AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 6 sur 10
Quand la magie noire s'exprime...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Invité
Invité

Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Invité, le  Sam 16 Jan 2016 - 22:50


Pendant ce temps, à l'extérieur... Ou un truc dans le genre...

Décrochant violemment la mâchoire d'un macchabée d'un coup de poing (oui, oui, littéralement...), le médicomage s'écarta lorsqu'il vit le mouvement de sa chef : bonne initiative, car à nouveau, une explosion retentit et les derniers cadavres ambulants cessèrent justement de déambuler. Ça, c'était fait, il n'y avait plus besoin de s'en faire sur ce front là, même si d'une manière ou d'une autre, cette petit danse macabre avait permis aux mangemorts de prendre une longueur d'avance et de passer outre leurs défenses... Protéger les innocents commençait tout de même à courir un peu sur le système du Phénix.

Sa cible se débattit un instant dans la sphère aqueuse avant de transplaner quelques mètres plus loin : pas question de le perdre de vue, pour une fois qu'un mangemort ne fuyait pas en transplanant au loin, autant continuer à jouer. Son éclair fit mouche et l'adversaire s'étala au sol, ce qui eut sans doute effet d'atténuer la décharge électrique vu qu'il se redressa presque aussitôt et envoya rapidement un sortilège.

Grognant de douleur, le russe se crispa lorsqu'il sentit une vive douleur se répandre à toute vitesse sur la partie gauche de son torse et au niveau de la hanche : des brûlures, sans feu... Probablement un sortilège de flagrance... Diagnostic rapide, de toute façon il n'avait pas le temps pour ça. Vacillant légèrement en arrière, il eut l'impression que l'attaque avait vraiment eu un effet dévastateur lorsqu'il sentit qu'il dû forcer davantage pour garder son équilibre. Sauf que ce n'était pas ça le souci... C'était le sol qui tremblait.

« Oh fuck... » grogna-t-il.

Se félicitant intérieurement de ne pas avoir juré en russe sur le coup de la surprise (cela aurait été un brin problématique), il se rua sur le côté, contournant la zone d'effet du sortilège tandis que le sol s'amusant à se redresser et s'affaisser ça et là : pas question de rester sur un terrain trop instable, surtout avec son poids...

Il était temps d'achever cette raclure masquée, parce que ça aussi ça commençait à lui courir sur le système ! La douleur alimentait sa rage et il valait mieux s'en servir sur ses ennemis. Ses... oui, au pluriel, car un autre protagoniste tout de noir vêtu s'était élancé pour aider son "pote", en pointant sa baguette sur le russe-qui-n'avait-pas-l'apparence-d'un-russe-à-cet-instant. Peut-être qu'encaisser un sortilège de plus n'était pas une bonne idée, surtout en voyant ce qui fonça sur lui : pas le temps de réfléchir, il se jeta sur le côté, effectuant une roulade (merci les années à réagir au quart de tour pour pas se faire tirer dessus).

Elenna allait probablement lui venir en aide... Mais en attendant, il fallait profiter de la proximité des deux ennemis pour faire un coup double. Le dernier arrivé pointa sa baguette devant lui mais rien ne se passa : au vu du fait qu'il passa son bras dans le dos de son allié pour l'aider, ce devait être quelque chose pour se protéger des attaques.

** Bon bah, à défaut d'attaque frontale... ** songea le loup-garou.

Baissant sa baguette, il informula un Plasticinum en se concentrant sur les marches d'escalier sur lesquelles se trouvaient les deux mangemorts : à défaut d'agiter et briser le sol comme le séisme provoqué par sa première cible, le sortilège du Phénix se focalisa sur une modification de forme plus intéressante, pour que la matière se modifie et jaillisse brusquement en pointes et tenter de faire le plus de dommages possible aux deux hommes...femmes...autres...whatever.

Avant même de voir si sa stratégie avait fonctionné, il pointa sa baguette sur lui-même et incanta un sortilège pour s'occuper de lui : sous ses vêtements, sur sa peau, une sorte de "carapace" composée d'alvéoles de couleur bronze recouvra la zone brûlée...Ce n'était absolument pas une armure, c'était fait pour traiter les brûlures et l'apparence n'était qu'un effet magique (que personne ne verrait, du coup pas de soucis sur son identité). La douleur ne le dérangeait pas vraiment, au contraire, cela le stimulait... mais il préférait éviter de se retrouver un peu trop berserk.

Oh et puis... Il releva sa baguette magique vers un de les horribles lampadaires accrochés au dessus de l'entrée et informula un Terasectum. Une petite pluie d'acier en fusion, ça ne pouvait faire que du bien aux mangemorts ! Et de toute façon, vu que les autres étaient entrés, autant passer à l'offensive pure et dure afin de tenter de les mettre au tapis pour aller aider Alexander et Izsa.

Invité
Anonymous
Invité

Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Invité, le  Mer 20 Jan 2016 - 22:12

LA de 90 et 26

Bon, c'est pas qu'il était en situation problématique, mais un peu quand même. Se retrouver seul face à deux Phénix (puisqu'il ne pouvait s'agir que d'eux) dont un à l'air plutôt vénère et qui ne se retenait pas dans les sorts qu'il lui lançait pouvait être qualifié de situation délicate. Heureusement pour lui, 26 était dans les parages et lui vint en aide en... propulsant des vertèbres droit sur leur adversaire ? Mouais, pourquoi pas, c'était une technique comme les autres. Le sorcier s'approcha ensuite de 49 pour s'assurer qu'il allait bien.

- T'es en état ou je dois t'aider à partir ?

- J'me suis pris un sale coup mais ça va aller.

Juste alors qu'il prononçait ces paroles, le Mangemort sentit une modification des marches sur lesquels il se trouvait. En effet, de sortes de piques semblaient se former sur le sol en-dessous d'eux. L'effet fut immédiat, les deux mages noirs quittèrent immédiatement leur emplacement pour éviter de se retrouver à moitié empalés, et se retrouvèrent tout proche de leur adversaire principal. Parce que oui, il n'était apparemment pas seul mais l'autre ne s'était pas spécialement acharné sur eux. Sans réfléchir, Quarante-Neuf lança un Bombarda droit sur le Piou qui leur faisait face, à cette distance ça ne pouvait pas faire du bien. Puis il avisa 90 qui se trouvait non loin du combat.

- Allez on se casse ! lui lança-t-il.

