AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 10 sur 11
Derrière la cabane hurlante
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Malicia Evans, Dim 3 Avr 2016 - 22:57


HRP:
 


Des cris. Des supplications. Des doux sons qui résonnaient aux oreilles de l'enseignante. Un rictus mauvais apparut sur le visage de la blonde qui continuait à lancer le doloris. Puis, sans qu'elle comprenne comment, sa baguette vola loin d'elle et le sortilège de la douleur s'arrêta dans la foulée. Elle jeta un œil à John qui ne bougeait plus mais son ventre continuait à bouger, preuve qu'il respirait toujours. Cependant, son attention sur l'inconnu fut de courte durée. Elle se tourna lentement vers son élève, le foudroyant du regard. Il avait osé la désarmer. Voulait-il entamer un combat avec elle ? Dans tous les cas, c'était une mauvaise idée. Je ne t'ai pas dit de dégager ? Malicia informula alors #Stupéfix en visant grossièrement la tête.

Au fond, Evans ne voulait pas lui faire de mal, il fallait qu'il dégage et qui oublie ce qu'il avait pu voir ce soir. Ne prêtant plus attention au serdaigle, elle se retourna vers l'inconnu qui était toujours allongé, à moitié conscient et s'approcha de lui doucement, pour pouvoir plonger son regard dans celui de John. Elle se baissa un peu et sans qu'elle l'anticipe, l'inconnu l'attrapa par les cheveux et la fit tomber sur le sol. Aucun son ne sortait de ses lèvres. Elle chercha sa baguette de la main, mais n'arrivait pas à l'attraper. Une poigne se fit sentir sur la gorge de la blonde et ses bras commencèrent à frapper sur le torse de son assaillant. Alors au dessus d'elle, il se retrouva de nouveau à terre lorsque le genou de Malicia frappa entre les jambes de Doe.

Elle se releva alors, en suffocant, récupérant sa baguette à tâtons, elle repartit vers l'inconnu du bar et formula un #Fitilla. Tout son torse commença à rougir et il poussa un cri sous la douleur. Tu t'es attaqué à la mauvaise personne. Elle se recula et lui lança un sortilège de découpe un peu partout sur le corps. L'inconnu ne faisait que pousser des gémissements. Il soufflait des Stop et des Faites que ça s'arrête. Oh, mais c'est quand qu'il se met à pleurer ? Mimant une moue un peu boudeuse, elle s'agenouilla, attrapa son visage à l'aide de son pouce et son index. Tut Tut Tut, on ne fait que commencer. L'enseignante se redressa et alla récupéra sa robe à l'aide du sortilège d'attraction. Elle l'enfila rapidement et re-avança vers John Doe, prête à lui lancer un autre sortilège.

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Malicia Evans, Mar 5 Avr 2016 - 8:24


Entre des supplications et des cris, l'inconnu n'était pas loin de fondre en larmes. Entre-temps, la blonde se rhabilla et alors qu'elle se retournait pour attaquer John, son élève s'interposa entre lui et Malicia. Rho, quel rabat-joie. Elle n'allait pas l'attaquer mais s'il ne bougeait pas tout de suite, il aurait probablement un peu mal. Mais, au plus grand étonnement de l'enseignante, l'aiglon se tourna vers l'homme et leva sa baguette. AV... ec tout le respect que je vous dois, professeur, pensez vous vraiment qu'il en vaille la peine ? Oh. Wait. Il allait lancer le sortilège de la mort ? Oh, mais c'est encore mieux si elle poussait quelqu'un à lancer le sort de la mort. Un peu d'influence, ne fait pas de mal après tout. Il s'était retourné et sa baguette pointa vers la professeur. Je ne tiens pas à me battre contre vous, je n'aurais aucune chance. Mais si je puis me permettre, professeur, je vous en conjure, effacez sa mémoire et allons nous en. Je garderai le silence. N'appréciant pas ce geste, elle choppa Amnesius au poignet pour empêcher tout mouvement et amena la baguette de Bleu-et-Bronze vers le haut de sorte à ce qu'aucun sortilèges ne puisse la toucher. Et attrapa sa baguette pour la garder dans sa main. Tout cela en à peine quelques secondes.

Il avait, en effet, aucune chance. Deux baguettes contre 0 n'était absolument pas fairplay mais tant pis. Plongeant son regard bleu azur dans celui de son élève, elle approcha ses lèvres de son oreille gauche et murmura. Tu entends ses supplications ? John continuait de geindre et de se plaindre de ses brulures. Oh, le pauvre chou. Aide-le à abréger ses souffrances. Tu allais le faire il y a quelques minutes.. alors fais-le. Lui prenant les épaules, elle tourna le Croupton face à l'inconnu du bar et se plaqua contre son dos. Elle passa alors la baguette du jeune homme devant lui et lui murmura le sort qu'il devait lancer, à l'oreille.




Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Malicia Evans, Mer 6 Avr 2016 - 12:19


Toujours collée à son dos, Malicia murmurait l'incantation à son oreille. Elle le sentait mal à l'aise et jouait avec ça, plus qu'elle ne le ferait d'habitude. Lorsqu'il leva sa baguette pour lancer LE sortilège, que John supplia. La blonde ne faisait plus rien, elle attendait, s'impatientait quelque peu. L'élève lança le sort. Et le rata. Soufflant d'exaspération, l'enseignante s'empêcha de prendre la baguette du gamin pour donner la mort à l'autre elle-même, mais se ravisant au dernier moment, elle fut plus qu'enjouée lorsque la formule passa ses lèvres et qu'une lumière verte sortit de la baguette du jeune homme pour aller droit sur John Doe. Attendez, il avait réussi ? Mais c'était impossible. Il était normalement bien trop faible ! Elle aurait bien voulu aller vérifier. Curiosité malsaine ? Du tout. Juste de la... conscience professionnelle. Bah ouais ça passe mieux comme ça. Elle voulait voir si euh.. son élève avait réellement réussi à lancer ce sort. Oui, voilà, on dira ça. Mais malheureusement, elle n'eut pas le temps d'aller zieuter le cadavre qu'Amnesius tomba dans les bras de la blonde.

