AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 7 sur 9
[Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor

Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Matt Deliers, Mer 13 Jan 2016 - 21:56




.: RP with Lydie Nouël :.

Fin de weekend. Dimanche soir. Vingt et une heure passées. La plupart des élèves avaient rejoins leurs salles communes respectives en vue d'y passer la fin de soirée. La fin d'une journée à buller avant le début d'une nouvelle semaine chargée. Rien de bien réjouissant. Ne serait-ce qu'y penser donnait déjà envie d'être au vendredi soir suivant. Un jour peut-être il envisagerait une solution viable et universellement reconnue. Il avait deux trois exemples en tête. Créer un sort pour raccourcir les jours de la semaine et allonger ceux du weekend. Déformer l'espace-temps via la création d'un portail temporel qui fait passer sans danger les élèves du dimanche soir au vendredi soir. Militer pour la mise en place d'un jour entre le samedi et le dimanche. Inverser les jours où on est censés travailler de ceux où on est censés ne rien faire. Tout un tas d'idées toutes aussi plus magnifiques et farfelues les unes que les autres fusaient dans son esprit si géniallissime.

Géniallissime cerveau brillant ayant décidé de s'aventurer en dehors de son dortoir si douillet. Il arriva dans les cuisines aussi furtivement que la plongée verticale d'une chouette ayant repéré un rongeur depuis la cime des arbres de la Foret Interdite. Interdit tout comme le fait de se retrouver ici, et à cette heure avancée de la soirée. Le couvre-feu ? Une vaste blague destinée à intimider les premières années. Une technique grotesque pour décourager les faibles et les trouillards de s'aventurer en dehors des dortoirs en dehors des heures autorisées. Matt n'était pas un première année. Il n'était pas un faible. Et encore moins un trouillard. Il était en deuxième année. Le couvre-feu ? Cela faisait longtemps qu'il n'y croyait plus. Depuis un an en fait. Dans le doute il ne fit aucun bruit, ce n'était pas non plus la peine d'alerter tout le monde de sa présence. « Je me suis perdu ? », « Ah bon, tiens ? C'est pas le dortoir Gryffondor ici ? », « Qu'est ce que ça peut bien te f¤utre ? » ou encore le « Bah et toi ? qu'est-ce que tu fais là ? » Autant d'armes à sa disposition en cas de besoin. Pour le coup il se voyait capable de justifier sa présence maintenant en cuisines.

Cuisines nettoyées et désertes. Les elfes de maison avaient fini leur travail pour aujourd'hui et avaient laissés les lieux dans une propreté éclatante et inégalable. Payés une misère pour un très bon boulot de leur part, ils demeuraient néanmoins un mystère à éclaircir aux yeux de Matt. Coup d’œil circulaire dans la pièce. Un énorme frigo régnait dans le fond. Quelques foulées plus tard, arrivé juste devant le frigo, ce dernier le dépassait de par sa hauteur et de par sa largeur. Après un rapide calcul il estima qu'il pouvait rentrer au moins huit fois dedans. Mais trêve de rêvasserie, le Lion était là pour une raison bien précise. Il ouvrit le frigo espérant vraiment trouver ce pourquoi il était venu. Avoir fait tout ce déplacement pour au final revenir bredouille serait décevant. Extrêmement décevant. Au vue de la prise de risques encourue et qui serait dès lors qualifiée d'inutile. Ses yeux balayèrent les étages à la recherche du Graal.

Un bruit se fit entendre derrière lui. Il sursauta raidissant au passage chaque muscle de son corps. [...]

Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Lydie Nouël, Mer 13 Jan 2016 - 23:16


Lydie errait dans les couloirs du chateau, un peu avant vingt et une heure. La rouquine ne comprenait pas bien pourquoi elle ne croisait personne, mais elle ne s'attarda pas sur ce détail, trop occupée à suivre où les borborygmes de son estomac la menaient. Elle se pressa donc jusqu'à la Grande Salle sans n'avoir aucune connaissance du temps qui était passé depuis qu'elle avait quitté le chateau. Lorsqu'elle arriva enfin devant l'immense porte qui s'ouvrait sur la salle des empiffrements, elle constata dans un premier temps que les tables étaient vides de tout mets. Elle ne réalisa que par la suite que la pièce était, plus généralement, vide de toute présence humaine. Serrant Constantine contre sa poitrine, elle rebroussa chemin.

La Gryffondor marchait rapidement, la tête baissée et n'avait aucune idée d'où elle se dirigeait. Comment avait-elle pu louper l'heure du dîner? Elle avait l'habitude de se perdre, d'être en retard, mais, il y avait des choses qui demeuraient sacrées et échappaient à cette règle. Elle savait qu'il faisait nuit tôt, en ce mois de Janvier, mais de là à en louper le repas, c'était incensé. Le tiraillement de la faim était si fort qu'elle se demanda, durant une brève seconde, quel serait le meilleur sort pour faire cuire Constantine. Elle s'arrêta brusquement, réalisant la pensée moralement inacceptable qu'elle venait d'avoir. Elle souleva la tortue jusqu'à son visage et lui présenta ses excuses, ressortant ses plus beaux yeux de biches afin que l'animal à carapace lui pardonne. Décidemment, la faim la faisait délirer, la fillette secoua vivement la tête, agitant avec une élégance naturelle ses cheveux flamboyants parsemmés d'épines d'If et feuilles en tout genres et vérifia au passage que personne ne l'avait vue.

La deuxième année n'avait, pour changer, aucune idée du chemin qu'elle avait bien pu avoir emprunté pour arriver devant les cuisines. Elle n'y était d'ailleurs jamais entrée et, pourtant, elle s'avait qu'elle trouverait, derrière ce tableau, de quoi la rasassier pour plusieurs jours. Pénétrant ainsi dans une pièce parfaitement rangée, la Lionne ne put retenir une moue déçue. En effet, elle avait entendu que les elfes accueuillaient chaleureusement les élèves qui s'aventuraient dans cette partie du château, mais, ce soir là, pas un ne vint. Elle fit quelques pas, s'aventurant avec prudence à travers les plans de travails et divers ustensiles qui regorgeaient dans les cuisines. Pas de trace de nourriture. Un nouvel appareil attira alors son attention: un immense réfrigérateur trônait, là, à quelques mettres d'elle. En un instant, la porte de celui-ci se retrouva entre-ouverte et une tête rousse s'y était introduit. Lydie s'efforca de rester raisonnable et ne subtilisa au frigo qu'un poulet froid, accompagné de jus d'orange pressée -Etant née moldue, elle ne s'était jamais habituée au jus de citrouille-, de quatres tomates, deux oeufs durs et une tablette de chocolat. Fière de son butin, elle alla s'asseoir en face du frigo, contre un plan de travail en fer, d'où elle pourrait surveiller la sainte chambre froide. Délaissant Constantine, elle s'adonna totalement à son repas. Trop concentrée sur sa cuisse de poulet, qu'elle s'avourait en fermant les yeux, elle ne remarqua même pas qu'un élève avait pénétré dans la salle. Lorsqu'elle réouvrit ses yeux noisettes, la Gryffondor découvra un jeune homme qui lui tournait le dos et elle lacha brusquement son assiette sur le carrelage ce qui eu pour effet de renverser la caracasse de son poulet et de produire un long bruit sans fin. La rouquine se félicita intérieurement *bravo, meilleur moyen de passer inaperçue.*. La cuisse de poulet toujours portée à sa bouche, en tailleur sur le sol, Lydie appréhandait le moment où l'élève se retournerait, la découvrant dans cette posture ridicule. Ses joues s'empourpraient petit à petit et ses yeux s'aggrandissaient, elle affichait une moue d'enfant prise la main dans le sac.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Deliers
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Matt Deliers, Dim 17 Jan 2016 - 22:15


Il avait refermé la porte du frigo dans son sursaut. En se retournant il fit face à une élève à peine plus âgée que lui adossée contre un plan de travail. Elle était en train de... de manger ! Normal. Et elle mangeait une... cuisse de poulet ?! Il baissa les yeux sur l'assiette qui gisait sur le sol. Cette assiette cependant, aussi inoffensive ait-elle l'air en apparence, était responsable du bruit qui avait failli lui faire avoir une crise cardiaque. La fille semblait s'être figée, la cuisse de poulet à portée de bouche mais sans croquer dedans. Il bougea sa propre main gauche, juste pour vérifier que le temps ne s'était pas arrêté.

