AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Support Téléphone Voiture à Fente ...
Voir le deal
12.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
Page 6 sur 8
Salle d'interrogatoire N°3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Invité
Invité

Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Invité, le  Mer 3 Jan 2018 - 23:34

Cela faisait désormais quelques mois que tu étais sur cette soudaine disparition. Valentina Boccini, qui travaillait au même niveau que toi d’ailleurs, avait disparue. Dans un claquement de doigts. Plus personne n’avait vu la jolie blonde, que ce soit dans les couloirs du Ministère ou dans les rues du Londres sorcier où la jeune femme était connue. Tu l’avais déjà croisé – en travaillant dans le même couloir c’était un peu quelque chose d’obligé. Et puis, tu avais entendu ses bruits, d’abord entre deux portes, et puis de plus en plus fort.

Paraissait qu’une adolescente répondant au nom de Megan la recherchait également. Tu ne savais pas vraiment où cette piste pouvait te mener, mais étant donné que tu n’avais rien, absolument rien sur cette mystérieuse disparition, tu étais prête à perdre un peu ton temps. Après tout, peut-être que l’adolescente avait dit vrai ? Peut-être connaissait-elle véritablement Miss Boccini ? Auquel cas elle pourrait sans doute te répondre quand à tes interrogations sur l’évanouissement soudain de la sorcière.

Tes pas te dirigent naturellement vers la salle d’interrogatoire 3. D’habitude utilisée pour les criminels, elle avait été reconditionnée pour votre entretien : à dire vrai, tu n’avais pas l’habitude de recevoir d’autres personnes que des criminels en ces lieux. Alors, tu espérais que cela n’inquiète pas la sorcière, et si cela était le cas tu … aviserais ? Tu poses ta main sur la poignée, et doucement ouvre la porte. Et là, stupeur.

Instant de pause. Blondeur extrême, yeux d’acier qui percute tes iris. La robe a l’air ancienne, le charme vétuste. Y’a quelque chose qui cloche. La jeunesse du visage ? Les vêtements qui n’ont pas l’air de ce temps. Non, il y a autre chose. Quelque chose de plus mystique, de mystérieux, d'intriguant. Tu refermes la porte derrière toi alors que ton esprit cherche à capter ce qui t’échappe. « Vous êtes bien Megan Hayajân ? ». Doute dans la voix, dans les pensées.

Et puis, l’illumination alors que tu te rapproches d’elle. Alors que tu t’assois face à elle. Si tu n’avais pas croisé Valentina un certain nombre de fois dans les dédales du Ministère, tu n’aurais probablement pas remarqué. Mais là, assise face à la sorcière, cela te perturbe, cette ressemblance. Et cette différence aussi. Peut-être moins assumée, peut-être plus timide. Tu ne sais pas, alors, cette fois-ci tu attends, tu contournes l’inévitable. Tu sais que cela a déjà été contrôlé mais tu préfères détourner ton attention sur autre chose « Vous avez vos papiers d’identités ? ».


Dernière édition par Elly Wildsmith le Jeu 4 Jan 2018 - 0:32, édité 1 fois
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Megan K. Hayajân, le  Jeu 4 Jan 2018 - 0:18

____________________


L'Auror Wildsmith entra. On voyant ainsi une figure d'autorité, la jeune sorcière se rappela qu'elle n'avait absolument rien pour prouver ses dires et qu'elle ne possédait pas grand chose pour démontrer qui elle était. Ses papiers ne stipulaient pas qu'elle était métamorphomage - puisqu'elle l'avait découvert depuis à peine quelques semaines - et elle ne ressemblait pas vraiment à sa photo d'identité. Plus les minutes défilaient, plus ses traits prenaient inconsciemment modèles sur ceux de Valentina. Le nez plus fin, les cheveux plus pâles... ne restait que sa maigreur, son visage carré et ses pommettes hautes qui lui étaient si propres. Elle baissa les yeux devant la superbe jeune femme qu'on lui présentait. Comment avouer qu'elle avait perdu la trace de son seul repère ? Sans Valentina, elle aurait été perdue et sans doute encore d'avantage moquée qu'elle ne l'était déjà.

Elle confirma être véritablement elle-même et se retint de justesse de demander si son interlocutrice était bien Elly Wildsmith. Il y a des choses qui ne se font pas, et les codes sociaux, aussi difficiles qu'ils aient été à accumuler, étaient en partie intégrés. Elle tenta donc un sourire qui se perdit quelque part au fond des abysses. Elle avait pas la trouille mais simplement la dérangeante sensation de ne pas être à sa place. Elle se gratta le nez.

« Vous avez vos papiers d’identités ? »

Oui, elle devait bien avoir ça. Elle hocha la tête et fouilla dans sa besace à la recherche des mêmes papiers qu'on lui avait demandé à son arrivée. Elle sortit l'étrange document violet. Elle ne se rappelait pas l'avoir jamais ouvert et elle le confia à l'auror.

