AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 16 sur 17
Rencontre inattendue
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
Elina Peterson
Auror en formation
Auror en formation

Re: Rencontre inattendue

Message par : Elina Peterson, Mer 6 Déc 2017 - 10:09


Comme un air de déjà vue

avec Artemis Lhow♥ et Nyx Spero


L.A des deux pour intervenir

En retard... Il est encore en retard... J'aime cet homme mais son Job beaucoup moins ces derniers temps... ça fait bientôt une heure qu'il devrait être là... La table est mise, le repas est pret... Et encore une fois il a dut être retenue au travail... D''habitude il me prévient mais la... Rien... Pas un hiboux, pas un patronus... Aurait-il tout simplement oublié qu'on devait ce voir ce soir?

Je me lève du canapé sur lequel je m'étais installé pour tuer le temps en attendant qu'il arrive sans trop regarder l'horloge mais la s'en est trop je ne tiens plus... Je fulmine... Je vais éteindre le feu qui maintenait le repas au chaud. Je jette un regard désabusé vers la porte comme s'il pouvait la franchir d'une secondes à l'autre... Mais rien... Je soupire de déception et de rage. Qu'il aille au diable. J'éteins les lumières et me rends dans ma chambre, je ne trouverais pas le sommeil mais je serais toujours au chaud sous mes couettes.

A peine la porte de ma chambre refermé qu'un magnifique tigre argenté fait son apparition et s'arrête devant moi, la voix de mon Auror résonne dans la pièce.« J'ai besoin de ton aide ... dans mon bureau se trouve sur la deuxième étagère une petite fiole en verre contenant un liquide rose. Prend la et amène la moi, mon patronus te guidera jusque dans la forêt, j'ai un petit soucis avec une collègue ... sois prudente en chemin ... je t'aime. Mon coeur se serre, il a un problème avec une collègue?  Dans la foret? J'enfile rapidement des vêtements chauds attrape ma veste et transplane directement devant le portail du domaine gris. Pas de temps à perdre surtout s'il a besoin de moi. Je n'ai pas le temps d'atteindre le perron qu'Haïko m'ouvre déjà la porte. Je le salue à peine, l'esprit bien trop embrumé par l'inquiétude... Si le bureau de Mr L'auror n'est pas vraiment rangé je n'ai cependant aucun mal à mettre la main sur la dites fiole qu'il m'a demandé de lui amener.... Je ressors aussi vite de la maison en remerciant et m'excusant rapidement auprès d'Haïko qui n'y comprends absolument rien... Artemis se débrouillera pour lui expliquer la situation... Un regard vers le Tigre et le voila qu'il m'ouvre le chemin en direction de son maitre.

Il me faut un certain temps pour enfin apercevoir une silhouette mais dans le noir l'angoisse monte... Et si ce n'était pas lui...? Je resserre l'emprise de mes doigts sur ma baguette. Il ne faut pas que mes démons refasse surface maintenant... Il a besoin de moi.... Je m'approche doucement et lorsque je le vois adossé contre un arbre un soupire de soulagement m'échappe... Je m'approche de lui, inquiète. Il me rassure d'un sourire et dépose un baiser sur mes lèvres. Je lui tends la fiole qu'il m'a demandé et me tourne pour chercher la fameuse collègue. Mon sang se glace, Nyx est inconsciente contre l'arbre en face.

Un regard vers l'homme que j'aime puis un autre vers ma pire ennemie. Attends, minute... Que fais Nyx ici? je tente de comprendre... Soit c'est elle le problème et sa collègue est je ne sais ou.... Soit.... Non... ce n'est pas possible il me l'aurait dit si il travaillait avec elle? Non? Un simple regard vers lui et je comprends que ma deuxième théorie est la bonne... Elle est sa collègue... Et il me l'a caché... J'hésite entre éclater maintenant où prendre sur moi... Je l'attends depuis plus d'une heure, je m'inquiète pour lui et monsieur est avec Elle? Je prends une grande inspiration et lui lache le plus froidement possible.

- Voila ta fiole

Lhow va vraiment falloir que tu es une bonne... Une très bonne excuse. Sinon tu vas me le payer cher... très cher...

Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Auror
Auror
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Rencontre inattendue

Message par : Artemis Lhow, Mer 6 Déc 2017 - 13:57


* T'aurais peut-être mieux fait d'appeler Haïko non ? *

Le temps s'écoule doucement, laissant planer dans l'air le bruissement des feuilles, le souffle lent du vent et les ronflements de Nyx. Pendant de longues minutes qui me semblent être des heures, je guette attentivement le moindre bruissement trop brusque, le moindre souffle de trop, la moindre sonorité qui n'aurait pas sa place en cette vieille forêt. Je suis presque impatient qu'elle arrive, mais je sais aussi que sa réaction risque d'être explosive. Elle s'est beaucoup calmé avec le temps, mais son sang bouillonne encore et toujours d'une espèce de jalousie farouche... pourtant en arrivant j'ai bien cru que tout allait bien se passer...