Il regarda tour à tour la fille, l'assiette dans laquelle se tenait fièrement la carcasse restante du poulet et la porte de la cuisine. En espérant que le bruit n'ait rameuté personne. Posant ses prunelles marrons sur l'invitée, il nota qu'elle était de Gryffondor elle aussi. Il le savait car il venait de reconnaître le blason des Rouge et Or sur la tenue de la jeune insouciante. Quelle stupidité. Stupidité pouvant faire l'objet d'une note à soi-même : quitte à faire le mur ou sortir en douce la nuit, ne jamais le faire en tenue officielle permettant de faire le rapprochement avec sa maison. Un coup à faire perdre des points aux lions si cela venait à mal tourner. Ou alors faire le mur ou sortir en douce la nuit mais après avoir piqué la tenue d'un blaireau ou d'un serpent par exemple. Quelle stupidité. Il repensa à un détail : il se regarda blasé. La mort dans l'âme il nota qu'il était en robe de sorcier et avec une écharpe aux couleurs de Gryffondor. Il se frappa la tête de la paume de la main. Quelle stupidité.

Il reporta son attention sur sa camarade de maison. Elle avait l'air toute penaude d'avoir été découverte. En même temps quelle idée de venir taxer un poulet et de le manger sur place ! A-t-on déjà vu un cambrioleur venir vider une baraque pour ensuite organiser un vide-grenier de son butin juste devant la maison en question ? Soit le mec était extrêmement intelligent et détenait un plan infaillible qui échappe à l'intelligence d'environ 98% de la population, soit le mec était extrêmement stupide et avait environ 98% de chance de se faire chopper. Cela dit il restait tout de même 2%. Et 2% c'était la probabilité que sa camarade de maison se soit ramenée en cuisine avec une tortue ! En effet à côté de la Miss trônaient gracieusement des tomates, des œufs, du chocolat et une tortue ! Une tortue ! Matt était en train d'halluciner. Cela dépassait l'entendement. Cela dépassait toute logique. Cela ne dépassait pas 2% de probabilité en fait. Parce que la probabilité qu'une élève, de son âge, de sa maison, soit ici, maintenant, en même temps que lui et qu'elle possède une tortue elle aussi. Et ben.. cette probabilité était à peu près équivalente à celle qu'un hippogriffe sur-entraîné passe au-dessus du château au même moment que le directeur Kholov en sorte pour aller dans le parc et que ledit hybride lui lâche une énorme fiente pile dans la barbe. Autant dire que, bien que non nulle, cette probabilité ne verrait jamais le jour. Même si pour le coup elle serait « magique ».

- Waow mais t'es folle, tu m'as fait peur ! Et sinon ça t'arrive souvent de venir manger un poulet froid en cuisine un dimanche soir après le repas accompagnée d'une tortue ?

Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Lydie Nouël, Mer 20 Jan 2016 - 14:31


Le jeune homme qui se tenait devant Lydie, de dos, n'avait pu retenir un sursaut de surprise, ce qui avait pour conséquence de décrocher un léger sourire à la rouquine. Il s'était finalement retournée et la Gryffondor s'était empressée d'afficher à nouveau sa posture précédente: immobile et confuse.

Elle scruptait le garçon, attendant sa réaction. Elle en profita alors pour détailler discrètement son apparence. Ses cheveux, d'un blond cendré, semblaient engagés dans un conflit permanent, les mêches du dessus empiétaient sur le territoire de celles qui se trouvaient légèrement plus bas et, derrière celles-ci, une paire d'oeil était facilement distinguable. La deuxième année ne pouvait, cependant, en interpréter le regard.

Soudainement, le jeune homme se frappa le front de sa paume. Lydie haussa un sourcil interrogateur mais ne dit rien. De longues secondes passèrent durant lesquelles la Gryffondor eut le temps de constater que le blond n'était qu'un camarade de maison, rien de compromettant. Elle avait, certes, l'air ridicule et déconcertée, mais ne s'en souciait que très peu. Au bout d'un certain temps, le Gryffondor posa finalement son regard sur Constantine et Lydie se mordit la lèvre inférieure. Un élève normal amenait une chouette ou un crapeau avec lui. Non, elle, elle avait cette adorable chose à carapace dont elle ne pouvait se séparer. Même lorsqu'il sagissait de vandaliser les cuisines. Elle le faisait seule, avec sa tortue.

- Waow mais t'es folle, tu m'as fait peur ! Et sinon ça t'arrive souvent de venir manger un poulet froid en cuisine un dimanche soir après le repas accompagnée d'une tortue ?

La rouquine lâcha un petit rire et abaissa sa main contenant la cuisse de poulet. Cette énumération était plutôt longue mais avait eu, curieusement, pour effet de détendre la deuxième année. Peut-être était-ce du au fait que, dans cette pièce froide et de fer, le timbre d'une voix ne pouvait qu'être bien accueuillis. Elle ne savait pas par où commencer et affichait maintenant un sourire amusé.

- Désolée si je t'ai fais peur, lui dit-elle en riant légèrement. J'aime le poulet froid, quel est le problème? reprit-elle en haussant les épaules, d'un air plutôt naïf. Tu as faim?

Elle s'empara d'une tomate que le garçon reluquait quelques secondes auparavant. Elle lança alors le fruit dans les airs avec application      de façon à ce que la trajectoire de celui-ci forme une parabole parfaite. Il ne pouvait qu'être rattrapé.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Leo Keats Gold, Jeu 21 Jan 2016 - 18:53


La nuit était déjà tombée depuis un moment, chose courante en hiver, et le temps semblait s'écouler avec une lenteur considérable. C'était là tout le soucis des dimanches soirs, aucune activité constructive pour s'occuper, aucune tâche à accomplir, seul le froid de son appartement de fonction pour lui tenir compagnie, aucune décoration, aucune âme dans les parages, si ce n'est l'idée des anciens occupants ayant offert un semblant d'histoire à ces grands murs de pierres. L'ennui était inévitable, le Keats ressentait une terrible envie de se dégourdir les jambes, et tant qu'à faire, s'en prendre à feux trois élèves dissidents. En effet, le couvre feu était déjà dépassé depuis un moment, et quitte à flâner dans les couloirs, peut-être trouverait-il quelques trublions à ce mettre sous la main. Il en avait lui même été un, des années auparavent, et possédait désormais l'avantage quelques techniques vieilles comme le monde qu'utiliser les élèves pour se dissimuler... Or il saurait les débusquer.

