdue dans ses pensées, quand des bruits de pas provenant de derrière elle, attirèrent son attention. Curieuse, la serpentard se retourna et constata surprise qu'un petit garçon était en train de courir. Ses deux mains étaient posées sur le devant de son pantalon et il avait le visage crispé. En voyant Kyara, il se mit à crier :

- ZE VEUX FAIRE PIPIIIIIIII !

Doublant la Française, il entra alors dans les toilettes des garçons et le calme se fit de nouveau dans le couloir. Clignant des yeux en se demandant si elle n'était pas en train de devenir folle, Kyara décida d'entrer dans les toilettes des garçons pour vérifier si elle devait aller en vitesse à l'infirmerie ou pas. L'avantage des toilettes étant qu'elles étaient quasi désertes, comme le couloir quoi.

En entrant, Kyara pensait devoir faire le tour des cabines de toilettes, mais pas du tout ! Le petit garçon était en train de se soulager dans un des lavabos cassé. Pile à sa taille en somme ! Levant la tête et regardant dans le miroir il se rendit compte de la présence de la brune et dans un sourire prit la parole.

- T'as vu ? Ze fais pipi !

Okay. Ce n'était pas un rêve, il était bien réel, mais qu'est ce qu'un enfant faisait dans poudlard ? Comme si de rien n'était, ce dernier remonta son pantalon et alla se laver les mains avant de se planter devant Kyara. S'agenouillant, elle se mit à sourire avant de prendre la parole.

- Salut qu'est ce que tu fais ici mon bonhomme?
- J'ai fuit papa ! Et j'ai fait pipiiiiiii ! Comme un grand t'as vu ?

Il avait semé son père ?! Donc son père était à Poudlard, mais ce n'était pas jour de visite normalement. Hochant la tête, Kyara se demandait qu'est ce qu'elle pouvait bien faire face à une telle situation ....
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Bram V. Salten
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Chat (Sphynx)


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Bram V. Salten, Jeu 26 Déc 2013 - 4:45



Le Père et le Fils
feat Kyara Blanchet

J'avais décidé, ce jour-là, de dérober mon fils à sa mère. Le gamin n'avait pour moi que peu d’intérêt mais son existence m’intriguait et faisait apparaître dans mon âme une multitude de questions. Je voulais connaitre son passé car celui-ci était intimement lié au mien ; néanmoins ce n'était pas tout. Ma curiosité ne s'arrêtait pas à cette partie inconnue de ma vie, non, elle concernait aussi le garçon en lui-même. Ses iris vairons étincelaient d'une intelligence qu'un éclat de folie animait et son attitude reflétait l'image d'un individu incompris, perdu dans le monde réel comme une entité que la réalité ne pouvait atteindre. Je voyais en lui une apparition dérangeante et pourtant captivante de mon esprit, l'enfant que j'avais un jour été. Un sourire apparu sur mes lèvres alors que, de mes doigts vifs et souples, je tenais la main du petit Danny ; je savais qu'il était là, cependant sa simple présence ne pouvait m'accrocher à la réalité. Les pensées se bousculaient dans mon crâne et les idées vacillaient sur ma langue sans que jamais je les laisse fuir. Le silence reposait entre l'enfant et moi tel un ami commun ; seule la cadence saccadée de nos pas était ainsi audible. Poudlard ne disait rien, l'Ecole se contentait de regarder les hommes errer dans ses innombrables couloirs sans jamais émettre la moindre remarque. Ou le moindre jugement. Et nous avancions, muets tels de volatiles que le vent emportait dans une course où le son n'avait pas d'emprise. Ma respiration était régulière, calme, et l'Autre ne faisait qu'émettre que quelques claquements de bec, parfois.

-
J'ai besoin d'faire pipi, m'informa soudainement le gosse à la chevelure brune et indomptable, semblable à la mienne. Les mots avaient quitté sa bouche si brusquement que je n'avais pu empêcher ma silhouette voûtée et nerveuse de sursauter. Il s'agissait là d'une déclaration à laquelle je ne m'attendais certainement pas. Je n'étais pas père, après tout. Cette histoire n'était qu'un amusement, rien de plus.

-
Maintenant ?

Il ne répondit pas mais m'adressa un hochement de tête des plus parlants. Un soupire siffla entre mes dents tandis que je cherchais dans les poches de ma poussiéreuse veste les clefs de mon appartement, l'agacement aisément perceptible dans mes gestes précipités. Relâchant mon emprise sur son bras chétif, je perçu vaguement un mouvement qu'il entreprit pour plaquer ses deux mains contre l'endroit où se trouvait sa vessie. La frustration me rongeait et j'avais la furieuse envie de faire taire la voix trépignante qui couinait dans mes oreilles –  le vautour s'agitait en moi, envoyant mes pensées se fracasser contre le peu de raison dont j'étais doté. Danny sautilla encore quelques instants avant s'élancer à vive allure dans une direction totalement aléatoire. Interdit, je le contemplai durant de longues secondes durant lesquelles mon enveloppe charnelle fut immobile alors que des mots, ou images, s'imposaient devant mes yeux ouverts. Je n'y croyais pas ; c'était bien le caractère impulsif de Doralysa qui s'illustrait dans course effrénée et absurde de mon fils. L'écho lointain d'un juron retentit contre les parois abstraites de ma conscience et, enfin, je partis en courant à la poursuite du petit. Le peu d'élèves qui me croisèrent ne semblèrent même pas étonné de voir leur Professeur de Divination sillonner les alentours tel un esprit dérangé. Peut-être savaient-ils déjà que je n'étais pas quelqu'un de  tout à fait normal ; que j'étais, en fait, fou.

