AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 12
Une rencontre particulière
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
Jack Leroy
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rencontre particulière

Message par : Jack Leroy, Lun 08 Juil 2013, 15:07


(PV: Victor Ebenezer)

Leroy était préoccupé, il était là dans une maison abandonné à attendre un inconnu qui avait donné rendez-vous avec son père, si l'adolescent prenait le risque d'être ici dans cette endroit lugubre, sombre et inquiétant c'était simplement parce que cela semblait extrêmement important. Jack ne comprenait pas pourquoi son père avait donné un rendez-vous à un homme ici dans la banlieue de Londres au lieu de l'invité à la maison, cela aurait été plus simple, qu'es-ce que cela cachait encore ? En plus le plus étrange dans tout ça, c'était que son père avait prévu depuis longtemps son départ pour la France, un projet pour son travail d'une importance capital, un tel voyage pour 3 mois cela se prépare, alors pourquoi diable ce rendez-vous n'avait pas été annulé ? Leroy se demandait s'il avait bien fait de venir à la place de son père, cela n'aurait été pas plus facile d'envoyé une lettre expliquant la situation de A à Z, mais Jack était curieux, il voulait savoir de quoi il en retournait, ce n'était pas normal que son père fasse autant de cachotterie juste pour un rendez-vous ! Plongés dans ses pensées attendant, vraiment cela ne lui disait rien de bon, regardant une vielle horloge qui marchait encore plus que deux minutes et le voile sera levé sur ce mystère du moins il l'espérait !

Édit Jessy : Bonjour Jack, je me suis permis d'éditer votre message car vous aviez placé le nom de la personne avec qui vous faîtes votre RP dans le titre du sujet titre. J'ai déplacé cette information dans le corps de votre message, comme cela se fait habituellement. Merci de votre compréhension. Cordialement,


Dernière édition par Jessy Brown le Lun 08 Juil 2013, 15:35, édité 2 fois (Raison : Modification du titre)
Revenir en haut Aller en bas
Victor Ebenezer
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une rencontre particulière

Message par : Victor Ebenezer, Lun 08 Juil 2013, 23:14


L’après-midi était presque terminée, le soleil était moins intense certes mais la chaleur régnait encore sur tout Londres. La seule différence était que le ville britannique était maintenant régit par un calme olympien. Les anglais, sorciers ou Moldus avait préférés se réfugier à cette heure à l'ombre chez eux, ramollis par la température ardente. Ainsi, les rues de la ville étaient devenus désertiques. Ainsi, ceux enfreignant ce constat pouvaient aisément être à l’abri des regards indiscrets des passants. Ce n'était certes pas prémédités par le commanditaire de ce rendez-vous mais cela arrangeait bien ses affaires.

En effet, un homme avancé d'un pas tranquille mais assurée. Habillé des pieds à la tête d'un costume de velours blanc ainsi que d'une chemise noire comme l'encre et d'une cravate couleur crème. Un mince chapeau de soie blanc orné sa tête, cachant ses cheveux disparates poivres et sels mais m'était en évidence son visage flétris par l'âge, ses yeux d'un bleu d'azur et une mince bouche passible, figée dans l'indifférence. Il appuyait sa marche avec une longue canne d'un blanc d'ivoire où se cachée dans son pommeau sa baguette magique. Son autre bras agrippé le motif de ce rendez vous, un unique dossier blanc d'une épaisseur de plusieurs centimètres.

Ce dossier comportait une affaire des plus importantes et des plus compromettantes. Il y avait pourtant peu de chose qui pouvait mettre Victor Ebenezer dans une situation difficile. En effet, cet ancien directeur du service des Aurors avait été un modèle, pendant tout le long de sa carrière, de perfection et de conformisme. Pourtant, en plus trente ans de service, il n'avait fait que quelques exceptions et l'une d'elle se trouvait dans ce dossier. En effet, il y a plusieurs années de cela, il avait eu  sur le sommet de son bureau, une affaire des plus banales mais des plus inconfortables. L'affaire d'une mage noire aux actes funestes nommée Ellora. L'affaire avait été maintenu dans le secret pour le bon déroulement de celle-ci. Mais lorsque la conclusion du dossier arrivée à son terme, un lourd dilemme se posa à lui. Il eut en effet la visite du compagnon de celle-ci : le comte Adalric Leroy. Ce dernier niait avoir eu des implications avec les agissements de son épouse et craignait, non pas pour sa réputation, mais pour l'avenir de son fils.

En effet, en cette époque troublée par l'un des plus puissants mages noirs de ce millénaire, toutes personnes ou descendants, liés à un individu ayant eu sa morale entachée par des actions de magie noire, étaient exclus de la société magique, craints et méprisés. Le comte ne souhaitait pas cette fatalité pour son fils et avait donc imploré celui qui aurait put étouffer l'affaire, Victor Ebenezer. A grand renfort d’argument aussi pertinent que touchant, il avait réussi à convaincre ce modèle inflexibilité de dissimuler l'affaire Ellora. Ainsi, l'histoire de cette mage noire fut cachée au grand public et le nom des Leroy fut préservé.

Après le départ de ses fonctions, il avait pris soin de prendre toutes preuves pouvant l'incriminer lui ainsi que Adalric et ne l'avait ressortit qu'en cet instant lorsqu'il avait appris le départ imminent de son compère dans l'affaire. Il avait alors demandé une audience dans une vieille demeure dont Victor avait fait l'acquisition pour la rénover et la sous louer pour être ainsi à l'abri des regards indiscrets.

Enfin arrivé au point de rendez-vous, il approcha de sa nouvelle habitation jusqu'à déceler la silhouette d'un jeune homme qui ne pouvait être celui qu'il désirait voir. Il continua sa marche tout de même en maintenant son allure puis arrivé au niveau du jeune homme, il ne put nier une certaine ressemblance avec Adalric. Il dit donc de sa voix claire et posée.


-Monsieur, je peux peut être vous aider ?

Il jaugeait le jeune homme du regard. Il ne semblait pas encore être à l'âge adulte. Il était plutôt grand pour son âge, portait une tignasse brune, en bataille, non soignée, avait des yeux d'un bleu de glace et sa tenue semblait dépareillée. Quand à son visage, il restait sévère et rien que via ce que dégageait le jeune homme, Victor ne l'appréciait déjà que peu


Dernière édition par Victor Ebenezer le Mar 09 Juil 2013, 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jack Leroy
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une rencontre particulière

Message par : Jack Leroy, Mar 09 Juil 2013, 16:38


Jack était plongé dans ses pensées, cela ne lui disait rien de bon, lorsque son père faisait autant de mystère et de cachotterie, c'était souvent en lien avec Ellora sa mère, mais c'était si loin, depuis tout petit Leroy avait cessé de posé des questions, il s'était rapidement fait à l'idée qu'elle était quelqu'un d’exceptionnelle et surtout la fatalité qu'elle était morte, cela faisait deux ans que l’adolescent s’intéresse à son passé, à ses origine, à sa mère, il avait monté un petit dossier maigre en information, rien que d'y pensé une sourde colère monté en lui et en même temps il n'arrivait pas à expliqué ses frissons d’angoisses, avec le temps il avait cru s'être débarrassé de ce fantôme où plutôt sortie de sa tête ces histoires sur sa mère, tout ces pressentiments, oui il devait se convaincre une bonne fois pour toute qu'elle était quelqu'un de bien et qu'elle était morte en lui donnant la vie. Mais on ne peut tromper ainsi son instinct et finalement Leroy avait son nez un peu partout juste pour en avoir le cœur net sans rien trouver concernant sa mère. Tout ce mystère le rendait perplexe, ne sachant plus qu'es-ce qu'il devait croire et tout ça commençait à être pensant pour lui ! Non, non, le jeune homme ne voulait pas y pensée, après tout c'est dernier temps son père était débordé par son travail, il était demandé au quatre coin du monde pour ces expertises, un oubli de sa part, il devait absolument arrêté de ce faire une scène, secouant sa tête, souriant, il avait de la chance, il devait avoir confiance en son père, Adalric avait raison, le passé est le passé , vaut mieux ce tourné vers le présent et le futur ! Pour Jack serait comme d'habitude, un transfert d'information sur des recherches, une demande de précision sur tel ou tel objet, l’adolescent sera parfaitement capable de géré cette nouvelle affaire !

