AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -67%
– 67% sur le Ventilateur sur pied OCEANIC ...
Voir le deal
16 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 3 sur 13
Près des Sangliers Ailés
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard

Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Megan K. Hayajân, le  Mer 7 Mai 2014 - 21:19

*Aucun post depuis un mois*

Pv: Vesty amour


Adieu, Vestia. Adieu, château. Adieu, Poudlard.


La nuit tombait enfin sur un  Poudlard fleuri. Le printemps s'était installé, et, en ce début de Mai, l'humeur des élèves était au beau fixe. En effet, les grandes vacances arrivaient à pas de géant. Bientôt, ils quitteraient pour deux mois le château qui était devenu au fil des ans une deuxième maison. Les dernières années laisseraient derrière eux ce havre de paix, ou pendant sept ans ils avaient étudié l'art de la magie. Ils avaient suivi des cours, effectué des devoirs, dormi dans des lits à baldaquin, vécu dans un château, rencontré des gens et avait été protégé par les professeur pendant sept longues années. Il était temps pour eux de voler de leurs propres ailes.

Mais pour moi, le dernier jour, c'était aujourd'hui. Bien sur, je n'avais mis personne au courant. C'était inutile. Je voulais partie sans que personne ne le remarque. Je voulais quitter Poudlard aussi silencieusement qu'une ombre. Les souvenirs que j'avais ici, jamais je ne les oublieraient. En première année, j'avais balancé une fille dans le lac. L'année d'après, j'avais dansé la macarena sur la table des Poufsouffles. En troisième année, j'avais glissé une couleuvre dans le lit d'un des garçons. Sa virilité avait été remise en doute par les cris qu'il avait poussé. L'année suivante, j'avais infiltré le bureau de la concierge pour y récupérer quelques objets perdus. Un an plus tard. J'y retournais pour récupérer quelques dossiers. Et enfin, en septième année, ma vie avait basculé. J'avais intégré l'équipe de Quidditch, m'étais fiancé, puis séparé de ce garçon, j'avais tagué les murs de Poudlard, livery le Front de libération des Chocogrenouilles et finalement, tué mon frère.

Il était grand temps, je crois, de quitter l'école. J'allais partir autour du monde, me cultiver, approfondir ce que j'avais acquis ici, et surtout le mettre en pratique. Je voulais voir la vie autrement, et faire la paix avec moi même. Moi qui suis un monstre. L'assassin de mon frère, Georgio. J'avais donc, depuis plus d'un mois, prévu mes adieux à Poudlard.

Il est minuit. Je quitte pour la dernière fois mon lit que je refais. Je récupère dans un placard ma valise déjà prête que j'avais pris le soin de camoufler: inutile d'alerter les autres. Je me retourne, une fois sur le palier, pour contempler le dortoir. J'ai été heureuse, ici. Mais c'est la fin. Je ferme la porte, le cœur serré. Une fois dans la salle Commune, j'ai un sourire attendri. Un petit deuxième année est la, endormi devant le feu flamboyant de la cheminée. C'est donc à pas de loup que je rejoins l'entrée. Les Serpentards vont me manquer. La Salle commune, ses lueurs vertes tamisée, les bêtes que l'ont y voit, sous le lac. Tout. Les Sinoples et argents vont me manquer. J'avance dans les cachots. Lentement, j'effleure la pierre du doigt. Je ne pensais pas, il y a sept ans,  quitter ainsi le château. Je passe devant la salle de potions, ou tout est calme. Je remonte. Heureusement, il n'y a personne, dans les couloirs. Peu à peu, je me rapproche de la sortie. Je ne remonterais plus jamais le grand escalier de marbre. Je ne rentrerais plus jamais dans la bibliothèque. Je ne mangerais plus jamais dans la Grande Salle. Je ne serais plus la bienvenue à Poudlard...

Je sors dehors. Je passe par le potager, où le pollen me taquine les narines. Je suis enfin dehors, dans le parc. Les étoiles scintillent dans le ciel noir d'encre. La lune, pale silhouette ronde, éclaire le lac et lui donne l'apparence d'un miroir. La forêt interdite, effrayante masse d'arbre ombrageuse, me rappelle elle aussi quelques excursions pourtant prohibées. Oh, qu'importe. Je me perds dans la contemplation du passé. J'arrive alors vers la statue du sanglier ailé.

Nous y voilà donc. J'embrasse une dernière fois du regard le château aux tours acérées. Lentement je me détourne. Et puis des bruits de pas. Une respiration sacadée. Je savais qu'elle devinerais. Je savais qu'elle viendrais. Je me tourne vers la Poufsouffle qui arrive, le cœur battant sans doute à mille à l'heure.

-Vestia!

Je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas quoi dire. Ces adieux là sont déchirant. C'est sans doute la dernière fois que je la vois, elle. Sans doute l'une de mes meiilleures amies. Vestia Wind Anterton. Une jaune et noire adorable à la plastique de poupée de porcelaine. Les cheveu bruns et les yeux bleus. Je m'approche d'elle, hésitante. D'une main coupable, je replace une même de ses cheveux.

-Tu n'aurais pas du venir. Tu risques d'avoir des ennuis...

Stupide. Je suis stupide. Je ne la reverrais jamais et je lui reproche d'être là. Je perds mes mots. Pour la première fois, je sens que c'est vraiment la fin.
Vestia Wind Anterton
Vestia Wind Anterton
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Vestia Wind Anterton, le  Mer 7 Mai 2014 - 21:48

Adieu Tina, ne m'oublies pas



Vestia savait. La jeune Poufsouffle savait que ce soir, sa meilleure amie partirait. Valentina. Une des seules amies qu'elle avait à Poudlard et cette dernière partait. La jaune et noire était au courant des derniers événements qui avaient secoués la vie de la Serpentard, elle comprenait aussi qu'elle veuille partir mais égoïstement, Vestia voulait que Tina reste près d'elle.

Elle était donc couché dans son lit, les yeux grands ouverts fixant le plafond et elle laissait ses pensées vagabondaient. Non, elle ne pouvait pas partir sans lui avoir dit un dernier adieu. En pensant cela, les larmes de la Pouffy se remplirent de larmes. Non, Tina, non ! Tu ne partirais pas sans m'avoir dit au revoir. Parce que secrètement, la jeune femme espérait qu'il ne s'agissait que d'un au revoir...

