AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 5 sur 8
Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Daegan Harltøfsen
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Daegan Harltøfsen, Mer 5 Juil - 16:21


Le vent nous portera..

« Hello le viking ! - Ah bah enfin ! J'ai cru que t'avais trouvé mieux à faire. » Un large sourire vient étirer les lèvres du jeune homme alors qu'il échangeait une bise chaleureuse avec la nouvelle venue. Elle était belle, une beauté froide. Il évitait de trop attarder son regard sur les traits de son visage, il se ferait démasquer. En général, le norvégien était très direct sur sa façon de penser ou ses sentiments. Néanmoins, il fallait avouer que la peur de faire fuir la brune prenait le dessus sur son honnêteté. On n'est pas sois-même lorsqu'on veut plaire à quelqu'un. A tort ou à raison. Il tire une nouvelle fois sur sa cigarette trafiquée, l'odeur se répand dans la cabane hurlante. Elle parfume le vieux bois humide. On dit souvent qu'un lieu est un témoin éternel. De quoi cet endroit est-il témoin depuis tant d'année ? Daegan était même fière de contribuer, à son échelle, à l'histoire de cet endroit. Lui aussi, il avait des secrets ici, des moments passés à l'abri des regards. Nouvelle taff, il expire lentement, il frissonne. Il ne sait pas si c'est à cause de ce qu'il respire ou si c'est à cause de la femme assise à côté de lui dont le corps frôle le sien. « C'est toi le chat ! - Hein ? » Trop tard, elle s'enfuit déjà. Les yeux enfantins du bonhomme s'illumine d'une lueur malicieuse. Sans scrupule il jette la cigarette pas encore terminée. Il se lève et se lance à la poursuite de sa proie, tel le chat qu'elle désire qu'il soit.

La maison n'est pas très grande, à l'époque elle devait ressembler à n'importe qu'elle maison banale : un salon, une chambre avec un lit à baldaquin, une petite salle de bain, un placard à balais.. Des gens ont vécu ici. Mais le norvégien n'avait pas le temps d'imaginer l'ancienne vie de cette bâtisse, l'ombre féminine qui lui échappait lui importait bien plus. Où était-elle ? Elle s'était cachée ? Non, il venait de l'entendre courir. « Caches toi, t'as raison de me craindre. » Provocation, il voulait qu'elle l'affronte directement. Il se précipita vers la chambre d'où le bruit émanait. Personne. C'était une ombre cette femme. C'était certainement pour ça qu'il pensait autant à elle, elle le poursuivait autant qu'elle lui échappait. Comme en cet instant précis. Il quitta la chambre et marcha à pas de loup, elle se trahirait.. CRAC. Le plancher qui hurle lorsqu'on lui marche dessus. Elle était tout près. Alhena passa juste devant lui en courant, à quelques mètres, il s'élança alors et saisi sa chance. Tendit son bras pour attraper celui de la brune. On pouvait dire ce qu'on voulait sur la force de caractère de la serpentard, Daegan restait le plus fort physiologiquement parlant. C'est donc sans mal qu'il tira le bras féminin pour la ramener à lui.

De son autre main, il saisit l'autre biceps maigre de la jeune adulte. Le regard malicieux et victorieux du norvégien narguait Alhena. Les pupilles masculines s'ancrèrent dans celles de la perdante. Un sourire narquois prit place au coin des lèvres de Dae'. Il la dominait de sa hauteur et de sa carrure, c'était presque jouissif. « La prochaine fois choisi un jeu où tu es sûr de gagner. » Ça aurait du être narguant, mais ça n'avait été qu'un chuchotement. Presque comme un secret, une invitation provocante. Il y avait bien des jeux où le brun au regard de glace pouvait se perdre. Il y avait bien des parties qu'Alhena pouvait gagner. Ils étaient des enfants que le temps rattrapait.
Les yeux trop clairs dérapent pour épouser les lèvres féminine. Ce n'est pas un regard d'enfant, la malice avait disparu. L'homme rend sa liberté aux bras frêles et fais l'effort de relever ses pupilles vers celles de son amie. Une brûlante passion l'habitait, celle qui causait la perte des Hommes disait son grand père. Alhena causerait-elle sa perte ? Qu'elle le fasse, il n'en avait pas peur. Il se sentait même attiré par cette dangereuse énigme. Un sourire reprit finalement place sur les lèvres du norvégien. « C'est à moi du coup, j'me cache et tu dois me trouver. Mais tu comptes jusqu'à 50 ! J'suis grand, j'ai besoin de temps. » Sans attendre, il la força à se retourner face au mur pour lui imposer le comptage. Un baiser volé contre la peau fragile de son cou, presque comme s'il en avait le droit alors que ce n'était qu'une infime solution pour satisfaire sa frustration, et Daegan se dirigea vers la cuisine de la maison pour trouver une cachette.

Il aimait ces jeux, il aimait ce temps perdu à être naïf, il aimait cette gamine.
Soudain, une douloureuse évidence.
Le vent l'emportera.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Alhena Peverell, Ven 28 Juil - 18:51


Cela commence toujours comme ça. Par un jeu du chat et de la souris. Une folle course contre le temps, qu'on ne peut pas arrêter. Parce qu'après le premier baiser, la longue liste va se réaliser sans jamais se stopper.