« J'suis métamorphomage, madame. C't'une découverte récente alors vous méprenez pas, la brune, c'est bien moi. »

Elle se crispa, fit un effort colossal. Ses racines brunirent un peu mais reprirent bien vite leur pâle couleur. Elle haussa les épaules. Aujourd'hui, ça voulait pas. Mais ça devrait prouver qu'elle était bien méta, malade et compagnie. Ils auraient plus qu'à tout désinfecter après son passage.

« J'répondrais autant que j'le pourrais. ».

Elle en savait si peu, au fond, sur la vie privée de Valentina. Elle savait pour son fils conçu avec cet ex petit ami dont elle avait oublié le nom... elle savait pour le Chaudron Baveur, le job au Ministère... elle savait pour l'animagie, la manumagie... mais sinon... elle était juste impressionnée.

Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Invité, le  Sam 6 Jan 2018 - 19:19

Tu regardes la jeune sorcière au teint pâle qui se saisit de son sac et te présente le papier d’identité violet, estampillé Ministère. Lorsqu’elle te tend le papier, tu le récupère par automatisme. Sans y jeter un œil pour l’instant. Tu l’écoutes t’avouer qu’elle est métamorphomage, et que la brune, c’est bien elle. Un sourcil s’arque, et puis tu ouvres le document. Finalement, tu comprends pourquoi elle a préféré faire la mise au point. La jeune fille de la photo a les cheveux bruns, foncés. Tandis que face à toi elle est blonde et son visage totalement modifié. Elle semble comprendre ton interrogation, et tu observes son visage qui se crispe, se tend, comme si elle cherchait à contrôler quelque chose.

C’est exactement ce qu’elle cherchait à faire puisque la teinte de ses racines prièrent, quelques instants seulement, une teinte brunâtre qui ressemblait davantage au coloris de la sorcière sur la photo. Visiblement, la maitrise de son don n’en était encore qu’aux balbutiements, mais tu restais assez étonnée d’une telle capacité magique. Admiration dans la voix « Vous avez un don formidable Miss Hayajân, même s’il vous échappe pour l’instant, c’une capacité magique hors du commun ». Il ne fallait pas être aveugle pour voir que la jeune fille avait l’air de plutôt mal vivre ses expériences de métamorphomagie.

Finalement, ton attention se concentre à nouveau sur le papier violet, et quelque chose t’accroche la rétine, percute ta conscience. « Wildsmith ». Déglutissement. C’est une erreur, forcément. Tu relis le document. La mère de la jeune fille face à toi s’appelle Eva Wildsmith. Tes yeux détaillent la jeune fille mais tu essayes de ne pas montrer ton interrogation. Elle était là pour Valentina, pour rien d’autre. Il ne s’agissait peut-être que d’une erreur dans le document ? Tu essayes de te convaincre que le Ministère pouvait être à l’origine d’une telle boulette – après tout, il en fait tellement ! – et tu demandes, innocemment « Votre mère s’appelle Eva Wildsmith ? ».

Tu aurais pu faire plus innocent, mais maintenant la question était posée. Tu refermes le document et le dépose sur la table entre vous deux. Une fois qu’elle aura répondu à ta curiosité mal placée – ou intriguée – tu enchaineras sur le pourquoi du commun elle connait Valentina, et surtout si elle l’a vu récemment ou non. Et puis, lorsqu’elle serait partie tu tâcherais d’en savoir un peu plus sur elle et sur sa mère dont le nom a été marqué comme le tien. Perplexe, tu observes la sorcière, attendant qu’elle te délivre certainement de cette pensée familiale tenace. Comme si de nouveaux secrets voulaient poindre à l’horizon.
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Megan K. Hayajân, le  Lun 8 Jan 2018 - 17:36

____________________


Cette fois, Megan ne relève pas quand son interlocutrice lui assure que la métamorphomagie est un don. Visiblement, elle aussi confond bénédiction et maudite maladie, mais elle préfère ne pas contredire une employée du ministère; Ce serait un coup à finir en prison pendue par les chevilles. Elle tente un petit sourire qui n'a rien de très assuré avant de prendre un malin plaisir à examiner ses propres chaussures. Elle a une petite tâche de mélasse sur la le cuir de ses épaisses semelles mais elle n'ose pas se baisser pour la gratter, de peur d'aller à l'encontre d'une convention sociale qu'elle n'aurait pas mémorisée. Elle se balance un peu, s'agite. Elle n'aime pas trop les tête à tête.

Puis soudain, l'auror pose une première question. A vrai dire, Megan ne s'attendait pas à cela. Elle imaginait plutôt des interrogations sur le lien qui l'unit à Valentina, ou bien sur les derniers moments qu'elle a passé avec l'italienne. Ou bien même si elle disposait d'informations confidentielles, ou encore si elle se sentait bien à Poudlard, si elle n'avait pas été missionnée par la Boccini pour quelque mission... oui, Megan s'attendait à tout, sauf à ça.

