AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 10 sur 11
Sous la neige
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
Anthony Adams
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle

Re: Sous la neige

Message par : Anthony Adams, Mer 4 Jan 2017 - 23:49


Elle ne répond pas. Elle choisit de ne pas répondre. Elle s'était écartée, Anthony avait eu un instant de peur. Elle partait ? Pas encore, s'il te plait. Finalement non, elle se transforme. Le jeune gérant voit tout de suite les premiers signes de la transformation Elle ne répondait pas. Elle lui montrait. Quelques secondes plus tard, en lieu et place d'Azénor il y avait un coyote. Un petit loup en somme. Le coyote s'approcha de lui pour lui renifler la main et réclamer une caresse. L'attrapeur s’exécute, avant de se transformer lui-même en husky. Les deux animaux font à peu de chose près la même taille. Le husky est juste un peu plus trapu, mais si on regardait un peu trop rapidement, on pouvait croire que c'était les mêmes. Anthony, sous sa forme husky, laissa un peu l'animal prendre les rênes. Le husky s'approcha du coyote pour frotter son museau contre la joue de son nouveau compagnon à patte.

Même sous cette forme, Anthony éprouvait de l'attachement pour Azénor. Il tourna rapidement autour d'elle et remarqua ce qui était sans doute la trace de son elle humain. Un truc qu'Anthony n'avait pas encore vu sur Azénor. L'attrapeur garda cette information en tête avant de courir dans une direction. La neige, c'était le domaine de prédilection d'Anthonhusky, il ne sentait pas le froid et se sentait bien à courir dans la neige. Il se retourna vers Azénor pour l'intimer de le suivre. Il ne savait pas où il allait, mais, il y allait. Quand il fut assez éloigné de la "populace", il se retransforma dans un saut. Le husky avait décollé, Anthony avait atterri. Il attendit qu'Azénor fasse de même pour la prendre dans les bras.

- Qui se ressemble, s'assemble pas vrai ? Bravo, je suis fier de toi.

Il avait vu la panique dans son regard la première fois. Il avait vu que trouver son double allait être sans doute un chemin difficile pour elle. La voir, aujourd'hui animagus, l'emplissait de joie. Il était heureux pour elle. Comme il l'avait été pour Ailyne quand elle lui avait annoncé qu'elle devenait gérante de bar. Anthony resta quelques instants à tenir Azénor dans ses bras avant de s'écarter un peu en lui tenant tout de même les mains. Comme s'il avait peur de la lâcher à présent. La cicatrice qu'il avait vu sur le coyote lui trottait dans la tête. D'où ça venait ? La balafre n'était pas anodine. Il ne savait pas s'il pouvait lui demander ça comme ça, maintenant. Il préféra laisser cette question pour plus tard. Ce n'était que la deuxième fois qu'ils se voyaient après tout. Il avait l'impression de la connaître depuis toujours, de vivre cette histoire depuis des années et pourtant.

En fait, en s'écartant, il avait trouvé un banc. Le même sur lequel ils s'étaient posés quelques mois plus tôt, sur le Chemin. Là où tout avait commencé. La première perte de contrôle, le premier baiser. Il n'avait pas envie de transplaner pour retrouver ce banc. Sa main ne s'était pas encore remis du broyage en règle qu'elle avait subi pendant leur dernier transplanage. Ce n'était pas tout à fait le même, mais c'était toujours ça... Anthony sortit sa baguette et lança un Calda formulé sur le banc. La neige fonda sur la zone qu'il visait, juste assez de place pour deux personnes. Bien serrées. Calda. Rappelle toi Azénor, ça devrait te rappelé quelque chose. Anthony emmena son amie vers le banc pour s'y asseoir et l'inciter à faire de même.

- Avec la neige, le paysage est quand même plus sympa.

Cette fois, il l'embrassa. Pas juste un léger baiser. Il l'embrassa, tendrement, passionnément. Quelques secondes plus tard, il rompit le baiser à regret. Malheureusement, ils ne pouvaient pas s'embrasser indéfiniment. Il paraît qu'il fallait respirer parfois. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Sous la neige

Message par : Azénor Philaester, Jeu 5 Jan 2017 - 1:10



Je suis là, en plein milieu de Pré-Au-Lard, à quatre pâtes sous forme animale, devant mon cher et tendre. Il me caresse et je le regarde de mes yeux pétillants. Il se transforme, lui aussi. Et puis tous les deux nous ne faisons qu'un. Deux espèces de loup ou dérivé, qui se ressemble, s'attirent et se reconnaissent. Il touche ma joue de son museau, j'émets un petit grognement de satisfaction de coyote. Il est aussi beau en husky qu'en Anthony. Dans les deux cas il est parfait. Et je ne remercierais jamais assez le ciel de m'avoir fait tombée sur lui, une deuxième fois.
Je le regarde, tourner autour de moi, comme pour m'observer et admirer mon pelage. Il s'attarde quelques toutes petites secondes sur la longue cicatrice qui gît sur mon côté gauche. Mince. Invisible sous des vêtements, immanquable sur ma peau d'animal. Il va se poser des questions, c'est sur. Il va se demander, voire même me demander. Et puis il a le droit de savoir après tout. Je lui fais confiance comme je ferais confiance au messie. C'est comme si je le connaissais depuis toujours, qu'après tout ce temps, on ne s'était finalement pas quitté et qu'il avait été là avec moi, dans tous ces chapitres de ma vie. Alors s'il demande, il saura. Et puis il le verra sur mon vrai moi tôt ou tard.

Il continue sa route puis se met à courir vers une direction lambda. Je le regarde s'envoler laissant derrière lui des traces de pas dans la neige.  Il se retourne pour me faire venir, alors je cours à mon tour. Je défoule mes petites pâtes qui criaient d'envie de se dégourdir. Et on court comme ça, vers une destination promise. Plus calme, plus confortable, et plus intime. Dans un saut magistral, mon Anthony passe de Husky à humain en un rien de temps. C'était magique. Oui vraiment c'était le mot. Ce n'est pas que l'homme qui me fait de l'effet c'est tout son univers autour. Sa façon d'agir, de parler, de penser. Sa façon de me regarder, de me sourire. C'est tout lui. Je reste une seconde immobile pour me concentrer sur ma transformation. Je ne suis pas aussi expérimentée que mon partenaire il faut se le dire.
A peine je retrouve ma forme humaine qu'Anthony me prend dans ses bras. Alors j'entoure mes mains autour de sa taille, ma tête à hauteur de son cou, où je lui offre un baiser tendre.
- Qui se ressemble, s'assemble pas vrai ? Bravo, je suis fier de toi.

Après tout, c'est peut-être un peu grâce à lui tout ça. Lui qui a su me donner confiance et me marquer à un moment clé de ma vie. C'est vrai quoi, après notre rencontre, je m'y suis mise à fond, et il a été pour moi un véritable dé-clique. Alors que je peinais à trouver mon animal symbole il m'a ouvert la voie, avec son Husky, proche du Loup, comme Lïnwe, du Renard, comme Lydie. Finalement c'était simple. Un coyote. Juste la plus clair des évidences. Et me voilà aussi proche que les trois personnes les plus importantes de ma vie. Eh oui. Anthony lui il n'en a pas conscience, et je ne veux pas lui faire peur. Mais jamais je n'avais ressenti ça avant. Je suis quelqu'un de dur. Je n'aime pas. Je n'ai pas de cœur. Parce que si j'aime, je suis vulnérable. Mais là j'ai pas eu le choix. Je suis complètement tombée sous le charme de cet homme à l'allure parfaite.
- Merci. Vraiment, pour tout.