1.
Leurs lèvres se trouveront. Leurs yeux se chercheront. Plus jamais ils ne penseront au reste du monde. Il n'y aura qu'eux.
2.
Elle passera lentement sa main dans sa chevelure, il la regarda comme si elle était la chose la plus précieuse sur terre.
3.
Ils ne voudront plus se lâcher parce que le goût de la peau de l'autre sera bien trop délicieuse.
4.
Ils succomberont à la folie et la passion, parce que la vie sera bien trop exquise puisqu'elle sera vécue à l'excès.
5.
Ils continueront de rigoler et de jouer.
6.
Ils danseront sans se préoccuper du reste. Seuls eux compteront désormais.
7.
Pour la première fois elle aura confiance en un homme qui tiendra ses promesses.
8.
Pour la première fois il aura confiance en une femme qui ne tiendra pas ses promesses.
9.
On croira alors à un conte de fées salors que les ombres s'avancent doucement vers eux.
10.
Ils les repousseront autant que possible avec des baisers, des regards.
11.
Cela marchera un temps, mais ça aura l'aspect d'une simple illusion.
12.
Ils fuiront l'avenir, les projets, se disant qu'ils ont toute une vie pour y penser.
13.
Mais ils ne comprendront pas que dans quelques années, ils ne pourront même plus se regarder sans avoir envie de se tuer.
14.
Et alors qu'ils vivront dans l'ignorance, elle posera sa tête contre son torse.
15.
Il profitera de sa présence autant qu'il pourra.
16.
Elle se délectera des secondes passées à être l'éternel désir.
17.
Ils se possèderont, ils auront des crises. Rien ne sera tout blanc.
18.
Mais ils aimeront ça, parce que cela prouve à quel point ils ne sont rien sans l'autre.
19.
Alors il glissera sa main dans la sienne, en espérant qu'un jour celle-ci porte une bague qui confirme le tout.
20.
Il commencera à bâtir une idée d'un futur avec elle.
21.
Elle commencera à s'éloigner sans qu'il le remarque.
22.
Les chemins se détacheront alors qu'ils tentent de s'accrocher à l'autre.
23.
Les soupires laisseront place aux insomnies.
24.
Les vérités aux mensonges.
25.
Les moments de complicité aux absences.
26.
Puis tout reviendra dans l'ordre.
27.
Ils remettront la cruelle haine à plus tard.
28.
Mais les jours et les heures passeront et l'inévitable arrivera.
29.
Un matin, elle rentrera à la maison et trouvera ses enfants endormis dans leur lit.
30.
Elle se posera des questions sur ses peurs.
31.
Ses angoisses la rongeront, elle aura l'impression d'être enfermée dans une foutue cage dorée.
32.
Elle se retournera sans cesse, elle prendra une décision sans penser à ceux qui restent.
33.
Elle préparera ses affaires avant de se rendre chez lui.
34.
Elle touchera une dernière fois son visage. Embrassera une dernière fois ses lèvres. Passera une dernière nuit à ses côtés.
35.
Elle sera tombée amoureuse et choisira de ne pas le rester.
36.
Elle se lèvera, le regardera. Elle se demandera comment il va réagir.
37.
Elle fermera les yeux un instant. Elle imaginera un autre avenir.
38.
Elle y verra une famille, des rires et une passion infinie.
39.
Il y a une fin heureuse qui se dessinera et ça lui fait plaisir. Peut-être même que dans l'avenir, elle donnera tout pour avoir un futur comme cela.
40.
Mais non. Elle basculera dans la réalité et elle se rendra compte qu'elle est effrayée par le bonheur. Parce qu'elle aura toujours peur de l'inconnu. Alors elle préféra tout gâcher, parce que ce sera plus facile.  
41.
Elle passera une main dans ses cheveux, elle l'aimera encore un instant.
42.
Elle s'habillera lentement et cherchera de quoi écrire.
43.
Ses mots circuleront sur le papier. Ils poignarderont chacune des parcelles de leur relation.
44.
Elle la relira et des gouttelettes d'eau dévaleront leur chemin
45.
Elle se résoudra à ne pas laisser cette lettre et l'emportera avec elle, laissant le silence se faire.
46.
Leurs rêves mourront alors sans que personne ne puisse dire quelque chose.
47.
Elle le regardera une dernière fois, assise au bord du lit. Le visage rongé par les doutes.  
48.
Elle partira sans prévenir, pour revenir des années après.
49.
Il lui en voudra jusqu'à la mort.  
50.
Ils se haïront jusqu'à se faire frémir à l'excès.

Elle part le retrouver.


Tu sais, personne n'a dit que c'était à ces jeux-là que je voulais gagner.

Le froid envahit leur maison et les fenêtres explosent.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Ellana Lyan, Lun 23 Oct - 6:49


Quand l'alcool trompe le coeur
Pv Arty le faux gentil
Folieuh

Explosion enflammée au creux du ventre, le monde tourne __ il fait si chaud. un pas maladroit, un autre
je chancelle dans cette impression de marcher sur un fil
I'm gonna drown in my mistakes les yeux ouverts, les yeux fermés
un faux pas puis des étoiles de couleurs qui brillent filant devant mon regard dans une allure folle
j'avance comme je peux alors que le monde semble se refermer sur moi où suis-je ?

le cœur qui bat   plus follement   plus ardent
dans la tête les images éclatantes comme presque irréelles des souvenirs qui planent
les verres qui se succèdent, se vident, se remplacent
je perds pied, raison, seule la peur reste là collé contre ma poitrine et sous ma chair je la sent à chacun des battements
le sourire angélique sur les lèvres étirées, une façade, un masque, une poupée
je ne tiens plus les fils, perdue dans une autre éternité  
And I just can't sink any lower

il fait froid
mais j'ai l'impression d'être en feu
il fait chaud
et pourtant un vent glacé soulève mes mèches incolores
il fait nuit
quand un feu d'artifice éclate dans ma tête
il fait jour
alors que je ne vois pas à deux pas

folie. .folie
les convenances se perdent et je tourne
petite danseuse devant moi les doigts écartés, l'âme en joie
un rire au étoile ou à la vie
dans mes veines le gout de l'alcool
entre mes lèvres gercées
et sous ma langue pâteuse

s'accrocher, oublier je ne sens plus rien
où suis-je ? qu'importe je vis
et se sentir libérée de ce poids continuel sur le dos
épaules allégée, je suis prête à m'envoler
les éclats de bonheur se perdent au loin
I dug a hole so deep
I'm gonna drown in my mistakes


.je suis seule mais autour de moi c'est fête
.je suis seule mais l'on me prend par la main
.je suis seule mais les voix résonnent encore à mes oreilles
__ je suis seule mais plusieurs à l'intérieur

étoile filante, courir, briller, être
survivre, s'enfuir et exister
je sens l’adrénaline qui m'emporte dans ses bras
oublie la différence entre paupières closent,
yeux ouverts

cette nuit je suis une oiseau, une image, un mirage
j'avance sur un fil invisible duquel je ne risque plus de tomber
la tête tourne mais le monde est si beau à l'envers
I got the devil on my shoulder
claquement sec, les ciseaux tranchent le fil
ai-je perdu ? ou pour la première fois gagné ?

une porte, poussée, plus de peur oubliée
poussière, je tousse, je ris - haussement d'épaule -
And I just can't sink any lower je vis
un souvenir, j'efface, titube, me rattrape
And I just can't sink any lower respirer
d'une main tendue prête à toucher le ciel
And I just can't sink any lower infini
il n'y a rien, que moi, et eux
les lumières, les bruits, le vent, les battements
et ma folie...

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Arty Wildsmith, Lun 23 Oct - 23:24


C’est marrant les rainures du parquet sale, surtout quand on a le sang qui bouillonne, qui coule trop vite et qui surchauffe. En plus les bêbêtes gigotent, sont dérangées dans leur chez-soi, elles n’ont pas trop l’habitude d’une présence humaine et elles n’aiment pas ça. Surtout les scarabées, c’est pas très partageur ni hospitalier un scarabée, faut le savoir. Il se dit qu’il ne devrait pas être allongé là, que ce n’est pas une excellente idée dans cette maison hantée, abandonnée, en ruines. Mais il s’en fiche, pas que ça à penser. Parce qu’en réalité, c’était un peu pour ça qu’il s’était mis dans cet état, c’était pas souvent, mais là, il avait tout bu, comme ça, sans réfléchir, pour ne pas avoir à penser justement.
Il a comme l’impression qu’il ne pourrait jamais se relever, c’était un mauvais de choix que de se poser tête contre sol ainsi, il aurait dû savoir que le retour sur les pieds allait être difficile.

Mais alors qu’il observe aussi le plafond il entend du mouvement, plus loin, près de la porte d’entrée. D’ordinaire il aurait sursauté, tressailli, paniqué. Là non, légèrement il tourne la tête vers l’origine et se demande. Il écoute, comprend qu’il n’y a qu’une personne, visiblement amusée. Le Blaireautin parvient finalement à se relever un peu, tout doucement. Il attend quelque chose, un signe distinctif mais rien ne vient. Alors il se met sur ses deux pieds, lève les bras, émet un « Wow » pour tenter de se rattraper aux mots qui s’échapperaient. Il marche en titubant, tête qui tourne et décor beaucoup moins horripilant qu’à son arrivée, pour atteindre avec grand succès ce qui semblait être un jour le hall de cette maison hantée. Prendre garde à bien mettre un pied devant l’autre, s’accrocher, se tenir aux murs qui l’entourent. Il rit lui aussi, semble accompagner la voix de l’inconnu.e qui résonne dans la Cabane Hurlante.

