AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 1 sur 10
Par un après-midi d'été
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Victor Ebenezer
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Par un après-midi d'été

Message par : Victor Ebenezer, Dim 7 Juil 2013 - 21:10


[Rp avec Gloire Lecomte - Autorisation de Gloire]

Il faisait lourd et chaud sur la grande ville anglaise de Londres. Le ciel d'un bleu saphir n'était que trop peu tacheté de nuage d'un blanc de craie et pourvut d'un soleil puissant imposant ses rayons divins sur les simples mortels, les faisant cuire comme des saucisses sur un barbecue, leur rappelant que malgré tous leurs talents et leurs savoirs, ils n'étaient tous que d'humbles esclaves de la météo. Ils ne pouvaient alors trouver que des subterfuges pour tromper cet air ambiant des déserts du Sud : plonger dans l'eau claire d'un lac ou d'une piscine, se goinfrer de glace salvatrice et rafraîchissante, se terrer chez soi, à l'ombre, prés d'un ventilateur, ou bien même se poser sous un parasol à une tersasse d'un café ou d'un bar pour se désaltérer à coup de longues gorgées d'une boisson fraîche.

C'était cette option qui avait été choisit par un homme pourtant habillé d'un costume sobre à l'étoffe épaisse et d'un noir d'encre ainsi que d'une chemise crème et d'une cravate aussi sombre que la nuit. Sa tenue ne portait pas un pli et sa tenue n'allait pas altérer ce constat ci. Posé sur une chaise de bois blanc, cet homme âgé de cinquante cinq ans était posé tranquillement en terrasse, dans les allées étranges du chemin de traverse, au bar du nom de « Chez Altair ». Il était ainsi posé là, à l'ombre d'un parasol d'un bleu cyan, un bras posé sur une petite table blanche où était posé un verre d'une mixture étrange refroidit par deux glaçons. Son visage brut parsemé de petites rides semblait figé dans une expression de profonde réflexion. Ses yeux quand à eux semblaient voir fixement sans vraiment comprendre ce qui se posait devant lui, son attention s'attelant à revivre et poser les événements de la matinée.

Il avait ainsi fait un tour au Ministère de la Magie pour revoir ses anciennes relations. Beaucoup de chose avait changer pourtant : que ce soit le décor des locaux que les employés au service de la société magique. Bon nombre de ses anciens collègues étaient depuis son départ soit mort soit partis à une retraite forcée. De nombreuses nouvelles têtes étaient apparues et alors qu'en son temps, il était un maître parmi ses paires, maintenant il était devenu un homme au visage étranger pour la plupart, vagabondant dans les couloirs du dédale qu'était le Ministère. Il arriva pourtant à prendre des nouvelles, se renseigner et surtout voir que l'anarchie la plus totale avait ainsi pris position. Des êtres comme lui, avec son expérience et son assurance, aurait certainement était la bienvenu. Pourtant, Victor hésitait encore à faire son grand retour. Il ne savait si ce monde qui avait été le sien le serait à nouveau. Quand aux jeunes têtes, il les trouvait impétueuses, orgueilleuses et prétentieuses. Le respect semblait avoir disparu. De plus, les rumeurs de son spleen, de sa mauvaise passe s'était rependu comme une traînée de poudre. Il avait était un homme d'une poigne de fer, semblant maîtriser l’incontrôlable avant de pourtant sombrer sous un tsunami de tristesse lorsque Pénélope, sa Pénélope, s'était laissée mourir. Et bien qu'il voulait redevenir l'homme qu'il était avant ce drame, son hésitation était la preuve manifeste qu'il n'était plus cet homme fort. Que devait il donc faire ?


-Un second Monsieur ?

Victor se tourna lentement vers celui qui venait de l'interpeller. Il le regardait des pieds à la figure comme si c'était la première fois qu'il le voyait avant de rejoindre le monde présent. Vêtu d'un tablier aussi blanc qu'il pouvait l'être, surmonté d'une grosse tête d’ébahi perpétuel, de grand yeux bruns, d'un long nez pointu, d'un sourire niais et d'une tignasse bouclée rousse. Cet imbécile n'était autre que son serveur. Victor fit un bref signe pour signifier qu'il acquiesçait à sa proposition et regarda le jeune garçon retourné à la boutique. Il avait crut en venant ici revoir son vieil ami Scroodge qui avait dans cet emplacement auparavant ouvert un bar morne, triste et surtout tranquille mais n'avait trouvé que cet étrange personnage qui d’après ces dires avait repris l'affaire et changé le style jusqu'à la la dernière pierre. Décidément, tout ce qui était ne l'est plus et la nouveauté ne semblait certainement pas meilleur. Pourtant, la chaleur et son âge avancé lui avait retiré tout courage d'aller voir ailleurs et Victor avait donc consentit à se poser en terrasse de ce modeste établissement. La boisson n'était pas mauvaise mais le service dans sa présentation laissé à désiré.

Après avoir enfin reçut son second verre et signifiait un vague merci de la tête, il reprit ses contemplations introspectives mais fut à nouveau interrompu, mais cette fois ci pas par le jeune serveur...
Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Gloire Lecomte, Lun 8 Juil 2013 - 10:54


Chaque année, quand les vacances d’été arrivaient, Gloire avait pris l’habitude de se rendre au Chemin de Traverse afin d’y faire ses emplettes pour la rentrée. Drôle d’idée pensaient les gens qui l’entouraient mais s’ils savaient combien il était agréable de flâner tranquillement sans être poussée par une horde de sauvages prêts à en découdre pour la moindre babiole. A cette époque de l’année, les gens préféraient partir en vacances et c’était donc un véritable bonheur d’arpenter alors cette allée aux vieilles dalles usées par le temps et les hommes qui l’avait foulée.