« Votre mère s’appelle Eva Wildsmith ? »

Hein ? Quoi ? Megan retint une remarque stupide. Si l'auror savait lire, elle pourrait aisément déchiffrer que sur ses papiers, il était écrit que Megan était la fille de Caleb Kalim Hayajân et de Eva Léonore O'Connell. N'est-ce pas ? Pourtant, si vous passiez du côté de l'auror blonde, il était évident que le nom d'O'Connell n'apparaissait nulle part. Il était très clairement paraphé que la mère de la jeune métamorphomage se prénommait Eva Wildsmith.

Mais ça, ah ! Megan l'ignorait.

« - Non, madame. Ma mère s'appelle O'Connell. Une erreur de secrétariat ? »

Cependant, la brunette se sentait dérangée par cette conversation. Elle frappait le bout de ses chaussures l'un contre l'autre avant d'adresser un regard un peu égaré à la belle Elly.

« - C'est très important ? »
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Invité, le  Mar 9 Jan 2018 - 23:25

Visiblement, la jeune sorcière n’avait aucune idée de pourquoi, sur son papier d’identité, il y avait inscrit le même nom que toi. En fait, ça te laissait une moue perplexe sur le visage. Comme un incompréhension persistante. Un voile d’ombre dans tes yeux, alors qu’elle te soutient que sa mère s’appelle autrement. Et puis, dans son regard un peu effrayé, à la manière d’une biche qui se serait trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, tu balayes tes doutes et tes incertitudes. Inutile de braquer la jeune fille, venue de son plein gré, pour te parler de Valetina Boccini. Tu décides de te concentrer sur cela, te promettant de faire tes propres recherches sur cette mystérieuse Eva Wildsmith.

Un sourire entendu pour la jeune sorcière, alors que tu lui réponds d’une voix douce « Non, aucune importance. Il n’est en effet pas rare que le Ministère fasse des erreurs sur les documents, ce ne serait pas la première fois ». Le sourire ne disparait pas, comme si tu cherchais à la rassurer, peut-être serait-elle plus à même de te parler de la disparition qui t’intriguait ? Une pause alors que tes yeux ne la quittent pas « Je vous remercie d’être venu au Ministère Miss, j’aimerais en effet vous parler de Miss Boccini ».

Tu croises tes jambes, pose tes mains dessus, patiemment. Pour ne pas la brusquer. Ton regard, par contre, ne la quitte pas une seule seconde. Comme si tu ne voulais pas manquer les transformations dont elle était capable. « On m’a rapporté que vous aviez vu Miss Boccini récemment, pourriez-vous me dire, si, par exemple, elle allait bien ? ». Des questions toutes en douceur, en toute simplicité. Ce n’était pas un interrogatoire, ce n’était pas une criminelle. Juste quelqu’un qui avait croisé la disparue après sa disparition – enfin, ça, c’est ce qu’on t’avait dit, tu n’en étais pas encore certaine.
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Megan K. Hayajân, le  Mer 10 Jan 2018 - 13:36

____________________


Les questions sur Valentina arrivèrent. A ce moment précis, Meg se demanda si elle était réellement capable de parler d'elle. Son attachement à l'italienne était bête et lâche : elle avait tout simplement été sa première référence magique. Elle aurait aimé la garder juste pour elle et ce, pour toujours. La blonde avait disparu et la métamorphomage se retrouvait seule et démunie, avec pour seule repentir cette lettre atroce qu'elle lui avait envoyée un soir de colère. Elle avait tout à se reprocher, de son comportement puéril jusqu'à sa fâcheuse manie de ne compter que sur les autres. Si cette abandon lui faisait du mal, c'est parce qu'elle avait laissé à Valentina le pouvoir de la blesser.

Avoir vu Boccini récemment ? Elle aurait bien aimé. Elle aurait pu la supplier de lui revenir. Mais là non. Ce n'était que de la solitude jetée sur le tapis. Une enfant démunie. Sa mère et sa grand-mère étaient toutes les deux bonnes pour elle, mais elles ne comprenaient pas la dualité du monde magique, l'impact d'avoir des pouvoirs, de tenir un secret caché... et depuis qu'elle avait enterré son père, elle n'arrivait plus à regarder les femmes de sa vie dans les yeux. Elle était purement et simplement responsable.

- Nan, m'dame. La dernière fois que j'ai vu Tina, c'était avant la rentrée. Elle avait l'air agitée. Mais elle m'a dit que c'était parce que l'bébé - son fils, Aeden - ne faisait pas ses nuits. Un jour elle a arrêté de répondre à mes lettres et j'l'ai plus revue.

