AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 16 sur 18
Assis par terre.
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant
Lorelaï Peony
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle

Re: Assis par terre.

Message par : Lorelaï Peony, Mar 17 Oct 2017, 01:02


- Ce n'est pas grave, de toute façon je l'avais loupé...

Comment ça pouvait ne pas être grave? La petite était vraiment trop gentille avec elle. Elle avait sûrement pitié.

- J'y arrive vraiment ...

J'y arrive vraiment? J'y arrive vraiment à quoi? Sûrement pas à lancer ce sort... Pas pour être méchante mais bon.

Lorelaï regarda le bouquet fané, puis le sien, tout beau, tout éclatant, imbibé d'un parfum enivrant, puis celui de la petite, puis encore le sien...

Ah... "J'y arrive vraiment pas " peut-être?

Elle pointa sa baguette par terre.

La petite parla encore, quelques mots sans importance.
- Hey, qu'est ce qu'il t'arrive? Pourquoi tu pleures?

Lorelaï ravala ses larmes. Y avait des choses plus importantes.
- Regarde. C'est pas compliqué. Le tout c'est de bien visualiser les fleurs. Comme en dessin. Tu visualises le bouquet, sa couleur, les nuances, les odeurs, la texture. Tu visualises la lumière qui se reflète dessus, la manière donc les pétales s'enlacent et tu prononces la formule.

Un sanglot.
- Orchideus, dit-elle.

Un superbe bouquet de lys blanches et bleus apparut juste aux côté du bouquet de lilas.
- Le mieux peut-être c'est que tu commences par essayer d'imiter les miens. Ça te donnera un support visuel.

Elle regarda la petite de ses yeux mouillés et lui sourit. Elle était jolie avec ses cheveux roux.
- Vas-y, je te regarde.
Revenir en haut Aller en bas
Ashley Marsh
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Assis par terre.

Message par : Ashley Marsh, Mar 17 Oct 2017, 23:18


Ashley ne comprenait pas, comment cette fille arrivait à contrôler ses pleurs comme cela? Pour elle, c'était impossible, tant qu'elle n'avait pas évacuer toute sa tristesse ses larmes ne cessaient de couler. Pire, cette élève était même capable de lui expliquer comment faire pour réussir ce sort et de lui en refaire la démonstration... Sentir les odeurs, visualiser les couleurs, gouter la texture du bout des doigts. S’imprégner du bouquet qu'elle venait de recevoir dans les mains, celui que la grande avait créer comme exemple. Ashley passa quelques minutes a détailler les fleurs du mieux qu'elle pouvait. Puis elle plongea son regard dans celui de la Serdaigle avant d'être invitée a se lancer:

"- Vas-y, je te regarde.

- Orchideus!"

La magie opéra de nouveau après le coup de baguette. Le resultat n'était pas parfait mais c'était tout de même mieux. Son bouquet n'avait pas la superbe de son modèle, les couleurs étaient moins vive, le blanc moins éclatant, l'odeur que dégageai ce montage semblait fade et la texture des pétales ressemblait normalement à du papier canson. Un petit pas en avant mais la route était encore longue. Ash' esquissa un demi sourire, clairement pas satisfaite de son résultat. Il lui faudrait encore travailler sur ce sortilège. Si tout se passait bien, elle aurait surement rempli le parc de couleur avant la tombée de la nuit ...

"-Je crois que j'ai compris la mécanique de ce sort! Merci beaucoup. Tu ... Non rien laisse, ce ne sont pas mes affaires."

Ashley allait insister sur le pourquoi des larmes de sa prof par interim mais se ravisa, jugeant que c'était déplacé de demander à quelqu'un à qui vous parler pour la première fois de se confier à vous et de vous raconter ses malheur. Si elle avait besoin d'en parler, elle le ferais d'elle même. Inutile de lui forcer la main.
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Assis par terre.

Message par : Lorelaï Peony, Mar 17 Oct 2017, 23:53


Parler de fleurs l'apaisait. Elle n'avait jamais eu un grand talent pour la magie, mais les fleurs n'avaient aucun secret pour elle. Elle avait grandit parmi elles, elle connaissait par cœur l'odeur des marguerites, des tulipes, des œillets et des roses bien sûr, qui sentaient toutes différemment en fonction de leur couleur. Elle pouvait aussi reconnaître la senteur de pétales moins connues, telles que les lisianthus ou les amaryllis. Sans parler des pivoines dont elle portait le nom. Quant aux lilas, ils avaient une place particulière dans son cœur. Son père lui avait toujours dit que c'étaient les fleurs préférées de sa mère. Quand elle dessinait, c'était souvent ces fleurs qui lui venaient à l'esprit en premier. C'est pourquoi elle n'avait aucune difficulté à faire apparaître ces bouquets, même le cœur malade. En fait, le chagrin qu'elle portait en elle l'aidait même à produire sa magie. Son chagrin issu de la peur de décevoir son père. De l'abandonner. De le laisser seul, encore une fois.

La petite relança le sort et un bouquet bien plus joli, un peu plus frais et coloré apparut à côté des bouquets de Lorelaï. Elle lui sourit.
- T'as tout compris.

Elle se releva.
- Je crois que j'ai compris la mécanique de ce sort! Merci beaucoup. Tu ... Non rien laisse, ce ne sont pas mes affaires.

Lorelaï pinça les lèvres.

Merci de ne pas poser plus de question petit chou, pensa-t-elle.
- Si jamais t'as encore besoin de conseil, n'hésite pas à revenir vers moi. Tu sais où me trouver maintenant. Je suis souvent en train de me promener dans le parc, les yeux fermer, et d'écraser les affaires des autres.

Une touche d'humour. Ça faisait bien longtemps qu'elle n'en avait plus fait.

Elle se retourna et pris le chemin de la volière. Elle devait envoyer une lettre à son père.
[Fin du RP pour Lorelaï, Merci Ash!]
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Assis par terre.

Message par : Lorelaï Peony, Jeu 26 Oct 2017, 23:48


Une balade, simple, entre elle et elle-même, la nature, son souffle. Le ciel gris, le vent la porte. Un moment de répit dans la pleine tempête. Une ouverture à l'espace qui l'entoure, dans la pleine tempête qui la prend, la serre et l'enferme. Dans la pleine tempête de questions et de doutes.
L'année avait commencé violemment. Dans un déchirement qui l'avait laissé trouée, en pièces, morcelée.

Son secret. Sa mère. Son père. Trahie. Déchirée. Lui. Parti. Disparu. Du jour au lendemain. Sans prévenir. Sans rien dire. Sans un mot. Et lui. Aussi. Disparu. Dans un cri. Un nom. Un mouvement. La perte. L'abîme. La chute. Le serpent. L'acte. Le délit. Les remords et les doutes. Les doutes. Et cette impression, légère, versatile, qui vole, qui survole l'âme et le cœur, qui s'insinue, qui murmure la solution.