-Bonjour, oui sûrement, je me présent Jack le bras droit du Comte Adalric, il vous prit de vous embarrassé et s'excuse de son absence aujourd'hui, mais une affaire de la plus haute importance le retient en France. Il m'a donc cherché de rendre la suite de ces clients ici à Londres.

Essayant de maître à l'aise l'inconnu qui venait de le perturbé dans sa réflexion, néanmoins il vu tout de suite cette lueur de méprit, pourquoi son regard était si sévère, si froid, cela le déconcerta, mais ainsi va la vie et cela faisait partie de son charme, l'une des rares choses qu'il avait hérité de sa mère ! A présent qu'un homme était en face de lui, l’adolescent n'avait qu'une envie que cela se termine vite, il n'avait que faire des affaires de son père, l'année venait de commencé à Poudlard, il devait faire en sorte d'être le meilleur pour rendre fier son père, pour réussir et faire sa propre vie ! Mais pour le moment c'était le seul lien avec son père mit à part les lettres qui venait par intermittence et cela durait précisément depuis presque un mois. Bon se montrant sérieux, attentif pour cette affaire, déjà mettre en confiance le client ensuite l'arrangé au mieux sa demande quitte à prendre des décisions !
Revenir en haut Aller en bas
Victor Ebenezer
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une rencontre particulière

Message par : Victor Ebenezer, Mar 09 Juil 2013, 18:35


[Hors-Rp : ne te vexe pas mais fait attention s'il te plaît aux fautes >< Et ps : n'oublie pas de te trouver un avatar, ça fait toujours plus jolie:)]

Le regard direct du jeune homme ne lui plaisait que peu. Un jeune homme s'aventurant ainsi n'était pour Victor qu'inconvenant. De plus, que faisait-il ici ? L'affaire déjà délicate ne pouvait se permettre d'être faite devant un témoin, qui plus est aussi jeune et sans aucun rapport à première vue avec la situation. Puis, le jeune homme répondit à son interrogation.

-Bonjour, oui sûrement, je me présent Jack le bras droit du Comte Adalric, il vous prit de vous embarrassé et s'excuse de son absence aujourd'hui, mais une affaire de la plus haute importance le retient en France. Il m'a donc cherché de rendre la suite de ces clients ici à Londres.

Qu'est-ce que c’était que ce cirque ? Comment Adalric pouvait-il se permettre d'être absent à leur rendez-vous ? Après tout ce qu'avait fait Victor pour lui. Il s'était mouillé plus qu'il n'aurait dut, mis sa réputation en danger ainsi que le suivit de l'affaire juste pour le protéger lui et son unique fils. Le quinquagénaire commençait déjà à regretter de s'être ainsi compromis. En plus de cet affront, il avait fait venir un inconnu, un jeune homme même pas majeur. Tout en cet homme l'insupportait mais il resta tout de même calme.

Que pouvait bien faire Victor maintenant ? Il avait en main un dossier dont il devait rapidement se débarrasser. Il ne pouvait permettre que quelqu'un d'autre mette la main dessus surtout maintenant qu'il allait certainement devenir le nouveau directeur du service des Oubliators. Il jaugea un instant le jeune homme, espérant se tromper sur son compte.

-Quel âge avez-vous jeune homme ?

Mais il se fichait éperdument de la réponse que pouvait bien lui apporter son nouvel invité. Il sortit un trousseau de clés de sa poche et s'approcha de la porte pour déverrouiller la serrure tout simplement. Entrouvrant l'entrée, il fit un pas un l'intérieur et se retourna vers le jeune brun.

-Eh bien entrez !

Puis Victor se dirigea vers les lumières pour éclairer la les lieux. Ensuite, il observa la pièce principale. Elle était tapissé d'un vert salis et une unique table minus de quatre grandes chaises d’ébènes occupées la pièce. Il alla s'asseoir et invita d'un geste de la main le jeune homme à en faire de même, face à lui. Puis lorsqu'enfin ils furent tous deux posés, il reporta pleinement son attention sur celui qui remplaçait au pied levé sans formalités Adalric.

-Bien, ne passons par quatre chemins, est-ce que notre ami en commun vous a mis au courant de l'affaire qui nous intéresse...le dossier Ellora ?

Il attendit la réponse avec curiosité mais surtout énervement. Il ne supportait pas l'idée des imprévus. Alors un de cet ampleur, ce n'était pas possible pour lui. Il haïssait être traité ainsi et devoir ainsi discourir avec un homme qui n'avait même pas connus l'âge mure. Il avait posé le dossier délicatement sur la table, prés de lui, la main posé dessus tel la serre d'un aigle sur un repas de fortune, refusant de le céder à aucun prix.

-Excusez-moi mais je n'ai pas compris votre nom. Vous êtes certes Jack mais concernant votre patronyme ?

Victor essayait de se calmer, de diminuer la rage intérieur qui animait ses yeux.

Edit Solange : Bonjour Victor. Je souhaite te rappeler que c'est aux modérateurs de faire des remarques aux membres sur leurs rps et non à toi. C'est gentil de vouloir aider Jack, mais il ne va pas tarder à recevoir l'aide qu'il nous a déjà demandé. Fais donc attention la prochaine fois. Amicalement,
Revenir en haut Aller en bas
Jack Leroy
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une rencontre particulière

Message par : Jack Leroy, Mer 10 Juil 2013, 16:59


Leroy avait un mauvais pressentiments sur cet homme qui le jugeait sans le connaître qui ce fiait aux apparences, décidément même les adultes n'était pas mieux que des collégiens, cela exaspéra Jack, mais dans quel monde vivait-il ? Quelle était cette société au tout le monde était l'ennemie de tout le monde, agissant égoïstement ? Restant calme, il devait honoré l’engagement de son père envers ce client, surprit par la question de son interlocuteur, enfin non cela était compréhensible, néanmoins c'était la façon désinvolte quand réalité cette information lui importait guère ! Leroy n'avait pas envie de lui répondre, il avait envie d'agir de la même façon et de n'avoir que pour cet homme aucun respect, mais Jack était meilleur, Jack ne pouvait se rabaissé à cela pas en étant fils d'un comte, contractant la mâchoire, répondant le plus poliment possible qu'il avait 16 ans, sans dur difficile à croire vu sa taille et sa maturité !