Ne pouvant plus rester dans son lit, en sachant que Valentina était en train de partir, Vestia se leva d'un bond. Elle enfila rapidement une robe noire, manches courtes et au Diable le froid ! Elle prit cependant le temps de prendre quelque chose pour la verte et argent. Se précipitant dehors, la Poufsouffle courut à s'arracher les poumons. Il fallait absolument qu'elle voit sa meilleure amie une dernière fois.

La respiration de la Pouffy était saccadée, elle n'avait pas l'habitude de courir aussi vite et sur une aussi longue distance ! Elle continuait de courir malgré la douleur effroyable qu'elle éprouvait à la poitrine mais elle s'en foutait éperdument ! Au bout d'un temps qui lui parut interminable, elle attendit la voix de Miss Boccini:

- Vestia!

Arrivant à sa hauteur, la Poufsouffle s'arrêta et observa son amie. Sa meilleure amie. Elle l'observe, se demanda ce que fout Vestia a une heure aussi tardive. Replaçant une mèche des cheveux de la jaune et noire, Tina dit:

- Tu n'aurais pas du venir. Tu risques d'avoir des ennuis...

Vestia avait envie de hurler. Elle s'en foutait des problèmes qu'elle allait avoir ! Elle voulait voir une dernière fois Valentina. Elle observait son amie. Qu'est-ce qu'elle était belle ! Ses beaux cheveux blonds, ses yeux bleus et son corps de poupée Barbie. Elle continua ainsi à observer la Serpy quelques secondes et elle éclata en sanglots. Pourquoi fallait-il que la vie soit aussi injuste ?! Se reprenant entre deux sanglots, la jeune femme attacha un collier autour du cou de Tina et lui dit:

- Si tu dois partir, pars. Cependant, je voulais que tu es quelque chose de moi ! Il s'agit de la moitié d'un coeur et moi j'ai l'autre moitié.

Reprenant une crise de larmes, Vestia put se calmer quelques instants avant de rajouter:

- Surtout ne m'oublies pas et gardes ce collier ! En souvenir de notre amitié...

Et elle continua de pleurer dans la nuit noire... Valentina partait et elle serait seule au monde.
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Megan K. Hayajân, le  Mer 7 Mai 2014 - 23:19

- Si tu dois partir, pars. Cependant, je voulais que tu es quelque chose de moi ! Il s'agit de la moitié d'un coeur et moi j'ai l'autre moitié. Surtout ne m'oublies pas et gardes ce collier ! En souvenir de notre amitié...


Les larmes de mon amie me dévorèrent comme un brasier dévore une buche. Comme un chasseur tue une jeune biche ou comme la foudre s'abat sur la terre. Avec une facilité déconcertante, ses larmes me blessèrent. Néanmoins, rien ne me ferais revenir en arrière, de la même manière que rien ne pourrait ramener mon frère. J'avais fait un choix. Assez égoïste, je dois l'avouer, mais un choix. Après tout je n'avais ni la bravoure des griffons ni la loyauté des Pouffys. J'étais et resterais une Serpentard. Une manipulatrice. Rester à Poudlard me consumait. Je n'avais pas le choix. Il fallait que je m'en aille, et ça, Vestia l'avait compris.

Elle était d'une beauté déconcertante, ma petite Vesty. Des cheveux sombres et des yeux clairs. Sa jeunesse, son innocente apparence. Tant de choses que j'aurais du lui envier. Mais cette fille, ma meilleure amie, ne méritais pas d'être jalousée. Elle ne méritait que l'affection. Si seulement elle était tombée sur une fille moins égoïste que moi... Ses mains glacées avaient accroché à mon cou une chaînette au bout de laquelle pendait la moitié d'un cœur. Au fond de la tempête désespérée de ses yeux, je devais ressembler à la pluie, froide et indifférente, qui vous coule sur le visage sans se soucier des conséquences. Mais au fond, je ne suis que le vent. Il est contraint de souffler mais ne veut que s'arrêter. J'avais envie de pleurer mais je ne le pouvais pas. Il fallait que je sois forte, pour nous deux.

Je souris tristement à mon amie. De mon sac, je sortis un miroir. Un miroir à double-sens. Je lui en tendis un bout.

-Si jamais tu as un problème, quoi que ce soit, appelle moi. Je répondrais toujours. Je net 'oublierais pas, Vestia, je ne le peux pas. Mais comprend moi. Je n'ai pas d'autre choix que de quitter cet enfer. C'est ma seule chance.. Prends soin de mon cœur et je m'occupe du tiens, ne t'inquiètes pas.

La seule chance de rogner le malêtre qui me ronge, aurais-je voulu ajouter. Je me retins me contentant de la serrer fort dans mes bras pour la toute dernière fois...
Vestia Wind Anterton
Vestia Wind Anterton
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Vestia Wind Anterton, le  Jeu 8 Mai 2014 - 11:20

Après lui avoir mit au cou le collier, Valentina regardait Vestia. La jeune Poufsouffle ne savait pas ce que pensait sa meilleure amie à cet instant mais qu'importe, Vestia continuait de pleurer le départ de Valentina. Que ferait-elle sans la Serpentard ? Elle allait se retrouver seule au monde malgré la présence de Matt'. En pensant à lui, elle serra les poings mais s'arrêta aussitôt en voyant que les profondes entailles ne guérissaient toujours pas. Une expression de douleur s'exprima sur son visage mais elle la refoula rapidement.

Lorsque la jaune et noire releva la tête pour regarder une dernière fois Valentina, celle-ci lui sourit tristement en lui tendant la moitié d'un miroir double-face avant d'ajouter:

- Si jamais tu as un problème, quoi que ce soit, appelle moi. Je répondrais toujours. Je net 'oublierais pas, Vestia, je ne le peux pas. Mais comprend moi. Je n'ai pas d'autre choix que de quitter cet enfer. C'est ma seule chance.. Prends soin de mon cœur et je m'occupe du tiens, ne t'inquiètes pas.

Après cela, la Serpentard la serra fort dans ses bras. Un câlin d'adieu. Lui rendant son étreinte, Vestia laisse échapper quelques larmes mais pas trop. Elle voulait rester forte pour sa meilleure amie. La jeune femme savait que Tina ne partait pas de gaieté de coeur mais il le fallait pour qu'elle se reconstruise. Mettant fin à l'étreinte, Vestia recula d'un pas et sourit tristement à Valentina en refoulant ses larmes:

- Je prendrai soin de ton coeur, je te le promets. Je resterai ici jusqu'à ce que tu partes, je veux savoir que tu es bel et bien parti.