Au bout de plusieurs minutes, je fus devant les toilettes des garçons. La respiration haletante, j'ouvris la porte dans un fracas pour découvrir le gamin, qu'une jeune femme accompagnait dorénavant. Hmm. Baissée de façon à être à la hauteur de ma progéniture, elle arborait un sourire doux et amical. Je gémis intérieurement, maudissant sans cesse l'absurde idée qui m'avait mené à une pareille situation. Les plumes volaient en moi. Je ne dis rien pendant un moment jusqu'à ce qu'un ensemble de paroles finissent par émerger de ma gorge ;  

-
Tu as trouvé les toilettes, on dirait.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Kyara Blanchet, Jeu 26 Déc 2013 - 13:32


Le petit garçon se balançait d'avant en arrière, il semblait être perdu dans son monde d'enfant. Monde où tout est beau, tout est gentil. Monde qu'il regretterait bien assez tôt. Kyara n'avait pas l'habitude des enfants, elle ne savait pas ce qu'elle devait faire ... Il fallait dire qu'elle avait plus l'habitude de servir des verres à des alcooliques ou de se battre plutôt que de pouponner des enfants. Un souvenir surgit alors dans son esprit, quand elle avait du faire accoucher Kaya. Elle n'avait pas pu se retenir, non, les contractions étaient arrivés en plein combat, après un sort mal placé. Avec Edjin, ils avaient réussi à sauver et la mère et le bébé, mais ça avait été une expérience que la Française se voyait mal recommencée. Faire accoucher une personne quand on avait seize ans était une expérience assez ... inédite.

Poussant un soupir, Kyara replongea ses yeux dans ceux du garçon et se rendit compte que son visage venait de s'illuminer. Il regardait par dessus l'épaule de la serpentard et semblait avoir vu quelque chose qu'il connaissait. Quelque chose ou quelqu'un. Kyara se retourna pile au moment où le fameux quelqu'un prit la parole.

- Tu as trouvé les toilettes, on dirait.

Le coeur de la jeune fille s'arrêta pendant deux secondes en voyant le visage de la personne venant d'entrer. Franck. C'était Franck ?! Clignant des yeux, elle se rendit alors compte qu'elle avait fait erreur. Il y avait une ressemblance en effet, mais ce n'était pas son ami qui avait disparu crier gare, comme la moitié des connaissances de la Française en somme. En tous les cas, il semblait jeune pour être père, un élève ? Se redressant, elle prit alors la parole histoire d'y voir plus clair dans toute cette histoire.

- Euh salut, c'est ton fils ? Renata sait que tu en as un et que tu le balades dans Poudlard ?

Se moquant des conversations des adultes, le petit fit le tour de Kyara afin de s'accrocher à la jambe de ce qui semblait bien être son père.

- J'ai fait pipi comme un grand !!

Apparemment il était vraiment fier de savoir faire pipi ... masquant un sourire, la brune attendit la réponse du "papa".
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Bram V. Salten
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Chat (Sphynx)


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Bram V. Salten, Sam 28 Déc 2013 - 17:17



Le Père et le Fils
feat Kyara Blanchet

Un rictus fendant mon visage, j'écoutai la question résonner autour de moi – elle me frôla et, tel un boomerang, s'envola quelque part, ailleurs, pour finalement se heurter à ma conscience détraquée. Cette dernière était comme un mécanisme enroué, brisé par on ne sait quoi, que le passé avait pourri jusqu'à ce qu'il soit incapable de distinguer le réel et l'imaginaire. J'étais peut-être plongé dans un délire si profond que mes sens se trouvaient également trompés par la démence. Les syllabes interrogatrices flottaient dans ma tête, oiseaux des mots, tandis que je tentais en vain de les capturer. Je voulais les attraper pour  davantage les comprendre et les disséquer afin de pouvoir, enfin, savoir où se situait la vraie réalité. Mais ils glissaient entre mes mains d'homme, puis entre mes serres de rapace et je me tenais alors dans un flou troublant car incompréhensible. Un instant, j'eus la désagréable impression d'être perdu, seul dans un endroit nauséabond, avant que je reprenne une attache sur la situation présente ; les lettres s'assemblèrent entre elles et les images, devant mes yeux éteints, reprenaient formes. Un ricanement frissonna sous mon souffle léger.

-
Voyons, la réponse me semble évidente, répondis-je d'une voix rauque et enjouée.  Mon index vint se placer devant mes lèvres alors que transmettais à la jeune femme une demande tacite, une promesse implicite dont elle était à présent la geôlière.

Baissant le regard, je sentis Danny enrouler ses maigres bras autour de ma cuisse tandis qu'il m'adressait fièrement une constatation pourtant guère reluisante. Si le principe d'uriner seul le rendait si heureux, la vie lui semblerait douce – en un sens, cette pensée était plutôt admirable. Il n'y avait que la candeur d'un enfant pour ne percevoir qu'une félicité bienheureuse dans le fait de se soulager dans un lavabo. Je regrettais cette époque en dépit de ses retours, brefs mais existants, dans mon quotidien ; elle était une amie disparue dans les méandres de l'oubli et du temps écoulé. Parfois, elle me rendait visite et m'occupait l'esprit pendant la durée d'une pensée, pour ensuite s'échapper derrière un songe. Lorsqu'elle n'était pas là, l'Autre me rongeait l'âme et m'étouffait sous une abondance de perversion ; j'étais corrompu par le destin qui se délectait de mes vices.  L'emprise du gamin m'extirpa une nouvelle fois de ma réflexion lorsqu'elle se fit plus insistante. Ses prunelles attendaient que je le complimente comme l'aurait probablement fait sa mère, néanmoins ce n'était nullement dans mes intentions. Je n'étais pas ainsi. Penchant ma silhouette vaguement humaine vers mon fils, je m'appliquai cependant à jouer un rôle qui ne me convenait guère ; les artifices d'un comédien sont néanmoins des atouts qui peuvent aisément abuser des illusions afin de faire paraître ce qu'il choisit de montrer. L'artiste est maître des apparences et de la vérité, c'était ce dont j'étais persuadé.

-
C'est très bien Danny, mais je te conseille d'éviter de faire ça devant une fille à l'avenir. Ça pourrait la choquer, tu sais. 
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Kyara Blanchet, Jeu 2 Jan 2014 - 21:52


Voyons, la réponse me semble évidente

Il posa alors son doigt devant sa bouche pour faire comprendre à Kyara qu'elle devait ne rien dire. Hum. Pour un simple élève, il ne manquait pas de confiance. Il pensait vraiment que la brune n'allait rien dire ? Bon, c'était le cas, dans la mesure où elle ne voyait pas l’intérêt de dénoncer des personnes qui ne lui avaient rien fait. Ce n'était pas ses affaires, elle ne voulait pas s'en mêler et c'était tout aussi mieux. D'autres serpy seraient déjà en train de courir prévenir un responsable, histoire de voir une autre personne s'en prendre plein la tête. Kyara n'était comme ça. Il n'empêche qu'en cas, elle saurait quand même se servir de cette information.