Un soupir de soulagement lorsqu'elle approche de ma position, je lui adresse un sourire et vais à sa rencontre déposer un baiser sur ses lèvres. Elle me tends la fiole d'un air interrogateur lorsque son regard se pose au dessus de mon épaule. Son mouvement se fige, elle semble réfléchir quelques secondes puis son regard se fait froid ... mais pas autant que le ton de sa voix. Je récupère la fiole et pousse un soupir, presque une lamentation, c'était prévisible. Ses différents passés avec l'autre cruche sont encore bien présents. Mais elle a changé elle aussi depuis et c'est grandement assagit. Bon, certes ça reste Nyx, faut pas déconner, mais elle est supportable aujourd'hui.

« Eh bien je vois que je n'ai pas à te présenter ma collègue, tu sembles te souvenir d'elle ... je l'ai croisé alors que je venais te rejoindre, mais son comportement était pour le moins étrange alors je l'ai suivi pour m'assurer que tout allais bien. Sauf qu'elle a visiblement bu une fiole qu'elle n'aurait pas du boire. Celle-ci, je lui montre celle que je tiens à la main, est l'antidote. »

Petit détail auquel je n'avais pas pensé, mais il faut qu'elle soit réveillée pour lui administrer. Et si elle se réveille, elle risque de ...

Je déglutit d'appréhension. Pourvu qu'elle ne fasse rien de stupide, je ne voudrais pas avoir à gérer un duel entre ces deux là. Si quelques années en arrière je n'avais eu aucun mal à les mettre à l'amende, aujourd'hui l'une d'elle a rejoins le bureau des aurors et l'autre a passé deux ans à la poursuite d'un mage noir. Niveau duel, elles se sont plutôt bien améliorés et je ne serai pas forcement à mon avantage face à celle que j'aime. Alors quoi ? Je lui dit d'emblée le contenue de la fiole ? Et s'il s'avérait que Nyx n'avait pas bu de fiole. S'il s'avérait qu'elle était réellement ...... nooooooon. Impossible. Je déglutit à nouveau et met en avant la fiole au liquide rose.

« C'est un antidote pour lutter contre les philtres d'amour. Je te laisse deviner sur qui c'est tomber et pourquoi j'ai préféré l'endormir ... avant que tu n'en vienne à vouloir l'étriper ou à vouloir m'étriper moi, je te signale simplement que si j'avais voulu te le cacher j'aurai pu faire appel à Haïko pour venir m'amener la fiole. Et si je t'ai pas dit que Nyx avait rejoins le bureau des aurors, c'est tout simplement parce que nous ne travaillons jamais ensemble vraiment et que je n'ai tout simplement pas eu l'occasion de t'en parler. Et puis ... au delà de ça ... il y a la discrétion lié au métier aussi. Si on ne se cache pas vraiment, on évite également d'avoir nos trognes affichés à tous les coins de rue. »

J'aimerais croire qu'elle sera raisonnable et qu'elle comprendra, mais elle n'est pas allé à Gryffondor pour rien : c'est une vrai lionne. Sans attendre sa réaction, je pointe Symfonia sur l'endormie et marmonne un « Revigor » presque à contre cœur. Début des hostilités dans dix secondes ...

Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rencontre inattendue

Message par : Nyx Spero, Ven 22 Déc 2017 - 19:47


Désolée pour l'attente vous deux :c



Un nuage passait par là, sans que je ne m'en aperçoive...

La nuit était belle, vraiment très belle. L'air frais qui refroidissait ma chair, me réchauffait mon cœur endolori par un passé inoubliable. Un passé que j'avais totalement oublié ce soir-là, dans les bras de cet homme qui me faisait sourire sans même m'en rendre compte. Je flottais comme un petit nuage qui se perdait dans le ciel, mais qui était content de se perdre. Je ne ressentais qu'un intense soulagement de me retrouver seul à seul avec cette personne. Mon cœur battait. Des battements harmonieux, synchronisé.

Yeux fermés, je ne voyais rien, mais je rêvais. J'imaginais cette forêt dans laquelle nous étions seuls. Le silence qui y régnait. Tout était magnifique. Même dans le noir. La beauté s'entrevoyait à travers les rayons de lumière déversés par la lune. Ce n'était pas grand chose, mais c'était suffisant pour s'apercevoir de la beauté de la vie et tout ce qu'elle nous offrait.

Puis... tout à coup, un sortilège lancé et je pars dans un monde encore plus lointain. Tout était très lumineux. Une lumière aveuglante. La découverte du monde. Je ne voyais rien, mais je savais que c'était parfait. Une main tendue, que je pris sans me poser de questions. Une peau douce, mais si froide... La lumière était moins forte. Je voulais qu'elle soit moins forte, pour apercevoir le visage de cette personne devant moi. Mais la lumière était toujours plus faible, comme si tout avait basculé dans un rien de temps. Un voile transparent était venu se poser sur ce rayon lumineux, le seul qui persévérait. Tout tombait. J'étais comme catapultée dans une autre vie...

Mes yeux commençaient à s'entrouvrir, me faisant durement retomber à la réalité. Je ne voyais rien. Il faisait sombre. Très sombre. Mais d'après mes sens, je me trouvais toujours noyée dehors. Quelle heure était-il ? Où étais-je ? Ma tête tambourinait. Je ne me sentais pas très bien. Je restais quelques minutes en sol, avant de me rendre compte que je n'étais pas seule. Je commençais donc à me relever rapidement, pendant que je plongeais ma main vers ma baguette, avant de me rendre compte qu'il ne s'agissait rien d'autre qu'un adorable collègue et... Peterson ?!

