AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 13 sur 13
Il ne faut jamais sortir la nuit...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13
Riri Vacuitas
Serdaigle
Serdaigle

Re: Il ne faut jamais sortir la nuit...

Message par : Riri Vacuitas, Dim 19 Nov 2017 - 17:57


Des instructions à la hauteur de mes ambitions ? Voilà donc la direction qu’il me montrait. Cette mission me semblait difficile et je pensais être trop fragile pour la remplir sans me faire griller. C’était le cas de le dire. Il était partie et moi j’étais retombé à quatre patte. Reprenant ma respiration. Je cherchais à me réveiller intérieurement. J’étais bien vivant et j’avais quelque chose à faire maintenant. La vie n’était plus un long chemin avec les mêmes lendemain. Trop perturbé pour réfléchir correctement sur l’instant. Impossible de bien savoir comment je vais m’y prendre. Se serais embêtant que je me précipite.

Respire,cherche une façon de fuir cette endroit. La douleur est toujours là, je dois l’ignorer pour me barrer d’ici avant que quelqu’un d’autre n’arrive. Lui il est partie, moi je resterais pas ici. Insouciant complètement inconscient. Mais quelle idée de répondre à cette lettre, fallait-être bête ! Quoi que … C’était instructif mais destructif. Je ferme les yeux quelques seconde, me concentre, cherche ma baguette. Je l’ai toujours, j’ai la chaire de poule. j’ai bien crus que j’allais mourir, que ça en serais fini, au moins je n’aurais plus aucuns soucis. Sauf que la nuit elle, n’est pas finie. Elle est la fin de cette portion de chemin. Encore faut-il que je fasse ce bout de chemin. Tout me semble loin.

Réfléchissons. Dans un premier temps, je dois me tirer de là, puis me soigner du mieux possible, puis réfléchir à comment remplir cette mission. Voilà, c’est la solution, faut que je m’y tienne. Oui, que je m’y tienne, que je tienne bon, se sera bon.

J’ai donc fini par me jeter un petit sort de soin afin d’aller plus loin. J’ai fini par retourner dans le château, dans notre salle commune et mon lit. Cette nuit était fini. Mais cette vie ne faisait que commencer. Mais quand est-ce que ça pourrais m’arrêter ?

Fin du RP. Sujet libre
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Il ne faut jamais sortir la nuit...

Message par : Alec Z. Dmitriev, Dim 26 Nov 2017 - 2:45


© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV & L.A. d'Max Valdrak accordé.  amour  Passe ta souris sur la fiche :mm: To be continued...Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness. And I'm addicted to your punishment, and you're the master, and I am waiting for disaster. I feel irrational, so confrontational, to tell the truth I am getting away with murder. It isn't possible, to never tell the truth but the reality is I'm getting away with murder.
Les gens se posent de ces questions, parfois. Pourquoi sommes - nous sur cette Terre maudite. Pourquoi la vie est si cruelle ? Pourquoi la mort ne m'accueille-t-elle pas de ses frêles bras ? Ces questions qui n'avaient en soi, aucune réponse définie et qui pourtant, me laisse indifférent, à présent. Autant avant, je me serais laissé emporter sur l'océan de mes larmes, de ma douce dépression. Autant, maintenant, je cherche à n'importe quel prix, de m'isoler de ce monde pourri.

Qu'est-ce qui fait tourner le monde, à part de la monnaie courante, l'amour, le temps ou la célébrité ? .. Ce n'est qu’inévitablement qu'une question de pouvoir et de contrôle. La peur y trouve aussi un peu son rôle. Pour se sentir en sécurité, il nous faut un minimum de contrôle. Et quiconque détient le pouvoir, se voit prendre le contrôle. En perpétuelle quête de Liberté, je m’efforce d'enfreindre les règles, mettre le feu aux poudres pour tout faire exploser. Parce que je ne supporte plus cette société.

Je ne suis qu'un Loup dans sa bergerie. Alice dans le Pays de ses folles merveilles, désillusionné par sa propre vie. Pour se sentir en sécurité, il faut pouvoir jouer des sentiments des autres, comme d'un instrument. Mortel, sensuel, farouche, je suis un artiste qui compose, jour après jour, ma partition chaotique. Un Ode a l'amour, rien de plus apocalyptique, comme scène idyllique. N'est-ce pas ?