Besoin d'air, d'espace. De vert.

Besoin de mouvement. Marcher. Avancer. S'éloigner. De soi. S'avancer plus d'elle-même.

Un son. Une mélodie. Saccadée. Entendue des oreilles de la bleue. Qui suit la mélodie à sa source. S'abreuver.

Des teintes violettes dans une chevelure brune. Des doigts experts qui caressent l'instrument. Un regard masqué par la concentration.

Envoûtée, séduite par la tâche fragile qui captive la jeune fille. Lorelaï se pose, se dépose, apprivoise son espace, s'installe et se plonge. Elle regarde l'enfant, la femme. La jeune enfant, et se fond dans son attention. Par guitare interposée.

Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Assis par terre.

Message par : Lorelaï Peony, Sam 04 Nov 2017, 15:32


La mélodie pleine, habitée, mélancolique résonnait au cœur de Lorelaï qui se laissait bercer au gré des doigts de la jeune fille qui grattaient ses cordes. Elle aurait tant aimé savoir jouer elle aussi, pouvoir s'exprimer dans une extension aussi juste que la musique. Mais elle n'avait jamais trouvé la rigueur nécessaire à la pratique d'un instrument, elle préférait se laisser porter par les notes que les autres produisaient.

La mélodie prit fin, Lorelaï chercha le regard de la jeune fille qui lui avait permit ce moment d'évasion, et le trouva, facilement. La petite la regardait aussi. Elle avait l'air décontenancée, voire effrayée. Lorelaï se sentie très mal à l'aise, la petite ne l'avait sûrement pas vue arrivée. Elle devait se sentir envahie dans sa bulle. Elle ouvrir la bouche comme pour dire quelques mots mais rien d'intelligible en sorti.

Lorelaï se sentait mal, il fallait qu'elle rattraper sa boulette, et surtout qu'elle la remercie pour ce petit moment entre elles. Elle se leva et se rapprocha de la jeune Poufsouffle comme l'indiquait son blason. Arrivée à sa hauteur, elle s'installa dans l'herbe.
- Salut, je m'appelle Lolly, excuse moi si je t'ai fais peur mais je... Mh... J'adore la musique et ce que tu jouais là, j'ai pas pu m'empêcher de m'asseoir pour écouter. C'était juste... parfaitement la mélodie qui jouait en moi... Je sais pas... C'est comme si tu avais mis en notes ce que je vivais à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Assis par terre.

Message par : Lorelaï Peony, Dim 05 Nov 2017, 12:37


La petite la remercia. Lorelaï avait du mal à déchiffrer son ressenti, cachée derrière ses cheveux, elle ne laissait paraitre qu'un oeil, ce qui la rendait assez mystérieuse. Mystérieuse et mignonne. La petite semblait timide, mais elle présentait également un air neutre, distant, mais pas vraiment froid. Drôle de sensation. Elle lui donnait envie de mieux la connaitre.

La petite lui dit son nom, ce qui révélait peut-être qu'elle ne voulait pas que l'aiglonne s'en aille tout de suite. Lorelaï lui sourit gentiment,
- Enchanté, tu as un très joli prénom! Ça vient d'où? J'ai jamais entendu ça.

Le regard de la petite se pose sur le blason bleu et bronze de la plus grande,
-Oh, je vois, tu es une Serdaigle ? Je...Je suis Poufsouffle, enfin, ça se voit à mon blason, mais...

Mais? L'affirmation resta suspendue dans les airs pendant quelques secondes, ce qui attendrit Lorelaï. Il y avait quelque chose chez cette petite qui lui réchauffait le cœur.
- Oui, je suis de Serdaigle, dit-elle dans un sourire.

Et regardant l'instrument qui posait sur les jambes de la jaune,
- Tu joues depuis longtemps?


Dernière édition par Lorelaï Peony le Lun 26 Mar 2018, 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Assis par terre.

Message par : Lorelaï Peony, Sam 25 Nov 2017, 22:39


La jeune fille jouait depuis trois ans. Lorelaï était agréablement surprise de voir que l'on pouvait être aussi bon à la guitare après si peu de temps. Elle était convaincue qu'elle ne pourrait rien sortir de positif d'un instrument pareil. Par contre, elle appréciait de chanter accompagné d'un instrument. C'était l'un de ses plaisirs cachés. Peu de gens l'avaient entendue chanter.

Elle ajouta qu'elle venait en fait se cacher dans ce coin du parc pour pratiquer sa musique. Lorelaï comprenait mieux le regard apeuré qu'elle lui avait lancé quand elle l'avait vu. Elle s'en voulu un peu d'avoir profité de cet instant de la Poufsouffle à elle-même. Elle n'aurait certainement pas appréciée d'être épiée de la sorte.
- Je comprends, si tu désires que je m'en aille, n'hésites pas à le dire. Y a aucun problème.

Le regard posé sur sa guitare, elle posa une question qui semblait la préoccuper après un petit rire charmant.

Lorelaï pratiquait-elle la musique ?

La bleue fit des grands yeux surpris avec un grand sourire aux lèvres.
- Alors là, pas du tout ! Je n'aurais jamais l'assiduité nécessaire à la pratique d'un instrument ! La seule chose sur laquelle je peux me concentrer des heures, c'est le dessin.


Dernière édition par Lorelaï Peony le Lun 26 Mar 2018, 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Assis par terre.

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 11 Jan 2018, 10:30



Thunderstorm rising



Pv Alexeï
LA de Jace

Le Quidditch…
Si j’avais passé une bonne partie de la soirée les fesses gelées sur un banc en bois pas confortable c’était bien car j’étais plus ou moins obligé de le faire. Serpentard contre Poufsouffle. Autant dire que le mélange criant de jaune et de vert qui flottait sur au grés du vent sur les énormes bannières suffisaient à me donner mal au crane. Mais j’avais supporté, et le manque de gout artistique et les cris de joies à chaque but, et les exclamations ridicules, me forcant même à essayer de voir quel était le souci. Des gens sur des balais à faire mumuse avec des baballes. Rien que ça pour moi c’était un souci en soit . C’était pire que les moldus et leur football si on regardait bien. Se prendre pour chien à courir après un objet… le niveau intellectuel était forcément très élevé.

Enfin… Avec mon écharpe verte et argent, mon bloc de dessin sur les genoux, un fusain en main et lieu d’une baguette, j’avais passé tout le match à dessiner, couvant du regard mon cher cousin quand il avait été appelé dans la partie. Avec grande déception je ne pouvais fausser la donne et essayé de le faire tomber de son perchoir, ni même dévier les cognards sur le public. Resultat, mi-agacée, mi- désabusée j’avais accueillis les hurlements du fin de partie. Même pas vu qui avait gagné, je m’en contre fichais, tout ce que je savais c’était que le seul membre de ma famille me devait un immense chocolat chaud pour m’avoir obligé à me frigorifier ici.