Il arpenta les couloirs de l'aile ouest, se remémorant au passage quelques épisodes marquant de sa vie étudiante, sa rencontre avec une Serdaigle, les innombrables conneries qu'il avait pu y faire, boire à en faire tomber un elfe de maison et se faire surprendre par une prof... Tant de souvenirs en ces murs gris et froids, heureux ou non, mais bien présents.. Stop. Pas de nostalgie, c'était fini tout ça, il cumulait désormais deux emplois, s'assumait financièrement, ce n'était pas le moment de replonger... Dans la déprime hein, parce que sa relation avec l'alcool avait beau avoir connu des hauts et des bas, elle n'avait jamais cessée, enfin, elle était tout de même plus modérée, pas question de boire pendant ses heures de services...

Les couloirs étaient déserts, les élèves semblaient tous se trouver dans leurs dortoir, et le directeur s'apprêtait à retourner dans ses appartements lorsqu'un souvenir lui revint en mémoire: où les élèves adoraient-ils traîner une fois la nuit tombée ? Dans les cuisines pardi...  Prenant donc leur direction, le Keats espérait vraiment y choper un ou deux Poufsouffle, quels gloutons ceux-ci, ou d'autres élèves, juste histoire de se faire la main.

Il ne fut pas déçu, tournant à l'angle de la cuisine, il aperçut deux silhouettes devant le grand frigo, s'approchant discrètement sans se faire remarquer, il s'arreta à proximité de la rousse, dans son dos et lorgna sur les écussons de Gryffondor des deux élèves... Chouette, des lions, il aurait pas pu se faire un blaireau ? Ça aurait été tellement plus cruel...

Il s'appuya sur une des cuisinières (le meuble hein, bande de pervers) et croisa les bras avant de demander d'une voix calme , ou ne transparaissait aucune colère:

- Je peux savoir ce que deux petits lionceaux  et une tortue font si loin de leur tour une fois l'heure du couvre feu passée ?

En réalité, il n'en avait strictement rien à faire, mais il voulait passer ses nerfs. Et il venait de trouver ses victimes. Ils avaient intérêt à posséder de solides arguments


Dernière édition par Leo Keats le Lun 1 Aoû 2016 - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Matt Deliers
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Matt Deliers, Sam 23 Jan 2016 - 13:24




Quelques lignes plus tôt.

« Je me suis perdu ? », « Ah bon, tiens ? C'est pas le dortoir Gryffondor ici ? », « Qu'est ce que ça peut bien te f¤utre ? » ou encore le « Bah et toi ? qu'est-ce que tu fais là ? » Autant d'armes à sa disposition en cas de besoin. Pour le coup il se voyait capable de justifier sa présence maintenant en cuisines.



Maintenant.

Après un nouveau sursaut Matt était en train de dévisager le nouveau venu. Il ne l'avait pas entendu arriver, contrairement à la fille toujours assise contre son plan de travail. Elle et sa cuisse de poulet toujours en main, lui et sa tomate à moitié croquée qu'elle lui avait lancée, le dernier et ses bras croisés appuyé contre une cuisinière en attendant une réponse de leur part. Une réponse à la question toute bête qu'il venait de poser.

- Je peux savoir ce que deux petits lionceaux et une tortue font si loin de leur tour une fois l'heure du couvre feu passée ?

- Bah on mange, quelle question... Qu'est-ce que tu veux faire d'autres dans une cuisine ?

Abasourdi Matt le regarda d'un air totalement incrédule. A la fois surpris et consterné devant tant de stupidité dans cette question. Le mec débarque en cuisines, voit une jeune fille une cuisse de poulet à la main, voit un jeune garçon une tomate à la main et ose demander ce qu'ils font ? Une partie de Quidditch. De toute évidence. Matt dans le rôle du poursuiveur allait passer la tomate-Souaffle à la fille. Fille qui justement était parfaite dans le rôle du batteur. La transformation de la tomate-Souaffle en tomate-Cognard allait faire qu'elle userait de sa 'cuisse de poulet'-Batte pour propulser la tomate-Cognard en touche ! Non en fait ils mangeaient.

Il dévisagea le plus âgé promptement arrivé dans la pièce. Il se voyait parfaitement lui [ré]pondre ce scénario en or. Il ne le fit pas. Il se voyait parfaitement lui répondre d'une manière évidente qu'ils mangeaient. Il ne le fit pas. L'option comme quoi ils étaient de Serdaigle et qu'ils avaient subtilement dérobés des uniformes Rouge et Or pour, s'ils venaient à se faire chopper comme dans le cas présent, éviter de faire perdre des points à Gryffondor était elle aussi envisageable. Car même si le Serdaigle est rusé, le Gryffondor l'est davantage. Quoi de mieux qu'un Lion se faisant passer pour un Aigle déguisé en Lion afin d'éviter de faire perdre des points à la maison rouge. Car en réalité le réel enjeu était là : éviter de faire perdre des points aux Gryffondor. Subtil comme plan. Son ingéniosité était proportionnellement grande au risque encouru pour le dérouler. Mais là aussi encore, il ne le fit pas. Surtout que si le type en face était joueur mais sceptique, il irait demander confirmation auprès de la direction de Serdaigle et ils risqueraient encore plus gros.



Maintenant. Vraiment...

Matt concentrait son attention sur le deuxième invité. Il semblait plus grand, la vingtaine allègrement passée. A la question qui venait juste de fuser sur la raison de leur présence en cuisines, et en dépit du scénario potentiel que Matt s'était inventé, ce dernier chercha du regard un peu de soutien dans les yeux de la rousse. Elle était de sa maison mais il en ignorait même jusqu'à son nom. La seule chose dont il était à peu près sûre est qu'au travers de son regard noisette oranger on pouvait déceler une attirance évidente pour le poulet froid. Et cela ne les aiderait pas à se justifier. Quitte à faire les choses bien, il venait de penser au plan du siècle. THE plan. D'un hochement de tête positivement entendu en direction de la fille, il abattit sa carte.

Tu vois ? s'adressa-t-il à sa camarade Rouge.
Je t'avais dit que se planquer en cuisines était une mauvaise idée ! Ah ah.
Il éclata de rire.

En fait Monsieur, il porta son attention vers l'homme toujours bras croisés et en attente de verdict en face d'eux.
On faisait un cache-cache avec Peeves mais bravo c'est vous qui nous avez trouvé ! Il nous a poursuivi pendant plus d'une heure et on s'est dit qu'il ne nous trouverait jamais ici.
Techniquement on a raison puisqu'il n'est jamais venu mais vous oui ! Loin de moi l'idée de vouloir insinuer que vous ressemblez à Peeves hein. Bref vous avez le droit d'aller vous cacher, on va compter jusqu'à trente.

Pssst c'est pas vrai !
Il parla à peine plus doucement à la fille, si bien que tout le monde put entendre.
Dès qu'il part se cacher on fout le camp d'accord ? Il explosa de rire, se tenant les côtes contre le frigo

Il marqua une courte pause. Il reprit en souriant.

C'est une tomate, vous en voulez un peu M'sieur ? Fraîches et juteuses, elles sont vachement bonnes. Sans attendre une éventuelle réponse, il lança en l'air sa tomate à moitié croquée en direction du plus vieux, comme la fille l'avait fait avec lui un peu plus tôt. Il rigola joyeusement.