Leroy comprit rapidement que c'était une affaire ancienne de la plus haute importance vu comment les choses ce déroulé ! Il était observateur le dossier que l'inconnu tenait sous son bras avait cette texture particulière si rare et à présent disparu, surprit qu'être invité à entré dans cette demeure qui semblait être à l'abandon, mais qui était cet homme ? Ce dernier semblait finalement s'être résigné à faire affaire avec lui et à la place d'Adalric, "Bien, parfait finissons en !" S'installant, faisant face à son client, ils allaient enfin passé aux choses sérieuses. Jack contracta la mâchoire, le choc qu'il venait d'avoir du aux paroles de l'inconnu, le bouleversa, alors c'était ça ce fameux mystère et secret de famille concernant sa mère, fermant ses mains pour en faire des poings, la colère monta en lui, pourquoi diable es-ce que son père ne lui avait rien dit de cela ? Réfléchissant, cet homme tenait dans ce dossier toute les questions sur son passé, sur sa mère, se détendant, ce n'était pas le moment de paniqué, il devait être sûr, heureusement qu'il avait été curieux, heureusement qu'il avait fait des recherche de son côtés, exploitant ses connaissances.

-Notre ami, ma parfaitement mis au courant de cette affaire,... Néanmoins notre ami en commun était persuadé que cette affaire était clôturé et que vous aviez réussie à faire disparaître ce dossier !

Si son père avait chargé cet homme d'étouffer l'affaire Ellora, c'était purement et simplement pour lui, pour le protégé, mais de quoi ? De qui ? Décidément cela devenait une véritable intrigue, il n'était pas au bout de ses surprises, que se cachait-il donc dans ce dossier, certes Jack savait à présent que toute cette histoire de mage noire était vraie, sa mère était une partisane du mal et lui l'union impossible du bien et du mal ! Un choc, d'un coup il avait honte de lui, honte de se qu'il était, plongées dans ses pensées, en colère contre son père, levant la tête, il n'avait pas à avoir honte, au contraire ! Alors fièrement il répondu à son interlocuteur :

-Jack, Leroy Jack... A présent à vous de décliné votre identité...
Revenir en haut Aller en bas
Victor Ebenezer
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une rencontre particulière

Message par : Victor Ebenezer, Ven 12 Juil 2013, 18:34


Mais que faisait ce Jack ici ? C'était la question qui ne cessait de tourner dans la tête du vieil homme. Comment Adalric avait-il put penser un seul instant à envoyer un adolescent à sa place à leur entrevu et pour un sujet aussi grave et sensible ? Prenait-il les choses à la légère ? N'en avait-il plus rien à faire ? N'était-il pas reconnaissant du service que Victor lui avait rendu il y a plus d'une décennie ? L'ancien directeur du service des Aurors avait crut pourtant voir en ce père un homme plein de responsabilité et de bon sens. Mais ce jeune homme, qui avait sans honte répondu à Victor qu'il avait que seize ans, se tenait alors là, sachant le lieu et l'heure du rendez-vous, il ne pouvait pas y avoir une erreur.

Jack était bien rentré à la suite du vieil homme et avait accepté l'offre de Victor de s’asseoir Puis, dés lors qu'il était entré dans le vif du sujet, dés que le nom d'Ellora avait été prononcé, l'attitude de son interlocuteur avait semble-t-il changé du tout au tout au regard de Victor. Celui qui lui avait parut animé d'une désinvolture prononcée, brûlait maintenant d'une rage contrôlée : ses mains se refermées pour former des points, ses dents serrées raccourcissaient sa mâchoire et ses yeux pénétraient ceux de Victor. Mais il répondit avec plus de politesse que le vieil homme ne lui avait adressé depuis le début de leur rencontre.


-Notre ami, ma parfaitement mis au courant de cette affaire,... Néanmoins notre ami en commun était persuadé que cette affaire était clôturé et que vous aviez réussie à faire disparaître ce dossier !

Victor n'avait rien répondu à cela, une autre question lui ayant traversée l'esprit aussi vite qu'un Cognard sur un joueur de Quidditch. Il avait ainsi demandé, voir même exigé, son prénom. Et le jeune homme lui avait répondu, aussi tranchant que Victor l'avait fait.

-Jack, Leroy Jack... A présent à vous de décliné votre identité...

Victor lui adressa son regard le plus assassin. Il n'aimait certainement pas recevoir des ordres et surtout pas d'un mouflet, même pas majeur, qu'il aurait put torcher alors qu'il n'était qu'un bébé. Un frisson lui parcourra le corps comme un signal d'alerte pour frapper, faire comprendre à ce mioche qu'il avait face à lui. Mais le vieil homme se maîtrisa non sans mal. Soudain, son esprit travailla plus vite que ses émotions.

-Leroy ? N'êtes-vous pas le fils d'Adalric ?

La chose devenait de plus en plus étrange. Pourquoi le vieux père aurait-il envoyé son fils alors qu'il avait fait tout cela seulement pour le protéger ? Victor, comme animé par son instinct, avait rapproché le dossier prés de lui. Ses yeux s'étaient froncés, son front plissé, sa bouche refermée mais tirée sur la droite dans une grimace d’agacement. Le vieil homme tenait dans sa griffe le dossier de sa mère qu'il n'avait certainement pas connus et pourtant, il était là. Mais pourquoi ?

-Excusez-moi mais pourquoi votre père vous a-t-il envoyé ?

Victor regardait Jack fixement, prêt à mettre en doute chaque mot, chaque geste de sa part. Toute son expérience d'ancien directeur du service des Aurors, qu'il avait accumulée face aux interrogatoires des témoins, des victimes et des suspects, se mettait un marche tel un moteur d'une mécanique bien huilée. Victor n'avait aucune confiance envers le jeune homme et ne croyait que peu à l'explication de sa présence qui, avec un peu de réflexion, s'éfrondait tel un château de carte.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Leroy
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une rencontre particulière

Message par : Jack Leroy, Sam 13 Juil 2013, 17:42


Jack réfléchissait, il m'aimait vraiment pas la tournure que prenait ce rendez-vous, en plus cet homme ne semblait pas être coopératif, certes c'était un dossier délicat, mais tout de même ils devaient s'entendre ! Essayant de se détendre, fermant les yeux quelques seconde, analysant la situation dans laquelle il se trouvait, d'abords qui pouvait être cet homme pour avoir en sa possession un tel dossier et surtout être aussi fidèle aux engagements fixé avec son père ? Qui pouvait être aussi puissant pour étouffé une telle affaire ? Si toute fois sa mère Ellora était bien une mage noire ! Surtout pourquoi diable son père traité cette affaire comme une autre ? Était-ce un moyen où un stratagème pour resté discret ? Sentait-il un danger par rapport à l'activité des serviteurs du mal ? Peut-être même que son père était suivie et traqué à cause de cet amour pour sa mère et cette affaire, il était sans doute en France pour les menaient sur une mauvaise piste. En recollant tous ces mystères tous ces indices, en se rappelant du comportement étrange de son père, oui à présent tout semblait clair, il était allé en France pour protégé cet homme, ce dossier, son père voulait vraiment qu'il soit en sécurité. Qu'il m'aimait pas cette impression d'être interroger, peut-être que son interlocuteur le prenait pour un espion, un traceur pour les serviteurs du mal ? Et si c'était le contraire ? Si tout cela était un piège

-Écouter moi bien, qui que vous soyez, si notre amis commun a agit de cette manière c'est pour une bonne raison, il cherche à vous protégé purement et simplement... Alors arrêtons de tourner autour du pot et rentrons dans le vif du sujet... Vous savez comme moi que plus on reste ici, plus nous prenons de risque d'être exposé et ce dossier peut se retrouvé entre de mauvaise mains !