C'était la vérité. Elle ne pouvait pas vomir toute sa culpabilité sur les genoux de l'Auror, mais elle pouvait participer aux recherches. Valentina pouvait être n'importe où, vive ou morte. Et c'était bien ça, qui l'effrayait. La possibilité d'avoir perdu à jamais cette femme qui l'avait guidée.

- Dîtes... vous la connaissiez, non ? Fin, vous étiez collègues... j'invente pas, elle avait l'air d'aller bien ?
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Invité, le  Jeu 11 Jan 2018 - 21:59

La jeune sorcière évoque son dernier souvenir avec Valentina. Et tu l’écoute, patiemment, te racontait la dernière rencontre qu’elle avait eu avec la sorcière disparue. Elle te parle d’un enfant, dont tu n’avais pas entendu parler. Mais à dire vrai, tu n’étais pas une intime de la jeune femme et tu n’avais pas pris la peine de chercher dans son dossier au Ministère pour l’instant. Tu te laissais un peu embarquée au grès de ce que tu pouvais bien apprendre. Les rôles s’inversent un instant, la sorcière face à toi te demandant si Valentina allait bien la dernière fois où tu l’avait vu.

Sourire sincère sur tes lèvres, un soupir qui s’extirpe alors que doucement, tu lui réponds « Je n’étais pas une proche de Miss Boccini, je ne peux vous dire si elle allait bien ou non ». C’était la vérité. Tu n’allais pas présumer de quelque chose juste pour rassurer la jeune fille. Tu n’étais pas assez proche de la disparue. C’était quelques signes polis, ici et là, mais jamais rien de plus. Y’avait comme une distance étrange entre vous deux, comme si vous viviez sur deux mondes différents.

- Pensez-vous Miss, qu’elle aurait pu s’exclure de la civilisation pour, justement, élever son enfant ? Après tout, c’était une démarche honorable. Même si tu n’avais aucune idée de si ça aurait pu être dans le comportement de la sorcière. Combien de familles sorcières étaient ainsi éclatées ? Parce que les gens fuyaient leurs pouvoirs, leurs secrets, leurs problèmes. Peut-être était-ce son cas ? « Savez-vous si Miss Boccini avait de quelconques ennuis, de quelconques soucis ? »

Tes jambes se croisent et se décroisent, comme si ton esprit se dispersait. Perdu entre les questions restées en suspens sur la disparition de Valentina, et les questions crées par la vision du papier d’identité de la jeune fille. Il y avait marqué Wildsmith. C’était … étrange. Particulier. Que de lire son propre nom sur le papier d’identité d’une autre. Tes mains, comme tes jambes, semblaient aux prises d’un mouvement perpétuel, impatience d’en découvrir davantage.
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Megan K. Hayajân, le  Ven 12 Jan 2018 - 18:24

____________________


Elle se sent prostrée. Une part d'elle aimerait savoir, tout comprendre, se rattacher à l'indicible; une mélancolie du manque qui lui bouffait les entrailles. Et puis y avait le reste. Une forme de colère sourde, enfouie, qui ne demandait qu'à oublier le passé. Des moments merveilleux, qu'elle avait toujours pensé éternels. Elle devait maintenant s'efforcer de rattacher cette présence à une autre époque, qu'elle ne reverrait plus. Peut-être pour son plus grand bien... ? En quelques mois, elle avait prit une certaine maturité. Elle avait gagné en indépendance, trouvé en elle de quoi se forger. Elle n'était tout simplement plus la même : son enfance était terminée.

Elle s'en rendait bien compte, là, face à cette inconnue. On lui demandait des choses, elle avait des comptes à rendre, des responsabilités à prendre. Il était temps d'affronter la vérité ; elle avait une vie devant elle, aussi dure qu'elle soit. La maladie la rongeait, de vieux fantômes la hantait, des idées noires, des combats féroces. Mais elle ne pouvait passer outre. Elle ne pouvait pas, simplement parce qu'elle le voulait, disparaître et devenir totalement quelqu'un d'autre. La métamorphomagie donnait cette impression d'être sans limite, d'offrir un million de vie. Mais cela ne se rattachait qu'au physique : l'esprit était toujours le sien. Elle restait Megan. Et alors qu'elle y pensait, ses cheveux redevenaient bruns et ses yeux couleur d'orage.

- Je pense que oui. c'était aussi simple que cela. Valentina était la femme la plus forte que j'ai vue. Elle était intouchable : personne n'aurait pu la forcer à partir. C'est forcément volontaire.

Elle n'était peut-être pas si responsable que ça... peut-être était-ce, en effet, un choix personnelle. Tout ne tournait pas autour d'elle, bien qu'elle ait tendance à l'oublier.

- Elle était fatiguée des conflits internes. Elle en avait marre de voir les gens se déchirer.

