AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 11 sur 11
Créatures monstrueuses.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
Mangemort 08
Mangemort
Mangemort

Re: Créatures monstrueuses.

Message par : Mangemort 08, Mer 22 Fév 2017 - 14:11


~ Prélude ~

Enfin il arrivait. Ce foutu week-end. Les cours m'avaient barbés. Cette semaine. Marre. Fallait que je décompresse. Fallait que j'entende les murmures de la magie noire au plus profond de moi. Poudlard dormait. Moi j'errais. Dans mes pensées. Je regardais depuis ma fenêtre le froid qui assaillait l'air ambiant sous une nuit noire emportée par les flots du vent. J'étais ombre. Une envie irrésistible me démangeait. Ma seconde nature. Du sang.

Un frisson me parcourut l'échine. Mes amis n'étaient pas là. Non, ils étaient chez moi. Mon autre chez moi. Et j'étais là, pion seul fasse à l'échiquier de la vie. Tout ce... Non. Tous ceux, qui m'étaient important, n'étaient pas là. Ténèbres alors me murmuraient, des mots à l'allure de peine capitale. Que j'écrivais en lettre capitale, sur mon cœur embrumé.

J'avais quitté ce cocon de pierres de siècles perdus, me mouvant dans un château en partie endormi. J'avais quitté l'enceinte de l'école, puis gagné Pré-au-Lard. La forêt interdite. Labyrinthe que je connaissais par cœur, j'y avais récité tellement d'empreintes de magie noire. Pas de baguettes. Pas de compagnons.

L'heure du hurleur. Du chanteur de la lune.

Elle n'était pas pleine, mais je n'en avais que faire. Je voulais. Me transformer. Me dégourdir dans cette forêt, mon terrain de chasse. Trouver une proie la traquer, la tuer. Un centaure peut-être. Que je prendrais soin à éviscérer d'un doux chaos. J'avais pénétré dans cette partition d'arbres, dans les profondeurs de l'obscurité. Ce soir, je jouais. Et gare au promeneur égaré. Une seule envie me gouvernait. Rougeoyante trainée.

Je me laissais tomber au sol, mes mains liées à la terre humidifiée par les températures fraîches. Je connaissais par cœur ce rituel, démon de ma vie. Ma nuque craqua et je relevais ma tête vers le ciel que je ne percevais pas, la cime des arbres couvrant son éclat. Mes yeux s'enfoncèrent quand ma mâchoire se disloqua pour s'agrandir. Ma gueule prit forme en même temps que mes dents laissèrent place à mes longs crocs, certains perforant mes gencives. J'avais appris à aimer cette douleur bien qu'elle laissait toujours une trace de sang dans la bouche.

Ma vue se brouilla, les couleurs s'estompant rapidement pour que je ne fusse plus submerger que par le noir et le blanc. Alors que les os de mon corps commençaient eux-aussi à chanter leur transformation, mon odorat me signalait plein d'efflorescences tout autour, dont l'odeur m'était familière. Baies ou petit gibier dont je n'avais cure.

Ma colonne vertébrale craqua pendant que je sentais mes muscles s'étoffer davantage. Mes bras et jambes se transformèrent en pattes robustes, aux griffes tranchantes comme des lames de rasoir. Mon corps volumineux fut rapidement recouvert de mon pelage sombre. Il tirait entre le gris et le noir obscur, bien que sous ce ciel je devais paraître uniquement sombre, à part mes pupilles jaunes qui transperçaient là où se portait mon regard de prédateur. Ma queue épaisse battait l'air derrière moi, cadence de mort.

J'étais prêt à jouer. A tuer. Cette nuit, j'étais la bête. Prêt de deux mètre vingt tout du long et plus de cent kilos de muscles. Un centaure, c'est ce que j'allais chercher. Proie à la fois rapide et facile. De quoi s'amuser s'il résistait. Je bondis, plusieurs mètre en avant, et m'élançais alors dans les profondeurs de la forêt interdite. Ma nuit ne faisait que commencer. J'étais l'ombre, l'ombre qui perçait la nuit, prête à semer le discorde et sa terrifiante vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Créatures monstrueuses.

Message par : Lydie Nouël, Ven 19 Mai 2017 - 14:34


PV avec Mary ~


Excitation à son paroxysme. Elle avance dans un sentier à peine tracé, sans savoir où elle se retrouvera, ce qu'elle va rencontrer, qui elle va croiser. Appel de l'inconnu qui fait battre son coeur plus fort que n'importe quel être humain. Elle fait glisser sa main sur des branches aiguisées de houx à la hauteur de ses hanches, regrette son geste mais ne ramène pas son bras meurtris. Elle écoute la forêt, savoure son silence angoissant par moment, le seul son de ses pas qui écrasent, au sol, les brindilles de passage.