Jouant carte sur table, tout en essayant de piégé son adversaire, il n'avait plus le choix. Son père ne l'avait pas envoyé et il ne s'était absolument pas douté du sujet abordé, à présent la conviction du jeune homme était de protégé cet homme et gardé le dossier en sécurité ! L'histoire de ses origines et de sa mère lui importait peu, si cela permettait de levé la menace sur son père, la seul famille qui lui resté ! Scrutant la réaction de l'inconnu, sur ses gardes, sa baguette était pas loin, espérant se trompé, espérant qu'ils soient dans le même camps !
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Re: Une rencontre particulière

Message par : Sloan Wentz, Mer 14 Aoû 2013, 22:02


Pas de réponse depuis plus d'un mois, donc je me permets de poster. Rp avec Junie Shape. ♥

~ Flashback des années à Poudlard, nous reviendrons après sur un rp normal ~

Il régnait dans Poudlard, à l'instant où Maria en dévala les couloirs d'un pas vif témoignant de son extrême fureur, une ambiance de mort. Tous vivaient leur petite vie tranquille sans se douter de rien, mais il restait encore dans l'air les relents d'une dispute mémorable. La plupart des élèves en ignoraient les fondements, ce qui ne les empêchait pas de deviner à la mine de serial-killeuse de Maria que quelque chose s'était produit. L'aurait-on ne serait-ce qu'abordée ou effleurée par erreur qu'elle aurait piqué une crise mémorable. Ses yeux bleutés étaient voilés, assombris par un profond désarroi. Un orage s'y profilait au loin, mélangé à la tristesse immuable qui habitait alors la Serpentard. Elle se sentait vidée de l'intérieur. Trahie. Elle avait tout perdu à un jeu dangereux auquel elle n'aurait jamais du jouer...

De vagues images de l'histoire de son amitié avec Jendy principalement, mais aussi avec Junie et Perry la traversaient par vagues toutes aussi douloureuses les unes que les autres. Ce temps-là, elle le regrettait déjà. Elle était heureuse à l'époque. Un bonheur incroyablement délicieux. Désormais, elle pouvait sentir que tout était définitivement terminé, hélas. Les crimes, les vengeances, la folie présente dans l'ancien groupe d'amies, c'était très peu pour elle. Elle en avait eu assez. Et c'était purement compréhensible. Comment diable Jendy, sa meilleure amie depuis toujours, avait-elle pu assassiner Perry ?! Perry, leur amie ? Certes, elle avait commis une erreur. Mais elle ne méritait cependant pas d'être cruellement assassinée à son jeune âge pour autant.

Le caractère mauvais de la Vladescu l'avait poussée à ce rebeller, par principe. Jendy lui manquerait, mais tant pis. C'était ainsi. Elle ne reviendrait pas sur sa décision. La blonde ne savait plus que penser. Elle se sentait coupable dans un sens et elle compatissait pour la O'Hara, toutefois, le choc avait été trop profond pour qu'elle puisse rester. Elle était à la fois victime et coupable, attristée et écoeurée. Les sentiments qu'elle éprouvait changeaient par phases. Elle pouvait être fière d'elle-même et parfaitement sûre d'avoir fais le bon choix, et penser tout l'inverse l'instant suivant. C'était remarquablement éprouvant. La Verte et Argent réalisa alors qu'elle n'aurait jamais du faire confiance à quiconque. Pendant qu'elle errait tel une âme blessée à vie, son coeur se renferma sur lui-même et elle rejeta la faute sur les autres. C'était bien plus simple ainsi, bien moins atroce à supporter...Elle irait vers ceux que l'ont pouvait qualifier de gentils. Elle se vengerait. Perry serait dignement vengée, ça oui.

Et la première à en subir les conséquences serait Junie. La magnifique Junie Shape, à la fois douce et méchante. Une perle. Une perle qui, selon le ferme point de vue de Maria, étant grandement responsable dans la cassure de l'amitié Jendy/Maria. Elle n'avait pas réagi comme il l'aurait fallu. Elle avait des soupçons, mais elle les avait ignorés. C'était donc la Vladescu qui avait morflé, et rien que pour ça, elle aurait voulu souhaiter les pires malheurs du monde entier à la chinoise. Lorsqu'elle l'aperçut marchant en face d'elle, la colère de la Serpentard se décupla. Elle sortit un flot de paroles brutal, inhumain. Elle s'avérait être incapable de se contenir plus longtemps. Il fallait que ça sorte, et vite. Peu importe les conséquences qui suivraient ensuite. Peu importe même les personnes présentes. Au fond de son esprit, Maria était seule, entourée par sa haine, et, pour seule cible, la pauvre Junie.

- Toi ! Tu es fière de toi, hein ? C'était ce que tu voulais ?! Tu ne supportais pas que je sois plus proche de Jendy que tu ne l'es ? Mais tu sais, ce n'est pas parce que ton faible de frère est mort que tu dois t'en prendre aux autres !! Oui, il est MORT. Mort pour de bon, sous tes yeux ! Tu n'y peux rien, et ça te tue ! Redescends un peu sur terre petite, il serait temps ! Et arrête de te prendre pour ce que tu n'es pas, par pitié ! C'est toi qui aurais du quitter la bande, certainement pas moi !

La douleur de Junie devait à coup sûr être montée d'un cran. C'était immonde de lui faire ça, mais Maria n'en avait que faire. Ce qu'elle voulait, elle, s'était que les autres souffrent au moins autant qu'elle souffrait. Sa vengeance serait terrible. Elle venait à l'instant de l'entamer avec sa longue tirade.
Revenir en haut Aller en bas
Junie Shape
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Legilimens


Re: Une rencontre particulière

Message par : Junie Shape, Mer 14 Aoû 2013, 23:33


~ Remenber the Time ~

Certaine soirée valait le coup d'être vécue d'autre beaucoup moins et celle-ci Junie aurait grandement préféré l'éviter. Sortant alors de la Salle commune de Serpentard, elle avait pour idée de rejoindre la forêt interdite. Là-bas elle le retrouverait comme chaque soir et elle pourrait lui parler, lui seul comprendrait, mais le destin semblait avoir décidé que l'asiatique n'irait pas voir son reptile ce soir. Marchant calmement dans les couloirs, son regard émeraude croisa le regard océan de Maria, elle aurait presque voulu lui sourire, mais le temps lui manqua. La jolie blonde l'avait interpellé d'une voix plus qu'énervée, une rancoeur profonde s'exprimait à travers ses mots. Au fur et à mesure que les paroles de la Serpentard arrivaient aux oreilles de Junie, son visage devenait plus dur, plus sombre. Maria avait choisi ses mots avec précaution, elle savait comment blesser la jeune fille et cela ne manqua pas. La Verte et argent aurait pu continuer sa route laissant la jeune femme crier son malheur, mais elle était allée bien trop loin. On n'insultait pas la famille Shape et encore moins James.

Se retournant alors brusquement à l'entende des mots « frère » « mort » et « faible », elle lançait des éclairs avec ses yeux couleur d'émeraude. Junie avait serré les points, elle aurait aimé faire demi-tour et partir se défouler ailleurs, mais Maria enfonçait un couteau dans le coeur de Junie dont Junie ne pouvait ignorer la douleur. Se rapprochant alors de la jeune femme la chinoise la poussa violement contre l'un des murs en pierre du château. Ses mains restèrent coller sur le torse de la jeune Serpentard, d'une voix plus qu'emprise de rage elle s'adressa à elle.