Pis, il y allait pas de main morte, hein. Il s'était complètement laissé aller sur le corps de son enseignante, comme s'il dormait. Et il n'était pas si léger. Se laissant tomber au sol, Malicia se mit en position assise et le Bleu-et-Bronze était à moitié allongé sur elle à pleurer. Pourquoi il chialait d'abord ? Parce qu'il s'était rendu compte qu'il était pas si fort que ça ? Ou parce qu'il avait tué un homme ? Ou parce qu'il était fatigué ? Bah oui, normalement les gosses quand ils sont fatigués bah ils pleurent, enfin c'est c'qu'on m'a dit !

Bon. Point négatif, elle ne pouvait plus s'amuser avec John. Nah, parce qu'elle aimait bien lancer des sorts comme ça au hasard et voir qu'il souffre. C'était quand même, un bon exutoire. Point positif, Amnesius ne pouvait pas raconter ce qu'il avait vu sans se punir lui-même. Il avait quand même lancé un sort impardonnable et il n'avait pas un couteau sous la gorge. Plusieurs dizaines de minutes venaient de passer, Malicia commençait un peu à avoir froid, pis elle voulait rentrer et le sorcier pleurait toujours dans ses bras. Lui relevant un peu la tête, elle plongea son regard bleu azur dans le sien, en passant ses pouces sur les joues du serdaigle pour lui essuyer ses larmes. Tu ne diras rien de ce que tu as vu ce soir. La sorcière cherchait l'accord dans les yeux du jeune homme dans ses bras et pis elle posa ses lèvres sur le front d'Amnesius comme un baiser maternel. Se reculant un peu, elle essayant de se dégager de l'emprise de l'étudiant, mais il était bien trop accroché.Relèves-toi. On ferait mieux de rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Malicia Evans, Sam 9 Avr 2016 - 13:57


Il pleurait. Comme un bébé. Pourquoi déjà ? Ah oui. Un petit sort de la mort lancé sur un inconnu. C'est fou ce qu'il pouvait être émotif. Après tout, il ne le connaissait pas ce John. Pas la peine d'en faire tout une comédie. La blonde commençait à fatiguer, à avoir froid et pis en avait vraiment plus que marre d'avoir un mioche dans les bras qui pleure sans une véritable raison. S'assurant qu'Amnesius ne dirait rien de ce qu'il s'est passé ce soir, Malicia se dégagea de l'emprise d'Amnesius. Les deux sorciers se relevèrent. L'enseignante se dirigea vers le château et son élève partit dans la direction opposée vers la porte de la cabane. Dorénavant, ce ne serait pas étonnant que le serdaigle évite les cours de potions. Tant pis.

Passant les portes du château, la blonde se dirigea vers les cachots, passa devant la réserve de potion et la salle de classe. Un silence de mort. Aucun élèves ne se baladaient. Normal vu l'heure avancée de la nuit. Une fois entrée dans son appartement, elle se délesta de ses vêtements, certains étaient tachetés de sang et d'autres de boue. Hésitant entre brûler les vêtements et les laver au kärcher, elle décida de les balancer dans un coin de la pièce, alla se doucher puis direction dodo.
Fin du RP

Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Mangemort 39, Dim 29 Mai 2016 - 20:56


[PV Riri Vacuitas]


Tenir votre promesse. Voilà la seule raison pour laquelle vous étiez ici. Style surfeur, cheveux longs, blonds, il ne vous manquait que la planche sous le bras. Mais vous ne l’aviez pas. Vous ne disposiez que d’une baguette dans la main. Et vous attendiez. Juste à l’heure à votre point de rendez-vous, il ne vous manquait que le jeune garçon intéressé uniquement par sa propre puissance pour commencer les festivités. Rien de bien méchant, une sorte de cours. Vous ne vous laisseriez pas faire, vous vouliez simplement lui montrer quelques propriétés du duel. Discuter, et le laisser s’entraîner. Oui, un bon programme. Et surtout lui dévoiler que la magie noire ne faisait pas tout, même si elle était intéressante à explorer.

Un point de vue qui pourrait sembler étrange pour le masqué que vous étiez, et pourtant. Et pourtant vous n’aviez jamais été véritable modèle de puissance magique et à présent, vous saviez mieux comment la manier. C’était précisément parce que la magie noire était puissante et destructrice que vous vous plaisiez à la coupler avec un brin de magie blanche. Car les deux ensemble formaient l’intégralité de la puissance magique.

Vous vous adossiez à la Cabane Hurlante. Derrière elle, parfaitement à l’abri des regards, il devrait arriver. En tant qu’élève de Poudlard vous saviez qu’il ne pouvait se permettre d’aller loin. Déjà, la sortie alors que le couvre-feu était passé n’était pas prudente. Mais avec le rôle que vous jouiez à Poudlard, vous vous permettiez de laisser des « erreurs », et de lui laisser discrètement la possibilité de sortir.