Elle était arrivée tôt ce matin sur Londres, quittant sa petite maison de Pré-Au-Lard où ses valises l’attendaient à l’entrée même, et avait déjà eu le temps de faire ses emplettes vestimentaires ainsi que ménagères. A présent, elle attaquait ce qui pour elle était une vraie partie de plaisir puisqu’elle se rendait à la librairie/papeterie du coin. L’odeur des livres, des feuilles ou de l’encre était pour elle comme un appel à la luxure, aussi étrange soit-elle. Impatiente telle une enfant qu’on amènerait au zoo pour la première fois, c’était donc à peine si elle avait pris la peine de se restaurer.

Un discret sourire aux lèvres, le visage abrité sous une ombrelle dentelée, le corps paré d’un ensemble blanc qui laissait paraître deux jambes galbées, elle faisait bien plus jeune que ce que son âge pouvait indiquer. Ses longs cheveux habituellement attachés et remontés flottaient librement dans son dos et semblaient eux aussi confirmer cette impression de légèreté qui se dégageait aujourd’hui de celle qui habituellement enseignait les potions sous un masque de sévérité et de sérieux que nul élève n’avait pu jusqu’ici ébranler.

Totalement insouciante à ce qui l’entourait, elle observait les vitrines des différentes boutiques à l’affût d’une quelconque occasion quand soudainement le soleil sembla disparaître. Une désagréable impression s’insinua sur sa peau, la tirant momentanément de son entrain. On l’observait, elle en était certaine… mais qui ? Tournant la tête, elle tenta de repérer d’où pouvait venir cette fixation qu’elle sentait sur elle mais en vain.

Quelque peu refroidie, elle se demandait s’il ne valait pas mieux rentrer finalement quand enfin son regard croisa un autre regard, et celui-ci ne lui était pas étranger... Se détournant de la vitrine qui lui avait renvoyé cette image, elle se retourna pour se trouver à quelques pas d’une vieille connaissance. Oublié l’inquiétude d’il y a quelques secondes, c’était comme si la lumière revenait et un grand sourire étira les lèvres de l’asiatique qui s’avança alors vers la table où l’homme était assis.

- Bonjour M. Ebenezer, quelle surprise de vous rencontrez ici ! le salua-t-elle. Cela fait bien longtemps que nous ne nous sommes pas croisés.

La dernière fois, ils s'étaient dit aurevoir au Ministère et Gloire s'en souviendrait toujours. Le grand homme qu'elle avait rencontré était alors devenu un homme effondré par les vicissitudes de la vie. Petit à petit, il s'était retiré de la vie politique pour finalement s'effacer totalement et même si la jeune femme avait tenté d'avoir de ses nouvelles, elle avait été bien en peine d'en apprendre plus sur lui puisqu'il semblait avoir coupé les liens avec tout le monde. Pourtant, aujourd'hui, il se trouvait là, assis à la table d'une terrasse et l'ancienne magenmage en éprouvait une certaine quiétude car cela signifiait qu'il avait réussi à reprendre le dessus.

- Je suppose que vous êtes vous aussi sorti profiter de ce beau temps ?! dit-elle poliment.

Certes c'était là une banalité à faire s'évanouir l'originalité mais d'un autre côté, elle n'allait pas s'inviter tranquillement à sa table et lui poser des questions indiscrètes sur ces derniers mois alors qu'ils n'avaient été collègues de travail que quelques mois. Et quand bien même elle ressentait le besoin de lui présenter une nouvelle fois ses condoléances, son coeur de femme lui indiquait que ce n'était ni l'heure ni le moment et que cela ne ferait que gâcher cette magnifique journée et cette opportunité que la vie leur avait arrangée pour se revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Victor Ebenezer
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Victor Ebenezer, Lun 8 Juil 2013 - 12:22


-Bonjour M. Ebenezer, quelle surprise de vous rencontrez ici ! Cela fait bien longtemps que nous ne nous sommes pas croisés. 

Victor avait alors tourné ses yeux d'un bleu de glace vers l'origine du bruit aussi rapidement qu'un chat au passage d'une souris. Il eut d'abord du mal à contempler son interlocutrice du fait de l'imposant soleil qui brillait derrière la jeune femme. Puis, la rétine faisant son œuvre, les formes passèrent de flou à net, comme si on ajustait la lunette d'un objectif, pour enfin montrer au vieux loup une femme à la beauté splendide. Une impressionnante chevelure détachée semblait voler au grès des bises du jour et deux grands yeux semblaient examiner le vieil homme. Ses lèvres colorées étaient encore entrouvertes pour finir les derniers mots de son interpellation.

Le quinquagénaire avait beaucoup de défaut et certains s’étaient amplifiés avec l'âge mais il avait toujours, et même encore maintenant, disposé d'une mémoire d'éléphant. Une seule présentation et Victor emmagasiné le nom, l'âge, le lieu de résidence, la profession, les projets et surtout le caractère que dégageait la personne. Or cette personne face à lui en cet instant portait un nom à l'instar de sa physionomie : Gloire Lecomte.

Il avait eut le plaisir de faire sa connaissance alors qu'elle entrait à peine au Ministère, lorsque Victor, lui, avait depuis longtemps posé ces marques. Il avait derechef vu en elle les traces de la maison des Serdaigles et après renseignement avait appris qu'il ne s'était pas trompé. Pour voir et entrevoir les prémices du caractère d'un ou d'une inconnue, il n'avait ni besoin de légimencie ni de choixpeau magique, juste de poser ces yeux pénétrant dans le regard de l'autre. Gloire avait dégageait alors un « je ne sais quoi » que n'avait pas les autres dames de son âge. Était-ce sa fougue certainement dut à la jeunesse qui indéfectiblement attirait le regard de l’ancien, jaloux de l'avoir perdu ? Ou était-ce les traits de cette femme délicate qui aurait réveillé quelconque appétit au prés de cet homme qui aurait put aisément être son père ? Ni l'un, ni l'autre, Victor n'enviait pas la jeunesse et respecter les atouts du vieil âge et n'avait aimé et éprouvé du désir à regarder que sa Pénélope. Non, il avait vu en Gloire une femme forte, fière et intelligente : tout ce dont n'importe quel département du Ministère recherchait chez une recrue.