« Tu me demandes si je suis fière de moi ? Mais qu'ai-je fais ? Si Perry est morte c'est pas ma faute vois-tu, je n'y étais pas et tu le sais, tu m'accuses d'être la raison de ton malheur avec Jendy, mais le problème c'est pas moi Maria, le problème c'est TOI ! TOI SEULE EST FAUTIVE ALORS .. P****N ! »

L'asiatique n'arrivait plus à contenir sa rage, trop longtemps elle avait fait semblant avec elle, trop longtemps elle avait été gentille, maintenant tout était terminé. Lâchant alors brutalement le col de Maria elle se recula, la jeune Serpent haletait, si sa douleur n'était pas accompagnée de rage elle tremblerait surement, mais à cet instant la rage et la violence dominait son esprit . Ses poings étaient si serrés qu'elle en avait mal, mais rien ne pouvait égaler la douleur qu'avait provoqué mademoiselle Vladescu. Respirant alors fortement, elle mit un énorme coup de poing dans le ventre de Maria. Junie la regardait d'un regard sombre, tout son visage était lugubre et mystérieux. Elle n'avait pu contenir sa colère. Elle restait la face à elle, la guerre venait tout juste de commencer entre elle...

« Et si tu n'arrives pas à tenir une amitié, ne t'en prend qu'à toi-même ! Profane encore une fois l'âme de mon frère Maria et ce n'est pas mon poing qui te feras souffrir, sale hypocrite ! »
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Re: Une rencontre particulière

Message par : Sloan Wentz, Dim 25 Aoû 2013, 20:33


Pour le coup, quand elle aperçut le visage rougi par une rage folle de Junie, Maria songea furtivement qu'elle était peut-être allée trop loin. Mais son sourire suffisant ne faiblit pas d'un pouce. Elle était sûre d'elle. Bien trop sûre d'elle. Elle risquait de tomber de haut...La chinoise avait beau l'air inoffensive, avec son attitude souvent douce, les apparences étaient hélas trompeuses, la plupart du temps. Au fond, la blonde ne connaissait pas tellement Junie. Elles s'étaient longtemps considérées comme étant amies sans pour autant développer un lien tel que celui qui unissait Jendy à Maria. Cette dernière se concentrait exclusivement sur son amitié fusionnelle avec la brune sans porter une grande attention au reste du monde. Il y avait Perry, il y avait Junie, oui. Elle les aimait bien sans pour autant tout savoir d'elles. La véritable amitié de l'histoire, c'était Jendy et Maria. Parce qu'au final, si on y réfléchissait bien, la plupart des informations que la louve avait sur la Shape avaient été malignement récoltées, en fouillant de partout comme elle en avait si bien l'habitude. A commencer par la mort de son frère. Si c'était une erreur d'afficher ses fourbes connaissances ainsi à Junie, cela l'était encore plus présenté ainsi. Hélas oui, Maria allait probablement s'en mordre les doigts, à trop se prendre pour la plus forte perpétuellement....

« Tu me demandes si je suis fière de moi ? Mais qu'ai-je fais ? Si Perry est morte c'est pas ma faute vois-tu, je n'y étais pas et tu le sais, tu m'accuses d'être la raison de ton malheur avec Jendy, mais le problème c'est pas moi Maria, le problème c'est TOI ! TOI SEULE EST FAUTIVE ALORS .. P****N ! »

A la vue de cette petite peste de Chinoise gesticulant, criant presque, lui crachant au visage, la Serpentard fût prise de sentiments confus. Son visage déjà laiteux d'ordinaire blanchît encore davantage, se parant d'une pâleur cadavérique. Son coeur battait à tout rompre à l'intérieur de son torse qu'enserrait férocement la Shape. Peur, regrets et colère froide se côtoyaient en son être tout en entier. Des frissons la parcoururent tandis que ses yeux bleutés, profonds à l'instar d'un océan mais surtout indécis plongèrent dans ceux, foudroyants de Junie. Si celle-ci avait possédé des revolvers à la place du regard, Maria serait d'ores et déjà morte ainsi qu'enterrée. La blonde déglutît avec difficulté. Ca y était. Elle avait tout, absolument tout perdu. Ses faits et gestes lui retombaient actuellement en pleine figure, tous dans un même élan sans qu'elle ait pu ne serait-ce qu'avoir le temps de s'y attendre. Elle avait d'abord perdu Perry, puis Jendy et enfin Junie. Pourtant, tout son univers se résumait à elles trois, et, maintenant qu'elles n'étaient plus à ses côtés, Maria perdît considérablement de son estime d'elle-même. Elle n'était plus la reine. Elle se voyait déchue sans rien pouvoir y faire.

Alors oui, elle se vengerait. Ce serait terrible...Du moins l'espérait-elle. Non parce que, pour l'heure, elle avait juste prévu de rejoindre les "gentils", de s'éloigner de tout ce monde qui l'avait grandement déçu et rongé de l'intérieur. Elle ne s'était pas sentie capable de supporter tout cela plus longtemps. Alors, elle s'en dérobait. Elle choisissait l'option de facilité. Cette extrémité réglait son problème. Peut-être. Peut-être pas. Or, toujours était-il que cela n'était en aucun cas une vengeance digne de ce nom. Jendy et Junie en avaient probablement rien à faire de ce que Maria deviendrait. M'enfin tant pis. Elle trouverait de quoi leur faire regretter leur "trahison" avec le temps. Pour l'heure, elle faisait le plus de dégâts possible, persiflait son âme encore un bon coup avant de se plonger dans cette sorte de béatitude qui serait bien plus simple à supporter que d'affronter ses ennuis en face. En clair, elle restait elle même, agissant à l'instar d'une vraie garce, avant de sombrer dans une indifférence libératrice. Bien qu'elle aurait grand mal à la tenir très longtemps, à coup sûr...On ne renie pas sa vraie nature...

Junie décida alors d'en rajouter une généreuse couche en flanquant un mémorable coup de poing dans le vendre de la Vladescu, qui grimaça de douleur. Bon sang, mais pour qui cette gamine insignifiante se prenait-elle ?! Qu'elle retourne touiller ses nouilles chinoises auprès des autres petits bébés bridés de son pays d'origine et qu'elle laisse Maria jouer dans la cour des grands ! Maria entra dans une fureur noire, une fureur à laquelle rien ni personne ne pourrait mettre halte. Elle trembla, ses nerfs lui parurent exploser littéralement.

C'est pourquoi la jeune femme stoppa net ses hésitations intérieures -qui penchaient actuellement entre les excuses et la bagarre- pour laisser ses lèvres rouges sang se tordre en un sourire cynique. Sa voix toujours aussi sarcastique et sûre d'elle résonna étrangement dans les couloirs de l'école de magie. Son attitude quelques minutes auparavant légèrement apeurée se métamorphosa en une moue redoutable. Une moue sanguinaire. Elle serait le chasseur, l'impitoyable traqueur. Junie serait sa proie. Elle y veillerait. Elle entendit à peine les menaces pitoyables de la jolie Shape. Ses sens demeuraient troublés par la haine. Elle persifla froidement :

- Tu vas commencer par me lâcher. Immédiatement. C'est pas toi qui commande ici. Jamais. Tu as cru que tout t'étais permis ?! Tu as cru que c'était la fête, pauvre fille ?! Mais j'vais te réveiller, moi !

Plus perfide que jamais, la blonde balança un coup de genou bien placé à Junie, et profita de sa délivrance momentanée pour attraper rapidement sa baguette. Violemment, elle retourna à son tour la Chinoise contre le mur, et planta sa baguette contre le creux du coup de la concernée. Histoire de tout bien faire, elle appuya encore un peu plus fort, exercant une lourde pression au cou de Junie à l'aide de sa baguette. Cela ponctua merveilleusement bien ses paroles haut-perchées :

- Alors maintenant tu vas t'excuser bien sagement. Pour avoir une fois de plus, parlé sans savoir. Tu ne sais rien, tu ne connais RIEN. Alors, la prochaine fois, plutôt que de lancer des paroles en l'air sensées m'atteindre, mais qui me font pourtant autant d'effet qu'une brise légère, tu réfléchiras avant de parler, d'accord ?! Tu tenteras de te servir de ton cerveau inexistant, tu me le promets ?