Vestia observa donc pour la dernière fois son amie et attendit une réaction de sa part.


HRPG:
 
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Megan K. Hayajân, le  Jeu 8 Mai 2014 - 18:04

- Je prendrai soin de ton coeur, je te le promets. Je resterai ici jusqu'à ce que tu partes, je veux savoir que tu es bel et bien parti.

Je la comprenais. Mais c'était une torture que de s'imposer cela. Le départ, peut être définitif, de sa meilleure amie. C'était dur pour moi aussi, mais je n'avais pas sa sentimentalité ni sa sensibilité. Il me coûtait de la laisser, mais je le faisait s'en en souffrir éternellement. Elle allait garder sans doute les blessures de notre amitié abandonnée des mois durant, des années durant. Mais il faudrait qu'elle s'en remette. Je n'avais pas le choix, il fallait que je le fasse. Pour ma santé mentale il fallait que je quitte ce château.

-Alors Adieu Vestia. Nan. Pas adieu, au revoir. Au revoir Vestia..


Quelques mots qui donnaient faux. Je lui adressais un sourire quelque peu coupable et la laissait là. Un dernier regard. Un dernier battement de cils et je me détourne. Le chemin jusqu'au portail est affreux. Aussi difficile que de marcher contre le vent un soir de tempête. Mon cœur reste ici, près de la Poufsouffle. Mais mon corps continue son chemin, continue son aventure loin de là. Je vais voyager, apprendre, comprendre. Mais je n'oublierais pas les années collège, aux côtés de nombreuses personnes plus surprenantes les unes que les autres. Tarjaha Ernesta, ma cousine extravertie, Alicia Morison, cette gamine que j'avais récupérée en larmes, April Warren, mon professeur en qui j'ai toute confiance, Dwayne Maddison, qui m'a sans doute sauvé la vie, Heather Wells et Axelle Higgs, les merveilleuses préfètes, Raphaëlle Elfast, la belle directrice de maison, Charli Proulx, le dévergondé kiwi qui était son capitaine de Quidditch, Lorenzo Denaethor, aussi, qui fût mon fiancé avant de disparaître. Mortissia Evenblood la Gryffondor un peu spécial, Daily Redwood, sa grande sœur de cœur et camarade de bar, Maya Siel Darra, de qui elle s'était éloignée, Dylan Scott, son amie d'enfance, William West, le meilleur coup de Poudlard.
Et puis Vestia. Sa meilleure amie. Sa sœur et confidente.

Tout cela appartenait au passé. Je lève une main en guise d'adieu et passe le capuchon de ma cape sur les cheveux platines. Je lève ma baguette et en fait jaillir une gerbe d'étincelles vertes. Adieu Poudlard. Adieu mes 17 ans.

C'est ainsi que j'ai quitté le château. J'ai disparu de la circulation sans donner de nouvelles à personne avant de revenir, un jour, à l'improviste. 6 ans plus tard.

Fin du RP pour moi.
Vestia Wind Anterton
Vestia Wind Anterton
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Vestia Wind Anterton, le  Jeu 8 Mai 2014 - 18:25

- Alors Adieu Vestia. Nan. Pas adieu, au revoir. Au revoir Vestia..

Ses mots arrachèrent le coeur de Vestia. Parce que ses mots sonnaient faux. Valentina ne reviendrait peut-être pas et la jeune femme doutait qu'elle allait s'en remette. Si un jour Tina revenait, elle lui sauterait au cou.

Valentina lui fit un sourire avant de se détourner. Ce sourire resterait gravé dans la mémoire de la Poufsouffle jusqu'à la fin de sa vie. Le sourire de cette amie qu'elle aimait tant. Cette amie qui l'avait soutenue pendant toutes ces années passaient à Poudlard. Une soeur, une confidente, une meilleure amie. Une des personnes les plus chères pour Vestia partait et la jaune et noire ne savait absolument si elle s'en remettrait. Cette pensée la brisait.

N'apercevant plus la Serpentard, elle laissa couler ses larmes. Elle s'écroula sur le sol, tenant le miroir et son collier fortement dans sa main. Ces deux objets étaient les plus précieux et au grand jamais, Vestia ne s'en séparera.

Ses sanglots retentissaient dans le silence de la nuit et elle le leva les yeux au ciel. Des germes vertes éclairaient l'obscurité. Les adieux de Valentina au château. Se relevant, la Pouffy attrapa sa baguette et lança des germes vertes à son tour. Après cela, elle resta plantée là pendant plusieurs minutes avant de retourner au château.


Au revoir, Tina.

Fin du RP
Mangemort 90
Mangemort 90
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Mangemort 90, le  Mar 17 Juin 2014 - 12:52

[Post unique]



Le plan était parfait. Nous l'avions travaillé pendant plusieurs jours. Plusieurs semaines même. Les premières étapes avaient déjà été lancées et aujourd'hui devait marquer la fin du ministère tel que nous le connaissions ! Aujourd'hui, nous, les Mangemorts, allons renverser le peu de crédibilité que le Ministère avait encore... Aujourd'hui, nous allons imposer notre vision des choses, la plus correcte des visions. Aujourd'hui, les sorciers ne ferrons pas la fête. Aujourd'hui, nous montrerons notre suprématie.

A mon poste, près du portail, depuis déjà plusieurs minutes, mon visage était masqué de noir et une large capuche cachait mes cheveux. Dans la nuit noire, je n'étais qu'une silhouette invisible. J'épiais le ciel dans l'attente de mon signal : la marque que 70 ferait flotter au dessus de la cabane hurlante. Enfin, je vis notre magnifique symbole éclairer le ciel sombre. Il était temps. Attrapant ma baguette, je la dirigeais vers la grille en fer forgé et formula un #Terasectum. En quelque minutes, le portail n'existerai plus, il ne resterai qu'une flaque de liquide ferreux. Ceux qui passeraient par la se retrouveraient dans une marre métallique bouillante et se bruleraient les pieds. Continuant sur ma lancée, je visais maintenant les larges colonnes sur lesquels reposaient les sangliers ailés et jeta un #Diffindo sur le sol entre les deux colonnes. Une large fissure se dessina au sol avant de cagner les deux colones et de remonter sur celles-ci. Cela fit voler en éclat les statues dont les différentes parties s'éparpillèrent autour de l'ancien portail.