Elle avait eu le rôle sympa, elle, puisqu'elle s'était contentée des moldus et de la destruction matérielle. Cependant, elle comprit tout de suite le message, et l'aida à balancer des Sectumsempra et autres Electrocorpus sur les gens qu'ils croisaient afin de les écarter du chemin. Jetant un coup d'oeil rapide derrière lui, 49 vit que Vingt-Six les suivaient tout en s'occupant de les couvrir le temps qu'ils atteignent la sortie du palais. Ici c'était toujours autant le bordel, des morts et des blessés gisaient au sol tandis que d'autres sans pouvoirs s'affolaient en courant dans tous les sens. Il ne restait plus qu'à espérer que 70 et 13 aient réussi leur partie de la mission et reviennent avec la Reine.
Alexander Scott
Alexander Scott
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Alexander Scott, le  Mer 3 Fév 2016 - 19:38

Si il y avait bien une chose pour laquelle Alexander était devenu Auror puis membre de l'Ordre du Phenix c'était les affrontements magiques. Dés son plus jeune âge le sorcier de l'est avait rêvé de joutes épiques et mortelles disputés contre les plus grands duellistes au monde, les plus noirs sorciers existant et les plus dangereux criminels ! Même si il avait passé beaucoup de temps dans les bureaux du ministère de la magie, Scott était au fur et à mesure des années devenu un duelliste émérites. Pourquoi diable le chasseur de mage noir appréciait-il tant ses moments où sa vie était mise en danger ? C'était une chose difficile à expliquer et lui même aurait été bien incapable d'en parler à quelqu'un qui n'avait jamais mis sa vie en jeu. Les duels contre les mages noirs n'étaient pas de simples affrontements, ils étaient de véritables clashs entre deux idéologies opposés et celui qui croyait le moins en ses idéaux était bien souvent le perdant. Durant ses affrontements le russe avait bien souvent cru que sa vie prenait fin pourtant aujourd'hui il était toujours là et dressait sa baguette contre ses adversaires. Comment distinguait-on un bon duelliste d'un mauvais duelliste ? Le mauvais duelliste était soit mort, soit prisonnier, en tout cas il était incapable d'utiliser sa baguette. Avec le temps Alexander avait augmenté son habilité dans le maniement des divers sortilèges, il avait agrandit ses connaissances sur diverses formes de magie et avait augmenté ses réflexes. Parmi les mangemorts l'ancien Serdaigle ne craignait qu'un adversaire et il ne semblait pas être là ce soir et pourtant... Pourtant le pourfendeur de magie noire n'était pas serein, aujourd'hui il ne s'agissait pas seulement de défendre uniquement sa propre vie mais aussi de garder un œil sur Izsa qui combattait à ses côtés sous une apparence qui risquait fort d'attiser le colère des mages noirs ! Le sorcier de l'est n'était pas habitué à combattre sur deux fronts en même. D'ordinaire il combattait soit seul, soit accompagné de Londubat et d'Elenna et il avait une confiance aveugle en ces deux personnes, ce qui n'était pas le cas ce soir malgré l'affection qu'il portait à la Serpentard.

Les adversaires du soir ne semblaient pas être décidés à se laisser capturer et ne tardèrent pas à réagir aux diverses maléfices du russe qui eurent tout de même pour mérite de stopper l'offensive sur Izsa ! Le sortilège du Sectumsempra qui devait à l'origine déchiqueter l'homme vêtu de noir n'eut finalement pou effet que l'explosion d'un meuble de bois qui devait sans doute valoir une petite fortune. Machinalement Alexander passa son bras désarmé devant son visage pour le protéger des éclats de bois qui volaient dans toute la pièce. Les shrapnels de bois volèrent principalement en direction de l'homme qui se trouvait proche du meuble tant et si bien que l'animagus fut relativement épargné. Visiblement le mage noir n'était pas particulièrement expérimenté, la parade qu'il avait choisie n'était pas forcément la plus judicieuse et il se retrouva vite gisant au sol. Le sorcier de l'est esquissa un sourire pointant sa baguette d'ébène sur son adversaire, il ne restait plus qu'à le clouer définitivement au sol ! L'intention du Serdaigle fut vite stoppée par une explosion qui le força à se recroqueviller sur lui même pour ne pas terminer embrocher par une centaine de débris tous plus acérés les uns que les autres ! En un instant tout l'affrontement bascula et la raison apparut limpide aux yeux de l'Auror ! La femme qui devait désormais sans doute être démasquée recherchait un moyen de dissimuler son identité et avait donc exploser toutes les lumières de la pièce ! Le sorcier de l'est grimaça, des éclats de verre avaient provoqués diverses coupures sur les endroits non protégés de son corps mais ses dernières devaient être superficielles. Ignorant la douleur le chasseur de mage noir chercha sa proie du regard dans la pénombre mais n'eut pas le temps de la localiser que le sol à ses pieds commença à trembler avant de totalement s'effondrer !

L'expression du visage de Scott se figea dans une expression surprise tandis qu'un cri d'étonnement ne franchissait pas la limite de ses lèvres ! L'offensive l'avait totalement pris de cours et sa chute ne finit que deux mètres plus bas dans la pièce inférieur ! Une douleur atroce parcourait la cheville droite du jeune homme tandis qu'il tentait de se relever difficilement en s'aidant d'un mur. La pièce dans laquelle il venait d’atterrir était aussi sombre que la précédente car le lustre s'était effondré avec le plafond... L'objectif des mangemorts était sans doute de le séparer de la reine et pour le moment s'était totalement réussit ! Le membre du ministère de la magie esquissa une grimace de douleur et manqua de crier de surprise, impossible de poser sa cheville au sol... Etait-ce une simple entorse ou était-elle simplement cassée ? Impossible à dire mais il n'avait pas vraiment le temps de s'en préoccuper et ses faibles connaissances et capacités et médicomagie ne lui permettaient pas de s'occuper de ça dans l'immédiat.


- Bouge ton cul p*tain ! Impero !

Ses mots parvinrent faiblement aux oreilles du Russe mais raisonnèrent douloureusement dans sa tête ! Izsa ! Alexander observa le trou béant dans le plafond, il n'avait pas réellement le choix... Le sorcier de l'est lança un Ascencio et fut aussitôt propulsé dans les airs traversant le trou avec aisance. La réception en revanche fut plus délicate et Scott dut effectuer un roulé boulé pour ne pas s'appuyer sur son membre blessé. Une rapide évaluation de la situation lui apprit que tout le monde était encore présent, le sortilège interdit avait-il fonctionné ? Si c'était le cas alors Alex' se retrouvait seul contre trois adversaires et il ne voulait et ne pouvait pas causer la moindre blessure à sa partenaire ! Le sorcier de l'est tourna sa baguette vers l'homme qui gisait toujours au sol, cette fois l'autre n'aurait pas le temps de stopper son geste, elle était bien trop occupée pour cela.

-Gladius Purpura !

Alexander reporta son attention sur la pièce, celle-ci était toujours aussi sombre et il était tout simplement impossible de distinguer qui était la reine et qui était la mangemort... Si il visait l'une il risquait de blesser l'autre...
Mangemort 70
Mangemort 70
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 70, le  Mar 9 Fév 2016 - 5:49

L'adrénaline, mêlée à cette sensation de supériorité jouissive, grimpèrent à toute allure dans son cerveau qui bouillonnait de bonheur, tout comme le bas de son visage. De par ses derniers sortilèges des éclats s'étaient logés un peu partout. La douleur encaissée était, pour le moment, euphorique. Plus tard, ce serait sans doute le calvaire, mais chaque chose en son temps. Le corps humain était bien fait, croyez-moi, il pouvait avoir cette capacité à endurer certaines choses dans les moments les plus inattendus. Les neurones s'entrechoquaient, ne sachant plus trop comment réagir, quel signal envoyer, 70 était prête à péter les plombs.