Resultat : j’poireautais après le bon vouloir de monsieur qui semblait ne jamais sortir de la zone de vestiaires –à supposer qu’il y en est- et... il arrivait pas. Merveilleux… J’tournais en rond en regardant mes pieds, une furieuse envie de lui dire que c’était la dernière fois que je venais l’attendre. J’aurai pu rentrer, mais non, j’attendais… Un jour je lui ferai la liste de tout ce qu’il me doit comme compensation, et il était pas prêt d’avoir fini de se complaire en remerciement. Rien que ça là… c’était juste in-su-ppor-ta-ble !

Machinalement je tapais dans un caillou par terre, l’envoyant voler plus loin sans savoir vers où il partait. J’aurai du rester dans les gradins tiens, au moins j’aurai pu continuer à dessiner tranquillement au lieu de faire le pied de grue pour rien. Oui, pour rien. J’étais persuadées que mon brun de cousin chéri allait sortir en trompe avec les autres pour me claquer un « J’suis désolé Love, on va fêter ça avec l’équipe, j’te rejoins plus tard, désolé, j’taime quand même » et je me taperai un rhume à cause de lui. Classique !

Voilà, maintenant je ruminais encore plus…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alexeï Dragoslav
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Assis par terre.

Message par : Alexeï Dragoslav, Sam 20 Jan 2018, 11:49


(Comment ça j'ai un peu de retard ? C'est les autres qui sont en avance oui Han)

Un des matchs les plus importants de la saison devait avoir lieu aujourd’hui, si les blaireaux étaient vraiment prêts à en découdre lors de cet événement, il fallait noter que les serpents n’étaient pas si éloignés que ça. Leur motivation était grande et il était sûr qu’ils ne laisseraient rien passer pour gagner cette fois. Faut dire qu’ils avaient un certain avantage sur la maison d’Alexeï, leur gardien avait encore le sens de la vue. Mine de rien, ce n’est pas négligeable quand tu dois défendre trois anneaux où un souaffle est censé pénétrer pour faire gagner des points à son équipe … Alors certes, le reste des sens est décuplé, mais quand t’es sur un balai à rechercher une balle de football volante, faut sacrément se concentrer. Dragoslav ne partait pas vraiment confiant sur l’issue du match.

Avide de Quidditch il avait été un des premiers dans les gradins pour encourager son équipe fétiche, même s’il croyait peu en leur chance de victoire, le garçon se devait de motiver les 7 Poufsouffles qui prenaient leur sport à cœur pour finir vainqueur de ce duel magique. Et d’ailleurs, dès que le match s’était lancé les Poufsouffles menaient la danse. Incroyable mais ils étaient leader dans le score. Alexeï était aux anges, son équipe était déjà devant les serpents. Ô joie, il hurlait de bonheur pour pas grand-chose. Pour mieux saisir l’occasion, le slave avait rapporter ses multiplettes et s’amusait à revoir chaque instant du but de Crystal. Elle avait la classe quand elle marquait des buts, c’était indéniable ! Faut dire que par contre, regarder en boucle une action au ralenti ça prenait du temps. Tellement de temps qu’en relevant les yeux les Serpentards avaient engrangé 120 points. Deux buts et une tentative d’utilisation de cognard. Ouais, super, Alex faisait déjà la moue. Déjà que son équipe perdait, en plus il avait tout louper.

Heureusement que dans les secondes qui suivaient, les blaireaux montrèrent à nouveau leur puissance en marquant près de quatre buts d’affilé. La joie parcourait à nouveau tous les membres du suédois et il hurlait à nouveau à pleins poumons. Tant pis s’il avait l’air ridicule, tant pis si les gens le jugeaient ou se moquaient de lui, il respirait le bonheur à ce moment précis. Moment d’allégresse qui allait être amplifié par une action du patron d’Ollivander’s qui s’était élancé à la poursuite du vif d’or. Petite bestiole qu’il avait attrapée d’ailleurs, faut dire que la vue ne lui faisait pas défaut, à lui. Et là, tonnerre d’hurlement pour l’équipe des noirs et jaunes. Faut dire qu’ils étaient bien représentés dans les gradins et que leurs cris étaient plutôt féroces pour des petits blaireaux.

Toujours avec un sourire grand au lèvres, il était temps de quitter le parc pour retourner à Poudlard. On vous épargne le long moment où chaque spectateur descend un à un les escaliers pour atterrir dans le gazon, mais finalement le garçon y était arrivé sans trop d’embûches. Enfin, jusqu’à quelques instants plus tard tout du moins. Alors qu’il sautillait presque en rejoignant le château, une douleur prit place au niveau de ses hanches, relativement soudaine mais pas non plus insurmontable. Un peu comme lorsqu’on reçoit une baffe, une douleur importante sur le coup et l’instant d’après, c’est déjà beaucoup plus gérable. Regard vers l’endroit en question, soulevant légèrement son t-shirt, un bleu commençait déjà à prendre place. Super. Au sol, un caillou gisait pile à un endroit qui correspondait mathématiquement à ce qui aurait pu croiser le chemin de la hanche d’Alexeï. Ok, donc quelqu’un lui voulait du mal. Chouette, une personne à haïr de plus. Ce n’est pas ce qu’il recherchait particulièrement à ce moment de la soirée.

- Aïe ! Me*de mais qu'est-ce qu'il s'passe là ?!

Comme si sa hanche allait se mettre à répondre d’un coup en lui disant que ce n’est pas elle qui a mal, mais que c’était un truc plus grave comme une appendicite, un cancer ou encore quelque chose d’autre. Eh bah non, les os ça parle pas donc le garçon restait dans le doute. Regard alentours pour voir si quelqu’un l’avait entendu jurer. Personne. Sauf une gamine qui étaient sans doute descendue peu avant Alexeï des gradins de Quidditch. En y réfléchissant, c’était sans doute elle le problème dans l’équation. Pourquoi s’attaquaient-elle à un innocent comme Dragoslav ? C’est un sujet qu’il allait très vite aborder avec la jeune femme. D’ailleurs, sans contrôler sa respiration, ses mots, ou encore ses gestes, il se mit à lui hurler dessus, d’une parce qu’elle n’était pas non plus à côté de lui, mais également pour lui faire comprendre que tout acte à des répercussions.

- Nan mais tu t’prends pour qui toi là ! T’as cru que tu pouvais blesser les gens sans qu’on s’en rende compte ou qu’on cherche réparation ? T’as intérêt à t’excuser !

