AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 8
Au coeur d'un grand magasin.
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Oswin T. Hooper
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Oswin T. Hooper, Mar 28 Mai 2013 - 2:33



Help, I need somebody. Help !


PV Liam Riu


J'avais un jour de congé. Youpi. Chouette. HOURRA. Et NON j'étais pas content d'avoir ce foutu jour de congé okay ?! En fait ça me faisait même carrément ch***. Pourquoi ? Hahaha. Pourquoi. J'vais vous le dire pourquoi ! La raison se tenait à côté de moi, faisait à peine 1 mètre de haut et avait une tendance à m'exploser les burnes comme personne. Mais j'avais fait quoi pour mériter ça hein sérieux ? Est-ce que j'avais une gueule à m'occuper d'un gamin franchement ? MAIS NON. Déjà que j'aimais pas les adultes, mais alors les GAMINS ? Elle avait réfléchis deux minutes Noah avant de me la refourguer, la punaise ?! J'pensais pas franchement. En plus comme un con j'avais pas su dire non, comme si je pouvais dire non à Noah de toute façon. Surtout qu'elle avait pas le choix pour le coup et que je lui devais un peu tout à c'te meuf. M*rde, ça faisait p**ain de ch*** samaire. P**tain de sale dépendant des autres que j'étais. Du coup je me retrouvais en plein coeur de Londres, un babouin miniature et baveux au bout d'un bras. Bordel j'étais tellement pas crédible avec ma clope à la bouche et mon air dégoûté, que les gens me regardaient tous chelou. Qu'ils crèvent tous.

Le pire du pire, c'était que j'étais sobre. Bah ouais, j'pouvais pas picoler alors qu'on m'avait refourgué un morpion sur le dos. - Nan pas sur la b*** c'était gore sinon. Alors je supportais encore moins et je faisais que de fumer. Histoire de pas péter un plomb magnifique en pleine place contre un môme de 5 piges. Ou plus, je savais plus. Je me souvenais même pas de son nom en plus. Un truc genre "Juice". On traînait du côté d'Hyde Park maintenant, le gosse courrait après les écureuils en liberté et il avait l'air de kiffer grave. Mais j'avais peur de le perdre, alors ça me stressais. Ce gosse était grave bizarre, il m’idolâtrait carrément. Pourtant j'avais rien fait pour, rien du tout même ! J'avais fait tout ce qu'il fallait pour qu'il me déteste, mais rien fonctionnait. « Tonton Osouine ! Regarde ma belle fleur ! » Je levais les yeux au ciel, non mais il pouvait pas continuer de chasser les écureuils lui ? Il me la tendait sa pâquerette en plus, j'devais faire quoi ? La prendre ? Mais j'en voulais pas moi ! « Tiens, c'est un cadeau pour toi ! » Euh. Bah j'devais la prendre alors ... Je savais pas quoi dire, ni comment réagir. C'était peut-être qu'une fleur à la con mais on m'avait jamais vraiment fait de cadeau. Du coup je la prenais juste, lui il avait l'air trop content. Y'en avait au moins un des deux qui prenait plaisir à cette journée de m**rde.

Tain en plus il commençait à faire moche. On allait pas pouvoir rester dehors et t'façon le gosse commençait à en avoir marre de promener son cul dans le gazon. Il revenait ENCORE vers moi, pourquoi il revenait toujours vers moi ? Pourquoi il jouait pas plus de 5 minutes tout seul ?! POURQUOI HEIN ? « Osouine, tu fais le chien qui pue ?» Qu'il. crève. loin. J'allais pas me transformer en clébard pour ses beaux yeux en plein centre d'Hyde Park avec 12 000 touristes partout. Et puis quoi encore, il voulait pas que je danse la polka déguisé en ours et tout ça à cloche pied ? « Nan. » Il faisait la gueule du coup. Bien fait ! Au moins il arrêterait de me casser les c**illes comme ça. Sale gnome boudeur, tu peux continuer longtemps comme ça je flancherais pas. Au contraire, ça me contentait grandement de le faire ch***, alors j'allais profiter. Mais la punaise revînt très vite à l'attaque et me gonfla carrément en moins de 30 secondes.

« On va au magasin où ils vendent des jouets dis ?
Nan, on est bien là.
Siteuplééé.
Nan.
Siteuplé Osouine !
Mais nan fais pas iech !
Siteuplé siteuplé siteuplé [...] Siteuplé !
RAAAAH P*TAIN TU SOÛLES !
»

J'allais le buter. Le pendre à cet arbre et laisser les bestioles le bouffer pendant des jours. Mais Noah m’atomiserait si je faisais ça et en plus de perdre une de mes meilleures amies, je me retrouverais sans boulot comme un foutu clochard. Mais p*tain, ce qu'il me gonflait ce gosse, j'avais envie de le .. ARGH. Bon de toute façon il allait pleuvoir, alors y'aurait fallu qu'on bouge tôt ou tard. Ouais. Conforte toi dans cette idée Oswin, ça passera mieux. « Okay, c'est bon on y va. Mais m'emmerde plus après. Pis je t'achète rien j'ai pas de fric de toute façon. » Un " Ouaiiiiiiiis ! " enthousiaste de la part du singe plus tard, et on était en route pour un grand magasin moldu plein d'étages dont un conçu spécialement pour les gamins et leurs jouets débiles. Le trajet se passa sans encombres, du moins à peu près. Heureusement parce que j'aurais sérieusement fait un meurtre sinon. Quelques minutes plus tard, on arrivait donc dans le magasin, qui était juste immense. Immense et blindé de peuple, ça allait être ma fête. Respire Oswin, respire. Tu peux le faire.

Pfuh c'était dégueulasse de voir tout ça. Tous ses parents pétés de fric qui achetaient un truc de ouf à leur gamin alors que certains avaient même pas de quoi s'acheter à bouffer ... Et je me comptais un peu dans le tas, ouais. En plus j'étais complètement paumé tellement c'était grand, heureusement que le moustique avait l'air de connaître l'endroit mieux que moi parce que sinon on était pas sorti. Après quelques escalators, on se retrouvait donc à l'étage des jouets, et ce fût à partir de ce moment PRÉCIS, que tout alla TRÈS mal. Genre narmol, le gosse regardait les peluches d'un air " OMG WAHOUH C'EST TROP BIEN. " Bloquant particulièrement sur celle d'un loup orangé. Mh. Je préférais pas faire de remarques, regardant ailleurs deux minutes pour faire style que j'avais rien vu. Sauf que j'venais d'avoir la pire des idées possibles. LA PIRE. Parce qu'au moment où j'avais voulu reposer mes yeux sur lui, bah il était plus là. Je tiltais pas sur le coup, avant de remarquer l'ampleur de la gravité de la situation. J'avais perdu le gosse des yeux. J'avais perdu le gosse tout court même.

J'avais dû devenir très pâle, parce qu'une nana s'approcha de moi pour me demander si j'allais bien. M'avait bien fallut 5 minutes pour comprendre ce qu'elle bavait et l'envoyer chier d'un superbe : « Dégage grognasse j'ai perdu mon gamin ! » Pis je la poussais, plongeant dans les peluches, en collant la moitié par terre et pensant qu'il s'était peut-être planqué dedans. MAIS IL Y ÉTAIT PAS. P*tain je me voyais déjà dire à Noah que j'avais perdu le nain comme un asshole. Je me voyais aussi à la rue pour de bon cette-fois. M*rde m*rde m*rde .... M**DE quoi ! J'étais foutu ! Je paniquais grave, me mettant à courir droit devant moi sans savoir où j'allais. Je devais le retrouver p*tain d'samaire ! Ou j'étais mort, fini, seul. Mais quel andouille de disparaître comme ça aussi, genre c'était drôle de semer tonton Osouine ?! Oh p*tain je commençais même à m'appeler tonton, j'allais vraiment pas bien là. Je courrais partout, envolant les gens autour d'moi comme des quilles sans un pardon. J'étais trop occupé à me ch*** dessus de toute façon. Pis comme si j'étais du genre à m'excuser en plus, j'étais peut-être au bord de l'arrêt cérébral mais j'allais pas changer à ce point quand même.

Je déboulais dans un rayon de poupées Barbies, grimaçant à cause de tout ce rose et me remettant à courir la seconde d'après. J'avais envie de hurler, mais je savais plus son nom à ce gosse ! 'Tain mais si c'était le truc en J. là ... Euh Mer** ! « JUUUUUUUUUUDE ! » J'avais une p*tain de voix qui portait en temps normal, mais là j'étais tellement au bord du gouffre et y'avait tellement d'agitation partout, qu'on m'entendait à peine. Un couple me redemanda encore une fois si j'allais bien, d'un petit : « Vous allez bien Monsieur ? » Non mais. EST-CE QUE J'AVAIS L'AIR DE BIEN ALLER ? Je les regardais, le souffle court, avant d'exploser : « P*TAIN NON JE VAIS PAS BIEN. EST-CE QUE J'AI L'AIR BIEN BANDE DE C*NS ? J'AI PERDU LE GAMIN ! PERDU. ENVOLÉ. ALORS DÉGAGEZ D'LA ! » Et je les laissais plantés là, faisant s'envoler la meuf contre l'étagère. Bordel et c'était pas possible que cet endroit soit AUSSI IMMENSE ? D'où ça existait un endroit aussi grand ?! Et bordel il était pas descendu ou monté ailleurs hein ? Oh non je le retrouverais jamais ... J'enfonçais ma tête dans mes mains, essayant d'retrouver un calme enfouit bien profond dans mon cul. Fallait que je respire un coup, que je me calme, sinon ça pourrait jamais aller.

AH J'Y ARRIVAIS PAS. Pis je pouvais même pas utiliser la magie, pas au milieu de ce peuple, j'avais déjà trop eu d'emmerdes comme ça. Pis j'aurais pu utiliser quel sort hein sérieux ? Pour retrouver une petite punaise moldue de mes deux ?! Je me remettais à courir, le coeur battant si fort que j'entendais plus que ça. J''étais paumé dans ce truc immense, j'étais sûr d'être déjà passé par certains endroits à cause des ours polaires géants et la seconde d'après, ça me paraissait totalement inconnu mab*te. Fallait que je me fasse une raison, il avait dû partir à un autre étage. Un autre de ses SEPT p*tains d'étages. Je courrais vers un escalator, esquivant parfois les gens, parfois non. Pis arrivé à l'escalier montant, j'enfonçais violemment un mec, un p'tit jeune. J'étais tellement au bord du gouffre que je le choppais par les épaules, le secouant comme un cocotier haïtiens en criant demandant : « TOI ! T'as pas vu une punaise genre, blonde, environ cette taille, les yeux bleus ?! AIDE-MOI P*TAIN J'AI PERDU LE GOSSE, NOAH VA ME DÉFONCER. » J'en pouvais plus, je savais pas pourquoi je lui gueulais dessus en lui demandant de l'aide, ni pourquoi je parlais de Noah, mais j'avais besoin de quelqu'un pour m'épauler là ! J'allais pas pouvoir gérer tout seul et encore un peu, je me serais mis à chialer comme une fillette tellement j'étais à bout de nerfs. Je collais mes mains de chaque côtés de ma tête, respirant un coup et fixant le gamin. P*tain il attendait quoi pour causer ?! Que je l'invite ?!

J'allais mourir. Il devait m'aider, je savais pas pourquoi lui plutôt qu'un autre mais il DEVAIT m'aider. Au pire je l'y obligerais, mais j'pouvais plus gérer tout seul ou j'allais terminer dans un coin et chialer en me balançant de haut en bas comme un p*tain d'Elfe de maison débile. C'était une foutue crise, un moment parfait pour paniquer et j’espérais sincèrement que personne n'avait osé toucher à un seul des cheveux du moustique blond ou j'arracherais les c**illes - Ou ovaires, de cette personne si c'était le cas. Et à mains NUES. ET NON JE M’ÉTAIS PAS ATTACHÉ A CE GOSSE BORDEL.


