AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 8 sur 11
[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor

[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Matt Deliers, le  Mer 30 Mar - 21:10


Hello, moi c'est Deliers. Matt Deliers. Quoique.. Austin c'est pas mal non plus. (:


Admiration devant tant d'habileté. Un tel aveu du directeur de maison. Sensation d'irréalité. Sentiment étrange qui fait que l'impossible devienne tout à coup possible. Ainsi donc. Derrière le masque du Keats pouvait se cacher d'autres choses que le sadisme brut et le malin plaisir qui lui est associé. L'adulte en face de lui reconnaissait le génie de Matt. Il eut un sourire en coin. Flatté par cette certaine reconnaissance.

Le roi des Lions venait d'indiquer que Matt n'aurait guère de mal à finir. Sous-entendu par là qu'il ne comptait pas relever. Matt avait - encore une fois - joué avec le feu. Il s'attendait à une réaction. Mais pas celle-là. Et pourtant... Pas de relève. Pas de sur-enchère. Pas de punition amplifiée. Comme si la technique employée avait séduit leur directeur. Comme si ce dernier s'était incliné devant cette ingénieuse solution. Comme s'il en avait plus rien à føutre de tout ça. Comme si cela lui passait au-dessus. Comme s'il n'aspirait plus qu'à finir sa ronde au plus vite pour retourner se pieuter. A dire vrai le jeune garçon n'avait plus envie de trainer dans le coin. Lui non plus. Cela lui avait suffit.

Il souhaitait regagner la salle commune. Filer deux trois feuilles de salade à Cappu. Sa tortue. Et aller se mettre au coin de la cheminée devant un bouquin. Il regrettait même que la situation ait dégénérée à ce point. Inutile de préciser qu'il ne valait mieux pas qu'il recroise le directeur de maison. Etrangement celui-ci serait beaucoup moins souple. Nul doute qu'il ne le raterait pas à la prochaine occasion.

Regard rapide vers Lydie. Elle semblait perplexe devant ses aliments. Il posa ses prunelles sur son propre tas. Plus que quelques efforts. Avant que cela ne soit de l'histoire ancienne. Il poursuivit son gavage avec les pommes de terre. Non sans mal, même plus petites, il n'en restait pas moins qu'il n'avait pas faim. Néanmoins. Il se força. Faire bonne figure. La difficulté de la tâche avait drastiquement été réduite. Pas le moment de faire la fine bouche.

[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Mattde10
Lydie Nouël
Lydie Nouël
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Lydie Nouël, le  Mar 5 Avr - 14:33

LA de Léo accordé


Malheureusement, le Directeur Gryffondor n'était pas dupe. Et même les pans de la jupe de Lydie, s'envolèrent haut quand il cracha ses mots.

- Miss Nouël, vous pourrez récupérer votre tortue juste après.

Lydie se souvenait parfaitement. L'homme avait ramassé Constantine directement à ses pieds. Elle avait été trop abasourdie pour faire quoi que ce soit. L'attitude du Lion n'avait été en rien menaçante, elle n'avait pas craint pour la vie de sa tortue. Pourtant, cette phrase n'avait fait qu'éveiller en elle l'envie incompréhensible de retrouver son amie à carapace. Ainsi, mue par une étrange détermination, elle se hâta de finir son saladier. Elle se munissait des ingrédients rétrécits par poignées, les portait à sa bouche sans se soucier de l'éducation que l'on lui avait inculquée. Elle avait donc les coins de la bouche tachés de nourritures, des morceaux de salades coincés entre les dents. Cette punition avait assez duré et elle était prête à oublier toute hygiène pour y mettre fin au plus vite. La rouquine perdait patience. Le jeu n'était plus amusant, il ne l'avait jamais été.

Il ne fallut pas plus de deux minutes à la fillette pour vider son saladier de toute trace de nourriture. Bien qu'ayant rétrécit les aliments, Lydie se sentait rassasiée. Voir écoeurée. Elle leva alors la tête vers son Directeur de Maison.

- J'ai finis.

Son regard trahissait une volonté inébranlable. Elle n'avait pas juste fini son saladier, elle avait déclaré d'elle même que la punition prenait fin. A sa grande surprise, le directeur lui annonça qu'elle pouvait reprendre sa tortue. Lydie ne s'attendait pas à une réponse aussi rapide. Elle n'était peut être pas la seule à être impatiente. Passer ses soirées à punir des élèves et à les observer se nourrir ne devait pas être extrêmement enrichissant. La réaction du Lion devenait, alors, compréhensible. Celui-ci ce décala d'un pas vers la droite et laissa apparaître derrière lui un torchon bombé. Lydie ouvrit de grand yeux. Sa tortue se cachait-elle là dessous? Pour quelles raisons se trouvait-elle dans cette vulgaire position? Elle s'approcha alors presque machinalement, sans jamais quitter des yeux le torchon blanc, tachés à quelques endroits de graisses et diverses traces de nourriture.

Constantine était une tortue de terre. La née-moldue l'avait adoptée en même temps de Pandore, un jour d'hiver. La tortue n'avait pas plus de quelques mois, mais elle resterait petite toute sa vie. Tenant presque dans les deux petites mains de la fillette, même en portant une carapace importante, l'animal n'était absolument pas lourd. Elle menait une vie paisible, accompagnait Lydie dans ses cours en cachette. Elle se nourrissait majoritairement de feuilles de radis, de pâquerettes et parfois de tomates. Constantine n'était pas difficile. Elle était simple et agréable. Elle était tout ce que Lydie attendait d'un animal de compagnie.

Posant ses doigts sur le tissu, la Nouël hésita un bref instant avant de découvrir ce qu'il se cachait en dessous. Elle avait peur. Se décidant brusquement, elle retira le torchon d'un geste vif, l'envoyant vers son directeur. Elle se décomposa. La première image qui lui vint fût celle du jour où son Carapuce avait perdu son premier combat. Elle voyait presque des spirales, dans les yeux de sa tortue. Il n'y avait pas besoin de précision. Ces animaux à carapace avaient certes un rythme de vie plutôt lent, mais l'image imprimée dans la rétine de la rouquine ne laissait place au doute. Constantine ne bougeait plus, elle ne respirait plus, elle ne bougerait plus jamais. Et n'avait que quelques mois.