Il ne me restait plus qu'une étape avant de pouvoir rejoindre les autres pour le bouquet final : faire apparaitre la marque. Pointant ma baguette vers le ciel, je prononçait distinctement la formule.


" #Morsmordre ! "

Un sourire machiavélique se dessina sur mon visage lorsque le crâne et le serpent apparurent au dessus de ce qu'était il y a quelques minutes encore, l'entrée principale du domaine de Poudlard. Je filais ensuite discrètement vers notre prochaine étape avant que quelqu'un n'intervienne ici.
Invité
Anonymous
Invité

Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Invité, le  Mar 17 Juin 2014 - 18:33

[Je me base sur cette carte de J. K. Rowling pour la proximité de Poudlard et Pré-au-lard. EDIT SUITE AUX PRECISIONS DE MANGEMORT 70.]

Après mon intervention inutile au Chemin de Traverse, j'avais marché jusqu'au Chaudron Baveur le cœur lourd. Toute la journée, le gallion m'avait averti d'autres attaques çà et là et comme moi les autres membres de l'Ordre étaient arrivés trop tard. Par dessus tout je n'avais rien pu faire pour les blessés et j'avais le sentiment que pareille mascarade allait se répéter. Il n'était pas question d'intuition ou de sixième sens, juste d'habitude. Je n'osais pas penser à ce qui allait se passer ce soir, quand nous ferions le bilan des victimes. L'angoisse me donnait cette sensation bizarre, comme si un souaffle de plomb était coincé dans mon ventre et comprimait mes entrailles. Comme si ma tête était pleine de vide, que je pouvais sentir le vent froid contre les parois de ma boîte crânienne.

Au bar de Noah, l'ambiance avait perdu toute sa chaleur. La peur était palpable. Des sanglots, des échanges nerveux, des cris d'angoisse, des altercations. Noah n'était apparemment pas revenue et je ne voyais pas non plus Mury. Par chance, je trouvais une bonne âme qui accepta de m'escorter à Pré-au-Lard, le sorcier y allait lui même pour s'assurer de la sécurité de sa soeur. Serrant l'avant-bras de l'aimable inconnu, je transplanais avec lui.

Son corps tremblait à côté du mien lorsque nous nous retrouvâmes sur la place, le regard fixé sur l'immonde serpent sortant du crâne lumineux. Moi aussi je tremblais. Je sentais cette impression horrible d'être pris au piège, de ne plus savoir où être en sécurité. Et cette impression encore plus horrible d'être bien. De me sentir bien. J'évinçais cette pensée, l'enfouis au fin fond de mon cerveau. Non c'était faux j'avais rêvé je ne me sentais pas bien c'était malsain de se sentir bien dans un moment pareil. Oublie.

"Merci énormément bonne chance" et je plantais là le mec qui piqua lui aussi un sprint. Lui vers chez sa soeur j'imagine, moi vers le magasin. Courant dans la rue principale de Pré-au-Lard je constatais les dégâts de l'attaque dont Clio' nous avait alerté plus tôt. Au loin, la Cabane Hurlante brûlait sous une énième marque. Cela je m'en fichais, ce que voulais savoir c'est... A travers ce qui restait de la vitre du magasin, j'entraperçus un Sloan indemne. Merci.

Je continuais de courir pour m'approcher des lieux de l'explosion et apporter mon aide. Déplacer les débris, construire des abris provisoires, rassurer les gens, être à disposition des sorciers-guérisseurs improvisés, proposer d'héberger ceux dont la maison était partie en fumée... Le Manoir était éloigné de l'explosion donc en bon état et vu sa taille j'aurais été la dernière des vélanes si je n'avais pas proposé de le partager avec ceux dans le besoin. Lolo et Pril comprendraient.

La soirée fut longue, fatigante. Je me sentais utile, j'en étais fière alors je me sentais prête à tout supporter. La nuit venue je ne trouvais pas le sommeil. Tous les morts qu'il y avait eu aujourd'hui. Tous ces gens tués, à étouffer dans les gravas. Allongée dans mon lit, je suffoquais. La fenêtre ouverte (par habitude de claustrophobe) n'y changeait rien. Je voyais mes géniteurs en longues robes noires, un masque sur le visage. Je me voyais moi enfant en larmes tandis qu'ils m'enfouissaient sous des blocs de murs éclatés. Et du bout de ma main je sentais une peau froide comme la mort, un cadavre. Des cadavres il y en avait partout autour de moi. Et la voix de mes parents biologiques, ces voix que j'étais sûre d'avoir oublié qui me disaient "c'est toi Aby chérie, c'est de ta faute, tu ne les as pas sauvé tu es lâche mon Aby tu les as abandonné comme tu as abandonné Peter".

Crachant, toussant, je parvins à attraper la baguette sous mon lit et à me lancer un revigor. J'étais toujours aussi mal mais quelque chose en moi se débloqua, comme si je pouvais respirer à nouveau. Difficilement. Je n'en pouvais plus, j'avais besoin d'air. Je sortis du Manoir pour déambuler dans Pré-au-Lard comme jadis j'avais pu le faire au Château ou dans ma campagne. Au bout de plusieurs minutes, être dehors finit par me calmer. L'air frais de la nuit m'apaisait. Mes pensées étaient évidemment toujours tourmentées. Les morts, les morts de cette journée. Combien ? Qui ? Pourquoi ? Et à cela venait s'ajouter des souvenirs, la femme que l'on avait retrouvée dans une mare de sang avec Kyara, les victimes des attaques précédentes, les enfants sans vie qui avaient croisés le Basilic. Je dus m'arrêter pour vomir avant de me remettre à marcher mollement.

Je me rendis compte que le monde revenait à la couleur. C'était l'aube. Mes yeux cernés regardaient sans la saisir la beauté de l'aurore. Et s'arrêtèrent net en découvrant une nouvelle marque des ténèbres. Au-dessus des portes de Poudlard. "Kyara" fut la première chose que je pensais. Sans attendre je tournais sur mes pas et fonçais comme touchée par un electrocorpus.

LE PORTAIL P*TAIN. Il s'était liquéfié, les colonnes étaient défoncées, les sangliers ailés explosés. Sans oublier la fissure bonus. Poudlard en entrée libre ou presque. Je commençais seulement à comprendre.
Alors, alors c'est comme ça. C'est la guerre.

