AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 3 sur 6
Les toilettes des garçons
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Spencer McKane
Serdaigle
Serdaigle

Re: Les toilettes des garçons

Message par : Spencer McKane, Dim 04 Mai 2014, 02:46


Sur le visage d’April s’étalèrent une multitude d’émotions, de la défaite à l’ahurissement le plus complet tandis que Spencer parlait. De toutes évidence, la rouge et or ne s’attendait pas à ça de la part du préfet. Quelle vision avait-elle donc de lui ? Un pauvre garçon perdu dans ses lectures, incapable de s’amuser en dehors des cours ? Il fallait voir au-delà des maisons de temps à autres, garder l’esprit ouvert… Il fut bien content de voir ses lèvres s’étirer en un large sourire tandis qu’il lui annonçait la couleur.

« Deal ! Bien sûr que j’accepte ! » lança t-elle avec enthousiasme, claquant sa main dans celle de Spencer.

La sorcière ne savait pas dans quoi elle s’engageait. Spencer était peut-être un garçon modèle dans ses cours et dans ses devoirs, parfois même dans son rôle de préfet, mais en dehors de tout ça… son esprit tordu reprenait le dessus.

« Ok. Juste, faut vraiment que j’aille aux toilettes. T’éloignes pas trop April Roy ! »

Il s’éclipsa un court instant dans l’une des cabines, laissant la Gryffondor libre de quitter la pièce. De toutes façons, si elle se faisait la malle, le deal n’avait plus lieu d’être, et elle pourrait toujours courir pour que le Serdaigle oublie leur rencontre fortuite. Une fois soulagé, Spencer se rinça rapidement les mains, évitant soigneusement de toucher la plomberie quasi-rouillée du robinet. L’endroit avait besoin d’un sérieux rafraichissement. Quelques secondes plus tard, le Serdaigle, manches retroussées, retrouvait une April enjouée au milieu du couloir. Un fin sourire jouant au coin de ses lèvres, il l’entraîna à sa suite. Un escalier étroit se dessina bientôt sur leur droite, et Spencer grimpa les marches marbrées en vitesse, suivit de la jeune femme. Ils se trouvaient maintenant au septième étage, à quelques pas de la tour Gryffondor. Sur leur droite, le couloir se poursuivait vers le bureau de Warren, sa salle de classe, et les tours d’astronomie et de divination. S’engouffrant dans un renfoncement de la pierre, Spencer jeta un regard amusé à April.

« Nous y voilà. Tu as joué les impétueuse Gryffondor tout à l’heure avec Grey, je te mets au défi d’agir en Serdaigle à présent. Tu dois trouver quelque chose, à cet étage et pas ailleurs. »

Le préfet avait envie de tester Roy, de voir si la demoiselle pouvait se montrer aussi intelligente qu’amusante. Il n’avait pas atterri à Serdaigle pour rien. Sortant un sablier de sa poche, il le retourna et tiqua deux fois de sa langue pour illustrer le temps qui passe.

« Tu dois trouver quelque chose qui ne peut se remplir qu’en se vidant. Traînes pas trop, t’as trois minutes. Et ne quittes pas l’étage ! »

C’était simpliste, et ça ne présentait pas beaucoup d’action, mais Spencer n’en était qu’au début. April devrait accomplir plus que ça si elle voulait qu’il oublie leur rencontre. Elle avait tapé dans sa main après tout…
Revenir en haut Aller en bas
April Roy
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : April Roy, Dim 04 Mai 2014, 07:34


Un sourire satisfait étira les lèvres de Spencer quand la Gryffondor accepta le défi. Il pense peut-être que je ne vais pas y arriver ? Il se fourre le doigts dans l’œil ! April, qui aimait déjà les challenges en temps normal, avait aujourd'hui une motivation : ne pas se faire coffrer. Rien ne pourrait l'arrêter, pas même le plus tordu des défis.

- Ok. Juste, faut vraiment que j’aille aux toilettes. T’éloignes pas trop April Roy !

- Pas de problèmes, je ne vais pas me sauver !

Elle ouvrit prudemment la porte et jeta un œil à l’extérieur. Apparemment, la concierge avait abandonné sa course poursuite, les cris avaient cessés. April quitta les toilettes et attendit le garçon dans le couloir. Elle aurait facilement put partir et retourner dans sa Salle Commune, où il ne pourrait pas la rejoindre. Mais elle n'en avait aucunement l'envie. Le Serdaigle commençait à devenir intéressant, elle voulait voir quel genre de défi il allait lui lancer. Et, une fois qu'elle aurait expier sa peine ne accomplissant les désidérata du garçon, elle espérait pouvoir le mettre lui aussi à l’épreuve. Chacun son tour ! Mais en attendant, je crois que c'est le moment le plus curieux que j'ai vécu à Poudlard. J'attends qu'un préfet soulage son envie pressante pour qu'il me lance un challenge, pour que j'évite une sanction... Et le préfet en question sortit des toilettes avec les manches relevés et toujours le même petit sourire en coin. Il l'invita à le suivre et la mena dans le dédale de couloirs et d'escaliers. La métisse devait monter les marches quatre à quatre pour suivre la cadence imposée par son guide. Ils atteignirent le septième étage, qui était apparemment l'objectif de Spencer. Qu'est-ce qu'il veut que je fasse à cet étage ? Que je le fasse entrer dans la Salle Commune des Gryffondors ? Je ne sais même pas si c'est possible. Que je cambriole l'appartement de Warren ? J'ai échoué avec Maddison et je n'ai vraiment envie de réessayer... Mais il avait une autre idée derrière la tête. Il s'engouffra dans un renfoncement de la pierre et lui jeta un regard amusé.

- Nous y voilà. Tu as joué les impétueuse Gryffondor tout à l’heure avec Grey, je te mets au défi d’agir en Serdaigle à présent. Tu dois trouver quelque chose, à cet étage et pas ailleurs.

Que je joue les Serdaigles ? Que je trouve quelque chose ? April acquiesça, même si elle ne comprenait pas ce qu'elle devait faire. Le bleu et bronze sortit alors un sablier de sa poche. Il se ballade avec un sablier dans sa poche !?

- Tu dois trouver quelque chose qui ne peut se remplir qu’en se vidant. Traînes pas trop, t’as trois minutes. Et ne quittes pas l’étage !