Lydie perdit alors le contrôle de ses jambes s'effondra sur place. Elle n'était pas inconsciente. La tête baissée, elle fixait le sol. Elle ne contrôlait plus le tremblement de ses doigts, elle ne pouvait plus compter ses battements de coeur. La chaleur montait et faisait pression en elle, inexorablement.
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Shae L. Keats, le  Ven 17 Juin - 11:34

La jeune fille avait semblé plus ou moins étonnée face à la déclaration du Keats. Celle-ci n'avait cependant rien de particulièrement étonnante, il l'invitait seulement à récupérer son bien... ou du moins ce qu'il en restait. C'est à dire un corps inerte encore tiède, mais bien décédé.
Comme inquiète pour son amie à carapace, la jeune fille accéléra le rythme, vidant son saladier par poignées, oubliant toute règle de vie, ce à quoi le directeur de gryfffondor ne put dire grand chose. Il se voyait mal continuer à tourmenter la jeune femme alors qu'il venait juste d’ôter la vie à sa compagne à pattes. Il attendit patiemment que la gamine ait fini. Et le déclara sur un ton qui ne plut pas vraiment au Keats. Cependant, ce dernier laissa couler, et lui dit qu'elle pouvait récupérer son bien.
Un pas sur le droite et il laissa apparaître à la vue de la gamine le linceul taché sous lequel se cacher le corps sans vie de son amie.
S'approchant d'abord doucement, la rouquine se décomposa lorsqu'elle ôta rapidement le torchon du petit corps, l'envoyant vers Keats qui l'attrapa au vol et croisa les bras, observant la détresse de la jeune femme.

Cette dernière s'effondra sur le sol, au grand dam de l'adulte. Ce n'était pas son genre de réconforter les élèves. Il se pencha alors, auprès de la jeune fille, et lui administra une tape pseudo-compatissante dans le dos. Fouillant ses poches, il en sortit une dizaine de gallions qu'il plaça dans les mains de la gamine " En compensation ".

Puis il soupire, "Deguerpis maintenant, je ne vais pas aggraver tout cela. Que je ne te reprenne plus ici. Sinon ce n'est pas  ta tortue qui finira noyée la tête dans la soupe. " Il n'y croit pas une seconde, jamais il ne noierait une rouquine.

Repose en paix Constantine...

Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Hugh Dey, le  Lun 10 Oct - 16:08

[PV Alhena Peverell]

Bordel qu’est-ce que j’avais faim… Mais genre vraiment faim. Comme une envie subite de grailler un bon coup. Pourtant il faisait nuit dans le château. Fin, un peu comme d’hab, c'est-à-dire que je tournais dans mon plumard à la recherche du sommeil, sans pour autant parvenir à le trouver. Bordel. Je devais avoir des sacrés cernes sur la tronche. Ou plutôt, si jamais j’avais pas un don certain pour masquer tous les éléments négatifs de mon visage, on les verrait. Mais nan, là c’était comme si j’avais le teint frais. Genre vraiment frais, ou fraiment vrais comme ils disent parfois les moldus.

Tiens cette petite phrase me rappelait donc que j’avais faim. Pas d’Apérivrais, ces petits trucs qu’étaient justement fraiment vrais, mais plutôt d’un truc fin. Un truc fin, très fin, qui se mange sans faim mais qui ne devait pas être Plantafin. Blop blop blop faisait mon ventre, et moi je me démenais à simplement enfiler un short. Allez, un short et c’était tout. Je rentrais mon bide. Non, mieux que ça, je me regardais un peu dans le miroir et je l’arrangeais, histoire d’avoir un peu moins de bidoche. Et sans être plein de pectoraux j’étais déjà mieux sculpté.

Là, je pouvais partir. Et fallait pas que je me le dise deux fois, j’avais à peine claqué la porte – bruyamment cela allait sans dire, histoire de réveiller tous les profs du coin – que je courais dans les couloirs. En chaussettes. Du coup ça glissait. Oui parce qu’en ce moment, dans mon lit, j’aimais à porter des chaussettes. Pourquoi me direz-vous ? j’en savais rien, sans doute pour avoir moins froid aux pieds. Z’avez déjà essayé de chauffer un château aussi grand que celui-ci ? Bah nan, évidemment. Rapidement vous prendrez conscience que tous les élèves devaient se balader en doudoune dès le mois de novembre pour réussir à survivre au froid. Alors les chaussettes, c’était pas de trop.

Bref, je réussissais à descendre trois étages. Ouais, c’est long trois étages. Et je passais pas loin de la salle commune des Poufsouffle. Je tendais l’oreille, voir si y avait pas du bruit, mais y avait rien. T’façon j’étais pas sûr qu’on entende grand-chose. Bizarrement, un château c’est froid, mais ça isole bien du bruit. Et mon ventre faisant blop blop blop m’empêchait de m’attarder plus longtemps devant leurs tonneaux. Je poursuivais, je chatouillais la poire du tableau et hop, j’entrais dans les cuisines.

Là c’était la nuit, y avait donc moins d’elfes. Mais y avait Mollard, le mien, qui comme moi dormait pas beaucoup. Bizarrement, alors que les trois autres elfes venaient à ma rencontre pour savoir ce que voulais, lui s’éloignait le plus possible. Bah ouais, mon elfe c’était pas le plus sympa des elfes. Mais bon au moins quand je lui donnais un ordre il le respectait.

« Laissez-moi j’vais juste me servir à grailler dans le frigo, faites juste c’que vous d’vez faire et vous occupez pas de moi »

Voilà. Ils me laissaient tranquilles et je me plantais bien devant le frigo. J’avais pas envie de trucs sucrés moi. Alors je prenais du jambon. Ouais, du bon jambon, bien fumé comme il fallait, avec du pain, pis du fromage. Ca, c’était la vie.

« Eh dites les elfes, z’auriez du pinard pour moi ? Un truc aux fruits là, qu’vous servez pas à table… »

Bah oui y avait du pif, et y en a deux qui se cognèrent la tête pour aller m’en chercher. Du coup c’est le troisième qui y parvint, tout en tirant la langue aux deux premiers, et qui le déboucha la bouteille. Par-fait. Je le remerciais pis commençais à bouffer. C’était tellement mieux que de dormir, de bouffer un bon coup…
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Occlumens (Niveau 3)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Alhena Peverell, le  Jeu 20 Oct - 1:46

RP Hugh

Dormir ? Toi, non jamais. Enfin c'était ridicule. Comment dire : tu as neuf vies, tu es partout donc pas le temps de se reposer. Rictus en bouche, tu erres dans le dédale de couloirs à la recherche de... de rien ? Oui voilà, tu trainais des pieds dans le château, la nuit pour rien. Ou alors à la recherche du sommeil qui sait ? Ben justement personne ne sait. La ferme. Toi aussi. Comme quoi, le manque de sommeil avait de vrais effets néfastes.