De ma poche émanait un message pour chaque possesseur de gallion d'urgence "Alerte! Plus de portail à Poudlard!". Mon deuxième réflexe fut de prévenir Kyara. Je formais un patronus messager et l'envoyais à ma petite soeur. Qu'elle soit sur ses gardes.

La respiration encore haletante de ma course, je songeais à l'Ordre du Phénix. Il fallait à tout prix qu'on s'organise, les mangemorts attaquaient de tout côté. Pour ma part j'avais la ferme intention de défendre Poudlard mais pas seule. Et d'autres endroits que le Château nécessitait la protection de mes frères et soeurs d'armes... Je fis ce à quoi je n'aurais jamais pensé auparavant. Mais la situation avait bien changé ces derniers temps, j'avais pu le constater avec les remerciements de l'Auror blond, avec le discours du Ministre. J'allais prévenir le Bureau des Aurors.

Je lançais un sortilège d'attraction sur une de mes friandises pour volatiles et je ne tardais pas à voir apparaître ma chouette Minerve, suivant la nourriture séchée qui volait à moi. Et derrière elle Cannibas, la chouette d'April. Ah, ça j'avais pas prévu. Je griffonnais quelques mots sur un parchemin froissé qui traînait dans ma poche, bon pour Minerve qui devrait la porter jusqu'aux Aurors.

Et puis, prise de doute, j'en écrivis un second que j'attachais à la patte de Cannibas. Pour Phoebe. April allait me tuer.
Renata Harshing
Renata Harshing
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Renata Harshing, le  Dim 22 Juin 2014 - 20:05

On l'avait prévenu par patronus que les portes de Poudlard avait été détruite, c'était Cliodhna, sa jeune professeur de Métamorphose qui l'avait fait à une heure plus que matinale. Renata avait donc elle même envoyé un patronus aux Aurors afin qu'ils se déplacent au plus vite à l'école pour y consolider ses murs. Elle allait avoir besoin d'aide et il était hors de question qu'elle laisse son école aussi facilement atteignable.

Renata marchait d'un pas rapide et cela se sentait dans son souffle... Sa jeunesse commençait à s'éloigner de plus en plus maintenant qu'elle s'approchait de la cinquantaine. Sa jupe un peu trop serré l'empêchait de faire des grands pas et on entendait ses courts talons taper frénétiquement sur le sol carrelé de l'école. Fort heureusement, personne n'était encore debout à cet heure si matinale et heureusement, parce que vu ce qui se passait dehors, il fallait mieux qu'aucun élève ne voit ça. Harshing traversa ainsi son académie afin d'arriver devant les portes de Poudlard, et alors qu'elle voyait au loin les portes complètement détruite, elle y distingua également la silhouette d'une jeune femme. Empoignant sa baguette plus fort que jamais, la Directrice s'approcha.

- Qui êtes vous ?! Déclinez votre identité immédiatement !

Si jamais elle avait quelque chose à se reprocher, Renata Harshing allait se faire un plaisir de lui exploser les entrailles. Son château, on y touchait pas !
Invité
Anonymous
Invité

Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Invité, le  Lun 23 Juin 2014 - 3:39

J'attendais que quelque chose se passe. Que les mangemorts attaquent Poudlard, que les phénix viennent défendre le Château voire même que les Aurors arrivent en renfort... Cette dernière possibilité était certainement la moins réaliste, presque utopique. J'avais davantage confiance en ceux qu'April appelait "les chiens du Ministère" depuis ce qui s'était passé à Pré-au-Lard mais pour ce qui était du temps de réaction j'avais des doutes. A leur décharge, il était vrai que le Ministère était bien loin de Poudlard.

Sauf que quand il s'agissait de sauver des vies, les excuses ils pouvaient se les garder.

A l'affût du moindre signe, j'entendis des bruits de pas. Je me retournais immédiatement, baguette levée, que j'abaissais immédiatement en reconnaissant Mme Harshing. Ne pas montrer de signe d'hostilité ou elle allait me bouffer toute crue. D'après Pril qui avait assisté au meeting, la dirlo était toutes griffes dehors pour attaquer quiconque essayait de laver le cerveau de ses élèves. Intentions fort honnêtes mais peu réalistes, il était bien trop tard pour sauver les jeunes esprits... Des badges inquiétants circulaient dans Poudlard, j'en avais vu sur un certain nombre d'élèves en permission à Pré-au-Lard.

Présentement, loin des ces préoccupations idéologiques dont je me fichais comme de mon premier dégnommage, je faisais attention à rester sur mes gardes. J'avais informulé un protego si c'était une feinte des mangemorts pour me tuer et garder libre l'entrée. Je ne sentais pas d'impact sur mon bouclier... Difficile de dire si c'était une bonne chose. Loin de me tuer, Renata m'intima de décliner mon identité dans les plus brefs délais.

- Je suis Abygael Thompson, Professeur Harshing.

P*tain comment je vérifiais qu'elle était bien elle, p*tain comment je vérifiais que c'était Renata. Je ne voyais aucun moyen de le lui faire prouver mais après tout, le fait qu'elle ne m'ait pas encore attaqué était peut-être une preuve en soi. Elle était en tout cas semblable à mes souvenirs, encore frais bien que cela faisait plusieurs années que je n'avais pas remis les pieds au Château. Élégante et stricte, avec une certaine contenance même en pareille situation d'urgence. Je la croyais inimitable mais sous-estimer ses ennemis était souvent une erreur fatale... Les MMs étaient peut-être capables de la contrefaire. Pourtant avec toute l'énergie dépensée la veille, avec cette nuit blanche, je n'étais pas en mesure de maintenir mon charme de protection infiniment. Il fallait prendre une décision.

Je choisis de croire que cette personne était bien Renata Harshing. Je levais donc le sort, comptant sur mes réflexes pour me sauver. Et ma bonne étoile peut-être aussi.

- Je suis soulagée que vous soyez arrivée si vite! En parlant, je lui montrais les dégâts sur le portail, le fer qui avait "coulé", les colonnes écroulées. Espérons que les Aurors ne traînent pas... J'ai gardé la porte depuis que je me suis aperçue de la destruction du portail mais je ne tiendrais pas contre une vague de mangemorts. En fait, il se peut qu'ils soient déjà à l'intérieur à l'heure qu'il est...