La sorcière grimaça. Une devinette. Elle détestait les devinettes. C'était bien un jeu de Serdaigle ça ! Et elle n'avait aucune idée de ce que pouvait être cet objet. S'éloignant du garçon, elle se remémora ce qu'il y avait à cet étage. La tour des Gryffondors, la salle de classe et l'appartement de la Warren, la tour d'Astronomie et une dizaine d'autres salles aux contenus divers et variés. Je n'aurais jamais le temps de fouiller partout pour trouver son objet ! Qu'est-ce qui pouvait se remplir en se vidant. Se remplir... en se vidant. Elle avait beau se triturer l'esprit dans tous les sens, impossible de trouver la solution. Je n'en ai aucune idée ! C'est peut-être un accessoire d'astronomie ? Le professeur doit avoir plein d'engins étranges dans son bureau. Elle se dirigea donc vers la porte qui permettait de gravir les escaliers jusqu'à la salle d'études célestes. Verrouillée. Avant de sortir sa baguette pour lancer un #Alohomora, elle jeta un coup d’œil à Spencer pour savoir le temps qui lui restait. Il ne lui restait plus qu'une minute... Impossible de monter toutes les marches, de trouver ce qu'elle cherchait et de redescendre en moins de soixante secondes. Elle soupira, dépitée. Elle devait annoncer qu'elle renonçait. Qu'elle humiliation ! Elle était si sûre d'elle quand il lui avait fait sa proposition ? Mais elle s'attendait à tout, sauf à une devinette. Elle rejoint le Serdaigle, qui souriait toujours. Entre ses doigts, le sablier laissait écouler les dernières secondes. Et elle eut une illumination. Mais oui !

- Je sais ! C'est le sablier ! Le haut se vide, le bas se remplit !

Le visage de la sorcière, dépitée quelques secondes auparavant, était maintenant fendu d'un grand sourire. Elle était heureuse comme un enfant a qui on offre un tour de manège.  Elle avait trouvé la réponse ! Enfin, elle avait trouvé une réponse. Restait à savoir si elle était juste...
Revenir en haut Aller en bas
Spencer McKane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Spencer McKane, Lun 05 Mai 2014, 01:03


Un élève pouvait se montrer aussi téméraire que rusé, aussi brillant que loyal, alors pourquoi une Gryffondor ne pourrait pas résoudre l’énigme d’un Serdaigle, hein ? La grimace d’April en disait long. Elle n’était pas une grande fan de devinettes apparemment. Elle s’éloigna de quelques pas et se mit à observer les alentours, en pleine réflexion. Spencer garda l’oeil rivé sur son sablier, incapable d’effacer le sourire qui jouait dans le coin de ses lèvres. C’était si simple, si évident, si tordu dans le fond. Pourquoi venir à cet étage ? Pourquoi s’arrêter à deux pas de la Salle Commune ? Pourquoi trois minutes alors qu’il fallait bien une vingtaines de minutes pour visiter tout le septième ? Tant de faits qui n’aidait sans doute pas la réflexion d’April. Tournant de nouveau le sablier, Spencer reporta son attention sur la Gryffondor. Elle tentait à présent d’ouvrir la porte menant à la tour de divination. Porte qui était verrouillée. Soupirant, la sorcière le regarda avec dépit. Elle semblait désemparée, et sur le point de baisser les bras. Il garda les lèvres scellées, l’encourageant mentalement. Baisses pas les bras Roy, c’est pas si dur ! Suffit de regarder sous ton…

« Je sais ! C'est le sablier ! Le haut se vide, le bas se remplit ! »

… nez. Le sourire large d’April était contagieux, et Spencer lui donna l’objet en riant.

« Et une magnifique performance de mademoiselle April Roy ! Félicitations ! Non, vraiment, tu peux être fier de toi. »

Après quoi il sortit sa baguette et la pointa sur le sablier, le renvoyant à sa forme initial, c’est-à-dire un simple stylo.

« Et maintenant, les choses sérieuses commencent. Je ne suis pas venu à cet étage pour t’embrouiller l’esprit ma chère April, mais parce que j’ai une mission pour toi. Je pense que c’est largement dans tes cordes. »

Il la prit par le bras et l’entraîna à moins de dix mètres de sa Salle Commune, hors de portée des oreilles fort indiscrètes de la Grosse Dame.

« Tu as des trucs sur toi, des trucs pour jouer des tours, des trucs que tu n’es pas du tout sensé avoir sur toi d’ailleurs… Je t’offre l’occasion de t’en débarrasser. Ta cible, Violaine Corrigan. Oui, la préfète de ta maison ! Me regarde pas comme ça… Tu vas piéger son dortoir, bien en règle, comme il faut. La prochaine fois qu’elle y met les pieds j’veux l’entendre hurler dans tout Poudlard. Deal ? »

La vengeance est un plat qui se mange froid. Et quand on a l’occasion de faire d’une pierre deux coup… Spencer tapa dans le dos d’April pour l’encourager et s’infiltra dans un renfoncement du mur en levant le pouce. Allez April Roy, au travail tu veux ? C’est le défi ou le bureau du dragon.
Revenir en haut Aller en bas
April Roy
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : April Roy, Mar 06 Mai 2014, 06:53


April espérait de tout cœur que sa réponse était juste. Sinon, c'est fini... Mais si l'objet en question était en effet le sablier, est-ce que Spencer la laisserait tranquille ? Ou est-ce que cette énigme n'était qu'une mise en bouche ? Elle n'allait pas tarder à le savoir. Le Serdaigle sourit à nouveau et donna l'objet à la jeune fille en riant.

- Et une magnifique performance de mademoiselle April Roy ! Félicitations ! Non, vraiment, tu peux être fier de toi.


Elle ne grommela qu'un simple ''Merci", ne sachant pas si le garçon plaisantait ou si il la félicitait vraiment. Peut-être que la solution de cette devinette qui lui avait parue insurmontable était évidente pour le préfet, et qu'il se moquait d'elle. En tout cas, elle préféra regarder le petit sablier. Il ne lui serait pas très utile mais il était plutôt joli, avec ses grains de sable saphirs. Elle allait le ranger dans son sac à dos quand le bleu et argent agita sa baguette. Le sablier se changea en stylo. Je vais avoir besoin d'écrire ? Il va me faire remplir un questionnaire ? Il va me faire une interro ? April en avait des sueurs froides rien que d'y penser...

- Et maintenant, les choses sérieuses commencent. Je ne suis pas venu à cet étage pour t’embrouiller l’esprit ma chère April, mais parce que j’ai une mission pour toi. Je pense que c’est largement dans tes cordes.

Et sans lui donner plus d'explications, il la prit par le bras et l'entraina à une dizaine de mètres du tableau de la Grosse Dame. Là, il reprit la parole.

- Tu as des trucs sur toi, des trucs pour jouer des tours, des trucs que tu n’es pas du tout sensé avoir sur toi d’ailleurs… Je t’offre l’occasion de t’en débarrasser. Ta cible, Violaine Corrigan. Oui, la préfète de ta maison ! Me regarde pas comme ça… Tu vas piéger son dortoir, bien en règle, comme il faut. La prochaine fois qu’elle y met les pieds j’veux l’entendre hurler dans tout Poudlard. Deal ?

Elle lança un regard plein de haine à Spencer. Bien sûr qu'elle avait son attirail sur elle. Mais il était destiné à la concierge, pas à sa préfète. Violaine avait toujours été gentille avec elle, la métisse ne voulait pas du tout l'embêter. Mais le pire, c'est que la rousse allait rapidement comprendre qui était la coupable. Des Gryffondors qui se baladaient avec des farces et attrapes, il n'y en avait pas cent. A ce qu'elle sache, elle était même la seule... Ce fut à contrecœur qu'elle acquiesça, sachant qu'elle aurait des ennuis de toute façon.

- C'est dégueulasse Spencer... Mais je n'ai pas vraiment le choix. Deal.