Je brise des cœurs, collectionne leurs malheurs et j'y trouve là, quelque part, une part de bonheur dans cette noirceur qui me consume, me ronge, me tue et me brûle de l'intérieur. Avoir le choix, c'est d'être en mesure de pouvoir avoir le "contrôle". N'être plus esclave des choix des autres, c'est se permettre de prendre son indépendance par la main et ne jamais la laisser tomber en chemin.

Alors, en cet instant présent, bien que je ne suis pas en mesure d'être le maître de mon destin. Je me suis assuré de pouvoir prendre le contrôle de ma journée, aujourd'hui. Enfreindre le règlement, une fois de plus. Pourquoi pas. La forêt interdite, me voilà. Je sors de l'école d'un pas décidé. Je marche jusqu'à ce lieu "maudit" par de sales rumeurs à son sujet. Et là. Liberté. Je cours entre quelques troncs d'arbres... Je souris, j'en profite.

Quelques mètres plus loin, je grimpe comme un écureuil à ce bel arbre immense. M'asseyant sur l'une de ses solides branches, je colle mon dos au tronc pour pouvoir profiter silencieusement de l'horizon. Laissant place, ainsi, à mes douces et amères réflexions. J'ai mal au cœur, malgré ma bonne humeur. Mes poignets sont encore douloureux de la veille. J'ai trop forcé avec ma baguette. Mes joues sont encore humides de la matinée. Faudrait que je songe à arrêter de pleurer... Et ma gorge se resserre tout comme mon estomac... Il faudrait vraiment que je commence à manger... Je crois...

Finalement, ce qui retient mon attention. C'est le crissement des feuilles mortes, du mouvement autour de moi. Le bruit suspect se rapproche de plus en plus. Mon rythme cardiaque s'accélère dans ma poitrine. Je n'irais pas à dire que j'ai peur ou que je suis effrayé, mais je suis sur mes gardes. Je me méfie parce que je n'aime pas être suivi, surtout quand j'ai besoin d'être seul. Alors, silencieusement, discrètement, j'attrape ma baguette pour ensuite, voir les coupables de ce crime.

Là, en face de moi, à une certaine distance plus loin. Un petit écureuil tout fin, suivit de près par un autre, plus gros, plus imposant... Plus roux. .. Les deux boules de poils me fixe avec une attitude perplexe... Quelle situation... insolite. Improbable... Si j'avais su qu'un jour, je tomberais nez à nez avec deux écureuils... J'aurais faits en sorte d'avoir de quoi prendre la scène en photo, tellement que c'est rare... Décidément, je n'ai vraiment ... pas de chance, en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Il ne faut jamais sortir la nuit...

Message par : Max Valdrak, Jeu 7 Déc 2017 - 21:21


avec Alec

La nuit venait de tomber. Je venais de monter. Dans mon arbre perchée. À la lisière de la forêt. Les jours se suivaient. Se ressemblaient. Je vagabondais dans cette nature qui changeait au fil des jours et des saisons. J'apprenais à la connaître. Je me fixais des repères.

Peu étaient les élèves qui se perdaient. Une semaine sans en reprendre un. Un bon point. Mais je ne devais pas me reposer sur mes lauriers. Rester aux aguets. Même si l'endroit était interdit, certains aimaient s'y réfugier. A l'abri des regards. Des autres. Je savais de quoi je parlais. Sur une branche j'aimais me reposer.

Le repos. Douce notion oubliée. Rythme décalé. La nuit dans la forêt . Le jour avec les aigles. Des siestes par ci par là. J'avais un peu de mal à me fixer un emploi du temps régulier. Mais je tenais bon. M'endormant une à deux fois dans le bureau de directrice . Une potion existait peut être. Mais avais je vraiment envie de dormir? Sombrer dans le monde des rêves et des cauchemars?

La personne en face de moi, elle, ne semblait pas en avoir envie. Une branche plus loin un élève. Tête penchée sur le côté. Observation de l'inconnu. Je l'avais déjà croisé mais le prénom m'échappait. Une potion de mémoire serait peut être plus utile. Je descendis de mon perchoir. Les deux pieds sur le sol. Humaine de nouveau je levais la tête.