Grand jeu de mains également, se prenant la tête pour lui signifier qu’elle était complètement tarée. Ouais, il en faisait peut-être un peu beaucoup, mais fallait qu’elle comprenne un peu, qu’elle soit plus respectueuse.

- D’ailleurs t’es qui toi déjà, balance ton nom que j’aille me plaindre auprès d’un prof pour que tu te fasses enfermée aux cachots !

Bon ok, il abusait encore un peu. Comme si un prof allait en avoir quelque chose à carrer, c'est pas non plus comme si la nana avait balancer un sort sans raison ou qu'elle avait blesser mortellement Alexeï, mais fallait avouer qu'elle n'était pas non plus blanche comme neige. Machinalement, le garçon passait sa main sur l'endroit douloureux de son corps, faut avouer que même si c'était qu'un petit caillou, ça faisait mal mine de rien. D'ailleurs c'est pas l'arme du crime qui devait définir la peine encourue mais bien les conséquences de celui-ci, et Alexeï se l'était jurer, elle allait payer pour son crime. C'est pas le type de mec a se laisser marcher dessus, pas parce qu'en face de lui c'était une femme, mais bien parce qu'il avait le sang chaud malgré ses origines, faut dire que la Suède n'est pas vraiment connue pour sa température tropicale ...


Dernière édition par Alexeï Dragoslav le Sam 10 Fév 2018, 18:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Assis par terre.

Message par : Elhiya Ellis, Mar 23 Jan 2018, 11:42



Thunderstorm rising



Pv Alexeï

Attendre, encore et toujours, dans ce froid, avec cette brise désagréable. Il allait me devoir bien plus qu’un chocolat chaud le cousin maintenant que je ne sentais quasiment plus le bout de mes doigts. L’oubli de moufles était fatal à cette saison, mais je n’arrivais pas à dessiner correctement avec les protections de laine, résultat, je devais souffler sur mes mains pour les réchauffer un peu avant de les fourrer dans mes poches et… attendre à nouveau….

Un long soupir m’échappait pendant que mon pied tapait dans un nouveau petit caillou qui partit taper la porte des vestiaires, avec un peu de chance, à l’intérieur, ils comprendraient que le temps filait bien plus vite qu’ils ne le pensaient. Mais non à la place c’était une voix masculine qui s’élevait dans mon dos, me houspillant sans vergogne. Tournant les talons instantanément, un sourcil surélevé, mes prunelles tombèrent sur un type vaguement croisé dans les couloirs, mais qui n’avait jamais su capturer mon attention. En même temps, vu ses manières, pas étonnant.

Il s’agitait, faisait des mouvements de bras, demandant mon nom pour se plaindre auprès d’un prof pour une raison qui m’étais totalement inconnue. Un nouveau soupir, long, agacé, gonflait mes joues alors que je le scrutais de la tête aux pieds. Encore une diva, bien que divertissant, c’était très vite agaçant ce genre de personne. Le dernier abruti du genre que j’avais croisé, était parti pleurer dans les jupes de son préfet, il pauvre avait dû fuir lamentablement d’ailleurs. L’expérience avait été amusante. Ça ne me gênait pas trop de réitérer, sauf que si ma mémoire était bonne, ce garçon-ci était un Jaune. Et je n’avais strictement rien à dire à Jade ou Arty, du coup, s’il voulait son nom celui-là, il allait devoir se débrouiller pour l’obtenir.

-S’quoi ton souci à toi ? J’t’ai rien fait et j’te ne connais même pas. Déjà bonjour ! c’est la moindre des choses quand on veut obtenir l’identité d’une personne

Les bases de la politesse voient ! Ca se perdait ce genre de valeur tout de même, ça venait directement d’agresser sans même une petite salutation. Du grand n’importe quoi. Est-ce que moi je m’en prenais aux gens gratuitement ? Franchement ? Bon, je le concédais, il fut un temps où oui c’était le cas. D’ailleurs depuis que cette période était révolue, je m’ennuyais un peu, mais ce n’était pas pour autant que j’avais repris mes vieux réflexes, sans quoi cet idiot serait déjà les pieds pendus sur l’arbre le plus proche. D’ailleurs, ma baguette me démangeait un peu maintenant que je sentais le bois glisser doucement sous la pulpes de mes doigts.

Je n’avais aucun espèce d’accord tacite avec les responsables de la maison des jaunes, et aucune utilité à me faire douce avec un hurluberlu abruti. En plus, mes besoins d’affection étant parfaitement comblés, je n’avais nullement besoin d’une nouvelle peluche pour m’occuper la fin de soirée, alors…. Un nouveau jouet, pour remplacer celui qui se retrouvait désormais relayer au rang de nounours pouvait s’avérer intéressant, ou tout du moins amusant. Un rictus avait rehaussé les joues rougies par le froid pendant que je reconsidérais l’utilité possible de ce Blaireautin.

- Et tu comptes te plaindre de quoi au fait mon mignon ? Que tu t’es pris une feuille dans l’œil ? J’suis désolée, mais je ne contrôle pas les caprices de la nature, va falloir te plaindre à quelqu’un de supérieur à un prof.

C’était gentillet, le ton était très calme, même pas de provocation réelle, même pas de sortilège qui fusaient. Je lui laissais le bénéfice du doute, le temps qu’il s’explique rapidement, qu’il voit son erreur, qu’il s’excuse même. Il pouvait remercier l’influence du blond Rouge & Or pour le coup… D’ailleurs, par pur réflexe, j’enroulais mes doigts autour de ma baguette. Les habitudes avaient la vie dure.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alexeï Dragoslav
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Assis par terre.

Message par : Alexeï Dragoslav, Ven 26 Jan 2018, 21:01




Le début de soirée n'aidait pas vraiment Alexeï qui n'arrivait pas du tout à identifier la femme en face de lui. D'ailleurs, elle refusait complètement d'avouer ce qu'elle avait fait ou bien encore qui elle était. Aucune sorte de respect, d'éducation ou de civilisation ne semblait vouloir émaner de ses lèvres, se trompant même dans la seule formule de politesse qu'elle utilisait. Elle se voulait drôle mais était complètement à côté de la plaque avec son bonjour en pleine soirée. Tant pis pour elle, et surtout tant pis pour Alex, car la jeune femme était en train de réussir à emmener là où elle voulait emmener le garçon, dans un de ses recoins où il allait perdre son humanité pour hurler des mots qu'il risquait de regretter si un membre de l'équipe professorale passait par là. Se calmer, respirer.

Doucement.

Inspirer, expirer. Visualiser un champ de coton dans sa tête pour ne pas succomber dans la méprise et l'irrespect.