Et elle s'approcha sans entrain du tableau.

- Tripes de Goule... murmura-t-elle pour entrer, espérant que le garçon n'entendrait pas le mot de passe.

Elle entra, traversa à pas rapides la Salle Commune et monta les marches quatre à quatre. Pas question de se faire remarquer ! Elle traversa plusieurs dortoir, dont le sien, pour atteindre celui de son innocente victime. Là, le travail commença. Comme à son habitude, elle sortit tout ce qu'elle avait dans son sac, histoire de ne rien oublier. Bombamoisi, marécage portable, Fiolaplurien, bestioles gélifiées en tout genre, Globe sauteur... Il y avait là de quoi satisfaire l'horrible souhait du préfet. Avant de faire exploser la Bombe, elle lança un #Immugio sur la porte. Pour limiter le bruit. Elle serait bien embêtée si des élèves alertées par l'explosion la trouvait en train de massacrer un dortoir. En tout cas, la prochaine sorcière à entrer se retrouverait face à des murs couverts d'une épaisse couche de moisissure verdâtre. Sans parler de l'odeur ! Beurk ! Heureusement que j'ai eu le temps de me planquer derrière un lit ! Évitant les flaques de pourriture, April s'approcha du lit de Violaine et glissa une dizaine de bonbons gluants entre les draps. Entre la moisissure, les lézards, les blattes, les vers et les araignées, il y avait déjà de quoi crier. Mais ce n'était pas finit. Elle sortit du dortoir, son sac sur l'épaule. Mieux valait piéger la porte de l'extérieur, sinon elle ne pourrait plus sortir de la pièce ! Elle plaça son marécage portable devant le passage et y lança le reste des bestioles gélifiés. Pour parfaire l'impression de marais, elle lança même quelques #Orchideus autour de la flaque de vase et de boue. Mais elle ne fit pas apparaître de charmants petits bouquets, non. Elle préféra placer des Choux Puants et des Droséras, qui ne tarderaient pas à attirer tous les insectes du Parc. La prochaine sorcière à passer cette porte se retrouverait dans le plus immonde des marécage, entourée de moisissure, d'insectes et de bêtes grouillantes. Et voilà ! Fini ! C'était surement le bourbier le plus réussi qu'elle n'ai jamais fait, mais elle n'en était pas fière... Elle redescendit les escaliers en vitesse et traversa la Salle Commune tête baissée. Peut-être que Violaine était là ! Elle n'avait même pas regardé. Elle était déjà de retour aux côtés de Spencer, dans le couloir. Elle posa son sac par terre et s'appuya contre le mur pour expliquer ce qu'elle avait fait.

- J'aime mis le paquet : Bombamoisi, bestioles dégoutantes, marécage portable, plantes puantes. Et la pièce sera bientôt remplie d'insectes. Bref, j'ai recréer un marécage plus vrai que nature et la première personne à entrer dans le dortoir y plongera la tête la première.

Elle fit une pause, attendant la réaction du préfet.

- J'espère que tu es satisfait ! En tout cas, je pense que j'en ai fait assez ! C'est à ton tour de s...

La Gryffondor n'eut pas le temps de finir sa phrase. Un cri résonna dans le couloir. Apparemment, quelqu'un avait découvert son chef d’œuvre... Oh non ! Pas déjà ! J'espère que ce n'est pas Violaine !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Les toilettes des garçons

Message par : Invité, Mer 07 Mai 2014, 00:36



[A la demande des deux "camarades" que je vais probablement égorger... :roll: ]


Violaine remonta son sac en patientant, le sourire aux lèvres. Rien ne pourrait gâter cette journée, même pas ces escaliers qui n'en faisaient qu'à leur tête ou encore l'aimable Miss Grey qu'elle venait de croiser, au comble de la fureur...

Il fait bon dans ma potiooon,
C'est une affaire de chaudron
Préparons, oui préparon-roOons
Ma formidable décoction !


Fredonnant, elle gravit la dernière marche qui devait la mener près des quartiers des Rouges et Or.

Ma potion elle fait des bulles,
C'est plus sympa que des pustul...


La préfète stoppa net son couplet. Dans son champ de vision venait d’apparaître son soit-disant collègue, Spencer McKane. Immédiatement, son sourire grilla comme une ampoule et elle plissa les yeux. C'était plus fort qu'elle, c'était comme qui dirait...épidermique.
Alors comme ça, Monsieur Parfait venait fouiner par chez eux ? Ça manquait de taff chez les Bleus pour que leur préfet s'aventure jusqu'au pied du QG de la maison des Lions ? Ce n'est qu'à ce moment là que la rouquine vit April Roy, qui visiblement était mal à l'aise, à ses côtés. Et en plus ça embêtait les gens qui voulaient rentrer dans leur dortoir. Il se foutait vraiment magiquement du monde celui-là !
Cependant, il était inutile de chercher des noises du moins pas pour le moment, pas à la vue de tous. Il fallait assurer son coup, comme en cours de Botanique.  Aaah, la botanique ! Sans doute l'un des pires cours que Spencer ait pu passer dans sa scolarité. Peut-être avait-il encore quelques bleus qui lui rappelait à son bon souvenir ? Le pauvre, les chaudrons ne devaient plus avoir le même attrait pour lui...

Ce souvenir lui arracha un pâle sourire. Se savoir derrière tout ça était purement jouissif. Et le mieux dans tout ça, c'est que la victime n'avait aucune idée de qui était le coupable, ou du moins, n'avait pas l'ombre d'une noise pour le prouver. Gonflée de fierté contenue, Violaine prit un ton mielleux en arrivant devant le duo :

- Mes hommages, McMachin ! Toi ici, devant la Grosse Dame ? Inutile d'essayer, on ne se mélange pas avec les Boursouflets...si tu vois ce que je veux dire. Les Serdaigles sont-ils donc si ennuyeux que tu te retrouves désœuvré à ce point ?

Monsieur Parfait dans sa maison parfaite. Sans attendre de réponse, elle passa près d'eux et se pencha vers April en lui chuchotant à l'oreille :

- Je t'assure que ça n'est pas un bon parti, s'il t'importune...frappe vite et fort !

Un rictus aux lèvres, la rouquine toqua trois fois à la porte peinture, ce qui fit sursauter la castafiore avant de lui glisser le mot de passe, après un dernier regard suspicieux envers le préfet.
Aaaah, tout vas pour le mieux dans le meilleur des mondes ! Home sweet home !
Le feu avait depuis longtemps cessé de fonctionner, mais cela n'entamait en rien l'ambiance chaleureuse qui régnait dans la salle ronde aux fauteuils moelleux. Vous avez dit Moelleux ? Justement la rousse avait décrété qu'il était temps de faire...une sieste. Parfaitement !
Un quoi ?! Un devoir de Métamorphose vous dites ? Ah non, jamais entendu parlé, désolée.

Chassant d'un geste théâtral, le premier année qui venait se plaindre d'on ne sait quoi, la préfète monta les escaliers en colimaçon qui menait à son dortoir.

Il fait bon dans ma potioooon,
C'est une affaire de chaudr



Blurps.