- Bordel, mais qu'est-ce que tu fiches ici Lhow ? Et pourquoi elle se trouve là ? demandais-je en gardant mon regard sur Artemis et en assistant sur le mot "elle"

Ma tête me faisait un mal de chien. J'avais l'impression d'être sur un bateau qui partait à la dérive. Je préférai donc m'assoir sur un rocher qui se trouvait juste à côté. Je m'étais levée trop vite, et les conséquences se virent de suite. Mon regard restait bloqué sur mon collègue, faisant comme si cette femme -que je détestais depuis toujours- ne se trouvait pas en face de moi. Une réalité que je ne voulais pas imprimer. Je n'avais ni l'envie, ni les forces de me battre.


- Il s'est passé quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Mary Drake, Sam 27 Jan 2018 - 23:41


pas de réponses depuis un mois, je prends ^^
Si y'a un tit problème mp ♥


PV Lïnwe

Une allumette, deux alouettes, trois plumettes et quatre girouettes. La première prend feu pschit les deuxièmes volent en amoureux love les troisièmes tombent en criant Aaaaaaaaaaaaaaah et les quatrièmes tournent en rigolant hahahaha. C'est pas compliqué, le chemin est celui-ci, entre les broussailles, les trouvailles, les gouvernails, les morceaux d'ail - on évite les vampire évidemment - ce que c'est compliqué ! Bon au pire on établira un autre campement, ce n'est pas très grave il suffit juste de trouver une clairière. Là ! C'est bon ! Arrête-moi ce sourire satisfait chut, j'suis contente, c'est rare alors profitons ! J'ai pas de panier pour les champignons, ni de nourritures à cuire. Mais il fait froid ces temps-ci, bien que l'humidité semble s'en aller tout doucement à petits pas, alors réchauffons ! La lumière et la chaleur du feu peuvent avoir les mêmes propriétés que le coeur du soleil, j'en suis quasiment certaine ! C'est trop blanc, je me dois d'être un fantôme moins transparent vu que tous s'entête à me trouver vivante ~ frustration. À présent, ramassons.

Il faut d'abord faire un cercle de pierre, j'en ai tout plein avec moi, je les aimes pas t'façon alors même si elles peuvent pas brûler j'espère bien qu'elle pourront ressentir un minimum de douleur. Bien fait pour les inanimés. Vous n'aviez qu'à savoir bouger ! Puis après il faut les branches et ça c'plus compliqué. Un peu d'effort, ça peut le faire. Des allez-retours qui ne cessent, je marche je coure je vole impossible t'y arrive pas bon d'accord mais au moins je fais quelque chose et je commente pas. Tout s'efface, j'me concentre dans ce moment précis, celui où il faut empiler, pas trop peu mais quand même assez, cette précision pour ne pas trop se foirer.

Les morceaux d'arbres sont compliqués, mais le plus difficile reste quand même tout ce papier que j'ai dû emporter pour pouvoir faire en sorte que tout flambe correctement. À la moldue dirons nous. Chaque feuille chiffonnée qui atterrit dans le futur brasier me déchire le coeur. Elles ne sont pas n'importe qui, ce sont des feuilles noircies d'encre, de mon écriture, des feuilles que je ne veux plus voir devenir éternité. Peut-être que si elles disparaissent dans les flammes, ce qu'elles contiennent, leur message aussi. Je ne peux espérer autre chose que ça. Cette fin. Une bonne fois. Je termine un cahier entier, gardant tout de même la dernière page, une trace pour ne pas l'oublier. Quand j'étais encore toute petite on m'avait dit qu'il fallait toujours tout garder. Oups....

L'hésitation au bord des doigts. J'y vais ou je laisse ça comme ça ? Non, autant tout tuer directement, c'est mieux. Je sors une petite baguette, la frotte contre un des côtés de la boîte. Elle se consume. Mais j'arrive pas à me résigner à l'envoyer dans le tas. Je la regarde se rapprocher de ma peau. Avant de souffler pour ne pas qu'elle me touche. Puis je recommence. Elle avance, vers moi, danse, vers moi, frôle, vers moi, et là je la laisse me toucher, juste pour voir si le feu fonctionne, si l'odeur de la chair brûlée peut être aussi efficace que le goût métallique du sang. La réponse est non. Je continue donc de jouer à qui gagnera le premier ; le feu ou la Mary ? Le feu ou les tas de papiers et de branches ? Il y a beaucoup de possibilités, mais j'ai comme l'impression que dans tous les cas, je peux y perdre quelque chose - si pas moi.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Lïnwe Felagünd, Dim 4 Fév 2018 - 15:39


La Petite Fille aux Allumettes.
PV Mary.

Le songe s'émerveille quand un pas sur le côté fait craquer une branche morte, évanouie sur ce lit de feuilles noircies par le temps. Comme le brasier, le feu et la bûche qui crépite dans la cheminée — une allumette qui croque et troque ses entières pensées. Lïnwe se tient là, le dos appuyé contre un arbre de la forêt. Attendant son heure comme on attend la fin de l'hiver, que le froid nous emporte entre deux encoignures : pour un abri éphémère, rasoir car illusoire.