Le plan ne se déroulait pas totalement comme prévu, mais les Mangemorts allaient gagner cette joute. Elle ne se préoccupa nullement de ses acolytes. Il n'y avait qu'elle et la Reine qui comptaient. Cette dernière étant sous son contrôle, elle lui ordonna de venir la rejoindre. Avec un bouclier humain, cela deviendrait délicat pour son furieux adversaire de l'attaquer sans blesser, ou pire, tuer la vieille femme. Pas le choix, le brillant jeune homme rabattit sa riposte vers 13.

- Heureusement qu'on vous a prévenu, hein ! gueula-t-elle, hystérique.

Cette sensation de bonheur et d'invincibilité étaient mieux que la mescaline, le kiwicot, la cocaïne et l'héroïne réunis. 70 trippait et rien ne pouvait l'arrêter. L'ancien Seigneur des Ténèbres aurait été fière d'elle ! Ils étaient tous des cafards, que matricule sept-zéro pouvait écraser. Elle réussissait à foutre la m*rde à grande échelle. F*ck you, people ! Craignez-nous ! Craignez-moi !

Elle attrapa le bras droit frêle de la vieille dame sans ménagement, allez viens là toi ! Pliant brusquement le membre, qui craqua de manière sinistre, derrière son dos, la pauvre femme se retrouva serrée contre la vilaine Mangemort. Parfait. Maintenant, il ne fallait pas commettre l'erreur du méchant débutant en voulant s'éterniser et se vanter de son succès à travers un flot incessants de paroles. Ce serait se tirer dans le pied et, ayant encore le goût amer dans la bouche de sa dernière défaite, il était hors de question qu'elle se plante, cette fois-ci.

- Bye bye, p*tain de secret magique ! lança-t-elle.

Brisant le flux magique entre elle et la dame âgée qu'elle tenait fermement, sept-zéro concentra ses forces dans l'utilisation d'un #Sectusempra ayant principalement pour but de lui ouvrir la voie vers le corridor, car si quelqu'un se trouvait devant la sortie, il se retrouverait empalé. Il faisait trop noir pour discerner quoi que ce soit, alors les combattants étaient contraints d'agir à l'aveuglette.

Elle laissa Treize aux prises avec Scott. Fallait parfois faire des sacrifices, n'est-ce-pas ? Grand garçon, il se débrouillerait. Ou pas. Peu importe elle avait sa majesté ! Se dépêchant d'évoluer dans le luxueux corridor, relativement épargné par le combat, sept-zéro se faufila à travers une autre pièce qui contenant un balcon. Bingo ! Une fois à l'extérieur, elle s'accorda un instant pour se concentrer et transplana avec son trophée du jour.

Crac !
Eileen I. Hilswood
Eileen I. Hilswood
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Eileen I. Hilswood, le  Dim 21 Fév 2016 - 23:08

HRP : pour les effets de l'Impero, je me base sur HP4, me MP si il y a un soucis
C'est un peu court, mais ça permet de clôturer la présence d'Izsa^^


Les deux Mangemorts semblaient en difficulté. Enfin, au moins autant qu'eux, c'était déjà ça. Le plus jeune semblait véritablement en mauvaise posture, mais l'autre n'avait pas perdu sa combattivité.
Ceci, Izsa s'en rendit compte une seconde trop tard. A quelle seconde me demanderez-vous ? Et bien, à celle où elle vit une baguette pointé vers elle, et entendit sa propriétaire lancer un sort Impardonnable. Oui, là, c'était un poil trop tard.

Notre jeune Phénix n'avait jamais reçu un tel sortilège. Le bouclier autour de son esprit était comme un voile de satin, et celui-ci se déchira immédiatement aussitôt que le maléfice entra en action.

Viens...Viens, rejoins moi...

Les yeux de la "vieille" femme fixait la Mangemort d'un tout nouvel air. Plus aucune peur, combattivité ou même colère n'emplissait son esprit. Tous ses ressentiments s'étaient mués en un dévouement total, propre au victime avec un faible niveau de résistance psychique. Un sourire béat ornait ses lèvres alors que, petit pas après petit pas, la Reine d'Angleterre rejoignit la Seigneur des Ténèbres.

Elle ne tiqua pas quand la masquée tordit violemment son bras. A vrai dire, elle ne ressentit aucune sensation de douleur, enveloppée dans son petit nuage de bien-être dans la servitude. Le reste du décors était flou ; elle marchait sans savoir, ni chercher à comprendre, où ses pas la menait. Simplement, elle se laissait guider par la Mage Noir. Comprit-elle ce qu'il se passait quand elle se retrouva à l'extérieur du palais ? Probablement pas. Et encore moins quand, autour d'elle, le décor tourbillonna sous l'effet du transplanage d'escorte.
Mangemort 13
Mangemort 13
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 13, le  Mer 24 Fév 2016 - 10:04

Dans un coin de la pièce, mal en point, Treize souffrait horriblement. Blessé à de multiples endroits, un liquide rouge et visqueux s’écoulait d’un peu partout. Il était impossible d’arrêter toutes les coupures à l’aide d’une seule main. L’aide d’un médicomage était plus que nécessaire, s’il voulait s’en sortir vivant. Une obsession trottait dans sa tête depuis quelques secondes : dégager absolument de cet endroit le plus rapidement possible avant qu’il se vide de son sang et ne meurt. Pas question de laisser son corps aux mains de ses adversaires. Ca serait trop leur faire plaisir ! Au fil des secondes, on pouvait – clairement - lire la détresse et la douleur directement sur le visage du jeune mage noir qui n’espérait qu’une chose, bénéficier de l’aide de son Seigneur.

Quelques bruits retentirent dans la pièce avant d'être plongé dans un silence de mort. Venait-il réellement de se faire lâchement abandonner par celle qui l’avait recueilli ?

- Septante ?

Aucune réponse… Le vide s’était installé. La rage prit possession de son corps. Il avait envie de tout casser autour de lui mais sans force, il n’arriverait à rien. Il avait envie d’hurler jusqu’à son dernier souffle. S’il s’en sortait, elle le paierait cher se rappelant que la vengeance était un plat qui se mangeait froid. Tentant désespérément de fuir, il se fit violence pour se relever. Il n’arrivait même plus à se mettre sur ses pieds… Sa fin était proche. Il était livré à lui-même et ne savait pas quoi faire. Il commença doucement à sombrer quand dans un dernier souffle, il appela à l’aide.

- Brutus

L’elfe de maison apparu rapidement dans un nouveau crac sonore. Comprenant la situation, la créature s’approcha de l’un de ses maîtres et sans que le sang-pur n’ait quelque chose à dire, il décida de transplaner vers le Bastion. Perdant totalement le contrôle de son corps, il cru entendre un sort être lancé dans un loin murmure tout en distinguant par la même occasion un autre bruit sourd. Il sentit son corps être jeté dans un trou. Que se passait-il ?

CR […]
-Gladius Purpura !
[…] AC
Elenna Benson
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Elenna Benson, le  Jeu 5 Mai 2016 - 17:08

LA de l'ODP autorisé.