Tout content, l'enfant attendait une réponse de son père. Cette dernière ne semblait pas venir bien rapidement. Intriguée, la brune garda le silence, jusqu'à ce qu'il se penche légèrement afin de lui répondre. Il semblait quand même être bien jeune pour avoir un enfant .... A moins qu'il soit plus âgé, mais ce serait bizarre, car il n'avait du coup pas de raisons d'être à Poudlard.

C'est très bien Danny, mais je te conseille d'éviter de faire ça devant une fille à l'avenir. Ça pourrait la choquer, tu sais. 

La choquer ... Cette fois un sourire s'échappa des lèvres de Kyara. Elle avait déjà vu bien pire, ce n'était pas un petit garçon qui allait réussir à faire cela.

- Pas de soucis pour moi. Répondit Kyara. Je me présente Kyara Blanchet serpentard. A qui ait je l'honneur ?

La politesse, la meilleure des façons pour en savoir un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Bram V. Salten
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Chat (Sphynx)


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Bram V. Salten, Dim 12 Jan 2014 - 1:24



Le Père et le Fils
feat Kyara Blanchet

L’honneur, ah ! Quelle curieuse chose ; paradoxalement futile et importante, ce concept me semblait inapproprié à ma personne. Je n'étais pas de ceux dont on pouvait faire l'éloge  – je n'étais admirable en aucun point et, au contraire, c'était plutôt dans l'infamie que je me situais. Je me savais corrompu par les vices et dévoré par la perversion, aussi trouvais-je l'absurdité de la question plutôt comique. Hmm, quelle plaisante pensée  que celle d'être doué d'une noble âme. Je m'en délectais, et le vautour se repaissait de la carcasse d'une idée tant distrayante que savoureuse. Un ricanement sortit de ma bouche humaine alors que j'écoutais encore dans ma tête ce mot, cet honneur aux échos trop naïfs et à la signification si ironique qu'elle faisait s'élargir le rictus qui scindait ma face. Oh, bien sûr, je savais que la jeune Serpent ne savait rien de tout cela, de l'absurdité de son choix lexical, et qu'elle ne parlait que d'après ce que je prétendais être. Quoi, d'ailleurs ? D'après les propos qu'elle m'avait adressé, elle me jugeait assez jeune pour être un élève ; sa façon d'agir, en général, laissait supposer qu'elle ignorait l'âge qui se dissimulait derrière mon visage blafard et sous ma tignasse indisciplinée. Elle ne savait rien. Je pouvais agir comme je l'entendais, mon identité lui resterait inconnue – je n'étais qu'une image floue, sans nom, anonyme.  

-
Lui c'est Danny, et moi c'est Eddy, dis-je sous un murmure étouffé après avoir posé une main faussement protectrice sur l'épaule du gamin.  Navré pour ce petit incident.

Les doigts crispés autour du tissu qui constituait le manteau du petit, je faisais bonne figure. Qu'importe ce que je pouvais éprouver aux tréfonds de mon être noirci par le mal, tant pis si mon alter ego me glissait à l'oreille de biens sombres desseins  ! Je faisais taire ces vérités pour apposer sur la situation une imposture dont j'étais le maître. Ma cervelle embrasée, manipulée par l'Autre, ne percevait plus que quelques vagues sonorités réelles tant la folie m'assourdissait. Et pourtant, je demeurais silencieux tel un p*tain de cadavre. Immobile, au regard pourtant allumé par quelques étincelles bleuâtres, signes indistincts d'un mouvement intérieur et mental. Car si, en effet, mon apparence ne trahissait nulle instabilité, je n'avais aucun doute quand à l'image que pouvait révéler mes prunelles ; elles étaient la réflexion de mon âme, tangente et instable. Je pensais même perdre l'équilibre dans mon propre corps tant le contraste entre la réalité et ma pensée était vertigineux. Oui, on peut dire que cette fois le mot était approprié : vertigineux. Calme et agitation, mutisme et hurlement. Je me sentais divisé. Un cri perçant traversa ma tête alors qu'un faible étau de chair se refermait autour de moi – mon fils. Ah, oui, je m'étais quelque peu égaré. Oups. Je m'étais, semble-t-il, détaché du présent afin de rejoindre le domaine invisible et l'enfant m'avait fait revenir. Sans doute n'était-il pas aussi inutile que je l'avais d'abord supposé. Ou pas.  
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Kyara Blanchet, Lun 13 Jan 2014 - 22:44


Lui c'est Danny, et moi c'est Eddy. Navré pour ce petit incident.

Danny et Eddy. Vive les noms des anciennes années ! Se passant de commentaire, Kyara hocha la tête en guise de réponse. Eddy ne semblait pas être des plus bavards ... A dire vrai, il semblait s'être perdu dans ses pensées tout en tenant son fils qui se balançait d'avant en arrière en regardant autour de lui. Le regard de la brune se posa alors sur l'enfant. Avoir un enfant. Elle n'y avait jamais vraiment songé, non pas parce qu'elle était encore jeune, mais parce qu'elle ne vivait pas une vie de tout repos. Même si elle n'était plus dans l'Ordre, il n'en restait pas moins qu'elle sortait avec Liam et aussi qu'elle côtoyait des membres de l'Ordre. C'étaient deux bonnes raisons pour se retrouver en danger n'importe quand. Après, Kyara se faisait peut être des idées, mais elle savait qu'on était jamais assez prudent. Elle n'avait donc pas encore pensée aux enfants, pas pour le moment, c'était trop dangereux et puis, il fallait aussi le père et Liam ne serait surement pas des plus enjoués hahaha.