- T'es vraiment pas drôle avec ton bonjour alors que tout ce qui nous entoure, c'est un début de nuit. En plus d'être complètement irrespectueuse, t'es complètement aveugle.

Ça va, ça restait assez gentil sans pour autant oublier ce que la jeune femme avait fait juste avant. Déjà, pourquoi avait-elle fait ça sans l'avouer juste après et sans l'assumer ?

- Arrête de faire comme si tu savais pas ce que tu viens de faire, stp, j'ai pas envie de me prendre la tête pour le moment.

Mine de rien, si elle avait touché la hanche du jeune homme sans vraiment chercher à viser, elle avait de l'avenir en tant que batteuse dans une équipe de Quidditch. La douleur qu'avait ressenti Dragoslav ne semblait pas le quitter, même si elle restait minime, comme un pincement continu. Un petit aller retour à l'infirmerie devrait sans doute suffire à la faire disparaître, et bien sûr, ça donnait une occasion d'aller retrouver la gentille infirmière qui s'occupait de Poudlard.

Essayant de distinguer plus clairement l'élève en face de lui, rien n'y faisait, ses traits semblaient étrangers au Poufsouffle, par conséquent elle n'était déjà pas de sa maison. Le match ayant été joué contre les verts et argent, sa maison était sans doute trouvée. Légère remontée pour le suédois qui allait pouvoir se plaindre à qui voulait l'entendre qu'elle l'avait agressée jusqu'au sang. Dans sa tête se passait déjà la future scène avec une punition bien coriace comme les directeurs de maisons savaient y faire. Mais avant d'atteindre ce jour-là, il fallait qu'Alexeï connaisse son adversaire du jour. Durant ce léger moment de transe, le garçon put entendre quelques bribes qui venait d'un peu plus loin, portée par le vent, lui indiquant que malheureusement, personne ne contrôlait la météo, comme si c'était elle la responsable.

- Attends, j'récapitule, tu me balance un caillou en plein dans le flan, presque à me faire saigner, tu t'excuses pas, tu me donne pas ton nom, et en plus tu te fou de moi ? Tu commences vraiment à m'énerver !

Doucement.

Il fallait rester calme, ne pas faire quelque chose qu'on risque de regretter l'instant d'après, mais être pris pour un idiot n'est pas vraiment ce qu'Alex préfère dans le monde. Au pire, si l'autre en face lançait les hostilités, le garçon n'hésiterait pas à riposter.



Dernière édition par Alexeï Dragoslav le Sam 10 Fév 2018, 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Assis par terre.

Message par : Elhiya Ellis, Mer 31 Jan 2018, 16:51



Thunderstorm rising



Pv Alexeï

(Oupsi désolée pour le retard)

Ho bah non pas de bénéfice du tout au final, il transpirait la suffisance et la mauvaise fois ce type. Et ce n’était pas un gars de ma maison ? Le Choixpeau était vraiment bourré à chaque rentrée, ce n’était pas possible. Qui, non, mais qui, en ce monde venait pinailler sur bonjour ou bonsoir, la formule de politesse pouvait même être changée, pas un salut, un hey, un lu, ou même un humph, fallait franchement qu’il se calme celui-là, pour les leçons de bienséance, il ferait mieux de s’adresser ailleurs avant que serrer les dents ne me semble absolument plus justifié.

Et le pire, car oui, sa bêtise et son air hautain n’était pas la seule chose en train de faire bouillir le sang dans mes veines à une vitesse un peu trop précipitée pour que je me contente de l’ignorer et partir. Monsieur, estimait que j’avais fait volontairement quelque chose à sa petite personne. Je ne savais même pas qui il était ce Blaireau. Il en avait conscience ou il se prenait pour le nombril du monde ? Bon ok, il n’était pas dégelasse à regarder, mais quand même, ça valait pas qu’on se retourne sur son passage. A la limite s’il avait un parfum un tant soit peu enivrant… Mais ce n’était pas le cas.

D’un sourcil rehaussé, je le laissais palabrer, jouer les grands princes et finalement arriver à aligner quelques mots qui arrivaient finalement à prendre du sens. Il avait parlé d’un caillou qu’il s’était pris dans la hanche, et la petite nature souffrait le martyr. Un pouffement de rire m’avait instantanément échappé, la colère  et l’agacement avaient laissé place à l’amusement. Ce garçon n’était juste pas chanceux, mes talents footballistiques se résumaient à ceux d’une moule fixée sur son rocher et il m’annonçait que mon projectile avait fini sa course sur quelqu’un ? Se rendait-il compte de la stupidité de ses paroles ?

D’un dodelinement de tête, un sourire en coin moqueur avait fleuré sur mon visage, mes yeux avaient glissé sur sa hanche, à la recherche d’une tache carmine, puis sur ses prunelles glaciales.

–Moooooh sérieux ? Genre ça a ricoché contre les arbres et c’est venu te caresser la hanche ? Franchement, faut que je re-essaye ! Volontairement ça ne marchera pas j’suis sure !

Vu la tête de 15 mètres de long qu’il tirait, je doutais qu’il me laissait re-itérer l’opération. Baguette en main, je riais doucement avant de me pencher pour voir s’il était vraiment blessé. Il n’y avait rien. Encore un comédien. Ce n’était pas grave, ça restait divertissant.

-En fait, t’essaye juste de te trouver une infirmière particulière c’est ça ? Car excuses moi jeune fille, mais t’as strictement rien. Elle est où la blessure purulente ? Un effleurement et tu cries à la mort ? Franchement ? Déjà que la réputations des Poufsouffles et pas super, maintenant faut rajouter chochotte à vos attributs ? »

En soit, les guéguerres de maison je m’en fichais royalement, mais titiller là-dessus avait tendance à faire réagir beaucoup de monde. Alors, conservant un large sourire goguenard, j’effectuais des moulinets de poignet avec ma baguette enfin libérée de son écrin. Provocatrice, j’ajoutais un clin d’œil et quelques mots[/i]

- C’est pas dans mes habitudes, mais j’veux bien faire une exception pour toi, juste pour plus t’entendre chialer. Un épiskey ? Un sort de soulagement ? Ou un bloclang, j’suis gentille, j’te laisse le choix. Et car je suis mieux élevée que toi, t’as le droit de savoir que j’m’appelle Elhiya. Je demanderai bien si monsieur la pleureuse à un nom, mais en fait, ça n’a pas grande importance

De toute façon, il y’avait de forte chance pour que j’oublie son prénom à peine ses airs de gosses capricieux disparus de ma vue.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alexeï Dragoslav
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Assis par terre.