A coup de baguette magique, de sortilège et de beaucoup de détermination, Rurik et Elenna parvinrent enfin à décimer tous les Inféris qui se baladaient devant le palais de la Reine d’Angleterre. Avec tout ce grabuge, on pouvait être sûr qu’un film allait sortir ou une série dans le genre de Walking Dead. Ca datait après tout, avec ce spectacle pleins de morts-vivants, les moldus allaient se sentir inspirés, c’était sûr et certain. Petit à petit, le sol se retrouvait joncher de cadavres qui retrouvaient leur statut de mort, enfin. D’ailleurs, une drôle d’odeur s’échappait des corps sans vie, faisant grimacer Elenna. Les cris des moldus apeurés ne se calmaient pas, ils courraient dans tous les sens. A croire que la peur faisait perdre son cerveau ou son minimum de réflexion, au choix.

Le Rurik pas physiquement Rurik là de suite semblait plutôt bien se débrouiller et la Chef de l’Ordre du Phénix lui faisait confiance. Sans plus attendre, elle s’élança donc à l’assaut des moldus en danger. Si le russe aimait le combat, ce n’était pas son fort la compassion, d’après la louve. La jeune femme, au physique de jeune homme pour le moment, s’empressa de guider les plus perdus vers le parc qui se trouvait non loin et où beaucoup de gens s’étaient déjà cachés. Son regard filait de droite à gauche, donnant quelques coups de pieds dans les morbides Inféris pour les pousser de son chemin. Son bonnet/casque/bizarre de soldat de l’armée anglaise voguait sur sa tête, menaçant de s’écrouler à tout moment. Ne patientant pas plus longtemps, elle le balança un peu plus loin en grommelant avant de prendre une petite fille dans ses bras qui criait à s’en décoller les poumons pour l’amener à une mère qui faisait la même chose, aucun doute, telle mère telle fille. La femme remercia au moins cinq fois le pseudo soldat avant de s’éloigner en courant, couvrant de baisers le visage de son enfant.

Sous les assauts des Mangemorts et des Phénix, des barrières avaient volé dans tous les sens et une voiture avait pris de plein fouet un Bombarda, la faisant exploser. D’un coup de baguette magique, la belle sous Polynectar lança un Aguamenti sur la carcasse en métal pour éteindre le feu qui l’animait. Non loin, adossé contre une statue de pierre, un jeune homme semblait se concentrer sur sa respiration. Ses poumons sifflaient et son visage devenait de plus en plus rouge. La chef de l’Ordre du Phénix avait déjà vu cela lorsqu’elle était à l’orphelinat, sous la panique, certaines personnes déclenchaient des crises d’asthme qui pouvaient les tuer. Elle glissa son épaule sous le bras du garçon et l’emmena un peu plus loin à l’abri pour que quelqu’un d’autre le prenne en charge mais sa respiration était déjà plus nette.

Tout en courant, Elenna rejoignit Rurik et quelques moldus qui subissaient un assaut de  Sectumsempra et d’Electrocorpus des Mangemorts qui leur faisaient face, essayant à priori de prendre la fuite. C’était tout ce dont ils étaient capables ? Pourtant, la belle ne pouvait cesser de s’inquiéter pour Alexander et Izsa, elle espérait que tout allait bien pour eux. Mais à priori, ce n’était pas le cas. Du grabuge retentit derrière eux. La belle fit volte-face et aperçut la Reine ou plutôt Izsa, l’air complètement amorphe, qui suivait de près une mage noire. La louve eut des yeux ronds comme des ballons, la bouche bée. Elle pointa rapidement sa baguette magique vers son alliée.

" Anthemius Vocania ! "

Mais c’était trop tard, avant même qu’elle prononce la formule, la fausse Reine avait disparu, emportant avec elle Izsa. Les Mangemorts disparurent tous sans attendre plus longtemps, laissant en plan l’Ordre du Phénix moins une. Elenna ne bougeait plus, fixant l’endroit où se trouvait l’une de ses petites protégées avant. Des bruits de pas retentirent derrière elle et l’odeur familière d’Alexander vint envelopper la jeune femme qui peu à peu, retrouvait son apparence normale. Elle n’arrivait pas à y croire, elle venait de perdre l’un des leurs et en prenait toute la responsabilité. Ses épaules s’affaissèrent et elle s’appuya contre son amant, rappelant les troupes à l’ordre pour essayer de cacher son mal-être.

" Bien joué les petits gars, nous pouvons rentrer au Quartier Général. Izsa saura se débrouiller j’en suis certaine, nous allons réfléchir à un moyen de la retrouver mais nous avons besoin de repos et de nous débarbouiller. "

Rapidement, la petite troupe se regroupa sans un mot de plus et ils transplanèrent tous ensemble, s’aidant les uns les autres...


[ Rp terminé ]
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 39, le  Lun 6 Juin 2016 - 22:58

[PV Mangemort 87]


Aux confins de la nuit, dans un endroit fort isolé, vous attendiez. Vous attendiez votre disciple, celle que vous aviez formé, les mains moites. Car vous aviez décidé de vous libérer de votre masque ce soir, quand bien même vous le portiez en début de soirée. Il était grand temps de lui faire la révélation de qui vous étiez. Mais vous aviez peur.

Car si votre masque faisait de vous quelqu’un de différent, dès l’instant où vous l’enlèveriez, vous sentiriez son regard sur vous. Vous seriez à nu, face à son jugement. Elle serait libre de partir en courant, de vous dénigrer, de vous cracher dessus, de vous voir comme le pauvre petit être fragile que vous étiez. Elle serait libre de n’en avoir cure, de continuer à vous voir comme étant Trente-Neuf et non pas ce membre du personnel qui l’avait suivi durant sa scolarité. Cet être étrange que tout le monde reniait.

Vous étiez agité. Et si elle daignait un jour être à l’heure elle serait déjà présente. Alors pour passer le temps, vous vous tourniez contre un arbre, baissiez votre braguette et soulagiez votre vessie en sifflotant. Etrange que de voir un homme masqué, dont l’accoutrement le recouvrait entièrement, se dévêtir de la sorte. Enfin il faisait nuit et trop peu de monde connaissait cet endroit. Frontière campagnarde entre Angleterre et Ecosse, herbe à perte de vue, pas même un mouton, et des arbres plantés aléatoirement. Puis soudain, alors que vous secouiez vote engin, un crac sonore retentit et vous vous tourniez brutalement. Vous aviez bien une baguette en main mais ce n’était pas la bonne, et vous n’étiez pas certain qu’elle puisse vous défendre convenablement en cas d’attaque ayant déjà été vidée de tout son euh… flux magique. Non, c’était bien elle, masquée comme à l’accoutumée. Vous rangiez donc votre engin, veillant à ne pas le coincer dans la fermeture Eclair, tout en vous exclamant :

- Bah c’est pas trop tôt ! J’veux te faire passer une étape décisive de ton entraînement et tu t’pointes en retard !
Mangemort 87
Mangemort 87
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 87, le  Lun 6 Juin 2016 - 23:04

I've got a date with the devil &

Aujourd’hui, il m’a demandé de venir, encore. D’être à l’heure, encore. Comme un comique de répétition ; quand saisira-t-il que je pisse à la raie de toutes les conventions ? Enfin. Je crois que je suis passablement excitée. Parce que pour une fois, il ne m’a pas fait le coup de la mission cheloue. J’ai donné, dans le masqué larbin. J’ai été leur sous-fifre, une docilité à faire peur, des ordres de moins en moins utiles, de moins en moins impressionnants, et pourtant toujours renouvelée, cette fierté. Pis Trois Fois Dix-Neuf me tape un peu sur les nerfs, avec ses accusations répétées. De toute façon, parfois, ils me saoulent tous. Un peu comme s’ils se connaissaient tous. Se mettaient pas en cause. Mais se foutaient de ma place. Enfin non, s’en foutaient pas, s’assuraient que je sois entre la sous-Mer** et le cimetière. Mais j’étais pas là pour ça. On était pas à Poudlard, p*tain,  à faire nos charognes pour une place au soleil, à se marcher sur les pieds pour acquérir le respect.