Merci à Elenna d'avoir donné l'autorisation pour ce sujet ♥
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Liam Riu, Mar 28 Mai 2013 - 20:50


Une semaine de vacances, c'était court. Qu'est-ce que tu faisais pendant 1 semaine? Liam voulait voir sa famille! Mais dans une durée aussi courte, c'était difficile de bien profiter. Surtout qu'il n'était pas retourné les voir depuis 3 ou 4 mois. Il fallait qu'il en profite cette fois, mais c'était trop court... 1 semaine. Donc, finalement, il fallait trouver une solution qui pourrait lui permettre de s'amuser le plus avec ses proches.

C'est donc comme cela qu'il avait décidé de se rendre chez son frère. Depuis maintenant deux jours, il habitait avec lui et sa copine. Ils avaient eu la chance de trouver un studio dans Londres même. Il était même pas mal. Juste que... Bah on avait le métro à côté, les routes, un marchand de glace qui venait tous les matins les réveiller à 7h en criant dans son haut-parleur pour faire venir des gamins. Déjà, il faisait encore trop froid pour acheter des glaces et apparemment, le gueulard l'avait pas compris ou avait eu l'habitude de vivre au Pôle Nord ce qui pourrait expliquer qu'il vende des glaces à des températures aussi basses. Sa théorie pouvait fonctionner en fait parce qu'il devait être un étranger pour ne pas savoir que c'était les vacances scolaires actuellement. Ce qui signifiait que les gamins ne se levaient pas à 7h! Il voulait attirer qui à cette heure?! Les seuls gens qu'il attirait, c'était soit des gens qui se prenaient des glaces avant d'aller bosser. Et ça, c'était des adultes pas très intelligents ou alors insouciants que ça pouvait gâcher leur costume. Ou sinon, il avait souvent la visite de Bryan, le frère du Poufsouffle. Il lui criait dessus, ils s'engueulaient, mais apparemment d'origine russe, le mec ne comprenait rien aux insultes de son aîné. Il avait donc eu raison en supposant qu'il venait du Pôle Nord.

Et finalement, il revenait et revenait; réveillant les trois jeunes gens à cette même heure qui les énervaient bien comme il faut et avec une chanson débile dans la tête toute la journée, qui faisait craquer le blond. Bryan avait laissé tomber. Tout ce qu'il faisait, c'était de lui lancer des pierres. Le russe coupait sa chanson pour la matinée comme cela. Le préfet avait envie d'utiliser sa baguette, sérieux, elle lui démangeait. Mais non, il fallait garder son calme... Après tout, il était calme. Et puis, il allait se faire prendre entrain d'utiliser la magie en dehors de Poudlard et il n'en avait pas le droit. Mais un sort bien placé... Et ils ne le reverraient plus. Ah c'était tellement tentant.

Pour se changer les idées, Liam s'habilla pour sortir. Le couple était entrain de se mater un film, ils ne lui en voudraient pas s'il partait vite fait faire un tour sans leur autorisation. Le sorcier ne comprenait pas pourquoi il devait toujours leur demander pour aller quelque part, c'était inutile. Il avait 16 ans, bientôt 17 ans, c'est bon, il savait se débrouiller. Et puis, il avait le portable que ses parents lui avaient acheté et que son frère voulait absolument qu'il garde sur lui. Ce qu'il faisait. Mais il devrait qu'il le laisse ici quand il retournerait au château. Si on le trouvait dans sa valise, personne ne comprendrait ce que c'est déjà et en plus, ils n'avaient pas le droit de se ramener avec des objets électroniques dans l'enceinte de Poudlard.

Il descendait les rues qui l'amèneraient dans le centre ville, où Londres bougeait vraiment. Plus il s'en rapprochait, plus il y avait du monde. Jusqu'à ce qu'il se retrouve en plein dans la foule, avec une belle allée de célèbres magasins. Il en avait fait quelques-uns avec les deux autres qui l'hébergeaient, mais pas tout. Il allait faire ce qu'ils n'avaient pas eu le temps de faire. Il entra alors dans le premier. Un gros magasin. Il observa les rayons. Il avançait et tout ce qu'il voyait, c'était des jouets pour gamins. D'accord, il était vraiment bien tombé. En plus, on ne voyait que des parents avec des manières bizarres, comme dans un autre monde et leurs enfants. De belles familles modèles, pleine de fric et pourrissant leurs gosses. C'était dégoûtant pour le jeune homme, il ne supporterait sûrement pas longtemps de rester ici. Il n'avait jamais eu beaucoup de cadeaux. Mais il ne s'en plaignait. Non, parce qu'il serait devenu un de ses fils à papa qui ne jure que par leur argent. Il valait beaucoup mieux en étant comme il était actuellement.

Prenant la direction d'un escalator, il monta et observa ce premier étage, faisant un rapide tour. Que des jouets bien cher pour enfants. C'était que ça? Il ne pouvait pas penser que tout cet immense magasin n'était fait que de divertissement pour les 3-8 ans. Il monta encore un étage. Ah c'était un peu différents cette fois. Des jeux pour les 3 mois jusqu'à 1 an. Waouh, génial... Il se sentait vachement à sa place ici. Mettant de côté cette mauvaise ironie, il décida de dégager d'ici.

Il descendit les escalators, de plus en plus agacé par tout cet argent qui semblait emplir les poches de ces gens et par ces gamins tous plus insolents les uns que les autres. La majorité se mettait à faire des crises dès que leurs parents ne leur disaient pas oui. Visiblement, ils ne connaissaient pas non. Et FERME TA BOUCHE, ils connaissaient?! Il avait la tête pleine, il en avait un peu marre. Tout ça à cause d'un glacier russe... Lors du dernier escalator qui l'emmenait droit vers la sortie, enfin, il se fit violemment bousculé.

P'tain, il allait péter un câble lui aussi. Il en pouvait plus et on trouvait le moyen de faire ch*er encore. Le calme... Zen, il fallait qu'il reste zen. Se relevant, il fit face à son interlocuteur. Mais il ne put distinguer son visage, car il commençait déjà à le secouer de partout. On le prenait par les épaules et sa tête tourna dans tous les sens pendant que l'inconnu commençait à lui dire des choses qu'il avait du mal à entendre. Déjà parce qu'il le secouait comme un cocotier et en plus parce qu'il avait pas mal de bruits. Mais un mot le fit sursauter et d'un coup, il reprit ses esprits.

Il plaça ses mains sur celles de l'autre brute, et s'extirpa de son "étreinte". Il cligna plusieurs fois des yeux pour bien remettre ses idées en place. Une fois remis de la secousse, il observa son interlocuteur. Celui-ci avait parlé de Noah... Noah? La Noah? La seule et unique Noah?! Sa directrice à Poufsouffle, la brune qui tenait le Chaudron aussi? Son nom avait provoqué un choc. Il déplaça son regard de la tête au pieds de son opposant. Il savait qui c'était! Oui, mais fallait retrouver son prénom maintenant... Hmm... Il l'avait vu où déjà? Euh.... Le Chaudron Baveur! Oh un sorcier déjà... Et pas n'importe lequel en plus. Il avait bien Oswin devant lui, celui qui avait participé à la super ambiance de la Noahnouka. Mais il foutait quoi ici? Dans un magasin de jouets pour gamins? C'était sûrement le dernier endroit où il aurait pensé le trouver.

Il avait l'air paniqué, et Liam l'avait bien senti par la force qu'il avait mis pour le secouer. Il essaya de se rappeler de ce qu'il avait dit. Noah... Et avant? Un gosse non? Un gosse, Noah... Le gosse de Noah? Il avait entendu que sa directrice avait un gamin à charge. Pourquoi Oswin en parlait? Il essaya de connecter les infos qu'il avaient. Oswin avait sûrement dû s'occuper de l'enfant. Mais pourquoi il l'avait secoué? Et il était où le gosse?

Et là, les infos se connectèrent immédiatement. Les yeux du Suédois s'écarquillèrent, ses sourcils froncèrent, il affichait une mine choqué. Le gérant du Chaudron l'avait fait. Il avait perdu le gamin de Noah. Incroyable. En même temps, du peu qu'il avait entendu du sorcier qu'il avait devant lui, il ne lui aurait sûrement jamais passé un jeune à garder. Et puis, ça se voyait qu'il était pas trop du genre à s'occuper de mômes. Il avait une tête d'alcoolo plutôt. Mais il paraissait vraiment embêté et plus que ça par la disparition de l'enfant. Décidé enfin à répondre, Liam lâcha:

- Oswin?! Mais c'est quoi ce bordel?! Il marqua une pause, cherchant ses mots. Bien sûr que je vais t'aider, je pense pas que tu vives très longtemps si Noah le sait!

Ouais, il allait l'aider dans sa m*rde. Non pas qu'il ait beaucoup la tête à ça. Rien que l'idée de se refaire tout le magasin ne l'enchantait pas du tout. Mais ce gosse était cher à Noah, et visiblement à Oswin aussi. Il commença à chercher un gamin du regard, qui pourrait être seul. Mais il se ravisa rapidement. Qu'est-ce qu'il pouvait être stupide parfois. Bien sûr, il allait le retrouver comme cela. Il avait juste oublié qu'ils se trouvaient dans un magasin pour enfant et que des petits du genre du gosse qu'ils recherchaient, ben c'était sûrement plus de la moitié de la population qui se trouvait ici. Autant chercher une aiguille dans une meule de foin. Le jeune homme détestait les proverbes, mais dans cette situation catastrophique, il n'avait pu s'en empêcher.

Prêtant à nouveau attention à Oswin, il lui demanda:

- Tu l'as perdu où le gamin déjà? Il a pas dû se barrer très loin...

Il l'espérait en tous cas. Parce que sinon, ils en avaient pour la journée et on pouvait inclure la nuit pour retrouver le jeune garçon. Devant la tâche qu'il l'attendait mais qu'il avait accepté, il ne put réprimer un soupir, qui dura assez longtemps pour montrer sa fatigue déjà présente alors qu'ils n'avaient même pas commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Oswin T. Hooper, Mar 28 Mai 2013 - 22:16



Help, I need somebody. Help !




Non je l'aimais pas ce gosse, parce que j'avais sincèrement envie de le tuer, l'étriper, l'éviscérer, m'en servir de pinata mobile, juste pour avoir OSÉ M'INFLIGER CA. D'où ce gnome décérébré se permettait de se perdre hein ?! Et l'autre gland en face de moi il voyait pas que j'étais qu'un p*tain de cassos au bord de la crise hein ? Pourquoi il ouvrait pas sa gueule ?! Hein ?! POURQUOI ?! Bordel, Oswin, calme-toi, calme-toi, tout va très bien se passer. Je frottais mon visage de ma main droite, essayant de retrouver mon calme pour le centième fois en 20 minutes. Mais ça marchait pas. Pas du tout même. P*tain mais dès que je remettrais la main sur ce microbe puant j'allais lui faire sa fête. Il allait voir tonton Osouine p*tain d'en colère pour la première fois de sa vie. On non chié je m'étais encore appelé tonton ... Je repensais à ce début de journée, à quand Noah m'avait demandé de le garder parce qu'elle avait un rendez-vous important à Poudlard, qu'elle avait personne pour surveiller ce môme et du moment où j'avais lâché le "oui" fatal. J'me souvenais comme si ça venait de se passer, de la tête trop heureuse du gosse alors qu'il pensait à cette journée rien qu'avec moi. BORDEL MAIS S'IL ÉTAIT CONTENT POURQUOI IL SE BARRAIT DANS LE TROU DU CUL D'CE MAGASIN ?!