Avant qu'elle ne comprenne ce qui lui était arrivé, Violaine se retrouva embourbée jusqu'au genoux dans ce qui ressemblait à s'y méprendre à de la boue, doublée de vase, triplée de cafards aquatiques. Réprimant un cri, elle se tira de là tant bien que mal en prenant appui sur la rembarre de pierre, dont elle se servit comme d'un levier. Respirant un grand coup, elle hésita à pousser la porte, de peur de voir ce qui l'attendait derrière. Il faut dire que les fleurs toxiques qui bordaient l'embrasure n'étaient pas de très bon augure.
Centimètre par centimètre, celle-ci pivota sur ses gonds, puis soudain :

- McKaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaane !!

Son cri avait certainement fait grincer les armures de l'école ou avait fait pâlir d'envie la Grosse Dame. Mais pour la préfète, celui-ci était encore trop faible pour exprimer ce qu'elle avait devant les yeux. L'antre d'un troll. Ou même, l'antre d'un troll gastrolifé !
Tout n'était que pures immondices. Violaine se gifla pour voir si elle ne rêvait pas. Hélas non,  ce marécage putride était bien là. Des flaques verdâtres encrassaient les murs et le plafond, en libérant une odeur des plus désagréables. Croyez-moi, vous ne voulez pas savoir ce que c'est....
Se prenant la tête dans les mains, Corrigan avança prudemment, pour éviter de se crotter davantage et posa son sac sur son lit, qui par bonheur semblait avoir été épargné. Merit et Kaëlie -ses colocataires- n'allaient pas être contentes, c'était la troisième fois ce mois-ci qu'elle était victime d'un attentat à la couverture-piégée. En parlant de couverture....
Le sac s'était mis à bouger de lui même et Violaine poussa un cri perçant. Tremblante, elle eut tout de même le courage de bouger son drap, ce qui manqua de la faire tomber dans les pommes : des mille-pattes, des blattes, des chenilles et sans doute plein d'autres espèces qu'elle ne voulait pas connaître s'activaient joyeusement entre ses couvertures.

Trop c'est trop.

D'un geste vif, elle sortit sa baguette de sa robe de sorcier et sous les yeux ébahis et les nez froissés de ses camarades, sortit de la Salle commune en trombe, après avoir sauté les quatre dernières marches. De rage, elle poussa le portrait qui n'allait pas assez vite à son goût et lança, la fureur l'empêchant d'articuler convenablement :

- J'ignore comment....mais crois-moi....pâle figure à côté....vas voir ! #Asthum Draconis !

Aussitôt, une substance ressemblant étrangement à de la morve de dragon sortit de la baguette de Violaine et fila droit sur le maudit Serdaigle ! Ah il voulait jouer au cra-cra, le petit préfet-propret ? Sans détacher son regard de sa cible, Violaine poussa légèrement April par l'ouverture béante de la toile pour lui signifie de rester hors de portée, inutile de mêler d'autres Gryffondors à tout cela. Sans doute, le Spencer allait courir pleurnicher dans les jupons de Harshing à la première occasion. Pour sûr, il n'était vraiment pas compatible avec Gryffondor !
Revenir en haut Aller en bas
Spencer McKane
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Spencer McKane, Mer 07 Mai 2014, 01:12


April appréciait Violaine. Les yeux vibrants de haine braqués sur Spencer était en était la preuve tangible.

« C'est dégueulasse Spencer... Mais je n'ai pas vraiment le choix. Deal. »

Ignorant sa remarque, il lui offrit un sourire radieux. Allez, qu’ça roule et qu’ça cradouille la Roy. L’est plus que temps de passer aux choses sérieuses. La demoiselle de dirigea d’un pas revanchard vers le tableau de la Grosse Dame, prononça le mot de passe d’une voix d’aphone - ignorait-elle que les préfets connaissaient tous les mots de passe de Poudlard ? - et disparut dans la Salle Commune. Spencer s’adossa plus confortablement contre le mur, son sourire refusant de s’effacer. C’est dégueulasse Spencer, répéta t-il pour lui même. Et alors, elle l’a bien mérité la garce !  Perdu dans ses pensées, le Serdaigle n’entendit pas le tableau pivoté pour la seconde fois, et fut surpris de trouver April en face de lui.

« J'aime mis le paquet : Bombamoisi, bestioles dégoutantes, marécage portable, plantes puantes. Et la pièce sera bientôt remplie d'insectes. Bref, j’ai recréer un marécage plus vrai que nature et la première personne à entrer dans le dortoir y plongera la tête la première. »

Et cette personne serait Violaine. Il le fallait. N’était-ce pas la douce voix de la dite Gryffondor que l’on entendait fredonner un peu plus loin d’ailleurs ? Quoi ? Oh non, déjà ?

« Mer**, on file, maintenant ! »

Mais c’était trop tard. Et qu’est-ce qu’elle faisait l’autre garce à chanter des trucs aussi nian-nians ?

« Ma potion elle fait des bulles,
C’est plus sympa que des pustul… »


La préfète s’arrêta net et se figea à la vue du préfet et de sa camarade d’infortune. Là, ils étaient grave dans la panade. Le sourire qui glissa d’une oreille à l’autre de la Gryffondor fit furieusement rougir Spencer. De colère. Garce. Elle était satisfaite hein ? Toute fière de ses mauvais coups avec l’autre vipère de Wells ! Payait rien pour attendre. Et de l’attente, il n’y en aurait pas beaucoup. Là était tout le problème.

« Mes hommages, McMachin ! Toi ici, devant la Grosse Dame ? Inutile d'essayer, on ne se mélange pas avec les Boursouflets...si tu vois ce que je veux dire. Les Serdaigles sont-ils donc si ennuyeux que tu te retrouves désœuvré à ce point ? »

Mes hommages. Grinçant des dents, Spencer lui offrit un sourire des plus faux, se décalant pour la laisser passer dans un geste théâtrale. La Gryffondor se pencha à l’oreille d’April pour lui glisser quelques mots avant de s’éclipser dans sa Salle Commune. Ok, maintenant c’était l’heure de filer. Sauf qu’April la regardait d’un air désapprobateur, l’air de dire c’est pas fini mon coco.

« J'espère que tu es satisfait ! En tout cas, je pense que j'en ai fait assez ! C’est à ton tour de s… »

Non, non, non, non, non, on verrait ça plus tard ! Il aggrippa son bras, prêt à filer.

« McKaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaane !! »

Oh. M**de. Le cri avait sans doute résonné dans tout l’étage, et il pouvait entendre les élèves pousser quelques exclamations sur les pas de la préfète, qui revenait dans leur direction. Le tableau pivota, laissant apparaître sous leurs yeux une Corrigan des plus immondes, une odeur épouvantable s’échappant de sa personne. Quelle vision ! Malgré la gravité de la situation, Spencer ne pu s’en empêcher. Il éclata d’un rire franc qui résonna dans le couloir, se tenant au mur d’une main, se pinçant l’arrête du nez de l’autre.