Et une part d'elle le comprenait totalement. Elle aussi aurait aimé fuir. Elle aurait même aimé que Tina l'emmène avec elle. Elle aurait été heureuse, à élever Aeden en compagnie de son modèle. Elle savait que Valentina aurait largement suffit à faire son éducation magique. N'était-elle pas la sorcière la plus brillante de son temps ?

- Moi aussi, j'en ai marre. Qu'on le veuille ou non, on est mêlés à ce conflit ! J'aimerais juste que l'ordre soit total.
Je ne remets pas votre travail en cause madame -
c'était même tout le contraire. J'aimerais qu'les gens comprennent qu'il n'y a que dans l'ordre que l'on peut s'épanouir.

Elle déviait du sujet mais elle avait l'étrange besoin d'affirmer que le monde ne s'était pas arrêté parce que Tina était partie mais parce que Tina avait cessé de se battre.
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Invité, le  Dim 14 Jan 2018 - 22:16

Y’avait comme une latence dans l’air. Comme une pause dans les propos alors que la jeune sorcière reprend son apparence originelle. Celle d’une jeune femme brune, dont le visage est orné de deux grands yeux, qui te rappellent ceux d’une biche, ouverts sur le monde, avide d’en savoir ou d’en découvrir davantage. Elle te confirme par ses propos ce que tu pensais de Boccini. C’était, de ce que tu savais, tout à fait le genre de femme à partir comme cela, à fuir tout cela. Pour de bonnes ou de mauvaises raisons, tu ne savais pas – et cela ne regardait qu’elle après tout.

Et puis, sans trop savoir comment, le sujet glisse, s’effondre sur tout autre chose, ça dérape, ça s’effrite. La jeune sorcière évoque un conflit, et tu arques un sourcil sous l’incompréhension qui te saisit : de quoi parle-t-elle ? Finalement, elle te parle de l’ordre, et là, tes pensées se mettent en branle d’une manière un peu lente. Bien sûr que l’ordre est important, et oui, il arrive que la majorité de tes concitoyens ne comprennent pas que la loi est faite pour être respectée. Sinon … sinon quoi ? Un soupir qui se meurt à tes lèvres. Tu hoches la tête en guise d’acquiescement « Oui, vous avez tout à fait raison, néanmoins il semble que certains sorciers de la communauté soient persuadés que leurs idéaux soient mieux que le reste ».

Par tes propos ambiguës, tu ne visais pas les Mangemorts – dont tu commençais de plus en plus à comprendre les idéaux du fait de l’incapacité de Sudworth à gérer les imprévus. Non, tu visais clairement l’ordre du Phénix, leur propagande à deux sous, leurs capacités à tout critiquer mais à ne jamais être là. Ou bien si, à être là, comme lors de l’attaque de Poudlard, à tirer les couvertures sur eux – du fait de ce que tu avais entendu comme bruit de couloir ensuite. Cela t’arracha un frisson de dégout qui te parcouru la colonne vertébrale et qui dura trop longtemps. Tes yeux, à nouveau, se figèrent sur la jeune fille. Si, lorsqu’elle était sous les traits de Valentina, tu la trouvais déjà particulièrement belle, ton avis n’était que confirmé sous ses vrais traits. Quand bien même elle te paraissait épuisée. Y’avait quelque chose d’émouvant dans son regard, de touchant, comme si, à la moindre de ses paroles, elle aurait pu t’arracher le cœur par la tristesse que tu y voyais.

Et puis là, subitement, tu divagues, tu poses la question qui brûle tes lèvres « Que pensez-vous du monde sorcier actuelle Miss ? Qu’aimeriez-vous changer ? » Comme si la vision de l’élève pouvait correspondre à la tienne, comme si, dans ses propos, tu espérais y voir l’ombre d’une vérité. Bien loin, pourtant, du sujet initial qui l’avait amené jusque ici.
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Megan K. Hayajân, le  Lun 15 Jan 2018 - 15:23

____________________


Meg, elle fait une montagne d'une colline. Elle s'monte des mondes avec les yeux. Elle se pose puis extrapole, construit pensée par pensée les remparts de ce qu'elle considère comme être elle. Mais c'est pas tangible, pas solide et ça s'effondre dès que ses yeux se posent sur le monde. Ses yeux d'orage qui vous dise allez, tue moi. Elle est sanglante dans sa douleur, elle est brisée dans son humeur. Elle est plus qu'un puzzle fractionné - tu l'as trouvée, cette foutue pièce ? Elle se tient assise, les genoux bien serrés et puis elle tente un sourire un peu fou, y a rien qui sort. Elle reste vide comme une coquille. La tempête en face d'elle l'effleure sans l'agiter. Le blond est brun, la vie meurt aussi.

Des idées sur le monde actuel, Megan en a pas de propre. Ce sont des bouts de mots qu'elle a volé ici et là, qu'elle a tiré au détour d'une conversation. Des lambeaux d'autres personnes qu'elle s'est greffé dans la cage thoracique pour cacher les trous noirs. Elle a même offert des mots vides en échange. Les gens ont rien vu. Alors elle a continué son manège, son patchwork d'émotions étrangères jusqu'à pouvoir s'en recouvrir.