Message par : Alexeï Dragoslav, Mer 07 Fév 2018, 11:24


TW > Contenu sensible, proposition indécente

Attendez un peu qu’on récapitule. Donc pour commencer, Alexeï se baladait tranquillement et le plus simplement du monde dans le parc pour retourner au château après la victoire de son équipe, et malgré toute la joie qu’il éprouvait à ce moment il ne désirait qu’une chose, réduire en bouillie le crâne de la personne en face de lui ? Ce n’était pas normal. Bon, alors certes il n’est pas non plus très calme d’habitude et se laisse facilement emporter, mais ça n’est pas une raison valable pour être aussi sanguin. Il devait se ressaisir, prouver à la môme en face de lui que bien qu’elle soit dérangeante, il était beaucoup plus réfléchis qu’elle. Enfin, ça c’est ce qu’il fallait faire. Pas ce qu’il allait faire. Pourtant, réagir au quart de tour et s’énerver de la sorte n’allait qu’envenimer la situation, la jeune femme en face de lui semblant prendre plaisir et se délectait même des paroles qui sortaient de la bouche du blaireau, comme si elle les prédisait, comme si elle les attendait. C’était ironique comme situation à vrai dire. Peut-être qu’elle n’avait pas fait attention où atterrissait son caillou, peut-être que c’était juste un mauvais concours de circonstance, le fameux mauvais endroit au mauvais moment, mais pourtant, Dragoslav ne voulait pas s’arrêter ici. Sa fierté en avait pris un coup et il ne risquait pas de lâcher l’affaire aussi facilement.



En face, elle rigolait. Exaspérante. Arguant qu’elle était douée et que la trajectoire prise par l’arme du crime avait miraculeusement prit la direction du jeune homme par un algorithme incroyable, on aurait pu comparer sa tirade à du Shakespeare, et pourtant, Alexeï restait dubitatif. Pire encore, elle voulait réessayer pour confirmer sa théorie. Le suédois est tellement outré qu’il ne sait même pas quoi lui répondre. Comme si elle avait besoin de prouver au monde entier qu’elle est douée de ses pieds. Elle aurait pu faire carrière chez les moldus, à tirer dans une balle pour atteindre un endroit précis sur un terrain. Ses talents de comédienne auraient en plus étoffé sa candidature. Elle s’était avancée lentement pour vérifier les dires du blaireau, étrangement armée, pour finalement lui proposer un service d’infirmerie.



Ah ouais, c’est ça qu’elle voulait en fait. Tirer un coup, pas de caillou cette fois, et s’en aller. Pourtant elle osait faire mine de ne pas être intéressée. Étrange. Le slave ne comprenait pas vraiment où elle voulait en venir. Il ne lui fallut pas très longtemps pour percevoir le fond de la pensée de la jeune femme, son but était uniquement de le ridiculiser. Critiquer une personne c’est un choix, critiquer sa maison, et par conséquent ses convictions, ce qu’il est, ce à quoi il aspire, c’en est une autre. Poufsouffle était plus qu’une maison pour le jeune homme, c’était comme la famille avec laquelle il avait pu grandir, celle qui l’avait vu évoluer en ce qu’il est aujourd’hui. Il y a des sujets qu’il faut oublier d’aborder dans une querelle pour éviter certaines retombées.



Lentement, le sang du garçon commençait à bouillonner, presqu’à frôler la fièvre. Il devait se ressaisir, rester maître de ses émotions pour faire flancher l’imprudente en face de lui. Elhiya qu’elle s’appelait. En renchérissant sur tout ce qu’elle pouvait lui faire pour alléger sa souffrance … ou pour le faire taire. Manière drastique mais efficace en soit. Néanmoins, rien n’était sûr concernant sa carrière de médicomage, les bases devront être revues. Baguette en main, presque comme une incitation à la violence elle en rajouta sur l’état du garçon, le qualifiant de pleureuse.



Soit. Alexeï allait lui donner ce qu’elle voulait.  



Elle avait gagné. Tant pis pour la bienséance et le respect des règles environnantes.



- Es-tu sûre de ne pas savoir qui va t’offrir un aller simple pour l’infirmerie ? Je n’aurais pas besoin d’aide rassures-toi, j’appellerais Miss Shield pour toi vu que tu en seras incapable.



Léger ton de provocation dans sa voix et la baguette qui commence à le démanger de plus en plus. Le slave savait déjà qu’il n’allait pas résister et qu’un sortilège allait fuser. Il savait même déjà lequel. Elle n’était cependant pas prête, il fallait encore la travailler un peu.



-  On t’a jamais appris à respecter les gens que tu côtoyais ? A t’excuser quand tu faisais une erreur ? T’as été élevée par des moldus toi, j’en suis sûr.



Avec sa dernière phrase, on pourrait croire que le sang pur qu’est Alexeï détestait ceux n’étant pas pourvus de compétences magiques, et pourtant, il a été élevé dans ces conditions avec sa famille en Suède. Cependant, il ne chérissait pas les mêmes idéaux que ses parents et préférais passer son temps avec ses semblables.

Le temps d’avoir dit sa dernière phrase, la baguette du suédois pointait désormais sur Elhiya.



-  Quand on te demandera qui t’as fait ça, tu pourras dire que c’est Alexeï. #Limacius Eructo!

Bon alors certes, ce n’était pas cool. Mais elle l’avait énervé. Elle récoltait uniquement ce qu’elle avait semé un temps auparavant. Puis, rien ne disait que le sortilège allait atteindre sa cible ou même s’il allait fonctionner.


Dernière édition par Alexeï Dragoslav le Sam 10 Fév 2018, 18:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Assis par terre.

Message par : Elhiya Ellis, Mer 07 Fév 2018, 14:51




Thunderstorm rising



Pv Alexeï

LA mutuel pour tout le RP

Blond, impulsif, agressif, menaçant, et faussement joueur. Ce garçon n’avait rien à faire chez Poufsouffle. Son blason découlait d’une nouvelle facétie du Choixpeau en passe de devenir gâteux, je ne voyais que ça. Mais au moins, ça me plaisait. Cela faisait un moment qu’on ne m’avait pas offert un semblant de répartie aussi agréable. Et sourire vissé sur les lèvres, j’accueillais sa première proposition de visite à l’infirmerie avec amusement.

Un stressé de la baguette. Voilà qui était encore plus intéressant. En soit, je n’avais jamais vraiment aimer user de palabres, activité bien trop chronophage, mais m’y pliais volontiers quand cela pouvait un tant soit peu pimenter la situation, la rendre plus.. Délectable ? Je n’étais pas bien sûre du terme à employer, cela faisait un bon moment que j’avais pu me divertir d’un échange de sortilège mesquin et peut-être déplacé. Depuis ma dernière visite aux docks en fait. Il y’avait certes eu plusieurs tentatives dans les cuisines, mais la fatigue et les ressentiments n’avaient concéder atteindre leurs cible que pour se faire doux et soigneurs. Une honte, un affront effectué par ma baguette qu’elle se devait de corriger. Et là, sous mes opales pétillantes, un volontaire tout trouvé.