Je regardais partout autour de moi, les yeux paniqués comme jamais et commençant vraiment à flipper de façon presque maladive. Et si je le retrouvais jamais ? Et si on l'avait enlevé ? Qu'est-ce que j'allais faire si c'était ça ?! « Oswin ?! Mais c'est quoi ce bordel ?! » Hein ? Je me reconnectais en entendant mon prénom. J'étais tellement au bord de l'explosion neurologique que j'avais presque oublié l'mec en face de moi que je venais de secouer comme un prunier. Mais attends il me connaissait ? De quoi ?! Mais, quoi ?! P*tain j'arrivais plus à suivre, déjà que tout m'échappait complètement, si en plus il m'embrouillait encore un peu, j'étais pas sorti là ! Mais au moins ça avait le mérite de me sortir de ma léthargie et d'oublier 5 secondes le môme. Mais c'était vraiment que 5 secondes, parce que mon cerveau balaya vite le fait que ce mec me connaissait au profit du moustique manquant. Un peu comme quand on oubliait très vite la meuf avec qui on avait couché en étant bourré, une fois le matin venu ... « Bien sûr que je vais t'aider, je pense pas que tu vives très longtemps si Noah le sait ! » Bon okay, il nous connaissait Noah et moi, ça devait vouloir dire qu'il était sorcier. MERCI cerveau d'avoir bien voulu me laisser comprendre ça.

Mais je redevenais très vite complètement dingue et over paniqué, remarquant avec la même horreur qu'on a face à une bouteille vide, que le temps passait et que j'avais toujours pas retrouvé babouin miniature. J'recommençais à m'agiter, bougeant sur place et regardant en l'air pour voir les étages du dessus qui me donnaient le vertige. M*rde mais c'était tellement immense ... Et y'avais pas que des jouets dans ce bordel non ? Il devait y avoir quoi deux étages à ce propos et le reste c'était naze à chier pour les gosses ? Du style des fringues ou j'savais pas quoi non ? Alors il avait rien à foutre ailleurs en théorie. HEIN QU'IL AURAIT DÛ ENCORE ÊTRE A CET ÉTAGE ? « Tu l'as perdu où le gamin déjà? Il a pas dû se barrer très loin... » Hahaha il était drôle lui. Il croyait quoi, que j'avais pas d'jà cherché peut-être ?! Que je m'étais pas explosé les valseuses contre chaque personnes présentes du magasin tellement je voulais le retrouver ?! Pis samaire je savais plus où je l'avais perdu, qu'est ce qu'il me faisait chier à ce propos ?! DE TOUTE FAÇON IL Y ÉTAIT PLUS. Non bon okay Oswin, gueule pas. Reste zen, il veut bien t'aider, foire pas tout. Pour Noah. Pour le gosse.

J'ouvrais la bouche, une main sur la hanche et cherchant mes mots. J'arrivais pas à baver un truc correct, alors je reposais mes mains sur ses épaules, plantant mon regard dans le sien. Mais je le secouais pas cette fois. Pis j'essayais d'pas gueuler, mais c'était dur. « Je l'ai cherché pendant 20 p*tains de minutes okay ? 20 p*tains de minutes où j'ai fait que courir dans ce foutu étage de jouets à la con de m**de, sans retrouver ce FOUTU GOSSE DE MES DEUX. » Bon en fait j'avais gueulé. Mais j'en pouvais juste plus, alors fallait que ça sorte. Fallait qu'il me pardonne, de toute façon il voyait bien sur ma tête que j'étais juste en train de vivre la peur de ma vie nan ? Parce que je pensais bien que c'était le cas là. « ET JE SAIS MÊME PLUS OU JE L'AI PAUMÉ » J'me souvenais plus, plus de rien en fait. J'me souvenais juste que j'allais me faire tuer par Noah et que de toute façon, si je remettais pas la main dessus il m'aurait plus resté qu'une seule solution : Celle de me jeter du 7ème étage de ce magasin maudit par tous les archanges déchus de Satan.

Pis à force de gueuler - Ou ça devait être parce que j'étais vraiment collé au mec, mais une nana style cul-serré ultra riche à en gerber et du genre à cracher sur les pauvres comme moi, se pointa et lâcha d'un ton sec pendant que je regardais le gars dans le blanc des yeux : « Vous n'avez pas honte !? Vous bécoter de la sorte devant tous ces enfants ! Allez vivre votre vie anormale ailleurs par tous les Saints ! » Je tournais ma tête vers elle. De ... HEIN ? Mais elle allait pas bien elle ?! Qu'est-ce qu'elle venait me faire chier avec ces allusions à la con alors que j'étais au bord du gouffre ?! Je lâchais l'autre mec, m'avançant vers avec un air tellement haineux qu'elle devait s'faire d'ssus. Je pointais mon doigt vers sa sale graisse corporelle et l'écrasant à plusieurs reprise sur son épaule toute grosse.

« Alors toi la grosse morue tu vas vite fermer ta gueule ou je te jure que j'vais t'offrir une liposuccion gratuite à coups d'pailles dans le cul.
Quel malotru vous êtes !
Ouais sauf que tu vois j'ai 100 fois mieux à faire que d'm'occuper de ta vieille gueule de c**nasse homophobe vu que mon p*tain de gamin s'est paumé okay ?! ALORS ME FAIS PAS CH** GROGNASSE ET VIRE.
Ah, ça ne m'étonne même pas ! Qu'est-ce qu'on pouvait espérer de mieux de la part de gens comme vous. »

Ah non mais j'en avais assez entendu. Je choppais le mec derrière-moi par le col, nous calant bien devant la mocheté et je lui roulais un patin à c'gamin. Juste pour faire fermer sa gueule à l'autre. Ça marchait, parce que l'HORRIBLE vision de deux mecs s'embrassant était trop INSOUTENABLE pour la noble personne pleine de fric et d'idées à la con qu'elle était. Allez bon débarras, j'avais plus important à faire maintenant. Sans un mot je m'enfonçais une nouvelle fois dans l'enfer pur qu'était ce rayon de jouet, choppant une peluche de licorne au passage. Fallait que je me passe mes nerfs, que je dégomme un truc, que j'arrache la p*tain de corne à ce cheval magique pour la coller dans le cul de tout ceux qui s'approcheraient de trop près pour me faire chier. Pis je remarquais un truc à force d'avancer, j'étais revenu au truc des peluches là ! Là où totu avait commencé ! J'me retournais, le gars que je venais d'embrasser me rejoignais doucement. Fallait qu'il se magne hein, on allait pas le retrouver à ce rythme. « C't'ici que je l'ai paumé ! JUUUUUUUUUUUUUDE ! » Mais on allait vite se faire une raison, il était pas là et j'étais toujours dans la Mer** jusqu'au bandana.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Liam Riu, Jeu 30 Mai 2013 - 18:09


Bon, bon, il ne fallait pas qu'il commence à paniquer lui aussi. Après tout, déjà, il ne connaissait pas le gamin. Il pouvait être un sale gosse de riche lui aussi. Mais encore une fois, ils e trouva bête, voire même vraiment stupide. Comment il pouvait penser ça? C'était quand même le gamin que Noah avait à charge. Comme si sa directrice allait élever un enfant dans le luxe et le culte de l'argent, le rendant pourri gâté. Il la voyait très mal faire ça, ça lui paraissait même impossible. Et puis, un gamin comme tous eux présents ici n'aurait sûrement pas survécu à Oswin. Lui avec les gosses, ça semblait déjà très mal parti. Mais en plus un fils à papa... Ou maman, le sorcier l'aurait sûrement étranglé. Et Liam l'aurait encouragé à le faire, l'aidant même pour que le garnement ne bouge pas.

Finalement, il était sûr que ce petit était vraiment super. Alors, il n'aiderait pas l'autre énergumène à le retrouver pour rien. D'ailleurs, celui-ci était toujours aussi agité. Mais qu'est-ce qu'il lui prenait?! Ah ouais, il avait perdu un gosse dans un magasin pour enfants immense et plein de monde. Tout pour déprimer quoi. Il avait l'air au bord de la crise de nerf. Voire même de la crise cardiaque. Fallait qu'il se calme. S'il fallait qu'ils fouillent tous les étages, ils le feraient, mais ils allaient retrouver ce gamin. Liam, lui, essayait tant bien que mal de relativiser. Son visage ne laissait voir aucune expression de stress, d'angoisse. Il paraissait peut être indifférent, mais c'était sans le vouloir. Il voulait vraiment apporter son soutien au sorcier, et pour la Miss Alniott. Il fallait penser positivement. Il voyait bien que le gars en face imaginait le pire qui puisse arriver. Le Poufsouffle préférait ne pas y penser.

Il sembla se réveiller enfin lorsque le préfet ouvrit la bouche. C'était pas trop tôt, il sortait enfin de ses pensées pas très gaies, s'imaginait-il. C'était son prénom qui l'avait interpellé. Et oui, le blond l'avait reconnu. Il ne le reconnaissait pas par contre, mais ce n'était ni très étonnant ni très grave. Ils ne s'étaient jamais parlés et ce n'était pas trop le moment de faire des présentations. Ils avaient vraiment d'autres chats à fouetter, c'était préférable de passer cette étape pour le moment.

Mais ce moment de répit ne dura pas très longtemps puisque sans même lui répondre, l'homme se remit à s'agiter, angoissant ouvertement. Il semblait perdu, désorienté, il regardait autour de lui, levant la tête, la tournant de tous les côtés. S'il continuait comme ça, Liam allait vite avoir le vertige. Sa tête tournait même sans qu'il bouge la nuque. Juste en l'observant scruter tous les recoins du magasin qu'il pouvait voir d'où il était. Il avait envie de lui prendre la tête et lui mettre une minerve pour l'empêcher d'agiter sa tête, il stressait le Pouffy par ses agissements.

Enfin calmé, il prit un inspiration et posa ses mains sur les épaules du Suédois. Il le fixa et Liam planta à son tour son regard dans le sien. Il avait l'air sérieux, prêt à dire quelque chose de censé et pas quelque chose sous la panique. Mais non.

- Je l'ai cherché pendant 20 p*tains de minutes okay ? 20 p*tains de minutes où j'ai fait que courir dans ce foutu étage de jouets à la con de m**de, sans retrouver ce FOUTU GOSSE DE MES DEUX.

Ouais bon, il en avait pas encore fini avec la panique et ce serait très dur de chercher avec lui. Il allait faire avec, de toute façon, sans lui, il ne pourrait pas savoir où il avait paumé le gosse ni ou il était à présent. Il attendait qu'il enchaîne en lui disant de le suivre là où il avait perdu le petit, qu'ils commencent enfin les recherches - non, c'est pas un meurtre. Mais au lieu de ça, il lui cria:

- ET JE SAIS MÊME PLUS OU JE L'AI PAUMÉ

Ok. Génial. Dis donc, ce qu'ils avançaient. Le gérant du Chaudron lui donnait envie de se taper la tête contre un mur, par terre, ou tout simplement sur lui. Un bon coup de boule pour qu'il reprenne ses esprits. Ils allaient commencer par où comme ça? Ils étaient vraiment dans un situation qui sentait pas bonne du tout. Dans la m**de quoi. Le jaune et noir essayait de remettre les informations en place dans sa tête. C'était un peu trop lui demander sur le moment. C'était pas tous les jours qu'on lui tombait dessus pour l'aider à retrouver dont il connaissait la tutrice et celui qui l'avait paumé. Et il ne souhaitait à personne d'être dans ce même problème. Et surtout, il leur conseillait de ne pas accepter surtout quand on avait un gars du genre d'Oswin, incapable de garder son sang froid. Bon, si, mais juste parce que c'était un peu marrant à voir.