- Vous savez... y a un Juste qui m'a dit que je devais être Juste. J'suis Juste, mais je suis pas un Juste. J'veux pas être un Juste. J'veux Juste. C'est pas clair c'est ça ?

Nan c'est pas clair, ça peut pas l'être, c'est déjà essoufflé, tâché par les autres. Elle retente.

- J'veux le calme. Et ça marchait bien avant que le cerveau de certains ahuris ne grille. Genre... venez on va faire semblant de rétablir l'ordre alors qu'en fait on va juste attiser la colère ? Alors que bon, un conflit d'idéaux ça arrive. Nan, eux ils veulent que ça explose. C'pas Juste.

Il était une fois un Mangemort qui avait posé sur elle des yeux si doux qu'elle s'était abreuvé de sa mémoire. Elle avait aspiré tout ce qu'il portait pour en faire un nid. Elle s'était mise à haïr le reste. Les Mangemorts avec. Elle les aimait pas. Elle aimait sa vision de la Justice. Pas celle d'un groupe; mais juste le besoin d'une égalité faillible. D'une forme d'inhumanité.

- Vous êtes auror pour les idéaux ou pour le salaire ?

Meg, elle ne sait pas que ça se demande pas. Elle a juste soufflé ce qui passait dans sa tête, comme d'habitude.
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Invité, le  Lun 15 Jan 2018 - 23:03

Y’a des propos qui te percutent, qui t’indisposent. Qui te rappellent à des souvenirs étranges, nébuleux, sous une cape et un nouveau masque. Tu ne sais plus trop, mais cela te parle, t’évoque quelque chose. Elle te parle de justice, d’un juste, de conflits, d’idéaux. Tu hoches vaguement la tête – non pas que tu ne cherches pas à la comprendre – juste que là, dans la situation, tu as l’impression de n’être qu’une spectatrice de son cheminement de pensées. Comme si elle voulait ton aval, ton accord, pour se permettre de penser comme elle le voulait. Enfin elle te délivre une question qui te laisse perplexe, qui laisse un sourire narquois naitre à tes lèvres.

La réponse, simple, n’est pourtant pas évidente à dire sans passer pour une ahurie du bulbe. Tu te demandais, un instant, comment la conversation avait pu glisser sur ce genre d’interrogation. Alors tu lui réponds, simplement, parce que tu ne serais pas capable d’extrapoler des heures sur ta situation « Ni l’un, ni l’autre ». Voilà qui était posé, comme ça. Et puis, rajouter, doucement « Juste pour avoir la possibilité de faire changer les choses d’une manière toute à fait légale ». Vous avez dit répression ? Peut-être. Quoiqu’il en soit, c’était la première fois où tu te montrais à visage découvert face à une sorcière de son âge. D’habitude, ils avaient tendance à trop penser savoir, à trop vouloir, à trop croire, aussi, aux idéaux d’un autre âge.

Comme si ses grands yeux orageux te parlaient, comme s’ils t’obligeaient à te confier, quand bien même vous n’étiez pas là pour ça. Peut-être que ta réponse ne lui plairait pas, peut-être, au contraire, qu’elle ne te comprendrait que trop bien. Tu ne savais pas trop, et ton indécision pouvait se lire dans ton regard, ou dans le vacillement de ta tête sur le côté, comme si tu cherchais à comprendre ce qui t’échappait pourtant.
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Megan K. Hayajân, le  Mar 16 Jan 2018 - 18:27

3000ème message, juste pour toi
____________________

L'Auror parle d'action. Meg s'est toujours sentie impuissante. Bloquée dans son cheminement par des barrières qu'elle s'était elle-même imposées. Elle avait tendance à penser différemment - toujours. Elle creusait dans la terre jusqu'à trouver l'os, le pourquoi du comment. Elle aimait comprendre les gens. Elle pardonnait au monde entier en mettant leur stupidité sur le compte de l'humanité. Maintenant qu'elle savait qu'elle même tenait plus de la créature que de l'homme, elle n'arrivait plus à se pardonner ses propres bouffonneries : alors elle avalait les mémoires étrangères, aspirait leurs idéaux et s'appropriait l'externe. Un vrai miroir du monde, à changer d'avis toutes les secondes.

L'action, pourtant, elle ne sait pas comment la prendre. Agir, c'est souvent empirer. Discuter, c'est mieux. Elle aime ça, le dialogue, Megan. Elle aime l'idée de parler, de construire avec les mots. Elle connait la violence - on a tenté de la noyer, on l'a torturée. Elle craint pas ça. C'est que du physique, et le physique ça se soigne ou ça s'oublie. C'est l'esprit, qui l’obsède. Elle voudrait pousser devant elle les milliers de condamnés, prendre la parole et les innocenter, les uns après les autres. Dire au monde entier que personne n'arrive à faire quoi que ce soit simplement sur une décision - y a un passé, derrière, une explication.