Victor avait ensuite observé en silence l'entrée de Gloire dans le monde de la procédure avec autant de curiosité qu'un enfant observe une rangée de fourmi rentrant chez elle. Puis, il s'était présenté à elle et avait noué une relation parfaite pour le quinquagénaire : amicale mais pas inconvenante, intéressante mais pas personnel, intelligente mais pas inutile. Victor avait vu en elle un espoir de réussite comme on en faisait plus parmi les jeunes recrues. Il avait apprécié son esprit jusqu’au jour où il ne supporta plus le monde...

Mais le moment n'était plus à la réflexion et Victor, le regard toujours plongé dans celui de la demoiselle, lui répondit, le sourire resplendissant


-Oh, bonjour ma chère mademoiselle Lecomte, quel exquis délice de vous revoir ainsi après tout ce temps.

La jeune femme regardait apparemment Victor avec intensité. Pensait-elle au drame qui avait frappé Victor ? A cette mort de la seule personne qui avait compté pour cet homme protocolaire. Pensait-elle à l'ombre qu'il était auparavant devenu, affligé par le malheur et les regards de pitié des autres. Ces regards, il ne permettait pas que l'on lui en administre. C'était comme lui rappeler qu'il était faible, fragile, délicat, tout ce que Victor détestait en somme. Pourtant Gloire ne semblait pas lui infliger le même châtiment et lui demanda clairement :

-Je suppose que vous êtes vous aussi sorti profiter de ce beau temps ?!

La politesse, la mondanité, le respect, autant de bienfait qu'elle offrait au vieil homme sans peut être même le savoir en cet instant où le doute persistait en lui sur sa propre nature.

-Disons nous que j'avais à faire au Ministère et que le soleil n'est qu'un plus à cette journée estivale. Et vous ? Profitez-vous donc de ce temps pour flâner agréablement tout en prenant des couleurs ?

Il avait dit cela avec sa plus esquive voix, regardant Gloire comme un professeur regarde son élève préféré. Puis, se rendant compte que la jeune femme restait ainsi debout, n'osant certainement imposer sa présence au vieil homme sans son accord, il se leva et clama doucement

-Mais ne restez pas debout ainsi ma chère et permettez moi de vous offrir un verre. Votre compagnie ,un instant, me serrait si agréable.

Tout en disant ces mots, il s'était levé pour écarter une chaise vacante, invitant ainsi la belle demoiselle à s'asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Gloire Lecomte, Mar 9 Juil 2013 - 13:25


Toujours aussi poli, Victor la salua en retour non sans l'avoir au préalable examiné. Comme autrefois, Gloire subit le regard d'acier de son interlocuteur. Elle se rappelait parfaitement à quel point elle avait alors été intimidée par le passé en sa présence mais à présent elle ne l'était plus. Non pas parce qu'il avait perdu en prestance mais plus parce qu'elle avait gagné en maturité et en confiance. Ce fut donc avec calme qu'elle soutint son observation de sa personne, attendant patiemment qu'il ait fini et qu'il lui réponde.

- Disons nous que j'avais à faire au Ministère et que le soleil n'est qu'un plus à cette journée estivale. Et vous ? Profitez-vous donc de ce temps pour flâner agréablement tout en prenant des couleurs ? Mais ne restez pas debout ainsi ma chère et permettez moi de vous offrir un verre. Votre compagnie, un instant, me serrait si agréable.

- Je ne voudrais pas vous déranger surtout... mais merci. J'accepte avec plaisir.

Il avait dit cela tout en se déplaçant afin de lui faire une place et ce fut donc tout naturellement que la sorcière referma son ombrelle et prit la chaise qu'il venait de lui céder galamment. Replaçant quelques mèches folles, elle héla le serveur afin de se faire servir un simple de jus de citrouille - boisson qu'elle avait adoptée lors de ses études à Poudlard - puis se retourna vers son ancien collègue afin de reprendre leur conversation.

- Je faisais en effet quelques courses tout en profitant du beau temps. Je me suis dit qu'à cette période, sans tous les attroupements dus à la rentrée scolaire, je pourrais ainsi flâner tranquillement sans être malmenée par une horde de sorciers déchaînés. Si j'avais une seule seconde imaginé vous rencontrer. C'est vraiment une agréable surprise.

- Mademoiselle... fit alors le serveur en déposant devant elle sa commande avant de s'éclipser.

Assoiffée par cette chaleur, l'asiatique le remercia et but avec plaisir une gorgée du liquide frais avant de reprendre.

- Comment allez-vous M. Ebenezer. Je... sais que vous avez traversé des moments difficiles mais j'ose espérer que vous voir ici est bon signe.

Elle abordait là un sujet délicat mais la politique de l'autruche n'aurait servi à rien. Gloire estimait assez le sorcier pour ne pas trop détourner son attention comme s'il avait été sénile. Elle avait toujours pensé que parfois mieux valait faire une bonne piqûre pour ensuite mieux rebondir et avancer que de tourner autour du pot et craindre sans arrêt la morsure. Peut-être la remettrait-il à sa place mais elle était quasiment sûre qu'il apprécierait ce trait de caractère.