Il marqua une autre pause. Un peu plus longue. Il prit un grand bol d'air et continua d'un air très grave.

En fait non. Elle, en pointant Lydie du doigt, avait perdu sa tortue et on a décidé de la retrouver ensemble, ce qui nous a conduit jusqu'ici. Mais c'es bon on l'a retrouvé. Fermez les yeux et faites comme si de rien n'était. Vous n'avez rien vu. Il le regarda et poursuivit d'une voix encore plus grave mais en chuchotant. Rassurez-vous, je ne dirai rien non plus. C'est bon pour cette fois Monsieur, mais que je ne vous y reprenne pas en cuisines après le couvre-feu. Il laissa tomber son air grave pour rigoler de plus belle.

Non, non, je sais. Je me souviens. Vous nous aviez demandé sagement de vous attendre ici dimanche soir, vous ne vous rappelez pas ? Waw j'ai même l'impression que vous nous aviez oublié. Il reprit un sourire jusqu'aux oreilles. D'ailleurs on pensait que vous n'alliez pas venir et là on était sur le point de partir. Pas vrai Miss ? Il posa son regard joyeux sur la rousse. Un regard qui sous-entendait « Soutiens moi dans ma folie sinon on est cuits ». En espérant qu'elle avait compris le message et qu'elle jouerait le jeu elle aussi pour rendre la scène encore plus crédible. Après tout ce scénario valait de l'or et dépassait de loin tous les autres : il avait mal encaissé une potion d'hilarité et désormais il était plié.

Le plus naturellement du monde il amorça une avancée vers la porte. Il savait que ça ne marcherait pas mais après tout, au point où il en était, il fallait bien tenter. Qui ne tente rien ne peut pas faire de camping n'a rien.
Tu viens ? on y va et n'oublie pas ta tortue. Bonne nuit Monsieur on va se coucher !
Il rigola d'une manière faussement réaliste encore une fois en s'avançant vers la porte.

Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Lydie Nouël, Sam 23 Jan 2016 - 14:30


hrp:
 

- Je peux savoir ce que deux petits lionceaux et une tortue font si loin de leur tour une fois l'heure du couvre feu passée ?

Les deux Rouge et Or détournèrent la tête vers la source de ces paroles. La rouquine s'étonna brièvement du fait que l'heure du couvre-feu était passée, mais ne s'attarda pas plus longtemps sur le nouveau venu et concentra à nouveau son attention sur sa nourriture. Elle prit tout de même le soin de rapprocher sa tortue de ses pieds, ce serait fâcheux si quelqu'un marchait sur la carapace de la pauvre bête.


- Tu vois ? l'apostropha son camarade. Je t'avais dit que se planquer en cuisines était une mauvaise idée ! Ah ah.

Lydie regarda le Gryffondor et souleva un sourcil roux. A quoi jouait-il? Ce n'était que le directeur. Elle ne le connaissait pas, mais les Gryffondor inspirait, la plupart du temps, sa confiance. Elle observa l'homme de la tête au pied et estima que celui-ci ne représentait pas un danger plus considérable que le blond gringalet.


- En fait Monsieur, on faisait un cache-cache avec Peeves mais bravo c'est vous qui nous avez trouvé ! Il nous a poursuivi pendant plus d'une heure et on s'est dit qu'il ne nous trouverait jamais ici. Techniquement on a raison puisqu'il n'est jamais venu mais vous oui ! Loin de moi l'idée de vouloir insinuer que vous ressemblez à Peeves hein. Bref vous avez le droit d'aller vous cacher, on va compter jusqu'à trente.

La rouquine avait écouté la tirade du jeune homme en retirant tranquillement le papier de sa tablette de chocolat.


- Pssst c'est pas vrai ! lui-dit elle ostentiblement. Dès qu'il part se cacher on fout le camp d'accord ?

La fillette ne savait trop comment réagir, elle était vraisemblablement troublée face au brusque changement de personnalité qui s'était opéré en son camarade. Il riait aux éclats, seul. Elle le regarda d'un oeil inquiet et reporta son regard sur le directeur. Si le garçon s'avérait pris d'une véritable folie, l'adulte serait-il en mesure de soigner son mal? Elle n'avait aucune compétence en matière de médicomagie, elle ne pouvait rien faire d'autre que regarder le blond s'esclaffer ridiculement. Enfin, il s'arrêta.


- C'est une tomate, vous en voulez un peu M'sieur ? Fraîches et juteuses, elles sont vachement bonnes.

Lydie afficha un sourire amusé, voilà que le jeune homme copiait les techniques de la rouquine dans le but d'attirer l'attention sur lui. Il reprit la parole et entama un nouveau monologue.


- En fait non. Elle avait perdu sa tortue et on a décidé de la retrouver ensemble, ce qui nous a conduit jusqu'ici. Mais c'est bon on l'a retrouvée. Fermez les yeux et faites comme si de rien n'était. Vous n'avez rien vu. Rassurez-vous, je ne dirai rien non plus. C'est bon pour cette fois Monsieur, mais que je ne vous y reprenne pas en cuisines après le couvre-feu.

La Gryffondor se retint de frapper son front de sa paume. Ce garçon était véritablement incohérent. Le directeur de la maison Gryffondor ne les avait accusé en rien, pourquoi s'enfonçait-il de la sorte? C'était comme s'il créait délibérément une raison que les deux lionceaux auraient à se reprocher. Non. Lydie était là pour une raison des plus nobles. Elle venait satisfaire ses besoins naturels, vitaux. Elle n'était pas là, à trainer dans les cuisines, uniquement dans un désir de dévier une quelconque autorité. Non, elle, elle avait faim. Sa tortue aussi. Elle jeta un coup d'oeil affectueux à l'animal et lui lança un morceau de tomate.

- Non, non, je sais. Je me souviens.

A partir de là, Lydie ne pût retenir de lancer des regards alarmés au Gryffondor. Il fallait qu'il arrête sa tirade. Mais il ne fit même pas attention à elle et s'enfonça dans son mensonge.

- Vous nous aviez demandé sagement de vous attendre ici dimanche soir, vous ne vous rappelez pas ? Waw j'ai même l'impression que vous nous aviez oublié. Il reprit un sourire jusqu'aux oreilles. D'ailleurs on pensait que vous n'alliez pas venir et là on était sur le point de partir. Pas vrai Miss ?

Le blond ne regarda la fillette que quelques secondes, ce qui laissa le temps à Lydie de lui adresser un sourire forcé. Elle ne voulait pas le froisser, mais ne le suivit pourtant pas lorsqu'il se dirigea vers la porte.

- Tu viens ? on y va et n'oublie pas ta tortue. Bonne nuit Monsieur on va se coucher !

Lydie soupira, s'adossa à nouveau sur le plan de travail, croqua directement dans la tablette de chocolat sans prendre la peine d'en découper un carré.

- J'ai faim, déclara-t-elle simplement, la bouche pleine.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Leo Keats Gold, Sam 23 Jan 2016 - 15:22


HRPG:
 

La réponse ne tarda pas à se faire entendre... Mais ne lui fut pas directement destinée. En effet, le jeune garçon se tourna vers la rouquine, lui lançant de façon toute à fait normal, comme si le Keats n'avait pas été là:

Tu vois ?Je t'avais dit que se planquer en cuisines était une mauvaise idée ! Ah ah.