Une voix s'éleva à l'extérieur des deux hommes, une voix pleine de préjugés et utilisant un vocabulaire assez soutenu. Elle s'adressait à eux. Il ne capta que l'idée principale, qui était comme quoi les deux mecs se bécotaient. Liam leva les yeux aux ciels, priant les saints dont elle parlait de la faire mourir dans genre 2 minutes, par Oswin si c'était nécessaire, mais qu'elle les rejoigne définitivement et qu'elle ne fasse plus ch**r les autres avec ses visions de pauvre folle. D'où elle voyait qu'ils s'embrassaient? Elle voulait pas aller gaspiller un peu de son argent dont elle était remplie même de l'intérieur pour une paire de lunettes?!

Il laissa gérer Oswin gérer la situation comme il l'avait décidé. Enfin, c'était peut être pas la meilleure décision que le jeune blond avait faite dans sa vie, même si le spectacle était assez rigolo. Le brun se mit à insulter l'autre débile, et elle se contentait de protester pauvrement, aucune répartie, juste un gros caractère de hautaine qu'elle crachait sur lui. Malgré le vocabulaire vulgaire qu'il avait employé dans un magasin pour enfants, Liam avait approuvé chacune de ses paroles, avec un léger sourire en coin. C'était amusant, mais bon, ils n'avaient pas vraiment le temps de traîner à remettre des gens aussi bornés à leur place.

Liam jeta un regard à la grosse horloge derrière lui qui indiquait le début d'après midi. Bon, s'il ne voulait ps inquiéter le couple qui l'hébergeait, il faudrait qu'il revienne avant la nuit tombée. Autant se mettre au travail maintenant. Mais il fut violemment retourner par le col, attrapé par des mains fortes qui l'étranglaient presque et ensuite il se retrouva en face du gars, un peu trop près. Et d'un coup, il roula une belle pelle. Le Poufsouffle fronça les sourcils, et tourna son regard vers le coincé qui partit à cette vue. Pas mal comme stratagème.

Fini les détails inutiles, c'était enfin parti pour la recherche. Liam était encore un peu... Troublé par le baiser. Pas émoustillé. Non, pas du tout. C'était plutôt une sensation bizarre. Ce n'est pas qu'il avait apprécié, il préférait ne pas recommencer tellement c'était gênant pour lui. Mais ça ne l'avait pas tant dérangé. Bref, on s'en fout. Il suivit docilement l'énergumène. Ils s'enfonçaient dans les rayons plein d'innocence. Cela donnait presque un peu le sourire au Pouffy. Il avait beaucoup aimé être enfant. C'était la naïveté de la dur réalité. C'était vraiment l'une des parties de la vie la plus cool. Dommage qu'il ait tous ces adultes pour bloquer la route vers la liberté... Devant lui, le gars prenait une peluche qu'il commençait à torturer. Pauvre licorne.

Le jeune Suédois observait les jouets avec nostalgie, avançant doucement. Il avait un sourire angélique sur les lèvres. Il pensait à ces merveilleux moments qu'il avait passé à faire comme si ces peluches étaient ses plus proches amis. Parce qu'il n'en avait pas vraiment eu. Alors, ses "faux" amis lui donnaient la compagnie qu'il désirait. Et sa soeur venait le rejoindre dans son délire. C'était une période qu'il n'oublierait jamais, tant ça avait été bien et aussi pourri.

Il faillit rentrer dans Oswin. Celui-ci s'était arrêté. Pourquoi? Il voulait jouer aux peluches? Le Poufsouffle était partant! Il était prêt à faire comme si son meilleur ami était ce petit ours là-bas. Les yeux pétillants, c'est dans cet état qu'il reçut la réponse du mec:

- C't'ici que je l'ai paumé ! JUUUUUUUUUUUUUDE !

Han dommage... Oui, oui, le gamin d'abord! Jude il s'appelait... C'était pas mal. Elle avait des bons goûts niveau prénom sa mère. Enfin, détail à part, il fallait savoir où il avait voulu partir d'ici. C'était un super rayon pourtant. Il était peut être caché parmi ses peluches. Mais vu l'état, toutes éparpillées par terre, certaines en haut des plus hauts rayons, il en déduisit que Oswin avait déjà eu cette idée. Bon, alors, il était parti. Petit comme il devait être, les gens ne l'avaient sûrement pas remarqué et il avait pu se faufiler n'importe où. Il était débrouillard le gamin. Alors, il fallait opter pour une autre stratégie d'enquête.

Observant les alentours, il chercha un indice que le petit avait pu laisser. Il n'y avait rien de particulier hormis les peluches qui recouvraient le sol. Mais vers le début du rayon, il avait bien quelque choses. Une peluche plus loin, au bout du rayon, loin des autres, qui étaient par terre. Il s'y rendit. Et à ses pieds, il trouva un loup orangé. Elle était pas mal celle-ci. Liam la ramassa, l'observa. Peut être que le gamin l'avait sur lui? Il revint vers Panique Oswin et lui tendit le loup:

- C'était à lui? Demanda-t-il.

Il se trompait sûrement, mais c'était le seul indice qu'il avait trouvé. La seule différence. Sinon, il eut une autre idée. Quelque chose qu'il saurait sûrement très bien faire, mais il avait besoin de l'aide de Oswin. Un grand sourire se dessina sur son visage. Il dit au gérant du Chaudron:

- Et si... On se mettait dans sa tête? Si on sait ce qu'il aime, on pourrait trouver où il est allé. Enfin, tu me suis?

Liam s'essayait. Jude avait l'air d'être un petit garçon plutôt éveillé, curieux et du genre plutôt attachant. C'était un petit garçon presque modèle. Le préfet des Blaireaux s'imaginait un peu comme lui quand il était petit, et c'est vrai que sa curiosité était resté avec le temps. Attachant... C'était encore à prouver. Donc... Il serait allé où?
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Oswin T. Hooper, Mar 4 Juin 2013 - 1:15



Help, I need somebody. Help !




J'venais d'me péter une corde vocale à gueuler le nom du gosse comme un malade, et tout ça pour que dalle. Mes c**illes sur ton nez ça te faisait de jolies lunettes quoi, le gosse il entendait rien du tout. Ou alors il le faisait exprès. P*tain à tous les coups il le faisait exprès ce petit gnome au cul terreux, tout ça parce que je lui avais dit que je pouvais rien lui acheter vu que j'étais pauvre comme un P*TAIN DE CLOCHARD ! En plus le mec avec qui j'étais et que j'venais de recruter pour les recherches était juste foutrement CALME. Non mais samaire comment il pouvait être calme alors que c'était un cas de force majeure ?! COMMENT HEIN ? Il cherchait pépère des trucs pendant que moi je tournais autour du bac à peluches, en écrasant la moitié vu que j'avais presque tout foutu par terre.« C'était à lui ? » De quoi ? J'arrêtais de tourner en rond 10 secondes, regardant c'que l'mec me tendait. J'bloquais un instant en voyant que c'était le foutu chien-loup en peluche qu'il regardait avant de disparaître. M*rde quoi, si seulement je l'avais pas lâché des yeux ... Mais y'avait fallu que je regarde ailleurs 30 secondes tout ça parce que j'étais mal à l'aise de l'affection qu'il éprouvait visiblement pour moi. Ca faisait ch*er quoi ! Pourquoi il m'aimait bien ce gosse hein ?!

J'hésitais deux secondes, lâchant un simple « Nan. » Avant de lui arracher la peluche des mains. Je savais pas pourquoi je la prenais, mais c'était le seul truc qu'il me restait plus ou moins de lui. J'aurais un truc à offrir à Noah au moins quand j'lui annoncerais que j'avais paumé l'gamin. Peut-être que la pilule passerait mieux si je lui donnais le clébard en peluche que le gosse voulait pile avant que je l'abandonne dans ce magasin géant. Oh oui bien sûr, Noah allait adorer ! Elle m'offrirait même surement un petit verre de Jack Dan' et on se défoncerait la gueule comme jamais avant de jouer à saute mouton dans le salon. Non mais sincèrement, j'étais fini. Adieu pote, adieu boulot, adieu hébergement.
Je regardais la peluche d'un air vide, la tête bien loin dans un nuage de dépression soudaine. Bordel ce truc ressemblait juste TELLEMENT à ma forme animagus. C'était pas permis quoi. Pourquoi il avait tellement bloqué dessus hein ? Et pourquoi il avait pas juste fait comme tous les gosses du monde, soit me coller au cul en couinant pour que je lui achète ?! Pourquoi il avait préféré DISPARAÎTRE ? Je fourrais ma tête contre la peluche, j'avais besoin d'un câlin. OUAIS OSWIN HOOPER AUSSI AVAIT BESOIN DE CÂLINS DE TEMPS EN TEMPS OK ?

Je restais un moment comme ça, grognant contre le corps de la grosse peluche et m'assommant de plus en plus. J'avais le moral in the ass là, mais genre bien profond près de la prostate. Sauf que ça faisait pas du bien. « Et si... On se mettait dans sa tête ? Si on sait ce qu'il aime, on pourrait trouver où il est allé. Enfin, tu me suis ? » Je redressais la tête, le regardant comme s'il venait de me parler en lituanien tout en dansant la salsa un verre de vodka dans les mains. Nan mais il m'avait bien vu ? MOI ME METTRE DANS SA TÊTE ? Alors que j'avais complètement perdu les pédales ?! Pis j'en savais rien de ce qu'il aimait moi ce gosse, c'était pas le mien, je m'en tamponnais les boules avec une brosse à chiotte de ce morveux en temps normal ! Mais bon, dans le fond c'était pas con son idée. Juste que c'était foutrement au dessus de mes capacités. « Ecoute t'es bien gentil tu vois. Mais, honnêtement ... J'AI PAS LA MOINDRE FOUTUE IDÉE DE CE QU'IL PEUT SE PASSER DANS SA TÊTE. » Non mais sérieux, je savais même pas ce qu'il aimait. Il aimait bien que je me transforme en clébard ... Il aimait pas le Jack ... RAH J'EN SAVAIS RIEN.

Je me prenais la tête dans les mains, me remettant à avancer dans les rayons en m'explosant la cervelle pour essayer de trouver le moindre petit truc qui nous aiderait à mettre la main dessus. J'en pouvais plus de rester au même endroit alors fallait que j'me mette en mouvement ou sinon c'était bonjour Ste-Mangouste pour moi. Ou les urgences plutôt vu qu'on était entouré de c*nnards de moldus de m*rdes qui grouillaient PARTOUT. Je comprenais pas pourquoi il avait fait ça, j'essayais mais je voyais pas. Okay j'étais qu'un enfoiré qui le rabaissais tout le temps et qui était jamais sympa avec mais quand même ! C'était pas une raison pour me faire ça quoi ! Pis dans le fond il était pas "si" nul que ça comme gamin. Il était chiant, collant, lourd, baveux, moche et tout c'que vous voulez mais ... Voilà quoi. Il avait pas eu d'chances jusque maintenant et j'me sentais plutôt proche de lui pour ces raisons. Même s'il me faisait chier et que maintenant à ce moment précis, il me donnait VRAIMENT des envies de meurtre.

Après plusieurs minutes j'échouais mon périple dans un coin bizarrement "vide", m'écroulant contre un pan de mur libre entre deux étalages de jouets. Je serrais la peluche contre moi, complètement au bout du rouleau. Y'avait rien qui me venait en tête, rien du tout et je commençais vraiment à croire que je le retrouverais jamais. Je relevais les yeux, l'mec était de nouveau près d'moi. Pis j'savais pas pourquoi, mais j'lui parlais. J'devais vraiment être décédé mentalement là. « Pourquoi qu'il s'est barré hein ? J'veux bien être qu'un gros enfoiré tout le temps mais il avait l'air de pas être dérangé par ça, au contraire ... » Je soufflais un coup, regardant sans vraiment voir un gamin avec sa mère passer devant nous. Un p'tit blond aussi, mais c'était pas l'bon. Forcément que c'était pas l'bon, ça aurait été trop beau ... Je reposais mon regard sur le mec - A qui j'avais roulé un patin tiens d'ailleurs, lui demandant d'une voix un peu chancelante : « Je fais quoi si je le retrouve pas ? » Fallait pas que j'y pense mais je pouvais pas faire autrement. Vu comment c'était parti on était loin de remettre la main dessus.