-Jeune homme, il me semblerait que vous ne soyez pas autorisé à être en ce lieu, d'autant plus après le couvre feu. Pouvez vous descendre que je vous raccompagne dans vos dortoirs?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Il ne faut jamais sortir la nuit...

Message par : Kohane W. Underlinden, Sam 27 Jan 2018 - 20:33




Rp avec Aza amour
Si souci avec la reprise du sujet, me Mp.
LA accordé


Souffle
court
et m*rde
c’est quoi
cette histoire
les pas
s’emballent
ma main tenant
fermement
celle de mon frère
dans la mienne
y’a les étoiles
comme souvent
les nuits
où on se croise
mais
où ça a planté
bon sang
pourquoi
c’est pas
comme
d’ha
bitude ?

j’entends
ma repsiration
ha_chée
le souffle
cœur
la course
je perds
mes mots
pen_sées
emmêlées
je sens
la main
dans la mienne
j’entends
sa présence
mais
tout va
bien trop
vite
pour
que
je parvienne
à m’arrêter
sur cette
présence
précieuse

inspi_ration
expi_ration
les deux
se mêlent
je fais tout
à la fois
tandis que les jambes
portent et
courent
le bois
les feuilles
craquent
sous le pied
m*rde
comment on
a fait
pour se retrouver

je crois que
j’ai_peur

tu me croirais,
si je te le
disais ?

tu me croirais,
hein,
que j’ai peur

à cet instant
précis
alors que
nous
courons sans
plus réfléchir
le bois mort
sous nos pieds
craque
et bientôt
peut-être
nous serons aussi morts
que lui
aussi
raides et immobiles
au milieu
des feuilles
tombées de l’arbre
moi
moi
j’veux pas
tu sais
je refuse
de mourir
maintenant
j’ai peur
je croyais pas
que j’avais peur
de la mort
je croyais
qu’à force
de la voir
j’y étais habituée mais
en fait
je m’aperçois que
non
on ne s’y habitue
jamais

j’ai_peur
j’ai envie de
le crier
mais
le souffle
manque
mais
le courage
manque
mais
la force
manque
pourtant
tu es là, ta main
dans la mienne
peut-être pour
me donner encore
un brin de vitalité
ne pas laisser tomber
je veux vivre
je veux que tu vives
je veux qu’on s’en sorte
alors
je cours tu cours
et la respiration
hachée
à bout
de forces
mais
l’adrénaline s’occupe
de tout
je ne réfléchis pas
ne réfléchis plus
je me contente de courir
fuir
_avec toi _
pour espérer nous sauver
_tous les deux _



Et pourquoi, cette nuit, la peur, l’angoisse, la terreur ? Sentiments qui devaient être proscrits lorsque je suis en présence de mon frère étoilé.
Près de lui, je ne ressens qu’une intense joie, un soulagement, une légèreté, un courage sans nom. Mais là. Plus rien n’es pareil. Comme si les étoiles avaient elles-mêmes changé. Normalement, elles nous sourient et chantent. Elles nous guident jusqu’à elles, on flotte et danse à leurs côtés.
Mais cette nuit.
Ce n’était pas ça.
Comme si souvent, nous avons laissé notre instinct et nos pas nous porter. Arpenter Pré-au-lard, monter et descendre les ruelles désertes couvertes du voile nocturne. Jusqu’à pénétrer dans la forêt interdite. Apercevoir Poudlard, si proche. L’enceinte séparant l’école ne doit pas être très loin.
Au début, il n’y avait rien de particulier.
Il n’y avait que nous, la famille étoile et la ronde bouille de Pierrot-lune.
Nous avons marché, en silence. On ne parle pas beaucoup, pas souvent. Pas avec des mots, en tout cas. On n’en a pas besoin pour voler. Notre connexion est assez forte pour que nous puissions nous passer du commun langage.
J’ai entendu craquer les brindilles et les feuilles.
Une douce odeur forestière arrivant aux narines..
Ca m’a vaguement rappelé la nuit où, entre frayeur et confidences, Asclépius et moi avons attendu le Erlkönig, posés sur un tronc déraciné de la forêt.
Mais cette nuit, c’était différent. J’étais avec mon frère. Et on ne parlait pas.
Puis

Tout a dérapé.
Quand l’ombre a surgi. De nulle part. Du profond des bois.
Surgie du noir, toutes griffes dehors.
Ce n’est pas pour rien que cette forêt est qualifiée d’interdite. Croyez moi. Au moment où la lune a éclairé le regard effrayant du loup-garou courant dans notre direction, j’en ai pris conscience. On peut autant tomber sur un inoffensif sombral que sur une créature aussi dangereuse que celle-ci.
Ni une
ni deux
Nous avons couru. Premier réflexe -instinct humain : survivre. La fuite.