La gorge me serrait tandis que je prononçais cette dernière phrase. Des mangemorts dans le Château... pas un autre massacre.

- Vous avez pris les dispositions nécessaires n'est-ce pas ?

Tant pis je me ferais engu***ler comme un élève dans le bureau de la Directrice pour avoir oser croire que je connaissais mieux son métier qu'elle même. Je m'en fichais, je voulais être sûre. Je voulais que Kya, que Liam, qu'Ethan, qu'Harradas soient en sécurité. S'il-vous-plaît.
Renata Harshing
Renata Harshing
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Renata Harshing, le  Lun 23 Juin 2014 - 22:57

- Je suis Abygael Thompson, Professeur Harshing.

Hein ? Qui ? C'était censé rassurer la Directrice de Poudlard ça ? Peut être qu'elle approchait de la cinquantaine mais elle se refusait de croire qu'Alzheimer arrivait si tôt. Elle marqua une pause dans sa course, toujours sa baguette levée en direction de l'inconnue. Thompson... Thompson, pourtant ça lui disait quelque chose. Et vu comment elle l'avait appelé, puis l'âge... Puis Harshing s'en souvint d'un coup d'un seul, et si elle n'avait pas peur de perdre sa prestance, elle se serait taper le front avec sa paume ; à la place, elle se contenta de baisser sa baguette tout comme son presque-adversaire de fortune et tira sur le haut de son tailleur, sèchement. Abygael était une ancienne Poufsouffle ayant rejoins l'équipe de Quidditch de sa maison lors de sa dernier année à Poudlard. La Directrice continuait d'avancer et de constater les dégâts. La gorge un peu coupé par l'événement mais ne souhaitant pas manqué de politesse, elle répondit simplement :

- Miss Thompson... Vous voilà bien matinale.

Elle s'arrêta là... Trop de questions s’entremêlaient dans sa tête et ça ne présageait rien de bon du tout. Renata analysait les destruction, pinçant discrètement ses lèvres entre ses dents. Mais que se passait-il dans le monde magique ; cela présageait-il l'aube d'une guerre ? Rien n'était moins sure. La vieille dame ne fit pas vraiment attention à ce que disait son ancienne élève qui parlait des Aurors et de sa présence ici depuis les faits.

- ... Mais je ne tiendrais pas contre une vague de mangemorts. En fait, il se peut qu'ils soient déjà à l'intérieur à l'heure qu'il est... Vous avez pris les dispositions nécessaires n'est-ce pas ?
- Je ne vous connaissais pas cette insolence Miss Thompson... Cela me désole venant de votre part. Le département des Aurors a déjà été prévenu et ils sont en chemin. Néanmoins il semblerait que cette marque des ténèbres ne soient pas la seule apparue cette nuit... Aucune attaque n'a été mené à l'intérieur de nos murs.

Elle s'arrêta. Remettant en place ses pensées. Maintenant que le choc de la découverte était passé l'enquête allait pouvoir commencer et elle n'avait pas besoin d'attendre l'arrivée des autorités compétentes pour la débuter. Elle tenait toujours fermement sa baguette entre les mains et il était hors de question que la demoiselle s'en aille. De toute façon, c'était toujours celui qui était sur les lieux du crime qui était le suspect numéro un non ? A charge de preuve indiquant le contraire...

- Miss Thompson, puis-je savoir pourquoi vous êtes devant les portes de mon académie ? Qu'est-ce qui vous a amené ici ? Je suis curieuse d'y constater l'absence de Miss Quinn de qui j'ai pourtant reçu un patronus il y a quelques minutes à peine... Je ne l'ai pourtant pas croiser en venant ici alors que je suis partie immédiatement après l'avoir reçu ; c'est vous qui l'avez contacté ?
Antoni Londubat
Antoni Londubat
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Antoni Londubat, le  Mar 24 Juin 2014 - 0:02

Cette nuit avait été atroce, c'était le cas de le dire. Le chaos avait frappé le Ministère et la panique régnait au sein de la population magique. Plusieurs attaques avaient eut lieu, cette nuit. Londres avait été gravement touché, que ce soit chez les moldus ou les sorciers. Cet équilibre avait été troublé et les services ministériels suaient pour arranger tout ça, car c'était le code international du secret magique qui était en péril. Les Oubliateurs aussi avaient eut du fil à retordre, car il y avait bien entendu des témoins moldus.

Antoni avait quant à lui passé sa nuit dans le Bureau des Aurors, à s'abreuver régulièrement de café noir. Alors que les premiers rayons de soleil filtraient à travers les fenêtres magiques, des poches soulignaient les yeux fatigués de l'Auror-en-chef plissés sur l'éternelle paperasse. Son oreille gauche avait récupéré son sens de l'ouïe, mais il avait tout de même une migraine épouvantable. Cependant, ce n'était pas fini. Il restait un lieu auquel il n'avait pas pensé et qu'il avait complètement oublié. Poudlard.

"Ici Renata Harshing, Directrice de Poudlard. Les portes de l'académie ont été détruites. Besoin de renfort immédiat pour reconsolider le tout et constater les dégâts. Faites vite s'il vous plait, il en va de la sécurité de mes élèves."

Et le Patronus s'envola tout aussi rapidement qu'il était arrivé. Sans prendre le temps de réfléchir, il bondit de sa chaise, attrapa sa cape de voyage et partit en route pour Poudlard. Si les portes ont été détruites, cela veut dire que l'académie serait en proie à une attaque...Ce qui serait catastrophique.

Crac.

Le portail en fer forge avait presque entièrement fondu, de même que les gargouilles qui le tenaient. Par réflexe, Londubat dégaina sa baguette avant de la pointer instinctivement sur la première personne qu'il vit, alors qu'il venait d'apparaître sur les lieux, en la personne de Renata Harshing. Elle se trouvait face à lui, en compagnie d'une jeune femme brune. Rapidement, il les rejoignit en remarquant que les protections qui englobaient le domaine avaient été endommagés car elles n'avaient aucun effet sur lui.

- Professeur Harshing ! L'avait-il apostrophée. Que s'est-il passé ?

Il arqua les sourcils, elles n'étaient que deux. Où était l'ensemble du corps enseignant ? Celle qui l'accompagnait lui était inconnue, mais il se souvenait vaguement de son visage...

- Vous...N'étiez-vous pas à Pré-au-Lard lors de l'attaque des Mangemorts..? S'enquiert-il, car il était sûr qu'il s'agissait d'elle.