Après s'être imaginée la tête de Liam si elle lui disait qu'elle était enceinte, Kyara re-focalisa son attention sur le père et son fils, ils n'avaient rien dit depuis les présentations. Vive la conversation n'empêche ... La brune ne savait plus quoi dire, ils allaient surement partir et elle aussi, faire comme si cet instant n'avait jamais existé. Il y avait quand même quelque chose de bizarre avec ce type. Kyara n'arrivait pas à mettre la main sur quoi, mais elle ne sentait pas tout à fait à l'aise en sa présence. Danny compensait bien, l'innocence de l'enfant vivant dans leur monde paisible.

- Voilà voilà ...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Bram V. Salten
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Chat (Sphynx)


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Bram V. Salten, Mer 5 Fév 2014 - 18:45



Le Père et le Fils
feat Kyara Blanchet

L'élève que mon fils avait mêlée à cette curieuse affaire d'enlèvement semblait s'être égarée dans la sphère des songes. Ses orbes verts avaient adopté des nuances obscures et mystérieuses alors qu'un fin sourire oscillait sur ses lèvres ; le tout faisant planer sur son visage, encore juvénile, une pensée dont je ne savais rien. La sorcière me laissait toutefois quelques indices, subtils et quasi-imperceptibles, pour me laisser entrevoir l'intérieur de sa caboche d'apparence quiète. Ainsi, je pus discerner dans ses pupilles dilatées l'illustration d'une certaine réflexion, et sur sa peau qu'un léger soubresaut fit frissonner, un tout autre dessein. Affection et amusement dansaient joliment dans ses yeux, je crois, pourtant l'anxiété laissait inconsciemment montrer l'étendue de son emprise sur mon interlocutrice. Une foule de questions ne tarda pas à m'écraser ; Pourquoi ? Qui ? Comment ? Je voulais savoir quels mots caressaient son esprit, quelles images ébranlaient son âme. Mais je ne dis rien, me satisfaisant par le silence qui nous entourait ou écoutant la voix de Blanchet exprimer un malaise évident.

-
Je n'aurais pas dit mieux, fredonnai-je gaiement avant de me pencher au-dessus de l'enfant. Lorsque ma bouche fut près de son oreille, ma voix éraillée fit ondoyer un chuchotement destiné simultanément aux deux autres individus présents à cet instant-là – deux, ou trois en comptant la présence de l'Autre. Ça te dirait de voir une vraie tête réduite, Danny ? Il hocha la tête avec enthousiasme. Ah, nul doute quant à l'identité de son père ; il s'agissait bien de ma progéniture. Je souris davantage  puis ajoutai comme une invitation à l'intention de la Serpentard ; Mon appartement se trouve dans la Tour Nord, quelque part par là.

Mon index pointa au hasard une quelconque direction, derrière moi. A dire vrai, je n'ai jamais eu le sens de l'orientation. Bien au contraire, il m'arrivait souvent de me perdre dans l'enceinte du Château, passant ainsi auprès des élèves comme un spectre tourmenté. Cette réputation ne me déplaisait d'ailleurs pas ; le vautour ébroua son plumage pour témoigner son approbation. Le volatile et l'homme formaient ensemble une seule et même créature dont il était le cœur et moi le corps. Je pouvais presque l'entendre frémir en mon sein, son bec frappant mes côtes comme s'il voulait briser les briser, eux, les barreaux de ma cage thoracique. C'en était pratiquement douloureux. Néanmoins, cela ne l'était pas. Aucun adjectif ne pouvait retranscrire ce sentiment avec la justesse qu'il nécessitait. C'était indéfinissable, la folie à l'état le plus sombre et invisible. Quand je me changeais en oiseau, je gardais la même essence ; inversement, quand le charognard restait dissimulé sous ma chair humaine, je restais le même. Quel que fut mon enveloppe charnelle, je demeurais le même. Celui que j'avais toujours été, que je suis encore. Celui qui tenait Danny et qui faisait face à la sinople et argent n'avait aucune différence avec celui qui déployait ses ailes dans le vent et dévorait les carcasses d'animaux. Il n'y avait que l'aspect de singulier, le reste n'étant qu'une unité inséparable.   
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Kyara Blanchet, Sam 22 Fév 2014 - 23:18


Je n'aurais pas dit mieux. Ça te dirait de voir une vraie tête réduite, Danny ? Mon appartement se trouve dans la Tour Nord, quelque part par là.

Il n'était vraiment pas bavard comme type. Kyara ne voyait pas quoi dire et il ne l'aide pas du tout. Alors comme ça il avait une tête réduite. Cool. La brune aussi, elle était accrochée au barreau de son lit et prenait un grand plaisir à mater les autres filles et raconter à la serpentard sur ce qui se passait durant son absence dans le dortoir. Dès fois elle tombait sur des anecdotes croustillantes et d'autres fois, elle se serait bien passé de certains détails.

Silencieuse la brune fronça alors les sourcils. Comment ça son appartement se trouvait dans la Tour Nord ? Il n'était pas un élève ?! Pourtant il avait l'air si jeune. Donc par logique ... elle avait devant elle quelqu'un étant dans le personnel de poudlard. Le nouveau concierge ? Non, le poste était déjà pris ... garde chasse ? Mmmh, il n'avait pas la carrure. Professeur alors ? Des postes étaient vacants donc ce devait être ça.

Bref, le mystère était donc résolu, à présent Kyara avait le choix de suivre le peut être professeur ou de repartir. Dans la mesure où elle n'avait pas grand-chose à faire, elle haussa alors les épaules et fit un signe de tête comme quoi elle suivait l'homme ainsi que son fils qui était en train de se balancer d'avant en arrière.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Bram V. Salten
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Chat (Sphynx)


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Bram V. Salten, Jeu 13 Mar 2014 - 23:17



Le Père et le Fils
feat Kyara Blanchet

Tournant alors mon corps dans un mouvement leste, je me penchai un instant vers la porte. Sans vraiment basculer, comme en apesanteur, je demeurai pendant quelques secondes étendu sur le temps avant de retomber dans la mobilité. Mes jambes me semblaient excessivement lourdes et le poids de l'Autre, dans mon crâne, m'accablait douloureusement. J'éprouvais un curieux malaise ; la sensation d'être encombré par moi-même, que mon enveloppe charnelle était de trop, pour ainsi dire. Et puis, lentement, je sentis ma silhouette reprendre ses traits bestiaux de charognard, mes articulations s'actionnant progressivement sous le silence de ma respiration.