- Ca va, pas eu de problème avec les profs ? Allez, prends ta baguette et dis-moi un peu ce que tu veux bosser.
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Riri Vacuitas, Mer 1 Juin 2016 - 0:15


Il était tard et le couvre feu était passé, même avec un règlement allégé qui me permettait de me balader plus tard. Il était quand même dépassé. J'avançais dans la nuit, la cape recouvrant la totalité de mes membres. Avançant comme un fantôme, une ombre. Capuchonné comme pour me cacher. Il était préférable de ne pas être reconnut. Qui est-ce que je pouvais croiser à cette heure-ci de toute façon ? Pas grand monde, mais comme on dit. Nous ne sommes jamais trop prudent ! Le clair de lune comme seul compagnie. Ce drôle de … Type ? Comme rendez vous. Était-ce prudent d'aller voir ce Mangemort ? Était-il digne de confiance ? Comme il l'avait dit nous ne nous faisions confiance, c’était un accord mutuels On avait chacun quelque chose à gagner, chacun une contre partie. Mais ce soir j'allais apprendre des choses. Je ne savais pas trop quoi, je savais juste que j'allais probablement être blessé. Il/Elle m'avait prévenue, cela ne me dérangeait pas. J'allais devenir plus puissant, plus fort. Cela m'aurait peut être été utile avant la coupe de duel, au moins cette coupe m'a prouvé que je n'étais pas aussi faible que ce que je le pensais. 'Fin bref, la n'était pas le sujet.

J'avançais toujours, un pas rapide, faisant attention de rester dans les zones d'ombre. Il ne fallait pas être vus surtout pas. J'étais calme comme la dernière fois, j'avais juste beaucoup plus de questions en tête. La cabane hurlante ? Je la connaissais de nom, je n'avais jamais trop compris ce que c'était. Une cabane qui hurle ? Pourquoi ? A quoi sa sert ? On s'en fiche après tout. J'avais rendez-vous là-bas. Enfin, derrière pour être pour être plus précis. Je fini par y arriver après un certain temps. Je me demandais si mon départ avait été remarqué, si j'avais été suivis. Je n'y avais pas fais attention, j'étais trop absorbé dans mes pensée pour y prêter attention. J'étais de nouveau en face de ce type. Cette fois-ci il était différent. Il m'avait prévenus qu'il le serait. Mais je ne pouvais être sur que c'était bien le même. Comment être sur ? C'était peut être un piège ? Il m'adressa la parole, la voix semblait similaire. Alors je répondis à sa question, j'étais malgré tout sur mes gardes, mettant une main sur ma baguette, prêt à dégainer au cas où ce ne soit pas vraiment lui mais un piège ! Surtout qu'il avait une tête de gentil séducteur ...

« Je n'ai pas croisé de prof, ni d'élèves, ni le concierge, aucuns membre du personnel. »

Je sortis définitivement ma baguette, il me l'avait demander. Donc il voulait commencer rapidement, ou alors il cherchait juste à me mettre en confiance ? Je ne sais plus trop. Le regardant d'un air méfiant et toujours capuchonné.

« Ce que je veux bosser ? Je pense qu'il est important de savoir rester en vie avant d'essayer d'en enlever ? Par conséquent commençons par la défense et la contre attaque ? »

Oui voilà, deux sujet pour une question, on pourrait donc faire un mixte des deux ou juste en bosser un seul. Cela dépendait de lui après tout. Mais je ne pus m’empêcher d'ajouter une dernière phrase, sur une voix méfiante.

« Comment être sur que vous êtes bien celui de la dernière fois ? »

Mon cœur s’accéléra légèrement suite à cette phrase. Du stress ? De l'adrénaline? De la pression ? Je ne sais plus trop, peut être un mélange des trois. Il faut dire que je n'avais pas n'importe quoi en face de moi. J'avais un mage noir.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Mangemort 39, Dim 19 Juin 2016 - 12:41


Il était devant vous et répondait à vos questions. Il sortait sa baguette. Il indiquait n’avoir croisé personne, ni élève, ni prof, ni concierge. Un sourire travers votre visage mais vous le ravaliez rapidement. Autant ne pas donner votre identité à moins que vous ne souhaitiez qu’il s’en serve contre vous.

- Ce que je veux bosser ? Je pense qu'il est important de savoir rester en vie avant d'essayer d'en enlever ? Par conséquent commençons par la défense et la contre attaque ? »

L’élève était raisonné. Plutôt une bonne chose, comme il n’arrêtait pas de poser des questions, au moins cela prouvait qu’il réfléchissait un peu et ne se contentait pas d’un simple « Pourquoi ? » à chaque fois qu’il ouvrait la bouche. Seulement vous saviez qu’il allait parler et vous attendiez. Car vous aviez pu cerner ce garçon dès la première fois. Vous aviez pu vous rendre compte qu’il parlait beaucoup et agissait peu. Qu’il pouvait se faire surprendre. Et cela ne manqua pas. Baguette en place, il parla de nouveau.

- Comment être sur que vous êtes bien celui de l…
- Endoloris !

Méchant ça, évidemment. Votre sort partit facilement en sa direction. Il n’était pas très fort car mine de rien, vous vous étiez déjà pris de sympathie pour ce gamin. Et en vérité, vous n’étiez pas là pour le torturer. Vous étiez simplement là pour lui donner une leçon. Et la première était celle-ci. C’est pourquoi votre sort ne durerait que quelques secondes s’il se le prenait. Et de votre voix toujours caverneuse, pour qu’il puisse vous reconnaître, vous débitiez ainsi le premier adage.