D'accord... Voilà que le gosse se mettait à rire, super autorité Leo, vraiment... Bon aller, on se reprend, c'est pas le moment de faire pâle figure, les parades, il les connaissait, il laissa donc le Gryffondor finir son discours en l'écoutant avec un léger sourire aux lèvres, bien trouvé, mais le nouveau directeur n'était pas dupe, aucunement.

- En fait Monsieur, on faisait un cache-cache avec Peeves mais bravo c'est vous qui nous avez trouvé ! Il nous a poursuivi pendant plus d'une heure et on s'est dit qu'il ne nous trouverait jamais ici. Techniquement on a raison puisqu'il n'est jamais venu mais vous oui ! Loin de moi l'idée de vouloir insinuer que vous ressemblez à Peeves hein. Bref vous avez le droit d'aller vous cacher, on va compter jusqu'à trente. Pui ajouta plus bas, pour la jeune fille, mais pas de façon suffisamment discrète, - Pssst c'est pas vrai. Dès qu'il part se cacher on fout le camp d'accord ?

Non mais il le prenait pour un veracrasse ou bien ? Restant appuyé, il murmura:

- Dommage pour vous, jeune homme, mais je ne suis pas un adepte des parties de Cache-cache, il va vous falloir trouver quelque chose d'un peu plus... ingénieux. Nul doute que vous y parviendrez vu votre imagination débordante...

En effet, le lionceau ne tarda pas à reprendre la parole, tandis que son insolence faisait turbiner le cerveau du Keats à la recherche d'une punition adéquate:

- C'est une tomate, vous en voulez un peu M'sieur ? Fraîches et juteuses, elles sont vachement bonnes.

Joignant le geste à la parole, il lui avait jeté une tomates, que l'ancien rouge et or s'était empressé d'attraper, sans pour autant y gouter. Regardant le fruit avec une curiosité certaine, il sentit une idée poindre le bout de son nez... Mais avant qu'il n'ait pu la formuler, voilà que l'autre insolent reprenait la parole:

- En fait non. Elle avait perdu sa tortue et on a décidé de la retrouver ensemble, ce qui nous a conduit jusqu'ici. Mais c'est bon on l'a retrouvée. Fermez les yeux et faites comme si de rien n'était. Vous n'avez rien vu. Rassurez-vous, je ne dirai rien non plus. C'est bon pour cette fois Monsieur, mais que je ne vous y reprenne pas en cuisines après le couvre-feu.

Ah non mais c'était la meilleure... Voilà qu'il tentait de retourner la situation. Franchement déçu par la réponse du jeune homme, pensant que les lions valaient mieux que ça, le directeur secoua la tête. Non, il devait se trouver décidément devant leur deux pires représentants. Dommage pour eux, l'insolence n'était pas quelque chose qu'il acceptait de  laisser passer.  Et voilà que l'autre reprenait son discours, s'enfonçant plus qu'il ne parvenait à se tirer de ce mauvais pas.

- Non, non, je sais. Je me souviens. Vous nous aviez demandé sagement de vous attendre ici dimanche soir, vous ne vous rappelez pas ? Waw j'ai même l'impression que vous nous aviez oublié. Il reprit un sourire jusqu'aux oreilles. D'ailleurs on pensait que vous n'alliez pas venir et là on était sur le point de partir. Pas vrai Miss ?

La Miss en question ne semblait pas agréer du tout, tant mieux, il saurait se montrer plus clément avec la rouquine, elle au moins ne tentait pas de s'enfoncer en plongeant sa maison dans la honte. Quel pitoyable lion que ce blondinet. Et voilà que celui-ci amorçait un pas vers la porte en déclarant à la jeune lionne:

- Tu viens ? on y va et n'oublie pas ta tortue. Bonne nuit Monsieur on va se coucher !

Celle-ci ne broncha pas, au contraire... Elle s'adossa au plan de travail et continua à manger en déclarant "J'ai faim". Bien, elle prendrait aussi. Tant pis pour elle.

Son tour de parler étant enfin arrivé, le directeur de Gryffondor se redressa et fit signe au jeune homme de revenir. Ce dernier s'excuta, et ce ne fut que lorsqu'il eut les deux trublions devant lui qu'il prit la parole:


-Ecoutez moi bien vous deux, je ne suis pas là pour faire amis-amis avec vous, bien au contraire, et si j'étais bien disposer à être clément, ce n'est aucunement le cas désormais. Donnez moi vos noms à chacun. Et ne me mentez pas, je le saurais sinon.

Il marqua une pause et rouvrit le frigidaire, en extirpant une vingtaine de cuisses de poulet, une quinzaine de tomates de tomates et cinq barquettes de Pomme de Terre bouillies avant de les poser sur le plan de travail. Puis, se tournant vers ses deux victimes, il déclara avec un léger sourire presque sadique:

-Vous disiez vouloir manger ? Très bien. Allez-y. Mais je vous préviens. Aucun de vous deux ne sortira d'ici tant que tout ceci ne sera pas fini.

Il ramassa la tortue et alors qu'il la prenait dans ses bras, il se demanda si c'était une tortue marine ou non. Bah, il n'avait jamais été doué en anatomie animale. Pour tester, il la plongea donc dans l'une des grandes marmites où se trouvaient les soupes qui serait cuites le lendemain. Ressortant son bras, il attendit de voir si la tortue remontait ou pas. Quand au bout de quelques instant il vit qu'elle ne remontait pas, il attrapa une louche et la repêcha avant de la poser sur un autre plan de travail. Oups. Et puis Tant pis, elle se débrouillerait pour sécher, elle avait qu'à savoir nager, puis elle bougeait plus, mais bon, c'était surement l'état de choc... Non ? Non. Un tortue qui bouge pas, c'est pas normal. Tant pis. Il le dirait à la fin de sa punition à la rouquine. En attendant, elle allait bouffer. Il regarda donc les deux délinquants, et les surveilla attentivement.

HRP:
 


Dernière édition par Leo Keats le Sam 12 Mar 2016 - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Lydie Nouël, Sam 23 Jan 2016 - 16:11


HRP:
 

Le directeur se releva finalement, après avoir prié Matt de revenir vers lui. La fillette ne fit pas bien attention à ce que raconta son directeur de maison, elle était plus concentrée sur son chocolat. L'usage des graînes de cacao pour en faire du chocolat avait, pour la rouquine, été une des meilleures découvertes de l'homme. Nulle recette ne pouvait faire de cet ingrédient quelque chose d'immangeable. Jamais.

- Donnez moi vos noms à chacun.

- Lydie Nouël, annonça la rouquine avant de cracher au sol un morceau de papier aluminium qu'elle avait ingurgité par accident.

L'homme gagna enfin l'attention complète de la jeune fille lorsqu'il se mit à sortir de la nourriture du réfrigirateur. La rouquine salivait: il avait sortit plusieurs barquettes de pomme de terre, son péché mignon. Elle se demanda alors ce qu'elle préférait des pommes de terre au chocolat. Si la fillette ne devait en manger plus qu'un des deux pour le restant de ces jours, elle ne savait même pas lequel elle choisirait. Les pommes de terre avait la même capacité que le chocolat qui consistait à être délicieuse sous toutes les formes et recette. Vapeur, raclette, tartiflette, sautées, fritées, chipsées, il n'y avait pas d'exception.

-Vous disiez vouloir manger ? Très bien. Allez-y. Mais je vous préviens. Aucun de vous deux ne sortira d'ici tant que tout ceci ne sera pas fini.