Puis il la voit. Il se fige, arque un sourcil, hésite. Il devrait peut-être resté tapi, caché, ne pas se montrer et attendre. Ou alors lever sa baguette, la braquer sur la Serpentard, ce ne serait pas la première fois, peut-être qu’il finirait par y arriver. Mais non. Il se contente d’approcher de la blonde. Il s’étire, totalement prêt à une éventuelle confrontation. Malgré tout, il affiche un grand sourire, on ne sait pas d’où il sort, sûrement du liquide qui le rend plus enthousiaste que d’habitude. Il devrait peut-être essayer d’avoir l’alcool triste, mais impossible. Ça exacerbe le caractère originel ce genre de trucs.
Il la regarde, la toise.

« C’est trompeur. T’as les cheveux qui brillent. Tu devrais pas, t’es pas une fée. »

Et il ne le savait que trop bien. Elle avait tous les atouts d’une non-fée. Mais là ce soir, avec sa vision floue, il avait aussi l’impression que ses cheveux volaient, un peu, électriques. Il se demande pourquoi elle semble étinceler, elle ne devrait pas, ce n’était pas son genre. Malgré tout il se dit, que peut-être, il n’était pas le seul à avoir gonflé son courage avec de la boisson lumineuse. C’était beaucoup plus cohérent que l’idée qu’elle soit devenue une fée.
Il tente de monopoliser toutes les images qu’il a de la Préfète, les souvenirs, les flashs, les émotions, mais rien. Absolument rien ne lui revient, complètement décalé par rapport au Poufsouffle qu’il était normalement.
Alors il finit par hausser les épaules, tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Ellana Lyan, Mar 24 Oct - 18:44


Encore pour quelques instants dans la gorge, le gout amer__ le goût sucré et contre le cœur une interrogation devenue en quelques secondes un million, se sourire qui ne quitte plus même quand un bruit retenti, quand une nouvelle présence ne s'agite dans un coin d'ombre illuminé des jolies couleurs, elles dansent devant mes yeux comme un arc en ciel puis explosent et se répandent à chaque coins de la pièce, c'est un cycle continu, une boucle infernale au centre de laquelle je me prends la tête entre les doigts tremblants mais aujourd'hui la prise est plus forte, assurée et les doigts ont cessé leurs faiblesses
promesse, devant son visage sans haine, je crois à une chance comme un échappatoire
et sur ses lèvres le même sourire et dans son cœur le même soupire ? les sentiments un peu brouillés comme une feuille de papier chiffonnée

sentant cette joie de vie, réveillant doucement mon envie
et l'oubli alors que peu à peu les visages s’effacent, se superposent
détachée, les fils autour de mes doigts changent de couleur, je ne sais plus
ce que je fais là, ce que j'aurais du faire, ce que je désire

un pas, une mèche de cheveux entre mes doigts
drôle d'utopie, les yeux plissés je vois le pâle halo autour de moi, de lui comme un aura
peut-être que cette nuit je suis une fée ? un murmure sans trop y croire
posant un pied devant l'autre en essayant de garder la tête droite
s’agrippant à la poussière du mobilier cassé pour ne pas tomber
un peu plus proche, encore et puis soudain le vide
les doigts se referment dans le néant et je chancelle

réflexe abîmé, je me rattrape à son épaule
les battements d'un cœur qui s’accélèrent
mais n'osant plus bouger
alors doucement un doigt se lève
venir tracer une étoile contre la douceur de sa joue
c'est un battement de travers qui change les doutes en certitudes

les yeux se ferment et quand ils s'ouvrent c'est un autre regard
des miroirs chargés d'une illusion d'amour
fuis moi je te suis il n'y a plus rien à présent
et la proximité infernale que je n'ose rompre
je ne te reconnais pas
le regard en bas, coupable, songeur
les couleurs défilent de plus en plus vite en un dégradé
__ de rouge de haine, de sang, d'amour

soudain j'oublie tout...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Arty Wildsmith, Mer 25 Oct - 17:14


L.A accordés pour tout le reste du RP. Ange

Il n’y croit pas. Il sait très bien qu’au fond ce n’est pas vrai, mensonge qui ne trouve pas d’accroche au fond de lui. Elle n’est pas une fée, ne le sera jamais, même pour un temps. Et pourtant, il se contente de dodeliner de la tête, comme si ce qu’elle venait de dire n’était pas une horreur, une ineptie qui n’avait rien à faire dans sa bouche à elle. Non ce soir il laisserait passer. Il était déçu de lui-même, pourquoi il ne trouvait pas l’énergie pour la provoquer, se venger, la venger, elle qui ne cessait de le hanter, même maintenant. Comme quoi il n’y arrivait absolument pas, garder une certaine contenance, en vouloir aux autres, le ressentiment. Alors qu’elle le méritait terriblement.
Elle s’accroche à lui dans un élan de chancellement, petite décharge électrique qui prend comme épicentre la main de la Préfète. Il entrevoit le geste qu’il aurait dû faire, la chasser, la repousser et lui hurler dessus. Mais il ne fait qu’entrapercevoir cette potentialité. Pas de retour.

Pire encore, son doigt contre sa joue. Pire réaction du monde, il déglutit, ça s’embrouille au fond de sa gorge. Au fond tout court. Il cligne des yeux tandis qu’il capte son regard à elle. C’était l’échange le plus étrange, surtout après leurs dernières rencontres. « Comment ça ? » A ses paroles à elle. Même s’il pouvait comprendre en réalité, lui non plus ne se reconnaissait absolument pas, beaucoup trop faible à cet instant, beaucoup trop je m’en foutiste du passé, du passif qu’ils avaient tous les deux. Un autre Arty, qu’il n’était pas sûr d’aimer tellement en réalité. Il a l’impression qu’elle se défile alors qu’elle regarde ailleurs, plus bas.
Il repousse son doigt, sa main mais la garde entre ses propres doigts, il ne la lâche pas, aucune agressivité, juste un contact doux qui le réchauffe davantage. Comme si le liquide brillant n’avait pas suffi à faire rougir ses joues, qu’il fallait toujours plus de chaleur, d’étincelles. Comme si c’était sa seule quête, son but ultime, faire prendre le feu.

Il serre doucement la main d’Ellana. « Pourquoi j’ai pas envie de t’arracher les yeux là ? » Véritable question existentielle. Toujours des interrogations, alors qu’il vivait sans penser aux conséquences, il ne pouvait s’empêcher de déposer autour de lui les fameux pourquoi. Complètement rhétoriques cela dit, n’attendant aucune réponse. Mais si là on devait en donner une. Sûrement parce que c’était un acte beaucoup violent pour lui, non pas qu’elle ne le méritait pas, mais lui était certainement incapable de faire pareille chose. Aussi parce que l’état alcoolisé n’aidait pas. Pourtant, il aurait pu amorcer un petit quelque chose, lever les yeux au ciel par exemple. Mais ses rétines restent là, accrochées à celles de la Serpentard.
Il passe sa main sur son visage, signe avant-coureur d’une bêtise, juste le temps d’enlever la réflexion déjà inexistante de son esprit. Chasser d’autres choses aussi, d’autres images et visages. Ils étaient beaucoup trop proches, il pourrait faire ne serait-ce qu'un pas en arrière, il était encore temps, marquer la distance, marquer le on verra plus tard. Mais ne surtout pas rester là, ne pas encourager les liens électriques qui commençaient à se tisser entre eux, juste pour cette soirée.