Ils ne s'étaient pas connus longtemps et n'avaient que très peu travaillé ensemble mais elle en savait assez pour savoir qu'il appréciait la franchise, comme n'importe quelle personne normalement constituée soit dit en passant. Le temps avait certes fait son oeuvre et même son interlocuteur avait pris quelques rides et quelques cheveux gris en plus, elle décelait dans son regard la vivacité qui l'avait jadis tant impressionnée. Ce fut donc sereinement et calmement qu'elle lui fit face.
Revenir en haut Aller en bas
Victor Ebenezer
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Victor Ebenezer, Mar 9 Juil 2013 - 16:27


Gloire n'avait apparemment pas hésité une seconde à accepter la proposition du vieil homme de le rejoindre sur cette terrasse et sous ce soleil harassant, le tout avec un ton polie et courtois qui n'avait pas changé depuis les années, au grand plaisir de Victor.

--Je ne voudrais pas vous déranger surtout... mais merci. J'accepte avec plaisir.

Un court silence s'installa, le temps que Gloire puisse prendre ses aises. Elle ferma son ombrelle et appela le benêt de serveur pour commander un simple jus de citrouille qui devait être aussi salutaire qu'une oasis en plein désert. Pendant l’attente de sa commande, les deux compagnons s'observèrent aimablement, sans dire mot, non par gaine mais plus par respect du calme. Ce fut la jeune femme qui brisa enfin le silence pour donner simplement une raison à sa présence ici, sous cette météo peu clémente aux physionomies sensibles.

-Je faisais en effet quelques courses tout en profitant du beau temps. Je me suis dit qu'à cette période, sans tous les attroupements dus à la rentrée scolaire, je pourrais ainsi flâner tranquillement sans être malmenée par une horde de sorciers déchaînés. Si j'avais une seule seconde imaginé vous rencontrer. C'est vraiment une agréable surprise.

Le vieil homme sourit à ce délicat compliment que venait de lui adresser Gloire. La rencontre de Victor engendrait généralement crainte ou respect mais rarement plaisir. Son caractère et sa tenue généralement raide, peu avenant et strict n’engageaient que peu à la confiance et à la sympathie immédiate. Par cette réaction et au vu de la prestance que dégageait la jeune femme, le quinquagénaire ne pouvait nier que les années avaient bonifier la physionomie de Gloire mais aussi lui avait doté d'une certaine maturité visible.

Le serveur arriva enfin apporter la commande de l'invitée dont elle fit honneur par une fine gorgée gourmande. Puis, la belle femme reprit le fil de la conversation

-Comment allez-vous M. Ebenezer. Je... sais que vous avez traversé des moments difficiles mais j'ose espérer que vous voir ici est bon signe. 

On en était là. Souhaitait-elle brosser l'hypogriffe dans le sens du poil en lui rappelant les tourments du passé au vieil homme ? Espérait-elle jouer les âmes charitables au prés de Victor en le plaignant ou en compatissant à sa douleur ? Non, cela ne ressemblait que peu à la jeune femme et son sourire discret mais présent en était la preuve. Le quinquagénaire ne cachait pas que ce sujet n'était pas le plus agréable pour lui mais ne se formalisa pas et répondit de sa voix grave et forte.

-Eh bien les moments difficiles sont derrière moi et comme tout homme blessé, on ne peut que bander la plaie et se relever.

Sa voix ne trahissait aucune émotion. Il aurait put lire une recette de potion de la même voix, le ton n'aurait été que parfait. Victor se tourna vers son verre pour reboire une gorgée, le tout comme pour ponctuer sa dernière phrase puis reprit

-Enfin, ma présence ici est comme vous le devinez un signe de rétablissement. Je sors en ce moment même d'une entrevue forte intéressante avec une proposition plus qu'alléchante pour mon retour.

Victor faisait allusion au poste de directeur du service des Oubliators. Ce dernier ,au vu de l'anarchie qui régnait dans le monde de la magie, était un poste clé au sein du Ministère dont l'actuel représentant n'arrivait plus à correctement remplir les fonctions. Le quinquagénaire hésitait encore mais la proposition l'intéressait, il ne pouvait le cacher. Un poste de pouvoir où ses talents auraient été appréciés. Il affichait ce projet face à Gloire non par pour se vanter mais comme un constat, simple et bref. Il ne cachait rien et aucun sujet autre que celui de sa femme ne lui paraissait tabou.

-En tout cas, j'ai appris au prés de mon ami Monsieur Albatre que vous étiez maintenant professeur et propriétaire d'un établissement de boisson. Quels changements radicaux !

Il avait certes un certain respects pour l'enseignement à Poudlard mais ne cachait pas sa surprise sue le fait que l’intelligente Gloire Lecomte est acquit un tel établissement. Pourtant, il souriait toujours à sa jeune invité impromptu.
Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Gloire Lecomte, Jeu 11 Juil 2013 - 8:37


- Eh bien les moments difficiles sont derrière moi et comme tout homme blessé, on ne peut que bander la plaie et se relever.

La délicate réponse ne tarda pas à arriver mais elle fut à la hauteur de l'homme qui la prononça, renforçant ainsi l'image que la sorcière avait gardé de son ancien collègue. Elle était intimement convaincue de la même chose aussi opina-t-elle simplement du chef pour lui signifier son assentiment. Il était inutile d'en rajouter et de s'étendre sur de tels sujets, l'important étant qu'il avait avancé. Avec difficulté certes mais n'était-ce pas le résultat qui comptait ?

- Enfin, ma présence ici est comme vous le devinez un signe de rétablissement. Je sors en ce moment même d'une entrevue forte intéressante avec une proposition plus qu'alléchante pour mon retour.

- Vraiment ? osa-t-elle alors demander, curieuse de savoir ce qu'il en était. Vous avez donc pu rencontrer M. Sudworth ? Ou l'une des personnes de son entourage ? En tout cas, je pense sincèrement que c'est une très bonne nouvelle. Même si je ne connais pas encore les teneurs de cette "proposition", je gage qu'elle doit être à la hauteur de vos compétences pour que vous la considériez comme alléchante.