Enfin moi j’y étais pas. J’étais pas là pour ça. Je voulais qu’ils m’apprennent -peut-être était-ce là que je m’étais enterrée ?- et qu’ensemble, nous nous battions. Nous fassions confiance, en duels comme aux moindres occasions. J’avais tout quitté tout lâché, pour eux. Je crois qu’au fond, une part de moi, un peu lapin en quête de carotte, chien épris d’un os, attendait quelque chose. Être vue ? Reconnue ? Pis dans le même temps, je voulais pas. Ou m’y attendait pas ; quand ça tombait, ils me surprenaient. Par exemple, l’autre fois, le Vénitien, il avait pris des risques pour moi. Pour pas que je sois blessée. Par un pote à moi en plus ! Captez le comble. Mais il s’était mis entre sa baguette et moi. M’avait protégée. J’avais juste pas compris.

Un coup, vlan ! Impression d’être quelqu’un pour lui. P’t-être juste un pion ; p’t-être un début de partenaire, et d’idées, et d’armes, et de confiance ?

Pourquoi je chercherais de la confiance moi ? Oh p*tain, je me comprenais plus moi même. Fin du coup, on verrait bien. Ce qu’il me réservait. J’enfilais mon sourire d’amnésique ; mon masque félin ; ma combinaison modelée. J’avais longtemps été à l’aise avec mon corps. Sentiment perdu après Mkrovsk. Mine de rien, c’était incroyable comme enfiler ce deuxième moi m’aidait à regagner cette assurance corporelle. Quitter mes dysmorphies pour garder en tête que frêle ou pas du corps, j’étais solide comme un roc quand la magie était en cause.

Et que pour cette magie, je voulais et pouvais me battre. Qu’elle était évolutive, imprévisible, un peu comme un enfant qu’on voit pas grandir parce qu’il est trop près. Là, d’ailleurs, elle agita mes entrailles, me rappelant -papa, c’est quand qu’on arrive ?- que Trente Neuf, mon mentor, mon formateur, mon maître, m’appelait à lui. Un CRAC! déchira le ciel embrouillé de nuages et d’ombres ; mon corps se déforma, replia, contracta, pour se rematérialiser dans une campagne étrange. Elle sentait l’orge, la camomille, et l’orage en approche.

Y avait pas grand chose à voir, en soit ; des champs vides, trois rochers qui se tiraient la barbichette, une forêt un peu maigre à mon goût. Et Tremblement, qui agitait ses mains humides. Oui. J’étais en retard. Quelle surprise. Ça, par exemple, j’aurais préféré qu’il l’intègre. M’enfin, il était là, au moins.
- Yosh. Toujours la dernière, et le serai aussi quand il s’agira de mourir.  

Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 39, le  Lun 6 Juin 2016 - 23:09

Sa réponse arriva vite. Toujours en retard celle-là, mais un sourire se dessinait sur votre tronche en l’entendant répondre. Ok, elle avait du répondant. Juste ce qu’il fallait pour exciter un Auror, ou pire, un Piaf pendant un combat. Un truc assez cool qui s’appelait la répartie et qu’elle pourrait utiliser. C’était clair qu’elle était prête.

Mais vous sentiez en elle comme une certaine forme de lassitude. Peut-être était-ce simplement son retard. Vous vous rappeliez de vos débuts dans l’Ordre Noir, il n’y a pas si longtemps, et dès que vous aviez un appel de vos pairs vous faisiez tout pour y répondre. Vous vouliez vous construire dans l’Ordre. La demoiselle semblait avoir une autre vision des choses. Comme si son retard était un moyen de se faire désirer, de montrer que malgré le Masque elle se voulait être indépendante. Vous n’aviez pas énormément de souvenirs en sa compagnie lors de sa scolarité à Poudlard. Et cela remontait à loin. Vous vous souveniez simplement qu’elle avait toujours tendance à faire croire qu’elle montrait l’exemple, avant de n’en faire qu’à sa tête. Sans doute était-ce également son tempérament dans l’Ordre Noir.

- J’compte pas crever non plus ce soir. Sauf si t’es intenable et que tu me butes ce soir, mais j’pense pas qu’tu veuilles ça n’est-ce pas ?

Vous vous rapprochiez d’elle. Un pas, puis un autre. Puis vous vous baissiez et essuyiez vos mains dans l’herbe. Parce qu’elles n’étaient pas d’une propreté légendaire, surtout après votre petit soulagement de tout à l’heure. Et parce qu’entre la pisse et la sueur, vous ne saviez plus ce qui les mouillait. Vous Trembliez un peu, comme votre matricule l’annonçait parfois mais il était temps de maîtriser votre voix.

- T’en penses quoi de c’qu’on t’fais faire ? Tenir la porte avec les partisans. Ranger les masques quand ils sont retrouvés. Ca te plaît d’être notre larbin ? Tu t’attendais pas à autre chose en venant ici ?

Première bombe lancée. Voyons voir si elle était aussi prête dans ce qu’elle disait que dans ce qu’elle montrait.
Mangemort 87
Mangemort 87
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 87, le  Lun 6 Juin 2016 - 23:15

L’homme sourit, comme appréciant ma façon de penser, parler, j’sais pas trop. En même temps, je savais pas tellement apprécier les sourires. Cet étirement banal des commissures des lèvres pouvait parfois être d’un rare cynisme. Un sourire pouvait tout être ; amoureux, fatigué, carnassier, enjôleur, hypocrite, Poufsouffle, niais, photogénique, rassasié. Un sourire était si complexe que je n’étais jamais aussi attirée qu’auprès de ceux qui savaient rire avec les yeux. Parce que foutre la même intensité dans ces opales insipides, ces iris de normativité, d’habitude, de portrait 100% usuel, et usé, comme des semelles, c’était un talent. Enfin, je comptais pas tellement connaître le moindre désir auprès de L’Autre. Tout comme lui comptait pas mourir ce soir.