« J’ignore comment… mais crois-moi… pâle figure à côté… vas voir ! #Asthum Draconis ! »

Tout à son hilarité, Spencer ne vit pas le sortilège venir, et se retrouva rapidement couvert de morve de dragon. Une douche froide qui n’eut absolument aucun effet sur le Serdaigle, qui venait de repérer une blatte dans les cheveux de la Gryffondor, qui était en passe de venir se nicher dans son cou. La morve de dragon partirait d’un recurvite bien placé, il n’osait même pas imaginer l’état du dortoir de Violaine.

« B… B… Blatte ! » finit-il par articuler en désignant la bestiole du doigt, s’essuyant un oeil de l’autre.

Laissant la préfète à son affaire, il empoigna April et la tira vers lui, et tous deux se mirent à courir vers le sixième étage.

« Sans rancune Corrigan ! » lança t-il derrière son épaule.

Elle n’avait aucune preuve de leur culpabilité, tout comme lui n’avait aucune preuve de la sienne ou de celle de Wells pour leurs précédentes blagues. Essoufllé, il s’engouffra dans les toilettes des garçons et entama un nettoyage de rigueur, à grand jet d’eau et à coup de recurvite. Bientôt remis à neuf, il aurait quand même besoin d’une bonne douche ce soir, il braqua un regard amusé sur April.

« T’as été géniale. Merci. Un deal est un deal, alors j’oublies ton histoire avec Grey. Quant à Violaine, elle t’en voudra pas bien longtemps ! »

La tête de Corrigan ! Spencer en avait encore le sourire. Bien sûr il n’avait pas fini d’en voir avec celle-là, mais il en aurait autant à son sujet. Foi de McKane. Il laissa partir April et regagna son dortoir, d’excellente humeur. Cette Roy était à garder sous la main.

[Merci Violaine ! Peut-être que j’te laisserai m’égorger dans un prochain RP… Razz]

FIN DU RP


Dernière édition par Spencer McKane le Lun 30 Juin 2014, 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 27 Juin 2014, 17:47


Rp avec Axelle Higgs

Les toilettes des garçons n'étaient décidément pas l'endroit le plus classe pour passer sa nuit. Seulement, il avait l'avantage d'être une bonne planque pour ne pas se faire attraper par les préfets. N'ayant en effet sur les huit préfets que deux garçons, Ebenezer pouvait d'un seul coup éliminer six dangers potentiels. Il ne restait plus que McKane qui ne passait que rarement par là (le brun avait longtemps observé les rondes de chacun avant de choisir sa cachette idéale) et McSoul qui ne lui faisait pas vraiment peur. En plus, ces toilettes là n'étaient pas souvent utilisés car ils se trouvaient en retrait des principaux lieux de passage. Ils étaient donc rapidement devenus un des repères favoris du petit brun et pour la dignité, il repassera.

Cette nuit là, Ebenezer, qui comme à son habitude ne dormait pas, s'y dirigea automatiquement. Il pouvait faire le chemin pratiquement les yeux fermés. Il connaissaient les marches qui grinçaient, les fantômes face auxquels il valait mieux se cacher et saluait même de la main certains portraits.

Une fois arrivé, il se contenta de laisser la porte entrouverte afin que la lumière du couloir filtre un peu. En effet, à part une fenêtre en hauteur, il n'y avait aucune source de lumière. Le brun sortit deux bougies de sa poche, les alluma et les fit léviter à quelques mètres du sol. D'habitude, l'obscurité ne le dérangeait pas mais là, il avait besoin d'y voir. Il lança aussi quelques recurvite à droite à gauche avant de s’asseoir à même le sol. Il extirpa de sa poche un parchemin froissé et une craie blanche avant de se mettre à reproduire méticuleusement par terre le dessin qui se trouvait sur le papier. Il s'agissait d'un cercle de runes alambiqué. Ebenezer l'avait trouvé dans un vieux grimoire et il était sensé permettre d'invoquer un esprit à condition d'avoir un objet qui lui appartienne.

Son recopiage fini, le brun se releva et contempla son oeuvre en fronçant les sourcils. Normalement les runes auraient du se mettre à briller or là, rien n'avait changé. Dépité, il observa longuement le dessin pour trouver ce qui n'allait pas. Ne trouvant pas, il décida de prendre de la hauteur, escalada les lavabos qui étaient la réplique exacte de ceux des toilettes de Mimi Geignarde la chambre des secrets en moins, et s'assit au sommet.

C'est ainsi qu'il se retrouva à trois mètres du sol, les yeux fixés par terre et les chandelles ensorcelées voltigeant hors de sa portée lorsqu'il entendit des bruits de pas s'approchaient dans le couloir. Si la personne qui arrivait ouvrait la porte, il était fait comme un rat.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Axelle Higgs, Lun 28 Juil 2014, 22:23


{Mille excuses pour le retard}


C'était une drôle de nuit. Tout était plus calme qu'à l'habitude et cela fatiguait la préfète qui ne trouvait pas ça normal. Des élèves calmes et non assoiffés d'enfreindre le règlement ? Ce n'était pas normal et plutôt louche. La fin des classes n'était pas une raison suffisante pour que ce soit si tranquille. C'est donc avec un air sceptique peint sur le visage, que la sorcière déambulait dans les corridors et escaliers mouvants. Dans la pénombre, la préfète bifurqua vers la droite. Elle avait l'habitude de faire des rondes plus aléatoires, pas comme la plupart de ses collègues, évitant ainsi que l'on connaisse son chemin. Se faire tendre une embuscade ne faisait pas partie de ses projets et, dans le passé, c'était arrivé à d'autres.

Quelque chose attira son attention. Une odeur légèrement fumé, une odeur d'encens, peut-être? Pas de brûlé en tout cas, pas encore. Le nez légèrement relevé, Axelle tentait de déterminer d'où venait cet odeur et son regard se posa sur une porte légèrement entrouverte. C'était la porte menant aux toilettes des garçons et, habituellement, les gens tenait cette porte fermé puisqu'il s'agissait d'un lieu où l'on préférait être seul. C'est à pas de loup que la mesquine sorcière se rapprocha.

De son point de vue il lui était impossible de voir qui que ce soit. L'endroit semblait vide et de faibles lueurs intriguèrent Axelle. Changeant soudainement de stratégie, la préfète poussa brusquement la porte, et resta surprise devant la rune dessinée au sol. Ça lui rappelait vaguement ses cours de runes, mais sans son manuel ou ses notes, elle était incapable d'identifier quoi que ce soit. Et puis, ce n'était pas ça le plus important, pour le moment. Retournant vivement son visage, baguette levée, elle croisa le regard de Lestrange. Le bleu. Le cousin de l'autre.

Ebenezer n'était pas ce qu'on pouvait appeler un fauteur de trouble, il était à l'ordinaire calme et par conséquent se trouvait rarement mêlé à des histoires bizarres. Par contre, cela ne l'empêchait pas de dépasser le couvre-feu et faire des conneries dans son propre intérêt.