Mais le Blaireautin ne connaît pas le bon sens, j’ai beau lui crier de lâcher cette mimine et courir se cacher dans un placard de la Cabane, il n’écoute rien. Trop guidé par un flux de courage qui s’écoule, qui se retourne en lui et qui efface les moindres parcelles d’une quelconque animosité qui aurait pu l’habiter autrefois. Une quelconque culpabilité aussi. Alors il s’approche encore, si tant est que ce soit possible, dépose son front contre celui de la Vert & Argent. Proximité intime qu’il n’aurait pas voulue ni souhaitée dans un état normal, ordinaire. Mais ce n’est plus la peine de tenter de s’égosiller, de le raisonner, trop tard. On sent que ça gronde entre les deux, musique lancinante qui les entraîne sans qu’ils ne puissent rien y faire. Incapables de s’arrêter. « Je t’en voudrais toujours. » Manière de dire que tout ça ne changeait absolument rien, prétendre, faire semblant d’être toujours en colère quand tout son corps et ses gestes disaient le contraire. Parce que ce soir, le Poufsouffle était un bien mauvais comédien, ça ne lui arrivait pas souvent, c’était malheureux. Parce que malgré les paroles qu’il voulait dures, il ne pouvait réprimer l’espièglerie de son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Ellana Lyan, Lun 30 Oct - 10:58


Courant à ma perte sans ne plus me soucier de rien, le cerveaux embrumée des vapes d'alcool qui tourbillonne à l'intérieur comme des nuée de papillon de nuit un soir d'été, ailes fragiles qui deviennent mien, la poudre recouvre mes doigts et je ne suis plus capable de marcher__ nous voilà si proche à présent, mais pourquoi ne tente il pas de me repousser ? Mes ailes battant dans le vide d'une gouffre qui devrait contenir la réponse à mon interrogation mais seul le néant à mes pieds alors que je voudrais faire un pas en avant pour trouver les idées transformées en mots qui me laisseront comprendre le sens de cette flèche qui fille à toute vitesse en moi vers une destination encore inconnue qui ne me présage rien de bon ne me lâche pas cette envie que les lèvres ont soudainement envie de formuler et pourquoi ? Tant de visages, d'images je ne suis pas sage
il faut fuir, viens, rattraper la raison et s'envoler de ses bras qui rassure autant qu'empoisonnent, je suis perdue

sa main qui recule la mienne, je crois un instant être repoussée avant que ses doigts chauds ne restent fermés contre les mains qui de glacé passent soudain à brûlant en embrasant mes joues par la même occasion, des battements de cœur de plus en plus fort
la prise se resserre doucement tant dis qu'une deuxième question vient m'effleurer les tympans qui entendent tout comme de bien trop loin pour être prononcé par lui mais pourtant... Il y avait un courant électrique, du bout de mes doigts qui m’empêchait d'y voir clair, des étincelles d'argent ricochant contre les murs en écho aux paillettes de mes yeux un peu brouillé

des yeux qu'il faudrait peut-être fermer tu te perds dans tes promesses un murmure envolé sans regret alors qu'au sol je relève le visage pour trouver celui d'un ennemi qu'on pensait lui aussi juré la tête tourne - doux sourire - son front contre le mien, j'aurais aimé dire que cela avait été vite, que le bref échange n'avait même pas duré mais j'ai j'ai pu compter trois battements de cils en approchant mes lèvres des siennes, essayant de trouver un quelconque retour à la réalité
une main contre sa joue en une caresse présente peut-être uniquement pour renforcer le baiser

en moi comme une violente tempête au gout merveilleux
j'avais l'impression de sentir notre univers vibrer
parce que pour une fois il y avait un "nous" dans l'improbable
il était trop tard pour renoncer, trop tôt peut-être pour être désolée

les doigts qui passent dans ses cheveux avant de venir contre son cou
je ne contrôle plus le moindre de mes gestes alors que les flammes semblent me dévorer
un instant écartée comme pour reprendre son souffle et en un gémissement
je voudrais en être dégoutée

improbable réalité
impardonnable vérité
faudrait
s'enfuir, se lâcher
je voudrais
me perdre, aimer

simple marionnette qui ne contrôle plus rien
les yeux se ferment sur un probable lendemain
il n'y a déjà plus de refrain...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Arty Wildsmith, Mer 1 Nov - 0:25


Évidemment qu’il était loin de toutes ses promesses, ce soir particulièrement. Car s’il s’était déjà égaré avant, il pressentait que dans cette Cabane Hurlante, ce serait mille fois plus ravageur. Mais il accourt, ne s’arrête pas, et se jette tout entier dans la tentation. Irrécupérable. L’autre promesse aussi, celle qui est liée à cet incident qui n’en n’était pas un et qui impliquait une lame blanche, effrayante. Vraiment, c’était un autre qui se tenait sur le plancher mutilé. C’est que désormais il aimait vivre dangereusement. Tout bousculer à l’intérieur, ne pas délimiter les émotions qui remuent et se chamaillent. Au contraire, se laisser entièrement guider par celles-ci. Fripon pantin.
Puis il n’a plus le temps de réfléchir, les lèvres de la Serpentard contre les siennes scellent irrémédiablement la soirée, tout comme sa main sur sa joue. Ça fait naître des chaleurs qu’il aurait aimées ne jamais connaître. Pourtant aucun regret ni remord. C’est qu’il appréciait, peut-être beaucoup trop, cette proximité avec la Préfète.  

Alors autant tout laisser exploser, il penserait aux conséquences plus tard, ou pas, comme la dernière fois. Il se laisse envahir par l’exaltation alors que la main d’Ellana s’aventure dans ses cheveux, toucher rassurant et apaisant. Non pas sans rappeler celui de celle qui en principe en avait le droit. Mais le mouvement imperceptible de la tête chasse cette terrible idée. Elle se recule, vaine tentation de domptage, certainement, des fureurs sous-jacentes et cuisantes. Arty rigole. Des éclats brefs qui se répercutent sur la morosité du décor de leur soirée romantique. Joyeux contraste avec les yeux fermés de la Vipère. « Si ça te déplaît tant que ça, il est p’tet encore temps de. » Arrêter peut-être ? Bien sûr, on y croit. Mais il s’était tu de lui-même, il sait combien ses paroles sont idiotes, inutiles et superficielles. Ça n’a même aucun sens, autant aller jusqu’au bout.

Alors bien trop passionnément, il prend le visage de la blonde entre ses mains tandis qu’il mêle de nouveau ses lèvres aux siennes. Ce n’était pas un baiser doucereux, ni sensible, au contraire. Il y avait quelque chose d’ardent dans ce qu’il dégageait, dans l’échange et l’intimité. Mais gourmand, ses doigts s’égarent maintenant dans le dos de la jeune fille pour resserrer l’étreinte. Corps contre corps, toujours plus proches si c’était possible, il laisse échapper un message peu subtil.