Il s'écarte, non sans un regret de ma part, en attrapant au passage mes mains froides. Je vois dans ses yeux du doute et du questionnement, juste une once. Mais à quoi pense-t-il. A nous peut-être. J'espère juste qu'il ne se dit pas que tout vas trop vite. Je ne voudrais pas qu'il se retire, me laissant seule et dépourvue de vie. Je le regarde, le fixe, j'essaie de comprendre. Je pourrais tout savoir, si je le voulais. Mais je ne m'immiscerais pas dans son esprit sans sa permission, jamais. Je l'aime trop pour le trahir. Alors nos questionnements resteront sans réponse, pour l'instant.
Son attention se porte sur un banc non loin. Je le sais parce que je le suis du visage. Et tout de suite, une flopée de souvenirs chavirent mon cœur de pierre devenue sable. C'était presque notre banc. Celui du Chemin de Traverse. Celui du commencement. Celui du premier chapitre de notre histoire. Celui de notre premier baiser. Je le voyais comme ça, rien d'autre.

Il lance un calda pour réchauffer le banc, et enlever la neige qui en déborde. Calda. Aussi connu sous le nom de sortilège que je n'ai même pas reconnu, à notre première rencontre. On était tous les deux assis face à face dans un café moldu. Et je me souviens aussi, qu'à cause d'un vieux pas si sénile que ça, qu'on avait du se barrer et vite. Alors on avait jouer le fait d'être en couple. On devait lui faire croire qu'on était ensemble, depuis un petit bout de temps. A ce moment là, ça ne m'avait même pas traversé l'esprit, qu'au final il allait devenir mon compagnon de route. Le coup de foudre lui est venu après. Pas longtemps après bien sur, parce que c'est difficile de résister à ses yeux.
On s’assoit l'un contre l'autre sur le siège en bois recouvert de neige et je sais que tout deux, en silence, on se remémore nos souvenir d'antan. Sourire aux lèvres, je lève la tête vers le ciel d'un blanc pur. Puis je ferme les yeux un instant, savourant chaque flocon de neige se déposant sur mon visage.
- Avec la neige, le paysage est quand même plus sympa.

J'adore la neige. Je vis pour regarder les paysages blancs profond qu'offre l'hiver et son froid. C'est vrai que le paysage est si beau, l'ambiance est si paisible et agréable. Je me sens chez moi, à l'abri. Pour rien au monde je voudrais être ailleurs. Je tourne ma tête vers lui. Il me regarde. On se sourit. Il approche son visage du mien. Il m'embrasse. C'est un mélange entre la passion et le désir. Multitudes de sens. Je viens déposer une main dans ses cheveux. C'est exquis. La meilleure chose qui me soit arrivée depuis longtemps c'est ça. Anthony et son baiser charnel. Après de longues secondes de bonheur, l'idylle se rompt mais elle promet en un soupir de revenir nous charmer. Je fais glisser on index engourdi de son front jusqu'à sa joue droite. Je plonge mon regard dans ses yeux que je connais par cœur.
- Moi je dirais qu'avec toi, le paysage est quand même plus sympa.

Et puis je me rapproche un petit peu plus de lui, serrée contre son corps emmitouflé dans des vêtements que je lui arracherais bien. Que je lui arracherai d'ailleurs, un jour. Je pose ma tête sur son épaule.
Et puis une question me taraude. Tout à l'heure, il avait l'air songeur. Alors ne serait-ce que par précaution, j'ai besoin de savoir. Même si après ce tendre et enivrant baiser, je le vois mal me dire que tout va un peu vite.
- D’ailleurs tu... Il y a quelque chose qui te tracasse? Je t'ai vu...Hésitant tout à l'heure.

Je prend sa main, noue mes doigts aux siens, savourant chaque petite seconde passées en sa compagnie.


Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Sous la neige

Message par : Anthony Adams, Sam 21 Jan 2017 - 0:40


Anthony se sentait bien. Juste bien. Il était avec la personne qu'il voulait. A profiter de la vie. A profiter de chaque instant. C'était la deuxième fois qu'ils se voyaient et pourtant, il se sentait avec elle comme avec une vieille amie. Avec un petit truc en plus. Un petit atout charme qui l'avait séduit. Un regard, un sourire, un tout. C'était Azénor. Je vous disais ça comme si vous la connaissiez depuis toujours. Antho se disait ça comme s'il la connaissait depuis toujours. Un point partout. Elle semblait avoir froid, ses mains étaient glacée. Maintenant qu'il y pensait, effectivement, il s'aperçut que lui aussi, il avait froid. Il était tellement obnubilé par la directrice des Gryffons que la température ne l'avait pas atteint.

- Merci. Vraiment, pour tout.

Quand elle avait dit cela, Antho n'avait put s'empêcher d'exprimer son incompréhension. Merci pour quoi ? Il n'avait rien fait. Il ne l'avait même pas aidé à trouver son double, à s'entraîner à la transformation. Alors merci pour quoi ? Ça faisait beaucoup de chose qu'il ne comprenait pas en peu de temps. D'abord cette balafre, puis ce merci sorti de nul part.

Ils étaient assis sur ce banc. Les mains gelée de la jeune femme parcourait doucement le visage de l'attrapeur. Elle avait vraiment froid. Anthony prend donc les main de son amie et les enferme dans ces mains. Ses mains à lui son encore chaude de sa précédente transformation en husky. Pratique d'être un truc forgé pour le froid. Elle le regardait. Avec des yeux amoureux. Ça frappa Anthony en plein cœur. Ça faisait longtemps que quelqu'un ne l'avait pas regardé de cette façon.

- Moi je dirais qu'avec toi, le paysage est quand même plus sympa.

Il émit un petit rire en la regardant. Son visage était sans doute le plus beau paysage qu'il lui avait pu voir. Magique. Plus grandiose que les chutes du Niagara. Plus belle que les 7 merveilles du monde. Plus rare qu'une oasis en plein désert. Elle se blottit un peu plus contre lui tandis que lui la serre un peu plus et ferme les yeux pour profiter au maximum. Il parcourt doucement son visage qu'il découvre. Il passe par ses cheveux, descend sur son front puis ses joues. Toujours doucement, tendrement, les doigts d'Antho descendent dans le cou d'Azénor, douce caresse, légère, il effleure la peau de la belle. Il descend encore un peu mais se voit obligé d'arrêter à la naissance de la poitrine de la directrice. Ce n'était que la deuxième fois après tout. Toujours aussi doucement, ses doigts entreprennent le chemin inverse. Il pourrait rester là une éternité.

- D’ailleurs tu... Il y a quelque chose qui te tracasse? Je t'ai vu...Hésitant tout à l'heure.

Et m*rde. Elle avait vu. Lui qui voulait aborder le sujet plus tard. Ou peut-être au moment où il allait le voir sur son corps. C'était son problème. Quand il était amoureux, il ne savait pas caché ses émotions. Il aurait été à Olly, son trouble serait passé inaperçu. Il pouvait voir les trucs les plus bizarres possibles dans sa boutique sans que rien ne paraisse sur son visage. Tout pouvait paraître "normal". Ça s'appelait l'impassibilité commerciale. Tout aussi utile que le sourire. C'était un des premiers trucs qu'il avait pris quand il était arrivé stagiaire à Ollivander's. L'impassibilité et le sourire. Fallait avouez, que quand un futur sorcier t'enflammait la moitié du comptoir, c'était pas facile de rester impassible. Mais ça s'apprenait. Le défaut dans tout ça, c'est que dans la vie privé, il se laissait aller... Un peu trop du coup.

- Je... Pensais pas que tu l'avais vu, il hésita un instant. Hm... Ton signe distinctif sous ta forme animale, nouvelle pause, il cherchait ses mots. J'aurai sans doute pas dû le voir comme ça... Si tu veux pas m'en parler je comprendrais Azé...