- Première leçon : toujours être sur ses gardes. Même quand on a des questions à poser. Mouvement de jambes, baguette légèrement vers l’avant, un peu courbé. Souple, pour pouvoir esquiver. Compris ?

Vous haussiez les sourcils, espérant que la leçon était bien passée. Vous ne comptiez pas répondre à la question que vous aviez interrompue. S’il se méfiait de vous tant mieux pour lui, cela n’allait le rendre que plus efficace, mais vous estimiez ne pas avoir à vous justifier devant ce morveux. On lui avait donné un point de rendez-vous, il était venu, c’était l’essentiel. A présent, il fallait voir comment il s’en sortait face à l’imprévu.

- Deuxième leçon : la défense. L’esquive c’est bien. Le charme du Bouclier, c’est mieux !

Et c’est pourquoi vous envoyiez un petit Pedes Palmipedes juste après cette petite phrase. Rien de bien méchant pour lui, juste de quoi s’exercer. Le combat était commencé.

Et pour vous garantir un petit effet de surpris, vous vous changiez votre baguette de direction et vous lanciez un Kaleidem. Vous ne disparaissiez pas entièrement évidemment, mais vous comptiez sur la nuit pour vous aider à vous camoufler. C’est pourquoi vous vous déplaciez sur votre droite avant de trahir votre position en parlant.

- Troisième leçon : toujours garder à l’œil son adversaire. Et écouter ses sens.
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Riri Vacuitas, Lun 20 Juin 2016 - 20:36


« Endoloris ! » 

Posant un genoux à terre et serrant les dents. Tâchant de résister à la douleur le mieux possible. Je n'avais pas criée face à Asclépius. Il était hors de question que je cris ici. Surtout face à un être inconnus. C'était une douleur violente mais pas aussi violente que ce que j'avais pus lire ou entendre sur ce sort. S'était-il retenus ? Était-il faible ? Souhaitait-il me tuer à petit feu ? Impossible de connaître la bonne réponse. J'avais le sentiments que tout mes nerfs s’enflammaient petit à petit, de plus en plus de mal à tenir. Ce fut un soulagement comme je n'en avais jamais eu auparavant lorsqu'il s’arrêta, peut-être le meilleur moment de ma vie. C'était énervant de se prendre un sort comme celui-là, mais j'avais accepté ça. Je n'avais pas confiance en lui, cependant, j'avais pris confiance. Me disant que de toute façon il avait besoin de moi, que de toute façon il ne me ferais rien. J'avais tord, cet événement n'aura pas de jumeau. La douleur physique était une chose contre laquelle on pouvait s’entraîner, s’entraîner à la supporter, à l'ignorer. Continuer comme-ci de rien n'était. Me relevant et le regardant droit dans les yeux. J'avais compris, il ne comptait pas me faire faire des exercices bien encadré.

« Première leçon : toujours être sur ses gardes. Même quand on a des questions à poser. Mouvement de jambes, baguette légèrement vers l’avant, un peu courbé. Souple, pour pouvoir esquiver. Compris ? »

* Pardon ? C'est quoi cette posture, jamais entendu parlé … *

Gardant un œil sur lui j'essayais malgré tout de suivre son conseil. J'essayais de deviner ce qu'il allait faire. Allait-il encore m'attaquer ? Allait-il encore faire un coups bas ?

« Deuxième leçon : la défense. L’esquive c’est bien. Le charme du Bouclier, c’est mieux ! » 

Un sort suivit cette phrase. La coupe de duel fut un souvenir proche soudainement. J'avais lancé un #Protego par pur réflexe. Heureusement qu'il y avait eu cette coupe, durant laquelle j'avais pus me former un petit peux. J'avais réussis à aller en finale tout de même, je devais sûrement apprendre vite. Ou alors j'étais doué, ou bien chanceux ? Peut être un mélange de tout ça. Quoi qu'il en soit il avait disparut, il n'était plus là. Je n'y avait pas prêter attention, je m'étais trop concentré sur ma propre défense. Je devais réussir à me défendre tout en continuant de suivre ce qui se passait autour de moi. Alors j'écoute et là …

« Troisième leçon : toujours garder à l’œil son adversaire. Et écouter ses sens. »

« #Electrocorpus »

Dans sa direction, en tout cas la direction dans laquelle je l'avais entendu parler. Faisant un geste brusque et rapide. Regard plein de défie et d'excitation, comme éclairé par ce qu'il se passait, avant de s’éteindre pour redevenir blasé. Je n'étais pas forcement excité par l'idée de me battre. C'était plutôt le calibre de celui en face de moi qui m'excitait, savoir que je lui avais lancé un sort, que j'affrontais un poids lourd. C'était le défie qui était excitant. Mais en sois, qu'il me défonce ou que je m'arrête là ne m'importait que très peux. J'étais la pour apprendre. S'il comptait me blesser, je devais en faire autant. Je ne savais pas trop si je devais attendre des exercices où si c'était un combat. Dans les deux cas, je devais répondre. Peut-être que je devrais essayer de lui parler de temps en temps, c'était mieux pour apprendre des choses ? Reculant de quelque pas, l'avais-je touché ? Je ne savais pas si je devais partir pour me mettre derrière une couverture ou attendre une nouvelle leçon. Alors je me préparais juste à lancer un nouveau protego. On parlera après, si je le peux encore.