-Premier vision. D'une libellule vaporeuse qui lui monte aux narines puis s'immisce dans son cerveau. L'idée fixe de ses ailes libres, le champ de blés derrière elle qui s'ennuie. Ça lui rappelle un peu son enfance. L'ignorance encore existante et puis sa sœur inhérente. La maison au loin qui se perd. Et puis une autre histoire, le pont la pluie et sa meilleure amie qui s'estompe au fil des années. Avant de disparaître vers les nuages, aux cieux accomplis.

Il continue son avancée comme une ombre maladive,
en retrait et pourtant si proche de la fille.

-Deuxième vision. D'une dinde farcie sur la table, imposante et incandescente face à la lune souriante qui s'infiltre dans le salon par la fenêtre ouverte. Un rayon léger, puis étonnant. Qui illumine les esprits, abonde ces regards attentés par la joie du moment. Une fête qui perdure grâce aux traditions. Un pilier. Non, des colonnes romaines indestructibles et pourtant déjà lézardées. Un fondement. Une famille encore établie. Avant de disparaître vers les nuages, aux cieux accomplis.

La suivre en filature
était particulièrement
excitant
pour son
cerveau
créatif.

Particulièrement
redoutable
pour cet
être
aliéné.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Mary Drake, Jeu 15 Fév 2018 - 20:41


Le rire est étrange
surtout lorsqu'il devient ------ fou
le rire est une lumière
entre les flammèches
le rire est quelque chose
le rire n'est rien

mais qu'est-ce que le non-rire ?

Un ensemble vide.

Aussi, entre cette confusion bipolaire, je commence à rigoler. Changeant le tout pour le tout. Mon feu prend de la conscience. Mon feu n'est pas encore vie, mais je le vois onduler entre les branches. C'est comme une vision éphémère, une projection dans le futur qui n'est pas aussi lointain - pas comme la mort par exemple. J'acquiesce pour moi toute seule, vision du monde changeante entre les instants. J'évite de festoyer trop vite. La petite fille ne meurt-elle pas à la fin ? Je ne sais plus vraiment. Il faut que je dérive, déborde sur le plan de base. Mais à force de jouer je me retrouve vite à court. Ce serait pourtant fâcheux de démarrer une bisbille entre toi et moi pour voir qui est la réelle fautive dans cette histoire. Ce ne sont pas les autres en tous cas. Ils se sont enfouis, enfoncés dans le sol, la terre-mère. S'en est fini.

Mes yeux se dérobent à la vision de la chair meurtrie, de la chair brûlée. Seule celle de mon pouce a été touchée. J'ai pas d'autre moyen de me soigner de toute façon ; le feu permettant en règle générale de s'occuper de la plaie. Faisons le compte : cinq. Regardons le travail : parfait. Il n'y a plus qu'à se laisser bercer. Regard aux alentours : quelqu'un ? Non. Ou peut-être que si. Qui sait ? Pas moi. Je me retrouve par terre, les cheveux emmêlés par la borée. À nouveau je reprends mes gestes mécaniques. Frottement, flamme. De jolies bluettes se forment sur les contours. Il ne reste plus qu'à tout poser près du feu ; et là, c'est l'explosion.

Enfin, tout est relatif - explosion d'un regard émerveillé plutôt. Mais le feu peut vite se tarir comme il peut vite tout détruire. Deuxième allumette. Troisième ; et le souffle qui vient alimenter le tout. Quatrième - cinquième. Mes dernières chances de survies viennent de partir dans le néant. Heureusement pour moi, ça prend. Les flammes se mettent à onduler autour, enjouant mes yeux quand la chaleur s'empare lentement de mon coeur. C'est absolument parfait. J'ai l'audace de me prendre pour une aspiole à présent. Me voilà maintenant génie, mais contrairement aux habituels batifoleurs, j'ai la chance de ne pas être enfermée dans une lampe (qui a plus l'allure d'une théière que d'une lampe d'ailleurs), espérons que ça dure.

Elles sont si belles
et pourtant aussi redoutables
que des cruelles alumelles

prendre garde
le contrôle peut très vite
être perdu
.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Lïnwe Felagünd, Mar 27 Fév 2018 - 21:56


C'est le cinquième craquement qu'on entend. Un bruit furtif, malhabile qui répond au vent - dans le vent. C'est comme un cerveau qu'on décolle à chaud, le cœur fondant en une déchirure délicate. C'est le caquètement gourmand des céréales contre les parois dentaires au petit matin, mais le soleil est noir déjà. Ou caché derrière les cimes, les cimes de ces arbres sifflants un feu d'artifice épineux. Des sapins. Des sapins tout autour, qui font la fête. Regardent de leur sourire plein de sève dégoulinant sur leur visage rassasié.

Le craquement d'un tambour abîmé. Sous les veines, bouge encore un papillon mort. C'est celui du cil qui s'abat comme un ciel de géant contre celui d'en bas. C'est celui qu'on entend dans la nuit profonde, le rêve éveillé : en formation, l'os qui craque. Les jambes qui chancellent comme un bout de guimauve. Perte des sens avant de retrouver la vie devant le palier.

C'est fou ce qu'on peut
trouver en souvenirs

en un seul mouvement.


C'est l'allumette qui danse contre les branches rugueuses. Le feu s'enjaille et un château de paille s'embrase. Cette fille est merveilles. Elle crée l'instantané éternel. Une réalité surprenante, ancrée dans un tunnel enflammé. C'est des braises qui gravitent au-dessus des têtes. C'est l'appel de la forêt, qui se prend pour un chaman.