Il passa doucement la main sur la joue de sa belle en attendant la réponse. Cette fille était plein de mystère, allait-il finir par tous les découvrir ? Tu es qui Azé sous ce magnifique visage ?
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Sous la neige

Message par : Azénor Philaester, Lun 23 Jan 2017 - 21:40



Je le regarde me regarder. Hésitant, gêné. Je sais ce qu'il va me demander. C'est évident, ça se voit. Il l'a vu. J'ai vu qu'il l'avait vu. Pas de secret entre nous. Pendant un léger instant le silence nous entoure. On profite et on se tait en regard. Le plus beau paysage finalement c'est pas le ciel. C'est lui. C'est dans ses bras que je veux m'abandonner, me laisser aller, pour toujours. Il me regarde comme ça et moi je tombe amoureuse de lui. Tout doucement. Puis tout d'un coup. C'est comme quand on se réveille hein. Au début on garde les yeux fermés en attendant d'être prêt à affronter le monde. J'ai ouvert mes yeux et je suis tombée pour lui. Et je me suis jamais sentie autant vivante. Il est la partie d'âme que j'avais perdue. Je sais ce qu'il va dire, j'en souris. Il a le droit de connaître mon passé et mes secrets. Puisque qu'il a réchauffer mon cœur qui avait gelé.
- Je... Pensais pas que tu l'avais vu. Hm... Ton signe distinctif sous ta forme animale.. J'aurai sans doute pas dû le voir comme ça... Si tu veux pas m'en parler je comprendrais Azé...

Sans surprise. Mes yeux s'humidifient malgré moi. Des petites larmes perles dans le coin de mes yeux. Mais je souris. Je me sens tout à fait en confiance avec lui, et puis protégée, quoi qu'il arrive. Il dépose sa main sur ma joue, empoignant mon regard qui lui appartient. Un frisson me transperce. Ce p*tain de passé qui ne s'en ira jamais. Je cherche mes mots. Je ne sais pas comment lui dire. Je ne veux ni en dire trop ni pas assez. Non pas que je ne lui fais pas confiance. Mais je ne veux pas qu'il sache que ça me hante tous les jours. C'est chaque minute de chaque jour. Mais lui il me fait me sentir mieux. Avant j'avais peur d'en parler, je me braquais, fuyais. Mais avec Anthony c'est différent, tout est plus simple. Je suis plus libre. Et je suis plus moi. Alors les yeux dans les yeux, une goutte coule sur ma joue, arrêtée par son doigt. Je baisse les yeux un instant, j'essaie de trouvé une once de sincérité et de vérité dans mon enfance arrachée.
- Tu allais de toute façon le découvrir un jour. Mais je...Disons que j'ai l'impression que je peux tout te dire. Et que je veux tout te dire aussi tu vois? Pas de secret entre nous alors... C'est mon père en fait. Enfin il n'en a que le nom tu comprends.

Les souvenirs remontent. Armés de flash, de fouets, de sortilèges interdits. Ils me narguent et me sourient, narquois. Troublée, perdue. Je baisse le regard un instant. Je ne veux pas paraître faible. Je ne suis pas faible. Le passé est derrière hein c'est bien ce qu'on dit? Et puis c'est bien gentil de vouloir l'oublier mais c'est dur. Ça reste partout, sous formes de cicatrices, morales et physiques. Je prends une grande inspiration. Je pince mes lèvres. Je m'excuse en regard, le redressant vers Anthony.
- Désolée c'est bizarre. Ça me quitte pas donc euh. En fait je l'ai jamais vraiment dit clairement à personne alors. Enfin disons que mon père me battait, quand j'étais petite. Et qu'il a fait souffrir maman. Et mes frères aussi. Et puis moi. Alors voilà, il est partit mais toujours là, alors je fais avec tu vois.

Je ferme un instant mes paupières. Hello my shadow self. Je vois cette enflure, ses yeux noirs, et son visage constamment animé par la haine. Y'a pas de pourquoi. Que de la soif de vengeance. Mais il ne suffit pas de fermer les yeux pour que tout disparaisse, bien au contraire. Mais je veux être libre. Avec lui. Alors je commence dès maintenant.
Je m'ouvre alors à la vie, plongeant mon regard dans celui d'Anthony, encore une fois. Ses yeux je les connais par cœur mais jamais de ma vie, je ne pourrais m'en lasser. Le voir, le regarder, c'est ce qui me fait garder espoir. Mais mon dieu Anthony t'étais où toutes ces années...
Je lui souris, comme pour lui dire de ne pas s'en faire. Parce que je vais bien, hein. On dirait pas mais ça va. Y'a pire. Y'a toujours pire. Enfin c'est ce qu'on doit se dire pour avancer. Alors y'a pire ok. Comme ça je garde l'espoir. L'espoir de quoi? Je sais pas trop on verra plus tard. Je vis parce que quelqu'un m'a dit de le faire. Alors je suis un pion parmi tant d'autre. Mais un pion chanceux. D'avoir trouvé son double humain.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Sous la neige

Message par : Anthony Adams, Jeu 26 Jan 2017 - 23:49


Il avait posé la question. La question qu'il ne voulait pas poser mais il n'avait pas sût cacher son trouble, Azénor avait saisit. Elle savait. Aussitôt, il vit des larmes apparaître dans les yeux de la jeune femme. L'instant d'après, cette larme coule le long de la joue de la Gryffon. D'un geste lent, Anthony l'essuie, d'un revers de main. Comme un trait sur ce qui la hantait.

- Tu allais de toute façon le découvrir un jour. Mais je...Disons que j'ai l'impression que je peux tout te dire. Et que je veux tout te dire aussi tu vois? Pas de secret entre nous alors... C'est mon père en fait. Enfin il n'en a que le nom tu comprends.

Elle baissa les yeux, comme pour se cacher. De quoi ? De qui ? L'attrapeur ne dit pas un mot. Il continua de parcourir son visage doucement. Comment on pouvait faire ça à ça propre fille ? Le jeune homme se retint de pester. Qui se ressemble s'assemble... Anthony n'avait plus de famille. Sa mère et sa sœur, fauchées, dans la fleur de l'âge, par un chauffard. Son père, absent. Il y a quelques mois de ça, le gérant d'Olly avait définitivement tiré un trait sur ce père. Depuis, plus de nouvelles. Plus une seule. Il n'en avait plus à donner, plus rien.

- Désolée c'est bizarre. Ça me quitte pas donc euh. En fait je l'ai jamais vraiment dit clairement à personne alors. Enfin disons que mon père me battait, quand j'étais petite. Et qu'il a fait souffrir maman. Et mes frères aussi. Et puis moi. Alors voilà, il est partit mais toujours là, alors je fais avec tu vois.

Ses paroles étaient un peu confuses. Mais l'essentiel était là. Cette fille avait vécu l'enfer. Il la voit fermer les yeux. Comme si elle luttait contre un ennemi invisible. Le jeune homme essayait tant bien que mal de calmer son amie mais ses déments avaient l'air plus forts que lui. Au bout de quelques secondes qui parut une éternité à Anthony, elle rouvrit les yeux. En souriant. De ce sourire dont elle avait le secret. Ce sourire magique qui faisait tout oublier. "Je vais bien, tout va bien". C'est sans doute ce que voulait dire ce sourire. Le jeune homme n'avait à l'instant rien à dire. Il aurait voulu traiter ce père de tous les noms. Il aurait voulu prendre toute la douleur d'Azénor. Il aurait voulu, d'un baiser, lui faire tout oublier.