Gloire elle-même avait gardé quelques contacts au sein du Ministère et il est vrai qu'ils avaient l'air d'avoir un peu de mal à tout gérer. Le dernier mandat avait tourné au fiasco sans que ses collègues d'alors ou elle-même ne puissent rien y faire. Les évènements s'étaient enchaînés si vite. En à peine quelques mois, la Grande-Bretagne s'était assombrie, perdant de nombreux sorciers, faisant fuir les survivants.

Quand Petrus Sudworth avait été nommé Ministre, la communauté sorcière y avait vu là une lueur d'espoir. Contrairement à ses prédécesseurs, il était jeune et ambitieux. On le disait aussi talentueux et intelligent mais l'asiatique n'avait pas encore eu le temps d'en apprendre plus. En tout cas, il avait déjà ramené l'ordre à Poudlard avec la nomination de Ms Harshing, ce qui était déjà un grand pas. Mais niveau sécurité, la jeune femme doutait encore des résultats.

- En tout cas, j'ai appris au prés de mon ami Monsieur Albatre que vous étiez maintenant professeur et propriétaire d'un établissement de boisson. Quels changements radicaux ! dit son interlocuteur, la tirant de ses moroses pensées.

Reposant son verre, elle ne put s'empêcher de rire. Un rire gai et frais, comme sa personne, sans complexe, sans contrainte, juste libre et indépendante.

- Vous oubliez que j'ai toujours enseigné. Le poste de Magenmage, je n'ai fait que le cumuler et il est vrai que la politique me manque peut-être encore un peu mais il n'empêche que mon métier d'enseignante me plaît également. Je me dis que je forme l'avenir... c'est un peu faire la même chose qu'au Ministère de la Magie mais à un degré différent.

Après tout, enseigner à la jeune génération, était le gage d'influencer leurs pensées, de les diriger dans la bonne direction, et de les aider à se construire en tant que futurs adultes. C'était ainsi qu'elle voyait son rôle de professeure.

- Sinon, oui, on ne vous a pas menti, je suis aujourd'hui également la propriétaire de l'auberge "La Tête de Sanglier", communément connue sous le nom de "La TS". J'en ai hérité de l'ancien propriétaire qui est parti un beau matin et me l'a laissée sur les bras. Je n'y suis pas tous les jours mais j'ai une très bonne équipe et les affaires tournent plutôt bien.

D'ailleurs, en parlant de la TS, il faudrait qu'elle pense à recruter un nouveau serveur... et qu'elle passe faire les comptes avant de partir en vacances. Avec cet emploi du temps de ministre qu'elle avait, il ne fallait pas s'étonner qu'elle soit si heureuse de trouver le temps de flâner sur le Chemin de Traverse et d'y rencontrer de vieilles connaissances.

- Tout ça pour dire... qu'il n'y a rien de très passionnant en tout cas. Juste beaucoup d'occupations et très peu de temps. Mais dîtes-moi, allez-vous rester longtemps ici ? Je ne me souviens plus trop. Avez-vous toujours vécu à Londres ?
Revenir en haut Aller en bas
Victor Ebenezer
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Victor Ebenezer, Ven 12 Juil 2013 - 19:56


La jeune asiatique était souriante et même radieuse sous ce soleil. Elle embellissait la journée terne du vieil homme tel un Patronus affrontant la désespérance qu'infligeait les Détraqueurs. Mais cette amabilité visible cachait un caractère fort et inébranlable dont avait put être témoin Victor. Gloire n'était pas femme à être écrasé sous le stress ou les responsabilités mais au contraire à les porter avec vigueur et courage, le tout avec une aisance que peu de personne ne pouvait manifester à cet âge. C'était pour cette raison qu'elle avait toute la considération que Victor pouvait lui apporter.

- Vraiment ? Vous avez donc pu rencontrer M. Sudworth ? Ou l'une des personnes de son entourage ? En tout cas, je pense sincèrement que c'est une très bonne nouvelle. Même si je ne connais pas encore les teneurs de cette "proposition", je gage qu'elle doit être à la hauteur de vos compétences pour que vous la considériez comme alléchante.

-En effet, j'ai eu ce privilège.

Puis, après sa dernière phrase, elle avait répondu en ces termes :

-Vous oubliez que j'ai toujours enseigné. Le poste de Magenmage, je n'ai fait que le cumuler et il est vrai que la politique me manque peut-être encore un peu mais il n'empêche que mon métier d'enseignante me plaît également.

Oh oui, c'est vrai, Victor avait oublier cela. Il avait même d'ailleurs à l’époque trouvait cela dangereux qu'une personne aussi inexpérimenté et si peu d'expérience partage son temps entre les réunions des Magenmage et le poste de professeur à Poudlard. Pourtant, elle avait réussi à accomplir deux prodiges : réussir à supporter cet emploi du temps digne d'un Ministre et donner tort au quinquagénaire.  Gloire quand à elle ne donna pas un instant à Victor de réfléchir d'avantage et continuait sa tirade.

-Je me dis que je forme l'avenir... c'est un peu faire la même chose qu'au Ministère de la Magie mais à un degré différent. Sinon, oui, on ne vous a pas menti, je suis aujourd'hui également la propriétaire de l'auberge "La Tête de Sanglier", communément connue sous le nom de "La TS". J'en ai hérité de l'ancien propriétaire qui est parti un beau matin et me l'a laissée sur les bras. Je n'y suis pas tous les jours mais j'ai une très bonne équipe et les affaires tournent plutôt bien.

Cela faisait bien longtemps que Victor n'avait plus mis un pied dans cet établissement. La fréquentation, de décors et le service étaient à désirer lorsque la propriété n'était pas encore à Gloire mais il ne doutait pas que si une personne pouvait y arriver, c'était bien elle.