S'approche
S'approche

tendrement
- C'est... wahoo.
Tu illumines un tableau.


Une scène d'opéra.
Un grand mat.

Une table.
Une nature morte.

Un cimetière
aux pensées
d'égouts.

Le feu
vous revit.

Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Mary Drake, Mer 7 Mar 2018 - 21:51


coucou

Elles sont
- puissantes
lâchent des cris qui crépitent
tic tic tic
Les brindilles s'enfoncent
se consument
et elles continuent
leur danse d'hérétiques
--------------------------apocalyptiques
tic
tic
tic

Ours de flamme qui part à la conquête d'un territoire de bois. Ses dents sont effrayantes - mouvement de recule. Tremblante d'effroi je le vois dévorer déchirer détruire à coups de pattes et de dents. Ses canines ne prennent pas la peine de mâcher. Elles empoignent pour tout dévorer. C'est hypnotisant ce spectacle alarmant. Je comprends pourquoi ils prennent tous la peine de danser et s'amuser autour des bois qui se consument. La destruction a ce quelque chose d'effrayant qui donne envie de s'y jeter. Les flammes brillent et réchauffe. On veut les approcher, les comprendre, les câliner et pourtant un pas de trop et oh ! une odeur de chair brûlée. Comme ce pouce maintenant roussi et ce rire délirant ; nous avons tous succombé à ces merveilles d'horreurs cinabres. Le mammifère gagnera toujours si il est fait de flammes et qu'il laisse sur son sillage des cendres.

On voudra trouver une braise sous la cendre
sous le gris
incessant - de
l'infini
la terre restera chaude
fin du début ?
ou début de la fin ?

Puis entre les flammes une voix. Voix dessus voix dessous ; mémoire qui revient sous un buisson étourdi. Illumination c'est drôle pour une illusion. Mémoire mémoire tu me fais défaut. Folie ? Non impossible elle est partie ça ne peut être elle. Le souvenir est trop lointain. La chaleur me fait délirer. Doit être ça. Tableau - vérité ; il ne manque qu'un artiste pour illustrer la beauté des flammes. Coups de pinceaux pour montrer à quel point c'est beau. Mouvements - sorcellerie. Une photo ferait tout aussi bien l'affaire. J'imprime dans ma mémoire ces instants. La forêt seulement illuminée par quelques morceaux d'étincelle. Les étoiles au-dessus qui nous regardent. L'autre. Et puis moi. Et puis l'ours. Et puis le tout.

Et j'ose demander que vois-tu toi ?
et j'ose parler
un peu
brisant la règle secrète des solitaires
j'suis une indienne et sous un feu de bois
je - trace
avec la terre
deux lignes rectangulaires
sur mes joues rougies de chaud et de froid

Comme si une nature sauvage
se réveillait
face à la brutalité
de la réalité fumée
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Lïnwe Felagünd, Mar 20 Mar 2018 - 23:11


/!\ Contenu sensible (?) /!\

S'approche s'approche comme un enfant
au bord de l'eau les flammes l'entourent
le fascinent comme un tableau un art hermétique

qu'on aurait laissé couler dans un bocal
en verre toute une vie
et qui explose

un feu d'artifices
orangés le feu
s'adoucit comme un moineau

un bec une bougie
l'étincelle de l'allumette
qui s'amuse.

Tournoient tournoient contre le bois
des cheminées écarlates illuminent le
ciel, il sera pourpre à l'aube

comme un rideau gris
un lapin à la queue de renard
au museau d'araignée s'étend dans le noir

comme il est étrange
ce moineau !

— Ce n'est pas ce que l'on voit qui compte
c'est ce que l'on croit.



La chaleur l'étourdit un instant comme plongé dans un souvenir tourmenté. Une langueur monotone lasse et infatigable. S'ensuit la montre, aussi molle que mécanique, qui dégouline le long d'une branche. Il se fait tard et pourtant, le garçon est là à analyser son subconscient dans la noirceur des braises. Traiter son âme par le feu, il y en a qui l'ont fait. D'autres ont opté pour la pendaison et pourtant, c'est le même combat. Le même cheminement qu'un sage qui va de l'avant. Un savant.

- Je vois... je vois le temps qui rôde. Une étrange créature, qui se laisse dorer aux soleils. Trois astres surplombent la mer. s’initiant aux rites divinatoires. Il se prend pour Tarzan, une boule de cristal à la main. Craquez. Craquez encore de ces allumettes et vous vous verrez mourir. Dans une étrange et parfaite froideur.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Mary Drake, Lun 16 Avr 2018 - 21:56


J'ai l'habitude de regarder par le trou de la serrure pour savoir ce qu'il se passe. Je ne suis que très rarement dans la pièce où les événement intéressants ont lieu. Je préfère être reculée, sans soucis et puis me mettre à écouter.
Aujourd'hui j'ai les pieds sur les braises
C'est à moi de les braver
J'sais que je peux marcher dessus
À condition de savoir m'y prendre
mais même dans le feu d'l'action
il m'est impossible
de m'imposer
- Les flammes sont trop illusionistes
Je les vois déjà venir
viens mon petit
C'est comme si j'étais Gretel
devant la maison de biscuits
et l'inconnu c'est Hansel
Y'a la méchante sorcière qui est de l'autre côté
de la douce - fumée