J'essayais de me souvenir des quelques moments que j'avais pu passer avec, mais les 3/4 du temps il montait juste sur mon dos sous ma forme de chien. Il aimait bien les écureuils, les fleurs ... P*tain d'ailleurs j'avais encore sa foutue pâquerette dans la poche. Nonnononon Oswin ! Pense pas que ce sera peut-être la dernière que t'auras d'lui !
Je fermais les yeux, me repassant mes bribes de souvenirs qui le concernait dans ma tête. Mais comme j'étais souvent bourré, c'était dur. P*tain d'alcoolique que j'étais ! Il aimait pas le Jack d'ailleurs vu que j'avais essayé de lui en donner pour le faire dormir pendant que je prenais mon petit-dej café-clope-Nutella. OH ! Ouais j'avais un truc qu'il kiffait grave là ! « Le Nutella, il adore le Nutella. » Bon c'était pas grand chose mais c'était mieux que rien nan ?

Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Liam Riu, Ven 14 Juin 2013 - 13:17


Liam observait la peluche qu'il venait de ramasser. Pourquoi Jude ne l'avait pas gardé? Elle était bien, un petit loup orangé. Le jeune homme eut presque envie de l'acheter pour lui, pour lui rappeler les moments magnifiques de sa jeunesse. Enfin, de son enfance, il était en plein dans la jeunesse. Il avait des yeux emplis d'étoiles. Son cerveau semblait ramollir au fur et à mesure qu'il restait dans ce magasin. Il se faisait une sorte de cure de jouvence, bientôt il irait rejoindre le gamin et jouer avec lui... Non, il allait trop loin là.

Oswin bugua en voyant la peluche. Il l'avait reconnu, c'était sûr. C'était peut être une qu'il avait achetée au petit garçon? Mais au bout de quelques secondes, il répondit au Poufsouffle par la négation. Ok, cette peluche ne servait vraiment à rien. Malgré tout, le blond la gardait. Peut être que Jude voudrait l'avoir quand ils le retrouveraient. Liam avait hâte de rencontrer ce petit tout de même. Il semblait... Fascinant. Un garçon qui avait comme tuteur Noah et comme accompagnateur Oswin et qui ne s'était pas enfui en courant devait être très naïf, mais adorable pour avoir réussi à traîner le chien errant qu'était Mister Hooper dans un magasin pour enfants comme celui-ci.

Mais il n'eut pas longtemps la peluche dans les mains puisque le brun en face de lui s'en empara, lui arrachant carrément des mains. Bon, s'il la voulait, il lui aurait prêté, pas besoin de faire le sauvage! Mais le blondinet ne dit rien, Oswin était déjà assez en conflit avec lui-même comme ça pour qu'il s'interpose. Ses expressions étaient vides, on ne pouvait voir que la dépression qui l'envahissait. Il lui faisait pitié, ça se voyait qu'il s'en voulait vraiment. Liam était assez étonné de le trouver dans cet état - enfin dans un autre état que complètement bourré. Et puis, d'un coup, il lui fit un câlin. Il était vraiment au bout du rouleau là, il perdait complètement les pédales. Peut être que c'était l'effet du magasin aussi... Cette journée était vraiment trop particulière pour le jaune et noir.

Il fallait qu'ils reprennent pieds, ils devaient retrouver un gamin avant la fin de la journée m*rde! Apparemment, la deuxième réplique de Liam provoqua un choc chez l'adulte. Il espéra pendant un moment qu'il allait avoir un élan de lucidité et qu'ils allaient enfin avoir une vraiment piste pour commencer les recherches. Non, il avait toujours autant l'air perdu et anéanti. Et comme d'hab', il se mit à crier:


Ecoute t'es bien gentil tu vois. Mais, honnêtement ... J'AI PAS LA MOINDRE FOUTUE IDÉE DE CE QU'IL PEUT SE PASSER DANS SA TÊTE.

Et il pouvait pas faire un effort?! Le préfet allait péter un câble aussi si son interlocuteur ne se bougeait pas un peu les méninges pour retrouver le gosse. Pendant qu'il pétait les plombs, le môme pouvait être aller partout. Il avait sûrement eu le temps de faire tout le magasin, et maintenant, il pouvait même être dehors entrain d'arpenter seul les rues de Londres. Plus le temps passait, plus leurs chances de le retrouver sain et sauf s'estompaient.

Oswin était maintenant entrain de se tenir la tête, tel un vraiment malade mental qui allait exploser. Il bougeait de partout. Il donnait vraiment le tournis à Liam, qui fut soulagé de le voir bouger. Lui aussi avait besoin de partir d'ici, le bruit de tous ces gens qui parlaient, de ces enfants qui criaient et des annonces du haut-parleur lui donnaient une belle migraine qui s'accentuait au fur et à mesure que le gérant du Chaudron paraissait imploser. Ils s'arrêtèrent sur un pan de mur un peu à l'écart des clients, sur lequel le brun s'affala jusqu'à tomber par terre.

Et puis, il se mit à parler au Pouffy dans son coma mental:

Pourquoi qu'il s'est barré hein ? J'veux bien être qu'un gros enfoiré tout le temps mais il avait l'air de pas être dérangé par ça, au contraire ... Il enchaîna ensuite avec une voix tremblante: Je fais quoi si je le retrouve pas ?

Il était vraiment entrain de lui demander son avis? Liam avait envie d'être franc avec lui, et lui dire qu'il était carrément foutu sur tous les plans et que pas même lui ne pourrait l'aider. Qu'on ne le verrait plus que traînant dans des endroits bizarres. Oswin le clodo. Mais lui avouer tout cela reviendrait à l'achever sur place et on pouvait carrément dire au revoir à toute chance de revoir le petit Jude. Le sorcier devrait alors lui sortir une de ses phrases qui remontait n'importe qui. Sauf que le brun n'était pas vraiment n'importe qui, et les deux hommes ne se connaissaient pas du tout. Le blond était même sûr qu'il ne connaissait pas son nom. Peu importait, il n'avait pas trop le choix sur le coup.

- Bon, ok, maintenant, tu vas te relever. Sérieusement, regarde toi! Est-ce que Jude voudrait voir Oswin comme ça? Non, il viendrait lui faire un câlin. Si tu veux au moins une fois subir un de ses câlins qui te permettent de garder ton poste au Chaudron, faudrait peut être que tu te réveilles et que tu trouves ce qui pourrait attirer le gamin! Y'a pas plus pitoyable ici que toi.

Bon, voilà. Liam avait parlé franchement d'un côté, évitant de mentionner son avenir si Jude ne réapparaissait pas. Peut être qu'il se bougerait un peu plus dans sa tête. Au moins, juste après, il lui sortit enfin quelque chose d'à peu près sensé.


Le Nutella, il adore le Nutella.

Parfait. Comme tout gamin. Liam était sûr que s'il prenait un gosse au hasard ici, et qu'il lui demandait s'il aimait le Nutella, il lui répondrait sans hésitation oui. Donc, ça ne les avançait pas spécialement. Le garçon soupira. Il commença à désespérer lui aussi, mais préféra ne pas le montrer pour ne pas faire encore plus déprimer l'alcoolo de service.

Ne préférant pas finir comme lui, Liam se mit à réfléchir. Ce n'était peut être pas si bête d'avoir pensé au Nutella. Dans une grande surface pour enfant comme celle-ci, il devait sûrement y avoir un stand de crêpe ou gaufre. Quelque chose pour qu'il mange, qui aurait titillé ses narines. Le Suédois se mit à pivoter sur lui, scrutant les horizons à la recherche d'un endroit où on vendrait de la bouffe pour gamins. Et comme hasard, à quelques mètres d'eux se trouvait un vendeur de crêpe justement. Super, ils allaient aller voir!

- Hey! Dit Liam à l'attention de l'autre déprimé. Il aime les crêpes Jude j'imagine? Il est peut être allé là-bas! En pointant du doigt le stand.

Aussitôt dit, aussitôt fait, le Poufsouffle prit par les épaules l'homme, le secouant un peu et se mit à courir en direction de l'échoppe. Une fois arrivé, il vérifia qu'Oswin l'avait bien suivi. Et il observa chaque personne qui se trouvait ici. Beaucoup de gosses encore, avec leur parents. Y'avait une belle queue. Ne sachant pas à quoi ressemblait Jude, Liam se tourna vers le le brun.

- S'il te plait, dis moi que tu le vois.


{Désolé pour le retard, tu peux faire ce que tu veux de moi...}
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Oswin T. Hooper, Sam 15 Juin 2013 - 20:45



Help, I need somebody. Help !  


J'étais en train de dépérir dans le nuage sombre de la dépression, flippant grave ma camée d'mère de pas retrouver l'gamin. Sérieux j'étais mal, j'avais envie de faire exploser c'te foutu magasin d'Mer** et de faire un feu de joie des restes en dansant autour tel un maître vaudou en jupette. Bref, je pétais grave un boulon et plus ça venait, plus j'me liquéfiais sur place comme une vieille bouse diarrhéique trop longtemps restée au soleil. Sexy hein ? Le grand Oswin Hooper, mis à tapis par un mioche de 3 piges. Ou un âge dans ces eaux-là, je savais plus. J'le connaissais presque pas moi ce gamin aussi ! C'était la corvée de Noah, pas la mienne et si je m'étais retrouvé empêtré dans ce foutoir, c'était juste par manque de ch*tte. J'avais été là au mauvais moment, point barre. Comme si j'étais quelqu'un capable de s'occuper d'un gosse ! Je savais même pas m'occuper d'moi-même ! Nan mais p*tain quoi. J'avais envie d'rester là et d'attendre le miracle, assis par terre comme le cafard que j'étais. J'étais en train de serrer la satané peluche dans mes mains, passant mes nerfs dessus sans trop faire gaffe. J'étais plus vraiment là pour tout avouer et heureusement que j'étais tombé sur l'autre mec pour qu'il me tire un peu les poils du cul et me fasse réagir. « Bon, ok, maintenant, tu vas te relever. Sérieusement, regarde toi! Est-ce que Jude voudrait voir Oswin comme ça? Non, il viendrait lui faire un câlin. Si tu veux au moins une fois subir un de ses câlins qui te permettent de garder ton poste au Chaudron, faudrait peut être que tu te réveilles et que tu trouves ce qui pourrait attirer le gamin! Y'a pas plus pitoyable ici que toi.  » PITOYABLE ? Ouais j'avais retenu que ça et alors ?! J'me relevais d'un coup, personne disait que j'étais pitoyable, même si c'était vrai ! J'allais lui gueuler dessus avant d'me souvenir que c'était moi qui lui avait demandé de m'aider et qu'en plus, il venait de me donner une gifle mentale.