- Dis, Kya..rrra, t'as quel âge ?  La voix de Danny semblait amplifiée par son excitation. Sans doute estimait-il qu'il venait de se faire une nouvelle amie. Ahah. Une pensée amère frôla mon esprit pour me confier quelques mots, une acerbe constatation . Tu n'as pas d'amis. Moi, j'ai cinq ans, et j'fais pipi tout seul !

Ma main se posa sur la poignée de la porte et nous sortîmes enfin des toilettes au bout de quelques secondes. Sans attendre, je m'élançais au-dessus du sol  – ou presque. Chaque foulée fendait l'air et me donnait l'espoir vague et fou de m'envoler. J'entendais nos pas mais je n'écoutais que l'air sifflant dans mes oreilles ; je ne regardais même pas où j'allais. Je savais que mes deux compagnons se trouvaient derrière moi, aussi décidais-je de ne pas m'attarder à vérifier. Je sentais leurs présences, dans mon dos, quelque part. Cela me suffisait. Mon cœur battait dans mes tempes et mon sang me  brûlait les veines ; pourtant, je ne cessais d'avancer. Droite, gauche. Gauche, droite. J'emportais la sorcière et l'enfant dans une errance irréfléchie qu'une démence passagère menait. Pourtant, mon allure était teintée d'une assurance certaine qu'aucun doute ne pouvait atteindre. J'ignorais vers où nous nous dirigions, tous les couloirs me semblaient similaires et les murs semblaient se jouer de nous. Alors, je décidai de jouer avec eux, juste un court moment.

Et puis, au détour d'un escalier, la porte de mon appartement daigna se montrer.
Le jeu fut terminé – pour cette fois, du moins.

[Fin du RP]

Revenir en haut Aller en bas
April Roy
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : April Roy, Ven 25 Avr 2014 - 18:10


C'est pas moi !

   
Ou l'art de se rendre ridicule...
Avec Spencer McKane


Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©
   


La porte s'ouvrit, la concierge posa un pied hors de son appartement. Un pied qui resta coincé dans la boue. Déséquilibrée, la femme tomba en avant et s’étala de tout son long dans le marécage en criant. Mais qu'est-ce qui lui était passé par la tête ? Pourquoi est-ce qu'elle avait fait ça ? C'est ce qu'April se demandait en courant dans le couloir. Ce n'était pas prévu que la Grey sorte de chez elle alors qu'elle était encore dans les parages ! A cette heure-ci, elle n'était d'habitude jamais chez elle ! Maintenant, il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle n'ai pas été reconnue.

- April Roy ! Si je t'attrape, tu... tu... tu vas souffrir !


Ce cri glaça le sang de la Gryffondor. Oh non ! Elle allait avoir des ennuis là ! En plus, tout l'étage avait dû entendre les menaces de la concierge. Il fallait qu'elle se cache, les personnes attirées par les glapissements de la victime allaient bientôt envahir le couloir. Une cachette ! Une cachette, vite ! Des pas résonnaient déjà derrière elle ! Elle ouvrit la porte d'un placard, se jeta dedans et claqua la porte. Il s'en était fallu de peu ! La métisse entendit un galop dans la galerie où elle se trouvait une fraction de seconde auparavant.

- Et bien, il ne me reste plus qu'à attendre que cela se calme... murmura-t-elle.

Un courant d'air la fit frissonner. Un courant d'air dans un placard ? Oui, pour la bonne raison qu'elle n'était pas dans un placard. April découvrit une pièce sombre et humide, où le silence était rythmé par les gouttes d'eau qui tombaient des robinets mal fermés. Mais où suis-je ? Je ne suis jamais venue ici ! Elle s'éloigna de la porte et vit les lavabos et les pissotières. Ah ok, je sais pourquoi je ne suis jamais venue. C'est les toilettes des mecs ! Elle n'avait pas très envie de rester ici, mais elle n'avait pas vraiment le choix. Elle s'assit par terre et s'adossa contre la porte. Il ne restait plus qu'à attendre... Et combien de temps elle attendit ? Impossible de le savoir. Elle ignorait ce qui se passait de l'autre côté du panneau de bois et jusqu'à quand elle allait devoir rester ici. La moitié du château devait être au courant de ce qu'elle avait fait maintenant ! Et tout le personnel de Poudlard devait être à sa recherche...

- April, faudrait que tu réfléchisses de temps en temps ! Je suis vr...

Elle n'eut pas le temps de finir les remarques qu'elle s'adressait. On ouvrit la porte. La sorcière fut poussée en avant et s’étala par terre. La tête contre le carrelage, elle retint de justesse un juron. C'est bon, un professeur l'avait trouvée. Elle allait surement passer sa soirée dans le bureau de la directrice. Elle se releva avec lenteur, faisant face... à un adolescent. Sa mâchoire se décrocha. Elle s'attendait à un adulte, pas à un garçon de son âge ! Peut-être que celui-ci n'était pas à sa recherche mais qu'il voulait simplement aller au toilette ? Enfin... Il ne fallait pas être trop optimiste. Beaucoup de monde devait la chercher. Que fallait-il alors faire ? Partir en courant ? Assommer le sorcier ? Ou se rendre ? Aucune des trois possibilités la séduisit. April prit finalement un air dégagé et demanda le plus naturellement du monde :

- Salut ! Qu'est-ce que tu fais là ?