On dirait qu'elle était toujours là au bon moment...
Invité
Anonymous
Invité

Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Invité, le  Mer 25 Juin 2014 - 3:12

- Je ne vous connaissais pas cette insolence Miss Thompson... Cela me désole venant de votre part.
Le moins que l'on pouvait dire c'est qu'elle l'avait mal pris. Pas prévisible du tout la Renata mais dans le fond ça me faisait sourire. De voir que certaines choses étaient immuables, que même après toutes ces années elle restait un repère. Bon j'appréciais pas non plus de me faire traiter comme ça tous les jours hein, fallait pas abuser. Un peu plus et j'aurais probablement ragé qu'elle nous fasse perdre ce temps inutiles, heureusement nous n'en vînmes pas à de telles extrémités.

- Le département des Aurors a déjà été prévenu et ils sont en chemin. Néanmoins il semblerait que cette marque des ténèbres ne soit pas la seule apparue cette nuit... Aucune attaque n'a été mené à l'intérieur de nos murs.

J'avais commencé à trembler en entendant parler de cette marque des ténèbres qui "n'était pas la seule". Si elle savait. Tous ces morts par Merlin. Tous ces morts. Cependant sa dernière phrase était porteuse d'espoir. Si elle disait vrai, si elle ne se trompait pas, ils étaient tous en vie. C'était une raison suffisante pour arrêter ces tremblements de chochotte.

- Miss Thompson, puis-je savoir pourquoi vous êtes devant les portes de mon académie ? Qu'est-ce qui vous a amené ici ? Je suis curieuse d'y constater l'absence de Miss Quinn de qui j'ai pourtant reçu un patronus il y a quelques minutes à peine... Je ne l'ai pourtant pas croiser en venant ici alors que je suis partie immédiatement après l'avoir reçu ; c'est vous qui l'avez contacté ?

Et voilà de la suspicion, encore. J'étais habituée même si généralement j'étais réellement impliquées dans les fautes que l'on m'attribuait. Toute cette discussion pouvait compromettre sérieusement nos chances de s'en sortir si attaque il y avait. D'ailleurs je regardais fréquemment alentours afin de m'assurer que notre environnement était sûr. Tuée pendant que la directrice de Poudlard me demandait des comptes n'était clairement pas dans mon programme de la journée.

- Oui c'est bien moi, Clio' et moi étions ensemble à Poudlard et nous sommes restées en contact alors je l'ai tout de suite avertie quand j'ai vu ça... Quant à ce que je fais ici, j'ai vu cette marque des ténèbres et je... Je voulais savoir ce qu'il en était vraiment. Il y a eu tellement d'attaques aujourd'hui, la RITM en a parlé toute la journée... Une est même arrivée non loin de ma boutique. Je ne pouvais pas dormir de la nuit alors quand j'ai vu un autre de ces horribles crânes...

La peur que j'avais ressenti alors était encore bien présente, simplement diluée, elle prenait son temps pour s'effacer. En pensant à ce moment où mes yeux s'étaient posés sur la trace des mangemorts, où j'avais vu brièvement ma Kya et mes amis souffrir, je pouvais sentir cette angoisse qui reprenait le pouvoir sur mes entrailles.

Un craquement bruyant, un bruit de transplanage qui venait sur notre droite. Je pointais aussitôt ma baguette dans cette direction. Ce n'était pas un mangemort merci bien sinon nous aurions été fait... Et ma dernière pensée aurait été pour Renata et pourquoi les gens ne pouvaient pas avoir confiance en moi au premier coup d'oeil puisque de toute façon je ne leur voulais pas de mal! La vie était mal foutue quand même. Si on avait tous un "trustable" or "not trustable" qui s'affichait naturellement sur la tête on aurait tous moins de problèmes et plus de chances de survie.

Bref ce n'était pas un mangemort donc mais un Auror, à première vue en tout cas. Comme Harshing, il pouvait être un mangemort déguisé... Là encore je choisis de ne pas perdre de temps en de vaines identifications. S'il essayerait de me tuer je le tuerais et on n'en parlerait plus. Pas le temps de faire autrement. Le mec du Ministère était un brun aux yeux noisettes, le même qu'à Pré-au-Lard l'avant-dernière attaque. Il me reconnut aussi car, après avoir demandé des explications au Professeur Harshing, il me dit:
- Vous...N'étiez-vous pas à Pré-au-Lard lors de l'attaque des Mangemorts..?
Bien donc soit il était vraiment l'auror qu'il semblait être soit c'était l'un des deux mangemorts contre lesquels nous avions combattus.
- Si, c'était bien moi. Et j'étais même à Pré-au-Lard les jours d'avant et les jours d'après... J'habite ici.
Je retins mon mordant "figurez-vous". Ce n'était pas le moment.

- C'est une chance que vous ayez pu venir si vite Monsieur... Son insigne disait "Antoni Londubat, Auror-en-Chef". Il ne devait pas être si important que ça, sinon il aurait été écrit clairement "Chef des Aurors" —il était bien connu que c'était le seul titre qui faisait loi. Londubat. Quelles sont vos directives ?

Je n'étais pas encore certaine de suivre les ordres qu'il me donnerait mais si c'était cohérent et que je pouvais aider, pourquoi pas. Après tout c'était son métier.
Renata Harshing
Renata Harshing
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Renata Harshing, le  Mer 25 Juin 2014 - 16:27

- Oui c'est bien moi, Clio' et moi étions ensemble à Poudlard et nous sommes restées en contact alors je l'ai tout de suite avertie quand j'ai vu ça... Quant à ce que je fais ici, j'ai vu cette marque des ténèbres et je... Je voulais savoir ce qu'il en était vraiment. Il y a eu tellement d'attaques aujourd'hui, la RITM en a parlé toute la journée... Une est même arrivée non loin de ma boutique. Je ne pouvais pas dormir de la nuit alors quand j'ai vu un autre de ces horribles crânes...
- Si je puis me permettre Miss Thompson, avant même de douter de ma capacité à joindre les Aurors, il aurait peut être été préférable de votre part de les prévenir en premier plutôt que votre amie Miss Quinn... Votre attitude manque de cohérence.