Mouais bon. J'allais fermer ma gueule deux minutes et lui dire de se faire enc***r par un poney en peluche géant un peu plus tard. Quand on aurait retrouvé le gosse tiens. Je me remettais à réfléchir un coup, comme si la lumière divine du grand Jack tout puissant allait traverser mon esprit comateux. Pis là j'sais pas, j'sortais un truc plus ou moins utile comme quoi il aimait l'nutella. Bon okay tous les gosses normalement foutus dans l'monde kiffaient leur race ce truc. - C'était grave bon en même temps cette saloperie. Mais p'têt qu'il avait faim le mioche, du coup il était parti chercher d'quoi bouffer ?  Le mec à côté de moi semblait aussi dépité qu'moi par ma réflexion mais au moins il faisait pas trop genre de le montrer. Je commençais à ravoir les c**illes dans les chaussettes quand il me balança : « Il aime les crêpes Jude j'imagine? Il est peut être allé là-bas! » D'hein ? J'mettais 30 secondes avant de me retourner et de voir le stand, regardant sans voir le truc. Du coup j'me faisais secouer les noix par le gars qui commençait à en avoir marre de mon état de moule trop cuite. Tain il était chiant là, j'étais pas un foutu cocotier ! « M'lâche moi c'bon ! Ouais surement qu'il kiffe les crêpes c't'un gamin ! » Tain pas besoin de faire ça, j'en savais rien en plus de s'il aimait les crêpes ou pas.

En tout cas il me tirait par là-bas et j'avais pas trop d'autres choix que d'le suivre. Après tout c'était pas con, le gosse avait peut-être été attiré par la bouffe. Creuvard comme il était c'était une piste plutôt bonne. Ça grouillait d'peuple par contre, plein de gamins affamés et pleurnichards en compagnie de leurs parents tous plus moches les uns que les autres. Comment j'allais voir s'il était là-dedans parmi toute cette masse ?! Et l'autre qui me suppliait presque de lui dire que je le voyais ... NON MAIS COMMENT JE FAISAIS POUR REPÉRER UN MIOCHE D'UN MÈTRE DE HAUT DANS TOUT CA ? Du coup j'y allais pas par 4 chemins, j'enfonçais un premier couple d'un coup d'épaule, pis faisait de même avec le suivant tout en criant des « DÉGAGEZ D'LA BORDEL» remplis de gentillesse. Après m'être fait insulter de tous les noms possibles et environ 30 " Vos gueules " plus tard, j'arrivais à hauteur du vendeur. ENFIN. Mais j'devais mettre de côté le fait que la larve était pas dans la queue, ça aurait été trop beau t'façon. P*tain fallait surtout pas que je pense qu'il puisse être sorti du magasin, surtout pas ... Plantant mon regard dans celui crêpier - Qui avait l'air foutrement con avec son costume de bonhomme bienheureux vendeur de gâteaux, je lui demandais avec toute la sympathie du monde :   « Et toi là l'mec à la crêpe ! T'as pas vu un gamin genre de cette taille là, avec des cheveux blond, un air débile et un t-shirt batman ? Pis avec des yeux bleus !   » Wah le ouf je me souvenais de son t-shirt maintenant ! C'était que je commençais à devenir utile moi !

Le mec me regarda comme si je lui demandais la taille de sa b*te, avec toute la répulsion du monde dans son regard. Il me claqua un " Nan " dans la tronche, m'obligeant de ce fait à lui chopper le col de sa chemise bleue-banane et de lui claquer dans sa gueule de poulet périmé : « Ecoute le moche, t'as intérêt d'coopérer si tu veux pas retrouver tes boules à la place de ton pif démesuré okay ?! »  J'entendais les parents derrières protester contre ma vulgarité et ma gêne inexistante, ce dont j'en avais strictement rien à foutre d'ailleurs, vu que tout ce qui m'importait c'était ce que l'autre moche allait me dire. « J-J'ai peut-être b'in vu un petit blond tout à l'heure ... Mais pas sûr que ce soit le bon ! Y'en a plein des gosses v-vous savez. Mais il cherchait du jus d'pomme, il disait qu'il voulait en offrir à tonton Os..Osou...  » Mes yeux s'ouvrirent en grand alors que je le coupais en hurlant presque : « Oswin ?!! P*tain c'est moi, il s'est barré par où ?  » Je le secouais un coup, mode hystérique activé. Qu'il crache l'morceau et vite c'te con ! Il me montra la direction du bout du doigt, un peu sonné et s'faisant à moitié d'ssus. « Par-là. Y'a un stand de boissons, je lui ai dit d'aller voir.   » Je le lâchais aussi sec, bien décidé à revenir lui en coller une plus tard pour pas avoir capté qu'un gamin SEUL dans ce magasin c'était pas NORMAL. Crétin d'eau douce quoi.

« TOI LA ! RAMÈNES-TOI !» Sans attendre plus longtemps je me mettais à courir vers la directions que l'autre bonobo m'avait indiqué, cherchant le souffle court le stand en question. Si y'avait la moindre chance qu'il soit encore là, j'devais mettre tout ce que j'avais dans le cul pour pas perdre une seconde de plus. Après trois bonnes minutes de course effrénée et plusieurs gamins tombés au sol, j'voyais enfin l'truc de boissons. Blindé de monde pour changer. MAIS EST-CE QUE TOUT LONDRES S’ÉTAIT DONNE RENDEZ-VOUS ICI ? A bout d'souffle, me sentant pour la première fois en une heure de pétage de plomb proche du but, je commençais à flipper grave que le mioche me passe sous le nez à cause d'un tas de paysans dégueulasses. Le mec me rejoignait enfin alors que je restais planté comme un piquet devant la masse de personnes qui s'offrait à nous, quand mon regard tomba sur un gosse blond qui demandait un verre à la meuf du stand. Mon coeur manqua un battement, j'y croyais pas. Ça devait pas être lui, c'était pas possible ... « Non mais la dame ! Donne moi un verre je dois l'offrir à mon tonton Osouine il est triste sans son jus de pomme ! J'ai des bonbons on échange ? » Oh p*tain.

Je me mettais à courir vers lui, le choppant dans mes bras une fois à sa hauteur. J'étais tellement sur le cul, que je disais rien. J'y croyais pas, j'le regardais dans les yeux, j'y croyais toujours pas. Je plaquais mes mains sur son visage, me mettant finalement à rire comme un c*nnard de bienheureux qui venait de retrouver son gamin. « Oh bah tonton Osouine ... » Pis je réalisais à quel point il m'avait rendu dingue et prenait de nouveau conscience de la colère qui bouillait en moi. Le chien en peluche tombé au sol, je commençais à gueuler d'ssus, foutrement soulagé d'avoir enfin remis la main dessus. Il m'avait tellement fait flipper ce crétin haut comme trois pommes, que je savais plus si je devais hurler ou rire. « P*TAIN EST-CE QUE TU TE RENDS COMPTE DE CE QUE TU VIENS D'FAIRE ?!  » Le secouant un peu, je sentais dans le regard du gosse qu'il pigeait pas trop le délire du " Allez un câlin on rigole et la seconde d'après je te gueule dessus. "  Mais il m'avait tellement fait flipper ! Une main sur son épaule, j'frottais mon visage de l'autre. J'étais soudainement épuisé, genre à plat quoi, j'aurais pu m'écrouler à même le sol et dormir là. « Mais je voulais te donner du jus de pomme ... T'es pas content quand t'en as pas alors moi je voulais que tu sois content ...  » Non mais en plus c'était pour moi qu'il avait disparu ?! P*tain de m*rde, et le jus de pomme c'était le Jack bien sûr. Tous les parents autour de nous regardaient et tout en leur faisant le signe connu de tous signifiant d'aller se faire foutre, je reposais mes yeux dans ceux bleu du gosse. Soufflant un coup, j'fermais les miens une seconde, lâchant finalement d'une voix étonnement calme : « Refais jamais ça okay ? J'ai jamais autant flippé que maintenant alors s'il te plaît, pars plus tout seul. J'pas besoin de jus d'pomme quand on est ensemble d'accord ?  » Après un petit signe de la tête, je le choppais dans mes bras, ramassant aussi le chien qui gisait au sol comme une m*rde. J'en pouvais plus là, vraiment plus. Mais j'étais foutrement soulagé. J'allais surement être bon pour dire merci au mec qui m'avait aidé d'ailleurs ... Moi Oswin Thomas Hooper, devoir dire merci ! Mais où allait l'monde quoi ...
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Liam Riu, Mer 19 Juin 2013 - 15:18


Arrivés devant le stand de crêpes, les deux sorciers se mirent à chercher de partout. Liam lançait des regards dans toutes les directions, à la recherche d'un gamin dont il ne connaissait pas le visage. Très intelligent. Mais peu importait, il arriverait bien à trouver un gosse tout seul, perdu. Même dans ce tas de mômes, il serait repérable. Tous étaient accompagnés, lui ne devait pas l'être. S'il était accompagné par quelqu'un d'autre qu'Oswin, oui, la situation serait beaucoup plus grave que prévue. Mais même en regardant de partout, le préfet ne remarqua aucun petit garçon seul.

En lançant un regard au brun qu'il accompagnait, il remarqua qu'il n'avait pas compris sa réplique. Ben en attendant, il était le seul à pouvoir le repérer et être sûr que c'est lui, puisqu'il était le seul dans ce foutu magasin à le connaître. Le Suédois faisait des efforts pour s'investir aussi, il ne pouvait le lui reprocher. Le blond était en tous cas plus enclin à le retrouver que l'autre énergumène agité, puisqu'il était complètement agonisant. Il était aussi déprimant pour le Poufsouffle qui ne savait pas ce qu'on pouvait faire de lui. Mais finalement, il eut une réaction digne de... De lui tout simplement. Animé par la rage et l'envie de retrouver son gosse, il fonça dans la file d'attente qui s'était formée pour manger une crêpe, et il bouscula tous les riches affamés, avec leurs gamins pourris. Pas besoin de s'excuser pour le gérant du Chaudron, c'est avec des beaux "Vos gueules" qu'il se fraya un chemin jusqu'au vendeur.

Et comme à son habitude, il l'attrapa violemment, et lui dit avec toute la gentillesse qui le caractérisait:

- Et toi là l'mec à la crêpe ! T'as pas vu un gamin genre de cette taille là, avec des cheveux blond, un air débile et un t-shirt batman ? Pis avec des yeux bleus !

En l'écoutant, Liam avait pu avoir lui aussi une description du mioche qu'il devait ramener. Il reprit ses inspections du magasin. Il était grand, mais visiblement pas assez pour voir un petit mec avec un t-shirt Batman et avec des yeux bleus. Il soupira, exaspéré par l'inutilité de ses regards. Alors, pour surveiller qu'Oswin ne faisait pas trop de connerie avec le crêpier, il reporta son attention sur celui-ci. L'homme en face de lui ne comprenait rien à ce qui lui arrivait, mais c'était courant avec les gens avec qui Oswin discutait. En tous cas, la réponse de l'inconnu ne parut pas plaire au sorcier qui répliqua avec cette même brutalité. Il s'attirait tous les regards sur lui, mais il devait y être habitué.

Apparemment, la deuxième phrase du paniqué provoqua un choc dans l'esprit du Londonien qui se rappela bizarrement un gamin qui ressemblait à la description qui lui avait donné Oswin. Et comme par hasard, il avait parlé de son accompagnateur le gosse! De ce qu'il put entendre, Liam reprenait espoir, et était maintenant sûr qu'il n'était pas loin et qu'ils pourraient le retrouver. Il laissa quand même le gérant du restaurant finir avec sa victime, et lorsqu'il eut ses réponses, claires et précises, il se retourna pour foncer vers le stand que lui avait indiqué le vendeur, en lançant un très amical: " TOI LA ! RAMÈNES-TOI !" au préfet. Il ne lui en voulait pas, et de toute façon, il n'allait pas répliquer avec l'attitude qu'il avait l'énergumène excité. Il se contenta d'obtempérer et suivit Oswin jusqu'à une échoppe qui semblait vendre des jus de fruits. Le blondinet en était sûr cette fois, Jude était du genre à bien bouffer.