- Mais c'est quoi c'bordel, tu joues à quoi là, dis-moi ? fit la sorcière son regard rivé sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 01 Aoû 2014, 15:22


La porte s'ouvrit d'un coup sec pour dévoiler la silhouette d'Axelle Higgs alias préfète des serpentards qui resta quelques instants bloquée sur le cercle de runes qu'il avait dessiné un peu plutôt. Ebenezer retint sa respiration au maximum en espérant que Higgs, ne voyant personne, tourne les talons. Sauf que ça aurait été trop facile et quelques instants plus tard, elle s'était tournée vers lui, la baguette à la main.

- Mais c'est quoi c'bordel, tu joues à quoi là, dis-moi ?

Il y avait apparemment une faille dans son plan pour éviter les préfets lors de leurs rondes nocturnes et bien sûr, il avait fallu qu'il tombe sur une préfète serpy qui s'y connaissait donc suffisamment en magie pour reconnaître ce qu'il y avait tracé sur le sol. Parce que le brun n'était pas vraiment sûr que les invocations d'esprits damnés étaient autorisées dans Poudlard alors qu'elles frisaient déjà l'illégalité en Grande-Bretagne. Il jeta un dernier coup d'oeil mélancolique à son cercle, trouvant son erreur au passage. Ce ne serait pas ce soir qu'il pourrait le finir. Pour l'instant, il fallait surtout qu'il détourne suffisamment l'attention de la préfète pour qu'elle n'analyse pas ça de trop près et surtout, éviter heures de colle ou chute de points au maximum. Ebenezer commença d'abord par descendre de son perchoir, épousseta rapidement ses vêtements avant de relever la tête vers la plus âgée.

- Bonsoir...

Bon, déjà il était poli, ça faisait toujours marquer des points. Maintenant, il fallait qu'il se trouve une excuse à peu près potable. Vraisemblablement, elle le connaissait au moins de vue parce qu'un Lestrange à Serdaigle, ça ne se ratait pas. Il ne pourrait donc pas se faire passer pour un petit pouffy innocent qui s'était perdu après le couvre-feu. Il ne pouvait pas non plus lui dire la vérité car ça revenait à s'auto-enfoncer. Il ne lui restait plus que le semi-mensonge et de jouer quand même à l'innocent parce qu'après tout, s'il s'était retrouvé chez les bleus, il fallait bien qu'il y ait une raison et ça pouvait très bien être qu'il, à l'inverse de sa soeur et du reste de la famille, soit un garçon sensible et absolument pas menteur, calculateur et amateur de magie noire.

- En fait, j'arrivais pas à dormir à cause de la pression, il parait... Tu vois, avec la nouvelle ascension des mangemorts et tout et vu que je suis un Lestrange, on n'arrête pas de m'embêter... Donc du coup, au lieu de rester dans la tour avec les autres élèves, j'ai préféré sortir et je me suis retrouvé ici... Je ne faisais que réfléchir d'ailleurs.

Il avait dit tout son petit discours en baissant les yeux, prenant l'air le plus modeste possible et en priant pour que Higgs n'avait pas vu que pendant son baratin, il commençait discrètement à effacer les symboles du bout des pieds. Normalement, sa petite comédie devrait marcher un minimum vu l'entrainement qu'il avait pour se faire passer pour un ange. Sauf qu'il y avait de fortes chances que la préfète n'aime pas les anges... Bon, en cas d'échec, il pourrait essayer la flatterie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Axelle Higgs, Ven 08 Aoû 2014, 21:37


Elle crût apercevoir les pupilles du garçon s'écarquiller à sa vue. « Et ouais, surprise, je suis là ! » songea la belle brune, un sourire en coin sur les lèvres. Cela, bien sûr, ne présageait rien de bon. Axelle resta silencieuse, prête à entendre les explications du jeune homme qui, au passage, devraient être en béton pour qu'i ne se retrouve pas en colle avec Victoire Grey, la concierge qui avaient bien des idées lorsqu'ils étaient question de punir les élèves, ou -pire- monsieur Flitwick qui faisait preuve d'un certain sadisme lorsqu'était venu le temps de trouver une corvée digne de ce nom.

- Bonsoir... souffla-t-il.

C'était déjà un bon départ, mais ce ne serait pas suffisant. Le garçon avait beau l'air d'avoir d'un petit ange, la préfète savait qu'il ne fallait pas se fier aux apparences. Avant qu'elle ne pousse son analyse plus loin, le sorcier expliqua sa présence dans ces lieux :


- En fait, j'arrivais pas à dormir à cause de la pression, il parait... Tu vois, avec la nouvelle ascension des mangemorts et tout et vu que je suis un Lestrange, on n'arrête pas de m'embêter... Donc du coup, au lieu de rester dans la tour avec les autres élèves, j'ai préféré sortir et je me suis retrouvé ici... Je ne faisais que réfléchir d'ailleurs.
- Hmm.. ne fût que le seul commentaire qui s'échappa des lèvres légèrement entrouvertes de la Serpentard.

Son regard azuré, plus perçant qu'à l'ordinaire, était vissé sur Lestrange à la recherche d'un quelconque indice. Le Serdaigle avait un visage de marbre, ne lui permettant de sonder aucun sentiment. Le garçon semblait sincère dans ses propos, à voir son air presque penaud, mais ça ne collait pas du tout ! On ne fait pas que réfléchir calmement devant des runes et... oh 'tain ! Il pensait vraiment que ?

Rapide comme l'éclair, la sorcière dégaina sa baguette et envoya quelques flammèches vers le pied du jeune impertinent qui tentait d'effacer les traces ! Innocent ? Pas du tout. Sa comédie aurait sans doute marcher s'il n'avait pas tenté de faire disparaître les preuves de son méfaits. Les traits du visages de la belle Axelle se durcirent et, d'un ton sec lui ordonna de reculer :  


- Éloigne-toi immédiatement de là. Tu réfléchissais à quoi, hein ? Ton dessin sur le sol ?

Son regard se posa sur la rune : ça va, elle n'était pas totalement effacée. Ebenezer ne s'en tirerait pas comme ça. Certes, il était à Serdaigle, mais cela ne l'empêchait pas d'être un Lestrange, n'est-ce pas ? Et puis, ne se trouvait-il pas devant la plus méfiante des préfètes ? Celle qui avait pour réputation de terroriser les plus jeunes ? Woods pourraient certainement en témoigner.

- Arrête ton petit manège. Avec moi, je peux t'assurer que ça ne fonctionnera pas. Alors je répète ma première question : c'est quoi c'bordel, tu joues à quoi là ?
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Ebenezer Lestrange, Mar 19 Aoû 2014, 14:41


- Hmm.. fut la seule réponse de la préfète suite à son petit discours.

Un "Hmm.." c'était plutôt bon signe, non? Il était peut-être un poil soupçonneux mais pour l'instant, elle ne semblait n'avoir rien remarqué. Pourvu que ça dur espéra-t-il. Il effaça un dernier signe du pied. Heureusement que la craie s'effaçait vite. D'ailleurs, il en avait plein sur la main gauche ce qui n'était pas tout à fait discret. Il ne quitta pas la brune des yeux qui le dévisageait en retour, un faux petit sourire timide collé aux lèvres. Sauf qu'elle finit par baisser le regard vers ses pieds... Il était mort maintenant. La sorcière sortit sa baguette et lui balança des étincelles dessus. N'ayant aucune envie de se faire cramer les pieds, il les enleva rapidement et recula de quelques pas. Elle avait l'air furieuse maintenant...