Cœur battant, et esprit aux aguets, j'étais prêt pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Mangemort 39, Jeu 6 Oct 2016 - 16:44


Le petit vous impressionna. Enfin presque. Vous saviez que votre sortilège Doloris n’était pas fort. Qu’il n’était pas vraiment fait pour faire mal, qu’il ne servait qu’à prouver que vous étiez là pour vous battre. Mais une nuance de fierté s’alluma dans vos yeux lorsque vous comprîtes qu’il ne crierait pas. Qu’il serrait les dents, qu’il souhaitait prouver sa valeur. Il était résistant. N’importe quelle gazelle en péril aurait au moins été surprise par ce sortilège.

Pas un son n’émana de lui. Au mieux, il enfonça un genou au sol et attendit que ça passe. Les effets passèrent rapidement, justement. Parce que vous aviez décidé de le ménager. De lui offrir un cours, un vrai.

Deuxième sortilège : paré cette fois-ci. Le Doloris avait eu un mérite : il avait scellé sa bouche pour de bon. Plus de question inutile, l’élève était aux aguets. Aussi, dès que ma petite phrase de leçon était terminé, il avait réagi. Un Charme du Bouclier en bonne et due forme. Bien. Il était prêt.

Vint ensuite l’invisibilité, les paroles, et sa réaction, rapide là-aussi. Il prononça son sortilège et vous choisîtes de ne pas vous dérober. Si vous lui appreniez la parade, il faut savoir qu’il s’agissait là de votre point faible. Alors, écartant les bras, vous receviez la décharge, qui illumina temporairement votre corps. Vous sentiez les cheveux se dresser sur votre tête, vos muscles entiers se convulser. Vous aviez tout à la fois envie de plier et déplier le bras, les jambes, de fermer et d’ouvrir les paupières. Vous claquiez des dents. Tout cela en même temps. Cela dura quelques secondes et vous en sortiez parfaitement groggy. Vous aviez eu envie de tester la puissance du lanceur. Puissant il l’était. Car cette expérience vous laissa essoufflé et douloureux. Vos idées étaient même presque embrouillées. La couleur de vos cheveux avait changée, virant au bleu électrique, mais ni lui ni vous ne pûtes le voir.

Le premier pas fut le plus difficile à reprendre. La discrétion surtout. Votre souffle vous trahissait sans doute. Long, irrégulier, guttural, difficile. Baguette toujours en main – c’était bien le seul avantage à se prendre un gros coup de jus – vous essayiez pourtant de le surprendre avant de lancer votre prochain sort.

Vous vous placiez derrière lui. Oh. Pas juste derrière en vérité, non. Deux, trois mètres derrière. Et c’est d’un Aranea Telam difficile à sortir que vous commenciez les hostilités. Une toile d’araignée, assez petite mais épaisse et bien collante, sortit de votre baguette dans sa direction. Vous bougiez encore, car il risquait de renvoyer un sortilège dans votre direction, et vous observiez la scène. Vous vous souveniez encore de la difficulté que vous aviez eu à vous débarrasser de cette toile lorsqu’elle avait décidé de se retourner contre vous. Vous espériez qu’elle allait l’attaquer un moment, car vous aimiez bien ce sortilège.

Puis, vous lanciez un autre de vos sortilèges préférés. Un petit Radicis Perfidum bien maîtrisé, faisant sortir du sol, près de votre élève, quelques racines un tantinet agressives. Elles ne montaient pas beaucoup plus haut que sa cuisse, mais elles pouvaient piquer.

C’est seulement après avoir effectué ce deuxième sortilège que vous vous décidiez à approcher. A découvert, vers lui, vous étiez sans doute davantage visible mais cela vous importait peu. Vous vouliez être proche, tout proche, non loin des racines que vous maîtrisiez, pour le faire flipper un peu, l’acculer. Cinquante centimètres. Trente centimètres.

- Coucou !
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Riri Vacuitas, Sam 8 Oct 2016 - 20:26


L'electrocorpus l'avait bien touché. C'était une victoire ce soir. Mais la victoire définitive. Etait-il seulement possible qu'il y en ait une dans un entraînement ? Il me semblait impossible de le vaincre, mais l'atteindre avec un sort me semblait déjà être quelque chose de grandiose. J'avais peut-être tendance à les sur-estimer, ou bien à me sous-estimer ? Je ne sais pas trop, mais l'instant présent me demandait d'être vigilant pour ne pas être mourant. Le sort semblait avoir eu un certain impact sur le Mangemort. Un impact certain ? Pas certain que l'impact marquerait la fin. Pourquoi serais-ce la fin alors que ça ne fais que commencer ? Amusons nous encore. Peut-on parler d'amusement ? Je dévie, revenons en au Mangemort. Il est vrais que j'ai très envie de vous étaler ce qui me semblait être une victoire, vous dire que je l'ai touché. Mais je risquerais de modifier les faits, ce qui n'est pas très fair-play. Je retenais que je l'avais eu, qu'il avait visiblement encaissé mon coup, malgré tout ce coup semblait avoir été fort. Mais incapable d'entre être sur. J'étais à la fois fier de moi, un sentiment de culpabilité. J'étais fier de l'avoir eu, fier de me sentir capable de me battre en dehors d'une arène. Mais d'un autre coté, j'aurais peut-être pus le tuer, peut-être pus le blesser. Remarque, ce mec ou cette femme, n'était probablement pas un enfant de cœur. Me permettrais-je de dire, un enfant de peur ? Probablement, pour le moment j'étais juste excité à l'idée de continuer. Son corps s'était illuminé l'instant de l'impact, puis il redisparut après. [Si j'ai bien compris ton RP]. L’invisibilité, la disparition de monde du regard, du jugement. Mais pas du jugement dernier. Je devais me fier à mes autres sens, dommage que je ne connaisse pas de sort pour indiquer la position d'un être. J'en connais un pour me dire si il y à des personnes, mais nous sommes dehors, cela me semble problématique. Normalement on se sert de lui dans une pièce. Dehors je risquerais de sentir des gens qui sont très loin. D'ailleurs, si je sens quelqu'un d'autre, cela signifie que nous sommes espionné. Peut-être qu'un membre du personnel est là. Le garde chasse pourrait d'ailleurs m'avoir vus ? Non non, je dois arrêter de penser à ça. Cela me déconcentre de l'action qui se déroule.