-Tout ça pour dire... qu'il n'y a rien de très passionnant en tout cas. Juste beaucoup d'occupations et très peu de temps. Mais dîtes-moi, allez-vous rester longtemps ici ? Je ne me souviens plus trop. Avez-vous toujours vécu à Londres ?

-Oh non, certainement juste pour l’après-midi. Ma seule demeure se situe en Écosse. J'ai donc du chemin à faire. Mais pour l'instant rien ne presse...

Puis, à ces mots, Victor sortit un paquet de cigarette à peine entamé acheté ce matin du côté Moldu. Un petit défaut qui persistait chez le vieil homme malgré toutes ses tentatives infructueuses pour arrêter. Seul le tabac avait réussi à faire chavirer la volonté inébranlable du vieil homme. Mais avant d'en sortir une, il tourna les yeux vers sa jeune invité, lui demandant du regard si cela ne la dérangeait pas. Puis, après le rituel du fumeur, il reporta son attention vers elle.

-Sinon, Magenmage, professeur de potion et propriétaire d'un bar, après tout cela, qu'elles sont vos projets à l'avenir ?

Victor avait intentionnellement esquivé de parler des détails de la promotion. Tant que rien n'était décidé, il ne voulait pas faire courir la nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Evangeline Flynn
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


par un après midi d'été

Message par : Evangeline Flynn, Ven 9 Aoû 2013 - 18:31


Spoiler:
 

Vacances scolaires tirant sur leurs fins, qui rimaient avec achats de rentrée... Evangeline soupira, repensant avec nostalgie à ses vacances, au temps qui s'écoulait si vite lorsqu'on aurait aimé qu'il s'étire indéfiniment. Elle avait l'impression très désagréable d'avoir perdu ses vacances à ne rien faire, alors que c'était tout à fait faux, mais quand même très frustrant.

Elle avait déjà acheté une nouvelle robe, la sienne étant usée aux coudes et ornée d'une superbe tache, faite en cours de potions, et qui ne se décidait malheureusement pas à s'en aller, ni à la main, ni par la magie, et ce malgré de multiples essais; des ingrédients pour, justement, le cours de potions; et elle s'acheminait à présent distraitement vers Fleury&Bott, peut-être la partie la plus longue de ses courses, mais en tous les cas celle qu'elle préférait, et de loin. En fait, seule ombre au tableau, l'absence de son père, qui l'accompagnait d'habitude, mais qui avait dû s'excuser pour une fois, au grand dépit de sa petite fille.

Les vitrines colorées et animées défilaient devant ses yeux, trop rapides pour qu'elle puisse saisir de leur devanture autre chose que quelques bribes, véritable tourbillon de bruits et d'odeurs, de couleurs et de lumières, qui l'étourdissaient vaguement. Non, décidément, Eva n'aimait pas faire les boutiques, cela l'épuisait, lui tournait la tête. Malgré tout, c'était réjouissant de voir les gens vivre autour d'elle, toute une communauté, celle des sorciers de Grande-Bretagne et parfois d'ailleurs.

Perdue dans ses pensées et les yeux dans le vague, elle heurta soudain un obstacle qui lui fit reprendre brutalement contact avec la réalité. Elle venait de bousculer quelqu'un. Quelle maladroite elle faisait! Mais ce n'était pas grave, il ne semblait y avoir de mal de côté ni d'autre.

"Excusez-moi, je ne regardai pas où je marchais, je suis désolée."

Elle ne releva même pas la tête, continua son chemin. Ce n'était qu'un incident sans gravité. Elle avait d'ailleurs maintenant plus important à penser: devant elle, la librairie magique se dressait, sa porte ouverte comme une invitation à entrer. Evangeline sortit sa liste scolaire, reçue par hibou quelques jours plus tôt, et s'engouffra dans la boutique, flânant entre les rayons et les présentoirs à la recherche de ses manuels et d'ouvrages pour sa table de chevet.
Revenir en haut Aller en bas
Jendy O'Hara
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Jendy O'Hara, Dim 11 Aoû 2013 - 14:59


C'était un après-midi comme tous les autres. Jendy allait tranquillement, se promenant et flânant dans les rues.

Elle revenait de Londres où elle avait fait des achats importants. Elle en avait profité aussi pour passer voir son Père qui depuis quelques temps, était devenu muet. Mais Jendy lui parlait. Elle venait dans sa chambre et lui racontait ses journées, lui parlait des gens qu'elle cotoyait. Elle lui comptait ses aventures toutes plus folles les unes que les autres. C'est son père après tout. Un simple moldu enfermé dans un hôpital psychiatrique. Alors qui pourrait croire que ses dires sont vrais ? Personne. Et c'était bien pratique.

Mais son père, l'attendrissait avec ses yeux grands yeux vides. Ces yeux bruns, ceux de sa soeur. Jendy avait eu les yeux de sa mère et la chevelure de son père. C'était la loterie génétique et elle était tombée sur le mélange des yeux bleus et cheveux ébène. Une chance vraiment. Et son père, qui avait vécu tant de choses. Dévasté par la peine qu'il avait eu en perdant sa fille et sa femme. Tellement dévasté, qu'il en oubliait qu'il lui en restait une. De fille. C'était triste. Et la figure paternelle lui avait autant manqué que la maternelle. C'était injuste. Elle avait survécu, et n'en était même pas récompensée.

En rentrant par le chemin de traverse, cherchant à rejoindre les cheminées, quelqu'un la bouscula. Jendy avait les yeux qui lançaient des éclairs, elle détestait qu'on la bouscule c'était.... C'était comme si elle n'existait pas et ne méritait même pas qu'on lui laisse un tant soit peu la place de marcher. Mais quand elle entendit cette petite voix, chantante « Excusez-moi, je ne regardai pas où je marchais, je suis désolée. »  Elle ne pu qu'excuser. C'était encore cette naïve enfant qu'était Evangeline Flynn. Elle la suivit du regard juste avant qu'elle ne se dérobe à ses yeux, et reprit son chemin.