Comme si il avait beaucoup de choses à faire dans des toilettes. Et comme si s'était normal qu'elle soit là. Il fallait vraiment être bête comme un troll pour ne pas voir que quelque chose ne tournait pas rond...
Revenir en haut Aller en bas
Spencer McKane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Spencer McKane, Ven 25 Avr 2014 - 23:02


Le déjeuner avait commencé depuis une bonne demi-heure quand Spencer rejoignit la Grande-Salle. La table des Serdaigles n’était plus remplie que de moitié, la plupart des élèves ayant déjà terminé leur repas. Spencer avait fait un détour par la bibliothèque avant de venir, détour qui lui avait pris bien plus de temps que prévu. Déjà, les escaliers n’en avaient fait qu’à leur tête. Et puis la bibliothécaire l’avait retenu plusieurs minutes, sous le prétexte d’un retard d’une journée pour le retour d’un livre. La prise de bec avait passablement agacé Spencer, qui n’avait envie d’aucune compagnie pour son repas. Il sortit la gazette de sa sacoche et parcourut rapidement les articles tout en se servant généreusement en viande et légumes. Un titre retint son regard. Les Détraqueurs en Chine. Un mal pour un bien d’après le ministère de la magie. Spencer secoua la tête et déposa le journal sur le côté. N’importe quoi.

Son repas terminé, il se leva et attrapa sa sacoche d’un geste nonchalant. Quatorze heures. Il lui restait une bonne heure avant son prochain cours. Révisions ? Relecture de ces parchemins ? Bouquin ? Envie pressante. Spencer monta les escaliers deux à deux et déambula dans les couloirs un instant, tachant de se rappeler ou étaient les toilettes les plus proches. Des pas pressés attirèrent son attention, et il croisa bientôt la personne à qui ils appartenaient. Grey. Une Grey échevelée, le visage rouge et les lèvres pincées. Une mauvaise blague sans doute. Il ne voulait pas être à la place de l’élève instigateur. Grey pouvait être très effrayante quand elle s’y mettait. Il distingua bientôt la porte des toilettes des garçons, et s’y rendit sans plus tarder. Grey n’avait qu’à se débrouiller. Il avait beau être préfet, il n’exerçait son autorité qu’en quelques rares occasions, si c’était inévitable.

Étrangement, la porte fut difficile à ouvrir, et Spencer poussa avec force avant de pouvoir s’infiltrer dans la pièce. La vision qu’il eut alors faillit le faire éclater de rire. Un élève, qui sans doute se trouvait juste derrière la porte quelques secondes plus tôt, était étalé par terre face à lui. D’ailleurs, que faisait-il ici ? Elle ! C’était Roy. April Roy. Gryffondor intrépide qui fascinait Spencer par son tempérament fougueux. C’était donc elle que Grey cherchait partout dans les couloirs ?

« Salut ! Qu’est-ce que tu fais là ? » fit-elle tout naturellement en se retournant.

Cette fois, Spencer éclata de rire. Grillée.

« Ce sont les toilettes des garçons. » répondit-il finalement.

Il lui fit un signe de tête fataliste.

« Je pourrais te demander la même chose, mais je peux bien deviner. Grey hein ? Tu lui en fais vraiment voir de toutes les couleurs… »

Désignant son insigne, il grimaça un sourire mesquin.

« Je peux pas te laisser partir comme ça, tu le sais », fit-il en désignant son insigne.

En fait, ça l’embêtait un peu de sévir, surtout sur April Roy. Elle n’était pas méchante. Elle était même plutôt amusante. Mais il était préfet, ce n’était pas pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
April Roy
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : April Roy, Sam 3 Mai 2014 - 8:46


La tête haute, April sourit pour se donner contenance. Elle était dans une sacrée galère, elle le savait, mais elle ne le montrerait pas. Elle connaissait ce garçon, Spencer McKane. C'était un Serdaigle beaucoup trop calme et studieux à son goût. Mais, le pire de tout, c'était un préfet. Grillée ma vieille ! Il va falloir que tu la joues finement si tu veux sortir de ses toilettes sans avoir vidé le Sablier des Gryffondors... Une trouille lente et sournoise montait en elle. Lentement, un poisseux tentacule d'angoisse lui serra l'estomac, lui formant une boule dans le ventre. Puis il monta sur sa poitrine, redescendit le long de ses bras. Ils se couvrirent de chair de poule. La métisse devait se contenir pour ne pas trembler comme une feuille. En six ans de méfaits à Poudlard, elle n'avait jamais été en aussi mauvaise posture. Elle attendait la phrase fatidique du bleu et bronze. Les quelques mots qui l'enverraient dans le bureau de la directrice, qui pénaliseraient sa maison, qui la renverraient même peut-être chez elle... Mais rien de tout ça n'arriva. Spencer fut secoué d'un spasme. Est-ce qu'il va me vomir dessus ? C'est pour ça qu'il voulait aller aux toilette ! La convulsion fit place à un gloussement, puis à un éclat de rire. Il rit ! Il rit dans un moment aussi critique !

- Ce sont les toilettes des garçons ! fit-il, hilare.

Il mit quelques secondes à se calmer. Son visage, rougit par sa précédente exultation, se fendit d'un sourire mesquin.

- Je pourrais bien te demander la même chose, mais je peux bien deviner. Grey hein ? Tu lui en fait vraiment voir de toutes les couleurs... Je ne peux pas te laisser partir comme ça, tu le sais.

Il désigna son insigne de préfet, comme pour illustrer sa dernière phrase. L'angoisse de la Rouge et Or fit place à de la fureur. Elle se retint de lui balancer dans la figure quelque chose du genre : Mais je le sais que tu es préfet ! Je le sais que je suis dans la m*rde ! Pas la peine de me le redire ! Mais ce n'est pas en insultant le Serdaigle qu'elle allait se sortir d'affaire. Elle essaya donc d'afficher un petit air triste digne d'un cocker malgré sa rage intérieure.

- Tu vas vraiment me faire ça Spencer ? Je ne t’imaginais pas comme ça, je croyais que tu m'aimais bien ! Et puis tu sais, je ne suis pas la seule à embêter la concierge... Mais bon, si c'est ce que tu veux. Punis-moi et emmène moi chez madame Harshing !

Elle tendit ses deux poignets en avant, comme s'il allait lui passer des menottes. Elle avait vu ça dans un film moldu... En tout cas, April ne s'était jamais sentie aussi ridicule mais elle espérait qu'elle avait réussi à attendrir Spencer. Car il était temps de passer à la vitesse supérieure. La métisse abandonna son air de chien battu pour afficher un petit sourire.