Je me concentre de nouveau sur cet être sombre, je regarde bas, afin de voir si des branches ou quoi se sois d'autres bouge. J'écoute attentivement ce qui m’entoure. Il y à du bruit, mais la nature fait du bruit. Comment dissocier les siens de la nature ? Je ne sais pas. Pleins de questions et de doutes viennent se placer dans mon esprit. Je dois les chasser comme lors de la coupe de duel. Puisque cette entraînement n'est pas différent. Inconsciemment j'oublie le monde qui m'entoure, il n’existe plus que le son et le sol. Plus d’arbres, plus de cabanes. J'écoute, je suis attentif et l'esprit vif. J'espère prendre l'avantage lors de son prochain passage. Transformer mes mirages en nouvelles pages. Mais sous les nuages nocturne, il est plus probable que l'on s’envoie dans une urne. Plutôt moi que lui, je n'ai pas la puissance qui me séduit. Dépendance à la méfiance, au moins je suis aux aguets, c'est peut-être pour cela que je finirais par devenir préfet. Le regard se balançant de gauche à droite, créant une ébauche de défense peu adroite. Espérons que je ne finisse pas en tranche. Respiration lente, volonté battante. Cœur rapide, peur vide. Quart de seconde, mauvaises ondes.

Un sort sort de l'ombre. Derrière, il à donc quitté la terre. Pas le temps de réagir convenablement. Je le payerais à mes dépends.  J'amorce un geste pour me retourner, le regard au-dessus de mon épaule. On peu clairement y lire la rage de vaincre, mais aussi la surprise de sa futur prise. Juste avant que le sort ne me touche, je tente un geste pour éviter cette escarmouche. Malheureusement, il m'attrape le bras droit, mains et baguette lié. Je n'ai plus la liberté de mouvement de ma baguette d’ébène. Ce mêle à cette surprise un geste de recule. Je dirais bien que ce geste m'…… , Je dirais plutôt que je tombe comme une enclume suite au déséquilibre. Je n'ai pas été assez vigilant, c'était pourtant très probable qu'il tenterait une attaque dans le dos. Comment j'ai pus ne pas y penser, ne pas y prêter plus d'attention. Je tombe, j'aurais aimé que se sois dans des pommes. Malheureusement c'était dans des ronces, ou un truc du genre. Cela était très douloureux. Le sentiment de me faire littéralement découpé était bien présent. Écorché de part et d'autre, le visage griffé. Vêtements sûrement abîmé. Battu, mais pas fini. Je crois que j'aurais préféré une grosse douleur local. La ça picote un peu partout. Ce n'est pas la pire des douleurs, mais suffisamment douloureux pour être gênant. De plus, en avoir plein augmenter le niveau de dérangement que ces douleurs occasionne. Je saigne probablement, pas une hémorragie non plus. Au moins un peux le temps que ça cicatrise. Ce ne sont pas de grosses plais, plein de griffures créer parce qui semblait être des ronces.

* … Comment je vais justifier cela demain en cours d'Histoire de la Magie ? En plus je ne connais pas la prof. Et il y aura cette fille qui pose pleins de questions. J'espère qu'elle ne m'en posera pas dessus. J'espère que personne ne m'en posera. Au pire je leur dirais qu'ils n'ont cas aller voir ailleurs. Exactement. Non seulement je vais être très fatigué, mais en plus je serais abîmé. Je dois bien avoué qu'il m'avait prévenus … *

Heureusement pour moi, durant ce cours, personne n'y avait prêter attention. Ils avaient vue, mais cela leur avait sembler normal il fallait croire. Il est vrais qu'un type fatigué avec des coupures sur le visages c'était normal et courant à Poudlard. Bref, je devais me relever et vite. Juste quand cette idée me traversa l'esprit j'entendis un

« Coucou ! »

« Je continue ! »

Dis-je entre deux douleurs et d'une voix énergique, essayant d'oublier les douleurs. Le cherchant également du regard, finissant par le trouver par hasard ? Était-ce bien lui ? Très probablement. Peut-être allait-il faire quelque chose pour me soigner, peut-être pas. Dans tout les cas c'était bénéfique. Dans l'un je pourrais mieux bouger, dans l'autre, m'habituer à combattre ainsi. J'avais l'impression de sentir mon cœur battre dans chaque blessures, dans les oreilles aussi. Il va de sois qu'une nausée était monté. Les sensations habituel lors d'une tel perturbation. J'avais de l'ambition et de la détermination, alors je souhaitais continuer cette soirée à m’entraîner. Amorçant alors un geste pour me relever, le bras armée toujours bloqué.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Mangemort 39, Dim 9 Oct 2016 - 15:36


Vous trouviez ce combat très amusant finalement. Votre invisibilité partielle était un véritable atout, et la jeunesse de votre adversaire vous faisait réellement mourir de rire. Car il fut parfaitement déstabilisé par les racines, qui pourtant n’atteignaient pas une taille gigantesque comme vous aviez pu parfois le voir lors d’un combat. Non, vous étiez réellement gentil, mais il était tombé. Tombé dans les racines qui, évidemment, avaient saisi leur chance et l’avaient passablement attaqué.