Je lui aurai bien dit soudainement qu’il me faisait rêver. Non par la pigmentation azur de ses prunelles ou par ses joues rebondies adorables, mais juste par cette offre indécente de pouvoir répliquer autrement que par un Episkey. Quelle offre fougueuse, quelle promesse délicieuse que de pouvoir enfin être à nouveau un tantinet sanguine. La commissure de mes lèvres avaient dues se redresser encore un peu. Impatience grandissante sous une nouvelle provocation qui ne générait qu’un pouffement de rire. Etre élevé par des moldus devait être une insulte ? Voilà une réflexion de sang-pur qui nourrissait mon dégout pour les idées inculqués par certaines familles –dont la mienne-. Qu’il continue, qu’il s’en donne à cœur joie, je ne briderai pas mon envie grandissante de lui faire ravaler ses paroles suffisante sur ceux qui ne pouvait manipuler la magie, et sur ses grands airs supérieur.


Encore un peu, juste encore un peu, il suffisait de quelques mots condescendants de plus et je ne lui laisserai pas l’honneur de le laisser volontairement me toucher par un sortilège risible. Sans ciller, je le toisais lui et sa baguette, attendant qu’il montre enfin ce qu’il savait faire à part bavasser. Son prénom offert ainsi qu’un sortilège des plus risibles. Désagréable, mais ridicule. J’aurai pu jouer d’un protego, mais non, autant lui laisser croire qu’il guidait le jeu, qu’il était maitre et décideur. Pour être le premier depuis fort longtemps qui me proposait une altercation de bon gout, autant lui offrir ce semblant de victoire.

Car une personne un tant soit peu réfléchi n’aurait jamais osé jeter quelque chose qui pouvait lui retomber dessus à son adversaire. Si mon estomac retourné me forcait à vomir des gastéropodes gluants et dépourvus de coquilles, il ne fallai pas compter sur ma gentille pour que je me détourne de sa cape de sorcier et de ses soulier. Un bain de gerbe visqueuse et poisseuse. Si j’avais pu, j’aurai pleuré de rire et non de dégout. Quelques bestiaux pour agrémenter sa tenue et entre-coupé de quelques rejets, j’intercalais un #finite incantate me permettant de prendre une longue bouffée d’oxygène en me redressant.

-C’est juste dégeu’ comme sort celui-là. Tout juste bon pour les mômes, tu m’décois, Alexou !

Mon revers de manche avait servi d’essuie tout pendant que j’inspirais de nouveau à plein poumon. Il était marrant, mais je m’étais attendu à mieux, à plus, pas à une réponse de première année, à peine capable de faire mal et d’utiliser ses tripes.  Je voulais bien croire que je gérais assez mal ma colère, ou la majorité de ms émotions, mais chacune était capable de fournir à ma baguette un language plus amusant que celui-ci.

Sourcils moqueurs rehaussés, sourire mesquin sur les lèvres, j’avais reculé d’un pas, non pas pour fuir, mais juste pour le jauger de la tête au pied. Il puait l’arrogance à plein nez, irritable faculté sur laquelle je me concentrais pour répliquer, ce n’était pas si compliqué, il me débectais…

-Tu devrais apprendre que pleins de moldus sont bien plus précieux qu’un tas de sang-pur condescendant comme toi # Exteo Sttattiga

Chères petites flèches fendant l’air, votre cible méritait bien plus que de simple égratignure, mais le peu de luminosité pouvait parfaitement  vous faire planter dans un arbre…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alexeï Dragoslav
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Assis par terre.

Message par : Alexeï Dragoslav, Jeu 08 Fév 2018, 11:15


Maintenant qu’elle avait eu ce qu’elle voulait, Elhiya ne semblait plus forcément vouloir en découdre avec son adversaire du jour. S’il avait voulu la provoquer davantage avec ses paroles, ça semblait rater. La Serpentard en face semblait imperméable aux mots qui sortaient de la bouche d’Alexeï, comme s’ils n’avaient aucun impact, comme s’il s’était tut. Elle avait ce don, celui d’énerver les gens rien qu’avec son attitude, se fichant éperdument de tout, jugeant que rien ne méritait d’être vraiment pris de façon sérieuse, et ça, Alex commençait à en avoir légèrement ras le bol. Un air supérieur, c’est tout ce qu’elle se donnait en agissant de la sorte, osant toiser son interlocuteur comme si ça n’était qu’une pauvre feuille morte dépourvue d’intelligence, de sentiments, d’attaches. Ils auraient pu être amis. Ils auraient pu voyager ensemble, découvrir le monde. Et pourtant, tout ce que les deux étudiants allaient réussir c’était de s’envoyer des sorts et se balancer des répliques les plus acerbes possible. Leur honneur en dépendait. Le slave ne se laisserait jamais faire, pas parce que c’est une femme en face, non, mais bien parce qu’il n’aime pas être battu. Ça peut paraître prétentieux et hautain de sa part, il le conçoit très bien, mais c’est sa façon d’être.

Elhiya ne s’était pas attaquée à la bonne personne. Le sort l’avait touchée de plein fouet, lui provoquant quasi immédiatement des hauts le cœur agrémentés de quelques petites limaces gluantes et aussi appétissantes qu’un vieux pneu. La vision qu’elle offrait à Alexeï ne le laissait pas insensible, il pouffait de rire comme si elle venait de lui raconter la meilleure blague qu’elle connaissait. C’était une situation hilarante. Un peu gênante malgré tout, ce n’est jamais vraiment agréable de voir quelqu’un déverser le contenu de son estomac au sol … et sur les chaussures de la personne en face. Ah bah bravo Elhiya, super pour les chaussures, génial ! On te remercie hein. Heureusement qu’après un #Récurvite elles étaient beaucoup plus agréables à regarder. Le temps de lancer ce sortilège la Serpentard avait eu le temps de mettre fin à sa mésaventure, au grand déplaisir du Poufsouffle qui essuyait les quelques larmes naissantes, fruit de son fou rire. Jamais il ne pourrait remercier Elhiya à sa juste valeur pour le spectacle qu’elle venait de lui présenter. Le pire, c’est qu’elle essayait même d’être drôle, comme si le sortilège utilisé n’était pas celui qu’elle aurait aimé recevoir. Tant pis. Alex haussa les épaules l’air de dire « Moi ça me plait. » avec un grand sourire.