Prenez son exemple, au hasard. Est-ce qu'elle serait devenue avocat du diable, fleur fanée vidée de sa consistance, perle de pluie essuyée du revers de la main si elle avait pas été abandonnée, rejetée, différente et calomniée ? Si on avait pas fait d'elle un monstre désespéré, ne serait-elle pas une gamine de seize ans heureuse, comme les autres ?

- Z'avez remarqué comme on oublie plus facilement les paroles ? Les actes, on s'en souvient. Mais les discours...
a part des citations creuses, ça marque pas.


Elle pensait à voix haute. Une part d'elle voulait savoir pourquoi l'Auror était devenue ce qu'elle était. Qu'est-ce qui la poussait à vouloir agir ? Qu'est-ce qui l'avait bouleversée au point de lui faire lever le poing ? Meg elle aurait voulu lire dans les pensées, juste pour savoir.

- Valentina, elle parlait bien. Elle m'a apprit à parler, un peu. J'me rappelle, maintenant.

C'était venu comme ça, du néant.

- Elle m'a dit un jour que si je cherchais des réponses à mes questions, je devrais aller voir les Skokomish. Les Twana. Je vais y aller je pense. quand elle sera prête.
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Invité, le  Lun 22 Jan 2018 - 0:09

Les sujets passent, glissent, tu ne comprends pas trop ces changements que tu ne maitrises pas. Non, tu la laisse mener comme elle le sens, te raconter ce dont elle a envie – même si tu ne comprends pas tout. Elle te parle des discours qu’on oublie et des actes que l’on retient. Tu hoches la tête, parce que tu comprends oui. Les paroles sont toujours belles, mais elles ne restent que des paroles si elles ne sont pas suivies par des actes, par des actions qui en valent la peine, qui prouvent les propos.

Et puis, à nouveau, elle reparle de Valentina, de la facilité de la jeune femme à parler. Tu ne sais pas trop, car tu n’as pas beaucoup échangé avec la jeune femme avant qu’elle ne disparaisse mystérieusement. Mais tu écoutes la jeune sorcière, tu la laisses vider son sac, sans que tu ne comprennes réellement ce dont elle parle. Tes yeux la fixent toujours, et désormais la question s’extirpe, facilement « Je ne sais pas de quoi vous parlez Miss ». Franchise, parce qu’il n’y avait plus de place pour le mensonge dans ta vie. Tu vivais toujours sous la coupelle d’une étrange vérité, d’une vérité arrangée, alors, là, tu pouvais bien reconnaitre que tu ignorais de quoi parlait la jeune fille.

Tu attendais sa réponse, avant de lui demander « Miss Boccini vous a-t-elle appris autre chose ? » sous-entendu, bien sûr : quelque chose qui puisse être intéressant. Même si au final, l’échange avec la jeune fille laissait plus de questions qu’il n’en résolvait. C’était étrange, mais tu étais bien ici, à l’écouter parler et à croiser la tristesse dans ses yeux. Comme si tu espérais pouvoir apporter quelques pansements à ses plaies.
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Megan K. Hayajân, le  Jeu 1 Fév 2018 - 14:50

____________________

Sa belle interlocutrice lui demande si Valentina lui a apprit autre chose.  Megan dresse une liste mentale de tout ce qu'elle aurait à dire : que la magie existe, que les sorciers ne sont pas tous laids, que les chaudrons sont plus simples à nettoyer quand ils sont en étains, qu'une baguette est la meilleure arme du sorcier, qu'il ne faut jamais donner trop facilement les grosses pièces rondes et dorées, que le meilleur bar du monde est le Chaudron Baveur, que les femmes ont un pouvoir unique, que Serpentard ne pourrait que la porter, que la solitude est un atout, que les véritables amis ne se trouvent qu'au regard des moments les plus difficiles de la vie... ah belle ironie ! Valentina n'est pas là alors que son monde s'effondre. Elle lui en veut, bien sur.

Megan se contente d'un regard passif. Valentina était l'une des meilleures sorcières que Meg n'ait jamais rencontré. Elle était à la fois puissante et endurante, et si elle n'avait pas tant manqué de stabilité mentale, Meg aurait tout parié sur elle. Valentina connaissait et adorait la magie : l'irlandaise n'était qu'une ignorante.

- Elle m'a apprit que j'étais une sorcière. Que l'on trouve toutes les réponses à nos questions dans la nature et qu'il ne faut jamais refouler ce que l'on est.

Tout le contraire de ce que Megan s'acharnait à faire...
Puis le visage de l'Auror lui sembla incroyablement familier. Comme si elle la connaissait depuis des années sans le savoir. Elle osa un petit sourire déstabilisé et tenta de se remémorer ce qu'elle avait pu dire inapproprié depuis le début de cet entretient.