C’était presque arrogant, de croire pouvoir repousser la mort à coup de mots. J’aimais bien. Sauf que franchement, s’il le tournait comme un défi, fallait me contrôler, pas laisser l’esprit de compétition prendre le dessus. Vrai de vrai, s’il fallait parier dessus... Non p*tain ! Se reprendre. Deux secondes plus tôt, je pensais à combien je voulais trop devenir fiable, je pouvais pas sauter à la gorge du premier provocateur. Inspire, expire, il avance, se baisse, pis s’essuie les mains. Dans l’herbe. Franchement, j’aime bien hein, le côté vie des bêtes, mais il est au courant qu’on a la magie pour ça ? J’me risque à informuler un #Récurvite. Tant qu’à faire, autant être propre, non ? Fin je sais pas.

J’sais pas s’il remarque pas, ou s’il s’en fout, ou s’il- et m*rde, il avance encore, il va parler, du coup je le regarde, mais je regarde à côté, pas demander de répéter, rembobiner la phrase dans ma tête, comme une photographie sur un journal, la repasser, encore, encore, jusqu’à saisir tous les mots. Se passe moins d’une seconde, mais elle est importante. Cruciale même, à en juger les diverses émotions chatoyant un instant sur mon visage. Pour le coup, elles, c’est la rivalité à mort. Lèvres entre dégoût et ire et déception. Mais yeux brillants comme un enfant. J’pense qu’il pourrait être Legilimens, il comprendrait que dalle.

Mais j’aime qu’on pose les mots, sans détour. Larbin. C’était exactement ce que j’étais devenue. On me filait encore moins de responsabilités que quand j’étais partisane Merlin ! Un peu comme si me masquer était, à leurs yeux, une sanction, quand je l’avais vu délivrance. Le moyen de me mettre dans une position où je ne pouvais dire non sans risquer la prison. Car la majorité connaissait mon nom, quand j’étais pas foutue capable de savoir avec qui je baisais.
- Je suis venue rompre le secret magique, p*tain. J’ai tout plaqué pour cette vie. Pas pour rester à l’abri et compter les pavés à l’arrière.
Ma baguette pétait des étincelles, mes narines fumaient. Comme si je me battais pour un Sens, sans qu’on me permette de le servir. Et préférait m’asservir.
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 39, le  Lun 6 Juin 2016 - 23:15

Ouais, bon, elle en avait marre. Sa réponse était sans équivoque. Oui, vous connaissiez ce mot là, même si je dois bien l’avouer, cette réflexion tenait plutôt de la narratrice que du personnage. Car vous, dans votre tête, tout allait plus simplement. Plutôt de l’ordre du « Elle y va pas par quat’ chemins ». Mais en substance, l’idée était la même n’est-ce pas ? Mais oui, admettons, vous êtes d’accord.

Un nouveau sourire passa sur vos lèvres. Un sourire fier. Parce que cette recrue était presque entièrement de votre fait, même si tous les autres avaient dû donner leur accord. Vous étiez fier de la voir évoluer parmi vos rangs, fier de l’entraîner, fier de la voir réagir, et fier aujourd’hui de l’entendre vous révéler de telles choses. Elle se sentait déçue, peut-être même se demandait-elle pour quelle raison elle avait dû faire tous les sacrifices auxquels elle avait consenti.

- Tu tiens sacrément bien la porte pourtant…

Un petit rire, ironique cette fois-ci. Encore un peu de provocation, mais vos sentiments à son égard étaient bien différents. Même si votre différence d’âge ne le permettait pas, vous vous sentiez comme un père ayant donné naissance à quelque créature machiavélique. Quoique l’être face à vous était loin du Frankenstein répugnant que les moldus aimaient à s’imaginer. Vous qui aviez été immergé de nombreuses années dans leur milieu le saviez. Ce qui n’était pas très courant pour quelqu’un arborant le masque, mais il fallait bien que les Mangemorts trouvent de quoi se renouveler.

Vous vous permettiez un nouveau pas vers elle, dans le but de lui poser une main sur l’épaule. Une main encourageante, une main de mentor. Cette main qui la guiderait et la pousserait sur la voie de la révélation du Secret Magique. Vos yeux, pour une fois vos vrais yeux, derrière le masque, devaient briller d’une étincelle de fierté. Vous oubliiez un instant la peur que vous ressentiez à l’idée de ce que vous alliez faire et vous vous autorisiez une dernière remarque.

- Chez nous, les liens sont importants. N’oublie ni ton matricule, ni qui t’a instruit, ni pourquoi tu es parmi nous. Je peux compter sur toi ?
Mangemort 87
Mangemort 87
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 87, le  Lun 6 Juin 2016 - 23:17

Je m’étais trompée. Encore. J’avais réellement cru pouvoir lui parler, coeur à coeur, non, les coeurs brûlaient pareils aux saucisses ; mettons plutôt, lui parler baguette à baguette. Longtemps que je m’y étais pas risquée, en vérité. J’aurais dû continuer de lui parler sous le mensonge -mon habit de prédilection dès l’enfance. En tant que mensonge, et non que masque, quoique les deux s’apparentent quelques nuits. Je hais ceux qui considère que le masque est faux. Que nous nous y dissimulons. Nous n’enfilons pas notre masque comme des acteurs, mais plutôt comme des danseurs.

Nous connaissons le canevas principal, et improvisons au-delà. Le masque est moins couverture qu’assurance de ne mettre en péril nos convictions et les nôtres. Le masque est protection, est liberté, est expression. Alors pourquoi me sentais-je encore si prisonnière ? Je ne m’estimais pas manipulée. On m’avait, dès les premières rencontres, enseigné la brutalité de certains ressortissants de l’Ordre. Cicatrices et meurtres coulaient le long de leurs pas, et ils nous rangeaient tantôt à leur côté, tantôt à l’opposé. Certains demeuraient plus imprévisibles encore, tiquant pour un mot pour un doigt. Mais je m’en accommodais, m’affirmais leur bras droit, ou -si la place était prise- oeil droit. Je voulais persévérer, allonger mes talents pour leur sillage, leur ouvrage.

Faire voler le secret d’un pernicieux coup de coutelas.
Et lui, lui me raillait, déjà la susceptibilité me gagnait, il évoquait encore mon côté larbin, et c’était le mot, oui !
Mot qui me dépitait. Car il m’enfermait dans une inutilité, quand serviable j’aurais pu être, plus encore si l’on me laissait une chance. J’avais la rage d’exister, et nos idées communes étaient mon fil rouge. La pensée qu’on puisse me les prendre, m’éloigner de leurs sombres costumes, me troublait d’avance ; comme si une pluie de sang crépitait contre mon crâne. Son rire me fut, un instant, cellule, et l’envie de le buter revint au galop. L’ire dansait entre mes dents, jusqu’à ce que mon interlocuteur prenne un pas vers moi.

Je crois que plus encore que Six Sept avait su le faire, c’est Tremblement qui sut me prendre de court. Sa main sur mon épaule fut d’abord impossible de compréhension. C’était quoi dans ses yeux ? De la malice ? Compassion ? Non, c’était plus étincelant, ça ressemblait presque à... un père appréciant la progression de son enfant ? Etait-il fier de ce qu’il avait fait de moi ? Oh par tous les soix-saints-e-dix, où allions-nous ? Il parla, et les mots résonnaient trois fois. Ecoute, compréhension, anticipation. Comme des échos courant les grottes de mes oreilles. Il disait l’importance des liens. Il disait l’importance de notre lien.