Qu'importe. Le fait est, que tu vagabondes au milieu du labyrinthe. On dirait que t'es pas très clean vu la tête que tu tires. Pourtant il n'y a pas, étrangement faut se le dire, un gramme de substance illicite dans ton sang. Mais la cause, de la tronche que tu as, réside peut-être dans le fait que tu viens à peine d'émerger du pieux. Tu crois pas ? En fait, tu t'en fiches. Ton attention s'est portée sur une ombre qui vient de se glisser devant toi. Et pour une raison quelconque, au lieu de la poursuivre à toute vitesse au cas où c'est un élève, tu décides de secrètement la suivre. De loin, tu aperçois une grande silhouette. Elle te fait vaguement penser au concierge. Peut-être, justement parce que c'est lui.

Pas très intéressant comme concept. Tu soupires et te relèves les cheveux. Ton teint pâle à reprit des couleurs. Sortie depuis plus de dix minutes de ta vulgaire sieste, tu ressembles d'avantage à toi-même. Cette femme aux charmes indomptables. Ce chaud-froid réincarné. Serpent qui rampe au sol, métaphoriquement parlant parce que bon tu serais capable de le faire, jusqu'au cuisine. L'abruti de service avait visiblement faim. Pas étonnant. Son métabolisme devait être constitué simplement de pulsion animal et de vieilles graisses. Non mais, c'est pas que tu l'aimes pas Dey, c'est juste qu'il est un grossier personnage à tes yeux. Entre la jeune femme raffinée aristocrate et l'homme qui fait en sorte d'être remarqué lors d'une conférence du ministre. Il ne fallait pas avoir trois yeux pour comprendre le léger mépris que tu avais envers cette étrange personne.

Et pourtant, malgré ce dédain. Tu es là, non seulement à le suivre, mais aussi à vouloir passer du temps avec lui. Qu'on se le dise, c'est bien le dernier endroit où on pourrait te retrouver : dans des cuisines à suivre ton collègue Hugh. De un les cuisines, tu n'es pas du genre à manger comme quatre tout le temps. De deux, tout simplement pourquoi tu suis quelqu'un ? De trois, on est bien d'accord que toi et le Gryffondor, vous n'avez pas grand chose en commun ? Oui, voilà c'est ça. Alors c'est un peu paradoxal le fait que tu aies envie, de passer du temps avec lui.
Celui-ci se sert tranquillement dans le frigo. Toi tu avances vers lui et t'assois sur la table ou ses genoux ? Allez savoir.

« Salut... Comment ça va ? »

Étrange façon d'entrer en scène, tu ne trouves pas ?

« Jamie, apportes moi du raisin. »

Tête tournée vers la petite elfe qui te suit depuis le début, elle s'exécute sans demander son reste. Une fois cela fait, tu tailles dans son fromage. Ça et le raisin, c'est le mélange parfait. Et comme tu n'as pas très envie de te soûler cette nuit, tu te contenteras de ça. Et si monsieur n'est pas content. Tu sais montrer les crocs ou... embrasser des inconnus. Ce serait pas la première fois que tu embrasses un collègue juste pour voir ce que ça donne. Là en l'occurence, ce serait pour lui dire de la boucler, mais dans ta tête ça revient approximativement au même. Je me trompe ?


Dernière édition par Alhena Peverell le Mer 22 Fév - 1:18, édité 2 fois
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Hugh Dey, le  Dim 20 Nov - 22:29

« Salut... Comment ça va ? »

Je sursautais en entendant une voix. Féminine. Pendant un moment je regardais les elfes, me demandant pourquoi ces petites choses vertes et écoeurantes me parlaient. Puis je tournais la tête vers la porte, la bouche pleine de pain et de jambon, et je voyais une silhouette entrer. Une femme oui. Une jolie femme. Fine. Brune. Attirante. Pas inconnue.

En même temps on était dans le château, et les adultes m’étant inconnus étaient bien peu nombreux. Même si je ne leur parlais pas beaucoup. Ils n’étaient pas assez intéressants. Les profs, tous un peu les mêmes m’voyez. A se plaindre quand ils ont une classe à gérer, alors que moi, concierge de mon état, je devais tous les gérer ces gosses. Bref. J’allais pas me lancer dans ce genre de trucs. Je me permettais d’avaler ma bouchée en un *Gloups* un peu trop sonore je pense, puis je grimaçais. Parce que c’était trop gros, et que je sentais tout passer dans ma gorge. C’était pas bien agréable. Et oui, oui oui, je parlais toujours je nourriture. Du coup, je répondais juste un « Ava. » pas très agréable et pas très engageant.

En même temps je voulais pas dire, mais on était au milieu de la nuit. J’étais en train de bouffer. J’étais tranquille dans la cuisine, tout seul si on considérait que comme les elfes me faisaient pas chier c’était comme s’ils existaient pas, et elle venait me parler. Pourquoi j’aurais été hyper agréable avec elle hein ?

Peut-être bien parce qu’elle était fort mignonne la gonzesse. Comme elle s’approchait, je me permettais de la détailler des pieds à la tête, puis de la tête au pied, et mon regard était à peu près aussi appréciateur que la première fois. Dire que j’avais pu toucher ses lèvres… Si elle avait su que c’était moi, elle l’aurait sans doute pas fait. Un petit rictus se dessinait sur mon visage. J’aurais bien eu envie de lui dire. Lui dire que je savais tout, que j’étais cette figure masquée, ou plus encore, qu’elle était moi. Ma peau de Hugh le concierge n’était qu’une piètre couverture, une couverture qui grattait de plus en plus et me donnait de plus en plus froid.

Et puis tout rire s’évanouit de mon visage. Elle venait de… Oui. Elle venait de piquer mon fromage. Je fronçais les sourcils, durcissais ma mâchoire et la regardais droit dans les yeux.