Il fallait éviter de la chercher la Harshing. Prendre les bonnes décisions, elle savait le faire. Et c'était pas une ancienne élève qui allait lui apprendre, surtout si celle-ci n'avait même pas prit la peine de prévenir les autorités compétentes. Prévenir son amie, d'accord, attendre patiemment que quelqu'un vienne sans rien faire d'autre, ça relevait du domaine de l'absurde. Puis un CRAC se fit entendre, il s'agissait d'Antoni Londubat, l'Auror en chef. Voilà quelque chose qui rassura enfin la Directrice de Poudlard. Il s'approcha

- Professeur Harshing ! Que s'est-il passé ?
- Malheureusement, il s'agit vraisemblablement d'une attaque des Mages-Noirs en témoigne la marque des Ténèbres qui flotte au dessus de notre tête. Ils ont explosé l'entrée mais rien ne semble avoir eu lieu dans l'enceinte de l'école. Je pense qu'il s'agit d'une tentative d'intimidation.

Puis Londubat s'adressa à Miss Thompson, lui demandant si elle était également présente lors d'une attaque à Pré-au-Lard. Harshing elle, était complètement désespérée et craignait pour son école.

- C'est une chance que vous ayez pu venir si vite Monsieur... Londubat. Quelles sont vos directives ?
- Je pense que la chose à faire tout de suite est de réparer cette porte. Merci d'avoir prévenu Miss Thompson mais nous allons nous en charger avec Mondieur Londubat, j'aimerai pas que votre boutique pâtisse de votre absence à cause de nous.

C'est ainsi que Renata Harshing tentait tant bien que mal de remercier son ancien élève, il fallait mieux éviter qu'un grand nombre de personne soit au courant de cette attaque à Poudlard, ça pourrait rendre les parents nerveux. Les prochaines heures allaient être longues avec l'Auror. Il fallait réparer cette bavure, et vite !
Heather Wells
Heather Wells
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Heather Wells, le  Lun 8 Sep 2014 - 22:34

RP avec Clarissa (avec son libre-arbitre) et Damien

L'elfe de maison abandonna les deux élèves sur la place de Pré-Au-Lard avant de disparaître à nouveau. Les deux filles avaient pour projet de se rendre à la Tête de Sanglier, mais il s'était avéré que l'établissement se trouvait bien trop loin d'elles alors elles décidèrent de se rendre tout de suite à Poudlard. Après un éclair de génie, Clarissa, à moins que ça ne fut sa collègue, s'était rappelée qu'ils devaient prendre le Poudlard Express et retourner chez elles dans l'après-midi. En passant devant l'une des nombreuses vitrines du village, la brune remarqua que son état physique ne s'était pas vraiment arrangé. Ses cheveux était toujours aussi emmêlées, même si, depuis, elle avait tenté de les attacher dans une queue de cheval ratée dont de nombreuses mèches s'était échappées. Un large demi-cercle noir se dessinait sous ses yeux, signe que son maquillage de la veille avait coulé, et pas qu'un peu. L'Irlandaise frotta à l'aide de ses doigts mais cela ne fit qu'étaler encore plus la tâche de noirceur sur ses joues. Son short noir usé était recouvert d'une fine pellicule grise non identifiée, tout comme son débardeur noir d'ailleurs.

Il devait être aux alentours de treize heures lorsque se tint enfin devant elles les grilles de Poudlard. Les deux nouvelles amies ne savaient même pas depuis combien de temps elles avaient quitté l'enceinte du château. Mais le plus dur restait encore à faire. Il fallait remonter toute l'allée et ensuite emballer leurs affaires dans leurs valises. L'état d'ébriété de la Préfète ne semblait pas s'être amélioré, trahie par sa démarche chaotique : elle ne marchait pas vraiment droit et passait le plus clair de son temps à trébucher. Les grilles de Poudlard étaient ouvertes et Heather, dans un immense éclat de rire, percuta l'un des piliers sur lequel se tenait un des deux sangliers ailés. Elle se sentit soudain tourner et perdit l'équilibre avant de se retrouver par terre, les quatre fers en l'air.

- Oops, pardon monsieur, s'excusa-t-elle dans un gloussement.

Au dessus d'elle, les arbres et le ciel se mirent à tanguer, à tourner. La brune tenta de faire partir la sensation en clignant incessamment des yeux. Mais cela ne semblait pas avoir l'effet escompté. Doucement, mais surement, elle sentit la nausée revenir.

- Clarissa, appela-t-elle soudain à l'aide, ça taaaangue...

Elle eut soudainement un haut-le-cœur. Sans doute aurait-t-elle vomi si son estomac n'était déjà presque vide.
Clarissa Samson
Clarissa Samson
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Martinet noir


Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Clarissa Samson, le  Dim 21 Sep 2014 - 21:49

Désolé pour mon temps de réponse

A une certaine heure. D'une certaine journée qui se déroulait plus ou moins après le bal. Clarissa était accompagnée de quelqu'un. Une tignasse féminine d'à peu près ça taille. Probablement de son âge. En fouillant un peu dans ça tête la préfète reçut d'abord une plainte douloureuse de son cerveau et ensuite quelques images de sa soirée. De la porcelaine en miette, de l'alcool, un tourbillon semblable au siphon des toilettes qui était probablement un transplanage et la tête de l'autre fille. Après vérification c'était Heather. Elle avait un peu fait la java ce soir là.
La vision de la vert et argent était assez trouble. A vrai dire elle ne voyait pas vraiment les formes et se contentait de suivre ce qui ressemblait à la silhouette de sa collègue. De près elle pouvait encore deviner à quoi ressemblait son champ de vision c'est pourquoi elle suivait son amie d'assez près. Cette dernière faisait des boulettes mais Clarissa n'était pas en reste. Elle reproduisait chacune des sienne et en rajoutait en tombant régulièrement et en parlant seule. Elle ne comprenait pas ce que disait sa collègue et quand cette dernière rentra dans ce qui était vraissemblablement un pilier de pierre, Samson continua son chemin au hasard vers le château comme une taupe géante ayant perdue son chemin. Elle entendait les éclats de voix d'Heather et se contenta d'y répondre :

C'est par là peut-être ! Mais je sais pas si on va dans la bonne heure de direction.

Effectivement, comme l'a dit un grand capitaine pirate, "Ce que tu dis n'a aucun sens" Clarissa.
Contenu sponsorisé

Près des Sangliers Ailés - Page 3 Empty
Re: Près des Sangliers Ailés
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 13

 Près des Sangliers Ailés

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.