Si mon mentor pouvait compter sur moi ? Question bizarre. Il faisait bien de pas demander à mes proches, qui m’auraient démentie. Ce n’était pas que je les trahissais, pis d’ailleurs j’avais beau les trahir d’autres auraient dit que je veillais plus flottante seulement ; c’était, en somme, que je me fiais plus aux idées qu’aux gens. Mais finalement, ce choix hérissait un manque au plus profond de mon être. Pour être véritablement des leurs, je devais reconnaitre, au fond de mon coeur, qu’il était des êtres supérieurs à mes pensées. Et de tous mes compagnons d’armes, qui méritait plus que lui pareil serment ? Qui l’inspirait avec plus d’acuité ?

Je songeais à nos plus révolutionnaires rencontres. Révolutionnaires au sens propre ; elles avaient chamboulé mon existence. D’explosions, décisions, formations. Oui. A lui, je pouvais le dire. Et pire, le penser.
Aussi étranges que pouvaient sonner les mots en mes lèvres, ils coulèrent, drus et vrais.
Quoiqu’il advienne. Je me sentais comme vulnérable à l’idée d’assurer pareille chose, mais si ce n’était à lui, auprès de qui pourrais-je jamais m’engager ? Qui saurait me comprendre ? Redoutant un peu le cérémonieux de la scène, je marmonnais un « Ça fait beaucoup ‘trop pour le meilleur ou pour le pire’, b*rdel, on va plutôt dire oui, key ? ».

Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 39, le  Lun 6 Juin 2016 - 23:19

Un battement de cœur. Puis un deuxième. Et encore un troisième. Comme des gongs annonçant une réponse. Cette réponse qui ne venait toujours pas. Cette réponse qui se faisait attendre. Un instant vous aviez peur d’être allé trop loin. Non pas dans ce que vous lui demandiez mais dans ce que vous lui aviez fait subir. Être le larbin de service n’était jamais plaisant et vous vous étiez rué sur elle comme pour vous débarrasser de cette tâche qui vous incombait. Vous, vous aviez connu le visage de votre mentor dès le début, et vous aviez mal pris le fait d’être instruit par un gosse. Mais elle, comment prendrait-elle le fait d’être instruite par un nul ?

Un nul sans masque et un Traumatisme avec. Trente-Neuf, la Trempe Neuve qu’il manquait à l’Ordre pour bouger un peu plus vite, un peu plus loin. Mais vous verrait-elle encore ainsi après que vous ayez osé retirer votre masque ? Le quatrième battement de cœur accompagnait toutes ces questions. Le cinquième sonna comme un glas funèbre. Elle n’allait pas répondre. Et vous ne feriez pas ce que vous aviez prévu. Peut-être était-ce mieux ainsi.

Votre sourire faillit disparaître un instant, tandis que votre main s’apprêtait à retomber mollement le long de votre corps. Vous sentiez déjà votre prise s’affaiblir, la déception emplissant votre âme et votre corps. Vous escomptiez gagner un peu de respect en prenant en charge partie ou plus de sa formation. C’était manqué.

C’est le sixième battement de cœur qui vous redonna un nouveau souffle, tandis que la réponse franchissait ses lèvres. Un éclat de rire sortit même de votre gorge. Pas de mariage non, c’était clair et net. Bordel ce que vous pouviez apprécier sa manière de penser. Et elle ajouta un oui. Un simple oui. Clair, net et précis. Elle vous accordait sa confiance. Votre cœur bondit dans votre poitrine et rattrapa les six premiers battements ralentis. Tant de plaisir et de doute d’un seul coup.

- T’es juste mariée à ton masque, pas à moi t’en fais pas.

Une petite phrase pour reprendre contenance. Car déjà, vous faisiez un pas en arrière ; comme si ce simple pas pouvait vous mettre dans la pénombre. Vous préserver du regard qu’elle allait porter sur vous. Vous ne souhaitiez pas apercevoir sa mine dégoûtée. Tout de suite, là, maintenant, vous aviez simplement envie de partir en courant. Ou de lui offrir un « Bon bah c’est cool, boujoux bien hein ! ». Mais c’était précisément pour ce genre d’attitude que vous aviez revêtu le masque. Alors que vous le portiez, vous ne pouviez vous permettre ce genre de lâcheté. Alors, après avoir pris une lourde inspiration, vous débutiez ce discours si longuement préparé.

- A partir de maintenant, ta formation est terminée. Tu es matricule 87, égale à chacun de nous autre, et sous les ordres du Seigneur des Ténèbres. Et pour te prouver la confiance que je place en toi, il est temps que je relève mon masque.

Nouvelle inspiration après ce discours solennel. Vous expiriez aussi bien évidemment, mais pas de manière audible. N’allez pas me faire dire que vous faisais simplement prendre l’air, car il ne sortait pas magiquement de votre corps. Soit, chut, taisez-vous et arrêtez de me faire délirer, car il était temps pour vous de passer à l’acte. Votre main droite se rendit vers le côté gauche de votre masque et le retira avec tant d’anxiété qu’elle n’y mit aucune délicatesse. Vous le jetiez au sol, puis baissiez la tête, vous sentant vulnérable. Sous le jugement de la Lune, vous offriez votre pire visage à votre interlocutrice. Le vôtre.
Mangemort 87
Mangemort 87
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 87, le  Lun 6 Juin 2016 - 23:19

La déception barra les traits de son visage ; comme une ombre, un voile, dansant entre ses yeux. Elle fut prompte à disparaître, et ses lèvres me firent ricaner. Une part de moi s’amusa à constater les similarités de nos raisonnements ; lui aussi préférait cacher toute vulnérabilité sous le couvert de l’humour. Moins piquant que d’ordinaire, sans doute, plus poétique, il m’étonna et me plut assez. Mariée au masque. C’était probablement le seul cadre où je ne voyais nul divorce. S’installa pourtant un silence presque gênant. Mi maladroit, mi solennel, mi anxieux. J’savais pas tellement qu’en penser. Super, j’avais donné ma parole, et du poids à celle-ci, et c’était... tout ? Fini ? Déjà ?

Ok, il était donc comme les autres. Et bam, à peine que je jugeais à bâbord il virait de bord, me proclamait son égale -leur égale- sous les ordres de notre Seigneur. Je crois que j’ai failli sautiller, bondir, l’embrasser, un truc comme ça. Un peu comme si je savais juste pas exprimer ma gratitude, car j’étais pas habituée. Je savais pas trop s’il mesurait l’importance de ses mots, mais ils restaient comme gravés en moi. Egale. A nouveau, le silence. Mais il donnait peut-être plus de sens au mot. Egale. J’étais, officiellement, l’une des leurs. A partir de ce jour, j’en étais une, à 394%. Il poussa notre égalité à son paroxysme.