J’ai envie de hurler pourquoi
Ou crier que je suis juste terrifiée
Mais la voix me manque
Le souffle me manque
Je sens mon cœur battre comme un fou
Alors que mes yeux effrayés cherchent, partout, un coin où se cacher
L’aube, dans combien de temps ?
Pour la première fois de ma vie, j’ai envie de la matin arrive alors que je suis avec mon frère. Alors que normalement, ensemble, nous ne souhaitons que son prolongement pour demeurer un peu plus longtemps avec les sœurs étoiles. Pas là.
Parce que le matin pourrait bien être notre survie.

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Il ne faut jamais sortir la nuit...

Message par : Azaël Peverell, Jeu 8 Fév 2018 - 17:56


t'en peux plus. T'es à bout de souffle, tes poumons menacent d'exploser à tout moment. Et pourtant, tu continues de courir, encore et encore. Tu refuses de ralentir. Tu ne peux pas ralentir. La créature vous talonne, la peur vous agrippe les chevilles. Mais t'as pas le droit de t'arrêter. Parce que tu n'es pas tout seul. Si tu abdiques, tu l'entraînes avec toi, dans ta chute. Elle, ta soeur étoilée, celle qui te complète parfaitement et qui rend la vie plus belle. Alors tu continues de courir, en serrant sa main, sans doute plus fort que d'habitude. Parce qu'il ne faut surtout pas que vous vous lâchiez. Sinon la force qu vous puisez l'un dans l'autre disparaîtra, et tout sera terminé pour vous. Hors de question.

L'air que tu inspires te brûle. Comme tes jambes. Comme le sang qui tape contre tes tempes. Les pas derrière vous semblent proches, bien trop proches. Vous ne pourrez pas leur échapper éternellement. Transplaner serait le mieux. Mais tu es incapable de te concentrer assez pour le faire. La bête serait déjà sur vous avant que vous ne puissiez disparaître. Alors il faut compter sur les jambes. Uniquement les jambes. Elles doivent tenir le coup, continuer à s'actionner sans jamais faillir. Soudain une idée, comme un flash qui te traverse l'esprit. Un sort qui te revient. Et que tu lances aussitôt sur toi et ta soeur étoilée. Une formule toute simple. #Olentia Evanesca.

Vous devez maintenant trouver un endroit hors de la vue de la créature pour vous y réfugier. Et ne faire aucun bruit. Pas un seul. En espérant qu'elle s'éloigne assez tandis que vos odeurs sont dissipées. C'est sans doute votre seule chance. Vous changez soudainement de direction après un arbre. Pour vous soustraire à la vue de la créature et partir dans un autre sens. Le bruit de pas se fait plus lointain. Du moins c'est l'impression que tu en as malgré le sang qui tambourine à tes oreilles. Et ce qui ressemble à votre chance de survie apparaît finalement. Des rochers. Un interstice, un renfoncement. Vous ne trouverez pas mieux. Tu tires un peu plus sur sa main pour l'y emmener.

La roche est glacé dans ton dos. Toi, t'es brûlant, trempé de sueur. Tu serres ta soeur étoilée contre toi tandis que tu essaies de calmer ta respiration et de la retenir pour ne pas être entendu de la bête. Un échange de regard avec ta soeur astrale. Vous ne pouvez rien faire de plus. Simplement attendre, espérer. L'aube ne devrait pas tarder. Elle doit vous trouver avant la bête. Tu refuses de mourir cette nuit. Tu refuses qu'elle meurt avec toi. Tu refuses que la peur et la mort interviennent dans vos moments à vous. Ils ont toujours été si parfaits... Ça doit continuer.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Il ne faut jamais sortir la nuit...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 13

 Il ne faut jamais sortir la nuit...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.