Sous les mots ma perception se transforme métamorphose

Il me dit qu'il voit le temps. Entre les mailles brûlantes je vois ce bois se consumer, perdre sa vie. Les douces effluves sortent du cabasson pour venir nous enrober de sucre cristallin. C'est bleu, c'est orange, c'est rouge et puis doré mais surtout fascinant à fixer. La chaleur donne envie de s'avancer et de s'y plonger comme si au final ce serait doux comme un nuage d'aller entre ces futures cendres qui finiront envolées dans le vent. Mon coeur il est comme embrasé tu vois l'inconnu ; les braises se sont faufilées par les pores de ma peau pour venir s'y loger c'est doux c'est chaud mais j'ai peur que trop vite elles trouvent un carburant et viennent me détruire comme elles l'aiment tant. J'ai un peu peur mais c'est pas grave.

Cesse de flipper
de penser aux autres chemins
puis de te dire
que tu n'es pas à la hauteur
apprendre à profiter
de l'instant
- présent


Je n'y vois pas de créatures mais bien la mer dans les quelques lambeaux et j'en viens à penser que l'océan est rouge que ce n'est qu'un feu tellement brûlant qu'il en est devenu froid même si c'est l'inverse d'habitude. Mouvement d'avancée encore un peu puis de l'élan et je saute par dessus les flammes, l'odeur vient me titiller les narines nous sommes séparés d'un bouclier de feu il faut qu'il me rejoigne tu viens ? C'est un peu à l'image d'une épreuve rituel sauf que nous sommes juste ici pour le spectacle et rien de plus.

Et j'attrape
une braise
chaude
comme un regard
d'enfant  heureux
pour la passer
de main
en
main
en jouant avec le feu
et ne pas me brûler
les doigts
mais seulement
les yeux
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Lïnwe Felagünd, Mer 25 Avr 2018 - 18:42


                       

                                                                                                         feuilles
                                      au-                                                            dessus des
                                   bout de                                                            la ligne verte
                                sensibles                                                       s'y détachent au
                            en volutes de                                              fumée - des bateaux
                         ce sont ses rêves                                       les plus noirs qui s'envolent
Un spectacle vivant. Rebondir sur le mot comme sur une image. Celle d'un siècle passé, on y voit les années se défiler à travers les flammes et les braises et les fumées qui s'élèvent en une danse contemporaine. Un peu frêle, parcourue de spasmes épisodiques - il est malade. Il voit son visage détruit par les cernes, l'enfance hallucinée et les pensées-crèmes. Ce sont des idées qu'on ne peut enlever. La mélodie chantée par les arbres évanouis. C'est un sauna brûlant. Mais un sauna naturel.

Et soudain, une secousse qui vient des ténèbres, racines claires-obscures. Les nuages bougent bien trop vite d'un seul coup, avant de ralentir l'allure. Où est-ce la mélancolie des chênes qui frissonnent un instant, sur le parvis d'une clairière embrassée par leur folie ? — La Petite Fille aux Allumettes parcourt un filet de bave rouge comme une épreuve impensablement surmontable. L'oiseleur est parti. L'oiseleur, c'est le monstre qui lui prend ses petits oiseaux au fond du lit. Sans ses petits oiseaux, il se sent un peu seul au monde, sans amour à partager sans bonheur à communiquer. Il n'y a pas le droit. Mais il suffirait peut-être que d'une étincelle pour y voir la subsistance céleste. Il n'est plus utile de craquer des bâtons de bois. C'est le feu qui craque sous ses pas. Ils sont en train de tuer leurs démons.

La signification de la vie prend alors tout son sens
lorsqu'il se retrouve de l'autre côté du miroir orangé.

Il y a comme un parfum chimérique.
Un soupçon nostalgique qui remonte des narines
au cerveau, Place de la Mémoire :

l'odeur des guimauves qu'on flambait
dans le temps.

Tendre la main
vers son guide

La Petite Fille qui craquait ses allumettes
pour y perdre la tête.

Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Mary Drake, Mar 15 Mai 2018 - 18:19


Les choses n'ont pas toujours la saveur que l'on pense. Les larmes qui coulent le long de vos joues lorsque la pluie ou l'eau ruissellent elles aussi ne se mêlent pas distinctement. Elles sont là, mélangée avec les autres gouttes à tel point que je ne sais même pas si je pleure ou non. Si ce qui coule est un mélange ou simplement les dérives d'une imagination et un coeur débordant d'amour froissé, d'amour vexé. Au final c'est compliqué de faire la différence entre certains éléments qui se ressemblent tant. Pluie et larmes, amour et Amour sans même compter les dérivés de nom. Il y a l'Amour qui hante l'Imagination, il y a ver vert vers haut eau tôt taux et tant d'autres qu'au final on ne sait même plus ou placer sa tête pour différencier les vrais et les faux.

La braise elle aussi elle n'a pas cette chaleur que je m'attendais à ressentir. Si je passe vite d'une main à l'autre tout va bien, il n'y a pas de brûlure, pas d'adrénaline. La garder seulement une seconde rend le tambour deux fois plus rapide comme si la perspective d'un trait méritait plus d'engouement que celle de ne pas en avoir.