- Madame l'Auror ? Je vais pas être arrêtée parce que je suis métamorphomage, hein ? Ou parce qu'il y a une erreur sur le nom de famille de ma mère ? Je veux pas être punie pour ça...

L'anxiété reprenait le dessus à l'idée de ne pas être acceptée telle qu'elle était. Elle ne voyait pas vraiment comme elle aurait pu représenter une menace pour le monde des sorciers mais se disait parfois qu'elle aurait sa place, enfermée et contrainte à l'isolement... encore qu'elle trouverait sans doute le moyen de se faire gracier...
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Invité, le  Mer 7 Fév 2018 - 23:15

Aux dires de la jeune fille au regard de biche, Valentina lui avait appris qu’elle était une sorcière. C’était donc une rencontre marquante pour la jeune fille, un repère qui avait mystérieusement disparu. Un rempart peut être ? Tu ne savais trop rien de la jeune fille qui se tenait devant toi, seulement qu’elle était pourvue d’un remarquable don. Tu hoches la tête alors qu’elle, de son côté, te sourit avec un drôle d’air, comme si subitement elle était davantage perdue encore. Tu l’observes, sans mot dire, et tu comprends soudainement le changement perçu sur son visage.

- Madame l'Auror ? Je vais pas être arrêtée parce que je suis métamorphomage, hein ? Ou parce qu'il y a une erreur sur le nom de famille de ma mère ? Je veux pas être punie pour ça...

Un rire cristallin s’échappe de ta gorge alors qu’elle termine à peine sa phrase. L’insouciance et l’innocence de la jeune fille avait ce petit quelque chose de frais et de léger. Tu secoues la tête de gauche à droite, marquant ta désapprobation. Tu inspires profondément, parce que tu ne veux pas manquer de tact avec la jeune fille qui semble déjà à fleur de peau, écorchée par sa vie de sorcière.

- Vous n’allez pas être arrêtée parce que vos papiers d’identités ont une erreur, c’est le genre de chose qui arrive. Tu marques une pause. Parce que t’essaye d’être convaincante. Parce que faire une erreur et avoir ton nom marquait sur un papier d’identité, c’était quand même un peu étrange. Néanmoins rien qui vaille à la jeune fille d’être emprisonnée. Et puis tu reprends « Quand à votre don de métamorphomage … » tu marques une nouvelle pause te doutant des propos qui allaient venir peu après « … et oui, c’est bien un don Miss, sachez que peu de personne en dispose, et que nombreuses sont celles qui aimeraient en disposer ». C’était la vérité. C’était un don remarquable, bien que probablement dur à maîtriser « Il vous faudra probablement beaucoup d’entraînement pour réussir à le contrôler, mais je suis certaine que vous en avez les capacités, ne voyez pas ça comme une tare. »


Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Megan K. Hayajân, le  Jeu 8 Fév 2018 - 17:40

____________________


Tous ces gens qui répètent que c'est un don... elle pourrait presque y croire. Si elle n'avait pas tant de mal à vivre avec, peut-être que oui, elle prendrait ça pour un cadeau. Actuellement, c'était surtout du travail et des démangeaisons. Elle se serait presque sentie assez à l'aise pour révéler sa véritable apparence à l'auror mais elle avait peur des conséquences. Quand on la voyait avec ses écailles et sa peau blanche, on devinait facilement que le "don" était en fait une maladie atroce. Elle gardait ça bien caché et affichait un petit air perdu de façade. C'était tellement plus simple comme ça... paraître stupide lui rendait de grands services. Alors elle se contentait de peu et laissait aux autres le soin de tirer les conclusions qu'ils voudraient.

- Tant mieux. J'suis pas sure de vouloir connaître la prison.

Elle avait un nom d'ailleurs, mais elle ne s'en souvenait plus. De toute manière, être enfermée lui semblait un bien mauvais avenir; elle commençait tout juste à s'affranchir de sa propre pensée et de son corps, alors si on lui rajoute de véritables barreaux... elle se surprit à se demander si elle pourrait se rendre assez maigre pour glisser hors d'une cage...

- Madame... heu... vous avez d'autres questions ? J'voudrais pas paraître impolie mais... j'commence le boulot dans une heure ?

Et elle n'avait vraiment pas envie d'être en retard. Le brouhaha de la Tête du Sanglier lui ferait un bien fou après toutes ces questions qui en appelaient d'autres. Elle perdait progressivement toute envie de retrouver Tina. Sa tristesse se transformait en une déception amère. Elle gardait ce nouvel abandon en travers de la gorge. Les humains étaient donc vraiment tous minables...

Contenu sponsorisé

Salle d'interrogatoire N°3 - Page 6 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3
Contenu sponsorisé, le  

Page 6 sur 8

 Salle d'interrogatoire N°3

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.