Parce qu’il fallait faire participer le décor, noble cliché de ces fameux films, dans un mouvement fébrile bien que non violent il plaque la Serpentard contre un mur qui se trouvait là par pur hasard. La Cabane Hurlante, spectatrice involontaire de leur imbécillité sulfureuse. Les mains du Poufsouffle se retrouvaient à épouser la silhouette de la blonde. Ses lèvres glissent le long de son cou. Marquer de souvenirs brûlant la peau qu’il aura effleurée ce soir. Une possession à peine masquée. Puis à son tour, il parvient à se reculer, légèrement. Mains plaquées contre le mur, il encadre Ellana de son corps et laisse échapper une longue expiration alors qu’il plonge son regard dans le sien. Difficile de retenir les caresses et les baisers fougueux, mais juste pour un instant, il l’observe. Il se mord la lèvre inférieure. Puis du bout du doigt il vient frôler les traits du visage de la Serpentard, ses sourcils, l’arrête de son nez, sa joue. En réalité, c’était maintenant le point de non-retour, celui dont il se souviendrait. Lueur d’interrogation qui passe dans son regard clair, il questionne l’autre, était-elle prête.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Ellana Lyan, Ven 3 Nov - 10:15


Le cœur bat follement alors que la raison pleure, amour déchiré par le désir, me voilà traîtresse prise à son propre jeu, dans des bras connus qui m'attire sans doute trop parce qu'ils me sont interdit et je brave, les limite, les délits, emprise d'un quelconque courage ou peut-être juste de folie__ Idiotie je me croit forte, je me sens faible, je me vois là alors que mon être chemine à des kilomètre de cet endroit, une seule envie encore : me perdre et je ne comprend pas pourquoi alors que mon amour torturé ne sait que faire c'est mon corps qui veut épouser le sien, la crainte s'éteint comme on souffle une bougie, mes doigts me brûle d'une si folle envie, cette impression d'errer entre rêver et réalité les mots me manquent pour expliquer mon désarrois face à ce péché

déjà si bas, c'est lui qui va tomber de haut alors que mes doigts de fée mes doigts d'enfer, vienne caresser une peau qui ne m'appartient pas, humaine un déchet le cœur en peine l'impression de vivre quand la faucheuse se rapproche, l'envie de s'enfuir, mais uniquement s'il reste proche, la peur du vide disparue, c'est un saut vers l'infini, à deux , les pieds dans le néant mais pourquoi ne me repousse t-il pas ? son acceptation comme une permission alors que du bout des doigts je viens effleurer la limite du raisonnable posant sans réfléchir un pied de l'autre côté, la chaleur de ses lèvres m'appelle comme dans un singe, je ne suis plus maîtresse de mes actions l'ai-je donc vraiment déjà été ? Sous l'emprise de l'alcool seul compte à présent le désir et l'agréable brûlure de sa peau enflammée si proche de la mienne.

Ses mots me revienne en mémoire comme une bout de mélodie inachevée qui ne trouvera jamais de fin
il sait. que c'est inutile. comprend. que tout est peut-être déjà trop tard.
enivrée d'avoir gouter au venin de ses lèvres je n'ai plus d'autre objectif que celui de les retrouver à nouveau
intense, mon cœur explose alors que je me replonge dans la saveur de ses lèvres
son odeur enivrante qui alimente encore la flamme, j'ai peur de mourir d'un coup si cela s'arrête

il n'y avait plus de doute dans les intention du poufsouffle si proche à présent, collée entre fermeté et douceur contre la pierre formant une contraste glacé avec la chaleur ardente du préfet, un gémissement de plaisir alors qu'il me fait sienne dans ses baisers, ses mains baladeuses qui me tiennent prise au piège d'une insoupçonnée envie, plus lentement la tempête retombe alors qu'il se recule légèrement, maîtrisant sans doute quelques démons le temps de savoir jusqu'où nous aurions le droit d'aller ce soir, je laisse son doigt caresser mon visage tant dis que mes yeux se ferme dans un soupire, une seconde, peut-être deux s'envolent avant que je ne retrouve la vue, une flamme au fond des yeux, brillant d'une lueur inquiétante

deux mains dans mon dos
fermeture éclaire ouverte
le tissus clair se détache lentement
un pas en avant avec qu'il n'ai épouser le sol

faisant basculer le jaune à la renverse le plus délicatement que je peux
ses lèvres m'appelle, mon cœur se sert je crois rêver
ça aurait pu être romantique, délicat, amoureux
mais déchirée de désir je n'avais plus que ce feu ardent pour contrôler mes mouvement
retrouvant ses lèvres interdites sans qu'il ne cherche à mettre des barrières

demain peut-être viendrais le temps des regrets, demain sans doute elle s'en voudrait
mais ce soir, prisonnière de l'alcool, sans réfléchir les envie s'affolent
celle de se perdre dans ces bras avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Arty Wildsmith, Mar 14 Nov - 17:33


Ça s’enflamme d’un coup alors que les vêtements de la préfète tombent sur sol. Le fameux signal, le oui tant attendu. Invitation qui est loin d’être cachée, accompagnée de ce besoin incompréhensible d’aller jusqu’au bout. Achever la chose, le reste, il aviserait plus tard. Après. Guidé par un désir qu’il n’avait jamais entraperçu il se laisse s’avachir, embrasser. Aucune tendresse, parce que ce n’était pas ce qu’ils voulaient, visiblement. Le danger, ils le connaissaient tous les deux, ils savaient que ce n’était pas chose à faire. Et pourtant.
Il aimerait bien qu’elle ait raison, que ce soit juste un rêve. Mais c’était bel et bien en train se produire, tangibilité passionnée. Ou fureur. Allez savoir. Arty lui en voulait tellement qu’il n’avait pas d’autres solutions que celle-ci. Drôle de façon de faire payer. Vraiment.

Alors il lui rend ses baisers. Dans un mouvement élancé ses vêtements se retrouvent plus loin. Il capture de nouveau ses lèvres, complètement transporté par l’envie inconcevable d’être contre elle. Frénétiquement, un peu, il reprend le dessus, l’embrasse, goûter infiniment les lèvres tout en s’éloignant de la bouche, vers d’autres horizons, suivant une ligne qu’il espère impudique, le cou, la clavicule, marquer Ellana tel un territoire inexploré. Se serrer, la faire sienne, le temps d’une bribe de cette soirée. Ses mains parcourent chaque parcelle, caressantes et exploratrices d’un corps qui lui est absolument interdit, sentir les frétillements. Au sein des échanges retournés les corps s’entremêlent, les deux étant complètement hantés par un bouillonnement qui les chatouille, qui les ronge, se faire l’autre. Incendie foncièrement incontrôlable. Il l’épouse de ses mouvements, jamais il n’avait été aussi proche d’elle, jamais il ne le serait de nouveau. Alors il était question de suspendre, un peu, tout ce qu’il se passait là. Minutes absolument destructrices bien qu’agréables, trop.