« Ca va il est bon mon fromage ? »

Rien de bien agréable dans ma question. Je tendais même ma main droite, celle qui ne sentait plus rien, pour la poser sur le fromage et le rapprocher de moi. Chasse gardée les amis. Pas la peine de venir piquer dans mon manger. Surtout si c’était pour bouffer avec des graines. Du raisin quoi… Pffff. Le gras c’est la vie ma p’tite dame. Faut arrêter de bouffer des trucs sains comme ça.

« Tu fais régime ma mignonne ou quoi ? R’marque, t’en as p’t-être bien besoin… »

Pour perdre un os ouais elle en avait besoin.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Occlumens (Niveau 3)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Alhena Peverell, le  Dim 11 Déc - 14:41

« Ca va il est bon mon fromage ? »

Un délicieux sourire s'étirent sur tes lèvres. Ton expression faciale venait de lui répondre d'elle-même. Nul besoin de mot pour exprimer ton amusement. Tu aimes embêter les gens, les bêtes humaines. C'est un de tes plus gros péchés que de croire que le monde n'est qu'une vaste plaine de jeux. Tes yeux se mettent à pétiller en voyant ton collègue légèrement irrité par tes actes. Faut se détendre un peu mon pote, c'est un fromage. Faut pas en faire un... ne tuez pas la narratrice merci
Un léger rire cristallin s'échappe de ta gorge. Un doigt vient essuyait ta bouche tandis que tu contemples ton collègue. C'est un bourrin dans l'ensemble, il fait aussi un peu peur mais ça ne tient qu'à peu de chose près. Sa tête, ses yeux, ses dents, son âme. Il a un côté malsain innocent, c'est presque plaisant. Ou agaçant, au choix. Surtout quand il fait ce genre de remarque là :

« Tu fais régime ma mignonne ou quoi ? R’marque, t’en as p’t-être bien besoin… »

Légèrement renfrognée, tu te redresses sur la chaise. Tes doigts claquent les uns apr!s les autres pendant que tu le foudroies du regard. Puis tes yeux dérivent sur le corps, les épaules, le torse, les mains. Il pouvait parlé lui, l'est pas mieux que toi ouais. Malgré ça, tu décides de pas continuer sur la cette voie. Il était tard, c'était toi qui venait le déranger pendant son repas de minuit. Peut-être avait-il justement décider d'enlever ses vêtements pour faire plus vrai. Tu n'avais aucunement envie de voir ça en y réfléchissant bien. C'était pas méchant, mais ce n'était pas un bon spectacle à voir. T'avais assez donné dans ta vie pour qu'on t'épargne ce genre de chose.

« J'ai pensé à de la ratatouille, ça m'a donné envie de raisin. »

Verre de vin et tout le tintouin. Gros baratin. Tu ne réponds même pas aux vraies questions. Pas comme si c'était réellement important n'est-ce pas ? Le silence s'installe, tu joues avec le regard. C'est une bataille ou simplement de la bêtise dans ton esprit ? En fait tu le cherches, tu vas vite le trouver. Dey c'est un enfant, un fou d'après les rumeurs. Va pas trop loin, tourne juste un peu la tête. Demande aux elfes d'apporter à grailler. Une surprise, n'importe quoi du moment que c'est bon et un peu drôle. Non pas du pain, bande de moins que rien.

Tu prends un penseuse, comme si c'était un médicament. Pas qu'il s'en souciera m'enfin, sait-on ce qu'il peut raconter celui-là. Il interprète les choses tellement à sa manière qu'on ne sait pas. C'est le vague, le flou, le vide. Comme vos esprits en cette maigre soirée. Tu sortirais bien une clope, mais bon si ça remontait tu pouvais dire adieu à ton job. C'est pas que ça te dérange, mais un peu quand même. Tu l'aimes bien ce job même si les gosses peuvent te sortir par les yeux de temps à autre.

Soupire décadent. Morne vie. Mépris. Soucis.
Bah... Enfin Jamie !

« Tu fais ça souvent ? De venir dans les cuisines à minuit ? »
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Hugh Dey, le  Mer 18 Jan - 20:21

« J'ai pensé à de la ratatouille, ça m'a donné envie de raisin. »

Super. Elle est géniale ta vie. Allez, décarre ton cul de là, j’ai pas envie de parler. Il fait nuit, je devrais pioncer, mais comme d’hab j’y arrive pas. Je viens pour grailler un morceau et je peux même pas être tranquille. Déjà qu’il y avait des elfes tout autour, c’était pas bien génial mais tant que je les voyais pas rôder autour de moi ça allait, je me sentais en sécurité. Mais si en plus je devais supporter une gourdasse… Une gourdasse qui ressemblait à ma petite sœur en plus. Une gourdasse rachitique qui voulait me faire croire qu’elle allait grossir. Mais elle était au régime liquide. Remarque c’était plutôt une bonne chose. Moi aussi j’aurais bien eu envie de lui piquer un truc. J’allais pas me priver.

Puisqu’elle avait tapé dans mon fromage, je me levais à mon tour, pis j’allais vers elle. Sans lui demander, je lui piquais son verre pour en boire une lampée, avant de soupirer d’aise. Ca, ça faisait du bien. Pis ça allait bien avec le fromage, c’était vrai. Je la gratifiais d’un grand sourire.

« Tu fais ça souvent ? De venir dans les cuisines à minuit ? »

« Ouais, quand j’arrive pas à dormir. Et je dors pas souvent. Mais si t’es là à chaque fois je vais peut-être changer mon horaire, ch’ais pas… »

Le Hughie agréable était resté dans son lit apparemment. C’est bizarre hein, parce que d’habitude, devant une fille comme elle, j’aurais plutôt dit des blagues grivoises, ce genre de choses. Des trucs qu’on devrait pas sortir normalement, mais que je me sortais quand même parce que j’étais Hugh Dey et que c’était maintenant ce qu’on attendait de moi. Oui, je parle à tous ces lecteurs, très nombreux, qui me suivent moi et mon journal et qui adorent que je fasse des conneries. Et bah pas là, nah ! Parce que là elle me faisait ch*er d’être ici pis c’était tout.