Le passé n'était pas fait pour être oublié. Il vous forgeait. Vous étiez vous, grâce à lui. "Ce qui ne tue pas, te rends plus fort". Facile à dire. Et complètement faux. Il n'y avait rien de fort à vivre. Il n'y avait rien de fort à continuer sa vie, à avancer. Vous n'aviez pas le choix, c'est la vie qui vous menait, et pas vous qui menait la vie. Ça ne vous rendait pas fort non. Par contre, ça vous changeait. .Le passé faisait le vous du présent. Oublier le passé, c'était changer ce que vous êtes dans le présent. Vivre avec ? Sans doute pas. C'était là, quelque part, dans votre tête, parfois enfoui, parfois trop frais, toujours à vous hantez. Un mot, une image, et vous replongiez dans vos démons. Oserez-vous dire que vous êtes forts avec ça ? A vous faire hanter par des fantômes du passé. Ce qui ne tue pas... Te rends simplement plus vulnérable.

Il serra la main d'Azénor, en continuant de parcourir son visage. Il plongea son regard dans celui de la belle Gryffon. La dernière fois, il avait entraperçu les parties sombres d'Azé. Aujourd'hui, elle était là, devant lui. Une fille meurtrie par un type sans cœur. La main d'Antho couvrait entièrement la joue de la directrice. Il se pencha sur Azénor pour poser un simple bisou là ou une larme avaient coulé à l'instant.

- T'es incroyable. en regardant ses yeux, il avait vu que, le souvenir de ce père était encore présent. Intense. J'espère pouvoir un jour t'apaiser...

Le jeune homme continua de caresser doucement le visage d'Azénor. Cette fille était incroyable. Leur rencontre était improbable. Le tout était un mélange déstabilisant et incroyablement grisant. La neige recommença à tomber. Mais pour l'instant, il n'avait pas envie de bouger. Tant pis, ils seraient juste un peu trempés, rien de bien grave. Rien n'était grave aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Sous la neige

Message par : Azénor Philaester, Ven 3 Fév 2017 - 0:56



Je vois dans ses yeux. Un peu plus clair. Il me sent, me comprend, tout. Il voit tout. Comme si finalement il était même la personne la mieux placée pour être là, et comprendre. Il serre ma main, la sienne toujours déposée tendrement sur mon visage frais de cette après-midi d'hiver. Un baiser sur l'humidité de ma joue. Je me perds dans ses yeux, encore une fois. Et puis je me sens si vulnérable. Anthony si tu savais l'emprise que tu as sur moi. Je me suis abandonnée à toi, sans le vouloir. J'ai pas le choix. Je te regarde et je suis folle. A nue devant toi, j'ai lâché prise. Je me suis jamais sentie autant vivante. C'est comme quand je suis sous forme animale. Je suis mille fois plus libre, mille fois plus moi. Je t'ai rencontré, et je me suis rencontrée moi-même. Je pensais pas que je pouvais aimer. Jamais. Mais t'as réchauffé mon cœur et tu l'a prit. Mais t'es même pas au courant.
- T'es incroyable.  
J'espère pouvoir un jour t'apaiser...


C'est ta voix. C'est ta prestance. C'est ton visage. Tes yeux, ton sourire, tes lèvres. C'est ta façon de me regarder, aussi. Je me sens comme importante. Je retrouve l'espoir. Et je suis heureuse. Je crois. Grâce à toi. C'est comme s'il ne pouvait plus rien m'arriver, jamais. Parce que tous les deux, on est extraordinaires. C'est dingue comme la personne en qui on dépose notre entière confiance et tout notre amour, est la même personne qui a la capacité de nous détruire. En une seule seconde. Et c'est ce qui me fait le plus peur. C'est ce qui prend le dessus sur la peur de l'oubli. On a pas entamé notre chemin, main dans la main, que j'ai déjà peur que tu me lâche. La peur de la déception, de la souffrance. C'est pour ça qu'aimer, ça craint.
T'es incroyable. J'y repenses. J'en sourie, à pleines dents. Les yeux plissés, les joues rougies. Tu espères pouvoir m'apaiser, mais que crois-tu. C'est déjà fait. A la seconde où j'ai posé mon regard sur toi, il y a quelques minutes, ou quelques heures. Qui sait. Je l'ai pas compris tout de suite, mais cette sensation de chaleur instantanée c'était toi. C'était toi qui rentrait dans ma vie, une deuxième fois. Mais qui cette fois, ne comptait pas en sortir.
- Tu m'apaises déjà idiot.

J'ajoute un sourire, histoire qu'il comprenne que je ne le traite pas vraiment d'idiot. Ce qu'il est beau. Beau comme on n'en voit plus. Sa main dans la mienne, la meilleure sensation de l'hiver qui sèche ma peau. A son tour. De m'en dire un peu plus sur lui. Sur ce qu'il a vécu. Je ne suis pas dupe. Il sait. Il comprend. Alors il a vécu. Dans le même genre. C'est un truc en rapport avec sa famille. C'est toujours en rapport avec la famille. Puisque ce sont les gens qu'on se permet d'aimer sans même les connaître. Dès le premier instant où on voit le jour. On les aime et on attend d'eux, toujours plus. Et on espère qu'un jour ils nous aimeront ne serait-ce qu'au moins comme nous les aimons nous-même. Mais aimer, ça craint. J'ai arrêté d'espérer quoi que soit le jour où mon père a continué à me faire du mal. Alors est-ce-que tu espères encore Anthony? Des vrai choses je veux dire, à part le fait de vouloir un jour, m'apaiser.
- Et toi, qu'est-ce-qu'il t'es arrivé? Je t'ai dis, alors à ton tour.

Je garde un sourire, je luis fais comprendre dans mes yeux, qu'il peut tout me dire. Que je suis quelqu'un sur qui il peut compter. Parce oui je serais là pour lui, tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Sous la neige

Message par : Anthony Adams, Jeu 16 Fév 2017 - 23:36


Un sourire. Un beau sourire. Des joues rouges. Des yeux emplis de malice et de bonheur. Elle était sublime. Ils étaient heureux. Comment ? Bonne question. Ils se connaissaient depuis peu. Ils s'étaient vus deux fois. Un coup de cœur ? C'était bien plus fort. Un coup de foudre ? C'était peu. Antho avait l'impression que son cœur avait explosé. C'était niais. C'est vrai.

- Tu m'apaises déjà idiot.

Un regard, un sourire. Il craque. Encore une fois. Comment ils s'étaient retrouvés là ? Comment deux inconnus pouvaient se retrouver là ? Il fallait être réaliste. Ils n'étaient que des inconnus. Ils s'étaient vus deux fois. Quelques heures, quelques instants. Pourtant, Azénor venait de se confier à lui. Comme si... Ils se connaissaient depuis toujours. Chose assez étrange fallait avouer.

- Et toi, qu'est-ce-qu'il t'es arrivé ? Je t'ai dis, alors à ton tour.

Et son passé le rattrapa. Anthony courrait. Toujours. Il courrait pour ne pas se faire rattraper par son passé. Il ne l'avait pas oublié. Il le fuyait. Il avait tout fait pour le fuir, pour ne plus le voir, pour ne plus avoir à faire à lui. Il avait tiré un trait. Sur tout. Il avait tout fait pour l'éloigner. Aujourd'hui, il était loin de ce passé. Ça faisait plusieurs mois qu'Anthony avait effacé son père de sa vie. Ça faisait plusieurs années qu'il se dém*rdait tout seul, en attendant rien en retour. Il vivait pour lui, il faisait sa vie, sans s'inquiéter de ce qu'il pouvait en penser. Antho s'en foutait. Cela faisait des années qu'il s'en foutait. Mais ce jour-là, à la fontaine du ministère, il s'était définitivement détaché de tout ça. Courir. Courir pour avancer sans se faire rattraper. C'était la solution qu'il avait trouvé. Mais aujourd'hui, il n'avait plus envie de courir. Et son passé l'avait rattrapé. Tout lui revenait. Comme la fois où il avait vu Ailyne sur son lit d’hôpital. Il pensait s'être blindé depuis. Force était de constater, qu'une simple phrase, qu'une rencontre chamboulait tout.