Lydie haussa un sourcil et afficha un air de défi. Décidemment, ce directeur la sous-estimait. Elle se demanda si Matt relèverait également le défit que l'homme leur lançait. Soudainement, ce dernier ramassa la tortue de la fillette directement à ses pieds. Lydie, trop abasourdie pour réagir, le laissa faire sans broncher. Elle finit par le perdre de vue et avait déjà détourné son attention sur Matt.

- J'espère que t'as aussi faim que moi, lui dit-elle en souraint.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Deliers
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Matt Deliers, Sam 23 Jan 2016 - 16:59




Passerait ou passerait pas ?
Un signe autoritaire du directeur.
Un Matt penaud qui rebroussa chemin.
Passerait pas. Pour son plus grand malheur.
Mieux ne valait pas faire le malin.

Quoiqu'en fait il était sûrement déjà trop tard. Feindre le garçon complètement dérangé. Feindre le garçon totalement fou à lier. Cela s'avérait ne pas avoir été efficace. Et désormais ils étaient encore plus dans de beaux draps. De ceux en soie, de ceux que l'on ne sort que pour les rares occasions. Il leur demanda leur nom. Il hésita quelques secondes. Puis, comme si le roi des Lions avait lu dans ses pensées, il précisa qu'il était inutile de frauder sur son identité dans la mesure où il s'en rendrait compte bien assez rapidement. $hit. Matt entendit la fille se présenter : elle s'appelait donc Lydie, Lydie Nouël. Pendant qu'elle était occupée à recracher un morceau de papier aluminium, il décida de se jeter à l'eau lui aussi.

Matt Deliers.

Plus aucune trace de gravité ou de rire faussement joué. Il s'était contenté de reprendre son timbre blasé habituel. Lorsque le directeur Gryffondor sortit tout un arsenal alimentaire du frigo, il ne comprit pas tout de suite. « Euh il se fout de nous ou quoi ? Il nous choppe en train de manger, nous passe un savon et sort encore plus de bouffe du frigo ? ». Il disposa sur le plan de travail une vingtaine de cuisses de poulet, une quinzaine de tomates et cinq barquettes de patates. Quel intérêt y avait-il à sortir toute cette nourriture du frigo ? Quel intérêt y avait-il à poser sur la table quinze tomates alors qu'il n'avait même pas mangé ce qu'il restait de la sienne lorsqu'il la lui avait envoyé ? Quel intér... Il comprit lorsque le directeur reprit avec un air peu rassurant à leur égard.

Vous disiez vouloir manger ? Très bien. Allez-y. Mais je vous préviens. Aucun de vous deux ne sortira d'ici tant que tout ceci ne sera pas fini.

Pour le coup il n'avait pas faim. En fait il n'avait jamais eu faim depuis qu'il avait mangé son repas dans la Grande Salle. Une tomate n'allait pas le tuer. Mais quinze ! La vérité, c'est qu'il n'était pas là pour lui. La vérité, c'était qu'il était là pour elle : Cappu. Sa tortue. Aussi incroyable et impensable que cela puisse paraître, il avait également une tortue. Et la raison justifiée de sa présence ce soir ici en cuisines reposait sur l'alimentation de sa protégée. Il était venue cherchait de la salade verte et quelques légumes pour nourrir son amie à carapace. Cependant au vue de la manière dont le directeur avait pris la tortue de Lydie. Cependant au vue du regard dangereusement sadique qui s'affichait dans ses yeux. Le jeune garçon se dit sagement qu'il était préférable de ne pas aborder l'existence de son animal de compagnie. Dieu sait ce qui pourrait arriver si Cappu était mentionnée dans toute cette histoire.

Leur bourreau se révélait être un parfait sadique tout droit échappé d'Azkaban. Encore un de ceux qui sont du genre à se prendre un Poudlard Express en pleine tronche et qui en redemande. Du sadisme. Du vrai. Du brut. Du sadisme à l'état pur. Un de ceux qui te prennent, en flagrant délit, en train de se servir en douce dans les frigos des cuisines, et qui pour aller jusqu'au bout de leur délire de psychopathe jubile à l'idée de te forcer à t'engrosser. Encore. Et encore.
Certes Matt n'était pas gros. Mais il n'était surtout pas un gros mangeur. En apprenant qu'ils ne sortiraient pas de la cuisine tant qu'ils n'avaient pas tout mangés. Il eut une grimace horrifié. Cela lui paraissait être une sanction ingénieusement irréalisable. Heureusement qu'il y avait la rousse. Elle et son délire sur le poulet froid pourrait grandement contribuer à la réalisation de cette grasse et pas noble tâche. Bien que normalement constituée, la fille avait l'air de manger comme quatre. La mission semblait compliquée mais pas si irréalisable que ça au final.

J'espère que t'as aussi faim que moi.

Elle lui demanda s'il avait faim. Il lui répondit que non. Enfin, pas spécialement. Mais qu'il ferait ce qu'il faut pour qu'ils sortent de là. Après tout c'était de sa propre faute s'ils étaient dans cette situation. Il eut encore un éclair de génie. Une idée lumineuse qui pourrait peut-être les aider à s'en sortir plus facilement.

Dis voir, Lydie... c'est ça ? Poulet, tomates, patates. T'en penses quoi si on faisait une salade composée ? Ce serait plus facile à manger non ?

Pour montrer qu'il était désolé de l'avoir mise dans cette situation, il prit une tomate qu'il s'empressa de dévorer. Au moins l'avantage, c'est qu'elle elle était à fond sur le poulet et lui avait une faiblesse pour les tomates.


Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Leo Keats Gold, Sam 23 Jan 2016 - 19:11


Sans quitter les deux élèves des yeux, le directeur de maison dissimula le petit cadavre encore chaud de la tortue sous un torchon. Il aurait tout le temps de le rendre à la jeune lionne une fois que celle-ci aurait payé le prix de sa gloutonnerie. L'autre gryffondor semblait quant à lui avoir compris que jouer la carte de l'insolence ne ferait que l'enfoncer. Il arborait désormais plus une position de jeunot près à obéir.  Il avait toutefois eut l'air un peu choqué par l'annonce de la sanction qu'avait choisi le Keats, tant mieux, Leo n'était pas là pour se faire apprécier, mais pour faire appliquer le règlement.... Et si être gaver de force pouvait aidé les deux jeunots à s'en souvenir, et bien soit. Ils y passeraient la nuit si il le fallait, mais ils allaient apprendre le respect.

Alors qu'il allait se placer face aux deux lascars, la jeune rousse lâcha sur un ton presque provocateur, un sourire flanqué sur les lèvres: " J'espère que t'as aussi faim que moi ", Matt répondit que non, malin celui-là, car le comportement de Lydie n'avait malheureusement pas plu au directeur qui se dirigea vers le réfrigérateur et en sorti une dizaine d’œufs durs, accompagné d'un tube de mayonnaise, il alla les poser devant la rousse en lui murmurant:

- Puisque tu sembles avoir faim, voilà pour toi.
 
Puis, il alla retrouver sa place face à eux, croquant dans une pomme tout en les observant, amusé. Le jeune lion émit l'idée de préparer une salade composée. Bah, après tout pourquoi pas, ils y passeraient quand même. D'un simple mouvement de baguettes, il fit s'envoler deux grands saladiers qui allèrent se poser respectivement devant chacun des deux élèves. D'un autre geste, il sépara les ingrédients en deux parties bien distinctes, hormis les œufs en plus pour Lydie.