Jendy observait chaque détail, et resta quelques secondes à l'arret devant chaque boutique. Une vague de nostalgie s'emparait d'elle à chaque pas. La première fois qu'elle était venue ici en compagnie de Franck. En passant devant Ollivander's, la sorcière poussa un long soupir, passant machinalement ses doigts sur la baguette, glissée dans son bas. Elle regarda la vitrine, s'arreta sur la porte de bois. La serrure ouvragée et la poignée de métal usé par les milliers de sorciers venus d'ici et d'ailleurs pour s'enquérir d'une première, ou nouvelle baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 70
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Mangemort 70, Sam 31 Aoû 2013 - 3:48


HRPG: Post Unique. Nous diffusons simplement les ondes de la
RTMT, nous ne somme pas nécessairement la voix. Aussi, nous rappelons aux joueurs de
se baser sur le rpg et non uniquement sur le hrpg. Merci !



Quelques semaines après la pose des affiches, la RMTM lance son premier communiqué. Ceci est le reçu écrit de ce qui est passé sur les ondes magiques tard la nuit dernière, la voix ? Une voix modifiée, évidemment. Grave. Sombre. Sérieuse. Cette voix allait passer un message d'une importance capitale. Bien entendu, la RTMT avait pris soin d'appliquer plusieurs mesures magiques afin que les ondes ne soient pas cartables par les autorité magiques ou alors un petit malin qui se croyait plus fort que tous.




La voix s'était éteinte dans un murmure, sur les ondes magiques des parasites persistèrent encore quelques instants avant que le silence ne reprenne place. Le message avait duré quelques secondes à peine, mais c'était suffisant pour que certains puissent les entendre fassent passer le message.

Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Gloire Lecomte, Sam 31 Aoû 2013 - 19:43


Gloire donna son assentiment d'un signe de la tête, respectant l'homme qui lui faisait face. Au moins, avait-il eu l'amabilité de lui demander son avis. Peu de personnes le faisait.

- Sinon, Magenmage, professeur de potion et propriétaire d'un bar, après tout cela, qu'elles sont vos projets à l'avenir ?

L'asiatique qui l'avait observé faire son rituel sourit à cette question. Nombreux étaient ceux qui se demandaient cela. Comme à chaque fois, elle répondit simplement :

- Cela vous étonnera peut-être mais aucun projet pour moi. Je prends ce que la vie m'apporte sans vraiment me poser de questions.

Et c'était vrai. L'ancienne Gryffondor avait toujours eu un rythme de vie uniquement portée par l'air du vent et telle une feuille, elle suivait simplement le courant. En tout cas, assise à sa chaise, elle observait les gens qui allaient et venaient dans l'allée, en reconnut quelques unes. Elle serait bien restée là si elle l'avait pu mais ses obligations la rappelèrent à l'ordre aussi ce fut donc un peu plus empressée qu'elle se leva de sa chaise.

- Je vous remercie pour ce petit moment mais je vais devoir y aller. J'ai été ravie de vous revoir et j'espère que votre nouvel emploi vous apportera satisfaction.

Une poignée de main et déjà, l'ombrelle blanche sur l'épaule, elle s'éloigna sur le Chemin de Traverse afin de continuer ce pour quoi elle était venue, laissant l'illustre monsieur savourer les dernières minutes de soleil de cet après-midi ensoleillé.

[Fin du rp]
Revenir en haut Aller en bas
Antoni Londubat
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Par un après-midi d'été

Message par : Antoni Londubat, Lun 2 Sep 2013 - 19:52


[Post unique.]

Florian Fortarôme. Le seul vendeur de glaces du Chemin de Traverse et, sans doute, aux yeux de tous, le meilleur de tout Londres, voire de toute la Grande-Bretagne. Si les moldus raffolaient de ce produit qui avait fait son apparition il y a de cela des siècles, les glaces sorcières étaient de loin les meilleures. Honeydukes n'était rien à côté de cette boutique de bonheur, dont l'envie de venir y consommer n'avait pas échappée à Antoni, qui avait succombé à la tentation. Aujourd'hui, il était libre d'en payer autant qu'il en voulait, lui qui était capable de soutirer de l'argent à son géniteur pour acheter en masse. On aurait pu dire de lui qu'il en était addict, si bien qu'il s'est permis une pause pour pouvoir savourer ces délices.

Les tours de garde consistaient également à inspecter les différentes boutiques, voir s'il n'y avait rien d'anormal, si les personnels respectaient le décret sur les barèmes d'âge et si les différents produits vendus avaient été soumis à l'inspection du Ministère. En somme, la surveillance du Chemin de Traverse était quelque chose que l'on pouvait trouver rébarbative. Mais lorsqu'on inspectait un commerce tel que Florian Fortarôme, on ne pouvait partir les mains vides. Depuis quelques minutes déjà que le jeune Auror hésitait quant à son choix de parfum, perdant, accessoirement, toute crédibilité, lui qui se devait de passer pour un sorcier sérieux. Ce qui ne se voyait pas, on aurait plutôt dit un gamin, et c'était bien vrai.

Alors qu'il s'apprêtait à opter pour une glace à la Vanillacitrouille, au-dehors, le silence s'était abattu sur le Chemin, une voix grave, sinistre, se faisant attendre. Laissant de côté sa glace, il se précipita vers la sortie et chercha du regard l'endroit d'où venait la voix, non sans écouter d'une oreille attentive ce qu'elle disait. L'égalité de tous ? La liberté de chacun ? Briser les chaînes ? Une ascension vers le destin ? Londubat était perplexe, qu'est-ce que ça voulait dire ? Ce n'est que lorsque le discours fut fini que cette même voix dit ces initiales, dont la définition avait été un mystère pour le britannique : RMTM. Ce n'était pas la première fois que cela apparaissait ici. Il y a quelques semaines de cela, lorsqu'il était également de corvée de tour de garde, il avait découvert une grande affiche qui portait en titre ces mêmes initiales.