- En gros, aujourd'hui, je n'ai plus de famille. Ma mère et ma sœur sont mortes dans un accident. Et mon père est... Absent de ma vie. Simplement.

Il s'arrêta pour regarder Azénor. Un sourire rassurant sur son visage. Anthony avait l'impression qu'il pouvait arrêter de courir. Peut-être pas longtemps, mais pour l'instant, et pour la première fois depuis longtemps, il pouvait se reposer. Enfin. Comme d'habitude, il se perdit quelques instants dans les yeux de la jeune femme avant d'émerger à nouveau.

- En fait, j'ai définitivement coupé les ponts avec lui il y a quelques temps de cela... Et ma sœur représentait énormément pour moi...

Sa gorge se serra légèrement. Assurément, elle représentait encore beaucoup. Un léger voile passa furtivement dans ses yeux. Un léger voile de tristesse qui disparu aussi vite qu'il était apparu.

- C'est du passé tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Sous la neige

Message par : Azénor Philaester, Sam 25 Fév 2017 - 6:02



J'ai jamais demandé d'avoir besoin de quelqu'un. Mais il me le faut, lui. Tout entier. Et je n'ai pas voulu le faire replonger dans sa torpeur. Mais vouloir fuir son passé c'est comme une course contre la montre. Mais la montre gagne tout le temps. Je le vois penser et ça me tue à petit feu. De le voir souffrir, caché derrière une armure robuste mais non infaillible. Je vois dans ses yeux qu'il n'a pas eu une enfance paisible et normale. Ce qui se fait clairement rare de nos jours.
- En gros, aujourd'hui, je n'ai plus de famille. Ma mère et ma sœur sont mortes dans un accident. Et mon père est... Absent de ma vie. Simplement.

Expression neutre sur mon visage. Je ne ressens pas souvent la blessure d'autrui, si ce n'est quand je m’immisce dans leur esprit. Je me mets juste à la place. Et je sais que c'est dur, que ça l'a été, et que ça ne partira pas vraiment, jamais. Un regard, un seul parmi tant d'autres déjà échangé, tant d'autres à venir. Plus spécial que le précédent, moins que le prochain. Je le regarde et je lui avoue par mes yeux que je suis en train de tomber amoureuse de lui, et je ne choisis rien. Et c'est ce qui me fait le plus peur. Perdre le contrôle.
Il me parle de son père. De sa famille. Soit disparu, soit oubliée, en quelques sortes. Perdre une sœur. Une maman. Je ne m'imagine pas sans la mienne. Ou sans les deux, presque trois crapules qui me servent de frères. J'essaie de compatir, de comprendre. C'est fou, ce qu'il a du être seul.
- En fait, j'ai définitivement coupé les ponts avec lui il y a quelques temps de cela... Et ma sœur représentait énormément pour moi...

A ses mots, je m'accapare de sa main, la serre contre moi. C'est dur de voir les autres souffrir. Et par autres, je veux dire les personnes que j'aime. Qui se comptent sur le doigt d'une main donc. Ce que j'aimerais prendre sa souffrance et sa tristesse que j'aperçois furtivement. Les prendre pour moi, pour que lui se sente bien. Souffrir pour lui plutôt que d'avoir à subir la sienne.
Et je ne sais que dire. C'est fou, plus on grandit, plus on connaît de mots, moins on trouve quoi dire. Enfant j'aurais été capable de dire n'importe quoi pour lui dire qu'après tout, la vie continue. Mais plus j'y pense, moins j'y crois. Avant que je ne trouve quoi que ce soit, il termine sa légère tirade:
- C'est du passé tout ça...

Le passé. Il n'y a rien de plus présent que le passé.
Mais c'est à nous de le cacher, un tant soit peu. Le présent, c'est toi et moi. Ici sur ce banc, et c'est notre histoire. Toi et moi, réunis pour de longs chapitres de nos vies.
Un regard qui acquiesce ses mots. Je ne suis plus bonne pour dire combien je suis désolée, alors je le montre. Je le lui montre en me taisant en regard. Des yeux compatissants, des yeux amoureux, fous de lui et de ce qu'il m'a fait devenir. Heureuse, presque. Une petite bulle dans ce monde intransigeant. Un amour naissant d'une après-midi hivernale.

Je me lève d'un bon. Me positionne face à lui. Et je le domine pour une fois de la taille, baissant la tête pour mieux le voir. Mes mains fraîches viennent se déposer sur ses joues rouges. J'arrange une de ses mèches de cheveux. Un léger sourire en coin.
- Et le présent c'est toi et moi.

Je ferme mes yeux, profite du moment. Et je viens lier mes lèvres aux siennes, pour une autre fois, non pas des moindres. Juste parce que c'est la meilleure chose qui me soit arrivé depuis des mois et des mois. L'embrasser. Et me sentir vivante, enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Sous la neige

Message par : Anthony Adams, Mer 8 Mar 2017 - 0:14


Deux fois. Deux rencontres. C'est ce qui leur avait suffit pour... Tomber amoureux ? Était-ce le mot ? Bonne question. C'était peut-être ce qu'on appelait un coup de foudre. Pour l'instant, Antho profitait de l'instant, sans se poser de questions.

Et deux rencontres, c'est ce qui leur avait suffit pour se dévoiler. Un petit peu. Juste une partie. Mais une partie ô combien importante pour Antho. Seul quelques personnes connaissaient cette partie de sa vie. Généralement, il préférait passer sous silence. Courir, toujours courir. Elle ne dit rien. N'affirma rien. N'infirma rien. Elle était là. C'était tout. C'était beaucoup.

- Et le présent c'est toi et moi.
- Seulement le pr...

Elle l'embrassa. Anthony avait juste eu le temps de relever la tête que ses lèvres touchaient celle d'Azénor. Ce fut... Intense. Plus que les autres fois. Sans doute moins que les prochaines. Ils avaient brisé la glace. C'était officiel, il y avait un truc entre eux. Peut-être pas durable, peut-être qu'une passade. Mais aujourd'hui, ils se sentaient bien. Parce qu'ils étaient tous les deux. Là, maintenant, tout de suite, c'était tout ce qui importait. Ça faisait bien trop longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi bien. Tendrement, Anthony répondit au baiser de sa belle. Il se leva lui aussi pour se retrouver à une hauteur plus confortable. Plus grand qu'Azénor. Il passa ses bras par dessus les épaules de la gryffon pour la serrer contre lui en prolongeant le baiser.

A regret, mais parce qu'il fallait être un peu raisonnable. Fallait reprendre son souffle parfois. Ouais, je l'ai déjà faite cette blague je crois. M'enfin, recyclé c'était bon pour la planète. Il ne s'écarta pas vraiment. Il serra un peu plus fort Azénor contre lui pour lui glisser dans l'oreille.

- J'ai froid, on bouge ?

Et dans un CLAC, ils les firent transplaner. Ils atterrirent donc directement dans l'appartement d'Antho. A Londres. Dès qu'ils furent à nouveau "matérialiser", Anthony ne laissa pas Azénor reprendre son souffle qu'il l'embrassait déjà en la serrant contre lui. Ses mains descendaient dans le dos de la jeune fille, doucement mais sûrement. Mais il préféra arrêter là. Après tout, c'était que la deuxième fois. Il s'écarta un peu d'elle, en prenant tout de même sa main.

- Bienvenue chez moi !