- Je comprends que tu me fasses ça en fait. Tu es préfet, c'est ton boulot. Un préfet droit et sage, qui n'a jamais dépassé les limites ou enfreint le règlement. Un bon préfet, quoi.

Elle fit une petite pose, les poignets toujours tendus vers le garçon, avant de reprendre.

- Mais dis-moi Spencer, ça fait quoi de n'avoir jamais rien fait d'interdit  ? De n'avoir jamais désobéit ? Ça doit être très drôle, j'en suis sûre ! Tu dois souvent t'amuser en restant caché derrière tes livres ! Tu ne penses pas que c'est parce que tu es trop sage que tu n'as pas d'amis ?

Ça passe ou sa casse ! Si il s'énerve, je sais quoi faire et je pense m'en sortir. Mais si il reste calme, je suis morte...
Revenir en haut Aller en bas
Spencer McKane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Spencer McKane, Sam 3 Mai 2014 - 16:47


La mine décomposée d’April laissa bientôt place à une sourde colère dissimulée sous un visage éploré. Nan, elle allait quand même pas lui faire du cinéma pour quelques points en moins ? Il allait pas la coller en retenue ou l’envoyer dans le bureau d’Harshing pour une simple histoire de farces et attrapes ! Surtout si ça concernait la concierge. Il l’aimait pas trop, la Grey. Toujours là quand il fallait pas, à râler sur les élèves.

« Tu vas vraiment me faire ça Spencer ? Je ne t’imaginais pas comme ça, je croyais que tu m'aimais bien ! Et puis tu sais, je ne suis pas la seule à embêter la concierge... Mais bon, si c'est ce que tu veux. Punis-moi et emmène moi chez madame Harshing ! »

Elle tendit les bras, attendant les menottes, sous le regard blasé de Spencer. Sérieusement ? Il avait envie de rire de nouveau, mais se retint, en bon préfet qu’il n’était pas. Elle voulait du cinéma ? Il allait lui en donner. Le Serdaigle croisa les bras avec autorité et fronça les sourcils d’un air menaçant.

« Je comprends que tu me fasses ça en fait. Tu es préfet, c'est ton boulot. Un préfet droit et sage, qui n'a jamais dépassé les limites ou enfreint le règlement. Un bon préfet, quoi. » poursuivit April.

Les bras de Spencer tombèrent platement le long de son corps. Où elle voulait en venir la Roy ?

« Mais dis-moi Spencer, ça fait quoi de n'avoir jamais rien fait d'interdit ? De n'avoir jamais désobéit ? Ça doit être très drôle, j'en suis sûre ! Tu dois souvent t'amuser en restant caché derrière tes livres ! Tu ne penses pas que c’est parce que tu es trop sage que tu n’as pas d’amis ? »

Oh. Une attaque personnelle… De mieux en mieux ! Malgré la teneur des paroles d’April, Spencer ne se sentait pas blessé. Il était même plutôt amusé. Rien d’interdit. Si le garçon de onze ans qu’il avait été s’était longtemps cantonné au règlement, ce n’était plus vrai pour le jeune homme qu’il était devenu. Et même à l’époque de ses premières années, il lui était arrivé plus d’une fois de jouer des tours au personnel de Poudlard. Bien sûr il ne s’était jamais fait prendre. Et puis, qui aurait soupçonné le parfait petit élève toujours assis au premier rang ? Pour Lee, c’était une tout autre affaire. Le Serdaigle passait plus de temps en détention que sur les bancs de l’école. La dernière phrase d’April avait tout de même fait tiquer Spencer. Il n’avait eu qu’un ami à Poudlard, et il n’était plus là. Ne serait plus là. Alors oui, il préférait s’adonner à la lecture de quelque bouquin, ou passer plusieurs heures à s’entrainer sur sa magie dans une salle vide que traîner dans le château avec qui que ce soit. C’était bien plus intéressant, et bien plus bénéfique pour sa personne.

« Je ne me caches pas derrière les livres, pour ton information. Et je suis parfaitement capable d’oublier le règlement quand j’en ai envie. Ou besoin. P’t-être même qu’aujourd’hui j’pourrais fermer les yeux. Sauf si tu continues ton cinéma de demoiselle en détresse… »

Spencer n’avait décidément pas envie de jouer les parfaits petits préfets aujourd’hui. Aucun rapport avec la réplique acide de Roy bien sûr. Ou si ? En tous cas, il venait d’avoir une idée bien plus exaltante que la perspective de punir l’élève en bonne et due forme. Une idée qui lui ferait ravaler ses paroles vite fait bien fait. Il n’était pas un garçon trop sage comme elle disait.

« Jusqu’où t’es prête à aller pour pas que je t’envoies chez le dragon, hein ? »

Parce que oui, si Spencer avait au départ décidé de ne retirer qu’une poignées de points à Gryffondor pour l’écart d’April, il avait à la minute décidé de passer la seconde. Et puis, c’est elle qui lui tendait la perche après tout…

« J’vais te lancer un défi. Si t’es pas capable de le réaliser, tu perds et ta sanction s’en fera sentir. Si tu le fais, je ferme les yeux sur tes frasques du jour… Deal ? »

Il savait qu’elle ne refuserait pas. Les gryffons étaient des challengers nés. Et puis ils avaient l’honneur dans le sang, alors si la demoiselle perdait, il s’en donnerait à coeur joie. Il tendit la main vers elle, un demi-sourire étirant ses lèvres, attendant sa réponse. Et peut-être ses conditions, qu’il balayerait d’un geste si elles ne lui plaisaient pas. Oui, cette journée s’annonçait bonne finalement.
Revenir en haut Aller en bas
April Roy
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : April Roy, Sam 3 Mai 2014 - 18:54


Pour le plus grand malheur d'April, Spencer ne fut pas en colère. En fait, il ne fronça même pas un sourcil. Son petit discours l'avait rendue ridicule et avait été inutile. Et la pique destinée à déstabiliser le sorcier avait été inefficace. On peut facilement duper les personnes emportées par leurs sentiments ! Mais lui, non, il reste calme ! Pourquoi il fallait que ce soit lui qui ouvre cette foutue porte ? En tout cas, il ne lui restait plus qu'à espérer qu'il ne soit pas très sévère et que sa tentative ratée pour l’amadouer n'aggrave pas son cas.