Après les ardentes, dévorantes, il se pose le souffle court. Mais il n’était pas question de l’étreinte après l’amour, il n’y en avait pas de toute façon. Pas de petites intentions. Une fois la fureur consumée, ils pouvaient passer à autre chose. Ou pas du tout. Ça reste là, comme une pierre sur l’estomac, lourde. Il croyait que ce serait assouvi, qu’il en avait besoin, dire oui au plaisir du présent. L’alcool, l’euphorie, le désir s’étaient mêlés et ce poids laissait penser qu’Arty ne se détacherait jamais de ce qu’il venait de se passer. L’acte venait de le lier à Ellana, il ne pourrait plus l’effacer, non pas qu’il n’avait pas apprécié, loin de là. Mais c’était peut-être pour cette raison. Il se redresse, la regarde mordillant sa lèvre inférieure. C’est qu’il y avait tout en lui à cet instant. L’atterrissage est beaucoup plus compliqué que prévu. Est-ce qu’il regrettait ? Pas tellement, pas du tout en réalité, mais la laideur de sa connerie le frappe de plein fouet. C’est violent. C’était maintenant, le temps de l’après. Il étire la nuque, pose les yeux sur le plafond défoncé de la Cabane Hurlante, soupire. C’est qu’il commence à se rendre compte tout doucement, ça s’empare de lui tel un brouillard ténébreux et électrique. Ce qu’il venait de faire avec elle.

Briser le tout, faire éclater la bulle qui aurait pu se constituer autour d’eux. Sans tact. « Quand même, on aurait pu faire ça dans un lieu plus cosy ! » Plus romantique peut-être voulait-il dire ? Mais l’intention était là. Son air de fripon vient masquer le bordel qui s’agite à l’intérieur. Il tente de l’enfouir bien loin mais ça manque de déborder, à ras.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Ellana Lyan, Mer 22 Nov - 6:49


Entre ses bras je me sens vibrer d'une envie soudaine qui ne me laisse plus le choix, des battement enflammé quand sa peau petit à petit m’appartient, l'homme désire toujours plus que ce qu'il peut avoir et ce soir deux amants éphémère et maudits puisent dans les faiblesses l'un de l'autre dans une vengeance étrange, inutile et dangereuse. Violent plaisir quand le cœur tangue, je m'oublie peu à peu entre deux baisers. Les gestes, le corps s’entremêlent dans une danse mortelle, tant il me serait facile de succomber au plaisir, la culpabilité si loin rangée à côté de la raison sur une armoire poussiéreuse regarde la scène sans trouver comment la jeune préfète va bien pouvoir s'en sortir après la délicatesse de cette situation. Moi ? Toi ? Il n'y avait plus qu'un Nous et la haine transformée en courant électrique de désir, mains baladeuse, les siennes, les miennes, le temps se perds je ne sais plus où je me trouve plus rien à présent ne compte d'autre que la chaleur qu'il dégage contre moi__ yeux fermés, respiration saccadée

un ou mille gémissement de plaisir résonant contre les murs marquant un souvenir vocal dans mes pensées
sans plus faire attention à rien, démunie face à lui je ne trouve pas la force de le repousser voguant dans une mer de traitrise bientôt transformée en regret pour l'instant aveugle, je ne réagis plus, désespérée de ne pas réussir à être dégoutée de ses contacts, noyée de ses baisers une pointe s'enfonce avec lenteur dans mon cœur mais insensible je ne la sens pas venir.

Puis soudain tout tombe sur mes épaules, tel un seau d'eau glacé au réveil, l'alcool de quelque peu dissipé ne me permet plus de fermer les yeux comme si rien ne s'était passé mon corps pourtant encore les marques de notre échange, le sien peut-être la trace de mes ongles dans son dos, effrayée je recule alors que comme un panneau je me prend la réalité en plein fouet :

Ellana tu viens de faire une connerie.


P*tain de m*rde il n'y a juste pas de meilleur mot pour décrire le tourbillon de pensées qui viens de me tomber sur le dos, j'ai peur. je vois son regard clair me trahir, son ton honnêteté me détruire, il lui suffirait d'une parole pour briser le seul amour qui j'ai choisi de garder, pour lequel je me suis battue et que je vient de trahir, mon cœur se soulève, une boule de douleur m'enserre la gorge, geste irréfléchi j'attrape le tissus de mon vêtement délaissé plus tôt et en sort ma baguette, un éclair de folie, un éclair de délit #Incarcerem le sort fuse tant dis que les cordes viennent le lier sans possibilité de fuite, désintéressée je me rhabille lentement avec de me tourner à nouveau dans sa direction

un pas, un autre ma baguette se pointe à nouveau vers lui
ce qu'il s'est passé ici va rester entre toi et moi que ça te plaise ou non
soit je t'élimine soit tu vas devoir promettre de la fermer. radical ?
protection sentimentale...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Arty Wildsmith, Jeu 23 Nov - 17:10


Une réaction presque similaire, excepté qu’elle l’exprime clairement, elle. Le juron sort de la bouche de la Serpentard et le fait frissonner. Ça ne présageait rien de bon en réalité. Elle aussi venait de se rendre compte concrètement de la carrure de la connerie qu’ils venaient de faire. Il aurait bien voulu rire là, nerveusement, mais il en était incapable. Glaciale, Ellana se contente de se lever, doucement, vers ses vêtements. Il l’observe, sceptique. Elle ne pouvait pas quitter les lieux aussi tranquillement, impossible. Mais se mettre en garde non, il n’y pense pas du tout. C’était trop différent, en contraste avec ce qu’il venait de se passer. Plus question d’embrassades ou de caresses ardentes, terminé. Pourtant il aurait dû ne serait-ce que pencher la tête, légèrement, laisser surgir les interrogations, pourquoi prenait-elle sa baguette ? Rien de tout ça, il est trop occupé par ses propres pensées et le visage de Mary à qui il faudrait tout avouer, éventuellement.  

Puis subitement, le voilà prisonnier. Toujours à terre, enserré par des cordes, c’est qu’elle n’avait pas vraiment hésité. Ses yeux tentent de l’interroger du regard, pourquoi faisait-elle cela. Mais pas la peine, la voici qui lui émettait clairement ses souhaits. Elle voulait que ça reste là, leur échange, leur rapprochement dans la Cabane Hurlante, l’habitation serait leur seul témoin. Il grimace. Qu’est-ce qu’elle croyait au juste, qu’il allait le crier sur tous les toits ? Oubliait-elle avec qui il sortait ? Alors exaspéré, il lève les yeux au ciel, l’insolence, son ordinaire et charmante compagnie. « Tu me tuerais pour ça ? T’es sérieuse ? » Il avait appuyé sur le ça. Parce que bien sûr, ce n’était pas grand-chose. Il venait de coucher avec celle qui avait poignardé sa petite-amie. Tout allait pour le mieux, c’était tout à fait normal. Logique. Puis tout d’un coup ça le frappe. Évidemment. La Préfète avait entièrement raison, ça ne pouvait pas se savoir, jamais. Quel idiot horripilant il avait été. Il avait fait ça sans aucun respect, ça déborde, il aimerait vomir. Recracher sa connerie, ne plus en entendre parler. Mais il ne peut s’en empêcher, tenir enfermée l’espièglerie, ça relève de la chimère pour lui. « T’aurais pu attendre que j’sois habillé, quand même. » Il tente un mince sourire, qui retombe brusquement sur le plancher poussiéreux.