Au loin dans le ciel, lorsque les feuilles étendues d'un caduque ne lui bloquent pas la vue, elle aperçoit un rapace, il fait du surplace. Sur fond de ciel gris, il scrupte le sol, au loin. Il a du identifier sa proie. Il plonge en piquet, disparait de son champ de vision. Jalouse d'une telle vue, elle tente de voir à travers les ombres de la forêt, le plus loin qu'elle peut. Mais elle ne distingue que des silhouettes et des formes vertes, non indentifiée.

Son regard se pose sur des plantes herbacées, dont le nom lui sort avec aisance, la plupart du temps. Mycètes inconnu aux bataillons éveillent alors son interrogation. Elle pense en avoir déjà lu la description, mais il n'y avait pas d'illustration. Utilisé en potion, ces champignons se distinguaient par leur saveur rappelant celle de l'amande. Elle en arrache quelques uns à leur terre mère et les apportes à sa bouche, négliente du danger potentiel. Fruité. Un goût fruité, pas le fruit de l'amandier, plus sucré encore. Un goût fruité addictif, elle en mange une poignée, sans ce soucier du danger.

Elle passe son chemin, s'évade. Sans trop se souvenir par quel chemin elle est arrivée, elle se retrouve au milieu d'une clairière. Ombragée à souhait, elle décide de s'y poser, la main contre un sequoia. Seul arbre peuplant une zone recouverte d'herbes et de fleurs sauvages, de quelques rochers nappés de mousse. Et des fougères, délimitant la frontière, entre une clairière et son sous-bois. Il faut encore que le venin lui monte à la tête, par le sang d'abord, les effets après, viendraient.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Créatures monstrueuses.

Message par : Mary Drake, Jeu 25 Mai 2017 - 20:33


Aujourd'hui j'ai décidé de passer une bonne journée. Les idées pétantes dans la tête, prête à venir à bout de tous les dangers, j'ai envie de découverte et de nouvelles sensations. C'est ça qu'il me manque. Alors j'ai enfilé ma tenue d'astronaute et j'ai volé à bord d'un navire. Nous n'étions pas encore dans l'espace, loin de là, disons juste que certaines choses sont comme ça. Je voltige en ce moment, prête à tout débusquer, recherche de pas mal d'endroit à explorer. Nous sommes toujours sur Terre, pas de doutes là dessus. Nous faisons juste en sorte de longer les eaux, le sol, à la recherche de certaines choses. Je ne sais pas quoi, j'suis pas la capt'aine. Je suis l'une des passagères assise, qui attends avec impatience. J'suis une pauvre gosse acide qui veut voler dans les nuages. Ouais, c'est ça qui'il me faut. Un moyen de voler là-haut. Et plus loin encore. C'est trop lent ici, c'est ça que j'me dis.

Autant dire qu'il suffit de se carapater pour qu'enfin le voyage arrive à son apogée. J'ouvre la porte, ne me soucie pas des autres, et saute en dehors du navire presque volant qui n'allait pas assez rapidement. Un instant dans le vide, vraiment très court. Habituel presque. J'atterris aisément dans des bois, qui sont ma foi sympathiques. Malheureusement, ce n'est pas encore ce que je cherche, alors il est temps de s'y mettre. Je passe entre les branches, espoir furtif de la découverte d'un quelconque portail par lequel je pourrais m'exiler dans les étoiles. Après une navette intergalactique c'est bien aussi. Nous verrons, nous verrons.

Il avait passé la journée avec ses amis, tranquillement, à prendre de temps à autre un bain de soleil quand les arbres le voulaient bien, à discuter de tout et de rien. Il aimait ça, le tit champi. C'était pèpère comme vie. Aujourd'hui, ce qui était revenu sur la table, c'était l'impacte des feuilles sur la croissance d'hypothétiques haricots dans la belle forêt. C'était un sujet intéressant, vraiment. Il y trouvait là tout un intérêt, avec des variantes et des explications tournées de tous les côtés. En plein débat passionnant, une fille était arrivée et avait entreprit de les dévorer. Bien que peu chanceux et déjà écrasés quelques fois, il pensait avec ferveur qu'il allait y passer. Finalement, c'est la famille de Paul-champi qui y a laissé les racines, la sienne, restant intacte de peu, juste Tatie, mais elle était vieille. Le débat étant terminé, il ronchonnait de ne pas avoir eu le dernier mot. Son seul lot de consolation étant que, et il le savait, les êtres de son rang avaient une certaine préférence pour les dérives. C'était rassurant. Mais après une autre fille est arrivé, il a eu peur pour lui. En fait, elle délirait, parlait seule, chercher un commandant inexistant. Il eut très peur. Elle avait sans doutes décimé un autre village, son peuple était-il bon pour la mort ?  