C'était un pur mensonge. Le discours de Junie l'avait en partie touché là où ça faisait mal. Mais après tout, les épreuves forgeaient le caractère, non ?! Eh bien, selon cette logique, le caractère de l'ancienne amie de Maria serait bien vite forgé, au vu de toutes les horreurs que la Vladescu escomptait lui faire subir....!
Revenir en haut Aller en bas
Junie Shape
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Legilimens


Re: Une rencontre particulière

Message par : Junie Shape, Dim 25 Aoû 2013, 21:25


Alors que Junie avait plongé son regard dans celui de la jeune femme, elle avait laissé son esprit dérivé vers le souvenir de son frère et jamais elle n'aurait dû faire cela. Alors qu'elle revoyait les derniers instants de son frère, la Serpentard qu'elle tenait par le col reprit la parole. Junie aurait peut-être dû écouter, elle aurait su ce qui allait arriver mais à la place de lui prêter attention elle revoyait cet éclair arriver sur son frère, James tombant à terre, elle qui courait vers lui si innocemment. Mais ces souvenirs furent stopper ici, le genou de Maria venait de percuter le bas ventre de la jeune femme. Son souffle se coupant un cours instant, mais instant qui fut assez pour que Maria reprenne l'avantage. La situation venait de s'inverser.

La baguette de la blonde appuyait fortement sur le cou de l'asiatique, le regard noir de Maria et sa voix plus qu'insupportable. Junie devait se battre pour respirer, mais pour autant rien ne passait sur son visage, elle avait retrouvé un visage doux avec un magnifique sourire aussi sombre que satisfait. Cette fois-ci elle l'écouta et les paroles qu'elle entendit la fit rire, oui elle riait. Rien ne faisait peur à Junie et encore moins la petite Blonde. Junie se battait depuis bien plus longtemps qu'elle et même si elle ne désirait ne lui faire aucun mal, non pas car elle avait pitié d'elle mais car elle ne voulait pas blesser Jendy, si le besoin était-elle ne se gênerait pas pour la blesser.

Les couloirs étaient redevenus silencieux, deux trois élèves regardaient la scène de loin, n'osant intervenir entre les deux Serpentards. La jeune asiatique leva alors la tête au ciel, puis elle soupira tant bien que mal. Redescendant son visage face à celui de mademoiselle Vladescu, elle affichait un regard de tueuse. En cette soirée un combat était engagé entre les deux femmes et Junie ne comptait pas le perdre. Depuis toujours Junie avait été une guerrière et elle ne manquait que très rarement sa cible. N'essayant même pas de se défaire de l'emprise de Maria, elle lui sourit de ce sourire si pervers qui trahissait ses lugubres pensées. Elle s'adressa alors à la blonde dans une voix faible, ressemblant plus à un sifflement Fourchlangs qu'autre chose.

« Je ne sais ... rien dis-tu ? Ma belle il va falloir que tu descendes de ton piédestal... Nous ne sommes plus dans le palais impérial, ni même à Saint Petersbourg, Princesse Anastisia.. Tu es comme elle, tu es faible et cela tu n'y peux rien... La seule personne que tu aimais tu l'as perdu, perdu pour de bon et elle ne reviendra pas ... Tu es la cause de tout ça. Tu es faible et c'est pour ça que tu trouves un coupable à tes fautes... Pauvre petite poupée russe que tu es. Personne ne te protège plus.. »

Junie dû stopper son flux de parole, Maria continuait d'appuyer sur sa gorge et même si elle était douée en apnée, là il fallait qu'elle fasse tout de même quelque chose. Fermant alors les yeux, elle continuait de sourire. Vivement sa main vint attraper le poignet de la jeune femme, puis d'un coup violent elle la fit pivoter, lui bloquant le bras dans le dos. Maintenant la Vladescu était à la portée de Junie, mais pour autant elle préféra la balancer en avant. Sortant alors sa baguette de sa jarretière, elle la pointa face à russe, alors qu'elle s'apprêtait à lui lancer un sortilège dessus, sa baguette fut propulsée plusieurs mètres plus loin ainsi que celle de Maria. Tournant alors son regard noir vers l'expéditeur du sortilège, elle fut attristée d'y trouver un professeur. La bataille était interrompue mais la guerre continuerait encore longtemps encore les deux étrangères. Regardant Maria alors d'un regard cynique et d'un sourire mystérieux elle lui souffla

« Ma Belle Maria, tu aurais pu faire de grandes choses, mais croit-moi avec cette faiblesse que tu tiens en toi. Cette faiblesse qui s'appelle Jendy, tu perdras tout, absolument tout. »

Quand le professeur fut à leur niveau, il leur ordonna de le suivre. Elles durent s'exécuter, récupérant au passage leurs baguettes. Junie était fière d'elle, elle savait que ces propos avait touchés Maria bien qu'elle prétende l'inverse, à ce jeu la petite chinoise était la plus douée. La petite princesse Anastisia était bien loin de son château à présent, non loin du froid de décembre.

~ Retour dans le temps présent ~
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Re: Une rencontre particulière

Message par : Sloan Wentz, Mar 03 Sep 2013, 23:14


C'était l'heure de la pause de Maria. L'heure de se remplir la panse, quoi. Il devait bien être treize heures. La blonde avait durement travaillé toute la matinée durant. Entre l'analyse des informations récoltées à différents interrogatoires, l'accomplissement de tours de gardes à divers endroit, l'attaque à Ollivander's, et l'arrestation de certaines personnes, les Aurors ne chômaient pas. De ce fait, la blonde s'avérait être de plutôt bonne humeur ce jour-ci. Certes, elle était débordée de toutes parts, mais il fallait aussi se dire que dans ce genre de journée blindée, elle n'avait pas le temps de se lamenter, de râler, ou de désespérer à propos de son job. En outre, c'était dans ces périodes là que la Vladescu parvenait à apprécier à peu près le poste d'Auror. Il lui fallait l'avouer, c'était cool par moments de travailler au Ministère...Quand bien même lesdits moment étaient-ils plus que rares.

Une fois l'heure ô combien bénie qu'était celle de la pause déjeuner arrivée, l'ancienne professeure avait franchi les portes du Ministère, s'en était légèrement éloigné pour aller se poser dans un parc. Hélas, tous les bancs disponibles avaient été envahis de déjections de pigeons ou de restes de nourriture. Il lui avait donc fallu chercher un bon bout de temps avant de trouver un banc d'apparence à peu près convenable. Elle avait commencé à manger, paisiblement, sans se douter de ce qu'il allait se passer. Soudain, une silhouette se propagea au loin, elle s'approcha, encore et encore. Ses traits, Maria les reconnut immédiatement. Et elle faillit s'étouffer avec sa bouchée en les apercevant. Elle se mît à trembler, de haine, de joie, de surprise, d'appréhension...Des sentiments perturbants et plus que contradictoires s'emparèrent de tout son être. Si bien qu'elle fût éprise d'une faiblesse soudaine et son sandwich lui échappa pour venir s'écraser à ses pieds. Pourtant, ce fût tout juste si elle le remarqua...

- Junie... souffla-t-elle, ahurie.