Il la fit visiter assez rapidement. La cuisine, le salon... Et évidemment la chambre. Par laquelle il avait finit. Peut-être un coup un peu calculé il fallait avoué. Mais bon, ils étaient adultes non ? Finalement, ils sembleraient que les deux voulaient arriver à la même chose. Ce regard, ne le laissait pas indifférent. Sur tous les points. Finalement, ce qui devait arriver arriva. Il se retrouvèrent sur le lit puis leurs corps s'unirent. Ok, c'était que la deuxième fois mais... Par Merlin, qu'elle était belle, pas possible de résister. Puis fallait croire qu'elle pensait de la même chose pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sous la neige

Message par : Elhiya Ellis, Lun 12 Juin 2017 - 10:56


Snowflake on my nose

Pv
Nyx Spero



Début de week-end, période bénie de repos et de calme, bien connue pour ses longues grasses matinées et son absence de cours obligatoires. Oublié les devoirs de la veille, oublié les révisions pour les Aspics, bonjour tranquillité et lascivité.  Enfin, en théorie.  Étalée de tout son long dans son lit, sans aucune envie de se lever, une camarade de dortoir revenait totalement excitée tenant quelque chose de blanc entre ses mains rougies. S’en suivit des couinements de joie : il avait neigé dans la nuit. Une épaisse couche, laissant libre court à l’imagination des jeunes étudiants en magie.

Bataille de boule neige, confection de sorcier en neige- ou tout simplement de bonhomme plus conventionnels- glissades sur des luges improvisées, empreinte d’ange sur le sol - sans oublier d’imperméabiliser ses vêtements avant de le faire-, ou juste se balader en ville. Il n’en fallait pas plus pour extirper la blonde de sa couche, d’un bon elle récupéra des vêtements chauds, une paire de bottes noires fourrées avec des pompons et fila vers la gare. Vu le temps, hors de question de rester enfermée toute la journée dans l’école à regarder la cheminée de la salle commune.

Pré-au-lard, village uniquement magique, terminus du Poulard express, facile et rapide d’accès, parfait pour occuper un samedi de solitude dans cette situation. Le manteau blanc avait recouvert tout le pays, étouffant les bruits de pas, les transformant en un crissement particulier si appréciable. Emmitouflée dans son écharpe verte, capuche de sa robe de sorcier visée sur la tête, Elhiya s’amusait à laisser des traces de pas sur la neige restée vierge dans certain recoin. Amusement futile et puéril qu’elle adorait depuis sa plus tendre enfance. Et tant pis pour les regards éventuels qu’on pouvait lui jeter, elle assumait parfaitement d’être une gamine qui s’émerveillait à chaque fois devant quelques flocons.

L’hiver était une période reposante, les cris des gosses en train de se couvrir était plus doux, le chocolat chaud avait une saveur bien plus délectable, les effluves épicés des hydromels étaient tout bonnement revigorant, et les bâtisses de briques semblaient bien plus jolies avec leurs toitures enneigées. Agréable mélange de bonne humeur contagieuse.

Déambulant dans les rues, sourire –stupide- aux lèvres, Elhiya regardait avec plaisir les commerces déjà ouverts, ignorant le froid qui commençait à engourdir ses doigts. Dans sa précipitation, elle était partie sans gants. Les trois balais, la tête de sanglier, le salon de thé, il y’avait pas mal de choix si jamais elle décidait de se réchauffer un peu. Mais pour le moment, elle préférait profiter des petits flocons qui tombaient lentement sur sa cape noire.

Un peu plus bas en contre-bas, des enfants chantonnaient une comptine que la blonde n’avait pas entendue depuis un moment. Doux souvenirs, un sourire mélancolique se dessina doucement sur ses lèvres.

Snowflake, snowflake, little snowflake.
Little snowflake falling from the sky.
Snowflake, snowflake, little snowflake.
Falling, falling, falling, falling...falling on my head.


L’air était contagieux lui aussi, la blonde se retrouvait à le chantonner en passant devant le petit groupe d’enfant qui essayer d’emprisonner les flocons entre leurs mains. Attendrit, Elhiya les regardait tout en continuant à marcher, sans regarder où elle mettait les pieds, et buta dans un carton de bouteille de recyclage en attente de ramassage, manquant de s’étaler de tout son long sur le trottoir.

L’obstacle lui fit perdre l’équilibre, l’envoyant vers l’avant. Elle envoya valdinguer la caisse dans un fracas rompant tout charme avec la quiétude du lieu, et récupéra sa contenant –si on peut dire- en s’agrippant au lampadaire présent juste à côté. Les bras enroulés autour du poteau métallique, la blonde entendait quelques rires derrière elle. C’était justifié, mais elle grimaça.

*Bordel de détritus de #@!  en plein milieu de la rue ! *
Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sous la neige

Message par : Nyx Spero, Mer 14 Juin 2017 - 4:23


Snowflake On My Nose
RP avec Elhiya Ellis


Folle Nuit
Réveille en douceur
Tête en feu
Endroit inconnu



La nuit avait été longue. Réveille en douceur dans un lit qui n’était pas le sien. Où était-elle ? Très bonne question. Une question dont elle ne connaissait pas. Un homme nu à ses côtés. D’accord. Tous ses souvenirs étaient flous, voir même inexistant. Elle se contenta de se lever discrètement, et d’aller prendre une douche. Une douche qui la réveilla et qui lui fit le plus grand bien. Ce n’était pas toujours efficace sur elle, mais, cette fois-ci, ça l’était. Une fois fini, elle se sécha rapidement, avant d’enfiler ses habits de la veille. Une simple chemise blanche, avec un jean et un manteau noirs. Un peu de maquillage pour couvre sa gu*ule de bois, et ça passait.

Dans un craquement sonore, elle transplana loin de cet appartement, direction Pré-au-Lard. Aucune sécurité anti-transplanage, c’était génial. Une fois le tourbillon passé, voilà qu’elle se retrouvait les pieds dans la neige, nez à nez avec une fille qui faisait un câlin à un lampadaire. Des rires retentirent au loin. Nyx ne comprit pas grand-chose pour le coup. Elle devait améliorer son transplanage, c’était certain… De ses yeux émeraudes, elle regarda la jeune femme devant elle. Une blonde assez charmante. Enfin, si elle pouvait lâcher ce lampadaire, ça pouvait être mieux. C’était d’un ridicule.

- Dis-moi… tu fais vraiment un câlin au lampadaire, ou j’ai encore trop de grammes dans le sang ?

Bah quoi ? Il fallait être sûr dans la vie… Fallait la comprendre, ce n’était pas évident comme situation. Elle ne s’attendait pas se retrouver nez à nez avec une fille qui sympathisait un avec un lampadaire. Et puis… d’où elle sortait cette neige sérieusement ? Nyx se contenta de reculer un peu, jusqu’à atteindre un endroit sans neige, couvert. Une entrée d’habituation sûrement. Elle secoua ses pieds pour enlever la neige, puis elle fouilla son sac, à la recherche de son paquet de cigarette. Une fois trouvé, elle en mit une à la bouche, avant de l’allumer grâce à un coup de baguette, comme à son habitude. Ensuite, elle regarda la blonde, et lui tendit le paquet. Ouais, elle était d’âme charitable aujourd’hui.

- T’en veux une ? Enfin… à part si tu préfères ton lampadaire. T’sais… je juge pas, tu fais ce que tu veux hein.

Sourire au coin, ton légèrement moqueur. En même temps… C’était quelque chose cette fille. Miss Lampadaire. Fallait voir ce qu’elle allait faire. Nyx espérait vraiment qu’elle n’était pas du genre à crier, sinon ça allait mal se passer. Déjà qu’il y avait assez de bruit dans la rue pour sa pauvre tête, alors pas besoin d’en rajouter… Elle regarda toujours une fille, plutôt amusée, en prenant une bouffée de sa cigarette, laissant pénétrer la fumée dans ses poumons, avant de recracher celle-ci, regard amusé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sous la neige

Message par : Elhiya Ellis, Mer 14 Juin 2017 - 10:42


Plein de lumière dans le ciel gris,
Toutes les couleurs qui se marient,
Des gouttes d’eau qui nous sourient,
Et tout d’un coup, il est parti, Cet arc-en-ciel après la pluie.