D’ailleurs, pour cette raison, je reprenais ma place. Et mon fromage, et mon bout de pain. Mais comme l’ambiance était lourde et pesante, fallait que je m’occupe les mains. Cette phrase n’a aucune logique, mais laissez-moi dire ce que je pense hein. J’aurais pu m’occuper la bouche en mastiquant, m’occuper la b*te en me masturbant, m’occuper les pieds en marchant. Mais là nan, j’occupais juste mes mains. Et même pas avec un truc qui commençait par « ma », ça pourrissait donc tout le style de ma phrase. Pour ça que j’avais dû mettre un point après « marchant », sinon j’aurais continué longtemps. Ah si ! J’ai trouvé !

Je m’occupais donc les mains en malaxant mon pain, comme j’aurais pu le faire de deux beaux nichons. Malheureusement je pouvais seulement les rêver, parce que la fille devant bah elle en n’avait pas beaucoup. Bon et du coup, à force de trifouiller à mon pain, je faisais comme les gamins. Je jouais avec la mie. Et j’en faisais des boulettes. Une grosse boulette d’abord. Que je finissais par arracher en tout petit. Et à lancer sur ma partenaire du soir. Pendant que les elfes se pressaient pour ramasser. Limite, ils auraient pu les attraper au vol quoi, mais comme ils étaient nuls ils y arrivaient pas. J’essayais de viser son décolleté, mais le trou étant trop petit, c’était pas jouable.

« Nan en fait c’est sympa quand t’es là. Ca fait un endroit à viser. Tu veux ouvrir la bouche qu’on rigole un peu ? »

Si elle ouvrait la bouche c’était le quignon que je lui envoyais dans la tronche. Avec un « oups je me suis trompé » je m’en sortirais bien…
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Occlumens (Niveau 3)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Alhena Peverell, le  Mer 22 Fév - 1:11

Eh eh
Laughing
Out
Loud


Bon
Puisque c'est comme ça
que tu veux jouer avec les sens
que tu veux jouer avec les mots
et accessoirement le pain
On peut essayer de s'amuser
à un truc un peu dérisoire de la vie
Si je te tend la main gamin
tu affronterais le monde avec moi ?
On pourrai zoner dans les couloirs
manger des crêpes dans le bureau de Kholov
voler ses sous-vêtements
envahir la grande salle de boursouflets
cacher toutes les pilules de Malicia
toutes les bouteilles d'Evan
dormir dans le lit d'Alicia pour qu'elle panique
réussir à faire croire à Ian qu'il est né-moldu
à Kyara q'elle s'est mariée avec un serment inviolable à un inconnu
faire du vélo dans les couloirs
peindre poudlard en rose
ou peut-être en noir
mais c'est juste
des idées
un peu débile
pas crédible
mais qui font passer le temps
quand
on fait
qu'y penser

Je préfère quand tu fermes la tienne finalement
Tu trouves pas que t'as une jolie tête avec une salade dans la gueule ?
Tu sais pas ?
T'as jamais essayer ?
Tu devrais
ça fait un joli chapeau
tu ressemblerais à une jolie plante peut-être bien
tu serais roi du potager
seigneur des légumes
que tu surveilles
à moins que ça soit le rôle de l'épouvantail ça
quoi que, ça te plairait aussi ça, certainement
du coup, tu veux une salade dans la tronche ?
pas de besoin de répondre
de toute façon
ça arrive jusqu'à toi sans que tu demandes
tiens
Alhena t'en offre une
avec un peu de mépris
un lancé d'enfant
et un soupçon de sourire
mauvais
tu décideras si tu préfères la manger ou
l'attraper avec le nez
mais c'est sympa
si tu démarrais une bataille navale
avec tes mies de pain
elle, elle pourrait s'armer de raisin
t'en lancer deux trois
mais ça fait plus mal
après t'as la tête, dure, creuse
enfin je crois
j'ai pas vraiment envie de savoir ce qu'il y a dans ta tête
t'es un peu fou
elle aussi
à la rigueur
mais je préfère m'amuser
à la regarder galérer
avec toi
à peut-être jouer
à la bataille
de bouffe
où toi, Hugh,
t'arriverais à coincer
du pain entre deux de tes bourrelets
mais après,
seulement si tu veux qu'on fasse
ça
dans le futur

Ou alors que tu l'utilises pour faire autre chose
autre chose...autre chose ?
ou autre chose ?
comme par exemple
là maintenant où toi,
Alhena, tu viens de poser tes lèvres sur les siennes
en une seconde
un coup de vent
suivi d'une très grande fuite
d'un sourire noir
un mauvais regard
breuvage d'éloquence du non-dit
d'elle
sa marque de fabrique
c'est pas la première fois que t'embrasses un inconnu
enfin collègue
t'aimes découvrir
et en l'occurence
si tu savais
redécouvrir

Boisson âpre
décousue
alors
gamin
t'es plutôt
comme Asclé à jouer au détenu de la folie enfantine
ou
comme Leo à t'amuser avec la chair des mots
après
peut-être
que toi
t'aimes faire les deux
jouer jusqu'à embrasser
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Hugh Dey, le  Ven 10 Mar - 15:00

Je rigolais vachement à lui envoyer mes boulettes. Mais brusquement, mon sourire s’interrompit. Parce que je lui avais demandé d’ouvrir la bouche, et qu’elle m’avait plutôt proposé de fermer la mienne. Mâchoire qui se durcit. Sourcils froncés. Non pas le signe de la réflexion, comme c’était habituellement, mais plutôt celui du mécontentement. J’aurais dû la voir venir cette réplique. J’aurais même dû la pressentir, et l’empêcher. Ou lui rétorquer avant qu’elle n’en ait l’idée. Mais j’avais laissé filer. Pitoyablement. Je m’étais fait prendre à mon propre jeu, et j’aimais pas ça. Pas du tout.

Mais ce que j’aimais encore moins, c’était la salade qui venait de m’atterrir en plein dans la tronche. J’avais même pas bougé. Parce que j’étais perdu dans mes pensées, dans ma mine de gosse boudeur, et que j’avais même pas regardé ce qu’elle avait décidé de m’envoyer. Pourtant, alors que j’avais pas aimé la sensation de froid, et que je secouais la tête comme un chien mouillé se secouait jusqu’au bout de la queue, je pouvais pas m’empêcher de rigoler. Avant de lui renvoyer, sans conviction aucune. La pitoyable salade finit sur le plancher de Poudlard, ramassée par des elfes scandalisés que nous allions jusque là.

Et puis elle suggéra que je fasse autre chose de ma bouche. Et là pour le coup, je fronçais les sourcils juste pour essayer de comprendre ce que ça voulait dire. A part parler, bouffer et me taire, je pouvais faire quoi ?