Il avait encore un monde pas possible devant ce stand et Liam se demanda s'il y avait un endroit où il n'y avait personne dans Londres. Impossible, le monde grouillait partout dans la capitale. Et ce n'était pas un grand magasin pour rien, il était fait pour accueillir le plus de personne possible, pour faire le plus de vente. Mais sur le moment, cela n'arrangeait rien aux affaires des deux sorciers. Cette fois-ci, le Nordique laissa l'Anglais totalement en sueur rechercher le petit aux yeux clairs. Il était planté à observer les gens passés. Savait-il au moins ce que ça voulait dire "chercher"? Liam aurait penché pour non, mais finalement, il se révéla pas si endormi que ça.

A peine le Blaireau avait tourné la tête qu'Oswin détala en direction de la femme qui tenait le stand. Il pensait qu'il allait encore la secouer comme l'autre crêpier, mais non. Il s'était jeté sur le gamin devant. Il l'enlaça, et le gosse paraissait content de le voir. Le cerveau un peu lent, Liam ne réalisa qu'un peu tard que ce gamin n'était autre que Jude. Celui qui les avait fait passer de rayon en rayon, qui les avait obligés à traverser tout le magasin, qui avait mis dans un état indescriptible son accompagnateur, qui l'avait fait péter un câble tout en exaspérant celui qu'il avait pris pour l'aider, qu'il avait même embrassé, qui lui avait donné des pistes pour enfin remettre la main dessus. Le Suédois réalisait que maintenant tout ce qu'un gosse pouvait provoquer chez des adultes.

Les laissant dans leurs retrouvailles, Liam resta un peu à l'extérieur. Il se contentait pour le moment de les observer se retrouver, Oswin comme un bienheureux et son gosse complètement perdu, ne comprenant rien à la situation. Au moins, le loup en peluche qu'il avait trituré pendant toutes leurs recherches pouvait enfin respirer. Après un moment, le préfet des jaunes et noirs décida de s'avancer vers les deux entrain de se câliner devant tout le monde, les regards tous attirés vers cette scène qui devait leur paraître plutôt étrange. Le blond s'avança jusqu'à eux, et se planta devant Jude qui le regardait avec incompréhension.

- Salut Jude. Moi c'est Liam. Dit le Poufsouffle avec un sourire, content de rencontrer celui dont il avait tant entendu parler pendant plusieurs minutes.

Le gosse posait des grands yeux sur le Nordique, et lui répondit qu'un petit: "Bonjour" avant de se remettre à regarder Oswin avec toute l'incompréhension du monde. Liam espérait ne pas lui faire peur, ce n'était pas son habitude d'effrayer les gens.

Voilà. Maintenant, c'était fini. Leur course à travers un magasin pour gamin était terminée. Le soleil n'était pas couché, les recherches du gosse n'avait pas été si longue qu'il ne s'était imaginé. Le garçon pourrait prendre le temps de rentrer chez son frère sans l'inquiéter. Il avait même presque le temps de visiter cette grande surface pleine de jouet pour gamin riche, mais qui lui rappellerait son enfance. Il espérait pour Jude qu'il profiterait au maximum de sa condition d'enfant, pour pouvoir profiter de ce qui l'attendait ensuite. Avec une bouille comme la sienne, il était plutôt bien parti. Mais finalement, le préfet ne bougea pas. Il attendait qu'on lui dise un petit "Merci", mais vu qu'il ne venait pas, il décida de prendre les devants et s'adressa à Oswin:

- Alors, content? Tu as ton gosse maintenant. Fais plus attention la prochaine fois, je ne serais pas toujours là pour t'aider.

Il sortit un petit rire à la suite de ses paroles. Ce qui le faisait marrer était qu'il n'avait pas été d'une grande aide. Mais malgré tout, il doutait que le gérant aurait pu retrouver son gamin sans lui. Il avait été tellement perdu pendant tout le temps des recherches que si Liam n'avait pas été là pour le réveiller, l'agiter et prendre la place de son cerveau qui avait complètement fondu dès lors qu'il avait réalisé qu'il avait perdu Jude, il n'aurait sûrement pas retrouvé le gamin et sa vie aurait sûrement été foutu tou d'un coup. Alors, le préfet estimait qu'on lui devait une certaine reconnaissance. Et vu que l'homme n'était visiblement pas du genre à remercier, il se ferait un plaisir d'attendre jusqu'à ce qu'il ait eu ce qu'il attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Ailinn Kafka, Lun 11 Nov 2013 - 18:45


Jour de pluie
PV Solange O'Riley




[Les amis, je me permets de poster puisque ça fait un certain temps qu’il n’y a pas de réponse par ici, si problème MP moi !]
C’était un vague jour de pluie. Le ciel était sombre, chargé de nuages denses et menaçants. Un vent glacial balayait les rues, faisant voleter au-delà des pavés quelques feuilles mortes aux tons bruns. Au loin, un novice s’entraînait au piano, et les arpèges cristallins s’égaillaient dans l’air d’automne.

Et au milieu de tout cela, Ailinn marchait, l’esprit dans les nuages et la tête sous un immense parapluie de toile bleu nuit. Il y avait longtemps qu’elle n’était pas sortie ainsi parmi les moldus, pour prendre l’air, et elle devait avouer que cela lui avait manqué. Errer sans but précis, simplement pour marcher au rythme lent des gouttelettes qui s’écrasaient sur son parapluie.

La jeune femme s’arrêta devant la vitrine d’une grande galerie commerciale. Noël ne tarderait plus, à présent, et il était temps de songer à ce qu’elle offrirait à ses frères et sœurs d’armes. La perspective de tous les retrouver en Italie lui réchauffait le cœur, d’autant que pour une fois, ils seraient tous réunis sans se demander qui l’on risquait de pleurer à la fin du combat. Un simple jour de paix.

La vision d’Ailinn s’était troublée quelques instants à ces douces pensées, et l’Irlandaise se retrouva à observer pensivement son reflet dans la vitre luisante de la galerie. Elle avait tant changée depuis ses débuts à Poudlard, insolente gamine à la crinière folle et aux grimaces amusées… Et pourtant, tout semblait s’inscrire dans un destin tracé d’avance, comme si tout avait trouvé sa place.

Alors oui, elle ne s’enflammait plus aussi vite qu’autrefois. Elle était plus pensive, plus posée. Mais l’étincelle qui brillait au fond de ses iris émeraude n’avait pas changé d’une once. Et la rouquine aurait autant qu’autrefois eu besoin d’une bonne coupe de cheveux. Cette pensée lui arracha un petit sourire lorsqu’une silhouette familière frôla son dos.

Alors que les passants moroses traînaient des pieds, les épaules alourdies par la pluie et le moral au ras des pavés, il émanait de cette silhouette quelque chose de différent, une assurance qu’aucun moldu de sa connaissance ne possédait.
Il y avait quelque chose dans cette démarche déterminée, la façon dont ces cheveux blonds retombaient à chaque pas qui rappelait à Ailinn de bien lointains souvenirs. Des pensées à l’odeur de parchemin qui la ramenaient loin, bien loin, sur les bancs de Poudlard…

« Excusez-moi ? »


La silhouette avait eu le temps de s’éloigner mais Ailinn s’empressa de la rattraper. Elle n’avait que faire de se méprendre, ce ne serait pas la première fois qu’elle passerait pour une originale auprès d’un moldu égaré.

« Excusez-moi… Je ne voudrais pas vous importuner, mais vous me rappelez… Miss O’Riley ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Invité, Mer 13 Nov 2013 - 16:23


Un coup de vent glacé fit frissonner la jeune femme, obligeant celle-ci à rabattre plus contre elle les pans de son long manteau. Solange eut l'impression de frôler une jeune femme, mais cela était tellement qu'elle n'y prêtât pas vraiment attention.

À vrai dire, outre se protéger du froid, la blonde se creusait la tête afin de trouver des idées de cadeaux pour Mike et les enfants. Elle avait bien une idée pour Declan, lui offrir une chouette pouvant être un beau présent, vu qu'il allait tout de même sur sa onzième année et rentrer à Poudlard. Mais pour les jumelles et Henry ainsi que pour son homme, c'était le noir complet.

C'est donc perdue dans ses pensées que la jeune femme continuait d'avance, entrant dans le magasin et se mettant au chaud au passage, jusqu'à ce qu'elle entende quelqu'un lui parler. Tout d'abord, Solange eut du mal à se rendre compte que c'était à elle que l'on s'adressait. Puis enfin, cela fit tilt dans sa tête et elle reconnut la jeune femme en face d'elle.

- J'espère bien que je vous rappelle Miss O'Riley ! Fit-elle avec un sourire. Imaginez que je ne ressemble plus à l'image que vous aviez de moi, cela serait catastrophique, vous ne trouvez pas Miss Kafka ?

La blonde avait reconnu son ancienne élève qui avait été également serveuse à Honeydukes quand Solange fréquentait assez régulièrement l'établissement. Puis un jour, Ailinn était partie. C'était donc avec une réelle joie que la sorcière la retrouvait ici, malgré la foule environnante.

- Comment allez-vous Miss ? Cela fait bien longtemps que je ne vous avais vu, vous avez disparu un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Ailinn Kafka, Mer 13 Nov 2013 - 22:32


Jour de pluie
PV Solange O'Riley




« J'espère bien que je vous rappelle Miss O'Riley ! Imaginez que je ne ressemble plus à l'image que vous aviez de moi, cela serait catastrophique, vous ne trouvez pas Miss Kafka ? »

Les deux jeunes femmes ne s’étaient pas croisées depuis plusieurs mois, probablement plusieurs années, et pourtant Ailinn devait admettre que certaines choses ne changeaient jamais. Ainsi qu’elle resterait probablement toujours aux yeux de ses professeurs la petite rouquine des cours de métamorphose, les enseignants ne semblaient pas vieillir aux yeux de l’irlandaise.

Image de glace dans des souvenirs en perpétuel mouvement.
Solange O’Riley restait une femme pour qui elle éprouvait un grand respect, d’une part parce qu’elle lui avait appris la magie, de l’autre parce qu’elle avait autrefois aidé sa cousine à se sortir d’une situation malsaine, ce qui avait alors semblé à ses yeux constituer un véritable acte d’héroïsme.

« Rassurez-vous, vous êtes plus resplendissante que jamais ! Vous avez l’air heureuse. »
répondit-elle avec un petit rire.

La jeune femme sourit chaleureusement à son ancienne professeur. La jeune phénix ne savait pas grand-chose de la vie que menait sa compatriote et aînée, mais elle ne pouvait se résoudre à y voir quoi que ce soit de sombre. Peut-être avait-elle tort. Ailinn n’avait pas toujours été très bonne juge du tempérament des autres. Si l’Ordre avait eu une nette tendance à revoir à la baisse tous ses préjugés positifs sur l’humanité, que pouvait bien cacher quelqu’un comme Solange O’Riley ?

« Comment allez-vous Miss ? Cela fait bien longtemps que je ne vous avais vu, vous avez disparu un jour... »

Ailinn sourit doucement, un peu distraite, sans résister à la tentation d’observer une fillette rousse qui dévorait un croissant sur un banc, non loin. Voilà à quoi aurait pu ressembler sa vie, petite… La rouquine y songeait parfois, et pourtant contre rien au monde elle n’aurait troqué son enfance de bohème avec Naomé.

« Oh, vous savez ce que c’est… Un jour on a envie de changement, et d’un coup tout parait monotone… J’avais envie d’utiliser la magie à autre chose que servir des gâteaux, alors j’ai changé d’air. Je travaille à Sainte-Mangouste maintenant, et je m’y plais beaucoup ! »

Avait-elle l’air heureuse, en cet instant ? Depuis qu’elle avait obtenu ce poste, Ailinn se sentait revivre. Finies, les années fades à servir des petits fours et essuyer les tables. Envolés, les soirs d’hiver à contempler par la fenêtre d’Honeydukes les mystères du village endormi. Disparus, les tabliers pastel et l’odeur sucrée de la petite échoppe.