Non, c’était loin d’être un arc-en -ciel, mais plutôt le scintillement désagréable d’infimes lucioles multicolores qui voilaient sa vision temporairement. Elle s’était cognée, ça n’avait duré qu’une fraction de seconde, mais son front savait le lui rappeler douloureusement. On ne pouvait pas faire pire. Quoi que si, au moins, elle n’avait pas atterrit le nez directement dans les bouteilles vides, c’était déjà ça. Elle voulut se frotter le crane pour s’éviter une bosse, mais l’apparition soudaine d’une fille brune visiblement mal réveillée, la fit sursauter et lâcher son lampadaire.


« Bordel d’où tu sors toi ? Ouai j’adore câliner le mobilier urbain, trop d’affection à donner tu vois ? »

Non mais, c’était quoi cette question, qui, dans un monde vaguement normal, irait enlacer volontairement un poteau lumineux ? Une personne trop alcoolisée peut-être. Mais là, nous étions en pleine matinée, c’était rude de commencer la journée avec un verre de scotch sur glace. Donc, fallait être réaliste, personne n’irait se lover volontairement contre un lampadaire… question stupide qui avait agacé la blonde.

Dire qu’elle était venue ici empreinte d’une bonne humeur inégalable, désormais, c’était râpé pour le reste de la journée. Maugréant silencieusement tout en frottant son débit de bosse, Elhiya adressa un regard noir à son interlocutrice qui ne se gênait pas pour se moquer allègrement d’elle. Ca va on avait compris, quelqu’un collé à un lampadaire c’était risible, tout comme quelqu’un qui se gémellait dans la neige, ca va, on n’allait pas y passer un siècle non plus. Un soupire d’agacement lui échappa alors qu’elle regardait ce que la brune lui tendait.

Des cigarettes, comme quoi, dans son sarcasme cette fille n’était pas sans cœur, bien qu’elle soit encore en train de se marrer discrètement. Quoi qu’avec du recul, dur de lui en vouloir, dans sa situation, Elhiya aurait fait exactement pareil. Elle se radoucit et refusa d’un léger signe de tête.


« Ça ira merci, par contre toi, t’aurais besoin d’un café on dirait, gueule de bois ? »

Si la blonde n’avait ni vu, ni entendu la fumeuse transplanter, elle n’avait pas manqué de remarquer les traits tirés de cette dernière, sans oublier qu’elle l’avait clairement entendu se questionner sur son taux d’alcool lui restant dans le sang. Soirée très certainement très mouvementée et très imbibée pour la brune. Elhiya lui adressa un sourire amusée en la regardant sous son porche. Dépourvue d’écharpe ou tout autre accessoires hivernal, il y’avait fort à parier que la brune était partie à la va-vite et qu’elle allait finir par geler. D’un signe de tête la blondinette montra l’enseigne d’un café en contre-bas.

«Y’en a un plus bas au passage »

La bienveillance envers les inconnus n’était pas un trait caractéristique de la jeune fille. Que la brune se caille sous la neige n’était pas son problème, par contre qu’elle soit en train de perdre toute sensation dans les doigts la gênait grandement, un chocolat ou un café viennois arrangerait vite le problème. Fourrant ses mains dans les poches de sa cape, la blonde détourna le regard vers la rue, le calme était quasiment revenu, seuls des gosses avaient initiés une bataille de boule de neige. A les regarder, ils visaient aussi bien qu’elle... Un projectile rata sa cible, allant s’écraser sur la brunette , arrachant un pouffement de rire à Elhiya.
Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sous la neige

Message par : Nyx Spero, Jeu 22 Juin 2017 - 14:35


Un simple refus.
Elle se contenta de ranger son paquet. Tant pis pour la blondinette, ça en fera plus pour elle. Des paroles s’envolèrent de nouveau. Décidément, elle n’était pas si inutile que ça cette fille. Il était vrai, qu’elle ne devait pas avoir une belle gueule… heureusement qu’elle s’était refaite une beauté, sinon ça n’aurait pas été très joli à voir. Son regard amusé lui plaisait bien. Sa proposition aussi. Un café, quoi de mieux pour se réveiller le matin ?

- Y’en a un plus bas au passage.

Intéressant. Signe de tête montrant un enseigne au fond de la rue. Prendre le café avec des inconnus n’était pas vraiment son truc, mais elle pouvait faire une exception. La jeune femme paraissait fort sympathique, et avait l’air d’avoir de drôles de ressources si on oubliait l’épisode du lampadaire. Prenant une nouvelle bouffée de sa cigarette, elle regarda le fond de la rue. Il commençait vraiment à faire froid. Elle aurait dû prendre quelque chose de plus chaud, hier soir, en sortant, mais comment elle aurait pu savoir qu’il allait neiger… Foutu temps. En plus ces gosses n’arrêtaient pas de gueuler et…


SPLASH


La jeune femme en face d’elle éclata de rire. Elle, un peu moins. Se retrouvant avec de la neige de partout, essentiellement sur sa figure. Elle détestait les gosses. Elle voulait leur lancer un Avada sans réfléchir, mais, le séjour à Azkaban ne l’enchantait vraiment pas. Elle se contenta de les fusiller du regard, ce qui eut pour effet de les faire fuir. Soupire. Un regard vers la charmante jeune femme en train de se marrer d’elle. Douce vengeance.

- C’est ça rigole, t’es pas mieux avec ton lampadaire.

Sourire en coin, moqueur en sa direction. Elle enleva la neige qu’elle avait sur elle, avant de se marcher en direction du café. Elle en avait vraiment besoin sinon, elle allait vraiment finir par tomber. Elle se retourna ensuite vers la jeune femme, petit sourire narquois aux lèvres.

- Alors Blondie ? Tu viens ou tu préfères que je te laisse en tête à tête ?

Regard en direction du lampadaire. Petit rire moqueur. C’était le matin. Il ne fallait pas trop lui en demander. C’était déjà bien qu’elle ne l’envoie pas balader. Elle se contenta de suivre sa route jusqu’au café, en prenant une table, attendant sagement que l’inconnue la rejoindre. Laissant tomber sa tête en arrière, elle prit une nouvelle bouffée de sa cigarette.


- Et sinon ? C’est quoi ton joli nom Miss-J’ai-Trop-D’affection-A-Donner ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sous la neige

Message par : Elhiya Ellis, Lun 26 Juin 2017 - 11:47


La neige ne seyait visiblement pas à tout le monde, vu le regard noir que la brune jetait aux gosses. Ce n’était que de l’eau qui n’avait pas eu le temps de geler, rien de méchant, Elhiya pouffa de rire de plus belle, et se contenta de dodeliner de la tête d’un air amusé à la réplique de la sorcière bougonnante.

« Ça reste à voir, moi au moins, j’écoperai juste d’une bosse pas d’une pneumonie ! »

Même si cette brune n’était pas réveillée ou se coltinait une gueule de bois carabinée, elle avait au moins le mérite d’être drôle et pleine de répartie. Elle lui plaisait bien, pour une fois qu’une inconnue ne lui inspirait pas un parfait dédain, c’était presque à souligner d’une croix blanche sur son agenda. Elle la regarda retirer le surplus de neige de ses vêtements, et reporta le regard vers le café en contre bas. Il semblait y avoir déjà pas mal de va et vient vers la boutique, plus qu’à espérer qu’il restait encore des places de libres de chaud et que les deux filles ne soient pas obligées de prendre une boisson au comptoir à emporter.