Elle reprenait ses esprits petit à petit, nul doute qu’elle allait vouloir se venger. Dragoslav était prêt, sa baguette tenue bien fermement dans sa main droite. Il n’allait pas lui lancer un second sortilège avant qu’elle ait pu répliquer. Même s’il n’aime pas perdre, un combat ne devait jamais être déloyal. Ce ne sont pas des animaux, ce ne sont pas des Mangemorts. Les deux adolescents ne savent même pas pourquoi ils se battent au fond, le caillou était-il vraiment une raison valable pour se quereller ? Sans doute que non. Ils auraient très bien pu en finir là, mais la jeune femme en face ne semblait pas de cet avis, rajoutant de l’huile sur le feu en insultant son interlocuteur de condescendant. Elle avait peut-être raison au fond, de par son sang pur et ses convictions, Alex était hautain. Quand bien même, il assumait son côté dédaigneux envers les êtres qu’il jugeait inférieur, quitte à froisser bon nombre de sorciers ne partageant pas son point de vue.

La môme en face était prête, baguette levée et se fit le plaisir de lancer son premier sortilège de la soirée. Sans doute pas le dernier. Surpris par le flot d’énergie tiré par la baguette et de par l’incantation utilisée, Dragoslav ne s’était pas vraiment attendu à devoir se défendre de la sorte. Ce n’était déjà plus un duel bon enfant, ils étaient passés à l’étape supérieure. Trois flèches volaient à toute allure se rapprochant de plus en plus de l’élève de Poufsouffle. Une visait son crâne, la seconde son flanc et la dernière semblait plus hésitante, ne sachant pas quelle jambe viser. Sans doute qu’elle finirait par se perdre dans l’espace séparant les deux extrémités du garçon.

Il avait décidé par conséquent de ne pas se préoccuper de celle-ci, se focalisant sur les deux premières qui semblaient beaucoup plus menaçantes. S’il réussit à se protéger convenablement des deux projectiles le visant grâce au charme du bouclier, ce n’était pas le même finalité pour la flèche qu’il avait volontairement négligé, imaginant qu’elle ne le percuterait jamais. Grossière erreur puisque c’est la seule qui l’avait touché. En plein dans la cuisse droite, juste en dessous de l’aine. Quelques centimètres plus haut et il aurait perdu la faculté de procréation. Elhiya était douée, il fallait le concéder. Un cri perçant déchirait maintenant l’environnement, blessé, meurtri, Alexeï n’avait plus du tout envie de rire. Les larmes qui perlaient au bout de ses yeux prouvaient maintenant la douleur qui prenait place petit à petit. Sa baguette avait quitté sa main, il n’arrivait pas à se concentrer sur autre chose que ce qu’il éprouvait à ce moment précis. Le Poufsouffle maudissait Elhiya mais surtout, s’en voulait terriblement. Quel piteux sorcier il faisait s’il ne parvenait pas à réfléchir correctement quand un sortilège lui était lancé. Les seuls mots qu’il ait pu prononcer furent semblables à une supplication, il demandait l’aide d’Elhiya.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Assis par terre.

Message par : Elhiya Ellis, Ven 09 Fév 2018, 16:54



Thunderstorm rising



Pv Alexeï

LA mutuel pour tout le RP

Les yeux plissés, la mine passablement agacée, je regardais deux de mes projectiles magiques réduites à néant à cause du bouclier magique le blond avait réussi à enclencher rapidement. Il était rapide, il avait un semblant de répartie, et même s’il venait clairement de prouver que je l’avais un peu sous-sous-estimait, ça me plaisait. Surement un peu trop pour ne pas être malsain. Trop de temps sans utiliser la baguette pour assouvir quelques envies de violence enfuies dans un coin de mon être, et voilà qu’il se montrait, tel un adversaire enfin digne de mon attention. Parfait.

Un rictus satisfait et mesquin avait pris place sur mes lèvres en l’entendant crier comme une fillette. Il n’avait pas jugé bon de se déplacer et d’esquiver une flèche simple. Grossière erreur. Voilà qu’il allait se mettre à chialer comme une gamine à nouveau, comme s’il n’avait jamais été blessé de sa vie, comme si la douleur et la souffrance physique ressentie était la toute première. Ridicule. Et ça se disait pur-sang ? ça dénigrait les autres, alors que c’était incapable de serrer les dents et conserver une pointe de fierté. Petit joueur va.

D’un soupir dédaigneux mes opales glissaient dans les siennes. Pas une once de compassion, pas une bride de douceur, rien de rien. A mon sens, il méritait même plus juste pour se croire supérieur uniquement car il avait hérité de dons magique alors qu’il n’avait rien demandé.

-Ho ça va, tu vas pas crever, c’est qu’un peu de sang

Oui, juste un mince filet carmin qui s’écoulait sur la cuisine depuis la pointe de fer plantée dans la chair. Juste un peu d’essence de vie qui s’enfuyait, rien de bien méchant, rien qui ne lui ferait tourner la tête, mais juste de quoi lui donner envie de répliquer, d’arrêter de se donner des airs insupportables et de prouver qu’il valait autant que ses idées stupides qu’il était capable d’assener.

Par contre, ça ne m’arrangeait pas vraiment de l’entendre beugler comme ça, il allait nous ramener un membre du personnel alors que je m’échauffais à peine. Un claquement de langue méprisant s’interposa devant sa supplique pendant que je roulais des yeux. Quelle comédie, franchement…

-Ca va bouger pas ! #Accio flèche. Si tu gueules encore, crois-moi, je vais te donner une bonne raison de le faire, compris ?

La flèche, relativement petite, récupérée, je l’abandonnais au sol et me mettais à son niveau en lui adressant un regard noir. Un adversaire perdait tout son intérêt s’il ne pouvait que se lamenter et non user de sa baguette correctement, c’était clairement une perte de temps. Alors, je préférais le soigner pour lui permettre de me rendre la pareil, de tenir parole. Il voulait m’envoyer à l’infirmerie non ? J’avais accepté le challenge, pimentant un peu ces soirées trop calme et doucereuse, nourrissant ce vide toujours présent et avide de liberté.

–Ca va, c’est pas profond, pas besoin de cautériser à vif #Episkey, # Curo As Velnus[/blur], t’as pris des cours de théâtre moldu ? Avoue, t’as rien là[/color]

Je ne voyais rien d’autre de plausible pour ce cinéma, ces larmes et ce couinement stupide. C’était décevant, je n’y étais pas encore aller fort et c’était avec cet état d’esprit qu’il compter m’offrir un aller simple chez Mademoiselle Shield, il allait devoir faire mieux…. Je me redressais et reprenais ma position, face à lui, le toisant durement.

-Elles sont où tes belles paroles maintenant ?

Ma baguette ne m’avait pas quitté des mains, au contraire, les doigts enroulés autour avaient resserrer leurs prises, prêts à aller d’un mouvement de poigner jeter un protego ou tout autre capacité à me défendre
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Assis par terre.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 16 sur 18

 Assis par terre.

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17, 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.