Heureusement, il s’était relevé, et vous lui aviez dit coucou, vous révélant par la même occasion. Lui, avait dit deux mots qui vous firent sourire. Il continuait. Vous ne lui en demandiez pas moins, mais vous appréciiez sa ténacité. Car il savait qu’il était dominé, mais il ne s’en faisait pas. Il était réellement là pour apprendre.

- Attends, on va analyser un peu avant.

Jamais vous n’auriez pensé dire cela un jour, dans un combat. Mais vous lui aviez fait une promesse : entraînement contre fidélité. Il fallait montrer votre bonne foi. Au pire… Au pire vous n’étiez pas le meilleur combattant du monde magique, il n’apprendrait de vous que les bribes, qu’il aurait pu se faire en combattant de lui-même. Au pire vous ne perdiez pas grand-chose, mais au mieux vous gagniez un véritable partisan, parfaitement dévoué à votre cause et à la sienne.

Alors vous reculiez, et vous retiriez votre carapace d’invisibilité d’un Finite Incantatem. Les deux mains relevées, comme en signe de paix, bien que vous teniez votre baguette bien en main, vous souriez, et commenciez à parler.

- Alors, dis-moi un peu, qu’as-tu appris de cette petite escarmouche ? Que faut-il craindre de son adversaire ?

C’était une bonne question que vous auriez mieux fait de vous poser à vous-même également. En vous écoutant, vous vous sentiez essoufflé et douloureux. Vous ne pouviez pas dire que vous étiez au meilleur de votre forme, et cela précisément parce que vous vous étiez pris un seul et unique sortilège bien dosé, que vous aviez choisi de ne pas contrer.

Vous choisissiez de ne pas dresser de barrière bleue entre vous et votre interlocuteur, comme pour lui montrer que vous aviez confiance en lui, mais vous restiez tout de même sur vos gardes. Vous ne souhaitiez pas qu’il vous attaque de nouveau. Seulement, vous n’étiez pas tout à fait certain de vos réflexes. Nul doute que ce coup de jus vous avait grillé quelques neurones, et on ne pouvait pas dire que vous étiez un modèle concernant le nombre que vous abritiez habituellement dans votre tête.
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Riri Vacuitas, Dim 9 Oct 2016 - 19:27


Il semblait avoir souris suite à ma réplique. Cela lui faisait-il plaisir ? Ou bien trouvait-il cela pathétique ? Je ne sais pas trop, je me disais que les Mangemorts étaient des êtres qui se nourrissaient de la détresse et non de la détermination. Cet homme aux plusieurs visage, au moins deux visages en tout cas. Le surfeur du soir me demanda d'attendre afin d'analyser ce qui venait de se passer. Cela me semblait très étrange, un cours Mangemoresque. Oui c'était vraiment particulier. Je ne lui faisais pas confiance. Et pourtant j'écoutais ce qu'il me disais sans méfiance. D'un coté je me disais que ce qu'il avait à dire, était basé sur expérience. C'était un mage noir, il avait forcement combattu plein de fois, cela faisait sens. Puis je ne savais qui j'avais en face de moi. Un homme face un enfant, les joue encore un peu ronde et rose. Des traits encore angélique, pas encore marqué par la dureté de la vie ou de l'espèce humaine. La vie traîne mais je m’entraîne durant la mienne. Puisqu'il est trop tôt pour qu'elle s’éteigne. Surpris j'étais, en sursis il me laissait. Il fini par réapparaître clairement devant moi. Tandis que j'essayais de me défaire de cette satané toile. Sans pouvoir utilisé ma baguette je me sentais faible, oserais-je dire impuissant ? Très probablement. Le temps fut lent, je m'attendais à une autre attaque. En guise d'analyse, cela fait sens. Voir si j'avais bien retenue la leçon, mais sans baguette, ou presque sans, cela était délicat. Je bougeais la main petit à petit, refusant d'y mettre l'autre, imaginez si elle reste collé également ? Je serais bien dans le pétrin, ce ne serais pas très malin, plutôt la fin.

Il avait levé les mains, tenant toujours sa baguette. Pour montrer sa bonne foie ? Mes yeux se plissèrent sur ce détails, intrigué, devais-je réellement le croire ? La réponse était non, évidemment. Je devais rester vigilant, croisant son regard. Je me demande s'il n'est pas trop tard, peut-être compte t-il me tuer ce soir ? Peut-être, peut-être pas.

« Alors, dis-moi un peu, qu’as-tu appris de cette petite escarmouche ? Que faut-il craindre de son adversaire ? »

Ouverture de la parole, ouverture défensive. Ouverture de l'être en face de moi. Plusieurs idées me traverse. Je veux lui répondre, mais lui répondre comment ? Pas mal de façon différentes se présentent devant moi. Je fais mon choix méticuleusement, je ne peu rien laisser au hasard. Pas face à ce surfeur.