La réponse vint sans que j’ai besoin d’attendre longtemps. Deux lèvres posées au goût de vin posées sur les miennes. Sans même m’en rendre compte, je fermais les yeux et contractais mes abdominaux manquants. Mon ventre entier se rétrécit par effet de métamorphomagie, et mon torse devint plus abordable. Puis nos lèvres se séparèrent et je ne pus m’empêcher de lancer un :

« T’aimes bien m’embrasser toi, nan ? »

C’était en effet la deuxième fois qu’elle le faisait. Mais elle ne pouvait pas le savoir. La première fois, je n’arborais pas cette tête. Me rendant compte de ma bêtise, j’arrondissais les yeux. Ma bouche forma même un O de stupeur. Et je me raccrochais à mon plus grand espoir pour qu’elle puisse oublier cette première chose stupide : en faire une deuxième, plus stupide encore. Sans réfléchir, je pris le verre de vin posé non loin de moi et lui balançais sur les vêtements.

« Oh oups. Il va falloir les enlever… »

Sourire faussement désolé, et pour le coup très amusé…
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Occlumens (Niveau 3)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Alhena Peverell, le  Jeu 30 Mar - 5:54

Il était bête
C'était une bête
parce que c'était un humain
Alors il ne mesure pas ses paroles, fait claquer une langue avant de penser. Il s'étonne de son imbécilité, et tu aurais compris si t'étais moi. Tu ne serais pas étonnée par ce geste, par cette idée. Il prend un tournant, il jète son dévolu sur ce baisé. Il fait l'enfant face à une adulte.
Mais le Gamin joue avec une gamine, et aucun ne sait qu'ils pratiquent un jeu de grand.
Un bouton
deux boutons
Oh un sous-vêtement !

Il y a la colère et l'amusement qui se battent en duel. La première parce que c'est des vêtements, c'est pas cool de salir les vêtements, faut les laver après. C'est pas Bibi qui s'en occupe hein, il sait pas ce que c'est. Il est sale et connait pas le mot élégance, lui. Mais ses enfantillages, t'amusent. Ils rafraichissent l'atmosphère de bêtises. Ils parsèment le monde d'un étrange vice, malsain et pourtant enfantin.
Evil Children
C'est dommage, j'ai du mal à les enlever moi-même...
La malice qui brille, qui pétille
Le jeu, le vin, les odeurs et la chair
Vous êtes propulsés dans un autre hémisphère
La chaleur s'éprend de votre peau, l'écorchée oublie sa poupée cassée
Juste deux lèvres étirées
éphémère instant de péché
Dis... Tu voudrais pas m'aider ?
Vague innocente demande, comprendra-t-il ? Parce qu'il est pas très futé ce collègue parfois
T'as pas vraiment envie de lui expliquer quoi faire. T'espères juste que les pulsions animalières prendront le dessus. Les humains c'est des animaux, c'est un animal, t'es un animal.
Vous êtes tous en cage, fouettés et bien élevés. Dressés à parler, sourire, se vanter, réfléchir et penser à l'avenir. Tu voudrais cracher sur cette méthode de danser, tu te sens utilisée.

Tu te rapproches doucement, comme un serpent. Après tout c'est ce que t'es, c'est ton ancienne maison. Faut pas filer du mauvais coton. Faut rester fidèle à ce qu'on est et tout ces stéréotypes mauvais. Mais là, c'est mal tombé. T'es à l'opposé de petit gamin parfait. Qu'est-ce qu'il va faire ? Te plaquer sur la table, le sol et tout ce qui accessoirement plausible pour se poser ? Parce que ce foutu jeu, on le connait tous. Ça finit pas bien. Sur le coup, on trouve ça cool, c'est marrant un temps. Après on se retrouve vite fait avec des responsabilités et des regards cachés. Quoi que lui, il risque de s'en foutre. Il connait pas. Il prendra juste un pain dans la tronche de la part de ton futur compagnon
S'il venait à l'apprendre
T'allais pas vraiment t'en vanter

Assise sur la table,
tu patientes
tu joues
Bah alors Hughie,
T'attends quoi ?
Une autre couche ?
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Hugh Dey, le  Dim 2 Avr - 23:46

L’amusement était pour moi, mais apparemment pas pour elle. Peut-être était-elle partisane de cette théorie du « renverser c’est gâché ». Peut-être était-elle triste alors. Mais je ne savais pas si c’était vraiment ça que je lisais dans ses yeux. Pas de la tristesse non. Ni du dégoût, ce qui était plutôt bon signe. Peut-être un truc comme de l’indécision, un mélange de plusieurs émotions. Et moi t’façon, j’étais pas psy, donc c’était pas à moi de démêler son flot émotionnel. Pis c’était une gonzesse en plus. Donc c’était peine perdue pour essayer de démêler tout ça.

Bah oui enfin… Une gonzesse, ça pleure tout le temps, ça passe d’un extrême à un autre en un rien de temps, tout ça à cause d’un truc qui se passe tous les mois. Evidemment, sa condition de faible femme ne devait pas l’aider à y voir clair. Moi j’aimais bien quand y avait de la testostérone, du muscle et que toutes mes pensées pouvaient être calmées par une simple bière. Séance cliché bonjour.

Bref. Moi j’arrivais pas trop à distinguer ce qu’elle pensait. Jusqu’ici vous étiez d’accord, parce que ça faisait deux paragraphes que j’avais pas avancé. J’allais aussi vite que l’histoire d’un mec par Coluche. Bon. Mais ce que j’arrivais à distinguer, c’était ce qu’elle me disait. Hé ouais, j’étais pas psy, mais j’étais pas sourd non plus ! Donc quand elle disait que c’était dommage parce qu’elle pouvait pas les enlever toute seule, je buguais un peu moi. Parce que je savais pas si ça voulait dire que tant pis, elle pouvait pas se désapper, ou si justement, elle avait besoin d’un peu d’aide. Et si j’avais appris une chose avec les demoiselles, c’était qu’il fallait pas leur sauter dessus comme un bourrin. Par conséquent, lui demander, même gentiment « Puis-je donc t’offrir mes services pour réaliser cette ingrate besogne ? » risquait fortement de la contrarier.

Dis... Tu voudrais pas m'aider ?