Intérieurement, ce n’était pas la menace qui le faisait trembler. Mais c’était bien ça, si quelqu’un d’autre savait, notamment la Serdaigle. L’horreur dont il avait été capable. Parce que tromper Mary avec l’autre Serpentard il pourrait vivre avec, mais avec Ellana, sûrement pas. Alors autant se taire. S’ils ne disaient rien à personne, l’acte passerait sous silence, à jamais oublié. Il deviendrait une sorte de songe, une illusion pas certaine de s’être réellement produite. Il finirait par croire à son propre mensonge, non il ne s’était rien passé. Finalement, il hoche la tête de haut en bas, lentement, penser aux éventualités, pour finalement la retrouver du regard. « Tu crois vraiment qu’j’ai envie que ça se sache Ellana ? Que Mary le sache ? Non. Je ne dirai rien. Promis. » Il se met à gigoter, tenter de se libérer « Alors bordel relâche moi là ! » La honte quand même, être si vulnérable devant elle. Sa baguette ne lui fait pas peur, il se sent juste ridicule et il finirait pas s’énerver d’être une cible si facile.

Il avait promis. Mais serait-ce suffisant exactement ? Pouvait-il lui faire confiance à elle, qui se montrait totalement lunatique voire folle – parfois – comme ce soir-là. Non vraiment, il ne pouvait pas tellement compter sur elle. Ses yeux clairs s’assombrissent. Plus de taquinerie. « Alors maintenant ? » Vaste interrogation, il ne savait pas lui-même. Juste qu’il fallait garder ce secret, absolument. Il avait craché ça, parce qu’il se rend compte aussi subitement, que tout était de sa faute, à elle. D’avoir été là, d’avoir dit oui, d’avoir été la tortionnaire de Mary. C’était elle qui l’avait poussé à devenir ce mec navrant qui n’avait pas su se contenir. Oui, elle incarnait désormais toute la rage qu’il avait contre lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Ellana Lyan, Sam 25 Nov - 14:26


C'était comme si rien n'avait eu lieu, non il ne s'était rien passé, dans les pensées les souvenirs doivent s’effacer mais comment ? - soupire - le regard accroché à son corps enchainé, la baguette toujours en main que je crispe entre mes doigts comme un dernier rempart avant l'effondrement, le choix manque la douleur des regrets prend à la gorge, j'ai l'impression de tomber de si haut, la chute est longue bien trop longue, je me perds dans le néant alors que ma tête me rappelle à la raison en vagues de souffrances successives : il est temps d'apprendre à voler. Espoir, je reste insensible à son insolence qui ne m'étonne même plus, jamais plus à partir de maintenant je ne serais capable de le voir de la même façon, innocence envolée - les yeux fermés - et la vérité : oui qui sort de la bouche des enfants, oui je te tuerais pour ça parce que si tu dis quelque chose c'est mon cœur qui part en une infinité de morceaux, parce que si ça se sait je n'aurais plus que mes yeux pour pleurer que l'alcool ait ou pas joué

remarque un peu déplacée - regard vers le bas - légèrement gênée, envie de le faire souffrir encore un peu comme de le libérer, ne sachant que faire je ne bouge pas d'un pouce incapable d'esquisser le moindre geste tant le vide en moi se fait prenant, insensibilité due à une trop grande émotion, cruel paradoxe me voilà prisonnière d'un acte dont il serait bien plus difficile de se défaire que de simple cordes apparues par magie loin des fées, loin des yeux brillants des enfants devant une merveilleuse histoire__ simplement loin de tout, en exil je sens mon radeau flancher et l'eau s'infiltrer autour de moi c'est une larme, unique, qui coule, roule et se perd sur ma joue, dans mes mèches incolores - déchirée....

Des cris, perdu dans la poussière, je n'entends plus, rien j'en sais rien ! j'ai tout sauf confiance en toi... simple vérité qui en aurait blessé plusieurs, que je sais réciproque avec le jaune, plus de haine, juste cette tristesse et ce désespoir qui prennent toute la place, nouvelle question, une idée chemine entre mes pensées avant de s'imposer comme une évidence serment... inviolable le mot résonne dans la pièce, dans ma tête, je pointe ma baguette dans sa direction et le libère (#) d'une formule prononcée à mi-voix, l’ennui, la perte et ce cœur qui de plus en plus vite bat peut être plus violemment encore qu'entre ses bras folie de le libérer ? de le faire jurer ? ou simplement contre lui d'avoir aimer ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Arty Wildsmith, Lun 27 Nov - 18:10


Il commence à s’ébouillanter de l’intérieur alors qu’il la voit pleurer. D’accord, ok, effectivement la situation dans laquelle ils se trouvaient n’était pas idéale. Mais garder son calme avant tout. Voilà qu’elle lui hurle dessus. Elle n’a pas confiance. Vraiment ? C’était lui en qui on n’avait pas confiance ? Il lève les yeux au ciel. C’était le pompon. D’après les dossiers, il n’était pas aussi lunatique ni fou qu’Ellana et ses armes blanches. Il avait des limites, lui. Le seul défaut dont il avait fait preuve c’était son manque de volonté à rester fidèle. En même temps, c’était compliqué. Trop de tentations. Il a envie qu’elle se taise, vraiment. Elle l’énerve, ils auraient pu en parler tranquillement, comme deux personnes tout à fait saines d’esprit, mais impossible avec elle. Puis pour l’instant il était toujours son prisonnier, alors il se tait. A se demander ce qui l’avait poussé à faire ça dans un premier temps, la stupidité, la chaleur adolescente. Tout idiot qu’il était.

Deux mots viennent briser l’hésitation. Libérateurs aussi des cordages. Les liens tombent, dorénavant soulagé. Il ne peut retenir son sourire en coin d’apparaître, c’est qu’elle n’avait pas réussi à l’éliminer, finalement. Il ne tique qu’après. Se fige une seconde. Il fallait le temps que ça l’atteigne véritablement, c’est qu’il n’est pas connu pour sa vivacité. « Attends. Inviolable. On pourra jamais rien dire ? » Ce n’est pas que ça le chagrine mais si le secret allait être si bien gardé, ils auraient pu en profiter encore un petit peu. Non. Les yeux qui vrillent et il envoie cette idée se promener ailleurs. Quand même, un peu de dignité. Il ne pouvait pas penser ça. Inexcusable. Remettre les flux d’électricité sur le bon chemin en enfilant ses vêtements. Il y réfléchit quelques instants. C’est qu’elle marquait la chose et pas dans la demi-mesure. Leur secret ne pourrait être plus en sécurité que scellé par ce légendaire sortilège. Quoi que. Comment allait-il faire ? Comment ça fonctionnait exactement, et si par mégarde ça lui échappait ?

Puis il y avait cette autre idée. S’ils allaient jusqu’au bout, ils seraient à jamais liés. Pas de retour en arrière possible, ils formeraient cette bulle ténébreuse cachée, enfouie. Est-ce qu’il avait envie d’être ainsi uni à Ellana ? Toute sa vie ? Certainement pas, mais pas vraiment le choix. Parce que cette idée de confiance était essentielle. Il en rigolerait dans plusieurs années de cette connerie futile au sein d’une période de crise de jeunesse. La honte. C’était finalement peut-être un peu exagéré comme réaction non ? Pourtant il ne peut refouler la culpabilité au fond de lui, la haine et la colère. Alors les mains derrière le dos, enfant sage qui ne vient pas de commettre l’erreur la plus irréparable de sa vie d’adolescent, il s’approche de la Préfète. « Ça se passe comment ? Imagine je gaffe, je meurs ? » Non parce que garder un secret, d’accord, mais en mourir, pour l’intégrité d’Ellana, quand même, fallait peut-être pas pousser. Mais ça se bouscule trop dans sa tête. Entre l’ampleur de leur bêtise, ses conséquences et si cette rumeur se diffusait. Secouage de tête. Allez, on se concentre Arty. Le serment inviolable.