- Éloigne-toi immédiatement de là. Tu réfléchissais à quoi, hein ? Ton dessin sur le sol ?

Il s'était déjà écarter de son dessin donc il resta sur place, légèrement mal à l'aise. Il répondit aux questions de la préfète d'un haussement des épaules évasif.

- Arrête ton petit manège. Avec moi, je peux t'assurer que ça ne fonctionnera pas. Alors je répète ma première question : c'est quoi c'bordel, tu joues à quoi là ?

En effet, jouer la comédie ne marchait pas, enfin plus, maintenant qu'elle l'avait percé à jour. Il fallait qu'il trouvez un plan pour se sortir de là, rapidement si possible. Il ne pouvait pas partir en courant car elle connaissait son identité, ni entamer un duel parce que ce serait suicidaire. Ses yeux vagabondèrent dans la pièce à la recherche d'une solution quelconque avant de se stopper sur une des bougies qui voltigeaient toujours à travers la salle. En fait, il aurait dû être une bougie, c'était cool les bougies. En plus, ça pouvait voler... Retour à la réalité, Axelle attendait certainement sa réponse et valait mieux ne pas l'énerver davantage.

- Je n'arrivais vraiment pas à dormir, je suis allé ici et je m’entrainai aux runes, c'est tout... Ce n'est pas très grave, non? dit-il, un peu plus sincère cette fois-ci.

Il tourna la tête vers la seule fenêtre, beaucoup trop haute pour servir d'échappatoire, de laquelle filtrait une lumière argentée.

- T'as vu, c'est la pleine lune ce soir... déclara-t-il légèrement rêveur. La nuit des loup-garous...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Axelle Higgs, Dim 24 Aoû 2014, 05:38


Lestrange fut d'abord évasif, ce qui ne plut pas du tout à la préfète dont les yeux lançaient des éclairs. Elle garda le silence, attendant que le jeune garçon daigne répondre. Le regard se ce dernier vagabonda dans la pièce, sans doute à la recherche de la meilleure excuse. Higgs n'était pas née de la dernière pluie et le bleu et bronze devait bien le savoir, puisque la réputation de la préfète n'était plus à faire.

- Je n'arrivais vraiment pas à dormir, je suis allé ici et je m’entrainai aux runes, c'est tout... Ce n'est pas très grave, non?

Il semblait sincère dans ses propos, mais la Serpentard savait qu'il omettait les détails importants. Tournant la tête vers la fenêtre, il indiqua que c'était la pleine lune. Sans zieuter le ciel, Axelle hocha la tête. Elle connaissait plutôt bien les cycles de la lune et n'avait pas besoin de regarder par la fenêtre pour le savoir.

Axelle détailla légèrement le fautif. Il était plutôt chétif pour un garçon de son âge, mais peut-être n'avait-il toujours pas eu de poussé de croissance. Son regarde restait vissé sur la fenêtre qui éclairait faiblement les lieux. Il tentait à nouveau une diversion là ? De fuir la présence de la sorcière ? Cette dernière repensa aux explications du bleu et bronze. S'entraîner aux runes, ce n'est pas très grave, tout dépendant des dessins exécutés et le schéma de Lestrange semblait bien détaillé pour être quelque chose de simple. Il faisait ch**r le petit aigle à avoir traîné son pied dans le coin inférieur gauche. La verte et argente fronça les sourcils tentaient de discerner ce qu'il avait pu tracer auparavant.

P*tain, elle aurait dû mieux suivre lors de la dernière révision. La forme générale laissait paraître un schéma d'invitation, mais difficile d'en savoir plus les derniers symboles détruits contenait les informations sur l'émetteur en question.


- T'voulais parler à qui ? lança la sorcière en désignant du menton les runes.

Elle prenait une chance, tant pis si elle avait tort sur la signification des symboles tracés au sol. Le petit Ebenezer n'était pas sorti de la mouise et, si elle avait tort, elle lui demanderait de lui étaler ses connaissances. Après tout, il était un Serdaigle, nah ?
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Ebenezer Lestrange, Lun 25 Aoû 2014, 18:50


Le silence s'installa dans la pièce. Il était un peu pesant au début pour le serdaigle qui attendait le verdict de la préfète comme un condamné son jugement. Mais il finit par se détendre, ce calme était plutôt de bonne augure. Ebenezer continua quelque seconde à fixer la fenêtre avant de se tourner vers la sorcière qui avait les yeux fixés sur le sol.

- T'voulais parler à qui ?

C'était une bonne question et il n'en avait pas la moindre idée. Il voulait parler à qui? Il avait passé des heures de travail sur ce rituel, le temps d'en trouver une version faisable, de déchiffrer les runes, de les apprendre par coeur et de s'entraîner à les refaire et tout ça pour se rendre compte qu'en fait, il avait personne de particulier à invoquer. Il pouvait toujours rapeller le chat qu'il avait quand il était petit mais bon, ça n'avait pas beaucoup de conversation les félins. Remarque, il l'aimait bien et il pourrait toujours l'écouter miauler pendant les trois minutes que durerait la séance de spiritisme enfin si ça fonctionnait... Sauf qu'il se voyait très mal raconter la destiné dramatique de son matou à Higgs.

- Je sais pas... Je le fais surtout pour voir si ça marche, je suppose.

Mettons tout sur le dos de la curiosité intelectuelle et laissons les réflexions embarrassantes sur le pourquoi du comment dans leur coin. Il aurait tout le temps de trouver une justification valable à ses manigances plus tard. Et puis, le spiritisme, ça pouvait toujours servir, comme cadeau d'anniversaire par exemple. Un tête à tête avec son idole décédée, c'est à dire Bellatrix Lestrange en personne, sa soeur tuerait pour moins que ça. Ou alors, il pouvait faire un interrogatoire détaillé à un mage noir quelconque pour apprendre toutes sortes de trucs funestes. Invoquer sa grand mère et taper la discute sur les moeurs dépravées des jeunes générations était envisageable aussi mais vu que les morts ne cuisinaient plus de scones à manger avec le thé de 17h30, ça perdait tout son intérêt. Bref, dans certaines circonstances, ça pouvait être utile

- Et toi, si tu étais à ma place, tu invoquerais qui? demanda-t-il, curieux.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Axelle Higgs, Mer 03 Sep 2014, 05:28


Le silence qui persista laissa Axelle songeuse. Que cachait Lestrange ? Il ne voulait pas lui révéler la personne qu'il voulait contacter, ou alors, il en avait aucune idée ? Enfin, cette dernière hypothèse semblait ridicule aux yeux de la verte et argent : pourquoi prendre autant de temps pour une rune si, au final on ne savait même pas qui contacter ? On pouvait rapidement tomber nez à nez avec un esprit malveillant -pas comme Peeves, un vrai mauvais esprit- et ce n'était pas du tout conseiller. Même si la séance durait simplement trois minutes. Cela pouvait être long, trois minutes, en mauvaise compagnie.

- Je sais pas... Je le fais surtout pour voir si ça marche, je suppose.