Au final y'a trop de spaghettis emmêlés
pourquoi on se casse tous la tête
alors qu'il existe des pennes ?

La braise tombe
s'éteint
une étoile
qui meurt
dans un élan d'étincelles
chatoyantes
pour toujours
et dans le néant
- éclairé
naît la silhouette d'une main
ses contours qu'épousent les flammes
- brièvement
et dans la lumière
- sombre
naît les saveur d'une autre
qui attrape la première
étant peut-être une chimère

Comme si nous nous sauvions
sans êtres certains
de la valeur cachée
de notre vie

~ instant paisible durant lequel il n'y a que les flammes et puis nous, leurs bouts et ces étranges fantômes qui semblent s'y fondre, elles forment un tout détaché duquel je veux faire partie, un instant j'ai envie d'y retourner et puis - j'entends - craquer - ce qui ne devrait pas ~

Instant paisible terminé
Au rapport ?
L'apocalypse

Toc toc toc toc
Je suis la flamme
qui s'échappe
Alors que vos regards n'étaient attirés
que par la
- beauté

crik crik crik
Je suis la branche
qui crie
dont les hurlements
s'échappent
dont les hulements
sont étouffés
par les denrées
aux crocs d'acier

Cric cric cric, oups - et puis qui ? Quoi ? Juste moi, un recul, un recul pour observer le tableau qui se peint et une petite voix qui murmure qu'en effet ce n'est rien. Juste une forêt à la rencontre d'un élément autre. Inconnu. Un être entier. Cela tiendrait presque de la science fiction. Il manque un peu de voyage dans le temps. Nous y sommes ? Presque !
Oh, et toi, toi et encore toi, la voix de l'hypothétiquefolie ou du moins d'un fou qui me suit même derrière les flammes, qu'en penses-tu ? C'est encore plus
grandiose
plus
magique
plus attractif
c'est encore plus parfait

le feu de bois n'est pas dans la forêt
le feu de bois est la forêt
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Lïnwe Felagünd, Dim 27 Mai 2018 - 15:54


Errer dans la forêt c'est parfois retrouver son chemin
se retrouver soi-même, avant de de pointer le mal sur les autres.

Errer solitairement dans la forêt c'est parfois faire face
au changement à la spontanéité du temps, être accompagné

la main tendue guidant vers le feu savant
dernière figure avant de perdre la tête.

Dernière danse parmi le mur de flammes qui les entête
c'est un carnaval - un gala - un bal costumé des plus belles
saveurs de la Terre
l'eau à la bouche
le feu fait suer

c'est une valse à trois temps :

le premier se nomme perte
d'équilibre de soi de la vie d'un être

la seconde se nomme bifurcation
ou l'art de survivre parmi les insectes

la dernière se nomme élévation
ou rationnellement parlant : flexion - mouvement latent - échappée vers le haut

une bien jolie valse
dont les technicités sont déroutantes
l'existence est déroutante.

C'est inexplicable, inexpliqué. Le trou béant de l'indéchiffrable. La réaction du garçon peut paraître insensée, ou même suicidaire. Mais il se laisse aller comme la douceur de la nuit ou la Mort qui vient le chercher. Est-elle la Mort ? Elle n'a pourtant pas de faucille, seulement des allumettes... Seulement des allumettes. Elle y craque ces bribes de vie pour y féconder l'espoir qui transperce la nuit, ses cimes et ses nuages. Est-elle la Mort ? Aux allures de Petite Fille qui joue très tard. Trop tard, elle, qui doit dormir, bercée par une comptine maternelle. Elle le mène tout droit aux Enfers. Et il n'a pas peur. Non, il n'a pas peur. La formation du Précepteur fait peut-être effet. Elle joue avec le feu comme un enfant s'approcherait trop près du four. La forêt.

Là-bas, une branche explose en
poussière d'étoiles au feu follet

oh ! tu y vois quoi, toi ?

Ceci n'est pas une forêt.
C'est une cuisine, une
cuisine où les enfants
peuvent enfreindre les règles
pour ainsi s'amuser.


Il est bon. Il est vraiment bon d'outrepasser le réel avec ces suppositions indigestes.
Liberté, métamorphose des ombres, jeu de lumières : incendie criminel
mais essentiellement rêve d'enfants.

Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Mary Drake, Dim 24 Juin 2018 - 14:33


parfois c'est l'odeur de la nicotine
qui doucement chatouille les narines
entre les cigarettes qui pendent contre ces lèvres sèches
des yeux fixant la petite mèche
-rouge
qui fume
qui flume
qui embrume

qui tue

elle nous embobine
comme on replie un fil
après lui avoir fait croire
qu'il coudrait un vêtement

Parfois c'est la simple fumée
d'un brasier
d'une bougie
à l'allumette
qui s'élance en transe
pour un feu qui se veut petit
qui devient ensuite de plus en plus grand
pour détruire à coups de griffes
rendre le pleins ; néant
La fumée qu'on respire
qui tente d'asphyxier
voleuse d'oxygène
de vie et de réalité
Pyromanie
c'est un joli mot
qui rend les doigts fébrile
qui fait trembler la peau
et si ?
Et si plus tard
tu recommençais
pour vraiment être une petite fille
à l'allumette tendancieuse ?
et si ?
Et si le monde devenait fumée
pour une nouvelle notion de beauté
où elle ne serait plus vie
mais destruction ?
subjectivité

Des petites gouttes s'échappent des pores de ma peau pour s'élancer à la conquête des flammes, si désespérées qu'elles espèrent l'éteindre mais il en faudrait des milliers pour espérer que ce brasier cesse de s'étendre et puis je je n'ai pas envie que les flammes arrêtent d'engloutir ce qu'il y a sur leur passage ce ne serait en quelque sorte pas très juste de les faire exister pour ensuite les détruire ce rôle ne m'appartient pas.