Ah beh si ! Si si si si bien sûr que je veux bien faire ça ! Je suis serviable moi sur ce genre de choses. C’était un peu la phrase salvatrice qu’elle venait de prononcer. Et je la laissais venir, jouer, s’approcher, tandis que je réfléchissais à la manière la plus sexy de la déshabiller. Moi, y avait pas grand-chose à enlever, à part le gras de mon bide, mais l’avantage avec ça c’est que je pouvais le rectifier. Instinctivement, mon torse se sculpta un peu plus tandis que je me levais pour me placer entre ses jambes. La demoiselle avait eu le culot de s’asseoir sur la table.

Je lui offris un petit sourire, séduit par le jeu qui s’amorçait entre nous. Elle était pas farouche la meuf, et en pleine nuit c’était plutôt cool. Moi qui avais faim allais bientôt être rassasié. Tant mieux. Alors, je passais ma main le long de l’ouverture de sa chemise et, tout en la regardant dans les yeux, murmurais un Accio boutons fort utile. Pas de baguette pour réaliser ce sortilège, car l’Accio était mon premier sortilège d’entraînement à la manumagie.

Mon doigt glissait ensuite contre sa peau, par l’ouverture venant de se créer et il dégagea sa poitrine des deux pans de sa chemise. Je m’aidais même de ma deuxième main pour la lui retirer, en prenant soin de bien effleurer sa peau. Apparemment ça leur faisait beaucoup d’effet aux meufs.

« Je demanderai bien aux elfes de se casser moi… »

Ouais. Grave. Genre tout de suite. Mais pas comme ça, non, parce que sinon ils allaient le savoir. Alors, avec un sourire de nouveau enfantin, je lui tendais ses boutons. J’en prenais un et le balançais contre le premier elfe venu avec un « Oust ! » ferme et strict. Ah oui je vous avais pas dit ? Le romantisme et moi ça faisait deux.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Occlumens (Niveau 3)


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Alhena Peverell, le  Ven 7 Avr - 16:50

Ah bah oui, forcément. Quand il s'agit d'aider pour ce genre de chose, y a personne qui s'arrête hein. Y a tout le monde qui fonce droit dans le mur, sans ce soucier que c'est peut-être une blague. Heureusement pour lui que c'était voulu, que t'avais pas demandé ça tout à fait innocemment. T'imagines la tronche du gamin après ? Qu'est-ce que vous auriez fait là, tous les deux en sous-vêtement sans aucune raison. Devant ces elfes qui s'activent alors qu'il est quand même minuit passé. Bah, oui parce que dans la logique, y a trop de truc à faire à Poudlard à minuit quand on est un elfe.
Dégage

Hop ! Eux ils partent mieux que les elfes, les boutons. On se pose pas de question, magie, magie. Il utilise bien ses petites mains, comme Malicia on dirait. Bon, par contre, comment t'allais traverser les couloirs sans chemise ? Tu croisais un élève hors des couloirs, tu pouvais dire adieu à toute crédibilité. Tu n'étais pas lui, bien au contraire. Il serait capable de trainer dans les couloirs en caleçon. Ce n'était pas vraiment ton genre de faire des rondes en sous-vêtement. Et puis, tu imagines. Tu faisais face à Kholov ? Merci la réputation, tu pouvais déjà dire au revoir à ton poste. En plus, si tu te réfères aux règles, même si vous n'étiez pas des élèves, c'était passablement illégal pour lui. Mais bon, c'est pas comme si t'avais un jour, réellement respecter toutes les règles dans poudlard.

Je demanderai bien aux elfes de se casser moi…

Hein ?
Tu l'avais dit ou juste pensé ça ? Est-ce qu'il venait de se stopper dans sa lancée pour les elfes ? C'était une blague, même toi t'étais passée outre au final. Tu t'en fiches, ça sert pas à grand chose ces bêtes là. Pas plus que Hugh dans les autres d'ailleurs, mais ça c'est une autre réflexion.
Tu le vois agir comme un grand enfant, tes boutons servant de missiles. Ils reposent dans ta main, tu l'observes avec un sourire amusé presque attendri. Tu ne sais pas, il te rappelle un peu quelqu'un. Il ne l'est peut-être plus maintenant, ou alors tu n'avais pas revu cette facette de lui mais...
Leo
L'innocence malsaine de la bêtise incarnée dans un corps
Keats était comme présent, là. De retour face à toi avec ses idioties. Tu ne sais pas pourquoi, il y avait Leo en Hugh, Hugh en Leo. Comme s'ils avaient changé de place, de corps.
Revenant à la réalité, tu te tourne vers les elfes. Tu balances les boutons dans leurs gueules, un Dégagez tous plutôt vif. T'as pas vraiment envie de t'attarder sur eux. C'est pas comme si, ils allaient vous prendre en photo. Fallait pas exagérer.
Lance leur autre chose, tes morceaux de pains.
Peut-être qu'ils courront après
Luna Dippet
Luna Dippet
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Luna Dippet, le  Dim 21 Mai - 22:54

RP avec Elina Peterson

~ Un petit creu ~


Les insomnies, fidèles compagnes de nuit. J'avais beau me forcer, dormir plus tôt qu'à mon habitude, plus tard ... Rien n'y faisait ! Aller suivre les cours avec çà ! De toute façon je sèche de plus en plus de cours. Je crois que j'ai dépasser un cap. Les cours sont pourtant très intéressant. J'ai fait mon temps à l'école.

Le problème en cas d'insomnies comme celles-ci, c'est la faim qui, vers minuit, commence à faire son entrée, puis passé 2 heures du matin devient in-ignorable ! J'ai beau faire attention à ma ligne, quand la faim est là, vraiment difficile de passer outre. Je dois déjà lutter pour dormir, alors lutter pour dormir en ayant "la dalle" ... IM-POS-SI-BLE !

D'un pas léger, j’enfile un T-shirt pas trop froissé au logo d'un groupe bien connu dans le monde entier et je prend ma baguette. Je n'espère pas me battre pour un morceau de pain, mais un petit Lumos ne pourra que bien m'aider dans ce grand château tortueux. Après quatre ans, autant dire que je connais bien le château, j'ai aussi mes techniques pour ne pas me faire repérer par le personnel. Mais bon on est jamais véritablement à l'abris du danger. Au pire que va-t-il arriver ? Je vais faire perdre des points à ma maison ? C'est vraiment ce qui me dérangerait le plus. Mais bon face à des comportements impolis comme on en a vu plus d'une fois pendant les cours, aller manger les reste dans la cuisine du château n'est as un crime ! Et puis que deviennent les restes de nourriture ? Peu se posent la question. Si c'est jeté, c'est vraiment du gaspillage !