Aujourd’hui, c’était différent. Ailinn pouvait se lever le matin avec des projets, et enfin utiliser tout ce qu’elle avait pu apprendre à Poudlard. Il lui était égal de passer certaines soirées le nez dans les livres à étudier les enchantements, et de se faire brûler quelques mèches de cheveux en testant un nouveau sortilège contre les intoxications aux prunes dirigeables. Parce que tout cela, elle savait pourquoi elle le faisait, et c’était le plus important.

« Enseignez-vous toujours à Poudlard ? »
demanda-t-elle, retenant habilement un impromptu « professeur » en fin de phrase.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Invité, Jeu 14 Nov 2013 - 19:22


Ailinn la complimenta, lui avouant au passage qu'elle la trouvait un air heureux. Solange rit avec sa cadette, tout en réfléchissant. Elle avait des enfants à s'occuper, deux bons métiers très intéressants, un homme dans sa vie et les réponses à la plupart de ses questions. Donc oui, elle l'était bel et bien, heureuse.

- C'est vrai, je suis bel et bien heureuse. Il y a toujours des petites contrariétés, mais au final... Vous-même semblez vous être épanouie !

Et Solange comprit pourquoi par la suite, lorsque son ancienne élève lui expliqua qu'elle avait cessé de travailler à Honeydukes afin de changer de voie et d'aller à Sainte-Mangouste. Ça, c'était un véritable tournant, en plus d'être une preuve de la force de caractère que possédait la rousse en face d'elle. La blonde était impressionnée et fière de voir que son élève avait aussi bien réussi dans la vie.

- Vous m'impressionnez très chère. Je dois avouer que je suis très fière de voir ce que vous êtes devenue... Dites-moi, vous travaillez dans un service particulier ou vous allez là où on a besoin ?

À vrai dire, Solange ne savait pas trop comment fonctionnait l'hôpital des sorciers, n'y ayant jamais mis les pieds. C'était donc une double chance qu'elle avait de rencontrer Ailinn, non seulement elle savait ce que son élève devenait, mais en plus, elle en apprenait plus sur l'un des endroits qu'elle connaissait le moins. Par la suite, l'ancienne Serdaigle lui demanda si elle enseignait toujours à Poudlard, décochant un sourire à la sorcière.

- Oui, j'y suis toujours. Enfin, j'ai fait une pause entre temps, afin de me consacrer à ma boutique, puis j'y suis revenue, en tant que professeur en Soins Aux Créatures Magiques. Lui expliqua-t-elle avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Ailinn Kafka, Lun 18 Nov 2013 - 21:30


Jour de pluie
PV Solange O'Riley




[Désolée c'est vraiment pas génial comme RP... J'espère que tu trouveras de quoi enchaîner ! :( ]

« Oui, j'y suis toujours. Enfin, j'ai fait une pause entre temps, afin de me consacrer à ma boutique, puis j'y suis revenue, en tant que professeur en Soins Aux Créatures Magiques. »

« Vous supportez toujours les petits monstres de Poudlard, alors ? » s’exclama Ailinn, admirative. « Vous méritez une médaille, professeur ! » ajouta-t-elle dans un éclat de rire chaleureux.

Elle-même avait envisagé d’envoyer sa candidature lorsqu’un poste de professeur s’était libéré, mais après mûre réflexion la rouquine s’était jugée un peu jeune pour exercer une quelconque autorité sur les petites furies endiablées qui lui tiendraient lieu d’élèves, et à présent qu’elle travaillait à Sainte-Mangouste, elle restait persuadée d’avoir fait le bon choix. Son professeur ne tarda d’ailleurs pas à revenir sur ce sujet.

« Vous m'impressionnez très chère. Je dois avouer que je suis très fière de voir ce que vous êtes devenue... Dites-moi, vous travaillez dans un service particulier ou vous allez là où on a besoin ? »

Les joues d’Ailinn s’empourprèrent sous l’effet de ce compliment. Elle avait toujours estimé son professeur, et s’entendre dire que l’on avait réussi par quelqu’un que l’on admirait réchauffait toujours le cœur.

« J’ai l’occasion de travailler à plusieurs étages mais je me spécialise dans les sortilèges et enchantements… Je dois avouer avoir eu du mal à faire un choix, il y avait tant de services intéressants… »


La botanique, par exemple. Ailinn avait longtemps hésité entre les deux services mais le sien, plus approprié aux cas d’urgences – et donc indirectement à ses activités parallèles – avait fini par lui paraître constituer un choix idéal.

« Ce n’est pas tous les jours faciles, surtout en ce moment… Mais au moins j’ai l’impression de me rendre un peu utile. »

Qu’y avait-il de plus beau que de pouvoir sauver un nourrisson qui a reçu un sortilège après avoir joué avec la baguette de ses parents ? Chaque jour, Ailinn réparait les sorciers tombés de balais, victimes de sortilèges qui avaient mal tourné ou encore d’étranges effets secondaires après avoir bu telle ou telle potion miracle. Et cela lui plaisait. Elle aimait les voir repartir, heureux, réparés, neufs.

« Mais je ne voudrais pas vous ennuyer avec mes histoires de Sainte-Mangouste… Alors, quelles sont les nouvelles de Poudlard ? J’ai l’impression qu’il s’y passe tous les jours quelque chose d’extraordinaire… Je dois avouer que cela me manque un peu, d’ailleurs. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Invité, Mar 19 Nov 2013 - 12:23


Ailinn sembla légèrement admirative en apprenant que Solange était encore et toujours fidèle à son poste à Poudlard. Certes, la blonde pouvait comprendre, car vu les énergumènes qu'elle pouvait avoir dans ses cours par moment, ceux-ci ne ressemblaient pas à des promenades de santé. Mais en règle générale, les élèves ne la cherchaient pas trop.

- Je crois que sans eux, je m’ennuierais légèrement ! Avoua la blonde à son ancienne élève avant de rire avec elle.

Puis la professeure écouta attentivement les explications de l'ancienne Serdaigle. La rousse lui expliqua qu'elle avait l'occasion d'aller un peu partout dans l'hôpital mais qu'au final, elle s'était surtout spécialisée dans les sorts et enchantements. Evidemment, vu les récentes attaques de Mangemorts, la blonde comprenait parfaitement ce choix.

- Je peux comprendre cela... À notre niveau, on est tous plus ou moins utile de toute façon. Vous, vous soignez les inconscients qui usent de la magie sans savoir quelles en seront les conséquences et moi je tente d'apprendre à nos jeunes générations quelles sont les conséquences de leurs actes en magie justement... Fit-elle en réfléchissant à voix haute.

Puis un petit silence s'installa entre les deux femmes, qu'Ailinn rompit assez rapidement cependant. En effet, la rouquine voulait avoir des nouvelles de Poudlard. Un sourire naquit sur les lèvres de la blonde, car elle comprenait qu'on puisse avoir du mal à se détacher de cette école. Après tout, elle-même y était encore !

- Oh, et bien, à vrai dire, il se passe toujours quelque chose, mais c'est toujours très routinier... Les professeurs vont et viennent, des gens qui n'ont aucunes références sont nommés à des postes de professeurs... Bref, on est en pénurie d'enseignants et les élèves en profitent pour se la couler douce ou pour préparer des bêtises bien plus grosses qu'eux... Expliqua-t-elle à sa comparse avec un grand sourire.

La magie de Poudlard résidait là dedans en fait. C'était tous les jours pareils mais tous les jours différents, car les bêtises n'étaient pas les mêmes et que les élèves faisaient de plus en plus preuve d'ingéniosité. D'ailleurs, il était remarquable que pour le moment, rien n'ait eu de conséquence fâcheuse... Sauf une fois.

- Heureusement, à part un petit duel entre une Serpentard et une Gryffondor qui a mal tourné pour la rouge et or, il n'y a pas eu de grand incident malgré l'inventivité des élèves. Rajouta la blonde après avoir pensé à Violaine.
Revenir en haut Aller en bas
Lyvia
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Lyvia, Ven 29 Nov 2013 - 22:15


© Never-Utopia

Célya et Lyvia

Quelle belle journée qui faisait, Lyvia avait passé sa matinée à étudier et elle en avait bien ras-le-bol, il était de faire une pause et d'aller décompresser. Et quel n'était pas le meilleur endroit pour passer l'après-midi? Dans une boutique bien sûr. Elle s'essuya les yeux et regarda son bureau, remplit de bouquins, de photos, de divers cd dont elle s'était servie pour écouter de la musique, bref, un vrai bordel. Ayant la flemme de ranger, elle se leva et s'étira en prenant une profonde inspiration. Elle préféra changer de vêtements, allant dans un espace moldu, elle profita pour sortir un jean taille slim avec un pull gris clair et chaussa ses bottes assorties à son pull. Une petite touche de maquillage, mais léger, car après tout, elle n'était pas majeure dans le monde moldu. Elle se regarda dans le miroir, avec un petit rictus et un clin d'oeil , elle était prête à partir.

- Allez, c'est parti!

Le shopping, c'était quelque chose que la jolie blonde aimait beaucoup faire pour se détendre, mais ça serait la première fois qu'elle irait seule. Ses parents étaient absents et sa sœur étudiait en France. Elle ouvrit la porte de la cage de Zayn, sa chouette hulotte, au cas où si elle rentrerait tard, elle pouvait sortir comme elle le désirait. Elle caressa son chaton Himba, endormi dans son panier, il était vraiment trop mignon. Elle sortit de la chambre en évitant de faire le moins de bruits possible pour éviter de le réveiller. Elle descendit tranquillement les escaliers et prit la sortie. Le jardin était plutôt pas mal, il y avait des brises-vu, un truc de moldu, pour garder un peu d'intimité. Mais, Lyvia n'avait pas trop confiance dans les choses de moldus et se mit près d'un grand buisson pour pouvoir transplaner sans risques.

- Plop

Décidément, c'était vraiment une sensation très désagréable de transplaner, la belle russe en avait des crampes à l'estomac et elle ne pouvait plus rien à avaler avant de longues heures. Caché derrière un arbre, elle vérifia que personne ne soit dans le coin avant de pouvoir sortir. Comme c'était désert, elle sortit tranquillement de sa cachette et se balada dans les rues de Londres. Lyvia aimait les vêtements, les chaussures mais surtout, les accessoires, elle avait déjà ce qu'il fallait en fringues, peut-être une ou deux paires de chaussures en plus seraient la bienvenue. Elle fonça donc dans la boutique de chaussures ou en elle en ressortit trente minutes plus tard, sans rien avoir acheté. La coquette avait rendu fou les vendeurs, elle n'arrivait pas à se décider sur une paire qui lui avait tapé à l’œil, elle avait peur d'abîmer le talon trop vite, vu qu'en cette période, elle mettait beaucoup de chaussures à talons. Elle continua son chemin, saluant certaines personnes qu'elle croisait, les gens étaient agréables ici. Après quelques minutes de marches, elle arriva dans le centre commercial où elle y passait près de quatre heures à regarder chaque boutique, cherchant la bonne affaire. D'un pas décidé, elle entra et se rua tout de suite dans la boutique d'accessoires. Mon dieu ce que c'était vaste, y en avait de partout, on ne savait plus où poser les yeux. Il fallait bien commencer quelque part, la belle blonde commença par la droite et regarda les chapeaux et les sacs se trouvant dans le coin, de toutes les formes, de toutes les couleurs, c'était trop bien. Elle resta dans ce petit coin et fouilla pour trouver une perle rare.


Dernière édition par Lyvia le Sam 4 Jan 2014 - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 8

 Au coeur d'un grand magasin.

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.