- Faites comme vous le voulez, vous avalerez tout de toute façon.

C'était du sadisme pur, Le  Keats en avait parfaitement conscience, seulement cette part de morale se trouvait dans une petite partie de sa tête que son esprit n'avait pas visité depuis très très très longtemps... Et ce n'était pas près de changer. Il adressa tout de même un sourire rassurant aux deux lions.

- Eh bien ? Qu'attendez-vous ? Plus vite ce sera fait, plus vite vous serez libres d'aller digérer ailleurs.


HRP de l'amour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Lydie Nouël, Mar 26 Jan 2016 - 21:34


Le directeur de la maison Gryffondor se dirigea vers le réfrigérateur et en sorti une dizaine d’œufs durs qu'il destinait apparemment à la fillette.

- Puisque tu sembles avoir faim, voilà pour toi, murmurra-t-il.


La rouquine souleva un sourcil interrogateur, elle avait certe envie de se méfier de son aîné car, une telle gentillesse était rarement innocente, mais, était-elle capable de se retenir de manger. Au moment où elle se posa cette question, son ventre gargouilla à nouveau dans un bruit sourd et le rouge monta doucement à ses joues.
Le Lion remplit alors deux saladiers bien distincts dont le plus gros était réservé pour la rouquine. Cette dernière baissa les yeux sur le contenu de son saladier et se racla discrètement la gorge.

- Dis voir, Lydie... c'est ça ? Poulet, tomates, patates. T'en penses quoi si on faisait une salade composée ? Ce serait plus facile à manger non ?

Lydie sourit gentiment à son camarade. Son idée n'était pas foncièrement mauvaise, mais elle n'avait rien de particulièrement avantageant.

- Mh.. J'sais pas trop... lui répondit-elle, hésitante.

- Faites comme vous le voulez, vous avalerez tout de toute façon.

Face au silence des deux lionceaux, le jeune homme reprit la parole.

- Eh bien ? Qu'attendez-vous ? Plus vite ce sera fait, plus vite vous serez libres d'aller digérer ailleurs.

Un mot en particulier éveilla l'ombre d'une idée dans l'esprit de la Gryffondor. Elle partagea directement celle-ci avec le jeune homme blond.

- Bon, Matt, commença-t-elle en hésitant sur le prénom, je pense que, hm... Plus on mange lentement, plus nous serons facilement écoeuré. Je propose donc qu'on, bien qu'on engloutisse tout ça assez rapidement.

Elle avait prononcé ces quelques phrases en souriant à son camarade, comme si cette tâche serait tout aussi simple que le mécanisme biologique de la respiration. Elle posa son regard sur les oeufs durs. La mayonnaise n'était en rien nécéssaire c'est pourquoi elle l'écarta immédiatement. La rouquine n'attendit pas la réponse de Matt pour se lancer dans son repas. Elle commença donc à manger.

Même si elle faisait mine de se prêter au jeu, la née Moldue n'avait jamais eu l'intention de jouer le jeu de son directeur. Son cerveau étudiait patiemment les possibilités d'esquives mais, la menace étant toujours aussi moindre, elle se décida à garder son calme habituel, et mangea donc silencieusement. Elle profita cependant d'un moment d'innatention de leur bourreau pour chuchoter quelques mots à son camarade Gryffondor.

- Par contre, si t'as une idée pour que cette sangsue nous lâche, je suis tout ouïe.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Deliers
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Matt Deliers, Lun 8 Fév 2016 - 20:56




Par contre, si t'as une idée pour que cette sangsue nous lâche, je suis tout ouïe.

Une idée pour que cette sangsue les lâche ? Voilà une très bonne question soulevée. Matt prit une tomate posée devant lui. Il la regarda en souriant avant de se retourner brusquement et de la jeter de toutes ses forces. Le fruit manqua sa cible de quelques mètres. Pour aller s'exploser royalement sur le mur derrière. Une éclaboussure de jus de tomate à la manière d'une reproduction de scène de crime dans laquelle le médecin légiste tente de reproduire le meurtre avec du ketchup ou autre substitut. M€rde. Trop de force. Pas assez de précision. Il en prit une deuxième qu'il s'empressa de lancer sous le regard ahuri de leur directeur. Il avait échappé à la première, il reçut la seconde en pleine tronche. Pas le temps d'esquiver sous l'effet de la surprise. « Viens on s'tire ! » Il prit la main de sa camarade de maison en train de s'attaquer à une cuisse de poulet et l'entraîna dans sa course folle. Ils sortirent en trombe des cuisines espérant qu'ils auraient le temps de semer leur poursuivant. Scénario absurde. Scénario réalisable mais présentant quelques failles. Il secoua la tête comme pour chasser cette idée follement géniale de son esprit. Il regarda Lydie qui venait de lui parler avant de lui répondre tristement.

Je dois t'avouer que je suis à court d'idées.

Matt prit une tomate posée devant lui. Il la regarda en souriant. Il la tenait dans une main et l'effleura du bout des doigts de l'autre main avant de se retourner brusquement et de la jeter en l'air plusieurs fois, la rattrapant à tous les coups. Avec sa couleur jaune rougeâtre, cette tomate orange n'était clairement pas mûre. [combo fruits x3 ; parait que ça rapporte des points. Il décida quand même de la manger. Après tout il n'allait pas dire 'non' à une tomate. D'une part parce que la tomate s'en foutait, qu'une tomate ne parlait pas et qu'en aucun cas elle ne pourrait lui répondre. D'autre part car il s'agissait précisément d'une tomate et que cela ne se faisait pas de refuser de manger une tomate. La tomate étant son aliment préféré, il s'empressa de la manger comme il l'avait fait avec la précédente.

Cependant il regarda la quantité astronomique de nourriture qui restait devant lui. Son tas était loin d'avoir diminué et était toujours aussi imposant. Comment pourrait-il avalé cette grosse quantité de nourriture ? Lui et son petit estomac avait envie de crier à l'injustice. Ce moment qui suivit fut celui où une idée furieuse lui vint en tête. Une idée tellement géniale qu'il se demandait encore comment avait-il pu ne pas y avoir pensé plus tôt. Les mots-clés venaient d’apparaître subitement à lui comme une carte révélerait subitement un message codé écrit en son sein. Il se remémora les mots employés par le directeur Gryffondor. « Mais je vous préviens. Aucun de vous deux ne sortira d'ici tant que tout ceci ne sera pas fini. [...] Faites comme vous le voulez, vous avalerez tout de toute façon. » Ouais. Il a dit qu'ils devaient tout manger pour pouvoir sortir. Il n'a pas précisé les méthodes employées. En effet. Il a dit ce qu'ils devaient faire. Il n'a pas dit ce qu'ils ne devaient pas faire. Et là encore, il n'a pas dit ce qu'ils pouvaient faire. Donc le fait de ne pas le dire n'interdisait en rien de pouvoir le faire.