- Je ne me caches pas derrière les livres, pour ton information. Et je suis parfaitement capable d’oublier le règlement quand j’en ai envie. Ou besoin. P’t-être même qu’aujourd’hui j’pourrais fermer les yeux. Sauf si tu continues ton cinéma de demoiselle en détresse

Première claque. C'était de lui dont il parlait là ? Il se disait capable d'oublier le règlement ? Il disait qu'il pourrait fermer les yeux ? Mais est-ce que c'est bien Spencer McKane qui se tient en face de moi ? En tout cas, ce n'est pas comme ça que je l'imaginais. Je ne le connais pas assez... April, surprise et intriguée par le garçon qu'elle découvrait, ne sut pas quoi répondre. Le Serdaigle reprit donc la parole.

- Jusqu’où t’es prête à aller pour pas que je t’envoies chez le dragon, hein ?

Deuxième claque. Il lui lançait un défi là ? Si elle faisait quelque chose, elle ne serait pas punie ? Mais c'était génial ! Et cela confirmait ce qu'elle pensait : elle s'était trompée sur ce garçon, il n'était pas comme elle l'imaginait. Le Choixpeau a dû se tromper, ce n'est pas un Serdaigle ce mec ! Ou alors, il ne faut pas seulement de fier aux qualités caractéristiques à chaque maison... April se rendit compte qu'en fait, elle avait beaucoup de préjugés et d'idées toutes faites sur ses camarades, en fonction de là où ils avaient été répartis. Mais les Gryffondors étaient-ils tous désobéissants ? Est-ce que les Serpentards étaient tous sournois et avides de pouvoir ? Est-ce que tous les fainéants étaient envoyés à Poufsouffle ? Et est-ce que tous les Serdaigles étaient des intellos coincés derrière leurs grimoires, comme elle l'avait toujours pensé ? Elle pouvait sérieusement en douter maintenant, le préfet venait de lui prouver le contraire. Et, il commençait à montrer des traits de caractère dignes d'un Rouge et Or. Ce qui le rendait bien plus sympathique aux yeux de la métisse. Son visage se fendit d'un sourire. Un sourire qui s'élargit encore plus quand elle entendit ce que Spencer avait à lui proposer.

- J’vais te lancer un défi. Si t’es pas capable de le réaliser, tu perds et ta sanction s’en fera sentir. Si tu le fais, je ferme les yeux sur tes frasques du jour… Deal ?

April ne se le fit pas dire deux fois. Elle adorait les défis. Elle claqua dans la main ouverte du bleu et bronze.

- Deal ! Bien sûr que j'accepte !

Allez, vas-y, annonce la couleur ! Qu'est-ce que je dois faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Spencer McKane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Spencer McKane, Dim 4 Mai 2014 - 3:46


Sur le visage d’April s’étalèrent une multitude d’émotions, de la défaite à l’ahurissement le plus complet tandis que Spencer parlait. De toutes évidence, la rouge et or ne s’attendait pas à ça de la part du préfet. Quelle vision avait-elle donc de lui ? Un pauvre garçon perdu dans ses lectures, incapable de s’amuser en dehors des cours ? Il fallait voir au-delà des maisons de temps à autres, garder l’esprit ouvert… Il fut bien content de voir ses lèvres s’étirer en un large sourire tandis qu’il lui annonçait la couleur.

« Deal ! Bien sûr que j’accepte ! » lança t-elle avec enthousiasme, claquant sa main dans celle de Spencer.

La sorcière ne savait pas dans quoi elle s’engageait. Spencer était peut-être un garçon modèle dans ses cours et dans ses devoirs, parfois même dans son rôle de préfet, mais en dehors de tout ça… son esprit tordu reprenait le dessus.

« Ok. Juste, faut vraiment que j’aille aux toilettes. T’éloignes pas trop April Roy ! »

Il s’éclipsa un court instant dans l’une des cabines, laissant la Gryffondor libre de quitter la pièce. De toutes façons, si elle se faisait la malle, le deal n’avait plus lieu d’être, et elle pourrait toujours courir pour que le Serdaigle oublie leur rencontre fortuite. Une fois soulagé, Spencer se rinça rapidement les mains, évitant soigneusement de toucher la plomberie quasi-rouillée du robinet. L’endroit avait besoin d’un sérieux rafraichissement. Quelques secondes plus tard, le Serdaigle, manches retroussées, retrouvait une April enjouée au milieu du couloir. Un fin sourire jouant au coin de ses lèvres, il l’entraîna à sa suite. Un escalier étroit se dessina bientôt sur leur droite, et Spencer grimpa les marches marbrées en vitesse, suivit de la jeune femme. Ils se trouvaient maintenant au septième étage, à quelques pas de la tour Gryffondor. Sur leur droite, le couloir se poursuivait vers le bureau de Warren, sa salle de classe, et les tours d’astronomie et de divination. S’engouffrant dans un renfoncement de la pierre, Spencer jeta un regard amusé à April.

« Nous y voilà. Tu as joué les impétueuse Gryffondor tout à l’heure avec Grey, je te mets au défi d’agir en Serdaigle à présent. Tu dois trouver quelque chose, à cet étage et pas ailleurs. »

Le préfet avait envie de tester Roy, de voir si la demoiselle pouvait se montrer aussi intelligente qu’amusante. Il n’avait pas atterri à Serdaigle pour rien. Sortant un sablier de sa poche, il le retourna et tiqua deux fois de sa langue pour illustrer le temps qui passe.

« Tu dois trouver quelque chose qui ne peut se remplir qu’en se vidant. Traînes pas trop, t’as trois minutes. Et ne quittes pas l’étage ! »

C’était simpliste, et ça ne présentait pas beaucoup d’action, mais Spencer n’en était qu’au début. April devrait accomplir plus que ça si elle voulait qu’il oublie leur rencontre. Elle avait tapé dans sa main après tout…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les toilettes des garçons

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 6

 Les toilettes des garçons

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.