Je déambule dans les couloirs, et visiblement je ne rencontre pas de problème particulier. Mon ventre fait beaucoup de bruit. Il faut dire que je n'ai pas beaucoup manger hier soir au dîner. Je rêve déjà des divers mets que je vais pouvoir me mettre sous la dent. Des saucisses, du poulet, des pommes de terre cuites au four et peut-être même des petits gâteaux au chocolat comme je les aiment tant ! Par Merlin ... !

J'arrive enfin dans la cuisine  et croise quelque elfes de maison. Ils travaillent encore à cette heure-ci ? Un elfe passant à côté de moi s'abaisse en guise de "bonsoir", ce à quoi je lui rend son geste avec un grand sourire. Ils ne semblent pas offusquer de voir une élève dans les cuisines si tard. Comme quoi cela doit arriver souvent !

Dans le fond de la cuisine composée de plusieurs grande cuisinières et autre placards, il y a un grand frigo. Je m'avance et l'ouvre pour faire l'inventaire et établir un plan d'attaque. Opération ravitaillement, soldat !
Elina Peterson
Elina Peterson
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Elina Peterson, le  Lun 22 Mai - 12:20

Réponse à Luna Dippet


Insomnie du soir... Bonsoir.... Je suis allongée dans mon lit et je tourne... Me retourne... Et me retourne encore... Impossible de trouver le sommeil, ce foutu marchand de sable m'a encore oublié et je suis la dans mon lit à attendre qu'il daigne montrer son nez... Peine perdu. Mon ventre gargouille une première fois, je l'ignore, vraiment trop la flemme de me lever. Je ferme les yeux et j'essaye de faire le vide pour que mon esprit ce mette au repos peut être que comme ça j'arriverais à sombrer...

Ok on oublie ça marche pas, je m'énerve... En plus mon estomac crie famine et il ne me fichera pas la paix tant qu'il n'aura pas eut gain de cause... De toute façon contre lui je perds toujours. Je me lève doucement sans faire de bruit histoire de ne pas réveiller mes camarades de dortoir qui elles dorment à points fermer... Les veinardes.... Je ne suis vêtu que d'un short et d'un débardeur assez près du corps mais à cette heure là peut de chance de tomber sur quelqu'un du coup je prends pas la peine d'enfiler quelque chose de plus. Je descends pied nue et me dirige vers les cuisines à pas de loup en espérant croiser personne... Surtout pas un prof sinon je serais pas dans la mouise...

Il n'y a personne dans les cuisines, parfait... En même temps vue l'heure tout le monde dort et c'est carrément normal... Enfin tout le monde non. Je trouve une silhouette devant le frigo entrain de faire je sais pas quoi. Je m'approche doucement et la je la reconnais. C'est Luna. Je m'approche à pas de loup sans faire de bruit et lui plaque la main sur la bouche en espérant qu'elle est pas entrain de manger quelques choses, mais non.

- Qu'est ce que tu fais ici au beau milieu de la nuit? je lui demande en chuchotant.

J'attends qu'elle se calme et je libère sa bouche, hors de question qu'elle se mette à crier sinon on est fichue. Puis je me mets à rire le plus discrètement possible avant de me mettre à ses côtés.

- Bon y'a quoi de bon la dedans? je meurs de faim. lui dis-je. Et je suis pas la seule. Petit regard amusée.

J'adore cette fille on s'entends tellement bien que ce soit pour les cours ou pour les bêtises. J'espère vraiment qu'on ne vas pas ce faire prendre sinon on risque de ce faire taper sur les doigts part Miss Philaester et ça va pas être jolie à voir... M'enfin on a quand même la directrice de maison la plus cool de l'école parce que le directeur des serpentard.... Quoi que carrément canon... Me fiche une sacré trouille... Alors si on pouvait éviter de ce faire surprendre par lui ce serait juste formidable. Enfaite faudrait pas ce faire prendre tout court...
Luna Dippet
Luna Dippet
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Luna Dippet, le  Lun 22 Mai - 13:03


Je regarde d'un air affamé le contenu du frigo. Comme attendu je vois qu'il reste bon nombre des saucisses qu'il y avait au dîné, mais aussi du poulet, des rosbifs et un nombre incalculable de dessert ! Je suis tellement abasourdie par ce beau spectacle que j'en perds mon attention à garder un œil derrière moi ...

Tout à coup sans m'y attendre, une main se pose sur ma bouche. Et quelques mots à mon oreille me fond sursauter :

- Qu'est ce que tu fais ici au beau milieu de la nuit ?

Je m'efforce de réfléchir, encore que la peur m'emprisonne le cœur. La voix m'est familière, serait-ce celle de Philaester, la directrice des Gryffondors ? Si c'est le cas, je suis dans de beaux draps. Mais en même temps pourquoi me mettre la main sur la bouche ? C'est un peu familier et intime pour une directrice, non ? La main se décolle de ma bouche et je peux alors apercevoir Elina. Elle m'adresse un sourire et rigole discrètement.

- Bon y'a quoi de bon la dedans? je meurs de faim ! Et je suis pas la seule.

Je suis rassurée. Ce n'est pas le personnel de Poudlard et en plus il s'agit de mon amie la plus proche. Quelle chance ! Je me calme et respire. Je lui adresse un sourire.

- Tu m'as fait peur ! Oui j'ai un petit creu, toi aussi apparemment. Contente de ne pas être seule à festoyer !

Être seule, je l'étais la plupart du temps. Je m'y habituais ... enfin non pas vraiment. Je faisais avec, oui. Pour autant j'en souffre au quotidien. Autant dire que je ne m'attendais pas à avoir de la compagnie dans ce contexte de "délinquance nocturne". Un vrai plaisir de retrouver Elina que je n'avait pas revue depuis le cours de Soin aux Créatures magiques ! En espérant que nous ne nous ferons pas prendre en flagrant délit ce soir, j'ajoute à Elina :

- Alors, qu'est-ce que tu veux manger ?
Contenu sponsorisé

[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo - Page 8 Empty
Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Contenu sponsorisé, le  

Page 8 sur 11

 [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.