Il connaissait mon nom, et sa main, croisant son masque, frôlant ses cheveux, instant en suspension, allait permettre la réciproque. L’ombre nous enveloppait, un silence de marbre, de ces instants si intenses qu’on croit les voir danser en boucle sur des photographies plus que les vivre. Car l’on sait déjà que notre cerveau va les imprimer d’une manière à nulle autre pareille. Cela ne manqua pas. Je pensais pas pouvoir dépasser le degré de surprise déjà atteint, et il me contraignit à démentir.
- Je...

Sous mes yeux s’étalait le visage de l’homme que je respectais le plus au monde.
Sous mes yeux s’étalait le visage de l’homme que je méprisais à chaque seconde.

Je le connaissais dès longtemps, et les vas-et-viens de nos rencontres m’avaient amenée à me le peindre comme une relative bouse de dragon. C’était juste pas possible. C’était pas lui. J’avais déjà vu qu’il pouvait prendre mille et un visages, à notre entrainement. Celui-ci n’en était qu’un nouveau. Non ? NON ? Pourquoi restait-il la tête baissée ? Comme refusant de s’admettre qu’il s’était ainsi mis à nu devant moi ? Au fond, je savais. Il était totalement conscient que je l’exécrais, et de toutes les apprenties, il était le plus mal loti. Oh b*rdel. Mes yeux secouaient la tête. C’était quand même un peu plus compliqué que ça.

En fait, j’avais aussi connaissance de ses talents. J’avais juste une fâcheuse tendance à les rabaisser. Il faisait des choses que peu de sorciers maitrisaient, et me l’avait par le passé prouvé, mais je l’avais retourné contre lui et contrains aux humiliations successives. Il était patient, au fond. Plus que je n’aurais pu l’être avec moi même. Et la façon dont il ne parvenait à s’assumer alors qu’il m’avait impressionnée lors de certains de nos échanges était presque touchante. Je voyais deux sorciers des plus opposés se fondre en un seul, et si je m’en étonnais, m’en voulais aussi beaucoup.

J’étais venue, comme un chien, mendier reconnaissance, confiance, quand j’avais toujours jugé autrui. Ce n’était -pas de panique- pas voué à changer du jour au lendemain, mais pour lui, il était temps de me risquer à lui donner une seconde chance. Il m’offrait sa confiance ; il fallait lui donner la mienne. Improbable échange. Le champ rugissait entre les brises adverses, projection sans doute de mon esprit. Trente Neuf m’avait appris beaucoup, mais sa plus belle leçon était sans doute que tout masqué est faillible. Tout Mangemort est un être humain. Je hochais la tête, plus lentement que je l’aurais voulu, mais les émotions contrastées ralentissaient l’espace temps.
- Merci.
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Mangemort 39, le  Lun 6 Juin 2016 - 23:20

Point de « vous » pour cet épisode de ma vie, car sans le masque je ne le méritais pas. Le visage découvert, je baissais la tête et les yeux pour fixer mes pieds. Pieds, jambes, cuisses, ou brins d’herbe, peu importait tant que je ne voyais pas son visage. J’entendais déjà ce qu’elle s’apprêtait à dire. Un « Je » à peine commencé et déjà terminé. Comme si mon visage avait ôté tout le piquant de ses paroles.

Plus d’ironie, aucune moquerie, seul un silence oppressant dans le noir de la nuit. J’avais l’impression de subir le Jugement Dernier, d’attendre que le couperet tombe. Et la tête baissée de cette façon, il aurait été aisé de me trancher le cou. Bizarre comme un masque pouvait faire la différence. Car avec, je me sentais invulnérable, apte à être son instructeur, apte à me battre et à défendre mes idées. Et sans j’étais… Le petit membre du personnel à l’humeur changeante, que les élèves tutoyaient sans peine, et qui n’avait évidemment rien d’impressionnant.

A part mon résultat à la Coupe de Duels, j’étais constamment sous-estimé. Cette nuit il s’agissait de confronter les deux parts de mon être et de les lui offrir. Il semblait cependant que le chemin était difficile pour elle. Sans doute n’avait-elle pas tout à fait la lumière à tous les étages, ce qui n’améliorait pas le temps de compréhension d’une telle chose, mais j’avais espéré une réaction plus prompte. Plus franche. Plus impulsive aussi peut-être.

Finalement c’était cela qui me minait le plus. J’aurais pu faire face à un lancer de chaussure, à un sortilège cruel, à une insulte de taille. J’aurais pu faire face à toute sorte de maltraitance, à une réaction révoltante et révoltée. Je m’étais préparé à tout. Sauf à ce qu’elle ne dise rien. Et ne rien dire était comme ne pas avoir droit à la pensée d’autrui. Comme si mon acte ne changeait rien, comme s’il n’y avait justement rien à commenter. Comme si c’était normal.

Puis enfin, après trente-neuf secondes qui auraient tout aussi bien pu être trente-neuf heures, un son sortit de sa bouche. Je l’entendis à peine. Comme s’il était trop incroyable pour avoir le droit de pénétrer mes oreilles. Mais il s’y infiltra. Il pénétra mon esprit, imprégna mon cerveau, et lorsqu’enfin la lumière se fit sur sa signification, je relevais la tête.



Vous releviez la tête. Car ce n’était plus l’être chétif qui s’était permis de baisser les yeux devant celle qu’il avait formée. C’était vous, Trente-Neuf, avec ou sans masque. Car ce simple mot, ce merci à peine prononcé, indiquait qu’elle vous acceptait quelque soit l’état de votre visage. Masqué ou non. Transformé ou non. Maquillé ou non. Quelque soit votre sexe. Féminin, masculin ou indéterminé. Quelque soit la couleur de peau que vous choisissiez d’arborer. Seul comptait pour elle le matricule que vous portiez.

Cela vous semblait presque être une troisième naissance. Votre deuxième ayant été simplement votre marquage. Et à présent que vos deux vous ne faisaient plus qu’un, vous sembliez trouver la vraie voie. Le masque n’était plus celui qui gisait au sol mais votre visage de tous les jours, votre emploi. Il s’agissait du masque au vu au su de la communauté Magique, celui qu’on vous imposait de porter. Les Mangemorts n’étaient qu’un moyen de vous offrir votre réel visage.
Brusquement vous vous rendiez compte de l’impact que pouvait avoir un entraînement sur votre personne. Alors que vous contribuiez à changer la vie de la personne en face de vous, de cette petite 87 si motivée, vous changiez la vôtre aussi.

Un sourire presque timide se dessina sur votre visage tandis que vous osiez enfin croiser son regard. Alors que c’était elle qui aurait dû vous remercier pour le temps que vous lui aviez accordé, vous lui étiez reconnaissant de sa réaction. Et votre visage, pourtant habituellement si inexpressif, le laissa apercevoir. Si le clair de Lune était assez clément pour le dévoiler à votre interlocutrice. Car l’expression ne resta pas bien longtemps. Vous repreniez un visage dur, celui que vous adopteriez si votre masque était toujours posé sur votre visage. La séquence émotions était terminée.

- File. Il est temps pour toi de voler de tes propres ailes.
Contenu sponsorisé

Quand la magie noire s'exprime... - Page 6 Empty
Re: Quand la magie noire s'exprime...
Contenu sponsorisé, le  

Page 6 sur 10

 Quand la magie noire s'exprime...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.