Une mère
ne tue pas
son enfant
enfin, généralement

J'existe par la procuration de la chaleur dans l'instant, non seule comme le penserait d'autre mais avec l'ombre enfançonne qui suit, aime aussi, ce nouvel arc de vie. Un reflet sous la lumière de la flamme, visage tout autant transporté, voix murmure-cri étrange en soit je pense que nous nous comprenons peut-être pas pour tout, peut-être juste pour ça mais au final je crois que c'est déjà beaucoup.

La création est fixée
tournée
détaillée
comme un bambin examiné sous toutes les coutures
il y a toujours ce carnet de naissance
à remplir
mais l'évidence est que
j'y vois une sorte de vie
macabre
pour certain
magique
pour d'autre
tout dépend de la signification que l'on donne au mot
Et puis je vois
des enfantômes
qui dansent
- et chantent
en tournoyant
indéfiniment
On pourrait presque entendre
leurs paroles
en tendant l'oreille


Il suffit d'y croire
pour que retentissent
- les premières notes
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Lïnwe Felagünd, Dim 15 Juil 2018 - 23:32


Ça danse, ça crie. Un feu de joie aux artifices capricieux
les braises s'agenouillent un instant, fléchissent et s'élancent dans les airs
une chorégraphie, un ballet mesuré
c'est le bal des cheminées
des briques rouges dans les feuillages
illuminent dangereusement les lieux de la forêt
ici petite clairière
là-bas barbecue géant
l'espace-temps n'existe plus
ce n'est que la chaleur du feu
qui attire
irrésistiblement
une pulsion de vie
une forme de vie, oui
mais funèbre
le chant des sirènes en feu
ce sont de belles créatures à la chevelure rouge
qui dansent et s'étirent au rythme cardiaque des craquements
de bois.

Un goût d'enfant
d'innocence sur les parois des flammes
mais toute bonne chose peut paraître
fascinante, fascinante et terriblement affreuse
le bûcher géant l'absorbe, l'abuse et le tourmente
l'impuissance face aux éléments de la nature
Mère Nature :
tu nous as fini à la pisse

alors que tu es si parfaite
toi et tes beaux enfants

je...
crois que le feu s'emballe...
beaucoup trop...
tout d'un coup-


comme un enfant
qui se serait pris de folie
devant un camion de pompier.

Peur de lâcher prise.

Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rencontre inattendue

Message par : Mary Drake, Mer 25 Juil 2018 - 21:54


Goût d'hypocrisie dans la bouche
après tout, il n'y a pas que le feu
il y a l'eau, la terre-mère
alors pourquoi lui ?
Pourquoi aujourd'hui ?
L'âpre s'éloigne vers la gorge quand la main se pose lorsque les lèvres toussent
La fumée qui se retourne contre la créatrice ?
Peur, salvatrice ; dévastatrice
sentiment de (im)puissance qui pousse pourtant à continuer
tu veux craquer des allumettes ?
Entend notre chant
rapproche toi
quand les braises dansent
la chorégraphie de la destruction
viens, et brûle
que ton âme s'envole telle les sorcières
et puis regarde nous
tout vous prendre ~

Je crois que
je me rapproche
et j'entends dire
que le feu devient
trop proche
la fumée fait
perdre la tête
Folie ?
Non je dois délirer
Enfant qui me dit
qu'il s'emballe trop
lui ?
Mon
le mien
le notre
Il est pourtant si beau et grandit si bien
- froncement de sourcils -
Tu ne trouves pas ?
En soit c'est un peu
comme si nous étions
maître de lui
Il ne nous fera pas de mal
comme une intuition maternelle
et pour le prouver
j'avance encore et encore
vers le brasier
tellement sûre de moi
tellement prête
certaine qu'il ne me fera pas de mal
parce que je suis
Inspiration et confiance
le pied qui s'avance
attendre qu'il vienne et il arrive bel et bien
mais là se produit l'irréparable :
j'ai mal
le culbute ensuite
se rouler en boule pour ne pas trop brûler
la chair se retrouve pourtant un brin calcinée

Et aux coins des yeux naissent des larmes
je, je pensais que...
Déception perceptible, tristesse qui se broie en haine
Donner la vie pour qu'ensuite
la création
se retourne contre vous
c'est impardonnable
Autant pour moi
le fusil change d'épaule
et vient même se figer dans le regard
Tu as raison ses ardeurs sont trop grandes
son coeur s'emballe, trop ambitieux
les enfantômes profitent de notre amour
Mais c'est terminé

Baguette sortie
pointée vers le beau brasier
toujours un peu réticente
mais on le sait bien qu'il faut l'exterminer
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Rencontre inattendue

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 16 sur 17

 Rencontre inattendue

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.