- Parce qu’en vrai ça me dérange de mourir pour toi, un peu. Mais bon. J’comprends, allez. Soyons fous.


C’était le truc le moins romantique à dire après l’acte. L’affaire serait donc étouffée. Il s’avance encore de façon à être tout à fait en face d’elle, après tout, niveau proximité ils avaient fait pire. Puis le Blaireautin donne une petite pichenette sur le nez de la blonde. Pour plaisanter un peu, détendre l’atmosphère. « Allez, rigole un peu là, on a pas fait le truc le plus horrible du monde non plus. » Est-ce qu’il essayait de se rassurer par la même occasion ? Sûrement, se convaincre lui-même que ce n’était pas à vomir cette situation, alors il sourit, essaie du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Ellana Lyan, Dim 3 Déc - 8:56


C'est cette impression d'être dans un autre monde qui excuse à mes yeux la mine confiante et à la limite de l'enjouée du jeune préfet quand mes trais ne sont plus que restes de masque brisé et désespoir__ c'est un démon, première pensée qui vient à l'esprit embrumé qu'une réalité claire semble avoir scindé en parties bien distinctes, j'ai ce trou à la poitrine, il ne semble pas comprendre, pas voir la souffrance que ce soir il a pu engendrer pour une belle qui ne se trouve pas à ses côtés, parce que j'ai pris sa place et moi je sais, moi je sens, le mal et la déchirure, j'imagine le visage de celui qui fait battre mon cœur en larme, chaque des perles translucide comme un coup de couteau dans ma chaire, j'ai mal de me savoir ici, mal de mettre trouvée si proche du jeune poufsouffle, peut-être aurait-il mieux fallu proposer un oubliette plutôt qu'un serment au final un poids en moins ce n'est pas si mal ?
Lâche ? Me demandait-on d'être courageuse ? Quand mes couleurs de vert et d'argent se voulaient criant au monde entier déjà tous le contraire des clichés, des clichés, des clichés...

il avait semblé important de vivre avec, avec tout même si père j'ai sali mon corps d'infidélité avec un sang de bourbe m'aurait-il pardonné un jour ? ou simplement tuée ? moi trop faible, c'était un mensonge, je n'aurais su lever la main sur lui, depuis que je les ai vu tous les deux au sol, leurs corps sans vie plongé dans un sommeil éternel et de là-haut ils semblent encore me guetter
un éclair de génie semble passer dans l'esprit du petit - les yeux aux cieux - il s'approche - mouvement de recul - et puis se baissent les bras, n'est-il de toute façon pas trop tard ? sans doute que si... si tu révèles à quiconque notre petite aventure de cette nuit petite pause pour le suspense alors qu'au fond il sait déjà tu meureset ça claque dans l'air comme si brusquement le froid s'était fait, mais incorrigible il continue à illuminer la pièce d'une chaleur incompréhensible son sourire, il faut lui arracher son sourire !

si tu meures ce ne sera pas pour moi mais pour toi si proche - soupir - quelqu'un cette nuit t'a t-il donc voler ton cerveaux jeune imbécile ? - sourire figé - une main passe contre la douceur de sa joue oh vu comme ça autant recommencer, non ? la voix laissé en suspend, croulant d'ironie ou peut-être de défi ?...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Arty Wildsmith, Ven 8 Déc - 15:12


Et toujours les menaces qui flottent au-dessus de lui, tant de pression autour de ce qu’il venait de se passer. Deux seules issues que continuait de répéter la Serpentard donc, soit il se taisait soit il mourrait. Finalement, la décision n’était vraiment pas si difficile que ça à prendre. Pourtant l’éventualité de sa propre mort ne lui faisait ni chaud ni froid, quoi que. Il avait déjà entraperçu la folie de la blonde, autant ne pas tenter de repousser les limites de sa névrose. Après tout. Les armes blanches dans l’estomac, ce n’était pas tellement son truc. Mais il fallait qu’il cache absolument, à quel point ça commençait à être ravagé là à l’intérieur, sinon la Serpentard allait s’y engouffrer, à tous les coups. Ou se révéler aussi. Qui sait. Néanmoins jamais ils ne se confieraient. Ce n’était que menaces d’un côté et insolence de l’autre. Sans issue donc. Pourtant l’attitude changeante d’Ellana évapore petit à petit les restants d’alcool. Elle se rapproche, dangereusement, c’est qu’elle lui caresse la joue. Il frissonne. De quoi il ne sait pas.

Puis la proposition qui claque, d’un coup. Beaucoup plus que toutes les autres paroles. Arty dessaoule brutalement. Était-elle sérieuse ? Après tout, c’est lui qui avait commencé à plaisanter. Mais tout de même. Il hausse un sourcil, impossible, ça lui remue tellement l’estomac qu’il ne sait pas quoi répondre. C’est rare, qu’aucune parole ne s’échappe des lèvres du Poufsouffle. Trop balancé sûrement, encore et toujours entre être tenté et la culpabilité. Mais il avait cédé aujourd’hui, sans penser aux conséquences qui lui frappaient les tempes dorénavant. D’un autre côté, oui, bien sûr. Une fois de plus, qu’est-ce que ça changerait.  « Non ! » Plus de sourire, tout à fait disparu, l’espièglerie aussi. Il repousse la Préfète, fermement. Parce que ça y’est, l’image de Mary était tout à fait là, imprimée, maintenant plus moyen de s’en défaire. Il aurait envie de secouer la Serpentard, lui dire qu’elle était carrément folle. Oh mais. Il peut. « Qu’est-ce qui te prend ? J’sais bien qu’t’as du mal à résister à mon charme, mais quand même, y’a des limites. On peut pas. On peut plus. » Parce qu’il était sobre maintenant. Qu’il ne pouvait absolument plus faire abstraction d’elle, des sentiments qui étaient supposés l’empêcher de faire ça. Parce qu’il la haïssait pour ce qu’il venait de faire, lui.

Alors il s’éloigne brusquement, mains sur la tête. Essayer de réfléchir. Il fallait qu’il s’en aille, qu’il cesse d’être dans la même pièce qu’elle, il étouffait. Tromper Mary, il pouvait gérer. Vraiment, il l’avait déjà fait, ce n’était pas un problème. Tromper Mary avec Ellana, c’était autre chose, toute nouvelle ligue. Et c’était là l’épicentre de la boule dévorante dans la poitrine. « Bon alors, c’est tout ? Une promesse ? Faut que j’te raccompagne jusqu’à ton dortoir ? » Est-ce qu’on raccompagne la fille qui avait voulu tuer sa petite amie & avec laquelle on venait de vivre ça ? Galanterie oblige, du moins le supposait-il. Il était prêt à faire toutes les promesses du monde pour que tout reste là, avec le plancher pourri, les murs & plafonds défoncés, les meubles d’un autre temps. A l’image de la catastrophe sentimentale qu’ils avaient expérimentée. Mais il ne lui dirait pas ça, ce qu’il avait au fond de la gorge désormais. Juste. Ne jamais la revoir. Fermer la parenthèse et souffler dessus, fort.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 8

 Rencontre romantique dans la Cabane Hurlante.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.