« Qu'il ne faut jamais le sous estimer, enfin je le savais déjà. S'attendre à tout, ne rien mais oublier. Mais surtout ... »

Je savais ce que j'allais faire ensuite. Il allait peut-être m'en vouloir, mais après tout nous étions là pour ça. Je sentais le cœur battre dans les coupures fraîches. Certaines devenaient muette, mon esprit se concentrait alors petit à petit sur celles qui restaient. Ce n'était vraiment pas agréable. J'avais continué à travailler ma main prisonnière, je m'étais pas mal libéré. Mais ce n'était pas suffisant pour viser correctement. J'hésitais entre deux sorts. Avec l'un je lui montrait que j'étais toujours prêt, que j'avais bien retenue. Que même limité à des sorts simple, je pouvais me sauver la mise. L'autre me permettrait de savoir si j'ai raison de le mettre sur un piédestal. Il était plus dur à utiliser. Bien que je l'avais utilisé contre Harmony et Asclépius durant la coupe. Je pouvais le refaire, mais à quel puissance ? De plus que ma main toujours bloqué en partie, me limitait. Je n'étais pas sur de le réussir correctement. Même pas sur que le sort parte tout simplement. Tandis que le premier, il était difficile de le louper. Tout ceci ne dura vraiment pas longtemps, mais la seconde me séparant de ma phrase et ma phrase m'a semblé durer une éternité. Rah, toujours choisir, toujours faire des choix, toujours entre deux. Le sort classe, montrant que j'ai bien retenue. Le sort vicieux, montrant que je suis toujours présent. Braquant la baguette, tentant de viser comme je peu tout en faisant péniblement le geste. Etait-il bon ?

« #Terorim »

Voix calme, regard déterminé. Douleur me traversant le corps. Comme-ci que j'avais réveillé tout ça. Douleur gênante, pas handicapante. Il est claire que se déplacé serait bien plus gênant, être statique et lancer des sorts faisable. Courir et sauté, faisable, mais cela se payerais juste après, surtout au niveau des articulations. Je lui jetterais probablement le sort la prochaine fois, on verra bien.

* Maintenant, je test *
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Mangemort 39, Lun 10 Oct 2016 - 18:56


Votre élève devant vous, vous le toisiez de toute votre hauteur. Vous attendiez qu’il réponde à la question, qu’il vous surprenne un peu, et surtout qu’il retienne la leçon. Vous vouliez une bonne analyse, avec ce qui l’avait perdu. Car c’était finalement en perdant des combats que l’on finissait par remarquer ses erreurs. Autant les faire alors qu’il ne s’agissait que d’un entraînement.

« Qu'il ne faut jamais le sous estimer, enfin je le savais déjà. S'attendre à tout, ne rien mais oublier. Mais surtout ... »

Ses premières paroles étaient banales. Vous compreniez qu’il avait besoin de réfléchir et vous le laissiez faire, tapant quasiment du pied car cela ne venait pas assez vite pour vous. Mais c’était normal. Vous étiez parfaitement distrait par l’idée de le laisser réfléchir. Vous qui aviez pourtant gardé votre baguette en main et qui souhaitiez simplement qu’il apprenne ses leçons, vous qui aviez décidé un instant de baisser la garde et de faire le gentil, veniez de vous faire prendre au piège.

Lorsqu’il ouvrit à nouveau la bouche, vous mîtes du temps à comprendre qu’il envoyait un sortilège. Et lorsqu’enfin vous le comprîtes, vous vous l’étiez déjà pris en pleine tête. Votre esprit confiné sortait progressivement de sa tranquille quiétude, de son état de confiance dû à votre supériorité dans ce combat, pour commencer à flipper. Il avait réussi à vous surprendre. Vous. Vous qui aviez votre baguette en Main. Vous qui auriez dû lui apprendre des choses.

Et pourtant c’était lui, là tout de suite, qui prenait l’ascendant ! Vous le voyiez quasiment grandir, et vous, tout petit et frêle et lâche comme vous étiez, vous vous sentiez tout simplement minable. Le cœur battant à vive allure, il vous envoyait des doses trop importantes de sang. Votre cerveau, trop irrigué, délirait de plus belle. Vous ne compreniez pas ce que vous faisiez ici, dans le noir. Il vous semblait au loin entendre l’écho de coups de feu, votre hantise si jamais vous vous retrouviez face à des moldus, et l’envie de fuir s’empara de vous.

Vous reculiez précipitamment de deux pas, à peine quelques secondes après que le sortilège s’en soit pris à vous, et en relevant les yeux, vous vous rappeliez que vous étiez face à un élève. Si votre esprit ne le reconnaissait pas tout à fait comme tel, une petite voix vous murmurais qu’il n’y avait rien àcraindre. Que la plus grosse menace ici, c’était vous. Mais cette baguette, dans vos mains, à quoi servait-elle ? Vous étiez désarmé ! Vous alliez mourir !

De nouveau la panique vous submergea, vos mains couvrirent votre tête. Vos cheveux refluèrent dans votre tête et commencèrent même à reprendre leur teinte normale alors que la petite voix ne revienne. Comme une maman berce son enfant calmement, elle vous rassura. Pas de coup de feu. Pas de piège. Pas de sortilège.

Finalement vous réussissiez à souffler, et alors que vous commenciez tout juste à reprendre le contrôle de votre personne, une vague de haine à l’encontre de l’éève vous submergea. Vous n’aviez pas encore retrouvé tout à fait vos moyens que vous lanciez à tue tête Bombarda à ses pieds, Acidileus à côté et Everte Statum dans sa direction.

Puis vous souffliez. Le déchaînement terminé, vous reprîtes conscience du lieu dans lequel vous étiez. La sueur collait à votre visage. Vous ne vous en rendiez pas compte mais celui-ci s’était peu à peu transformé. Vos traits étaient devenus plus épais, et vous étiez à présent à mi-chemin entre votre véritable visage et celui du surfeur que vous aviez souhaité incarner. Essoufflé, vous poursuiviez cependant la leçon.

- La surprise est… une bonne chose, mais… Faut pas perdre… Son ennemi de vue… Jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Derrière la cabane hurlante

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 11

 Derrière la cabane hurlante

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.