En poursuivant mon chemin, je tombe dans une clairière, et je ne peux m'empêcher de penser que c'est parfait. Le casque d'astronaute vissé sur la tête, j'avance. Non, toujours pas - pas encore. Y'a pas comme un étrange dans les mouvements, un changement de paysage. Puis je la remarque. Elle. C'est déjà ça, un petit changement. Je cours, parce que j'aime courir, puis une fois arrivée près d'elle, je me dis que j'ai trouvé un équipage. Des idées pleins la tête, c'est fou. J'suis contente, parce que au moins, je ne serai pas seule. Faut encore qu'elle accepte, après, qui refuserait un voyage dans l'espace ? Personne !

-Dis, tu veux allez voir les étoiles ? J'ai encore une tenue de cosmonaute en stock si tu veux !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Créatures monstrueuses.

Message par : Lydie Nouël, Dim 18 Juin 2017 - 11:40


Les yeux lui prennent la tête, font monter une nausée. Elle fait rouler sa boîte craniène sur ses épaules et ses cheveux se coincent dans ses cils. Elle observe la clairière, à la recherche d'un endroit où s'accrocher, pour ne pas perdre pied. Car son poids décroit, sans qu'elle ne s'en aperçoive. Elle se sent légère et craint de s'envoler. Elle tend la main, vers la branche d'un arbre penché, et s'aggrippe. Elle appuie sur ses avant bras et se hisse sur le bois, joue au cochon pendu. La sécurité avant la crédibilité. Basculant la tête en arrière, elle croise le regard d'un inconnu lunaire. Celui-ci, tout heureux de sa présence, se dépêche de la rejoindre, à coup de bonds gravitaires. Une tenue extravagante sur le dos, Lydie ne parvient pas à discerner de visage derrière la visière.

Je bas l'aile jusqu'à me poser, au sommet d'un rocher. Je fouille le sol de mon bec, inspecte la zone, pour nourrir mes enfants. J'essaie d'ignorer la faim qui vibre dans mon corps à plume, doit faire passer la priorité à ma progéniture. Ils sont trois, bientôt en âge d'autonomie. Il s'envoleront avec moi, débuteront leur propre vie. Mouvement sacadés, je tombe sur une créature molle de la taille d'une pate. Sans scrupule, je la capture et étire mes ailes, prépare le décollage. Des vibrations remontent alors dans mes doigts, m'indiquant le déplacement d'un compagnon bien plus gros que moi. J'attire donc mon oeil noir sur l'objet d'une telle agitation et me retrouve à fixer, immobile, la course d'un bipède vers son compagnon. Ce dernier est perché, dans un arbre voisin du miens. Il ne semble pas se soucier de la santé des habitants de cette maison ligneuse, et j'ai soudainement peur pour la vie de ceux que je nourris. Je veux me rapprocher, surveiller la proximité de cette espèce et, si besoin, la repousser d'où elle vient. Mais ma crainte s'envole lorsque l'être se retrouve étalé sur le sol. Mon oeil méfiant restera vigilant, mais je ne peux continuer ma surveillance pour le moment, car l'on m'attend.

- Dis, tu veux allez voir les étoiles ? J'ai encore une tenue de cosmonaute en stock si tu veux !


Elle porte le regard vers l'infini, observe un instant la beauté des étoiles qui les surplombent. Elle aimerait les voir de plus près, y poser les pieds et les étudier. Elle aimerait trouver de nouveaux points de vus comme celui-ci, avoir sous les yeux des paysages nouveaux, spatiaux. Elle se concentre finalement sur la deuxième phrase de l'inconnue. Une tenue de cosmonaute? Elle n'en avait pas besoin. Son corps n'était en rien endommagé par l'absence d'atmosphère, sa respiration fonctionnait encore. Pourtant, sur la lune, l'oxygène ne survit pas. Il s'envole dans l'espace.

Elle réalise brusquement qu'elle peine à respirer, son oxygène s'envole et avec lui ses chances de survies. Il lui faut une tenue pour évoluer dans cet espace, comment avait-elle pu l'oublier. Elle porte ses mains à sa gorge, absence d'air cuisant, elle ne peut respirer et tombe violemment sur sol. Elle implore l'être spatial de lui venir en aide, par le regard, car, sans air, elle ne peut faire vibrer ses cordes vocales.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Créatures monstrueuses.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 11 sur 11

 Créatures monstrueuses.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.