Pendant des journées entières, la seule question qu'Antoni pouvait se poser, à part la meilleure saveur qu'une glace pouvait avoir, était l'identité des auteurs de cette propagande. L'hypothèse que des sorciers auraient l'intention de faire de l'ombre au Ministère, il l'avait gardée pour lui. Il avait simplement attendu le verdict de son supérieur, qui n'était toujours pas tombé. Il avait comme seule directive, celle de continuer son travail, sans qu'il puisse être plus utile. Il espérait seulement avoir une bonne image auprès d'autrui, c'est pourquoi il ne rechignait jamais lorsqu'on lui accordait une quelconque tâche et faisait de son mieux pour la réussir, lui qui voulait à tout prix briller, et ce, autant que son insigne qu'il ne cessait d'astiquer.

Jetant un coup d'œil à sa montre, celle-ci indiquait 4:42. Dix-huit minutes à attendre, donc. Seulement, il se demandait s'il devait ou non rentrer au Ministère avant la fin de son tour de garde, jugeant ce qu'il venait d'entendre comme étant une priorité. Hésitant, il préféra attendre, non sans devoir demander aux différentes personnes qui semblaient inquiètes de continuer leurs achats en toute tranquillité. Et lorsqu'il arriva aux bouts de ces deux heures de surveillance, il retourna rapidement au Département de la Justice Magique. De l'ascenseur jusqu'au Bureau des Aurors, il griffonna sur un vieux bloc-note les grandes lignes de ce discours, n'ayant pas pris la peine de le faire lorsqu'il l'avait entende et ce, non pas par paresse, mais bien parce qu'il avait été pris de cours. Joignant à ses écrits son rapport, il espérait bien avoir là quelque chose qui lui vaudrait une promotion. De son grade, personne ne le prenait au sérieux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Par un après-midi d'été

Message par : Invité, Mar 10 Sep 2013 - 22:31


{PV Akize T.Xiraz}


C'était l'après-midi et Solange avait rendez-vous dans un coin du Chemin de Traverse avec un ancien élève. Elle ne l'avait eu que durant un cours, mais apparemment, il avait aimé sa façon d'enseigner, puisqu'il réclamait des cours supplémentaires ! La blonde ne faisait quasiment que cela ces derniers temps... Non pas qu'elle s'en plaignait loin de là ! Mais cela ravivait sa tristesse d'être partie de Poudlard.

En attendant, elle était vêtue d'un jean et portait un débardeur bleu et attendait patiemment dans ce coin du Chemin de Traverse, que l'élève daigne se pointer. Heureusement qu'elle connaissait bien l'avenue sorcière, ainsi, elle avait pu choisir un endroit assez isolé, tout en était proche du Chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Akize T. Xiraz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Python royal


Re: Par un après-midi d'été

Message par : Akize T. Xiraz, Mer 11 Sep 2013 - 12:52


En cet bel après midi, j'avait proposé à notre ancienne professeur de Métamorphose. J'était tellement nul en cette matière qu'il me fallait absolument de l'aide, et cette professeur était pas mieux tombée de mon imagination. J'avais absolument envie de la rencontrer aussi. D'après les descriptions la concernant de mes amis, elle n'est pas méchante, loin de là. Je reste tout de même sur mon idée que c'est une serpentard, il vaut mieux se méfier d'elle.

En arrivant à Londres, où j'avait donné rendez-vous à Solange, j'espérait énormément qu'elle sois là et qu'elle ne m'aie pas dupée. On sais jamais, ça pouvait arriver, mais j'espérait tellement que c'était impossible. Jusqu'au moment où je vit Solange. En m'approchant de plus en plus d'elle, je me rendit compte qu'elle avait de suite l'air sympathique. Je lança vite-fait ceci.

« Bonjour madame Riley. »

Premier signe pour prouver que je suis pas méchant et qu'il ne faut pas me prendre pour un fou, mais après je savait qu'elle aurait pu se défendre. Je n'avait pas envie d'attendre que la professeur se mise à me répondre, ce qui dura quelques temps.

« Alors, je suis content de vous voir ici pour parler de la métamorphose, mais avant tout, j'aimerait vous poser une question. Pendant combien de temps avez-vous été professeur de métamorphose ? »

Cette fois-ci, j'attendit la réponse. Même si cet instant parut éternel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Par un après-midi d'été

Message par : Invité, Mer 11 Sep 2013 - 15:34


Finalement, un petit brun s'amena assez rapidement vers le lieu de rendez-vous. Il salua Solange comme il se devait et commit son premier impair. En quoi ça le regardait le temps qu'elle avait passé au poste de professeur ? Il faisait quoi là au juste ce petit idiot ? Parce que là, il était simplement près de la limite, une limite qui aurait de lourdes conséquences sur lui s'il la franchissait...

- Qu'est-ce que cela à avoir avec les leçons que vous m'avez demandé ? Lui dit-elle sèchement. Soit nous nous y mettons, soit vous repartez jeune homme. Parce que le temps que j'ai passé à Poudlard en temps que professeur ne vous concerne pas et ne joue pas sur mes talents.

Ouais, elle était légèrement énervée. Mais s'il continuait ainsi, cela serait pire et elle était capable de lui jeter un sort dont il aurait du mal à se défaire. Parce que si elle était chercheuse en histoire de la magie, elle pouvait tout autant prétendre à ce grade en métamorphose. Et généralement, les chercheurs étaient doués pour trouver des sorts qui jusque là avaient été perdu et qui seraient parfaits à tester sur le petit en face d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Par un après-midi d'été

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 10

 Par un après-midi d'été

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.