Il sortit sa baguette magique et se plaça devant le plan de travail. Il s'éclaircit doucement la voix et lança rapidement un magnifique "Reducio" vers ses barquettes de patate qui diminuèrent instantanément pour devenir bien plus petites. Il jeta un coup d’œil amusé envers Lydie pour voir sa réaction. Sans attendre il réitéra l'opération avec les cuisses de poulet gisantes devant lui. Plus les cuisses devinrent petites plus un espoir grandissant se généra en lui. Tout d'un coup la tâche semblait moins difficile que prévue et le Lion se félicita d'une telle opération. Il espérait juste ne pas s'être fait grillé ; car contrairement aux poulets il le vivrait bien plus tragiquement. Il rangea furtivement sa baguette et s'empressa de gloutonner les patates. Histoire de faire disparaître les preuves. Un regard malicieux envers sa camarade de maison pour l'inciter à faire de même.


Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Lydie Nouël, Dim 6 Mar 2016 - 18:38


HRP:
 


- Je dois t'avouer que je suis à court d'idées.


La rouquine pinça ses lèvres, plus safranées que rosées, avant de croquer dans une tomate. Pour le coup, il ne lui venait à l'esprit aucune idée capable de les sortir du pétrin dans lequel ils s'étaient mis. La punition n'était ni violente, ni particulièrement désaggréable. Non, le fait de devoir engloutir toute cette nourriture était loin d'être une sanction que Lydie avait imaginé subir, en intégrant Poudlard. Châtiment original, qui restait particulièrement malsain, là était le problème. Il semblait alors que leur Directeur était un adèpte du sadisme subtile, le genre de correction qui ne risquaient pas de lui retomber dessus.

Baissant les yeux sur son saladier, la née-moldue constata que celui-ci était beaucoup moins vide qu'elle ne l'avait espéré. Elle s'était efforcée de manger rapidement tout en condensant ses pensées vers un objet plus abstrait et éloigné. Malheureusement, elle commençait a entendre le fond de son palais lui demander d'arrêter. Une vague sensation d'écoeurement perlait en elle, impossible à esquiver.

Du coin de l'oeil, elle remarqua que Matt venait de ranger sa baguette. Légèrement paniquée, elle se retint cependant de faire des gestes brusques qui auraient pu alerter le Directeur de sa maison. Elle fixa donc Matt des yeux, remontant doucement de sa main jusqu'à son visage, avant de constater que le jeune Lion affichait une mine beaucoup moins désespérée que celle qu'il avait affiché précédemment. Lançant un coup d'oeil dans son saladier, un détail frappa alors la rouquine. L'ingénieux garçon avait eu la merveilleuse idée de réduire la taille de ses aliments. * Pas d'idée? Vraiment? * Lydie jeta un regard espiègle à son camarade, complété d'un sourire en coin avant de sortir sa baguette magique à son tour. Pointant le saladier du bois de cerf, la fillette murmurra un #Reducto discret avant de ranger précipitemment l'instrument. Elle s'emparra alors des petits ingrédients pour les engloutir le plus rapidement possible, avant que le Lion s'aperçoive de la fourberie.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Leo Keats Gold, Lun 21 Mar 2016 - 11:13


LA de Matt et Lydie acordé

La jeune rouquine, encore dans la période de l'enfance ou on se sentait obligé de partager directement son ressenti à son petit camarade de misère, je tourna vers le jeune Austin, murmurant quelque chose à se dernier. N'en saisissant que quelques mots sans grande importance, le Keats ne chercha pas à savoir de quoi il en retournait, il était en position de force, et même en rusant, il semblait impossible pour les deux jeunes élèves d'échapper à son contrôle. Il s'appuya sur le comptoir de la cuisine, vérifiant que le petit cadavre de la tortue était bien caché du regard de sa propriétaire. Il n'était pas question de provoquer une quelconque crise tant que les deux lionceaux n'auraient pas été punis comme il se doit. Une fois la punition subie, la jeune rousse aurait tout le loisir de crier à tout va, le Keats pourrait partir, abandonnant les élèves.

Heureusement, la jeune Nouël sembla enfin coopérer, et commença à manger. Elle laissa cependant quelques aliments de côté, mais après tout, si elle se montrait docile, peut-être le Keats saurait-il se montrer indulgent, il n'était pas un monstre non plus. Sentant que les deux jeunes gens ne tenteraient rien pour l'instant, le directeur relâcha un peu son attention, pensant à la petite tortue morte qui dormait derrière lui. Noyée dans de la soupe. C'était assez comique quand on y pense. Se demandant quel goût pourrait bien avoir un ragoût de tortues, le Keats reporta son attention sur les deux lascars.

Le jeune Matt, de son côté avait avalé une tomate, et bloquait désormais sur la nourriture. Que mijotait-il ? (hahaha) Bonne question.  L'ancien Gryffondor comprit en voyant le jeune homme sortir a baguette, mais il ne l'arrêta pas pour autant. C'était malin, très malin. Et la finesse intellectuelle et la créativité du lionceau avait bluffé son directeur de maison.

- Mr Austin, j'admire votre habile manière de lancer ce sortilège. C'était une bonne idée. Vous ne devriez pas avoir trop de mal à finir tout cela. Miss Nouël, vous pourrez récupérer votre tortue juste après, puis, ajoutant à voix basse, ou du moins ce qu'il en reste...
Revenir en haut Aller en bas
Matt Deliers
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Matt Deliers, Mer 30 Mar 2016 - 21:10



Hello, moi c'est Deliers. Matt Deliers. Quoique.. Austin c'est pas mal non plus. (:


Admiration devant tant d'habileté. Un tel aveu du directeur de maison. Sensation d'irréalité. Sentiment étrange qui fait que l'impossible devienne tout à coup possible. Ainsi donc. Derrière le masque du Keats pouvait se cacher d'autres choses que le sadisme brut et le malin plaisir qui lui est associé. L'adulte en face de lui reconnaissait le génie de Matt. Il eut un sourire en coin. Flatté par cette certaine reconnaissance.

Le roi des Lions venait d'indiquer que Matt n'aurait guère de mal à finir. Sous-entendu par là qu'il ne comptait pas relever. Matt avait - encore une fois - joué avec le feu. Il s'attendait à une réaction. Mais pas celle-là. Et pourtant... Pas de relève. Pas de sur-enchère. Pas de punition amplifiée. Comme si la technique employée avait séduit leur directeur. Comme si ce dernier s'était incliné devant cette ingénieuse solution. Comme s'il en avait plus rien à føutre de tout ça. Comme si cela lui passait au-dessus. Comme s'il n'aspirait plus qu'à finir sa ronde au plus vite pour retourner se pieuter. A dire vrai le jeune garçon n'avait plus envie de trainer dans le coin. Lui non plus. Cela lui avait suffit.

Il souhaitait regagner la salle commune. Filer deux trois feuilles de salade à Cappu. Sa tortue. Et aller se mettre au coin de la cheminée devant un bouquin. Il regrettait même que la situation ait dégénérée à ce point. Inutile de préciser qu'il ne valait mieux pas qu'il recroise le directeur de maison. Etrangement celui-ci serait beaucoup moins souple. Nul doute qu'il ne le raterait pas à la prochaine occasion.

Regard rapide vers Lydie. Elle semblait perplexe devant ses aliments. Il posa ses prunelles sur son propre tas. Plus que quelques efforts. Avant que cela ne soit de l'histoire ancienne. Il poursuivit son gavage avec les pommes de terre. Non sans mal, même plus petites, il n'en restait pas moins qu'il n'avait pas faim. Néanmoins. Il se força. Faire bonne figure. La difficulté de la tâche avait drastiquement été réduite. Pas le moment de faire la fine bouche.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 9

 [Cuisines de Poudlard] Devant le grand frigo

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.