C'était plus une constatation qu'un salut, néanmoins, la jolie asiatique était suffisamment proche de la russe pour avoir entendu cette dernière. La gêne dans les yeux azurés de Maria témoignait de ses nombreux et douloureux doutes. Une phrase en particulier résonnait en boucle au fin fond de son esprit devenu vitreux à la vue de son amie d'autrefois. " Ma Belle Maria, tu aurais pu faire de grandes choses, mais croit-moi avec cette faiblesse que tu tiens en toi. Cette faiblesse qui s'appelle Jendy, tu perdras tout, absolument tout. " A l'époque, elle avait ricané. Comme s'il avait s'agi d'une bonne blague bien drôle, bien pitoyable. Elle se sentait forte et invincible. Elle avait eu tords. Elle avait tout gâché à cause de cette fichue naiveté...Désormais, elle était redevenue la même. En pire. Et elle avait mûrit. Elle était devenue plus forte. Suffisamment pour se rendre compte qu'elle avait agit en parfaite abrutie, qu'elle avait détruit une partie de sa vie, et tenté de détruire celle des autres. Quand bien même n'était-elle pas encore prête à le reconnaître.

Y compris celle de Junie Shape, la Serpentard et ex amie de Maria, devenue pire ennemie. Par la faute de Maria. Ça oui, elle en avait fait, des erreurs. Hélas, le temps d'un nouveau face à face était apparemment venu. S'en sentait-elle seulement capable ? Capable d'affronter ses démons d’antan ? Elle ne savait même plus si elle devait s'excuser auprès de la chinoise (puisque après tout, elle les méritait amplement, ses excuses) ou bien raviver la haine entre elles deux ? Son caractère explosif lui soufflait d'opter pour la deuxième option, tandis que son coeur, lui, penchait encore entre les deux options. Elle ne savait pas, elle ne savait plus...Des souvenirs, des sentiments, des voix, des images, des sons, tout explosa soudain dans sa tête. Elle se sentait atrocement mal, à l'instar de lorsqu'elle avait revu Jendy. Et voilà qu'on l'obligeait une fois encore à subir ce genre de remises en questions. C'était tellement déchirant, tellement éprouvant...Elle eût envie de hurler, mais rien ne s'échappa d'entre ses lèvres entrouvertes. Il lui était tout simplement impossible d'esquisser le moindre geste, ni même de s'exprimer. Son regard bleuté se teinta de gris, comme toujours lorsqu'elle était triste ou en colère. Et des larmes vinrent s'y ajouter. Ces perles salées, elle les empêcha résolument de couler, dans un élan de fierté. Maria restait Maria. L'arrogance même. On ne la changerait pas à ce niveau là..Elle se montrait sûre d'elle jusque dans les situations les plus cocasses.

Ce fût donc des yeux embués, incertains, qu'elle leva vers Junie. Il était très rare de la voir pleurer. Pourtant, comme le lui avait dit l'asiatique durant leur dernier face à face, Maria Vladescu détenait une faiblesse en elle. C'était là un des rares points pouvant la toucher. La Shape le savait parfaitement. Elle l'avait prédit. Elle l'avait toujours su, au fond...Bien avant que la blonde ne le comprenne...Oh, comme elle devait se délecter de voir à quel point elle avait eu raison...
Revenir en haut Aller en bas
Junie Shape
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Legilimens


Re: Une rencontre particulière

Message par : Junie Shape, Sam 07 Sep 2013, 16:23


Alors que l'heure d'une petite pause venait de sonner, l'asiatique n'avait eu aucune envie de rester enfermée dans sa boutique, elle avait eu envie de prendre l'air, loin de l'Allée des Embrumes que pourtant elle chérissait, loin des sorciers noires et loin de tout à vrai dire. Depuis quelques temps elle était un peu distraite, elle ne savait plus vraiment quoi pensée de ses penchants qui durant son exil dans l'Empire du Milieu avaient disparu et qui étaient revenu au grand galop lors de son retour sur cette terre qu'est l'Angleterre. Elle marchait alors doucement vers un parc qu'elle affectionnait beaucoup, ses hauts talons frôlaient le sol avec délicatesse, la légère brise venait caresser ses cuisses à demi dénudées. Dans une magnifique robe moulante noire, elle avançait sans but précis, dans sa tête résonnait un air, une chanson de son pays qu'elle aimait bien chanter dans des moments de doute. Il existe chez elle, une légende, une femme que tous connaissent, Mulan. L'exemple même de la femme pour la Chinoise.

Alors que son esprit était ailleurs, son nom vint résonner à ses tympans. Sortant de ses songeries, elle tourna son regard émeraude vers la source du son. D'abord la jeune femme ne reconnut pas la belle russe, puis comme une évidence l'image de Maria revint à elle. Maria Vladescu, se tenait juste là, assise sur son banc. En tenue d'auror. Junie dut retenir un sourire de moquerie à la vue de l'uniforme de la jolie femme blonde. Alors que Maria se levait pour s'approcher de l'asiatique, cette dernière se pencha pour ramasser le repas que venait de faire tomber la russe. A vrai dire Junie ne savait pas trop comment réagir. Devait-elle essayer d'enterrer la hache de guerre ou bien alors devait-elle rester comme elle avait toujours été avec Maria ? Passant alors ses doigts délicat sur le petit bout de pain elle essuya la poussière puis le tendit à son ennemi d'antan. Sur le visage de la jeune asiatique ne s'affichait aucun sourire, mais aucune haine non plus. Les deux femmes se tenaient l'une en face de l'autre dans un silence plus que pesant autant pour l'une que pour l'autre. Dans une voix délicate, douce mais ferme Junie décida de rompre ce silence.

« Bonjour Maria, cela fait bien longtemps que je n'avais pas revu ton doux visage de poupée... »

Et maintenant que dire ? Lui demander comment elle va serait vraiment étrange étant donné que durant plus de huit ans la jeune Verte et Argent n'en avait que faire. Lui demander comment se passait le travail ? Très mauvaise idée, Maria devait déjà sentir une certaine honte à l'idée que son ennemi découvrir qu'elle s'était rangée dans les rangs de la loi. Soupirant alors doucement elle reprit doucement la parole.

« Depuis Poudlard, tu n'as pas tellement changé .. »

Mais bien sûr Junie et puis quoi encore ? L'asiatique n'avait rien trouvé de mieux que ça, mais dans le fond s'était vrai, Maria restait magnifique, mais il semblait qu'elle reste aussi toujours la même, une forte tête qui n'admettra jamais ses faiblesses, mais Junie les connais ces faiblesses. Un nouveau silence, si pesant .... « Mais tu sais, ce n'est pas parce que ton faible de frère est mort que tu dois t'en prendre aux autres !! Oui, il est MORT. Mort pour de bon, sous tes yeux » Cette phrase et encore cette phrase hantait la Chinoise, cette phrase de Maria Vladescu.
Revenir en haut Aller en bas
Akize T. Xiraz
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Python royal


Re: Une rencontre particulière

Message par : Akize T. Xiraz, Mar 08 Oct 2013, 17:12


1 mois sans réponse, je me permets donc de poster.
RP avec Jean Baptiste Flitwick.