Higgs la brune fut plus ou moins convaincu de la réponse du Serdaigle, car certains détails collaient plus ou moins, mais avant que la Serpentard puisse ouvrir la bouche, l'aigle reprit :

- Et toi, si tu étais à ma place, tu invoquerais qui? demanda-t-il, curieux.

Un moyen de détourner l'attention de la verte et argent ? Peut-être.


- Ma grand-mère, mentit la préfète.

En fait, ses deux grands-mères étaient toujours en vie et en bonne santé, mais il était hors de question de raconter à Lestrange la disparition de son frère. Plus le temps s'écoulait, plus sa mort devenait la cause la plus probable de cette absence prolongée, mais Axelle refusait tout simplement d'y croire. Alors elle n'allait surtout pas s'abaisser à le contacter, car cela serait admettre sa mort. Il y avait toujours espoir qu'il refasse surface, non ?


- Mais je n'ai aucun objet qui lui appartient, ajouta-t-elle en haussant les épaules. C'est primordial pour que cela fonctionne, non ?

Le genre de fin de phrases qui signifiait «Tu devais bien le savoir, nah?». Le regard légèrement réprobateur, Axelle détailla à nouveau le "fautif". Elle n'avait pas vraiment envie de le punir. C'était long : ça demandait du temps, la rencontre avec un membre de Poudlard, la rédaction d'un rapport et, dans la plupart des cas, un suivi avec l'élève. Higgs préférait faire les choses à sa façon. Ethan Woods pourrait vous en parler longtemps. Dans le cas suivant, elle aimerait bien être grassement payé contre son silence.  
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Ebenezer Lestrange, Sam 06 Sep 2014, 18:28


Il regretta sa question dés que les mots avaient franchi ses lèvres. C'était beaucoup trop personnel, il n'aurait donc droit soit à une réponse banale qui pouvait s'avérer un mensonge éhonté, soit à aucune réponse, rien de très intéressant en somme.

- Ma grand-mère

Elle avait opté pour la réponse la plus simple et vu qu'il ne connaissait pas les grand-mères de Higgs, il pouvait pas savoir si elles étaient mortes et encore moins leur relation avec la préfète. L'apprentissage de la généalogie de toutes les familles sang-pur ne servant qu'à faire bonne impression et n'ayant plus son père sur le dos, Ebenezer s'était empressé de tout oublier pour faire de la place dans son cerveau.

- Mais je n'ai aucun objet qui lui appartient. C'est primordial pour que cela fonctionne, non ?

Loin de se soucier du ton de la dernière phrase, il la fixa quelques secondes avant d'esquisser un fantôme de sourire. Elle s'y connaissait pas mal finalement...

- En effet, mais ça, c'est pas vraiment un problème vu qu'avec un objet qu'elle possédait indirectement, un truc à son mari, à sa sœur ou à quelqu'un d'autre et qu'elle aurait touché un grand nombre de fois, ça marche aussi. Par contre, pour que ça fonctionne mieux, il vaut mieux tracer les runes avec autre chose que de la craie vu que ça a tendance à s'effacer pour un rien... Le sang fonctionne mieux, surtout s'il est proche de celui de la personne à invoquer et avec la consanguinité des sang-pur, je peux te dire que ressusciter ses ancêtres, ça ne pose pas de problème à ce niveau là. Par contre...

Il s'interrompit en voyant le regard désapprobateur de la préfète. Comme d'habitude, lorsqu'il s'agissait de ses expériences, il n'avait pas pu s'empêcher d'en expliquer le pourquoi du comment et encore là, il n'avait pas beaucoup dérivé. Retour à la réalité cependant, il n'était qu'un simple élève surpris dans les toilettes en pleine nuit en train d'essayer d'invoquer des morts et ça, au niveau du règlement, c'était plutôt moyen. Pour l'instant, Higgs n'avait pas parlé de le dénoncer et ne le ferait sans doute pas vu l'heure qui tournait mais, c'était une serpentard et elle ne le faisait certainement pas par bonté d'esprit.

- Bref... J'imagine que si tu me laisses partir sans punition, ce ne sera pas gratuit?

Question rhétorique bien évidemment, mais il ne voyait pas trop avec quoi il pourrait acheter la sorcière. Avec un peu de chance, elle acceptait les paiements en chocogrenouilles...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Les toilettes des garçons

Message par : Axelle Higgs, Dim 28 Sep 2014, 19:15


Ebenezer entreprit de répondre à la sorcière et, en bon Serdaige qu'il était, il n'oublia pas de donner suffisamment de détails. Les objets ayant appartenus indirectement à la personne pouvais fonctionner. De même, le sang était beaucoup plus efficace que la craie pour tracer la rune. Heureusement, le sorcier n'avait pas utilisé cette substance pour son petit exercice, sans quoi la Serpentard l'aurait dénoncé illico. Lorsqu'il parla de consanguinité, Axelle tiqua. Voulait-il se moquer de sa famille et ses origines ? Et puis, elle se rappela qu'elle avait devant elle un Lestrange. S'il osait insinuer que les Higgs avaient abusé sur la pureté de leur sang en se mariant entre cousins, cette rumeur était également bien présente au sein de son clan. Les Higgs, pour leur part, avaient sacrifié une partie de leur pureté en laissant entrer quelques sorciers de sang-mêlés dans leurs rangs, mais également en créant des mariages arrangés avec les clans des autres continents : une famille de sang-pur du Canada, notamment.  

- Bref... J'imagine que si tu me laisses partir sans punition, ce ne sera pas gratuit?

C'est qu'il était perspicace, le petit. Axelle hocha la tête, un air mesquin affiché sur son jolie visage. Elle avait déjà une petit idée du marché qu'elle passerait avec le bleu et bronze.  

- T'as tout compris. Demain, à l'heure du petit-déjeuner, je veux que tu donnes une bonne leçon à ta g*rce de soeur, elle se croit un peu trop tout permis, là.

Éleane Lestrange, de Serpentard, était la soeur aînée du jeune fautif. Ces derniers temps, elle adorait se la péter, notamment au cours de botanique avec son amie Sofia -ou Anika ? peu importe-. Ce qu'elle ne savait pas c'est qu'en se prenant à monsieur Smith, elle s'en prenait aussi à monsieur Higgs, l'oncle d'Axelle. En classe, la Higgs n'avait même pas levé le petit doigt, de toute façon ses camarades avaient réagit à sa place. Et puis, ne dit-on pas que la vengeance est un plat qui se mange froid ? Une petite humiliation devant tout Poudlard lui ferait grand bien. Axelle n'avait aucune idée si Ebenezer s'entendait bien avec sa cousine ou non, mais ça la verte et argent s'en souciait. À la limite, s'il ne l'aimait pas, ce serait d'autant plus facile. En y repensant un peu, Axelle se demanda si elle ne confondait pas la soeur du jeune sorcier avec une autre, mais tant pis ! Le défi était lancé !

- S'il ne se passe rien au petit-déjeuner, je peux t'assurer que tu en baveras, fit ensuite la préfète après une brève pause.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les toilettes des garçons

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 6

 Les toilettes des garçons

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.