Blondie ? C’était quoi ce surnom d’un autre temps ? La dernière fois qu’Elhiya avait entendu ce sobriquet c’était dans un vieux film moldu sans aucun intérêt. Haussement de sourcil désapprobateur et sourire en coin faussement vexé à l’attention de la brune. D’un gonflement de joue enfantin, et regard allant de la jeune femme au lampadaire.


« Rhoo ça va hein, j’arrive »

Petite foulée à la hâte pour rejoindre la brune qui l’avait déjà devancé et se faufilant jusqu’à une table de libre dans l’enseigne quasi bondée. De la chaleur humaine ou de celle de la chemine, la petite Serpentard ne sut dire ce qui la réchauffa en premier. En tout cas, les effluves doucereux des différentes boissons étaient les bienvenues, elle prit place en face de la brune qui semblait plus à l’aise à l’intérieur que sous la neige. D’ailleurs, entre deux bouffée de cigarette, elle lui demandait son nom. Ah oui, la politesse, le code de conduite, la bienséance, le genre de chose que la blonde avait tendance à zapper facilement. Déboutonnant son manteau, retirant gants, écharpe et bonnet, posant le tout sur la table, Elhiya ne put que rire doucement à ce nouveau petit nom des plus ridicule.

« Elhiya, Elhi’ si tu préfères, et toi, Mademoiselle-je-sors-quasi-à-poil-sous-zero-degré ? la nuit à dû être rude je suppose. »

Sourire moqueur de sa part, la brune devait tenir une sacré couche pour ne pas avoir pris le temps de mettre un nez à une fenêtre  et se rendre compte que la météo avait viré d’un coup. D’un signe de main vers le serveur, Elhiya entreprit de passer commande.

« Chocolat chaud pour moi, et pour mademoiselle… irish coffee ? »

Boisson typiquement moldue, mais être à Pré-au-Lard ne dispensait pas les tenanciers de bar de posséder certaines d’entre elle, ou d’avoir créé l’équivalent avec des alcools sorcier. D’un regard interrogateur, elle s’adressa à la brunette. Pas dit qu’avec encore de l’alcool dans le sang ce soit la meilleure des idées, mais pourquoi pas après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sous la neige

Message par : Nyx Spero, Lun 26 Juin 2017 - 19:39


Les lendemains de soirées n’étaient jamais beau à voir. Mais, celui-ci, était légèrement différent. Une inconnue. Assise avec elle à une table. Il y avait mieux comme réveil. Mais, elle ne la dérangeait pas trop pour le coup. Elle avait un petit truc qui faisait qu’elle pouvait rester avec elle sans la pourrir. Va savoir quoi… pour le moment elle ne savait pas trop. Etait-ce, peut-être, l’alcool qu’elle n’avait toujours pas évacué de son organisme ?

- Elhiya, Elhi’ si tu préfères, et toi, Mademoiselle-je-sors-quasi-à-poil-sous-zero-degré ? la nuit à dû être rude je suppose.


Voilà qu’elle se moquait de nouveau. Mais, ça ne la dérangeait pas vraiment. En réalité ça ne la fit même pas rire. Elle avait de l’humour et elle aimait bien ça. Puis, elle n’était pas à poil, elle juste légèrement moins habillée qu’elle, c’est tout. Fallait pas chipoter sur des petits détails. Petite vengeance prise par la blonde. Elle marqua un autre coup, en parlant de sa nuit. Elle avait vu juste, une drôle de nuit oui, si elle arrivait à s’en souvenir.

Donc, la jeune en face d’elle se faisait appelé Elhiya alias Elhi. Sympathique comme prénom, elle aimait bien. Ça sortait du commun. Le commun c’était pas son truc. Elle marquait un autre point. Même, si ce n’était pas vraiment elle qui le marquait pour le coup. Bref, un serveur arriva après un signe de main de la part de la blonde. Elle commanda un chocolat chaud, et ensuite elle proposa un truc bizarre pour elle. Nyx ne fit pas vraiment attention, et acquiesça sans même demander de quoi il s’agissait. Tout était bon à boire, dans tous les cas.

Un regard vers Elhiya. Cette fille qui la surprenait un peu plus, après un lendemain de soirée. D’habitude, elle préférait rester tranquille, à l’écart des gens. D’ailleurs, quelle idée de transplaner au milieu de la rue… Elle devrait vraiment faire plus gaffe à l’avenir. Pour éviter de transplaner encore sur des gens. Mais, comment prévoir ça ? C’était bien compliqué. Puis l’alcool n’arrangeait vraiment rien. Bref, voilà le serveur qui ramenait de nouveau les boissons. Plutôt rapide.

- Eh bien, enchantée Elhiya. Moi, c’est Nyx.

Petite pause. Petit sourire.

- Puis. J’suis pas à poil. J’pouvais pas savoir qu’il allait neiger aujourd’hui moi ! J’suis pas un centaure à avoir un don pour la divination.

Encore une courte pause avant de reprendre, après avoir goûté à son Irish Coffee.


- Nuit rude ? Ouais peut-être, j’pourrais te l’dire si j’avais des souvenirs, mais bon… on ne peut pas tout avoir, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sous la neige

Message par : Elhiya Ellis, Lun 26 Juin 2017 - 23:23


Aucune objection de la part de la brune, le serveur s'en alla chercher les boissons commandées. Brève disparition de ce dernier qui rapport a les deux tasses aussi vite qu'il était parti. La blonde paya les deux boissons, élan de générosité, une fois de temps à autre ca ne serait pas la fin du monde -enfin, de son compte en banque-.

Effluves sucrées et cacaotees se mêlant agréablement avec celles plus alcoolisées du café de la prénommée Nyx. Prénom nom court et facile à retenir, parfait la blonde n'aurait pas à effectuer un effort intense pour le retenir. Sourire poli et hochement de tête tout en attrayant sa tasse.


"Enchantée également, même si tu m'as pas filé un coup de main avec ce lampadaire"

Bon, trêve de politesse, ces "enchantés" ne faisaient pas super naturel en plus, ce n'etait qu'un mot balancé pour paraître bien élevé, au même titre que "bonjour" jeté à la volé en entrant dans une boutique. En soit que la journée soit bonne ou non pour les vendeurs, tout le monde s'en fichait.

Posant les lèvres sur sa tasse, la blonde recupera une gorgée, se délectent du liquide qui la réchauffait lentement de l'intérieur. Nouvelle réponse de la beune concernant sa tenue vestimentaire, manquant de s'étrangler en rigolant, Elhiya posa les yeux sur son interlocutrice, amusee


"Oui, c'est connu: seuls les centaures sont météorologues. Sinon, suffit de regarder par la fenetre avant hein"

Rire discret de la part de la blonde. Elle jugeait pas, mais trouvait plus que risible que quelqu'un puisse décider de transplanner en ville dans même vérifier si une tempête ne faisait pas rage. Enfin, une tempête ou des flocons, c'etait la même chose. D'ailleurs Nyx confirma que sa soirée avait du être mouvementée vu qu'elle n'en avait aucun souvenir. Nouveau sourire amusé. Et boire un iris coffee en plus était forcément la meilleure des solutions, pas sur.. d'où elle était, Elhiya sentait le whisky pur feu qui imbibait le café. Portant sa tasse a ses lèvres, elle jetait un coup d'oeil malicieux a la brune

" Tu te rappelles de ton nom, c'est déjà pas mal c'est sur. Et ce café ravive des souvenirs?"

Elhiya avait toujours trouvé amusant les lendemains de soirée, pas les siens, mais ceux des autres. Les traits tirés, la mémoire défaillante et le mal de crâne commun à tous la faisait toujours rire. Nyx n'y coupait pas, elle avait la même tête embrumé de ces matins là, et l'i rish coffee n'arangerait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Sous la neige

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 11

 Sous la neige

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.