Qu'est-ce que c'était bien d'habiter dans une maison avec sa demie-soeur.. Le bonheur, même si mes années à Poudlard me manquait. Je m'ennuie tellement parfois en dehors de la tête de sanglier, alors je vais à Londres ou sur le chemin de traverse en espérant trouver bonne compagnie, comme en ce moment. En fermant la porte, je repensa au moment où moi et Luia avons visité l'appartement la toute première fois, on a craqué. Le décor, le moderne et tout ce qui entourait était juste parfait. Lors de la descente des escaliers, je ramassa un bout de papier, et me hâta de le lire. Les inscriptions étaient clairs, Poudlard avait un nouveau préfet du côté de Poufsouffle, Jean Baptiste Flitwick, sûrement un descendant d'un ancien directeur de Poufsouffle.

Je remit ce papier à la poubelle, l'information que je venais de lire était bien certes, mais je détestait voir du papier ou autre objets, tel qu'il sois, par terre. C'est juste un manque de respect pour ceux qui ramassent. À la sortie de l'immeuble qui composait cinq étages, je me pressa d'aller à Londres, me balader. J'adorais cet endroit, il était rempli de boutiques à visiter ou alors des barres pour se saouler dedans, même si ça ne valait pas le chemin de traverse, c'était aussi un bon endroit. Une seule envie me venait à la tête pourtant, rencontrer le nouveau préfet, mais il n'était sûrement pas à Londres. Alors que je marcha tout en contempla Londres, je vit un élève de Poufsouffle que j'avais déjà rencontrer, je me hâta de lui demander le physique du nouveau préfet.

Bonjour. Tu connaît le nouveau préfet ? Tu pourrais me dire à quoi il ressemble ?

En attendant sa réponse, j'ouvra le sac que je porta derrière mon dos et prit une bouteille d'eau que je but en un instant la moitié, la soif m'enviait.
Revenir en haut Aller en bas
Dora B. Stone
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Animagus : Milan Royal


Re: Une rencontre particulière

Message par : Dora B. Stone, Mer 11 Déc 2013, 22:45


Après deux mois sans réponse, nous nous invitons. Au moindre problème, MP.









Nous sommes dans un temps passé,
Dora a seize ans,
Edward Dix-sept.
Les Stone sont invités à dîner chez les Fitzgerald.




Je me souviens de cette soirée comme si je pouvais la revivre. Pour vous dire, elle remonte à assez loin dans ma mémoire et quelques détails m’ont été épargnés. Pourtant, je sais que jamais je ne pourrais oublier ce qui me fit vibrer pendant des années. Les odeurs, les sons sont encore là, comme si je pouvais, d’un mouvement de lèvres vous les présenter sans attendre.

Nous étions en décembre et le gel se posait chaque nuit sur les villes, enserrant l’Angleterre dans une protection de glace et de givre…

« Bientôt, la neige sera là. »

dit alors mon père alors que nous étions sur le péron des Fitzgerald. Je ne savais pas grand chose sur les hôtes chez qui nous faisions escale ce soir. J’avais vaguement compris que mon père avait quelque affaire avec Winston Fitzgerald, psychiatre moldu, marié à une sorcière. J’avais aussi su qu’ils avaient un fils, que je devais sûrement avoir déjà croisé à Poudlard et que ma mère avait fortement insisté pour que je mette une robe avantageuse pour le dîner. Lydie, elle, n’avait pas eu besoin que l’on la presse de bien s’apprêter. Toutes deux dans des robes noires, et perchées sur des talons hauts, je trouvais à l’époque que cela nous donnait des airs de perruches dans une grange à foin. Autant ma soeur savait-elle marcher correctement avec ses échasses, pour ma part il m’avait fallu quelques heures de course dans la maison avant que je ne puisse faire quelques pas sans m’écrouler. Maman n’avait pas arrêté de répéter qu’il fallait bien un jour que je sache marcher avec de telles chaussures et que je sache me tenir dans une robe puisse que j’allais passer ma vie dans ce genre de tenues. Sur quoi j’avais amèrement acquiescé. Elle avait raison après tout. Ma destinée était toute tracée déjà, et quelle femme du XXIIe siècle ne sait pas marcher avec des talons hauts ?

Ainsi nous avions débarqués, tel de riches réfugiés, chez les Fitzgerald. Raphael et Winston s’étaient accueillis avec de grandes embrassades et ma mère avait posé sur Dorothy Fitzgerald un regard qui en disait long sur sa pensée. En un mouvement de paupière, elle avait jugé la femme et estimé une conduite. Ma soeur et moi étions complimentées sur nos airs de grandes dames. J’avais 16 ans et aucunement ma place dans cette robe et ces chaussures, mais ma soeur semblait se gorger de chaque remarque souriant à tire d'aile et gloussant sans arret. Ainsi s’installait l’hypocrisie qui régnerait en maître sur la soirée, tandis que j’assisterais au spectacle, silencieuse et souriante comme on me l’exigeait de l’être. Du moins c’était ce que me promettait ce dîner, jusqu’à ce que mon regard ne se pose dans celui d’un autre.

La première fois que mes yeux croisèrent les siens, le rouge me monta immédiatement aux joues. C’était un jeune homme. Il s’appelait Edward. Nous toisant tous, famille misérable. C’était un jeune homme brun au regard bleu, à l’apparence négligée. Il avait ce sourire, clef et réponse à toute question. Une énigme à lui même, un semblant de mystère sous une enveloppe charnelle. Ce sourire qui vous dit que rien n’est assez bien pour avoir le fin mot de l’histoire. Qu’au fond, tout peut arriver, il sera là, à sourire. Je me souviens d’être entrée dans cette maison, bien trop semblable à la mienne. Une fausse chaleur, un faux climat d’amour. La tension ignorée et des rires sonnant lourds. Je me souviens d’être entrée comme chez moi, comme… Dans un monde que j’avais déjà parcouru mille fois et que je connaissais sur le bout des doigts. Pourtant il y avait ce détail. Ce garçon en bout de table, là, juste en face de moi. Ses yeux bleus posé sur ma personne tandis que je n’arrivais à soutenir ce regard, me risquant parfois à quelques œillades volées.
C’était comme un aimant, comme la tentation elle-même que de poser quelques fois mon regard dans le sien. Que de ne pas penser à ce qui pourrait se produire la minute d’après, mais de  simplement penser à la prochaine fois où je me risquerais à croiser ses lancinantes iris. J’étais fascinée et alors que la table était éclairée par la faible lueur de bougies, que mon père parlait fort, que ma mère riait comme une dinde à une boutade de la part de Dorothy Fitzgerald, que ma soeur se noyait dans le verre de vin auquel elle avait droit depuis qu’elle avait atteint ses dix-huit ans, moi j’étais bien loin de tout ça. Je ne remarquais plus grand chose de ce qui pouvait se tramer tout autour. La guerre aurait pu être déclarée, je n’en aurais eu que faire. Ma vision croiserait la sienne et cela était tout ce qui pouvait bien m’importer.
Soudain tout devenait plus sérieux. Raphael baissait d’un ton et sa main pianotait sur la table d’un air attentif. La seconde partie de la soirée état engagée et les regards que Winston jetait à son fils me laissait dubitative. La discussion eut soudain son importance et je fini par comprendre qu’ils parlaient de psychologie.

« Edward ? Ne veux-tu pas emmener les filles visiter un peu la maison ? Faire un tour du jardin ? » ma sœur sortit de son vin pour lancer, sur un ton étrange

« Hey, qu'il emmène donc la petite, moi je reste là. » et ma mère, se penchant sur Lydie, posant une main protectrice sur son épaule.

« C'est vrai, ma petite fille est une femme maintenant, elle peut bien rester ici. »


Dernière édition par Dora B. Stone le Sam 21 Déc 2013, 17:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Une rencontre particulière

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 12

 Une rencontre particulière

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.